2. L origine et les menaces pesant sur le changement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. L origine et les menaces pesant sur le changement"

Transcription

1 Gestion de changements et de crise Dilemmes et solutions Habil. Dr. NOSZKAY Erzsébet Maître de conférence responsable de filière Université Szent István Faculté des Sciences Economiques et Sociales, Gödöllő Conseillère en affaires, spécialiste de la gestion de changements et de crise ( L auteur jouit d une expérience de 25 ans dans le domaine de la recherche relative aux phénomènes sains et malsains de l organisation. Elle constate que les dilemmes des nécessités et de la gestion de changement ainsi que les dangers de crise deviennent incessants et extrêmement présents dans un monde globalisé et «accéléré» par les technologies de l information. La conclusion qui en découle est évidente: aucune entreprise aujourd hui ne peut réussir sans changer, cependant, pour réussir vraiment, il ne suffit pas de changer «seulement». La manière dont on procède au changement est d une importance capitale! Comment doit donc être un changement réussi? Quelles méthodes devons-nous choisir et comment devons-nous les appliquer pour que les programmes de changement ne débouchent pas sur une crise? 1. Introduction Les sociétés humaines, les entreprises, voire les familles et les individus doivent constamment répondre à la sollicitation de la nécessité de changement et doivent, de plus en plus souvent procéder à des changements. L on entend souvent dire que les changements permanents et même radicaux sont le gage du succès. Cependant, la réalité n est pas si simple que cela. En effet, les nécessités de changement et la gestion 1

2 de changement peuvent très facilement déboucher sur une crise. Il est donc primordial de réagir aux différents problèmes au bon moment et avec les moyens adéquats. Cela est d autant plus vrai qu actuellement les changements structuraux ratés sont de plus en plus souvent à la une des actualités. Pareillement, l on entend beaucoup parler de projets de changement manqués, menés par de managers autrement talentueux, de mauvaises expériences partagées par des conseillers et de méthodes propres à faciliter l élimination des changements ratés. 1 Comment doit donc être un changement réussi? Quelles méthodes devons-nous choisir et comment devons-nous les appliquer pour que les programmes de changement ne débouchent pas sur une crise? Des conseillers et la littérature traitant de la gestion s occupe elle aussi de plus en plus souvent de ces questions. En effet, les changements qui sont de plus en plus inévitables ont souvent des obstacles structuraux sans parler des risques non négligeables qu ils comportent. 2. L origine et les menaces pesant sur le changement 2.1. Les facteurs des changements devenant de plus en plus rapides: l informatique et les technologies de l information; la globalisation; le développement technique et technologique. À la suite des mouvements imprévisibles du capital international, à cause de la pollution de l environnement et des menaces que représentent les catastrophes naturelles, les facteurs de l adaptation et aussi ceux des crises sont devenus de plus en plus «durs». Il faut considérer et traiter les différents systèmes d information intégrés comme facteur de risque à part entière. La déformation (parfois l altération volontaire) 2 des 1 Après avoir étudié et participé à la gestion du changement des procédures au sein de plusieurs centaines d entreprises, Hammer (2007) a par exemple mis en place un cadre permettant le succès des changements procéduraux et remarque à titre de prévention que «Malheureusement, il y a également des blessés sur la route». «Dans la plupart des entreprises que j ai étudiées, les directeurs cumulaient les faux pas. Ils ont reconnu qu ils devaient faire beaucoup de changements pour pouvoir exploiter les possibilités offertes par les procédures, mais ils étaient incertains de ce qu il fallait changer, à quel point et à quel moment.» (Hammer, 2007, 45,46 p.) 2 Evoquant ce risque lié aux systèmes intégrés, Heineman a écrit récemment que «Les employés, à tous les niveaux hiérarchiques de l organisation, ont tendance à «maquiller» les données, à prendre certaines choses à la légère, voire à procéder à des altérations encore plus graves.»..«dans le pire des cas, 2

3 informations résultant de la défaillance de ces derniers peut être à la fois la cause et l effet lors de l éclatement d une crise. En effet, il est inéluctable que, déjà dans la phase initiale de la crise, le contenu et l authenticité des informations deviennent incertains Les nécessités de changement pressantes comportent aussi des menaces, notamment: les changement trop fréquents aboutissent au «chaos», alors que l absence de changements risque d avoir pour résultat un retard définitif. Il est important de savoir qu il y a beaucoup plus de similitudes entre les entreprises réussies et entre les méthodes de gestion de crise efficaces qu entre celles qui échouent. Les phénomènes qui sont à l origine de la difficulté d une entreprise peuvent être très différents. Ce qui est mortel pour l une ne l est pas pour l autre. Les possibilités et les moyens de sortir de la crise donnent une image encore plus complexe. Il est dans tous les cas souhaitable que les responsables et les gestionnaires d une entreprise attachent plus d importance à la prévention et à la gestion efficace du changement. Toutefois, malgré la prévention la plus circonspecte, le mal peut survenir Quand pouvons-nous parler de changement? Changement: processus (mouvement) indiquant une direction bien définie qui, dans le cas idéal, montre vers l avenir. Le changement a deux types: a) changement morpho statique du premier degré qui n affecte pas le caractère «système»; b) changement morphogénétique du deuxième degré qui affecte le caractère «système». Aux différents changements, les entreprises réagissent avec un changement qui peut être de deux types: a) changements incrémentiels (comportant des changements relatifs au développement de la structure); b) changements radicaux qui affectent dans tous les cas le système et les structures. comme le montre l exemple des entreprises Enron et de Arthur Andersen, ces faux pas peuvent conduire à l éclatement d une crise mortelle au sein de l organisation» (Heineman, B. W. Jr. ( , 77.p.) 3

4 Le but du changement: réalisation d un équilibre plus développé de l organisation. 3. Qu est-ce que la crise? La crise est un cas spécial du changement. Il s agit d un changement morphogénétique au cours duquel le système change, mais ces changements: sont de caractère spontané (par ex., en cas d une gestion de changement entamée, il va diverger de la direction et des cadres prévus du projet); ont un effet désorganisateur; ont, au début, un état de système moins développé et, à défaut d une intervention, aboutissent à la perte totale du caractère «système» Les problèmes typiques du changement (ses rapports avec la crise) Le plus fréquent est que la structure ne réagit pas aux différentes incitations au changement. Mais il arrive également que: Ce n est pas à ses vraies possibilités ET/OU aux menaces que la structure réagit; Le changement n intervient pas au moment opportun ET/OU avec l engagement nécessaire; Les changements ne sont pas suffisamment profonds ET/OU étendus; La gestion des changements ET/OU les méthodes choisies pour ces derniers ne sont pas adaptés Les relations entre le changement et la crise Les différents types de crise a) Crises gérables par des moyens morphogénétiques (les cas typiques sont les structures en difficulté qui sont capables de s en sortir par une gestion de crise); b) Crises impossibles à gérer par des moyens morphogénétiques (les cas typiques sont les structures destinées à la liquidation); c) les cas limites sont les structures qui tombent en faillite et qui sont également «menacées» par les situations décrites sous les points a) et b). 4. Le changement et ses facteurs essentiels 4

5 4.1. Facteurs déclenchant les changements: a.) Les facteurs positifs des changements sont des possibilités ou des dispositions structurales dont la mise à contribution ou le développement servent l avenir ou le succès de la structure. b.) Les facteurs négatifs des changements sont des menaces auxquelles les structures réagissent de manière unique par la prévention et la fuite en avant. Principaux types de ces facteurs: - Menaces extérieures - Menaces intérieures 4.2. Les caractéristiques principales de la gestion de changement La gestion de changement est une activité importante comprenant la gestion des changements morphogénétiques affectant la structure en tant que système. Voici ses caractéristiques principales: elle fait partie du fonctionnement et de la gestion sains et normaux de la structure; en tant que la gestion des problèmes, le changement peut être effectué des ressources propres de la structure; les changements ne menacent pas les facteurs de stabilité de la structure (par ex. l infrastructure, l utilisation des capacités, solvabilité, les «hommes clés», dépositaires du savoir-faire); la gestion des changements n est pas nécessairement une gestion de crise, mais le danger potentiel de la crise est présent. Le but de la gestion de changement: rendre la structure apte à tirer profit d une possibilité ou à écarter une menace. 5. La gestion de crise La gestion de la crise est l «art» de la reconnaissance des symptômes de crise de la structure; du diagnostic et de la thérapie de la crise; et de l éradication des processus de crise en vue de la réorientation de ces derniers vers le succès Le but de la gestion de crise 5

6 le rétablissement de l équilibre sain de la structure ainsi que la correction des conséquences des changements mal gérés ou non réalisés; le démarrage de processus de développement à l aide de changements morphogénétiques Les caractéristiques principales de la gestion de crise: course avec la montre; la situation paradoxale du management (en effet, dans les 95% des cas les firmes doivent leur crise au mauvais fonctionnement du management, alors que ce sont justement les mêmes gens qui doivent reconnaître le danger imminent et faire face à leur propre faute) la crise, en tant que la gestion des problèmes ne peut être résolue que partiellement par les moyens propres de la structure; la crise n est pas une partie du fonctionnement normal, mais elle est un processus «pathologique»; sans changements, la crise ne peut pas être gérée. Ce qui précède laisse bien voir que, dans la pratique, le changement et la crise sont en rapport étroit. 6. Changements dans les structures les facteurs de risque des changements qui n ont pas lieu 6.1. Les facteurs de risques découlant de la non réalisation des changements nécessaires et de la désuétude de la gamme de produits Les conséquences principales en sont: la structure de produits devient désuète; l entreprise perd ses marchés intérieurs et extérieurs; l entreprise est définitivement «éliminée» du monde de l informatique Les facteurs de risque des changements internes Les plus importants sont ceux liés aux différentes étapes de la vie de la structure 3. 3 Les facteurs de risque spécifiques de la période de démarrage les besoins de rentabilité immédiate (tout le monde sait qu une entreprise qui vient de démarrer ne peut pas, au commencement, utiliser ses capacités à cent pour cent, par conséquent son rendement ne peut pas être maximal non plus); le refus d accepter des risques; elle essaie de réagir sans réfléchir à toute nécessité de changement (qu elle soit importante ou insignifiante); 6

7 Leurs caractéristiques principales sont: ils sont complexes aussi bien dans leurs manifestations que dans leurs effets (sont semblables à un système); sont toujours liés aux fonctions de base de la structure; exercent directement leur effet toujours sur la structure et la «qualité de la vie». 7. Les facteurs qui sont à l origine de l élaboration des décisions Un projet de changement qui s éloigne des besoins de changement comporte beaucoup de danger, aussi est-il très important de bien élaborer la décision y relative. La figure ci-après illustre les facteurs de décision et leurs rapports. le flux trésorier négatif (cash-flow) devient permanent; la manière dont le propriétaire réagit aux symptômes des problèmes: négation des problèmes. Les facteurs de risque spécifiques de la période de croissance et de développement la mission et le système de valeurs de l entreprise n ont pas été élaborés, par conséquent celle-ci manque de stratégie; la croissance est plus dynamique que la capacité financière de l entreprise (instabilité financière); structure formelle inadéquate, qualité faible de l administration, les réglementations sont mauvaises (ou inexistantes); l entreprise engage des investissements improductifs ou représentant une charge excessive; à cause du mauvais climat qui commence à régner, les «hommes clés» partent; les «fondateurs» d esprit créatifs sont écartés de la structure ET/OU le nombre des responsables de type manager est insuffisant. Les facteurs de risque d une structure mûre la créativité, l esprit d entreprise sain et la volonté de savoir sont écartés par l autosatisfaction la vigilance vis-à-vis des facteurs de risque s affaiblit; à cause des succès et des résultats momentanés, la recherche et le développement sont négligés; l entreprise veut «garder» ses positions sur le marché avec sa situation de monopole; ce sont les formes, les règles, la vanité ainsi que les solutions et les rites obéissant aux règles d une hiérarchie reposant sur l autorité qui prennent le dessus; la communication avec les membres, les clients et les partenaires de la structure ne passe plus pour une valeur; la soumission et le conformisme l emportent sur le jugement propre; de «mauvaises» rumeurs commencent à se propager sur la firme; les fonds sont affectés non pas à l amélioration de la compétitivité de l entreprise mais à des choses improductives. 7

8 Figure 2: Les différents facteurs de décision des projets de gestion de changement Diagnostic Type du projet de changement: changement de cap modification de cap À quel point la structure est-elle affectée: Mesurer le changement à réaliser; Couches profondes Facteurs subjectifs: participation de la direction supérieure; le «consensus» des participants de la structure Dangers: manque d engagement mauvaise communication victimes > résultats réalisables En ce qui suit nous allons examiner ces facteurs de plus près Établissement du diagnostic Les questions fondamentales de l établissement du diagnostic: l entreprise est-elle encore capable de produire à ses clients une valeur ajoutée convenable; l orientation stratégique est-elle adéquate; quelles sont les circonstances du changement de cap possible (c est-à-dire, quelles sont les possibilités et menaces auxquelles il faut s attendre pendant le changement); quelles sont les dispositions de transformation (donc les atouts et les points faibles de l entreprise); 8

9 le fonctionnement de l entreprise est-il sain ou malsain Diagnostic Réponses fondamentales La figure 2. veut démontrer qu un bon diagnostic doit savoir donner une réponse à un grand nombre de questions La solidité du projet de changement dépend de la qualité du diagnostic qui permet de définir: dans quelle mesure le changement doit être drastique; comment les changements doivent affecter les «couches profondes», c est-àdire les structures de base de l entreprise. a) Il peut arriver que les changements incrémentiels: rencontrent une résistance moins importante de la part de la structure; causent moins de «douleur» et de pertes subjectives, MAIS ne puissent pas résoudre les problèmes de la structure se posant au niveau du système (par ex. atteinte d une certaine rentabilité et/ou d une efficacité au niveau de l entreprise). (Le présent texte ne traitera pas en détail la question des changements incrémentiels.) b) Des modifications de cap (à base de développement organisationnel, par ex. changement de culture organisationnelle, organisation apprenante, systèmes de management du savoir) ou des changements de cap (BPR, qui fait partie intégrante de la gestion de crise également), affectant le «caractère système» sont nécessaires si le but visé est la rentabilité ou l efficacité de l entreprise et ce but ne peut être atteint que par un changement radical du système ainsi que la transformation et la réorganisation de ses procédures. 4 Une organisation peut être considérée saine si - Elle réagit de manière sûre et active aux changements et influences extérieurs et intérieurs comportant des incertitudes et des menaces; - En même temps, elle est dotée de suffisamment de résistance pour pouvoir «trier» parmi les différentes influences qui l affectent; - Elle ne se déséquilibre pas sous la pression des différentes influences, mais elle abandonne volontairement et de son plein gré son équilibre initial pour atteindre une condition et une qualité supérieures; - Elle dispose non seulement d une capacité de régénération nécessaire pour la survie des fonctionnements organisationnels mais également d une capacité de développement. 9

10 L éventail des choix est donc en principe large, mais il est important que le management choisisse dans tous les cas la solution appropriée. Etudiant l origine des situations de crise persistantes, les consultants en stratégie de crise arrivent très souvent à la même conclusion. Le management des entreprises étudiées, à la place de «sauver» l entreprise avec une transformation et restructuration radicales de l ensemble des procédures, s est contenté de changer uniquement certaines procédures ou sous-procédures. Aucune amélioration significative n a été de cette manière atteinte, mais la situation de crise aiguë a perduré. Le cas réel présenté en note de bas de page illustre parfaitement la situation ci-avant Un programme de changement réussi ou échoué a aussi des éléments subjectifs: l engagement conséquent et la participation de la direction supérieure au programme; le «consensus» des participants de la structure; le consensus n a pas de chance de réussir si le nombre des victimes dites subjectives est beaucoup plus important que les résultats réalisables par le 5 Les directeurs d une société de construction mécanique proposant des activités prestataires, des services commerciaux et même de fabrication devaient faire face à des problèmes financiers croissants, nécessitant des changements affectant le «caractère système». Le management ne voyait la solution qu uniquement dans la rationalisation continue des flux financiers, la mise en place d un nouveau système d information financière et finalement la «discipline» des employés responsables des finances. Pourtant, les symptômes ne menaient pas directement à l origine des problèmes. (Cela ne signifie pas pour autant qu une amélioration n était pas la bienvenue au niveau des flux financiers, mais la véritable nécessité de changement était étroitement liée à d autres procédures également.) Tout d abord, la société ne disposait pas de bons systèmes d informations (et donc pas d analyses de fond non plus) permettant de détecter, le profil de la société étant trop varié, quels sont les éléments responsables de la crise. En effet, à part la maintenance régulière de machines modernes (prévue par des contrats annuels), la société s est trop souvent chargée de réparer des machines «fin de série» exigeant très souvent beaucoup de travail manuel. Il aurait été plus opportun de renoncer à ces réparations que de s y tenir par habitude. (Les études successives ont même révélé que le prix de ces prestations de réparation ont été définis avec une ancienne méthode de calcul. Si les prix auraient été plus proches de la réalité, ils n auraient plus été attractifs aux clients.) Tout en surchargeant les capacités de réparation et même de fabrication par ces commandes (en effet, ils ont très souvent accepté la réparation de machines dont les pièces n étaient plus vendues nulle part et il fallait les fabriquer individuellement), le marketing est resté en grande partie orienté sur les anciennes relations de clientèle. Malheureusement, le service marketing ne faisait pas de vrais efforts pour rechercher de nouvelles possibilités permettant de renouveler le portefeuille de services de fabrication et de rentabiliser par exemple le parc de machine relativement moderne par des travaux de sous-traitance à la place des petites commandes jusque-là acceptées. 10

11 changement lui-même. Il est important de savoir que la mise à l écart des facteurs subjectifs peut aussi bien constituer des facteurs de crise et d échec que le mauvais choix de la forme de l intervention Segmentation du problème Figure 3 : Les dimensions de base de la segmentation P R O F O N D E U R V a le u r s fo n da m en tale s s a v o ir - fa ir e T e c h n o lo g ie s, te c h no lo g ie s d e l in fo r m a ti o n, fo u r n it u r e d in fo rm a tio ns C o n d itio n s s t ru c tu ra le s É v alu a tio n de s p er fo rm a n c e s, in té r e s s em e n t m a t é r ie l T â c he s, r e s p o n s a b ilité s O b je c tifs P r io r it é a c co r d é e au x c li en t s, é tab lisse m e n t d e s r ela t io n s, d yn am iq u e M od e rn ité, s a v o ir- fa ir e, c r é a tiv ité, t ale n t P rio rit é a c c o rd é e a u x n o r m e s, p r é v is ib ilité, o r d re In s ti tu tio n n a li sa ti o n In sti tu ti o n n a l is a ti o n In s ti tu tio n n a lis a ti o n R e lat ion s a v ec la c lie n tè le In n o v a ti o n d e p r o d u i t e t t e c h n o lo g iqu e É T E N D U E F o n c ti o n s, p r o c es s u s d e la v ie d es a f fa ir e s I n f ra s tr u c tu re e t p r o d u c ti o n La segmentation du problème n est autre chose que la définition des interventions et des changements souhaitables. Les dimensions de base de la segmentation du problème sont l étendue et la profondeur qui sont fixées par l institutionnalisation. En ce qui suit, nous allons en voir les détails L étendue est la dimension qui permet de décider si le changement doit affecter l ensemble de l entreprise; ou au sein de celle-ci une ou deux fonctions de base; ou au sein de ces fonctions certaines parties de fonction ou partie de processus La profondeur est la dimension qui rend possible la réalisation même du changement. Les facteurs nécessaires sont: 11

12 la définition des tâches, des responsabilités et des compétences; l évaluation et le contrôle de la performance et le système de l intéressement matériel; conditions structurales; fourniture et technologie d informations, conditions de la gestion d informations (accès, etc.); valeurs fondamentales, savoir-faire L institutionnalisation: elle assure le maintien durable des changements. L institutionnalisation est en fait le règlement du fonctionnement au niveau de la structure (de l entreprise). Son rôle important consiste à fixer, après le changement adéquat, le nouvel équilibre de la structure et à empêcher le retour à l état précédant le changement. 8. Conclusion Toutes mes expériences professionnelles montrent qu il est important d insister sur le fait qu une intervention radicale (BPR) voire très probablement une gestion de crise peuvent s avérer nécessaires si le projet de changement débouche, pour quelque raison que ce soit, sur une crise. Cas de figure typiques : problème d étendue mal interprété; problème de profondeur affectant plusieurs processus fondamentaux; crise de valeurs provoquée par un processus de consolidation (freezing) qui a été entamé avec les méthodes du développement de la structure mais qui a échoué; l organisation est malade 6 ou elle commence à produire les symptômes d une crise. 6 L éclatement et la prolongation d une crise ne sont jamais dus à un seul et unique symptôme de maladie. Il s agit dans tous les cas d un déséquilibre révélateur de problèmes de disfonctionnement, de problèmes structuraux et de la combinaison de ces symptômes. Les crises peuvent se catégoriser selon les éléments déséquilibrés et les fonctions organisationnelles auxquelles ces éléments sont liés. Le type de la crise se définit par la fonction (les fonctions) porteuse(s) du «gène» malade. Il est important de bien analyser les caractéristiques des différents types de crise afin de pouvoir définir les priorités et les solutions financières (voir Katits, 2000) de la stratégie de gestion de crise à choisir. A l aide de ces caractéristiques, nous pouvons également déterminer de quelle période de crise il s agit (Noszkay, 2004). 12

13 Littératures utilisées Abrahamson, E. (2001/4.): Fájdalommentes változtatás HBm (16 20 p.) Caspar, Crinda, Viallet (1985) Créer votre entreprise Les Éditions d organisation Denner, C. Gloger, A. Hoerner, R. (1996): Erfolgreiche Reengineering- Praxis in Deutschland, Düsseldorf und München Dobák Miklós és munkatársai (1999): Szervezeti formák és vezetés KJK Dobák Miklós (1999/3.): Folyamatok fejlesztése és változásvezetés HBM (69 76 p.) Farkas Ferenc (2005): Változásmenedzsment Akadémiai Kiadó Hammer, M. (2002/10-11.): A szuper hatékony vállalat. HBm (8-17 p.) Hammer, M. (2007/9.): A folyamataudit. HBm (45 57 p.) Hammer, M. Chamy, J.(1996) A vállalati folyamatok újraszervezése Panem- McGraw Hill Kiadó Bp. Heineman, B. W. Jr. (2007/9): Az integritás csapdáinak elkerülése. HBm (76 85 p.) Katits Etelka (2000): A vállalati válságkezelés pénzügyi módszerei, Perfekt, Bp. Kotter, J. P. (2000): A Force for Change. Free Press Kotter, J. P. (1999/2.): Mit csinálnak a vezetők valójában? HPm. (8-16 p.) Lewin, K. (1972): A mezőelmélet a társadalomtudományban. Gondolat Kiadó, Bp. Noszkay Erzsébet (2000, változatlan kiadás): Informatikai és rendszerszervezési alapismeretek, Számalk. Kiadó Noszkay Erzsébet (2004): Változás- és válságmenedzsment SZIE GTK Egyetemi jegyzet (a átdolgozott kiadása) Pataki Béla (1999): Technológia-váltások menedzselése, Műszaki Könyvkiadó Magyar Minőség Társaság, Bp. Pousse, J. M. (2004): Reprise d entreprise (Cours de M. Pousse: Tenner, A. R. DeToro, I. J. (1998): BPR Vállalati folyamatok újraformálása Műszaki Kiadó Bp. Thom, N. (11/1999): Változáskezelés Vezetéstudomány (30. Évf p.) 13

Les causes d échec du changement organisationnel

Les causes d échec du changement organisationnel MBOCKA Geneviève Haute école de gestion de Genève Drize, 7 Campus Battelle Bât. F 1227 Carouge Les causes d échec du changement organisationnel A quels éléments faut-il être attentif lors de la mise en

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

Un guide pratique pour la mise en œuvre de la Planification Intégrée de l Entreprise.

Un guide pratique pour la mise en œuvre de la Planification Intégrée de l Entreprise. Inspiring Business Performance Un guide pratique pour la mise en œuvre de la Planification Intégrée de l Entreprise. Les 20 questions que vous devez poser et leurs réponses... Planification Intégrée de

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

I. Mercatique et stratégie

I. Mercatique et stratégie 02. LE DIAGNOSTIC 1 I. Mercatique et stratégie A. Stratégie générale Selon Chandler, «la stratégie consiste à déterminer les objectifs et les buts fondamentaux à long terme d une organisation, puis à choisir

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL

DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL I COL LOQUI DE JUSTÍCIA CONSTITUCIONAL DEL PRINCIPAT D ANDORRA Marek Safjan Président du Tribunal constitutionnel de la Pologne DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Flexibilité et choix dans la gestion d infrastructure Le SI peut-il répondre aux attentes métier face à la complexité croissante des infrastructures et aux importantes contraintes en termes

Plus en détail

LES CONTRATS DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT

LES CONTRATS DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT 1 I Introduction LES CONTRATS DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT Par Monsieur le Professeur Dr. Thomas Pfeiffer, Heidelberg Le contrat de vente constitue le modèle du droit des contrats. Cela était déjà

Plus en détail

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Par : Josée St-Pierre 1, Ph.D., professeure titulaire Directrice du Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Présidente

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

L'identité de l'entreprise

L'identité de l'entreprise L'identité de l'entreprise ACT Formation 181 à 203 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon Tél. 33 00/4 72 73 48 79 Fax 33 00/4 72 73 11 20 email : info@actformation.fr www.actformation.fr ACT Formation SA 1 route

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 8 juin 2010 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Sommaire Définition Les enjeux La démarche En pratique: comment identifier les fonctions

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques

LeCroy. Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques LeCroy Recherche de défauts sur circuits logiques à l aide d oscilloscopes numériques Avec la constante évolution industrielle, les ingénieurs d études doivent aujourd hui caractériser en permanence de

Plus en détail

Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté

Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté Les Lignes Directrices pour les entreprises en difficulté 1. Les aides au sauvetage et à la restructuration 1. Dans certains cas, l entreprise qui sollicite une intervention publique est dans une situation

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Document de référence. Gestion du stress

Document de référence. Gestion du stress Document de référence Gestion du stress Table des matières Introduction 2 Définition du stress 2 Les causes du stress au travail 2 Les catégories de stress : le stress positif et le stress négatif 2 Les

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Comité de concertation en entreprises (CM) 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2009-09-14 Table des matières Section 1 : p. 2 sur 7 Table des matières RÉFÉRENCE TABLE DES MATIÈRES...

Plus en détail

ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun

ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun ÉTUDE DE FAISABILITÉ HUMAINE (EFH) OU ÉTUDE D IMPACT HUMAIN (EIH): UN OUTIL POUR LA CONDUITE DU CHANGEMENT Jean-Pierre Brun ACTIONS STRATÉGIQUES 1. Élever au niveau corporatif la réflexion sur les impacts

Plus en détail

Analyse financière par les ratios

Analyse financière par les ratios Analyse financière par les ratios Introduction L outil utilisé dans les analyses financières est appelé ratio, qui est un coefficient calculé à partir d une fraction, c est-à-dire un rapport entre des

Plus en détail

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e P o u r r é p o n d r e a u x b e s o in s d u c o m m e r c e e t d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intervenants : Mardi 5 septembre 2006 Séance 14h00 15h30 Janin AUDAS, EC,CAC, Arezki

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

Conditions générales des crédits & financements page 1/8

Conditions générales des crédits & financements page 1/8 Chers partenaires-crédités, En acceptant un crédit de CREDAL SC, vous marquez votre acceptation sur les conditions précisées ci-après, qui tendent au respect d un équilibre entre les droits et les obligations

Plus en détail

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE Le guide fait la différence PRÉAMBULE lacements, gestion financière, hypothèques, retraites et troisièmes piliers, successions, crédits bancaires, investissements... Pour

Plus en détail

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques Mardi 13 janvier 2004 Karin BARLET Nous vous proposions le 25 novembre dernier un Bim sur les schémas d intervention des banques commerciales

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat Chapitre I Politique d entreprise et politique d achat Nous venons de voir que les objectifs de l entreprise étaient de créer du profit tout en respectant les attentes des clients. Lorsque l entreprise

Plus en détail

Conseils en Credit Management

Conseils en Credit Management Conseils en Credit Management détection précoce des risques de défaut de paiement Les faillites interviennent souvent lorsqu un partenaire d affaires important ferme ses portes. Ce sont en particulier

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Les placements financiers: un défi pour les PME

Les placements financiers: un défi pour les PME Les placements financiers: un défi pour les PME Au sein des entreprises, le placement approprié des liquidités et des fonds libres est une fonction fondamentale de la gestion financière. Pour qu il soit

Plus en détail

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Par Nicole Cournoyer Consultante et formatrice en créativité 2573 rue de Port-Royal, Sainte-Foy (Québec), G1V 1A5 Tél.: (418)

Plus en détail

«Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique»

«Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique» Compte Rendu Café RH Dauphine du 27 janvier 2015 «Les risques psychosociaux, d une démarche légale à un enjeu stratégique» L objectif de ce compte-rendu est de fournir une synthèse des différents points

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Section 1 Rôle préventif de l expert-comptable, du reviseur et du comptable dans le cadre d une entreprise en difficulté : mesures à prendre Le rôle

Section 1 Rôle préventif de l expert-comptable, du reviseur et du comptable dans le cadre d une entreprise en difficulté : mesures à prendre Le rôle Section 1 Rôle préventif de l expert-comptable, du reviseur et du comptable dans le cadre d une entreprise en difficulté : mesures à prendre Le rôle de conseiller de l expert-comptable, du reviseur, du

Plus en détail

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits

PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM. Tirer un maximum de plus-value. de la gestion du cycle de vie des produits SERVICES ET SUPPORT PROCESSUS ET INITIATIVES PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM PRODUITS LOGICIELS SOLUTIONS MÉTIER Tirer un maximum de plus-value de la gestion du cycle de vie des produits La gestion du cycle

Plus en détail

Rémunération de la force de vente

Rémunération de la force de vente Rémunération de la force de vente * Guylaine Béliveau, CRHA, est conseillère principale chez PCI-Perrault Conseil inc. Résumé L auteure met en évidence l importance de la force de ventes dans le succès

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/

Assurance-crédit. Maîtriser les défauts de paiement/ Assurance-crédit Maîtriser les défauts de paiement/ Souvent, la confiance ne paie pas/ A toute facture en souffrance est associé un risque de perte. Tout se passe bien pendant un temps, jusqu à ce qu un

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage

Introduction. Les obstacles à l analyse web. Le marquage Introduction L analyse web ou Web Analytics est une discipline récente dont on commence à entendre parler au milieu des années 2000. La Web Analytics Association 1 le définit comme la mesure, la collecte,

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes)

Introduction. ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Introduction ( ) Réaliser des bénéfices n est pas un jeu de hasard, mais simplement une question de méthodes ( ) (John Maynard Keynes) Il existe actuellement différentes méthodes de calcul du coût d un

Plus en détail

Qu est-ce que le risque?

Qu est-ce que le risque? FAIRTRADE INTERNATIONAL Qu est-ce que le risque? Le risque est l effet potentiel de l incertitude sur les objectifs d un projet. La gestion des risque compte quatre parties essentielles : l évaluation

Plus en détail

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction Le secteur bancaire après la crise Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction 1 Les cinq moteurs du secteur bancaire. Le secteur bancaire s adapte. Une banque du

Plus en détail

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT INTRODUCTION Le burnout est un trouble de l adaptation lié au travail, il touche les professionnels qui exercent en relation d aide. Initialement ce terme

Plus en détail

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere.

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere. DISCOURS DE L INVITE D HONNEUR, SON EXCELLENCE, JAKAYA MRISHO KIKWETE, LE PRESIDENT DE LA REPUBIQUE-UNIE DE LA TANZANIE LORS DE L OUVERTURE OFFICIELLE DE LA 36è CONFERENCE ANNUELLE ET L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites

Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne. Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites Les dispositifs de gestion des risques et de contrôle interne Cadre de référence : Guide de mise en œuvre pour les valeurs moyennes et petites SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I- OBJECTIFS, PRINCIPES ET CONTENU...

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Note d application Pour nous contacter : Tel. : 01 39 67 67 67 67 Fax. :

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Investissements machines. - Prenez le bon départ. Ensemble, nous pouvons rentabiliser vos. Beaucoup plus vite.

Investissements machines. - Prenez le bon départ. Ensemble, nous pouvons rentabiliser vos. Beaucoup plus vite. Investissements machines - Prenez le bon départ Ensemble, nous pouvons rentabiliser vos Beaucoup plus vite. 12 minutes pour gagner 12 mois Si vous envisagez d investir dans une nouvelle machine, accordez-nous

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Cadre théorique de la gestion des risques Des principes à l application 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Bonjour Structure de la présentation Cadre théorique ou plutôt les cadres et les principes Application

Plus en détail

En fait, la notion d automatisation logistique se compose de quatre éléments :

En fait, la notion d automatisation logistique se compose de quatre éléments : COMMENT CONDUIRE UN PROJET D AUTOMATISATION D ENTREPOT Pierre Freydier Directeur de Projet Groupe GCL Europe, Conseil logistique Il est d usage de dire que la France est à la traîne en matière d automatisation

Plus en détail

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Mémoire de l Association canadienne des paiements en réponse à la Banque du Canada Le 21 août 2015

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail