A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS"

Transcription

1 A. QuiQUET (Paris - Francia) SUR DES CARRÉS PARFAITS VIAGERS 1. - Si Ton représente par a le prix d'une annuité viagère immédiate de 1 fr., payable jusqu'au dernier décès de deux têtes d'âges x et y, c'est-à-dire avec réversion totale, l'on sait que a est une somme de valeurs actuelles d'arrérages de 1 fr. ; la valeurs actuelle du P arrérage P, a pour formule: P'- = l(x + t), l(y + t) l{x+t) l(x) ' l(y) l(x) l(y) %+/) (! + *)-', où 1(a) désigne le nombre des vivants à l'âge a, et où i désigne l'intérêt de 1 fr. pendant un an, d'après la table de mortalité et le taux de capitalisation choisis par l'assureur Je pourrais supposer que la table de mortalité n'est pas la même pour les deux têtes x et y. Par exemple, pour la tête x le nombre des vivants à l'âge x+t serait li(x-\-t), et pour la tête y le nombre des vivants à l'âge y + t serait h(y+t), h(a) et L(a) étant deux lois de survie distinctes. Les démonstrations qui vont suivre seraient bien peu modifiées par cette hypothèse. Cependant, je préfère ne pas l'introduire ici, afin d'obéir à la concision qui est de règle dans un Congrès tel que le nôtre Par contre, j'étendrai mon étude à la fois au cas d'une annuité immédiate, a, et au cas d'une annuité différée de n années, d. Les deux cas peuvent en effet se traiter simultanément si l'on remarque que que la somme a des valeurs actuelles des arrérages à servir s'obtient en faisant varier t à partir de la valeur t=l, tandis que la somme a s'obtient en faisant varier t à partir de la valeur t=n + l. La limite supérieure de t est d'ailleurs commune aux deux cas : elle dépend des limites mêmes de la table de mortalité adoptée, attendu qu'il s'agit d'arrérages payables jusqu'au dernier décès. J'admettrai, en tant que de besoin et pour simplifier, que, dans les deux cas, t est susceptible de dépasser toute grandeur donnée à l'avance : les expressions algébriques des lois de survie comprennent pour la plupart cette conclusion, qui est commode, analytiquement parlant, et sans grand inconvénient pratique.

2 460 COMUNICAZIONI Comme je n'aurai pas à expliciter autrement les valeurs de t, la démonstration sera apte à confondre les deux cas, annuités immédiates sur deux têtes et annuités différées sur deux têtes Le moment est venu d'exposer les motifs qui m'ont inspiré les présentes recherches. Pour les rentes viagères immédiates sur deux têtes avec réversion totale, les Compagnies distribuent à leurs agents un tarif qui exige un nombre assez étendu de pages, en raison des groupes qu'il est possible de former avec deux têtes d'âges différents ( i ). Quant aux rentes différées sur deux têtes avec réversion totale, le parti adopté est radical, mais il est fâcheux : à ma connaissance, leur tarif ne se trouve dans aucune Compagnie entre les mains de ses agents. La raison en est facile à saisir : pour chacun des groupes dont je viens de parler à propos des rentes immédiates, il faudrait considérer autant de durées distinctes qu'il est admissible d'en prévoir dans l'usage courant ; or ces durées peuvent atteindre et dépasser 20 ans, 30 ans, 40 ans, pour des couples jeunes. Je me suis proposé d'abord d'essayer si, par des artifices dûment appropriés, on ne pourrait pas réduire l'étendue du tarif des rentes immédiates sur deux têtes, par exemple le réduire à un tarif sur deux têtes d'âge égal, ce qui le ramènerait immédiatement à un tarif très maniable, son étendue étant ceue du tarif des rentes immédiates sur une seule tête, où l'âge varierait par années rondes. Je me suis demandé ensuite si ces mêmes artifices ne permettraient pas de borner aussi à deux têtes d'âge égal un tarif de rentes différées sur deux têtes avec réversion totale. Ce tarif serait, il est vrai, assez développé, mais pas davantage que celui des rentes différées sur une seule tête, qui, lui, est tout à fait entré dans la pratique Il serait certes présomptueux, en ce qui me concerne, de compter avoir trouvé du premier coup des artifices de ce genre qui puissent passer pour définitifs. Ceux que je vais exposer auront au moins l'avantage de faire connaître, au sujet des formules d'annuités viagères, une certaine propriété qui ne me paraît pas avoir été entrevue jusqu'ici. Si cette propriété n'est pas jugée capable de conduire convenablement aux buts que j'ai en vue, elle me laisse cependant espérer qu'un autre actuaire, plus heureux, s'en inspirera pour obtenir de meilleures satisfactions. (*) 17 pages dans les Compagnies françaises. Noter que, si l'on distingue les sexes, on est amené à prévoir, non pas un seul tarif sur deux têtes, mais quatre tarifs.

3 A. QUIQUET: Sur des carrés parfaits viagers C'est à dessein que je substituerai désormais la valeur des «annuités» à la valeur des «rentes». On passe de l'une à l'autre par des relations qui traduissent la partie commerciale des tarifs, les «chargements». Quoique, en général, ces relations soient purement arithmétiques, elles sont susceptibles d'offrir une grande diversité: je ne pouvais entrer dans leur considération. Il appartiendra à chaque actuaire intéressé d'étendre aux <> rentes» de sa Compagnie ce que je vais dire des <> annuités >. Cette extension sera d'un ordre élémentaire quand, par exemple, de simples facteurs de proportion aident à passer d'un barème d'annuités à un tarif de rentes. Pourtant, dans la partie commerciale des tarifs, un cas spécial m'a paru à relever, celui d'un chargement de gestion usité en France pour les rentes différées. Outre qu'il est, par exception, un peu compliqué, il se trouve présenter une sorte d'extension de la propriété que j'ai rencontrée aux annuités. Comme cette extension n'apparaît pas à première vue, j'ai cru bon de la démontrer sommairement Mon point de départ sera donc l'existence préalable d'un barème d'annuités viagères immédiates avec réversion totale sur deux têtes d'âge égal. Je vais chercher à l'utiliser pour deux têtes d'âges différents. Autrement dit, à l'aide de a et de a, je tenterai d'obtenir a -. -V.C nil -f!/ 8. - Comme a est, dans l'ordre des prévisions naturelles, compris entre a et a, la première approximation qui vient à l'esprit est de prende la moyenne de a et de a. On aura ainsi une valeur déjà voisine de a. x.i- y y 9. - Il s'agit de l'améliorer. Entre cette moyenne et la valeur vraie de a-, il existe une certaine différence J, telle que a + a_.vu ' J=a-~ Etudions cette «correction» J. De même que a. a et a -, J peut se.r//'.ex uu ^ figurer par une somme de termes en fonction de t, où, comme il a été dit ci-dessus, on fera varier t depuis t=l, par accroissements successifs égaux à l'unité, jusqu'à dépasser, au moins théoriquement, toute grandeur donnée Appelons j l'un de ces termes. Cet < élément de correction» sera y == p!_ 2 PL + PL fi. _. _ //.v ^_ = ( l{x + t) Uy + f) _ l(x + t) l(y + t) ) n.v, r// ( l(x) ~*~ l{y) l(x) "%)" H li_z > > a,vi/

4 462 COMUNICAZIONI D'où c'est-à-dire 2/- = J jy U{x+ty]2 l{x+j)y (l(y + t)\2 0l(x + t) l(y + t) V Kx) j + %) ; l{x) l{y) (! + * )-*, / // -l(x+ ) l(y + t)} (1+ *)'. Ainsi, abstraction faite du facteur d'escompte (l + i)~\ apparaît, dans l'élément de correction j, un «carré parfait viager» : \l(x + t) l(x) l(y + t)]* C'est une fonction assez curieuse des nombres de vivants, en ce sens que x et y s'y trouvent séparés : séparation de nature à faciliter son calcul En premier lieu, ce carré parfait a une qualité fort générale: il existe quelle que soit la loi de survie en jeu. Il n'est même pas nécessaire que cette loi obéisse à une seule forme analytique : elle peut changer de forme analytique à certains âges (*). Plus encore : elle peut être empirique ( 2 ). Cependant un examen approfondi sera prudent quant à la limite supérieure dont t sera capable, si les circonstances imposent à cette limite l'obligation d'être ; finie Je viens de raisonner pour le cas des annuités immédiates. Pour les annuités différées et sans qu'il soit besoin d'insister, le raisonnement eût été le même, sauf que la limite inférieure de t serait n + 1 au lieu de Ainsi, que l'annuité soit immédiate ou différée, on est en mesure de figurer l'élément de correction à l'aide d'un carré parfait viager De l'élément de correction passons à la correction elle-même, à J. C'est une sommation de fonctions de t que la différence m l(x + t) l(y + t) l(x) Ky) facilitera peut-être, selon certaines formes analytiques de la loi de survie. Ou encore pareil avantage sera-t-il dû à l'élévation au carré de cette différence. O Par exemple, en France : les Tables AF et RF, dont l'expression analytique change à 25 ans. ( 2 ) Par exemple, en France : la Table CR, table de la Caisse Nationale des Retraites ; la Table PMF, table de la population française sexes réunis, qui vient d'être adoptée par le Parlement français pour les assurances sociales.

5 A. QuiQUET : Sur des carrés parfaits viagers Une seconde remarque générale apparaît : ehe vise J. J est nul lorsque les âges x et y sont égaux: par suite, J doit différer assez peu de zéro si les âges x et y sont peu différents. De là une faculté intéressante qui dispensera sans doute, dans bien des circonstances, de calculer J en toute rigueur. On estimera J par des valeurs, par des formules, approchées mais plus commodes, surtout lorsque les âges des deux têtes seront suffisamment voisins. Or le cas est fréquent en pratique des couples presque du même âge Ces considérations m'amènent, pour évaluer approximativement J, à indiquer une voie que, sauf objections, je crois assez licite. Dans l'élément de correction, mais dans cet élément seulement, substituons à l(x) une autre loi de survie, telle que le calcul de J soit plus rapide, mais teue aussi que la valeur de J, ainsi obtenue, soit suffisamment plausible pour remplacer la valeur véritable de J. Il n'est pas défendu a priori de compter y réussir, puisque J part de zéro pour croître sans doute faiblement avec la différence des âges x et y En d'autres termes, pour le calcul de J, on cherchera une loi de survie auxiliaire convenablement appropriée à ce calcul seul. A une telle loi je donnerais volontiers le nom de «loi bâtarde de survie», afin de marquer la distance qui la sépare de la loi réelle adoptée, celle qui mérite le nom de «loi légitime de survie» Dans les tarifs de rentes viagères différées, en vue des frais afférents à ces opérations, les Compagnies françaises ont introduit un chargement de gestion, qui doit couvrir ces frais annuellement et d'avance, pendant la durée du différé, et qui est proportionnel au capital constitutif de la rente arrivée à échéance. Algébriquement parlant, quand il s'agit d'un contrat sur une seule tête,, d'âge x à la souscription, ce chargement est proportionnel à (l + ay- i} )a x+nj la durée du différé étant n; l + a ( " _1) étant la valeur actueue d'une annuité viagère temporaire de 1 fr. payable d'avance, chaque année et pendant n années sur la tête x; a x+n étant la valeur actuelle à l'âge x + n d'une annuité viagère de 1 fr., payable, en fin d'année, à partir de cet âge x + n jusqu'au décès de la tête considérée. Pour une rente viagère différée de n années, sur deux têtes d'âges x et y,, avec réversion totale, le chargement sera proportionnel à (1 + dr L) )a x+ n + (1 + «g'-'x+k air 1^**», u+»,

6 464 COMUNICAZIONI 1 + G^_1) étant la valeur actueue d'une annuité viagère temporaire de 1 fr. payable d'avance chaque année et pendant n années, ou seulement jusqu'au premier décès des deux têtes, s'il survient au cours des n années ; a x+ut y + n étant la valeur actuelle aux âges x + n et y + n d'une annuité viagère de 1 fr. payable en fin d'année à partir de ces âges et seulement jusqu'au premier décès En opérant comme ci-dessus pour les annuités immédiates ou différées, on prendra d'abord la moyenne des deux chargements relatifs l'un à deux têtes d'âge x, 2(l + a!r«k +, i -(l + a<r 1 V, +,v.- +, i, l'autre à deux têtes d'âge y, 2(1 +é;;-*)a u+n -(l + a^)a u+ih!i+1l. Cette moyenne différera de K du chargement correspondant à deux têtes d'âges différents x, y, {ll-i\, M, («-D, -(l + a^-^a.r+n,,^ On est ainsi ramené à des escomptes d'arrérages viagers sur deux têtes : ceux qui figurent dans les annuités temporaires, 1 + ajrs i + <- 1}, i + <^ ; et ceux qui figurent dans les annuités immédiates, Q'x+n,x-\-n i ^//-f y+n > &x+n t ij+ìi Appelons u le u e arrérage de chacune des annuités temporaires, u variant da 0 à n + 1. Appelons t le t arrérage de chacune des annuités immédiates, t variant de n + 1 à la limite qu'autorise l'emploi de la table de mortalité adoptée. Pour chaque couple de valeurs u et t, la correction K nous conduira à un élément de correction k tel que x xy -fl(x + n)\2 (l(x + t)\2 (l(y + u)\2 (Ky - \ l(x) ) \l(x+n)) ^y l{y) ) [f(y~ n)l _o l ( x + u ) l (y + u ) l ( x + *) % +1) l(x) l(y) l(x + n)l(y+n) (l + i)- M (! + <)"* La quantité entre crochets est un carré parfait viager, le carré \l(x + u) l(x + t) l(y + u) l(y + t) l(x) l{x+n) l(y) l(y+n)\ ' La sommation K s'obtiendra en faisant varier u de 0 à n 1, t restant fixe, puis en faisant varier t dans le résultat de n + 1 à la limite qu'autorise l'emploi de la table de mortalité adoptée. 2

7 A. QuiQUET : Sur des carrés parfaits viagers Si, dans le calcul des éléments de correction relatifs aux annuités différées, l'on a substitué à une «loi légitime» une certaine «loi bâtarde», il conviendra de garder cette loi bâtarde pour le calcul des éléments de correction relatifs aux chargements de gestion Pour me résumer, j'ose espérer que les actuaires attacheront un intérêt au moins théorique à cette fonction que j'ai appelée un «carré parfait viager», et dont, quelle que soit la table de mortalité employée, j'ai étabh l'existence dans le annuités sur deux têtes avec réversion, soit immédiates, soit différées, ainsi que dans un chargement français des rentes différées sur deux têtes avec réversion. Je souhaite cependant davantage : c'est d'apprendre un jour que l'intérêt de cette fonction n'est pas purement théorique, et qu'eue a pu servir, conformément à mon dessein, pour améliorer, au profit des institutions d'assurances, l'outil principal qu'elles remettent à leurs agents, le tarif général de leurs combinaisons. Atti del Congresso. 30

8

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. - N 23/2 du 30 avril 2002 DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. - N 23/2

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. - N 23/2 du 30 avril 2002 DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. - N 23/2 DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. - N 23/2 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. - N 23/2 du 30 avril 2002 Objet : Valeur actuelle des rentes viagères L application de certaines dispositions

Plus en détail

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif»)

RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIF (le «régime collectif») Les régimes d'épargne-retraite individuels (les «régimes») prévus par le régime collectif sont établis par la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

Phillips, Hager & North gestion de placements 1

Phillips, Hager & North gestion de placements 1 Phillips, Hager & North gestion de placements 1 ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER Ontario (FRV) 1. Définitions : Dans le présent addenda,

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Phillips, Hager & North gestion de placements 1

Phillips, Hager & North gestion de placements 1 Phillips, Hager & North gestion de placements 1 ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE ÉTABLISSANT UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ Ontario (CRI) 1. Définitions : Veuillez prendre

Plus en détail

rente univer- selle PrÉsentAtiOns Des OPtiOns et tarification

rente univer- selle PrÉsentAtiOns Des OPtiOns et tarification rente universelle PRÉSENTATIONS DES OPTIONS ET TARIFICATION Suite à l arrêt «Test-Achats» du 1 er mars 2011 de la Cour de Justice de l Union Européenne, les règles d utilisation des tables de mortalité

Plus en détail

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune CHÂTEAUDUN Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou Projet d une deuxième gare ou d une gare commune 1 Ponts et Chaussées Département d Eure et Loir Arrondissement du Sud Chemin de Fer de Patay à Nogent-le-Rotrou

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite COMMUNIQUÉ. Le 30 avril 1999 Régimes de pension flexibles N o. 99.01 Renseignements généraux Lors de sa 54 e réunion en mars

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES Table des matières Version 2012 Lang Fred 1 Intérêts et taux 2 1.1 Définitions et notations................................ 2 1.2 Intérêt simple......................................

Plus en détail

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France.

SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE. Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. SUR UNE FORMULE GÉNÉRALE POUR LE CALCUL DES PRIMES PURES D'ASSURANCES SUR LA VIE PAR M. MAURICE FRéCHET, Professeur à /' Université de Strasbotirg, Strasbourg, France. INTRODUCTION Dans son ouvrage Introduction

Plus en détail

Quelle est la meilleure solution :

Quelle est la meilleure solution : Quelle est la meilleure solution : un FERR ou une rente? Question : Je viens tout juste d avoir 71 ans et j ai reçu un avis selon lequel je dois transformer mon régime enregistré d épargne retraite (REER)

Plus en détail

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS

Extension Retraite Supplémentaire. Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS COMPLÉMENT DE RETRAITE Février 2006 Extension Retraite Supplémentaire Pour que chacun y gagne : vous, vos collaborateurs, votre entreprise Extension Retraite

Plus en détail

Questionnaire Profil d investisseur

Questionnaire Profil d investisseur SECTEUR : ASSET MANAGEMENT T +41 (0)21 634 30 88 F +41 (0)21 560 41 11 info@skm-sa.com Questionnaire Profil d investisseur Nom, Prénom du client Nom, Prénom du conseiller Lieu et date Question 1 Quand

Plus en détail

Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada

Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada Principes généraux de l'imposition des contrats d'assurancevie établis au Canada Renseignements L'assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison de la croissance

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Fiche mathématiques financières

Fiche mathématiques financières Fiche mathématiques financières Thème 1 : Les taux d'intérêts simples et composés Taux d'intérêts simples : Les taux d'intérêts simples sont appliqués dans le cas d'emprunts dont la durée est inférieure

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes ANNUITES I Notions d annuités a.définition Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. Le processus de versements dépend du montant de l annuité,

Plus en détail

Evaluation d'un bien immobilier occupé Etude réalisée le 05/03/2012. 1. Informations sur le demandeur

Evaluation d'un bien immobilier occupé Etude réalisée le 05/03/2012. 1. Informations sur le demandeur Evaluation d'un bien immobilier occupé Etude réalisée le 05/03/2012 1. Informations sur le demandeur Nom : IRG Immobilier Prénom : Adresse : 75 bld Haussmann Code Postal : 75008 Ville : PARIS E-mail :

Plus en détail

Choix de Chambre. Conditions financières

Choix de Chambre. Conditions financières Déclaration d'admission AR du 15 décembre 2008 Modifiant AR du 17juin 2004 Hospitalisation de jour Hôpital de jour chirurgical, forfaits A-B-C-D et maxi forfaits de chimiothérapie Conditions au 01/01/2014

Plus en détail

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs Extrait de cours maths 3e I) Multiples et diviseurs Multiples et diviseurs Un multiple d'un nombre est un produit dont un des facteurs est ce nombre. Un diviseur du produit est un facteur de ce produit.

Plus en détail

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant.

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant. DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C. FONDS DE REVENU DE RETRAITE, FRR 1503 ENTENTE EN VERTU DE LA Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension concernant les transferts de FONDS DE PENSION

Plus en détail

VIVRE AVEC CONFIANCE.

VIVRE AVEC CONFIANCE. VIVRE AVEC CONFIANCE. Pour mieux vous démontrer le rôle de l assurance-vie au sein de cette stratégie, nous utiliserons des illustrations comportant les éléments suivants : une compagnie (OPCO), une société

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat Epargne Handicap Base juridique Art.199 septies I 2 du code général des impôts

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse VOTRE GUIDE AUTO ENTREPRENEUR

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse VOTRE GUIDE AUTO ENTREPRENEUR Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse VOTRE GUIDE AUTO ENTREPRENEUR 2010 Vous avez choisi d adhérer au régime de l auto-entrepreneur, institué par la Loi de Modernisation

Plus en détail

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire

La rente viagère. I. Définition et principes. 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La rente viagère I. Définition et principes 1. La vente en viager est un contrat aléatoire La vente en viager est la vente d'un bien dont le vendeur (le crédirentier) cède la pleine ou la nue-propriété

Plus en détail

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur.

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur. Vous voulez déterminer une rente viagère d un bien libre de toute occupation, une valeur d un bien occupé la vie durant du vendeur et la rente viagère correspondante : Vous devez intégrer de multiples

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

Solutions de rentes assurées. Augmentez votre revenu de retraite après s impôt... sans entamer vos placements!

Solutions de rentes assurées. Augmentez votre revenu de retraite après s impôt... sans entamer vos placements! Solutions de rentes assurées Augmentez votre revenu de retraite après s impôt...... sans entamer vos placements! Placements actuels dans des CPG Malgré les faibles taux d'intérêt connus au Canada depuis

Plus en détail

Institut des Actuaires

Institut des Actuaires Institut des Actuaires Commission comptable Avis de l IA sur l application des nouvelles tables de mortalité Grégory Boutier Références, avis de l Institut des Actuaires Rentes viagères Contrats vie et

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Tutoriel : Réaliser un site multilingues

Tutoriel : Réaliser un site multilingues Tutoriel : Réaliser un site multilingues INDEX : 1. Introduction 2. Détecter la langue 3. Gérer les langues avec PHP a. Usage de variables b. Traduction à la volée (passage de fonction) 4. Gérer les langues

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Régime de retraite de l Université McGill Guide rapide «Mon Compte»

Régime de retraite de l Université McGill Guide rapide «Mon Compte» ANNEXE A Régime de retraite de l Université McGill Guide rapide «Mon Compte» Accéder à votre compte de retraite en ligne est facile. Il suffit de suivre les trois étapes ci dessous : Allez à http://www.mcgill.ca/hr/fr/bp/pensions/access

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

Le financement des investissements par emprunts

Le financement des investissements par emprunts Le financement des investissements par emprunts Définition Pour bien démarrer I) Les emprunts a) Remboursables par amortissements constants b) Remboursables par échéances constantes c) Conclusion sur les

Plus en détail

LETTRE DE PRÉSENTATION

LETTRE DE PRÉSENTATION LETTRE DE PRÉSENTATION 100 Portsmouth Avenue Kingston, ON K7L 5A6 (613) 545-3949 Ext. 1674 employmentservice.sl.on.ca KINGSTON KINGSTON OTTAWA OTTAWA SHARBOT LAKE Services d emploi 785 Midpark Drive 71

Plus en détail

Traduction d un original rédigé en néerlandais Rapport d expertise IMMO-NORTH PLAZA Bâtiment A North Plaza Boulevard du Roi Albert II, 9 1210 Bruxelles Date d évaluation de référence 01/11/2007 Exécuté

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI LA RETRAITE suite Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI Objectif Plafonds Ces contrats d assurance de groupe permettent aux indépendants non agricoles et leur conjoint collaborateur de se constituer

Plus en détail

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB)

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) 3D Solutions optimales multiples 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) Le modèle (FRB) admet une solution optimale unique. En effet (voir page 182), l'algorithme du simplexe se termine par

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid

Assurance Vie. Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Assurance Vie Présenté par: Anass Ait El bid & El Younani Abdelmajid Plan I. Introduction II. III. IV. 1. Definition Les types de l assurance vie 1. L assurance en cas de vie 2. L assurance en cas de décès

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Nouvelles règles sur le partage des avoirs de retraite à la rupture du mariage en Ontario

Nouvelles règles sur le partage des avoirs de retraite à la rupture du mariage en Ontario Recherche et conformité Promoteurs de régimes de retraite : Nouvelles règles sur le partage des avoirs de retraite à la rupture du mariage en Ontario Les règles qui régissent le partage des avoirs de retraite

Plus en détail

Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer?

Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer? Régime de retraite des chargés de cours Comment et pourquoi y contribuer? Le présent document a pour but de vous faire connaître le Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec (RRCCUQ)

Plus en détail

PATRIMOINE DU MEMBRE IDENTIFICATION ET DISPOSITION. Aide mémoire pour le membre de l AQDER et pour ses proches PARTIE 4

PATRIMOINE DU MEMBRE IDENTIFICATION ET DISPOSITION. Aide mémoire pour le membre de l AQDER et pour ses proches PARTIE 4 PATRIMOINE DU MEMBRE IDENTIFICATION ET DISPOSITION Aide mémoire pour le membre de l AQDER et pour ses proches PARTIE 4 ANNEXES Sources de renseignements Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er janvier 2016 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er janvier 2016 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1 janvi 2016 Ce document a valeur officielle. chapitre R-12, r. 2 Règlement sur le partage et la cession des droits accumulés au titre des régimes de retraite prévus

Plus en détail

État civil. Je certifie ne pas avoir de conjoint répondant à la définition du règlement du Régime de retraite de l Université du Québec.

État civil. Je certifie ne pas avoir de conjoint répondant à la définition du règlement du Régime de retraite de l Université du Québec. Demande de rente 1. Renseignements généraux Établissement Nom Téléphone résidence ( ) travail ( ) poste Nom à la naissance (si différent) Prénom Adresse Code postal Sexe F M Date de naissance État civil

Plus en détail

Aidez vos clients à planifier leur avenir

Aidez vos clients à planifier leur avenir Aidez vos clients à planifier leur avenir L assurance en réponse aux besoins de planification personnelle de votre client Ce document est destiné aux conseillers uniquement. Il n a pas été rédigé à l intention

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

SécurOption. Questions et réponses

SécurOption. Questions et réponses SécurOption Questions et réponses Table des matières Admissibilité... 3 Cotisations... 4 Adhésion... 4 Projection revenu de rentes... 5 Rachat possible de la rente en cours d accumulation... 6 Choix de

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Questionnaire de l investisseur

Questionnaire de l investisseur Questionnaire de l investisseur La somme que vous décidez d allouer aux actions, aux obligations et à une réserve à court terme est un élément important qui déterminera le rendement et la volatilité à

Plus en détail

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER RESTREINT. Fédéral (FRVR)

ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER RESTREINT. Fédéral (FRVR) ADDENDA À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE ÉTABLISSANT UN FONDS DE REVENU VIAGER RESTREINT Fédéral (FRVR) 1. Définitions : Veuillez prendre note que, dans le présent Addenda, les

Plus en détail

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Capital garanti à vie * Allianz Continuité La garantie décès qui prend le relais de vos assurances professionnelles pour sécuriser l avenir de ceux que vous

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans,

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans, Contrat d'assurance 1 Un individu d'âge x = 45 a souscrit un contrat d'assurance avec les garanties suivantes, avant 60 ans, le versement à l'assuré, à partir de sa 60ème anné, d'une annuité vie entière,

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Les assurés pourront ainsi déposer leur demande à partir de la publication du décret.

Les assurés pourront ainsi déposer leur demande à partir de la publication du décret. MESURE PRÉVOYANT L'ÉLARGISSEMENT DES POSSIBILITÉS DE DÉPART À LA RETRAITE À 60 ANS Questions-Réponses Décret n 2012-847 du 2 juillet 2012 1 A qui la mesure bénéficiera-t-elle? Cette mesure concerne l ensemble

Plus en détail

Foires aux Questions pour le Programme d'assurance E & O de BFL CANADA Inc

Foires aux Questions pour le Programme d'assurance E & O de BFL CANADA Inc Foires aux Questions pour le Programme d'assurance E & O de BFL CANADA Inc Nous avons compilé une liste des questions les plus fréquemment posées concernant notre programme d assurance afin de vous aidez

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

L établissement des prix mérite une approche commerciale indissociable des impératifs de gestion.

L établissement des prix mérite une approche commerciale indissociable des impératifs de gestion. TECHNOLOGIE RESTAURANT (Mr SABLJAK) Séance n 3 Thème de la séance : LES PRIX DE VENTE EN RESTAURATION Classe T BTn L établissement des prix mérite une approche commerciale indissociable des impératifs

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé CARPENTIER BTS SIO Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé Phase de définition du projet liée à une définition de la mission La mission

Plus en détail

Assurance vie entière avec participation Équimax. (pour enfants) Avenants facultatifs

Assurance vie entière avec participation Équimax. (pour enfants) Avenants facultatifs Assurance vie entière avec participation Équimax (pour enfants) Avenants facultatifs Option Assurabilité garantie flexible Exonération de primes en cas de décès ou d'invalidité de la proposante ou du proposant

Plus en détail

Présentation du métier d actuaire vie

Présentation du métier d actuaire vie 06 Octobre 2010 Frédéric Daeffler 14/10/2010 Agenda Assurance vie : Produits concernés Actuaire produit : Tarification et conception d un produit Actuaire financier : Pilotage des résultats, Gestion actif-passif,

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom

Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom Le PERCO Intégral Un nouveau mode de gestion dans le PERCO France Télécom France Télécom - Orange et les partenaires sociaux, soucieux d'accompagner dans les meilleures conditions les salariés dans la

Plus en détail

SwissLife Revenus Garantis

SwissLife Revenus Garantis Les points forts Î Î Î Î Î Î Î Î Î Une solution totalement sûre pour percevoir régulièrement un revenu certain jusqu à la fin de sa vie. Aucun souci de gestion de son patrimoine financier pour l assuré.

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

COMMENT ET POURQUOI Y CONTRIBUER? Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec

COMMENT ET POURQUOI Y CONTRIBUER? Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec COMMENT ET POURQUOI Y CONTRIBUER? Régime de retraite des chargés de cours de l Université du Québec Édition 2015-2016 Le présent document a pour but de vous faire connaître le Régime de retraite des chargés

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Voici le cours sur la règle de trois tel qu'il était exposé dans le livre d'arithmétique du Cours Moyen de Croisille, en 1924.

Voici le cours sur la règle de trois tel qu'il était exposé dans le livre d'arithmétique du Cours Moyen de Croisille, en 1924. Voici le cours sur la règle de trois tel qu'il était exposé dans le livre d'arithmétique du Cours Moyen de Croisille, en 1924. LA RÈGLE DE TROIS SIMPLE ET DIRECTE 405. Problème. - Sur un champ de 12 ares,

Plus en détail

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke

Service des ressources humaines et financières. Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Service des ressources humaines et financières Le sommaire Régime de retraite des employées et employés de l'université de Sherbrooke Votre régime de retraite à l Université de Sherbrooke Modes de prestations

Plus en détail