La revue du Centre d Etudes Phénoménologiques de Nice

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La revue du Centre d Etudes Phénoménologiques de Nice"

Transcription

1 Phénice La revue du Centre d Etudes Phénoménologiques de Nice [ISSN ] Numéérro sspéécciiaall,, maaii 2009 :: Le Présentt Textes de présentation des séances de l atelier du CEPHEN, premier et second semestre , Université de Nice Sophia-Antipolis. 2 ee séance IInttroducttiion au présentt viivantt dans lla phénoménollogiie du ttemps de E.. Husserll Stéphane Finetti

2 Introduction au présent vivant dans la phénoménologie du temps de E. Husserl Introduction Pour commencer, je vais rappeler brièvement quelles sont les phases principales d'élaboration de la phénoménologie husserlienne du temps, afin de situer dans l'oeuvre de Husserl le thème et les textes dont il sera question dans cette séance. Selon une périodisation que l'on peut faire remonter à E. Fink, l'on peut compter essentiellement trois phases dans la phénoménologie husserlienne du temps : 1. la première phase, qui va de 1904 à 1916, comprend les Leçons sur la conscience intime du temps de 1904/05 et les approfondissement par lesquels Husserl les a complétées entre 1905 et 1916 ; 2. la deuxième phase, qui va de 1917 à 1926, comprend les Manuscrits de Bernau de 1917/18 et les Analyses sur les synthèses passives de ; 3. la troisième phase, qui va de 1929 à 1935, comprend les Manuscrits C. 1 Le thème dont il sera question dans cette séance appartient aux deux dernières phases de la phénoménologie husserlienne du temps: il s'agit du présent vivant [die lebendige Gegenwart], qui apparaît dans les Manuscrits de Bernau et qui devient un concept central dans les Manuscrits C. L'approche que nous suivrons pour aborder ce thème consiste dans la mise en oeuvre d'une forme de réduction phénoménologique que Husserl avait élaborée à cette fin et qui s'appelle justement «réduction au présent vivant». Mon exposé commencera donc par la réduction au présent vivant, décrira par la suite la structure intentionnelle du présent vivant auquel cette réduction donne accès et esquissera pour terminer une problématisation de la notion de présent vivant, qui introduira une lecture de textes issus des Manuscrits C, des Manuscrits de Bernau et des Analyses sur les synthèses passives. 1Pour cette périodisation voir N. Depraz, Temporalité et affection dans les manuscrits tardifs sur la temporalité ( ) de Husserl, in Alter n 2 (1994), p. 86. Voir également E. Fink, La philosophie tardive de Husserl, in Proximité et distance, Millon, Grenoble, 1994, pp

3 1/ La réduction au présent vivant La première chose à dire au sujet de la réduction au présent vivant, c'est qu'il ne faut pas la confondre avec la réduction phénoménologique-transcendantale. La réduction au présent vivant n'est pas la réduction transcendantale, mais une deuxième forme de réduction qui se fonde sur la réduction transcendantale et qui en constitue le prolongement. C'est donc de la réduction transcendantale qu'il faudra partir pour comprendre pourquoi Husserl a besoin d'introduire une réduction au présent vivant et en quoi elle consiste. La réduction transcendantale consiste dans une mise entre parenthèses de l'existence du monde qui nous réapprend à voir le monde comme phénomène: le monde et ses objets ne sont plus dès lors que ce qui apparaît dans les actes intentionnels de la subjectivité transcendantale. Comme nous l'avons vu lors de la dernière séance, cette mise entre parenthèses de l'existence du monde est aussi une mise entre parenthèses du temps objectif, qui nous réapprend à voir le temps objectif comme constitué dans les actes intentionnels de la subjectivité transcendantale. A ce niveau d'analyse, il faut mentionner tout d'abord les actes de la perception, dans laquelle se constituent des objets présents, du ressouvenir, dans lequel se constituent des objets passés, et de l'attente, dans laquelle se constituent des objets futurs. Nous savons cependant depuis la dernière séance que le temps objectif ne peut se constituer seulement dans les actes intentionnels de la perception, du ressouvenir et de l'attente: il n'y aurait pas de perception de sons en succession, par exemple, sans impression originaire, sans rétention et sans protention du son. De même, sans ces trois formes de conscience qui constituent ensemble la conscience intime du temps, il n'y aurait pas de ressouvenir ni d'attente possibles. Or, cette conscience intime du temps, que Husserl introduit en 1904/05 sur la base du schéma appréhension-contenu d'appréhension, se révèle avoir une forme intentionnelle différente de l'intentionnalité d'acte : à partir de 1908/09, Husserl différencie toujours plus l'intentionnalité rétentionelle de l'intentionnalité d'acte et commence à la considérer comme une forme d'intentionnalité spécifique, qu'il déterminera plus tard comme intentionnalité passive. La conscience intime du temps se révèle donc être non pas une forme d'intentionnalité d'acte, mais la condition de possibilité de toute intentionnalité d'acte. La réduction transcendantale n'est cependant pas en mesure à elle seule de rendre compte de sa spécificité, et c'est pourquoi Husserl se voit contraint d'introduire une nouvelle forme de réduction: la réduction au présent vivant qui prolonge et approfondit la réduction transcendantale. En quoi consiste donc cette réduction au présent vivant, censée mettre au jour la conscience intime du temps dans sa forme intentionnelle spécifique? Elle consiste justement dans 23

4 la mise hors circuit de toute forme d'intentionnalité d acte, de toute forme d'aperception. Je cite certains passages des Analyses sur les synthèses passives: [...] nous ne faisons appel... à aucune fonction du ressouvenir... ni à aucune fonction de la mise en intuition préalable <les attentes>... Nous laissons aussi hors jeu tout acte d'imagination et de pensée, toutes sortes d'activités évaluatives et volitives, sans rien préjuger de leur superfluité ou non pour une subjectivité (Hua XI, pp , tr. fr. p. 200). [...] nous faisons comme si... rien des aperceptions transcendantales n'entraient en jeu..., rien des connaissances acquises dans la vie du monde, des intérêts pratiques et esthétiques, des évaluations, etc. (Hua XI, p. 150, tr fr p. 218). La réduction au présent vivant consiste donc dans la mise hors circuit de perceptions, ressouvenirs, attentes, bref de toute aperception. Elle consiste de même dans la mise hors circuit de leurs corrélats intentionnels : tout présent, passé ou futur objectifs sont donc mis hors jeu. Enfin, la réduction au présent vivant consiste dans la mise hors circuit de l'ego transcendantal lui-même, qui vit dans ces aperceptions. 2/ La structure intentionnelle du présent vivant Que reste-t-il alors? Quel est le résidu phénoménologique de cette mise hors circuit de toute aperception et de tout objet intentionnel? Pour le comprendre, il faut se rappeler que tout acte intentionnel est pour Husserl la mise en forme d'une matière sensible par une appréhension de sens, donc une union de morphé (forme) intentionnelle et de hylé (matière) sensible. Ce à quoi est censée reconduire la mise hors circuit de toute aperception, c'est-à-dire de toute appréhension de sens, c'est justement cette hylé sensible dans sa forme originaire. La mise hors circuit de toute aperception reconduit donc avant tout à la hylé sensible, à une présence impressionnelle, par exemple celle d'un son. Il ne s'agit cependant pas de la présence objective du son, telle que je l'aurais si je percevais le son et si je l'identifiais comme un ré ou un mi. Nous avons en effet mis hors circuit toute présence objective et donc le son tel qu'il est perçu. Il s'agit au contraire de la présence pré-objective du son, de sa présence sensible avant sa saisie perceptive. Cette présence est en même temps la présence du champ sonore duquel ce son pré-objectif se détache et des autres champs sensibles avec lesquels il s'articule. Ce présent impressionnel est en outre un présent en écoulement, un présent en flux: il se modifie rétentionnellement et protentionnellement. Chaque présent impressionnel se modifie rétentionnellement: il est conservé dans un nouveau présent impressionnel dans la forme 24

5 d'un tout juste passé, il est retenu dans l'horizon de passé d'un nouveau présent impressionnel. Si nous avons une succession de sons A B C, par exemple, le présent impressionnel A se modifie rétentionnellement et est retenu dans le nouveau présent impressionnel B, qui se modifie à son tour rétentionnellement, avec la modification rétentionnelle de A. Le présent impressionnel C sera par conséquent inséparable de la modification rétentionnelle de B et de la modification rétentionnelle de la modification rétentionnelle de A. Cet écoulement du présent impressionnel en rétention et en rétention de rétention, etc., est selon Husserl continu et uniforme : chaque présent impressionnel C se transforme en rétention et conduit du même coup la rétentions de B à se transformer en rétention de rétention, ainsi que la rétention de A à se transformer en rétention de la rétention de la rétention, etc. Le présent impressionnel est donc inséparable d'un horizon de passé rétentionnel et d'un horizon de futur protentionnel. Il ne s'agit pas d'un présent ponctuel, séparé du passé et du futur, mais d'un champ [Feld] de présence : une unité synthétique de présent impressionnel, horizon de passé rétentionnel et horizon de futur protentionnel. C'est en cette unité synthétique que consiste le présent vivant [die lebendige Gegenwart], que Husserl appelle aussi présence originaire [Urpräsenz]. De même, corrélativement, la réduction au présent vivant reconduit à une conscience non-objectivante du temps qui consiste dans l'unité synthétique de présentation originaire, rétention et protention. Il n'y a pas de présentation originaire d'un son, par exemple, sans conscience rétentionnelle des sons tout juste passés et sans conscience protentionnelle des sons à venir. Enfin, cette conscience non-objectivante du temps implique selon Husserl une forme embryonnaire de subjectivité : non pas un ego, un moi [Ich], mais un proto-moi [Ur-Ich]. Entrent donc ici en jeu différentes formes d'intentionnalité entrelacées, qui ne sont pas des intentionnalité d'acte, mais des intentionnalité passives : l'intentionnalité rétentionnelle, l'intentionnalité protentionnelle et l'intentionnalité de l'affection. Cette dernière n'est autre que la relation intentionnelle du proto-moi transcendantal à la hylé sensible. Ici la relation intentionnelle ne consiste pas, comme dans la perception et en général dans les actes objectivants, dans un rayonnement intentionnel prenant sa source dans la subjectivité pour se diriger vers l'objectivité. Ce qui se produit est plutôt le mouvement inverse. D'une part, nous sommes en deçà de la distinction entre ego et objet. D'autre part, le rayonnement intentionnel prend sa source dans la hylé sensible pour se diriger vers le proto-moi. Le proto-moi est affecté par la hylé sensible, qui l'appelle avec plus ou moins de force à se tourner vers elle pour l'objectiver. Lorsque cette force affective est suffisante, l'affection motive un acte de perception par lequel le moi objective la hylé sensible. Le présent vivant est en ce sens un phénomène génétique 25

6 universel : c'est en effet en lui que trouvent leur motivation tous les actes objectivants et en particulier la perception, le ressouvenir et l'attente, par lesquels se constitue le temps objectif. 3/ Ebauche de problématisation de la notion de présent vivant Cette notion de présent vivant reste néanmoins très problématique. On peut en effet distinguer dans le présent vivant un aspect formel et un aspect matériel. D'une part, le présent vivant est une forme : la forme de toute synthèse passive et même la forme de toute expérience. En ce sens, le présent vivant en écoulement continu ne passe pas, il est un maintenant qui se maintient continûment: dans les termes de Husserl un nunc stans. D'autre part, le présent vivant a un contenu: les données hylétiques ou plutôt un champ hylétique organisé selon des associations passives, qui affecte le proto-moi trascendental. Or, comment penser la relation entre la forme et le contenu du présent vivant? Comment penser la relation entre, d'une part, l'écoulement continu du présent vivant et, d'autre part, l'affectivité de la hylé sensible? Husserl semble souvent croire que le contenu hylétique est extrinsèque à l'écoulement continu du présent vivant. Ne faut-il pas reconnaître au contraire un rôle différent à la hylé dans l'écoulement du présent vivant? Cela ne remet-il pas en cause la continuité de l'écoulement du présent vivant? 4/ Bibliographie essentielle Husserl E., Gesammelte werke, Husserliana, Den Haag, Martinus Nijhoff (à partir du vol. XXVII: Dordrecht/Boston/London, Kluwer Academic Publishers): Hua XI Analysen zur passiven Synthesis. Aus Vorlesung- und Forschungsmanuskripten ( ), hrsg. von M. Fleicher, 1966, 35 ; tr. fr. de B. Bégout et J. Kessler, De la synthèses passive, Grenoble, Millon, 1998, pp Hu XXXIII Die Bernauer Manuskripte über das Zeitbewusstsein (1917/18), hrsg. von R. Bernet und D. Lohmar, 2001, n 14, 1; tr. fr. de J. F. Pestureau, in Annales de phénoménologie 2008/7, pp Hu XXXIV Zur phänomenologischen Reduktion. Texte aus dem Nachlaß ( ), hrsg. von S. Luft, 2002, n 9, 3 et n 20; tr. fr. de J. F. Pestureau, De la réduction phénoménologique, Grenoble, Millon, 2007, pp et

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie.

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. C HAPI TRE 8 Tableau de bord et reporting Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. 1 Principes A Le tableau

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Conférence de Jean-Marie Gogue Le terme assurance de la qualité est apparu aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale. Il

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION

LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 3 ème année de Licence Économie-Gestion Parcours Gestion Faculté des Sciences Économiques, Sociales et de Gestion LE RAPPORT DE STAGE DE LICENCE 3 ÉCONOMIE-GESTION Parcours GESTION 4 semaines à temps plein

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

Titulaire de la Chaire Francqui à l Université Libre de Bruxelles (2001-2002).

Titulaire de la Chaire Francqui à l Université Libre de Bruxelles (2001-2002). Daniel GIOVANNANGELI Professeur ordinaire honoraire à l Université de Liège. Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, Département de Philosophie, 7, place du 20 Août, B-4000 Liège (Belgique)

Plus en détail

BILAN ANALYTIQUE DES QUESTIONNAIRES DE CURIOSITAS

BILAN ANALYTIQUE DES QUESTIONNAIRES DE CURIOSITAS BILAN ANALYTIQUE DES QUESTIONNAIRES DE CURIOSITAS Contribution: Théo Cabréro, Stéphanie Couvreur, Olivier Kahn Rédaction: Marie-Edith Dorsinville, Saiying Guo, Laura Poullias, Boe Przemyslak I. Méthodologie

Plus en détail

Qu est-ce que le philosopher?

Qu est-ce que le philosopher? Qu est-ce que le philosopher? François Galichet Professeur à l IUFM d Alsace La philosophie, qui se caractérise par son questionnement ontologique ( «Qu est-ce que?»), ne pouvait manquer de s interroger

Plus en détail

Multiplicité Homme-Machine

Multiplicité Homme-Machine Multiplicité Homme-Machine Composer avec l ordinateur Septième saison du Séminaire MaMuX-IRCAM, Première séance, 6 octobre 2007: Mathématiques/Musique et Composition Assistée par Ordinateur Arturo Fuentes

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Ouvrir dossier D appel

Ouvrir dossier D appel Ouvrir dossier D appel Table des matières 1. TRAITER UN APPEL... 3 1.1. ORGANISATION GENERALE D'UN SERVICE DESK... 3 1.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 4 2. PRISE EN CHARGE DE L'UTILISATEUR ET DE SON APPEL...

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

Philosophie Agrégation

Philosophie Agrégation Philosophie Agrégation 2015 - 2 - Philosophie Agrégation 2015 Table des matières : 2EME EPREUVE : COMPOSITION DE PHILOSOPHIE SE RAPPORTANT A UNE NOTION OU A UN COUPLE OU GROUPE DE NOTIONS...- 5 - Sujet

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

Suite dossier d appel

Suite dossier d appel Suite dossier d appel Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 2. TRAITEMENT D'UN APPEL... 4 2.1. TRAITEMENT EN DIRECT... 4 2.2. TRAITEMENT DIFFERE... 4 2.3. MECANISME DU TRAITEMENT D'UN APPEL AU NIVEAU

Plus en détail

SUPPORT DE COURS WINDOWS VISTA

SUPPORT DE COURS WINDOWS VISTA SOMMAIRE I.... LA GESTION DE L'ORDINATEUR... 2 A.... LES UNÎTES LOGIQUES... 2 1 DISQUES DURS... 2 2 SUPPORTS AMOVIBLES... 3 3 PROPRIÉTÉS DU SUPPORT... 3 B... LE CONTENU DE L'ORDINATEUR... 4 1 DOSSIERS...

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Harold Descheneaux Chercheur indépendant. Résumé

Harold Descheneaux Chercheur indépendant. Résumé Réflexion 1 sur l être-avec-l autre 2 comme possibilité phénoménologique Harold Descheneaux Chercheur indépendant Résumé Quel est le véritable phénomène de l être-avec-autrui depuis que l être en général,

Plus en détail

ESC 1A Parcours Management

ESC 1A Parcours Management 1/10 ESC 1A Parcours Management Session 2013/2014 Table des matières A l année... 2 Gestion de Projet... 2 Outils bureautique : méthodologie et modélisation... 2 Métier Etudiant 1... 3 A l automne... 4

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Le modèle standard, SPE (1/8)

Le modèle standard, SPE (1/8) Le modèle standard, SPE (1/8) Rappel : notion de grammaire mentale modulaire Les composants de la grammaire : module phonologique, sémantique syntaxique Syntaxe première : elle orchestre la relation mentale

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Confort et et Domotique Technologie 4 ème

Confort et et Domotique Technologie 4 ème Confort et et Domotique Technologie 4 ème Technologie au collège - «Bonjour Professeur» - Novembre 2009 Démarche d investigation Organisation de classe en îlots Progression en séquences Situation, problématique,

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé CSSSS/14/032 DÉLIBÉRATION N 14/016 DU 18 FÉVRIER 2014 PORTANT SUR LE RÈGLEMENT DU PARTAGE DE DONNÉES DE SANTÉ ENTRE LES SYSTÈMES DE

Plus en détail

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées :

a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. 3 étapes de la méthode doivent être distinguées : a) La technique de l analyse discriminante linéaire : une brève présentation. Nous nous limiterons ici à l'analyse discriminante linéaire et à deux groupes : - linéaire, la variante utilisée par ALTMAN

Plus en détail

Sergiu Celibidache: La musique n est rien

Sergiu Celibidache: La musique n est rien Université de Nantes Année universitaire 2012-2013 Sergiu Celibidache: La musique n est rien Samy Rupin Licence de philosophie Philosophie de la musique Sous la direction de Patrick Lang 1 Introduction

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE

FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE FORMATION PROFESSIONNELLE DE SOPHROLOGIE DOSSIER D'INSCRIPTION Académie de Sophrologie de Lyon La Sophrologie La sophrologie fut fondée en 1960 par le docteur A.CAYCEDO à partir de ses expériences sur

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

MON GUIDE POUR MON RAPPORT

MON GUIDE POUR MON RAPPORT MON G U I D E P O U R M O N R A P P O R T 3 6 0 F E E D B A C K E N L I G NE La MON GUIDE POUR MON RAPPORT CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL? Joceline HAMON Ce guide vous aide

Plus en détail

Les frises (de 5 à 12 ans)

Les frises (de 5 à 12 ans) LA GEOMETRIE DES TRANSFORMATIONS dans l'apprentissage des mathématiques Site WEB : www.uvgt.net Les frises (de 5 à 12 ans) Michel DEMAL Jacques DUBUCQ Danielle POPELER U.V.G.T - H.E.C.F.H - U.M.H. U.R.E.M.

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005 LEXIQUE DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr NF EN ISO 9000 octobre 2005 DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) - GENERAL ISO

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

Business Model Generation

Business Model Generation Business Model Generation L innovation par le modèle économique Prof Nathalie Nyffeler Unité Innovation, Institut Gestion & Entrepreneuriat Nyffeler / Mars 2013 15 minutes Dans un monde de plus en plus

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Université de Bologne L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Il est stratégique, pour la recherche sur les médias, et en particulier, pour les théories de la réception, de parvenir à

Plus en détail

Le Bandonote est un jeu de cartes visant à favoriser la mémorisation des touches du bandonéon bisonique, 142 touches, AA.

Le Bandonote est un jeu de cartes visant à favoriser la mémorisation des touches du bandonéon bisonique, 142 touches, AA. Le Bandonote est un jeu de cartes visant à favoriser la mémorisation des touches du bandonéon bisonique, 142 touches, AA. Ce jeu a suscité la curiosité, en particulier de la part d'étudiants débutants.

Plus en détail

ADAPTER DES JEUX A LA DEFICIENCE VISUELLE

ADAPTER DES JEUX A LA DEFICIENCE VISUELLE ADAPTER DES JEUX A LA DEFICIENCE VISUELLE Objectif : comment adapter un jeu à la déficience visuelle Type de déficience visuelle : aveugles et/ou malvoyants "Conditions d accès au jeu par des personnes

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION?

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? N 372 LAMEUL Geneviève 1 POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? Le développement croissant de l usage des technologies perturbe l école dans son organisation interne, dans son rapport à la société,

Plus en détail

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES

Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES 105 2012-161 Arrêt du 19 décembre 2012 CHAMBRE DES POURSUITES ET FAILLITES COMPOSITION Présidente : Catherine Overney Juges : Adrian Urwyler, Françoise Bastons Bulletti Greffier : Luis da Silva PARTIES

Plus en détail

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT

LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT LISTE DE COMPETENCES BACHELIER EN COMPTABILITE - ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ECONOMIQUE DE TYPE COURT A. Compétences à démontrer en fin de formation DESCRIPTION ANALYTIQUE DU PROFIL PROFESSIONNEL EPREUVE INTEGREE

Plus en détail

Informatikerin EFZ / Informatiker EFZ Informaticienne CFC / Informaticien CFC Informatica AFC / Informatico AFC

Informatikerin EFZ / Informatiker EFZ Informaticienne CFC / Informaticien CFC Informatica AFC / Informatico AFC Dispositions d exécution afin de garantir la comparabilité des évaluations des prestations pour les modules des compétences informatiques dans les écoles professionnelles et les cours interentreprises

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Proposé par Monique Saint-Georges et Claudine Comte, IUFM Limousin

Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Proposé par Monique Saint-Georges et Claudine Comte, IUFM Limousin Séance n 1 : Décomposer les couleurs de la matière. Résumé : En proposant aux élèves de tester différents stylos feutres, cette première séquence leur permet de découvrir que les couleurs peuvent être

Plus en détail

Les employés. de HP font des choses. exceptionnelles. HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels.

Les employés. de HP font des choses. exceptionnelles. HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels. Les employés de HP font des choses exceptionnelles HP Carrière exceptionnelle. Résultats exceptionnels. Chaque jour, des employés de HP des quatre coins du globe font des choses exceptionnelles pour nos

Plus en détail

Sur une éventuelle application des fractions continues. par J.W. MUller. Bureau International des Poids et Mesures, F-92310 Sèvres

Sur une éventuelle application des fractions continues. par J.W. MUller. Bureau International des Poids et Mesures, F-92310 Sèvres BIPM Working Party Note 208 Sur une éventuelle application des fractions continues par J.W. MUller Bureau International des Poids et Mesures, F-9230 Sèvres. Introduction au problème La méthode des deux

Plus en détail

Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale

Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale En 6 : On attend d'un élève de 6 qu'il sache se repérer dans le CDI, trouver une fiction et un documentaire,

Plus en détail

Tutoriel - flux de facturation

Tutoriel - flux de facturation 1 of 12 17.01.2007 01:41 Tutoriel - flux de facturation Le schéma ci-dessous illustre le flux de facturation classique : Lors de la création d'une facture, elle possède l'état de brouillon, ce qui veut

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE A. du 1-7- 2002. JO du 10-7-2002 NOR : MENE0201542A RLR : 524-5 MEN - DESCO A4 Vu code de l'éducation, not. art. L. 311-1

Plus en détail

ENCHAINER LES ACCORDS

ENCHAINER LES ACCORDS TUTORIEL LES BASES DE L'HARMONIE TONALE CLASSIQUE Attention! Je considère comme acquises les notions de bases : intervalles, gammes, degrés et tonalités, données dans le tutorial de Setzer. Je ne parlerais

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI

L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI L'ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE DE NANCY ARCHITECTURE LIVIO VACCHINI Simon P Laurent - Artiste - www.lotus-mineral.com - 2012 - REMERCIEMENTS Le présent travail est une commande de l'école Nationale Supérieure

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Premier exercice social Dernier exercice social En cas de modification de date de clôture pendant la vie sociale.

Premier exercice social Dernier exercice social En cas de modification de date de clôture pendant la vie sociale. LE CHANGEMENT DE DATE DE CLOTURE : UNE SOLUTION MIRACLE POUR AMELIORER LES RESULTATS? Hervé Stolowy, Professeur au Groupe ESCP, expert comptable diplômé En période de crise économique, beaucoup d'entreprises

Plus en détail

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS UE 1 : Tronc commun Carthagéo-Géoprisme Un certain nombre d enseignements de la formation professionnelle Carthagéo est mutualisée avec

Plus en détail

TRACER LE GRAPHE D'UNE FONCTION

TRACER LE GRAPHE D'UNE FONCTION TRACER LE GRAPHE D'UNE FONCTION Sommaire 1. Méthodologie : comment tracer le graphe d'une fonction... 1 En combinant les concepts de dérivée première et seconde, il est maintenant possible de tracer le

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

EP 2 533 063 A1 (19) (11) EP 2 533 063 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 12.12.2012 Bulletin 2012/50

EP 2 533 063 A1 (19) (11) EP 2 533 063 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 12.12.2012 Bulletin 2012/50 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 33 063 A1 (43) Date de publication: 12.12.12 Bulletin 12/0 (1) Int Cl.: G01R 31/318 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 1216093.1 (22) Date de dépôt: 23.04.12 (84)

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15

Table des matières. CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15 Table des matières Préface... 5 Avertissement... 9 Introduction... 11 CHAPITRE 1 Le conseil en organisation : bilan et perspectives... 15 1 L activité du consultant, un terrain peu exploré... 16 2 Deux

Plus en détail

Pourquoi l'écologie industrielle?

Pourquoi l'écologie industrielle? Pourquoi l'écologie industrielle? La société actuelle est basée sur une économie de type linéaire, c est-à-dire que nous consommons à outrance des ressources, que nous considérons comme illimitées, mais

Plus en détail

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée

Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Livre Blanc Collecter les 54 milliards d'euros de bénéfices issus des nouveaux usages de la donnée Sponsorisé par : Microsoft Sebastien Lamour mai 2014 QUELS SONT LES NOUVEAUX BENEFICES POTENTIELS ISSUS

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA)

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Questions Quand un exportateur doit-il prendre le statut d'exportateur agréé? QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Réponses

Plus en détail

Vers une psychophénoménologie

Vers une psychophénoménologie Vers une psychophénoménologie Publié dans le n 13 d Expliciter en 1996 Pierre Vermersch Vous vous souvenez sans doute, qu'au moment où j'ai sorti mon livre, je vous avais dit que, jusqu'à présent, j'avais

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers 542 mutuelles de santé ont été étudiées à partir des caractéristiques de leur activité et de leur situation économique et financière en 1999. Elles représentent près de 90 % de l'activité mutualiste française

Plus en détail

Arrêt du 19 mai 2008

Arrêt du 19 mai 2008 A1 2007-67 Arrêt du 19 mai 2008 I e COUR D APPEL CIVIL PARTIES X, demanderesse et recourante, représentée par Me, contre Y, défendeur et intimé, représenté par Me. OBJET Droit des obligations, prêt de

Plus en détail

CASNAV d'orléans-tours Jacques Chavanes, formateur. Texte mis en ligne le 24 janvier 2014

CASNAV d'orléans-tours Jacques Chavanes, formateur. Texte mis en ligne le 24 janvier 2014 CASNAV d'orléans-tours Jacques Chavanes, formateur. Texte mis en ligne le 24 janvier 2014 Les jeux d'échanges et l'enseignement de la valeur positionnelle des chiffres aux élèves allophones nouvellement

Plus en détail

EVALUATION À 360 Demonstration MICHEL DUPONT RAPPORT PERSONNEL 360. rapport généré: 2010-01-05 http://compass360.net

EVALUATION À 360 Demonstration MICHEL DUPONT RAPPORT PERSONNEL 360. rapport généré: 2010-01-05 http://compass360.net Demonstration MIHEL DUPONT RAPPORT PERONNEL 360 rapport généré: 2010-01-05 http://compass360net TABLE DE MATIÈRE Michel Dupont Page 2 TABLE DE MATIÈRE omment utiliser votre rapport 3 GRILLE DE OMPETENE

Plus en détail

PROGRAMME DES COURS DE FRANÇAIS JURIDIQUE. Année 2012

PROGRAMME DES COURS DE FRANÇAIS JURIDIQUE. Année 2012 PROGRAMME DES COURS DE FRANÇAIS JURIDIQUE Année 2012 La Maison du droit propose, à nouveau en 2012, un programme d enseignement approfondi contenant des modules théoriques et pratiques. Ces cours sont

Plus en détail

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart

Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Geographic Information Technology Training Alliance (GITTA) presents: Les études de cas Responsable: Monika Niederhuber, Pauline Bart Table des matières 1. Les études de cas...2 1.1. Définitions et commentaires...

Plus en détail

SOCIÉTE NANTAISE DE PHILOSOPHIE KANT ET LES MAXIMES DU SENS COMMUN A. STANGUENNEC, CONFÉRENCE DU 30 MAI 2008

SOCIÉTE NANTAISE DE PHILOSOPHIE KANT ET LES MAXIMES DU SENS COMMUN A. STANGUENNEC, CONFÉRENCE DU 30 MAI 2008 1 SOCIÉTE NANTAISE DE PHILOSOPHIE KANT ET LES MAXIMES DU SENS COMMUN A. STANGUENNEC, CONFÉRENCE DU 30 MAI 2008 Je partirai d une remarque de Kant dans le 40 de sa Critique de la Faculté de juger concernant

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Recherche et gestion de l Information

Recherche et gestion de l Information Page 1 / 5 Titre Recherche et gestion de l Information Filière Domaine Année de validité Information documentaire Concepts et techniques ID 2014-2015 N o Obligatoire Semestre de référence 723-1n S3 Prérequis

Plus en détail

La veille d'information sur Internet

La veille d'information sur Internet 1 La veille d'information sur Internet Cours IV : I - Une introduction générale Peter Stockinger Séminaire de Maîtrise en Communication Interculturelle à l'institut National des Langues et Civilisations

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

C'est moi la Vérité À PROPOS D'UN LIVRE RÉCENT

C'est moi la Vérité À PROPOS D'UN LIVRE RÉCENT C'est moi la Vérité À PROPOS D'UN LIVRE RÉCENT Le visage du Christ, détail d'une mosaïque de l'église Saint- Apollinaire à Ravenne, illustre en page de couverture le titre du récent ouvrage de Michel Henry,

Plus en détail

Réseaux locaux virtuels : VLAN

Réseaux locaux virtuels : VLAN Réseaux locaux virtuels : VLAN I. Historique Les premiers réseaux Ethernet (on se situe donc en couche 2) étaient conçus à base de câbles coaxiaux raccordés entre eux et connectés aux ordinateurs, si bien

Plus en détail

L addition et la multiplication en binaire

L addition et la multiplication en binaire Objectifs : Leçon A1-1 : L addition et la multiplication en binaire OS 1 - Exécuter en binaire une opération arithmétique de base. OS 2 - Représenter un nombre entier relatif. OS 3 - Mettre en œuvre un

Plus en détail