MEMOIRE DE FIN D ETUDES COMPETENCES ET EXPERIENCES POUR UNE VERITABLE POLYVALENCE PROFESSIONNELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMOIRE DE FIN D ETUDES COMPETENCES ET EXPERIENCES POUR UNE VERITABLE POLYVALENCE PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 INSTITUT de FORMATION en SOINS INFIRMIERS 2, AVENUE DES LOMBARDS. BP TROYES cedex MEMOIRE DE FIN D ETUDES COMPETENCES ET EXPERIENCES POUR UNE VERITABLE POLYVALENCE PROFESSIONNELLE BERESFORD-WOOD Orane Sous la guidance de Mme TASSAN-ZANIN ANNEE

2 «Nos réflexions. Elles sont le fruit de notre commerce avec les autres, du frottement de notre intelligence avec la leur et du travail souterrain que nos lectures et nos conversations effectuent en nous.» Pierre Assouline, Vive la conversation «Vous deviendrez les soignants que vous voulez devenir.» Isabelle Rigault

3 REMERCIEMENTS Je tiens vivement à remercier, Madame Tassan, Pour sa patience, sa bienveillance et tout ce qu elle m a transmis et apporté durant ces trois intenses années, Monsieur Le Nalbaut, Pour le temps qu il a pris à me fournir de précieux documents, Les professionnelles rencontrées, Pour m avoir donné de leur temps et de leur savoir, Les cadres de santé des différents services, Pour avoir accepté de m accueillir, Ma famille, Pour son immense soutien, sans faille, sa patience à toute épreuve et son amour, Ma colocataire, Pour sa constance à mon égard, ses conseils et notre complicité, Olivier, Pour ses encouragements et sa présence, Et tous ceux qui ont apporté leur contribution, petite ou grande, à mon mémoire de fin d études.

4 SOMMAIRE Remerciements Introduction page 1 I Présentation page 3 I 1 Situation de départ page 3 I 2 Questionnement relatif à la situation de départ page 4 II Cadre théorique page 7 II 1 La polyvalence page 7 II 1 a Définitions et concepts page7 II 1 b La polyvalence sous différents aspects page 9 L aspect humain page 9 L aspect économique page 10 L aspect management page 10 II 2 L infirmière page 12 II 2 a Définitions et concepts page 12 II 2 b La législation relative au métier page 13 II 3 La prise en charge d un patient page 14 II 3 a Niveau relationnel page 14 II 3 b Niveau technique page 16 III L exploration page 17 III 1 L outil méthodologique page 17 III 2 Analyse des entretiens confrontée aux concepts page 21 III 3 Discussion et hypothèses page 24

5 III 3 a Discussion, les concepts confrontés à l analyse page 24 III 3 b Emission d hypothèses par rapport à la question de recherche page 28 Conclusion page 30 Glossaire Bibliographie Annexes

6 INTRODUCTION Nous avons choisi un sujet concernant notre exercice professionnel car nous avons conscience que lorsque nous aurons obtenu notre diplôme, nous ne serons pas apte à exercer. Nous entendons par cela que toute notre expérience reste à fonder ainsi que notre dextérité et nos réflexes. Jeunes diplômés, nous ne pouvons pas affirmer tout savoir. Or, commencer à se questionner dès aujourd hui sur la manière de nous améliorer, d approfondir et de perfectionner notre diplôme d Etat est une manière de nous projeter dans nos futures pratiques. Lors de notre stage de chirurgie, nous nous sommes immergés dans le monde professionnel, auquel nous allons nous confronter d ici quelques mois. Nous avons pu appréhender toutes les dimensions de la prise en charge globale d un patient médicale, infirmière, socio-culturelle, économique et ainsi mettre en œuvre les diverses théories apprises en institut de formation en soins infirmiers. Cependant, nous avons pu voir aussi les nombreux biais que rencontre une infirmière pendant sa prise de poste et qui font toute la complexité de notre métier. Parmi eux, celui qui nous a le plus interpellés est l incidence de la polyvalence de l infirmière sur la prise en charge d un patient, d autant plus lorsqu il s agit d un patient différent du domaine du service. Nous avons voulu nous pencher sur cet aspect pour essayer de comprendre ce qui démarque la pratique d une infirmière dite polyvalente de celle plus spécialisée. Nous allons tout d abord vous présenter la situation de départ, véritable point de départ de ce sujet de recherche par le questionnement qu elle a suscitée en nous. Ensuite, nous nous attacherons au cadre conceptuel visant à définir les différents concepts de ce sujet avec l appui d auteurs reconnus. Puis, nous irons à la rencontre de professionnelles du terrain à travers l exploration, - 1 -

7 en analysant les données recueillies et en les confrontant aux concepts étudiés pour aboutir à une question de recherche et plusieurs hypothèses

8 I Présentation I 1 Situation de départ Durant ma deuxième année d école d infirmières, j ai effectué le stage du semestre 4 de 10 semaines en service orthopédique dans une clinique. Lorsqu une infirmière postule pour travailler dans cette clinique, elle est affectée par la directrice des soins à un étage qui va définir sa spécialité et son lieu de travail. Un jour, en milieu de matinée, au moment des soins techniques, la directrice des soins a téléphoné au service où j étais en stage. Elle annonçait qu un patient relevant de l urgence, provenant de l autre clinique de la ville, arrivait. L infirmière recevant l appel a transmis l information à sa collègue et aux aides-soignantes pour préparer une chambre rapidement. Le patient est arrivé pendant midi. Il s est avéré que le patient présentait un diagnostic de coliques néphrétiques, relevant du domaine de la néphrologie. Il devait, initialement, être hospitalisé dans la deuxième clinique, mais par manque de lits et en collaboration avec la première clinique, il fut transféré dans notre service. Les deux infirmières présentes ont verbalisé leur difficulté face à cette prise en charge qui divergeait de leur domaine de chirurgie et leur mécontentement de devoir prendre en soin ce patient. Elles ne comprenaient pas pourquoi leur service avait été choisi plutôt qu un autre étage. De plus, plusieurs questionnements sont apparus : comment allons-nous faire? Qui va s occuper de ce patient? Combien de temps va-t-il rester? Pourquoi dans notre service? Qui sait quels sont les éléments de surveillance? Les risques? etc. Les deux professionnelles étaient inquiètes et stressées face à ce patient car elles ne se sentaient pas capables de le prendre en charge. En effet, elles ont parlé des connaissances acquises à l école sur ce sujet mais elles ont clairement indiqué que cette acquisition était éloignée du moment présent et - 3 -

9 qu elles ne se sentaient plus du tout capables de pallier aux difficultés qu elles rencontraient avec ce patient. Le patient est arrivé avec une ordonnance provenant de la clinique d origine, le diagnostic ayant été émis là-bas. Cependant, aucune thérapeutique ne lui avait été déjà administrée sauf une automédication de paracétamol à domicile. L antalgique prescrit lui a été administré par voie veineuse peu de temps après, au sein de notre service. De plus, un autre problème s est présenté, le patient n avait pas de docteur référent à la clinique, ce qui a rajouté du stress aux infirmières, qui n avaient aucun point de repère en cas de questions et/ou urgences. La directrice des soins en a été informée et a demandé à un chirurgien viscéral de s en occuper. Nous n avons visité le patient que lorsque nous devions faire le tour des patients revenant du bloc opératoire. Ce sont surtout les aides-soignantes qui ont pris ce monsieur en charge alors qu il était demandeur, algique et préoccupé par son état de santé. Lors des transmissions, son cas fut rapidement évoqué mais sans grande précision. L infirmière qui faisait les transmissions a seulement ajouté qu il «allait bien». Le lendemain, le patient a quitté la clinique comme convenu avec le docteur (pour le cas, un chirurgien vasculaire) qui l a pris en charge et l équipe n en a plus reparlé. I 2 Questionnements autour de la situation de départ A travers cette situation, plusieurs questionnements sont ressortis, notamment pour approfondir et comprendre le contexte. Premièrement, nous pouvons nous poser la question suivante : comment une infirmière 1 exerçant dans un service spécialisé gère-t-elle un patient relevant d un autre domaine que le sien? En effet, sa formation initiale théorique lui confère des aptitudes pour pouvoir gérer normalement tout type de pathologie. De plus, lorsque 1 Le mot «infirmière» désigne autant un homme qu une femme dans tout le texte

10 les professionnels travaillent depuis un certain temps dans le même service, ils acquièrent des habiletés propres à leur secteur. Cependant, cette acquisition de compétences n est propre qu au service dans lequel ils travaillent. Alors, comment prendre en charge un patient inconnu et qui présente des soins inhabituels? Quel impact a le choix de leur carrière sur la polyvalence du professionnel? Nous pouvons aussi nous questionner sur les compétences particulières et les qualités nécessaires pour qu une infirmière puisse prendre en charge correctement et en toute sécurité un patient différant de son domaine de spécialité. Si elle accepte de prendre en charge un patient mais qu elle sait pertinemment qu elle va rencontrer des difficultés et qu elle risque de ne pas pouvoir le prendre en charge de manière optimale, quelles vont en être les conséquences? A quels niveaux va-t-elle engager sa responsabilité? Le patient qui arrive en service recherche une prise en charge globale et irréprochable. Bien souvent, maintenant et de plus en plus, les usagers savent et peuvent se retourner judiciairement contre l institution qui les a accueillis et les soignants qui les ont pris en soins. Il est donc nécessaire pour la soignante de savoir faire face à ce dilemme : prendre ou ne pas prendre en charge lorsque l on ne sait pas mais que l établissement exerce une pression économique (rentabilité des lits), psychique (faire ses preuves face à la difficulté) et professionnelle (jugement de nos propres capacités d exercice) sur nos épaules. De plus, en quoi une infirmière travaillant dans un service hyperspécialisé, type service de soins intensifs en cardiologie ou de réanimation adulte, diffère-t-elle d une infirmière qui travaille en service plus polyvalent type service d accueil des urgences ou de consultations externes? Qu est-ce qui fait au niveau de l exercice professionnel que l infirmière sera plus apte à tel ou tel poste? - 5 -

11 Lorsque l infirmière d un service X est confrontée à l arrivée d un patient relevant d un domaine Y, quelles stratégies d adaptation doit-elle mettre en place pour prendre en charge cette personne? En quoi, dans quelles mesures doit-elle adapter la prise en charge du patient différent du domaine du service où elle travaille? Quel va être son cheminement intellectuel et pratique? Vis-àvis de la formation initiale qu elle a reçue durant trois années à l IFSI (cf. glossaire), quels vont être les mécanismes et les savoirs remobilisés face à cette situation? Quelle est la part de l expérience et quelle est la part de formation initiale dans une prise en charge telle que celle décrite? Nous pouvons aussi nous interroger sur les éléments favorisants ou les freins à une prise en charge de qualité dans ce contexte. A travers ce travail, nous ciblerons plus particulièrement l impact de la polyvalence dans une prise en charge dite particulière. EN QUOI LA POLYVALENCE DE L INFIRMIERE INFLUENCE LA PRISE EN CHARGE D UN PATIENT HOSPITALISE RELEVANT D UNE SPECIALITE MEDICALE AUTRE QUE CELLE OU ELLE EXERCE? Suite à l exposition de la situation de départ et au questionnement émergeant de celle-ci, nous allons étudier le cadre conceptuel relatif aux notions ressortant de cette première partie

12 II Cadre théorique Dans cette partie, nous allons vous exposer différents concepts. Tout d abord celui de polyvalence, puis celui de l infirmière et enfin celui de la prise en charge d un patient. II 1 La polyvalence II 1 a Définitions et concepts Selon le dictionnaire Le Petit Larousse Illustré, la polyvalence désigne «caractère de ce qui est polyvalent 2» mais aussi «caractère de quelqu un qui a plusieurs spécialités, plusieurs compétences 3». De là, nous pouvons explorer la signification de l adjectif polyvalent. La définition retenue parmi celle du dictionnaire précédemment cité, nous paraissant la plus judicieuse est «qui possède des aptitudes, des capacités variées 4». Dans le dictionnaire Hachette encyclopédique, le mot «polyvalent» est «doué de capacités diverses, de talents variés. 5». Jean-Charles Erny, dans son article de la revue Soins Cadres, définit la polyvalence telle que «la qualité d un individu qui a plusieurs spécialités 6» et le mot polyvalent comme «possède plusieurs compétences 7». C est ainsi que nous pouvons faire un lien avec la compétence. Marie- Agnès Morel, infirmière, cadre de santé, énonce dans l ouvrage Les concepts 2 Le Petit Larousse Illustré, sous la direction générale d Isabelle Jeuge-Maynart, éd. Larousse, Paris, 2008, p Ibid. 4 Ibid. 5 Dictionnaire Hachette encyclopédique, sous la responsabilité d Emmanuel Fouquet, éd. Hachette Livre, Paris, 2001, p Erny, Jean-Charles, «A propos du processus de construction du sentiment d efficacité personnelle des infirmiers d un pôle», Soins cadres, numéro 80, novembre 2011, pp Ibid

13 en Sciences infirmières 8, que la compétence est un concept encore vague et peu établi mais fourmillant d idées. Ce concept est apparu dans les années 80, dans le domaine économique puis s est rattaché à d autres domaines tels que la santé. Ce terme vient du bas latin, «competentia» qui veut dire «juste rapport», «proportion, rapport exact». Il peut aussi être découpé étymologiquement : «cum» qui signifie «avec» et «petere» qui renvoie au mot «pétition». D après le Petit Robert, dictionnaire de la langue française, la compétence est «une connaissance, une expérience qu une personne a acquise dans tel ou tel domaine et qui lui donne qualité pour bien juger 9». La compétence est aussi définie telle que la «capacité reconnue en telle ou telle matière, et qui donne le droit d en juger 10» dans le dictionnaire le Larousse. C est ainsi qu une personne dite compétente est une personne «qui a des compétences approfondies dans une matière, qui est capable d en bien juger 11». Selon Cateau, cela indique «un mouvement d action en commun 12». La compétence intervient alors dans trois domaines, le savoir-faire, le savoir-être et le savoir, qui font d un professionnel, un professionnel averti et compétent. Philippe Zarifian exprime que «la compétence est une intelligence pratique des situations qui s appuie sur des connaissances acquises et les transforme avec d autant plus de force que la diversité des situations augmentent 13». Pour Guy Le Boterf 14, la compétence est l initiative plus la polyvalence. Ce savoir-être et savoir-faire permet à l infirmière de faire face à l imprévu, d innover et de décider dans des situations inhabituelles. 8 Les concepts en Sciences infirmières, sous la direction de Monique Formarier et Ljiljana Jovic, ARSI, Editions Mallet Conseil, Lyon, pp Le Petit Robert, rédaction générale Rey, A. et Rey-Debove J., Ed. Société du Nouveau Littré, Paris-XI ème, 1978, p Le Petit Larousse Illustré, sous la direction générale d Isabelle Jeuge-Maynart, éd. Larousse, Paris, 2008, p Ibid. 12 Cateau, C., «A propos des compétences collectives», Dossier : Les compétences de l individuel au collectif, Soins Cadres, numéro 41, 2002, p Zarifian, Philippe, Objectif compétence. Pour une nouvelle logique. Ed. Liaisons, Paris, 1999, pp Le Boterf, Guy, Ingénierie et évaluation des compétences (4 ème édition), éd. Les Editions d Organisation, Paris, 2002, pp

14 C est ainsi que nous pouvons faire le lien avec la polyvalence. Selon nous, il n y a pas de polyvalence sans compétence et vice versa. En effet, la compétence confère des aptitudes et la polyvalence donne de la qualité, de l assurance et de la profondeur à ces aptitudes, qui dans un cercle vertueux accentue la compétence professionnelle. Si le professionnel est polyvalent, il sera confronté à différentes et nombreuses expériences professionnelles qui le rendront encore plus polyvalent. Cela augmentera sa capacité à être polyvalent et donc compétent. La compétence et la polyvalence sont deux notions étroitement liées qui ne peuvent s améliorer l une sans l autre. Nous pouvons donc, suite aux définitions de ces termes, en déduire qu une infirmière polyvalente est donc compétente car elle possède des facultés lui permettant d avoir un panel de capacités variées et approfondies. C est aussi une professionnelle qui connaît particulièrement et précisément le domaine (le service) dans lequel elle intervient. II 1 b La polyvalence sous différents aspects L aspect humain René Magnon, infirmier, a écrit que «cette polyvalence ne rend pas apte immédiatement tous les étudiants à exercer avec expertise. 15». Nous pouvons donc en déduire que notre diplôme d Etat nous confère des aptitudes, des acquis théoriques et pratiques mais non l expérience. Ce sont la pluralité et la diversité des situations vécues qui vont donner cette expertise dont René Magnon parle. La première ressource que l infirmier novice trouvera pour acquérir de l expertise sera le temps de doublure mis en place à son arrivée dans le service. Dans son article, Nadine Fiez parle de la pénurie de personnel 15 Magnon, René, Les infirmières : identité, spécificité et soins infirmiers : le bilan d un siècle, éd. Masson, Paris, 2003, p

15 soignant dans les établissements de santé. Elle met en avant l impact de ce phénomène et avance une hypothèse : «la situation actuelle facilite la mobilité interne et externe des infirmières 16». Cette mobilité a des conséquences et des origines autant personnelles que professionnelles selon l auteure. En outre, ces mouvements sont «l occasion de mesurer leur capacité d adaptation et de développer de nouvelles compétences. 17». L aspect économique Dans le contexte actuel de difficulté économique, les directeurs d établissements sont toujours plus attentifs à la moindre économie réalisée. Ils ont mis en place des pôles d activité par secteur (cancérologie, soins d urgence ). Les cadres de santé recrutent alors des professionnels de santé capables d évoluer dans tous les services très régulièrement. Cependant, les infirmières novices sont en proie à un stress accru quand elles commencent pour la première fois leur exercice : sans expérience, elles ne se sentent pas la capacité de remplir leur poste malgré l aptitude donnée par leur diplôme d état. Géraldine Devret 18 énonce l idée d une rémunération du statut de l infirmière polyvalente pour ainsi valoriser leurs compétences. L aspect management Dans son article, Guy Le Boterf dit que «la compétence d un professionnel se reconnaît à sa capacité à gérer efficacement un ensemble de situations professionnelles. Pour cela, il devra savoir combiner et mobiliser plusieurs compétences 16 Fiez, Nadine, «Mobilité des infirmières», Objectifs soins, numéro 150, novembre 2006, p Ibid. 18 Drevet, Géraldine, «Management, polyvalence infirmière dans les unités de soins», Objectifs soins, numéro 111, décembre 2002, pp. XIV

16 ou ressources. 19». Dans un autre ouvrage, cet auteur énonce qu une personne compétente «sait combiner et mobiliser un ensemble de ressources pertinentes, pour réaliser, dans un contexte particulier, des activités professionnelles selon certaines exigences professionnelles, afin de produire des résultats satisfaisant à certains critères de performance pour un destinataire. 20». Selon Marie-Agnès Morel 21, le concept de polyvalence est transférable dans le domaine des ressources humaines, notamment pour l évaluation annuelle des pratiques professionnelles. Mais aussi pour la bonne compréhension de chaque partie employeur et employé des compétences nécessaires et attendues lors d une embauche. De plus, Nadia Avvanzino et Fabienne Terraneo 22 disent dans leur article que le travail d équipe est une chose primordiale, mais n existe pas sans les compétences individuelles. En Angleterre, la vision est différente comme cela est expliqué dans l article «What is a clinical nurse specialist?». 23 La conception anglaise consiste à considérer une infirmière spécialisée comme étant une professionnelle des plus polyvalentes dans le domaine de la santé. Elle estime que c est la spécialité qui confère la polyvalence car la professionnelle est surqualifiée donc elle est capable de réagir dans un grand nombre de situations. 19 Le Boterf, Guy, «De quel concept avons-nous besoin?» Dossier : les compétences de l individuel au collectif, Soins cadres, numéro 41, 2002, p Le Boterf, Guy, Construire les compétences individuelles et collectives, éd. D organisation, Paris, 2008, p Les concepts en Sciences infirmières, sous la direction de Monique Formarier et Ljiljana Jovic, ARSI, Editions Mallet Conseil, Lyon, pp Avvanzino, Nadia, Terraneo, Fabienne, «Le concept de compétence en regard de l évolution du travail : définitions et perspectives», Recherche en soins infirmiers, numéro 87, décembre 2006, pp RN, «Clinical Nurse Specialist What is a clinical nurse specialist?», Registered Nurse RN, 04 octobre 2011, consulté le 10 décembre 2011,

17 II 2 L infirmière II 2 a Définitions et concepts Le dictionnaire le Larousse définit l infirmière comme une «personne habilitée à assurer la surveillance des malades et à les soigner sur prescription médicale. 24». Dans le dictionnaire Hachette encyclopédique, l infirmière est «une personne habilitée à donner aux malades les soins nécessités par leur état et à participer à diverses actions liées à la préservation de la santé. 25». Ce sont des définitions succinctes que nous allons développer par la suite. Selon le référentiel de formation, défini dans l arrêté du 31 juillet 2009, une infirmière est «toute personne qui donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. 26». C est aussi une professionnelle de santé qui «participe à différentes actions, notamment en matière de prévention, éducation de la santé et de formation ou d encadrement. 27». L un des articles du référentiel illustre toute la dimension du métier d infirmière : «l exercice de la profession d infirmier ou d infirmière comporte l analyse, l organisation, la réalisation de soins infirmiers et leur évaluation 28». Ce même article insiste sur la complexité de la profession en légiférant les missions de l infirmière, «l exercice de la profession d infirmier ou d infirmière comporte [ ] la contribution au recueil de données cliniques et épidémiologiques et la participation à des actions de prévention, de dépistage, de formation et d éducation à la 24 Le Petit Larousse Illustré, sous la direction générale d Isabelle Jeuge-Maynart, éd. Larousse, Paris, 2008, p Dictionnaire Hachette encyclopédique, sous la responsabilité d Emmanuel Fouquet, éd. Hachette Livre, Paris, 2001, p Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art. L , p Ibid. 28 Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art. R , p

18 compétence. 29» Ces notions sont retrouvées dans les différentes compétences relatives à la formation au diplôme d état, vues ci-après (annexe). Grâce à cet article, la loi place l infirmière en tant que professionnelle de la santé à part entière tout en l inscrivant dans un rôle pivot de l équipe soignante, dans une attitude professionnelle «multi-tâches» et dans une démarche pluridisciplinaire. II 2 b La législation relative au métier La formation de l infirmière diplômée d état est définie dans l arrêté du 31 juillet selon dix compétences. Les dix compétences sont déclinées autour de deux axes : le cœur de métier et le contenu transverse, contributif au métier. Pour être diplômé d Etat, il faut que ces dix compétences soient évaluées et certifiées dans leur globalité. Selon le référentiel de formation, l infirmière a un large champ d action, que ce soit en public, en privé et/ou en libéral ou en secteur de la santé, du social ou de l éducatif. Cette multitude d opportunités est synonyme de possibilités de travailler en polyvalence. Mis à part le référentiel de formation qui traite des compétences, la législation en parle aussi, «l infirmier ou l infirmière, a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu il juge nécessaire 31», «l infirmier ou l infirmière n accomplit que les actes professionnels qui relèvent de sa compétence 32». L exercice professionnel est réglementé avec précision. Plusieurs articles législatifs cadrent les fonctions et les limites du champ professionnel de l infirmière. Cela est clairement édicté dans l article R , «l infirmier ou l infirmière est personnellement responsable des actes professionnels qu il est habilité à 29 Ibid. 30 Journal Officiel, arrêté du 31 juillet Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art. R , p Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art. R , p

19 effectuer 33». Il est aussi dit que «l infirmier ou l infirmière agit en toute circonstance dans l intérêt du patient. 34». Nous pouvons donc en déduire que si nous proposons à la professionnelle de pourvoir à un poste dit polyvalent, elle doit effectuer les actes confiés en connaissance de cause et selon ses capacités car elle en est légalement et personnellement responsable. La loi réglemente aussi la qualité des soins qui doit être prodiguée par l infirmière. Il est question de «qualité technique et qualité des relations avec le malade. 35» mais aussi «en tenant compte de l évolution des sciences et des techniques. 36» ainsi que «l infirmière a le devoir d actualiser et de perfectionner ses connaissances professionnelles. 37». Cette dernière notion nous rapproche du concept de polyvalence. En effet, le fait de devoir sans cesse être au plus proche des progrès concernant sa propre profession, permet à la professionnelle de faire face à tout type de patient rencontré et de s adapter aux nouvelles situations de la science médicale. II 3 La prise en charge d un patient II 3 a Niveau relationnel Nous nous attacherons plus particulièrement à la relation d aide, pilier du rôle propre de l infirmière. Alexandre Manoukian définit la relation d aide telle qu «un moyen d aider le patient à vivre sa maladie et ses conséquences sur la vie personnelle, familiale, sociale et éventuellement professionnelle. 38». Comme il l explique, la relation d aide n est pas un outil technique proprement dit mais 33 Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art. R , p Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art , p Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art. R , p Ibid. 37 Journal Officiel, arrêté du 31 juillet 2009, art. R , p Manoukian, Alexandre, avec la collaboration d Anne Massebeuf, La relation soignant-soigné (3 ème édition), éd. Lamarre, Rueil-Malmaison, 2008, p

20 une relation soignant/soigné basée sur la confiance. Il met alors en avant quatre postulats : la considération positive, l authenticité, l empathie et l absence de jugement. La considération positive et l absence de jugement sont regroupées au sein d un même concept, l acceptation positive inconditionnelle, c est-à-dire «le soignant accepte le patient tel qu il est, sans jugement sur ce qu il fait ou dit. 39». L authenticité est établie telle qu une «relation honnête, c est-à-dire franche, sans mensonge ni artifice. 40» alors que l empathie, c est «le résultat d une relation suffisamment proche entre deux personnes pour qu elles ressentent, de l intérieur, le vécu de l autre. 41». Cette approche relationnelle de la prise en charge d un patient a été développée dans les programmes de formation au sein des IFSI. En effet, l une des dix compétences, la numéro six 42, du référentiel de compétences est dédiée au relationnel. Cependant l auteur indique dans son ouvrage que «la relative pénurie d infirmières dans beaucoup de services pousse à l exécution des tâches techniques avant tout et parfois au détriment des relations 43». Dans cette phrase, nous pouvons rejoindre l aspect économique de la polyvalence, précédemment traité. Il ajoute aussi que le progrès médical permet de réduire la durée d hospitalisation et donc aussi la possibilité pour le soignant de nouer une relation d aide de qualité. 39 Manoukian, Alexandre, avec la collaboration d Anne Massebeuf, La relation soignant-soigné (3 ème édition), éd. Lamarre, Rueil-Malmaison, 2008, p Manoukian, Alexandre, avec la collaboration d Anne Massebeuf, La relation soignant-soigné (3 ème édition), éd. Lamarre, Rueil-Malmaison, 2008, p Ibid. 42 Compétence 6 «Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins». 43 Manoukian, Alexandre, avec la collaboration d Anne Massebeuf, La relation soignant-soigné (3 ème édition), éd. Lamarre, Rueil-Malmaison, 2008, p

21 II 3 b Niveau technique Marie-Agnès Morel, infirmière, cadre de santé, précédemment citée, parle de la qualité des soins en tant que «talent, aptitude particulière. Synonyme capacité. 44» mais aussi et surtout pour notre cas, ici, «bonne ou mauvaise manière d être de quelque chose ou de quelqu un. 45». Nous pouvons donc tout à fait rattacher la qualité technique des soins à une capacité de faisabilité des soins, nécessitant de la polyvalence ou de la compétence. La deuxième partie de phrase nous renvoie au contentement du patient grâce à une bonne prise en charge. La qualité des soins s exprime surtout à travers la certification des établissements de santé, consultable par le grand public et les professionnels sur le site internet de la Haute Autorité de Santé 46. De plus, la législation cadre les actes techniques dispensés par l infirmière dans les articles suivants, R à R (cf. annexe I). Maintenant que nous avons défini les différents concepts que comprend le cadre théorique de ce sujet de mémoire, nous allons nous attacher à l exploration de ce même sujet. 44 Les concepts en sciences infirmières, Formarier, Monique (sous la direction de), Jovic, Ljiljana, ARSI, éd. Mallet Conseil, Lyon, 2009, pp Ibid. 46 Anaes (HAS) «Manuel d accréditation Management et gestion au service du patient», référence numéro 8, sur le site HosmaT, février 1999, consulté le 08 février 2012,

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Accompagnement des managers : la solution coaching

Accompagnement des managers : la solution coaching Accompagnement des managers : la solution coaching Dans sa circulaire DGOS/RH4/2013/295 du 19 juillet 2013, la Ministre des Affaires sociales et de la santé indique les axes et actions prioritaires à mettre

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Institut de FORMATION

Institut de FORMATION Institut de FORMATION plaquette.indd 1 28/11/2012 20:52:47 edito L INSTITUT DE FORMATION J.LEPERCQ Fondé en 1946, l institut de formation est un établissement situé dans le centre ville, à taille humaine

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE ÊTRE MANAGER D UNE ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE DANS LE SECTEUR SANITAIRE OU MÉDICO-SOCIAL Formation permettant l obtention d un certificat professionnel CPFFP SPÉCIALISATION EN MANAGEMENT D ÉQUIPE OPÉRATIONNELLE

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

Evaluation de la qualité de la formation en stage

Evaluation de la qualité de la formation en stage Evaluation de la qualité de la formation en stage Public : Etudiants Paramédicaux Direction régionale des affaires sanitaires et sociales Provence - Alpes - Côte d Azur Mai 2008 Proposé par le groupe de

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Objet : Mise en place du dispositif de formation pour l Entretien Information Retraite (EIR)

Objet : Mise en place du dispositif de formation pour l Entretien Information Retraite (EIR) LETTRE DU CENTRE N 146 Objet : Mise en place du dispositif de formation pour l Entretien Information Retraite (EIR) La mise en œuvre des dispositifs d information aux assurés change la nature des attentes

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Amélioration continue de sa compétence professionnelle

Amélioration continue de sa compétence professionnelle Amélioration continue de sa compétence professionnelle En quatre étapes Développer son portfolio professionnel de formation continue pour assurer à la population des soins et services sécuritaires et de

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain?

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? La 11ème conférence annuelle de l'aca a été un succès grâce à l'implication de tous les intervenants: merci à tous! Cette année,

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

Le programme. 1ère JOURNÉE NATIONALE. le 6 décembre 2008. de Nantes Métropole DE LA RESPONSABILITÉ INFIRMIÈRE. Cité Internationale des Congrès

Le programme. 1ère JOURNÉE NATIONALE. le 6 décembre 2008. de Nantes Métropole DE LA RESPONSABILITÉ INFIRMIÈRE. Cité Internationale des Congrès 1ère JOURNÉE NATIONALE DE LA RESPONSABILITÉ INFIRMIÈRE sous le Haut patronage de Mme Roselyne Bachelot- Narquin, Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative et en partenariat

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL. Proposition d assurance Professionnels libéraux ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTE, SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Proposition d assurance Professionnels libéraux Questionnaire de déclaration d activité professionnelle Tous les proposants, quelle

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail