Soins à la jeune forêt et aux lisières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins à la jeune forêt et aux lisières"

Transcription

1 RÉPUBLIQUE ET CANTON DE NEUCHÂTEL DÉPARTEMENT DE LA GESTION DU TERRITOIRE SERVICE DES FORÊTS Soins à la jeune forêt et aux lisières (Edition janvier 2004) TABLE DES MATIERES page Introduction But des soins à la jeune forêt Tempérament de nos principales essences Critères de qualité, de vitalité et de stabilité; notion de candidat Définition des stades d'évolution de la jeune forêt Soins aux jeunes peuplements Soins aux recrûs Soins aux fourrés Soins aux perchis Soins aux cellules de rajeunissement dans les forêts étagées Enchaînement des activités et responsabilité en vue d'atteindre le but fixé Données d'ordre L'essentiel et le luxe! Soins aux lisières Définitions...28

2 2. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Introduction Les soins à la jeune forêt regroupent les interventions dans les jeunes peuplements jusqu'à un diamètre à hauteur de poitrine de 20 cm. Durant ces dernières années, la manière de conduire ces interventions a considérablement évolué. Ce fascicule, qui a vu le jour en 1990, en est aujourd'hui à sa quatrième édition. L'esprit sylvicole de la fin des années 1980, qui est à l'origine de ce document, est toujours parfaitement d'actualité; l'introduction de la première version comportait les deux paragraphes suivants: Les connaissances actuelles montrent qu'il ne s'agit pas de nettoyer ou d'embellir le sous-bois, mais plutôt de préserver un maximum d'arbres accompagnants et de ne couper que la végétation concurrente. Pour éviter dorénavant tout quiproquo, nous proposons d'abandonner le terme de "nettoiement" et d'utiliser l'expression plus précise de "soins à la jeune forêt". En 1996, de nombreuses adaptations résultant des observations et des expériences accumulées lors de divers cours de formation sont venues préciser et compléter le texte. L'édition 1999 de ce fascicule s'est enrichie d'un chapitre 8 relatif à la technique des soins aux lisières en vue de leur valorisation écologique. L'année 2003 a vu l'éclosion d'une nouvelle édition du présent fascicule. Celle-ci s'harmonise avec l'esprit et la nomenclature du document "Principes sylviculturaux", chapitre 5 du plan d'aménagement forestier (PAF), adopté par notre canton en Elle consacre la multifonctionnalité au niveau de chaque unité de gestion et, surtout, intègre les nouvelles connaissances et expériences acquises en matière d'automations biologiques et de soins modérés. Un chapitre 9: "Définitions" est également venu compléter ce manuel. Les termes définis dans ce dernier chapitre sont signalés par la couleur magenta la première fois qu'ils apparaissent dans le texte. Les mesures traditionnelles de soins à la jeune forêt enseignées depuis que nous pouvons qualifier de biologiquement optimales - sont désormais complétées, pour chaque stade d'évolution, par des mesures susceptibles de diminuer les coûts. En temps de pénurie des moyens, ces dernières sont particulièrement utiles. Elles sont encadrées d'un trait bleu dans le texte. 1. Buts des soins à la jeune forêt Le but premier des soins à la jeune forêt est de concentrer les forces de la nature sur les individus les plus prometteurs et de les éduquer en utilisant l'effet bénéfique des accompagnants. Les interventions dans les jeunes peuplements sont indispensables pour permettre de canaliser les ressources et les forces productives de la nature (soleil, CO 2, eau, sels minéraux) sur les individus les plus vigoureux et les mieux constitués en vue de garantir la vigueur et la stabilité de nos forêts et de produire, de façon soutenue, du bois de qualité.

3 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION De toutes les activités pratiquées en sylviculture, les interventions dans les jeunes peuplements sont les plus fondamentales car : - elles engagent l'avenir de la forêt à long terme, - elles se déroulent alors même que s'élaborent chez les arbres les aspects de forme et de qualité. Un autre but important des soins à la jeune forêt est de créer des peuplements diversifiés, hétérogènes, mélangés, riches en structures et microstructures. L'écosystème boisé sera d'autant plus stable, résistant et productif à long terme qu'il sera proche de la nature et complexe. Pour développer des forêts performantes, il n'y a pas d'autre "stratégie" que de ne pas faire partout la même chose. Il s'agit donc d'éviter toute mesure doctrinaire ou uniforme en veillant à laisser suffisamment de place à une sage créativité. Aussi la pratique de soins à la jeune forêt différenciés et discontinus au sein d'un même peuplement est essentielle en vue de préparer des forêts hétérogènes. Toute action sylvicole trop schématique conduit à l'homogénéisation et nuit au principe suivant: "la diversité des espèces passe par la diversité des biotopes et des structures". Une sylviculture multifonctionnelle et polyvalente considère qu'une partie seulement des arbres constituant le peuplement seront dévolus à une production de haute valeur ajoutée; d'autres seront appelés à satisfaire des fonctions différentes (accompagnement, diversité, esthétique, complexité,...). Dans notre canton, la recherche des formes les plus achevées et les plus harmonieuses de multifonctionnalité au niveau de chaque division, par la pratique d'une sylviculture respectueuse de la nature, prime l'accomplissement d'intérêts sectorisés. Forêt hétérogène, mélangée, tout à la fois productrice, accueillante, riche en biodiversité et protectrice.

4 4. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Tempérament de nos principales essences Le tableau ci-dessous résume les caractéristiques essentielles de nos principales essences. Essence Exigence en lumière Rapidité de croissance juvénile Forme de croissance Force de concurrence Durée de production Diamètre de la couronne à l'âge adulte Epicéa Essence de mi-ombre Moyenne Forte 120 ans 7 m (mi-lumière en montagne) Sapin Essence d'ombre Lente Forte 120 ans 8 m Pin sylvestre " de lumière Rapide Faible 150 ans 8 m Hêtre " d'ombre Lente ϒ Très forte 150 ans 9 m Alisier blanc " de lumière Moyenne Faible 110 ans 9 m Alisier torminal " de mi-lumière Lente Très faible 90 ans 9 m Tilleul " de mi-ombre Moyenne ϒ Forte 120 ans 10 m Orme " de mi-lumière Moyenne ϒ Moyenne 120 ans 10 m Erable " de mi-lumière Rapide Moyenne 110 ans 10 m Frêne " de mi-lumière Rapide Moyenne/Forte 90 ans 10 m Cerisier " de lumière Rapide Faible 90 ans 10 m Mélèze " de lumière Rapide Faible 150 ans 11 m Douglas " de mi-ombre Très rapide Très forte 110 ans 12 m Chêne " de lumière Lente ϒ Très faible 200 ans 12 m Bouleau Essence associative Très rapide Très faible 80 ans Sorbier des oiseleurs Essence associative Rapide essences Très faible 60 ans Saules Essence associative Très rapide pionnières Très faible 40 ans Tremble Essence associative Très rapide Très faible 40 ans Exigence en lumière : un arbre qui manque de lumière se reconnaît à sa pousse terminale : T = pousse terminale L = pousse latérale T < L Manque de lumière T > L Assez de lumière Plus l'exigence en lumière est élevée, plus la surface de jeune forêt devra être grande. Forme de croissance : croissance en longueur assurée par le bourgeon terminal tendance à former un axe continu pas de problème d'éducation (ép/sa/ér/frê/pin/mé) ϒ croissance en longueur assurée par un bourgeon latéral tendance à former un fût en zigzag et à s'étaler maintenir une densité suffisante en jeunesse (hê/chê/ti/or)

5 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Force de concurrence : seules les essences qui présentent la même force de concurrence et la même durée de production peuvent former des mélanges principaux judicieux. Il en va autrement des mélanges subordonnés (peuplement auxiliaire) ou transitoires (peuplement préliminaire). mélanges principaux possibles : Epicéa Sapin. Frêne Erable (à condition de contenir l'élan du frêne qui, à basse et moyenne altitudes, supplante aisément l'érable). Pin sylvestre Mélèze. Le chêne n'est pas sociable et faible de concurrence. En jeunesse il est préférable de l'élever en peuplement principal pur. Toutefois un accompagnement léger d'essences associatives (saules, bouleau, tremble, sorbier des oiseleurs), jouant un rôle de peuplement préliminaire, peut s'avérer favorable. Le hêtre est le plus fort de concurrence; il doit souvent être éliminé pour permettre aux autres essences de se développer. Peuplement auxiliaire = Mélange subordonné Peuplement préliminaire = Mélange transitoire

6 6. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Critères de qualité, de vitalité et de stabilité; Notion de candidat Qualité Vitalité Stabilité 1. Arbre : - dominant - vigoureux 2. Couronne : - dense - bien symétrique - sufisamment longue ( 1 / 3 h) 3. Branches : - fines - horizontales - bon élagage naturel - coefficient d'élancement h/d < 80 (en moyenne) 4. Fût : - droit - d'aplomb - traversant - cylindrique - pas de fourche endessous de 8 m - pas de fibre torse - pas de maladie (chancre) - pas de dégât (frayure) 5. Pied : - pas de blessure - pas d'écoulement de résine - bon enracinement Notion de candidat : A. Candidat : arbre bien conformé et en bonne santé (sur lequel il est possible de fonder nos espoirs pour l'avenir). B. Concurrent : arbre gênant le houppier d'un candidat. C. Accompagnant : arbre du peuplement auxiliaire très précieux pour l'éducation des tiges d'élite.

7 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Définition des stades d'évolution de la jeune forêt 4.1. Recrû strate arbustive - Le recrû est constitué de jeunes tiges dont les couronnes ne se touchent pas encore; il se situe au niveau de la strate herbacée et arbustive. - Il est menacé par les buissons, les hautes herbes, les plantes qui grimpent et qui s'agrippent. - On compte entre 100 et 5'000 sujets à l'are. - On distingue le recrû naturel du recrû "artificiel" = plantation. - Le stade du recrû prend fin au bout de 10 ans environ, ou dès que les plants se touchent. Ils atteignent alors une hauteur de 1,5 m environ. - Ce stade d'évolution correspond à la phase d'installation des plants, caractérisée essentiellement par le développement des racines Fourré Etage supérieur (dominant) Etage moyen (codominant) Etage inférieur (dominé) - Les jeunes arbres ont dépassé la strate arbustive. - Une concurrence mutuelle des cimes s'instaure. - Le jeu de la concurrence conduit à la formation de 2 ou 3 étages (= hiérarchisation). - On compte entre 50 et 100 sujets à l'are. Il est souvent très difficile de pénétrer dans les fourrés. D'autre part, dès que les tiges dépassent la hauteur des yeux, la vue d'ensemble du peuplement se perd. - Le stade du fourré se termine à 20 ans environ ou dès que les arbres atteignent 5 mètres de hauteur. - Ce stade d'évolution correspond à la phase d'élaboration de la bille de pied; c'est au stade du fourré que se prépare la forme des tiges.

8 8. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Perchis Peuplement principal Peuplement auxiliaire - Les branches vertes les plus basses sont à hauteur des yeux. - L'étagement engendre un peuplement principal et un peuplement auxiliaire. - On compte environ 40 tiges à l'are. - Le stade du perchis se termine à 30 ans environ ou lorsque le diamètre à hauteur de poitrine (DHP) atteint 20 cm. - Ce stade d'évolution correspond à la phase de formation de la couronne Cellule de jeunes arbres en futaie jardinée ou étagée - Cellule regroupant souvent les 3 stades de développement décrits précédemment. - Fréquemment en forme de cône avec son centre situé au milieu d'une petite trouée. - Perchis au centre dégradant régulièrement jusqu'au recrû en périphérie.

9 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Soins aux jeunes peuplements 5.1. Soins aux recrûs Objectifs Les soins effectués au stade du recrû doivent préparer un fourré de qualité et de composition déterminée. Pour qu'un traitement se justifie il faut être en présence d'une surface minimale d'un are, comportant des chances de développement. Les quatre principales mesures à ce stade sont : La protection contre la ronce, la végétation concurrente, contre les rigueurs du climat (chaleur, gel,...) et contre le gibier. L'élimination dosée des tiges malades et des rustres prédominants. Les tiges frayées sont à maintenir là où elles ne gênent pas. Le réglage du mélange. Le recépage. Les soins aux recrûs débutent dès que les plants passent de la strate herbacée à la strate arbustive. A ce stade, un regarnissage est encore possible. Protection contre les "mauvaises herbes" Dans la strate arbustive, les jeunes plants sont menacés de toutes parts : Herbe, fougère aigle, ronce, clématite, chèvrefeuille grimpant, rustres prédominants Règles - Les houppiers de la vieille futaie offrent une protection naturelle contre la "mauvaise herbe". - Les pousses terminales (flèches) doivent être protégées et éduquées. - Des dégâts ou dangers lors des interventions sont à éviter. Exemples : - précautions en cas de pousses non lignifiées. - un dégagement radical entraîne un excès de lumière. - Le "bon moment" pour pratiquer l'arrachage de la ronce est l'automne, avant les gelées, sur sol humide.

10 10. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Interventions - Ne couper que la "mauvaise herbe" qui gêne. Il ne faut pas perdre de vue que la "mauvaise herbe" protège, dans une certaine mesure, contre la chaleur et le gel et qu'elle fournit de la nourriture au gibier. Pour cette raison, il faut dégager les jeunes plants en entonnoirs. Elimination des tiges malades et des rustres prédominants Les rustres prédominants, dont les caractéristiques négatives s'affirment généralement de bonne heure, seront rabattus. Au stade du recrû, on veillera au maintien d'une densité suffisante de bois blancs du type saules, tremble, bouleau, sorbier des oiseleurs, etc. (essences associatives) qui jouent tout d'abord un rôle d'abri et d'ombrage à l'égard des recrûs et sont utiles tant qu'il ne deviennent pas trop encombrants. On se bornera à les émonder partiellement, puis à les couper à la base lorsqu'ils deviennent trop gênants. Ces essences jouent notamment un rôle de souffre-douleur ("paratonnerre") contre les dégâts du gibier. Veiller à maintenir les tiges frayées là où elles ne gênent pas. Réglage du mélange Au stade du recrû, la composition du peuplement se laisse encore facilement modifier. Le réglage du mélange des essences est donc primordial lors des soins aux recrûs. Avant toute intervention, il convient de connaître clairement l'objectif : Genre du mélange : Quelles essences peut-on mélanger? Exemple : épicéa - hêtre - érable Quelles espèces souhaite-t-on retrouver dans le peuplement principal au prochain stade d'évolution? Priorité des essences : A qualité égale, l'essence à favoriser. Règles - La sélection dans les recrûs sera négative; elle tendra plus à conserver les arbres de valeur qu'à les favoriser. Le sylviculteur veillera, lors des soins aux recrûs, à modérer son zèle, c'est-àdire à ne pas en faire trop. Il contrôlera la densité des plants, de manière à permettre une bonne éducation au stade du fourré.

11 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Recépage - Au stade du recrû, les tiges d'essences feuillues déformées par le gibier ou maltraitées lors de l'exploitation des bois, peuvent être recépées pour autant que l'on pratique cette mesure dans les règles de l'art. - L'âge le plus favorable pour pratiquer le recépage est le moment où le plant s'est installé, où ses racines se sont développées sans que cela se soit obligatoirement traduit par des pousses aériennes importantes. Pratiquement cet optimum se situe lors de l'arrêt de la végétation, entre la 3 e et la 4 e année. Le diamètre idéal de recépage pour l'érable et le frêne correspond à celui du pouce. Le nombre de rejets, fonction de la circonférence de la section, peut en effet être trop important sur les souches plus grandes. juste faux - Le recépage doit se faire pendant l'arrêt de la végétation, de préférence juste avant la montée de sève, soit fin février - début mars. La section doit se faire au sécateur ou à la serpe bien affûtée, ras terre, car les plus beaux rejets partent du collet et il est nuisible de multiplier leur nombre en pratiquant la section plus haut. - Les tiges recépées rejettent de souche avec vigueur, grâce à la présence d'un enracinement déjà bien développé et rattrapent les autres tiges. - Cette technique est adoptée pour les essences telles que le frêne, les érables, le cerisier, les tilleuls. - Le recépage est uniquement une technique de rattrapage à utiliser avec beaucoup de prudence. Elle devra être réservée aux régénérations ayant subi de gros dégâts répétés (abroutissements) et sur les tiges brisées par exemple par le passage d'engins. Dans le cas où la surface recépée est petite (< 5 ares), il conviendra de protéger les meilleurs rejets à mi-distance contre la dent du gibier. Mesures susceptibles de diminuer les coûts des soins aux recrûs Utiliser des techniques sylvicoles de rajeunissement tirant parti du couvert de l'ancien peuplement, essentiellement en vue de diminuer le nombre de plants dans les rajeunissements naturels. Mettre à profit ce que la nature offre gracieusement d'elle-même. Les vides momentanés ajoutent de la richesse à l'écosystème, il n'est pas forcément utile de les regarnir. Favoriser les mélanges adéquats, capables de se différencier eux-mêmes. Du fait qu'il devient souvent rapidement difficile de pénétrer dans les fourrés, il est important, en vue de soins modérés, que les mesures de réglage du mélange et d'élimination des rustres se fassent à un moment où l'on possède encore la vue d'ensemble du peuplement (stade du recrû début du fourré). Utiliser l'effet bénéfique des essences associatives. Une utilisation contrôlée des bouleaux, tremble, saules, sorbier des oiseleurs, provoque un effet plutôt stimulant et protecteur que concurrent sur les autres ligneux (effet de peuplement préliminaire). Dans les grandes surfaces de recrûs, les soins ne doivent pas forcément couvrir toute la surface. Il peut s'avérer intéressant d'instaurer des parcelles témoin nontraitées en vue de leur observation à long terme. Enrichissement par plantation (et protection) de hauts plants à distance définitive.

12 12. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Soins aux fourrés Objectifs Les soins pratiqués à ce stade ont pour but d'amener le fourré à un perchis présentant les caractéristiques suivantes : - Mélange d'essences convenant à la station - Arbres d'élite de haute valeur et vigoureux - Grande stabilité - Conservation du peuplement auxiliaire. Les soins aux fourrés commencent dès que la taille moyenne des plants atteint 1,5 mètre. Une concurrence mutuelle s'installe petit à petit. Principes 1. Le stade du fourré connaît une élimination du nombre de tiges et d'essences très forte. 2. Au stade du fourré apparaissent peu à peu les étages du peuplement. Les étages supérieur, moyen et inférieur constituent chacun environ 1 / 3 de la hauteur du peuplement. Etage supérieur Etage moyen Etage inférieur

13 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Les opérations culturales peuvent être de quatre types au stade du fourré : Sélection négative Au stade du fourré, les caractères de mauvaise qualité sautent facilement aux yeux. Ces caractères sont : - Malade ou blessé - Tige fortement courbe - Arbre penché - Fourche - Grosses branches - Croissance buissonnante - Rejet de souche - Prédominant (à ne supprimer que progressivement dans les stations à fort enneigement). La sélection négative peut être pratiquée plus tôt que la sélection positive. Elle s'utilise aussi longtemps que les arbres de valeur restent difficiles à déterminer. Une percée à partir de l'étage moyen est encore possible. Dans les jeunes fourrés serrés d'épicéa et de hêtre, les individus de valeur ne sont pas encore reconnaissables. C'est la raison pour laquelle on y pratique la sélection négative. Mesures Abattage ou étêtage des sujets de moindre valeur, uniquement dans l'étage supérieur. Lorsque les branches inférieures d'une tige de futaie recouvrent un massif de valeur, il est utile de pratiquer l'émondage cultural. Prendre garde à la faune, en évitant, dans la mesure du possible, de traiter les fourrés en période de nidification et de mise bas! Intervenir de préférence hors feuilles afin d'avoir une meilleure vue de la diversité et des qualités. Pour une question d'ergonomie, il est préférable de couper les tiges à hauteur de ceinture dans les fourrés. Il est conseillé également de rabattre les branches vertes des pieds coupés qui risquent de rejeter.

14 14. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Sélection positive Au stade du fourré, on distingue déjà, chez certains individus, des caractéristiques de bonne qualité : - Sain et intact - Droit, axe rectiligne sans fourche - Flèche élancée - Fin branchage (en particulier chez le hêtre et le pin) - Vigoureux, mais non prédominant - Port robuste. On commence la sélection positive dès que l'on peut déterminer des individus répondant à ces critères (= "candidats"). A ce moment-là, une percée à partir de l'étage moyen n'est plus guère possible. Chez les essences à croissance rapide telles que frêne et érable, on reconnaît déjà tôt les individus de bonne qualité. C'est pourquoi la sélection positive y débute plus tôt. Dans les fourrés clairs, on ne travaille qu'avec la sélection positive. Hêtre Chêne Les principales formes de ramification chez le hêtre et le chêne: a) Arbre à axe continu, long entre-noeud, dominance apicale élevée. b) Arbre à ramification fastigiée, en bouquet, tendant à former des rustres de forme grossière. c) Arbre fourchu dont l'axe a tendance à se ramifier. Hêtre à axe continu, parfaitement droit et cylindrique. Illustre un des objectifs majeur des soins qui seront apportés au fourré naturel qui s'est développé sous son abri.

15 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Mesures Choisir les "candidats" à intervalles réguliers égaux à l'espacement final. Espacements optimaux entre les "candidats" aux stades du fourré et du perchis Essence Nb/ha* Peuplement final Espacement optimal = distance définitive Epicéa m Sapin m Pin sylvestre m Hêtre, alisier blanc, alisier torminal m Frêne, érable, orme, tilleul, cerisier m Mélèze m Douglas m Chêne m * Nombre d'arbres d'élite à l'hectare dans le peuplement final exemplaire. La répartition des "candidats" en triangle permet d'en placer 15% de plus qu'une répartition en carré. Il est bien évident que les espacements indiqués ci-dessus sont des ordres de grandeur et que les critères de qualité priment toujours sur la répartition. En cas de difficulté à trouver les candidats à la distance définitive optimale, il est préférable de les chercher plutôt plus loin que plus près. Une concession sur la distance entre des "candidats" rapprochés se justifiera d'autant plus que leur qualité et leur capacité à produire des grumes de valeur seront élevées. Dégagement des "candidats" par suppression de leurs concurrents immédiats. Le réglage du mélange des essences est encore possible au stade du fourré. Mesure auxiliaire: la correction des cimes (= taille de formation) au sécateur peut être justifiée dans les fourrés de chêne, cerisier, tilleul, frêne, érable, orme et alisier, lorsque les déformations sont manifestes ou lorsque les "candidats" se trouvent mal répartis. Il est également possible de corriger les cimes fourchues des résineux (après dégâts de becs croisés p. ex.) Les corrections de cime sont très utiles, mais elles doivent être réalisées sans précipitation, c'est-à-dire deux ans après l'apparition des anomalies en cime. Ce délai permet de voir si une fourche ou une tête multiple semble persister et nécessite dès lors son élimination.

16 16. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Mesures susceptibles de diminuer les coûts des soins aux fourrés Ne choisir qu'un nombre minimal de "candidats", égal au peuplement final, c'est-àdire à espacement définitif. On peut même partir du principe de ne favoriser, pour la production de bois de qualité, qu'un nombre d'arbre inférieur au peuplement final optimal (principe de concentration), de manière à conserver aussi des essences importantes du point de vue des autres fonctions de la forêt. Ne pas découper les concurrents, mais les laisser "debout" pour qu'il se fassent mettre à terre par les forces de la nature, éventuellement les dévitaliser par annellation. Utiliser de façon contrôlée les essences associatives en vue: de diminuer le nombre, souvent trop élevé, d'individus à ce stade, de développer une certaine différenciation du peuplement, d'inhiber la végétation terrestre concurrente, de faire office de "souffre-douleur" contre les dégâts du gibier. L'utilisation contrôlée des essences associatives est promise à un bel avenir dans la pratique des soins à la jeune forêt. Le tour de main consiste à trouver la bonne densité de peuplement et la bonne proportion entre les essences. Eviter d'agir sur toute la surface en présence de vastes fourrés. Instaurer des surfaces témoin non-traitées en vue de leur observation à long terme. S'il se trouve suffisamment de prétendants de qualité, judicieusement répartis, une solution peut même être de remettre à la nature le destin du peuplement durant ce stade d'évolution. La seule mesure sera alors d'observer et de contrôler l'aptitude du peuplement à remplir l'objectif. Il peut s'avérer utile d'opter pour quelques actions ponctuelles et ciblées en faveur d'espèces faibles de concurrence qui, souvent, sont des espèces rares et précieuses Soins aux perchis Objectifs L'intervention culturale pratiquée dans les perchis, que l'on nomme éclaircie sélective, consiste, par un prélèvement régulier, à orienter l'accroissement de la forêt sur les arbres de qualité. Ceux-ci poussent alors plus vite et produisent du bois de plus grande valeur. L'éclaircie sélective démarre au stade du perchis, soit vers 20 ans environ, moment où le peuplement principal et le peuplement auxiliaire se distinguent bien l'un de l'autre.

17 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Principes 1. Le peuplement principal et le peuplement auxiliaire sont issus d'un combat naturel. Le peuplement principal ne comprend que des arbres de valeur provenant du fourré. Le peuplement auxiliaire se compose d'arbres de qualité inférieure et de croissance moindre. dominant codominant peuplement principal dominé sous-bois peuplement auxiliaire (= accompagnants) 2. L'accroissement est très largement fourni par le peuplement principal. Exemple : Dans les peuplements bien éclaircis, le peuplement principal produit jusqu'à 95% de l'accroissement. Les soins traditionnels aux perchis comportent les mesures suivantes : Sélection positive Lors de l'éclaircie, on ne pratique guère que la sélection positive. Encore faut-il que les soins aux fourrés aient été administrés correctement. Le sylviculteur procédera à la sélection positive en débutant toujours par les tiges les plus hautes du massif (peuplement principal). Les candidats choisis à espacement définitif seront désignés par un ruban (non permanent) de couleur. Un arbre d'élite présente les caractéristiques suivantes : - Adapté à la station - Dominant - Houppier couvrant 1 / 3 de la longueur de la tige - Branches fines, absence de gourmands - Tronc droit et sans tare, écorce fine - Vertical - Bon ancrage dans le sol - Sain et vigoureux - Ne se trouve pas directement en bordure d'un layon.

18 18. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Mesures auxiliaires - Eliminer les arbres malades et ceux qui sont fortement endommagés. - Abattre les "fouets" nuisibles. - Promouvoir le développement d'un peuplement auxiliaire capable d'éduquer les arbres d'élite. Importance du peuplement auxiliaire Un peuplement auxiliaire devrait en fait se trouver dans tout bon peuplement. Les fonctions de peuplement auxiliaire sont les suivantes : - Protection des arbres d'élite : (fonctions sylvicoles) Emballage des fûts (gainage) du peuplement principal, de manière à favoriser l'élagage naturel et à empêcher la formation de gourmands (surtout chez le chê, sa, frê, ér, hê, ti). Ombrage des fûts du peuplement principal prévenant les coups de soleil (surtout nécessaire pour les espèces à écorce fine: hê, ér, ép). "Les arbres d'élite devraient avoir leur houppier au soleil, leur tronc à l'ombre et leurs racines dans l'humidité". Amélioration du climat forestier, diminuant les risques de gélivure et favorisant le développement d'une structure fine du bois propre à fournir des assortiments de haute valeur. Protection des tiges d'élite contre les dégâts d'abattage et de débardage lors d'éclaircies. - Amélioration de la qualité de la station : (fonctions biologiques) Amélioration de l'humus par mélange de fane provenant de diverses espèces, la plupart améliorantes, favorisant l'activité biologique du sol. Amélioration de sol grâce à l'enracinement puissant et intense des arbres du peuplement auxiliaire. Ombrage du sol pour l'empêcher de se dessécher, de s'échauffer, de s'enherber ou de se faire envahir par les mauvaises herbes (ronces), particulièrement dans les vieux peuplements à fermeture légère. Enrichissement écologique. Le peuplement auxiliaire constitue un biotope pouvant héberger une faune variée (oiseaux, insectes, petits mammifères,...); il offre à la fois protection et nourriture. En bref : le rôle du peuplement auxiliaire consiste à "protéger sans concurrencer".

19 SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION Exigences envers le peuplement auxiliaire : Le peuplement auxiliaire doit être constitué d'essences d'ombre ou de miombre; les individus régressifs du peuplement principal (p.ex. chê, pins) ne sont pas appropriés. Les quatre espèces les plus aptes à former le peuplement auxiliaire sont: le charme, le tilleul à petites feuilles, le hêtre et le sapin. L'alisier blanc et le sorbier des oiseleurs peuvent être de bons accompagnants en forêt de montagne. Pour être vraiment efficace, le peuplement auxiliaire doit être en mesure de remplir ses fonctions jusqu'à la récolte du peuplement principal. Le peuplement auxiliaire doit être étagé; la tendance de certains individus à s'immiscer dans les cimes du peuplement principal doit être empêchée. A propos du lierre (selon D. Carbiener, 1995) Le lierre est une liane, c'est-à-dire qu'il n'est pas capable de se dresser de façon autonome et a besoin d'utiliser un arbre comme tuteur (contrairement à une idée répandue, ce n'est pas un parasite, il ne vit donc pas aux dépens de l'arbre tuteur). Son feuillage sombre occupe, autour du tronc et des branches principales du support, un espace que les feuilles de l'arbre n'utilisent pas: il y a partage de l'espace aérien pour l'utilisation de l'énergie solaire (il est très rare que le lierre étouffe l'arbre tuteur; lorsque le tuteur est en pleine croissance (juin), le lierre rentre en phase de repos et perd ses feuilles dont la décomposition rapide libère des éléments minéraux assimilables par les autres arbres de la forêt; lorsque l'arbre support entame sa phase de repos, le lierre entre en floraison (octobre) et utilise des ressources que n'exploite plus l'arbre: il y a partage des ressources minérales dans le temps. Le lierre est une espèce fondamentale pour l'écosystème forestier car il fructifie à une époque (hiver-printemps) où les autres végétaux n'ont plus de fruits et où les besoins, des oiseaux notamment, sont importants. Le lierre, véritable auxiliaire de la biodiversité!

20 20. SOINS À LA JEUNE FORÊT ET AUX LISIÈRES, VERSION 2004 Elagage de mise en valeur L'élagage de mise en valeur est une intervention artificielle qui complète l'élagage naturel. Il a pour but d'améliorer la qualité du bois (production de bois sans nœud). En vue d'augmenter la valeur des produits, l'élagage est particulièrement important, notamment dans les peuplements d'épicéa, de sapin, douglas, pins, cerisier et chêne. BON : la coupe est faite au ras du bourrelet Règles et précautions MAUVAIS : trop près, d'où problèmes de cicatrisation MAUVAIS : trop loin - N'élaguer que les arbres d'élite à l'espacement définitif. - Ne plus élaguer la zone du tronc où le diamètre dépasse 15 cm. L'élagage se pratique sur des perchis de bonne qualité, présentant peu de risques (neige, vent, pourriture). Il importe de commencer l'élagage tôt (DHP de 10 cm). On évitera de destiner à l'élagage les arbres situés sur les bords des layons de débardage. L'élagage s'effectue de préférence lorsque la cicatrisation des plaies sera la plus rapide, c'est-à-dire: - avant le départ de la végétation au printemps pour les résineux; - fin juillet, début août pour les feuillus. On ne peut assumer la responsabilité d'élaguer en période de végétation qu'à condition de travailler très soigneusement et d'opter pour l'échelle comme seul moyen d'escalade. Diamètre maximal de la branche à élaguer: 3 cm. Elaguer 3 fois dans un intervalle de 5 à 7 ans jusqu'à une hauteur maximale de 12 mètres. Pour prévenir les dégâts de frayure chez les résineux (épicéa, douglas, pins), il est utile de commencer l'élagage dès 1 mètre de hauteur.

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand?

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Présenté par: Yannick Loranger le 19 mars 2011 Définitions (http://www.siaq.org/_textes/elaguer_sans_charcuter.pdf) Taille : intervention pratiquée sur les

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Agriculteurs ou particuliers : L'entretien durable des haies ou le recours en grâce de la tronçonneuse

Agriculteurs ou particuliers : L'entretien durable des haies ou le recours en grâce de la tronçonneuse T RIEUX, L EFF, I C ET RUISSEAUX COTIERS Communiqué de presse Agriculteurs ou particuliers : L'entretien durable des haies ou le recours en grâce de la tronçonneuse Préambule Un arbre n'a pas besoin d'être

Plus en détail

Gestion patrimoniale des massifs forestiers

Gestion patrimoniale des massifs forestiers MF 1 Objectif(s) concerné(s) III.2.3 Milieux forestiers Gestion patrimoniale des massifs forestiers Favoriser une gestion sylvicole intégrant les enjeux de biodiversité et assurant la pérennité des habitats

Plus en détail

GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS

GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS Un suivi annuel à ne pas négliger Les arbres de plein champ demandent un suivi annuel. Les opérations régulières de tailles et d élagage sont les conditions

Plus en détail

Surface d observation sylvicole Üetliberg, Peuplement 10.26 (Grün Stadt Zürich)

Surface d observation sylvicole Üetliberg, Peuplement 10.26 (Grün Stadt Zürich) Fachstelle Waldbau (FWB) - Centre de compétence en sylviculture (CCS) Peter Ammann Pascal Junod ammann@bzwlyss.ch junod@cefor.ch 032 387 49 72 032 387 49 71 c/o Bildungszentrum Wald, Hardernstrasse 20,

Plus en détail

Depuis le printemps 2011, il est désormais obligatoire de se procurer un permis, et ce, gratuitement auprès de la Ville avant d abattre un arbre.

Depuis le printemps 2011, il est désormais obligatoire de se procurer un permis, et ce, gratuitement auprès de la Ville avant d abattre un arbre. Foresterie urbaine Les arbres, des alliés précieux en milieu urbain Il est essentiel de bien comprendre les différentes fonctions que peuvent remplir les arbres et les espaces boisés dans un paysage urbain.

Plus en détail

LA TAILLE DE L'OLIVIER

LA TAILLE DE L'OLIVIER LA TAILLE DE L'OLIVIER Vous vous demandez comment tailler un olivier La taille de l'olivier est simple. Nous distinguerons ici quatre types de taille. La taille de l'olivier est nécessaire non seulement

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Interventions de taille et de coupe sur les arbres plantés en milieu ouvert Taille de formation et élagage

Interventions de taille et de coupe sur les arbres plantés en milieu ouvert Taille de formation et élagage Interventions de taille et de coupe sur les arbres plantés en milieu ouvert Taille de formation et élagage Journée des ressources naturelles du MRNF Dimanche 19 octobre 2008 Dodick Gasser Consortium en

Plus en détail

Toutes les espèces ne supportent pas la taille.

Toutes les espèces ne supportent pas la taille. n 1 Lʼ ENTRETIEN DES ARBRES D ORNEMENT La taille est-elle obligatoire? Un arbre bien portant nʼa pas besoin dʼêtre taillé. En effet, un équilibre naturel sʼétablit entre son feuillage et ses racines. Toutefois,

Plus en détail

LIVRET de l Action N 2 Plantation d arbres

LIVRET de l Action N 2 Plantation d arbres ACTION 2 : Plantations d arbres bocagers LIVRET de l Action N 2 Plantation d arbres A vous de jouer! 1. Espèces et types de plantations Fiche technique Simulation de coût Cas spécifique des s associées

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES TECHNIQUES VOS QUESTIONS. Page

QUESTIONS-RÉPONSES TECHNIQUES VOS QUESTIONS. Page QUESTIONS-RÉPONSES N 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 TECHNIQUES A- LES PRÉALABLES TECHNIQUES Qui peut réaliser des travaux d'entretien VOS QUESTIONS Que signifient les termes "entretien",

Plus en détail

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER Mireille Feldtrauer-Molitor I N S T R U C T I O N S P O U R L É L A B O R AT I O N D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER

Plus en détail

Voici un extrait du plan de la forêt de Cerisy pour vous aider:

Voici un extrait du plan de la forêt de Cerisy pour vous aider: Livret familles Petit questionnaire pour découvrir en famille la forêt de Cerisy de façon amusante... Circuit bleu : 4 km environ Validé par l ONF Nous vous proposons d emprunter le circuit bleu balisé

Plus en détail

Constat de l état de santé des arbres et évaluation du risque.

Constat de l état de santé des arbres et évaluation du risque. Constat l état santé s arbres et évaluation du risque. À la man : Association s propriétaires du Camping Lac Vert Inc. 124 chemin du Pont Bois Val s Bois, Québec J0X 3C0 Préparé par : Pascal Aut, ing.f.

Plus en détail

MANUEL D'AMÉNAGEMENT FORESTIER

MANUEL D'AMÉNAGEMENT FORESTIER MANUEL D'AMÉNAGEMENT FORESTIER 4 e ÉDITION Publié conformément aux exigences de l'article 29 de la Loi sur les forêts (2001, chapitre 6) 2003 Ce document a été élaboré sous la responsabilité de la Direction

Plus en détail

Bricofiche 01.05 ELAGUER ET TRONçONNER LISTE DE MATERIEL PLANTES ET ARBUSTES LES ARBRES LES ARBRES LES FRUITIERS LES HAIES LES HAIES

Bricofiche 01.05 ELAGUER ET TRONçONNER LISTE DE MATERIEL PLANTES ET ARBUSTES LES ARBRES LES ARBRES LES FRUITIERS LES HAIES LES HAIES Bricofiche 01.05 ELAGUER ET TRONçONNER LISTE DE MATERIEL PLANTES ET ARBUSTES LES ARBRES LES ARBRES LES FRUITIERS LES HAIES LES HAIES LISTE DE MATERIEL LA SERPETTE Une seule règle pour cet outil, mais capitale:

Plus en détail

Tailler les arbres fruitiers à pépins

Tailler les arbres fruitiers à pépins Tailler les arbres fruitiers à pépins Pour aider à la mise à fruit et donner de la vigueur aux pommiers et poiriers, il est important de procéder à une taille régulière en respectant certaines règles.

Plus en détail

Le merisier. (Prunus avium) à bois

Le merisier. (Prunus avium) à bois Le merisier (Prunus avium) à bois 13 2 Le merisier (Prunus avium) Le merisier (Prunus avium) est un arbre de la famille des Rosacées, tout comme le poirier, le pommier et autres fruitiers. Il se distribue

Plus en détail

Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE. Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de

Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE. Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de l'aude Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE Service Urbanisme, Environnement et Développement durable des Territoires Unité Forêt, Biodiversité

Plus en détail

Cultiver les feuillus précieux pour récolter du bois de qualité : intensification de leur(s) sylviculture(s) par Géry van der Kelen, ing.f, M.B.A. École doctorale RP2E Laboratoire d Études Forêt-Bois École

Plus en détail

TECHNIQUES DE PROTECTION CONTRE LES CERVIDÉS

TECHNIQUES DE PROTECTION CONTRE LES CERVIDÉS TECHNIQUES DE PROTECTION CONTRE LES CERVIDÉS G. ARMAND Cet article ne traite que de la lutte contre les dégâts de cervidés. Les feuillus précieux sont particulièrement attaqués par les cerfs et les chevreuils.

Plus en détail

ANNEXE 3. "Préservation d'arbres-habitat" Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt

ANNEXE 3. Préservation d'arbres-habitat Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Service des forêts, de la faune et de la nature Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Chemin de la Vulliette 4 1014 Lausanne Directive N : IFOR-BIODIV-ARB.HAB-2012 ANNEXE 3 "" Date de création

Plus en détail

GREFFER EN FENTE ET EN COURONNEr les arbres et arbustes (en fente et en couronne)

GREFFER EN FENTE ET EN COURONNEr les arbres et arbustes (en fente et en couronne) GREFFER EN FENTE ET EN COURONNEr les arbres et arbustes (en fente et en couronne) Les greffes en fente (simple ou double) et en couronne sont des greffes dites «terminales». Le principe consiste à disposer

Plus en détail

FORESTERIE COURS DE SYLVICULTURE

FORESTERIE COURS DE SYLVICULTURE FORESTERIE COURS DE SYLVICULTURE LES REGIMES FORESTIERS FONCTIONNEMENTS D UNE FUTAIE 2010 2011 CARACTERISATION DES PEUPLEMENTS LES TECHNIQUES SYLVICOLES KONE F. Gestion des agroécosystèmes, Agrophysiologie

Plus en détail

Coupe et abattage d arbres et d arbustes

Coupe et abattage d arbres et d arbustes La suppression de l état boisé d une zone humide peut être faite dans un objectif paysager, agricole, parfois écologique 112 Coupe et abattage d arbres et d arbustes C ette fiche s attache à présenter

Plus en détail

Réglementation en vigueur concernant l abattage des arbres sur la ville de Neuilly-sur-Seine

Réglementation en vigueur concernant l abattage des arbres sur la ville de Neuilly-sur-Seine Réglementation en vigueur concernant l abattage des arbres sur la ville de Neuilly-sur-Seine Le Plan d occupation des Sols de la commune de Neuilly sur Seine stipule que : - L abattage d un arbre implanté

Plus en détail

LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION

LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION Article écrit par l'équipe des rédacteurs de Parlons Bonsai à partir d'une vidéo réalisée par Lolo31 du site www.parlonsbonsaï.com lors d'une conférence donnée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) LOT 3. Enlèvement des embâcles sur les cours d eau principaux et Léguer

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) LOT 3. Enlèvement des embâcles sur les cours d eau principaux et Léguer CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) LOT 3 Enlèvement des embâcles sur les cours d eau principaux et Léguer GROUPEMENT DE COMMANDE OBJET : Enlèvement des arbres tombés en travers des cours

Plus en détail

ENTRETIEN DES BOISÉS ET DES PLANTATIONS ENDOMMAGÉS PAR LA GLACE

ENTRETIEN DES BOISÉS ET DES PLANTATIONS ENDOMMAGÉS PAR LA GLACE ENTRETIEN DES BOISÉS ET DES PLANTATIONS ENDOMMAGÉS PAR LA GLACE Il y a souvent des tempêtes de verglas dans le Sud de l'ontario et elles jouent un rôle important dans le cycle naturel de la succession

Plus en détail

L élagage en question

L élagage en question collection conseils c.a.u.e. de la manche L élagage en question Orientations et méthodes pour améliorer la pratique de la taille des arbres Le développement trop important des branches près de façades

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution PRATIQUES relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution CADRE NORMATIF DESTINÉ AUX CLIENTS ET PROMOTEURS QUI RÉALISERONT LES TRAVAUX TABLE DES MATIÈRES 5

Plus en détail

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION une croissance rapide, un bois sain sans coloration et au tronc cylindrique ; des fûts de qualité sur 6 à 8 m, de minimum 150 cm de circonférence (absence de nœuds, cernes réguliers) ; 70 % à 90 % de la

Plus en détail

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Pôle Gestion Atelier technique «forêt» Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Vendredi 6 novembre 2015 La forêt de Chambaran 800 ha de hêtraie charmaie autour d un champ

Plus en détail

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré»

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» «Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» Calendrier de taille : Pour les arbustes à floraison printanière : Taille juste après la floraison. Pour les arbustes à floraison estivale

Plus en détail

Le cubage des arbres sur pied

Le cubage des arbres sur pied Le cubage des arbres sur pied Quand on prépare une coupe pour la vente, l estimation du volume des arbres à abattre est nécessaire. Le cubage peut se faire sur un arbre, comme dans le cas du volume des

Plus en détail

Réunion régionale Pro Silva France

Réunion régionale Pro Silva France Qui sommes-nous? Pro Silva France est une association de forestiers réunis pour promouvoir une sylviculture irrégulière, continue et proche de la nature (SICPN). Celle-ci est basée sur la gestion de la

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES À l'intérieur des zones RV-1, RV-2, RV-9, RV-10,

Plus en détail

REPLANTER. Guide pratique UNE HAIE COMMENT RÉALISER CETTE OPÉRATION? Le paysage bocager sur le canton de Pont-de-Veyle 1

REPLANTER. Guide pratique UNE HAIE COMMENT RÉALISER CETTE OPÉRATION? Le paysage bocager sur le canton de Pont-de-Veyle 1 Guide pratique www.cc-pontdeveyle.com REPLANTER UNE HAIE Après avoir été délaissé durant ces cinquante dernières années, le bocage a retrouvé tout son intérêt aux yeux de la société contemporaine. Ancré

Plus en détail

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Pour l économie forestière suisse, la culture d essences allochtones est pratiquement insignifiante. La part de forêt dominée par des essences

Plus en détail

La taille des arbres fruitiers

La taille des arbres fruitiers La taille des arbres fruitiers Françoise Van Roozendael, Michel Janssens 28/03/2015 Agenda Présentation Pourquoi tailler? Les différents types de taille Quelques conseils de base Quelle taille pratiquer?

Plus en détail

La signature d un bois de chauffage de qualité

La signature d un bois de chauffage de qualité La signature d un bois de chauffage de qualité Un gage de qualité pour le consommateur La charte Normandie Bois Bûche a été réalisée afin : de promouvoir un bois bûche de qualité en termes de rendement

Plus en détail

Pour les forêts, bois, et taillis de moins de dix hectares, le propriétaire peut adhérer librement au code des bonnes pratiques sylvicoles.

Pour les forêts, bois, et taillis de moins de dix hectares, le propriétaire peut adhérer librement au code des bonnes pratiques sylvicoles. DÉLÉGATION RÉGIONALE DU CENTRE NATIONAL DE LA PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE Recommandations 2 pour de bonnes pratiques sylvicoles Bonnes pratiques en renouvellement de peuplements Bonnes pratiques en futaie régulière

Plus en détail

Directive 1200.1 04.06.2012. Biodiversité en forêt

Directive 1200.1 04.06.2012. Biodiversité en forêt Amt für Wald, Wild und Fischerei WaldA Route du Mont Carmel 1, Case postale 155 1762 Givisiez T +41 26 305 23 43, F +41 26 305 23 36 www.fr.ch/sff, forets@fr.ch Directive 1200.1 04.06.2012 Biodiversité

Plus en détail

Fiche conseil. Comment planter et entretenir vos rosiers

Fiche conseil. Comment planter et entretenir vos rosiers Comment planter et entretenir vos rosiers Comment planter et entretenir vos rosiers Choisissez vos rosiers La rose, symbole de l amour pur ou passionné, reine des fleurs, a sa place dans chaque jardin.

Plus en détail

RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LA PROTECTION DES ARBRES. Article premier. Article 2. Article 3. Sont protégés:

RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LA PROTECTION DES ARBRES. Article premier. Article 2. Article 3. Sont protégés: RÈGLEMENT COMMUNAL SUR LA PROTECTION DES ARBRES Base légale Article premier Le présent règlement est fondé sur les articles 5, lettre b, et 6, alinéa 2, de la loi cantonale vaudoise sur la protection de

Plus en détail

L hiver a été exceptionnellement rude et vous avez

L hiver a été exceptionnellement rude et vous avez L hiver a été exceptionnellement rude et vous avez pu vérifier que les rosiers en général résistaient bien mieux aux grands froids que pas mal de variétés d arbustes un peu exotiques que les doux hivers

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

LA SYLVICULTURE PRO SILVA EN WALLONIE. Mesures et recommandations du DNF. Christine Sanchez Forêt Wallonne asbl

LA SYLVICULTURE PRO SILVA EN WALLONIE. Mesures et recommandations du DNF. Christine Sanchez Forêt Wallonne asbl LA SYLVICULTURE PRO SILVA EN WALLONIE Mesures et recommandations du DNF Document en complément à la circulaire n 2718 du 24.09.2013 relative aux mesures sylvicoles à suivre pour une gestion selon la sylviculture

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Manifeste en faveur des forêts de plantation en France

Manifeste en faveur des forêts de plantation en France Manifeste en faveur des forêts de plantation en France Vers une nouvelle conception de la politique forestière française Henry CHAPERON Qu est ce qu une forêt de plantation? La forêt de plantation se positionne

Plus en détail

LE REBOISEMENT. H. de ROCHEBOUET

LE REBOISEMENT. H. de ROCHEBOUET LE REBOISEMENT H. de ROCHEBOUET Les aides au reboisement accordées par le Fonds forestier national sont destinées à financer la création et l'équipement de forêts de production, soit en étendant la surface

Plus en détail

Le bois énergie, une filière d avenir

Le bois énergie, une filière d avenir Le bois énergie, une filière d avenir Combustible de qualité et moyen de chauffage performant, le bois dit énergie revient de plus en plus dans nos maisons. Face aux enjeux environnementaux actuels, il

Plus en détail

PRINCIPAUX RÉSULTATS DE SIX ANNÉES D OBSERVATION DES PROBLÈMES PHYTOSANITAIRES DANS LES PLANTATIONS FORESTIÈRES DE L ANNÉE

PRINCIPAUX RÉSULTATS DE SIX ANNÉES D OBSERVATION DES PROBLÈMES PHYTOSANITAIRES DANS LES PLANTATIONS FORESTIÈRES DE L ANNÉE Département de la santé des forêts décembre 2013 BILAN DE LA SANTÉ DES FORÊTS EN 2013 PRINCIPAUX RÉSULTATS DE SIX ANNÉES D OBSERVATION DES PROBLÈMES PHYTOSANITAIRES DANS LES PLANTATIONS FORESTIÈRES DE

Plus en détail

TROISIEME CONFERENCE MINISTERIELLE POUR LA PROTECTION DES FORETS EN EUROPE

TROISIEME CONFERENCE MINISTERIELLE POUR LA PROTECTION DES FORETS EN EUROPE TROISIEME CONFERENCE MINISTERIELLE POUR LA PROTECTION DES FORETS EN EUROPE RECOMMANDATIONS PANEUROPEENNES POUR UNE GESTION FORESTIERE DURABLE AU NIVEAU OPERATIONNEL Adopté au niveau des experts à la Cinquième

Plus en détail

Sur Terre, les arbres existaient à l état sauvage et s épanouissaient. une taille au-dessus. arbres et techniques

Sur Terre, les arbres existaient à l état sauvage et s épanouissaient. une taille au-dessus. arbres et techniques une taille au-dessus Au-delà du côté spectaculaire de leur métier, les arboristes grimpeurs sont avant tout des amoureux de l arbre. Découverte Sur Terre, les arbres existaient à l état sauvage et s épanouissaient

Plus en détail

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés Panorama de la forêt alsacienne Taux de boisement Volume sur pied Principales essences Diversité Propriétaires publics Propriétaires privés Tempête de 1999 Récolte Edition 2005 Bienvenue au cœur d une

Plus en détail

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région

La forêt française. Rhône-Alpes. Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009. Les résultats pour la région La forêt française Les résultats issus des campagnes d'inventaire 2005 à 2009 Les résultats pour la région Rhône-Alpes 2 TOME Rhône-Alpes : les résultats régionaux Sommaire 1 La région Rhône-Alpes 1.1

Plus en détail

Les plants forestiers 1. La reprise et la croissance d un plant SYLVICULTURE. Précautions préalables à la mise en terre 1. DÉLAI 2.

Les plants forestiers 1. La reprise et la croissance d un plant SYLVICULTURE. Précautions préalables à la mise en terre 1. DÉLAI 2. Les plants forestiers 1 préalables à la mise en terre par Pascal Balleux 2 et Philippe Van Lerberghe 3 La reprise et la croissance d un plant forestier sont bonnes à condition de veiller à la qualité des

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

3 Glissements de terrain, érosion, laves torrentielles

3 Glissements de terrain, érosion, laves torrentielles 3 Glissements de terrain, érosion, laves torrentielles 3.1 Profil d exigences pour la forêt en rapport avec les glissements de terrain, l érosion et les laves torrentielles 3.2 Glissements de terrain 3.3

Plus en détail

Laurent Gagné Luc Lavoie

Laurent Gagné Luc Lavoie Comparaison des caractéristiques dendrométriques, du panier de produits et des coûts d opération de différentes modalités d éclaircie commerciale mécanisée en plantation dans le Bas-Saint-Laurent Laurent

Plus en détail

Planification des interventions de récolte

Planification des interventions de récolte Planification des interventions de récolte L a planification des interventions de récolte est une étape importante. Une bonne connaissance des caractéristiques du secteur de récolte, le choix du moyen

Plus en détail

POTENTIEL GLOBAL ANNUEL DE BOIS ENERGIE DES FORETS NEUCHATELOISES. (pour le chauffage automatique) 120'000 m 3

POTENTIEL GLOBAL ANNUEL DE BOIS ENERGIE DES FORETS NEUCHATELOISES. (pour le chauffage automatique) 120'000 m 3 POTENTIEL GLOBAL ANNUEL DE BOIS ENERGIE DES FORETS NEUCHATELOISES (pour le chauffage automatique) 120'000 m 3 DE PLAQUETTES (BOIS DECHIQUETE) = 60'000 m 3 UTILISES + 60'000 m 3 DISPONIBLES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS

NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS Un réseau électrique sous pression MAÎTRISER LA VÉGÉTATION POUR RÉDUIRE LA FRÉQUENCE ET LA DURÉE DES INTERRUPTIONS Près de 40 % des pannes d électricité sont causées

Plus en détail

Potentiel d utilisation du système MSCR pour aménager les forêts feuillues et mélangées

Potentiel d utilisation du système MSCR pour aménager les forêts feuillues et mélangées Photo : L. Gaboriaul Potentiel d utilisation du système MSCR pour aménager les forêts feuillues et mélangées Bruno Boulet, ing. f. 85 e congrès de l OIFQ Hôtel Chéribourg, 27-29 septembre 2006 Plan Problématique

Plus en détail

Travaux sylvicoles non commerciaux. Saison 2014-2015. Devis technique d inventaire avant traitement

Travaux sylvicoles non commerciaux. Saison 2014-2015. Devis technique d inventaire avant traitement Devis technique d inventaire avant traitement Travaux sylvicoles non commerciaux Saison 2014-2015 Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs Unité de gestion Estrie Mai 2014 1 Inventaire avant traitement

Plus en détail

Les objectifs de gestion assignés aux forêts

Les objectifs de gestion assignés aux forêts Les objectifs de gestion assignés aux forêts On distingue : les objectifs d intérêt général les objectifs du propriétaire FOGEFOR 2009/2010 Extraits du SRGS I. LES OBJECTIFS D INTERET GENERAL Pour la forêt

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Les forêts face aux changements climatiques : Anticiper, s Adapter et Agir avec BIOCLIMSOL. Jean Lemaire CNPF IDF Lyon. jean.lemaire@cnpf.

Les forêts face aux changements climatiques : Anticiper, s Adapter et Agir avec BIOCLIMSOL. Jean Lemaire CNPF IDF Lyon. jean.lemaire@cnpf. Les forêts face aux changements climatiques : Anticiper, s Adapter et Agir avec BIOCLIMSOL Jean Lemaire CNPF IDF Lyon jean.lemaire@cnpf.fr FORET : TEMPS de PRODUCTION LONG > 40 ans = SENSIBILITE ELEVEE

Plus en détail

LES PLANS DÉMÉNAGEMENT OU PLANS DE GESTION ADAPTÉS AUX CONDITIONS PARTICULIÈRES DE LA FORÊT PRIVÉE

LES PLANS DÉMÉNAGEMENT OU PLANS DE GESTION ADAPTÉS AUX CONDITIONS PARTICULIÈRES DE LA FORÊT PRIVÉE 756 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE LES PLANS DÉMÉNAGEMENT OU PLANS DE GESTION ADAPTÉS AUX CONDITIONS PARTICULIÈRES DE LA FORÊT PRIVÉE (2 e partie) PAR L BOURGENOT. Chef du service des forêts soumises au régime

Plus en détail

Olten 20 mars 2015. Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts

Olten 20 mars 2015. Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts Olten 20 mars 2015 Canton de Neuchâtel : exploitation des données LIDAR pour les forêts 1 Neuchâtel, un pays forestier Couverture boisée : 37% du Forêts territoire Propriété : 57% de forêts publiques et

Plus en détail

Le fascicule de gestion forestier

Le fascicule de gestion forestier Institut National de la Recherche Forestière Arboretum de Bainem BP 37 Cheraga. Alger Le fascicule de gestion forestier Hamani A Plan I. Introduction II. Etats du fascicule de gestion III. Intitulé des

Plus en détail

Etude de la ressource forestière et des disponibilités en bois en Normandie

Etude de la ressource forestière et des disponibilités en bois en Normandie N. Site Année Direction de la Valorisation B.P. 11 152 rue de Cantaben - Maurin 34972 LATTES CEDEX Tél. 4.67.7.8.86 Télécopie : 4.67.7.8.91 e-mail : dv@ifn.fr Etude de la ressource forestière et des disponibilités

Plus en détail

Peuplements forestiers

Peuplements forestiers Peuplements forestiers feuillus des collines alsaciennes typologies et sylvicultures Avant-Propos du Conseil Régional Après les guides de sylviculture des peuplements du massif vosgien, des plaines alluviales,

Plus en détail

Sommaire. Ainsi, il participe pour 10 ans au processus de gestion durable des forêts de la région Île-de-France.

Sommaire. Ainsi, il participe pour 10 ans au processus de gestion durable des forêts de la région Île-de-France. Qui peut adhérer? Les propriétaires de bois et forêts de moins de 10 ha qui ne sont pas gérés conformément à un règlement type de gestion approuvé, Les propriétaires de bois et forêts de surface comprise

Plus en détail

PROTECTEURS POUR JEUNES FEUILLUS LES EXPÉRIENCES D'UN PRODUCTEUR

PROTECTEURS POUR JEUNES FEUILLUS LES EXPÉRIENCES D'UN PRODUCTEUR PROTECTEURS POUR JEUNES FEUILLUS LES EXPÉRIENCES D'UN PRODUCTEUR La première version de cette note fut préparée en 2004 pour le congrès annuel de l'association forestière des Cantons de l'est (AFCE). Je

Plus en détail

PRODUCTION d ERABLES de QUALITE SUPERIEURE et leur EDUCATION

PRODUCTION d ERABLES de QUALITE SUPERIEURE et leur EDUCATION Cours de formation continue sur la PRODUCTION d ERABLES de QUALITE SUPERIEURE et leur EDUCATION Ce cours est organisé et donné par Forstbetriebsgemeinschaft Unterer Hauenstein Hauensteinstrasse 14, Postfach

Plus en détail

Mairie de Gradignan Service des Parcs et Forêts CONSULTATION POUR L'ELAGAGE ET L'ABATTAGE D'ARBRES. Cahier des Clauses Techniques Particulières

Mairie de Gradignan Service des Parcs et Forêts CONSULTATION POUR L'ELAGAGE ET L'ABATTAGE D'ARBRES. Cahier des Clauses Techniques Particulières Mairie de Gradignan Service des Parcs et Forêts CONSULTATION POUR L'ELAGAGE ET L'ABATTAGE D'ARBRES Cahier des Clauses Techniques Particulières Article 1 : Objet du marché La présente consultation a pour

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE

DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE DES FORÊTS POUR LE GRAND TÉTRAS GUIDE DE SYLVICULTURE 2 ÉDITO C R C - M C Daniel BEGUIN Jean-Marie HARAUX Jean-Pierre RENAUD Henri PLAUCHE GILLON 3 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 PARTIE 1 : DESCRIPTION DE L ESPÈCE

Plus en détail

Recommandations pour la formation Entreprises forestières/ entrepreneurs forestiers

Recommandations pour la formation Entreprises forestières/ entrepreneurs forestiers Recommandations pour la formation Entreprises forestières/ entrepreneurs forestiers Stage préliminaire pour l accès à la filière Sciences forestières (BSc HESB en foresterie) à la Haute école des sciences

Plus en détail

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES Fréquemment, les citoyens nous demandent quelles sont les distances à respecter pour planter une haie ou une barrière. Vous trouverez ci-dessous quelques

Plus en détail

La Qualité extérieure des plants 1

La Qualité extérieure des plants 1 La Qualité extérieure des plants 1 par Pascal Balleux 2 et Philippe Van Lerberghe 3 Si la réussite d une plantation repose en tout premier lieu sur le choix d essences et de provenances génétiques adaptées

Plus en détail

POUR RÉDUIRE LES ODEURS

POUR RÉDUIRE LES ODEURS PLAN DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES DE LA FPPQ Écrans boisés FICHE TECHNIQUE NO 6 CETTE FICHE VISE À FOURNIR DES INFORMATIONS TECHNIQUES EN LIEN AVEC LE PLAN DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

Les tailles de formation et l élagage des plants feuillus

Les tailles de formation et l élagage des plants feuillus Plantation 6 de feuillus nobles Les tailles de formation et l élagage des plants feuillus Lorsqu un propriétaire décide de s engager dans une plantation de feuillus nobles, c est pour produire du bois

Plus en détail

Le chauffage au bois déchiqueté

Le chauffage au bois déchiqueté Un mode de chauffage moderne et non polluant en pleine expansion Le chauffage au bois déchiqueté Qualiflam Bois La Croix de la Cadoue - 86240 Smarves 05 49 52 23 08 La Région Poitou-Charentes s est fixé

Plus en détail

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles

Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles OBJET : Perte de superficies ayant fait l objet de traitements sylvicoles Numéro de la politique : FMB 017 2006 Numéro du dossier : 836 00 0003 Date d entrée en vigueur : 1 er septembre 2006 Date de révision

Plus en détail

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description :

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description : Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire L habitat principal est l habitat qui est en surface le plus représenté dans la zone décrite. L habitat secondaire est décrit

Plus en détail

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ Réaliser vos aménagements paysagers en toute sécurité. Zones de rusticité L hiver,

Plus en détail

Réseau de sylviculteurs/trices en faveur des bois précieux. Documentation du cours 3 : l érable ondé

Réseau de sylviculteurs/trices en faveur des bois précieux. Documentation du cours 3 : l érable ondé Documentation du cours 3 : l érable ondé Description de l onde Indications Seulement une petite fraction des érables présente ce caractère ( 1/500 ou 1/1000 ) Nous chercherons à identifier une sinusoïde

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail