SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE dossier documentaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE dossier documentaire"

Transcription

1

2 1 SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE dossier documentaire GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS documentary dossier SISTEMAS DE INFORMACIÓN GEOGRÁFICA informe documental (pour la version russe, consulter le document papier) DIRECTION GENERALE DE L'URBANISME, DE L HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION * CENTRE DE DOCUMENTATION DE L'URBANISME ** Arche de La Défense Paris La Défense cedex INSTITUT GEOGRAPHIQUE NATIONAL *** 6/8, avenue Blaise Pascal - Cité Descartes - Champs-sur-Marne Marne-la-Vallée cedex 2 * DGUHC : Directorate general for town planning, habitat and construction ; Dirección general de urbanismo, del hábitat y de la construcción. ** CDU : Town planning documentation centre ; Centro de documentación del urbanismo. *** IGN : National geographical institute ; Instituto geográfico nacional.

3 2 Ce dossier, «Systèmes d information géographique», a été réalisé à la demande du Centre de documentation de l urbanisme (CDU) par : Anne BERRY (Institut géographique national), bibliographie, et Philippe MIELLET (EDATER), note de synthèse, sous la direction de Claude ECOBICHON (Conseil général des ponts et chaussées), avec les conseils de Michel BERNARD (SIAGE Conseil) Georges BERTRAND (Urbatique), Yves BONIN, Serge BONNET et Jean-Pierre DUCUING (Institut géographique national), Patrice BOURSIER (Université de La Rochelle, LRI) Laurent COUDERCY (Centre d études sur les réseaux, les transports, l urbanisme et les constructions publiques), André DEL (Ecole d architecture Paris-Conflans), Christiane HORTEFEUX (Conseil national de l information géographique), Claude SOIROT (Créations conseils services), Christiane WEBER (Institut de géographie, Laboratoire images et villes). Coordination : Françoise PORCHET (CDU). La note de synthèse présente d abord des éléments de l histoire des banques de données urbaines afin d appréhender les problématiques actuelles des systèmes d information géographiques. Un choix de points thématiques et méthodologiques résume ensuite les questions soulevées par le recours aux systèmes d information géographiques dans des thématiques urbaines. La bibliographique fait suite à l «orientation bibliographique» éditée par le CDU en 1992 sous le même titre. Elle n est pas exhaustive et prend essentiellement en compte les ouvrages et articles parus au cours des cinq dernières années. Les références signalées proviennent de différentes sources : - interrogation d Urbadisc, d Urbamet, de Francis et de Pascal - consultation des fonds documentaires du Centre de documentation de l urbanisme (CDU), du centre de documentation de l Institut géographique national (IGN), de la bibliothèque de Ecole supérieure des travaux publics, du bâtiment et de l industrie (ESTP), de la bibliothèque de l Institut français d urbanisme (IFU), de la documentation du Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU), et de la documentation de l Ordre des géomètres-experts, - dépouillement de revues et d actes de congrès, colloques,... Les références, selon leur origine, ne sont pas toujours suivies d un résumé. Elles sont classées, tous documents confondus, par ordre chronologique inversé, les plus récentes en premier. Enfin, pour aider à la compréhension de certains titres en langues étrangères, Anne BERRY a proposé une traduction entre crochets. Les documents signalés sont accessibles auprès des organismes listés en fin d ouvrage.

4 3 sommaire SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE pour la gestion et l aménagement urbain note de synthèse INTRODUCTION DES BDU AUX SIG URBAINS Les expériences des banques de données urbaines (BDU) Diffusion des SIG en milieu urbain Evolutions actuelles des SIG en milieu urbain QUELLE PLACE POUR LES SIG DANS L AMENAGEMENT URBAIN? Mise en œuvre des SIG en milieu urbain SIG et niveau d appréhension du territoire urbain Echelles des projets d aménagement urbain et échelles des données géographiques Les territoires décrits par l aménagement sont-ils compatibles avec ceux construits dans un SIG? Temps et espace des bases de données et besoins des collectivités BIBLIOGRAPHIE GEOGRAPHICAL INFORMATION SYSTEMS for urban management and planning synthesis SISTEMAS DE INFORMACION GEOGRAFICA para la gestión y el acondicionamiento urbano nota de síntesis SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE aspects économiques, juridiques, et organisationnels et applications en aménagement et en urbanisme bibliographie

5 4 SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE pour la gestion et l aménagement urbain NOTE DE SYNTHESE

6 5 introduction La croissance urbaine s'accompagne de la multiplication des informations qui décrivent le territoire urbain et ceux qui l'habitent : localisation des activités, des moyens de transport, des équipements gestion foncière et patrimoniale, etc. L'ensemble de ces informations portent d'une manière ou d'une autre un attribut de localisation, qu'il soit accessible sous forme de repérage précis ou sous forme d'agrégation disponible selon des découpages prédéfinis. Leur visualisation sous forme de plans ou de cartes reste une des façons les plus simples de les appréhender. Ce double impératif, de gestion d'une information à la complexité croissante et de visualisation territoriale de son extension et de sa dynamique, impose une démarche de rationalisation du stockage et de l'accès aux données localisées. Actuellement, et ce depuis maintenant plus de 15 ans, un des meilleurs choix possibles pour organiser l'information technique et sociale de la ville s'appelle le Système d'information Géographique (SIG). Qu'est ce qu'un SIG? La multiplication des approches de constitution et de traitement de l'information géographique s'accompagne d'un foisonnement d outils capables de la structurer et de la traiter ; ils sont regroupés, pour des raisons de commodités, sous le vocable SIG. En fait, une définition simple présente un SIG comme : "un système pour collecter, stocker, vérifier, manipuler, analyser et restituer des données spatialement référencées à la surface de la Terre" (DoE, 1987). Cependant des équivoques persistent encore sur la stricte définition des SIG. Elles sont essentiellement dues au fait que le vocable désigne à la fois : - le concept de chaîne de traitement de l'information géographique numérique ; - les outils informatiques qui permettent de l'instrumenter ; - et les applications qui sont construites avec cet outil. Ces différents points de vue entraînent des définitions multiples 1 qu'il serait fastidieux de reprendre ici, mais dont il faut souligner que le plus petit dénominateur commun est souvent, et de façon quelque peu réductrice, l'outil informatique. Un SIG est d'abord un Système d'information (SI) dont l'objectif est de décrire un territoire de façon à améliorer sa connaissance et à permettre la description et l'analyse des phénomènes naturels ou humains qui s'y produisent. 1 A ce sujet voir un panel choisi de définitions dans Maguire (1991).

7 6 Le SIG au croisement des métiers de la ville? Par une uniformisation des modes de manipulation de l'information géographique (à la fois dans les outils et dans les modes de traitements), la tendance actuelle est de regrouper sous le nom de SIG un certain nombre de méthodes et de domaines d'application, notamment dans l'analyse urbaine, sans chercher à discerner particulièrement les intérêts et les inconvénients d'un tel amalgame. Le postulat des SIG, outils fédérateurs des approches de traitement des données géographiques est largement repris dans la littérature sous des formes différentes et comme le souligne Shepherd (1991) : "par l'intermédiaire de l'intégration de données qui étaient préalablement le domaine de spécialistes de disciplines individuelles, une perspective interdisciplinaire pour résoudre les problèmes géographiques est encouragée". Cependant, dans la réalité, les différentes disciplines continuent à privilégier leurs données "naturelles" et leurs méthodes de traitements associés d'où une certaine "parcellisation du savoir" en termes d'analyse urbaine (DAU, 1996). L'innovation est encore trop récente pour avoir modifié en profondeur les méthodes d'analyse de chacun. A la croisée des chemins de nombreuses disciplines, les SIG concentrent des modes de description et de formalisation de l'espace très différents et ce particulièrement dans des milieux complexes comme la gestion et l'analyse urbaine. Maîtriser les SIG, et parvenir à la définition de méthodes d'analyse solides, implique d'être capable d'assimiler une part des langages différents et de leurs concepts associés, de façon à pouvoir dialoguer dans une véritable approche multidisciplinaire, mais surtout d'être à même de formaliser les questions dans un langage compatible avec les différentes composantes du système d'information. La multiplicité des intervenants et des compétences en milieu urbain rend le sujet de la place des SIG en milieu urbain trop vaste pour être résumé dans l'ensemble de ces composantes (dont la richesse de cette bibliographie est la preuve). Ainsi quelques thèmes d'utilisation des SIG en milieu urbain sont abordés ici notamment sur l'aspect de gestion technique de la ville (par un rappel sur les logiques de mise en place des Banques de données urbaines) puis plutôt sur des conceptions d'aménagement "supracommunal". Il est bien évident que ce choix n'est pas restrictif des champs d'utilisation des SIG en milieu urbain mais représente plutôt une accentuation de certaines de ses facettes. Cette synthèse fait donc sciemment le choix d'établir un rappel historique des conditions du développement de ces méthodes et outils en milieu urbain, puis propose quelques points de réflexion plus méthodologiques applicables aux problématiques de l'aménagement de ces territoires.

8 7 DES BDU AUX SIG URBAINS LES EXPERIENCES DES BANQUES DE DONNEES URBAINES (BDU) Le développement du domaine particulier de la gestion des données urbaines doit, avant tout, être replacé par rapport à une évolution plus générale qui est l informatisation des villes. En effet, le développement du processus d acquisition et de restitution des données géographiques de la collectivité urbaine ne fait pas partie des noyaux originels du développement de l informatique urbaine. Ceux-ci se sont d'abord concentrés sur la comptabilité d une part et les télécommunications d autre part. Les premières applications informatiques ont concerné en général l établissement des fichiers électoraux, de paie des employés, etc. Seules quelques collectivités ont inscrit dans leurs premiers programmes informatiques ce qui n était à l époque qu une gestion automatique des plans. Ces orientations premières ont joué manifestement un rôle indirect sur la constitution et l utilisation des données localisées dans les villes. Les années 1980 ont manifestement vu une évolution fondamentale des priorités et le démarrage réel de nombreuses applications urbaines. Au-delà des fonctions de gestion urbaines (assainissement, éclairage public, évacuation des déchets, etc.) d'autres enjeux ont vu le jour. G. Dupuy (1992) en distingue trois : "le service rendu au citoyen, l économie du système, la réorganisation territoriale". C est sans doute dans cet esprit que s inscrivent les nouvelles démarches entreprises autour des SIG. Cependant, le poids des réalisations antérieures, les échecs anciens, les cultures des équipes, etc., jouent encore un rôle important dans l orientation et l utilisation pratique de ces systèmes. On ne saurait aujourd hui parler des tendances de l utilisation des SIG dans l espace urbain sans tenir compte des traces du passé. De façon simplifiée, on désigne par Banque de données urbaines (BDU) : "le stockage d une quantité éparse de données dans un même lieu, la transformation de cette information en données utilisables, et leur mise à disposition d acteurs pour un domaine d application : la ville" (Aillaud, 1992). Il peut être intéressant de reprendre les grandes périodes de développement de ces banques de données urbaines, de les replacer par rapport aux capacités méthodologiques et techniques, ainsi que par rapport à l évolution des besoins au cours des vingt dernières années, afin de mieux comprendre la situation actuelle. Les années 1970 Les précurseurs des BDU sont peu nombreux. Certaines villes ont commencé la mise en place d un système informatisé utilisant l information localisée à partir du début des années

9 Ces expériences ont à la fois, et paradoxalement, servi de test de la faisabilité des BDU (la plupart des créations récentes ayant tenu compte de ces expériences pionnières), et de "cobayes" pour ceux qui ont pu, parfois à juste titre, douter de leur utilité au regard des premiers résultats. Paris fut une des premières BDU françaises. Créée en 1969 à l initiative de l APUR (Atelier parisien d urbanisme) et de l IAURP (Institut d aménagement et d urbanisme de la Région parisienne) 2, elle contenait, entre autres, des informations sur le bâti, le fichier du parcellaire de la ville, des informations INSEE. Quatre autres expériences marquantes ont jalonnés ces années de mise en place : - Le "cadastre souterrain" de la ville de Lille Il a fallu créer l information géographique de référence (levée des corps de rues et report sur les plans concessionnaires) à l échelle du 1:200e. La saisie de km de voies a pris 15 ans. L exemple de Lille fait partie des expériences difficiles qui ont souffert de leur position pionnière. En 1987, la communauté urbaine de Lille a démarré la saisie du plan de gestion parcellaire prévue jusqu en 1995, année qui verra (23 ans après le démarrage) la fin de la mise en place des structures topographiques de base. - La levé du plan cadastral et le complément topographique de la ville de Marseille La mise en place de la BDU date de 1972, une des toutes premières, et la saisie du cadastre a débuté en Ce cadastre a fait l objet d une convention avec la DGI en Le premier plan topographique à l échelle de 1:200e est édité en couleur (un exploit pour l époque) en L expérience de Marseille est sans doute un des exemples réussis de mise en place de BDU d envergure. La base est toujours "vivante" et s enrichit régulièrement de nouvelles applications. - La réalisation, par la Direction générale des impôts, des premiers cadastres informatiques des villes de Paris, Lyon, St-Etienne, Bordeaux, Montbéliard Ces programmes, achevés au milieu des années 1980, sont la préfiguration du lancement, en 1991, du PCI (Plan cadastral informatisé) sur l ensemble du territoire et pour une durée initialement prévue de 30 ans 3. - Les essais de mise en place du RGU (Recensement général urbain) dans les grandes villes Ces essais s'intégraient dans un vaste plan inter-administrations dont l'objectif était de mettre sur pied dans les communes un RGU (Répertoire géographique urbain), qui devait être initialement complété par un RGP (Recensement géographique des parcelles) et un répertoire de voies (le répertoire RIVOLI 4 ). Le RGU a été mis en place dans de nombreuses communes. L'INSEE a alors essayé de mettre au point des outils spécifiques pour tenter d'utiliser les données statistiques en liaison avec le RGU. Des tentatives d'utilisation de ces passerelles ont été menées pour les recensements de 1975 et de 1982, elles n'ont pas été concluantes. De plus la plupart des RGU ont souffert très rapidement de l'absence de mise à jour, leurs informations devenant alors incomplètes. D autres villes ou communautés urbaines comme Lyon ou Toulouse s inscrivent dans ce grand démarrage. Il est important de comprendre le contexte dans lequel se situaient ces expériences. Les premières années de la décennie 1970 sont en effet marquées par de nombreuses opérations menées, parfois sans réelle concertation, par des acteurs différents, 2 Aujourd'hui : IAURIF (Institut d aménagement et d urbanisme de la Région d Ile-de-France). 3 Programme actuellement en voie d'aménagement avec le projet de mise à disposition par le DGI de planches scannées des plans cadastraux. 4 RIVOLI n'est plus aujourd'hui qu'un nom de code dans le fichier FANTOIR.

10 9 cherchant à produire de l information géographique de référence. Sans entrer dans le détail, rappelons la création du répertoire informatique des rues et des lieux-dits (FINATO puis RIVOLI) crée en 1971 par la DGI ; le RGU (cité plus haut), démarré sous l égide de plusieurs ministères et de l INSEE en 1973 ; la création de grands fichiers statistiques nationaux comme le fichier SIRENE. Le souci de l époque n est pas thématique mais technique. L informatisation est perçue comme une possibilité d automatisation et d accélération de travaux répétitifs ou fastidieux. C est pourquoi les objectifs initiaux se sont principalement cantonnés dans une optique de diminution du temps de recherche, de mise à jour et de production de plans. Notons d ailleurs que les premières BDU ont été confiée le plus souvent aux services informatiques et aux services du plan. Ces éléments, d apparence anecdotique, expliquent en partie les choix principaux faits il y a vingt ans. Les données de référence (types, échelles, précision, référentiel géographique notamment), ainsi que les types d applications (au départ assez éloignés des notions d aménagement du territoire urbain), ont été proposés à partir de ces orientations. Les enseignements tirés de cette période sont à la fois conjoncturels et structurels. Conjoncturels d abord, car on ne saurait expliquer les difficultés majeures (retard et dépassement de budget entre autres), rencontrées par ces villes pionnières sans les replacer par rapport à l environnement technique de l époque. Le manque de performances des outils d'alors, l'insuffisance d outils de saisie adaptés, l'absence de personnels qualifiés, etc., ont joué un rôle important dans le déroulement de ces quelques expériences sans être pourtant les sources exclusives de leurs difficultés. Les années Il s agit d une période de transition pendant laquelle certaines des BDU pionnières continuent et fortifient leur base (comme Paris ou Marseille) alors que d autres entament une évolution vers la constitution de nouvelles bases. La base de données de référence est alors essentiellement le plan des corps de rues au 1:200e (Grenoble, Valence ). L orientation est essentiellement tournée vers une production de plans de référence pour la connaissance et les travaux sur les réseaux enterrés. Un exemple de cette orientation est donné par la BDU de Toulouse, mise en place en 1984 et dont le plan au 1:200e s est achevé en L évolution des matériels informatiques permettaient plus facilement la modernisation de la production de plans et d applications DAO (Dessin assisté par ordinateur). Les applications de ces BDU sont donc essentiellement tournées vers la fourniture de données de gestion à destination des services techniques, et non vers la mise en place d un véritable système d information pour la collectivité. L aménagement urbain est d'abord compris dans sa dimension technique, et l information localisée comme support de plan. En pratique, "il semble que ces interventions sur l espace urbain se réduisent souvent à la gestion, c est-à-dire à un processus de calcul guidé par des contraintes de rentabilité. De la même façon, les BDU sont devenues un outil de gestion urbaine au sens le plus strict du terme. La ville, appréhendée par la BDU communale, n apparaît-elle pas comme un objet à gérer et non plus comme un lieu et une entité porteur de projets de nature diverses?" (Aillaud, 1992). Il s agit pourtant d une période de transition, à partir de laquelle de nouvelles préoccupations voient le jour, accompagnées par des progrès informatiques notoires, et notamment l arrivée des premiers SIG standards en Europe et en France.

11 10 Les années Un des éléments marquants de cette période est l'accélération de la diffusion des méthodologies de traitement de l'information géographique au sein des différents niveaux de collectivités locales, mais aussi des services de l'etat, notamment du fait du développement de la microinformatique. Les bases de données urbaines ne sont plus cantonnées aux villes les plus importantes (même si la tendance d équipement suit encore très exactement la taille de la ville, cf. infra). Il devient alors clair pour de nombreux spécialistes que "l enjeu pour la décennie à venir est de permettre à de villes moyennes et petites d accéder en grand nombre à des SIG répondant à leurs besoins pour un prix abordable [et de passer ainsi] de l expérimentation et de l innovation à la gestion industrialisée des informations géographiques" (Daull, 1992). Le second élément à retenir est sans nul doute la combinaison de plus en plus marquée entre base de données pour la gestion, mais aussi pour l'aménagement, et la décision stratégique (cf. infra). Ces dernières années ont aussi vu le développement rapide des bases de données numériques accessibles directement auprès de fournisseurs comme l'ign, Michelin, SPOT Image par exemple. Ainsi, au-delà des informations des découpages administratifs, la multiplication des bases d'informations routières, voire de rues en milieu intra-urbain, d'occupation du sol ou la facilité d'accès aux données socio-économiques ont considérablement modifié les pratiques des gestionnaires et des aménageurs urbains. Enfin, l'évolution des mentalités autour de l'information tend à permettre de plus en plus d'interactions entre différents détenteurs d'informations sur la ville et permet des synergies plus fortes entre collectivités locales et services de l'etat, parfois autour (voire grâce) au SIG qui devient alors un outil de médiation territoriale. DIFFUSION DES SIG EN MILIEU URBAIN L évolution des SIG dans les collectivités urbaines est encore difficile à évaluer avec précision. De nombreuses études cherchent régulièrement à donner un état de la diffusion sur ce secteur de marché très porteur. Les résultats sont nécessairement partiels, en effet en période de transition, de nombreuses villes évoluent actuellement en migrant par exemple d un système de type DAO/CAO vers des logiciels SIG. Dès lors, seules quelques tendances peuvent être données. La situation actuelle est le résultat de la période de transition de ces dernières années. Les rapports inversement proportionnels entre la taille des collectivités et leur niveau d équipement est flagrant. Des éléments issus de l'observatoire Géomatique (IETI, 1998) montrent que 77 % des villes de plus de habitants sont aujourd'hui équipées de logiciels de type SIG, DAO ou cartographiques. Ce chiffre décroît bien évidemment rapidement avec la taille des villes (environ 64 % des villes de taille comprise entre et habitants, environ 16 % entre et habitants, etc.).

12 11 On peut aussi noter que la quasi-totalité des villes nouvelles et des communautés urbaines sont aujourd'hui équipées. Il est évident que ces chiffres sont en évolution assez rapide, notamment en ce qui concerne les villes moyennes. Il est intéressant de noter que les principaux obstacles mentionnés par les responsables de services (toutes tailles de villes confondues) sont dans l ordre : financiers, puis organisationnels, alors que le facteur technique n apparaît qu en dernier, preuve d une évolution rapide depuis quelques années (Eurovista, 1995). Les petites villes sont encore hésitantes sur ces méthodologies (6 % environ de communes entre et habitants sont équipées d'après le recensement IETI). On y trouve pourtant des démarches de mise en œuvre de SIG, mais elles sont la plupart du temps menées avec des partenaires locaux (comme des géomètres). Il est, de ce fait, extrêmement difficile d en avoir une vision globale, d autant plus qu il s agit essentiellement d applications thématiques uniques construites sur micro-ordinateur en interne. Il est clair pourtant que ce marché, dans une optique d application d aide à l aménagement, est essentiel. Sur des espaces réduits, avec des problèmes organisationnels a priori moins complexes que pour les grandes unités urbaines, il est possible de développer des SIG opérationnels en liaison avec des outils de gestion foncière ou de gestion du patrimoine par exemple dont l échelle des données est compatible avec une prise de décision pour l aménagement du territoire. La tendance générale est donc une extension forte des SIG dans les collectivités urbaines. S inscrivant parfois dans la continuité d efforts anciens autour des premières BDU, les développements nouveaux bénéficient des enseignements issus des expériences passées. Le concept même de Banque de données est en pleine transformation et s enrichit d une démarche de mise en place d applications précises et thématiques qui répondent aux besoins d utilisateurs divers. La conjonction de cette demande d applications diversifiées, mêlant gestion et décision d aménagement, avec la maturité des SIG comme mode de structuration et de traitement de l information géographique, permet la mise en place de BDU/SIG dans lesquelles l orientation d analyse des territoires urbains tient une place importante. EVOLUTIONS ACTUELLES DES SIG EN MILIEU URBAIN De la gestion à l aménagement urbain «La décentralisation a rendu les communes responsables en matière de planification, d occupation du sol et d aménagement opérationnel, l Etat restant garant des grands équilibres et de la conduite des projets d intérêts généraux. Par voies de conséquence, on assiste à une diversification et à une multiplication des maîtres d ouvrage, ainsi qu à une nouvelle expression des besoins, sinon de besoins nouveaux» (Wolf, 1993). Le même auteur souligne à juste titre les modifications de l environnement économique et technologique qui expliquent en partie l évolution des demandes et des mentalités. Ainsi parmi ces caractéristiques : le besoin d une planification plus souple et plus modulaire en période de croissance économique faible, la prise en compte de la demande au regard des avancées technologiques, la gestion de l environnement comme nécessité et volonté de préserver l existant. Le changement fondamental qui s opère est lié à la compréhension par un certain

13 12 nombre de décideurs : "le besoin prioritaire n est pas plus la production de plans précis pour réaliser des travaux, mais la mise en place d outils de gestion des données urbaines" (Fournillier, 1989). Par une conjonction heureuse, l irruption d outils de gestion de données proposant des fonctionnalités de traitements bien supérieures aux outils des décennies précédentes, se produit sur le marché français à partir de Les BDU s orientent alors de façon nouvelle en essayant de combiner les fonctionnalités antérieures (nécessaires et utiles à la gestion) avec des fonctionnalités d analyse que seuls les SIG permettent. Ainsi "il est intéressant de noter que les Systèmes d'information urbains récents sont plus tournés vers des finalités prospectives, projet urbain pour Sélestat, base de données micro-géographiques pour l'aménagement au Havre, que ceux qui ont débuté dans les années 1970" (Weber, 1995). Une des fonctions du SIG urbain devient alors, après l'administration des services urbains, la constitution d'observatoires thématiques. "Les observatoires développés dans le cadre des BDU sont des outils de connaissance externe qui doivent répondre à des objectifs dépassant la responsabilité propre du gestionnaire du territoire [à ce titre, ce sont] des outils de prise en compte du contexte, de l'environnement, de la gestion municipale. Ils constituent une tendance lourde des SIG urbains" (Joliveau, 1995). Un bon exemple de cette évolution est donnée par la BDU de la Communauté urbaine de Lyon, qui démarre en 1985 une étude de faisabilité d envergure pour la mise en place de la BDU "nouvelle formule" dès Le choix d'un logiciel clairement affiché comme outil SIG montre la détermination de s inscrire dans une démarche "multi-usage", en pleine évolution par rapport aux BDU orientées uniquement vers la gestion. L exemple de Lyon montre comment les démarches de gestion et d'analyse peuvent cohabiter dans un même projet. L analyse détaillé des phases de constitution montrent qu après la constitution des données de base (notamment le cadastre) et le développement d applicatifs de gestion (éclairage public, POS, arbres d alignement, etc.), une seconde phase inscrite au schéma directeur informatique de 1992 a inclus de nombreuses orientations d aménagement : observatoire immobilier et foncier, observatoire écologie urbaine, gestion des sites d accueil des entreprises. Ces nouvelles possibilités, liées en partie à de nouvelles approches logicielles dues aux SIG, ont d ailleurs entraîné le véritable démarrage de nombreuses BDU dans les années et l'apparition de nouvelles tendances, la plupart compatibles avec une évolution vers l utilisation combinée de données de gestion et de prise de décision stratégique. Un exemple de ces BDU polyvalentes est celui de la Communauté urbaine de Brest. Dès 1989, des objectifs de développement économique et territorial pour la ville (incluant des préoccupations fortes en matière d environnement) prédisposait la BDU à une orientation d analyse. Ses données de base sont un ensemble d informations sur des fonds cadastraux ou topographiques à l échelle du 1:5.000e. Le logiciel choisi est résolument SIG standard du marché rompant avec une tradition de produits hybrides internes souvent inadaptés aux besoins. Ce choix est d ailleurs en partie justifié du fait que la préoccupation de localisation précise (de type photogrammétrie) ne faisait pas partie des impératifs. Les premières utilisations ont montré une orientation résolument tournée vers le thématique avec des cartographies du recensement à l îlot, le recensement du patrimoine historique ou des plans de paysage. L application de localisation des entreprises à l adresse postale sur le territoire de la commune est un des exemples des types de préoccupations et d applications qui émergent aujourd hui dans les villes, et pour lesquelles les BDU sont dorénavant conçues à des fins d aide à la décision en s'appuyant sur des SIG.

La dématérialisation des documents d'urbanisme

La dématérialisation des documents d'urbanisme La dématérialisation des documents Boîte à outils Fiche thématique n 1 PAN ADS Contexte Le document est un outil de connaissance et de planification du territoire. Il définit les principes d'aménagement,

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE VOS CONTACTS : Sandrine LIEBART Conseillère Formation Génie Technique et Ecologique, Systèmes d'information Géographique sandrine.liebart@cnfpt.fr Sylviane BOUGEROLLE

Plus en détail

Licence préparatoire au Master Urbanisme et Aménagement 2014-2015 Responsable : Laurence ROCHER

Licence préparatoire au Master Urbanisme et Aménagement 2014-2015 Responsable : Laurence ROCHER Université Lyon 2 - Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l Art, Tourisme Institut d Urbanisme de Lyon LICENCE GEOGRAPHIE - AMENAGEMENT Parcours AMENAGEMENT ETUDES URBAINES Licence préparatoire

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire

La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire Conférence SIG 2012 - ESRIFRANCE La collecte et la gestion des données dans le cadre de la prospection d énergie solaire Serge MANG-JOUBERT GAIAGO Eric VIDALENC - ADEME 1 Auteurs : Rodrigo MARIONI, Serge

Plus en détail

Master en urbanisme et aménagement du territoire

Master en urbanisme et aménagement du territoire Institut supérieur d'urbanisme et de rénovation urbaine Master en urbanisme et aménagement du territoire L ISURU propose une formation unique de Master en urbanisme et aménagement du territoire (120 ects)

Plus en détail

Le tableau de bord :unoutil pour connaître et comparer

Le tableau de bord :unoutil pour connaître et comparer N 10 - JUILLET 2005 Agglomérations et Pays en Nord-Pas-de-Calais Le tableau de bord :unoutil pour connaître et comparer Au 1 er janvier 2005, 93% de la population du Nord-Pas-de-Calais vit dans une commune

Plus en détail

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Cte 1 2 P 3 s tio T 4 m ilg h trc c n p.o 5 re u fe ro a le tio c M S tw u aa c e O 2 Relation Citoyen Interventions Patrimoine Core Ressources

Plus en détail

La directive inondation

La directive inondation La directive inondation Stratégies locales de gestion des risques d inondation Bassin Seine-Normandie 2013 Les dispositions de la directive européenne sur le risque inondation se mettent progressivement

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Mas du Pont de Rousty 13 200 ARLES

CAHIER DES CHARGES. Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Mas du Pont de Rousty 13 200 ARLES Elaboration d un plan de jalonnement et d un schéma directeur de RIS dans le cadre de la mise en œuvre de la Charte signalétique du Parc naturel régional de Camargue CAHIER DES CHARGES Maître d ouvrage

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

Organiser la commande topographique

Organiser la commande topographique Organiser la commande topographique Henri Pornon et Pierre Reboud Rencontres Décryptagéo, 8 avril 2014 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000 Mâcon Tel : (0)3 85 21 91 91 - fax : (0)3 85

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

Présentation de l application. @ la carte

Présentation de l application. @ la carte Présentation de l application @ la carte 1 PRINCIPES DE L APPLICATION @ la carte La conception de l application @ la carte s est appuyée sur l expertise des professionnels de l assainissement non collectif.

Plus en détail

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer Certu L Enquête Déplacements VILLES MOYENNES Politique des Transports pour voir loin, autant voir clair Avant d engager la collectivité,

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Coopération pour l Information Géographique en Alsace

Coopération pour l Information Géographique en Alsace Coopération pour l Information Géographique en Alsace GROUPE THEMATIQUE CIGAL «SIG ET URBANISME EN ALSACE» FICHE DE CADRAGE Version 1.0 création le 22/02/2010 / dernière modification le 03/03/2010 Projet

Plus en détail

ABIES SIG & Cartographie

ABIES SIG & Cartographie ABIES SIG & Cartographie Novembre 2013 Des outils et des documents de communication incontournables ABIES 7, avenue du Général Sarrail 31290 Villefranche-de-Lauragais Tél. : 05 61 81 69 00 Fax : 05 61

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Aide à la gestion du projet final ISN

Aide à la gestion du projet final ISN Aide à la gestion du projet final ISN 1 - La place du projet dans l ISN «Les activités des élèves sont organisées autour d une équipe de projet dont les tâches sont les suivantes : repérer le besoin ou

Plus en détail

Préparé par Alessandro Candeloro, PNUE / PAM

Préparé par Alessandro Candeloro, PNUE / PAM Rapport de la mission d appui technique dans le cadre du projet ENPI-SEIS à l Observatoire National pour l Environnement et le Développement Durable (ONEDD), Alger, 11-13 Novembre 2014 (version préliminaire)

Plus en détail

Le SIG de la Communauté urbaine du Grand Nancy

Le SIG de la Communauté urbaine du Grand Nancy Le SIG de la Communauté urbaine du Grand Nancy L agglomération nancéienne s est dotée très tôt d un service SIG initié par la ville centre. Histoire et perspectives d un service qui veut se placer au confluent

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004 Rédacteur : Jean-Marc FAUCONNIER - Téléphone : 02 54 51 56 70 e-mail : cdpne@wanadoo.fr FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

La qualité des données, pourquoi fait-elle encore débat? : Une approche pragmatique de la qualité des données en Charente-Maritime.

La qualité des données, pourquoi fait-elle encore débat? : Une approche pragmatique de la qualité des données en Charente-Maritime. La qualité des données, pourquoi fait-elle encore débat? : Une approche pragmatique de la qualité des données en Charente-Maritime mercredi 5 mai 1 1. Syndicat Informatique de Charente-Maritime Présentation

Plus en détail

Etude d opportunité pour la coproduction d une base de données régionale du foncier à vocation économique

Etude d opportunité pour la coproduction d une base de données régionale du foncier à vocation économique Etude d opportunité pour la coproduction d une base de données régionale du foncier à vocation économique Réunion de présentation : 28 octobre 2015 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE

SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SYSTEMES D INFORMATION GEOGRAPHIQUE VOS CONTACTS : Sandrine LIEBART Conseillère Formation Génie Technique et Ecologique, Systèmes d'information Géographique sandrine.liebart@cnfpt.fr Christine JOLLY Assistante

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

Stratégie suisse de cyberadministration («E-Government»)

Stratégie suisse de cyberadministration («E-Government») Stratégie suisse de cyberadministration («E-Government») Adoptée par le Conseil fédéral le 24 janvier 2007 Table des matières Préface... 2 1. Le potentiel de la cyberadministration... 4 1.1 La cyberadministration

Plus en détail

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

Le géomarketing : un outil au service de la connaissance terrain

Le géomarketing : un outil au service de la connaissance terrain Le géomarketing : un outil au service de la connaissance terrain Le géomarketing : un outil de connaissance terrain d'une très grande richesse Où sont précisément implantés mes distributeurs, quel marché

Plus en détail

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Rapporteur : M. Jean-Pierre TAILLARD, Vice-Président Commission n 5 séance des 26/05/04, favorable 23/03/05 et 20/05/05 Bureau séance

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires

NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires SEMESTRE 9 Winter Semester 2014-2015 1/7 Sommaire Percevoir et se représenter le paysage... 3 Politique, économie et droit de l environnement

Plus en détail

Utilisation du modèle relationnel pour la gestion des données utilisées par le CEN LR

Utilisation du modèle relationnel pour la gestion des données utilisées par le CEN LR Utilisation du modèle relationnel pour la gestion des données utilisées par le CEN LR Mise en oeuvre du SI sur la plateforme libre Postgresql / Postgis... Mathieu BOSSAERT CEN LR 2007 Les missions d'un

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. PREAMBULE. a) Le contexte

CAHIER DES CHARGES I. PREAMBULE. a) Le contexte CAHIER DES CHARGES Aménagement d un pôle réunissant commerces de proximité, de services dans le domaine de la santé et d un programme d habitat diversifié. I. PREAMBULE a) Le contexte Suite à la révision

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Axe 1 : ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COMPLEXES Offre de service : ASSISTANCE POUR LA MISE EN PLACE EQUIPE PROJET Appui méthodologique et expertise sur des projets complexes nécessitant des expertises techniques poussées au regard de l évolution des

Plus en détail

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion :

Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : Plan : Introduction. 1- définition du contrôle de gestion. 2) Les différences avec les autres formes de contrôle. 3-les missions du contrôle de gestion : 1-maitrise de gestion, coordination des actions

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

PLU intercommunaux. Retour d'expériences Agglomération bordelaise. A'Urba

PLU intercommunaux. Retour d'expériences Agglomération bordelaise. A'Urba PLU intercommunaux Retour d'expériences Agglomération bordelaise A'Urba Le contexte Une communauté urbaine de 27 communes, formant un tissu continu, traversé par 3 «rocades» des 18, 19 et 20ème siècles

Plus en détail

FSU (section romande) IIGSO 1 SOT - Vaud. Base cadastrale pour plans d'affectation et fichiers informatiques de données d'affectation du sol

FSU (section romande) IIGSO 1 SOT - Vaud. Base cadastrale pour plans d'affectation et fichiers informatiques de données d'affectation du sol FSU (section romande) IIGSO 1 SOT - Vaud Base cadastrale pour plans d'affectation et fichiers informatiques de données d'affectation du sol Procédure d'échanges Recommandations pour l'authentification

Plus en détail

Description de fonction

Description de fonction Description de fonction Agent-e technique en chef - aménagements urbains et paysagers La description de fonction constitue un document de référence qui est susceptible d'être adapté en raison de l'évolution

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

BILAN ACOUSTIQUE D'UNE JOURNEE "EN VILLE, SANS MA VOITURE!" 22 septembre 2000

BILAN ACOUSTIQUE D'UNE JOURNEE EN VILLE, SANS MA VOITURE! 22 septembre 2000 BILAN ACOUSTIQUE D'UNE JOURNEE "EN VILLE, SANS MA VOITURE!" 22 septembre 2000 1. Contexte et objectifs 2. Méthodologie 3. Enquête 4. Cartographie 5. Représentation des gains acoustiques et des signaux

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MAÎTRE D OUVRAGE : CPIE Corte Centre Corse Association A Rinascita 7, rue Colonel Feracci BP 1 20 250 CORTE OBJET :

CAHIER DES CHARGES MAÎTRE D OUVRAGE : CPIE Corte Centre Corse Association A Rinascita 7, rue Colonel Feracci BP 1 20 250 CORTE OBJET : CAHIER DES CHARGES MAÎTRE D OUVRAGE : CPIE Corte Centre Corse Association A Rinascita 7, rue Colonel Feracci BP 1 20 250 CORTE OBJET : Etude de faisabilité d un jardin partagé et pédagogique à Corte Le

Plus en détail

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain

Savoirs de base en sécurité routière mars 2006. Lieux accidentés. Détection et traitement - Milieu urbain et milieu interurbain Sétra interurbain urbain Savoirs de base en sécurité routière mars 2006 Lieux accidentés - Milieu urbain et milieu interurbain Avertissement : cette série de fiches est destinée à fournir une information

Plus en détail

LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS

LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS LE BILAN DE VINGT ANNEES POUR LA PRISE EN COMPTE DE L'ENVIRONNEMENT DANS LES TRAVAUX ET AMENAGEMENTS 1 - A l'origine, l'atelier Central de l'environnement (ACE) 2 - De l'ace à la Sous Direction de l'aménagement

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional.

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional. C. Une nécessaire clarification des règles relatives aux mesures compensatoires Dans le cadre du principe «Eviter Réduire - Compenser», les conseillers rappellent la nécessité de clarifier les règles inhérentes

Plus en détail

SYSTEME D'INFORMATIONS PATRIMOINE VERT (SIPV)

SYSTEME D'INFORMATIONS PATRIMOINE VERT (SIPV) SYSTEME D'INFORMATIONS PATRIMOINE VERT (SIPV) Système d Informations à Référence Spatiale (SIRS) de la biodiversité végétale Module: INVENTAIRE CANTONAL DES ARBRES HORS FORÊTS (ICA) - Guide des procédures

Plus en détail

Projet de système d information géographique partagé pour la gestion intégrée de l Estuaire de Seine (partie aval)

Projet de système d information géographique partagé pour la gestion intégrée de l Estuaire de Seine (partie aval) Valor IG IFREMER Nantes 21.03.2006 Ensemble, comprendre l estuaire Appel à projets pour un développement équilibré des territoires littoraux par une gestion intégrée des zones côtières GIZC Projet de système

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Sciences Humaines et Sociales Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Aménagement du territoire et urbanisme»

Plus en détail

Production SIG des documents d'urbanisme Prescriptions Nationales du CNIG 02 octobre 2013

Production SIG des documents d'urbanisme Prescriptions Nationales du CNIG 02 octobre 2013 Production SIG des documents d'urbanisme Prescriptions Nationales du CNIG 02 octobre 2013 Dominique LEVEQUE Responsable du Pôle Connaissance des Territoires DDT Dordogne dominique.leveque@dordogne.gouv.fr

Plus en détail

Qu est ce que la gestion intégrée des eaux pluviales?

Qu est ce que la gestion intégrée des eaux pluviales? Qu est ce que la gestion intégrée des eaux pluviales? En 2014, le Certu devient la Direction technique Territoires et Ville du Cerema Plan de l intervention 1. D une approche technique sectorielle à une

Plus en détail

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT)

AVIS DU BUREAU POLITIQUE DE LA CRPM (Approuvé par le Bureau Politique de la CRPM 3 juin 2011 Angra do Heroísmo, Açores-PT) CRPMPPP110017 B0 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin 35700 RENNES - F Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax : +

Plus en détail

Utilisation du modèle relationnel pour la gestion des données utilisées par le CEN LR

Utilisation du modèle relationnel pour la gestion des données utilisées par le CEN LR Utilisation du modèle relationnel pour la gestion des données utilisées par le CEN LR Mise en oeuvre du Système d'information sur la plate-forme logicielle libre Postgresql / Postgis... CEN LR 2007 Mathieu

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

Service des Systèmes d Informations

Service des Systèmes d Informations S.I.G Service des Systèmes d Informations Les systèmes d informations représentent les moyens logiciels, matériels, et humains pour permettre aux utilisateurs d'utiliser les ressources informatiques dans

Plus en détail

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH CAHIER DES CHARGES Commune de Lanslevillard MAI 2013 ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH SOMMAIRE 1/ Modalités d intervention

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

LES DIFFERENTS DOCUMENTS PRENANT EN COMPTE L'AMENAGEMENT LOCAL ET L'EOLIEN

LES DIFFERENTS DOCUMENTS PRENANT EN COMPTE L'AMENAGEMENT LOCAL ET L'EOLIEN LES DIFFERENTS DOCUMENTS PRENANT EN COMPTE L'AMENAGEMENT LOCAL ET L'EOLIEN Différentes approches coexistent actuellement sur le territoire breton pour essayer de clarifier et de rationaliser le développement

Plus en détail

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale.

Elles énumèrent les connaissances qui doivent être acquises par les élèves à l issue de la classe terminale. Annexe 5 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Présentation Les technologies de l information et de la communication contribuent à la construction d'une

Plus en détail

La politique de sécurité des infrastructures routières

La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières Rendre l'infrastructure routière plus sûre, c'est améliorer ses caractéristiques techniques,

Plus en détail

Traduire une démarche d évaluation environnementale

Traduire une démarche d évaluation environnementale Fiche pratique 4 Cadrage préalable et évaluation environnementale des documents d urbanisme Traduire une démarche d évaluation environnementale a b c d e f g h i différents éléments attendus du rapport

Plus en détail

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Rapport Septembre 2007 Sommaire Chapitre 1 : Présentation de l outil «Base de donnée» du Pays Marennes Oléron.. p.5 1. Définition et principe...

Plus en détail

PROTECTION ET GESTION DES ESPACES NATURELS EN FRANCE (cadre et critères de sélection)

PROTECTION ET GESTION DES ESPACES NATURELS EN FRANCE (cadre et critères de sélection) PROTECTION ET GESTION DES ESPACES NATURELS EN FRANCE (cadre et critères de sélection) par Jacques LECOMTE, Président du Comité Permanent du Conseil National de la Protection de la Nature Directeur de Recherches

Plus en détail

Informatique et création numérique

Informatique et création numérique Enseignement d exploration en classe de seconde 30 septembre 2015 Groupe de Formation-Action EE ICN Lycée Koeberlé de Sélestat Horaire Objectifs de l enseignement Une dimension interdisciplinaire Perspectives

Plus en détail

LES SOURCES DE DONNEES INSTITUTIONNELLES

LES SOURCES DE DONNEES INSTITUTIONNELLES Il existe de nombreuses sources de données institutionnelles en lien avec les problématiques énergétiques et climatiques. Même si elles ne sont pas forcément exploitables à l échelle d un SCoT, elles peuvent

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Réponse du CESER Alsace

Réponse du CESER Alsace Réponse du CESER Alsace Le CESER représente la société civile organisée. A ce titre il s exprime au nom de l intérêt général de la population civile en Alsace. Les réponses fournies dans ce questionnaire

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Pour un observatoire interministériel cartographique et statistique

Pour un observatoire interministériel cartographique et statistique direction départementale de l Équipement et de l Agriculture Cantal Aurillac, le 17 décembre 2009 Note à l attention de Monsieur le Préfet service de la connaissance et du développement des territoires

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi?

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Guillaume Fantino CNRS-ENS / Environnement, Villes, Société Observatoire des Sédiments du Rhône Plan: Informations

Plus en détail

Maquette numérique. Consultation de soutien à l innovation Février 2013

Maquette numérique. Consultation de soutien à l innovation Février 2013 Consultation de soutien à l innovation Février 2013 Maquette numérique Constitution d un corpus de clauses contractuelles destiné à sécuriser les relations entre les partenaires d un projet conçu en maquette

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN

REPUBLIQUE FRANCAISE - DEPARTEMENT du NORD Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune de WANNEHAIN Enquête publique ayant pour objet la modification du Plan Local d Urbanisme (Arrêté n 09-2013 en date du 22 mars 2013 de Monsieur le Maire de WANNEHAIN) CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Administratif

Plus en détail

UN CONTEXTE AMENANT AU REAMENAGEMENT DES ARRETES DU 7 SEPTEMBRE 2009

UN CONTEXTE AMENANT AU REAMENAGEMENT DES ARRETES DU 7 SEPTEMBRE 2009 Département environnement et développement durable 28 juin 2012 / DP note N 12-7-92 réalisé à partir des éléments du MEDDE et du MASS A l'attention des membres de la CCTR Réunion du 4 juillet Information

Plus en détail

Le plan de gestion jardin FICHE PRATIQUE

Le plan de gestion jardin FICHE PRATIQUE Le plan de gestion jardin FICHE PRATIQUE Définition rapide : Un plan de gestion jardin est un document de programmation qui aide le propriétaire ou le gestionnaire à planifier sur une durée déterminée

Plus en détail

ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE»

ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE» COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX COMMUNE DE BEGLES AQUITANIS ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE» RAPPORT DE PRÉSENTATION 1/6 ZAC QUARTIER DE LA MAIRIE RAPPORT DE PRESENTATION JANVIER 2013 1 PREAMBULE 1.1 Rappel

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique

Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Le projet SIG n'est pas seulement un projet informatique Nadine POLOMBO Ecole polytechnique de l'université de Tours Département Aménagement npolombo@univ-tours.fr Le projet SIG n'est pas seulement un

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2013 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

LIBERATION DES DONNEES GEOGRAPHIQUES A OUAGADOUGOU BURKINA FASO : EXEMPLE DE LA PLATEFORME D INFORMATIONS GEOGRAPHIQUES DE OUAGADOUGOU (PIGO)

LIBERATION DES DONNEES GEOGRAPHIQUES A OUAGADOUGOU BURKINA FASO : EXEMPLE DE LA PLATEFORME D INFORMATIONS GEOGRAPHIQUES DE OUAGADOUGOU (PIGO) Networks and Communication Studies, NETCOM, vol. 27 (2013), n 1-2 pp. 218-223 LIBERATION DES DONNEES GEOGRAPHIQUES A OUAGADOUGOU BURKINA FASO : EXEMPLE DE LA PLATEFORME D INFORMATIONS GEOGRAPHIQUES DE

Plus en détail