SOMMAIRE. Introduction Sommaire...21

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE. Introduction... 13 Sommaire...21"

Transcription

1 SOMMAIRE Introduction Sommaire...21 Chapitre I L analyse des risques de l'entreprise...23 Chapitre II Les garanties de responsabilité au sein des contrats multirisque Chapitre III Les biens et les valeurs à assurer...83 Chapitre IV Les garanties dommages d'un contrat multirisque entreprises Chapitre V Le traité d'assurance incendie risque d'entreprises : l'incendie et les risques annexes Chapitre VI Le traité d assurance incendie risque d entreprises : les pertes d exploitation Chapitre VII La tarification bris de machine Chapitre VIII Exemple de tarification et rédaction des contrats Chapitre IX Engagements et capacité de souscription Chapitre X Garantie des sites situés à l'étranger Chapitre XI Le fonctionnement du contrat : le sinistre Annexes Table des matières Index alphabétique

2

3 Chapitre V LE TRAITÉ D ASSURANCE INCENDIE RISQUE D ENTREPRISES : L INCENDIE ET LES RISQUES ANNEXES Section I Tarification de la garantie de base incendie Section II Les extensions à d autres événements Section III Les extensions à d autres biens Section IV Les extensions à des frais et pertes Section V Les assurances de responsabilité Section VI Les modalités particulières d assurance Section VII Exemple de tarification Préambule Relèvent du Traité d assurance incendie risques d entreprises (TRE) : les risques où s exerce une activité figurant dans tarification analytique ; dont le contenu assuré ou non excède 150 fois la valeur Euros de l indice risques industriels (RI), soit en octobre Il peut s appliquer également à certains risques importants ou vulnérables même s ils n ont pas un caractère professionnel, tels que les immeubles de grande hauteur (IGH), les grands ensembles immobiliers, les parcs de stationnement et les dépôts de liquides inflammables qui font l objet de seuils spécifiques. Les autres risques relèvent : du Traité d assurance incendie des risques simples et des Risques à usage industriel ou commercial ; du Traité des risques agricoles. 145

4 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise Section I Tarification de la garantie de base incendie La tarification selon le traité ne s obtient pas de manière globale pour toutes les garanties comme dans un contrat standardisé. Le point de départ consiste à déterminer, pour un établissement donné, le taux correspondant à la garantie de base incendie qui est définie comme englobant les garanties incendie, explosion, chute directe de la foudre et fuite accidentelle de sprinklers. Une fois celui-ci calculé, ceux applicables aux autres garanties, seront majoritairement extrapolés à partir de ce taux de base incendie. Autrement dit, une erreur de calcul du taux de base incendie est à même de se répercuter sur l ensemble de la tarification du contrat. Rappelons également que les définitions de garanties auxquelles fait référence le Traité sont celles définies dans les Conventions spéciales incendie qui sont jointes en annexe II de cet ouvrage. Selon les supports contractuels, et comme évoqué au chapitre précédent, la portée des garanties peut varier d un contrat d assurance à l autre ; cela n entache en rien la méthodologie tarifaire explicitée ci-dessous. I Présentation du Traité 2010 Dans l édition 2009 du Traité, le taux de prime pure est directement issu de la statistique commune professionnelle (sur la période ), après application du modèle de crédibilité hiérarchique de Jewell. Les taux indiqués correspondent à des cotisations ou primes pures qui correspondent au coût probable de la couverture du risque. À ces taux, il faut donc rajouter le chargement des sociétés d assurance : commissionnement des intermédiaires ; frais de gestion de la compagnie. Attention toutefois, appliquer un taux de chargement de 30 % ce n est pas multiplier la prime pure par 1,30 mais : soit la diviser par 0,7 ; soit la multiplier par (1/0,7) soit 1,43. En effet, la Prime nette = Prime pure + Chargement appliqué sur la Prime nette. Soit Pn = Pp + (0,3 x Pn) donc (1-0,3) Pn = Pp soit 0,7 x Pn = Pp Pn = Pp /0,7 La prime pure correspond au produit des capitaux assurés par le taux net. La prime nette correspond à la prime pure à laquelle l on rajoute les chargements. Le chargement peut indifféremment être appliqué directement sur le taux de base ou sur le taux net. Toutefois, réaliser le chargement avant de commencer les calculs peut permettre d éviter d oublier de l appliquer La prime commerciale est quant à elle la somme payée par l assuré, et figurant aux dispositions particulières. 146

5 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes Notons que cette nouvelle version du traité ne bénéficie plus du règlement d exemption n 358/2003 adopté par la Commission des Communautés européennes. Comme mentionné en en-tête du Traité : «Le Traité des risques d entreprises comprend trois tomes. Ses dispositions n ont aucun caractère contraignant et sont établies et diffusées à titre indicatif. Il appartient aux sociétés d adapter les données du Traité en fonction de leur portefeuille, de la qualité de leurs risques, de leur politique de souscription et de leur propre appréciation sur l incidence des mesures de prévention.» En l absence d éléments statistiques, le traité fait référence à des degrés de danger qui sont indiqués qualitativement (faiblement supérieur, supérieur, fortement supérieur...) par des lettres (A à F) précédés du signe + ou : Classe de danger Degré de danger de l'activité par rapport à l'ensemble des activités de la rubrique + F extrêmement supérieur + E très fortement supérieur + D fortement supérieur + C supérieur + B faiblement supérieur + A très faiblement supérieur RE Activité à risques équivalents A très faiblement inférieur B faiblement inférieur C inférieur D fortement inférieur E très fortement inférieur F extrêmement inférieur De même, le niveau d incidence des facteurs d aggravation et d amélioration (majorations et rabais) fait l objet d une appréciation qualitative du type : incidence forte, incidence moyenne, incidence faible, etc., se traduisant dans le texte des dispositions générales par des flèches (1 à 7 ou 1 à 7 ) dont le nombre croit avec l intensité de l aggravation ou de l amélioration : 147

6 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise Facteurs d'aggravation Niveau d'incidence tarifaire Facteurs d'amélioration Incidence Aucune 1 1 Extrêmement faible 2 2 Très faible 3 3 Faible 4 4 Moyenne 5 5 Forte 6 6 Très forte 7 Extrêmement forte Ici encore, les sociétés d assurance doivent traduire, en fonction de leur portefeuille, de la qualité de leurs risques et de leur politique de souscription, ces appréciations qualitatives en données quantitatives. Enfin, concernant les spécifications techniques en matière d éléments de sécurité et la certification des installateurs et des matériels, le traité ne fait plus référence à des règles ou des organismes particuliers ; il appartient aux sociétés d assurance de retenir les règles et les organismes qui répondent à leurs propres exigences. Les textes des Dispositions générales et des clauses ont été revus en ce sens. A Structure du Traité Le traité réédité en 2011 comporte 3 tomes différents : Tome I : Dispositions générales et clauses ; Tome II : Pertes d exploitation ; Tome III : Tarification analytique. 1 Tome I : Dispositions générales et clauses Le Tome I présente en son titre 1 «généralités», des définitions applicables à sa mise en œuvre. Le titre 2 relatif à la «garantie de base 1» permet d identifier les différents facteurs d aggravation et d amélioration, communs à toutes les activités. En effet, le taux de base correspond à un risque dit «ordinaire» sans aggravation ni amélioration spécifiques. Il mentionne également les modalités de calcul d un taux net. Sauf mention particulière, indiquée dans les rubriques de la tarification analytique, ces dispositions sont applicables à l ensemble des activités. Le titre 3 «extensions à d autres événements» mentionne les modalités tarifaires applicables : aux chocs ou chutes d appareils de navigation aérienne ; 1 : Rappel : la garantie de base correspond à la couverture des risques Incendie, Explosion, chute directe de la foudre et fuites accidentelles de sprinkleurs. 148

7 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes aux tempêtes, ouragans, cyclones, effet de la grêle et du poids de la neige ; aux attentats ou acte de terrorisme selon la loi du 23 janvier 2006 ; aux actes de vandalisme et de sabotage, émeutes, mouvements populaires ; aux risques spéciaux (également appelés P13bis) ; au risque nucléaire ; aux tremblements de terre. Le titre 4 «extensions à d autres biens» est relatif à la tarification des dommages atteignant les biens suivants : fonds et valeurs ; objets de valeurs ; supports non informatiques ou informatiques d informations. Le titre 5 «extension à des frais et pertes» s intéresse à la tarification de ce que l on retrouve dans les contrats d assurance sous l appellation «frais et pertes divers». Le titre 6 «assurance des responsabilités» traite de la tarification applicable aux diverses responsabilités pouvant découler d un contrat «dommage aux biens» : responsabilités contractuelles du propriétaire et du locataire ; responsabilités à l égard des tiers (recours des voisins et des tiers) ; responsabilités du syndicat des copropriétaires ; responsabilité du gérant ; responsabilité du dépositaire à l égard du déposant ; assurance pour le compte de qui il appartiendra ; extensions aux dommages immatériels ; extension au risque nucléaire. Le titre 7 «modalités d assurance particulières» est relatif à la valeur à neuf, aux assurances temporaires, aux marchandises révisables ou en compte courant, les marchandises vendues avec clause de réserve de propriété, l impact tarifaire des franchises et de la limitation contractuelle d indemnité. Le titre 8 reprend les différentes clauses référencées dans l ouvrage. Notons que la numérotation des clauses correspond au numéro du chapitre du Tome I. Ainsi, la clause 27A relative aux installations électriques contrôlées est mentionnée au chapitre 27 «installations électriques». Les clauses dont le numéro commence par 80 sont des clauses générales se rapportant au Tome III (tarification analytique) qui peuvent impacter plusieurs fascicules (ex : 80B nettoyage quotidien des locaux). Les clauses qui peuvent impacter plusieurs rubriques tarifaires d un même fascicule portent le numéro

8 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise Numérotation des clauses Dispositions Générales Clauses n 2-24 Communauté, contiguïté, proximité 24A à 24F 2-26 Chauffage 26A à 26S 2-27 Installations électriques 27A à 27C 2-28 Protection et Prévention 28A à 28J 2-29 Divers Supprimées 3-34 Risques nucléaires 34 A 4-42 Supports d information 42À à 42E 5 Extensions à des frais et pertes 51A à 54A 6-60 Responsabilité contractuelle propriétaire/locataire 60A à 60F 6-61 Autres responsabilités 61A à 61C 7 Modalités d assurances particulières 73À à 76E Tarification analytique Clauses communes à plusieurs fascicules de la Tarification Analytique Clauses se rapportant à plusieurs rubriques d un même fascicule 80A à 80J 92A à 94C En annexe du Tome I se trouve exposée la méthode d évaluation de la construction des bâtiments. Cette méthode de classification, pour complète qu elle soit, est délicate à mettre en œuvre. 2 Tome II : Pertes d exploitation Cette partie du Traité est exclusivement destinée à la tarification de la garantie pertes d exploitation tout en expliquant son fonctionnement. Sa structure est similaire à celle du tome I. Le titre 1 «garantie de base Pertes d exploitation définitions» pose les critères généraux de cette garantie en définissant les divers modèles d organisation des activités d une entreprise. Il donne les modalités de détermination de l assiette de cotisation et du capital garanti. Le titre 2 «garantie de base (incendie, foudre, explosion) tarification» explique les modalités tarifaires spécifiques à la garantie de base sachant que, comme dans le tome 1, la tarification débute par celle de la garantie de base incendie puis se décline selon les extensions choisies. Le titre 3 «extensions à d autres événements» mentionne les modalités tarifaires applicables : aux actes de vandalisme et de sabotage, émeutes, mouvements populaires, actes de terrorisme, attentats ; aux chutes d appareils de navigation aérienne ou d engins spatiaux ; aux effets du vent dû aux tempêtes, ouragans, cyclones ; aux effets de la grêle et du poids de la neige sur les toitures ; aux risques spéciaux (également appelés P13bis) ; 150

9 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes aux accidents aux appareils électriques et électroniques. Le titre 4 «extensions à d autres biens» est relatif à la tarification des dommages atteignant les supports non informatiques d information. Le titre 5 «extension aux conséquences de dommages matériels n affectant pas l entreprise assurée : carence de fournisseurs ; difficultés ou impossibilité matérielle d accès, interdiction d accès. Le titre 6 «assurances complémentaires» vise la tarification des frais supplémentaires additionnels, des pénalités de retard et des honoraires d experts. Le titre 7 «modalités d assurances particulières» explique les modalités tarifaires relatives aux périodes d indemnisation supérieures à 12 mois, à la limitation contractuelle d indemnité, à la division des risques ainsi qu à la franchise. Le titre 8 donne des exemples de calculs. Le titre 9 est relatif aux clauses spécifiques aux pertes d exploitation. Le titre 10 explicite les bases de l assurance des pertes d exploitation ainsi que son fonctionnement. 3 Tome III : Tarification analytique Cette partie est la plus complexe en utilisation. Elle regroupe 124 rubriques réparties dans 11 fascicules correspondant à des activités spécifiques. Le travail du souscripteur consistera à analyser le process de fabrication de l entreprise et de le «découper» en autant d étapes élémentaires que d activités se retrouvant dans les rubriques de la Tarification analytique. L édition 2011 a été mise à jour, 21 rubriques correspondant à des activités en déclin ont fait l objet de regroupements avec des rubriques traitant d activités proches. Les fascicules sont les suivants : Fascicule 0 : Extraction et préparation de minerais et minéraux divers, de combustibles solides Métallurgie ; Fascicule 1 : Production de matériaux de construction Industrie des céramiques Industrie du verre ; Fascicule 2 : Travail des métaux Industries électriques et électroniques Construction automobile, aéronautique, navale Carrosserie et réparation de véhicules en tout genre. Garages et stations-service ; Fascicule 3 : Industries chimiques et parachimiques Transformation de matières plastiques et de caoutchouc ; Fascicule 4 : Industries textiles Bonneterie Confection de vêtements et autres articles textiles ; Fascicule 5 : Industries du papier et du carton Imprimeries Industries du cuir et du délainage ; Fascicule 6 : Industries du bois ; Fascicule 7 : Industries agroalimentaires ; Fascicule 8 : Traitement des déchets urbains et industriels Production et distribution d énergie ; Fascicule 9 : Autres risques d entreprises ; Fascicule X : Services généraux et risques annexes concourant à l exploitation de l établissement assuré. 151

10 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise Rappelons que les taux sont exprimés hors chargement et sont donnés par rubrique de la tarification analytique, excepté pour le fascicule X où le taux est commun pour l ensemble des rubriques. Au sein d une même rubrique le taux applicable peut être différencié selon le process mis en œuvre (avec ou sans liquides inflammables par exemple) ou encore selon que l on se trouve dans les ateliers ou les magasins (zones de stockage des produits finis). Certaines activités ont des spécificités techniques qui font que l on dérogera aux règles des Dispositions générales du tome 1. Ainsi en est-il des atmosphères chargées en poussières ou explosives dans lesquelles on impose des moyens de prévention spécifiques, à défaut une majoration de cotisation sera appliquée. La lecture des rubriques tarifaires est la suivante : 152

11 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes B Définitions Avant d entrer dans le mécanisme tarifaire du Traité, il convient de rappeler certaines règles techniques régissant son fonctionnement. Ainsi, le calcul d un taux technique s obtient en utilisant l ensemble des informations contenues dans les tomes I et III du TRE eu égard à la matérialité du risque à tarifer. L explication de la mécanique tarifaire sera réalisée dans les pages qui vont suivre. Les termes à connaître sont tout d abord les suivants : taux de base : celui indiqué dans la tarification analytique de l activité concernée ; taux net : celui applicable à un risque particulier et résultant de l application des diverses majorations et réductions calculées ; taux moyen : moyenne des taux nets des différents bâtiments, pondérés par leurs capitaux respectifs, applicable à l établissement étudié. Retenons dès à présent la méthode de base qui sera toujours applicable, c est-à-dire l ordre précis dans lequel les différents éléments du tarif sont pris en compte et retenus dans le calcul du «taux net». C - Calcul d un taux net Le passage d un taux de base (taux brut pour l activité concernée du Tome III) au taux net qui est celui applicable à un risque en particulier, s effectue en retenant divers critères de tarification dans un ordre précis et selon une méthode prédéterminée dont le cheminement est le suivant : détermination du taux de base de l activité : Nous avons vu qu il figure à la tarification analytique (Tome III) ; addition des majorations : Les pourcentages de majoration s additionnent entre eux et le pourcentage total des majorations est appliqué en une seule fois au taux de base. Sont prises en compte tout d abord 153

12 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise les majorations de la Tarification analytique présentes à la rubrique concernée puis, dans un second temps, celles trouvées au sein des Dispositions générales (Tome I) ; application successive des rabais : Contrairement aux majorations, les rabais sont appliqués individuellement et successivement. On appliquera d abord les rabais de la Tarification analytique puis ceux relevés dans les Dispositions générales ; application éventuelle du taux d ajustement : Le rajout d un «taux d ajustement» ne concerne que les risques protégés par une installation d extinction automatique à eau, l objet de ce taux est destiné à couvrir les dommages occasionnés lors d un fonctionnement satisfaisant de l installation de sprinkleurs en cas d incendie. Ce taux de 0,20 / non chargé se rajoutera donc au taux de l activité en question. Cette méthodologie tarifaire est synthétisée au sein de fiches de tarification : 154

13 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes Nota : Lorsque l établissement comporte différentes activités on appliquera ensuite les règles de communauté, contiguïté et proximité (analysées plus loin). Il s agira de tenir compte non seulement du risque étudié, mais aussi de son environnement immédiat, c est-à-dire du niveau de vulnérabilité des activités entre elles ou des bâtiments entre eux. II Les critères de tarification A Les activités d une entreprise et tarification analytique L activité d une entreprise doit être divisée en autant de procédés «élémentaires» qui font l objet d une rubrique tarifaire de la Tarification analytique. Ceci est un des points les plus complexes du Traité car il faut disposer de tous les éléments nécessaires pour réaliser ce travail. Ainsi, un rapport de vérification imprécis quant au process de production utilisé ne permettra pas de réaliser ce travail d analyse. Notons également que les matières premières d une activité sont généralement les produits finis d une autre. Ainsi, les stocks de papiers d une imprimerie (rubrique 538) se retrouvent à la rubrique 518 fabrication de papier et de cartons. Prenons les exemples suivants : le stockage en plein air de grumes débitées en planches d une menuiserie (rubrique 602) relèvent de la rubrique 60 ; la fabrication de pâtons surgelés (pâte à pain) sans cuisson relève de la rubrique 721 (fabrication de pâtes alimentaires) et de la rubrique 771 (entrepôts frigorifiques) ; le commerce de gros de matériels hi-fi pourrait relever du 964 (commerce de gros de produits essentiellement non alimentaires) qui nous renvoie à la rubrique 223 appareils électroniques grand public. En effet, la particularité de la rubrique relative aux commerces de gros ( 964) est de renvoyer, à chaque fois que cela existe, à la rubrique tarifaire concernée par la fabrication de ces biens. Le taux applicable sera alors celui correspondant aux magasins de produits finis tel que cela est expliqué au début du tome III ; la fabrication de portes et fenêtres en PVC est présente à la rubrique 320 au niveau des «autres ateliers» au n 2. Si l assureur dispose d un schéma du process de production d une entreprise, le travail analytique n en sera que plus simple. Si nous prenons l exemple la fabrication de mobilier de bureau en bois (plaques d aggloméré avec contreplacage stratifié) et de chaises métalliques avec assise en mousse de polyuréthane, les rubriques seront les suivantes : 155

14 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise Nous verrons par la suite comment se combineront les différents taux de primes pures pour obtenir le taux moyen applicable à cet établissement. Le mot du souscripteur : Cette analyse, qui peut surprendre le novice en la matière, ne peut s acquérir qu avec de l expérience qui doit être issue d échanges avec des souscripteurs plus expérimentés. S il est un domaine dans lequel la qualité des échanges entre souscripteurs est un vecteur de réussite, c est bien celui-ci. Face à un rapport de vérification de risque et à un processus de fabrication complexe, force est de constater que l analyse pourra diverger entre deux souscripteurs selon leur propre pesée du risque et de leurs expériences personnelles. B Notions et impact des communautés, contiguïtés et proximités Nous suivrons la structure du traité, même si la première chose à identifier est la nature de la construction du bâtiment qui impactera directement la tarification applicable. Ce point sera développé plus loin au paragraphe V. Le même bâtiment, a fortiori la même entreprise s il s agit de bâtiments séparés mais proches, peut renfermer des activités diverses dont la tarification relève de rubriques différentes générant par conséquent des taux plus ou moins élevés susceptibles de s influencer entre eux. Dans une telle situation, la probabilité de survenance de l événement redouté tendra à être celle de l activité la plus dangereuse. De la même façon, une entreprise peut être aggravée par le voisinage d une autre plus dangereuse qu elle. Puisque dans le cas d un incendie péril principal ce serait à la victime de prouver la faute de l auteur du dommage. La victime le plus souvent ne peut apporter cette preuve et son 156

15 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes assureur paie l indemnité sans pouvoir réaliser de recours, et ce bien que l incendie ait débuté en dehors du risque lui-même. Sa fréquence étant augmentée, il est normal que le risque concerné subisse une aggravation. Et si les risques sont confondus, on peut même penser que le moins grave puisse payer le taux du plus grave. Ces aggravations sont appréciées en fonction du degré d imbrication ou de simple voisinage entre les différents risques. Pour l assureur, l idéal serait de garantir des entreprises constituées de bâtiments séparés les uns des autres par une distance suffisante, formant des unités indépendantes destinées aux différents stades de fabrication et/ou stockage. Ainsi, le montant du sinistre maximum possible se trouverait fortement diminué. Cependant cette situation ne se rencontre pas dans la réalité, car pour des raisons d organisation fonctionnelle et de rentabilité économique, les différentes phases de production et d entreposage se trouvent souvent regroupées et peuvent même être parfois réunies dans un même bâtiment. Cela n interdit pas à l assureur de préconiser chaque fois que cela est possible d isoler une activité dangereuse cette disposition pouvant également se révéler utile, voire salutaire, pour la pérennité de l entreprise. Rappelons que ces dispositions s appliquent aussi bien à une seule entreprise dont l activité relève de plusieurs rubriques différentes, qu à une entreprise dont les risques sont aggravés par un établissement voisin. 1 Définitions L impact d une activité aggravante (dont le taux de prime est le plus élevé) sur une autre fait appel aux notions de communauté, contiguïté, proximité et risques distincts : communauté : risques (activités) situés dans un même bâtiment ou dans un groupe de bâtiments non séparés par un mur séparatif ordinaire ou coupe-feu 1. contiguïté : bâtiments séparés par un mur séparatif ordinaire ou coupe-feu sans ouverture (sans communication) ou avec communication protégée par des portes-coupe-feu. 1 : Nous avons défini les caractéristiques des ouvrages coupe-feu page

16 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise proximité : deux bâtiments sont dits proches lorsqu ils sont séparés par un espace libre inférieur à 10 m. risques distincts : séparés par un espace libre de tout matériel et de marchandises de plus de 10 m. Il est également possible d isoler une activité aggravante dans un compartiment à l épreuve du feu dont la superficie est limitée à 250 m² et dont les parois sont en matériaux coupe-feu 1 h

17 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes 2 Règles tarifaires Selon le cas de figure rencontré, les règles de tarification seront différentes : risques distincts : chaque risque reste passible de son taux propre ; risques contigus par mur séparatif coupe-feu sans ouverture : chaque risque reste passible de son taux propre ; autres cas : aggravation du risque payant le taux le plus faible en fonction à la fois du taux du risque le plus grave, de la configuration des risques et de la proportion occupée par le risque le plus grave par rapport à l ensemble. Le risque le plus grave restant passible de son taux propre. La formule de calcul applicable est fonction de la situation réelle, selon la formule : TA(Taux Aggravé) = ta (taux propre de l activité) + [K x (tb (taux aggravant) ta)] Dans cette formule : TA = le taux du risque aggravé ta = le taux propre du risque le moins grave tb = le taux propre du risque aggravant K = coefficient qui est fonction de la situation des deux risques communauté, contiguïté ou proximité ainsi que du rapport en pourcentage, des capitaux matériels et marchandises correspondant au risque aggravant, sur les capitaux totaux du contenu des bâtiments communs ou contigus Taux applicable à l ensemble du risque sera : [tb x N %] + [TA (100 N %)] Dans ce calcul N est représenté par le ratio : Activité aggravante/totalité du risque. En synthèse, le taux applicable à l ensemble des risques communs ou contigus est égal à la somme des taux aggravants et aggravés pondérés par le pourcentage représenté par chacun d eux, exprimé soit en valeur, soit en superficie. À noter qu en cas de communauté, lorsque le pourcentage du risque aggravant est supérieur à 25 %, la totalité du risque est tarifée au taux de l activité aggravante. C est ce que l on appelle couramment la «règle du quart». Lorsque le risque aggravant est isolé dans un compartiment à l épreuve du feu, il est assimilé à une continuité par mur séparatif ordinaire (Traité titre 2, 241, 4 ). Le traité mentionne les valeurs du coefficient K selon le tableau de la DG 242 du tome I : 159

18 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise Pourcentage (%) Communauté (K1) Proximité (K2) par MSO (K3) Contiguïté par MSCF avec ouverture (K4) jusqu'à 5 1 à 2 1 à 1 supérieur à 5 et inférieur ou égal à 10 supérieur à 10 et inférieur ou égal à 15 supérieur à 15 et inférieur ou égal à 25 2 à 3 1 à 2 1 à 1 4 à 5 2 à 3 1 à 2 à 1 6 à 7 4 à 5 2 à 1 supérieur à 25 et inférieur ou égal à 35 supérieur à 35 et inférieur ou égal à 50 supérieur à 50 et inférieur ou égal à 70 supérieur à 70 et inférieur à à à à à Lorsque le risque aggravant n a aucune influence sur le risque aggravé (K = ), les deux risques sont passibles de leur taux propre (K = 0). Lorsque le risque aggravant a une extrêmement forte influence sur le risque aggravé (K = 7 ) les deux risques sont passibles du taux du risque aggravant (k = 1). Charge aux compagnies de compagnies de traduire les autres incidences tarifaires en coefficients d aggravation. Si nous prenons l exemple d une communauté entre : un travail des métaux par changement de forme (emboutissage) 208 du Tome III avec un taux applicable de 0,54 / pour un contenu de et un traitement de surface par électrolyse 213 du Tome III avec un taux applicable de 1,80 / Contenu de Le calcul sera le suivant : Capitaux totaux assurés : = L aggravation représente : / = 22,5 %. Nous sommes dans une communauté, le coefficient à retenir est donc le K1. Pour 22,5 % l incidence tarifaire est de 6 à 7 ce que la compagnie traduit par le coefficient de 0,90. Selon la formule TA= ta + [K x (tb- ta)] nous avons donc l opération suivante : 0,54 + [0,90 x (1,8-0,54)] soit un taux aggravé de 1,67 / pour l activité de travail des métaux. Il faut maintenant déterminer le taux applicable au risque commun en pondérant les taux des deux activités par leur pourcentage d occupation : 22,5 % pour le traitement de surface (taux 1,80 / ) et 77,5 % pour le travail des métaux (taux aggravé 1,67 / ). 160

19 Le traité d assurance incendie risque d entreprises : l incendie et les risques annexes Le calcul du taux moyen sera donc : Traitement de surface : 1,8 / x 22,5 % = 0,40 / Emboutissage : 1,67 / x 77,5 % = 1,29 / Soit un taux moyen de l établissement de 0,40 + 1,29 = 1,69 / 3 Dispositions particulières a) Risque aggravant à faible valeur Le coefficient K peut parfois être déterminé non pas en fonction du pourcentage des capitaux du risque aggravant par rapport à ceux de l ensemble, mais de celui des surfaces occupées. Ce sera le cas, par exemple, lorsque la répartition des valeurs est difficile à effectuer ou si le risque aggravant est à fort potentiel calorifique pour une faible valeur. Exemple : un stockage important de matières plastiques alvéolaires qui représente une très forte charge calorifique pour une très faible valeur marchande. La dangerosité provient bien de ces produits, qui peuvent occuper une superficie notable d un risque à assurer. Un calcul basé sur les seules valeurs ne traduirait pas l aggravation réellement encourue. Le mot du souscripteur : Il faut observer qu il est souvent difficile, dans la pratique, de déterminer les valeurs correspondantes à chacune des activités et ce, même avec une expertise préalable. Ainsi, le calcul est le plus souvent réalisé sur une base de surface occupée par les activités aggravantes. Il faut toutefois être attentif à la sous-estimation des aggravations que cela peut induire et donc au manque de prime pouvant en résulter. b) Communauté de plusieurs risques Lorsque plusieurs risques payant des taux différents sont en communauté, il convient de procéder comme suit : classer les taux propres par ordre de gravité croissante ; appliquer aux deux premiers risques la règle exprimée par la formule : TA= ta + [K x (tb ta)] comme s ils formaient une communauté distincte en pondérant pour obtenir le taux moyen de cette communauté ; appliquer ladite règle à la nouvelle communauté ainsi formée entre le taux moyen obtenu et le taux aggravant suivant ; et ainsi de suite Si nous appliquons cette méthode de calcul à un bâtiment renfermant sous la même toiture quatre activités distinctes, passibles de taux propres différents. Nous connaissons la valeur de chacune d elles par rapport à la valeur totale du contenu de l ensemble, comme indiqué ci-après : Activité % Contenu Taux propre chargé A 60 % 0,75 / B 15 % 2 / C 12 % 3,5 / D 13 % 6,10 / Nota : Les taux applicables à chacune des activités sont déjà classés par ordre croissant. 161

20 Les assurances dommages aux biens de l'entreprise Calcul de la communauté (A B) Nous appliquons la règle de communauté aux risques (A B) comme s ils constituaient une communauté distincte : Pour cette première communauté qui représente 75 % du contenu total : L activité A représente (60/75) x 100 : 80 % de (A B) et B : 20 % Le coefficient K1 pour 20 % d aggravation est de 6 à 7 que la compagnie a traduit par 0,90. Le calcul est donc : 0,75 / + [0,90 x (2 / - 0,75 / )] soit un taux aggravé de 1,76 / pour l activité A. Pour obtenir le taux moyen nous pondérons les taux de chacune des activités par le pourcentage quelle occupe dans [A-B] soit : (1,76 x 0,8) + (2 x 0,2)= 1,80 /. Calcul de la communauté [(A B) C] Cette seconde communauté représente 87 % du contenu total : (A B) représente (75/87) x 100 : 86 % de [(A B) C] et C : 14 % Le coefficient K1 pour 14 % d aggravation est de 4 à 5 que la compagnie a traduit par 0,45. Le second calcul est donc : 1,80 / + [0,45 x (3,5 / 1,80 / )] soit un taux aggravé de 2,56 / pour la communauté (A B). Pour obtenir le taux moyen nous pondérons les taux de chacune des activités par le pourcentage quelle occupe dans : [(A B)-C] soit : (2,56 x 0,86) + (3,5 x 0,14) = 2,69 /. Calcul de la communauté [(A B C) D] Cette troisième communauté représente 100 % du contenu total : (A B C) représente 87 % de [(A B) C] et C : 13 %. Le coefficient K1 pour 13 % d aggravation est de 4 à 5 que la compagnie a traduit par 0,45. Le denier calcul est donc : 2,69 / + [0,45 x (6,10 / 2,69 / )] soit un taux aggravé de 4,22 / pour la communauté (A B C). Pour obtenir le taux moyen nous pondérons les taux de chacune des activités par le pourcentage quelle occupe dans [(A B) C] soit : (4,22 x 0,87) + (6,1 x 0,13) = 4,46 / qui sera le taux applicable à l établissement. Le mot du souscripteur : Avant d entamer ces nombreux calculs, il faut vérifier, lorsque nous sommes dans le cas d une communauté (K1), que l une des activités aggravantes n occupe pas 25 % ou plus du risque. Si tel était le cas, toutes les activités d un rang inférieur se verraient appliquer le taux aggravant de cette dernière activité. En effet, à partir de 25 % le coefficient d aggravation K1 est de 7 dans ce cas de figure, ce qui équivaut à 1. Enfin, selon le cas de figure envisagé (communauté, proximité, contiguïté), le coefficient sera différent selon le tableau de la DG 242 du Traité. Rappelons qu il n y a pas de contiguïté de contiguïté, autrement dit que l aggravation n est calculée qu une seule fois, ou encore, que le taux propre le moins élevé n est influencé que par le taux propre du risque aggravant et non pas par un éventuel «taux de contiguïté calculé» : 162

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Université Hassan II Mohammedia Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Introduction

Plus en détail

Responsabilité générale de la collectivité et Responsabilité atteinte à l environnement

Responsabilité générale de la collectivité et Responsabilité atteinte à l environnement SYNDICAT MIXTE DU MUSEE LALIQUE Procédure adaptée LOT 1 Multirisques L assureur doit couvrir les garanties ci-dessous : L ensemble des bâtiments et biens bâtis, y compris les sols et sous-sols, les clôtures

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles

QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles QUESTIONNAIRE Risques Industriels Sensibles MULTIRISQUE INDUSTRIELLE BATIMENT VIDE CACHET COURTIER Affaire Nouvelle Nouveau site sur contrat n :... Effet du : / / Echéance : / (JJ/MM) COURTIER Nom du cabinet

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION*

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* Code intermédiaire Intermédiaire Date QUESTIONNAIRE/PROPOSITION* MULTIRISQUE IMMEUBLE (PROPRIETAIRE NON OCCUPANT) BATIMENTS OCCUPES USAGE PROFESSIONNEL (COMMERCE, INDUSTRIEL) *(faisant partie intégrante

Plus en détail

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme.

LES PLANCHERS. Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le emt en place, se déforme. LES PLANCHERS Introduction - Charges supportées par les planchers -Poids propre -Revêtement -Cloisons -Exploitation Le plancher va travailler en flexion. Le plancher bien droit à l origine, dès qu on le

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE Nom, Prénom Adresse du proposant : (sera le preneur d assurances si le contrat est souscrit)------------------------------- Affaire Nouvelle Avenant Remplacement No

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages AGENTS ET COURTIERS EN ASSURANCE Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages Lors de la souscription initiale et lors des renouvellements

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE 1 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 ARTICLE 1 : ASSURÉ...4 ARTICLE

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.13 Stockage de liquides inflammables Installations non classées pour la protection de l environnement Arrêté du 1er juillet 2004 fixant les règles techniques

Plus en détail

Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité

Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité Multirisque Artisan du Bâtiment A chaque étape de votre chantier, AXA protège vos clients et votre activité Avec AXA, choisissez la solution qui protège à la fois votre activité et vos clients Comme tous

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

Prescriptions techniques

Prescriptions techniques Prescriptions techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux canalisations et raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages aux biens et Pertes d exploitation

DEMANDE D'ASSURANCE. Dommages aux biens et Pertes d exploitation DEMANDE D'ASSURANCE Dommages aux biens et Pertes d exploitation L'attention du demandeur est attirée sur l'intérêt qu'il a à remplir le présent document de façon complète et précise ; ses déclarations

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ABATTOIRS DECOUPE DE VIANDES

QUESTIONNAIRE ABATTOIRS DECOUPE DE VIANDES QUESTIONNAIRE ABATTOIRS DECOUPE DE VIANDES Collectivité : Communauté de communes du Volvestre Désignation du risque concerné : Atelier de découpe et de salaison de viandes Valeur du bâtiment concerné (avec

Plus en détail

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance AGEA 2010 Préparez votre dossier assurance Préambule Dans le cas d une création ou d une reprise d entreprise, plusieurs questions doivent être posées : Comment bien assurer mes biens professionnels? Que

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

SERVICES D'ASSURANCES

SERVICES D'ASSURANCES MARCHE PUBLIC DE SERVICES D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Cimetière Intercommunal des Joncherolles 95 Rue Marcel Sembat 93430 VILLETANEUSE Objet de la consultation :

Plus en détail

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE 25 septembre 2013 Patrick Biot - agréé CNPP 1 AGREPI? ASSOCIATION DES INGÉNIEURS & CADRES SPÉCIALISTES DE LA MAÎTRISE DES RISQUES INCENDIE

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47)

Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) Dossier de Demande d Autorisation Préfectorale Au titre des Installations Classées CANCON (47) VI. RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Novembre 2009 Mise à jour juillet 2011 Réf. : RP/ER/MM/2009/092

Plus en détail

www.europeenneassurance.fr MULTIRISQUES SSII Coordonnées souscripteur Code NAF/APE : Siret/Siren : Date de création : / / Occupant à titre gratuit

www.europeenneassurance.fr MULTIRISQUES SSII Coordonnées souscripteur Code NAF/APE : Siret/Siren : Date de création : / / Occupant à titre gratuit www.europeenneassurance.fr MULTIRISQUES SSII Coordonnées souscripteur Raison Social (ainsi que la forme juridique : SARL, S.A ) : Nom & Prénom Gérant : Téléphone : Fax : @ : Adresse : Code postal : Ville

Plus en détail

Multirisque Entreprise

Multirisque Entreprise Multirisque Entreprise Une démarche fondée sur le savoir-faire et l expérience Nous étudions la spécificité de votre entreprise Parce que bien protéger votre entreprise, c est avant tout bien la connaître,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION PROPRIETAIRE NON OCCUPANT

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION PROPRIETAIRE NON OCCUPANT QUESTIONNAIRE/PROPOSITION PROPRIETAIRE NON OCCUPANT BATIMENT VIDE DE TOUT OCCUPANT et de CONTENU ou OCCUPE - USAGE PROFESSIONNEL (COMMERCE, INDUSTRIEL) NOM DU PRENEUR D ASSURANCES ADRESSE CODE POSTAL VILLE

Plus en détail

Formulaire de déclaration du risque HANGAR AERONEFS

Formulaire de déclaration du risque HANGAR AERONEFS Assurances DECOTTIGNIES 22 rue du Général Leclerc 02600 VILLERS COTTERETS Tél : 03 23 55 10 22 Fax : 03 51 08 11 45 Email : assurances.decottignies@gmail.com Site web : http://www.assurance-decottignies.fr/

Plus en détail

HOME SOLUTIONS. Incendie et risques apparentés. Heurt des biens assurés avec : L incendie.

HOME SOLUTIONS. Incendie et risques apparentés. Heurt des biens assurés avec : L incendie. Incendie et risques apparentés L incendie. - la destruction totale ou partielle d objets tombés, jetés ou posés dans ou sur un foyer ; - les brûlures, notamment aux linges et vêtements ; - le dommage sans

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

ASSURANCE AUTOMOBILE

ASSURANCE AUTOMOBILE Police Flotte N 53 368 215 EFFET : 1 ER JANVIER 2014 ASSURANCE AUTOMOBILE DISPOSITIONS PARTICULIERES CONTRAT à effet du 1 er janvier 2014 ENTRE : SAS VOITURELIB 7 Impasse Charles Petit 75011 PARIS ci-après

Plus en détail

Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages. Le souscripteur

Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages. Le souscripteur Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages Référence de votre cabinet Code ORIAS N : Cachet de votre cabinet : Le souscripteur Société Forme juridique Code Siret Adresse

Plus en détail

PNO/PNE/IMMEUBLE. Rapport de vérification

PNO/PNE/IMMEUBLE. Rapport de vérification PNO/PNE/IMMEUBLE Rapport de vérification Souscripteur N de suspens / N de contrat : Nom, prénom : Raison sociale : Adresse : Qualité : Propriétaire unique Syndic de coporopriété Code postal : Ville : Tel

Plus en détail

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES

ENTREPRISES ET RESPONSABILITES www.creassur.org ENTREPRISES ET RESPONSABILITES Parlons-en Chambre de Commerce et d industrie Novembre 2007 ENTREPRISES ET RESPONSABILITES La police d assurance et ses couvertures Monsieur RITTER GROUPAMA

Plus en détail

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 16 Janvier 2011 Infos Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT 1- Les lieux de

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité?

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Multirisque de l Entreprise Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Solutions Partenaire Services Protéger votre Activité Animer vos Hommes Optimiser

Plus en détail

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances

ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances P 214 Décembre 2009 Centre de documentation et d information de l assurance ENTREPRISES ET ARTISANS DU BÂTIMENT Risques et assurances Ce tableau aide-mémoire décrit les principaux risques auxquels sont

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS»

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles

QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles QUESTIONNAIRE Loisirs & Immeubles DOMMAGES AUX BIENS ET RC PROPRIETAIRE D IMMEUBLE COMPRENANT UN ETABLISSEMENT DE NUIT OU DE LOISIRS Cachet Courtier Affaire Nouvelle Remplacement du contrat n :... Effet

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE INCENDIE Le présent formulaire doit être soigneusement rempli par l assuré. Il est établi en vertu de l article 7, alinéa 2 du code des Assurances. Les déclarations

Plus en détail

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014 Assurance pour les projets de construction Agenda Assurance chantier Assurance wrap-up Autres assurances Cautionnement

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION Domaine de la prévention Etablissement cantonal d assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

GARANTIES MOTO. Formules de Garanties. Dommages Tous Accidents NON NON

GARANTIES MOTO. Formules de Garanties. Dommages Tous Accidents NON NON Opti ons Garanties incluses GARANTIES MOTO Formules de Garanties FORMULES ECO CONTACT+ SERENITE Responsabilité Civile Protection Juridique (consécutif à un accident) Défense Recours (consécutif à un accident)

Plus en détail

L ASSURANCE ET LA GESTION DES RISQUES DE LA PETITE ENTREPRISE

L ASSURANCE ET LA GESTION DES RISQUES DE LA PETITE ENTREPRISE L ASSURANCE ET LA GESTION DES RISQUES DE LA PETITE ENTREPRISE Introduction Les apports de l Assurance Renforcer la capacité des assurés face aux risques qui les menacent (notion d Aléa ) Transformer un

Plus en détail

Réaménagement de la soute à produits chimiques

Réaménagement de la soute à produits chimiques Réaménagement de la soute à produits chimiques CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique 28 rue

Plus en détail

Fiche Produit. Assurance AUTO

Fiche Produit. Assurance AUTO Fiche Produit Assurance AUTO Avec Toutpratique-assurances, l assurance auto devient plus simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour rouler en

Plus en détail

> Pourquoi s assurer?

> Pourquoi s assurer? E 145 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance des pertes d exploitation Si la plupart des entreprises assurent leurs biens, encore trop peu d entre elles pensent à

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

MULTIRISQUE IMMEUBLE

MULTIRISQUE IMMEUBLE MULTIRISQUE IMMEUBLE Intermédiaire : APSILON Code intermédiaire : Code Orias : 08 043 058 Affaire nouvelle (oui/non) Avenant n.. sur contrat n.... Remplacement du contrat n.. PROPOSANT Nom, prénom ou raison

Plus en détail

Financement des formations à la sécurité

Financement des formations à la sécurité Financement des formations à la sécurité Il existe de nombreux contentieux, soit avec l administration, soit avec des OPCA, sur la question du financement des formations à la sécurité. La présente note

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Swissi SA. La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire

Swissi SA. La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire La norme et les directives AEAI 2015 en point de mire Norme 2015 - généralités Les objectifs de protection définis aujourd hui ont été repris sans modification. Les nouvelles PI favorisent, pour les nouvelles

Plus en détail

Avant-propos Guide de Diagnostic Qualigaz Guide de Diagnostic Qualigaz Additif 2013 au Guide DIAGNOSTIC GAZ 2010

Avant-propos Guide de Diagnostic Qualigaz Guide de Diagnostic Qualigaz Additif 2013 au Guide DIAGNOSTIC GAZ 2010 Avant-propos La norme NFP 45-500 est le document technique de référence pour la pratique des diagnostics d installations domestiques gaz dans le cadre de cession de biens immobiliers. Elle a été mise à

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives,

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, Notre expérience de formation et de consultant nous permet d affirmer que cette assurance est en général mal comprise par les entreprises et collectivités,

Plus en détail

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec 13 mars 2012 Plan Présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de sécurité III - Structure du Code de sécurité

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE LA CONSTRUCTION

PROFESSIONNELS DE LA CONSTRUCTION PROFESSIONNELS DE LA CONSTRUCTION Assurés en réseau avec MMA POUR VOTRE ACTIVITÉ MMA BTP Au plus près de vos besoins Que vous soyez plombier, menuisier ou carreleur, l assurance MMA BTP s ajuste à votre

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Les toitures inclinées

Les toitures inclinées Les toitures inclinées 1. Introduction Les toitures inclinées sont aussi appelées : toitures sèches : c'est à dire qu'elles comportent un espace de ventilation toitures froides : c'est à dire qu'elles

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus CSTC Bruxelles, 5 juin 2012 Aanemingen Verelst Yves Martin René Goovaerts Contenu de la présentation 05.06.2012

Plus en détail

Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST. Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST

Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST. Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST Risques pour la santé et la sécurité : évaluation et balises d intervention de la CSST Luc Ménard Direction de la prévention-inspection CSST Plan de présentation INTRODUCTION 1. Chambre de mélange 2. Entreposage

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

ATTESTATION NORMALE 1

ATTESTATION NORMALE 1 ATTESTATION NORMALE 1 IDENTITE DU CLIENT OU DE SON REPRESENTANT Je soussigné(e) : Nom :...Prénom :..... Adresse : Commune Code postal : NATURE DES LOCAUX J atteste que les travaux à réaliser portent sur

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

DOMMAGES AUX BIENS et RESPONSABILITE CIVILE ASSOCIATION CULTUELLE

DOMMAGES AUX BIENS et RESPONSABILITE CIVILE ASSOCIATION CULTUELLE Direction des Activités Sectorielles et de la Construction Département Entreprises à taille humaine DOMMAGES AUX BIENS et RESPONSABILITE CIVILE ASSOCIATION CULTUELLE Pour toute information complémentaire,

Plus en détail

SECURITE DANS L'ENTREPOT

SECURITE DANS L'ENTREPOT SECURITE DANS L'ENTREPOT Plan de l exposé Introduction I- recherche de la sécurité dans l entrepôt II- les caractéristiques de la réglementation III- les risques qui peuvent apparaître dans l entrepôt

Plus en détail

Protocole. TRC/RC Maître d ouvrage Dommages Ouvrage/CNR. Syndic de copropriétés Administrateur de biens

Protocole. TRC/RC Maître d ouvrage Dommages Ouvrage/CNR. Syndic de copropriétés Administrateur de biens 2, avenue Jeanne 92600 ASNIERES SUR SEINE Tél. : 01.42.85.33.33 - Fax : 01.42.85.33.43 e-mail : info@rcb.fr Protocole TRC/RC Maître d ouvrage Dommages Ouvrage/CNR Syndic de copropriétés Administrateur

Plus en détail

- 08 - PRODUITS EN-COURS - PRODUITS DERIVES - PRODUITS CONJOINTS

- 08 - PRODUITS EN-COURS - PRODUITS DERIVES - PRODUITS CONJOINTS - 08 - PRODUITS EN-COURS - PRODUITS DERIVES - PRODUITS CONJOINTS Objectif(s) : o Découverte des problèmes liés aux : Pré requis : o o Modalités : o o o o produits en-cours, produits dérivés, produits conjoints.

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM

CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM CONDITIONS PARTICULIERES «MULTIRISQUE BATIMENT» DES ORGANISMES D HLM Le présent contrat est régi par: le Code des Assurances Les présentes conditions particulières les Conventions Spéciales Modèle HLM

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Allianz Associa Pro Multirisque assurance des Lieux de culte

Allianz Associa Pro Multirisque assurance des Lieux de culte QUESTIONNAIRE PROPOSITION D ASSURANCE Allianz Associa Pro Multirisque assurance des Lieux de culte Nom de l intermédiaire : Cabinet LABIDI et Cie Code de l intermédiaire : 4A1095 Code ORIAS : 07 00 29

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement»

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement» MAITRE D OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PLAINES ET VALLEES DUNOISES Mairie de Donnemain Saint Mamès 28200 Donnemain Saint Mamès Objet : Permis de construire «POLE SANTE D EQUILIBRE» Construction d

Plus en détail

Tarif des primes de l assurance immobilière

Tarif des primes de l assurance immobilière 1 87.111. novembre 00 Tarif des primes de l assurance immobilière L Assurance immobilière du canton de Berne (AIB), vu les articles 1, alinéa 1 et 1, alinéa de la loi du 6 juin 1971 sur l assurance immobilière

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES

SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES SODILANDES DOCUMENT I DEMANDE D ENREGISTREMENT EXPLOITATION D UNE STATION SERVICE (40) octobre 2012 SODILANDES 1234 Avenue du Vignau 40 000 Mont de Marsan Tel : 05 58 05 54 30 Hélioparc Pau-Pyrénées 2

Plus en détail