Le Cursus de l élève en lycée des métiers Un parcours organisé de compétences en information documentation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Cursus de l élève en lycée des métiers Un parcours organisé de compétences en information documentation"

Transcription

1 Le Cursus de l élève en lycée des métiers Un parcours organisé de compétences en information documentation Laurence Ermel, professeur documentaliste, Lycée professionnel A. Boismard, Brionne, Académie de Rouen Angèle Stalder, professeur documentaliste, LDM Le Corbusier, St-Etienne-du-Rouvray, Académie de Rouen Vous avez dit : Cursus de l élève, documentation, lycée professionnel, lycée des métiers, adulte, apprenant, formation continue, formation initiale, formation tout au long de la vie, formation professionnelle, prévention du décrochage, qualité, indicateurs pour une performance, besoins sociétaux, lien école-entreprise, et, accueil dans un Centre de Formation et de Documentation CDI Comment pouvons-nous faire en sorte que ces termes s articulent efficacement? Les termes cités font partie d une expérimentation conduite par quelques professeurs documentalistes dans le cadre de leur activité. Celles-ci s inscrivent volontairement dans des recherches d actions pour permettre aux élèves de lycées des métiers (LDM) de «Réussir dans la voie professionnelle», priorité du projet de l Académie de Rouen en La démarche ellemême a été soutenue par l institution et reconnue comme une innovation pédagogique par la cellule d appui à l innovation et à l expérimentation du Rectorat de Rouen. Cette expérimentation est marquée par un rythme de terrain, mais depuis un an elle se conjugue avec le travail sur le curriculum et la progression des apprentissages en information documentation mené par un membre du Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l'information. Ces professeurs documentalistes qui exercent dans des établissements préparant à des filières du bâtiment ont coordonné leur action d abord par le biais d un «stage sur site» puis sous la forme d un Groupe de Réflexion et de Production (GRP) car il leur a semblé primordial d adapter leur gestion et leur pédagogie aux besoins réels de formation des élèves des lycées professionnels et des apprenants en lycée des métiers, pour prendre en compte des parcours différents : formation initiale, formation continue, formation en apprentissage, VAE. Le seul point commun de ces publics variés est la formation autour d une même filière professionnelle, avec une documentation professionnelle technique. Au fil du temps, les travaux ont été approfondis et orientés, selon des hypothèses, des expérimentations, des choix, vers l évidence que le CDI d un lycée professionnel et surtout d un lycée des métiers est un «centre» très particulier, différent de celui d un collège ou d un lycée général, avec des caractéristiques qui lui sont propres et qu il participe pleinement à la réussite des apprenants. En cela nous avons privilégié l axe professionnel. Le recours aux ressources professionnelles papier ou en ligne (document technique, document normatif, document réglementaire, organisme professionnel de référence, etc.) est un élément de la formation des élèves ô combien mentionné dans les référentiels des diplômes sous la forme de deux capacités : s informer, informer. Après lecture de ces référentiels, nous affirmons que le CDI est effectivement le lieu de la «respiration» collaborative avec les professeurs d ateliers au service de l élève usager et qu il participe fortement à la motivation de l élève, répond à ses besoins d information et valorise sa formation professionnelle. 1

2 Une bonne part des élèves de ces filières sont de futurs entrepreneurs et nous proposons de placer l étude des ressources et documents professionnels, matériaux qui accompagnent et guident la pratique de l artisan et du technicien, au «cœur» du cursus qui aboutit à une culture informationnelle professionnelle qui leur servira au long de leur vie. Quelles compétences info-documentaires en voie professionnelle? Des compétences disciplinaires aux compétences info-documentaires Notre démarche fut de s approprier les référentiels des diplômes professionnels des filières du bâtiment que nous avions dans nos établissements respectifs : métiers du bois seconde transformation, ébénisterie métier d art, ameublement décor et siège, installations sanitaires et thermiques, travaux publics, travaux gros œuvres, techniques de l architecture et de l habitat, aménagement et finition, etc. Après leur lecture attentive, nous y avons systématiquement repéré les besoins exprimés en rapport avec les capacités "s informer, informer" Par la confrontation entre nos pratiques pédagogiques et une compétence technique, nous avons souligné ce qui relevait de la compétence info-documentaire en lycée des métiers. Enfin, nous avons mis en valeur des savoirs notionnels et, pour chaque compétence, nous avons décliné les savoirs, savoir-faire et savoir-être afférents. intégrant fortement des savoir-être... Pourquoi des savoir-être si présents? Sans doute parce que ce public présente des aspérités à prendre en compte dans un itinéraire scolaire et plus particulièrement dans la représentation du savoir et de la lecture. C'est un public diversifié, souvent majeur, fréquemment non rompu au métier d'élève, avec des projets et profils «grands écarts», motivés ou sans choix stable. Par exemple, l élève doit accepter de se projeter dans une tâche «longue et non immédiate», puisqu il doit prendre conscience du contexte (temps estimé, recherche simple ou complexe, information lacunaire ou à conforter) et commencer à circonscrire son sujet de recherche. Savoir «analyser son besoin d information professionnelle», compétence qui paraît anodine, est en fait une compétence "fantôme" telle que la définit le psychocogniticien André Tricot : «la recherche en psychologie montre que pour prendre conscience que je manque de connaissance, il me faut des connaissances, notamment des méta-connaissances : des connaissances sur le thème et des savoirfaire» 1. et repérées en tant que besoins spécifiques de formation info-documentaires Analyser ce qui relève d une compétence info-documentaire oblige à la différencier de ce qui est une compétence transversale. Or, selon Pascal Duplessis, didacticien en information documentation, dès que l'on décline une compétence liée à de la recherche documentaire, la démarche du professeur documentaliste est différente de celle du professeur disciplinaire et aboutit à des notions différentes à construire. Prenons l exemple de la compétence "savoir citer des sources". Lors d un exercice réalisé en classe de seconde en début d'année, avec le professeur disciplinaire, le titre de l'ouvrage est repéré, l'adresse du site est relevée, mais c est "Google image" qui est retenu pour indiquer "la source de l'image" (seul un élève a distingué le site d'origine). Si l'on souhaite retrouver l'auteur d un ouvrage, dans le cas le plus simple, nous l'aurons. Mais le plus souvent, pour citer une ressource en ligne, l'élève ne prélève que le lien, sans le nom de l auteur souvent difficile à trouver. Qu'en est-il, dès lors, de la caution scientifique, de la notion d autorité? Qu'en est-il de la connaissance des codes, de la compréhension d'une page de site qui associe textes, images, vidéo, commentaires de 1 André Tricot. La prise de conscience du besoin d information : une compétence documentaire fantôme? In Docs pour Docs. (2004). En ligne. <http://docsdocs.free.fr/modules.php?name=section&op=viearticle&artid=55>. Consulté le 8 juin

3 différents acteurs? Seul le professeur documentaliste aborde cette compétence spécifique et forme l'élève à déceler l'auteur d'une page web où, justement, l'auteur est difficilement détectable. En LDM, cet apprentissage se pose avec d autant plus d acuité que les sources que rencontrent ces élèves leur sont jusqu alors inconnues et qu ils manquent de pratique pour savoir leur opposer un esprit critique jusque-là jamais exercé sur un terrain professionnel. De même, lorsque l on souhaite développer la compétence "comprendre l'intention de communication d un document". L'élève doit différencier, sur une page web, ce qui relève de la citation, du commentaire, du publicitaire, etc. Or, pour l'élève "professionnel en devenir", ce repérage est bien plus complexe, car il a à découvrir des stratégies de communication spécifiques à un contexte professionnel précis. Ainsi, l élève qui collecte une fiche de bricolage doit ici encore exercer son esprit critique professionnel. Il est amené à différencier les codes du document produit par le professionnel commercial pour le grand public de ceux du document produit par un professionnel référent pour l exercice d une activité professionnelle. Dernier exemple, la compétence "exploiter l information". Comment traiter l information et justifier le choix de l information sélectionnée? La réussite d une reformulation par l élève, après extraction de l information, relève probablement de connaissances liées à la notion même de document : structuration et organisation du document, mode de raisonnement et intention de communication de l auteur. Une séance pourrait être proposée pour que l élève retrouve dans un texte (défini comme "l information organisée par un auteur") les types de raisonnement global et les outils de raisonnement utilisés moins connus des élèves qui s initient aux ressources professionnelles : notice technique, fiche-produit, normes, procédés, process, etc. auxquels s'ajoute la découverte d un langage professionnel La difficulté d une recherche réside principalement dans l interrogation et l utilisation du mot-clé approprié. La requête ne peut donner de réponse satisfaisante sur «Google» si nous ne nous situons pas dans un domaine d exploration spécifique et non grand public. Chaque démarche de recherche est particulière et l élève de LDM doit être aidé pour mener sa quête en passant par des termes progressivement spécialisés. Un exemple : dans le domaine de l ameublement et du siège en bois, c est l adulte ressource qui «interroge l élève» sur son besoin d information pour l aider à préciser sa demande qui va d'un vocabulaire de novice à un langage maîtrisé 2 : ainsi pour la fabrication d un dossier de siège, on va s acheminer de l expression «forme courbe» à «arrondi ou en rond», à «déformé» puis vers «cintré» et «cintrage» et «technique de cintrage». Plus que jamais, la culture de l'écrit est présente. Des compétences qui font sens en écho à des pratiques sociales de références Un principe a guidé ce travail de réalisation de référentiels de compétences info-documentaires : faire correspondre des savoirs scolaires avec des compétences professionnelles, impératif sociétal selon Philippe Perrenoud quand il écrit qu il faut «s organiser de façon plus méthodique pour mieux connecter les programmes de l école obligatoire à l évolution des pratiques sociales et des compétences requises dans la vie» 3. 2 Denecker, C. Les compétences documentaires : des processus mentaux à l'utilisation de l'information. Villeurbanne : Enssib, p. 3 Perrenoud, P. Ancrer le curriculum dans les pratiques sociales, in Résonances, n 6, février 2003, pp

4 Mais qu entendre exactement par la notion de pratiques sociales de références? On peut dire que c est ce qui permet de «mettre en relation les activités dans la classe et les pratiques en entreprise» 4 ou encore «établir le lien entre les activités scolaires et le monde professionnel» 5. La notion même de compétence redéfinie à la lecture de Guy Le Boterf Consultant en dispositifs de management, de transmission et de développement des compétences auprès d entreprises, Guy Le Boterf 6, redéfinit la compétence comme un «processus et non comme une addition» et conjugue avoir des compétences et être compétent. Avoir des compétences consiste alors à savoir mobiliser des ressources personnelles et des ressources de support tels que les réseaux de coopération, la veille externe (salons professionnels, etc.). Être compétent serait savoir agir avec compétence, en situation contextualisée sur un lieu de travail. Des situations d apprentissage en lien avec des activités professionnelles Comment alors concevoir notre enseignement pour créer un itinéraire pertinent qui permette à l apprenant d être compétent, au sens d'avoir des compétences et d'agir de façon compétente 7? Nous sommes parties du postulat suivant : utiliser le plus souvent possible une démarche pédagogique qui s apparente à une pratique sociale de référence dans le domaine professionnel ciblé, le cahier des charges. Ainsi, l hypothèse est émise que faire appel à cette pratique sociale de référence contribue à rendre l apprenant compétent au sens où Guy Le Boterf l entend (en situation professionnelle simulée). Or, qu est-ce qu un cahier des charges si ce n est une situation problème? La démarche documentaire, véritable démarche d investigation, peut alors faire écho chez l apprenant à une pratique sociale de référence à partir de laquelle l enseignement technique et professionnel est construit en France par ailleurs. Si l on transpose cette pratique sociale de référence à notre pédagogie documentaire on peut proposer un scénario qui s'appuie plus précisément sur des tâches qui font sens au niveau professionnel : une situation concrète de départ : quelle tâche mission de recherche ou de production d information professionnelle pour mobiliser les concepts info-documentaires visés? des objectifs à atteindre : notionnels et procéduraux, en information documentation mais aussi en enseignement professionnel ; des ressources à disposition pour réaliser la tâche telles que décrites par Le Boterf : personnelles à l apprenant et extérieures pouvant être humaines, technologiques ou tout autre ; et ceci bien sûr, avec les ingrédients pédagogiques de base : clarté des consignes, travail différencié, individuel ou en groupe, en alternance, etc. Toujours pour faire sens, non plus au niveau des pratiques sociales de références, mais au niveau de l'implication de l'apprenant, il faut, avec la participation active de l'élève, identifier les obstacles aux apprentissages, car une situation problème part d'un obstacle remarqué chez l'élève. Cette identification est réalisée en amont de la séquence pédagogique, lors d une phase de diagnostic. Nous utilisons dans notre groupe de travail une technique de diagnostic des obstacles, 4 «Proposé au milieu des années 1970 par Jean-Louis Martinand lors des travaux de la commission Lagarrigue, le concept de "référence à des pratiques sociales" est aujourd hui utilisé par les didactiques des disciplines ancrées sur des pratiques». Extrait de : Parmentier, G. et Venem, S. In Académie de Lille. (2006). En ligne. <http://www2b.aclille.fr/techno2/memoires/0506/psr.pdf>. Consulté le 30 mai Ibidem 6 Le Boterf, G. Repenser la compétence : Pour dépasser les idées reçues : 15 propositions. Paris : Editions d Organisation, 2008, 140 p. 7 Ibidem 4

5 mise en place par Pascal Duplessis, technique dite des «énoncés langagiers 8». Un questionnaire de positionnement documentaire facilite également ce repérage, tout comme des temps de métacognition ou de dialogue banalisé entre ce qui est perçu par l'enseignant et ce qui est ressenti par les élèves. De même, des conditions s'avèrent primordiales : des temps de collaboration avec le professeur d'atelier, parfois le chef des travaux, pour la participation aux réunions pédagogiques d'atelier, des temps d'intervention, en classe ou au CDI, variables selon l'expertise du professeur documentaliste, tout comme un dispositif d'évaluation de ces notions info-documentaires enseignées et corrélées d'outils de régulation (des grilles de critères de réussite, de réalisation, mais aussi des écrits de type carnet de bord, etc.) pour faciliter le feed back et amener l apprenant à la prise de décision et à l action, compétence professionnelle qui, à l école, revêt le nom d autonomie. Cette mise en œuvre de notre enseignement basé en priorité sur le matériau professionnel des élèves et la pratique d'une collaboration expliquée aux élèves permet de donner du sens aux apprentissages et de motiver l apprenant. C est une contribution à la lutte contre le décrochage scolaire. Proposer une transparence de diagnostic et d'évaluation active de chaque élève est également un moyen d'établir des parcours individualisés de formation, chaque apprenant pouvant emprunter un itinéraire d apprentissage différent dépendant de ses besoins propres. Autour d un objet d étude spécifique : le document technique Pourquoi le "document technique" est-il apparu au fil du temps comme concept intégrateur 9 de différentes notions? Très rapidement les apprenants de LP/LDM sont amenés à manipuler des normes, des notices de fabricants, des prescriptions de mise en œuvre, de même qu ils sont sollicités par des annonceurs de toutes sortes. Aux difficultés habituellement rencontrées en matière de recherche et de traitement d informations, s ajoute le caractère spécifique du genre «document technique» et de ses circuits de diffusion que les élèves doivent appréhender, comprendre et maîtriser pour mettre en œuvre leur formation professionnelle. Cette réflexion nous a menées à approfondir notre connaissance du concept de document technique en lui-même car il est traditionnellement associé et assimilé au document scientifique. Seul la linguistique a permis de définir le document technique sous l'angle des "discours procéduraux" (comment faire pour?) et de le distinguer de la documentation professionnelle qui elle est plus indifférenciée. A partir de là, nous avons élaboré la carte conceptuelle du document technique 10 et structuré toutes les notions dégagées selon l'approche de la définition du document par le groupe de recherche du CNRS Roger T. Pédauque (Réseaux Thématiques Pluridisciplinaires), à savoir la forme, le signe (le sens) et le médium (relation entre émetteur et récepteur). Obstacles repérés chez l'élève lors de l'utilisation des documents techniques (en cours de recherche-action dans notre groupe de travail) 8 Duplessis, P. et al. Banque d'énoncés langagiers d'élèves de la 6ème à la terminale. In Le blog des Trois Couronnes. (2008). En ligne. <http://esmeree.fr/lestroiscouronnes/idoc/chantiers/banque-d-enonces-langagiers-d-eleves-de-la-6emea-la-terminale>. Consulté le 25 mai Ermel, L., Montaigne, A. et Stalder, A. Un concept intégrateur pour les lycées des métiers : Le document technique. In Académie de Rouen. (2009). En ligne. < >. Consulté le 7 juin < 5

6 la lecture complexe des documents techniques : articulation texte/image, vocabulaire univoque, utilisation de codes d édition, formulation injonctive, etc. le statut de l image dans le document technique 11 : l'unité d information visuelle peut être complexe et parfois constitue en elle-même un document informatif à part entière la connaissance parcellaire de ces documents techniques, du fait d un usage via un document souvent secondaire, reconstruit en vue de l étude en classe la différenciation entre un écrit professionnel et un écrit "grand public" la non projection de l usage des documents techniques autre que dans une situation d exercice scolaire. Elaboration de tâches pédagogiques proposées aux élèves pour lever ces obstacles (en cours de recherche-action) - Comment résumer des articles de revues professionnelles pour les insérer dans la base documentaire et les retrouver ultérieurement? Justifier le vocabulaire employé. - Comment répertorier les revues professionnelles en ligne dans son domaine? Les différencier. Analyser leur mode d'accès. - Comment trouver les organismes de référence dans son domaine? Justifier son choix et sa démarche. - Comment repérer les ressources professionnelles essentielles de son domaine? Les lister, les organiser dans son espace de travail. Justifier son choix et sa démarche. - Comment différencier un document "grand magasin" d un document de référence? - Comment repérer la caution technique d un auteur (élaboration de la cartographie des écrits d un auteur sur le web)? - Comment concevoir une stratégie de communication dans le compte rendu de Période de Formation en Milieu Professionnel? Ce cursus ainsi ébauché avec ses pistes de tâches pédagogiques expérimentées ou en cours d expérimentation induit selon nous des mutations pour le CDI. Un "Learning centre" : sa déclinaison au lycée des métiers A ce stade de nos travaux et réflexions nous constatons que ce cursus implique des changements structurels pour le CDI des lycées des métiers qui pourrait devenir un lieu ressources au sens du Learning centre 12. Il se déclinerait autour des missions du professeur documentaliste qui, audelà des images récurrentes du CDI comme «cœur» ou «poumon du lycée 13», s impose comme une personne médiateur documentaire et médiateur culturel au sens large (culture des arts, culture informationnelle et culture professionnelle). Cet espace CDI, multipolaire et/ou «Centre de Ressources» ou «Learning centre» 14, serait référent parmi des espaces d accès aux ressources professionnelles avec des pratiques 11 Badjo-Monnet, B et Bertier, M. Indexation pour la recherche d'information dans des documents techniques structurés multimédias. In Université Stendhal-Grenoble3. (2003). En ligne. <http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2002/monnet- Bertier/home.html>. Consulté le 9 juin Il se définit comme un centre de ressources, lieu d apprentissage, d information et de vie, lieu de culture tel Rouen Business School qui veut ainsi «favoriser l innovation pédagogique et mettre à disposition un lieu de travail et d échanges via une offre globale de services et de ressources», <http://www.rouenbs.fr/fr/campus/intelligence-learningcenter>. 13 France. Ministère de l Education Nationale. Préconisations sur la réforme du lycée. In Ministère de l Education nationale. (2009). En ligne. <http://media.education.gouv.fr/file/06_juin/35/9/rapportconsultationlycee_60359.pdf>. Rapporteur Richard Descoing, p. 25. Consulté le 8 juin France. Ministère de l Enseignement supérieur et de la recherche. Les Learning centres : un modèle international de bibliothèque intégrée à l enseignement et à la recherche. In Enseignement supérieur et de la recherche. (2009). En 6

7 professionnelles spécifiques et engagées : dépouillement de revues professionnelles, partenariat constant avec les organismes professionnels, collecte et mise à disposition efficiente de la documentation technique et normative. Un espace dynamique s'inspirant des Learning centres Comme l'indique le site Educnet, on n'importe pas le modèle, «les Learning Centres devraient trouver leur équivalent en France mais aussi dans la langue française» 15, mais insistons sur cette possibilité d y développer un «travail de groupe et production de documents, souvent multimédia, vivement encouragés». Parmi ces documents, on pourrait concevoir des travaux collaboratifs d'apprenants, tous statuts confondus, formation initiale et formation continue, ce qui constituerait d ailleurs une réalisation concrète et visible du caractère fédérateur des formations proposées dans un même lycée des métiers : production de wikis sur un thème professionnel, listage de ressources professionnelles accessibles et décryptées, puis mises à disposition sous forme de portails web, etc. Ces productions collaboratives seraient le fruit de séquences de formation élaborées selon des besoins sociétaux nouveaux repérés lors de nos stages en entreprise du BTP et au sein d organismes de références comme le CSTB 16, de visites de stage d élèves en milieu professionnel et permettraient d aborder un autre concept intégrateur en information documentation pour le lycée des métiers : la veille technologique. Comment la construire, la conduire et la diffuser au sein d une entreprise? Cette compétence de «savoir se tenir en éveil» dans un champ professionnel, constitue selon nous un point clé d un cursus en info-documentation en lycée des métiers. Un espace orienté centre de ressources professionnelles On pourrait organiser des espaces identifiables sans se contenter d un espace de revues ici professionnelles. Seront clairement identifiables et déclinés l'espace professionnel, avec l'affichage des manifestations et salons, les points annuaires pour recherche de stage, les espaces de consultation en ligne de base de données, la documentation normative papier et en ligne, les échantillons et catalogues des fournisseurs, la documentation technique. La lecture en LDM est donc orientée surtout vers les revues professionnelles. En effet, l'appétence pour ces sources d information professionnelle est gigantesque et facilement quantifiable par un pointage des consultations spontanées sur le temps de la pause méridienne. On constate que ces revues professionnelles représentent parfois l unique choix de lecture des élèves hormis les bandes dessinées et les mangas. «Et pourtant ils lisent...» 17! Cet espace, réorganisé, intégrerait des salles d'autonomie et d'autoformation pour faire le lien entre les outils informatiques personnels et les outils déjà existants dans le lieu. Nous sommes certaines que cette façon de concevoir l Information ne peut se construire qu à partir de critères et d indicateurs de qualité aussi bien pour la gestion et le fonctionnement du CDI que pour la formation de l élève. La politique de gestion se conçoit comme une strate d appui à la formation de l usager. Un espace ouvert sur la mutualisation de ressources pédagogiques ligne. <http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2009/33/6/rapport_learning_centers_7-12_rv_ pdf>. Rapporteur Suzanne JOUGUELET. Consulté le 8 juin France. Ministère de l Education nationale et Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche. «Learning centres» : modèle international de bibliothèque intégrée à l enseignement et à la recherche. In Educnet-enseigner avec le numérique. (2010). En ligne. <http://www.educnet.education.fr/veille-education-numerique/fevrier-2010/rapportlearning-centres-modele-international-bibliotheque-integree-enseignement-et-recherche/>. Consulté le 9 juin CSTB : Centre Scientifique et Technique du Bâtiment. 17 Baudelot, C., Cartier, M., Détrez, C. Et pourtant ils lisent... Paris : Le Seuil, 1999, 245 p. 7

8 Pour ne pas repenser et reconstruire sans cesse, il a semblé utile de produire quelques outils adaptés aux besoins des usagers et mis à disposition d autres professeurs documentalistes 18, sur une plate forme de travail numérique 19 : - des référentiels info-documentaires. Ils constituent des outils support de réflexion et de dialogue avec les collègues disciplinaires pour nos collaborations. Ils sont aussi une ressource extérieure pour l apprenant qui peut se positionner en matière de compétences info-documentaires à la lecture de ceux-ci. - une carte conceptuelle du document technique qui permet de circonscrire un objet d enseignement - un protocole de dépouillement des revues professionnelles qui tient compte des normes en vigueur de catalogage et d indexation - une fiche descriptive des périodiques dépouillés En conclusion Penser un cursus de l élève en lycée des métiers c est contribuer à la culture informationnelle qui intègre la culture professionnelle, c est-à-dire : - concevoir des tâches pédagogiques pour donner du sens et ancrer les apprentissages sur l action «concrète» ce qui signifie viser des compétences en cohérence avec les activités professionnelles - individualiser le parcours de chaque élève avec l idée de «l accompagnement personnalisé» dans le champ de la didactique info-documentaire - imbriquer, mise à disposition de ressources professionnelles, formation à la culture informationnelle professionnelle, accompagnement individualisé au sein de l équipe éducative et entamer un lien avec le cycle supérieur. Ce qui suppose aussi prendre en compte l évolution des pratiques sociales informationnelles des élèves dans un contexte sociétal où les environnements numériques se généralisent et prendre en compte les nouvelles modalités de travail collaboratif. Ce qui suppose encore d établir une véritable politique documentaire au service de l élève. L élève de LDM a besoin constamment d une «politique d excellence pédagogique» et ponctuellement, d une prise en charge par un accompagnement personnalisé réel et non parcellaire «tout au long de son parcours d'élève» avec une formation pour développer des compétences informationnelles. C est une plus value dans son cursus. En conséquence il nous semble que ce parcours organisé, si l on veut que chaque élève du lycée des métiers en soit bénéficiaire, doit s inscrire dans un cursus info-documentaire obligatoire. Ce cursus doit cibler les ressources professionnelles et les obstacles repérés dans la maîtrise de l utilisation de la documentation technique et professionnelle. Il doit être en interaction élargie, sous forme d'un triptyque qui associe, l'équipe éducative (enseignants d'ateliers, chef des travaux, professeur documentaliste, ), les entreprises et organismes professionnels et la recherche qu elle soit sur le terrain ou en sciences de l'information et de la communication. 18 Cette année, notre groupe s est élargi à d autres familles de métiers pour évaluer les outils qui pouvaient être transférés et/ou transposés à d autres secteurs d activité professionnelle : les services à la personne, la micro-mécanique. Nous retrouvons cette expression «familles des métiers» à la page 29 de ce rapport : France. Haut Conseil de l'éducation. L'enseignement professionnel : Bilan des résultats de l École In La Documentation française. (2009). En ligne. <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/ /index.shtml>. Consulté le 16 mai

9 9

Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale

Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale Fédération des associations d Enseignants documentalistes De l Education nationale www.fadben.asso.fr ENSEIGNEMENT A L'INFORMATION DOCUMENTATION Proposition faite par la FADBEN dans le cadre de la réforme

Plus en détail

Aide à la gestion du projet final ISN

Aide à la gestion du projet final ISN Aide à la gestion du projet final ISN 1 - La place du projet dans l ISN «Les activités des élèves sont organisées autour d une équipe de projet dont les tâches sont les suivantes : repérer le besoin ou

Plus en détail

Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation. Année scolaire 2010-2011

Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation. Année scolaire 2010-2011 Accompagnement personnalisé Bilan des journées de formation Année scolaire 2010-2011 Au cours du mois de mars 2011, des formations académiques d une journée sur «L'accompagnement personnalisé au lycée»

Plus en détail

Rénovation de la voie professionnelle Pour la filière vente

Rénovation de la voie professionnelle Pour la filière vente Document de synthèse Rénovation de la voie professionnelle Pour la filière vente I - Présentation générale de la rénovation a) Les enjeux de la rénovation de la voie professionnelle A travers cette réforme,

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 Module 6 heures Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 VADE-MECUM - Découverte professionnelle - Module 6 heures 1 Rappel Le module de découverte professionnelle

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement.

Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement. Accompagnement personnalisé BAC PRO 3 ans Les modules et ateliers Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement.

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE NOTRE ENTRETIEN AVEC FLORIAN REYNAUD, PRÉSIDENT DE LA FADBEN

COMPTE-RENDU DE NOTRE ENTRETIEN AVEC FLORIAN REYNAUD, PRÉSIDENT DE LA FADBEN 29 avril 2015 - ADBEN Lyon COMPTE-RENDU DE NOTRE ENTRETIEN AVEC FLORIAN REYNAUD, PRÉSIDENT DE LA FADBEN CURRICULUM EN INFORMATION DOCUMENTATION : ENJEUX ET OBJECTIFS Introduction Présentation de la Fadben

Plus en détail

INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES GUY LE BOTERF INGÉNIERIE ET ÉVALUATION DES COMPÉTENCES Sixième édition Groupe Eyrolles, 1998, 1999, 2001, 2002, 2006, 2011 ISBN : 978-2-212-54777-1 S OMMAIRE PRÉFACE... 13 GUIDE THÉMATIQUE... 17 FICHES

Plus en détail

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS Année 2011 / 2012 Véronique MONMARON Bruno CHARMOILLE IEN Economie et Gestion Martine GIONTA Elisabeth

Plus en détail

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e

Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e Extrait du Dossier d autorisation à mettre en oeuvre le C2i2e déposé auprès de la Mission Numérique pour l'enseignement Supérieur par l Institut Catholique de Paris (ICP) - Mars 2011 Au cours du semestre,

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA

EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA EVALUER PAR COMPETENCES EN EGPA 1. POUR EN FINIR AVEC LES NOTES? Les notes ne sont pas le meilleur indicateur de l atteinte d une compétence, pourtant on les utilise largement surtout dans le second degré.

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION

CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION CONSTRUCTION PROGRESSIVE DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES DES METIERS DE L'ENSEIGNEMENT ET DE L'EDUCATION Ce document, destiné aux étudiants, aux fonctionnaires stagiaires ou nouvellement titularisés et

Plus en détail

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie ================================== Espace Régional de Formation des Professions de Santé 14, rue du Professeur Stewart 76042 ROUEN Cedex 1 02.32.88.85.45/46 Fax : 02.32.88.83.72 Secretariat.IFCS@chu-rouen.fr

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

LA COMPETENCE. TACHE (ou but, environnement, opérations) EVALUER. www.cadredesante.com

LA COMPETENCE. TACHE (ou but, environnement, opérations) EVALUER. www.cadredesante.com L'évaluation en pédagogie : Définitions et concepts- clés Descriptif : L'évaluation, tout le monde en parle, mais sait-on bien de quoi nous parlons? Le vocabulaire que nous utilisons est-il bien adapté?

Plus en détail

A PROPOS DU CCF DOCUMENT de CADRAGE : - Actualisation -

A PROPOS DU CCF DOCUMENT de CADRAGE : - Actualisation - A PROPOS DU CCF DOCUMENT de CADRAGE : - Actualisation - Qui évalue? «Si un professeur n a pas d élèves de terminale, peut-il/doit-il être examinateur lui aussi?» OUI. L'évaluation est conduite par les

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L organisation du temps scolaire Bureau de la formation continue des enseignants

Plus en détail

Ateliers de formation professionnelle :

Ateliers de formation professionnelle : Informations de l'unité d'enseignement Implantation Ecole Normale Catholique du Brabant Wallon Cursus de Bachelier - AESI en - langue étrangère Préparer et réaliser une ou plusieurs séquences d enseignement

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

VU le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur ;

VU le décret n 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur ; RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :ESRS0906095A ARRÊTÉ du 8 avril 2009 modifiant l arrêté du 10 juin 2008 portant définition et fixant les conditions de

Plus en détail

ENT : usages pédagogiques

ENT : usages pédagogiques B Bureau des Missions Pédagogiques ENT : usages pédagogiques Préparer des TPE* Paternité Date, version 2013, 1.12 Académie de Montpellier, Bureau des Missions Pédagogiques Enseignement obligatoire en classe

Plus en détail

ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE

ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE La pratique réflexive Un concept et des mises en œuvre à définir > Yann VACHER Université de Corse ANNEXE III Outils d évaluation du dispositif ARPPEGE Nous avons formalisé des outils de recueil des avis,

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013

Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Organisation de la formation des professeurs et CPE stagiaires dans l académie de Caen Année 2012-2013 Principes généraux L académie de Caen accueille cette année 142 professeurs et CPE stagiaires dont

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel GUIDE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DE GRILLES D ENTRETIEN Axes de réflexions à aborder avec les étudiants : Le parcours de vie Il s agit de faire connaissance

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNALISE RESERVE D ACCES AU CORPS DES PLP. Section : Génie Industriel. option : Bois

EXAMEN PROFESSIONNALISE RESERVE D ACCES AU CORPS DES PLP. Section : Génie Industriel. option : Bois Secrétariat Général Direction générale des ressources humaines Sous-direction du recrutement Concours du second degré Rapport de jury Session 2013 EXAMEN PROFESSIONNALISE RESERVE D ACCES AU CORPS DES PLP

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession COMPETENCE : RECHERCHE DOCUMENTAIRE FICHE EDUSCOL (Non) Nature de l activité : Travail méthodologique : Savoir faire transférable : Acquérir la méthode de recherche documentaire transposable dans toutes

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes

3. ÉPREUVES. Épreuve E4 : Communication et relations avec les acteurs internes et externes 3. ÉPREUVES À l issue des épreuves orales, aussi bien en CCF qu'en forme ponctuelle, les s ne donnent aucune indication sur la valeur de la prestation du candidat. La note proposée n'est pas communiquée

Plus en détail

Scénario n 24 : QUOI FAIRE AVEC MON BAC PRO TRANSPORT /LOGISTIQUE?

Scénario n 24 : QUOI FAIRE AVEC MON BAC PRO TRANSPORT /LOGISTIQUE? Scénario n 24 : QUOI FAIRE AVEC MON BAC PRO TRANSPORT /LOGISTIQUE? SUJET(S) : Production par les élèves de ressources numériques / Former à la veille et à la diffusion de l information / Collaborer avec

Plus en détail

Anglais en Lycée Professionnel

Anglais en Lycée Professionnel Anglais en Lycée Professionnel Recommandations pratiques 1. Conception et préparation de la séance/séquence 1 Conception et préparation de la séquence : (voir fiche maquette de séquence) Définir la tâche

Plus en détail

Michèle Costard Professeur documentaliste Lycée Jules Verne de Mondeville (14)

Michèle Costard Professeur documentaliste Lycée Jules Verne de Mondeville (14) Au cours de mon année de stage au sein du lycée professionnel et technique Jules Verne de Mondeville (Calvados), j ai eu l opportunité de réfléchir à l éducation à la citoyenneté des élèves face à Internet,

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

Enseigner aux enfants et aux adolescents

Enseigner aux enfants et aux adolescents UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Enseigner aux enfants et aux adolescents Maitriser les approches et développer des contenus adaptés aux jeunes publics

Plus en détail

Réflexions sur la formation de l enseignant l en LANSAD

Réflexions sur la formation de l enseignant l en LANSAD Réflexions sur la formation de l enseignant l en LANSAD Plan de l exposé 1. La formation de l enseignant en langue étrangère en Europe et en France. 2. L enseignement des langues à l Université. 3. L enseignement

Plus en détail

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou Atelier : Concevoir un programme de préparation à l'insertion universitaire, Alain Koenig, directeur

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée. 1. De la demande aux objectifs de formation

Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée. 1. De la demande aux objectifs de formation Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée 1. De la demande aux objectifs de formation Dès qu une demande de formation FOS est formulée (ou envisagée), il s agit dans un premier temps d effectuer un

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

ETUDE STATISTIQUE AU COLLEGE. Classe de cinquième

ETUDE STATISTIQUE AU COLLEGE. Classe de cinquième ETUDE STATISTIQUE AU COLLEGE Classe de cinquième Sommaire Page 1....Sommaire Page 2....Présentation. Page 3....A propos de l'évaluation par compétences. Pages 4 à 9... Phase 1. Dévolution des situations

Plus en détail

Dans le cadre du parcours du lycéen, l Accompagnement Personnalisé c est un nouveau dispositif qui doit permettre de

Dans le cadre du parcours du lycéen, l Accompagnement Personnalisé c est un nouveau dispositif qui doit permettre de Les démarches pédagogiques et les tâches proposées lors des 72 heures de l accompagnement personnalisé en classe de seconde, quelle mise en lien avec les enseignements généraux et les enseignements d exploration?

Plus en détail

Pourquoi une formation en Arts Plastiques?

Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Pourquoi une formation en Arts Plastiques? Votre enfant termine sa classe de Troisième, et sera en seconde générale l an prochain. Un certain nombre de disciplines, jusqu à présent obligatoires, deviennent

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : Baccalauréat professionnel Aménagements paysagers Module : MP3 Organisation d un chantier d aménagement

Plus en détail

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force "Logiciels éducatifs et multimédia":

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force Logiciels éducatifs et multimédia: Introduction Les nouveaux outils n'apporteront un plus à l'enseignement que dans le cadre de nouvelles pratiques pédagogiques, plus centrées sur la personne de l'étudiant, sur le développement de ses compétences

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Annexe II b Définition des épreuves Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Cette épreuve valide tout ou partie des compétences

Plus en détail

Informatique et création numérique

Informatique et création numérique Enseignement d exploration en classe de seconde 30 septembre 2015 Groupe de Formation-Action EE ICN Lycée Koeberlé de Sélestat Horaire Objectifs de l enseignement Une dimension interdisciplinaire Perspectives

Plus en détail

De l accompagnement personnalisé en Seconde

De l accompagnement personnalisé en Seconde De l accompagnement personnalisé en Seconde David ROBERT Résumé Les heures d aide individualisée disparaissent avec la réforme et les modules disparaissent ou deviennent éventuellement des heures dédoublées

Plus en détail

L innovation dans le champ de la documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique»

L innovation dans le champ de la documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique» documentation : un vade-mecum, documentation : un vade-mecum : «Apprendre ensemble à l ère numérique» 1 I Pourquoi, pour quoi, comment innover? L innovation n est pas une fin en soi elle existe depuis

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

PROJET EN ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE BACCALAUREAT STI2D SESSION 2013

PROJET EN ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE BACCALAUREAT STI2D SESSION 2013 PROJET EN ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE BACCALAUREAT STI2D SESSION 2013 IA-IPR STI Académie de Versailles SOMMAIRE A/. REGLEMENTATION DU BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Epreuve relative aux enseignements technologiques

Plus en détail

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION

REFERENTIEL BTS COMMUNICATION REFERENTIEL BTS COMMUNICATION PRINCIPES GENERAUX Le présent document vise à expliciter et justifier certains choix qui ont présidé à l écriture du projet. L élaboration du référentiel de certification

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES Académie d Aix-Marseille Année scolaire LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES NOM : Prénom : Livret de suivi de scolarité en SEGPA Préambule à l attention des enseignants L objectif

Plus en détail

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010 eduscol Physique-chimie Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Grilles de compétences Mai 2010 MEN/DGESCO eduscol.education.fr/spc Former et Evaluer par s dans le

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Service de l'enseignement technique Sous Direction des Politiques de Formation et

Plus en détail

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Ce référentiel a été élaboré avec l accompagnement méthodologique

Plus en détail

Outil d'aide à l'évaluation des compétences du référentiel du professeur des écoles à l'usage des stagiaires

Outil d'aide à l'évaluation des compétences du référentiel du professeur des écoles à l'usage des stagiaires Outil d'aide à l'évaluation des compétences du référentiel du professeur des écoles à l'usage des stagiaires Conception du document : Dans le cadre de la formation de formateurs 2012-2013, les tuteurs

Plus en détail

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Url : http://www.banqoutils.education.gouv.fr/index.php Niveau : GS au Lycée Conditions d'utilisation : Pas d'inscription nécessaire. Format des ressources

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

«De l initiative à l autonomie : des compétences pour demain.»

«De l initiative à l autonomie : des compétences pour demain.» Fiche action n 2 DOSSIER DE CANDIDATURE «Mobiliser les compétences dans des situations diversifiées et motivantes» Avant-propos Le projet «De l initiative à l autonomie : des compétences pour demain» a

Plus en détail

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité AIDE AU CHOIX Opération Chèque 1 er degré Ressources Etat des lieux Numériques : Analyser l existant Avant d arrêter un choix définitif et afin d influencer de manière critique l intégration des ressources

Plus en détail

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION Aix-en-Provence Mars 2010 Laurence Giovannoni, IA-IPR d anglais Académie d Aix-Marseille Baladodiffusion: définition Traduction du mot podcasting: ipod

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

ORIENTATIONS PEDAGOGIQUES ANGLAIS EN LP

ORIENTATIONS PEDAGOGIQUES ANGLAIS EN LP ORIENTATIONS PEDAGOGIQUES ANGLAIS EN LP Destiné à tous les professeurs d anglais en lycée professionnel, ce document fait la synthèse des observations de classe menées ces dernières années. Il présente

Plus en détail

Séquence de prise en main d'e-sidoc en 6ème [3 séances]

Séquence de prise en main d'e-sidoc en 6ème [3 séances] Séquence de prise en main d'e-sidoc en 6ème [3 séances] Groupe technique académique Politique documentaire, Académie de Grenoble. Niveau : 6ème Séquence en 3 séances d'une heure chacune, en IRD (Initiation

Plus en détail

LPC Palier 2 : S appuyer sur des méthodes de travail pour être autonome

LPC Palier 2 : S appuyer sur des méthodes de travail pour être autonome P Palier 2 : S appuyer sur des méthodes de travail pour être autonome Vous trouverez un exemple de progressivité des contenus d enseignement à investir pour permettre de maîtriser cette compétences. a

Plus en détail

CRÉER DES NUAGES DE MOTS CLÉS EN SMS

CRÉER DES NUAGES DE MOTS CLÉS EN SMS CRÉER DES NUAGES DE MOTS CLÉS EN SMS Depuis quelques mois, on peut voir apparaître dans divers périodiques ou sur différents sites des nuages de mots clés (voir site du GRISMS) permettant d être dirigé

Plus en détail

Individualisation et usages des TIC en formation de base

Individualisation et usages des TIC en formation de base Individualisation et usages des TIC en formation de base Professionnalisation de la lutte contre l illettrisme et de la formation de base Modules de base pour la formation de formateurs TRAIN - Module

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS

Dispositif de Formations de formateurs RÉUSSIR SON PARCOURS Dispositif de Formations de formateurs 1 RÉUSSIR SON PARCOURS Vous souhaitez : Devenir formateur permanent ou occasionnel Obtenir une certification de formateur Vous perfectionner dans votre métier Réaliser

Plus en détail

GRILLE COLLEGE WALLON ; TRAAM DOC NICE 2012 2014 : Tweetons, perlons, flashons pour le défi babelio 2013 2014. 1/ Description de la séquence

GRILLE COLLEGE WALLON ; TRAAM DOC NICE 2012 2014 : Tweetons, perlons, flashons pour le défi babelio 2013 2014. 1/ Description de la séquence GRILLE COLLEGE WALLON ; TRAAM DOC NICE 2012 2014 : Tweetons, perlons, flashons pour le défi babelio 2013 2014 1/ Description de la séquence Rubriques Commentaires éventuels Auteur du scénario Caroline

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL

RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL RAPPORT DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL 1. Objectifs Une période de stage obligatoire en milieu professionnel est organisée pour le candidat au brevet de technicien supérieur Bâtiment. Ce stage est un

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Grille d autoévaluation

Grille d autoévaluation Introduction Grille d autoévaluation de la qualité des pratiques de soutien à la parentalité en hébergement social Cette grille d auto-évaluation s inscrit dans la démarche d évaluation interne préconisée

Plus en détail