2. L origine et les menaces pesant sur le changement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. L origine et les menaces pesant sur le changement"

Transcription

1 Gestion de changements et de crise Dilemmes et solutions Habil. Dr. NOSZKAY Erzsébet Maître de conférence responsable de filière Université Szent István Faculté des Sciences Economiques et Sociales, Gödöllő Conseillère en affaires, spécialiste de la gestion de changements et de crise ( L auteur jouit d une expérience de 25 ans dans le domaine de la recherche relative aux phénomènes sains et malsains de l organisation. Elle constate que les dilemmes des nécessités et de la gestion de changement ainsi que les dangers de crise deviennent incessants et extrêmement présents dans un monde globalisé et «accéléré» par les technologies de l information. La conclusion qui en découle est évidente: aucune entreprise aujourd hui ne peut réussir sans changer, cependant, pour réussir vraiment, il ne suffit pas de changer «seulement». La manière dont on procède au changement est d une importance capitale! Comment doit donc être un changement réussi? Quelles méthodes devons-nous choisir et comment devons-nous les appliquer pour que les programmes de changement ne débouchent pas sur une crise? 1. Introduction Les sociétés humaines, les entreprises, voire les familles et les individus doivent constamment répondre à la sollicitation de la nécessité de changement et doivent, de plus en plus souvent procéder à des changements. L on entend souvent dire que les changements permanents et même radicaux sont le gage du succès. Cependant, la réalité n est pas si simple que cela. En effet, les nécessités de changement et la gestion 1

2 de changement peuvent très facilement déboucher sur une crise. Il est donc primordial de réagir aux différents problèmes au bon moment et avec les moyens adéquats. Cela est d autant plus vrai qu actuellement les changements structuraux ratés sont de plus en plus souvent à la une des actualités. Pareillement, l on entend beaucoup parler de projets de changement manqués, menés par de managers autrement talentueux, de mauvaises expériences partagées par des conseillers et de méthodes propres à faciliter l élimination des changements ratés. 1 Comment doit donc être un changement réussi? Quelles méthodes devons-nous choisir et comment devons-nous les appliquer pour que les programmes de changement ne débouchent pas sur une crise? Des conseillers et la littérature traitant de la gestion s occupe elle aussi de plus en plus souvent de ces questions. En effet, les changements qui sont de plus en plus inévitables ont souvent des obstacles structuraux sans parler des risques non négligeables qu ils comportent. 2. L origine et les menaces pesant sur le changement 2.1. Les facteurs des changements devenant de plus en plus rapides: l informatique et les technologies de l information; la globalisation; le développement technique et technologique. À la suite des mouvements imprévisibles du capital international, à cause de la pollution de l environnement et des menaces que représentent les catastrophes naturelles, les facteurs de l adaptation et aussi ceux des crises sont devenus de plus en plus «durs». Il faut considérer et traiter les différents systèmes d information intégrés comme facteur de risque à part entière. La déformation (parfois l altération volontaire) 2 des 1 Après avoir étudié et participé à la gestion du changement des procédures au sein de plusieurs centaines d entreprises, Hammer (2007) a par exemple mis en place un cadre permettant le succès des changements procéduraux et remarque à titre de prévention que «Malheureusement, il y a également des blessés sur la route». «Dans la plupart des entreprises que j ai étudiées, les directeurs cumulaient les faux pas. Ils ont reconnu qu ils devaient faire beaucoup de changements pour pouvoir exploiter les possibilités offertes par les procédures, mais ils étaient incertains de ce qu il fallait changer, à quel point et à quel moment.» (Hammer, 2007, 45,46 p.) 2 Evoquant ce risque lié aux systèmes intégrés, Heineman a écrit récemment que «Les employés, à tous les niveaux hiérarchiques de l organisation, ont tendance à «maquiller» les données, à prendre certaines choses à la légère, voire à procéder à des altérations encore plus graves.»..«dans le pire des cas, 2

3 informations résultant de la défaillance de ces derniers peut être à la fois la cause et l effet lors de l éclatement d une crise. En effet, il est inéluctable que, déjà dans la phase initiale de la crise, le contenu et l authenticité des informations deviennent incertains Les nécessités de changement pressantes comportent aussi des menaces, notamment: les changement trop fréquents aboutissent au «chaos», alors que l absence de changements risque d avoir pour résultat un retard définitif. Il est important de savoir qu il y a beaucoup plus de similitudes entre les entreprises réussies et entre les méthodes de gestion de crise efficaces qu entre celles qui échouent. Les phénomènes qui sont à l origine de la difficulté d une entreprise peuvent être très différents. Ce qui est mortel pour l une ne l est pas pour l autre. Les possibilités et les moyens de sortir de la crise donnent une image encore plus complexe. Il est dans tous les cas souhaitable que les responsables et les gestionnaires d une entreprise attachent plus d importance à la prévention et à la gestion efficace du changement. Toutefois, malgré la prévention la plus circonspecte, le mal peut survenir Quand pouvons-nous parler de changement? Changement: processus (mouvement) indiquant une direction bien définie qui, dans le cas idéal, montre vers l avenir. Le changement a deux types: a) changement morpho statique du premier degré qui n affecte pas le caractère «système»; b) changement morphogénétique du deuxième degré qui affecte le caractère «système». Aux différents changements, les entreprises réagissent avec un changement qui peut être de deux types: a) changements incrémentiels (comportant des changements relatifs au développement de la structure); b) changements radicaux qui affectent dans tous les cas le système et les structures. comme le montre l exemple des entreprises Enron et de Arthur Andersen, ces faux pas peuvent conduire à l éclatement d une crise mortelle au sein de l organisation» (Heineman, B. W. Jr. ( , 77.p.) 3

4 Le but du changement: réalisation d un équilibre plus développé de l organisation. 3. Qu est-ce que la crise? La crise est un cas spécial du changement. Il s agit d un changement morphogénétique au cours duquel le système change, mais ces changements: sont de caractère spontané (par ex., en cas d une gestion de changement entamée, il va diverger de la direction et des cadres prévus du projet); ont un effet désorganisateur; ont, au début, un état de système moins développé et, à défaut d une intervention, aboutissent à la perte totale du caractère «système» Les problèmes typiques du changement (ses rapports avec la crise) Le plus fréquent est que la structure ne réagit pas aux différentes incitations au changement. Mais il arrive également que: Ce n est pas à ses vraies possibilités ET/OU aux menaces que la structure réagit; Le changement n intervient pas au moment opportun ET/OU avec l engagement nécessaire; Les changements ne sont pas suffisamment profonds ET/OU étendus; La gestion des changements ET/OU les méthodes choisies pour ces derniers ne sont pas adaptés Les relations entre le changement et la crise Les différents types de crise a) Crises gérables par des moyens morphogénétiques (les cas typiques sont les structures en difficulté qui sont capables de s en sortir par une gestion de crise); b) Crises impossibles à gérer par des moyens morphogénétiques (les cas typiques sont les structures destinées à la liquidation); c) les cas limites sont les structures qui tombent en faillite et qui sont également «menacées» par les situations décrites sous les points a) et b). 4. Le changement et ses facteurs essentiels 4

5 4.1. Facteurs déclenchant les changements: a.) Les facteurs positifs des changements sont des possibilités ou des dispositions structurales dont la mise à contribution ou le développement servent l avenir ou le succès de la structure. b.) Les facteurs négatifs des changements sont des menaces auxquelles les structures réagissent de manière unique par la prévention et la fuite en avant. Principaux types de ces facteurs: - Menaces extérieures - Menaces intérieures 4.2. Les caractéristiques principales de la gestion de changement La gestion de changement est une activité importante comprenant la gestion des changements morphogénétiques affectant la structure en tant que système. Voici ses caractéristiques principales: elle fait partie du fonctionnement et de la gestion sains et normaux de la structure; en tant que la gestion des problèmes, le changement peut être effectué des ressources propres de la structure; les changements ne menacent pas les facteurs de stabilité de la structure (par ex. l infrastructure, l utilisation des capacités, solvabilité, les «hommes clés», dépositaires du savoir-faire); la gestion des changements n est pas nécessairement une gestion de crise, mais le danger potentiel de la crise est présent. Le but de la gestion de changement: rendre la structure apte à tirer profit d une possibilité ou à écarter une menace. 5. La gestion de crise La gestion de la crise est l «art» de la reconnaissance des symptômes de crise de la structure; du diagnostic et de la thérapie de la crise; et de l éradication des processus de crise en vue de la réorientation de ces derniers vers le succès Le but de la gestion de crise 5

6 le rétablissement de l équilibre sain de la structure ainsi que la correction des conséquences des changements mal gérés ou non réalisés; le démarrage de processus de développement à l aide de changements morphogénétiques Les caractéristiques principales de la gestion de crise: course avec la montre; la situation paradoxale du management (en effet, dans les 95% des cas les firmes doivent leur crise au mauvais fonctionnement du management, alors que ce sont justement les mêmes gens qui doivent reconnaître le danger imminent et faire face à leur propre faute) la crise, en tant que la gestion des problèmes ne peut être résolue que partiellement par les moyens propres de la structure; la crise n est pas une partie du fonctionnement normal, mais elle est un processus «pathologique»; sans changements, la crise ne peut pas être gérée. Ce qui précède laisse bien voir que, dans la pratique, le changement et la crise sont en rapport étroit. 6. Changements dans les structures les facteurs de risque des changements qui n ont pas lieu 6.1. Les facteurs de risques découlant de la non réalisation des changements nécessaires et de la désuétude de la gamme de produits Les conséquences principales en sont: la structure de produits devient désuète; l entreprise perd ses marchés intérieurs et extérieurs; l entreprise est définitivement «éliminée» du monde de l informatique Les facteurs de risque des changements internes Les plus importants sont ceux liés aux différentes étapes de la vie de la structure 3. 3 Les facteurs de risque spécifiques de la période de démarrage les besoins de rentabilité immédiate (tout le monde sait qu une entreprise qui vient de démarrer ne peut pas, au commencement, utiliser ses capacités à cent pour cent, par conséquent son rendement ne peut pas être maximal non plus); le refus d accepter des risques; elle essaie de réagir sans réfléchir à toute nécessité de changement (qu elle soit importante ou insignifiante); 6

7 Leurs caractéristiques principales sont: ils sont complexes aussi bien dans leurs manifestations que dans leurs effets (sont semblables à un système); sont toujours liés aux fonctions de base de la structure; exercent directement leur effet toujours sur la structure et la «qualité de la vie». 7. Les facteurs qui sont à l origine de l élaboration des décisions Un projet de changement qui s éloigne des besoins de changement comporte beaucoup de danger, aussi est-il très important de bien élaborer la décision y relative. La figure ci-après illustre les facteurs de décision et leurs rapports. le flux trésorier négatif (cash-flow) devient permanent; la manière dont le propriétaire réagit aux symptômes des problèmes: négation des problèmes. Les facteurs de risque spécifiques de la période de croissance et de développement la mission et le système de valeurs de l entreprise n ont pas été élaborés, par conséquent celle-ci manque de stratégie; la croissance est plus dynamique que la capacité financière de l entreprise (instabilité financière); structure formelle inadéquate, qualité faible de l administration, les réglementations sont mauvaises (ou inexistantes); l entreprise engage des investissements improductifs ou représentant une charge excessive; à cause du mauvais climat qui commence à régner, les «hommes clés» partent; les «fondateurs» d esprit créatifs sont écartés de la structure ET/OU le nombre des responsables de type manager est insuffisant. Les facteurs de risque d une structure mûre la créativité, l esprit d entreprise sain et la volonté de savoir sont écartés par l autosatisfaction la vigilance vis-à-vis des facteurs de risque s affaiblit; à cause des succès et des résultats momentanés, la recherche et le développement sont négligés; l entreprise veut «garder» ses positions sur le marché avec sa situation de monopole; ce sont les formes, les règles, la vanité ainsi que les solutions et les rites obéissant aux règles d une hiérarchie reposant sur l autorité qui prennent le dessus; la communication avec les membres, les clients et les partenaires de la structure ne passe plus pour une valeur; la soumission et le conformisme l emportent sur le jugement propre; de «mauvaises» rumeurs commencent à se propager sur la firme; les fonds sont affectés non pas à l amélioration de la compétitivité de l entreprise mais à des choses improductives. 7

8 Figure 2: Les différents facteurs de décision des projets de gestion de changement Diagnostic Type du projet de changement: changement de cap modification de cap À quel point la structure est-elle affectée: Mesurer le changement à réaliser; Couches profondes Facteurs subjectifs: participation de la direction supérieure; le «consensus» des participants de la structure Dangers: manque d engagement mauvaise communication victimes > résultats réalisables En ce qui suit nous allons examiner ces facteurs de plus près Établissement du diagnostic Les questions fondamentales de l établissement du diagnostic: l entreprise est-elle encore capable de produire à ses clients une valeur ajoutée convenable; l orientation stratégique est-elle adéquate; quelles sont les circonstances du changement de cap possible (c est-à-dire, quelles sont les possibilités et menaces auxquelles il faut s attendre pendant le changement); quelles sont les dispositions de transformation (donc les atouts et les points faibles de l entreprise); 8

9 le fonctionnement de l entreprise est-il sain ou malsain Diagnostic Réponses fondamentales La figure 2. veut démontrer qu un bon diagnostic doit savoir donner une réponse à un grand nombre de questions La solidité du projet de changement dépend de la qualité du diagnostic qui permet de définir: dans quelle mesure le changement doit être drastique; comment les changements doivent affecter les «couches profondes», c est-àdire les structures de base de l entreprise. a) Il peut arriver que les changements incrémentiels: rencontrent une résistance moins importante de la part de la structure; causent moins de «douleur» et de pertes subjectives, MAIS ne puissent pas résoudre les problèmes de la structure se posant au niveau du système (par ex. atteinte d une certaine rentabilité et/ou d une efficacité au niveau de l entreprise). (Le présent texte ne traitera pas en détail la question des changements incrémentiels.) b) Des modifications de cap (à base de développement organisationnel, par ex. changement de culture organisationnelle, organisation apprenante, systèmes de management du savoir) ou des changements de cap (BPR, qui fait partie intégrante de la gestion de crise également), affectant le «caractère système» sont nécessaires si le but visé est la rentabilité ou l efficacité de l entreprise et ce but ne peut être atteint que par un changement radical du système ainsi que la transformation et la réorganisation de ses procédures. 4 Une organisation peut être considérée saine si - Elle réagit de manière sûre et active aux changements et influences extérieurs et intérieurs comportant des incertitudes et des menaces; - En même temps, elle est dotée de suffisamment de résistance pour pouvoir «trier» parmi les différentes influences qui l affectent; - Elle ne se déséquilibre pas sous la pression des différentes influences, mais elle abandonne volontairement et de son plein gré son équilibre initial pour atteindre une condition et une qualité supérieures; - Elle dispose non seulement d une capacité de régénération nécessaire pour la survie des fonctionnements organisationnels mais également d une capacité de développement. 9

10 L éventail des choix est donc en principe large, mais il est important que le management choisisse dans tous les cas la solution appropriée. Etudiant l origine des situations de crise persistantes, les consultants en stratégie de crise arrivent très souvent à la même conclusion. Le management des entreprises étudiées, à la place de «sauver» l entreprise avec une transformation et restructuration radicales de l ensemble des procédures, s est contenté de changer uniquement certaines procédures ou sous-procédures. Aucune amélioration significative n a été de cette manière atteinte, mais la situation de crise aiguë a perduré. Le cas réel présenté en note de bas de page illustre parfaitement la situation ci-avant Un programme de changement réussi ou échoué a aussi des éléments subjectifs: l engagement conséquent et la participation de la direction supérieure au programme; le «consensus» des participants de la structure; le consensus n a pas de chance de réussir si le nombre des victimes dites subjectives est beaucoup plus important que les résultats réalisables par le 5 Les directeurs d une société de construction mécanique proposant des activités prestataires, des services commerciaux et même de fabrication devaient faire face à des problèmes financiers croissants, nécessitant des changements affectant le «caractère système». Le management ne voyait la solution qu uniquement dans la rationalisation continue des flux financiers, la mise en place d un nouveau système d information financière et finalement la «discipline» des employés responsables des finances. Pourtant, les symptômes ne menaient pas directement à l origine des problèmes. (Cela ne signifie pas pour autant qu une amélioration n était pas la bienvenue au niveau des flux financiers, mais la véritable nécessité de changement était étroitement liée à d autres procédures également.) Tout d abord, la société ne disposait pas de bons systèmes d informations (et donc pas d analyses de fond non plus) permettant de détecter, le profil de la société étant trop varié, quels sont les éléments responsables de la crise. En effet, à part la maintenance régulière de machines modernes (prévue par des contrats annuels), la société s est trop souvent chargée de réparer des machines «fin de série» exigeant très souvent beaucoup de travail manuel. Il aurait été plus opportun de renoncer à ces réparations que de s y tenir par habitude. (Les études successives ont même révélé que le prix de ces prestations de réparation ont été définis avec une ancienne méthode de calcul. Si les prix auraient été plus proches de la réalité, ils n auraient plus été attractifs aux clients.) Tout en surchargeant les capacités de réparation et même de fabrication par ces commandes (en effet, ils ont très souvent accepté la réparation de machines dont les pièces n étaient plus vendues nulle part et il fallait les fabriquer individuellement), le marketing est resté en grande partie orienté sur les anciennes relations de clientèle. Malheureusement, le service marketing ne faisait pas de vrais efforts pour rechercher de nouvelles possibilités permettant de renouveler le portefeuille de services de fabrication et de rentabiliser par exemple le parc de machine relativement moderne par des travaux de sous-traitance à la place des petites commandes jusque-là acceptées. 10

11 changement lui-même. Il est important de savoir que la mise à l écart des facteurs subjectifs peut aussi bien constituer des facteurs de crise et d échec que le mauvais choix de la forme de l intervention Segmentation du problème Figure 3 : Les dimensions de base de la segmentation P R O F O N D E U R V a le u r s fo n da m en tale s s a v o ir - fa ir e T e c h n o lo g ie s, te c h no lo g ie s d e l in fo r m a ti o n, fo u r n it u r e d in fo rm a tio ns C o n d itio n s s t ru c tu ra le s É v alu a tio n de s p er fo rm a n c e s, in té r e s s em e n t m a t é r ie l T â c he s, r e s p o n s a b ilité s O b je c tifs P r io r it é a c co r d é e au x c li en t s, é tab lisse m e n t d e s r ela t io n s, d yn am iq u e M od e rn ité, s a v o ir- fa ir e, c r é a tiv ité, t ale n t P rio rit é a c c o rd é e a u x n o r m e s, p r é v is ib ilité, o r d re In s ti tu tio n n a li sa ti o n In sti tu ti o n n a l is a ti o n In s ti tu tio n n a lis a ti o n R e lat ion s a v ec la c lie n tè le In n o v a ti o n d e p r o d u i t e t t e c h n o lo g iqu e É T E N D U E F o n c ti o n s, p r o c es s u s d e la v ie d es a f fa ir e s I n f ra s tr u c tu re e t p r o d u c ti o n La segmentation du problème n est autre chose que la définition des interventions et des changements souhaitables. Les dimensions de base de la segmentation du problème sont l étendue et la profondeur qui sont fixées par l institutionnalisation. En ce qui suit, nous allons en voir les détails L étendue est la dimension qui permet de décider si le changement doit affecter l ensemble de l entreprise; ou au sein de celle-ci une ou deux fonctions de base; ou au sein de ces fonctions certaines parties de fonction ou partie de processus La profondeur est la dimension qui rend possible la réalisation même du changement. Les facteurs nécessaires sont: 11

12 la définition des tâches, des responsabilités et des compétences; l évaluation et le contrôle de la performance et le système de l intéressement matériel; conditions structurales; fourniture et technologie d informations, conditions de la gestion d informations (accès, etc.); valeurs fondamentales, savoir-faire L institutionnalisation: elle assure le maintien durable des changements. L institutionnalisation est en fait le règlement du fonctionnement au niveau de la structure (de l entreprise). Son rôle important consiste à fixer, après le changement adéquat, le nouvel équilibre de la structure et à empêcher le retour à l état précédant le changement. 8. Conclusion Toutes mes expériences professionnelles montrent qu il est important d insister sur le fait qu une intervention radicale (BPR) voire très probablement une gestion de crise peuvent s avérer nécessaires si le projet de changement débouche, pour quelque raison que ce soit, sur une crise. Cas de figure typiques : problème d étendue mal interprété; problème de profondeur affectant plusieurs processus fondamentaux; crise de valeurs provoquée par un processus de consolidation (freezing) qui a été entamé avec les méthodes du développement de la structure mais qui a échoué; l organisation est malade 6 ou elle commence à produire les symptômes d une crise. 6 L éclatement et la prolongation d une crise ne sont jamais dus à un seul et unique symptôme de maladie. Il s agit dans tous les cas d un déséquilibre révélateur de problèmes de disfonctionnement, de problèmes structuraux et de la combinaison de ces symptômes. Les crises peuvent se catégoriser selon les éléments déséquilibrés et les fonctions organisationnelles auxquelles ces éléments sont liés. Le type de la crise se définit par la fonction (les fonctions) porteuse(s) du «gène» malade. Il est important de bien analyser les caractéristiques des différents types de crise afin de pouvoir définir les priorités et les solutions financières (voir Katits, 2000) de la stratégie de gestion de crise à choisir. A l aide de ces caractéristiques, nous pouvons également déterminer de quelle période de crise il s agit (Noszkay, 2004). 12

13 Littératures utilisées Abrahamson, E. (2001/4.): Fájdalommentes változtatás HBm (16 20 p.) Caspar, Crinda, Viallet (1985) Créer votre entreprise Les Éditions d organisation Denner, C. Gloger, A. Hoerner, R. (1996): Erfolgreiche Reengineering- Praxis in Deutschland, Düsseldorf und München Dobák Miklós és munkatársai (1999): Szervezeti formák és vezetés KJK Dobák Miklós (1999/3.): Folyamatok fejlesztése és változásvezetés HBM (69 76 p.) Farkas Ferenc (2005): Változásmenedzsment Akadémiai Kiadó Hammer, M. (2002/10-11.): A szuper hatékony vállalat. HBm (8-17 p.) Hammer, M. (2007/9.): A folyamataudit. HBm (45 57 p.) Hammer, M. Chamy, J.(1996) A vállalati folyamatok újraszervezése Panem- McGraw Hill Kiadó Bp. Heineman, B. W. Jr. (2007/9): Az integritás csapdáinak elkerülése. HBm (76 85 p.) Katits Etelka (2000): A vállalati válságkezelés pénzügyi módszerei, Perfekt, Bp. Kotter, J. P. (2000): A Force for Change. Free Press Kotter, J. P. (1999/2.): Mit csinálnak a vezetők valójában? HPm. (8-16 p.) Lewin, K. (1972): A mezőelmélet a társadalomtudományban. Gondolat Kiadó, Bp. Noszkay Erzsébet (2000, változatlan kiadás): Informatikai és rendszerszervezési alapismeretek, Számalk. Kiadó Noszkay Erzsébet (2004): Változás- és válságmenedzsment SZIE GTK Egyetemi jegyzet (a átdolgozott kiadása) Pataki Béla (1999): Technológia-váltások menedzselése, Műszaki Könyvkiadó Magyar Minőség Társaság, Bp. Pousse, J. M. (2004): Reprise d entreprise (Cours de M. Pousse: Tenner, A. R. DeToro, I. J. (1998): BPR Vállalati folyamatok újraformálása Műszaki Kiadó Bp. Thom, N. (11/1999): Változáskezelés Vezetéstudomány (30. Évf p.) 13

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

L'identité de l'entreprise

L'identité de l'entreprise L'identité de l'entreprise ACT Formation 181 à 203 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon Tél. 33 00/4 72 73 48 79 Fax 33 00/4 72 73 11 20 email : info@actformation.fr www.actformation.fr ACT Formation SA 1 route

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Flexibilité et choix dans la gestion d infrastructure Le SI peut-il répondre aux attentes métier face à la complexité croissante des infrastructures et aux importantes contraintes en termes

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Guide d Intégration PPM et ERP:

Guide d Intégration PPM et ERP: LIVRE BLANC Guide d Intégration PPM et ERP: Stratégies d intégration de logiciels dans les entreprises organisées par projet De: Neil Stolovitsky E-mail: sales@geniusinside.com Website: www.geniusinside.com

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

"Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz

Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1 "Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1. Introduction au Bureau fédéral d administration Le Bureau fédéral d administration est

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

I. L ART ET LA MÉTHODE

I. L ART ET LA MÉTHODE I. L ART ET LA MÉTHODE Chap I T2 De la rigueur pour une indiscipline intellectuelle Chap II T2 Les ateliers de prospective Chap III T2 Le diagnostic de l entreprise Chap IV T2 La méthode des scénarios

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

préventif des bâtiments

préventif des bâtiments Les défisd de l entretienl préventif des bâtiments Michel Jullien Directeur Les Consultants Ammco Inc. 5989 David-Lewis, Côte-St-Luc, Qc. H3X 4A1 Tél: (514) 739-1959, Télécopie: (514) 739-2897 www.ammco.ca

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Gestion de projet - PMBOK 4th Edition

Gestion de projet - PMBOK 4th Edition www.sts.ch Gestion de projet - PMBOK 4th Edition Risques STS SA Av. de la Gare 10 1003 Lausanne 021 351 86 86 office@sts.ch www.sts.ch Planifier le management des risques Théorie Les principes clés : L

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Protection de votre environnement virtualisé contre les virus et programmes malveillants

Protection de votre environnement virtualisé contre les virus et programmes malveillants Protection de votre environnement virtualisé contre les virus et programmes malveillants Auteur : Gary Barnett Date de publication : juin 2012 All contents The Bathwick Group Ltd 2012 Sommaire Introduction...3

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage Introduction L analyse web ou Web Analytics est une discipline récente dont on commence à entendre parler au milieu des années 2000. La Web Analytics Association 1 le définit comme la mesure, la collecte,

Plus en détail

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG)

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG) La gestion des situations d urgence Objectif de la sensibilisation Gestion des situations d urgence Comprendre des notions de crise et d urgence Typologie et phases de l agression Mieux connaître les différentes

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante

Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante LIVRE BLANC Novembre 2010 Gestion de projets et de portefeuilles pour l entreprise innovante accélérer le taux de rendement de l innovation James Ramsay Consultant principal, Gouvernance de la zone Europe,

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées

édito 3 enjeux Cyril GAYSSOT Vice-Président de l UNEA Union Nationale des Entreprises Adaptées Opcalia / UNEA - Décembre 2014 tr ep ri se s Ad ap té es In 2 for Un filiè ma e re tiq de s p u m ou e, V an r ie Po de de d p rt e de no es b & rs rai u â va v ti év pe t le ea m ol ct ur ux en ut iv

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

Analyse financière par les ratios

Analyse financière par les ratios Analyse financière par les ratios Introduction L outil utilisé dans les analyses financières est appelé ratio, qui est un coefficient calculé à partir d une fraction, c est-à-dire un rapport entre des

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail

LA FORMATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE : DÉPENSE OU INVESTISSEMENT?

LA FORMATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE : DÉPENSE OU INVESTISSEMENT? LA FORMATION DANS LA FONCTION PUBLIQUE : DÉPENSE OU INVESTISSEMENT? Présenté par : Richard Perron Pierre Riopel 7 janvier 2015 7, rue Vallière, Québec (Québec) G1K 6S9 Téléphone : 418 692-0022 1 800 463-5079

Plus en détail

UN CHANGEMENT INTÉGRÉ DANS UNE ORGANISATION APPRENANTE

UN CHANGEMENT INTÉGRÉ DANS UNE ORGANISATION APPRENANTE UN CHANGEMENT INTÉGRÉ DANS UNE ORGANISATION APPRENANTE Hélène Maurais, Romain Godbout et Hélène Pilon Bureau de la traduction, Gouvernement du Canada Il y a trois ans, le Bureau de la traduction du gouvernement

Plus en détail

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques Avec leurs rendements supérieurs aux actifs traditionnels et leur faible volatilité, les hedge funds attirent toujours de nombreux investisseurs. Néanmoins, ils restent risqués. Hedge funds: des faiblesses

Plus en détail

Gestion de projet. Jean-Charles Régin. Licence Informatique 3 ème année - MIAGE

Gestion de projet. Jean-Charles Régin. Licence Informatique 3 ème année - MIAGE Gestion de projet Jean-Charles Régin Licence Informatique 3 ème année - MIAGE Gestion de projet : Mise en œuvre Jean-Charles Régin Licence Informatique 3 ème année - MIAGE Gestion de Projet : Mise en oeuvre

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence

e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant profondément les structures des organisations et par conséquence e-business, EAI et Business Intelligence Le triptyque gagnant Alain Fernandez Consultant indépendant, il intervient depuis plus de 15 ans auprès des grands comptes et des PME sur la conception des systèmes

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Contrat d abonnement SITE internet

Contrat d abonnement SITE internet WEB-CREATION, LELONG Jean-Charles, 16, rue Caqué 51100 Reims SIRET : 422 130 591 00023 e-mail : contact@mon-coiffeur.fr Contrat d abonnement SITE internet Nom de l entreprise :... Adresse de l entreprise

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis ÉTUDE TECHNIQUE L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis Pour une entreprise, l informatique en nuage constitue une occasion majeure d améliorer

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques

OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Intervention du 29 Avril 2004 9 h 15 10 h 45 M. Sébastien Bahloul Chef de projet Expert Annuaire LDAP bahloul@linagora.com OpenLDAP : retour d expérience sur l industrialisation d annuaires critiques Plan

Plus en détail

FICHE METIER. «Chef de chaîne» Chef de chaîne APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chef de chaîne» Chef de chaîne APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef d antenne «Chef de chaîne» APPELLATION(S) DU METIER Chef de chaîne DEFINITION DU METIER Chef de chaîne est en charge de la diffusion technique des programmes. Il est garant de la continuité de la

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises Un livre blanc d IDC sponsorisé par Ricoh Juin 2012 Points Clés La situation est bien pire qu on ne le pense: De la mauvaise qualité des processus documentaires découle des risques majeurs pour les entreprises

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Mai 2004 Collection Guides de gestion

Mai 2004 Collection Guides de gestion Guide des logiciels de suivi du temps Mai 2004 Collection Guides de gestion Guide du directeur pour le suivi du temps Pour toute entreprise désireuse de s outiller adéquatement pour automatiser et rationaliser

Plus en détail

LA SOLUTION 3/360 3 défis stratégiques 360 minutes de focus

LA SOLUTION 3/360 3 défis stratégiques 360 minutes de focus LA SOLUTION 3/360 3 défis stratégiques 360 minutes de focus PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATÉGIQUE SURVITAMINÉ À qui s adresse la Solution 3/360? La Solution 3/360 est toute désignée pour les PME ou autres

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Online Intelligence Solutions LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Comment intégrer les KPI à sa stratégie d entreprise? Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A PROPOS DE JACQUES WARREN

Plus en détail

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT I PLANZER I 2010 BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT Notre plan C pour situations d'urgence et de crise La sécurité n'est pas une valeur absolue. Une gestion de risque peut éventuellement

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Essent souhaitait automatiser entièrement la facturation de ses clients industriels. Etablir des

Plus en détail