Soins à la jeune forêt et aux lisières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins à la jeune forêt et aux lisières"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE ET CANTON DE NEUCHÂTEL DÉPARTEMENT DE LA GESTION DU TERRITOIRE SERVICE DES FORÊTS Soins à la jeune forêt et aux lisières (Edition janvier 2004) TABLE DES MATIERES page Introduction But des soins à la jeune forêt Tempérament de nos principales essences Critères de qualité, de vitalité et de stabilité; notion de candidat Définition des stades d'évolution de la jeune forêt Soins aux jeunes peuplements Soins aux recrûs Soins aux fourrés Soins aux perchis Soins aux cellules de rajeunissement dans les forêts étagées Enchaînement des activités et responsabilité en vue d'atteindre le but fixé Données d'ordre L'essentiel et le luxe! Soins aux lisières Définitions...28

2 2. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Introduction Les soins à la jeune forêt regroupent les interventions dans les jeunes peuplements jusqu'à un diamètre à hauteur de poitrine de 20 cm. Durant ces dernières années, la manière de conduire ces interventions a considérablement évolué. Ce fascicule, qui a vu le jour en 1990, en est aujourd'hui à sa quatrième édition. L'esprit sylvicole de la fin des années 1980, qui est à l'origine de ce document, est toujours parfaitement d'actualité; l'introduction de la première version comportait les deux paragraphes suivants: Les connaissances actuelles montrent qu'il ne s'agit pas de nettoyer ou d'embellir le sous-bois, mais plutôt de préserver un maximum d'arbres accompagnants et de ne couper que la végétation concurrente. Pour éviter dorénavant tout quiproquo, nous proposons d'abandonner le terme de "nettoiement" et d'utiliser l'expression plus précise de "soins à la jeune forêt". En 1996, de nombreuses adaptations résultant des observations et des expériences accumulées lors de divers cours de formation sont venues préciser et compléter le texte. L'édition 1999 de ce fascicule s'est enrichie d'un chapitre 8 relatif à la technique des soins aux lisières en vue de leur valorisation écologique. L'année 2003 a vu l'éclosion d'une nouvelle édition du présent fascicule. Celle-ci s'harmonise avec l'esprit et la nomenclature du document "Principes sylviculturaux", chapitre 5 du plan d'aménagement forestier (PAF), adopté par notre canton en Elle consacre la multifonctionnalité au niveau de chaque unité de gestion et, surtout, intègre les nouvelles connaissances et expériences acquises en matière d'automations biologiques et de soins modérés. Un chapitre 9: "Définitions" est également venu compléter ce manuel. Les termes définis dans ce dernier chapitre sont signalés par la couleur magenta la première fois qu'ils apparaissent dans le texte. Les mesures traditionnelles de soins à la jeune forêt enseignées depuis que nous pouvons qualifier de biologiquement optimales - sont désormais complétées, pour chaque stade d'évolution, par des mesures susceptibles de diminuer les coûts. En temps de pénurie des moyens, ces dernières sont particulièrement utiles. Elles sont encadrées d'un trait bleu dans le texte. 1. Buts des soins à la jeune forêt Le but premier des soins à la jeune forêt est de concentrer les forces de la nature sur les individus les plus prometteurs et de les éduquer en utilisant l'effet bénéfique des accompagnants. Les interventions dans les jeunes peuplements sont indispensables pour permettre de canaliser les ressources et les forces productives de la nature (soleil, CO 2, eau, sels minéraux) sur les individus les plus vigoureux et les mieux constitués en vue de garantir la vigueur et la stabilité de nos forêts et de produire, de façon soutenue, du bois de qualité.

3 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION De toutes les activités pratiquées en sylviculture, les interventions dans les jeunes peuplements sont les plus fondamentales car : - elles engagent l'avenir de la forêt à long terme, - elles se déroulent alors même que s'élaborent chez les arbres les aspects de forme et de qualité. Un autre but important des soins à la jeune forêt est de créer des peuplements diversifiés, hétérogènes, mélangés, riches en structures et microstructures. L'écosystème boisé sera d'autant plus stable, résistant et productif à long terme qu'il sera proche de la nature et complexe. Pour développer des forêts performantes, il n'y a pas d'autre "stratégie" que de ne pas faire partout la même chose. Il s'agit donc d'éviter toute mesure doctrinaire ou uniforme en veillant à laisser suffisamment de place à une sage créativité. Aussi la pratique de soins à la jeune forêt différenciés et discontinus au sein d'un même peuplement est essentielle en vue de préparer des forêts hétérogènes. Toute action sylvicole trop schématique conduit à l'homogénéisation et nuit au principe suivant: "la diversité des espèces passe par la diversité des biotopes et des structures". Une sylviculture multifonctionnelle et polyvalente considère qu'une partie seulement des arbres constituant le peuplement seront dévolus à une production de haute valeur ajoutée; d'autres seront appelés à satisfaire des fonctions différentes (accompagnement, diversité, esthétique, complexité,...). Dans notre canton, la recherche des formes les plus achevées et les plus harmonieuses de multifonctionnalité au niveau de chaque division, par la pratique d'une sylviculture respectueuse de la nature, prime l'accomplissement d'intérêts sectorisés. Forêt hétérogène, mélangée, tout à la fois productrice, accueillante, riche en biodiversité et protectrice.

4 4. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Tempérament de nos principales essences Le tableau ci-dessous résume les caractéristiques essentielles de nos principales essences. Essence Exigence en lumière Rapidité de croissance juvénile Forme de croissance Force de concurrence Durée de production Diamètre de la couronne à l'âge adulte Epicéa Essence de mi-ombre Moyenne Forte 120 ans 7 m (mi-lumière en montagne) Sapin Essence d'ombre Lente Forte 120 ans 8 m Pin sylvestre " de lumière Rapide Faible 150 ans 8 m Hêtre " d'ombre Lente ϒ Très forte 150 ans 9 m Alisier blanc " de lumière Moyenne Faible 110 ans 9 m Alisier torminal " de mi-lumière Lente Très faible 90 ans 9 m Tilleul " de mi-ombre Moyenne ϒ Forte 120 ans 10 m Orme " de mi-lumière Moyenne ϒ Moyenne 120 ans 10 m Erable " de mi-lumière Rapide Moyenne 110 ans 10 m Frêne " de mi-lumière Rapide Moyenne/Forte 90 ans 10 m Cerisier " de lumière Rapide Faible 90 ans 10 m Mélèze " de lumière Rapide Faible 150 ans 11 m Douglas " de mi-ombre Très rapide Très forte 110 ans 12 m Chêne " de lumière Lente ϒ Très faible 200 ans 12 m Bouleau Essence associative Très rapide Très faible 80 ans Sorbier des oiseleurs Essence associative Rapide essences Très faible 60 ans Saules Essence associative Très rapide pionnières Très faible 40 ans Tremble Essence associative Très rapide Très faible 40 ans Exigence en lumière : un arbre qui manque de lumière se reconnaît à sa pousse terminale : T = pousse terminale L = pousse latérale T < L Manque de lumière T > L Assez de lumière Plus l'exigence en lumière est élevée, plus la surface de jeune forêt devra être grande. Forme de croissance : croissance en longueur assurée par le bourgeon terminal tendance à former un axe continu pas de problème d'éducation (ép/sa/ér/frê/pin/mé) ϒ croissance en longueur assurée par un bourgeon latéral tendance à former un fût en zigzag et à s'étaler maintenir une densité suffisante en jeunesse (hê/chê/ti/or)

5 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Force de concurrence : seules les essences qui présentent la même force de concurrence et la même durée de production peuvent former des mélanges principaux judicieux. Il en va autrement des mélanges subordonnés (peuplement auxiliaire) ou transitoires (peuplement préliminaire). mélanges principaux possibles : Epicéa Sapin. Frêne Erable (à condition de contenir l'élan du frêne qui, à basse et moyenne altitudes, supplante aisément l'érable). Pin sylvestre Mélèze. Le chêne n'est pas sociable et faible de concurrence. En jeunesse il est préférable de l'élever en peuplement principal pur. Toutefois un accompagnement léger d'essences associatives (saules, bouleau, tremble, sorbier des oiseleurs), jouant un rôle de peuplement préliminaire, peut s'avérer favorable. Le hêtre est le plus fort de concurrence; il doit souvent être éliminé pour permettre aux autres essences de se développer. Peuplement auxiliaire = Mélange subordonné Peuplement préliminaire = Mélange transitoire

6 6. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Critères de qualité, de vitalité et de stabilité; Notion de candidat Qualité Vitalité Stabilité 1. Arbre : - dominant - vigoureux 2. Couronne : - dense - bien symétrique - sufisamment longue ( 1 / 3 h) 3. Branches : - fines - horizontales - bon élagage naturel - coefficient d'élancement h/d < 80 (en moyenne) 4. Fût : - droit - d'aplomb - traversant - cylindrique - pas de fourche endessous de 8 m - pas de fibre torse - pas de maladie (chancre) - pas de dégât (frayure) 5. Pied : - pas de blessure - pas d'écoulement de résine - bon enracinement Notion de candidat : A. Candidat : arbre bien conformé et en bonne santé (sur lequel il est possible de fonder nos espoirs pour l'avenir). B. Concurrent : arbre gênant le houppier d'un candidat. C. Accompagnant : arbre du peuplement auxiliaire très précieux pour l'éducation des tiges d'élite.

7 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Définition des stades d'évolution de la jeune forêt 4.1. Recrû strate arbustive - Le recrû est constitué de jeunes tiges dont les couronnes ne se touchent pas encore; il se situe au niveau de la strate herbacée et arbustive. - Il est menacé par les buissons, les hautes herbes, les plantes qui grimpent et qui s'agrippent. - On compte entre 100 et 5'000 sujets à l'are. - On distingue le recrû naturel du recrû "artificiel" = plantation. - Le stade du recrû prend fin au bout de 10 ans environ, ou dès que les plants se touchent. Ils atteignent alors une hauteur de 1,5 m environ. - Ce stade d'évolution correspond à la phase d'installation des plants, caractérisée essentiellement par le développement des racines Fourré Etage supérieur (dominant) Etage moyen (codominant) Etage inférieur (dominé) - Les jeunes arbres ont dépassé la strate arbustive. - Une concurrence mutuelle des cimes s'instaure. - Le jeu de la concurrence conduit à la formation de 2 ou 3 étages (= hiérarchisation). - On compte entre 50 et 100 sujets à l'are. Il est souvent très difficile de pénétrer dans les fourrés. D'autre part, dès que les tiges dépassent la hauteur des yeux, la vue d'ensemble du peuplement se perd. - Le stade du fourré se termine à 20 ans environ ou dès que les arbres atteignent 5 mètres de hauteur. - Ce stade d'évolution correspond à la phase d'élaboration de la bille de pied; c'est au stade du fourré que se prépare la forme des tiges.

8 8. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Perchis Peuplement principal Peuplement auxiliaire - Les branches vertes les plus basses sont à hauteur des yeux. - L'étagement engendre un peuplement principal et un peuplement auxiliaire. - On compte environ 40 tiges à l'are. - Le stade du perchis se termine à 30 ans environ ou lorsque le diamètre à hauteur de poitrine (DHP) atteint 20 cm. - Ce stade d'évolution correspond à la phase de formation de la couronne Cellule de jeunes arbres en futaie jardinée ou étagée - Cellule regroupant souvent les 3 stades de développement décrits précédemment. - Fréquemment en forme de cône avec son centre situé au milieu d'une petite trouée. - Perchis au centre dégradant régulièrement jusqu'au recrû en périphérie.

9 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Soins aux jeunes peuplements 5.1. Soins aux recrûs Objectifs Les soins effectués au stade du recrû doivent préparer un fourré de qualité et de composition déterminée. Pour qu'un traitement se justifie il faut être en présence d'une surface minimale d'un are, comportant des chances de développement. Les quatre principales mesures à ce stade sont : La protection contre la ronce, la végétation concurrente, contre les rigueurs du climat (chaleur, gel,...) et contre le gibier. L'élimination dosée des tiges malades et des rustres prédominants. Les tiges frayées sont à maintenir là où elles ne gênent pas. Le réglage du mélange. Le recépage. Les soins aux recrûs débutent dès que les plants passent de la strate herbacée à la strate arbustive. A ce stade, un regarnissage est encore possible. Protection contre les "mauvaises herbes" Dans la strate arbustive, les jeunes plants sont menacés de toutes parts : Herbe, fougère aigle, ronce, clématite, chèvrefeuille grimpant, rustres prédominants Règles - Les houppiers de la vieille futaie offrent une protection naturelle contre la "mauvaise herbe". - Les pousses terminales (flèches) doivent être protégées et éduquées. - Des dégâts ou dangers lors des interventions sont à éviter. Exemples : - précautions en cas de pousses non lignifiées. - un dégagement radical entraîne un excès de lumière. - Le "bon moment" pour pratiquer l'arrachage de la ronce est l'automne, avant les gelées, sur sol humide.

10 10. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Interventions - Ne couper que la "mauvaise herbe" qui gêne. Il ne faut pas perdre de vue que la "mauvaise herbe" protège, dans une certaine mesure, contre la chaleur et le gel et qu'elle fournit de la nourriture au gibier. Pour cette raison, il faut dégager les jeunes plants en entonnoirs. Elimination des tiges malades et des rustres prédominants Les rustres prédominants, dont les caractéristiques négatives s'affirment généralement de bonne heure, seront rabattus. Au stade du recrû, on veillera au maintien d'une densité suffisante de bois blancs du type saules, tremble, bouleau, sorbier des oiseleurs, etc. (essences associatives) qui jouent tout d'abord un rôle d'abri et d'ombrage à l'égard des recrûs et sont utiles tant qu'il ne deviennent pas trop encombrants. On se bornera à les émonder partiellement, puis à les couper à la base lorsqu'ils deviennent trop gênants. Ces essences jouent notamment un rôle de souffre-douleur ("paratonnerre") contre les dégâts du gibier. Veiller à maintenir les tiges frayées là où elles ne gênent pas. Réglage du mélange Au stade du recrû, la composition du peuplement se laisse encore facilement modifier. Le réglage du mélange des essences est donc primordial lors des soins aux recrûs. Avant toute intervention, il convient de connaître clairement l'objectif : Genre du mélange : Quelles essences peut-on mélanger? Exemple : épicéa - hêtre - érable Quelles espèces souhaite-t-on retrouver dans le peuplement principal au prochain stade d'évolution? Priorité des essences : A qualité égale, l'essence à favoriser. Règles - La sélection dans les recrûs sera négative; elle tendra plus à conserver les arbres de valeur qu'à les favoriser. Le sylviculteur veillera, lors des soins aux recrûs, à modérer son zèle, c'est-àdire à ne pas en faire trop. Il contrôlera la densité des plants, de manière à permettre une bonne éducation au stade du fourré.

11 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Recépage - Au stade du recrû, les tiges d'essences feuillues déformées par le gibier ou maltraitées lors de l'exploitation des bois, peuvent être recépées pour autant que l'on pratique cette mesure dans les règles de l'art. - L'âge le plus favorable pour pratiquer le recépage est le moment où le plant s'est installé, où ses racines se sont développées sans que cela se soit obligatoirement traduit par des pousses aériennes importantes. Pratiquement cet optimum se situe lors de l'arrêt de la végétation, entre la 3 e et la 4 e année. Le diamètre idéal de recépage pour l'érable et le frêne correspond à celui du pouce. Le nombre de rejets, fonction de la circonférence de la section, peut en effet être trop important sur les souches plus grandes. juste faux - Le recépage doit se faire pendant l'arrêt de la végétation, de préférence juste avant la montée de sève, soit fin février - début mars. La section doit se faire au sécateur ou à la serpe bien affûtée, ras terre, car les plus beaux rejets partent du collet et il est nuisible de multiplier leur nombre en pratiquant la section plus haut. - Les tiges recépées rejettent de souche avec vigueur, grâce à la présence d'un enracinement déjà bien développé et rattrapent les autres tiges. - Cette technique est adoptée pour les essences telles que le frêne, les érables, le cerisier, les tilleuls. - Le recépage est uniquement une technique de rattrapage à utiliser avec beaucoup de prudence. Elle devra être réservée aux régénérations ayant subi de gros dégâts répétés (abroutissements) et sur les tiges brisées par exemple par le passage d'engins. Dans le cas où la surface recépée est petite (< 5 ares), il conviendra de protéger les meilleurs rejets à mi-distance contre la dent du gibier. Mesures susceptibles de diminuer les coûts des soins aux recrûs Utiliser des techniques sylvicoles de rajeunissement tirant parti du couvert de l'ancien peuplement, essentiellement en vue de diminuer le nombre de plants dans les rajeunissements naturels. Mettre à profit ce que la nature offre gracieusement d'elle-même. Les vides momentanés ajoutent de la richesse à l'écosystème, il n'est pas forcément utile de les regarnir. Favoriser les mélanges adéquats, capables de se différencier eux-mêmes. Du fait qu'il devient souvent rapidement difficile de pénétrer dans les fourrés, il est important, en vue de soins modérés, que les mesures de réglage du mélange et d'élimination des rustres se fassent à un moment où l'on possède encore la vue d'ensemble du peuplement (stade du recrû début du fourré). Utiliser l'effet bénéfique des essences associatives. Une utilisation contrôlée des bouleaux, tremble, saules, sorbier des oiseleurs, provoque un effet plutôt stimulant et protecteur que concurrent sur les autres ligneux (effet de peuplement préliminaire). Dans les grandes surfaces de recrûs, les soins ne doivent pas forcément couvrir toute la surface. Il peut s'avérer intéressant d'instaurer des parcelles témoin nontraitées en vue de leur observation à long terme. Enrichissement par plantation (et protection) de hauts plants à distance définitive.

12 12. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Soins aux fourrés Objectifs Les soins pratiqués à ce stade ont pour but d'amener le fourré à un perchis présentant les caractéristiques suivantes : - Mélange d'essences convenant à la station - Arbres d'élite de haute valeur et vigoureux - Grande stabilité - Conservation du peuplement auxiliaire. Les soins aux fourrés commencent dès que la taille moyenne des plants atteint 1,5 mètre. Une concurrence mutuelle s'installe petit à petit. Principes 1. Le stade du fourré connaît une élimination du nombre de tiges et d'essences très forte. 2. Au stade du fourré apparaissent peu à peu les étages du peuplement. Les étages supérieur, moyen et inférieur constituent chacun environ 1 / 3 de la hauteur du peuplement. Etage supérieur Etage moyen Etage inférieur

13 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Les opérations culturales peuvent être de quatre types au stade du fourré : Sélection négative Au stade du fourré, les caractères de mauvaise qualité sautent facilement aux yeux. Ces caractères sont : - Malade ou blessé - Tige fortement courbe - Arbre penché - Fourche - Grosses branches - Croissance buissonnante - Rejet de souche - Prédominant (à ne supprimer que progressivement dans les stations à fort enneigement). La sélection négative peut être pratiquée plus tôt que la sélection positive. Elle s'utilise aussi longtemps que les arbres de valeur restent difficiles à déterminer. Une percée à partir de l'étage moyen est encore possible. Dans les jeunes fourrés serrés d'épicéa et de hêtre, les individus de valeur ne sont pas encore reconnaissables. C'est la raison pour laquelle on y pratique la sélection négative. Mesures Abattage ou étêtage des sujets de moindre valeur, uniquement dans l'étage supérieur. Lorsque les branches inférieures d'une tige de futaie recouvrent un massif de valeur, il est utile de pratiquer l'émondage cultural. Prendre garde à la faune, en évitant, dans la mesure du possible, de traiter les fourrés en période de nidification et de mise bas! Intervenir de préférence hors feuilles afin d'avoir une meilleure vue de la diversité et des qualités. Pour une question d'ergonomie, il est préférable de couper les tiges à hauteur de ceinture dans les fourrés. Il est conseillé également de rabattre les branches vertes des pieds coupés qui risquent de rejeter.

14 14. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Sélection positive Au stade du fourré, on distingue déjà, chez certains individus, des caractéristiques de bonne qualité : - Sain et intact - Droit, axe rectiligne sans fourche - Flèche élancée - Fin branchage (en particulier chez le hêtre et le pin) - Vigoureux, mais non prédominant - Port robuste. On commence la sélection positive dès que l'on peut déterminer des individus répondant à ces critères (= "candidats"). A ce moment-là, une percée à partir de l'étage moyen n'est plus guère possible. Chez les essences à croissance rapide telles que frêne et érable, on reconnaît déjà tôt les individus de bonne qualité. C'est pourquoi la sélection positive y débute plus tôt. Dans les fourrés clairs, on ne travaille qu'avec la sélection positive. Hêtre Chêne Les principales formes de ramification chez le hêtre et le chêne: a) Arbre à axe continu, long entre-noeud, dominance apicale élevée. b) Arbre à ramification fastigiée, en bouquet, tendant à former des rustres de forme grossière. c) Arbre fourchu dont l'axe a tendance à se ramifier. Hêtre à axe continu, parfaitement droit et cylindrique. Illustre un des objectifs majeur des soins qui seront apportés au fourré naturel qui s'est développé sous son abri.

15 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Mesures Choisir les "candidats" à intervalles réguliers égaux à l'espacement final. Espacements optimaux entre les "candidats" aux stades du fourré et du perchis Essence Nb/ha* Peuplement final Espacement optimal = distance définitive Epicéa m Sapin m Pin sylvestre m Hêtre, alisier blanc, alisier torminal m Frêne, érable, orme, tilleul, cerisier m Mélèze m Douglas m Chêne m * Nombre d'arbres d'élite à l'hectare dans le peuplement final exemplaire. La répartition des "candidats" en triangle permet d'en placer 15% de plus qu'une répartition en carré. Il est bien évident que les espacements indiqués ci-dessus sont des ordres de grandeur et que les critères de qualité priment toujours sur la répartition. En cas de difficulté à trouver les candidats à la distance définitive optimale, il est préférable de les chercher plutôt plus loin que plus près. Une concession sur la distance entre des "candidats" rapprochés se justifiera d'autant plus que leur qualité et leur capacité à produire des grumes de valeur seront élevées. Dégagement des "candidats" par suppression de leurs concurrents immédiats. Le réglage du mélange des essences est encore possible au stade du fourré. Mesure auxiliaire: la correction des cimes (= taille de formation) au sécateur peut être justifiée dans les fourrés de chêne, cerisier, tilleul, frêne, érable, orme et alisier, lorsque les déformations sont manifestes ou lorsque les "candidats" se trouvent mal répartis. Il est également possible de corriger les cimes fourchues des résineux (après dégâts de becs croisés p. ex.) Les corrections de cime sont très utiles, mais elles doivent être réalisées sans précipitation, c'est-à-dire deux ans après l'apparition des anomalies en cime. Ce délai permet de voir si une fourche ou une tête multiple semble persister et nécessite dès lors son élimination.

16 16. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Mesures susceptibles de diminuer les coûts des soins aux fourrés Ne choisir qu'un nombre minimal de "candidats", égal au peuplement final, c'est-àdire à espacement définitif. On peut même partir du principe de ne favoriser, pour la production de bois de qualité, qu'un nombre d'arbre inférieur au peuplement final optimal (principe de concentration), de manière à conserver aussi des essences importantes du point de vue des autres fonctions de la forêt. Ne pas découper les concurrents, mais les laisser "debout" pour qu'il se fassent mettre à terre par les forces de la nature, éventuellement les dévitaliser par annellation. Utiliser de façon contrôlée les essences associatives en vue: de diminuer le nombre, souvent trop élevé, d'individus à ce stade, de développer une certaine différenciation du peuplement, d'inhiber la végétation terrestre concurrente, de faire office de "souffre-douleur" contre les dégâts du gibier. L'utilisation contrôlée des essences associatives est promise à un bel avenir dans la pratique des soins à la jeune forêt. Le tour de main consiste à trouver la bonne densité de peuplement et la bonne proportion entre les essences. Eviter d'agir sur toute la surface en présence de vastes fourrés. Instaurer des surfaces témoin non-traitées en vue de leur observation à long terme. S'il se trouve suffisamment de prétendants de qualité, judicieusement répartis, une solution peut même être de remettre à la nature le destin du peuplement durant ce stade d'évolution. La seule mesure sera alors d'observer et de contrôler l'aptitude du peuplement à remplir l'objectif. Il peut s'avérer utile d'opter pour quelques actions ponctuelles et ciblées en faveur d'espèces faibles de concurrence qui, souvent, sont des espèces rares et précieuses Soins aux perchis Objectifs L'intervention culturale pratiquée dans les perchis, que l'on nomme éclaircie sélective, consiste, par un prélèvement régulier, à orienter l'accroissement de la forêt sur les arbres de qualité. Ceux-ci poussent alors plus vite et produisent du bois de plus grande valeur. L'éclaircie sélective démarre au stade du perchis, soit vers 20 ans environ, moment où le peuplement principal et le peuplement auxiliaire se distinguent bien l'un de l'autre.

17 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Principes 1. Le peuplement principal et le peuplement auxiliaire sont issus d'un combat naturel. Le peuplement principal ne comprend que des arbres de valeur provenant du fourré. Le peuplement auxiliaire se compose d'arbres de qualité inférieure et de croissance moindre. dominant codominant peuplement principal dominé sous-bois peuplement auxiliaire (= accompagnants) 2. L'accroissement est très largement fourni par le peuplement principal. Exemple : Dans les peuplements bien éclaircis, le peuplement principal produit jusqu'à 95% de l'accroissement. Les soins traditionnels aux perchis comportent les mesures suivantes : Sélection positive Lors de l'éclaircie, on ne pratique guère que la sélection positive. Encore faut-il que les soins aux fourrés aient été administrés correctement. Le sylviculteur procédera à la sélection positive en débutant toujours par les tiges les plus hautes du massif (peuplement principal). Les candidats choisis à espacement définitif seront désignés par un ruban (non permanent) de couleur. Un arbre d'élite présente les caractéristiques suivantes : - Adapté à la station - Dominant - Houppier couvrant 1 / 3 de la longueur de la tige - Branches fines, absence de gourmands - Tronc droit et sans tare, écorce fine - Vertical - Bon ancrage dans le sol - Sain et vigoureux - Ne se trouve pas directement en bordure d'un layon.

18 18. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Mesures auxiliaires - Eliminer les arbres malades et ceux qui sont fortement endommagés. - Abattre les "fouets" nuisibles. - Promouvoir le développement d'un peuplement auxiliaire capable d'éduquer les arbres d'élite. Importance du peuplement auxiliaire Un peuplement auxiliaire devrait en fait se trouver dans tout bon peuplement. Les fonctions de peuplement auxiliaire sont les suivantes : - Protection des arbres d'élite : (fonctions sylvicoles) Emballage des fûts (gainage) du peuplement principal, de manière à favoriser l'élagage naturel et à empêcher la formation de gourmands (surtout chez le chê, sa, frê, ér, hê, ti). Ombrage des fûts du peuplement principal prévenant les coups de soleil (surtout nécessaire pour les espèces à écorce fine: hê, ér, ép). "Les arbres d'élite devraient avoir leur houppier au soleil, leur tronc à l'ombre et leurs racines dans l'humidité". Amélioration du climat forestier, diminuant les risques de gélivure et favorisant le développement d'une structure fine du bois propre à fournir des assortiments de haute valeur. Protection des tiges d'élite contre les dégâts d'abattage et de débardage lors d'éclaircies. - Amélioration de la qualité de la station : (fonctions biologiques) Amélioration de l'humus par mélange de fane provenant de diverses espèces, la plupart améliorantes, favorisant l'activité biologique du sol. Amélioration de sol grâce à l'enracinement puissant et intense des arbres du peuplement auxiliaire. Ombrage du sol pour l'empêcher de se dessécher, de s'échauffer, de s'enherber ou de se faire envahir par les mauvaises herbes (ronces), particulièrement dans les vieux peuplements à fermeture légère. Enrichissement écologique. Le peuplement auxiliaire constitue un biotope pouvant héberger une faune variée (oiseaux, insectes, petits mammifères,...); il offre à la fois protection et nourriture. En bref : le rôle du peuplement auxiliaire consiste à "protéger sans concurrencer".

19 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Exigences envers le peuplement auxiliaire : Le peuplement auxiliaire doit être constitué d'essences d'ombre ou de miombre; les individus régressifs du peuplement principal (p.ex. chê, pins) ne sont pas appropriés. Les quatre espèces les plus aptes à former le peuplement auxiliaire sont: le charme, le tilleul à petites feuilles, le hêtre et le sapin. L'alisier blanc et le sorbier des oiseleurs peuvent être de bons accompagnants en forêt de montagne. Pour être vraiment efficace, le peuplement auxiliaire doit être en mesure de remplir ses fonctions jusqu'à la récolte du peuplement principal. Le peuplement auxiliaire doit être étagé; la tendance de certains individus à s'immiscer dans les cimes du peuplement principal doit être empêchée. A propos du lierre (selon D. Carbiener, 1995) Le lierre est une liane, c'est-à-dire qu'il n'est pas capable de se dresser de façon autonome et a besoin d'utiliser un arbre comme tuteur (contrairement à une idée répandue, ce n'est pas un parasite, il ne vit donc pas aux dépens de l'arbre tuteur). Son feuillage sombre occupe, autour du tronc et des branches principales du support, un espace que les feuilles de l'arbre n'utilisent pas: il y a partage de l'espace aérien pour l'utilisation de l'énergie solaire (il est très rare que le lierre étouffe l'arbre tuteur; lorsque le tuteur est en pleine croissance (juin), le lierre rentre en phase de repos et perd ses feuilles dont la décomposition rapide libère des éléments minéraux assimilables par les autres arbres de la forêt; lorsque l'arbre support entame sa phase de repos, le lierre entre en floraison (octobre) et utilise des ressources que n'exploite plus l'arbre: il y a partage des ressources minérales dans le temps. Le lierre est une espèce fondamentale pour l'écosystème forestier car il fructifie à une époque (hiver-printemps) où les autres végétaux n'ont plus de fruits et où les besoins, des oiseaux notamment, sont importants. Le lierre, véritable auxiliaire de la biodiversité!

20 20. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Elagage de mise en valeur L'élagage de mise en valeur est une intervention artificielle qui complète l'élagage naturel. Il a pour but d'améliorer la qualité du bois (production de bois sans nœud). En vue d'augmenter la valeur des produits, l'élagage est particulièrement important, notamment dans les peuplements d'épicéa, de sapin, douglas, pins, cerisier et chêne. BON : la coupe est faite au ras du bourrelet Règles et précautions MAUVAIS : trop près, d'où problèmes de cicatrisation MAUVAIS : trop loin - N'élaguer que les arbres d'élite à l'espacement définitif. - Ne plus élaguer la zone du tronc où le diamètre dépasse 15 cm. L'élagage se pratique sur des perchis de bonne qualité, présentant peu de risques (neige, vent, pourriture). Il importe de commencer l'élagage tôt (DHP de 10 cm). On évitera de destiner à l'élagage les arbres situés sur les bords des layons de débardage. L'élagage s'effectue de préférence lorsque la cicatrisation des plaies sera la plus rapide, c'est-à-dire: - avant le départ de la végétation au printemps pour les résineux; - fin juillet, début août pour les feuillus. On ne peut assumer la responsabilité d'élaguer en période de végétation qu'à condition de travailler très soigneusement et d'opter pour l'échelle comme seul moyen d'escalade. Diamètre maximal de la branche à élaguer: 3 cm. Elaguer 3 fois dans un intervalle de 5 à 7 ans jusqu'à une hauteur maximale de 12 mètres. Pour prévenir les dégâts de frayure chez les résineux (épicéa, douglas, pins), il est utile de commencer l'élagage dès 1 mètre de hauteur.

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION une croissance rapide, un bois sain sans coloration et au tronc cylindrique ; des fûts de qualité sur 6 à 8 m, de minimum 150 cm de circonférence (absence de nœuds, cernes réguliers) ; 70 % à 90 % de la

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES À l'intérieur des zones RV-1, RV-2, RV-9, RV-10,

Plus en détail

LES PLANS DÉMÉNAGEMENT OU PLANS DE GESTION ADAPTÉS AUX CONDITIONS PARTICULIÈRES DE LA FORÊT PRIVÉE

LES PLANS DÉMÉNAGEMENT OU PLANS DE GESTION ADAPTÉS AUX CONDITIONS PARTICULIÈRES DE LA FORÊT PRIVÉE 756 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE LES PLANS DÉMÉNAGEMENT OU PLANS DE GESTION ADAPTÉS AUX CONDITIONS PARTICULIÈRES DE LA FORÊT PRIVÉE (2 e partie) PAR L BOURGENOT. Chef du service des forêts soumises au régime

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

Potentiel d utilisation du système MSCR pour aménager les forêts feuillues et mélangées

Potentiel d utilisation du système MSCR pour aménager les forêts feuillues et mélangées Photo : L. Gaboriaul Potentiel d utilisation du système MSCR pour aménager les forêts feuillues et mélangées Bruno Boulet, ing. f. 85 e congrès de l OIFQ Hôtel Chéribourg, 27-29 septembre 2006 Plan Problématique

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE 2 ÉDITO C R C - M C Daniel BEGUIN Jean-Marie HARAUX Jean-Pierre RENAUD Henri PLAUCHE GILLON 3 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 PARTIE 1 : DESCRIPTION DE L ESPÈCE

Plus en détail

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles OBJET : Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles Numéro de la politique : FMB 017 2006 Numéro du dossier : 836 00 0003 Date d entrée en vigueur : 1 er septembre 2006 Date de révision

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur

2.1 Détermination de la puissance du générateur de chaleur Détermination de la puissance du générateur de chaleur 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments.

Plus en détail

Vivre Autrement. GROUPE DE LA PIERRE ATTELEE Isba Datcha Tél. : 02.40.90.22.74 - Email : contact@isba-datcha.fr 1/15

Vivre Autrement. GROUPE DE LA PIERRE ATTELEE Isba Datcha Tél. : 02.40.90.22.74 - Email : contact@isba-datcha.fr 1/15 Isba Datcha Tél. : 02.40.90.22.74 - Email : contact@isba-datcha.fr 1/15 Essences de bois utilisées dans nos constructions Le CÈDRE Le CÈDRE croît en Sibérie et est beaucoup plus rare que le mélèze et le

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier

Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier Lignes directrices visant à encadrer la pratique de l'éclaircie précommerciale afin d assurer le maintien de la biodiversité Objectifs de protection et de mise en valeur des ressources du milieu forestier

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

www.boutiquesolaire.com

www.boutiquesolaire.com INFORMATIONS SUR LES PRODUITS 03 / 2013 POWERBANKS CHARGEURS SOLAIRES Powerbanks Chargeurs solaires Cellules solaires pour Powerbanks CELLULES SOLAIRES POUR POWERBANKS www.boutiquesolaire.com CONTENU Powerbanks

Plus en détail

La prise en compte du. Paysage. en gestion forestière

La prise en compte du. Paysage. en gestion forestière La prise en compte du Paysage en gestion forestière Sommaire 2 Le paysage, une notion simple? 3 Le paysage et l arbre 4 Sylvicultures et paysage Quelques recettes simples 4 Les travaux forestiers 5 L implantation

Plus en détail

Choix des essences + protection des arbres

Choix des essences + protection des arbres Gestion de l arbre en milieu urbain 27 mars 2014 Choix des essences + protection des arbres Yves FRIQUET Conseil Général du Haut-Rhin Mission technique Arbres Unité Nature et Patrimoine arboré/sea/devi

Plus en détail

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Cahier spécial des charges «Placement de fascines» Document de référence à l attention des Administrations communales en vue de l attribution d un marché

Plus en détail

Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement. Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois

Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement. Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois La collecte de renseignements utiles aux prises de décisions au

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND

Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ADMINISTRATION DES EAUX ET FORETS COMMISSION D'ÉTUDES DES ENNEMIS DES ARBRES, DES BOIS ABATTUS ET DES BOIS MIS EN ŒUVRE Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND On appelle «maladie du

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

EXPERTISE JUDICIAIRE DE FAUSSES MARQUES

EXPERTISE JUDICIAIRE DE FAUSSES MARQUES EXPERTISE JUDICIAIRE DE FAUSSES MARQUES Class. Oxford 327 : 561.24 H. POLGE Le concours du Centre national de recherches forestières a été demandé dans le courant de l'année 1971 pour essayer de tirer

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE INTRODUCTION La nature est incroyablement diversifiée. Elle regroupe la Terre avec ses zones aquatiques telles que les

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

L arbre près de chez moi

L arbre près de chez moi L arbre près de chez moi Module 3 Les arbres et le stress Résumé du module 3 Les élèves découvrent l influence de l environnement sur le développement de l arbre et les maladies qui peuvent l affecter.

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) :

Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE DIRECTIVE : Habitats N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Cantal COMMUNE(S) CONCERNÉE(S) : Fontanges, Saint-Martin-Valmeroux,

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

1 - Ne pas interdire le stationnement sur la chaussée. C'est la meilleure solution.

1 - Ne pas interdire le stationnement sur la chaussée. C'est la meilleure solution. Protection des trottoirs contre le stationnement Jacques ROBIN Deux solutions qui peuvent être complémentaires : 1 - Ne pas interdire le stationnement sur la chaussée. C'est la meilleure solution. 2 -

Plus en détail

Bref rappel du contexte et des objectifs

Bref rappel du contexte et des objectifs NOTICE POUR LA MISE EN PLACE ET LA SAISIE DES DONNEES DU PROTOCOLE DE SUIVI DENDROMETRIQUE DES RESERVES FORESTIERES Bref rappel du contexte et des objectifs La survie de plus de 20% des espèces forestières

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21.

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21. Guide thématique En Cote-d Or, AGIR au quotidien Utilisons les ressources vertes du jardin pour en savoir plus : www.ecotidiens21.fr Edito Chaque français produit annuellement plus de 374 kg de déchets

Plus en détail

Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent

Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent Pistes pour l'application et le développement de l'aé au Bas Saint Laurent Le défi de l'ae au BSL: Concevoir des modalités d'aménagement qui tiennent compte des effets créés par les processus qui ont dynamisé

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne Diagnostic de la Tranche 1 du programme de restauration de la Sienne Méthodologie : - Choix du secteur géographique Le chiffrage a été fait à partir d un diagnostic global de la Tranche 1 du programme

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif Diane Patrimoine La forêt : un investissement long terme avec un rendement régulier qui permet également de régler son ISF et réduire sa base imposable. Il existe du fait de la loi en faveur du Travail,

Plus en détail

le décor change mais les principes restent les mêmes.

le décor change mais les principes restent les mêmes. PRESENTATION Ce guide vous est proposé par la commission formation de la Fédération Européenne de Krav Maga. Il vous aidera à planifier vos cours ainsi que vos entraînements physiques simplement et en

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail

Réussir l assemblage des meubles

Réussir l assemblage des meubles Réussir l assemblage des meubles Assemblages en ligne Systèmes d accrochage de meuble LES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 Les différents types d assemblage Les assemblages en angle ou en croix permettent

Plus en détail

EXPLOITATION D ÉPICÉAS, À PLAT, SUR SOLS TOURBEUX : ESSAI DE DÉBARDAGE PAR CÂBLE-MÂT EN MORVAN (FRANCE)

EXPLOITATION D ÉPICÉAS, À PLAT, SUR SOLS TOURBEUX : ESSAI DE DÉBARDAGE PAR CÂBLE-MÂT EN MORVAN (FRANCE) P. Durlet EXPLOITATION D ÉPICÉAS, À PLAT, SUR SOLS TOURBEUX : ESSAI DE DÉBARDAGE PAR CÂBLE-MÂT EN MORVAN (FRANCE) PIERRE DURLET CAROLE ZAKIN Après la Seconde Guerre mondiale, l État français a encouragé

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Vème Session du Conseil de la Présidence de l'uma Nouakchott, 11 novembre 1992 Traduction non officielle Introduction

Plus en détail

LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES

LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES LA MESURE DES GRANDEURS ET LE CHOIX DES CRITÈRES H. PREVOT L'article qui suit a suscité quelques remous pour ou contre parmi les membres de son comité de lecture. La meilleure façon d'en juger est de le

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) :

Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE DIRECTIVE : Habitats N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : COMMUNE(S) CONCERNÉE(S) : SURFACE : Cantal Anglards-de-Salers, Le Vigean,

Plus en détail

X D.T.O. DIAGNOSTIC, TRAITEMENT, OBSERVATION. LA GESTION DURABLE DU PATRIMOINE ARBORE

X D.T.O. DIAGNOSTIC, TRAITEMENT, OBSERVATION. LA GESTION DURABLE DU PATRIMOINE ARBORE X D.T.O. DIAGNOSTIC, TRAITEMENT, OBSERVATION. LA GESTION DURABLE DU PATRIMOINE ARBORE Atelier de l Arbre 86 GENERALITES Motifs de la formation Voici l occasion de concrétiser les acquis de l ensemble des

Plus en détail

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ AGENCEMENT INTÉRIEUR CONCOURS EXTERNE ET INTERNE CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "AGENCEMENT INTÉRIEUR" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE NATURE DES ÉPREUVES Arrêté du 24 janvier 1992 (publié au Journal officiel du 14 février 1992) Les épreuves

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Guide pour la prise en compte de la. biodiversité. dans la gestion forestière. es ml rr

Guide pour la prise en compte de la. biodiversité. dans la gestion forestière. es ml rr lb Guide pour la prise en compte de la biodiversité dans la gestion forestière es rr Préface... 2 Introduction... 3 1. Notion de biodiversité... 4 1.1 Définition.... 4 1.2 Pourquoi préserver la biodiversité?.........................

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

Driving Down Costs* - Stockage grande densité

Driving Down Costs* - Stockage grande densité * Réduire les coûts Driving Down Costs* - Stockage grande densité www.toyota-forklifts.fr stronger together* Réduire les coûts de stockage grande densité La gestion optimale de l'espace de stockage constitue

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

"La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston

La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs Walter Scott Houston "La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston F.Defrenne Juin 2009 Qu est-ce que la collimation en fait? «Newton»? Mais mon télescope est

Plus en détail

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L.

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L. Le réseau FRENE de Forêts Rhônalpines en Évolution NaturellE Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex Pourquoi constituer ce réseau? Les peuplements âgés, grâce à leur bois mort et à cavités,

Plus en détail

Opportunités pour les Autochtones sur le marché du travail

Opportunités pour les Autochtones sur le marché du travail Soumission au Comité permanent des ressources humaines du développement des compétences du développement social et de la condition des personnes handicapées (HUMA) Opportunités pour les Autochtones sur

Plus en détail

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES

Document de travail. La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES Documentdetravail La serre de VeRT-SeRRe ANNEXES 2010-2011 Ste Thérèse,le8octobre2010 Objet: Appeld offres Nousfaisonsappelàvosservicesafinquevousétablissiezunelistederecommandations dontnousdevronstenircomptelorsdelacréationdenosnouvellesserres.

Plus en détail

Forêts protectrices contre les dangers naturels

Forêts protectrices contre les dangers naturels Amt für Wald, Wild und Fischerei WaldA Protection contre les dangers naturels Schutz vor Naturgefahren Route du Mont Carmel 1, Case postale 155, 1762 Givisiez T +41 26 305 23 43, F +41 26 305 23 36 www.fr.ch/sff

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Arrêté concernant les dispositifs d'alarme contre les agressions, l'effraction et le vol

Arrêté concernant les dispositifs d'alarme contre les agressions, l'effraction et le vol 15 janvier 014 Arrêté concernant les dispositifs d'alarme contre les agressions, l'effraction et le vol Etat au 1 er janvier 014 Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi sur

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail