La réévaluation des médicaments anti-alzheimer

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réévaluation des médicaments anti-alzheimer"

Transcription

1 LES SYNTHÈSES DE LA TRANSPARENCE La réévaluation des médicaments anti-alzheimer Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle représente et des débats suscités par des rapports publiés à l étranger, la Commission de la Transparence de la Haute Autorité de Santé a décidé de réévaluer en 2007 les quatre médicaments indiqués (et remboursés) dans le traitement de la maladie d Alzheimer : donépézil (Aricept ), galantamine (Reminyl et Reminyl LP), rivastigmine (Exelon ) et mémantine (Ebixa ) Médicaments Stade Léger Modéré Modérément sévère Sévère donépézil (Aricept )* galantamine (Reminyl et Reminyl LP)* rivastigmine (Exelon )* mémantine (Ebixa ) * médicaments anticholinestérasiques L objectif était de fournir aux praticiens une évaluation synthétique et scientifiquement fiable du bénéfice clinique que les patients retirent de ces médicaments. Cette évaluation a été effectuée en fonction des données les plus récentes et des connaissances acquises. Elle a concerné l effet sur les troubles de la cognition et du comportement, la traduction de ces effets dans les activités de la vie quotidienne et leur impact sur la qualité de vie, la perte d autonomie et le maintien à domicile (institutionnalisation retardée). Ces résultats ont été envisagés tant du point de vue du patient que des soignants et des aidants.

2 MÉTHODE DE TRAVAIL ET DONNÉES PRISES EN COMPTE Méthode de travail Une recherche bibliographique, réalisée par le service de documentation de la HAS, a été effectuée. Les données cliniques de plus haut niveau de preuve disponibles ont été recherchées, c est à dire les résultats issus d études cliniques randomisées en double aveugle. Les méta-analyses de ces études ont été recherchées et utilisées systématiquement. Les données cliniques présentées par les laboratoires pharmaceutiques exploitant ces médicaments ont été prises en compte. La Commission a fait appel pour éclairer ses travaux à un groupe de 14 experts ad-hoc composé de médecins de différentes spécialités : généralistes, neurologues, gériatres, psychiatres, pharmacologues, épidémiologistes et un médecin biostatisticien spécialiste des méta-analyses. Données prises en compte pour l analyse de l efficacité et de la tolérance De nombreuses études cliniques ont été réalisées avec les anti-cholinestérasiques. La documentation de l efficacité clinique (quantité d effet) a conduit à utiliser, après analyse critique, les méta-analyses des études de plus haut niveau de preuve, dont celles de la Cochrane Collaboration, publiées en 2005 et Actuellement, l ensemble du domaine (anticholinestérasiques et mémantine) est couvert par cinq méta-analyses Cochrane : 1. Cholinesterase inhibitors for Alzheimer's disease (Birks J). 2. Donepezil for dementia due to Alzheimer's disease (Birks J, Harvey RJ). 3. Galantamine for Alzheimer's disease and mild cognitive impairment (Loy C, Schneider L). 4. Rivastigmine for Alzheimer's disease (Birks J, Grimley Evans J, Iakovidou V, Tsolaki M). 5. Memantine for dementia (McShane R, Areosa Sastre A, Minakaran N). Des données complémentaires ont été également prises en compte, notamment dans le cadre de la première évaluation de la mémantine en vue de son remboursement dans le traitement des formes modérées de la maladie (extension d indication octroyée en 2005). RÉSULTATS DE L ANALYSE DES DONNÉES Sur les médicaments dits anticholinestérasiques, le donépézil (Aricept ), la galantamine (Reminyl et Reminyl LP) et la rivastigmine (Exelon ), indiqués dans le traitement des formes légères à modérément sévères 1 (réévaluation). Les études disponibles sont de relativement bonne qualité méthodologique. Cependant, elles comportent des pourcentages importants de sorties d étude, de l ordre de 20 à 30 %. Ces sorties d étude réduisent la pertinence des résultats. La durée des études a été, le plus souvent, limitée à 6 mois. Seules deux études ont eu des durées de suivi de 1 à 2 ans (donépézil, rivastigmine). L existence d un éventuel effet à long terme n a donc pas été établie, alors que ces médicaments sont a priori prescrits de manière prolongée, plusieurs mois à plusieurs années et que le risque d arrêt de traitement est élevé. Dans la majorité des études, l évaluation de l efficacité a porté sur des critères intermédiaires, représentés par l évolution de scores sur différentes échelles. Le grand nombre d échelles utilisées rend difficile l interprétation globale des résultats. De plus, ces échelles posent des problèmes métrologiques, de mise en œuvre pratique et de pertinence clinique. 1. La rivastigmine est également indiquée dans le traitement des formes légères à modérément sévères de démence chez les patients avec une maladie de Parkinson idiopathique.

3 D une manière générale, une efficacité a été mise en évidence dans les domaines de la cognition et de l impression clinique globale. Cette efficacité s accompagne d un retentissement sur les activités de la vie quotidiennes (données plus limitées) et d un effet possible mais mal établi sur les troubles du comportement. L efficacité de ces médicaments apparaît dose-dépendante. Seul le donépézil a démontré une efficacité à la posologie minimale recommandée par l AMM (5 mg/j). La taille des effets observés est modeste : de l ordre de 1 à 4 points d ADAS- Cog (qui varie entre 0 et 70 ), entre 0,3 et 1,5 de MMSE (qui varie entre 0 et 30), entre 0,3 et 1 point de NPI (qui varie entre 0 et 144) et, chez les patients les plus sévères, entre 4 et 5 points d ADCS-ADL-sev (qui varie entre 0 et 54 pour l échelle à 19 items adaptée aux formes sévères). En raison des limites de ces échelles et de la taille modeste des effets observés, le bénéfice clinique apporté aux patients par ces médicaments apparaît très difficile à préciser. La seule étude ayant utilisé comme critère principal d efficacité un critère clinique (étude AD 2000) ne permet pas de conclure. D une manière générale, aucune donnée clinique fiable ne permet de hiérarchiser les médicaments anticholinestérasiques entre eux. Une seule comparaison directe (Bullock et al., 2005) s avère de qualité méthodologique satisfaisante. Elle a comparé l efficacité et les effets indésirables d un traitement par donépézil à ceux d un traitement par rivastigmine. Cette étude, qui n a pas montré de supériorité d efficacité d un des deux médicaments, ne doit pas être interprétée comme montrant une équivalence d efficacité des deux produits. La comparaison des résultats des méta-analyses serait méthodologiquement hasardeuse. Le profil de tolérance des anticholinestérasiques est en général bon et globalement similaire. Les troubles digestifs constituent l effet indésirable le plus fréquent de ces médicaments et peuvent entraîner un arrêt du traitement. Avec le donépézil, ces troubles ont été moins nombreux sous 5 mg/j que sous 10 mg/j, alors qu une efficacité a été démontrée dès 5 mg/j. Sur la mémantine (Ebixa ) dans les formes modérément sévères à sévères (réévaluation) Chez les patients ayant une forme modérément sévère (MMSE < 14) à sévère (MMSE < 10) de la maladie d Alzheimer, après 24 à 28 semaines de traitement, des effets statistiquement significatifs en faveur de la mémantine à la posologie de 20 mg/j ont été mis en évidence dans plusieurs domaines (cognition et retentissement sur les activités de la vie quotidienne notamment) par rapport au placebo. De plus, la fréquence de survenue de nouveaux épisodes d agitation a été plus faible chez les patients traités par mémantine que chez ceux sous placebo ; mais aucune différence n a été notée chez les patients déjà agités. La quantité d effet observée par rapport au placebo est apparue faible à modeste selon les méta-analyses. La mémantine a été bien tolérée. En l absence d étude comparative, il n est pas possible de situer l apport de la mémantine par comparaison aux médicaments anticholinestérasiques au stade modérément sévère. Il est possible que, chez certains patients, l association de la mémantine au donépézil entraîne un effet supérieur à celui du donépézil seul. La taille de l effet supplémentaire serait faible. Cette option thérapeutique (non validée par l AMM des deux médicaments), repose sur les résultats d une seule étude clinique. Aucun bénéfice n a été retiré par les patients inclus à un stade de sévérité moindre dans une autre étude comparative versus placebo (étude MD-12). La mémantine est le seul médicament indiqué au stade sévère de la maladie.

4 Sur la mémantine (Ebixa ) dans les formes modérées (extension d indication) L efficacité et la tolérance de la mémantine dans les formes modérées ont été évaluées dans trois études cliniques randomisées contre placebo, deux réalisées en monothérapie et une en association au donépézil. L évaluation a porté sur une période de traitement ne dépassant pas 6 mois. La mémantine a été plus efficace que le placebo sur la cognition et à l impression clinique globale dans une seule de ces études. Dans la méta-analyse Cochrane, cet effet est qualifié de «marginal» sur l évolution des troubles cognitifs et à l évaluation globale. Aucun impact sur le comportement des patients et l évaluation fonctionnelle de leurs activités dans la vie quotidienne n a été observé. L efficacité de la mémantine paraît du même ordre de grandeur que celle des médicaments anticholinestérasiques dans cette indication. La réalisation d une étude clinique comparant l efficacité et les effets indésirables de la mémantine à celles d un médicament anticholinestérasique (donépézil, galantamine, rivastigmine) aurait été possible, éthique et utile (cf. discussion scientifique du rapport de l EMEA). D autant que l intérêt d associer la mémantine à un inhibiteur de l acétylcholinestérase n a pas été établi à ce stade de sévérité de la maladie, au vu des résultats de l étude MD-12. Selon les conclusions de plusieurs rapports récents (SIGN 2006, NICE 2006 et méta-analyses de la Cochrane 2006), la prescription de la mémantine chez les patients à ce stade de sévérité de la maladie (en dehors de protocoles de recherche) n est pas préconisée. Conditions actuelles de prescription des médicaments anti-alzheimer Les données portant sur l utilisation des traitements de la maladie d Alzheimer sont parcellaires, hétérogènes et de qualité méthodologique le plus souvent discutable. Moins d un tiers des sujets atteints seraient traités en France. Néanmoins, il semble que la France présente, parmi les pays développés, la plus forte proportion de sujets traités par anticholinestérasiques parmi les sujets atteints de maladie d Alzheimer. À l heure actuelle, seuls les gériatres, neurologues et psychiatres ainsi que les généralistes capacitaires en gériatrie ont le droit de faire une primo-prescription. Les médecins généralistes sont habilités à renouveler la prescription pendant un an ; au terme de cette période, un spécialiste doit réévaluer son bien-fondé. Les modalités de prescription (critères de score MMSE à la mise sous traitement, augmentation progressive des doses au début du traitement, respect des doses maximales) semblent conformes aux recommandations officielles. Les indications de l AMM sont globalement respectées : les traitements sont prescrits dans 78,7 % des cas contre une maladie d Alzheimer. Dans 10% à 20% des cas cependant, ces traitements sont prescrits contre une démence autre que la maladie d Alzheimer. Dans 10 à 20% des cas (étude THALES), la prescription d un anti-cholinestérasique est associée à une prescription de mémantine. Les données ne permettent pas de départager les «vraies» bithérapies des bithérapies provisoires lors d un changement de thérapeutique. En effet, devant un épuisement thérapeutique de l anti-cholinestérasique, une partie des prescripteurs privilégient la bithérapie, alors que d autres proposent une substitution par la mémantine, avec ou sans chevauchement. Les co-prescriptions sont fréquentes. Dans 30 à 40% des cas, les patients sous anti-alzheimer reçoivent un antidépresseur, le plus souvent un inhibiteur de la recapture de la sérotonine. Dans 10 à 20% des cas, les patients sous anti- Alzheimer reçoivent aussi un neuroleptique. Ces co-prescriptions semblent le plus souvent le fait des médecins généralistes. On ne dispose encore que de peu de données sur l influence des anti-alzheimer sur la consommation des psychotropes, qui reste à évaluer.

5 PLACE DES MÉDICAMENTS ANTI-ALZHEIMER DANS LA STRATÉGIE THÉRAPEUTIQUE Les médicaments anti-alzheimer actuels (donépézil, galantamine, rivastigmine et mémantine) constituent un des éléments de l élaboration et de la mise en œuvre d une prise en charge médicale, mais aussi psychologique et sociale du patient et de son entourage Ces médicaments ont démontré un effet sur certains symptômes cognitifs et non cognitifs de la maladie d Alzheimer à court terme (6 mois dans la majorité des études). Cependant, leur capacité à ralentir la progression de la maladie, d une part, à réduire ou à limiter la prescription des psychotropes (notamment des neuroleptiques), d autre part, n est pas établie. Dans les études cliniques, environ un tiers des patients tirent un bénéfice du traitement par un anti-cholinestérasique ou par la mémantine. Mais la définition de la réponse thérapeutique n est pas consensuelle. L utilisation de ces médicaments est aujourd hui largement empirique. Peu d études cliniques ont comparé différentes stratégies thérapeutiques L intérêt de l association de la mémantine à un anti-cholinestérasique (bithérapie) n est pas formellement démontré. Seule l association de la mémantine à 10 mg/j de donépézil a été évaluée (dans une seule étude, dont la transposabilité est discutable). Enfin, chez des patients à un stade léger (mémantine hors AMM) ou à un stade modéré, cette association ne s est pas révélée plus efficace qu une monothérapie par donépézil. La question de l arrêt des médicaments ne fait pas l objet d un consensus. Selon certains experts, un arrêt définitif est à envisager en cas d intolérance ou chez les patients ayant atteint un stade très sévère de la maladie d Alzheimer. Les modalités de l arrêt sont elles aussi discutées. La prescription de psychotropes (antidépresseurs ou antipsychotiques) pour le traitement des troubles de l humeur et du comportement se justifie chez certains patients. On ignore cependant ce que devient l efficacité des médicaments anti- Alzheimer lors de l administration de ces psychotropes. La prescription de médicaments n est qu un des éléments de la stratégie de prise en charge des patients Dans le domaine cognitif, des interventions non médicamenteuses : ateliers mémoire, ergothérapie, art-thérapie sont utiles au patient. Elles stimulent les capacités qui lui restent en vue d améliorer sa qualité de vie. Le rôle des «aidants familiaux» est essentiel Soixante pour cent des personnes atteintes sont actuellement à la charge des familles. Les «aidants familiaux» contribuent notamment au soulagement et au réconfort des patients et à leur maintien dans leur cadre de vie habituel. Ils peuvent aussi participer à l évaluation de l effet des médicaments. La consultation de prescription des anti-alzheimer doit être l occasion privilégiée de coordonner les interventions de l ensemble des acteurs médicaux, para-médicaux et sociaux pour une prise en charge globale du patient et le soutien de ses «aidants familiaux». Ainsi peut s exprimer, en plus de leur efficacité intrinsèque, le rôle structurant des médicaments anti-alzheimer.

6 CONCLUSIONS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Appréciation du Service Médical Rendu Le service médical rendu par un médicament (SMR) correspond à son intérêt clinique en fonction de sa place dans la stratégie thérapeutique et de son apport en termes de santé publique. La Commission de la Transparence de la HAS évalue cet intérêt clinique, qui peut être important, modéré, faible, ou insuffisant pour que le médicament soit pris en charge par la collectivité. Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer et du possible rôle structurant du médicament dans la prise en charge globale de cette maladie, la Commission de la Transparence considère, malgré un rapport efficacité/effets indésirables modeste, que le service médical rendu : par les médicaments anticholinestérasiques (donépézil, galantamine, rivastigmine) aux stades léger, modéré et modérément sévère de la maladie d Alzheimer ; par la mémantine aux stades modéré, modérément sévère et sévère ; reste important. Appréciation de l Amélioration du Service Médical Rendu L'amélioration du service médical rendu (ASMR) correspond au progrès thérapeutique apporté par un médicament. La Commission de la Transparence de la HAS évalue le niveau d'asmr, cotée de I, majeure, à IV, mineure. Une ASMR de niveau V (équivalent de «pas d'asmr») signifie «absence de progrès thérapeutique». En 1998, la tacrine (évaluée l année précédente) a constitué la référence pour l attribution d une ASMR au donépézil puis à la rivastigmine. La galantamine et la mémantine ont été évaluées plus de trois ans plus tard. En 2007, la tacrine n est plus commercialisée. Les données cliniques disponibles et l expérience en vie réelle acquise avec les quatre médicaments réévalués ne permettent pas de les différencier en termes d efficacité ni de tolérance dans leurs différentes indications. C est pourquoi la Commission considère que le progrès thérapeutique représenté par les médicaments indiqués dans le traitement de la maladie d Alzheimer ne peut plus être défini que dans le cadre de la prise en charge globale de la maladie. Selon les données cliniques disponibles et les avis d experts sur l expérience en vie réelle, l amélioration du service médical rendu : par les médicaments anticholinestérasiques (donépézil, galantamine, rivastigmine) aux stades léger, modéré et modérément sévère de la maladie d Alzheimer ; par la mémantine aux stades modéré, modérément sévère et sévère ; est mineure (ASMR IV) dans le cadre de la prise en charge globale de la maladie. Haute Autorité de santé FSALZHEIMER 2007 Ce document a été élaboré à partir des avis de la Commission de la Transparence de la HAS validés le 20 juin Ces avis, comme l'ensemble des publications de la HAS, sont disponibles sur Septembre 2007

Les médicaments de la maladie d Alzheimer

Les médicaments de la maladie d Alzheimer BON USAGE DES MÉDICAMENTS Les médicaments de la maladie d Alzheimer à visée symptomatique en pratique quotidienne Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Les médicaments de la maladie d Alzheimer. Un travail de la commission de transparence HAS Sept. 2007

Les médicaments de la maladie d Alzheimer. Un travail de la commission de transparence HAS Sept. 2007 Les médicaments de la maladie d Alzheimer Un travail de la commission de transparence HAS Sept. 2007 Un peu de méthodologie Une initiative de la HAS (commission de transparence) Un groupe de travail :

Plus en détail

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées

Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées QUESTIONS - REPONSES Améliorer la prescription des psychotropes chez les personnes âgées CONTEXTE ET OBJECTIFS Quelle est la finalité de ce travail? Il s agit d améliorer les pratiques de prescription

Plus en détail

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2 L Observatoire

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité SYMPATHYL, comprimé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juin 2012 CINRYZE 500 unités, 2100 UI, poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 2 flacons (code CIP : 218 563-0) Laboratoires VIROPHARMA SAS Inhibiteur

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER

LA MALADIE D ALZHEIMER LA MALADIE D ALZHEIMER Définition Maladie du cerveau Affection neurodégénérative Entraîne une détérioration progressive et définitive des cellules nerveuses Retentissement sur la vie quotidienne des malades

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSARENCE REUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 ZYREXA 10 mg, poudre pour solution injectable (Boîte de 1 et 10 flacons ) ZYREXA 10 mg, poudre et solvant pour solution

Plus en détail

Avis 20 novembre 2013. DOLENIO 1178 mg, comprimé sous plaquette thermoformée Boîte de 30 comprimés (CIP : 34009 496 655 0)

Avis 20 novembre 2013. DOLENIO 1178 mg, comprimé sous plaquette thermoformée Boîte de 30 comprimés (CIP : 34009 496 655 0) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 novembre 2013 L avis adopté par la Commission de la transparence le 2 octobre 2013 a fait l objet d une audition le 6 novembre 2013. L avis définitif faisant suite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29/03/2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29/03/2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29/03/2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 04/01/2001 (JO daté du 05/04/2001). TERALITHE 250 mg, comprimé sécable Boîte

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière AVIS DE LA HAS STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Demande : Efficacité, efficience et prise en charge financière des stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse

Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe. Note de synthèse Déclaration de Paris : priorités politiques du mouvement Alzheimer en Europe Note de synthèse Alzheimer Europe et ses organisations membres en appellent à l Union Européenne, à l Organisation Mondiale

Plus en détail

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Christian COFFINET, Nadir KADRI Les Médicales de Saint Julien Jeudi 27 Septembre 2012

Plus en détail

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer. Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Le recours aux psychotropes dans la maladie d Alzheimer Denise Strubel Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Comment se pose le problème Intérêt croissant pour les troubles

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse

Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Le suivi des «démences sévères» Hélène Villars, Fati Nourhashémi Gérontopôle, Hôpitaux de Toulouse Inserm 558, Toulouse Evolution de la maladie Léger Modéré Sévère Terminal Temps - Perte de poids -Troubles

Plus en détail

Dr Y Dananchet Neurologue Gap

Dr Y Dananchet Neurologue Gap Dr Y Dananchet Neurologue Gap Alzheimer Parkinson 30000 nouveaux cas par an en France Répondent toutes à la définition de maladie rares mais peuvent représenter jusqu à 20 % des patients suivis en neurologie.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juillet 2009 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2004 (JO du 7 février 2007) DEXERYL, crème tube de 250 g (CIP

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 avril 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 avril 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 avril 2008 WYSTAMM 10 mg, comprimé Boîte de 15 comprimés (CIP : 382 884-0) Boîte de 30 comprimés (CIP : 384 162-2) Laboratoires BOUCHARA RECORDATI rupatadine Date

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

Laboratoires ZAMBON FRANCE

Laboratoires ZAMBON FRANCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 janvier 2012 L avis adopté par la Commission de la transparence le 5 octobre 2010 a fait l objet d une audition le 4 janvier 2012 Examen du dossier de la spécialité

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? Le pramipexole est un agoniste dopaminergique. Déjà autorisé pour le traitement de la maladie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF

LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF LES TROUBLES NEUROCOGNITIFS: LE TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE ET SON SUIVI EN GMF RÉDIGÉ PAR Fadi Massoud MD, FRCPC, Gériatre Centre Hospitalier de l Université de Montréal Institut Universitaire de Gériatrie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 BONVA 3 mg solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue pré-remplie en verre de 3 ml avec 1 aiguille : 376 871.8 Boîte de 4 seringues

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 17 janvier 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif au guide pour l'accueil en restauration

Plus en détail

Place des médicaments du traitement symptomatique de la maladie d Alzheimer

Place des médicaments du traitement symptomatique de la maladie d Alzheimer B O N U S A G E D U M É D I C A M E N T Place des médicaments du traitement symptomatique de la maladie d Alzheimer En tenant compte des données récentes de la littérature et après avoir consulté plusieurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 16 novembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 5 août 2000 (JO du 30 août 2005) CILOXAN 0,3 %, pommade

Plus en détail

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques

Conduite à tenir devant des troubles mnésiques Conduite à tenir devant des troubles mnésiques 1ère partie : Dépister et diagnostiquer 2ième partie : Troubles du comportement Traitement Docteur Sylvie LEGRAND 12.06.2008 Troubles psycho comportementaux

Plus en détail

Les besoins des aidants

Les besoins des aidants Les besoins des aidants Être aidant Éléments de définition Il existe de nombreuses définitions de ce qu'est un aidant, qui ont en commun «le caractère non professionnel de l'aide, sa régularité et son

Plus en détail

LE METIER D INFIRMIER

LE METIER D INFIRMIER LE METIER D INFIRMIER L infirmier ou l infirmière «donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. Il participe à différentes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 30 novembre 2005 100 microgrammes/ml, solution injectable pour voie intraoculaire Boîte de 12 flacons de 1,5 ml (CIP: 566 8122) Laboratoires ALCON carbachol

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

Princeps, copies, génériques : quelles différences?

Princeps, copies, génériques : quelles différences? Princeps, copies, génériques : quelles différences? Pr Odile CHAMBIN UFR Pharmacie Dijon 1 Introduction 1 ère définition des génériques en 1996. Développement des génériques depuis 1998 avec le droit de

Plus en détail

Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation

Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation Texte du Comité Réanimation de la SFAR validé par le Conseil d'administration du vendredi 14

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite

Plus en détail

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Constats, problématiques et préconisations Depuis l autorisation des traitements de substitution aux opiacés (TSO) la question centrale

Plus en détail

L évaluation des politiques et des actions en santé publique

L évaluation des politiques et des actions en santé publique L évaluation des politiques et des actions en santé publique IFSI - Sciences humaines sociales et droit UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé Dr Nicolas Cocagne et Dr Christophe Segouin Service

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES EUROPÉENNES Secteur : Présence et influence françaises dans les institutions européennes Affaire suivie par : Pierre HOUPIKIAN Rédacteur : Sébastien LAVOIL REPRESENTATION

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 26 septembre 2000 (JO du 30 septembre 2000) NOVORAPID 100 U/ml, solution

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale

Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale 1- Pourquoi? Qu est-ce que l opinion pharmaceutique? «L Opinion Pharmaceutique est un avis motivé (*) Dressé

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER DONNÉES GÉNÉRALES

LA MALADIE D ALZHEIMER DONNÉES GÉNÉRALES FICHE TECHNIQUE décembre 2009 LA MALADIE D ALZHEIMER Par le Docteur Marie Sarazin Neurologue, Praticien hospitalier, Centre des maladies cognitives et comportementales, Fédération des maladies du système

Plus en détail

La fatigue dans la sclérose en plaques

La fatigue dans la sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage A. Catteau du CHU de Dijon T. Moreau président du CIRMA et vice-président du comité scientifique de la Fondation ARSEP et

Plus en détail

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU Rôle et statut des NF DTU Pour leurs travaux de Bâtiment, les Maîtres d ouvrages peuvent choisir de se référer dans les contrats à des clauses types (administratives ou techniques). Ces clauses types bien

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 avril 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 30 décembre 2004 (JO du 12 janvier 2005) HYALGAN 20 mg/2 ml, solution

Plus en détail

Consommation d antidépresseurs et d antipsychotiques en maisons de repos Conférence de presse 12 mai 2011

Consommation d antidépresseurs et d antipsychotiques en maisons de repos Conférence de presse 12 mai 2011 Consommation d antidépresseurs et d antipsychotiques en maisons de repos Conférence de presse 12 mai 2011 Suite à l étude «Des grandes différences dans la consommation de médicaments en maisons de repos»

Plus en détail

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF

La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF La mise en œuvre de l évaluation interne dans les ESSMS visés à l article L.312-1 du CASF Le contexte du rapport Publié en février 2013, ce rapport est issu d une enquête par questionnaire, réalisée par

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 juin 2010 LEVOFREE 0,05 %, collyre en solution en récipient unidose Boîte de 30 récipients unidoses de 0,3 ml (CIP : 576 713-7) Laboratoires CHAUVIN BAUSCH & LOMB

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee

Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs de l Insee REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL DE CENTRALE, DE PROXIMITE ET SPECIAUX DES MINISTERES ECONOMIQUE ET FINANCIER Règlement intérieur du CHSCT spécial enquêteurs

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

L Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports

L Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports L Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports Règlement intérieur du conseil de l Institut Royal de Formation des Cadres de la Jeunesse et des Sports Titre premier : Dispositions

Plus en détail

Projet MaVie. avec le

Projet MaVie. avec le Projet MaVie Maintien de l autonomie avec le vieillissement UN ENJEU DE SOCIÉTÉ ET DE SANTÉ PUBLIQUE ESSENTIEL Il a été démontré que la perte de fonction musculaire (perte de masse, de force et de qualité

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 novembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 22 août 2000 (JO du 30 août 2000) UTROGESTAN 100 mg, capsule molle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 février 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 février 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 février 2008 système de connexion (Disc) et poche de drainage (CIP : 360 061-1) (CIP : 360 064-0) système de connexion (Disc) avec poche de drainage (CIP : 360 075-2)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 LANTUS 100 UI/ml, solution injectable en flacon de 10 ml LANTUS 100 UI/ml, solution injectable en cartouche de 3

Plus en détail

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire 2014 État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR REMERCIEMENTS L URPS Médecins

Plus en détail

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire Citation: Thompson JM, MacLean MB. Données probantes concernant les pratiques exemplaires en matière

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 18 janvier 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 18 janvier 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 janvier 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 14 décembre 2011 a fait l objet d une audition le 18 janvier 2012. EPIDUO, gel Tube de

Plus en détail

GUIDE POUR LE PAIEMENT DES CONSULTATIONS DIETETIQUES Dans les établissements de santé

GUIDE POUR LE PAIEMENT DES CONSULTATIONS DIETETIQUES Dans les établissements de santé GUIDE POUR LE PAIEMENT DES CONSULTATIONS DIETETIQUES Dans les de santé Document élaboré par Jany Malaty-Vaccari membre de la commission hospitalière - Avril 2001 PREAMBULE: page 2 I - Préalable pour la

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités suivantes :

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

Plan Alzheimer 2008 2012. 10 propositions d améliorations des dispositifs. «Equipes Spécialisées Alzheimer»

Plan Alzheimer 2008 2012. 10 propositions d améliorations des dispositifs. «Equipes Spécialisées Alzheimer» Plan Alzheimer 2008 2012 10 propositions d améliorations des dispositifs «Equipes Spécialisées Alzheimer» Rapport d étude Etabli par Julie Bazalgette Avec la participation de L Association Française des

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

THERAPEUTIQUE GENERALE

THERAPEUTIQUE GENERALE THERAPEUTIQUE GENERALE I- Définitions : - Pharmacologie : Etude des médicaments dans l organisme. La pharmacocinétique correspond au devenir du médicament au sein de l organisme et la pharmacodynamie étudie

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Le Certificat médical. Pr Irène François-Purssell Médecine Légale CHU Dijon

Le Certificat médical. Pr Irène François-Purssell Médecine Légale CHU Dijon Le Certificat médical Pr Irène François-Purssell Médecine Légale CHU Dijon 1 généralités O CM : document médical O après examen clinique O engage la responsabilité du médecin O informations médicales à

Plus en détail

L ONG ayant son bureau principal à ; représentée par, ci-après désignée «l ONG» d une part,

L ONG ayant son bureau principal à ; représentée par, ci-après désignée «l ONG» d une part, 160 CONVENTION ENTRE L ONG ET LE CENTRE MEDICAL «Amélioration de l accès aux soins et au soutien en faveur des orphelins et enfants vulnérables (OEVs)» EXPOSE DES MOTIFS Dans la perspective du renforcement

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC

RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC RAPPORT SYNTHÈSE ÉTUDE DES CONDITIONS DE TRAVAIL DES CONDUCTEURS ET DE LA SITUATION DES PROPRIÉTAIRES DE PETITES ENTREPRISES DE CAMIONNAGE AU QUÉBEC Jacques Roy, Ph.D. et Pierre Filiatrault, Ph.D. 1/8

Plus en détail

Réseau de Promotion pour la Santé Mentale (RPSM YS) dans les Yvelines Sud. Nadine Bazin, Psychiatre

Réseau de Promotion pour la Santé Mentale (RPSM YS) dans les Yvelines Sud. Nadine Bazin, Psychiatre Réseau de Promotion pour la Santé Mentale dans les Yvelines Sud (RPSM YS) Groupe «sujets âgés» Nadine Bazin, Psychiatre Marie Christine Hardy-Baylé, directeur médical du RPSM 78 Isabelle Prade, coordonnateur

Plus en détail