Les illustrations appartiennent à l auteur sauf mention contraire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les illustrations appartiennent à l auteur sauf mention contraire."

Transcription

1 Olivier Fournout, Héros : Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma, Paris : Presses des Mines, collection i 3, Presses des MINES TRANSVALOR, , boulevard Saint-Michel Paris Cedex 06 France ISBN : Les illustrations appartiennent à l auteur sauf mention contraire. Dépôt légal 2014 Achevé d imprimer en 2014 (Paris) Tous droits de reproduction, de traduction, d adaptation et d exécution réservés pour tous les pays.

2 Héros Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma

3 Collection i 3 Dirigée par Maya Bacache-Beauvallet et Cécile Méadel L Institut Interdisciplinaire de l Innovation (i3) est un pôle d enseignement et de recherche en sciences économiques et sociales de Mines ParisTech et Télécom ParisTech. Il rassemble des chercheurs en sciences économiques, gestion, sociologie, sciences de l information et de la communication, ergonomie qui abordent leurs objets d analyse avec une approche pluridisciplinaire. La collection est destinée à faire connaître leurs travaux et à les diffuser auprès d un public large. Dans la même collection Eva Boxenbaum, Brice Laurent et Annalivia Lacoste (dir.) Nouvelles énergies pour la ville du futur. Préface Fabian Muniesa, Postface Valérie Fernandez Matthieu Glachant, Marie-Laure Thibault, Laurent Faucheux, Recharger les véhicules électriques et hybrides. Préface Rémi Maniak

4 Olivier Fournout Héros Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma

5 Du même auteur Le nain, roman, Éditions Tsémah, Paris, 2014, disponible sur Théorie de la communication et éthique relationnelle Du texte au dialogue, Essai, Hermès Lavoisier, Paris, Brèves d écran, création théâtrale, l Ile d en Face / Compagnie Ordinaire, Le Proscenium, Paris, Comment ça va?, film court-métrage, Festival CineVidéoPsy, Catégorie Fiction, Lorquin, Souvenir de Tokyo, avec amitié, nouvelle, in Ne Quittez Pas, recueil collectif, La Maison Bleue,

6 Introduction : Management et fiction une structure fractale Les fictions cinématographiques et romanesques sont de plus en plus souvent appelées comme support pédagogique, référence ou objet de recherche, dans le domaine du leadership et de l apprentissage des relations efficaces. Témoin le livre publié aux Presses des Mines, en 2003, par James G. March, figure tutélaire de la théorie des organisations et de la rationalité limitée aux États-Unis, et Thierry Weil, professeur de gestion de la technologie et de l innovation. L ouvrage, intitulé Le Leadership dans les organisations, Un cours de James March, «fonde» son étude du leadership sur la lecture de grands classiques de la littérature (Othello, Guerre et Paix, Don Quichotte, etc.). Le principe défendu par cet ouvrage est que le phénomène de leadership, avec toute sa richesse et sa complexité humaines, est mieux représenté par les œuvres de fiction que par les travaux universitaires les plus pointus : «Les questions fondamentales liées au leadership à savoir les complications inhérentes au fait de devenir un leader, de côtoyer et d évaluer ceux qui nous dirigent ne sont pas propres à ce domaine. Elles renvoient plus généralement aux réalités de l existence et sont, par conséquent, plus clairement mises en évidence par les grands classiques de la littérature que par des travaux contemporains ou par la recherche académique sur le leadership». (March, Weil, 2003 : 23) Témoins aussi les cours sur les figures du leadership, de la négociation et des relations humaines au cinéma que j ai lancés en 2004 à Télécom- 11

7 Héros Paristech 7, et deux articles, de la même époque, où j ai essayé de montrer l exceptionnnelle richesse des dialogues de théâtre pour comprendre les situations de négociation 8. Les pages qui suivent ont trois objectifs : -- Offrir un panorama des formations, cours et ouvrages de référence qui privilégient le détour fictionnel (romanesque, cinématographique ou théâtral) pour aborder les logiques sociales, managériales, relationnelles (chapitre 1). Il s agira de faire ressortir à la fois l actualité et l ampleur du champ. -- Interroger les critères de légitimité de ce détour fictionnel dans les apprentissages comportementaux (chapitre 2). L apport sera une réflexion sur le pouvoir de la fiction, du symbolique et de l imaginaire, qui passe autant par la fréquentation directe des œuvres que par les médiations du milieu professionnel et universitaire (cours, formations, livres, articles, etc.) -- Avancer enfin une hypothèse inédite, originale, sur la structure commune du héros-leader dans le cinéma américain (États-Unis) et dans la littérature managériale, qui expliquerait que le film de fiction soit devenu un support fréquent d enseignement des théories du management et du leadership, non pas seulement parce que le cinéma serait doué d un formidable pouvoir d illustration, mais aussi parce que, 7 Ces cours sont d une durée de 15 ou 30 heures selon les années, et réunissent de 12 à 20 étudiants. Les séances avec les collègues qui, au fil des années, m ont accompagné sur ces enseignements, ont constitué des moments précieux de travail. Je tiens ici à dire ma reconnaissance à Pierre Ollier, Corine Kalfon, Godefroy Beauvallet, Alain Lempereur, Philippe Matherat, Eve Lamendour et Jean-Luc Moriceau pour leurs contributions dans ces cours et pour l élaboration collective qui a mûri à cette occasion. 8 «Le négociateur : une mère confidente?» (2003) et «L imagination en négociation» (2004), le premier sur La Mère confidente de Marivaux et le second sur Le Souper de Brisville, dont le contenu sert de support à une Master Class pour les conseillers en négociation du Conseil de l Union Européenne depuis

8 Introduction : Management et fiction une structure fractale à un niveau structurel, sur la longue durée, il y aurait une similarité entre les héros de cinéma populaire et les profils de leaders efficaces décrits par les traités de management (chapitres 3 et suivants). Impliqués, créatifs, négociateurs, joueurs, disciplinés, tranchants tel serait le portrait, à grands traits, des leaders successful selon les traités pratiques aussi bien que des héros de cinéma populaire. Capables de satisfaire un ensemble d idéaux, de normes d action, d appels à l innovation et à l interaction, qui, dans la vraie vie, ne se combinent pas si facilement, ils apparaissent comme les héros du quotidien des sociétés contemporaines (chapitre 4). Comme nous le verrons à partir du chapitre 5, ces héros dans les organisations et au cinéma sont requis de saturer six prescriptions en même temps, que je me permettrai d identifier par six acronymes [indiqués ci-dessous entre crochets]. Il apparaîtra que les managers comme les héros de cinéma sont invités, tout à la fois à : -- respecter des cadres, des mandats, en mission pour le compte de tiers [MIS] et à innover, briser les cadres, être imaginatifs, privilégiant l écart par rapport à la routine [ECA] ; -- s impliquer corps et âme, fortement engagés et intériorisés [INT] et à se couler dans des codes sociaux, culturels, stratégiques, dans des rôles [ROL]; -- interagir, travailler en réseau, coopératifs, négociateurs [NEG] et à manier le coup de force, dans une auto-représentation de toutepuissance, fût-elle fantasmatique [TTP]. Il est fascinant de voir la rapidité avec laquelle, dès les premières secondes d un film, ces thèmes s installent puis se déclinent avec une extrême maîtrise, tout le long de l œuvre. Il est non moins fascinant de relever que ces thèmes se retrouvent, à l identique, dans des ouvrages qui nous parlent de la société réelle. C est un emboîtement parfait, de la micro-scène de fiction à l œuvre globale, puis de la fiction à la société, et retour, de la micro-prescription en 13

9 Héros circulation dans la société à la mythologie du cinéma populaire. Les indices, de détail, à la seconde, fusionnent à chaque instant du film, puis sont brassés à des échelles supérieures, dans des séquences plus longues, jusqu au film complet, et bien au-delà, dans la société où ils rayonnent et d où ils proviennent. Cette hypothèse d une structure que j appelle fractale, c est-à-dire d un invariant traversant les changements d échelle, je la mets à l épreuve, ici, d une trentaine de traités de management et d une quarantaine de films ; je propose, en fin d ouvrage, l étude d un film complet (Le Faucon maltais, 1941) qui me paraît exemplaire. Bien d autres films auraient pu être choisis qui entreraient dans le modèle, de même que de multiples autres traités de management auraient pu être cités en référence. Que cela soit le signe d une étape de recherche et d un travail perfectible. 14

10 Partie I Des œuvres saturées de sens

11

12 Chapitre 1 Le détour fictionnel dans les sciences sociales et les apprentissages comportementaux Parmi les facteurs susceptibles de forger l esprit d une société ou d une organisation économique (Weber, 1904 ; Boltanski, Chiapello, 1999), j inclus les pratiques de mise en fiction, que celles-ci offrent une représentation du monde du travail et des relations humaines, ou qu elles interviennent, par des médiations concrètes, sur le terrain des entreprises. Je vais donc commencer, dans cette première partie, par justifier l importance qu il conviendrait d accorder à l étude du détour fictionnel dans les sciences sociales et les apprentissages comportementaux. Dans Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Howard S. Becker raconte le travail d enquête sociologique mené par Caryl Churchill en Roumanie à propos du renversement de Ceausescu (1989), puis l écriture de la pièce de théâtre qui en résulta (Mad Forest, 1996) et enfin la lecture de cette pièce, à voix haute, par des étudiants dans un cours de sciences sociales. Il évoque une «expérience théâtrale dépouillée [qui] communique de manière si convaincante un épisode que les sociologues ont du mal à décrire moitié aussi bien» (Becker, 2009 : 230). 17

13 Héros Les romans, les films, les pièces de théâtre nous parlent de la société. À propos de la télévision et du cinéma, Guillaume Soulez envisage la «lecture rhétorique» d un film «lorsque le spectateur considère que le discours du film résonne au sein de l espace public dans lequel il se situe (ou au sein de l espace public qu il reconstitue par reconstruction de l horizon d attente de l époque de diffusion du film) sans que cela interrompe la lecture poétique» (Soulez, 2011 : 161). Les liens qui unissent les œuvres cinématographiques et l esprit d une époque, l idéologie d un espace culturel, les prescriptions éthiques d un monde social ou professionnel, ont fait l objet de travaux anciens (Kracauer, 1946 ; Jarvie, 1970). La porosité entre Hollywood et le rêve américain, entre cinéma et politique aux États-Unis, entre le Pentagone et les scénarios des films bénéficiant d un soutien matériel de l armée américaine, entre les contenus de la culture de masse et la mondialisation économique, ont particulièrement retenu l attention de nombreux chercheurs, commentateurs, journalistes, documentaristes, essayistes, critiques (par exemple Bidaud, 1994 ; Pacull, Ronai, 2004 ; Gimello-Mesplomb, 2007 ; Martel, 2010 ; Alford, 2010 ; Carveth, South, 2011 ; Assouly, 2012). Ces dernières années, de plus en plus de cours, de formations et de livres privilégient le détour par la fiction notamment cinématographique pour aborder le thème des relations de travail. Les syndicats, la réception du SIDA dans le milieu professionnel, les gourous du management sont étudiés à travers l image qu en donnent des films (Hassard, Holliday, 1998). La dimension subjective du rapport au travail est scrutée dans les films de fiction (Jeantet, Savignac, 2012 ; Dejours, 2012). Un manuel de référence, Using film to visualize principles and practices (Champoux, 2001), est consacré à une approche du management à travers des études de cas portant sur plus de cent films en grande majorité américains (États-Unis). Les thèmes couverts sont ceux de n importe quel traité de management, comme la motivation, le management d équipe, la gestion des conflits, etc. Pour chaque 18

14 Le détour fictionnel dans les sciences sociales et les apprentissages comportementaux thème étudié, des scènes de cinéma sont proposées comme des illustrations particulièrement frappantes. Un livre écrit en français, Le Management illustré par le cinéma (Butteau, 2010), reprend le même concept éditorial, avec des rubriques comme «Fixer des objectifs», «Évaluer un résultat», «Gérer efficacement une tension ou un conflit», «Motiver son équipe», etc. Dans Les Managers à l écran, enquête sur une image déconcertante (2012), Eve Lamendour étudie plus de trois cents films français de la fin du XIX e siècle au début du XXI e du point de vue de l image des managers et des relations hiérarchiques qui s y dévoilent. Eve Lamendour montre que l image cinématographique du manager évolue, en distinguant trois époques. Dans la première ( ), les rapports du capital et du travail sont pris dans une forme d être ensemble et la fonction managériale présente une nature essentiellement relationnelle ; puis, dans une seconde phase ( ), le manager est reconnu comme une figure centrale de la société, et il se caractérise par l optimisme, l inventivité, l héroïsme ; enfin, dans une troisième phase ( ), s installe l ère du soupçon, de la critique et du désenchantement. Des colloques scientifiques aussi bien que des formations de type comportemental font appel aux œuvres de fiction, notamment aux films, pour soutenir leur discours. Les références dans ce champ sont pléthoriques. La Harvard Law School promeut un catalogue de films, le «PON film series», qu elle intègre à des programmes d enseignement. On y trouve des films comme Do the right thing, 1989, No man s land, 2001, Three kings, 1999, I am Sam, 2001, Twelve angry men, 1957, Chocolat, 2000, Hotel Rwanda, 2004, etc.). Le programme «Coexistence and conflict» de la Heller School (Brandeis University) monte en 2012 une série de projections de films sur le thème «la responsabilité de négocier ou de se battre» («the responsibility to Negotiate or to Fight»), avec The Bielski Brothers, 1994, Defiance, 2008, ainsi que les films documentaires Turkish Passport, 2011, et Killing Kasztner : The Jew 19

15 Héros Who Delt with Nazis, 2010, d après la vie de Schindler dont Steven Spielberg avait fait un film en 1993, La Liste de Schindler. Un colloque «Management and Film : The pharmakon of film & new media», dans la lignée des travaux de Organization Representation. Work and Organizations in popular culture (Hassard, Holliday, 1998), a eu lieu à l American University of Paris en Le colloque «New trends in Negotiation teaching», coorganisé par la Harvard Law School et l ESSEC en 2005, avait trois sessions consacrées à l enseignement de la négociation par le détour du film. La conférence d introduction de Michael Wheeler était émaillée d extraits de films de cinéma, comme Tin Men, 1987, ou Defending your life, Nombre de programmes pédagogiques s appuient sur des films grandpublic de cinéma ou de télévision pour illustrer leur propos. Par exemple, en France, au sein de Télécom École de Management, un cours intitulé «Le management au cinéma» aborde le thème de la souffrance au travail à travers des films comme Ressources humaines, 2000, de Laurent Cantet, et Stupeur et tremblements, 2003, d Alain Corneau 9. James March, connu pour ses travaux sur les organisations, développe depuis des années un cours sur le leadership qui prend pour modèles de grands personnages de la littérature et du cinéma (March, Weil, 2003). Dans l introduction du livre consacré à ce cours, Thierry Weil écrit : «Les grands thèmes de l œuvre de March [ ] s y trouvent à des degrés divers. Le cours évoque les limites du paradigme rationnel, de l organisation hiérarchique face à un univers complexe, de l efficacité de l histoire pour faire émerger les formes d organisation les plus adaptées 9 Les enseignants sont Yannick Fronda, Telecom Ecole de management, et Robert Earhart, the American University of Paris. 20

16 Chapitre 5 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma 5.1. Une disposition à l action, à l innovation et à l interaction La proposition centrale de ce livre peut aussi s exprimer ainsi : le héros de cinéma américain et le manager efficace selon les traités de management partagent un certain nombre de traits comportementaux. Ces traits comportementaux manifestent une disposition à l action, à l innovation et à l interaction. Ils convergent sur une posture, une attitude, ou pour le dire encore autrement, un type mental orienté vers l action, l innovation et l interaction qui passe par la mise en visibilité d un certain nombre de signes. Le héros agit, en relation aux autres, crée du nouveau, et cela se voit et se dit. Il a prise sur les événements. L événementiel est inclus, mais n a pas encore à se définir par des contenus. Autrement dit, l analyse n implique pas d entrer dans le détail des phases et des buts de l action. L approche est complémentaire de celle des grands préceptes de la narration. Certes, le «story telling» s applique à l exercice du leadership (Denning, 2005), mais ici, le propos n est pas d abord de décrire les étapes de l action, 45

17 Héros mais plutôt de cerner la structure psycho-socio-pragmatique du héros. Pour que performe la matrice du héros dans les organisations et au cinéma, il n est pas nécessaire de raconter l histoire, ni les épreuves du héros, ni ses faits d armes et ses réussites, ce qui peut frustrer le lecteur, tout comme le serait le spectateur d un film sans histoire fascinante. Le modèle n en est pas moins prégnant. Il produit une synthèse, ou une structure qui est un profil de héros engagé dans l action, la relation aux autres et l invention. Cette signature, déclinée tout le long du film de fiction ou du manuel de management, se retrouve d œuvre en œuvre et de traité en traité. La configuration du héros s active à chaque scène, dans chaque film, du début à la fin, en mode majeur ou mineur selon les moments, et dans la société à travers les manuels pratiques qui y circulent, ce qui me pousse à évoquer une structure fractale qui traverse les changements d échelle. Cette propension à l action, l innovation et l interaction, je la décris à travers six critères, que je vais exposer dans les prochaines sections et chapitres. Si le héros est le héros en management comme au cinéma c est qu il parvient à satisfaire ces six conditions en même temps. Cette disposition à l action, à l innovation et à l interaction a un statut ambigu. D un côté, les manuels de management américains font valoir que leurs modèles résultent d études empiriques et d enquêtes quantitives et qualitatives. Les traits dominants des managers qui réussissent, tels qu ils les décrivent, sont bien réels, constatés sur le terrain. Ils ont prouvé leur efficacité, et les sciences de gestion ou du comportement les ont recueillis selon des procédures éprouvées. D un autre côté, le lecteur peut avoir le sentiment qu il s agit de prescriptions, et que le discours, en partie, relève d un idéal normatif. La réalité ne s ajuste peut-être pas si facilement ni communément à ce modèle. Force est de constater qu il n est pas aisé conceptuellement 46

18 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma et pratiquement de faire fonctionner ensemble les six critères de la matrice du héros dans la vraie vie. Et pourtant, nos sociétés, à travers l industrie de l imaginaire (Hollywood) et l apprentissage du management dans les organisations (l ingénierie comportementale des managers), les proposent comme des critères de réussite indépassables et opératoires. Le cinéma n a pas alors seulement un pouvoir d illustration des concepts et apprentissages relationnels. Il acquiert la fonction de montrer l incarnation possible d un modèle comportemental exigeant. Il vient comme le sketch (dessin), la maquette, le prototype un Pinocchio presque de chair qui met en voix et en actions corporelles un ensemble d attentes partagées avec le monde social attentes dont le réalisme et la valeur peuvent être discutées. Il co-produit un profil de héros-leader dans les organisations et au cinéma dont la robustesse vient de ce qu il se forge à la confluence des fictions dominantes (Hollywood, le cinéma américain, les séries télévisées) et de la littérature managériale américaine diffusant à travers le monde les préceptes d une organisation du travail. Dès lors, le pouvoir des fictions cinématographiques découle d une structure héroïque qui n est pas seulement partagée par un nombre important de films sur une longue durée, mais aussi par l éthique de l économie contemporaine La matrice du héros-leader Suivant mon modèle, le héros-leader des gouvernances modernes et des films américains doit satisfaire à la fois six dispositions. Je conçois chacune de ces six dispositions comme un champ sémantique de notions qui ont des connexions, mais qui se manifestent avec une certaine variété. Il convient de les envisager avec souplesse. Chaque disposition a sa plasticité. Par 47

19 Héros exemple, sous le terme de héros négociateur [NEG], il faut comprendre une activité négociatrice au sens strict, mais aussi, plus largement, une tendance au dialogue, à la discussion, au débat, au compromis, une chance laissée à la parole dans la résolution des conflits. J identifie chacune des six dispositions par un acronyme (par exemple [NEG]) qui ne peut être que simplificateur. Il est bon à chaque fois d essayer de restituer toute la richesse de comportements potentiels vers laquelle l acronyme fait signe. Je rappelle que les six critères ont émergé d une analyse inductive de contenu (cf et 3.2.). Ils sont des pointeurs vers un nuage de significations qui prennent, selon les traités et les films étudiés, des formes diverses dont j essayerai de rendre compte dans les prochains chapitres. Selon ces six dispositions, le héros-leader dans les organisations et au cinéma est requis de : a. [ROL] prendre des rôles, être un acteur social, à l aise dans les jeux de masques et de codes dans les organisations et la société ; par exemple, assumer une face publique où on se force, ou jouer de plusieurs personnalités selon les circonstances ; b. [INT] révéler une vive intériorité, une authenticité, une sincérité, branchée sur les sentiments, sensations, intuitions, convictions, inspirations, passions ; par exemple, être soi-même enthousiaste pour susciter l enthousiasme, ou rester fidèle à une vision personnelle ; c. [MIS] accepter ou se donner des missions, dans un cadre, sous commande, organiser des tâches en fonction d objectifs, de réalisations ; par exemple, sauver la planète, un pays, ou promouvoir une idée, un projet, une entreprise ; 48

20 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma d. [ECA] s en acquitter en marquant un écart, en se distinguant des autres, en passant hors cadre, soit par son originalité, soit par sa créativité, soit par sa rebellion, à ses risques et périls ; par exemple, être déviant par rapport aux routines, prendre des libertés face à la loi, ou se dégager des prudences conventionnelles ; e. [NEG] négocier en se confrontant aux autres, par le dialogue, la discussion, le marchandage, l interaction, en contact avec les autres, équipiers, concurrents, empêcheurs ; par exemple, toujours donner une chance à la parole, ou privilégier le franc échange de points de vue pour résoudre les problèmes ; f. [TTP] savoir forcer le destin par une toute-puissance corporelle, technologique, affective, mentale, une assurance de soi hors du commun, travaillée, résultat d un entraînement, surmontant parfois une faiblesse initiale ; par exemple, savoir manier les «propositions qui ne se refusent pas», ou répliquer quand on est attaqué. En définitive, le héros-leader est celui ou celle qui réussit la prouesse de maximiser en parallèle les six critères de la matrice du héros (figure 1), ce qui assure à la fois le spectacle dans les films et l appel constant à se surpasser, à résoudre des problèmes, à s adapter, à augmenter l efficacité, à progresser, dans les traités de management. 49

21 Héros Fig.1. La matrice du héros-leader [SYNTHÈSE HÉROÏQUE] = [ROL] x [INT] x [MIS] x [ECA] x [NEG] x [TTP] Dans les disciplines comportementales comme au cinéma, le héros se définit précisément dans sa capacité à concilier l ensemble des aspirations extrêmes de la matrice du héros-leader (figure 1). Et de fait, il y a quelque chose d héroïque à vouloir satisfaire en même temps toutes ces attentes, à les aligner sur un profil, une équipe, une société, une civilisation. C est peut-être le défi de la modernité. Comment, en même temps, se projeter dans des rôles et assurer que l on trouve ses motivations au plus profond de son être? Comment être à la fois en mission et en écart, dans le cadre et hors cadre, conservateur et innovant? Quelle éthique de la négociation dans des jeux organisationnels où certains peuvent tout gagner et d autres perdre tout? Quelle place accorder aux autres dans la relation, quand l un des partenaires se présente dans la bataille avec le corps le plus puissant, l ingéniosité la plus rusée, la compétence 50

22 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma la plus développée, la technologie la plus avancée, le pouvoir le plus grand, toutes ces belles capacités servant son profit? Quelle paix à l horizon de cette compétition, de cette guerre, de ce coup de force permanent? Quelle liberté, quelle authenticité, dans l enrôlement des organisations? Quelle intériorité, quel vécu propre, dans la comédie sociale? Ces questions difficiles sont celles de la modernité. Le héros dans les organisations et au cinéma donne des réponses. Il rencontre des obstacles qui le poussent à devoir, pour réussir, saturer en même temps les trois paires de critères opposés de la matrice du héros. Cette réussite devient une icône à l échelle d une société, voire d une civilisation, en s incarnant, avec une grande constance, sur des décennies, dans les héros des films populaires et des traités de management américains, largement diffusés en plusieurs langues. Nous allons voir dans les prochains chapitres comment les trois paires de critères opposés trouvent une expression concrète, en traitant successivement, à chaque fois, les manuels de management, puis les films. L ordre d exposition des critères ROL, INT, MIS, ECA, NEG, TTP est en partie arbitraire, et c est important qu il le reste, car il n y a pas de hiérarchie entre eux, ni de point d entrée ou de sortie. Je ne défends aucune notion de parcours obligé. L ensemble des critères fonctionne comme un tout, chaque élément à parité avec les autres. La succession pourrait n avoir d autre justification que de produire l acronyme R.I.M.E.N.T., qui outre la vertu mnémotechnique, permet d avoir en vue qu il s agit pour le héros comme pour le leader de parvenir à ce que les différents critères de la matrice RIMENT entre eux. Pourtant, l ordre de communication ne peut être totalement neutre. Il respecte une exposition par paire de critères en tension, la prise de rôle extérieure s opposant au repli intérieur [ROL/INT], le respect de la mission s opposant à l injonction de déborder les cadres 51

23 Héros existants [MIS/ECA], l appel à négocier s opposant aux manifestations de toute-puissance [NEG/TTP]. Je commence par les deux critères plutôt centrés sur le soi [ROL/INT], je poursuis par les deux critères abordant l horizon de la tâche à accomplir dans un cadre collectif [MIS/ECA], et je conclus par les deux critères ouvrant sur les relations aux autres en général [NEG/TTP]. Le mouvement est centrifuge, de la personne au groupe intermédiaire, et du groupe intermédiaire à la société humaine. Mais j insiste encore sur le fait que j aurais pu chosir une autre séquence : par exemple, la négociation et les rapports de force dans les relations humaines auraient pu être abordés en premier et, de droit, ils entrent dans la structure mise à jour au même rang que les autres paires de critères. Enfin, dans les trois prochains chapitres, je sépare le traitement, d un côté, des sources managériales et, de l autre, cinématographiques. Je privilégie donc une forme analytique qui est d abord celle des terrains, en montrant comment le jeu de critères joue dans chaque champ. L avantage est une certaine cohérence des logiques spécifiques à chacun de ces domaines, le désavantage est de cliver ce qui me semble se réunir au niveau structurel. Mais je n ai pas de solution parfaite, car si je noue en permanence le discours managérial et la mise en scène cinématographique, je risque de perdre la force de preuve que procure un examen attentif, d une part, de la littérature sur le leadership, et d autre part, du cinéma. Disons, pour clore le débat à ce stade, que l étude de cas sur le Faucon Maltais (partie III) s efforce de compenser les défauts de la partie II, plus aride et méthodique. 52

24 Postface Terminator au conseil d administration Godefroy Beauvallet 87 Le directeur général de la filiale française d une grande entreprise japonaise me confiait récemment sa méthode de préparation à une séance particulièrement périlleuse de son conseil d administration au cours de laquelle il devait convaincre la maison-mère de la pertinence de ses choix stratégiques et budgétaires pour l année à venir. Son objectif était de parvenir à l état émotionnel pertinent pour affronter la situation, très conflictuelle. Sa méthode tenait en deux mots : «revoir Terminator!» Au-delà de la provocation, ce lien qu il établissait entre le cyborg assassin incarné par Arnold Schwarzenegger et sa position dans l espace feutré du business international m a semblé significatif. Car il n est évidemment pas le seul à raisonner sur des situations professionnelles à partir du «fonds culturel» qu est aujourd hui le cinéma, notamment hollywoodien. Diverses traces, de la prégnance de l intérêt pour le cinéma aux discussions de cafétéria en passant par la reprise de dialogues ou de codes filmiques iconiques dans les relations interpersonnelles dans l entreprise, manifestent au quotidien la proximité entre cinéma et management. 87 Godefroy Beauvallet est depuis 2011 directeur du fonds AXA pour la Recherche et, depuis début 2013, vice-président du conseil national du numérique. Polytechnicien, il a mené une carrière à la fois dans le monde du privé (chef de projet informatique chez Gemplus en ), de la haute fonction publique au sein du ministère de l industrie puis du cabinet du ministre de la réforme de l État ( ), puis de l enseignement supérieur (enseignant chercheur en gestion des systèmes de l information à Télécom Paris Tech puis directeur de la stratégie et des affaires financières de l Institut Télécom). 143

Les illustrations appartient à l auteur sauf mention contraire.

Les illustrations appartient à l auteur sauf mention contraire. Olivier Fournout, Héros : Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma, Paris : Presses des Mines, collection i 3, 2014. Presses des MINES TRANSVALOR, 2014 60, boulevard Saint-Michel

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Illustration : Olivier Prime Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-073858-8 Avant- propos Dunod - Toute reproduction non

Plus en détail

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure + Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure Maurice Couture GPS Tourisme Inc. Rachel L Abbé Destination Équitable SÉMINAIRE 2013 / 5 ET 6 NOVEMBRE

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain?

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Marc Antonin Hennebert, Ph.D. Professeur agrégé HEC Montréal Chercheur CRIMT marc antonin.hennebert@hec.ca & Olivier

Plus en détail

Le patinage artistique à l école

Le patinage artistique à l école Le patinage artistique à l école Serge Laget C.P.C. Lyon VII - juin 2000 - avec la participation des éducateurs sportifs de la Ville de Lyon des C.P.C. du groupe Ville de Lyon Présentation du dossier :

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Formation de développement personnel Nos formateurs Composé de professionnels artistiques, d enseignants

Plus en détail

Stages Individuels. www.crossknowledge.com

Stages Individuels. www.crossknowledge.com Stages Individuels www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : www.stages-individuels.fr

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Rire ensemble pour s affirmer dans la relation

Rire ensemble pour s affirmer dans la relation Rire ensemble pour s affirmer dans la relation Des outils et une approche pédagogique innovante, résolument ludique, pour ancrer le changement : Acquérir de la souplesse et de la créativité face à l imprévu

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Par Natalie Rinfret, Ph.D. Professeure Titulaire de la Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique Initiation bande dessinée La semaine du 21 au 25 avril 2014 De 9h30 à 16h30 Module Scénario BD du 7 et 8 décembre 2013 du 11 et 12 janvier 2013 Tous les mardis du 21 janvier au 8 avril 2014 Module Dessin

Plus en détail

BILAN DE COMPETENCES PROFESSIONNELLES

BILAN DE COMPETENCES PROFESSIONNELLES INSTITUT DU SALARIE SARL au capital de 20.000 - R.C.S. Paris 752 468 900 46 avenue des Ternes, 75017 PARIS Téléphone 01 40 68 93 22 - Télécopie : 09 72 35 70 45 - Centre de formapon enregistré sous le

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES Optimiser sa communication et ses relations de travail Communiquer face à des situations difficiles Développer et optimiser les capacités de sa mémoire Gérer son temps Gérer et anticiper

Plus en détail

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges

Plus en détail

INNOVATION & DESIGN THINKING

INNOVATION & DESIGN THINKING 1 INNOVATION & DESIGN THINKING @kedgeds facebook.com/kedgeds DESIGN OUR FUTURES. INVENTER NOS FUTURS. INNOVATION & DESIGN THINKING 3 KEDGE DESIGN SCHOOL LES + DU PARCOURS KEDGE Design School est une École

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2015

CATALOGUE FORMATION 2015 CATALOGUE FORMATION 2015 11/02/2015 Cabinet N. M. P. CONSEILS. Fondatrice & Dirigeante : Nathalie MONCLA 10 Avenue Georges POMPIDOU SIRET : 518 654 819 00011 31500 TOULOUSE APE : 7022z Tél : 06 78 98 78

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

UNITE DE VALEUR DE FORMATION MANAGEMENT MNG 1 EMPLOI CHEF D AGRES

UNITE DE VALEUR DE FORMATION MANAGEMENT MNG 1 EMPLOI CHEF D AGRES SCHEMA NATIONAL DES FORMATIONS DES SAPEURS-POMPIERS UNITE DE VALEUR DE FORMATION MANAGEMENT MNG 1 EMPLOI CHEF D AGRES ADRESSE POSTALE : PLACE BEAUVAU 75800 PARIS CEDEX 08 STANDARD 01 49 27 49 27-01 40

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière. Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS)

Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière. Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS) Les sept péchés capitaux de la gestion de carrière Kathleen Grace, M.A, Ph.D. ABD Grace Consulting Services (GCS) À propos de GCS Cabinet de services-conseils en psychologie organisationnelle, spécialisé

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ!

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ! Animer ses réunions efficacemment (1 J) Prévenir les RPS (1 J) Mobiliser son intelligence émotionnelle (1 J) Conduire ses 2 entretiens (2 J) Développer son Leadership (1 J) Piloter efficacement une équipe

Plus en détail

Références LES CLÉS DE L AUTONOMIE. Modèles et processus d accompagnement. Préface de Vincent Lenhardt. Inclus cas commentés. Stéphanie Desfontaines

Références LES CLÉS DE L AUTONOMIE. Modèles et processus d accompagnement. Préface de Vincent Lenhardt. Inclus cas commentés. Stéphanie Desfontaines Stéphanie Desfontaines Stéphane Montier Préface de Vincent Lenhardt Références LES CLÉS DE L AUTONOMIE Modèles et processus d accompagnement Inclus cas commentés >> une définition précise de l autonomie

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

La Négociation Raisonnée

La Négociation Raisonnée La Négociation Raisonnée de Harvard «Principled Negotiation» 22 mars 2010 L Ecole Centrale Paris L École Centrale Paris, fondée en 1829, forme depuis sa création des ingénieurs généralistes de haut niveau,

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Rolle, le 22 avril 2014 À l occasion de la Coupe du Monde de Football, la Fondation Education 4 Peace (E4P) publie en coopération avec l UEFA l ouvrage Maître de tes Émotions. La sortie

Plus en détail

LES BASES DU MANAGEMENT

LES BASES DU MANAGEMENT LES BASES DU MANAGEMENT Formation Managers Présentation : Le management est art difficile qui s apprend : il s agit toujours d une médiation, d une priorisation, et il est par nature en perpétuel recommencement

Plus en détail

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation Philippe Barret GEYSER et DialTer www.comedie.org Journée sur le SCOT Autunois-Morvan Autun 25 septembre 2013

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Bernard LEBELLE Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Théorie, méthodologie et mise en œuvre, 2008 ISBN : 978-2-212-53981-3 PARTIE 1 1 Moïse n a jamais vu la terre promise... «Connais ton

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

Business Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences

Business Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences Entraîner vos équipes pour développer leurs compétences Stage inter La mémoire : l outil de votre performance 2 jours Notre valeur ajoutée 1.La montée immédiate en compétence L assimilation rapide du savoir-faire

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

L art de créer de nouveaux possibles. www.ataraxia.coop

L art de créer de nouveaux possibles. www.ataraxia.coop L art de créer de nouveaux possibles www.ataraxia.coop UN NOM QUI TRADUIT UN CONCEPT Approcher notre public par le questionnement plutôt que les certitudes. Nous pensons en effet que les personnels auxquels

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail