LES CRITERES DE CHOIX DES DETERGENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CRITERES DE CHOIX DES DETERGENTS"

Transcription

1 LES CRITERES DE CHOIX DES DETERGENTS Lionel PINEAU France

2 LE NETTOYAGE Le nettoyage est la première étape essentielle d une procédure de traitement des dispositifs médicaux. L objectif de cette phase est de faciliter le processus de désinfection ou stérilisation en: Réduisant la contamination bactérienne, Éliminant les souillures organiques et minérales (substances interférentes), Limitant le séchage et la fixation des souillures et éviter la stabilisation de l infectiosité.

3 Quelle est la définition de la propreté? Comment être sure que ma procédure de nettoyage ou mon détergent est efficace? Comment valider en routine l efficacité de ma procédure de nettoyage?

4 DEFINITION LA PROPRETE Propreté visuelle (<20 µg/cm²) + 4 log 10 réduction (Allemagne) [protéines] < 8 µg/cm² (FDA) < 2.5 µg/cm² en référence au test ninhydrine

5 CEN TC 102 WG8: LAVEUR-DESINFECTEUR ISO :2006 Laveurs-désinfecteurs: Exigences générales, définitions et essais. Statut : Publiée le 06 Avril 2006 ISO TS : 2005 Laveurs-désinfecteurs: Souillures et méthodes d'essai visant à démontrer l'efficacité du nettoyage des laveurs désinfecteurs. Statut : publiée le 11 novembre 2005

6 DEFINITIONS EN ISO :2006 Nettoyage Elimination de la contamination d'un article jusqu'au niveau requis pour son traitement ultérieur et pour l'utilisation à laquelle il est destiné. Flushing Elimination par action de l'eau des souillures grossières et/ou du contenu d un article de la charge, mais pas nécessairement des contaminations adhérant à la surface de l'article. Lavage Elimination de la contamination sur les surfaces devant être nettoyées au moyen d'un milieu aqueux, contenant ou non des produits chimiques, selon les besoins.

7 Quelle est la définition de la propreté? Comment être sure que ma procédure de nettoyage ou mon détergent est efficace? Comment valider en routine l efficacité de ma procédure de nettoyage?

8 LAVEURS-DESINFECTEURS EN ISO :2006 La vérification de l efficacité du nettoyage représente un aspect clé des performances d un laveur-désinfecteur. L état actuel des connaissances n a pas permis le développement d une méthode d essai unique. En attendant, la spécification des méthodes d essai est constituée de méthodes précédemment utilisées dans plusieurs pays. La spécification de ces méthodes d essai, incluant leurs souillures d essai peuvent être trouvées dans l ISO/TS Le comité technique a toujours l intention d élaborer une seule méthode d essai.

9 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE ISO :2006 clause Le nettoyage doit être considéré comme réalisé si, les critères d acceptation pour la méthode d essai au 6.10 et dans les parties subséquentes correspondantes de l ISO 15883, ont été remplis. Type tests La méthode d essai pour les essais de type et opérationnels (6.10.2) doit utiliser l une des souillures d essai et méthodes publiées au niveau national, comme décrit dans l ISO/TS

10 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE TESTS DE TYPE Contaminer la charge d essai, les parois de la cuve et les supports de charge avec la souillure d essai (cf. ISO/TS ). Lancer un cycle normal de lavage pour le type de charge soumis à essai (interrompre avant la phase de désinfection). A la fin du cycle de lavage, examiner la charge d essai, les parois de la cuve et le support de charge pour vérifier la présence éventuelle de souillures résiduelles en utilisant la méthode décrite dans la méthode d essai correspondante. Les résultats de l essai doivent être considérés comme satisfaisants s ils sont conformes aux exigences stipulées dans la méthode d essai correspondante.

11 TEST D'EFFICACITE DU NETTOYAGE TESTS DE TYPE NOTE 1: Il convient que les utilisateurs tiennent compte de la réglementation nationale susceptible de requérir l utilisation de souillures d essai et de méthodes d essais particulières. NOTE 2: L attention des fabricants est attirée sur le choix fait par l utilisateur de la (des) souillure(s) et de la (des) méthode(s) d essai opérationnel, car cela peut impliquer la nécessité de procéder à un essai similaire avant livraison du LD. NOTE 3: La souillure d essai utilisée pour la charge, la paroi de le cuve et les supports de charge peut ne pas être la même. Quand différentes souillures d essai sont utilisées, la raison de ce choix doit être documentée.

12 LAVEURS-DESINFECTEURS D INSTRUMENTS EN ISO :2006 Laveurs-désinfecteurs: Exigences et essais pour les laveurs-désinfecteurs utilisant la désinfection thermique pour les instruments chirurgicaux, l équipement anesthésique, les bacs, les récipients, ustensiles et verrerie, etc Statut : Publiée le 6 avril 2006

13 SOUILLURES D ESSAI LAVEURS-DESINFECTEURS D INSTRUMENTS

14 TEST D EFFICACITE DU NETTOYAGE LAVEURS-DESINFECTEURS D INSTRUMENTS ISO TS :2005 Annexe G (Allemagne) Sang de mouton, E. faecium Vis M6 x 20

15 LAVE-BASSINS EN ISO :2006 Laveurs-désinfecteurs: Exigences et essais pour les laveurs-désinfecteurs utilisant la désinfection thermique pour les récipients à déjections humaines. Statut : publiée le 6 avril 2006

16 SOUILLURES D ESSAI BASSINS ET URINAUX

17 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE URINAUX ISO TS :2005 Annexe M (Suède) Sang citraté de bétail coagulé avec du chlorure de calcium

18 LAVEURS-DESINFECTEURS D ENDOSCOPE EN ISO :2006 Laveurs-désinfecteurs: Exigences et essais pour les laveurs-désinfecteurs utilisant la désinfection chimique pour les endoscopes thermosensibles. Statut : En attente des résultats du vote formel

19 ENDOSCOPES Echoendoscope PENTAX EG3630R Air, water, suction and biopsy channel Biopsy channel Suction channel Air pump Air channel Water channel

20 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE ISO FDIS :2006 clause 6.11 Les essais d efficacité du nettoyage doivent être réalisés d abord sur le dispositif de substitution, puis sur, un nombre suffisant de dispositifs différents (au moins deux) représentatifs des dispositifs que le LD est destiné à traiter. Test de type L essai de type doit être réalisé en utilisant les portions de biofilm tel que spécifié dans l ISO/DTS :2004, annexe F, qui sont incorporés dans le dispositif de substitution.

21 SOUILLURES D'ESSAI ENDOSCOPES SOUPLES

22 TEST D'EFFICACITE DU NETTOYAGE Formation du biofilm ENDOSCOPE SOUPLE ISO TS :2005 Annexe F (France) Biofilm à Pseudomonas aeruginosa (72 heures) 4µm Dispositif de substitution

23 TEST D'EFFICACITE DU NETTOYAGE ENDOSCOPE SOUPLE Log 10 (CFU/cm 2 ) ([protéines] µg/cm 2 ) Log 10 (Nb. bactéries/ml) Log 10 (Nb. bacteries/cm 2 ) [Proteines] µg/cm² "t" Temps de contact (min.) Efficacité requise : réduction d'au moins 90% de la concentration en protéines

24 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE Qualification opérationnelle Les essais d'efficacité du nettoyage doivent être réalisés d'abord sur le dispositif de substitution, puis sur un nombre de dispositifs différents suffisant (mais au moins deux) pour qu'ils soient représentatifs des dispositifs que le LD est destiné àtraiter. En complément, des charges test composées d'un nombre suffisant de types représentatifs (marque, modèle) du (des) dispositif(s) que le LD est destiné traiter doivent être utilisées.

25 SOUILLURES D'ESSAI ENDOSCOPES SOUPLES

26 TEST D'EFFICACITE DU NETTOYAGE ENDOSCOPE SOUPLE (QO) ISO TS :2005 Annexe L (Pays-Bas)

27 CRITERES DE CHOIX D'UN DETERGENT ACTIVITES DETERSIVES Existence de données concernant l'efficacité détersive selon une des méthodes de l'iso TS :2005. Tests sur la charge LDE : annexe F (biofilm) et I (sang + E. faecium) LDI: annexe G (oeuf, E. faecium) ou annexe M (sang citraté + CaCl 2 ) LB: annexe Q (sang, colle à papier,..) ou annexe M (sang citraté + CaCl 2 ) Tests sur les parois de la cuve LDE : annexe R (Glycérol, sérum, mucine, ) ou annexe E (nigrosine, farine, ) LDI: annexe G (oeuf, E. faecium) LB: annexe D (nigrosine, farine, oeuf,..). Les résultats des essais de type doivent permettre de valider les conditions d'utilisation du produit.

28 CRITERES DE CHOIX D'UN DETERGENT AUTRES PARAMETRES Existence d'un dossier complet de validation du couple machine/produit(s). Données de compatibilité avec le matériel traité. Données précises quand aux indications et précautions d'utilisation (concentration, température, rinçabilité, ). Données concernant l'activité (procédure manuelle) antimicrobienne du produit

29 CONCLUSION La vérification de l'efficacité du nettoyage est un élément essentiel du dossier de validation d'une procédure automatique ou manuelle de traitement des DM. Les méthodes décrites dans l'iso TS :2005 permettent d'évaluer l'efficacité détersive des produits et process de nettoyage mais leur sensibilité est variable. Une révision de l'iso TS :2005 est en cours pour définir quelles doivent être les caractéristiques essentielles d'une méthode/souillure d'évaluation du nettoyage.

30 MERCI

31 TESTS D'EFFICACITE DU NETTOYAGE QUALIFICATION DES PERFORMANCE Ce test est effectué une fois que les tests d efficacité du nettoyage-1 et les tests thermométriques (voir 6.8) ont été réalisés intégralement et avec succès. Le LD doit être testé avec des charges réelles souillées à la suite d une utilisation normale, déclarées par l'utilisateur comme représentatives des charges susceptibles d'être traitées.

32 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE Qualification des performances: La méthode d essai pour la qualification des performances de l efficacité de nettoyage est décrite au et doit inclure l utilisation d une des méthodes pour la détection et l évaluation le la contamination protéique résiduelle donnée à l Annexe C. ISO :2006 clause Le fabricant doit préciser (voir article 8) la nature des produits chimiques et la qualité d'eau (voir 6.4) utilisés pendant les essais et les études de compatibilité de produits, afin de confirmer la conformité du LD aux exigences de la présente Norme.

33 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE QUALIFICATION DES PERFORMANCES Réaliser au moins 3 cycles avec des charges réelles souillées à la suite d une utilisation normale, du même type que celles destinées à être traitées. Evaluer de visu la propreté des articles traités Lorsque la charge est visuellement propre, l une des méthodes données en annexe C doit être utilisée pour détecter la présence d éventuels résidus protéiques.

34 TESTS D EFFICACITE DU NETTOYAGE METHODES DE DETECTION ET D EVALUATION DE SOUILLURES PROTEIQUES RSIDUELLES Annexe C1: Test à la ninhydrine Annexe C2: Méthode OPA modifiée. Annexe C3: Biuret Le test à la ninhydrine (C.1) et la méthode Biuret (C.3) ont une sensibilité équivalente mais sont des tests semi-quantitatifs. La méthode OPA est plus sensible mais plus difficile à mettre en œuvre.

Validation et contrôles de routine des laveurs désinfecteurs pour endoscopes

Validation et contrôles de routine des laveurs désinfecteurs pour endoscopes Validation et contrôles de routine des laveurs désinfecteurs pour endoscopes Forum d hygiène du 12.01.2010 F. Cavin chef du service de stérilisation du CHUV 1 Normes sur les laveurs-désinfecteurs EN ISO

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

Méthodes de contrôle des. du processus de nettoyage, ou de. désinfection et de stérilisation

Méthodes de contrôle des. du processus de nettoyage, ou de. désinfection et de stérilisation Préparation d un plan de contrôle pour la stérilisation centrale de l AKH Wels Méthodes de contrôle des processus de nettoyage, de désinfection et de stérilisation par Andrea Binder, Sterilgut-, Logistik-,

Plus en détail

Quel type d équipements de lavage? Validation, jusqu où aller? 30èmes JNS 9 et 10 avril 2008- Nantes C Guimier

Quel type d équipements de lavage? Validation, jusqu où aller? 30èmes JNS 9 et 10 avril 2008- Nantes C Guimier Quel type d équipements de lavage? Validation, jusqu où aller? 30èmes JNS 9 et 10 avril 2008- Nantes C Guimier Qualification et requalification La norme EN ISO 15 883-1 Exigences générales des différentes

Plus en détail

Sécurité des dispositifs médicaux

Sécurité des dispositifs médicaux Sécurité des dispositifs médicaux recueil sur CD-ROM Référence : 3169941CD ISBN : 978-2-12-169941-7 Année d édition : 2009 Analyse Priorité à la sécurité des dispositifs médicaux! Les risques encourus

Plus en détail

Retraitement des porte-instruments dynamiques (PID)

Retraitement des porte-instruments dynamiques (PID) Retraitement des porte-instruments dynamiques (PID) Solutions envisagées C.BREHIER / H.NEY JNSS BIENNE 2015 1 Benjamin Franklin Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, Nos soucis seraient doublés

Plus en détail

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre SOLUSCOPE 3 La valeur sûre SOLUSCOPE 3 une Machine rapide Pour un nettoyage et une désinfection efficace Un cycle 1 complet en 20 minutes UN TEMPS DE TRAITEMENT OPTIMAL Le cycle de traitement complet du

Plus en détail

Révision de la circulaire 138

Révision de la circulaire 138 Révision de la circulaire 138 Françoise ROCHEFORT Dominique GOULLET Stérilisation Centrale Hospices Civils de LYON Révision de la circulaire 138 Évolution des données épidémiologiques Nombre de cas v-mcj

Plus en détail

Amy MICHEL AFNOR Normalisation Chef de Projet Département Agro-alimentaire, Santé et Action Sociale Tel : 01 41 62 80 68 Amy.michel@afnor.

Amy MICHEL AFNOR Normalisation Chef de Projet Département Agro-alimentaire, Santé et Action Sociale Tel : 01 41 62 80 68 Amy.michel@afnor. Rappel sur les normes et la réglementation Amy MICHEL AFNOR Normalisation Chef de Projet Département Agro-alimentaire, Santé et Action Sociale Tel : 01 41 62 80 68 Amy.michel@afnor.org Qu est-ce qu une

Plus en détail

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN).

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). 1 - DÉFINITIONS Bactéricide Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). Contamination Présence d un élément indésirable dans un fluide, sur une

Plus en détail

Lavage en LD Cycle des LD

Lavage en LD Cycle des LD Lavage en LD Cycle des LD Lavage en LD Qualification des LD Norme EN ISO 15 883-1: demande une qualification de performancedes laveurs-désinfecteurs d instruments chirurgicaux (1 / an) 4 étapes Tests de

Plus en détail

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Frédy Cavin : expert en stérilisation CHUV Journées des formateurs de la SSSH, 12.2.2013 «Plus une eau est pure, moins elle a de poissons» Proverbe

Plus en détail

de propreté est-il garanti? des Hôpitaux Universitaires de Genève

de propreté est-il garanti? des Hôpitaux Universitaires de Genève Nettoyage des instruments creux: le niveau d assurance de propreté est-il garanti? Retour d expérience à la stérilisation centrale des Hôpitaux Universitaires de Genève Hervé Ney JNSS Fribourg 2010 1 Hervé

Plus en détail

Produits de contrôle de l efficacité de lavage et de garantie

Produits de contrôle de l efficacité de lavage et de garantie Produits de contrôle de l efficacité de lavage et de garantie de stérilité GETINGE ssured anufacturer s protocol M Manufacturer s protocol 2 Getinge ssured Getinge vous comprend Chaque jour, vous retraitez

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER Depuis 1964 Hôpitaux Cliniques Dentisterie Cabinets médicaux Seniories et centres de médication Le nettoyage et la désinfection sont primordiaux pour

Plus en détail

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse Entretien des endoscopes Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse 1 Introduction L'endoscopie risque de transmission infectieuse. L examen contamination de la surface

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Validation du nettoyage et de la stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables

Validation du nettoyage et de la stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables Synergy makes sence Validation du nettoyage et de la stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables MG-FSI72-119 Dernière mise à jour : Juin 2012 Aurélien BIGNON 5, Chemin du Catupolan - 69120 Vaulx

Plus en détail

CLASSEMENT : NUMÉRO : TYPE DOCUMENT : N DOCUMENT : PRE-DESINFECTION ET NETTOYAGE D'UN DISPOSITIF MEDICAL

CLASSEMENT : NUMÉRO : TYPE DOCUMENT : N DOCUMENT : PRE-DESINFECTION ET NETTOYAGE D'UN DISPOSITIF MEDICAL 1. Date de création du document : 30/03/2005 2. Service émetteur : Unité de Stérilisation Centralisée Pharmaceutique (USCP) 3. Nombre de pages totales du document : Rédaction Validation Approbation Noms

Plus en détail

et ses différents jalons

et ses différents jalons La vérification v finale et ses différents jalons Auteur : F. LASCROUX / AQUAP Journée technique AFIAP du 10 octobre 2006 Vérification réglementaire finale après fabrication et intervention sur équipements

Plus en détail

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE»

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» SOCIETE FRANCAISE D HYGIENE HOSPITALIERE - 1 - AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL J. Bendayan, cadre de santé hygiéniste, responsable

Plus en détail

Méthode de contrôle des performances des bacs ultrasons

Méthode de contrôle des performances des bacs ultrasons Méthode de contrôle des performances des bacs ultrasons Camille FAYARD Interne en Pharmacie Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry 2 ème JIFS -12 & 13 septembre 2014 Sommaire Généralités

Plus en détail

Lavage/désinfection et stockage sûrs des endoscopes

Lavage/désinfection et stockage sûrs des endoscopes Lavage/désinfection et stockage sûrs des endoscopes Quelle que soit la procédure, à tout moment Le SYSTÈME DE RETRAITEMENT MEDIVATORS ADVANTAGE Le système de retraitement Medivators Advantage inclut les

Plus en détail

Détergence et désinfection visà-vis

Détergence et désinfection visà-vis Détergence et désinfection visà-vis du prion Françoise Rochefort Groupement Hospitalier Nord Hospices Civils de Lyon prévention de la transmission des ATNC Études concernant les méthodes d'inactivation

Plus en détail

Emballages de stérilisation Nouvelle norme ISO 11607 1&2 : Quels changements dans les pratiques de conditionnement?

Emballages de stérilisation Nouvelle norme ISO 11607 1&2 : Quels changements dans les pratiques de conditionnement? Emballages de stérilisation Nouvelle norme ISO 11607 1&2 : Quels changements dans les pratiques de conditionnement? Avril 2006 : la norme EN 868-1 devient NF EN ISO 11607 1&2 Dans le cadre du processus

Plus en détail

Annette BEAUGAS, praticien hospitalier pharmacienne. CH Paimpol Marie Agnès GAILLARD, assistante spécialiste. CHU Limoges

Annette BEAUGAS, praticien hospitalier pharmacienne. CH Paimpol Marie Agnès GAILLARD, assistante spécialiste. CHU Limoges Annette BEAUGAS, praticien hospitalier pharmacienne. CH Paimpol Marie Agnès GAILLARD, assistante spécialiste. CHU Limoges Reims, 9 avril 2014 36 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation 1

Plus en détail

systèmes de barrière stérile

systèmes de barrière stérile systèmes de barrière stérile La nouvelle norme internationale ISO 11607 Son impact sur les fabricants, les produits, les utilisateurs et les normes européennes existantes Ordre du jour Pourquoi les normes

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL I - Instructions pour la pré-désinfection / nettoyage manuel, décontamination et des adaptateurs RISKONTROL. Avertissements: Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Eviter

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

de gestion des instruments et de documentation des données processus 7 èmes Journées nationales suisses sur la stérilisation de la SSSH,

de gestion des instruments et de documentation des données processus 7 èmes Journées nationales suisses sur la stérilisation de la SSSH, Validation des logiciels i l à des fins de gestion des instruments et de documentation des données processus Présentation de Markus Geissmann à l occasion des 7 èmes Journées nationales suisses sur la

Plus en détail

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage 1. Qu'est-ce que nettoyer? Supports de cours L'entretien et la désinfection des locaux C'est rendre propre en éliminant les salissures sans détériorer le matériau que l'on nettoie. Il s'agit d'un assainissement

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES PRISE EN CHARGE ET TRAITEMENT KA. Dinh-Van, Pharmacienne Centre Médicochirurgical de Kourou 27 mars 2013 Semaine guyanaise de lutte contre les infections associées aux

Plus en détail

AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus

AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus with people in mind UN APPAREIL PERFORMANT À DOUBLE FONCTION Amigo est un désinfecteur à chargement par le dessus, extrêmement facile à utiliser avec un évier

Plus en détail

Exigences lors de l'acquisition d'un lave-bassin

Exigences lors de l'acquisition d'un lave-bassin Exigences lors de l'acquisition d'un lave-bassin traduction du document néerlandais au site : http://www.wip.nl/contentbrowser/richtlsort.asp (-> Ziekenhuizen -> Bedpanspoelers - 1998) 0.1 Généralités

Plus en détail

LES ARMOIRES DE STOCKAGE DES ENDOSCOPES : PRÉSENTATION ET INTÉRÊTS Lionel PINEAU LE STOCKAGE DES ENDOSCOPES En fait 3 étapes au stockage: SECHAGE STOCKAGE APRES LE STOCKAGE Cette étape reste la moins maitrisée

Plus en détail

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre

SOLUSCOPE 3. La valeur sûre SOLUSCOPE 3 La valeur sûre SOLUSCOPE 3 une Machine rapide Pour un nettoyage et Un cycle 1 complet en 20 minutes UN TEMPS DE TRAITEMENT OPTIMAL Le cycle de traitement complet du Soluscope 3 marché. Il lave

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc La version 2008 de la norme ISO/DIS 9001 (Draft International Standard) Plan Plan d élaboration de l ISO9001:2008 Objectifs Présentation

Plus en détail

Procédé de Nettoyage en Profondeur Microclean

Procédé de Nettoyage en Profondeur Microclean C.difficile, un problème de nettoyage Nouveau Procédé de Nettoyage en Profondeur Vert surpasse la désinfection en éliminant physiquement les super bactéries PCS est fière de vous présenter le Procédé de

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Trucs et astuces : saison 2

Trucs et astuces : saison 2 Trucs et astuces : saison 2 Christophe LAMBERT, CH Chambéry Jean-Alexandre PIERRAT, HIA Toulon Quizz Il n y pas de relation entre la présence d eau résiduelle et le poids d un container en fin de cycle

Plus en détail

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance 34èmes JOURNEES NATIONALES D ETUDES SUR LA STERILISATION, LYON, 4 et 5 avril 2012 Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance Dori AFRAIE, Bénédicte BENOIT & Laurent THIERRY

Plus en détail

Bouteilles récipients-mesures

Bouteilles récipients-mesures RECOMMANDATION OIML R 96 INTERNATIONALE Edition 1990 (F) Bouteilles récipients-mesures Measuring container bottles OIML R 96 Edition 1990 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE DE MÉTROLOGIE LÉGALE INTERNATIONAL

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Les Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème Édition, ont été publiées en 2008. Les Interprétations Validées suivantes

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

PRÉVENTION DES INFECTIONS

PRÉVENTION DES INFECTIONS PRÉVENTION DES INFECTIONS Désinfection thermique la technologie au cœur de l homme INFECTIONS NOSOCOMIALES Les infections nosocomiales sont des infections que les patients ou les pensionnaires contractent

Plus en détail

LAVEUR DESINFECTEUR 46 TURBO GETINGE. Always with you

LAVEUR DESINFECTEUR 46 TURBO GETINGE. Always with you LAVEUR DESINFECTEUR 46 TURBO GETINGE vitesse et performances Always with you 2 Série LD 46 TURBO GETINGE Série LD 46 TURBO GETINGE 3 VOUS PERMET DE FAIRE DAVANTAGE AVEC MOINS DE RESSOURCES Face à des ressources

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Collection de normes françaises (Octobre 2015)

Collection de normes françaises (Octobre 2015) Collection de normes françaises (Octobre 2015) Groupe de travail Numéro de projet Titre de la norme AFNOR S95R/GE01 FD S98-053 :2014 Protocole d'essais à effectuer sur les conteneurs afin d évaluer l étanchéité

Plus en détail

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT?

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? 1 PLAN Définitions Types de DMx DMx classiques réutilisables, quel traitement? Pourquoi les moteurs Instructions du fabricant : exemples

Plus en détail

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE)

STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) STERILISATION A LA VAPEUR D EAU (AUTOCLAVE) Entretien matériel VALENCE B, Grenoble JANVIER 2010 Objectif La stérilisation à la vapeur d eau (autoclave) est la méthode de référence dans les établissements

Plus en détail

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED U N I M E D S.A. CM/07.12.04 NETSTERIL.SPN Approuvé par/le: Claude Borgeaud / 08.10.13 PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES

Plus en détail

Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31

Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Fiche de données de sécurité conforme a la directive 1907/2006/CE article 31 Electrolyte de CO 2 1. Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Utilisation de la substance

Plus en détail

Parquets : le point sur la normalisation

Parquets : le point sur la normalisation La grande majorité des secteurs de la filière bois restent très actifs en matière de normalisation, en France ou plus généralement en Europe. Ces travaux, suivis ou gérés par le BNBA, évoluent plus ou

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

Stérilisation. synthèse des normes ayant trait aux emballages

Stérilisation. synthèse des normes ayant trait aux emballages 1. INTRODUCTION Le but d'un système d'emballage de dispositifs médicaux pouvant être retraités est de permettre la stérilisation, la protection physique, le maintien de la stérilité jusqu'à l'utilisation

Plus en détail

THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE

THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN PHARMACIE UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON I FACULTE DE PHARMACIE INSTITUT DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES 8, avenue Rockefeller 69373 LYON Cedex 08 Année 2005 Thèse n 24-2005 MEMOIRE DU DIPLOME D ETUDES

Plus en détail

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Journée de formation du RRESO Brest le 24 mai 2007 Jean-Christophe HILAIRE Cadre infirmier Service hygiène hospitalière Centre Hospitalier de

Plus en détail

SRP-2.01-SP-11NNNN-012

SRP-2.01-SP-11NNNN-012 APPROUVÉ POUR UTILISATION INTERNE Rév. 000 Dossier n o 2.01 E-Docs n o 3407156 PROCÉDURES D EXAMEN POUR LE PERSONNEL : Demande de permis de préparation de l emplacement pour une nouvelle centrale nucléaire

Plus en détail

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON I. DEFINITIONS ET RAPPELS DISPOSITIFS MEDICAUX? NETTOYAGE ET DESINFECTION? CHOIX DU MODE DE TRAITEMENT ET NIVEAU DE RISQUE LES DIFFERENTS PRODUITS II. LES DM

Plus en détail

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Information sur la consultation/contrat de service Titre Projet Type de contrat Durée initiale Lieu d affectation CONSULTANT NATIONAL

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

ELIMINATION DES DEPOTS EN OSMOSE INVERSE : UNE NOUVELLE APPROCHE. M. Stéphane Jarrige Genesys International

ELIMINATION DES DEPOTS EN OSMOSE INVERSE : UNE NOUVELLE APPROCHE. M. Stéphane Jarrige Genesys International ELIMINATION DES DEPOTS EN OSMOSE INVERSE : UNE NOUVELLE APPROCHE M. Stéphane Jarrige Genesys International MOR12-010 Principes de Base du Nettoyage Efficacité du Nettoyage - Etude de Cas Théorie du Colmatage

Plus en détail

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE 1. OBJET ET MODALITES D APPLICATION p. 2 2. POSITIONS TECHNIQUES THEME 1 : Portée et limite du référencement Qualimat Transport -

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

pour le retraitement des dispositifs médicaux

pour le retraitement des dispositifs médicaux Importance de la biocompatibilité pour le retraitement des dispositifs médicaux Ute Müller, Directrice BMP Labor für medizinische Materialprüfung GmbH, Aachen Sommaire Classification de la biocompatibilité

Plus en détail

Module 3 : L assainissement

Module 3 : L assainissement CAHIER DE TRAVAIL DES PARTICIPANTS Pour les entreprises de transformation des aliments TABLE DES MATIÈRES Section 3.1 Pratiques d assainissement 3 Pourquoi nettoyer et désinfecter?... 3 Qu est-ce qui doit

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

Salles propres : ISO14644 Et quoi d autre?

Salles propres : ISO14644 Et quoi d autre? Salles propres : ISO14644 Et quoi d autre? Mise à jour : juin 2009 Rappel sur les dernières normes applicables pour les salles propres : RÉFÉRENCE TITRE DATE ISO 14644-1 Salles propres et environnements

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

Objet : Laveurs désinfecteurs WASSENBURG WD440 et / ou WD440 PT Contrôle de connexion

Objet : Laveurs désinfecteurs WASSENBURG WD440 et / ou WD440 PT Contrôle de connexion INFORMATION DE SÉCURITÉ Objet : Laveurs désinfecteurs WASSENBURG WD440 et / ou WD440 PT Contrôle de connexion Date : 13 avril 2015 Cher client, Cette lettre contient des informations essentielles sur les

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire.

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire. Le présent document est une traduction du guide 8.4, dont l original en anglais est disponible sur le site Internet de WELMEC (www.welmec.org). Pour tout problème d interprétation, il est nécessaire de

Plus en détail

Les futures normes européennes. Quels changements pour les piscines françaises?

Les futures normes européennes. Quels changements pour les piscines françaises? Journée d étude Tours le 25 janvier 2007 Les futures normes européennes concernant la sécurité dans les piscines publiques: Quels changements pour les piscines françaises? PRESENTATION 2 nouvelles normes

Plus en détail

Sécurité des machines Machines à laser. Partie 3:

Sécurité des machines Machines à laser. Partie 3: NORME INTERNATIONALE ISO 11553-3 Première édition 2013-03-15 Sécurité des machines Machines à laser Partie 3: Méthodes de mesure et de réduction du bruit des machines à laser, des dispositifs de traitement

Plus en détail

INTRODUCTION 1. AVANT-PROPOS... 2 2. COMPOSITION DU MANUEL DU LABORATOIRE... 2 3. STATUT D'ANALYSE... 2 4. IDENTIFICATION DES FORMULAIRES...

INTRODUCTION 1. AVANT-PROPOS... 2 2. COMPOSITION DU MANUEL DU LABORATOIRE... 2 3. STATUT D'ANALYSE... 2 4. IDENTIFICATION DES FORMULAIRES... INTRODUCTION 1. AVANT-PROPOS... 2 2. COMPOSITION DU MANUEL DU LABORATOIRE... 2 3. STATUT D'ANALYSE... 2 4. IDENTIFICATION DES FORMULAIRES... 3 5. CONDITIONS SPÉCIALES À RESPECTER... 3 5.1 RESTRICTIONS

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Document d introduction Certification Norme ISO 50001

Document d introduction Certification Norme ISO 50001 Document d introduction Certification Norme ISO 50001 28 septembre 2012 Alix JOUENNE CEC - Courtois Energies Conseil 255 Avenue Galilée Parc de la Duranne 13857 Aix-en-Provence Cedex 3 Tel : 04.42.16.60.15

Plus en détail

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS LAVE-BASSINS I : Utilité du lave-bassins Le lave-bassins est un dispositif médical conçu pour les fonctions vidage, nettoyage et désinfection des différents ustensiles : bassins, urinaux, bocaux, seaux

Plus en détail

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur et lubrificateur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques Cycles de Nettoyage, désinfection et lubrification Pour une hygiène parfaite Nettoie, désinfecte et lubrifie 4

Plus en détail

Jean Guichard. Introduction à la Bonne Gestion des Enregistrements process (BPx / GxP) #: Internet-WP Version: e1.00 /FR

Jean Guichard. Introduction à la Bonne Gestion des Enregistrements process (BPx / GxP) #: Internet-WP Version: e1.00 /FR Jean Guichard Livre Blanc Introduction à la Bonne Gestion des Enregistrements process #: Internet-WP Version: e1.00 /FR 2 / 7 Historique du document Version Date Auteur Description e1.00 /FR 2005-10-27

Plus en détail

RAPPORT D'ESSAI N DH 08 00 01. : CNMIS 8 Place Boulnois 75017 - PARIS

RAPPORT D'ESSAI N DH 08 00 01. : CNMIS 8 Place Boulnois 75017 - PARIS Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Division Electronique de Sécurité Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 64 49 Télécopie 33 (0)2 32 53 64 96 RAPPORT

Plus en détail

DNV GL Business Assurance, France

DNV GL Business Assurance, France DNV GL Business Assurance, France Présentation brève : La structure commune (HLS) des normes de Systèmes de Management ISO Changements clés du FDIS 9001:2015 et du FDIS 14001:2015 Planning prévisionnel

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O.

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Cathy Corrigan AECOM Richard Mathieson Golder Associates Ltée. Gordon Woollett

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail