Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort"

Transcription

1 Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer sa profession. En marge du débat sur l euthanasie, ce procès a soulevé diverses problématiques dont celle de la prise en charge des patients en fin de vie tout comme celle de la souffrance des professionnels de soins face à ces situations en milieu hospitalier. Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Par Céline Rihour, psychologue clinicienne, service de médecine du travail, hôpital Henri- Mondor, Créteil. Rencontre et violence La mort fait souffrance. Elle représente une violence psychique. Cette violence est rapportée par les divers récits d infirmiers et de psychologues exerçant en milieu hospitalier. Elle est ce à quoi les soignants sont confrontés au sein même de leur activité, de leur relation avec le malade et, à travers lui, la maladie. Ils n échappent pas au paradoxe de la prise en charge soignante. Elle est empreinte d empathie et en prise à la brutalité de la maladie, des lésions corporelles et de leurs conséquences, pouvant se constituer de ce fait comme une agression à leur encontre. La mort ; les pathologies lourdes sont autant de situations auxquelles l agent est exposé et s expose. La répétition de la prise en charge soignante semble prendre le pas sur la perception du malade de sa propre maladie et de son devenir. Il paraît donc difficile de parler de violence comme d une évidence entendue, puisqu à force de répétition elle fait aussi le quotidien et l expérience du soignant, c est à dire l objet, le motif et la teneur de ce pour quoi il est là : son métier. Alors pourquoi considérer néanmoins ces situations de fins de vie, les pathologies lourdes comme de la violence? Peut-être parce que ces moments douloureux pour le patient peuvent toujours représenter potentiellement des évènements brutaux et inattendus pour les soignants et renvoyer parfois à des sentiments d échec et d impuissance. Ceux-ci sont alors une blessure narcissique et peuvent toucher l identité du professionnel, provoquer une remise en question des capacités et des compétences Dans ce cas, il s agit surtout d événements dont la

2 violence et la représentation sont dépourvues d ambiguïtés, parce qu elles touchent directement les relations humaines et la vie. Quand la pathologie devient particulièrement lourde à supporter, elle peut renvoyer et raviver certains éléments de l histoire personnelle des soignants, les saisir dans leur intégrités psychique et subjective. De ce fait, la maladie, la souffrance et la mort présentent dans leur répétition un caractère insidieux et discret, ou la part du subjectif s avère des plus essentielles. Un jour, il peut être insupportable de soutenir des regards emplis de douleur, d être encore confronté quotidiennement à un corps abîmé ou atrophié, qui se dégrade inéluctablement, mais l on doit continuer d accompagner en toute abnégation le patient et ses proches, dans leur douleur. Aussi, et comme l écrit V.Lesueur : «Fantasmes, terreurs, ressemblances, dissonances, phénomènes de compensation ou existences par le milieu hospitalier expose à des situations par procuration, la proximité ménagée par le milieu hospitalier expose à des situations entre soignants et soignés qu aucun code de déontologie infirmière ne peut résoudre». Aussi, l euthanasie exercée par les soignants serait-elle l un des moyens possibles qui leur permettrait de mettre fin à une souffrance partagée avec les patients? Ce passage à l acte serait alors, et dans ce cas, un moyen de défense contre celle-ci. Un possible soutien des soignants? Au cours de ce procès, cette problématique de la souffrance des soignants a soulevé, par ricochets, des interrogations sur l isolement et la solitude des soignants face à ces situations, ainsi que leur préparation pour les affronter. Plus encore, une hypothèse de responsabilité collective des faits reprochés à C ;Malèvre semble l avoir positionnée à posteriori comme une victime sujette à une souffrance ignorée par les autres professionnels. Aussi n avons-nous pas intérêt à nous interroger sur un moyen d évaluer et surtout de prévenir cette souffrance? Nous intervenons en qualité de psychologue clinicienne auprès des agents d un centre hospitalier lorsqu ils présentent une souffrance liée à l exercice de leur métier. Il leur est proposé un soutien psychologique individuel et collectif, par la mise en place de groupes de parole au sein desquels le thème de la prise en charge des patients en fin de vie et de leurs proches est souvent privilégié.

3 Cependant, tandis que sur un plan manifeste certains témoignent sans équivoque d une demande de soutien psychologique, il est observé, au cours de notre activité, des refus et des résistances vis à vis d un réel accompagnement. Ainsi, dans leur ouvrage de 1997, M. de Hennezel et J.-Y. Leloup soulignent que «le fameux groupe de parole mis en place dans certains lieux hospitaliers pour le soutien des soignants, qui devrait être le lieu d une expression libre des sentiments de chacun, ne voit presque jamais émerger une telle profondeur de préoccupations. Les soignants ont le sentiment que ce n est pas l espace pour en parler. Mais alors ou en parler?» Ces groupes sont pourtant un temps ou les professionnels peuvent échanger librement sur leur activité au quotidien. Ils tentent d offrir aux agents la possibilité de mettre de côté le langage technique au profit de l expression des expériences vécues et de favoriser la prise de distance par rapport à celles-ci. Il n est pas le lieu pour un travail psychothérapeutique individuel, mais d une réflexion en groupe pour aider et apprendre en partageant à faire face. Il peut permettre des rencontres entre les agents, de leur faire entendre leurs différents points de vue, qui peuvent s avérer très surprenant, car identiques. Un travail sur le long terme peut se mettre en place. «[ ]Tout l intérêt du groupe est que le plaisir éprouvé et testé dans la réunion, ce plaisir de la parole pleine, va diffuser, peu à peu, hors du groupe.[ ]Le groupe [ ] recueille et rediffuse la parole du service. En passant par lui, les paroles et les vécus de chacun se confrontent, se rencontrent, et font sens». Face à ces difficultés de se regrouper pour verbaliser, nous pouvons suggérer quelques interrogations telles que la dimension du plaisir sur le lieu de travail, l accord du responsable de service et l institution pour la tenue de tel groupe, la pertinence du cadre proposé par le psychologue, etc. Le groupe de parole, avec ce qu il peut apporter, renvoie directement les soignants aux conflits psychiques auxquels ils sont confrontés au cours de leur activité. Aussi en ressort-il régulièrement que cet espace de parole ne semble être légitime et adéquat que pour les patients et leurs proches. Vouloir reconnaître la souffrance Ainsi, pour conclure, nous en venons à penser que le procès de C.Malèvre peutêtre considéré comme un exemple de la souffrance à laquelle les soignants doivent faire face. Mais il fait aussi porter une interrogation sur les conséquences de la possibilité pour le malade et/ou sa famille de porter plainte

4 contre ces professionnels. Cette possibilité n est pas sans effet, ni répercussions sur les représentations qu ils se font de leur métier. La plainte des patients ou de leurs proches peut-être à la fois une demande de soin comme celle d avoir à être entendue et, ainsi, la difficulté de savoir ou commence et se finit la relation entre soignant et soigné. Enfin, ce procès semble avoir entraîné une prise de conscience de la souffrance psychique dans laquelle les professionnels de santé se sont retrouvés et a crée la nécessité de leur offrir un temps et un espace de parole ou puisse finalement s exprimer cette souffrance.

5 «Vieillir et devenir : Evolution de la pratique du psychologue face à l avancée en âge», le 17 juin Marie-Françoise Wetzel-Taravant, psychologue clinicienne, service de gérontologie, Hôpital Paul Brousse, 94 Villejuif Du symptôme institutionnel à la parole du sujet : place du psychologue. Le groupe de parole à l intention des soignants. L hôpital général peut-être considéré, étant donné sa structure de collectivité, comme une foule hautement organisée à l intérieur de laquelle se distinguent d autres groupes. L organisation d un hôpital, transversale, avec ses différents services administratifs et de médecine, comme longitudinale, services au sein desquels se répartissent selon une hiérarchie stricte les différentes catégories de personnel, fait se rencontrer de multiples groupes dont la structure psychologique peut s analyser avec Freud au sens de sa psychologie collective ( Sigmund Freud, «Psychologie des foules et analyse du moi», dans essais sur la psychanalyse, Editions Payot, Ce type d organisation fait que chaque membre de cette grande collectivité sait comment se situer, à quel groupe il appartient, ou il se trouve dans la hiérarchie de celui-ci et à quelle intersection il est avec d autres groupes. Cette compréhension va lui permettre d exercer son travail et de régler, d harmoniser, ses relations aux autres. Nous allons nous intéresser tout particulièrement au groupe des soignants, à ce que ceux-ci peuvent attendre d un psychologue et au groupe de parole. Comment et pourquoi au sein d un ensemble si bien structuré une telle demande faite au psychologue par les soignants peut-elle émerger? Les cadres infirmiers ne sontils pas là pour encadrer les soignants et les médecins pour répondre à leurs questionnements? De quelle façon le psychologue se situe t il dans la structure d un hôpital? Appartient il à un groupe, à l instar de l infirmier ou du médecin? En tant que cadre supérieur, il est placé directement sous l autorité administrative du directeur de l hôpital. Avec le chef de service, il a un lien

6 spécifique souvent historique. A l intérieur de quelque service que ce soit de l hôpital, il se situe en dehors des groupes constitués, il n a pas de relation hiérarchique donc pas de rapport de domination ou de subordination. C est ainsi qu il est en mesure d engager, si les circonstances sont favorables, un travail original. C est de cette extériorité que le psychologue s autorise pour répondre par l affirmative à une demande de travail institutionnel. Quelles sont les conditions de création d un groupe de parole dans un service hospitalier? Le psychologue fait-il une offre et si oui à quel moment? A qui s adresse-t-il et par quelles voies et/ou voix? Faut-il au préalable poser comme condition que la demande vienne des soignants eux-même et non d une instance supérieure? Est-ce préférable ou indispensable que dans ce groupe il n y ait aucune hiérarchie? Peut-on éluder cette question? Le groupe doit-il être ouvert à tous quels que soient l appartenance et le grade des sujets? Une fois le groupe de parole crée, y aura-t-il une circulation de la parole suivant le modèle de l association libre ou trouvera-t-il son centre de gravité autour de thèmes choisis, de préoccupations professionnelles? Quelles en seront les limites, les enjeux et leurs effets? Ceux-ci seront-ils réparables et à quels niveaux : subjectifs et/ou fonctionnels? Psychologue clinicienne et travaillant dans un service de gérontologie depuis de nombreuses années, nous nous attacherons à explorer ces pistes.

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Introduction La maladie grave = événement traumatisme pour le malade et les proches Bouleversement

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE RESSOURCES OBJECTIF Maîtrise de la langue/palier 2 : S exprimer à l oral comme à l écrit, dans un vocabulaire approprié et précis, en respectant le niveau de langue adapté.

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

Intervention en EHPAD d une EMSP. Dr Jeanne Marie Petite Equipe Mobile de Soins Palliatifs Communauté d Etablissements Hyérois

Intervention en EHPAD d une EMSP. Dr Jeanne Marie Petite Equipe Mobile de Soins Palliatifs Communauté d Etablissements Hyérois Intervention en EHPAD d une EMSP Dr Jeanne Marie Petite Equipe Mobile de Soins Palliatifs Communauté d Etablissements Hyérois Le cadre législatif Loi 99-477 du 9 Juin 1999 «des soins palliatifs et un accompagnement»

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Comment créer un lieu de réflexion éthique?

Comment créer un lieu de réflexion éthique? Comment créer un lieu de réflexion éthique? Les professionnels des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux sont de plus en plus souvent confrontés dans leur activité quotidienne à des questions

Plus en détail

Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie..

Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie.. Accompagner un patient en fin de vie, c est aussi accompagner l entourage à vivre cette fin de vie.. LE PATIO, Unité de Soins Palliatifs Hôpital Saint- Joseph, Marseille Introduction L accompagnement des

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi?

LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi? LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi? C est un lieu commun de nos jours que d associer adolescence et crise, comme allant presque de soi, tout naturellement,

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

Retrouvez toute l actualité sur notre site internet : http://acepp-rhone.fr

Retrouvez toute l actualité sur notre site internet : http://acepp-rhone.fr Année 2015 L I V R E T D E F O R M A T I O N Assistantes Maternelles & Animatrices R.A.M. Retrouvez toute l actualité sur notre site internet : http://acepp-rhone.fr www.acepp.asso.fr (ACEPP National)

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire La question des équipes médecins et infirmières émerge par défaut dans un contexte de pénurie de médecins qui ne touche pas seulement

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution Accompagnement et soins des personnes âgées en institution L 'allongement de la vie génère de nouvelles pathologies, demandes et besoins en matière de gérontologie. Les professionnels confrontés à cette

Plus en détail

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse 1 Les outils de mesure L évaluation du burn - out peut être envisagée

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence 1. Remarques introductives 1.1. Il est indéniable que, depuis Freud, des progrès ont été accomplis dans la compréhension du narcissisme de

Plus en détail

Présentation des Projets

Présentation des Projets Maison du Sacré-Cœur A.C.I.S. asbl Présentation des Projets Rue du Cimetière 31-6030 MARCHIENNE-DOCHERIE Tél : 071 / 31 28 75 Fax : 071 / 33 09 77 sacrecoeur@acis-group.org Maison du Sacré-Cœur A.C.I.S.

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées

Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Le petit guide de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées Les mots des professionnels pour vous aider à y voir plus clair CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Sommaire Pourquoi ce guide...

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé D.Jaillon Groupecapp-coaching.fr 1 Dominique Jaillon - Sociologue, Superviseur, Coach - Past-Président de la Société Française de Coaching - Directeur

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

Le toucher au cœur des soins Phase 1

Le toucher au cœur des soins Phase 1 Groupe national Toucher S.F.A.P. Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs Pôle Qualité de vie, des soins et de l accompagnement Le toucher au cœur des soins Phase 1 Guide pour la pratique,

Plus en détail

«COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1

«COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1 «COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1 Pour tout soignant le toucher est omniprésent, geste et toucher sont au centre de la relation avec la personne soignée : Sensibiliser

Plus en détail

Cycle de formations en ressources psychosociales

Cycle de formations en ressources psychosociales Cycle de formations en ressources psychosociales SOMMAIRE En quelques mots.... 2 PREVENTION DU STRESS : de la simple stimulation à l épuisement... 4 LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL... 5 L EPUISEMENT PROFESSIONNEL

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

«La République, le quartier, l'école, la maison»

«La République, le quartier, l'école, la maison» «La République, le quartier, l'école, la maison» Renforcer la laïcité, la prise en compte de la diversité et le vivre- ensemble à l école Avec les enseignants, les familles et les enfants Acteurs du vivre-

Plus en détail

Le confl it dans la participation

Le confl it dans la participation > Atelier 3 Le confl it dans la participation En quelques tweets #osezparticiper Sans le confl it n existe plus de démocratie ; l enjeu est donc saisir sa «négativité dynamique». #osezparticiper Le problème

Plus en détail

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie!

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Thierry Desbonnets www.cadredesante.com Descriptif : La déontologie se pose de plus en plus comme une des figures imposées des professions. Au delà

Plus en détail

La formation, Levier de changement?

La formation, Levier de changement? Texte publié dans La revue SPIRALE N 27 Septembre 2003 Editions Erès La formation, Levier de changement?, Puéricultrice D.E, Consultante en Lactation IBCLC Formatrice en allaitement et physiologie des

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Visioconférence FAMILLES 18 septembre 2014

Visioconférence FAMILLES 18 septembre 2014 Visioconférence FAMILLES 18 septembre 2014 INTRODUCTION «Les relations entre psychiatrie et familles ont rarement été harmonieuses, souvent au détriment des patients. L alliance thérapeutique avec l entourage

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation Table des matières Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation IX XI XII PREMIÈRE PARTIE ZOOTHÉRAPIE, MÉDIATION PAR L ANIMAL : AFFAIRE DE PROFESSIONNELS

Plus en détail

Performance. Organisation du temps de travail des soignants. Pôle d appui à la qualité et à la performance

Performance. Organisation du temps de travail des soignants. Pôle d appui à la qualité et à la performance &Qualité Performance Pôle d appui à la qualité et à la performance Organisation du temps de travail des soignants Méthode d évaluation et de planification de la charge en soins Mode d emploi de l outil

Plus en détail

Bénévoles en EHPAD ;

Bénévoles en EHPAD ; Bénévoles en EHPAD ; Ils accompagnent la vie! Delphine Delahaye - Psychologue EHPAD - Centre Hospitalier de Corbie (80800) delphine.delahaye@ch-corbie.fr Mots-clés : EHPAD, lieu de vie, accompagnement,

Plus en détail

Métier et profession

Métier et profession infirmière : profession ou métier? Descriptif : Le passage du métier à la profession, dont les éléments structurant sont ici passés en revue, est un enjeu qui marque autant l histoire d une corporation

Plus en détail

sommaire Introduction...9 Histoire et définitions Théories et méthodes La formation et la profession

sommaire Introduction...9 Histoire et définitions Théories et méthodes La formation et la profession Titre partie sommaire Introduction...............................9 Histoire et définitions «La psychologie est une science jeune.»..............13 «La psychologie permet de savoir tout ce qu on a dans

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Profil d enseignement INFIRMIER SPECIALISE EN SANTE MENTALE ET PSYCHIATRIE 2015-2016

Profil d enseignement INFIRMIER SPECIALISE EN SANTE MENTALE ET PSYCHIATRIE 2015-2016 Profil d enseignement INFIRMIER SPECIALISE EN SANTE MENTALE ET PSYCHIATRIE 2015-2016 Catégorie Paramédicale Département Tournai/Mouscron Haute École Louvain en Hainaut ASBL Siège Sociall Chaussée de Binche

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

L étudiant sera capable de :

L étudiant sera capable de : L entretien infirmier Promotion 2014-20172017 UE 4. 2 S3 J LECLERCQ Objectifs de la séquence L étudiant sera capable de : Définir l entretien infirmier Différencier les types d entretiens infirmiers Définir

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Intitulé UE Contenu de l UE Compétences visées

Intitulé UE Contenu de l UE Compétences visées II/ TABLEAU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 02/04/2014 M1 Tronc commun Mention : Psychologie. Resp. : DESPRATS-PEQUIGNOT Catherine (MC-HDR) Semestre 1 UE Intitulé UE Contenu de l UE Compétences visées UE 1 Enseignements

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

QUELQUES AVIS DE LA COMMISSION DEONTOLOGIE. 1- Le partage d informations entre assistants sociaux d un même service

QUELQUES AVIS DE LA COMMISSION DEONTOLOGIE. 1- Le partage d informations entre assistants sociaux d un même service QUELQUES AVIS DE LA COMMISSION DEONTOLOGIE 1- Le partage d informations entre assistants sociaux d un même service Question : Je souhaiterais obtenir des références sur «le partage entre Assistantes sociales

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. Psychologie clinique - psychopathologie

INTRODUCTION. 1. Psychologie clinique - psychopathologie INTRODUCTION «Parano», «hystérique», «mégalo», «maniaque», «pervers», «maso», «sado-maso» sont des termes utilisés dans le langage courant, souvent connotés négativement. Or, ces termes désignent en psychopathologie

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Habiletés de communication

Habiletés de communication Habiletés de communication Les habiletés de communication ont été clairement identifiées comme l une des dimensions essentielles en termes d habiletés pour la pratique compétente de la médecine familiale.

Plus en détail

Le parcours professionnel de Mélanie

Le parcours professionnel de Mélanie Le parcours professionnel de Mélanie C est en septembre 1997 que j intègre l Institut de Formation en Soins Infirmiers, fière d avoir obtenu mon concours mais surtout très enjouée d aborder une discipline

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX AIDES MÉDICO PSYCHOLOGIQUE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX AIDES MÉDICO PSYCHOLOGIQUE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX AIDES MÉDICO PSYCHOLOGIQUE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D AIDE MÉDICO PSYCHOLOGIQUE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Plus en détail

INSTANCE ETHIQUE EN EHPAD. Pourquoi et Comment Fonc9onnement Difficultés Thèmes abordés Discussion

INSTANCE ETHIQUE EN EHPAD. Pourquoi et Comment Fonc9onnement Difficultés Thèmes abordés Discussion INSTANCE ETHIQUE EN EHPAD Pourquoi et Comment Fonc9onnement Difficultés Thèmes abordés Discussion 1 Introduc)on: L Instance Ethique des EHPAD de Grisolles et Verdun sur Garonne L idée d organiser la réflexion

Plus en détail

Les travaux parlementaires

Les travaux parlementaires Les travaux parlementaires Journal des débats Assemblée nationale Le mardi 7 novembre 2006, 15 h 00 (révisé) Le Vice-Président (M. Cusano): Adopté. Je reconnais maintenant Mme la députée d'hochelaga-maisonneuve.

Plus en détail

Formulaire de Déclaration Officielle d une Euthanasie. Sur base d une demande d euthanasie ou d assistance au suicide

Formulaire de Déclaration Officielle d une Euthanasie. Sur base d une demande d euthanasie ou d assistance au suicide Formulaire de Déclaration Officielle d une Euthanasie Sur base d une demande d euthanasie ou d assistance au suicide Formulaire à remettre dans les huit jours qui suivent une euthanasie à la Commission

Plus en détail

SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET MUCOVISCIDOSE

SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET MUCOVISCIDOSE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET MUCOVISCIDOSE R E P È R E S P R A T I Q U E S vaincrelamuco.org Sommaire 3 Pourquoi un soutien psychologique? 4 Qui aller voir? 6 Quelles sont les différentes techniques thérapeutiques?

Plus en détail

ÈME JOURNÉE D ALIS 25 MARS 2016 ESPACE LANDOWSKI DE BOULOGNE BILLANCOURT

ÈME JOURNÉE D ALIS 25 MARS 2016 ESPACE LANDOWSKI DE BOULOGNE BILLANCOURT 8 ans après : la fureur de vivre Accompagnement psychologique et systémique d une personne LIS vivant au domicile Benoît BOUGUIN Psychologue SAMSAH APF Nîmes XIX ÈME JOURNÉE D ALIS 25 MARS 2016 ESPACE

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

4èmes Rencontres d'education Thérapeutique SeFor Lyon, 14 novembre 2014

4èmes Rencontres d'education Thérapeutique SeFor Lyon, 14 novembre 2014 4èmes Rencontres d'education Thérapeutique SeFor Lyon, 14 novembre 2014 Hôpital TROUSSEAU (AP-HP) Alexia CHALLAN-BELVAL, Service de pneumologie Françoise LEFEVRE, Centre de l Asthme et des Allergies et

Plus en détail

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de.

Soirées Thema. Compte-rendu de la soirée Thema. du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de. 1 Soirées Thema Compte-rendu de la soirée Thema du 21 novembre 2013 : «la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap» 2 Les soirées Thema c est quoi? Ces soirées sont des séances-débats

Plus en détail

Pourquoi ce sujet qui est difficile? Pour trois motifs, pour trois objectifs que je voudrais partager avec vous.

Pourquoi ce sujet qui est difficile? Pour trois motifs, pour trois objectifs que je voudrais partager avec vous. Organisation du temps de travail à l AP-HP Propos d ouverture de Martin Hirsch, directeur général de l AP-HP Réunion plénière du mercredi 6 mai 2015 / Etat des lieux partagé Madame, Monsieur, En ouvrant

Plus en détail

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DÉAQ-03 POLITIQUE FAVORISANT UN CLIMAT DE TRAVAIL SAIN ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation

Plus en détail

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne C É A S Les projets personnalisés en Ehpad Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne Octobre 2014 Centre d étude et d action sociale (CÉAS) de la Mayenne 6, rue de la Rouillière

Plus en détail

Un projet pour votre organisation

Un projet pour votre organisation Un projet pour votre organisation DRH / Salariés 4 jours pour améliorer sa qualité bien-être et la dynamique des équipes Formateur / Animateur : Pierre Pyronnet Siège administratif : 94 Galerie Arlequin

Plus en détail

Regard sur trois codes de déontologie

Regard sur trois codes de déontologie Questions de déontologie Descriptif : Un code de déontologie? Pourquoi pas, si on sait de quoi il s agit! A qui, de quoi et comment ça parle? Avant de songer à une déontologie pour les cadres de santé,

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Adolescence et diabète

Adolescence et diabète Adolescence et diabète te Dr Christine CANSELIET Pédopsychiatre Maison des Adolescents «Kaz ados ados» Adolescence S est modifiée selon les époques et les lieu. En France : débute vers 11-13 ans et se

Plus en détail

A - Repères et outils fondamentaux nécessaires à l'exercice professionnel

A - Repères et outils fondamentaux nécessaires à l'exercice professionnel Repères et outils A - Repères et outils nécessaires à l'exercice A2 - Techniques d'expression, de communication et relationnelles A3 - Techniques administratives, d'organisation et de secrétariat A4 -

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP)

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP) COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP) COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ÉLÉMENTS DE DÉFINITIONS La communication interpersonnelle est un processus naturel entre deux personnes. Quoiqu il se passe entre deux

Plus en détail

Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains. Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013

Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains. Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013 Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013 Plan 1) Emergence et développement des soins palliatifs Distinction curable/incurable en questionnement

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT?

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? Le travail que j ai tenté de faire autour du thème qui m était proposé est à entendre comme un essai. C est-à-dire une tentative non achevée de rapprocher des idées

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX

8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX 8 RISQUES PSYCHOSOCIAUX DE QUOI PARLE T ON? (source : guide DGAFP) La définition de référence des risques psychosociaux (RPS) retenue ici est celle du rapport du collège d experts présidé par Michel Gollac

Plus en détail

DIRECTIVES ANTICIPÉES

DIRECTIVES ANTICIPÉES Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de février 2015 DIRECTIVES ANTICIPÉES Au fur et à mesure de la réflexion, les questions relatives aux directives anticipées,

Plus en détail

Intervention du 10/04/15. «Petit déjeuner «IME IEM» CREAI Centre-Val de Loire. Sylvie Sicurani. Directrice IME Baule (PEP 45), éducatrice spécialisée

Intervention du 10/04/15. «Petit déjeuner «IME IEM» CREAI Centre-Val de Loire. Sylvie Sicurani. Directrice IME Baule (PEP 45), éducatrice spécialisée Intervention du 10/04/15 «Petit déjeuner «IME IEM» CREAI Centre-Val de Loire Sylvie Sicurani Directrice IME Baule (PEP 45), éducatrice spécialisée Pour que nous puissions nous interrogés sur les adaptations

Plus en détail