A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS"

Transcription

1 A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS 1. - Si Ton représente par a le prix d'une annuité viagère immédiate de 1 fr., payable jusqu'au dernier décès de deux têtes d'âges x et y, c'est-à-dire avec réversion totale, l'on sait que a est une somme de valeurs actuelles d'arrérages de 1 fr. ; la valeurs actuelle du P arrérage P, a pour formule: P'- = l(x + t), l(y + t) l{x+t) l(x) ' l(y) l(x) l(y) %+/) (! + *)-', où 1(a) désigne le nombre des vivants à l'âge a, et où i désigne l'intérêt de 1 fr. pendant un an, d'après la table de mortalité et le taux de capitalisation choisis par l'assureur Je pourrais supposer que la table de mortalité n'est pas la même pour les deux têtes x et y. Par exemple, pour la tête x le nombre des vivants à l'âge x+t serait li(x-\-t), et pour la tête y le nombre des vivants à l'âge y + t serait h(y+t), h(a) et L(a) étant deux lois de survie distinctes. Les démonstrations qui vont suivre seraient bien peu modifiées par cette hypothèse. Cependant, je préfère ne pas l'introduire ici, afin d'obéir à la concision qui est de règle dans un Congrès tel que le nôtre Par contre, j'étendrai mon étude à la fois au cas d'une annuité immédiate, a, et au cas d'une annuité différée de n années, d. Les deux cas peuvent en effet se traiter simultanément si l'on remarque que que la somme a des valeurs actuelles des arrérages à servir s'obtient en faisant varier t à partir de la valeur t=l, tandis que la somme a s'obtient en faisant varier t à partir de la valeur t=n + l. La limite supérieure de t est d'ailleurs commune aux deux cas : elle dépend des limites mêmes de la table de mortalité adoptée, attendu qu'il s'agit d'arrérages payables jusqu'au dernier décès. J'admettrai, en tant que de besoin et pour simplifier, que, dans les deux cas, t est susceptible de dépasser toute grandeur donnée à l'avance : les expressions algébriques des lois de survie comprennent pour la plupart cette conclusion, qui est commode, analytiquement parlant, et sans grand inconvénient pratique.

2 460 COMUNICAZIONI Comme je n'aurai pas à expliciter autrement les valeurs de t, la démonstration sera apte à confondre les deux cas, annuités immédiates sur deux têtes et annuités différées sur deux têtes Le moment est venu d'exposer les motifs qui m'ont inspiré les présentes recherches. Pour les rentes viagères immédiates sur deux têtes avec réversion totale, les Compagnies distribuent à leurs agents un tarif qui exige un nombre assez étendu de pages, en raison des groupes qu'il est possible de former avec deux têtes d'âges différents ( i ). Quant aux rentes différées sur deux têtes avec réversion totale, le parti adopté est radical, mais il est fâcheux : à ma connaissance, leur tarif ne se trouve dans aucune Compagnie entre les mains de ses agents. La raison en est facile à saisir : pour chacun des groupes dont je viens de parler à propos des rentes immédiates, il faudrait considérer autant de durées distinctes qu'il est admissible d'en prévoir dans l'usage courant ; or ces durées peuvent atteindre et dépasser 20 ans, 30 ans, 40 ans, pour des couples jeunes. Je me suis proposé d'abord d'essayer si, par des artifices dûment appropriés, on ne pourrait pas réduire l'étendue du tarif des rentes immédiates sur deux têtes, par exemple le réduire à un tarif sur deux têtes d'âge égal, ce qui le ramènerait immédiatement à un tarif très maniable, son étendue étant ceue du tarif des rentes immédiates sur une seule tête, où l'âge varierait par années rondes. Je me suis demandé ensuite si ces mêmes artifices ne permettraient pas de borner aussi à deux têtes d'âge égal un tarif de rentes différées sur deux têtes avec réversion totale. Ce tarif serait, il est vrai, assez développé, mais pas davantage que celui des rentes différées sur une seule tête, qui, lui, est tout à fait entré dans la pratique Il serait certes présomptueux, en ce qui me concerne, de compter avoir trouvé du premier coup des artifices de ce genre qui puissent passer pour définitifs. Ceux que je vais exposer auront au moins l'avantage de faire connaître, au sujet des formules d'annuités viagères, une certaine propriété qui ne me paraît pas avoir été entrevue jusqu'ici. Si cette propriété n'est pas jugée capable de conduire convenablement aux buts que j'ai en vue, elle me laisse cependant espérer qu'un autre actuaire, plus heureux, s'en inspirera pour obtenir de meilleures satisfactions. (*) 17 pages dans les Compagnies françaises. Noter que, si l'on distingue les sexes, on est amené à prévoir, non pas un seul tarif sur deux têtes, mais quatre tarifs.

3 A. QUIQUET: Sur des carrés parfaits viagers C'est à dessein que je substituerai désormais la valeur des «annuités» à la valeur des «rentes». On passe de l'une à l'autre par des relations qui traduissent la partie commerciale des tarifs, les «chargements». Quoique, en général, ces relations soient purement arithmétiques, elles sont susceptibles d'offrir une grande diversité: je ne pouvais entrer dans leur considération. Il appartiendra à chaque actuaire intéressé d'étendre aux <> rentes» de sa Compagnie ce que je vais dire des <> annuités >. Cette extension sera d'un ordre élémentaire quand, par exemple, de simples facteurs de proportion aident à passer d'un barème d'annuités à un tarif de rentes. Pourtant, dans la partie commerciale des tarifs, un cas spécial m'a paru à relever, celui d'un chargement de gestion usité en France pour les rentes différées. Outre qu'il est, par exception, un peu compliqué, il se trouve présenter une sorte d'extension de la propriété que j'ai rencontrée aux annuités. Comme cette extension n'apparaît pas à première vue, j'ai cru bon de la démontrer sommairement Mon point de départ sera donc l'existence préalable d'un barème d'annuités viagères immédiates avec réversion totale sur deux têtes d'âge égal. Je vais chercher à l'utiliser pour deux têtes d'âges différents. Autrement dit, à l'aide de a et de a, je tenterai d'obtenir a -. -V.C nil -f!/ 8. - Comme a est, dans l'ordre des prévisions naturelles, compris entre a et a, la première approximation qui vient à l'esprit est de prende la moyenne de a et de a. On aura ainsi une valeur déjà voisine de a. x.i- y y 9. - Il s'agit de l'améliorer. Entre cette moyenne et la valeur vraie de a-, il existe une certaine différence J, telle que a + a_.vu ' J=a-~ Etudions cette «correction» J. De même que a. a et a -, J peut se.r//'.ex uu ^ figurer par une somme de termes en fonction de t, où, comme il a été dit ci-dessus, on fera varier t depuis t=l, par accroissements successifs égaux à l'unité, jusqu'à dépasser, au moins théoriquement, toute grandeur donnée Appelons j l'un de ces termes. Cet < élément de correction» sera y == p!_ 2 PL + PL fi. _. _ //.v ^_ = ( l{x + t) Uy + f) _ l(x + t) l(y + t) ) n.v, r// ( l(x) ~*~ l{y) l(x) "%)" H li_z > > a,vi/

4 462 COMUNICAZIONI D'où c'est-à-dire 2/- = J jy U{x+ty]2 l{x+j)y (l(y + t)\2 0l(x + t) l(y + t) V Kx) j + %) ; l{x) l{y) (! + * )-*, / // -l(x+ ) l(y + t)} (1+ *)'. Ainsi, abstraction faite du facteur d'escompte (l + i)~\ apparaît, dans l'élément de correction j, un «carré parfait viager» : \l(x + t) l(x) l(y + t)]* C'est une fonction assez curieuse des nombres de vivants, en ce sens que x et y s'y trouvent séparés : séparation de nature à faciliter son calcul En premier lieu, ce carré parfait a une qualité fort générale: il existe quelle que soit la loi de survie en jeu. Il n'est même pas nécessaire que cette loi obéisse à une seule forme analytique : elle peut changer de forme analytique à certains âges (*). Plus encore : elle peut être empirique ( 2 ). Cependant un examen approfondi sera prudent quant à la limite supérieure dont t sera capable, si les circonstances imposent à cette limite l'obligation d'être ; finie Je viens de raisonner pour le cas des annuités immédiates. Pour les annuités différées et sans qu'il soit besoin d'insister, le raisonnement eût été le même, sauf que la limite inférieure de t serait n + 1 au lieu de Ainsi, que l'annuité soit immédiate ou différée, on est en mesure de figurer l'élément de correction à l'aide d'un carré parfait viager De l'élément de correction passons à la correction elle-même, à J. C'est une sommation de fonctions de t que la différence m l(x + t) l(y + t) l(x) Ky) facilitera peut-être, selon certaines formes analytiques de la loi de survie. Ou encore pareil avantage sera-t-il dû à l'élévation au carré de cette différence. O Par exemple, en France : les Tables AF et RF, dont l'expression analytique change à 25 ans. ( 2 ) Par exemple, en France : la Table CR, table de la Caisse Nationale des Retraites ; la Table PMF, table de la population française sexes réunis, qui vient d'être adoptée par le Parlement français pour les assurances sociales.

5 A. QuiQUET : Sur des carrés parfaits viagers Une seconde remarque générale apparaît : ehe vise J. J est nul lorsque les âges x et y sont égaux: par suite, J doit différer assez peu de zéro si les âges x et y sont peu différents. De là une faculté intéressante qui dispensera sans doute, dans bien des circonstances, de calculer J en toute rigueur. On estimera J par des valeurs, par des formules, approchées mais plus commodes, surtout lorsque les âges des deux têtes seront suffisamment voisins. Or le cas est fréquent en pratique des couples presque du même âge Ces considérations m'amènent, pour évaluer approximativement J, à indiquer une voie que, sauf objections, je crois assez licite. Dans l'élément de correction, mais dans cet élément seulement, substituons à l(x) une autre loi de survie, telle que le calcul de J soit plus rapide, mais teue aussi que la valeur de J, ainsi obtenue, soit suffisamment plausible pour remplacer la valeur véritable de J. Il n'est pas défendu a priori de compter y réussir, puisque J part de zéro pour croître sans doute faiblement avec la différence des âges x et y En d'autres termes, pour le calcul de J, on cherchera une loi de survie auxiliaire convenablement appropriée à ce calcul seul. A une telle loi je donnerais volontiers le nom de «loi bâtarde de survie», afin de marquer la distance qui la sépare de la loi réelle adoptée, celle qui mérite le nom de «loi légitime de survie» Dans les tarifs de rentes viagères différées, en vue des frais afférents à ces opérations, les Compagnies françaises ont introduit un chargement de gestion, qui doit couvrir ces frais annuellement et d'avance, pendant la durée du différé, et qui est proportionnel au capital constitutif de la rente arrivée à échéance. Algébriquement parlant, quand il s'agit d'un contrat sur une seule tête,, d'âge x à la souscription, ce chargement est proportionnel à (l + ay- i} )a x+nj la durée du différé étant n; l + a ( " _1) étant la valeur actueue d'une annuité viagère temporaire de 1 fr. payable d'avance, chaque année et pendant n années sur la tête x; a x+n étant la valeur actuelle à l'âge x + n d'une annuité viagère de 1 fr., payable, en fin d'année, à partir de cet âge x + n jusqu'au décès de la tête considérée. Pour une rente viagère différée de n années, sur deux têtes d'âges x et y,, avec réversion totale, le chargement sera proportionnel à (1 + dr L) )a x+ n + (1 + «g'-'x+k air 1^**», u+»,

6 464 COMUNICAZIONI 1 + G^_1) étant la valeur actueue d'une annuité viagère temporaire de 1 fr. payable d'avance chaque année et pendant n années, ou seulement jusqu'au premier décès des deux têtes, s'il survient au cours des n années ; a x+ut y + n étant la valeur actuelle aux âges x + n et y + n d'une annuité viagère de 1 fr. payable en fin d'année à partir de ces âges et seulement jusqu'au premier décès En opérant comme ci-dessus pour les annuités immédiates ou différées, on prendra d'abord la moyenne des deux chargements relatifs l'un à deux têtes d'âge x, 2(l + a!r«k +, i -(l + a<r 1 V, +,v.- +, i, l'autre à deux têtes d'âge y, 2(1 +é;;-*)a u+n -(l + a^)a u+ih!i+1l. Cette moyenne différera de K du chargement correspondant à deux têtes d'âges différents x, y, {ll-i\, M, («-D, -(l + a^-^a.r+n,,^ On est ainsi ramené à des escomptes d'arrérages viagers sur deux têtes : ceux qui figurent dans les annuités temporaires, 1 + ajrs i + <- 1}, i + <^ ; et ceux qui figurent dans les annuités immédiates, Q'x+n,x-\-n i ^//-f y+n > &x+n t ij+ìi Appelons u le u e arrérage de chacune des annuités temporaires, u variant da 0 à n + 1. Appelons t le t arrérage de chacune des annuités immédiates, t variant de n + 1 à la limite qu'autorise l'emploi de la table de mortalité adoptée. Pour chaque couple de valeurs u et t, la correction K nous conduira à un élément de correction k tel que x xy -fl(x + n)\2 (l(x + t)\2 (l(y + u)\2 (Ky - \ l(x) ) \l(x+n)) ^y l{y) ) [f(y~ n)l _o l ( x + u ) l (y + u ) l ( x + *) % +1) l(x) l(y) l(x + n)l(y+n) (l + i)- M (! + <)"* La quantité entre crochets est un carré parfait viager, le carré \l(x + u) l(x + t) l(y + u) l(y + t) l(x) l{x+n) l(y) l(y+n)\ ' La sommation K s'obtiendra en faisant varier u de 0 à n 1, t restant fixe, puis en faisant varier t dans le résultat de n + 1 à la limite qu'autorise l'emploi de la table de mortalité adoptée. 2

7 A. QuiQUET : Sur des carrés parfaits viagers Si, dans le calcul des éléments de correction relatifs aux annuités différées, l'on a substitué à une «loi légitime» une certaine «loi bâtarde», il conviendra de garder cette loi bâtarde pour le calcul des éléments de correction relatifs aux chargements de gestion Pour me résumer, j'ose espérer que les actuaires attacheront un intérêt au moins théorique à cette fonction que j'ai appelée un «carré parfait viager», et dont, quelle que soit la table de mortalité employée, j'ai étabh l'existence dans le annuités sur deux têtes avec réversion, soit immédiates, soit différées, ainsi que dans un chargement français des rentes différées sur deux têtes avec réversion. Je souhaite cependant davantage : c'est d'apprendre un jour que l'intérêt de cette fonction n'est pas purement théorique, et qu'eue a pu servir, conformément à mon dessein, pour améliorer, au profit des institutions d'assurances, l'outil principal qu'elles remettent à leurs agents, le tarif général de leurs combinaisons. Atti del Congresso. 30

8

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France.

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE PAR M. MAURICE FRéCHET, Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. INTRODUCTION Dans son ouvrage Introduction

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif»)

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») Les régimes d'épargne-retraite individuels (les «régimes») prévus par le régime collectif sont établis par la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Document 205103 OBJET : Élaboration des tables de mortalité de l industrie pour l assurance-vie individuelle grande branche

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES

LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES H. PREVOT L'article qui suit a suscité quelques remous pour ou contre parmi les membres de son comité de lecture. La meilleure façon d'en juger est de le

Plus en détail

RÈGLEMENT NO 439. ATTENDU QUE les employés de la Ville de Hudson ont un régime de retraite depuis mai 1974 ;

RÈGLEMENT NO 439. ATTENDU QUE les employés de la Ville de Hudson ont un régime de retraite depuis mai 1974 ; EXTRAIT du procès-verbal de l'assemblée du Conseil de la Ville d'hudson tenue au Centre communautaire, le 3 mars 2003, à laquelle la résolution suivante fut adoptée: RÈGLEMENT NO 439 CONCERNANT LE RÉGIME

Plus en détail

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans,

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans, Contrat d'assurance 1 Un individu d'âge x = 45 a souscrit un contrat d'assurance avec les garanties suivantes, avant 60 ans, le versement à l'assuré, à partir de sa 60ème anné, d'une annuité vie entière,

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur.

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur. Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom

Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom France Télécom - Orange et les partenaires sociaux, soucieux d'accompagner dans les meilleures conditions les salariés dans la

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES Table des matières Version 2012 Lang Fred 1 Intérêts et taux 2 1.1 Définitions et notations................................ 2 1.2 Intérêt simple......................................

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Fiche mathématiques financières

Fiche mathématiques financières Fiche mathématiques financières Thème 1 : Les taux d'intérêts simples et composés Taux d'intérêts simples : Les taux d'intérêts simples sont appliqués dans le cas d'emprunts dont la durée est inférieure

Plus en détail

Manuel pour la capitalisation des rentes en fin d année. 1. Introduction 6. 2. Bases légales 7. 3. Bases actuarielles en vigueur 9. 3.

Manuel pour la capitalisation des rentes en fin d année. 1. Introduction 6. 2. Bases légales 7. 3. Bases actuarielles en vigueur 9. 3. Page 1. Introduction 6 2. Bases légales 7 3. Bases actuarielles en vigueur 9 3.1 Mortalité 9 3.2 Effet de la révision des rentes d invalidité 9 3.3 Remariage des veuves 11 3.4 Rentes d orphelins 12 3.5

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA

RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA RÉGIME DE RETRAITE DE L UNIVERSITÉ D OTTAWA DÉPART AVANT LA RETRAITE Dernière mise à jour: le 21 août 2012 Biographie de Luc Lauzière, BA, BCOM Université d Ottawa Luc est à l emploi de l Université d

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat Epargne Handicap Base juridique Art.199 septies I 2 du code général des impôts

Plus en détail

Bonifications pour tâches éducatives

Bonifications pour tâches éducatives 1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives Valables dès le 1 er janvier 2015 1 Aperçu Les dispositions actuelles de la loi AVS prévoient que lors du calcul de la rente, d'éventuelles bonifications

Plus en détail

FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE

FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE P. LEVY (Paris - Francia) FONCTIONS À CROISSANCE RÉGULIÈRE ET ITÉRATION D'ORDRE FRACTIONNAIRE 1. - Une fonction teue que ^c+e~ x sin log x, malgré la lenteur et la petitesse de ses osciuations, nous apparaît

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE Feuillet 1 DE L ASSURANCE PRINCIPALE Article 1 Article 2 Article 3 Article 4 Article 5 Ed. 04.05 QUELLES SONT LES PERSONNES QUE LE CONTRAT CONCERNE? Le preneur d'assurance est la personne qui conclut le

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

Calcul rapide des puissances

Calcul rapide des puissances Calcul rapide des puissances Par Mathtous Il s'agit de puissances à exposant entier naturel (avec la convention a 0 = 1, et a 1 = a). Si on applique la dénition pour calculer a n, on calcule de proche

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois.

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois. Régime Nº d identification de la caisse ou de la credit union Folio AVENANT NOUVEAU FRV ONTARIO AVENANT À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE DES CAISSES ET CREDIT UNIONS (FRR 1459)

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

particuliers professionnels entreprises y penser... pour ne plus y penser

particuliers professionnels entreprises y penser... pour ne plus y penser particuliers professionnels entreprises y penser... pour ne plus y penser Sécurité ou performance : pourquoi choisir? Constituez votre retraite selon vos envies C est un fait : les ressources des régimes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L'ENIPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 27 décembre 2011 relatif à l'application des articles R. 376-1 et R. 454-1 du code de la securité

Plus en détail

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire

DESCRIPTIF DU DOCUMENT. Déploiement Nouveau système de rémunération au 01.01.2009-13 ème salaire 13 EME SALAIRE 13 EME SALAIRE - ETAT DE GENEVE Confidentiel Etat de Genève 23/01/2009 DESCRIPTIF DU DOCUMENT Phase du projet Domaine État du document Version actuelle Déploiement Nouveau système de rémunération

Plus en détail

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal?

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Joëlle DALBERA & Samuel ELIMBI Département Retraite Patrimoniale Direction du Développement Sommaire 01//LE MARCHE DU PERP 02// LES PRINCIPES

Plus en détail

Introduction Son mécanisme

Introduction Son mécanisme La rente-assurance Introduction L une des préoccupations de nombreuses personnes âgées est de maximiser leurs sources de revenu de retraite régulier sans devoir réduire le montant qu ils destinent à leurs

Plus en détail

Prévoyance des expertsexperts-comptables

Prévoyance des expertsexperts-comptables Prévoyance des expertsexperts-comptables Faire les bons choix Objectifs de l intervention Répondre aux questions des experts-comptables relevant de la Cavec Au titre de la prévoyance, est-il préférable

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE.

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. Parmi les nombreuses questions que soulève la réintégration

Plus en détail

Aujourd hui, nous aborderons les produits

Aujourd hui, nous aborderons les produits VOTRE BIO RETRAITE ou Comment éviter les produits toxiques Aujourd hui, nous aborderons les produits de retraite en loi Madelin. Je tiens à préciser tout de suite que, malgré tout ce qui suit, il y a d

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4.

Série TD 3. Exercice 4.1. Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir, et il doit être infaillible! Exercice 4.3. Exercice 4. Série TD 3 Exercice 4.1 Formulez un algorithme équivalent à l algorithme suivant : Si Tutu > Toto + 4 OU Tata = OK Alors Tutu Tutu + 1 Tutu Tutu 1 ; Exercice 4.2 Cet algorithme est destiné à prédire l'avenir,

Plus en détail

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Éléments de la rémunération 3 1.1 Commission de production sur contrats d assurance vie... 3 1.2 Revenu de service acquis sur contrats d assurance vie... 3 1.3 Commission de

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Nous concevons de meilleures rentes!

Nous concevons de meilleures rentes! Nous concevons de meilleures rentes! Rentes de BMO MD Assurance Évolution et innovation! Simples, sûres, garanties nos rentes offrent dorénavant une souplesse accrue pour aider à protéger vos clients et

Plus en détail

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP0011466A1* (11) EP 1 146 6 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (1)

Plus en détail

Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle

Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle Conditions générales pour l'assurance-vie individuelle (Édition 2011 EEL008F5) Tables des matières 1 Bases du contrat 2 Déclaration obligatoire 2.1 Conséquences d'une réticence 3 Droit de révocation 4

Plus en détail

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT CA-2006-19 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS DE LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D'AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : Section 1 Régime 1.01 Le présent régime, appelé «Régime de

Plus en détail

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant.

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant. DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C. FONDS DE REVENU DE RETRAITE, FRR 1503 ENTENTE EN VERTU DE LA Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension concernant les transferts de FONDS DE PENSION

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE Les présentes lignes directrices sont fournies par la SUN LIFE DU CANADA, COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE, pour les

Plus en détail

Sur une éventuelle application des fractions continues. par J.W. MUller. Bureau International des Poids et Mesures, F-92310 Sèvres

Sur une éventuelle application des fractions continues. par J.W. MUller. Bureau International des Poids et Mesures, F-92310 Sèvres BIPM Working Party Note 208 Sur une éventuelle application des fractions continues par J.W. MUller Bureau International des Poids et Mesures, F-9230 Sèvres. Introduction au problème La méthode des deux

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

IMPÉRATIF RETRAITE MADELIN. Dispositions Générales valant Notice d Information RETRAITE

IMPÉRATIF RETRAITE MADELIN. Dispositions Générales valant Notice d Information RETRAITE RETRAITE Dispositions Générales valant Notice d Information IMPÉRATIF RETRAITE MADELIN Contrat collectif d'assurance sur la vie, à adhésion individuelle et facultative, libellé en Unités de Compte et en

Plus en détail

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE LE CONTRAT DE VIE COMMUNE CLAUSES À PRENDRE EN CONSIDÉRATION INTRODUCTION Cette liste a pour objectif de servir d aide-mémoire dans la rédaction d un contrat de vie commune. Elle doit être lue avec la

Plus en détail

L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants

L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants Qu'est-ce que l'assurance responsabilité civile? L'assurance responsabilité civile des administrateurs et des dirigeants (A&D) est

Plus en détail

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal

Date d acquisition ou d établissement de la police. Traitement fiscal NOTES EXPLICATIVES CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU La Loi de l impôt sur le revenu (la Loi) prévoit des règles concernant l imposition du revenu gagné sur

Plus en détail

Gros plan sur. mon argent la vie durantmc. Entrée en matière

Gros plan sur. mon argent la vie durantmc. Entrée en matière mon argent la vie durantmc Gros plan sur mon argent la vie durant Entrée en matière mon argent la vie durant est un excellent moyen de vous assurer un revenu de retraite minimum garanti pour la vie, tout

Plus en détail

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA

VALEURS MOBILIÈRES DESJARDINS INC. CRI MANITOBA Avenant de compte de retraite immobilisé (CRI) annexé au contrat de REER autogéré Valeurs mobilières Desjardins inc. (RER 168-066) LE PRÉSENT DOCUMENT EST UN AVENANT AU CONTRAT DE REER CONCLU ENTRE : ET

Plus en détail

IMPÉRATIF RETRAITE MADELIN

IMPÉRATIF RETRAITE MADELIN RETRAITE Notice d information contractuelle IMPÉRATIF RETRAITE MADELIN Contrat collectif d'assurance sur la vie, à adhésion individuelle et facultative, libellé en unités de compte et en euros. Réf : IRM

Plus en détail

UN OUTIL POUR ILLUSTRER LE COURS D'ANALYSE : GEOPLAN

UN OUTIL POUR ILLUSTRER LE COURS D'ANALYSE : GEOPLAN 8 UN OUTIL POUR ILLUSTRER LE COURS D'ANALYSE : GEOPLAN Fin 9, la Direction des Lycées et Collèges adressait à tous les lycées d'enseignement général et technique des imagiciels pour les classes de premières

Plus en détail

Accords secondaires. Chapitre

Accords secondaires. Chapitre Chapitre 3 Accords secondaires Nous avons vu dans "La Prière du marin" comment on peut passer d'un mode mineur à son relatif majeur (Études mélodiques, chapitre 6). Pour le passage dans la tonalité relative,

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Exercices de dénombrement

Exercices de dénombrement Exercices de dénombrement Exercice En turbo Pascal, un entier relatif (type integer) est codé sur 6 bits. Cela signifie que l'on réserve 6 cases mémoires contenant des "0" ou des "" pour écrire un entier.

Plus en détail

Les contrats retraite en Loi Madelin

Les contrats retraite en Loi Madelin Les contrats retraite en Loi Madelin Une retraite obligatoire insuffisante Par rapport à un salarié, le travailleur indépendant est un peu "le parent pauvre" du système de protection sociale français.

Plus en détail

Tables d expérience : les outils de suivi du risque

Tables d expérience : les outils de suivi du risque Tables d expérience : les outils de suivi du risque Sépia «Construction de tables d expérience en assurance : quels outils?» Paris, jeudi 24 janvier 2013 Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu http://www.galea-associes.eu

Plus en détail

MONDIALE STRATEGIE TNS

MONDIALE STRATEGIE TNS LA MONDIALE PARTENAIRE AMPHITEA 14, rue Roquépine 22, Boulevard Malesherbes 75379 Paris cedex 08 75008 Paris SA au capital de 60.064.206 euros Association sans but lucratif RCS PARIS B 313 689 713 régie

Plus en détail

Chaque type de gestion propose les solutions assurantielles et financières les plus modernes, en privilégiant la recherche de sécurité :

Chaque type de gestion propose les solutions assurantielles et financières les plus modernes, en privilégiant la recherche de sécurité : Paris, le 25 avril 2003 INFORMATION PRESSE CONTACTS La Société Générale lance ERABLE Evolutions La Société Générale commercialise depuis le 14 avril 2003 ERABLE Evolutions, une nouvelle formule d assurance

Plus en détail

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154;

Vu la Constitution et notamment ses articles 148, 151 et 154; Loi n 88-31 du 19 juillet 1988 modifiant et complétant l'ordonnance n 74-15 du 30 janvier 1974 relative à l'obligation d'assurance des véhicules automobiles et au régime d'indemnisation des dommages, p.

Plus en détail

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT OPTIONS DE PAIEMENTS À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de ses outils interactifs,

Plus en détail

PREMIERE ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE. 12.2.7.3 Assurances (Actes off. OMS, 10, page 48) Note du Secrétariat

PREMIERE ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE. 12.2.7.3 Assurances (Actes off. OMS, 10, page 48) Note du Secrétariat UNITED NATIONS NATIONS UNIES WORLD HEALTH ORGANISATION MONDIALE ORGANIZATION DE LA SANTÉ PREMIERE ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A/A?/! 25 juin 1948 ORIGINAL : ANGLAIS 12.2.7.3 Assurances (Actes off. OMS,

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN Cardif Retraite Professionnels Plus CONTRAT LOI MADELIN Donnez plus de vie à votre future retraite BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR?

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? Planification fiscale et successorale Mackenzie Auparavant, lorsqu une personne quittait un emploi

Plus en détail

Procédure pour transformer l assurance invalidité de longue durée collective

Procédure pour transformer l assurance invalidité de longue durée collective Demande de transformation Assurance invalidité de longue durée collective Vous n êtes pas admissible à la transformation de votre assurance invalidité de longue durée collective (ILD) si : vous avez atteint

Plus en détail

Addenda au Compte de retraite immobilisé (CRI) Alberta

Addenda au Compte de retraite immobilisé (CRI) Alberta Addenda au Compte de retraite immobilisé (CRI) Alberta Sur réception des fonds immobilisés, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers déclare en outre ce qui suit : Le présent addenda fait partie du contrat

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Les délais à respecter

Les délais à respecter Les délais à respecter Dans les 24 heures Contacter les pompes funèbres et organiser les obsèques Si le défunt a souscrit une assurance Garantie obsèques au Crédit Agricole*, prévenir Assistance Obsèques

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail