Les illustrations appartiennent à l auteur sauf mention contraire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les illustrations appartiennent à l auteur sauf mention contraire."

Transcription

1 Olivier Fournout, Héros : Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma, Paris : Presses des Mines, collection i 3, Presses des MINES TRANSVALOR, , boulevard Saint-Michel Paris Cedex 06 France ISBN : Les illustrations appartiennent à l auteur sauf mention contraire. Dépôt légal 2014 Achevé d imprimer en 2014 (Paris) Tous droits de reproduction, de traduction, d adaptation et d exécution réservés pour tous les pays.

2 Héros Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma

3 Collection i 3 Dirigée par Maya Bacache-Beauvallet et Cécile Méadel L Institut Interdisciplinaire de l Innovation (i3) est un pôle d enseignement et de recherche en sciences économiques et sociales de Mines ParisTech et Télécom ParisTech. Il rassemble des chercheurs en sciences économiques, gestion, sociologie, sciences de l information et de la communication, ergonomie qui abordent leurs objets d analyse avec une approche pluridisciplinaire. La collection est destinée à faire connaître leurs travaux et à les diffuser auprès d un public large. Dans la même collection Eva Boxenbaum, Brice Laurent et Annalivia Lacoste (dir.) Nouvelles énergies pour la ville du futur. Préface Fabian Muniesa, Postface Valérie Fernandez Matthieu Glachant, Marie-Laure Thibault, Laurent Faucheux, Recharger les véhicules électriques et hybrides. Préface Rémi Maniak

4 Olivier Fournout Héros Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma

5 Du même auteur Le nain, roman, Éditions Tsémah, Paris, 2014, disponible sur Théorie de la communication et éthique relationnelle Du texte au dialogue, Essai, Hermès Lavoisier, Paris, Brèves d écran, création théâtrale, l Ile d en Face / Compagnie Ordinaire, Le Proscenium, Paris, Comment ça va?, film court-métrage, Festival CineVidéoPsy, Catégorie Fiction, Lorquin, Souvenir de Tokyo, avec amitié, nouvelle, in Ne Quittez Pas, recueil collectif, La Maison Bleue,

6 Introduction : Management et fiction une structure fractale Les fictions cinématographiques et romanesques sont de plus en plus souvent appelées comme support pédagogique, référence ou objet de recherche, dans le domaine du leadership et de l apprentissage des relations efficaces. Témoin le livre publié aux Presses des Mines, en 2003, par James G. March, figure tutélaire de la théorie des organisations et de la rationalité limitée aux États-Unis, et Thierry Weil, professeur de gestion de la technologie et de l innovation. L ouvrage, intitulé Le Leadership dans les organisations, Un cours de James March, «fonde» son étude du leadership sur la lecture de grands classiques de la littérature (Othello, Guerre et Paix, Don Quichotte, etc.). Le principe défendu par cet ouvrage est que le phénomène de leadership, avec toute sa richesse et sa complexité humaines, est mieux représenté par les œuvres de fiction que par les travaux universitaires les plus pointus : «Les questions fondamentales liées au leadership à savoir les complications inhérentes au fait de devenir un leader, de côtoyer et d évaluer ceux qui nous dirigent ne sont pas propres à ce domaine. Elles renvoient plus généralement aux réalités de l existence et sont, par conséquent, plus clairement mises en évidence par les grands classiques de la littérature que par des travaux contemporains ou par la recherche académique sur le leadership». (March, Weil, 2003 : 23) Témoins aussi les cours sur les figures du leadership, de la négociation et des relations humaines au cinéma que j ai lancés en 2004 à Télécom- 11

7 Héros Paristech 7, et deux articles, de la même époque, où j ai essayé de montrer l exceptionnnelle richesse des dialogues de théâtre pour comprendre les situations de négociation 8. Les pages qui suivent ont trois objectifs : -- Offrir un panorama des formations, cours et ouvrages de référence qui privilégient le détour fictionnel (romanesque, cinématographique ou théâtral) pour aborder les logiques sociales, managériales, relationnelles (chapitre 1). Il s agira de faire ressortir à la fois l actualité et l ampleur du champ. -- Interroger les critères de légitimité de ce détour fictionnel dans les apprentissages comportementaux (chapitre 2). L apport sera une réflexion sur le pouvoir de la fiction, du symbolique et de l imaginaire, qui passe autant par la fréquentation directe des œuvres que par les médiations du milieu professionnel et universitaire (cours, formations, livres, articles, etc.) -- Avancer enfin une hypothèse inédite, originale, sur la structure commune du héros-leader dans le cinéma américain (États-Unis) et dans la littérature managériale, qui expliquerait que le film de fiction soit devenu un support fréquent d enseignement des théories du management et du leadership, non pas seulement parce que le cinéma serait doué d un formidable pouvoir d illustration, mais aussi parce que, 7 Ces cours sont d une durée de 15 ou 30 heures selon les années, et réunissent de 12 à 20 étudiants. Les séances avec les collègues qui, au fil des années, m ont accompagné sur ces enseignements, ont constitué des moments précieux de travail. Je tiens ici à dire ma reconnaissance à Pierre Ollier, Corine Kalfon, Godefroy Beauvallet, Alain Lempereur, Philippe Matherat, Eve Lamendour et Jean-Luc Moriceau pour leurs contributions dans ces cours et pour l élaboration collective qui a mûri à cette occasion. 8 «Le négociateur : une mère confidente?» (2003) et «L imagination en négociation» (2004), le premier sur La Mère confidente de Marivaux et le second sur Le Souper de Brisville, dont le contenu sert de support à une Master Class pour les conseillers en négociation du Conseil de l Union Européenne depuis

8 Introduction : Management et fiction une structure fractale à un niveau structurel, sur la longue durée, il y aurait une similarité entre les héros de cinéma populaire et les profils de leaders efficaces décrits par les traités de management (chapitres 3 et suivants). Impliqués, créatifs, négociateurs, joueurs, disciplinés, tranchants tel serait le portrait, à grands traits, des leaders successful selon les traités pratiques aussi bien que des héros de cinéma populaire. Capables de satisfaire un ensemble d idéaux, de normes d action, d appels à l innovation et à l interaction, qui, dans la vraie vie, ne se combinent pas si facilement, ils apparaissent comme les héros du quotidien des sociétés contemporaines (chapitre 4). Comme nous le verrons à partir du chapitre 5, ces héros dans les organisations et au cinéma sont requis de saturer six prescriptions en même temps, que je me permettrai d identifier par six acronymes [indiqués ci-dessous entre crochets]. Il apparaîtra que les managers comme les héros de cinéma sont invités, tout à la fois à : -- respecter des cadres, des mandats, en mission pour le compte de tiers [MIS] et à innover, briser les cadres, être imaginatifs, privilégiant l écart par rapport à la routine [ECA] ; -- s impliquer corps et âme, fortement engagés et intériorisés [INT] et à se couler dans des codes sociaux, culturels, stratégiques, dans des rôles [ROL]; -- interagir, travailler en réseau, coopératifs, négociateurs [NEG] et à manier le coup de force, dans une auto-représentation de toutepuissance, fût-elle fantasmatique [TTP]. Il est fascinant de voir la rapidité avec laquelle, dès les premières secondes d un film, ces thèmes s installent puis se déclinent avec une extrême maîtrise, tout le long de l œuvre. Il est non moins fascinant de relever que ces thèmes se retrouvent, à l identique, dans des ouvrages qui nous parlent de la société réelle. C est un emboîtement parfait, de la micro-scène de fiction à l œuvre globale, puis de la fiction à la société, et retour, de la micro-prescription en 13

9 Héros circulation dans la société à la mythologie du cinéma populaire. Les indices, de détail, à la seconde, fusionnent à chaque instant du film, puis sont brassés à des échelles supérieures, dans des séquences plus longues, jusqu au film complet, et bien au-delà, dans la société où ils rayonnent et d où ils proviennent. Cette hypothèse d une structure que j appelle fractale, c est-à-dire d un invariant traversant les changements d échelle, je la mets à l épreuve, ici, d une trentaine de traités de management et d une quarantaine de films ; je propose, en fin d ouvrage, l étude d un film complet (Le Faucon maltais, 1941) qui me paraît exemplaire. Bien d autres films auraient pu être choisis qui entreraient dans le modèle, de même que de multiples autres traités de management auraient pu être cités en référence. Que cela soit le signe d une étape de recherche et d un travail perfectible. 14

10 Partie I Des œuvres saturées de sens

11

12 Chapitre 1 Le détour fictionnel dans les sciences sociales et les apprentissages comportementaux Parmi les facteurs susceptibles de forger l esprit d une société ou d une organisation économique (Weber, 1904 ; Boltanski, Chiapello, 1999), j inclus les pratiques de mise en fiction, que celles-ci offrent une représentation du monde du travail et des relations humaines, ou qu elles interviennent, par des médiations concrètes, sur le terrain des entreprises. Je vais donc commencer, dans cette première partie, par justifier l importance qu il conviendrait d accorder à l étude du détour fictionnel dans les sciences sociales et les apprentissages comportementaux. Dans Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Howard S. Becker raconte le travail d enquête sociologique mené par Caryl Churchill en Roumanie à propos du renversement de Ceausescu (1989), puis l écriture de la pièce de théâtre qui en résulta (Mad Forest, 1996) et enfin la lecture de cette pièce, à voix haute, par des étudiants dans un cours de sciences sociales. Il évoque une «expérience théâtrale dépouillée [qui] communique de manière si convaincante un épisode que les sociologues ont du mal à décrire moitié aussi bien» (Becker, 2009 : 230). 17

13 Héros Les romans, les films, les pièces de théâtre nous parlent de la société. À propos de la télévision et du cinéma, Guillaume Soulez envisage la «lecture rhétorique» d un film «lorsque le spectateur considère que le discours du film résonne au sein de l espace public dans lequel il se situe (ou au sein de l espace public qu il reconstitue par reconstruction de l horizon d attente de l époque de diffusion du film) sans que cela interrompe la lecture poétique» (Soulez, 2011 : 161). Les liens qui unissent les œuvres cinématographiques et l esprit d une époque, l idéologie d un espace culturel, les prescriptions éthiques d un monde social ou professionnel, ont fait l objet de travaux anciens (Kracauer, 1946 ; Jarvie, 1970). La porosité entre Hollywood et le rêve américain, entre cinéma et politique aux États-Unis, entre le Pentagone et les scénarios des films bénéficiant d un soutien matériel de l armée américaine, entre les contenus de la culture de masse et la mondialisation économique, ont particulièrement retenu l attention de nombreux chercheurs, commentateurs, journalistes, documentaristes, essayistes, critiques (par exemple Bidaud, 1994 ; Pacull, Ronai, 2004 ; Gimello-Mesplomb, 2007 ; Martel, 2010 ; Alford, 2010 ; Carveth, South, 2011 ; Assouly, 2012). Ces dernières années, de plus en plus de cours, de formations et de livres privilégient le détour par la fiction notamment cinématographique pour aborder le thème des relations de travail. Les syndicats, la réception du SIDA dans le milieu professionnel, les gourous du management sont étudiés à travers l image qu en donnent des films (Hassard, Holliday, 1998). La dimension subjective du rapport au travail est scrutée dans les films de fiction (Jeantet, Savignac, 2012 ; Dejours, 2012). Un manuel de référence, Using film to visualize principles and practices (Champoux, 2001), est consacré à une approche du management à travers des études de cas portant sur plus de cent films en grande majorité américains (États-Unis). Les thèmes couverts sont ceux de n importe quel traité de management, comme la motivation, le management d équipe, la gestion des conflits, etc. Pour chaque 18

14 Le détour fictionnel dans les sciences sociales et les apprentissages comportementaux thème étudié, des scènes de cinéma sont proposées comme des illustrations particulièrement frappantes. Un livre écrit en français, Le Management illustré par le cinéma (Butteau, 2010), reprend le même concept éditorial, avec des rubriques comme «Fixer des objectifs», «Évaluer un résultat», «Gérer efficacement une tension ou un conflit», «Motiver son équipe», etc. Dans Les Managers à l écran, enquête sur une image déconcertante (2012), Eve Lamendour étudie plus de trois cents films français de la fin du XIX e siècle au début du XXI e du point de vue de l image des managers et des relations hiérarchiques qui s y dévoilent. Eve Lamendour montre que l image cinématographique du manager évolue, en distinguant trois époques. Dans la première ( ), les rapports du capital et du travail sont pris dans une forme d être ensemble et la fonction managériale présente une nature essentiellement relationnelle ; puis, dans une seconde phase ( ), le manager est reconnu comme une figure centrale de la société, et il se caractérise par l optimisme, l inventivité, l héroïsme ; enfin, dans une troisième phase ( ), s installe l ère du soupçon, de la critique et du désenchantement. Des colloques scientifiques aussi bien que des formations de type comportemental font appel aux œuvres de fiction, notamment aux films, pour soutenir leur discours. Les références dans ce champ sont pléthoriques. La Harvard Law School promeut un catalogue de films, le «PON film series», qu elle intègre à des programmes d enseignement. On y trouve des films comme Do the right thing, 1989, No man s land, 2001, Three kings, 1999, I am Sam, 2001, Twelve angry men, 1957, Chocolat, 2000, Hotel Rwanda, 2004, etc.). Le programme «Coexistence and conflict» de la Heller School (Brandeis University) monte en 2012 une série de projections de films sur le thème «la responsabilité de négocier ou de se battre» («the responsibility to Negotiate or to Fight»), avec The Bielski Brothers, 1994, Defiance, 2008, ainsi que les films documentaires Turkish Passport, 2011, et Killing Kasztner : The Jew 19

15 Héros Who Delt with Nazis, 2010, d après la vie de Schindler dont Steven Spielberg avait fait un film en 1993, La Liste de Schindler. Un colloque «Management and Film : The pharmakon of film & new media», dans la lignée des travaux de Organization Representation. Work and Organizations in popular culture (Hassard, Holliday, 1998), a eu lieu à l American University of Paris en Le colloque «New trends in Negotiation teaching», coorganisé par la Harvard Law School et l ESSEC en 2005, avait trois sessions consacrées à l enseignement de la négociation par le détour du film. La conférence d introduction de Michael Wheeler était émaillée d extraits de films de cinéma, comme Tin Men, 1987, ou Defending your life, Nombre de programmes pédagogiques s appuient sur des films grandpublic de cinéma ou de télévision pour illustrer leur propos. Par exemple, en France, au sein de Télécom École de Management, un cours intitulé «Le management au cinéma» aborde le thème de la souffrance au travail à travers des films comme Ressources humaines, 2000, de Laurent Cantet, et Stupeur et tremblements, 2003, d Alain Corneau 9. James March, connu pour ses travaux sur les organisations, développe depuis des années un cours sur le leadership qui prend pour modèles de grands personnages de la littérature et du cinéma (March, Weil, 2003). Dans l introduction du livre consacré à ce cours, Thierry Weil écrit : «Les grands thèmes de l œuvre de March [ ] s y trouvent à des degrés divers. Le cours évoque les limites du paradigme rationnel, de l organisation hiérarchique face à un univers complexe, de l efficacité de l histoire pour faire émerger les formes d organisation les plus adaptées 9 Les enseignants sont Yannick Fronda, Telecom Ecole de management, et Robert Earhart, the American University of Paris. 20

16 Chapitre 5 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma 5.1. Une disposition à l action, à l innovation et à l interaction La proposition centrale de ce livre peut aussi s exprimer ainsi : le héros de cinéma américain et le manager efficace selon les traités de management partagent un certain nombre de traits comportementaux. Ces traits comportementaux manifestent une disposition à l action, à l innovation et à l interaction. Ils convergent sur une posture, une attitude, ou pour le dire encore autrement, un type mental orienté vers l action, l innovation et l interaction qui passe par la mise en visibilité d un certain nombre de signes. Le héros agit, en relation aux autres, crée du nouveau, et cela se voit et se dit. Il a prise sur les événements. L événementiel est inclus, mais n a pas encore à se définir par des contenus. Autrement dit, l analyse n implique pas d entrer dans le détail des phases et des buts de l action. L approche est complémentaire de celle des grands préceptes de la narration. Certes, le «story telling» s applique à l exercice du leadership (Denning, 2005), mais ici, le propos n est pas d abord de décrire les étapes de l action, 45

17 Héros mais plutôt de cerner la structure psycho-socio-pragmatique du héros. Pour que performe la matrice du héros dans les organisations et au cinéma, il n est pas nécessaire de raconter l histoire, ni les épreuves du héros, ni ses faits d armes et ses réussites, ce qui peut frustrer le lecteur, tout comme le serait le spectateur d un film sans histoire fascinante. Le modèle n en est pas moins prégnant. Il produit une synthèse, ou une structure qui est un profil de héros engagé dans l action, la relation aux autres et l invention. Cette signature, déclinée tout le long du film de fiction ou du manuel de management, se retrouve d œuvre en œuvre et de traité en traité. La configuration du héros s active à chaque scène, dans chaque film, du début à la fin, en mode majeur ou mineur selon les moments, et dans la société à travers les manuels pratiques qui y circulent, ce qui me pousse à évoquer une structure fractale qui traverse les changements d échelle. Cette propension à l action, l innovation et l interaction, je la décris à travers six critères, que je vais exposer dans les prochaines sections et chapitres. Si le héros est le héros en management comme au cinéma c est qu il parvient à satisfaire ces six conditions en même temps. Cette disposition à l action, à l innovation et à l interaction a un statut ambigu. D un côté, les manuels de management américains font valoir que leurs modèles résultent d études empiriques et d enquêtes quantitives et qualitatives. Les traits dominants des managers qui réussissent, tels qu ils les décrivent, sont bien réels, constatés sur le terrain. Ils ont prouvé leur efficacité, et les sciences de gestion ou du comportement les ont recueillis selon des procédures éprouvées. D un autre côté, le lecteur peut avoir le sentiment qu il s agit de prescriptions, et que le discours, en partie, relève d un idéal normatif. La réalité ne s ajuste peut-être pas si facilement ni communément à ce modèle. Force est de constater qu il n est pas aisé conceptuellement 46

18 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma et pratiquement de faire fonctionner ensemble les six critères de la matrice du héros dans la vraie vie. Et pourtant, nos sociétés, à travers l industrie de l imaginaire (Hollywood) et l apprentissage du management dans les organisations (l ingénierie comportementale des managers), les proposent comme des critères de réussite indépassables et opératoires. Le cinéma n a pas alors seulement un pouvoir d illustration des concepts et apprentissages relationnels. Il acquiert la fonction de montrer l incarnation possible d un modèle comportemental exigeant. Il vient comme le sketch (dessin), la maquette, le prototype un Pinocchio presque de chair qui met en voix et en actions corporelles un ensemble d attentes partagées avec le monde social attentes dont le réalisme et la valeur peuvent être discutées. Il co-produit un profil de héros-leader dans les organisations et au cinéma dont la robustesse vient de ce qu il se forge à la confluence des fictions dominantes (Hollywood, le cinéma américain, les séries télévisées) et de la littérature managériale américaine diffusant à travers le monde les préceptes d une organisation du travail. Dès lors, le pouvoir des fictions cinématographiques découle d une structure héroïque qui n est pas seulement partagée par un nombre important de films sur une longue durée, mais aussi par l éthique de l économie contemporaine La matrice du héros-leader Suivant mon modèle, le héros-leader des gouvernances modernes et des films américains doit satisfaire à la fois six dispositions. Je conçois chacune de ces six dispositions comme un champ sémantique de notions qui ont des connexions, mais qui se manifestent avec une certaine variété. Il convient de les envisager avec souplesse. Chaque disposition a sa plasticité. Par 47

19 Héros exemple, sous le terme de héros négociateur [NEG], il faut comprendre une activité négociatrice au sens strict, mais aussi, plus largement, une tendance au dialogue, à la discussion, au débat, au compromis, une chance laissée à la parole dans la résolution des conflits. J identifie chacune des six dispositions par un acronyme (par exemple [NEG]) qui ne peut être que simplificateur. Il est bon à chaque fois d essayer de restituer toute la richesse de comportements potentiels vers laquelle l acronyme fait signe. Je rappelle que les six critères ont émergé d une analyse inductive de contenu (cf et 3.2.). Ils sont des pointeurs vers un nuage de significations qui prennent, selon les traités et les films étudiés, des formes diverses dont j essayerai de rendre compte dans les prochains chapitres. Selon ces six dispositions, le héros-leader dans les organisations et au cinéma est requis de : a. [ROL] prendre des rôles, être un acteur social, à l aise dans les jeux de masques et de codes dans les organisations et la société ; par exemple, assumer une face publique où on se force, ou jouer de plusieurs personnalités selon les circonstances ; b. [INT] révéler une vive intériorité, une authenticité, une sincérité, branchée sur les sentiments, sensations, intuitions, convictions, inspirations, passions ; par exemple, être soi-même enthousiaste pour susciter l enthousiasme, ou rester fidèle à une vision personnelle ; c. [MIS] accepter ou se donner des missions, dans un cadre, sous commande, organiser des tâches en fonction d objectifs, de réalisations ; par exemple, sauver la planète, un pays, ou promouvoir une idée, un projet, une entreprise ; 48

20 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma d. [ECA] s en acquitter en marquant un écart, en se distinguant des autres, en passant hors cadre, soit par son originalité, soit par sa créativité, soit par sa rebellion, à ses risques et périls ; par exemple, être déviant par rapport aux routines, prendre des libertés face à la loi, ou se dégager des prudences conventionnelles ; e. [NEG] négocier en se confrontant aux autres, par le dialogue, la discussion, le marchandage, l interaction, en contact avec les autres, équipiers, concurrents, empêcheurs ; par exemple, toujours donner une chance à la parole, ou privilégier le franc échange de points de vue pour résoudre les problèmes ; f. [TTP] savoir forcer le destin par une toute-puissance corporelle, technologique, affective, mentale, une assurance de soi hors du commun, travaillée, résultat d un entraînement, surmontant parfois une faiblesse initiale ; par exemple, savoir manier les «propositions qui ne se refusent pas», ou répliquer quand on est attaqué. En définitive, le héros-leader est celui ou celle qui réussit la prouesse de maximiser en parallèle les six critères de la matrice du héros (figure 1), ce qui assure à la fois le spectacle dans les films et l appel constant à se surpasser, à résoudre des problèmes, à s adapter, à augmenter l efficacité, à progresser, dans les traités de management. 49

21 Héros Fig.1. La matrice du héros-leader [SYNTHÈSE HÉROÏQUE] = [ROL] x [INT] x [MIS] x [ECA] x [NEG] x [TTP] Dans les disciplines comportementales comme au cinéma, le héros se définit précisément dans sa capacité à concilier l ensemble des aspirations extrêmes de la matrice du héros-leader (figure 1). Et de fait, il y a quelque chose d héroïque à vouloir satisfaire en même temps toutes ces attentes, à les aligner sur un profil, une équipe, une société, une civilisation. C est peut-être le défi de la modernité. Comment, en même temps, se projeter dans des rôles et assurer que l on trouve ses motivations au plus profond de son être? Comment être à la fois en mission et en écart, dans le cadre et hors cadre, conservateur et innovant? Quelle éthique de la négociation dans des jeux organisationnels où certains peuvent tout gagner et d autres perdre tout? Quelle place accorder aux autres dans la relation, quand l un des partenaires se présente dans la bataille avec le corps le plus puissant, l ingéniosité la plus rusée, la compétence 50

22 La matrice du héros dans les organisations et au cinéma la plus développée, la technologie la plus avancée, le pouvoir le plus grand, toutes ces belles capacités servant son profit? Quelle paix à l horizon de cette compétition, de cette guerre, de ce coup de force permanent? Quelle liberté, quelle authenticité, dans l enrôlement des organisations? Quelle intériorité, quel vécu propre, dans la comédie sociale? Ces questions difficiles sont celles de la modernité. Le héros dans les organisations et au cinéma donne des réponses. Il rencontre des obstacles qui le poussent à devoir, pour réussir, saturer en même temps les trois paires de critères opposés de la matrice du héros. Cette réussite devient une icône à l échelle d une société, voire d une civilisation, en s incarnant, avec une grande constance, sur des décennies, dans les héros des films populaires et des traités de management américains, largement diffusés en plusieurs langues. Nous allons voir dans les prochains chapitres comment les trois paires de critères opposés trouvent une expression concrète, en traitant successivement, à chaque fois, les manuels de management, puis les films. L ordre d exposition des critères ROL, INT, MIS, ECA, NEG, TTP est en partie arbitraire, et c est important qu il le reste, car il n y a pas de hiérarchie entre eux, ni de point d entrée ou de sortie. Je ne défends aucune notion de parcours obligé. L ensemble des critères fonctionne comme un tout, chaque élément à parité avec les autres. La succession pourrait n avoir d autre justification que de produire l acronyme R.I.M.E.N.T., qui outre la vertu mnémotechnique, permet d avoir en vue qu il s agit pour le héros comme pour le leader de parvenir à ce que les différents critères de la matrice RIMENT entre eux. Pourtant, l ordre de communication ne peut être totalement neutre. Il respecte une exposition par paire de critères en tension, la prise de rôle extérieure s opposant au repli intérieur [ROL/INT], le respect de la mission s opposant à l injonction de déborder les cadres 51

23 Héros existants [MIS/ECA], l appel à négocier s opposant aux manifestations de toute-puissance [NEG/TTP]. Je commence par les deux critères plutôt centrés sur le soi [ROL/INT], je poursuis par les deux critères abordant l horizon de la tâche à accomplir dans un cadre collectif [MIS/ECA], et je conclus par les deux critères ouvrant sur les relations aux autres en général [NEG/TTP]. Le mouvement est centrifuge, de la personne au groupe intermédiaire, et du groupe intermédiaire à la société humaine. Mais j insiste encore sur le fait que j aurais pu chosir une autre séquence : par exemple, la négociation et les rapports de force dans les relations humaines auraient pu être abordés en premier et, de droit, ils entrent dans la structure mise à jour au même rang que les autres paires de critères. Enfin, dans les trois prochains chapitres, je sépare le traitement, d un côté, des sources managériales et, de l autre, cinématographiques. Je privilégie donc une forme analytique qui est d abord celle des terrains, en montrant comment le jeu de critères joue dans chaque champ. L avantage est une certaine cohérence des logiques spécifiques à chacun de ces domaines, le désavantage est de cliver ce qui me semble se réunir au niveau structurel. Mais je n ai pas de solution parfaite, car si je noue en permanence le discours managérial et la mise en scène cinématographique, je risque de perdre la force de preuve que procure un examen attentif, d une part, de la littérature sur le leadership, et d autre part, du cinéma. Disons, pour clore le débat à ce stade, que l étude de cas sur le Faucon Maltais (partie III) s efforce de compenser les défauts de la partie II, plus aride et méthodique. 52

24 Postface Terminator au conseil d administration Godefroy Beauvallet 87 Le directeur général de la filiale française d une grande entreprise japonaise me confiait récemment sa méthode de préparation à une séance particulièrement périlleuse de son conseil d administration au cours de laquelle il devait convaincre la maison-mère de la pertinence de ses choix stratégiques et budgétaires pour l année à venir. Son objectif était de parvenir à l état émotionnel pertinent pour affronter la situation, très conflictuelle. Sa méthode tenait en deux mots : «revoir Terminator!» Au-delà de la provocation, ce lien qu il établissait entre le cyborg assassin incarné par Arnold Schwarzenegger et sa position dans l espace feutré du business international m a semblé significatif. Car il n est évidemment pas le seul à raisonner sur des situations professionnelles à partir du «fonds culturel» qu est aujourd hui le cinéma, notamment hollywoodien. Diverses traces, de la prégnance de l intérêt pour le cinéma aux discussions de cafétéria en passant par la reprise de dialogues ou de codes filmiques iconiques dans les relations interpersonnelles dans l entreprise, manifestent au quotidien la proximité entre cinéma et management. 87 Godefroy Beauvallet est depuis 2011 directeur du fonds AXA pour la Recherche et, depuis début 2013, vice-président du conseil national du numérique. Polytechnicien, il a mené une carrière à la fois dans le monde du privé (chef de projet informatique chez Gemplus en ), de la haute fonction publique au sein du ministère de l industrie puis du cabinet du ministre de la réforme de l État ( ), puis de l enseignement supérieur (enseignant chercheur en gestion des systèmes de l information à Télécom Paris Tech puis directeur de la stratégie et des affaires financières de l Institut Télécom). 143

Les illustrations appartient à l auteur sauf mention contraire.

Les illustrations appartient à l auteur sauf mention contraire. Olivier Fournout, Héros : Action, innovation, interaction dans les organisations et au cinéma, Paris : Presses des Mines, collection i 3, 2014. Presses des MINES TRANSVALOR, 2014 60, boulevard Saint-Michel

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

École. Diriger aujourd hui

École. Diriger aujourd hui École Diriger aujourd hui École Diriger aujourd hui Jour 1 Dans un environnement complexe où la répétition des recettes du passé, ou même du présent, constitue davantage un risque qu une assurance, l agilité,

Plus en détail

La Négociation Raisonnée

La Négociation Raisonnée La Négociation Raisonnée de Harvard «Principled Negotiation» 22 mars 2010 L Ecole Centrale Paris L École Centrale Paris, fondée en 1829, forme depuis sa création des ingénieurs généralistes de haut niveau,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIE. RÉFÉRENCE n 495

RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIE. RÉFÉRENCE n 495 RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIE 1. Benefiel, Margaret. The Soul of a Leader: Finding Your Path to Fulfillment and Success. (L âme d un leader : trouver votre voie vers l épanouissement et le succès). New York:

Plus en détail

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager».

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». du programme : Les principaux objectifs de ce programme sont : Développer les compétences organisationnelles du manager : gérer les projets et les ressources

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

Coaching professionnel & life-coaching

Coaching professionnel & life-coaching Coaching professionnel & life-coaching Karim M. Reggad, Directeur de l IFGAP et : - Psychothérapeute, Médiateur Coach Consultant - Spécialiste en communication et relations humaines - 30 ans d expérience

Plus en détail

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit

Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1. Interview de Marcel Lepetit Au-delà du flux. «Lean Management» et risques psycho-sociaux. Pour une politique de civilisation du travail 1 Interview de Marcel Lepetit Fondateur de DSetO, Marcel Lepetit est un observateur attentif

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque Compte rendu Ouvrage recensé : Potvin, C., Power, T.M. et Ronchi, A. (dir.) (2014). La formation en ligne : les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l Université

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE

ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE ENJEUX SOCIO-POLITIQUES DU NUMÉRIQUE Professeur : Dominique Boullier Année universitaire 2015/2016 : Formation Commune des Masters - Semestre d automne DESCRIPTIF DU COURS Notre environnement quotidien

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Compétences relationnelles

Compétences relationnelles Compétences relationnelles Servir et aider Servir, aider ou assister des personnes, répondre à ses demandes et à des questions, être au service de clients. Capacité à communiquer chaleureusement avec les

Plus en détail

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Le Jeu Vocal Guy Reibel Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Une pratique inédite pour développer l esprit d équipe Contact : Mr Michel

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain?

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Marc Antonin Hennebert, Ph.D. Professeur agrégé HEC Montréal Chercheur CRIMT marc antonin.hennebert@hec.ca & Olivier

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur

La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur La VAE à l Université : Le nécessaire accompagnateur État de la question Ce que nous ont appris les recherches antérieures. Michel Vial UMR ADEF Aix-en-Provence 1/ Sur la VAE à l Université La question

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

Cécile Dejoux MANAGEMENT ET LEADERSHIP

Cécile Dejoux MANAGEMENT ET LEADERSHIP Cécile Dejoux MANAGEMENT ET LEADERSHIP Conseiller éditorial : Frédéric Poulon Pour plus d informations sur l auteur : http://ceciledejoux.com @CecileDej sur Twitter Dunod, Paris, 2014 5 rue Laromiguière,

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Recueil trimestriel de références à l échelle internationale, Parallèle rapporte

Recueil trimestriel de références à l échelle internationale, Parallèle rapporte Volume 2, numéro 3 octobre 2009 Recueil trimestriel de références à l échelle internationale, Parallèle rapporte les dernières tendances, présente les plus récents ouvrages et témoigne des initiatives

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens.

Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ. Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. Rencontres au Castelnau ou.. quand les auteurs s en vont au champ Sandrine Trochet. Enseignante Castelnau Barbarens. 1,Un constat : Il existe de fortes inégalités entre les écoles quant à l accès à la

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

PRODUIRE ET DIFFUSER LES SERIES TV : de la sociologie du travail audiovisuel à l économie d un espace culturel transnational

PRODUIRE ET DIFFUSER LES SERIES TV : de la sociologie du travail audiovisuel à l économie d un espace culturel transnational PRODUIRE ET DIFFUSER LES SERIES TV : de la sociologie du travail audiovisuel à l économie d un espace culturel transnational Journée d étude coordonnée par Sébastien Lemerle (Paris Ouest Nanterre La Défense)

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel.

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. Permettez-moi de me présenter brièvement. Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. J appartiens à la direction des Services d édition. J y ai

Plus en détail

Rire ensemble pour s affirmer dans la relation

Rire ensemble pour s affirmer dans la relation Rire ensemble pour s affirmer dans la relation Des outils et une approche pédagogique innovante, résolument ludique, pour ancrer le changement : Acquérir de la souplesse et de la créativité face à l imprévu

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Formation de développement personnel Nos formateurs Composé de professionnels artistiques, d enseignants

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique

Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique Le rôle de la technologie et de la pratique dans l enseignement de l informatique Note de la commission TIC de l Académie des Technologies Février 2014 version 0.2 1. Introduction Cette courte note fait

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier d information Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011 Après quatre campagnes média successives depuis 2009, la CASDEN ajuste le positionnement de sa communication.

Plus en détail

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE»

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» David Wilgenbus Société Française de physique La main à la pâte MOTS-CLÉS : COOPERATION INTERNET COMMUNAUTES SCIENCES LA MAIN

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Cinéma et audiovisuel Approches interculturelles du cinéma

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Cinéma et audiovisuel Approches interculturelles du cinéma www.u-bordeaux3.fr Master recherche Cinéma et audiovisuel Approches interculturelles du cinéma Présentation de la formation Le master recherche en cinéma a été créé en 2005 lors du passage au LMD comme

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer

admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer admissions Bachelor 2010 Devenir artiste devenir designer Devenir artiste / Devenir Designer Engager une aventure de création dans l art ou le design contemporains. Bénéficier d une solide formation théorique

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

ANALYSER LES CONFLITS

ANALYSER LES CONFLITS ANALYSER LES CONFLITS Marc Thiébaud Novembre 2001 Une situation de conflit se rencontre quand il y a : divergence entre des acteurs en relation (pour que le conflit existe, il doit y avoir relation), parce

Plus en détail

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique Initiation bande dessinée La semaine du 21 au 25 avril 2014 De 9h30 à 16h30 Module Scénario BD du 7 et 8 décembre 2013 du 11 et 12 janvier 2013 Tous les mardis du 21 janvier au 8 avril 2014 Module Dessin

Plus en détail

EXECUTIVE MASTER EXPERT COACH

EXECUTIVE MASTER EXPERT COACH EXECUTIVE MASTER EXPERT COACH Rabat-Casablanca-Tanger Une équipe à vos côtés pour votre épanouissement personnel et professionnel MOT DE BIENVENUE Le coaching se situe au cœur de l aspiration que tout

Plus en détail

ORSC TM Coaching Systémique d Organisations & de Relations

ORSC TM Coaching Systémique d Organisations & de Relations ORSC TM Coaching Systémique d Organisations & de Relations (Organization & Relationship System Coaching) Introduction Le programme ORSC (Coaching Systémique d Organisations et de Relations) de CRR Global

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72

DOSSIER DE PRESSE. Relations Presse : Tel : +33(1) 77 13 51 72 Tel : +33(1) 75 54 77 94 Cell : +33(6)17 78 48 44 Cell : +33(6) 10 70 29 72 DOSSIER DE PRESSE FOURPOINTS Investment Managers 13-15 rue de La Baume 75008 Paris France Tél. + 33 (0) 1 40 28 16 50 Fax + 33 (0) 1 40 28 00 55 www.fourpointsim.com Relations Presse : Alexandra Origet

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 Thème : adolescence : vie révée / vie réelle Après une mise en route sur les motivations qui poussent un jeune à quitter son

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Programmes. Process Thérapie Model Process Guidance Model. Ateliers cliniques PTM 1 PTM 2 PTM 3

Programmes. Process Thérapie Model Process Guidance Model. Ateliers cliniques PTM 1 PTM 2 PTM 3 Programmes Process Thérapie Model Process Guidance Model Process Thérapie Model PTM 1 PTM 2 PTM 3 Ateliers cliniques Initiation hypnose Ericksonienne Les doubles contraintes Initiation Analyse Transactionnelle

Plus en détail

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers 1/6 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise de parole en public Coaching individuel Préparation

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

15 septembre - 16 décembre 2015 Théâtre d Hérouville

15 septembre - 16 décembre 2015 Théâtre d Hérouville Marina Gadonneix, SUPERNOVA, VITRINE DISPOSITIFS Marina Gadonneix Commissariat Audrey Illouz 15 septembre - 16 décembre 2015 Théâtre d Hérouville 1 square du Théâtre - 14200 Hérouville Saint-Clair 02 31

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

LE LEADERSHIP STRATÉGIQUE : UN ART SUBTIL À EXERCER. Francine Séguin

LE LEADERSHIP STRATÉGIQUE : UN ART SUBTIL À EXERCER. Francine Séguin LE LEADERSHIP STRATÉGIQUE : UN ART SUBTIL À EXERCER Francine Séguin La littérature en gestion s est beaucoup intéressée au leadership, à ceux qui l exercent et aux différentes façons de l exercer. Elle

Plus en détail

BTS Tertiaires, les référentiels de situations :

BTS Tertiaires, les référentiels de situations : «Les compétences et leur évaluation» Stage des 2 et 3 décembre 2009 Intervention de Didier Michel, IGEN 1 BTS Tertiaires, les référentiels de situations : Vers une nouvelle approche de la professionnalisation

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques

Bibliothèque 2015. Perspectives stratégiques 7 octobre 2010 Bibliothèque 2015 Perspectives stratégiques Ce document a pour but de servir à tracer les perspectives d évolution de la bibliothèque pour les cinq années à venir à partir des objectifs

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs. CoachingOurselves

Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs. CoachingOurselves Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs Par : Phil LeNir phil@coachingourselves.com CoachingOurselves Copyright CoachingOurselves International Inc., 2014 Mckinsey Quarterly

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E TABLE DES MATIÈRES Introduction C HAPITR E 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier I. L évolution de l environnement de l entreprise... 17 A. Entre le local et le global : la gestion

Plus en détail

Charte des collections Médiathèque intercommunale du Val de Somme

Charte des collections Médiathèque intercommunale du Val de Somme Charte des collections du Val de Somme 1. La médiathèque intercommunale et son environnement 1.1 La Communauté de Communes et le contexte socioculturel 1.2 La tutelle administrative 2. Les missions 2.1

Plus en détail