Actualité Une présence renforcée sur le territoire du Perche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actualité Une présence renforcée sur le territoire du Perche"

Transcription

1 3.09 BP Alençon cedex Tél. : La CCI d Alençon, acteur du développement du Perche La CCI d Alençon s est réunie en Bureau élargi, le 23 février dernier, à l antenne de Mortagneau-Perche. La tenue d un Bureau de la CCIA, en dehors du siège d'alençon, est la première des six que nous allons tenir. La démarche vise à montrer la présence de la CCIA sur l ensemble de sa circonscription. Actualité Une présence renforcée sur le territoire du Perche Nous avons réuni une trentaine de chefs d entreprise et d élus locaux. L objectif est de rencontrer les commercants, les industriels et les prestataires de services sur leur territoire pour mieux répondre à leurs préoccupations et accompagner leurs projets du moment. Il s'agit aussi de présenter les actions locales, en cours et à venir, de la CCIA. Dans un contexte en forte évolution, les élus de la CCI comptent sur ces échanges sur le terrain pour nourrir les actions de la stratégie et leurs réflexions pour celle à venir , autour de 3 enjeux : Créer les conditions d un développement durable, Favoriser le développement économique, Anticiper et répondre à la demande des entreprises. A l'heure où le gouvernement réorganise le territoire, les CCI sont parties prenantes et nous serons force de proposition. François Caucé Président de la CCI d'alençon Depuis janvier 2009, la CCI d Alençon accueille le public du Pays du Perche dans de nouveaux locaux, plus spacieux. Une salle de réunion a été créée pour organiser régulièrement des rencontres avec les chefs d entreprise et les créateurs. Située dans le même bâtiment que la Maison de la Formation, l antenne de Mortagne-au- Une trentaine de chefs d'entreprise et d'élus locaux ont participé au Bureau élargi qui s'est tenu à Mortagne-au-Perche. Perche est ouverte le mardi et jeudi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00, et le lundi, mercredi et vendredi sur rendez-vous. Antenne de Mortagne-au-Perche Tél. : Contacts Siège de la CCIA Lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 Place du Palais - BP Alençon cedex - Tél. : Fax : Antenne de Mortagne-au-Perche Mardi et jeudi 9h00-12h30 et 14h00-18h00 ; Lundi, mercredi et vendredi sur rendez-vous Maison de la Formation Rue F. de Boyères Mortagne-au- Perche Tél. : Fax : Antenne de L Aigle Le matin sur rendez-vous et du lundi au vendredi de 14h00 à 17h30 Place Fulbert de Beina L Aigle. Tél. : Port. : Antenne de La Ferté-Macé Permanences de la CCIA : le jeudi aprèsmidi, sur rendez-vous Immeuble Score - ZI Beauregard Rte d Argentan La Ferté-Macé Tél. : Sommaire Transmission 2 Mouvements de fonds 4 Tourisme 5 Systèmes d'information 6 Brèves économiques 9 Porte-parole des entreprises 10 Annonces 11 Rendez-vous de l'entreprise 11 Formation 14 Foires et salons 15 1

2 Transmission Transmettre ou reprendre une entreprise, comment faire? Pour que la transmission ou la reprise d une entreprise se déroule au mieux, elle doit être préparée très en amont. Cela nécessite une réflexion approfondie sur l'ensemble des aspects de l entreprise : juridiques, fiscaux, économiques et humains. Les offres de reprise ou de cession sont consultables : Pour les entreprises artisanales, commerciales ou hôtelières : Pour les entreprises industrielles, B.T.P., Commerce de gros et Services aux entreprises : La CCI d Alençon vous accompagne tout au long de votre démarche dans le respect de la confidentialité et des règles déontologiques. Pour plus d informations, contactez : Transcommerce Arnault Delpech Tél. : Agence Noyau-Desmoulin (Tél. : ) 612H0610 Café tabac Affaire connue, très bien située sur le passage. Plus de 450 /jour en bar. Commissions supérieures à Pas de personnel. Loyer /an avec logement (accès indépendant). Cession cause retraite. Chatellier Cabinet de Commerces (Tél. : ) 613H0610 Bar restaurant pizzeria Affaire tenue depuis 7 ans. En très bon état. Tout a été refait : fenêtres, murs et déco globale, élect. sécurité et l ensemble est parfaitement entretenu. Le parking devant le restaurant et de chaque côté est un plus pour cette affaire sur le passage et carrefour de 4 grandes routes. Affaire idéale pour un jeune couple voulant s installer. Prix Me Jean-Daniel Courtonne (Tél. : ) 611C1024 Pas de porte Vend cause retraite en centre-ville, bon emplacement, TV, électroménager (voir tous commerce). Prix demandé SCP Sarthout-Gaulard- Lebeaut-Gueugnon (Tél. : ) 613C1022 Salon de toilettage canin A vendre dans un centre-ville. Excellente clientèle fidèle. Surface 28 m². Loyer annuels. Prix de vente

3 Mouvements de fonds Du 21 janvier au 20 février 2009, parus au BODACC. Source Tribunal de Commerce d'alençon. Depuis le 1 er janvier 2009, les tribunaux de Condé-sur-Noireau et d Argentan n existent plus. Le Tribunal de Commerce d Alençon est donc désormais compétent sur l ensemble du territoire ornais. Alençon ACM EURL Alençon Création Tous travaux de maçonnerie générale, ravalement, rénovation ALTP ALLAIN TRAVAUX PUBLICS Boitron Création Terrassement assainissement pose de dorures, de clotûres ART BATIMENT CONSTRUCTION Alençon Achat Maçonnerie générale, carrelage, plâtrerie ATTISE L'ATRE Condé-sur-Sarthe Création Vente achat de cheminée, de poêles, appareils de chauffage CSM EXPERTISE Alençon Création Experts-comptables et commissaires aux comptes DUHERON HERIVEL SARL Chailloué Achat Terrassement, goudronnage, assainissement paysager LA FABRIQUE Alençon Achat Petite restauration, plats à emporter LINEA BOIS Forges Création Charpente, couverture, construction bois MACONNERIE ISOLATION CARR Bures Création Maçonnerie générale, isolation, pose de carrelage MME SAGIR ASUMAN Alençon Création Débit de boissons non alcoolisées, jeux, cybercafé MR BACH YANNICK Carrouges Création Travaux de couverture zinguerie MR BERTHELOT DOMINIQUE Alençon Création Conseil en gestion de patrimoine MR BOISJOLY OLIVIER Radon Création Café bar restaurant, pizzéria MR COUSIN SYLVAIN Sées Achat Boulangerie, pâtisserie, confiserie, graineterie MR SAGLAM ABDULLAH Alençon Création Vente de fruits, légumes, épicerie à titre ambulant SANDWICH PONTS NEUF Alençon Création Vente à emporter de viennoiseries, salades, sandwichs chauds VINGTSURVINGT Alençon Création Suivi individualisé en pédagogie et soutien scolaire VOLTE FACE Fontenai-les-Louvets Transfert Achat commercialisation de produits de services aux entreprises Auge-Argentan MR GREMILLON GUILLAUME Gacé Création Entretien, création d'espaces verts SARL DE LA MONNERIE Le Cercueil Création Elevage d'équidés, prise en pension, achat et vente de chevaux SARL MORLAN Almenèches Création Nettoyage industriel Bocage A.M.E.R La Sauvagère Création Mise en service de tous types de pompes à chaleur, entretien EDUCATION ABC OXFORD Mehoudin Création Enseignement de la langue anglaise à titre particulier MILLE ET UNE MIES La Ferté-Macé Achat Boulangerie pâtisserie MME CORTES VIRGINIE La Ferté-Macé Création Vente de fleurs et plantes de décoration MME GUIBOUT MARIELLE La Ferté-Macé Création Vente de prêt à porter homme femme, accesoires, chaussures MME LAURENT MURIELLE St-Patrice-du-Désert Création Vente de fruits, légumes, fleurs, épicerie, à titre non sédentaire MR ANNE DENIS La Ferté-Macé Création Plan, métrés, implantation et conseils pratiques MR FREY SEBASTIEN La Ferté-Macé Achat Restauration, débit de boissons, snack bar, crêperie MR POUSSIER LAURENT Lonlay-le-Tesson Transfert Maçonnerie générale, carrelage, pose de placo plâtre SARL BOULANGERIE AMELINE La Ferté-Macé Achat Boulangerie pâtisserie UNIFIED WEB SOLUTIONS St-Michel-des-Andaines Création Développement, vente, formation, matériels informatiques Ouche LCM RECYCLAGE Anceins Création Collecte de déchets non dangereux MANU-OUEST Ecorcei Création Electricité générale, maintenance de nacelles élévatrices MR MAILLET CHRISTIAN Monnai Création Production et diffusion de spectacles MR POTTIER MICHEL St-Symphorien-des-B. Création Menuiserie Chambre de Commerce et d'industrie d'alençon

4 Perche ALTERNATIVE CONSEILS Mâle Transfert Conseil en environnement, qualité, sécurité et hygiène COM'&FOOD La Lande-sur-Eure Création Toutes opérations commerciales et de conseil DELTAFORMA CENTRE Mâle Transfert Formation continue pour adultes, contrôle technique d'engins EURL JEAN-LUC CLERARDIN Ceton Création Location d'appartements meublés HAYE Le Pin-la-Garenne Achat Menuiserie, ébenisterie, charpente, maison bois JL BOICHUT Coulonges-les-Sablons Création Maçonnerie générale et tous travaux de pose de serrurerie MME DESCHAMPS YORICKE St-Langis-lès-Mortagne Création Restauration crêperie MME TOULOUSE MARIE-PAULE Mortagne-au-Perche Reprise au conjoint Hôtel restaurant, banquets, séminaires MR AYDAS ISMAIL Tourouvre Création Bûcheron MR BLOT ERIC Les Menus Création Menuiserie, bâtiment, aménagement de combles MR DIERICK RODOLPHE Mortagne-au-Perche Location-gérance Boulangerie pâtisserie MR DUMONT PASCAL Lignerolles Création Pose installation de cuisines, salles de bains MR OLLIVON FRANCK St-Hilaire-le-Châtel Création Epicerie, alimentation MR VAN DER HORST BASTIAAN Ceton Création Achat et importation de matériel agricole et revente MR VAN MAELE ERIC La Ventrouze Création Vente de véhicules neufs et occasion, pièces détachées PERCHE ANTIQUARIAN BOOKS St-Cyr-la-Rosière Création Commerce de livres anciens PUMPKIN Le Mage Création Conception fabrication de produits de communication SARL RIMBOURG Soligny-la-Trappe Création Elevage de bovins La liste des mouvements de fonds vous permet d'être au courant de l'évolution économique de votre secteur. Pour tout renseignement complémentaire juridique, Tourisme/Hôtellerie/Restauration Réglementation L'aide forfaitaire pour les employeurs de l'hôtellerie-restauration Par un décret du 16 mai 2008, cette aide, appelée "prime Sarkozy", a été prolongée pour une durée indéterminée jusqu'à l'obtention du taux réduit de TVA en restauration. Les employeurs des personnels des hôtels, cafés et restaurants peuvent bénéficier de cette aide au titre des salariés travaillant dans les établissements dont l'activité principale fait partie des classes 55.10Z, 55.20Z, 55.30Z, 56.10A, 56.10B, 56.10C, 56.21Z et 56.30Z de la nomenclature NAF. Il en va de même pour ces mêmes employeurs au titre des salariés travaillant dans les établissements qui ont une activité principale de bowling, de casino ou une activité principale de discothèque telle que décrite dans l'annexe de ce décret du 16 mai Pour les restaurateurs et les exploitants de cafétérias, le montant de l'aide s'élève à 180 par mois et par salarié quel que soit le niveau de rémunération. Comment bénéficier de cette aide? Si vous n avez jamais fait la demande de cette aide, vous devez vous procurer le formulaire de «demande d aide pour les employeurs des hôtels, cafés et restaurants» auprès de votre Pôle Emploi. Vous devez compléter, signer et renvoyer ce formulaire de demande auprès du Pôle Emploi. La déclaration d actualisation trimestrielle est à joindre avec la photocopie du bulletin de salaire de chacun des salariés qui sont pris en compte dans le mois concerné. Pour plus d'informations, contactez : Joël Delaunay Tél. :

5 Le Titre Restaurant La Commission Nationale des Titres- Restaurant a publié récemment une plaquette présentant les atouts des Titres-Restaurant. Les titres-restaurant sont définis comme des titres spéciaux de paiement remis par les employeurs à leur personnel salarié pour lui permettre d'acquitter en tout ou en partie le prix d'un repas consommé au restaurant. Ils ont ainsi pour but de répondre au besoin de restauration des salariés et employés pendant la journée de travail. Les différents acteurs Les émetteurs sont des sociétés spécialisées. Ils vendent aux employeurs des titres de différentes valeurs. Ils procèdent au remboursement des titres présentés par les restaurateurs et commerçants assimilés. Les employeurs cèdent ces titres à leurs salariés en contrepartie d'une somme inférieure à leur montant. La différence correspond à la participation patronale. Cette participation bénéficie d'exonérations fiscales et de cotisations sociales. Les employés utilisent les titres restaurant pour régler un repas ou acheter des préparations alimentaires, chaudes ou froides, qui doivent répondre à des critères prédéfinis. Les restaurateurs et commerçants assimilés peuvent accepter les titres en paiement à raison d'un seul titre par repas ou achat de préparations alimentaires. Il est interdit de rendre la monnaie sur un titre restaurant. Les restaurateurs et commerçants assimilés présentent les titres aux émetteurs pour obtenir leur remboursement. Les atouts Côté employeur ( entreprises utilisatrices dont 60 % de petites entreprises) : Une réponse économique à l obligation légale de prise en charge de la restauration du personnel, Accessible à toute entreprise à partir de 1 salarié, N exige aucun aménagement de locaux ou d investissement spécifique, Une participation comprise entre 50 % et 60 % de la valeur libératoire du Titre- Restaurant exonérée de toute charge fiscale et sociale dans la limite d un plafond revalorisé annuellement, soit 5,04 en Ce mécanisme d exonération correspond aux avantages fiscaux accordés aux restaurants d entreprise. Côté salarié (2,8 millions de titres utilisés par jour travaillés en 2007) : Un pouvoir d achat supplémentaire, Jusqu à 1 108,80 par an, net d impôts et de toute retenue salariale (soit 5,04 x 220 jours travaillés, dans la limite de la réglementation en vigueur), La liberté de se restaurer dans l établissement affilié de leur choix entreprises utilisent les Titres-Restaurant dont 60 % de petites entreprises. Côté restaurateur ou commerçant assimilé ( établissements affiliés) : Un facteur indéniable d augmentation de chiffre d affaires, Un moyen de fidélisation et de conquête de clientèle, Un vecteur de création d emplois, La garantie du remboursement ainsi qu un circuit très sécurisé. Joël Delaunay Tél. : Environnement La gestion environnementale appliquée à l'hôtellerie et la restauration La préservation de l environnement devient l affaire de chacun et prendra au fil des années une importance croissante. Pas un jour ne se passe ou presque sans que soit évoqué par les médias le «Grenelle de l Environnement». Beaucoup plus qu un effet de mode, le virage vert deviendra rapidement incontournable. Le secteur de l hôtellerie-restauration-tourisme n y échappera pas. C est pourquoi la Chambre de Commerce et d Industrie d Alençon, partenaire de l opération régionale de management environnemental initiée par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Basse-Normandie avec l Ademe, l Agence de l Eau Seine-Maritime et le Conseil Régional de Basse-Normandie, a décidé d organiser pour les hôteliers, restaurateurs et cafetiers ornais des réunions d information et de sensibilisation sur l intérêt et les avantages à s engager dans une démarche de gestion environnementale. Elle a, par ailleurs, édité une fiche pratique qui passe en revue, d une part, les thèmes environnementaux qui impactent le secteur, d autre part, les raisons de se lancer dans une telle démarche, et enfin les étapes qui conduisent à l obtention d un label ou d une certification. Joël Delaunay Tél. : Adhésion à une chaîne : avantages et inconvénients En tant qu'hôtelier, vous vous posez la question de l'intérêt, du coût et des conditions d'adhésion à une chaîne. Le cabinet Coach Omnium, spécialisé en hôtellerie, a publié une étude sur le thème «Pourquoi s'affilier à une chaîne volontaire?». Celle-ci vise à aider tout candidat exploitant à s'y retouver et à faire le bon choix d'un réseau hôtelier en vue d'en devenir membre. Le bureau d'études, dirigé par Mark Watkins, a réalisé un état des lieux des chaînes en France. Vous souhaitez recevoir un résumé de l'étude, contactez : Joël Delaunay Tél. : Chambre de Commerce et d'industrie d'alençon

6 Systèmes d'information Sécuriser les paiements en ligne de son site marchand La récente période de soldes l a encore démontré : les achats sur Internet se multiplient. Les consommateurs espèrent payer moins cher sur le Net et économiser du carburant en laissant leur voiture au garage. Cette croissance s explique par une hausse de confiance des internautes pour le e-commerce. Les sites web marchands ont donc tout intérêt à sécuriser leurs moyens de paiement s ils veulent voir leur nombre de commandes augmenter. L internaute aura fortement tendance à concrétiser sa visite sur un site marchand par un achat, s il y trouve un moyen de paiement sécurisé. En effet, la multiplication des échanges commerciaux en ligne s accompagne d une augmentation des fraudeurs. De plus, le paiement hors-ligne par chèque ou virement bancaire complique et ralentit le processus. Il devient donc nécessaire pour les e-commerçants d offrir un paiement sécurisé. Pour les achats en ligne, la carte bancaire arrive en tête des moyens de paiement préférés des internautes (à 85 %), à l opposé des chèques. Mais de nombreux autres modes fleurissent comme le portefeuille en ligne (de type PayPal), le crédit en ligne ou le mobile commerce, à partir du téléphone portable. Les solutions de paiement Tout site de commerce en ligne se doit d avoir un moyen de paiement en ligne sécurisé. Plusieurs solutions s offrent aux créateurs de sites marchands, la Commission européenne en ayant relevé plus de 150 existantes ou en développement. Les banques mettent à disposition des contrats de vente-à-distance (VAD), comme par exemple un contrat TPEV (Terminal de Paiement Electronique Virtuel). Elles se rémunèrent par des frais de mise en place, une commission sur les transactions et un loyer mensuel. Le client est alors redirigé vers une page sécurisée, hébergée sur une plateforme de paiement, pour saisir ses données bancaires, puis revient sur le site marchand. Le cyber-commerçant peut par ailleurs se tourner vers des plates-formes de paiement telles que Ogone, Paybox ou un intermédiaire de paiement comme PayPal. Ce système de paiement sécurisé en ligne appartient à E-Bay. Les clients effectuent ou perçoivent des paiements en ligne à partir d une adresse , sans fournir de coordonnées bancaires. L inscription à ce type de plate-forme est gratuite et le paiement se fait selon le volume de vente mensuel (taux de réception des paiements différenciés). Le client peut donc trouver différents moyens de paiement à sa disposition selon les sites sur lesquels il effectue ses achats : la carte bancaire représente 80 % des paiements en ligne, mais se révèle cependant peu adaptée aux micro-paiements. la carte virtuelle dynamique ou «e-carte bleue» : l acheteur reçoit de sa banque un numéro de paiement valable pour un achat unique. Cette carte n offre cependant pas de garantie de paiement aux commerçants. la carte à gratter prépayée : achetée en bureau de tabac, en kiosque ou en boutique spécialisée. Le code utilisé a une durée limitée sur une carte rechargeable. De cette façon, l utilisateur reste anonyme. le porte-monnaie électronique (PayPal) : alimenté selon la convenance du client, il fonctionne avec un identifiant et un mot de passe. Il convient notamment pour les montants pour lesquels les cartes de paiement sont mal adaptées, compte tenu des coûts de traitement. Il nécessite toutefois d être créé préalablement à l achat mais n est payant que pour le vendeur (0,25 /opération et 1,9 à 3,4 % du montant de vente). le paiement de personne à personne (Peer to Peer : P to P) : l envoi et la réception d argent se font par courrier électronique, après inscription sur un site de «paiement par courrier» en fournissant un numéro de compte bancaire ou de carte. L internaute indique ensuite l de la personne à qui il veut envoyer de l argent (particuliers ou commerçants) et le montant du virement. Le bénéficiaire reçoit un qui le renvoie vers le site sécurisé pour ouvrir un compte en indiquant son compte bancaire habituel afin de recevoir l argent. la banque à domicile : la banque autorise les consultations et l utilisation du compte en ligne, en permettant notamment les virements. Les sites web marchands sécurisés sont identifiables grâce à leur adresse commençant par «https» et/ou un petit cadenas figurant en bas de page. Les vérifications de rigueur Le plus gros risque du commerce électronique réside dans les fraudes à la carte bancaire. Lors d un litige, le commerçant est la première victime. En effet, dès que le détenteur de la carte bancaire s aperçoit d un débit involontaire, il le signale à sa banque et est remboursé automatiquement. Le commerçant reçoit un avis d impayé (ADI : avis de débit impayé) de sa banque et voit son compte débité du montant de la transaction. L'e-commerçant a donc tout intérêt à vérifier préalablement l identité de ses clients. Le recueil et l analyse de certaines données deviennent nécessaires pour assurer la fiabilité des transactions. Par la suite, une procédure de notation de la qualité d un paiement par carte bancaire peut aussi être envisagé ; on parle alors de «scoring». Sur les plates-formes de paiement, les informations échangées sont cryptées lors de leur envoi, mais ne garantissent pas pour autant la qualité de la transaction, ou l identité du porteur de carte bancaire. Certaines informations sur les clients sont primordiales et peuvent facilement faire l objet d un contrôle : adresse dans l annuaire, numéro de téléphone valide, historique de commande sur le site. Des informations plus techniques sur la commande seront fournies par le site : l adresse IP de l ordinateur, son pays d origine en cohérence avec l adresse du client, le type de carte et son pays d origine, etc. Pour encore plus de sécurité, rien n empêche d appeler le client, de lui demander des pièces justificatives, de solliciterun contrôle de l identité du porteur de carte auprès de la banque émettrice, ou tout simplement de basculer vers un autre mode de règlement plus sécurisé. Certains e-commerçants mutualisent leurs fichiers clients pour posséder un historique des défauts de paiement, du nombre de commandes passées sur la même période, etc. Enfin, des prestataires, comme FIA-NET, proposent des solutions automatiques pour gagner du temps. Le Système d Analyse des Commandes (SAC) de FIA-NET permet 6

7 d établir le niveau de confiance de chaque transaction à partir de la confrontation des historiques de données fournies par le client lors d un achat en ligne. En cas de fraude Les fraudeurs s adaptent très vite aux nouveaux modes de paiement (PayPal, paiement fractionné, à la réception, etc), de commande (par , téléphone, etc) ou aux nouveaux circuits de livraison (point colis). Ils se professionnalisent et s organisent. Si les fraudes représentent 2 % des transactions sur le Net, les tentatives sont 20 fois plus élevées. Mais quelles sont les fraudes possibles? On en distingue deux principales : la récupération du numéro de carte bancaire, de la date d expiration et du cryptogramme visuel (3 derniers chiffres au dos de la carte) lors d un paiement sur un système sabot, par caméra sur un distributeur ou chez un commerçant mal intentionné, le client de mauvaise foi conteste le paiement auprès de sa banque après avoir reçu la commande. 80 % des fraudes concernent les secteurs de l équipement électronique, du tourisme et de l informatique. En cas de fraude, le cyber-vendeur a la possibilité de porter plainte en fournissant des preuves justificatives pour remonter jusqu au fraudeur (adresse IP, jour et heure de la transaction, adresse et téléphone mentionnés, etc). Pour couvrir le risque de fraude, il peut souscrire une assurance spécialisée, généralement sous condition de mise en place d un scoring, avec un tarif variable selon le pourcentage de chiffre d affaires. Par ailleurs, les tentatives de fishing se multiplient. Dans ce cas, le consommateur reçoit un mail aux couleurs de sa banque, l invitant à modifier ses codes, mais tombe en fait sur un site pirate qui récupère les codes ou télécharge un malware. Cette fois, le commerçant n est pas concerné, seul l utilisateur est responsable et se doit d être vigilant. A retenir Pour attirer les clients et multiplier les commandes, mieux vaut posséder un système de paiement sécurisé. Si les risques de fraude sont inévitables, il est bon d en tirer un enseignement pour les transactions futures et d approfondir la connaissance de ses clients. Aurélie Bordereau Tél. : Les sites à visiter Sites web ornais Je m installe dans l Orne Ce site, mis en place par Orne Développement, est à destination du grand public et des entrepreneurs désirant s installer sur le territoire ornais. Il leur permet de découvrir le département et ses principaux atouts géographiques, économiques, touristiques mais aussi en terme de qualité de vie. Boîte à questions, témoignages, conso-comparateur et espace multimédia avec vidéo et extraits sonores. KPDP L atelier-boutique de Rémalard propose tout sortes de créations d objets sérigraphiés et propose régulièrement des expositions. Depuis février, des ateliers de découverte de la sérigraphie sont également programmés pour les enfants et les adultes. Découvrez l univers de Charlotte et Emilie Fériaud sur leur blog. 2FK Production Installée à La Chapelle-Viel, 2FK Production offre ses services en matière d hébergement et de création de sites web, de services multimédia (transfert vidéo, numérisation, création graphique, etc), de maintenance et dépannage informatique ou encore de tournage vidéo. Conditions et tarifs de vente en ligne. Sites web nationaux Infolocale Ce portail gratuit vous permet d annoncer vos évènements dans les médias du groupe Ouest-France qui couvrent la Basse-normandie, la Bretagne et les Pays de la Loire : Ouest France, Presse Océan, et Les annonces concernant les organismes, les animations, les fêtes ou réunions, les permanences, les concerts, les spectacles ou les expositions sont les bienvenues. Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) Outre une présentation de la Fevad et de ses missions, ce site met à disposition de nombreuses informations sur le commerce électronique : statistiques et bilans, études et chiffres organisation, secteurs d activité, réglementation, codes déontologiques, etc. Bulletins électroniques Ce service de veille technologique, proposé par l ADIT et le Ministère des Affaires étrangères et européennes, met à disposition des rapports et des dossiers technologiques thématiques sur plus de 30 pays. Possibilité de s abonner à la liste de diffusion et aux flux RSS. Chambre de Commerce et d'industrie d'alençon

8 L'intelligence économique Les mécanismes de la rumeur Définie comme un «message sans fondement qui se propage de manière anarchique», la rumeur a un cycle et une espérance de vie. Que son contenu ait une part de vérité ou non, peu importe! Orale ou écrite, dès qu elle a éclaté, la rumeur circule toujours aussi vite. Et là où elle passe, elle laisse des traces indélébiles, même si on prouve qu elle est fausse. «Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose» écrivait Monsieur de Beaumarchais. Histoire du concept Il a pour origine les recherches de psychologie judiciaire entreprises à partir de 1902 par l Allemand Louis William Stern qui a exposé le «protocole expérimental» de la rumeur. L expérience consiste à créer une chaîne de sujets, que l on se transmet de bouche-à-oreille sans avoir le droit de répéter ou d expliquer. Si l on compare l histoire racontée par le premier sujet et celle racontée par le dernier, on ne peut qu en constater les oublis ou la déformation. La rumeur, un phénomène à explorer La naissance d une rumeur La rumeur obéit à des règles et à une logique dont on peut analyser les mécanismes. Produite presque toujours spontanément, elle est plus souvent le fruit de paroles en l air ou d un mensonge que celui d un complot. Pour diverses raisons, un groupe de personnes s en empare et l amplifie. Conduites par le besoin de «partir en croisade», elles la propagent pour se donner de l importance, s attribuant ainsi un rôle social dont elles seraient ordinairement dépourvues. Après un événement comme celui du 11 septembre 2001 ou à l approche d une élection politique par exemple, on assiste à une recrudescence du nombre de rumeurs (dans ce dernier cas produites spontanément dans le but de discréditer un adversaire). Un objectif parfois bien ciblé Touchant tous les groupes sociaux, et tous les types de sociétés (grands groupes, PME ou TPE), la rumeur est une arme redoutable largement utilisée dans la guerre de l information. Bien qu en apparence insaisissable, la rumeur semble repérer sa proie avec un flair presque animal, et s attaque curieusement aux entreprises les plus vulnérables. Un analyste financier constate en effet que la volatilité des capitaux va de pair avec une orchestration croissante des rumeurs. Cellesci visent le plus souvent à déstabiliser une entreprise pour bénéficier ultérieurement de la chute de son cours. Deux conditions doivent être réunies : que l auteur de la rumeur demeure indécelable, et que l entreprise visée présente une zone de fragilité financière. Une arme pour déstabiliser Issue toujours de sources non officielles, la rumeur est assimilée à de l information grise : elle se caractérise par la conspiration ou la contamination. Lancée à des fins de déstabilisation, elle est véhiculée par des messages dont les auteurs en vérifient rarement la véracité et qu ils rediffusent presque systématiquement, soit parce qu ils ont confiance dans l émetteur, soit parce qu ils sont influencés par les circonstances du moment (peur, émotion). Rappelons que la désinformation a pour objectif de nuire à l image de marque d une personne ou d une société par l intermédiaire d une information qui va frapper la mémoire du destinataire. Cette propagation délibérée de fausse information a pour but d affaiblir l adversaire en influençant l opinion. La rumeur peut causer des dégâts considérables Aujourd hui, les entreprises doivent se défendre contre les effets néfastes de la communication globale, où l on peut tout dire. On ne compte plus le nombre de rumeurs ayant entraîné des conséquences désastreuses pour les entreprises. La rumeur sur l entreprise Semer le doute sur le caractère dangereux d un produit, jeter l opprobre sur la réputation d un dirigeant, faire des insinuations douteuses sur les résultats financiers d une société, suggérer un dépôt de bilan ou des licenciements, lancer une polémique, etc. Toutes ces attaques portent atteinte à l image de l entreprise, la déstabilisent, quand elles ne la font pas disparaître à plus ou moins long terme. La rumeur dans l entreprise Selon une étude européenne, deux tiers des Français déclarent apprendre des informations importantes par le biais de rumeurs, tandis qu un dirigeant sur deux se dit renseigné de cette manière. Même résultat pour le Royaume-Uni, alors que cette proportion atteint 41 % au Danemark. En France, la puissance de la rumeur s est renforcée ces cinq dernières années essentiellement au niveau des non-cadres. Il semblerait que cette amplification du phénomène serait due à un déficit de communication interne. En effet, les entreprises s inscrivent de plus en plus fréquemment dans des objectifs à court terme, ce qui laisse le champ libre aux attentes ou aux divers fantasmes des salariés, souvent porteurs de désirs ou de craintes. Les rumeurs naissent souvent pour combler un manque d information : il faut une réponse quelle qu elle soit. La rumeur peut donc être à la base de malentendus profonds qui agissent directement sur la motivation du personnel. La crainte ou l anxiété génèrent souvent des bruits de couloir auxquels il faut réagir vite. Il revient au manager de jouer son rôle de courroie de transmission, et d avoir la capacité de tuer dans l œuf la rumeur par une communication de terrain efficace. Miroir de toutes les craintes, de tous les espoirs et de toutes les haines, la rumeur est source d enseignement si l on prend la peine de la décrypter. La rumeur sur Internet Loin d avoir enterré ce «moyen de communication» que sont les rumeurs, l élévation du degré d instruction de notre société n a en rien empêché leur montée sur Internet. Cette caisse de résonance représente un outil extraordinaire pour mettre en scène le mécanisme de la rumeur dont la croissance en volume augmenterait d un 1/3 tous les 25 ans. Ce type d information circule facilement sur la Toile pour deux raisons : d une part, les messages émanent de personnes connues du récepteur, ce qui le rassure et renforce la crédibilité du contenu par a priori de confiance ; d autre part, l écrit qui caractérise Internet apporte une mémoire à la rumeur (ce qui fait défaut au bouche-à-oreille). (pour en savoir plus, lire dans L Eclair de juillet 2008, l article sur l e-réputation). A retenir Les entreprises doivent apprendre à jongler avec ce nouveau paysage de l information où la rumeur n est plus un simple bouche-àoreille, mais un redoutable moteur d influence et de déstabilisation. Tordre le cou à des bruits qui courent est bien tentant, mais encore fautil savoir comment s y prendre car le remède peut être pire que le mal. Brigitte Triquet Tél. :

9 Brèves économiques Zoom sur un territoire CdC du Perche-Sud La Communauté de communes du Perche- Sud regroupe 12 communes habitants (Source : INSEE, enquête de recensement 2008). Entre 1999 et 2008, la Communauté de communes du Perche-Sud enregistre une légère augmentation de sa population de 1 % (Source : INSEE, enquête de recensement 2008). Les communes situées au sud-est du territoire (Berd Huis, Dancé, Saint-Pierre-la- Bruyère) connaissent une diminution de leur population. Nombre d'établissements par catégorie consulaire de la CdC du Perche-Sud Libellé catégorie Moins de 10 salariés Nombre d'établissements 10 salariés et plus Total des établissements Nombre de salariés Commerce % 1 14 % % 50 Industrie % 6 86 % % 198 Services % 0 0 % % 35 Total % % % 283 Les autres communes notent un accroissement de leur population. Les plus fortes hausses sont enregistrées dans les communes de Saint-Maurice-sur-Huisne (+ 8 %), Verrières ( + 9 %), Saint-Aubindes-Grois (+ 9 %) et Saint-Jean-de-la-Forêt (+ 10 %). Seule la population de Courcerault stagne. Composition du tissu économique 31 % Commerce Industrie Services 39 % 30 % Source : CCI d'alençon, février 2009 Courcerault Saint-Aubindes-Grois Saint-Jeande-la-Forêt Colonard-Corubert Saint-Maurice-sur-Huisne Saint-Pierrela-Bruyère Saint-Cyr-la-Rosière Nocé Préaux-du-Perche Berd'Huis Source : CCI d'alençon, février 2009 Représentativité par secteurs 95 % des établissements implantés sur la Communauté de Communes du Perche-Sud comptent moins de 10 salariés. Les entreprises sont implantées sur l ensemble du territoire. Mais trois communes sur douze regroupent 53 % des Verrières Dancé établissements de la Communauté de Communes du Perche-Sud (Berd Huis, 33 entreprises ; Nocé, 23 entreprises et Saint-Cyr-la-Rosière, 16 entreprises). Source : CCI d'alençon, février 2009 Céline Campagna Tél. : Indicateurs Indices des prix à la consommation de janvier 2009 Base 100 en 1998 Indices janvier 2009 Variation décembre / janvier 2009 Ensemble des ménages (tabac inclus) 118,39-0,4 % Ensemble des ménages (hors tabac) 117,13-0,4 % Ménages urbains (hors tabac) 117,18-0,4 % Source : Journal Officiel (édition Lois et Décrets) du 22 février 2009 p Anne-Christine Genest Tél. : Chambre de Commerce et d'industrie d'alençon

10 Porte-parole des entreprises Zoom sur une représentation Les organismes de formation professionnelle ornais De nombreux représentants de la CCI d Alençon ont été désignés par l Assemblée Générale de la CCIA pour siéger dans les instances d organismes de formation professionnelle ornais tels l ISF, le CIFA TP, l ISPA, l ISERP, le 3IFA/CMFAO mais aussi l IUT d Alençon, l Association de Promotion et de Gestion du Site Universitaire, etc. L activité de ces représentants, au sein de Conseils de Perfectionnement, d Assemblées Générales, de Conseils d Administration, etc, consiste le plus souvent à participer à des réunions 2 à 3 fois par an afin d examiner les orientations à prendre, les projets d ouverture de nouvelles formations, certaines options d organisation pédagogique, les axes de communication, les programmes d investissements, etc. Ces représentants sont des élus de la CCIA et / ou des chefs d entreprises. L expérience des ces hommes d entreprises constitue un apport irremplaçable et indispensable pour les organismes de formation. En effet cette expérience permet de maintenir dans ces organismes une activité en phase avec le tissu économique local pour le présent et l avenir. Concrètement, cet apport se traduit en avis et en votes qui pèsent vraiment dans les prises de décision des organismes de formation professionnelle ornais. L engagement va, dans certains cas, encore plus loin car, au sein des instances, plusieurs représentants acceptent des responsabilités spécifiques de : Secrétaire, Trésorier ou Président. Pour occuper ces fonctions de représentant dans un organisme de formation professionnelle, une expérience personnelle dans le domaine de la formation professionnelle est souhaitable, et surtout, il faut être animé par l envie d assumer la responsabilité de préparer l avenir des jeunes, dans le sens de l intérêt général. La CCIA vous a représentés Du 21 janvier au 20 février 2009 Représentation par les élus de la CCIA 20 janv. : Communauté de Communes de L Aigle, Vœux aux entreprises, Jean-Marc Gagez 22 janv. : Remise de prix concours Séma Jeunes, Christophe Romet 22 janv. : Commission départementale d Action Touristique, Patricia Valette 23 janv. : Polymers Technologies Conseil d Administration, Géry Bailliard 6 févr. : Remise de Prix concours DIPA 2009, François Caucé 6 févr. : Pays du Perche Conseil de développement, Sylvain Valsasina Représentation par les collaborateurs de la CCIA 22 janv. : Comité de pilotage Sémaphore 23 janv. : Pays d Alençon, point presse Michel Rapeaud à l'ispa, un engagement remarquable dans la formation. 23 janv. : Jury de la mission GSI (Gestion Stratégique de l Information) à l Ecole de Management de Normandie à Caen 23 janv. : Fondation du jeune apprenti 2008, remise de prix 23 janv. : PAPAO, Présentation du bilan du programme Leader et du nouveau programme Leader janv. : Comité Départemental du Tourisme, Réunion d information sur la conjoncture économique 27 janv. : APGSU 28 janv. : Banque de France, Conférence de René Ricol «pour sortir de la crise financière» 29 janv. : Inauguration bus FEPEM à Alençon 29 janv. : Bilan cellule de crise orsec Les Aspres 29 janv. : MEFA, stratégie territoriale 30 janv. : Association Régionale des Entrepreneurs de Travaux Agricoles et Ruraux (ARETAR) de Basse-Normandie, Assemblée Générale 30 janv. : Mission locale de L Aigle Mortagne, Conseil d'administration Nicolas Rousseau Tél. : janv. : Mission locale d Alençon, Conseil d administration 30 janv. : Pays du Perche Ornais, Comité Programmation Leader Grand Perche 31 janv. : Inauguration salon de l habitat de La Ferte-Macé 2 févr. : UMIH Orne, Conseil d'administration 4 févr. : Inauguration officielle de la 4L Trophy 5 févr. : Banque de France, présentation étude «Les entreprises bas-normandes» bilan 2008 et perspectives févr. : Pays d'alençon, programme Leader 10 févr. : 10 ème anniversaire de l Hôtel «Le Montligeon» 11 févr. : Pays d Alençon, réunion CLE 17 févr. : Préfecture, Commission départementale de suivi de l Economie 18 févr. : Réunion sur les Entreprises Ephémères au TGI 19 févr. : ACCOR, réunion des Directeurs Généraux 19 févr. : Mission locale, présentation du dispositif Parrainage 20 févr. : Mission Locale de L Aigle, Conseil d Administration 10

11 Annonces Marché de l'emploi Demandes de compétences Système d'information La société SNA recrute un développeur d application. Missions : gestion de production. En relation avec le responsable informatique, vous serez amené(e) à conduire des projets de l analyse à la formation des utilisateurs en passant par le développement, et à participer à l administration du parc informatique de la société. Compétences requises : la connaissance des systèmes et des bases de données serait un plus. Formation : Bac +3/+4 - Expérience : 5 à 10 ans. La connaissance de Visual C++ et du langage SQL est indispensable.qualités : Bonne organisation dans l ordonnancement et le suivi des tâches ; faculté d analyse des besoins fonctionnels ; bon relationnel et bonne pédagogie de communication. Routalis recrute un Administrateur Système (H/F). CDI, poste basé à Chaumont et Argentan. Missions : Assurer l administration des systèmes, l administration des bases de données, le suivi des interfaces externes du système péage et le bon déroulement des échanges, le suivi et le contrôle des traitements assurés automatiquement par les systèmes informatique péage ; maintenir la politique de sécurité informatique en lien avec la bureautique de Routalis et les équipements informatiques du Concessionnaire ; suivre les évolutions des systèmes informatiques mis en œuvre par le Concessionnaire ; assurer l administration et la maintenance du système bureautique ; les évolutions logicielles du système bureautique ; élaborer des cahiers des charges, le développement et la mise en place d outils ou logiciels ; centraliser et gérer les réserves et bogues relatifs au système péage ; valider les correctifs et les nouvelles versions livrées par le prestataire de services. Compétences requises : Windows 2000/2003 serveur (compétences d administrateur systèmes et réseaux) ; SQL Serveur (connaissance du SQL) ; programmation sous Visual Studio, ASP. NET, VB, C#. Compétences appréciées : SQL Serveur (connaissance de transactsql, administration de bases de données) ; Business Object. Formation : Bac+2 informatique avec 2 ans minimum dans un poste similaire. Qualités : Rigoureux, motivé, esprit d équipe. Offres de compétences Industrie H. 40 ans, recherche poste de responsable/ Directeur Commercial au sein d une PME agroalimentaire Hors domicile. En poste dans un grand groupe agroalimentaire, avec parcours professionnel ayant permis d acquérir une solide expérience dans les départements clés d une entreprise. (Ind-01). Bâtiment H. 42 ans exp. reconnue marbrier poseur carreleur mosaïste, recherche poste dans ce domaine. (Ind-02). Administratif F. 7 années d exp. Secrétariat, comptabilité, paie. 5 années d exp. dans l insertion professionnelle. Recherche poste dans un de ces deux domaines. (Sec-02). J.F. sérieuse, sens du contact, facilité d adaptation selon les conditions de travail, cherche poste d assistanat. (sec 01). Commerce F. expérience reconnue en vente, petites retouches et gestion de magasin, recherche poste dans ce domaine pour remplacement ou à temps partagé. (com-03). Contrat en alternance J.F. recherche entreprise pour préparer une licence professionnelle «Production Industrielle option adaptation des emballages et Design industriel» en contrat en alternance. (sta-04). Alençon Du 9 mars au 9 mai 2009 pour cessation d activité : «Le Faillitaire» achat vente en gros ou au détail de tous produits concernant l équipement de la maison 24 Rue Mazeline. La Ferté-Fresnel Suzanne Le Ny Tél. : Liquidations de stocks Du 31 mars au 30 mai 2009 pour cessation d activité : «Cadeaux vaisselle» cadeaux, vaisselle, quincaillerie et divers 28 Grande Rue. Philippe Galéano Tél. : Rendez-vous de l'entreprise La nouvelle immatriculation des véhicules A compter du 15 avril, le Système d Immatriculation des Véhicules (SIV) va réformer les démarches liées à l immatriculation des véhicules pour les usagers et les professionnels du commerce automobile. Le système actuel, datant de 1950 et ne pouvant plus évoluer techniquement, sera remplacé par un système plus simple, plus sûr et plus performant : un numéro d immatriculation sera attribué définitivement à chaque véhicule, quel que soit le nombre de propriétaires successifs ou le numéro de département ; l immatriculation des véhicules pourra se faire partout en France, auprès d un professionnel de l automobile et d une Préfecture. L accès au SIV par les professionnels suppose de faire l acquisition d un certificat électronique et de conclure une convention avec la Préfecture. Afin de permettre d avoir une information complète sur les conventions, les agréments et la signature électronique, la CCIA organise, en partenarait avec la Préfecture, une réunion d information, le lundi 6 avril de 9h30 à 11h00, dans ses locaux à Alençon, 12 place du Palais. Sur commande préalable, vous pourrez également, si vous le souhaitez, retirer votre certificat à l issue de la réunion. Emmanuelle Vaugon Tél. : Chambre de Commerce et d'industrie d'alençon

12 Naissance d'un groupement d'employeurs d'insertion et de qualification : le GEIQ BTP 61 Le Conseil d Administration du GEIQ BTP 61 Président M. Sylvain Moussay, PDG Entreprise Brunet SA/Lecoq SA, La Ferté-Macé Vice-président M. Philippe Van Hoorne, PDG de l Entreprise FM Service, L Aigle Secrétaire M. Jean-Luc Lagarrigue, DG de l Entreprise Oriel SAS, Alençon Trésorier M. François Kempf, PDG de l Entreprise Kempf SA, Alençon Membres Mme Isabelle Bequet, Entreprise Bequet, Courgeon M. Dominique Vonthron, Vonthron Etelec, Alençon M. Alain Fernandez, Dubourg Deco, Flers En 3 mois d'existence, une vingtaine d'entreprises ornaises ont déjà adhéré au GEIQ BTP 61. Des chefs d entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP) se regroupent pour embaucher et créent eux-mêmes leur outil de recrutement, véritable trait d union entre le monde de l insertion et le monde de l entreprise. Le secteur du BTP reste encore porteur dans le contexte économique actuel. Pourtant les entreprises peinent à recruter malgré les actions conduites pour rapprocher les jeunes en insertion ou les demandeurs d emploi avec les employeurs. Après une étude de faisabilité de 3 mois, d octobre à décembre 2008, à l initiative de la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics de l Orne et de la Maison de l Emploi et de la Formation d Alençon, les chefs d entreprise locaux ont créé le 1 er janvier 2009 un groupement d employeurs d insertion et de qualification : le GEIQ BTP 61. Le but est de leur permettre de résoudre leurs problèmes structurels de recrutement en pariant sur le potentiel des personnes en difficulté d accès à l emploi. Le GEIQ BTP 61 recrute directement des publics spécifiques (jeunes sans qualification, demandeurs d emploi de longue durée, bénéficiaires du RMI, etc), organise les parcours de formation, gère le contrat de travail et la rémunération, puis les met à disposition des entreprises adhérentes. Une vingtaine d entreprises ornaises adhèrent déjà engagées en adhérent au Groupement. Les salariés du GEIQ, embauchés au travers d un contrat de professionnalisation ou d un contrat d'apprentissage, bénéficient d une qualification et d un double tutorat, «social» par l intermédiaire de l équipe permanente du GEIQ et de professionnels au sein des entreprises utilisatrices. Cinq personnes ont déjà été recrutées. Toutes ont entamé leur parcours de formation et ont intégré une entreprise. Dans quelques semaines, l effectif dépassera 10 personnes. Les GEIQ ont démontré, par le mécanisme de la mutualisation et de leur ancrage territorial, qu ils sont de vrais instruments de médiation entre les entreprises, les salariés et les organismes de formation. Ils permettent de développer ou de renouveler les compétences dont les entreprises ont besoin, de se constituer un vivier de candidats à l entrée dans un métier, et de mener à terme des contrats en alternance. La formule a fait ses preuves dans les régions alentours : «90 % des salariés qui sont passés par un groupement ont réussi leur parcours de formation, 70 % une insertion durable» souligne Mme Saffray, Directrice. L exemple est à suivre et à développer dans certaines professions ou d autres secteurs d activité en tension (industrie, alimentaire, nettoyage industriel, etc). La CCIA reste à votre disposition pour étudier toute initiative dans ce sens. Nicolas Rousseau Tél. : M. Fabrice Houssait, Aury Peinture, Argentan Agenda Réunions d'information Lundi 6 avil : réunion sur le Système d'immatriculation des Véhicules, la signature électronique et les agréments, de 9h30 à 11h00 à la CCI d'alençon. Mercredi 8 avril : réunion sur la gestion des litiges, avec le cabinet Inextenso, de 9h00 à 11h00 à la CCI d'alençon et de 14h00 à 16h00 à l'antenne de Mortagne-au-Perche. Vie des Clubs Mercredi 15 avril : Plato Bocage sur le management Go Systems, avec Olivier Bozo (Cabinet Topale), à La Ferté-Macé. Lundi 20 avril : Plato Perche sur le management Go Systems, avec Olivier Bozo (Cabinet Topale), à Bellême. Mardi 21 avril : Club Performance à Mortagne-au-Perche, sur la qualité (EFQM, R4E), avec intervention d'isabelle Petetin et de l'action collective AQM (repositionner les PME sur de nouveaux marchés et pallier à la baisse d'activité et de marges). Olivier Bellet Tél. :

13 Création d une association : l ISF pour les entreprises de l'orne Dans un environnement économique difficile, les hauts de bilan des entreprises, surtout industrielles, doivent être reconsolidés. Que ce soit lors d une création, d une transmission ou d un fort développement, le bouclage du tour de table, négocié avec la communauté financière, impose fréquemment la présence de capitaux du type «capital risqueurs» à hauteur de 15 à 20 % du montant des fonds propres. Dans ce cadre, une première rencontre s était tenue le 26 novembre 2008 à la CCI d Alençon sur ce thème. Elle avait réuni des expertscomptables, le président de la Chambre des notaires de l Orne, les banquiers d affaires d Alençon, Normandie Initiatives, les comités locaux d engagement, des capitaux risqueurs (NCI Gestion, Volney Développement, le capital risqueur de la BPO ). Par ailleurs, la Caisse des Dépôts et Consignations avait manifesté son intérêt, ainsi que Synergia (Business Angel). Bâtir un produit ornais permettant de bénéficier de la défiscalisation ISF s impose. L investissement en direct est déductible à 75 % avec un plafond de Le redevable ISF devient actionnaire d une entreprise. Les titres sont conservés jusqu au 31 décembre de la 5 ème année. L'association permettra le rapprochement des redevables ISF ornais et des dirigeants d entreprises du département. Concrètement, il s agit de créer une association composée de différents membres : membres actifs positionnés comme investisseurs ou entrepreneurs bénéficiant du dispositif, membres associés (tels que notaires, banquiers, experts-comptables) et membres d honneur (personnes physiques possédant une compétence métier pour piloter les PME). L assemblée générale constitutive intégrera chefs d entreprise, notaires, experts comptables et banquiers. L association mettra en place deux sections opérationnelles, l une centrée sur le choix des entreprises et leurs projets, et l autre sur le suivi des investissements réalisés par les membres de l association. La réunion de lancement de cette association aura lieu le 1 er avril à l Ispa à Damigny. Olivier Bellet Tél. : Formation Innovation et design au coeur des projets Le 6 février dernier, l Institut Supérieur de Plasturgie d Alençon (ISPA) a remis les prix du 3 ème Concours International Design & Innovation en plasturgie. 3 prix et une mention spéciale du jury ont été décernés. 200 personnes dont plus d une soixantaine de chefs d entreprise ont assisté, à Alençon, à cette journée dédiée au design et à l innovation. A l issue de la conférence «Design et Matières Plastiques : Innovation, Créativité, Sensorialité», les projets primés ont été dévoilés : Prix pour la catégorie «Habitat économe» : projet «Binbox», une poubelle nouvelle génération, Prix pour la catégorie «Sport» : projet «Tortoise», du design émotionnel pour des genouillères, Prix pour la catégorie «Nouvelles Technologies» : projet «Helios Solar Bench», un concept de banc extérieur, Mention spéciale du jury : projet «Fix & Free», un porte-ski nomade. Pour sa 3 ème édition, le Concours International Design & Innovation en plasturgie, organisé par l ISPA, a misé une nouvelle fois sur l originalité. Aux étudiants ingénieurs plasturgistes et designers, se sont joints des étudiants d Ecoles de Commerce ou de Management pour former des équipes multidisciplinaires. Chaque projet devait allier innovation et design et avoir comme composante principale, la matière plastique. 97 étudiants ont participé (25 ingénieurs plasturgistes, 47 designers et 25 étudiants en écoles de commerce ou de management) avec 27 projets présentés : 17 dans la catégorie «Habitat économe», 7 dans la catégorie «Sport», 3 dans la catégorie «Nouvelles technologies». La mention spéciale du jury est revenue au projet «Fix & Free». Ce concours a mis en évidence une réalité, à savoir qu il n y a pas d avenir pour des produits qui n intégreront pas, dès leur conception, créativité et design, mais aussi le respect des ressources. Céline Marie Tél. : Chambre de Commerce et d'industrie d'alençon

14 Apprentissage Nouveautés dans la filière Alimentaire au 3IFA/CMFAO La réforme de la filière professionnelle, voulue par l Etat, porte sur la suppression du BEP et l aménagement du Bac Pro en 3 ans dès la rentrée Elle est généralisée à tous les métiers, sauf 4 spécialités, pour lesquelles une transition est prévue : Carrières sanitaires et sociales, Conduite et services dans les Transports routiers, Métiers de la Restauration et de l'hôtellerie, optique Lunetterie. Cette réforme vise à : Les nouveautés dans la filière alimentaire accroître l attractivité de la filière professionnelle, en proposant une durée de cursus identique à celle des filières générales et technologiques, réduire les sorties prématurées du système scolaire (moins de 50 % des jeunes passent du BEP au BAC PRO), élever les niveaux de qualification car le système éducatif français forme, par an, jeunes de trop au niveau CAP/BEP, et insuffisamment sur les niveaux supérieurs. Focus sur la filière Alimentaire Le 3 IFA/CMFAO vous propose donc une nouvelle carte de formation dans la filière Alimentaire : en Pâtisserie et en Boulangerie les CAP, MC et BP Boulangerie ou BTM Pâtisserie, en Charcuterie un CAP permettant d accéder directement à la vie active, en Boucherie un CAP avec une poursuite possible en BP. Traditionnellement, ces filières se pérennisent en participant au transfert de savoir-faire par la formation des jeunes. L apprentissage contribue aussi à assurer la reprise de vos entreprises. Vous êtes les seuls à pouvoir garantir l avenir de vos métiers. Pensez à former en apprentissage. Marie Bricard Tél. : L'apprentissage change, c'est le moment d'y penser. Les CCI d Alençon, de Flers-Argentan, la Chambre de Métiers et de l Artisanat de l Orne, en partenariat avec le Centre de Formation d Apprentis 3IFA/CMFAO, organisent des réunions d information pour présenter les changements importants qui surviendront dans l apprentissage à la rentrée prochaine : la suppression des BEP, le BAC PRO en 3 ans, les nouveaux diplômes, les nouvelles aides financières / Avantages de l Apprentissage. Les réunions auront lieu : Mardi 21 avril à La Ferté-Macé de 9h00 à 10h30 à l'antenne de la CCIA - Immeuble Score, ZI Beauregard, à Alençon de 18h00 à 19h30 au 3IFA/ CMFAO, Route du Mans. Mercredi 22 avril à L Aigle de 9h00 à 10h30 à l' Antenne de la CCIA, Place Fulbert de Beina, à Mortagne au Perche de 18h00 à 19h30 à l'antenne de la CCIA, Maison de la Formation Rue F. de Boyères. Jeudi 23 avril à Flers de 9h00 à 10h30 à la CCI de Flers- Argentan - Aéroport Flers-Saint-Paul à Argentan de 18h00 à 19h30 à l'antenne de la CCI Flers-Argentan, Maison des Entreprises et des Territoires - Route de Sées. Vous souhaitez participer, contactez : Marie Bricard Tél. :

15 12 ème édition du raid 4L Trophy Les participants acheminent fournitures et affaires de sport jusqu'à Marrakech. Le 3 IFA/CMFAO a su garder jusqu au bout le secret de sa première participation à la 12 ème édition du raid 4L Trophy. Le mercredi 4 février, la voiture spécialement préparée pour cette course a été présentée, en présence des principaux sponsors et des représentants des chambres consulaires. Les deux pilotes, Marina Tertereau, en 2 ème année de BTS Négociation et Relation Clientèle et Benoît Foureau, en 2 ème année de Bac Pro Maintenance Automobile, ont pris le départ le 19 février aux côtés de autres voitures et étudiants pour une quinzaine de jours. Le 4L Trophy est une épreuve organisée pour tous les étudiants de l enseignement supérieur. Le défi, pour nos deux pilotes ayant soif d aventure, est sportif et humanitaire. Pour eux, la réussite de ce challenge tient au travail et à la motivation, en gardant à l esprit que la formation passe avant tout. Chaque participant doit collecter et acheminer à Marrakech un cartable rempli de fournitures scolaires ainsi qu un sac à dos plein d articles de sport à destination des jeunes défavorisés du Sud Maroc. Alors avis à vous, chefs d entreprise, si le projet vous séduit, n hésitez pas à participer en tant que sponsor à la prochaine édition Marie Bricard Tél. : Foires et Salons Sélection des manifestations d'avril Les informations annoncées ne sauraient être exhaustives et les dates de manifestations sont susceptibles d être modifiées. Avant de vous déplacer, pensez à les vérifier et n oubliez pas de demander si les manifestations sont réservées ou non aux professionnels. Antiquités, brocante Déballage marchand 22 avril, Le Mans 48 ème Salon national des antiquaires, brocantes et collections avril, Lisieux Art, artisanat d art, cadeaux Salon des artistes indépendants 4-9 avril, Paris Foire de Paris 30 avril-10 mai, Paris Arts graphiques, Publicité, communication MCO 31 mars-2 avril, Paris Salon Communication et média 31 mars-2 avril, Paris Bâtiment, travaux publics Salon professionnel Déco Peint 4 avril, Pontivy Environnement, énergie Salon Eco-logis 3-5 avril, Cergy-Pontoise 19 ème forum de l'interconnexion et du packaging, Interconex 7-8 avril, Paris Equipements et productions industriels Ouest Industries avril, Bruz Foires, expositions Foire exposition d'orléans 27 mars-5 avril, Orléans Foire internationale de Rouen 3-13 avril, Le Grand Quevilly Foire internationale de Nantes 3-13 avril, Nantes Foire de Pâques avril, Vimoutiers Foire exposition d'argentan avril, Argentan Informatique, Télécommunications Salon des solutions Rts Embedded Systems / Salon Display 31 mars-2 avril, Paris Solutions Linux / Opensource 31 mars-2 avril, Paris Marché des collectivités Salon de la nouvelle ville 7-9 avril, Paris Santé, hygiène, beauté Pharmagora 4-6 avril, Paris Salon Forme et Nature - Habitat écologique avril, Pontivy Sports, tourisme, loisirs MD Expo mars-2 avril, Paris Textiles, habillement JET Expo 5-7 avril, Paris Anne-Christine Genest Tél. : Chambre de Commerce et d'industrie d'alençon

16 L'Eclair (n 32 mars 2009 mensuel) - Directeur de la publication : François Browne de Kilmaine, Directeur Général de la C.C.I.A. Dépôt légal : 1 er trimestre PAO : Céline Marie - Crédits photos : C.C.I.A Impression : Imprimerie de Montligeon (61400 LA CHAPELLE-MONTLIGEON) - Imprimé sur un papier certifié PEFC

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011.

Fiche pratique n 27. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures. Août 2011. Fiche pratique n 27. CCIT d Alençon. Août 2011. Les mentions sur les documents commerciaux et les factures Page 1/8 Page 2/8 Sommaire Documents concernés 4 Documents non concernés 4 Caractéristiques 4 Mentions obligatoires 4 Mentions facultatives (hors

Plus en détail

Charte des Business Angels (BA) de l Orne, affiliés à Norm Angels

Charte des Business Angels (BA) de l Orne, affiliés à Norm Angels Charte des Business Angels (BA) de l Orne, affiliés à Norm Angels MOTIFS : Soucieux de soutenir sur le territoire ornais et bas-normand la création et le développement d entreprises à potentiel, Orne développement

Plus en détail

Principaux ratios et points de repère de gestion en hôtellerie-restauration. Panorama sur l ensemble des CHR

Principaux ratios et points de repère de gestion en hôtellerie-restauration. Panorama sur l ensemble des CHR Principaux ratios et points de repère de gestion en hôtellerie-restauration Panorama sur l ensemble des CHR Collection Entreprise Tourisme-CHR Juillet 2015 Principaux ratios et points de repère de gestion

Plus en détail

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 ENQUÊTE PRÉALABLE A L ÉLABORATION DU CATALOGUE RÉGIONAL DE FORMATION CERECAMP 2009 2010 A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 Nom, Prénom

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III Arrêté du 11/01/2012 publié au JO du 19/01/2012 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES www.formationcontinue.groupe-igs.fr

Plus en détail

Fiche pratique n 12 Impulsion Conseil

Fiche pratique n 12 Impulsion Conseil Fiche pratique n 12 Impulsion Conseil 2008 CCI d Alençon 10 juillet 2008 - - 1 - - Sommaire Objectifs... 3 Bénéficiaires... 3 Projets et dépenses subventionnables... 3 Prestataire conseil... 4 Montant

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

Demande de Subvention de FONCTIONNEMENT 2016

Demande de Subvention de FONCTIONNEMENT 2016 Demande de Subvention de FONCTIONNEMENT 2016 DU 01/10/2015 AU 31/12/2015 Ville de Lourdes Dossier à renvoyer ou à déposer Avant le 31/12/2015 Dossier de subvention dûment complété et signé Immatriculation

Plus en détail

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp

Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Caractéristiques et enjeux du territoire de Fécamp Action GPECT «Artisanat facteur d évolution du territoire» Juillet 2012 - CT, HL et GA 1 Introduction : Les premières mentions de la ville de Fécamp remontent

Plus en détail

HÔTELLERIE RESTAURATION

HÔTELLERIE RESTAURATION Edition 2012 Fiche sectorielle HÔTELLERIE RESTAURATION HOTELLERIE/RESTAURATION quantitatives Nombre d emplois (INSEE) - 2009 Nombre d emplois salariés privés (UNISTATIS) - 2011 Evolution annuelle des emplois

Plus en détail

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR -

CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - CONTRAT D APPUI A LA PERFORMANCE TOURISME - HOTELLERIE DE PLEIN AIR - OBJECTIFS Dans un contexte de concurrence et de concentration des opérateurs, les PME doivent s adapter et renouveler et moderniser

Plus en détail

L apprentissage, une chance pour l emploi

L apprentissage, une chance pour l emploi Dossier de presse L apprentissage, une chance pour l emploi Aujourd hui, les entreprises recherchent des jeunes bien formés, diplômés avec une expérience professionnelle C est exactement ce qu apporte

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

CA DO CHÈQUE. Vous avez toujours su offrir des cadeaux et en profiter un peu aussi. ENTREPRISES ET PROFESSIONNELS

CA DO CHÈQUE. Vous avez toujours su offrir des cadeaux et en profiter un peu aussi. ENTREPRISES ET PROFESSIONNELS Vous avez toujours su offrir des cadeaux et en profiter un peu aussi. ENTREPRISES ET PROFESSIONNELS Le cadeau idéal pour vos collaborateurs et vos clients CA DO CHÈQUE Les atouts de CA DO CHÈQUE Toute

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

COMMENT FAIRE DU COMMERCE ELECTRONIQUE?

COMMENT FAIRE DU COMMERCE ELECTRONIQUE? Sur le marché de la création de sites marchands, les offres de prestataires fourmillent. Reste à savoir ce que ces prestations recouvrent et ce qui les distingue les unes des autres. Le commerce électronique

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Guide des aides à l apprentissage

Guide des aides à l apprentissage APPRENTISSAGE Guide des aides à l apprentissage 2015-2016 La Région Languedoc-Roussillon s est engagée à améliorer les conditions de vie des apprentis en participant aux frais liés à leur parcours de formation.

Plus en détail

Catalogue formations

Catalogue formations Chambre de Métiers et de l Artisanat de Lot-et-Garonne Catalogue formations 2 nd semestre 2011! À LIRE attentivement Sommaire 1.INFORMATIQUE/INTERNET...p4-5 Word, Excel, power-point, ciel compta, création

Plus en détail

1. Reprises d entreprises de 1994 à 2005

1. Reprises d entreprises de 1994 à 2005 1. Reprises d entreprises de 1994 à 2005 1994 2004 Évolution en % Nombre d entreprises 2 277 618 2 591 510 + 13,8 Nombre d entreprises individuelles 1 404 689 1 401 038-0,3 Nombre total de créations 294

Plus en détail

Entretien orientation. Demi-journée d information. Stage de Préparation à l'installation Auto-Entreprise. Assistance aux formalités d'immatriculation

Entretien orientation. Demi-journée d information. Stage de Préparation à l'installation Auto-Entreprise. Assistance aux formalités d'immatriculation PARCOURS N 2 Devenir Auto Entrepreneur Prendre un bon départ! Entretien orientation Entretien conseil Demi-journée d information Entretien spécialisé : étude de faisabilité Stage de Préparation à l'installation

Plus en détail

PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES

PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES PLATEFORME NATIONALE DES CAFES CULTURES En 2008, se sont déroulées les premières rencontres nationales des cafés cultures à Nantes. Ces rencontres ont immédiatement été suivies par la création de «la plateforme

Plus en détail

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS Sommaire I. La Présentation du Secteur II. Présentation de l OPCA CONSTRUCTYS Antilles-Guyane III. L Accompagnement des Entreprises du secteur A. La démarche

Plus en détail

FORMATIONS. 1er semestre 2010. Stages 2010 gratuits. Association Nationale de Gestion Agréée Interprofessionnelle de France

FORMATIONS. 1er semestre 2010. Stages 2010 gratuits. Association Nationale de Gestion Agréée Interprofessionnelle de France FORMATIONS 1er semestre 2010 Stages 2010 gratuits Association Nationale de Gestion Agréée Interprofessionnelle de France 56, rue de Londres 75008 Paris Tél : 01 44 90 88 40 Fax : 01 44 90 88 29 e-mail

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL

OBSERVATOIRE RÉGIONAL OBSERVATOIRE RÉGIONAL du Commerce de proximité : l emploi et la formation en Midi-Pyrénées Document de synthèse octobre 2015 Réalisé avec le soutien de La DIRECCTE Midi-Pyrénées et la contribution de :

Plus en détail

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR»

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» Les bâtiments existants Ils sont très hétérogènes. Ils émettent dans leur ensemble 25% des émissions françaises de gaz

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille.. Petites et

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues...

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues... Sommaire Le cadre du pays................................................................................... 15 Présentation du pays.................................................................................

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE 2014

DOSSIER DE CANDIDATURE 2014 DOSSIER DE CANDIDATURE 2014 Rappel des critères d'éligibilité : Le bistrot de Pays est situé dans une commune rurale dont la population est inférieure à 2000 habitants, Le bistrot est ouvert à l'année

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

PROGRAMME BACHELOR 2

PROGRAMME BACHELOR 2 PROGRAMME BACHELOR 2 Le programme Bachelor propose un cursus en 3 ans pour bien choisir son orientation et intégrer le domaine ou le secteur d activité qui convient le mieux à l étudiant. Le niveau Bac

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE Année 2012

RAPPORT D ACTIVITE Année 2012 RAPPORT D ACTIVITE Année 2012 2012 a été la 12 ème année d activité d ORNE INITIATIVES dont la création remonte à la fin de l année 2000. Au cours de cet exercice, aucune modification notable n est intervenue

Plus en détail

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire Direction du Développement numérique du Territoire Cahier des charges «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement Numérique du Territoire Maître d Ouvrage : REGION BASSE-NORMANDIE

Plus en détail

Fiche pratique n 01. L indemnité de départ des commerçants et des artisans. Mars 2011. CCIT d Alençon. Mars 2011. Page 1/9

Fiche pratique n 01. L indemnité de départ des commerçants et des artisans. Mars 2011. CCIT d Alençon. Mars 2011. Page 1/9 Fiche pratique n 01 L indemnité de départ des commerçants et des artisans Page 1/9 Page 2/9 Sommaire Objectifs 4 Conditions 4 1 - Fonds de commerce 4 2 - Ages 4 2 - Nationalité 4 4 - Durée d affiliation

Plus en détail

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES.

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. Dirigeants d entreprise artisanale, vos responsabilités vous imposent de faire preuve d une grande polyvalence

Plus en détail

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher La naissance de l idée Activité Bilan personnel Contraintes Etude de marché Le marché et la concurrence La politique commerciale Construire son projet Les moyens commerciaux Les moyens de production Les

Plus en détail

Institut Universitaire de Technologie de l Université d Avignon. Entrez dans la double culture universitaire & professionnelle

Institut Universitaire de Technologie de l Université d Avignon. Entrez dans la double culture universitaire & professionnelle Institut Universitaire de Technologie de l Université d Avignon Entrez dans la double culture universitaire & professionnelle La Licence professionnelle Un diplôme à bac +3 répondant à un besoin exprimé

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire)

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) Sommaire Journée Créer, reprendre une entreprise en Normandie Une journée consacrée à la création, à la reprise

Plus en détail

L incubateur des métiers de création PROGRAMME DES FORMATIONS

L incubateur des métiers de création PROGRAMME DES FORMATIONS L incubateur des métiers de création PROGRAMME DES FORMATIONS SEPTEMBRE-DÉCEMBRE 2011 L ACCUEIL AUX ATELIERS DE PARIS Les Ateliers de Paris, un service de la ville de Paris dédié aux porteurs de projet

Plus en détail

PRÉSENTATION D EXTENDAM

PRÉSENTATION D EXTENDAM MANDAT DE GESTION ISF 2015 PRÉSENTATION D EXTENDAM Un métier : l investissement pour compte de tiers Extendam est une société de gestion indépendante qui réalise des investissements pour le compte de clients,

Plus en détail

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance. Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.com Jeudi 6 mai 2010 à 9h30 MEDEF Lyon-Rhône 60 avenue Jean Mermoz 69008

Plus en détail

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 AUTO-ÉCOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AUTO-ÉCOLE... 6 L'ACTIVITÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 9 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AUTO-ÉCOLE... 12 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

Stage «5 jours pour entreprendre»

Stage «5 jours pour entreprendre» Stage «5 jours pour entreprendre» B U L L E T I N D I N S C R I P T I O N 2015 (merci de compléter ce feuillet en recto / verso) Nom Nom de jeune fille Prénom Date de naissance Adresse..................................................................

Plus en détail

CARTE JEUNE MIDI-PYRÉNÉES

CARTE JEUNE MIDI-PYRÉNÉES CARTE JEUNE MIDI-PYRÉNÉES RÈGLEMENT GÉNÉRAL - Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, - Vu le Règlement Financier en vigueur, - Vu la délibération n 11/AP/12.09 de l Assemblée Plénière du 22

Plus en détail

COMMENT FAIRE DU E-COMMERCE?

COMMENT FAIRE DU E-COMMERCE? COMMENT FAIRE DU E-COMMERCE? Le marché du e-commerce Besoins d un e-commerçant L offre des prestataires Offres «standardisées» Offres sur mesure Choisir une offre Solution libre ou propriétaire? Fonctionnalités

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

Le classement meublé de tourisme, un premier pas vers une démarche qualité

Le classement meublé de tourisme, un premier pas vers une démarche qualité Le classement meublé de tourisme, un premier pas vers une démarche qualité Pourquoi faire classer mon meublé? Faire classer mon meublé en 7 étapes Témoignage d un propriétaire Un nouveau classement né

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Reprendre une entreprise en Meuse

Reprendre une entreprise en Meuse Reprendre une entreprise en Meuse Journal d annonces des offres de reprises d entreprises agricoles, artisanales, commerciales et de services CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE TERRITORIALE DE LA MEUSE

Plus en détail

Statistiques Exercice 2011

Statistiques Exercice 2011 Statistiques Exercice 2011 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations consignées dans ce fascicule sont communiquées à titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB

Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB NOM : PRENOM : REFERENT VAE DE L ORGANISME : DATE DE DEPOT DU DOSSIER : Dossier à remplir en 2 exemplaires.

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION EXERCICE 2015 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Les dossiers doivent impérativement être déposés complets en DOUBLE EXEMPLAIRE avant le 1 er février 2015 pour être pris en compte dans le cadre du budget

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015]

DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015] DOSSIER DE PRESSE [Conférence de Presse, 3 mars 2015] Organisateur du salon 7 rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris www.restauco.fr Contacts presse : agence becom! T. 01 42 09 04 34 Mathilde Heidary

Plus en détail

COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT LES ACHATS (SUITE) UTILISER LES OUTILS DE COMMUNICATION

COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT LES ACHATS (SUITE) UTILISER LES OUTILS DE COMMUNICATION STRATÉGIE GLOBALE DE FORMATION 1ère et Terminale Baccalauréat Professionnel SECRÉTARIAT LE PLAN DE FORMATION EST À LIRE DE FACON TRANSVERSALE PROMOTION 2009 COMMUNICATION ET ORGANISATION COMPTABILITÉ ÉCONOMIE

Plus en détail

SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL

SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR SERVICES PRESTATIONS DES SECTEURS SANITAIRE ET SOCIAL Avenue de saint Pierre Bourran 12000 RODEZ Tél : 05 65 73 37 03 Fax : 06 65 73 37 01 Numéro de déclaration d'existence

Plus en détail

Opération de restructuration de l artisanat et du commerce (ORAC) du Pays d Alençon. Fiche pratique n 15. Mars 2011. Fiche pratique n 15

Opération de restructuration de l artisanat et du commerce (ORAC) du Pays d Alençon. Fiche pratique n 15. Mars 2011. Fiche pratique n 15 Opération de restructuration de l artisanat et du commerce (ORAC) du Pays d Alençon Page 1/8 Sommaire Objectifs et territoire concerné 4 Durée 5 Bénéficiaires 5 Projets et dépenses subventionnables 6 1

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 6 I. CHAMP D ACTIVITÉ I.1. DÉFINITION Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) Le titulaire du baccalauréat

Plus en détail

Statistiques Exercice 2012

Statistiques Exercice 2012 Statistiques Exercice 2012 Bénéfices Industriels et Commerciaux MISE EN GARDE AUX UTILISATEURS Les informations communiquées dans ce fascicule sont communiquées titre indicatif et ne peuvent être considérées,

Plus en détail

Créer une entreprise, ça se prépare!

Créer une entreprise, ça se prépare! PARCOURS N 3 Créer son entreprise Les étapes de votre réussite Entretien orientation Entretien conseil Stage de Préparation à l'installation Entretiens spécialisés : étude de faisabilité ou montage des

Plus en détail

L Orne, créateur de télétravail

L Orne, créateur de télétravail L Orne, créateur de télétravail France-Laure Sulon Directrice de la Communication Conseil général de l Orne Tél. 02 33 81 60 00 Poste 1220 sulon.france-laure@cg61.fr Irène Martin-Houlgatte Chargée de communication

Plus en détail

LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES UNITE DE FORMATION D APPRENTIS LYCEE PIERRE MENDES FRANCE 17, boulevard Arago - B.P. 815 85021 LA ROCHE SUR YON CEDEX 02.51.36.87.87-02.51.36.87.88 LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES FORMATION PAR

Plus en détail

Appel à candidatures 2009-2010 N 2. Région BASSE-NORMANDIE. Date limite de réception des dossiers complets* en 3 exemplaires:

Appel à candidatures 2009-2010 N 2. Région BASSE-NORMANDIE. Date limite de réception des dossiers complets* en 3 exemplaires: Investissements dans les industries agro-alimentaires Appel à candidatures 2009-2010 N 2 Région BASSE-NORMANDIE Date limite de réception des dossiers complets* en 3 exemplaires: 30 avril 2010 (le cachet

Plus en détail

75 questions pour mieux cerner votre projet

75 questions pour mieux cerner votre projet Je crée ma boîte Les bonnes questions à se poser 75 questions pour mieux cerner votre projet Il est essentiel de prendre le temps de se demander au préalable quelle vie on souhaite mener. Il faut voir

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur

Les métiers et les qualifications. Peintre amateur 1 Les métiers et les qualifications 1 Le métier Doc. 1 La notion de métier Un métier est une activité, mettant en œuvre des compétences et des savoir-faire, généralement exercée dans un but lucratif. L

Plus en détail

Fiche pratique n 23. Les titres-restaurant. Septembre 2010. CCI d Alençon. Septembre 2010. Page 1/11

Fiche pratique n 23. Les titres-restaurant. Septembre 2010. CCI d Alençon. Septembre 2010. Page 1/11 Fiche pratique n 23 Les titres-restaurant Page 1/11 Sommaire Définition 3 Caractéristiques 4 Valeur des titres-restaurant attribués par l employeur 5 Principales restrictions d utilisation 5 Procédure

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE SOMMAIRE I. Un financement, pour quels besoins? II. Les apports III. Les aides financières IV. Les prêts professionnels V. Les garanties VI. Le crédit à court terme

Plus en détail

DUT GENIE CIVIL PAR ALTERNANCE

DUT GENIE CIVIL PAR ALTERNANCE DUT GENIE CIVIL PAR ALTERNANCE Année Universitaire 2013/2014 BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS ET AMENAGEMENTS CONTRAT A DUREE DETERMINEE DE 1 AN COMPRENANT FORMATION ACADEMIQUE (IUT) - 707 HEURES + EXPERIENCE

Plus en détail

FORMATIONS. 1er semestre 2010. Stages 2010 gratuits. Centre National de Gestion Agréé Interprofessionnel de France

FORMATIONS. 1er semestre 2010. Stages 2010 gratuits. Centre National de Gestion Agréé Interprofessionnel de France FORMATIONS 1er semestre 2010 Stages 2010 gratuits Centre National de Gestion Agréé Interprofessionnel de France 56, rue de Londres 75008 Paris Tél : 01 44 90 88 22 Fax : 01 44 90 88 29 e-mail : info@cngaif.fr

Plus en détail

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012

Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Communiqué de presse Février 2012 Promocash drive ouvre à PONTIVY Mardi 6 mars 2012 Promocash inaugure lundi 5 mars un nouveau drive à PONTIVY dans le Morbihan. Ce service répond à l attente des professionnels

Plus en détail

COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE

COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE COMMERCE AUTOMOBILE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE AUTOMOBILE... 6 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE AUTOMOBILE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE AUTOMOBILE...

Plus en détail

notice Modalités d intervention financière Dossier de demande d aide départementale

notice Modalités d intervention financière Dossier de demande d aide départementale dossier de demande d aide départementale Dossier de demande d aide départementale ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT artistique notice bénéficiaires Communes, établissements publics de coopération intercommunale

Plus en détail

Principaux ratios et points de repère

Principaux ratios et points de repère 1/46 de gestion en hôtellerie-restauration Réactualisés 01/10/ - 2/46 Sommaire 1 ère partie Les ratios de charges d exploitation et les soldes intermédiaires de gestion 2 ème partie Les indicateurs de

Plus en détail

Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012

Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012 Manuel des procédures Dernière MAJ : 20/06/2012 36 rue de Paris BP 162 97464 Saint-Denis Cedex Tél. : 0 262 90 78 52 Fax : 0 262 90 78 53 Association Territoriale Siret : 317 194 777 00031 Code APE : 8559B

Plus en détail

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC

Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC I. Les éléments de la facturation Chap 3 : Les opérations de règlement de l UC A. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) La TVA est un impôt sur la consommation finale à des taux variables suivant la nature

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 «Le Perche souhaite accueillir de nouveaux arrivants et met en place une politique volontariste et des actions. La session d accueil s adresse à tous les porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre

Plus en détail

A l issue d une réflexion, le CA national a adopté le plan d actions suivant :

A l issue d une réflexion, le CA national a adopté le plan d actions suivant : Renforcer l activité Information défense des consommateurs à Familles Rurales au service des familles en milieu rural Contexte : L action consommation, également appelée action vie quotidienne, recouvre

Plus en détail

LA CLASSIFICATION DES IMMOBILISATIONS. Distinguer les achats de biens et de services, les acquisitions d'immobilisations, les stocks.

LA CLASSIFICATION DES IMMOBILISATIONS. Distinguer les achats de biens et de services, les acquisitions d'immobilisations, les stocks. LA CLASSIFICATION DES IMMOBILISATIONS Objectif(s) : être capable de : o Pré-requis : o o Modalités : o o o Distinguer les achats de biens et de services, les acquisitions d'immobilisations, les stocks.

Plus en détail

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES

DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES VALORISER ET POURVOIR LES EMPLOIS DANS LES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE Découvrez les services de l ANPE pour fiabiliser vos recrutements Les Services Entreprises de l ANPE Il y a ceux qui pensent

Plus en détail

filiale leader dans le domaine de la cloison amovible

filiale leader dans le domaine de la cloison amovible Terminale STG Mercatique Chapitre 5 : Distribuer l'offre Séquence 3 : Les équipes commerciales Travail 1: Les missions de l équipe commerciale 1. Pour chaque poste vous précisez :. s il s agit d un poste

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise 1 Le carnet de route C H A M B R E S D E M É T I E R S CHAMBRE DE METIERS A P C M LE CARNET DE ROUTE DU CRÉATEUR REPRENEUR Ce carnet de route est

Plus en détail

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin

Communiqué de presse. Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Communiqué de presse Ouverture du nouveau magasin Promocash À SAINT LÔ Jeudi 12 juin Promocash ouvre son nouveau magasin à SAINT LÔ jeudi 12 juin Ce site a pour objectif d offrir à sa clientèle de professionnels

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Bilan qualitatif. du 01/01/2009 au 30/04/2010

Bilan qualitatif. du 01/01/2009 au 30/04/2010 Opération de Restructuration de l'artisanat et du Commerce (ORAC) Bilan qualitatif de la 1 ère tranche du 01/01/2009 au 30/04/2010 Bilan 1 ère tranche ORAC Pays de La Châtre en Berry 1 AXE I : INVESTISSEMENTS

Plus en détail