Mycoses tropicales profondes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mycoses tropicales profondes"

Transcription

1 Mycoses tropicales profondes Histoplasmoses: histoplasmose à H capsulatum, à H duboisii Penicilliose Blastomycose Coccidioïdomycose Paracoccidioïdomycose

2 Histoplasmose à Histoplasma capsulatum var capsulatum Champignon dimorphique Réservoir: sol, fientes d oiseau, de chauvesouris, végétaux en décomposition Centre et est des USA, Amérique centrale et du sud, caraïbes, Afrique intertropicale, Inde, Asie du sud-est Contamination par inhalation de spores Survenue par petites épidémies

3

4 Clinique de l histoplasmose Primo-infection Histoplasmose disséminée Forme tertiaire chronique pulmonaire

5 Primo-infection histoplasmose Asymptomatique dans 95 % des cas Symptomatique si grande quantité de spores ingérée Syndrome pseudo-grippal 7 à 15 j après: fièvre, toux expectoration, céphalées, arthralgies, myalgies, pf EN, E polymorphe Guérison spontanée, dissémination dans 0,1% des cas

6

7

8

9

10 Formes disséminées de l histoplasmose Formes chroniques Terrain favorisant: alcoolo-tabagisme, diabète, corticothérapie Ulcérations des muqueuses digestives Atteintes viscérales multiples: hépatosplénomégalie, adénopathies Autres: reins, surrénales.

11

12

13 Histoplasmose du Sidéen CD4 inférieurs à 150/mm³ Fièvre et amaigrissement (95 %) Pneumopathie (50 %) Hépatospénomégalie (25 %) Adénopathies (20 %) Atteinte du SNC, digestives, cutanéomuqueuses, moelle osseuse (pancytopénie)

14

15

16

17

18 Diagnostic biologique de l histoplasmose Mise en évidence des levures, 2 à 5 µm, intra-histiocytaires, MGG, Grocott, sur LBA, frottis, urines, sang, ponction médullaire, biopsie Culture à 27 C, forme filamenteuse, danger Culture sur milieu au sang à 37 C, levures Sérologie, méthodes de précipitation Recherche d antigène circulant dans les fluides biologiques, important chez sidéen

19

20

21

22

23

24

25 Traitement de l histoplasmose à H capsulatum var capsulatum Abstention possible pour la primo-invasion, si traitement itraconazole 200 mg/j 2 à 3 m Forme disséminée: amphotéricine B: 1mg/kg/j pt 15 j puis itraconazole 6 à 18 mois Prophylaxie jusqu à CD4 > 300 pt 6 mois Forme chronique: sévère amphotéricine B puis itraconazole, modérée: itra d emblée 1 à 2 ans Méningite: ampho B puis fluconazole pendant 1 an

26 Histoplasmose africaine Histoplasmose à «grandes formes», Histoplasma capsulatum var duboisii Mode de contamination? Champignon dans le milieu extérieur, Maladie rare: quelques centaines de cas Association avec VIH? Afrique intertropicale, Madagascar

27 Clinique de l histoplasmose africaine Souvent confondue avec tuberculose Signes cutanés: pseudo-molluscum, papules, abcès, gommes, ulcérations Adénopathies se fistulisant Atteinte osseuse: lésions lytiques évoquant une φ, côtes, sternum, clavicule, crâne, vertèbres Poumons, tube digestif

28

29

30

31

32

33

34

35 Diagnostic biologique de l histoplasmose africaine Mise en évidence de grosses levures: 8 à 15 µm Examen direct du pus Anatomopathologie Culture à 27 C, même aspect que H capsulatum, dangereuse à manipuler Culture à 37 C, forme levure

36

37

38 Traitement de l histoplasmose africaine Amphotéricine B dans les formes graves Itraconazole en relais ou d emblée dans les formes moins graves Récidives fréquentes Traitement chirurgical des abcès

39 Penicilliose à Penicillium marneffei Champignon dimorphique Terrain immunodéprimé, VIH en particulier Réservoir, rat de bambou, terrier Contamination par voie aérienne probable Asie du sud-est, Thaïlande+++, Chine, Vietnam, est de l Inde

40 Clinique de la penicilliose Fièvre Perte de poids Signes cutanés: papules ombiliquées, visage, tronc, membres supérieurs Toux, adénopathies, hépatosplénomégalie, diarrhées Radio: lésions réticulo-nodulaires, infiltrats alvéolaires localisés

41

42

43 Diagnostic biologique de la penicilliose Pus, frottis ou biopsie de peau, moelle, ganglion Etat parasitaire: éléments de 2 à 6 µm, septés au centre, sans bourgeonnement, souvent intracellulaires Culture (hémoculture, moelle osseuse, biopsie cutanée), 27 C, Penicillium à pigment rouge

44

45

46

47

48 Traitement de la penicilliose Amphotéricine B pendant deux semaines Puis itraconazole 400 mg/j pendant dix semaines Traitement par itraconazole jusqu à rétablissement de l immunité

49 Blastomycose (maladie de Gilchrist) Mycose granulomateuse et suppurative évoluant surtout de façon chronique, due à Blastomyces dermatitidis Réservoir mal connu, végétaux, eau Mycose rare, Centre des USA, Canada, Afrique du nord, centrale, australe Porte d entrée pulmonaire

50 Clinique de la blastomycose Pneumopathie aigue ou chronique (tuberculose ou cancer) Localisations extra-pulmonaires: cutanées++: dermatite verruqueuse, osseuses (vertèbres, os du crâne), viscérales: rein, prostate, méningite, abcès cérébraux

51

52

53

54

55

56

57

58 Diagnostic biologique de la blastomycose Mise en évidence de la forme parasitaire dans les prélèvements: pus, sérosités LBA... Levures de 8 à 15 µm de long, bourgeonnement à base large Examen anatomopathologique Culture à 27 C, forme filamenteuse, dangereuse à manipuler, inoculation animal Sérologie

59

60

61

62

63 Traitement de la blastomycose Formes sévères de primo-infection ou de forme disséminée: amphotéricine B puis itraconazole Formes modérées: itraconazole voire fluconazole plus de six mois Formes méningo-encéphalitiques: amphotéricine B ou fluconazole à fortes doses

64 Coccidioïdomycose maladie de Posadas et Wernicke Mycose américaine des régions désertiques (ouest USA, Amérique centrale et du sud) Champignon Coccidioïdomyces immitis et Coccidioïdomyces posadasii : spores ou arthroconidies dans le sol Contamination par voie aérienne Formes graves terrains affaiblis (sujet âgés, femmes enceintes), VIH

65

66

67 Clinique de la coccidioïdomycose Formes asymptomatiques Syndrome grippal avec éruption ou EN Formes fulminantes de primo-infection Evolution pulmonaire chronique: nodules, cavitations ou fibrose Formes disséminées (VIH), peau (granulomes verruqueux et ulcérations), os et articulations, méningite chronique

68

69

70

71

72 Diagnostic biologique de la coccidioïdomycose Mise en évidence dans les produits de prélèvement de «sphérules» de 10 à 80 µm de diamètre contenant des spores Mise en évidence de sphérules à l examen anatomopathologique Sérologie: f du c, ELISA, latex, IgM puis G Cultures à 27 C, dangereuses+++ IDR à la coccidioïdine

73

74

75

76

77

78 Traitement de la coccidioïdomycose Primo-invasion: sévère: amphotéricine B puis itra ou fluco pt au moins 1 an, modérée: rien ou itra, fluco pt 3 à 6 mois Formes disséminées: sévères: amphotéricine B puis itra ou fluco, modérée: itra ou fluco Formes chroniques: itra ou fluco pt 1 an Méningite: fluco à vie amphotéricine B intrathécale Sujet VIH: amphotéricine B puis itra jusqu à rétablissement de l immunité

79 Paracoccidioidomycose (Maladie de Lutz-Splendore-Almeida) Mycose granulomateuse, champignon dimorphique: Paracoccidioïdes brasiliensis Amérique latine: 20 N à 35 S, régions forestières humides, Brésil 80 % des cas Champignon isolé du sol et du tatou Contamination par voie aérienne, inoculation traumatique

80 Formes cliniques de la paracoccidioïdomycose Paracoccidioïdomycose-infestation (IDR+) Paracoccidioïdomycose-maladie Forme aiguë ou subaiguë:homme jeune, grave, 10 à 25 %, AEG, adénopathies, hépatosplénomégalie, peau, cavité buccale Forme chronique: homme > 30 ans, forme oro-cutanéo-pulmonaire, atteinte buccale granulomateuse, adénopathies Formes chez le sujet VIH

81

82

83

84

85 Diagnostic biologique de la paracoccidioïdomycose Examen direct: produits pathologiques: levure de 10 à 60 µm multibourgeonnante en «roue de timmonier» Examen anatomopathologique; levure plus difficile à reconnaître Sérologie: electrosynérèse, ELISA, suivi après traitement Culture à 37 C: forme levure, à 27 C forme filamenteuse difficile à obtenir

86

87

88 Traitement de la Paracoccidioïdomycose Sulfamides, cotrimoxazole utilisés si antifongiques contre-indiqués Amphotéricine B dans les formes graves Itraconazole pendant au moins un an, le risque de rechute est particulièrement élevé les trois années suivantes, suivi clinique, radiologique et sérologique

Penicilliose. (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique. MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv.

Penicilliose. (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique. MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv. Penicilliose (infection à Penicillium marneffei) infection opportuniste du SIDA spécifiquement sud est asiatique MS.IFMT.Sémoin.VIH, Janv.2005 1 Penicillium marneffei : historique 1956: Capponi décrit

Plus en détail

BLASTOMYCOSE HISTOPLASMOSES. Dr Beldjoudi

BLASTOMYCOSE HISTOPLASMOSES. Dr Beldjoudi BLASTOMYCOSE HISTOPLASMOSES Dr Beldjoudi Définition Mycose due à un champignon dimorphique Blastomyces dermatitidis Epidémiologie 1/ Agent pathogène-morphologie Blastomyces dermatitidis est un champignon

Plus en détail

Histoplasmose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Histoplasmose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Histoplasmose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières Définition... 4 1. L histoplasmose à Histoplasma capsulatum var. capsulatum...4 1.1.

Plus en détail

HISTOPLASMOSES. Olivier Lortholary. Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Necker, Université Paris V

HISTOPLASMOSES. Olivier Lortholary. Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Necker, Université Paris V HISTOPLASMOSES Olivier Lortholary Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Necker, Université Paris V Centre National de Référence Mycologie et Antifongiques, CNRS FRE2849, Institut Pasteur,

Plus en détail

Pathologie thoracique Cas n 6. Sillon Rhône-Alpes-Auvergne Lyon - 12 mars 2016 Cécile Picard

Pathologie thoracique Cas n 6. Sillon Rhône-Alpes-Auvergne Lyon - 12 mars 2016 Cécile Picard Pathologie thoracique Cas n 6 Sillon Rhône-Alpes-Auvergne Lyon - 12 mars 2016 Cécile Picard Observation clinique Patient de 50 ans Absence d antécédent, non fumeur Découverte à l occasion d une baisse

Plus en détail

INFECTIONS MYCOSIQUES: principes généraux et traitement. Dr MANKOU Michel Infectiologue HGAS de Pointe-Noire

INFECTIONS MYCOSIQUES: principes généraux et traitement. Dr MANKOU Michel Infectiologue HGAS de Pointe-Noire INFECTIONS MYCOSIQUES: principes généraux et traitement Dr MANKOU Michel Infectiologue HGAS de Pointe-Noire Plan Définition - interêts Présentation microscopique Habitat Mode de contamination Mycoses superficielles

Plus en détail

maladie des griffes du chat (cat scratch disease)

maladie des griffes du chat (cat scratch disease) hépatomégalie avec multiples nodules infra centimétriques dispersés dans les 2 lobes,perturbations microcirculatoires, splénomégalie avec les mêmes nodules, adénopathies cœliaques et du hile hépatique

Plus en détail

LES CANDIDOSES et levuroses diverses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois

LES CANDIDOSES et levuroses diverses. Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois LES CANDIDOSES et levuroses diverses Marie Machouart Service de Parasitologie-mycologie CHU Brabois depuis 25 ans : modifications des pratiques médicales (immunodépressions induites, greffes d organes,

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE Nicole Desbois, M. Chakra, B. Dugardin, Danielle Quist, J. de Thore, S. Simon, Christine Aznar Laboratoire de Parasitologie-Mycologie-Immunologie,

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Histoplasmose. Date de création du document Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Histoplasmose. Date de création du document Université Médicale Virtuelle Francophone - Histoplasmose Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 L histoplasmose à Histoplasma capsulatum var. capsulatum...1 1. 1 Introduction... 1 1. 2 Epidémiologie - Réservoir naturel Zones

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville)

MYCOSES ET CANCER. M Develoux (Brazzaville) MYCOSES ET CANCER M Develoux (Brazzaville) Mycoses et cancer une relation moins bien documentée qu avec les parasitoses Environ 1/5 des cancers sont d origine infectieuse Le rôle de certaines infections

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie Tularémie : diagnostic et traitement A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie CAS CLINIQUE - Homme - 28 ans - ATCD :0 - Métier : Médecin - Séjour de 15 jours en Amérique du sud

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Principaux champignons pathogènes

Principaux champignons pathogènes Principaux champignons pathogènes DERMATOPHYTES HABITAT / EPIDEMIOLOGIE MALADIE / SYMPTOMES MORPHOLOGIE DIAGNOSTIC Microsporum canis Dermatophyte cosmopolite Epidermophyties circinées, teignes Macroconidies

Plus en détail

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire PCR Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire Chirurgie Nabil DRISS Service ORL, EPS Mahdia Tunis 29/11/2013 1 INTRODUCTION L atteinte ganglionnaire constitue, en Tunisie,

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

ASSOCIATION DES ANCIENS ELEVES DE L INSTITUT PASTEUR

ASSOCIATION DES ANCIENS ELEVES DE L INSTITUT PASTEUR ASSOCIATION DES ANCIENS ELEVES DE L INSTITUT PASTEUR MARS 2007 Vol. 49 - N 190 MYCOLOGIE 2007-49 - 1 er Trim. - N 190 SOMMAIR E ASSOCIATION DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSTITUT PASTEUR ÉDITORIAL HOMMAGE À

Plus en détail

MYCOSES PROFONDES MYCOSES PROFONDES

MYCOSES PROFONDES MYCOSES PROFONDES 1 MYCOSES PROFONDES MYCOSES PROFONDES Les mycoses profondes occupent une place de plus en plus importante dans la pathologie infectieuse. On distingue : 1. les mycoses profondes cosmopolites : candidoses,

Plus en détail

40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes

40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes Évaluez vous 40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes IFMT IFMT-MS-2006-dermatologie 1 1 Impetigo (pyoderma) Enfant Localisation IFMT-MS-2006-dermatologie 2 2 eczema atopique Enfant Localisation

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Miliaire tuberculeuse

Miliaire tuberculeuse Miliaire tuberculeuse Miliaire : micronodules diffus < 3mm Facile à diagnostiquer sur un scanner Il faut apprendre à la reconnaître sur le cliché standard Cliché normal Diagnostic de miliaire : Nécessite

Plus en détail

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE

Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Service de Parasitologie et de Mycologie médicales CHU d Amiens Chouaki.taieb@chu-amiens.fr MYCOLOGIE MEDICALE Champignons ou Fungi eucaryotes (vrai noyau) (Protistes, Fungi, végétal, animal) hétérotrophes

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Mycoses profondes Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 06/01/2015

Mycoses profondes Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 06/01/2015 Mycoses profondes Actualités 2015 Professeur Pierre Aubry. Mise à jour le 06/01/2015 1. Généralités 1.1. Les mycoses profondes occupent une place de plus en plus importante dans la pathologie infectieuse

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Email : cpav@wanadoo.fr/cpav@medical78.com Web: www.nat78.com

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Pathologie d inoculation (101) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Cours de bactériologie et virologie

Plus en détail

Cryptococcose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Cryptococcose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Cryptococcose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières 1. Définition... 4 2. Agents pathogènes... 4 2.1. Cryptococcus neoformans... 4 2.2.

Plus en détail

Levures du genre Cryptococcus

Levures du genre Cryptococcus Plan Levures du genre Cryptococcus Cours Magistral de Mycologie 4 ème année Pharmacie 2014/2015 Préparé et Présenté par : AHU Nawel ESSABBAH AGUIR 1. Introduction 1. Cryptococcus neoformans: Les variétés

Plus en détail

Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus

Aspergillus. Aspergillus : morphologie. Aspergillus : plan. Agent pathogène : Aspergillus Aspergillus : plan Aspergillus DFGSM 2/3 Interactions Hôte - Agents infectieux Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Année 2012-2013 Agent pathogène Eco-épidémiologie Pathogénicité Clinique Bases du diagnostic

Plus en détail

Item 168. Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose

Item 168. Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose CHAPITRE 1 Amœbose I. Épidémiologie 16 II. Physiopathologie 17 III. Clinique 19 IV. Diagnostic biologique 20 V. Examens complémentaires non biologiques 21 VI. Traitement et prévention 22 Nouveau programme

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Homme de 47 ans. LAM secondaire à une maladie de Vaquez. Précédent CT 15 jours auparavant.

Homme de 47 ans. LAM secondaire à une maladie de Vaquez. Précédent CT 15 jours auparavant. Homme de 47 ans. LAM secondaire à une maladie de Vaquez. Précédent CT 15 jours auparavant. apparition de nodules hépatiques, spléniques, pulmonaires, de collections intramusculaires, d infarctus splénique;

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Contexte 1. ARV interrompu par décision du patient en 07/2009

Contexte 1. ARV interrompu par décision du patient en 07/2009 And the winner is G. Martin Blondel, D. Garipuy, A. Debard, S. Cassaing, E. Uro Coste, P. Massip et B. Marchou Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Toulouse Contexte 1 Homme 42 ans, origine

Plus en détail

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement Recommandations de la société britannique d infectiologie (littérature revue jusqu en septembre 2008) Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement DES de Neurologie Lyon, 20/10/2010 X Moisset Introduction

Plus en détail

RECOMMANDATIONS FRANCAISES ET INTERNATIONALES. Dr Céline Cazorla Service des maladies infectieuses

RECOMMANDATIONS FRANCAISES ET INTERNATIONALES. Dr Céline Cazorla Service des maladies infectieuses RECOMMANDATIONS FRANCAISES ET INTERNATIONALES Dr Céline Cazorla Service des maladies infectieuses RECOMMANDATIONS Révisions des définitions (1) Recommandations thérapeutiques françaises (2) Recommandations

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? Simon Nigen, MD, FRP, Université de Montréal as n 1 e patient se plaint d un prurit occasionnel empiré lorsqu il se gratte. e patient souffre de dermographisme. ette condition

Plus en détail

Cryptococcose neuroméningée. Pr Vincent Le Moing Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Montpellier

Cryptococcose neuroméningée. Pr Vincent Le Moing Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Montpellier Cryptococcose neuroméningée Pr Vincent Le Moing Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Montpellier Diagnostic difficile Pas de syndrome méningé dans 2 cas sur 3 Signes d HTIC surtout: céphalées intenses,

Plus en détail

Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 191 (ex Item 119) Artérites à cellules géantes Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Généralités... 3 2. Maladie de Horton... 3 2.1. Manifestations cliniques de

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

12/ Infections chez la femme enceinte

12/ Infections chez la femme enceinte SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 12/ Infections chez la femme enceinte Mêmes infections que dans population non obstétricale Bactériennes: infections urinaires, syphilis, streptocoque

Plus en détail

Structure des champignons

Structure des champignons Mycologie Généralités Physiopathologie DCEM1 Pr Stéphane Bretagne 19 janvier 2008 Les champignons Règne à part: Ni animal Ni végétal (pas de photosynthèse) Mais eucaryotes ( procaryotes) Plus de 2 millions

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures P. Germaud Les défis bâtiments & santé, 24 mai 2012 Prévention: objectif prioritaire Voies respiratoires particulièrement vulnérables Voies aériennes

Plus en détail

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey Récit d une d situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q Présent senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey 1) Introduction Patient de 50 ans Vu en consultation avec son épouse Motif : Fièvre persistante

Plus en détail

DERMATOPHYTES. II Morphologie de l agent pathogene : a) En culture sur milieu de Sabouraud = colonies mycéliennes (filaments) à croissance centrifuge

DERMATOPHYTES. II Morphologie de l agent pathogene : a) En culture sur milieu de Sabouraud = colonies mycéliennes (filaments) à croissance centrifuge DERMATOPHYTES I définition Champignons keratinophiles et keratinolytiques, parasite de la couche cornée de la peau et des phanères (cheveux, ongles, poils) 3 genres : D. microsporon ; D. trichophyton ;

Plus en détail

Pneumocystose (Evaluations)

Pneumocystose (Evaluations) Pneumocystose (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/4 : Parmi les propositions suivantes concernant la pneumocystose, la ou lesquelles sont vraies? A - La pneumocystose se

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays MÉLIOÏDOSE CHEZ LE VOYAGEUR: A PROPOS D UN CAS ET REVUE DE LA LITTÉRATURE Mémoire pour la Capacité de Médecine Tropicale, année 2014-2015 présenté par: Dr Souandou Tabibou Dirigé par: M. le Pr Eric Caumes

Plus en détail

UE «de l agent infectieux à l hôte» FILARIOSES. Pr. P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP

UE «de l agent infectieux à l hôte» FILARIOSES. Pr. P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP UE «de l agent infectieux à l hôte» FILARIOSES Pr. P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP 1. Introduction FILARIOSES LYMPHATIQUES Provoquées présence ganglions canaux lymphatiques de Wuchereria bancrofti Brugia

Plus en détail

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine Objectifs : 1)Savoir poser le diagnostic de miliaire

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Mycoses opportunistes

Mycoses opportunistes 30/04/2014 DROUILLY Marie L2 AIH Pr Stéphane Ranque 7 pages AIH Mycoses opportunistes Mycoses opportunistes Plan A.Gryptococcose I.Généralités III.Diagnostic mycologique IV.Traitement B.Infection à Malassezia

Plus en détail

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Perte d appétit, sueurs nocturnes, toux. Diagnostic de tuberculose pulmonaire Quel traitement proposez-vous? Infiltrat alvéolointerstitiel

Plus en détail

Mycologie médicale. Intérêt et limites. Marie France Biava M.C.U. - P.H. C.H.U. - Nancy Service de Parasitologie et Mycologie

Mycologie médicale. Intérêt et limites. Marie France Biava M.C.U. - P.H. C.H.U. - Nancy Service de Parasitologie et Mycologie Mycologie médicale Intérêt et limites des méthodes m de diagnostic Marie France Biava M.C.U. - P.H. C.H.U. - Nancy Service de Parasitologie et Mycologie Introduction Evolution de la Mycologie médicalem

Plus en détail

Maladies systémiques et autoimmunes

Maladies systémiques et autoimmunes Maladies systémiques et autoimmunes Olivier Fain Médecine interne Hôpital Saint Antoine Université Paris 6 75012 Paris olivier.fain@aphp.fr 01 71 97 05 84 Maladies systémiques Atteinte de plusieurs systèmes

Plus en détail

La toxoplasmose. Zoonose Chat, herbivores. Gravité chez le fœtus chez les sujets immunodéprimés

La toxoplasmose. Zoonose Chat, herbivores. Gravité chez le fœtus chez les sujets immunodéprimés Toxoplasmose La toxoplasmose Toxoplasma gondii Protozoaire Apicomplexa Intracellulaire strict parasite tout type de cellule Métamorphose/cycle tachyzoïte bradyzoïte/enkystement/latence Zoonose Chat, herbivores

Plus en détail

Complications Le Tinea capitis peut entraîner des plaques d alopécie permanente du cuir chevelu.

Complications Le Tinea capitis peut entraîner des plaques d alopécie permanente du cuir chevelu. TINEA CAPITIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition Le Tinea capitis est une infection mycotique (fongique) du cuir chevelu communément appelée teigne. Le champignon Trichophyton tonsurans en est la cause

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C,

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C, Cas clinique n 1 Une jeune femme de 28 ans, héroïnomane avérée, est hospitalisée pour bilan, en raison d une toux tenace avec expectorations, céphalées rebelles, lésions de la peau, vomissements et diarrhées.

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis ! " #$%&

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis !  #$%& Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! " #$%& "' Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Mycoses Oculaires. DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002. Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris

Mycoses Oculaires. DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002. Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris Mycoses Oculaires DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002 Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris Mycoses : généralités Infection opportunistes ubiquitaires Notion de terrain favorisant

Plus en détail

Focus sur la Tuberculose

Focus sur la Tuberculose Focus sur la Tuberculose 1. Définition C est une maladie infectieuse causée par des bacilles acido-alcoolo résistants (BAAR) appelés M. tuberculosis ou bacille de koch. Ces microorganismes sont également

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique moléculaire microbiologique BMM Page : 1 / 12 VERSION COMMENTAIRE DATE 1 Création 05/11/2015 Rédaction Vérification Approbation Validation Date : 02/11/2015 Fonction : Adjoint Nom : DELAUNE Déborah Visa

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE

DIAGNOSTIC D'UNE HANCHE DOULOUREUSE Il est en règle facile parce qu il s agit le plus souvent d une coxarthrose que l on reconnaît sur la radio simple. Il faut néanmoins savoir qu une douleur de hanche ne correspond pas toujours à une atteinte

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

MYCOLOGIE EOT. Les mycoses

MYCOLOGIE EOT. Les mycoses MYCOLOGIE EOT Les mycoses Sur plus de 200 000 espèces de champignons, seule une petite centaine est impliquée dans des maladies humaines. On distingue les mycoses (infections fongiques) des mycotoxicoses

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon A propos de 5 cas cliniques Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon Constat: Leptospirose : maladie rare et méconnue chez l enfant mais non exceptionnelle Objectifs de l étude

Plus en détail

Qu est ce que la. sur la maladie

Qu est ce que la. sur la maladie La bilharziose : je m informe sur la maladie Il n est plus rare de voir progresser en France les maladies parasitaires tropicales. Parmi elles, la bilharziose inquiète les autorités de santé après le diagnostic

Plus en détail

Complications rares des anti TNF alpha

Complications rares des anti TNF alpha Complications rares des anti TNF alpha Dr S. MARTINON 1 A. BASCH 1, M. BERTHIER 1, J. CHARRIN 1, D. LIENS 1 P. BACHET²,, S. ASSAAD²,, C. PARISET² 1 : Service de rhumatologie. Hôpital St Joseph St Luc LYON

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

1ères journées du GREPI BRONCHITE ASPERGILLAIRE CHEZ LE PATIENT BPCO. Dr Aurore LAGRANGE Pr Claire ANDREJAK novembre 2013

1ères journées du GREPI BRONCHITE ASPERGILLAIRE CHEZ LE PATIENT BPCO. Dr Aurore LAGRANGE Pr Claire ANDREJAK novembre 2013 1ères journées du GREPI BRONCHITE ASPERGILLAIRE CHEZ LE PATIENT BPCO Dr Aurore LAGRANGE Pr Claire ANDREJAK 14 15 novembre 2013 M. R., 59 ans - 2006 Hospitalisations multiples pour décompensations spastiques

Plus en détail

Inflammations granulomateuses

Inflammations granulomateuses Pathologie Générale Inflammation et Cicatrisation Inflammations granulomateuses Pr Gérard ABADJIAN USJ 2014 Définitions et introduction Granulome inflammatoire ensemble des éléments cellulaires (leucocytaires,

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail