Laurent Gornet. GeM, UMR CNRS 6183

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laurent Gornet. GeM, UMR CNRS 6183"

Transcription

1 DÉTERMINATION RAPIDE DE LA LIMITE DE FATIGUE DE COMPOSITES STRATIFIÉS CARBONE ÉPOXY : SIMULATION DE L ESSAI D AUTO ÉCHAUFFEMENT Laurent Gornet GeM, UMR CNRS 6183

2 Durabilité des composites Interaction modèles-expériences fatigue monocouche Interface Carbone / époxy Sandwich Etudes multi-échelles Nomex Simulation des Endommagements Specimen GODT n [+30,-30] 2s [+40,-40] 2s [+45,-45] 2s [+50,-50] 2s [+55,-55] 2s [+60,-60] 2s Âmes : Nomex Structure ε T ε L Strain Stress (MPa)

3 Plan Caractérisation thermomécanique du pli carbone époxy Quasi-statique, couplage thermoélastique Caractérisation thermique du pli Capacité calorifique, conductivité thermique Homogénéisation périodique : mécanique et thermique Comportement du pli élémentaire de carbone époxy Essais de fatigue (Courbe de Wöhler) Essais accélérés d Auto-échauffement Limite de Fatigue Simulations des essais d Auto-échauffement

4 Méthode de l état local Potentiel thermodynamique Energie libre de Helmholtz 1 ρc ρψ ε = ψ + ε ε ε θ θ 2 2T ( ) e e ε 2, T, V 0 : C ( d1, d2, d12 ) : C : α : θ = T T 0 Rigidité : C, dilatation thermique : α Ψ σ = ρ σ = C ε C α θ ij e ij ijkl kl ijkl kl ε ij 0

5 Composites stratifiés Peaux Carbone / black métal Epaisseur des couches 0,1 ; 0,3 mm Stratifié Couche Comportement N A = M B ε = γ + zχ B γ D χ

6 Caractérisation mécanique Statique et Fatigue 60 Ophélie Westphal 2012 Caractérisation thermomécanique du pli carbone époxy Base canonique UD : Validations [0 ] 8, [(±67,5 ) 4 ] S et [(±45) 4 ] S [0/90/0/90] S, 50 [+45/-45/90/0] S [+45/90/-45/0] S σ 12 (MPa) ,02 0,04 0,06 0,08 0,1 0,12 0,14 0,16 2ε 12 (SI)

7 Plan Caractérisation thermomécanique du pli carbone époxy Quasi-statique, couplage thermoélastique Caractérisation thermique du pli Capacité calorifique, conductivité thermique Homogénéisation périodique : mécanique et thermique Comportement du pli élémentaire de carbone époxy Essais de fatigue (Courbe de Wöhler) Essais accélérés d Auto-échauffement Limite de Fatigue Simulations des essais d Auto-échauffement

8 Eprouvettes dans une étuve Dilatations thermiques Comportement thermomécanique Montée en température de 20 C à 80 C paliers de 10 C La durée des paliers est fixée à 30 minutes Enregistrement : déformations, températures Éprouvette étuve Eprouvette alu étuve σ = C ε C α ij ijkl kl ijkl kl α kl θ e ε 11 α11 θ e ε 22 α22 θ = e 2ε 0 12 Dilatations thermiques Pli élémentaire α 11-1,01E-06 / C α 22 4,01E-05 / C

9 Plan Caractérisation thermomécanique du pli carbone époxy Quasi-statique, couplage thermoélastique Caractérisation thermique du pli Capacité calorifique, conductivité thermique Homogénéisation périodique : mécanique et thermique Comportement du pli élémentaire de carbone époxy Essais de fatigue (Courbe de Wöhler) Essais accélérés d Auto-échauffement Limite de Fatigue Simulations des essais d Auto-échauffement

10 Homogénéisation Mécanique et Thermique Simulations des VER Les données Le maillage du VER Le comportement des phases Hypothèses Homogénéisation périodique Hill-Mandel Les résultats Propriétés mécaniques et thermiques homogénéisées CAST3M-CEA λ1 0 0 H 0 λ 0 Λ = dans la base N, N, N 0 0 λ3 ( )

11 Homogénéisation Thermique Mélange Maxwell Charles Wilson λ = (1 v ) λ + v λ 1 f r f f 1 λ + 2λ + 2 v ( λ λ ) = 2 2 ( ) λ λ f 2 r f f 2 r 2M r λ f 2 + λ r v λ λ f f 2 r Calcul Essais EF Périodique 1 0 Λ1 Λ2 Λ2 λ (1 + v ) + λ (1 v ) f 2 f r f λ2cw = λr λ f 2(1 v f ) + λ r(1 + v f )

12 Plan Caractérisation thermomécanique du pli carbone époxy Quasi-statique, couplage thermoélastique Caractérisation thermique du pli Capacité calorifique, conductivité thermique Homogénéisation périodique : mécanique et thermique Comportement du pli élémentaire de carbone époxy Essais de fatigue (Courbe de Wöhler) Essais accélérés d Auto-échauffement Limite de Fatigue Simulations des essais d Auto-échauffement

13 σ σ Méthode d auto-échauffement Limite de Fatigue Westphal 2012 Temps T Bloc n [±45/90/0] S Bloc 1 Chargement mécanique Contrainte moyenne imposée Température stabilisée du bloc Evolution de la température Bloc 1, 2 etc T Ti C Temps Bloc n σ Max limite fatigue

14 Plan Caractérisation thermomécanique du pli carbone époxy Quasi-statique, couplage thermoélastique Caractérisation thermique du pli Capacité calorifique, conductivité thermique Homogénéisation périodique : mécanique et thermique Comportement du pli élémentaire de carbone époxy Essais de fatigue (Courbe de Wöhler) Essais accélérés d Auto-échauffement Limite de Fatigue Simulations des essais d Auto-échauffement Thermique, thermomécanique

15 Auto-échauffement Simulations éléments finis Théorie des plaques stratifiées en thermique Conductivité thermique, capacité calorifique, masse volumique Chargements Convection, rayonnement Températures imposées, source interne Simulations stationnaires Température initiale Température stabilisée du bloc Simulations instationnaires Evolution de la température du bloc ( λ ( )) CAST3M-CEA ABAQUS div grad T r A V ( λ ( )) + ɺ K K = 0 ρc Tɺ = div grad T + r A Vɺ p K K

16 Auto-échauffement Simulation plaque stratifiée [±45/90/0] S Température initiale moyenne 23 C Température finale maxi 35 C Variation température moyenne 12 C T T i 35 C-23 C 35 C 22 C σ Max Stationnaire CAST3M-CEA div λ grad T + r A Vɺ = ( ( )) K K 0

17 Auto-échauffement Simulation plaque stratifiée [±45] S Température initiale moyenne 23 C Température finale maxi 47 C Variation température moyenne C T T Stationnaire CAST3M-CEA div grad T r A V ( λ ( )) + ɺ K K = 0

18 1 TMoy ( t) = TdV V V Simulation instationnaire de l Auto-échauffement Simulation plaque stratifiée [±45] S T ( t ) f T = 29 C t = 3000 Cycles T = 26 C École Centrale de Nantes, GeM, UMR CNRS 6183

19 Auto-échauffement phase instationnaire Simulation EF (Bloc 12) Stratification [±45] S Température moyenne en surface d'éprouvette ( C) Bloc 13 Température moyenne en surface d'éprouvette ( C) bloc 12 Simulation EF (Bloc 13) ρc Tɺ = div grad T + r A Vɺ ( λ ( )) CAST3M-CEA p K K

20 Thermique stratifiées COQ8 MODL THERMIQUE ORTHOTROPE COQ8 CONVECTION SUPERIEURE COQ8 ( et INFERIEURE ) BRUI, CHAN 'BLAN' GAUSS ; MATR MOD1 'DIRECTION' O1 INCL 45 OZ 'RHO' ROV 'C' CCV 'K1' LAM1 'K2' LAM2 'K3' LAM3 EPAI ep EXCENTREMENT exc1 ; COND, SOUR CAST3M BLOQ, DEPI CHARTER + codes RESOU, PASAPAS,

21 Conductivité bruitées du Pli Carbone-époxy 'BRUI' 'BLAN' GAUSS L1= 5 W/ m C 4,82-5,16 L2 = 1W/ m C 0,96-1,04 L3 =0,6W/ m C 0,581-0,618

22 Energie Libre de Helmholtz : ε = ε + ε e i Modèle élastoplastique Premier et second principe : Clausius-Duhem fractionnaire ρψ ε Force thermodynamique : 1 Q d = G d + p β 2 β e ( ) ( )( ) 2 12, ε12 ψ e i ψ Φ = σ12 ρ e ɺ ε12 + σ ɺ 12ε12 + Rpɺ ρ dɺ 12 ε12 d12 Y ρψ = d12 1 Y = G ε 2 ( e 2 ) Potentiel de dissipation : N α 1 vk αk e ( ɺ ; Dt, d ) = 2Gk ( 1 d ) D ( t) 12 M.Mateos 2014 A. Krasnobrizha 2015 ρϕ ε ε ε ɺ ε k=

23 Modèle élastoplastique endommageable fractionnaire Simulations A. Krasnobrizha 2015 div λ g Y d R p 2 ε ɺ ε = 0 ( ( )) ( ) ( ) k rad T ɺ pɺ G D α v e e

24 Conclusions Caractérisation thermo-mécanique du pli Essais de fatigue Courbes de Wöhler, Limite de fatigue Essais d auto-échauffement Limite de fatigue ( 4H ) Interactions modèles simulations Simulations thermiques stationnaires Simulations thermiques instationnaires

Avantages du soudage Laser

Avantages du soudage Laser Avantages du soudage Laser Par rapport au rivetage - gain en masse 8 à 1% - gain en maintenance (fatigue, corrosion ) - coût réduit de 15% Avantages du Laser YAG - transport d énergie par fibre optique

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Analyse thermomécanique de l endommagement en. carbone/époxy: détermination de la limite d endurance à partir d essais d auto-échauffement.

Analyse thermomécanique de l endommagement en. carbone/époxy: détermination de la limite d endurance à partir d essais d auto-échauffement. Analyse thermomécanique de l endommagement en fatigue de stratifiés carbone/époxy: détermination de la limite d endurance à partir d essais d auto-échauffement Ophélie Westphal To cite this version: Ophélie

Plus en détail

Zebulon. des matériaux. Emile Renner. Thématique: PMMCM Encadrants: Patrick DELOBELLE, Fabrice RICHARD, Yves GAILLARD, Fabien Amiot

Zebulon. des matériaux. Emile Renner. Thématique: PMMCM Encadrants: Patrick DELOBELLE, Fabrice RICHARD, Yves GAILLARD, Fabien Amiot Zebulon Code EF spécialisé dans le comportement des matériaux Emile Renner Thématique: PMMCM Encadrants: Patrick DELOBELLE, Fabrice RICHARD, Yves GAILLARD, Fabien Amiot Plan I- Introduction II- Structure

Plus en détail

Synthèse de la journée

Synthèse de la journée Réseau de recherche CNRS sur la fissuration sous sollicitations de fatigue SPONSORS 1. Rappel du contexte 2. Objectifs actualisés 3. Conclusion Contexte de la création du GDR La thématique de la fissuration

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

I) Veille Technologique

I) Veille Technologique L objectif du programme solaire de la Fondation Océan Vital est de diminuer les coûts de production en axant ses travaux sur : - l approvisionnement des cellules - l amélioration du procédé d encapsulation

Plus en détail

Estelle Bretagne (estelle.molines@u-picardie.fr) UPJV- IUT de l Aisne (dépt GMP) Laboratoire des Technologies Innovantes (EA 3899)

Estelle Bretagne (estelle.molines@u-picardie.fr) UPJV- IUT de l Aisne (dépt GMP) Laboratoire des Technologies Innovantes (EA 3899) Estelle Bretagne (estelle.molines@u-picardie.fr) UPJV- IUT de l Aisne (dépt GMP) Laboratoire des Technologies Innovantes (EA 3899) !! Transport aérien! Intérieur de cabines d aéronef!! Matériau composite!

Plus en détail

03. METHODOLOGIE DE DIMENSIONNEMENT

03. METHODOLOGIE DE DIMENSIONNEMENT DIMENSIONNEMENT PAR ELEMENTS FINIS DES STRUCTURES EN MATERIAUX COMPOSITES A MATRICES POLYMERES. PROBLEMATIQUE GENERALE ET PRISE EN COMPTE DE L INFLUENCE DES PROCEDES D ELABORATION. 001 001 PLAN DE CETTE

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Comportement des réparations structurales en béton :

Comportement des réparations structurales en béton : Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques C.R.I.B. Comportement des réparations structurales en béton : Couplage des effets hydriques et mécaniques

Plus en détail

Simulation numérique des couplages thermomécaniques par un procédé de fusion laser (ALM) : prédiction des déformations résiduelles

Simulation numérique des couplages thermomécaniques par un procédé de fusion laser (ALM) : prédiction des déformations résiduelles Simulation numérique des couplages thermomécaniques par un procédé de fusion laser (ALM) : prédiction des déformations résiduelles Emna GHAZALI a, Eric LACOSTE a, Corinne ARVIEU a, Jean-Yves HASCOET b

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF

SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF ETUDE D AMELIORATION DE LA DEFORMEE. CREAFORM Mr Edmond J.P Table des matières Objectifs de l étude. Données pour la simulation injection 2.5D de la base plate.

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique

Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique Laurent VAN BELLE Jean-Claude BOYER Guillaume VANSTEENKISTE Laurent VAN BELLE - Jean-Claude BOYER - Guillaume

Plus en détail

DE LA CONCEPTION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DE STRUCTURES

DE LA CONCEPTION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DE STRUCTURES DE LA CONCEPTION ASSISTEE PAR ORDINATEUR AU CALCUL DE STRUCTURES 001 001 PLAN DE CETTE PRESENTATION 01. PRESENTATION DE D.D.L. CONSULTANTS. 02. METHODOLOGIE DE CONCEPTION - APPROCHE GLOBALE 03. COMPLEXITE

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

MOYENS EXPERIMENTAUX DU CRED

MOYENS EXPERIMENTAUX DU CRED MOYENS EXPERIMENTAUX DU CRED Liste des moyens expérimentaux du Centre de Ressources en Essais Dynamiques (C.R.E.D.) Institut GeM [UMR CNRS 6183] Crash des structures : - Système catapulte - Puit de chute

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Mécanique de la rupture

Mécanique de la rupture Mécanique de la rupture Etude des fissures macroscopiques, id est dont la géométrie doit être explicitement prise en compte dans la structure. Typiquement, 1mm. Observations Si la longueur de fissure augmente,

Plus en détail

Méthodes de caractérisation mécanique

Méthodes de caractérisation mécanique Méthodes de caractérisation mécanique M. Blétry Centre des Matériaux - ENSMP April 25, 2007 Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures d indentation 4 Fatigue 5 Rupture Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures

Plus en détail

VULnérabilité des matériaux et structures COMPosites

VULnérabilité des matériaux et structures COMPosites VULnérabilité des matériaux et structures COMPosites Phase 1 Présenté par: Caroline Petiot (EADS Innovation Works Porteur du projet) À partir des contributions de: Benoit Malherbe (Airbus France); Jean-Pierre

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e

P r e for o ma m n a c n e c s e s r hé h o é l o o l g o i g q i u q e u s e s d e d s e Performances rhéologiques des enrobés et des enrobés spéciaux Yvan Paquin, ing. Directeur Technique Construction DJL inc. 24 novembre 2010 Contenu de la présentation 1. Comportement rhéologique des enrobés

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P.

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P. Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse P. Reulet, E. Divouron, P. Millan Contexte industriel Simulation de la rupture d'une conduite d'air chaud

Plus en détail

Transition de phase et métastabilité

Transition de phase et métastabilité Transition de phase et métastabilité F. James, H. Mathis Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes 8-9 septembre 2014 MODTERCOM Hélène Mathis (LMJL, Université de Nantes) Transition

Plus en détail

Coques des bateaux d aviron

Coques des bateaux d aviron Coques des bateaux d aviron 1 / Introduction L aviron comme tout sport mécanique est propice à l innovation technologique. Les matériaux utilisés suivent ceux utilisés dans les autres sports de compétition

Plus en détail

Comportement Mécanique des

Comportement Mécanique des Comportement Mécanique des Matériaux Roland FORTUNIER École Nationale Supérieure des Mines 158 cours Fauriel 42023 Saint-Etienne cedex 2 2 Table des matières Introduction 7 1 Essais mécaniques - Lois simples

Plus en détail

Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval

Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval Recrutement pour des projets de R D avec Alcoa et l Université Laval Étudiants àla maîtrise et au doctorat Stagiaires postdoctoraux De septembre 2009 àaoût 2014 Soumettre votre candidature à: Lyne Dupuis

Plus en détail

MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT

MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT A. Mokhtari, M. Ould Ouali Laboratoire Elaboration et Caractérisation des Matériaux

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité

HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité Titre : HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énerg[...] Date : 18/01/2012 Page : 1/5 HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité Résumé l s'agit

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

PB 170, PB 250, PB 400, PB 600 Systèmes époxydes pour production de mousses alvéolaires

PB 170, PB 250, PB 400, PB 600 Systèmes époxydes pour production de mousses alvéolaires Page 1 / 16 PB 170, PB 250, PB 400, PB 600 Systèmes époxydes pour production de mousses alvéolaires La série des produits PB sont des formulations à deux composants, destinées à la production de mousses

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE 1 PARTIE A : ETAT DE L ART 6

INTRODUCTION GENERALE 1 PARTIE A : ETAT DE L ART 6 Table des Matières INTRODUCTION GENERALE 1 PARTIE A : ETAT DE L ART 6 1. INTRODUCTION DE LA PARTIE A--------------------------------------------------------------------------- 9 2. LE PROCÉDÉ DE COEXTRUSION:

Plus en détail

PB 170, PB 250, PB 400, PB 600 Systèmes époxydes pour production de mousses alvéolaires

PB 170, PB 250, PB 400, PB 600 Systèmes époxydes pour production de mousses alvéolaires Page 1 / 14 PB 170, PB 250, PB 400, PB 600 Systèmes époxydes pour production de mousses alvéolaires La série des produits PB sont des formulations à deux composants, destinées à la production de mousses

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE

SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE SIMULATION NUMERIQUE DES PROCEDES DE FORGEAGE - TRAVAUX PRATIQUES - INTRODUCTION A L'UTILISATION DU LOGICIEL FORGE2 L. PENAZZI Janvier 2001 MAT/01/TP/INTR-FORGE/3.1 1. OBJECTIF Cette étude a pour objectif

Plus en détail

Influence des propriétés thermoéléctro-mécaniques des alliages à haute teneur en cuivre sur les paramètres des connecteurs d'automobiles électriques

Influence des propriétés thermoéléctro-mécaniques des alliages à haute teneur en cuivre sur les paramètres des connecteurs d'automobiles électriques République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Centre universitaire Ain Témouchent Institut des Sciences et de la Technologie Influence

Plus en détail

Pierre Delebecque, Didier Laporte, Eric Vigeolas

Pierre Delebecque, Didier Laporte, Eric Vigeolas Pierre Delebecque, Didier Laporte, Eric Vigeolas Un peu d histoire Les détecteurs de traces a pixels Hybrides ont vu le jour pour la première fois en 1994 dans l expérience Dephi du LEP au CERN Détecteurs

Plus en détail

Version default Titre : Opérateur MECA_STATIQUE Date : 17/10/2012 Page : 1/5 Responsable : Jacques PELLET Clé : U4.51.

Version default Titre : Opérateur MECA_STATIQUE Date : 17/10/2012 Page : 1/5 Responsable : Jacques PELLET Clé : U4.51. Titre : Opérateur MECA_STATIQUE Date : 17/10/2012 Page : 1/5 Opérateur MECA_STATIQUE 1 But Résoudre un problème de mécanique statique linéaire. Cet opérateur permet de résoudre soit : un problème mécanique

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

Simulation avancée du procédé d injection

Simulation avancée du procédé d injection Simulation avancée du procédé d injection JT «Conception et optimisation numérique en plasturgie» Jeudi 30 juin Ronan Le Goff Sommaire Introduction Modèle numérique Cas d étude Paramètres rhéo Stratégies

Plus en détail

Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux bitumineux les plus couramment utilisés au Québec

Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux bitumineux les plus couramment utilisés au Québec Intégration des propriétés thermomécaniques dans le processus de dimensionnement des chaussées souples Le projet de RDC en bref: Caractériser en laboratoireles propriétés thermomécaniques des matériaux

Plus en détail

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS

Formulation et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale. Alan Carter, ÉTS et détermination du type de liants hydrocarbonés et mixte à froid et en centrale Formation sur le retraitement à froid des chaussées souples Montréal, 4-6 décembre 2007 Plan de la présentation Méthode

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Mark F. Green Queen s University at Kingston Auteurs: John Gales Tom Parker Hamze Hajiloo Martin Noël Duncan Cree Luke Bisby

Plus en détail

1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5

1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5 SOMMAIRE 1. OBJET 3 2. PERIMETRE DES PRESTATIONS 3 3. EXEMPLES TYPES DE PRESTATIONS 4 4. EXEMPLES TYPES DE REALISATIONS 5 5. TYPES DE LIVRABLES A REMETTRE PAR LE TITULAIRE 6 6. SAVOIR-FAIRE REQUIS 6 2

Plus en détail

Prédimensionnement d'une structure de télescope en matériaux composites

Prédimensionnement d'une structure de télescope en matériaux composites RAPPORT D ESSAIS N : 02-145-DF Prédimensionnement d'une structure de télescope en matériaux composites C.R.I.T.T. Mécanique et Composites 133, avenue de Rangueil 31400 TOULOUSE Tél. : 05 62 25 87 39 Fax

Plus en détail

Contribution à l étude des élastomères et au dimensionnement des structures stratifiées sandwich à usage nautique

Contribution à l étude des élastomères et au dimensionnement des structures stratifiées sandwich à usage nautique Contribution à l étude des élastomères et au dimensionnement des structures stratifiées sandwich à usage nautique Laurent Gornet To cite this version: Laurent Gornet. Contribution à l étude des élastomères

Plus en détail

Présentation réunion de service 7 décembre Mathilde Jean-St-Laurent LABORATOIRE DE MATÉRIAUX COMPOSITES ET DE STRUCTURE DE L UNIVERSITÉ LAVAL 1

Présentation réunion de service 7 décembre Mathilde Jean-St-Laurent LABORATOIRE DE MATÉRIAUX COMPOSITES ET DE STRUCTURE DE L UNIVERSITÉ LAVAL 1 Présentation réunion de service 7 décembre 2015 Mathilde Jean-St-Laurent L UNIVERSITÉ LAVAL 1 M3C ULAVAL Deux Professeurs: Marie-Laure Dano Augustin Gakwaya Deux professionnelles de recherche Un postdoctorant

Plus en détail

Analyse expérimentale d une structure composite de type sandwich

Analyse expérimentale d une structure composite de type sandwich ACMA 2012 09-12 Mai, 2012 Fés, Maroc. Analyse expérimentale d une structure composite de type sandwich K. Ait tahar *, K. Saidani *.H. Ait aider * Laboratoire LaMoMS, Université Mouloud Mammeri de Tizi

Plus en détail

Loi de comportement pour matériaux composites thermodures et thermoplastiques dans le cadre de sollicitations de type crash

Loi de comportement pour matériaux composites thermodures et thermoplastiques dans le cadre de sollicitations de type crash Loi de comportement pour matériaux composites thermodures et thermoplastiques dans le cadre de sollicitations de type crash Patrick ROZYCKI Laurent GORNET Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique

Plus en détail

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait

Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Mesure des paramètres de contact à une interface de contact électrothermique imparfait Hacène MOKRANI, Brahim BOUROUGA Laboratoire de Thermocinétique, UMR CNRS 6607, E.P.U.N., rue Christian Pauc, La Chantrerie,

Plus en détail

Matériaux et structures composites intelligents

Matériaux et structures composites intelligents Matériaux et structures composites intelligents Gildas L Hostis*, Hervé Drobez *, Cédric Maupoint**, Fabrice Laurent**, Bernard Durand*, Georges Meyer** *Laboratoire de Physique et de Mécanique Textiles,

Plus en détail

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire)

Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Analyse des propriétés de matériaux sous choc par simulations moléculaires (Monte Carlo et dynamique moléculaire) Laurent Soulard CEA-DAM Ile-de-France laurent.soulard@cea.fr 1 Problématique La DAM est

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Benoît Gentilleau. To cite this version: HAL Id: tel-00743632 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00743632

Benoît Gentilleau. To cite this version: HAL Id: tel-00743632 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00743632 Modélisation et validation expérimentale du comportement thermomécanique de multicouches polymère-composite bobine. Application au Stockage d hydrogène hyperbare Benoît Gentilleau To cite this version:

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

Stimulation hydraulique d un puits géothermique en milieu fracturé S.Gentier, X. Rachez BRGM

Stimulation hydraulique d un puits géothermique en milieu fracturé S.Gentier, X. Rachez BRGM Stimulation hydraulique d un puits géothermique en milieu fracturé S.Gentier, X. Rachez BRGM Modélisation : quand faut-il passer au 3D? BRGM/Département Géothermie Stimulation hydraulique d un puits géothermique

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Diagnostic de l isolation thermique de parois courantes du bâtiment

Diagnostic de l isolation thermique de parois courantes du bâtiment Centre d Etudes et de Recherche en Thermique Energétique et Systèmes C E R T E S Diagnostic de l isolation thermique de parois courantes du bâtiment Laurent IBOS Centre d Etude et de Recherche en Thermique,

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT D UN MODÈLE THERMOMÉCANIQUE DU COMPORTEMENT SOUS AGRESSIONS THERMIQUES DE MATÉRIAUX CELLULOSIQUES

DÉVELOPPEMENT D UN MODÈLE THERMOMÉCANIQUE DU COMPORTEMENT SOUS AGRESSIONS THERMIQUES DE MATÉRIAUX CELLULOSIQUES 20 ième journées du GDR Feu Bourges, Janvier 2015 DÉVELOPPEMENT D UN MODÈLE THERMOMÉCANIQUE DU COMPORTEMENT SOUS AGRESSIONS THERMIQUES DE MATÉRIAUX CELLULOSIQUES Guillaume Cueff 1/34 CONTEXTE : PROBLÉMATIQUE

Plus en détail

GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES

GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES SOMMAIRE GROUPE 1 GROUPE 2 GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES 3 GROUPE 4 : CAPTEURS ET INSTRUMENTATION GROUPE 5 : SIMULATION ET MODELISTATION GROUPE 6 : TECHNOLOGIES EMERGENTES Défis aéronautiques Observation

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT D UN MODÈLE THERMOMÉCANIQUE DU COMPORTEMENT AU FEU DE MATÉRIAUX CELLULOSIQUES

DÉVELOPPEMENT D UN MODÈLE THERMOMÉCANIQUE DU COMPORTEMENT AU FEU DE MATÉRIAUX CELLULOSIQUES Prix Thèse des Bois - 2015 DÉVELOPPEMENT D UN MODÈLE THERMOMÉCANIQUE DU COMPORTEMENT AU FEU DE MATÉRIAUX CELLULOSIQUES Guillaume CUEFF Cestas 2 juillet 2015 1 INSTITUT DE MÉCANIQUE ET D INGÉNIERIE & EFECTIS

Plus en détail

Utilisation de la méthode des éléments finis

Utilisation de la méthode des éléments finis Simulation numérique des équations multi-physiques Institut FEMTO-ST, Université de Bourgogne Franche-Comté et CNRS, 15 B avenue des Montboucons, F-25030 Besançon Cedex, France vincent.laude@femto-st.fr

Plus en détail

RESOLTECH 1020L. Durcisseur 1028L. Système époxy polyvalent

RESOLTECH 1020L. Durcisseur 1028L. Système époxy polyvalent RESOLTECH Fiche Technique version du 07/ 01/2010 Système époxy polyvalent Resine epoxy pour stratifier, coller, imprégner Durcissement rapide Excellente mouillabilité des renforts Peu sensible à l humidité

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

QCM5 - P H Y S I Q U E

QCM5 - P H Y S I Q U E QCM5 - P H Y S I Q U E 1. Une pression de 3 bars équivaut à : (Pa : Pascal) a. 300 Pa b. 3000 Pa c. 30000 Pa d. 300000 Pa 2. La pression atmosphérique vaut : a. 25 bars b. 1 bar c. 10 bars d. 100 bars

Plus en détail

UN NID D'ABEILLE UTILISABLE DANS LES BATEAUX A GRANDE DIFFUSION R. FILIPPI 1

UN NID D'ABEILLE UTILISABLE DANS LES BATEAUX A GRANDE DIFFUSION R. FILIPPI 1 La construction navale en composites. Paris, 7-9 décembre 1992 (FREMER, Acres (Je colloques n 1.5. communication n 12 12 UN NID D'ABEILLE UTILISABLE DANS LES BATEAUX A GRANDE DIFFUSION R. FILIPPI 1 Résumé

Plus en détail

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013)

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58. ASPHALTE COULÉ 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 1. BUT DE L'ESSAI Caractériser, par un essai de retrait

Plus en détail

AJUSTEMENT DE LOIS DE COMPORTEMENT ELASTOPLASTIQUE

AJUSTEMENT DE LOIS DE COMPORTEMENT ELASTOPLASTIQUE AJUSTEMENT DE LOIS DE COMPORTEMENT ELASTOPLASTIQUE Encadrement : Gabriel Seisson Marie Maligot PAGE 1 CONTENTS 1. Introduction 2. Quelques notions de mécanique Qu est-ce qu une loi de comportement? Parties

Plus en détail

Comportement aux interfaces

Comportement aux interfaces Comportement aux interfaces Caractérisation du phénomène de gommage Adel HAMDI - LRCCP MIDEST - 21 INTRODUCTION Étanchéité d un joint : nécessité de maîtriser la pression de contact développée en service

Plus en détail

Remplacement de la table d harmonie du violon par un sandwich balsa/fibre de lin

Remplacement de la table d harmonie du violon par un sandwich balsa/fibre de lin JST : Matériaux composites renforcés par des fibres végétales Remplacement de la table d harmonie du violon par un sandwich balsa/fibre de lin Kerem Ege, Jean-François Caron, Stéphane Marcadet, Hugo Martin

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

Thermodynamique (Échange thermique)

Thermodynamique (Échange thermique) Thermodynamique (Échange thermique) Introduction : Cette activité est mise en ligne sur le site du CNRMAO avec l autorisation de la société ERM Automatismes Industriels, détentrice des droits de publication

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

Programmation IV. LA PROGRAMMATION :

Programmation IV. LA PROGRAMMATION : IV. LA PROGRAMMATION : Le but essentiel de notre travail est la simulation des phénomènes thermomécaniques au cours de la phase de remplissage. Cette simulation permet de donner l état de la matière pendant

Plus en détail

INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS PROGRAMME ANR BIOREACTEUR PRECODD 2006. WORKSHOP de RESTITUTION FINALE Jeudi 17 septembre 2009 INSA de LYON

INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS PROGRAMME ANR BIOREACTEUR PRECODD 2006. WORKSHOP de RESTITUTION FINALE Jeudi 17 septembre 2009 INSA de LYON INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS BIOACTIVE DE NOUVELLE GÉNÉRATION PROGRAMME ANR BIOREACTEUR PRECODD 2006 WORKSHOP de RESTITUTION FINALE Jeudi 17 septembre 2009 INSA de LYON 17/09/2009 Conception des

Plus en détail

Etude de stabilité non linéaire d un réservoir sous sollicitation sismique

Etude de stabilité non linéaire d un réservoir sous sollicitation sismique Etude de stabilité non linéaire d un réservoir sous sollicitation sismique Nicolas Greffet Aimery Assire, Jérôme Pigat, Jean-Michel Proix EDF - R&D/AMA EDF R&D Un réservoir potentiellement instable...

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

ELABORATION ET CARACTERISATION D UN COMPOSITE SANDWICH A AME EN LIEGE RENFORCE DE JUTE ET ENVELOPPES EN BOIS.

ELABORATION ET CARACTERISATION D UN COMPOSITE SANDWICH A AME EN LIEGE RENFORCE DE JUTE ET ENVELOPPES EN BOIS. ELABORATION ET CARACTERISATION D UN COMPOSITE SANDWICH A AME EN LIEGE RENFORCE DE JUTE ET ENVELOPPES EN BOIS. Lakreb N I, Bezzazi B. Unité de Recherche : Matériaux, Procédés et Environnement (URMPE), Université

Plus en détail

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Table des matières 1) MISE EN PLACE DU PREMIER PRINCIPE 2 1.1) ENERGIE INTERNE D UN SYSTEME 2 1.2) CADRE DU PROGRAMME 2 1.3) ENONCE DU PREMIER PRINCIPE

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

DRAPAGE PRE-IMPREGNES COMPOSITES

DRAPAGE PRE-IMPREGNES COMPOSITES DRAPAGE PRE-IMPREGNES COMPOSITES Objectifs : - Réaliser à partir d'un plan les opérations de découpe, de drapage, de collage, d'assemblage ou de réparation de matériaux - Utiliser les moyens de traitement

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

PLAN DE PRÉSENTATION. 4. Calcul des déplacements maximums pour l analyse de la vulnérabilité sismique. Introduction. Objectifs et Méthodologie

PLAN DE PRÉSENTATION. 4. Calcul des déplacements maximums pour l analyse de la vulnérabilité sismique. Introduction. Objectifs et Méthodologie PLAN DE PRÉSENTATION Introduction Objectifs et Méthodologie 1. Inventaire des bâtiments en MNA de Montréal visés par l étude 2. Comportement des murs hors-plan 3. Paramètres du modèle de capacité régissant

Plus en détail

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 9 août au septembre Comportement en flexion de matériaux composites à fibres courtes A. Djebbar a, M. Salviab, S.Larbi a. b. a Laboratoire de Mécanique, Structure,

Plus en détail