parcours client : la nécessité d une stratégie multicanal sans rupture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "parcours client : la nécessité d une stratégie multicanal sans rupture"

Transcription

1 livre blanc - livre blanc - livre blanc - livre blanc - livre blanc - livre blanc - livre blanc parcours client : la nécessité d une stratégie multicanal sans rupture

2 2

3 édito La relation client, c est l ADN du groupe France Télécom Orange. Dès les années 80, avec les numéros verts, nous proposions aux entreprises et aux consommateurs un canal d interaction spécifique et inédit. Aujourd hui, les centres d appels, les serveurs vocaux, le canal Web, l Internet mobile et les réseaux sociaux ont pris le relais. En intégrant chacun de ces canaux de communication à notre offre de services, nous avons constitué un des portefeuilles les plus complets du marché dans le domaine de la relation client multicanal. Plus de entreprises nous font confiance et utilisent nos solutions pour gérer leurs interactions clients en France comme à l international. Chez Orange, le client est une institution : nous savons ce qu il veut et ce qu il vaut. Chaque jour, quelque conseillers et téléconseillers répondent aux sollicitations de plus de 210 millions de clients partout dans le monde. Et ils seront 300 millions en 2015! Le groupe France Télécom Orange fait ainsi partie des principaux acteurs de la relation client en France et dispose d une force d innovation sur ces sujets au travers des Orange Labs. Ce retour d expérience unique, nous le mettons au service des PME, des grandes entreprises comme des administrations, pour les accompagner dans la conception et la gestion de leurs parcours clients au travers de nos offres de services et d un modèle économique adapté. Ce livre blanc s inscrit dans notre engagement d opérateur universel, l engagement d un groupe de services tourné vers une ambition : vous accompagner dans vos projets de transformation et vous en garantir la réussite. Conçu comme une invitation à l échange et au partage d expériences, il contribuera nous l espérons à nourrir votre réflexion et vous ouvrir des horizons nouveaux. Béatrice Felder Directrice du domaine Customer Contact Solutions Orange Business Services Jean-François Colin Directeur Business Development Parcours Client Multicanal Orange Business Services 3

4 sommaire p. 6 préambule p. 7 relation client : vers une nouvelle donne p. 7 un peu d histoire... p. 8 nouvelles technologies, nouveaux usages p. 12 de nouvelles sensibilités p. 13 de nouvelles attentes relationnelles p. 15 les clés d un parcours client réussi p. 15 la réflexion stratégique p. 19 témoignage : le Stade de France p. 20 la mise en œuvre opérationnelle p. 25 témoignage : le groupe Centre-France p. 27 le pilotage de la performance p. 29 témoignage : MGEFI p. 31 témoignage : Webhelp 4

5 p. 32 placer l humain au centre du dispositif p. 33 témoignage : Ociane p. 35 la proposition de valeur d Orange : assurer le lien entre l entreprise et ses clients p. 35 de la valeur à chaque étape du parcours client p. 36 une approche globale p. 38 les atouts d Orange p. 39 témoignage : monbanquierenligne.fr p. 41 témoignage : Foncier Home p. 43 conclusion 5

6 préambule parcours client : des technologies et des hommes Depuis l époque où l achat d un produit se faisait uniquement en boutique, avec l aide d un vendeur, et où il y avait peu de choix, les modes de consommation et de distribution ont bien changé. De nouvelles technologies, des concepts commerciaux et marketing ont fait leur apparition révolutionnant les habitudes des consommateurs et leurs attentes. Plus question d envisager un achat sans passer par Internet, les réseaux sociaux ou un téléconseiller. Le client d aujourd hui est «connecté», participatif et multicanal : il n hésite pas à solliciter l entreprise via plusieurs «filières» pour trouver entière satisfaction. Les entreprises n ont pas d autres choix que de s adapter et de renouveler sans cesse leur relation client face aux dernières évolutions technologiques. En jeu : la satisfaction et la fidélisation des clients. Mais comment être aussi agile que le marché l exige? Quelles sont les bonnes questions à se poser? Comment mettre en place des processus et des solutions technologiques efficaces et adaptés à sa cible? La réflexion en amont impose l articulation d une stratégie multicanal et d un parcours client. Si la stratégie multicanal consiste à déterminer pour chaque point d entrée (Web, centre de contacts, réseaux sociaux, mobiles, site physique), une brique technologique adaptée, le parcours client invite, quant à lui, à une réflexion plus globale sur les outils à mettre en place pendant les trois phases de la relation commerciale entre l entreprise et les consommateurs : la recherche d informations AVANT l achat d un produit ou d un service, l acte d achat lui-même (PENDANT) et le suivi APRÈS l achat. La modélisation de ce parcours impose la recherche systématique d une parfaite fluidité entre les canaux et à l intérieur d un même canal. Le but : proposer une relation client sans rupture et gagner la satisfaction des clients. Car aujourd hui celleci stagne, voire se dégrade. Évolutions, tendances, bonne pratiques : les nouvelles facettes de la relation client se dévoilent à travers ce livre blanc dont l ambition est d être un guide stratégique à l attention de tous les décideurs. Orange Business Services s engage ainsi à mettre en œuvre toutes ses compétences en matière de consulting, de technologies et d expertises métiers et à faire partager son expérience, acquise au cours des projets menées chez ses clients et au sein de ses propres services. PME, grandes entreprises et experts témoignent ici de leur réflexion stratégique et de la mise en œuvre de solutions adaptées à leurs propres parcours clients. La conjugaison des technologies et des hommes se révèle décisive. 6

7 relation client : vers une nouvelle donne un peu d histoire Depuis 60 ans la relation client a considérablement évolué au gré des transformations sociétales, économiques et technologiques. Dans les années 50, la relation entre une entreprise et ses clients avait lieu essentiellement en face à face, sur le point de vente. À cette époque, les monopoles étaient légion et les clients n avaient que peu de choix en termes de produits ou services. Au cours des décennies 60 / 70 les entreprises sont passées à une production plus intensive et sont véritablement entrées dans une logique de conquête de parts de marché. La grande distribution voit le jour et avec elle la consommation de masse. Il faut attendre les années 80 pour voir émerger le concept de relation client. Les premières bases de données clients apparaissent et les entreprises adoptent véritablement une approche de marketing produit. C est l ouverture des premiers centres d appels qui s imposent rapidement comme le deuxième canal d interaction entre les consommateurs et les entreprises. Dans les années 90, les services clients prennent une place prépondérante dans les organisations. La satisfaction client devient un objectif stratégique. La course au prix et à la valeur des produits et services est lancée. Avec les années 2000, l Internet révolutionne l économie et les usages. On assiste à l émergence d un troisième canal d interaction majeur. Une vraie rupture s opère dans la relation client. Les consommateurs ont désormais l opportunité de se renseigner plus facilement sur les produits, de comparer les prix avant d entrer en contact avec les marques de leur choix, et ce, par-delà les frontières. Parallèlement à l Internet, le mobile s émancipe, notamment au travers d usages nouveaux tels que le SMS. Les entreprises renforcent leurs stratégies de segmentation et de fi délisation grâce au marketing dit «pull». 60 ans de révolution du «one to one» vers le B to B to C + - implication du consommateur/citoyen le non choix one to one les années 50 et avant... la conquête de PDM production de masse années le marketing produit concept de relation client années 80 la course au prix et à la valeur la satisfaction client années 90 + fidélisation et segmentation client marketing «pull» années social network et demain... client ? 2005 à... 7

8 Depuis 2005, l Internet mobile, l arrivée des smartphones, des réseaux sociaux et, plus récemment, des tablettes, sont venus à leur tour révolutionner les usages de la relation client. Toujours plus de modes d accès à l entreprise qui constituent une nouvelle donne, et qui se présentent avec leurs risques et leurs opportunités. nouvelles technologies, nouveaux usages une génération connectée et participative L Internet et la téléphonie mobile ont pris une place prépondérante dans les usages au quotidien. Les chiffres parlent d eux-mêmes : Au 31 mars 2011, on comptait en France pas moins de 21,8 millions d abonnés à l Internet haut débit et 65,5 millions d abonnés à la téléphonie mobile soit un taux de pénétration supérieur à 100 % 1! Sur ce même mois de mars 2011, 16,1 millions de personnes se sont connectées à l Internet mobile, soit 27 % de plus que l année précédente. Ce sont désormais 37 % des utilisateurs de téléphone mobile qui se connectent à des sites, portails ou applications mobiles. Une pratique croissante que l on doit en grande partie à l augmentation du nombre de smartphones : près d un utilisateur de téléphone mobile sur trois en possède un, soit trois fois plus qu il y a deux ans 2. Sur les ventes de terminaux de nouvelle génération, la progression est très forte également pour les tablettes tactiles. Entre janvier et mai 2011, le taux d équipement a connu une croissance de 100 % par rapport à l année précédente 3. Autres enseignements intéressants : 21 % des personnes équipées d un smartphone ou d une tablette numérique l ont déjà utilisé pour réaliser un achat en ligne, 40 % de détenteurs de smartphones se sont déjà connectés à Internet en magasin pour comparer leurs informations avec celles du vendeur et 75 % des possesseurs de tablette numérique se déplacent hors de leur maison avec leur tablette 4. Et les analystes s accordent à dire qu en 2014 il y aura plus de connexions à l Internet via des objets nomades que via des ordinateurs fixes. L autre grand bouleversement des comportements lié aux technologies est sans conteste l avènement des réseaux sociaux. Facebook, Twitter et les autres forums ou réseaux communautaires voient le nombre de leurs membres progresser de façon constante. À fin juin 2011, Facebook franchissait la barre des 750 millions d utilisateurs dans le monde, dépassant ainsi Google en audience. Twitter, pour sa part, affiche déjà 305 millions de comptes 5. En France, selon l Observatoire Ifop des réseaux sociaux, 78 % des internautes se déclarent membres d au moins un réseau social! Et en moyenne, un internaute serait membre de 2,9 réseaux sociaux. Une tendance participative qui impacte directement la relation entre les consommateurs et les entreprises quand on sait que deux internautes sur trois donnent leur avis en ligne sur les produits et services qu ils consomment 6, que près d un message sur cinq posté sur Twitter concerne des marques 7, et qu aux États-Unis, 65 % des internautes se déclarent intéressés 1 Source : ARCEP, mars Source : 3 Source : Ėtude GFK pour Les Ėchos, mai Source : Le Podium de la Relation Client 2011 BearingPoint / TNS Sofres 5 Source : Twopchart, juin Source : Baromètre Fevad / Médiamétrie / NetRatings, juin

9 pour participer à l élaboration de nouveaux produits. Notons enfin que le panier d achat d un consommateur «contributeur» est 25 % plus élevé que le panier moyen 8. Les réseaux sociaux favorisent ainsi un «bouche-à-oreille» bien plus efficace et plus viral que par le passé. Un outil à double tranchant pour les entreprises : si un avis positif sur un produit est rapidement diffusé auprès d une large communauté, les ventes de ce produit peuvent littéralement s envoler. A contrario, dans le cas d un avis négatif, l effet destructeur s en trouve décuplé! la «culture Y» change la donne Le terme «génération Y» désigne d un point de vue sociologique l ensemble des personnes nées entre le début des années 1980 et le milieu des années Il tire son nom de la génération précédente, nommée génération X. Les anglo-saxons utilisent également l expression digital natives ou net generation pour souligner le fait que ces enfants ont grandi avec un ordinateur personnel et Internet. Et forcément, leur relation au monde de l entreprise en a été bouleversée. La «génération Y» est devenue le symbole des comportements des consommateurs d aujourd hui. les quatre caractéristiques de la «culture Y» individualisme : volonté de reconnaissance de l individualité. impatience : obtenir une réponse rapidement mais surtout être pris au sérieux. interconnexion : être connecté sur les réseaux sociaux mais dans la vie réelle aussi en s ouvrant aux émotions. inventivité : proposer de nouvelles orientations créatives. Source : Benjamin Chaminade, consultant en management des consommateurs naturellement multicanal L usage répandu de ces technologies rend le client naturellement multicanal, c est-à-dire qu il utilise plusieurs canaux pour interagir avec l entreprise ou obtenir tout simplement une information. La notion de consommateur purement «Internet» ou purement «téléphone» n existe pas. Les préférences relationnelles propres à chacun s adaptent aux dispositifs proposés par les entreprises ou les administrations, donnant lieu à des parcours clients de plus en plus complexes. On pourrait illustrer un parcours typique ainsi : le client s informe en premier lieu sur Internet, puis se déplace en boutique, avant de revenir comparer les prix sur Internet, et lorsqu il se décide à acheter, il appelle le call center pour plus d informations. Sur un plan statistique, une étude a montré qu en moyenne, en 2010, un client a eu recours à un service client via 3,6 canaux différents (contre 2,6 en 2009) 9. Les principaux canaux d un parcours client restent le téléphone pour la première prise de contact (41 %), le face à face pour l acte d achat (42 %) et à nouveau le téléphone pour le support et les réclamations (57 %), même si 7 Source : Ėtude publiée par le Journal of The American Society For Information Science And Technology 8 Source : Baromètre Fevad / Médiamétrie, juin Source : BVA, septembre Source : Markess, octobre Source : Baromètre annuel Fevad / Médiamétrie / NetRatings, juin

10 l se développe (17 %) 10. Quant à Internet, il n est pas en reste. Une autre étude récente montre à quel point il est devenu le média incontournable pour démarrer son parcours client puisque parmi les internautes français, 81 % 11 préparent leurs achats sur la toile. des comportements différents face aux technologies Face à la diversité des canaux proposés, les comportements ne sont pas les mêmes pour tous. Si Internet répond aux attentes d information des clients, il ne convainc pas encore la totalité d entre eux et ne remplace par les moyens d interaction plus classiques. Certes, une grande majorité d internautes prépare ses achats sur le Web, mais ils restent 53 % à le faire avant d acheter en magasin. Les relations en face à face, canal le plus traditionnel de la relation client, sont ainsi loin d être devenues «has been». Certains les privilégient pour l expérience relationnelle, d autres pour s assurer d une expertise et de compétences pointues. Comment segmenter la clientèle dans ce contexte? Les clients ne peuvent pas se caractériser par une classification socioculturelle. On peut toutefois distinguer deux grandes catégories : les traditionnels et les modernes 12 (voir page ci-contre). La rupture entre ces deux groupes s opère sur l aspect technologique et non pas générationnel. Deux imaginaires techniques, synthétisés dans les tableaux suivants, caractérisent aujourd hui les clients. les «techno funs» pas si fun! En dépit d une technophilie enthousiaste, le groupe «techno fun» manifeste une large préférence pour le face à face. Ce qui conduit à penser que la relation et l adoption des canaux est aussi une question de pouvoir. Même si une technologie est perçue favorablement parce qu elle est utile, facile d accès, amusante, qu on lui attribue une présence sociale ou humanité forte, elle peut très bien ne pas être utilisée car elle n est pas légitime pour le consommateur. Les jachères relationnelles, si elles sont le fait de l entreprise, peuvent aussi être celui du client. 12 Source : Étude Nexstage / AFRC / Orange Business Services, mai

11 les classes de «modernes» 48 % expert et technophile utilisateur des réseaux sociaux (plus de 50 amis sur Facebook) tchate souvent sur Internet intéressé par les nouvelles technologies, les innovations et par les nouveaux modes de contact techno - autonome - web techno - efficace - tél techno fun - face jeune découverte - tél autonome autonome demandeur de conseil demandeur de conseil attente forte d efficacité (exigeant) attente forte d efficacité (exigeant) forte intensité relationnelle & négociateur forte intensité relationnelle & négociateur distant (méfiant) faible intensité relationnelle canal de préférence : web distant (méfiant) faible intensité relationnelle & négociateur canal de préférence : téléphone attente forte d efficacité (exigeant) valorise le rapport à l humain canal de préférence : face à face non exigeant valorise le rapport à l humain canal de préférence : téléphone 17 % 16 % 8 % 7 % les classes de «traditionnels» 44 % technophobe ne souhaite pas de smartphone, envoie rarement des SMS et n a pas accès à Internet sur son téléphone se connecte rarement sur des sites communautaires considère les nouvelles technologies comme un risque d abus, de dépendance, et comme un effet de mode sans intérêt traditionnel demandeur de conseil valorise le rapport à l humain faible intensité relationnelle canal de préférence : face à face traditionnel impliqué demandeur de conseil valorise le rapport à l humain forte intensité relationnelle canal de préférence : face à face traditionnel distant distant (méfiant) faible intensité relationnelle canal de préférence : téléphone 20 % 16 % 8 % retrouvez les conclusions de l étude Source : Étude Nexstage / AFRC / Orange Business Services, mai

12 de nouvelles sensibilités Au-delà des technologies, deux grandes tendances caractéristiques de notre époque influencent les modes de consommation. Des sensibilités qui doivent être prises en compte par les entreprises dans leur relationnel client. développement durable et responsabilité d entreprise Cette première tendance regroupe tout ce qui a trait au développement durable, à l éthique et à la responsabilité d entreprise. Les clients sont beaucoup plus attentifs qu auparavant aux actions des entreprises en faveur de l environnement ou de la société et n hésitent plus à considérer les dimensions environnementales ou éthiques comme moteur de décision. D après les résultats de l étude menée par Ethicity en 2010 sur «Les Français et la consommation durable», plus de 70 % d entre eux considèrent le développement durable comme une nécessité et 60 % déclarent ainsi avoir changé leur comportement en sa faveur. En d autres termes, les consommateurs, de plus en plus exigeants, attendent de l entreprise qu elle s engage en mettant en place des actions concrètes, cohérentes et visibles en termes d engagement social, d écologie, de santé, de bien-être et d éthique. Ces attentes et cet a priori favorable sur ce type d action se manifestent bien que les consommateurs soient conscients que les démarches des entreprises ne sont pas dénuées d intérêt économique. Mais ils apprécient malgré cela les actions menées par les enseignes, car non seulement ces actions valorisent l image de l enseigne, mais aussi, par extension, celle du consommateur qui la fréquente. Un constat important, car contrairement peut-être à certaines idées reçues, c est bien la population française dans son ensemble qui répond favorablement aux préoccupations environnementales sans distinction de sexe, d âge ou de classe sociale 13. l image devient incontournable «Aujourd hui, c est le consommateur qui impose sa demande. Il utilise les comparateurs pour choisir les meilleures offres, parcourt les réseaux sociaux pour se forger son opinion sur un produit Il prend le pouvoir en parallèle de la marque ; à elle d inverser la tendance.» Éric Dadian, Président de l AFRC Dans la construction de son parcours client, l entreprise doit intégrer une autre dimension importante : le rapport des individus à l image. Celui-ci a clairement évolué. Si l audiovisuel, via la télévision, tient une place prépondérante dans nos vies depuis des décennies, la multiplication des écrans en tous lieux modifie considérablement la sensibilité des consommateurs face à l information. Au domicile, en mobilité ou en points de vente, la vidéo est partout. à lui seul, le phénomène YouTube illustre l appétence du public pour les contenus vidéo. Plus de 48 heures de vidéos sont mises en ligne chaque minute sur ce site qui annonce également 3 milliards de vidéos visionnées chaque jour. Quand on sait que l intention d achat progresse généralement dans le cas d une expérience Web positive, il est de bon ton de proposer des contenus en ligne enrichissants et variés. Et l image doit y tenir une place primordiale. Nous sommes aujourd hui dans l ère de «l ego-casting», où l image joue un rôle décisif dans le processus de décision. Selon l EBG, l vidéo permettrait par exemple de générer des taux de réactivité multipliés par cinq, pouvant atteindre jusqu à 30 %. La vidéo devient un passage obligé! 13 Source : Risc International et winplanet.org,

13 de nouvelles attentes relationnelles Toutes ces évolutions dans les comportements et les usages ont une conséquence : les clients n ont plus les mêmes attentes relationnelles. Ce qui caractérise les consommateurs en premier lieu, c est qu ils sont devenus exigeants et impatients. Habitués dans leurs usages personnels à une rapidité de l information et de la communication, ils ne tolèrent plus d attendre la réponse ou le service qu ils souhaitent, quel que soit le canal. En tête de leurs revendications concernant leur relation à un service client, les consommateurs placent la compétence (66 %) et l efficacité (63 %). Deux exigences suivies de près par des attentes de type «relationnelles», telles qu une attitude bienveillante (44 %), de la disponibilité (44 %), et le fait d avoir une relation facile (39 %) 14. La conséquence directe de ces chiffres, c est la remise en question par les consommateurs des services clients en mode «self-service» : serveurs vocaux interactifs, FAQ ou bornes d information en points de vente, etc. Ils peuvent s avérer lassants pour des clients qui n auraient pas d autre alternative dans leur parcours. D autre part, il ressort que les préférences des canaux sont également largement dictées par des contraintes de disponibilité. Les canaux à distance, qui font appel à une grande expertise ou tout au moins à l autonomie des clients, ne répondent qu en partie aux demandes relationnelles de toute une catégorie de clients, même technophiles. En point de vente, les clients attendent aussi un service rapide et personnalisé avec notamment la possibilité de payer leurs achats directement auprès du vendeur (65 %) 15. la satisfaction client stagne «Les études démontrent que la satisfaction client stagne. Mais que faut-il entendre par satisfaction? Parler de satisfaction standard a peu de sens. Avant, sur une échelle de 1 à 10, les consommateurs attribuaient facilement un 7 pour une relation sans problème. C est ce que l on appelait le ventre mou. Mais aujourd hui ils tendent plutôt à mettre un 5 quand rien ne se passe avec la marque. Les consommateurs arrêtent de juger positivement une marque uniquement parce qu ils n ont pas de problème avec elle. La satisfaction diminue dans son intensité. Les exigences évoluent et les comportements se radicalisent. La part des 9 et 10 d un baromètre correspond aux clients enchantés (cf. p.18). Les marques qui atteignent ce niveau, à un moment du parcours client, ont fait un pas de plus dans l attachement du client à la marque. Mieux vaut viser les 9 et 10 sur quelques items qu un 8 sur l ensemble.» Laurent Kollen, Directeur associé de KP/AM, un cabinet de conseil en marketing et relation client 14 Source : Étude Nexstage / AFRC / Orange Business Services, mai Source : Ifop, juin

14 prendre conscience de la valeur du service client «La satisfaction des consommateurs se dégrade car toute la chaîne des parties prenantes ne prend pas conscience de la valeur du service. Quand le service est présenté comme gratuit, il s en trouve dévalorisé et le service devient in fine de moins en moins compétent Cette spirale négative incitera à terme le client à se détourner de la marque. Pour créer un attachement à la marque, il faut assurer un service de qualité avec un prix juste et une rémunération intéressante pour les téléconseillers. Nous n y sommes toujours pas aujourd hui.» Éric Dadian, Président de l AFRC 14

15 les clés d un parcours client réussi Pour s assurer un taux de satisfaction client et de fidélisation élevé, les entreprises doivent tenir compte de toutes ces évolutions technologiques et comportementales. Une adaptation qui impose de repenser leurs stratégies de parcours clients et leur organisation. la réflexion stratégique La relation client peut se résumer à la combinaison d un parcours client et d une stratégie multicanal. La stratégie multicanal détermine pour chaque point d entrée (Web, centre de contacts, réseaux sociaux, site physique, mobile ) une brique technologique adaptée pour un parcours fluide et sans rupture. Dans un parcours client, plusieurs étapes se succèdent : la recherche d information, l achat, la gestion de son compte, le service après-vente, le renouvellement, la résiliation La réflexion autour du parcours client doit intervenir en amont de la stratégie multicanal. Avant d envisager une solution technologique, une seule question doit être posée : à quelle attente du client le service va-t-il répondre? Cette réflexion n implique pas systématiquement la remise en question de tous les outils en place. Par exemple, prioriser les appels n implique par un raisonnement technologique mais une approche organisationnelle adaptée en fonction de la disponibilité et de la flexibilité des compétences dans l entreprise. la modélisation du parcours client Penser «parcours client», c est répondre par exemple à la question : comment représenter les interactions entre mes clients et mon entreprise dans une vision avant / pendant / après l achat? Il existe quatre grandes phases dans la conception des parcours clients : modéliser son parcours client rendre son parcours client opérationnel faire évoluer ou créer les processus associés construire ou faire évoluer les modes opératoires 15

16 Pour modéliser un parcours client, il faut : détailler les différentes phases du parcours client (achat, besoin d aide ), lister les «moments de vérité», identifier les attentes clients, pour chaque attente, associer un service et une solution technologique. Le logigramme obtenu à l issue de cette réflexion permet de mettre en place, pour chaque service proposé, des processus métiers adéquats (voir ci-contre). Le parcours client doit impérativement s inscrire dans une boucle d amélioration continue, c est-à-dire s adapter continuellement aux nouveautés de l environnement technologique et concurrentiel. Il y a quelques mois, personne ne parlait de tablette numérique, aujourd hui, elle devient un canal supplémentaire : le parcours client doit intégrer cette souplesse en permettant par exemple de la flexibilité au niveau du poste de travail. Les entreprises sont bien souvent confrontées à des problématiques d intégration, de conduite du changement, de gouvernance et d amélioration des processus qui les empêchent d adapter leur parcours client multicanal aussi rapidement que l environnement l exigerait. adapter le parcours à la courbe d émotion Le concept de «courbe d émotion» part d un constat simple : plus l émotion pour le client est forte, plus l entreprise doit le rassurer. Plus l émotion est faible, plus l entreprise doit l attirer vers elle. Dans l idéal, il faut donc proposer des services adaptés à chaque étape de la courbe d émotion et du parcours client pour créer un lien entre les émotions du client et l entreprise (voir ci-contre). 16

17 la modélisation du parcours client étapes client moments de vérité attentes clients proposition de services je cherche un produit bancaire / d assurance et j achète j informe ma banque avoir un accès rapide à ma déclaration sinistre n court / espace client web je gère mon produit je demande une indemnisation suite à un accident auto j obtiens un véhicule de prêt bénéficier d un haut niveau d attention dès le 1 er contact aiguillage vers compétences spécifiques et clarté des étapes à venir je modifie mon produit une expertise est menée être rapidement pris en charge après l accident widget de suivi par étape de résolution du sinistre je demande un produit additionnel mon véhicule est réparé je demande une attestation ma demande est traitée je résillie mon produit bancaire / d assurance je renouvelle mon produit bancaire / d assurance parcours client : créer le lien et les émotions dans les principales étapes de l expérience client + émotion en mobilité temps - durée 1. j échange avec ma communauté 2. j appelle un n accueil 3. je prépare ma démarche, je me renseigne 4. je cherche une agence la plus proche, je reçois des information sur mon mobile 5. je suis reconnu : je me fais guider dès l entrée de l agence 6. je consulte les écrans d information dynamiques 7. je m identifie avec mon mobile 8. je reçois un SMS de confirmation de dossier complété 9. je consulte la Web TV associée aux prestations qui m intéressent 10. je donne mon avis sur le service, l accueil et les prestations 17

18 le point de vue de Laurent Kollen, directeur associé du cabinet KP/AM* et auteur de nombreuses études sur «l enchantement relationnel» À partir d analyses linguistiques poussées sur la grogne des clients (à travers les réclamations de type et lettre) et de baromètres de satisfaction client orientés sur les extrêmes les très satisfaits et les très mécontents, un constat apparaît : les raisons qui expliquent l insatisfaction et la satisfaction du client nous éclairent sur la manière dont les clients jugent les marques et dévoilent les véritables attentes vis-à-vis d elles. Nous avons donc porté notre attention aussi sur «l hypersatisfaction», sur «l enchantement» seuls capables de combattre le climat de défiance des clients vis-à-vis des marques. quel intérêt pour l entreprise? Quand on parle aux entreprises d enchanter les clients, elles rétorquent souvent que l urgence est avant tout de les satisfaire. Mais elles se trompent dans leur raisonnement. Pourquoi? Car c est minimiser le phénomène Internet. Le consommateur d aujourd hui n accorde plus une confiance aveugle aux marques comme c était le cas dans le passé. Lorsqu il recherche une information fiable, il fait appel à ses amis et consulte les forums et autres réseaux sociaux. Aujourd hui, rares sont les achats qui se font sans consultation de l Internet. Le consommateur / internaute qui témoigne de son expérience est réécouté car il est réputé neutre, non partisan, même si pourtant on ne sait rien de lui. On observe que les consommateurs qui parlent sur le net le font parce qu ils ont quelque chose à dire. Ils ont cette énergie parce qu ils sont soit très mécontents, soit enchantés. Donc, seuls les clients «enchantés» iront témoigner positivement de leur expérience avec la marque. Enchanter les clients, c est se donner la chance de faire parler de son entreprise en positif sur le Web. C est un vrai enjeu pour les marques : elles doivent chercher à se différencier sur ce terrain. quels sont les grands leviers de l enchantement? Sur consommateurs interrogés sur leur expérience la plus positive avec une marque (dans un panel représentatif de la population française), 50 % citent la relation client. La bonne affaire (16 %) et la qualité du produit (14 %) arrivent en deuxième et troisième position. La relation est le seul élément capable de restaurer la confiance entre la marque et le consommateur. La qualité du produit ne suffit pas et la qualité de la relation est clé. C est elle qui va créer l attachement à la marque. * KP/AM est un cabinet spécialisé sur l analyse des verbatims clients 18

19 témoignage le Stade de France met du service dans sa relation client Si le Stade de France souhaitait dans un premier temps renforcer la sécurité de son site avec un système de contrôle d accès puissant, la dimension «parcours client» s est concrétisée rapidement. Une question pour guider la réflexion : comment valoriser au maximum les moments d émotion? courbe d émotion du Stade de France je m informe et j achète je m oriente je suis acceuilli sur le site je me prépare à l événement je vis l événement je continue à vivre l événement je quitte le site je garde contact Web TV info flux RSS NFC ticketing contrôle d accès tests NFC TV dans les loges et zones interactives après-match - visites backstage réalité augmentée Web TV retour d expérience Quand Orange Business Services répond à l appel d offres du Stade de France, l opérateur se fixe un objectif ambitieux : créer un stade interactif et participatif dans le cadre d un contrôle d accès enrichi et sécurisé, et faire du mobile un vecteur d émotion. Le projet prévoit même, lors d une seconde étape, de recourir à la technologie «sans contact» (Near Field Communications, NFC). L approche d Orange séduit. La solution est mise en production en mai 2008, testée dès le mois de décembre de la même année et totalement opérationnelle depuis fin le contrôle d accès : une étape du parcours client Au stade, l expérience du spectateur débute dès la phase d achat du billet et se termine à son retour chez lui. L enjeu pour le Stade de France devient alors de créer un véritable voyage interactif en mettant à sa disposition un support identique pour l achat du billet, le merchandising et la restauration. Depuis juillet 2010, un système de billetterie totalement dématérialisée accessible depuis le site permet au spectateur d acheter son billet, où qu il se trouve s il dispose d une connexion Internet. Plus de billets dématérialisés ont déjà été vendus par ce biais «ce qui représente une croissante forte dans la mesure où nous sommes passés de 3 % de billets vendus à 10 %», témoigne Damien Rajot, directeur commercial grand public du Stade de France. créer une relation directe avec le spectateur Autre innovation : aider les comités d entreprises à distribuer eux-mêmes leurs billets et pouvoir les personnaliser nominativement. «Notre système d information est devenu global afi n de prendre en compte non seulement la vente de billets mais surtout la relation avec le spectateur», explique le directeur commercial. Dans cette optique, une Foire Aux Questions (FAQ) dynamique a été mise en place. L idée : formaliser les échanges, les questions et les réponses et remonter systématiquement les questions les plus fréquemment posées dans les premiers résultats. Le site Internet offre aussi des espaces d expression aux émotions des spectateurs pour intensifi er l interactivité et l expérience. À terme, d autres services devraient voir le jour notamment via le téléphone mobile : achat de billets, accès au stade, informations diverses sur l emplacement des points de restauration jusqu au paiement de son sandwich avec son portable! retrouvez ce témoignage en vidéo sur votre mobile vu sur BFM Business TV 19

20 la mise en œuvre opérationnelle adapter l organisation, les processus métiers et l architecture front / middle / back office (FMBO) Une fois les parcours clients définis, il convient de mettre en place les processus métiers et une organisation des ressources adaptées. Formation des conseillers aux nouveaux outils, création de nouveaux profils métiers, transformation du poste de travail, accompagnement au changement, entre autres, sont à envisager. Parce que les attentes des clients évoluent en permanence, la relation client implique des organisations et des processus «agiles» et évolutifs. Alors qu hier encore, leur travail se limitait au traitement des appels et des courriers, les centres de relation client doivent aujourd hui non seulement traiter les appels mais aussi répondre à des s, participer à des sessions de chat, prendre des appels en visioconférence, etc. Les conseillers doivent donc monter en compétence afin de répondre à des clients de plus en plus éclairés et exigeants, et offrir un service client de meilleure qualité. Cela doit s appuyer sur de la formation et sur une évolution des outils mis à disposition des conseillers (vue 360, bases de connaissances plus élaborées, outils analytiques en temps réel et différé, outils d aide à l argumentation, outils de suivi du parcours). La palette des possibilités d entrer en contact avec l entreprise s élargissant, les processus à mettre en place doivent évoluer. La direction des systèmes d information (DSI) joue un rôle clé dans l interopérabilité des solutions technologiques choisies. Elle est le garant du bon fonctionnement technique de l ensemble du parcours client. Autre point majeur que les entreprises doivent prendre en compte : l architecture technique et fonctionnelle. Socle de toute mise en œuvre opérationnelle, elle est généralement composée de trois couches interconnectées entre elles : le front office, qui intégre les interfaces clients (poste de travail multicanal, centre de contacts, site Web, site physique, réseaux sociaux, etc.). le middle office, qui intégre le CRM, les processus métiers, les Web services, le catalogue de services, etc. le back office, qui intégre tout le système de production dans le système d information. Historiquement, les architectures techniques ont eu tendance à se superposer dans les entreprises, avec une architecture front / middle / back office (FMBO) propre à chaque canal. Pour mettre en œuvre une stratégie multicanal qui garantisse la fluidité des parcours clients, il apparaît nécessaire de s affranchir de ces architectures en silos pour s orienter vers une architecture en couches, où les front, middle et back office de chaque canal soient homogénéisés et s appuient sur une architecture commune. Être présent sur les canaux de la relation client, c est bien mais anticiper les flux c est encore mieux! Au lancement d une nouvelle offre sur le marché, l estimation du volume d appels et des ressources induites s impose. L enjeu : éviter la saturation du service qui serait facteur de découragement pour les consommateurs. L externalisation d une partie du service vers des plates-formes spécialisées est parfois un passage obligatoire. Dans tous les cas, l organisation de l entreprise face à ces flux s avère stratégique, tant en termes d image que de satisfaction client. 20

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together.

Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante. Delivering Transformation. Together. Réussir la transformation. Ensemble. Les défis de l expérience client différenciante Delivering Transformation. Together. Sopra Steria Consulting est l activité Conseil du Groupe Sopra Steria. Présent

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

Vous proposez une franchise

Vous proposez une franchise Vous proposez une franchise L une de vos principales problématiques de communication est de réussir à allier : communication «globale» : Avec un impact fort, elle permet de maîtriser l image globale de

Plus en détail

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment?

Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Etre visible sur internet : Pourquoi? Comment? Nemours 09 juillet 2015 Noémie Reynard Chargée de mission Tourisme et Développement Durable CCI Seine-et-Marne Direction Commerce-Tourisme Etre visible sur

Plus en détail

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce

Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Assurance et Protection sociale Les enjeux du Digital Commerce Sortir des murs, démultiplier les contacts 2013 T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons nos Talents 1 Introduction Entre discours incantatoires

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics 4, rue Saulnier 75009 Paris France Phone : +33 (0)1 42 29 88 80 RCS Paris 513 530 469 www.ysthad.fr Contact : Christophe Ralle 1 L

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

Move to Service Move to Digital. Secteur Assurance

Move to Service Move to Digital. Secteur Assurance Offre Mobilité Move to Service Move to Digital Secteur Assurance L offre Mobilité de ZELIE s articule autour : Des Solutions Think IT Transformation IT Run IT Sommaire Introduction : le digital et le service,

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2010

DOSSIER DE PRESSE 2010 DOSSIER DE PRESSE 2010 CONTACT PRESSE Virginie DEBUISSON v.debuisson@valeurdimage.com 04.76.70.93.54 Caroline MARTIN c.martin@valeurdimage.com 06.76.81.20.21 www.mootwin.com SOMMAIRE 3. MOOTWIN, lance

Plus en détail

Dématérialisation et mobilité

Dématérialisation et mobilité Dématérialisation et mobilité Comment gérer le dernier maillon du processus? 1 LA DEMATERIALISATION, UN ENJEU ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE La dématérialisation n est pas un sujet nouveau pour les entreprises,

Plus en détail

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet?

Introduction Pourquoi être présent sur Internet Comment démarrer son site Internet? Comment choisir son prestataire pour créer son site Internet? 1 Sommaire Introduction... 3 Pourquoi communiquer?... 3 Communication et Internet... 3 Les objectifs de ce Livre Blanc... 3 Pourquoi être présent sur Internet?... 4 Contexte, marché... 4 Internet, 1 er

Plus en détail

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs?

Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? Les moments de vérité dans la relation client : quelles opportunités de croissance pour les assureurs? *La haute performance. Réalisée. Méthodologie de l étude Basée sur un questionnaire construit avec

Plus en détail

Informatique Mobile Offre technologique

Informatique Mobile Offre technologique Offre technologique Sommaire Introduction Informatique Mobile Définition Marché Tendance Présentation de l offre L offre Les avantages Valeur ajoutée Références Conclusion Annexe: Groupe GFI Informatique

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Tourisme : cap vers le Web 2.0

Tourisme : cap vers le Web 2.0 Tourisme : cap vers le Web 2.0 Aujourd hui et Demain Orléans 27 novembre 2007 www.detente.fr p.viceriat@detente.fr Qu est est-ce que le Web 1.0? Le Web 1.0 est une manière simple et économique de mettre

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Eléments clés d une Stratégie Omni canal

Eléments clés d une Stratégie Omni canal Eléments clés d une Stratégie Omni canal Pascal BIZZARI, Groupe AVISIA Conseil en stratégie marketing relationnel Préambule Pourquoi une tribune aujourd hui? Fondé en 2007 le Groupe AVISIA est un acteur

Plus en détail

dossier de presse Orange Business Services

dossier de presse Orange Business Services dossier de presse Orange Business Services mobilité, internet, réseaux sociaux : la relation client transformée septembre 2011 contacts presse : Hélène DOS SANTOS 01 44 37 65 56 helene.dossantos@orange.com

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

Économie et réseaux sociaux

Économie et réseaux sociaux Économie et réseaux sociaux Forum financier belge Louvain-la-Neuve 23/10/2012 Économie et réseaux sociaux Olivier de Wasseige @defimedia.be Plus de 7 internautes sur 10 sont membres d au moins un réseau

Plus en détail

Marketing touristique mobile

Marketing touristique mobile Marketing touristique mobile Les solutions mobiles plurisectorielles déclinables dans le secteur des loisirs et du tourisme Olivier Boursier Alp Evasion OT Villard de Lans Principes Sémantique : marketing

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Les Franciliens changent, le Crédit Agricole d Ile-de-France aussi

Les Franciliens changent, le Crédit Agricole d Ile-de-France aussi Les Franciliens changent, le Crédit Agricole d Ile-de-France aussi Dossier de presse Novembre 2014 Contacts presse : Profile PR Olivia Chabbert - ochabbert@profilepr.fr Claudia Roux - croux@profilepr.fr

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 Avant-propos Préface Introduction XV XVII XXI Partie I Les enjeux 1 Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 1. Une nouvelle ère du développement économique 3 1.1. La digitalisation de l économie

Plus en détail

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers Kerensen for Retail & Luxe + 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers CCAN Founding Member L'évolution des profils consommateurs et des modes de consommation est progressivement en train de transformer

Plus en détail

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie

Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Les 5 étapes clés d une stratégie d optimisation online réussie Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Livre Blanc Nov 2015 www.maxymiser.fr À l heure où le mobile est devenu monnaie courante et les services

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Accélérateur de croissance DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 Contact presse : Johann Fourmond Tél. : 02 99 65 05 47 - Port. : 06 07 89 09 44 j.fourmond@releasepresse.com Sommaire Communiqué de presse p 3-4

Plus en détail

Animation. Programme. Numérique de Territoire. Forums et Ateliers. numériques

Animation. Programme. Numérique de Territoire. Forums et Ateliers. numériques Animation 2015 Numérique de Territoire Programme Forums et Ateliers numériques Châtaigneraie Cantal F O R U M S ATELIERS ACCOMPAGNEMENT NUMERIQUE ANIMATION NUM EN CHÂTAIGNERAIE CANTALIENNE Nos forums et

Plus en détail

COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER?

COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER? COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER? COMMENT UTILISER LES RESEAUX SOCIAUX POUR MIEUX COMMUNIQUER? Benoit DUDRAGNE http://bdc-etourisme.com Benoit.dudragne@gmail.com www.facebook.com/bdc.conseil.etourisme

Plus en détail

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège Lundi de l Economie l Numérique Mardi 19 novembre Les médias m sociaux Foix CCI Ariège Un réseau = une stratégie Se lancer dans une stratégie de médias sociaux ne se résume pas à ouvrir un compte Twitter

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC :

1ere Edition. Baromètre SOCIAL MINDS. Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : 1ere Edition Baromètre SOCIAL MINDS Les Tunisiens et les médias sociaux UNE ETUDE : AVEC : Présentation «Social Minds» est un baromètre quantitatif dont la 1 ère édition a été réalisée en Mars 2012, commandité

Plus en détail

Le Marketing Mobile, des marques

Le Marketing Mobile, des marques Le Marketing Mobile, le nouvel Eldorado communicationnel des marques RAPPEL Engage your customers NO YES > L émergence des smartphones et des tablettes a bouleversé la vie quotidienne des Français : 47%

Plus en détail

Imaginez que vous disposiez enfin de tous les outils de communication à distance

Imaginez que vous disposiez enfin de tous les outils de communication à distance FORMER PARTAGER COMMUNIQUER DIFFUSER PRÉSENTER ÉVALUER Imaginez que vous disposiez enfin de tous les outils de communication à distance que vous souhaitiez REPLAY TV Chardin Business Connect, une approche

Plus en détail

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication hotelbb.com Rejoignez-nous sur une problématique STRATéGIE : Faire de b&b hôtels, une marque «brand friend» Quelle communication de challenger

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

LA RELATION CLIENT / ENTREPRISE À L ÈRE DU DIGITAL. Antoine MONDOU, Zakaria JLIL, Maxime DELAUNAY

LA RELATION CLIENT / ENTREPRISE À L ÈRE DU DIGITAL. Antoine MONDOU, Zakaria JLIL, Maxime DELAUNAY LA RELATION CLIENT / ENTREPRISE À L ÈRE DU DIGITAL Antoine MONDOU, Zakaria JLIL, Maxime DELAUNAY 3/4 DES FRANÇAIS RESTENT DISTANTS VIS-À-VIS DU DIGITAL* *Selon l Observatoire des usages du digital AFRC

Plus en détail

Séminaire E-Marketing Artisans: faites votre promotion sur internet!

Séminaire E-Marketing Artisans: faites votre promotion sur internet! Séminaire E-Marketing Artisans: faites votre promotion sur internet! Stéphanie Pahaut Coordinatrice Tourisme Qualité tourismequalite@coeurdelardenne.be 1 Du marketing traditionnel au marketing numérique

Plus en détail

Agence Webmarketing global. Une nouvelle vision de vos projets

Agence Webmarketing global. Une nouvelle vision de vos projets Agence Webmarketing global Une nouvelle vision de vos projets f t Agence Basée sur un savoir-faire acquis grâce à plus de 6 ans d expérience réussie dans l e-marketing en Europe, vous offre les solutions

Plus en détail

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Cloud et le Big Data annoncent le retour en grâce de la donnée consommateur

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

L Edition Pilotée XL

L Edition Pilotée XL L Edition Pilotée XL Piloter son activité, une nécessité Processus décisionnel: «Exploiter les données de l entreprise dans le but de faciliter la prise de décision» Etre informé en permanence sur l état

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile BAROMOBILE EDITION 2011 Le baromètre de l internet mobile «Le monde change» Alors que les smartphones poursuivent leur envolée, le trafic de données sur le téléphone mobile explose. Il devrait être multiplié

Plus en détail

Comment être présent facilement et efficacement sur Internet?

Comment être présent facilement et efficacement sur Internet? FORMATION E TOURISME Comment être présent facilement et efficacement sur Internet? Soyez acteur sur internet. Définissez les points clés de votre présence sur internet sur la base de vos objectifs marketing,

Plus en détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail

Optimiser son expérience client dans la vente au détail VENTE ACHETER Optimiser son expérience client dans la vente au détail Un Livre Blanc Maxymiser d Oracle Oct 2015 Livre Blanc www.maxymiser.fr Depuis quelques années, les professionnels de la vente au détail

Plus en détail

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS.

ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES WWW.CROSS-SYSTEMS.CH JÉRÔME BAILLY WWW.CROSS-SYSTEMS. ÉVÉNEMENT «DYNAMISEZ VOTRE INTRANET» INTRANET, PANORAMA 2012 ET NOUVELLES TENDANCES JÉRÔME BAILLY 10.10.2012 CONTACT JÉRÔME BAILLY CROSS AGENCY JBAILLY@CROSS-SYSTEMS.CH +41 78 878 78 26 SKYPE: JEROME.BAILLY

Plus en détail

L'art de gérer son service client sur Twitter

L'art de gérer son service client sur Twitter L'art de gérer son service client sur Twitter Cet article a été publié il y a 2 mois 3 jours, il est possible qu il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. L avènement

Plus en détail

Observatoire des écrans connectés

Observatoire des écrans connectés Observatoire des écrans connectés Poursuivre l Observatoire de l internet mobile et aller plus loin! Smartphones, tablettes la multiplication des écrans connectés modifie la consommation des médias Comment

Plus en détail

L OFFRE, LA METHODOLOGIE, LE SAVOIR-FAIRE

L OFFRE, LA METHODOLOGIE, LE SAVOIR-FAIRE L OFFRE, LA METHODOLOGIE, LE SAVOIR-FAIRE Applications Smarphones et Tablettes Tactiles RDMobile 64 Boulevard Malesherbes, 75008 Paris +33 1 77 19 16 07 www.rdmobile.fr SOCIETE RDMobile se positionne comme

Plus en détail

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008

Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur. Octobre 2008 Internet en mobilité : scénarios de développement et propositions de valeur Octobre 2008 Contexte «Internet en mobilité» renvoie aujourd hui à un potentiel d usages d encore mal identifiés. Apple a proposé

Plus en détail

Forums et Ateliers numériques

Forums et Ateliers numériques 2015 Programme Animation Numérique de Territoire Forums et Ateliers numériques Châtaigneraie Cantal F O R U M S A T E L I E R S ACCOMPAGNEMENT N U M E R I Q U E ANIMATION NUMERIQUE DE TERRITOIRE EN CHÂTAIGNERAIE

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé?

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? Le tunnel de commande, correspond aux différentes étapes que suit l acheteur, de son arrivée sur le site e-commerçant à la

Plus en détail

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013 Dossier de Presse 10 Octobre 2013 Contacts : Anne-Sophie DUPIRE - Responsable Communication Lucie PORREAUX - Chargée des Relations Presse Tel : 0 328 328 000 - anne-sophie.dupire@sarbacane.com Tel : 0

Plus en détail

2015 : NOUVELLE STRATEGIE NUMERIQUE DE L OFFICE DE TOURISME

2015 : NOUVELLE STRATEGIE NUMERIQUE DE L OFFICE DE TOURISME CONSTATS Chaque année, les touristes sont de plus en plus nombreux à consulter Internet pour préparer leur séjour, à réserver en ligne, à utiliser leur smartphone avant, pendant et après le séjour. (baromètre

Plus en détail

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh VUE EXPERT les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh Introduction A l ère du web et de l e-commerce, le rôle du vendeur en magasin devient plus que jamais stratégique. Paradoxe?

Plus en détail

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION?

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION? Faut-il être présent sur les réseaux sociaux? De plus en plus d entreprises se posent la question. Considéré il y a encore peu comme un simple moyen d échange ou de prise de contact, le réseau social est

Plus en détail

Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux?

Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux? Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux? Animateur Jean-Christophe GALEAZZI RCF Intervenants Mathieu LLORENS AT INTERNET Patrick BERNARD MILLESIMA Jean-Paul LIEUX DOLIST Marion

Plus en détail

Créer un blog d entreprise Quels usages possibles pour un blog en entreprise et comment l intégrer dans un site internet? Principes et fonctionnement

Créer un blog d entreprise Quels usages possibles pour un blog en entreprise et comment l intégrer dans un site internet? Principes et fonctionnement 5 Créer un blog d entreprise Quels usages possibles pour un blog en entreprise et comment l intégrer dans un site internet? Principes et fonctionnement Les usages du blog en entreprise Démarrer un blog

Plus en détail

LUNDI 7 SEPTEMBRE 2015. Dossier de presse LanCEMEnt DES nouveaux SItES DES MUSÉES DÉPaRtEMEntaUX. www.museeprehistoire.com www.musee-de-salagon.

LUNDI 7 SEPTEMBRE 2015. Dossier de presse LanCEMEnt DES nouveaux SItES DES MUSÉES DÉPaRtEMEntaUX. www.museeprehistoire.com www.musee-de-salagon. LUNDI 7 SEPTEMBRE 2015 Dossier de presse LanCEMEnt DES nouveaux SItES DES MUSÉES DÉPaRtEMEntaUX www.museeprehistoire.com www.musee-de-salagon.com Communiqué de presse Les technologies évoluent, les sites

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

La publicité sur Internet, un gage de réussite

La publicité sur Internet, un gage de réussite 1 La publicité sur Internet, un gage de réussite mondiales, qui, plus encore qu à travers leur langue, ont le pouvoir de faire ou défaire une marque en un clin d oeil. Peu onéreuse, rapide, réactive, polyvalente,

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? 58 % des français partis en vacances les ont préparés en ligne soit 17,2 millions. (Source : Raffour Interactive 2012)

LE SAVIEZ-VOUS? 58 % des français partis en vacances les ont préparés en ligne soit 17,2 millions. (Source : Raffour Interactive 2012) LE SAVIEZ-VOUS? 58 % des français partis en vacances les ont préparés en ligne soit 17,2 millions. (Source : Raffour Interactive 2012) 12,2 millions ont réservé en ligne, soit 73 % de transformation. (Source

Plus en détail

Atelier E-TOURISME 2013. Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche. ecotourismepro.jimdo.com

Atelier E-TOURISME 2013. Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche. ecotourismepro.jimdo.com Atelier E-TOURISME 2013 Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche ecotourismepro.jimdo.com Optimiser la visibilité de son site sur les moteurs de recherche Audrey Piquemal Chargée

Plus en détail

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise

Notre vision. 6 clés d un programme de professionnalisation efficace & réussi. La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise objectif professionnalisation # La formation sur mesure : un levier de la performance de l entreprise Notre vision Les besoins en formation au sein des entreprises sont croissants et pleinement justifiés.

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 3 : le e-commerce. Baromètre Akio

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 3 : le e-commerce. Baromètre Akio EXPÉRIENCE CLIENT Baromètre Akio Saison 3 : le e-commerce Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en juillet 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1001 panélistes

Plus en détail

Contact+ pour vous. valorisez votre relation client sur le web. avec Contact+, tout le monde y gagne. pour vos clients

Contact+ pour vous. valorisez votre relation client sur le web. avec Contact+, tout le monde y gagne. pour vos clients avec Contact+, tout le monde y gagne Contact+ pour vous valorisez votre relation client sur le web la possibilité de proposer une mise en relation web gratuite ou payante selon la valeur du service une

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Sommaire 04 Objectifs de la démarche 07 Méthodologie 05 Parties prenantes 09 Résultats de l étude 06 Objectifs de l étude 37 Conclusion 02 Contexte

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises.

WEBRTC. Cette présentation décrit le fonctionnement et les enjeux de cette nouvelle technologie essentiellement dans son usage par les entreprises. WEBRTC LE WEB DEVIENT SUPPORT DE COMMUNICATION MULTIMEDIA UNIFIE Dernière innovation du web, le WebRTC à la croisée de l internet et des télécommunications se révèle un outil puissant de la relation client,

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum d Avignon Paris

6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum d Avignon Paris «France, Grande-Bretagne, Etats-Unis et Chine : quels nouveaux modèles de consommation culturelle? quelles adaptations pour les institutions culturelles?» 6 février 2015 Etude Kurt Salmon pour le Forum

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Marketing comportemental. Guide méthodologique de mise en œuvre

Marketing comportemental. Guide méthodologique de mise en œuvre Marketing comportemental Guide méthodologique de mise en œuvre Sommaire Présentation...3 Les limites du marketing de masse ou du marketing «produit»...5 L idéal marketing : délivrer le bon message au bon

Plus en détail

Livre blanc. Quelles applications. pour. quelle mobilité

Livre blanc. Quelles applications. pour. quelle mobilité Livre blanc Quelles applications? pour quelle mobilité 2 «À l aube d une ère nouvelle, la mobilité voit ses usages se multiplier dans notre vie quotidienne, privée comme professionnelle. La déferlante

Plus en détail

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne?

SYNTHÈSE. Quelles sont les perspectives du marché des services en ligne? SYNTHÈSE Le marché des contenus et des services payants en ligne, historiquement fort en France sur la téléphonie fixe autour de Télétel puis d Audiotel s est développé autour de nouveaux canaux de diffusion

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant 10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant Oubliez le nombre de visites sur votre boutique en ligne, le nombre de pages vues et même votre positionnement de mots clés sur

Plus en détail

Pandémie : comment assurer la continuité d activité de l entreprise?

Pandémie : comment assurer la continuité d activité de l entreprise? Pandémie : comment assurer la continuité d activité de l entreprise? Les entreprises françaises sont peu préparées à affronter une éventuelle pandémie Le concept de plan de continuité d activité n est

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthétique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Automobile Véhicules neufs

Consumer. Fiche Synthétique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Automobile Véhicules neufs Fiche Synthétique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Automobile Véhicules neufs Février 2014 1 1 CONTEXTE En 2013, le marché automobile français a réalisé sa pire performance depuis

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Solutions mobiles MOBILE TO STORE GEOLOCALISATION & COUPONING! MOBILE SOLUTIONS

Solutions mobiles MOBILE TO STORE GEOLOCALISATION & COUPONING! MOBILE SOLUTIONS Solutions mobiles MOBILE TO STORE GEOLOCALISATION & COUPONING! 1 Agence et Editeur de Solutions Mobiles Un positionnement marketing & technologie, pour vous simplifier le mobile. AGENCE Le pôle dédié au

Plus en détail

Mobile Marketing Consumer Report 2015

Mobile Marketing Consumer Report 2015 MOBILE MARKETING ASSOCIATION FRANCE Mobile Marketing Consumer Report 2015 Mesure de la perception du Marketing Mobile par les consommateurs Etude réalisée par : MMA FRANCE 1 Mobile Marketing Association

Plus en détail

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires

Bénéfices pour votre organisation : une solution pouvant supporter vos besoins d affaires Pivotal CRM 6.0 Quelle que soit la tendance d évolution des marchés, faites de vos clients le moteur de votre réussite avec une meilleure maîtrise et une meilleure flexibilité et un coût de possession

Plus en détail

Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin

Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin Activités de la Société Argaus est une société de Conseil et Stratégie spécialiste du numérique. Argaus vous accompagne

Plus en détail

METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison

METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR. Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison METAPACK : PLUS DE CHOIX POUR LE CONSOMMATEUR Une étude approfondie de l impact des attentes des consommateurs sur le secteur de la livraison SOMMAIRE Sommaire 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 Plus de choix

Plus en détail

Les réseaux Sociaux. en 2014. Audrey DRYJSKI. Marie PILLOT. Mélanie SEYNAT. Jean-Marie DEGRYSE. Chef de projets Digital Marketing

Les réseaux Sociaux. en 2014. Audrey DRYJSKI. Marie PILLOT. Mélanie SEYNAT. Jean-Marie DEGRYSE. Chef de projets Digital Marketing Les réseaux Sociaux en 2014 Vos Interlocuteurs : Audrey DRYJSKI Chef de projets Digital Marketing Marie PILLOT Consultante Digital Marketing Mélanie SEYNAT Chef de projets Digital Marketing Jean-Marie

Plus en détail

Guide de l Antiquaire sur Internet

Guide de l Antiquaire sur Internet Guide de l Antiquaire sur Internet A mettre entre les mains de tous les Antiquaires! Comprenez les secrets d internet Découvrez les solutions pour y être présent Augmentez vos ventes rapidement http://www.guide-antiquaires.com

Plus en détail

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV)

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Livre numérique et terminaux de lecture, quels usages? note d analyse Dans le cadre de la mission légale d observation des utilisations licites et

Plus en détail

Novembre 2012. Le spectateur et le cinéma numérique : quels nouveaux scénarii?

Novembre 2012. Le spectateur et le cinéma numérique : quels nouveaux scénarii? Novembre 2012 Le spectateur et le cinéma numérique : quels nouveaux scénarii? 01 Bilan 02 03 Le spectateur Les perceptions du spectateur 04 Conclusions Sommaire /01 2012, encore une année record? 2011:

Plus en détail