PRESTATION DE SERMENT 25 Septembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRESTATION DE SERMENT 25 Septembre 2012"

Transcription

1 PRESTATION DE SERMENT 25 Septembre 2012 Etienne ROUXEL Parrain de la Promotion

2 INTRODUCTION Chers amis, Gérôme Gauriau, notre Président, et le Conseil de l Ordre de la Région Pays de Loire m ont demandé, il y a quelques mois, d être votre Parrain. Cette demande m a beaucoup touché. C est pour moi un honneur et une fierté que d endosser une telle responsabilité, et un bonheur que de retrouver la famille professionnelle qui m a donné tant de satisfactions pendant près de 40 ans Parrain? Pour savoir à quoi je m engageais, j ai tout de suite consulté mon Petit Robert! D emblée, je ne sais pourquoi, j ai éliminé l acception «sicilienne» du terme! Pour m en tenir aux définitions les plus classiques : «Est parrain, celui qui tient un enfant sur les fonts baptismaux ; «Est parrain celui qui préside au baptême d un navire, d un monument, d un bâtiment, ou de tout autre objet ;» «Est parrain, celui qui donne un nom à une personne, à une chose, à un ouvrage ;» «Est parrain, enfin, celui qui présente quelqu un dans un cercle, un club pour l y introduire ou qui préside à son introduction.» C est dans cette dernière acception que je me trouve être aujourd hui votre parrain Mes chers filleuls, vous êtes donc sur le point de prononcer la phrase rituelle de la prestation de serment que je ne cite volontairement pas, afin de vous en laisser la primeur dans quelques minutes - phrase qui vous fera entrer à part entière dans la grande famille des experts-comptables. Et en ma qualité de parrain, il m appartient donc de vous dire quelques mots avant que vous ne vous lanciez dans une vie professionnelle déjà bien entamée pour la plupart d entre vous, mais désormais officiellement auréolés du titre «d expertcomptable» inscrit au Tableau de l Ordre. Ensemble, «nous allons, comme l exprimait si bien le Général de Gaulle, prendre de l altitude car l horizon y est moins encombré!» Peut-être serais-je un peu redondant avec ce que vous aura exposé mon cher confrère et ami, Pierre-Alain Millot, mais j en prends le risque sachant que l outil le plus efficace de la pédagogie est la répétition! Nous ne parlerons pas ce soir de «savoir-faire» : vous exercez déjà la profession, vous en connaissez les exigences techniques et vous les maîtrisez chaque jour un peu mieux

3 Vous les cultivez pour les faire croître par la formation permanente, à titre individuel d abord, car rien ne remplace en la matière la prise en charge et la responsabilité personnelles, et au moyen des stages organisés par l Ordre et vos cabinets ensuite Vous évoluez depuis le début de votre carrière dans un contexte complexe, changeant et plein de risques : Risques politiques et risques économiques, que notre profession endosse chaque jour aux côtés de ses clients, Plus près de nous encore, risques juridiques et réglementaires : la prolifération des textes devient l un des défis les plus compliqués que nous ayons à relever Car cette abondance excessive engendre instabilité et insécurité, bien peu propices à instaurer la confiance qui est le «terreau» indispensable à toute activité économique, nous le verrons plus loin Une formule résume assez bien cette logorrhée moderne : «Quand le droit bavarde, le citoyen ne lui prête qu une oreille distraite!» Quelle leçon de sagesse devraient en tirer nos chers législateurs! Et puis, l Ordre n échappe pas à ces évolutions! J en retiens deux aujourd hui : L élargissement du champ de nos missions, La modification de notre Code de déontologie. L élargissement du champ de nos missions est manifeste et bénéfique pour la profession. Citons quelques missions nouvelles - tirées de notre Code d exercice professionnel et de déontologie - toutes interdites il y a peu, et désormais autorisées. Je ne développerai pas : Activité commerciale et acte intermédiaire (autre que ceux que comporte l exercice de la profession), Activité professionnelle pour un seul client, Administration provisoire d une société commerciale non inscrite à l Ordre, Liquidation amiable, Mandat de président, directeur général, membre du directoire ou gérant d une société civile ou commerciale non inscrite à l Ordre (sous contrôle de ce dernier), Mandat de recevoir, conserver ou délivrer des fonds ou des valeurs ou d en donner quittance, Rôle de séquestre. - Notre Code de déontologie n échappe pas non plus à l air du temps. Deux dispositions retiendront notre attention : La liberté de réaliser des actions de communication en est un premier et significatif exemple. Une révolution pour les experts-comptables de ma génération! Dans sa sagesse, l Ordre en a défini les limites : je vous renvoie à

4 l article 12-II de notre Code : discrétion, dignité, honneur, loyauté, décence, retenue, exactitude, absence d éléments comparatifs tels sont les termes dudit article Et la question toujours actuelle des opérations de démarchage, dont la définition et la pratique connaîtront certainement encore des évolutions. Persuadons-nous que, même si notre profession libérale connaît aujourd hui une évolution qui lui donne une teinture assez prononcée de «commercialité», cette coloration nouvelle n exclut pas le respect scrupuleux de règles de déontologie qui ne sont ni plus, ni moins, que des règles de comportement et de vie en société Ne conviendrait-il pas même d affirmer que plus les contraintes se distendent, plus la liberté d agir se fait grande, plus la déontologie et l éthique professionnelle des acteurs doivent être exigeantes. En conclusion de cette introduction, nous vivions, vous vivez et vous vivrez dans un univers difficile parce que plein d incertitudes, dans un cadre nettement moins «rigide» que celui dans lequel notre génération a vécu pendant toute sa carrière professionnelle... Votre exigence éthique devra croître proportionnellement à la liberté qui vous aura été concédée. Ce panorama tracé, je voudrais vous poser une question : «Désirez-vous être heureux?».levez le doigt! VOULEZ-VOUS ÊTRE HEUREUX? Voltaire disait en forme de boutade : «Cette année, j ai décidé d être heureux parce qu il paraît que c est bon pour la santé!» La recherche du bonheur est inhérente à la nature humaine Cette quête incessante conduit parfois les hommes dans de terribles impasses, comme le paradis artificiel des addictions. Elle nous fait aussi vivre des heures palpitantes de plénitude, le plus souvent éphémères, la vie humaine n échappant pas à l écoulement rapide du temps Qu est-ce qu un professionnel heureux? Je bornerai, en effet, mon propos à cet aspect de notre vie qui nous rassemble ce soir, conscient toutefois que le bonheur professionnel est inséparable de l équilibre personnel de chacun. C est donc bien le «savoir-être» qui va nous occuper maintenant pour le reste de cet exposé

5 Je vous livre quelques critères ou axes de réflexion sur cette vaste question de la quête du bonheur dans et par le travail. Ils sont tirés de longues années d observation d un entourage varié et multiforme et n ont aucune prétention à l exhaustivité, le bonheur étant une notion éminemment subjective : Maîtriser les techniques de notre métier, Savoir les mettre en œuvre au service de ses clients, en ayant toujours le souci de leur utilité et de leur juste prix, Etre un professionnel reconnu pour sa compétence, la justesse de son jugement et la richesse des son contact humain, Être capable de fédérer des équipes et de les faire travailler avec soi, Être un leader reconnu capable de susciter l adhésion et le dépassement de soi, Savoir prendre du recul sur soi-même et savoir prendre les évènements avec humour, surtout les plus contrariants, Etre, dans son milieu professionnel (le cabinet, les collaborateurs, les clients, les administrations, les autres tiers ), comme dans le cadre d autres activités (syndicat, Ordre, politique, bénévolat ), créateur de lien social, Savoir naturellement faire passer son intérêt personnel derrière le bien commun, ce qui est la définition de la vraie noblesse Etre libre et indépendant, Considérer tout succès avec humilité (nous en reparlerons plus loin). Savoir inspirer la CONFIANCE autour de soi par le témoignage discret de valeurs essentielles (nous en reparlerons ), Et puis, m adressant à mes filleuls, comment oublierais-je les aspirations de la génération «Y», la vôtre semble-t-il pour beaucoup! Une étude récente de l IAE de Tours sur les aspirations de la jeune génération au travail - publiée dans le dernier numéro de La Lettre Valloire de septembre a donné les résultats suivants : Pouvoir trouver un équilibre entre vie de travail et vie familiale ou personnelle. Un partage d expérience : on n a pas trop d une vie pour «régler le curseur» dans ce délicat domaine S épanouir dans le travail en lui donnant du sens, Etre mobile pour éviter toute routine, Accéder rapidement aux responsabilités, au risque, parfois, de brûler un peu les étapes Bénéficier d une bonne qualité de vie au travail, Trouver un équilibre entre épanouissement individuel (critère essentiel) et vie en collectivité (dont les contraintes sont moins bien admises qu à notre génération, Être stimulé par son environnement, l apprentissage de nouvelles techniques, le développement des compétences. Être reconnu dans son travail Voilà donc, tracés à grands traits quelques aspects de ce qui nous rend heureux au travail. Revenons si vous le voulez bien sur l un d entre eux : la confiance.

6 Je vous disais à l instant : «Savoir inspirer la CONFIANCE autour de soi par le témoignage discret de valeurs essentielles.» LA CONFIANCE! La confiance, c est l ingrédient de base sans lequel aucune relation humaine ne peut avoir de saveur! La confiance, c est la disposition d esprit de celui qui accorde crédit ou foi à son interlocuteur. C est ce sentiment de sécurité qui se dégage dans la relation à autrui lorsqu on est assuré de la fiabilité de ce dernier. Il ne peut y avoir de relation viable, d économie viable sans confiance. Le «tope-la» de nos anciens, ce simple serrement de mains qui tenait lieu de contrat, ramasse en un simple geste plus que tous nos pactes et protocoles d aujourd hui ne pourront jamais exprimer La confiance doit se présumer dans tous les rapports humains. Elle est le fondement de toute société humaine. Faute de quoi, la vie devient un enfer, au sens sartrien du terme : «L enfer, c est les autres!» (Huis clos) Présumer la méfiance et tout devient compliqué, inextricable. Elle engendre la suspicion et finalement tout s écroule, car tout devient invivable! Au contraire, la confiance tissée entre individus, entre entreprises, entre pays, engendre la force : celle du lien indestructible à l image de ces couples qui vivent une longue histoire d amour D ailleurs, n est-ce pas la confiance que de nombreux cabinets ont voulu mettre en évidence comme leur valeur de référence en incluant le qualificatif de «fiduciaire» dans leur raison sociale? A nous, à vous de mesurer à quel point elle doit être cultivée dans toutes nos relations. «Et comment faire?» me direz-vous. Nous avons déjà la devise de l Ordre : «Science, Conscience, Indépendance» Et celle qui prévaut au frontispice de notre Code de déontologie (article 2) : «Compétence, Conscience, Probité». Faisant un savant mélange des deux, on en déduit que : La confiance naîtra de notre Science ou Compétence, notre savoir et notre savoir-faire,

7 La confiance naîtra de notre Conscience, soit encore l honnêteté, le soin, la minutie que nous apportons à l exécution de notre travail, La confiance naîtra de notre Indépendance qui est la condition de la liberté. La confiance naîtra de notre Probité, qui consiste à respecter scrupuleusement les règles de la morale sociale, les devoirs imposés par l honnêteté et la justice C est ce que vous jurerez en connaissance de cause dans quelques minutes Allons, si vous le voulez bien, un peu plus loin dans ce modeste de cours de philosophie. LES QUATRE VERTUS CARDINALES Connaissez-vous les quatre piliers de la vie en société? Les philosophes grecs, Socrate, Platon, Aristote, repris ensuite par les philosophes stoïciens, puis par les théologiens du Moyen-âge (les scholastiques au rang desquels il faut citer le premier d entre eux, Saint Thomas d Aquin qui vivait au XIIIème siècle à l époque de Saint Louis), distinguaient 4 VERTUS CARDINALES (au sens même des points cardinaux «pivots de notre orientation géographique sur cette terre»). On a beaucoup brocardé le mot «vertu» : Dommage! Il est un de ceux qui caractérise le mieux la noblesse et la sublimité de la condition humaine. Les vertus, disent les philosophes, sont des attitudes fermes, des dispositions stables, des perfections habituelles de l intelligence et de la volonté qui règlent les actes, ordonnent les passions et guident la conduite. Elles procurent facilité, maîtrise et joie pour mener une vie moralement bonne. L homme vertueux est celui qui, librement, pratique le bien. La vertu est synonyme d énergie morale, de force d âme, de cœur, de courage, de capacité à mobiliser la force de sa volonté pour faire le bien. Ces vertus cardinales sont disions-nous - au nombre de 4 : Prudence, Tempérance, Force et Justice Les cultiver chaque jour n est aucunement facultatif car elles sont le gage d une vie responsable et partant, d une vie épanouie. Ensemble nous allons les survoler, car chacune a donné lieu, au cours des siècles, à de longs développements passionnants : La prudence :

8 «La prudence dispose la raison pratique à discerner en toute circonstance le véritable bien et à choisir les justes moyens de l accomplir.» Elle est consubstantielle à notre exercice professionnel puisqu elle fait partie des concepts fondamentaux sur lesquels s appuient nos travaux. Cette vertu de prudence est aussi celle que nous mettons en œuvre à chaque fois qu un client nous consulte (projet nouveau, business-plan, montage juridico-fiscal ) Naturellement, notre vertu de prudence s accroît les années d expérience N allez pas croire qu elle est synonyme de pusillanimité ou de faiblesse, de crainte ou d indécision, ou encore de timidité. Elle n exclut nullement l audace dans les choix. Elle nous guide dans l analyse des risques engendrés par telle ou telle de nos décisions Elle est à la racine des succès entrepreneuriaux fondés sur des risques calculés. Elle s oppose vigoureusement au faux principe qui veut que «la fin justifie les moyens.» («Choisir les justes moyens» ). La tempérance : Elle assure la maîtrise de la volonté sur les instincts et maintient les appétits et les ambitions dans les limites de l honnêteté procurant ainsi l équilibre dans l usage des biens. Comment ne pas mettre cette définition en opposition radicale avec la doctrine si communément admise de la maximisation du profit si chère à nos économistes ultralibéraux et aux salles de marché? Et avec la crise de 2008, crise manifestement due à un manque extrême de tempérance que l on nomme aussi «cupidité». Ou encore avec l endettement massif des Etats incapables de juguler leurs énormes déficits parce que vivant depuis des décennies au-dessus de leurs moyens et des nôtres! «Les arbres ne grimpent jamais jusqu au ciel» nous dit la sagesse populaire. Elle a bien raison! Le Mahatma Gandhi avait une formule lapidaire pour définir la tempérance : «Vivons simplement pour laisser les autres simplement vivre!» La force ou courage :

9 Elle permet, dans les difficultés, la fermeté et la constance dans la poursuite du bien, affermissant la résolution de résister aux tentations (notamment celle de se laisser aller ) et de surmonter les obstacles dans la vie morale et sociale. Jean Jaurès écrivit à la fin du XIXème siècle un article sur les chefs d entreprises, je vous en livre quelques lignes étonnantes : «Il n y a de classes dirigeantes que courageuses. A toute époque, elles se sont constituées par le courage, par l acceptation constante du risque. Dirige celui risque ce que le dirigés ne veulent pas risquer. Est respecté celui qui, volontairement, accomplit pour les autres les actes difficiles ou dangereux. Est un chef celui qui procure aux autres la sécurité en prenant pour soi les dangers!» Vous lirez la suite sur Internet, c est remarquable! La force, c est aussi le courage de faire ou de ne pas faire. (La Dépêche de Toulouse, mai 1890). Des exemples professionnels Défendre un client victime d une injustice en sachant s engager à ses côtés, malgré les risques encourus pour soi. Etre capable de soutenir un client dans des circonstances économiques difficiles, même en l absence de retour en honoraires. C est la noblesse de notre profession que d accompagner ainsi un client jusqu à sa liquidation... Refuser d accepter une fraude ou un arrangement au risque de perdre le client C est aussi être capable de dire la vérité sans fard, mais toujours avec finesse, diplomatie et délicatesse La justice : Elle consiste dans la constante et ferme volonté de toujours donner à chacun ce qui lui est universellement dû. Rappelez-vous toujours qu il ne peut y avoir d ordre social sans justice : on le mesure bien aujourd hui La juste prestation pour le juste prix en matière d honoraires Le juste salaire pour nos collaborateurs (un exercice terriblement difficile ). Une injustice commise marque les mémoires de manière quasi-indélébile Ne l oubliez jamais dans l exercice du pouvoir sur vos collaborateurs!

10 «Ne jamais faire aux autres ce que vous ne voudriez pas qu on vous fasse» Vieille sagesse séculaire qu on pourrait retourner : «Nous comporter avec les autres come nous aimerions qu ils se comportent avec nous.» Prudence, Tempérance, Force, Justice : elles sont le socle d une vie professionnelle heureuse! La partie ci-dessous n a pas été exposée le 25 septembre LES VALEURS DE L ESCEM Lorsque j étais président de l Escem Tours-Poitiers, nous avons voulu donner à l école et à tous nos étudiants, un «corpus» de valeurs fortes qui sous-tendraient toutes nos actions et l enseignement. 4 furent alors choisies après longue réflexion : Intégrité, Engagement, Curiosité, Humilité. Permettez-moi de vous dire quelques mots : L intégrité : N ajoutons rien à tout ce qui a été dit tant cette valeur recoupe celles qui ornent notre devise ordinale. L engagement : Suivez le conseil de Charles Baudelaire : «Travailler est beaucoup moins ennuyeux que s amuser!» Plus sérieusement, je crois que nous connaissons tous à fond cette valeur et la pratiquons avec abnégation auprès de tous nos clients. C est une des marques de fabrique de notre métier où dévouement et disponibilité sans faille forment notre image collective. La curiosité : N évoquons même pas ici la curiosité malsaine qui porte à s intéresser aux indiscrétions et aux ragots Non! La curiosité visée ici est celle de l ouverture à la vie, cette disposition d esprit qui nous rend apte à nous intéresser au monde qui nous entoure Votre activité professionnelle sera littéralement fécondée par les postes, fonctions ou responsabilités que vous prendrez à doses raisonnables, prudentes pour tout dire! en sus de votre activité strictement professionnelle au sein de votre cabinet. N hésitez pas à vous engager à l extérieur, encore une fois dans des limites compatibles avec vos engagements fondamentaux, votre famille, votre cabinet. Vous y découvrirez un complément extraordinaire à votre activité d expert-comptable.

11 Le monde a besoin de vous : offrez-lui les talents que vous possédez, sans retenue, avec générosité. Vous serez étonnés du retour! L humilité : C est le trait de caractère de celui qui se voit de façon réaliste. Elle s oppose à toutes les visions déformées de soi-même (orgueil, égocentrisme, narcissisme, mais aussi dégoût de soi ), visions qui peuvent devenir pathologiques à partir d une certaine intensité. L humilité n est pas innée Elle s acquiert avec le temps, le vécu, la maturité affective, intellectuelle et spirituelle Elle est une prise de conscience de sa condition et de sa place au milieu des autres et de l univers La fierté n est pas incompatible avec l humilité Rien de grand ne se fait sans humilité Mettre en avant son équipe, la mettre en valeur lors d un succès en ne s accordant qu une part de celui-ci, voilà un acte d humilité qui fait grandir les autres. Un proverbe oriental dit : «Une main seule ne peut applaudir!» : rares, très rares sont les succès individuels «purs». Nous avons tous besoin les uns des autres Voilà, nous pourrions poursuivre longtemps cet inventaire. Il nous faut conclure. Fin de la partie non exposée le 25 septembre EN GUISE DE CONCLUSION Vous l avez compris, nous ne pouvons vivre heureux dans notre travail que si nous nous comportons en hommes complets, soucieux de rendre service par notre haute compétence et de vivre au quotidien une éthique exigeante. Et ce, d autant plus que nous occuperons un niveau hiérarchique élevé dans la société. «Noblesse oblige», a-t-on coutume de dire. C est si vrai! L éthique est le fondement d une vie sociale équilibrée. Elle est la traduction en actes de ce que l humanité n est pas une fourmilière, mais bien une société composée d êtres conscients, responsables et solidaires de leurs semblables. Sans éthique, rien de véritablement humain ne peut se construire.

12 Ne croyez pas que tout cela soit surhumain. N allez pas croire non plus que, vous parlant ce soir, tout cela soit coulé de source dans ma propre vie professionnelle. Elle fut celle d un homme ordinaire (vous noterez que je n ai pas dit «normal»!), avec ses joies et ses peines, ses succès et ses échecs, ses périodes d exaltation et ses heures de doute Bref, une vie comme celle que vous connaitrez tous. Une seule consigne toutefois : tenter de toujours se comporter en homme! Et si l on chute, savoir se relever à l instar d Philippe Labro, tombé très bas à la suite d une profonde dépression, et qui en a tiré un livre remarquable intitulé : «Tomber sept fois, se relever huit!» Et voici le message final que je désire ardemment vous faire passer : tout ce que vous venez d écouter avec une attention dont je vous remercie vivement, n est finalement que la traduction de l amour, au sens le plus élevé du terme, que notre condition d homme nous porte à offrir à nos semblables : aimer, c est se décentrer de soi pour aller vers l autre et désirer son bien. Aimons donc ceux, nombreux, que la vie nous amène à rencontrer! Donnons à chacun le meilleur de nous-mêmes! Que ceux d entre vous qui ont la Foi la cultivent avec force et constance : ils y trouveront un appui indestructible pour accomplir leur vie! Que ceux qui ne l ont pas, soient, dans le secret et la liberté de leur conscience, des chercheurs de sens, car qui ne cherche pas de sens métaphysique à sa vie ne peut totalement accomplir sa vocation d homme. A chacun, j offre, de tout cœur, mes vœux de réussite professionnelle, personnelle et familiale. Puissiez-vous être, dans vos milieux de travail respectifs, les ambassadeurs écoutés de notre belle profession d expert-comptable. Il vous appartient désormais d écrire la suite de ces lignes Bon vent à tous! Fait à Fondettes, le 24 septembre 2012 Etienne Rouxel Expert-comptable honoraire Président honoraire du Conseil Régional des Experts-Comptables d Angers Pays de Loire

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA «Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA Une enquête online auprès de 507 Françaises et Français détenant plus de 75000 euros d avoirs

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

PRIORISER SES VALEURS

PRIORISER SES VALEURS PRIORISER SES VALEURS présenté par LOUISE BOURGET, CRHA IDENTIFIER ET PRIORISER SES VALEURS Nos valeurs orientent nos choix et nous guident dans l'action. Notre intégrité à agir en cohérence avec nos valeurs

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise :

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise : 1 Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, Dans la tempête, il faut garder le cap, corriger le chemin. Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir l instant celui

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

La confiance en soi ça se développe. Créez le rapport de confiance!

La confiance en soi ça se développe. Créez le rapport de confiance! La confiance en soi ça se développe Créez le rapport de confiance! Rencontre Réseau EAF 23 septembre 2010 Esc Brest Introduction Installer son leadership, croire en ses capacités, en son produit/service,

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme

l'essence de chaque chose se trouve dans la chose même. matière forme que des ombres projetées contre la paroi. C'est le monde de l'existence, sensible, et comme les hommes ne peuvent pas voir autre chose, ils sont dans l'ignorance et pensent que c'est le monde réel. L'un

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

Discours de Rémi CHAINE, Bâtonnier de l Ordre des avocats au Barreau de Lyon Rentrée solennelle du 18 décembre 2009

Discours de Rémi CHAINE, Bâtonnier de l Ordre des avocats au Barreau de Lyon Rentrée solennelle du 18 décembre 2009 1 Discours de Rémi CHAINE, Bâtonnier de l Ordre des avocats au Barreau de Lyon Rentrée solennelle du 18 décembre 2009 «Plus que le passé, disait Albert Einstein, c est l avenir qui m intéresse car je vais

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Formation à l Accompagnement Sacré

Formation à l Accompagnement Sacré Formation à l Accompagnement Sacré But Espace intense de «travail» intérieur, individuel et collectif, cette formation a pour but de permettre à chacune et chacun d accompagner, en soi et autour de soi,

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

France: L éthique et la déontologie de l avocat réglées ensemble

France: L éthique et la déontologie de l avocat réglées ensemble Europäische Konferenz 2011 Ethik Sache der Anwaltschaft European Conference 2011 Ethics A Lawyer s Issue Conférence Européenne 2011 L Ethique une affaire d avocat France: L éthique et la déontologie de

Plus en détail

ELZÉAR Executive Search 56, rue de Londres -F-75008 Paris Tel +33 1 49 70 67 00 -Fax +33 1 49 70 67 01 -www.elzear.com

ELZÉAR Executive Search 56, rue de Londres -F-75008 Paris Tel +33 1 49 70 67 00 -Fax +33 1 49 70 67 01 -www.elzear.com Présentation du CGP - Centre de Gravité Professionnel un outil de diagnostic des talents Le plan de l intervention 1. QUESTIONNAIRE CGP 2. LE CALCUL DES POINTS 3. LES ÉNERGIES FONCTIONNELLES 4. LES PRÉPONDÉRANCES

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Comment être un bon conseil syndical?

Comment être un bon conseil syndical? Comment être un bon conseil syndical? Association des Responsables de Copropriétés www.unarc.asso.fr Comment être un bon conseil syndical? 3 Introduction Nous n oublierons jamais que le député qui a introduit

Plus en détail

Accès des gouvernements aux données du secteur privé

Accès des gouvernements aux données du secteur privé Accès des gouvernements aux données du secteur privé Jérusalem, le 28 octobre 2010 (32 e conférence internationale des commissaires à la protection des données et de la vie privée) Giovanni Buttarelli

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

RAPPORT ANN UE L 2014-2015

RAPPORT ANN UE L 2014-2015 RAPPORT ANN UE L 2014-2015 TABLE DES MATIÈRES Mots du président et de la direction... 4 Historique... Mission... Territoire... Présentation de l équipe... 5 6 6 7 Les bénévoles experts Processus d action

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Découvrir et apprécier sa valeur

Découvrir et apprécier sa valeur présentent Partenaires : Centre Berthiaume-Du Tremblay www.berthiaume-du-tremblay.com Association québécoise des centres communautaires pour aînés www.aqcca.org Découvrir et apprécier sa valeur Pour s

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

RÈGLEMENT DES STAGES

RÈGLEMENT DES STAGES Université de Liège - Faculté de Philosophie et Lettres Département des Arts et Sciences de la Communication Master en Communication multilingue à finalité spécialisée en communication économique et sociale

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Préambule Ce code de déontologie est établi par le réseau Coaching City. Il s applique à toutes interventions de coaching quelles qu elles

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

NOS PRINCIPES DIRECTEURS

NOS PRINCIPES DIRECTEURS NOS PRINCIPES DIRECTEURS Depuis 50 ans, les bulletins verts décrivent la manière dont John Deere conduit ses affaires et met ses valeurs en pratique. Ces bulletins sont des guides utiles au moment d émettre

Plus en détail

Sommaire. Première partie. Inspirez votre client interne

Sommaire. Première partie. Inspirez votre client interne Sommaire VII Sommaire Remerciements 1 Introduction 3 Première partie Inspirez votre client interne 1. Rêvez plus grand 17 Les véritables débuts de l Apple Store 19 La question qui a fait la réussite d

Plus en détail

DONS, D HOSPITALITÉ. Lignes directrices 1. mai 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE

DONS, D HOSPITALITÉ. Lignes directrices 1. mai 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE DONS, AVANTAGES ET MARQUES D HOSPITALITÉ Lignes directrices 1 mai 2012 COMMISSAIRE À L ÉTHIQUE ET À LA DÉONTOLOGIE 1 En application de l article 89 du Code, le commissaire peut publier des lignes directrices

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

PNL ET MAGIE D autres secrets

PNL ET MAGIE D autres secrets PNL ET MAGIE D autres secrets Benoit CAMPANA Collection Mathieu Bich Présente Droits réservés pour tous pays Certificat de dépôt N D255-461 2009 Benoit Campana 2010 Createx NOTE DE L EDITEUR J ai découvert

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

LA LETTRE D UN COACH

LA LETTRE D UN COACH LA LETTRE D UN COACH COACH DIDIER GAGNANT KALIPE N 18 du Dimanche 04 Mai 2014 «Il fallait commencer un peu plutôt ; c'est-à-dire maintenant et résolument.» Un Coach vous enseigne la Méthode qui permet

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Résister aux tentations et aux accusations

Résister aux tentations et aux accusations Résister aux tentations et aux accusations Jésus est venu détruire toute dette Exode 20.17 «Tu ne convoiteras pas!» Satan structure sa dette et travaille avec la tentation essentiellement à travers les

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Un Certain chemin de vie

Un Certain chemin de vie E. Bertrand Feumetio Anicet Bongo Ondimba Un Certain chemin de vie Méditation sur l action, la condition et la nature humaines Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité dans le cadre de la «Mobilisation pour la petite enfance et la parentalité», menée par le Ministère délégué chargé de la

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1

LA PENSÉE. À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 LA PENSÉE À quel point habile est votre pensée en ce moment? 1 Il n y a rien de plus pratique qu une pensée saine. Peu importe les circonstances ou les buts, peu importe où vous vous trouvez ou les problèmes

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS. Par nos relations, nos perceptions, nos actions

ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS. Par nos relations, nos perceptions, nos actions ENSEMBLE REVITALISONS NOS ORGANISATIONS Par nos relations, nos perceptions, nos actions LES ENJEUX DU XXI siècle Enjeux pour lesquels nous nous mobilisons. Notre humanité vit de profondes ruptures, culturelles,

Plus en détail