Création d un leadership ouvert aux deux sexes dans le secteur des mines et des ressources CENTRE FOR WOMEN IN POLITICS AND PUBLIC LEADERSHIP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Création d un leadership ouvert aux deux sexes dans le secteur des mines et des ressources CENTRE FOR WOMEN IN POLITICS AND PUBLIC LEADERSHIP"

Transcription

1 Création d un leadership ouvert aux deux sexes dans le secteur des mines et des ressources CENTRE FOR WOMEN IN POLITICS AND PUBLIC LEADERSHIP Novembre 2012

2 UN MOT DE LA DIRECTRICE ADMINISTRATIVE C est avec plaisir que nous vous présentons cet ouvrage de référence sur la création d un leadership ouvert aux deux sexes dans le secteur des mines et des ressources. Notre centre a comme mission de faire progresser les connaissances sur le leadership féminin au Canada en vue de faciliter les efforts à mettre de l avant pour accroître la participation des femmes à tous les paliers décisionnels. Je remercie sincèrement l organisme Women in Mining Canada et Xstrata Nickel d avoir accordé leur soutien à la préparation de cet ouvrage. L industrie minière est importante au Canada, et pourtant les femmes y sont encore largement sous-représentées à tous les échelons. Le recrutement, le maintien en poste et la promotion des femmes posent de véritables défis. L industrie minière a maintenant l occasion de faire preuve de leadership et de capitaliser sur le potentiel que représentent les femmes, en nommant davantage de femmes aux conseils d administration des sociétés minières et en leur confiant des postes de direction et même des postes de niveau d entrée. Ce rapport révèle à la fois les défis que posent la situation et les voies à emprunter pour aller de l avant. Nous avons été très heureux de constater l intérêt que le rapport a suscité non seulement auprès des hauts dirigeants de l industrie, mais aussi dans d autres secteurs, notamment l administration publique, les milieux syndicaux et universitaires, le secteur non lucratif et les organisations autochtones. Ce rapport a été rendu possible grâce à la volonté de tous les secteurs de contribuer à la promotion du leadership féminin. Les partenariats sont importants pour atteindre l objectif de leadership ouvert aux deux sexes. J encourage tous les acteurs de notre société à collaborer pour atteindre cet objectif important. Clare Beckton Directrice administrative Centre for Women in Politics and Public Leadership

3 UN MOT DU PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION DE XSTRATA NICKEL, IAN PEARCE À Xstrata, nous sommes déterminés à faire une véritable différence en appuyant le virage qui s opère dans l industrie minière. La promotion d un milieu de travail diversifié et ouvert aux deux sexes nous enthousiasme. L ouvrage de référence que constitue le rapport Création d un leadership ouvert aux deux sexes dans le secteur des mines et des ressources nous est présenté à un moment charnière dans l histoire de notre industrie. Le succès à long terme de l industrie minière repose sur sa capacité à attirer, à mettre à contribution et à fidéliser une main-d œuvre efficace et engagée. Notre industrie est confrontée à une pénurie de main-d œuvre qui, si nous ne nous mettons pas tout en œuvre pour y remédier, risque de nuire à notre compétitivité et à notre durabilité. Or, en dépit de cette pénurie imminente, les femmes restent largement sous-représentées dans notre industrie. Ce rapport nous met sur une multitude de pistes pour créer un cadre de travail qui favorise et valorise une main-d œuvre plus diversifiée entre les sexes. La logique d affaires est implacable : nous devons attirer et retenir les meilleurs talents pour contribuer à la durabilité de notre secteur, en nous constituant une main-d œuvre compétitive à l échelle mondiale et menée par des dirigeants qui ont le courage de reconnaître les avantages d un leadership diversifié et ouvert aux deux sexes. De la façon dont je vois les choses, nous devons saisir l occasion de faire de l inclusion des femmes une partie intégrante des principes mis de l avant par notre industrie. J invite nos plus hauts dirigeants à faire preuve d audace et à concrétiser les idées et les recommandations que contient le rapport. Le temps est venu d agir et d instaurer des changements qui se font attendre depuis trop longtemps. Des rapports de cette qualité ne se rédigent pas par magie, et je m en voudrais de ne pas souligner le travail du Centre for Women in Politics and Public Leadership de l Université Carleton, qui a été le fer de lance de cette initiative. Je tiens également à remercier toute mon équipe de spécialistes à Xstrata Nickel pour l appui et l aide que chacun a apportés à ce projet depuis ses débuts. Enfin, j exprime ma sincère gratitude à l égard des personnes, associations et partenaires de l industrie qui ont participé aux entrevues, groupes de discussion et conférences, et qui n ont pas hésité à partager en toute franchise leurs expériences et leurs recommandations. Chacun de vous a agi comme un catalyseur de changement et, au nom de l ensemble de l industrie minière, nous vous remercions.

4 À PROPOS DU CENTRE FOR WOMEN IN POLITICS AND PUBLIC LEADERSHIP Le Centre for Women in Politics and Public Leadership de l Université Carleton fait la promotion du leadership public des femmes en offrant des possibilités de formation, de perfectionnement et de recherche de pointe. Le centre collabore avec divers partenaires en vue d intégrer, de renforcer et de faire progresser la réflexion critique et les travaux en cours visant à accroître l influence et le leadership des femmes dans la vie publique, au Canada et à l échelle internationale. À PROPOS DES AUTEURS Umut Riza Ozkan est titulaire d un doctorat de la School of Public Policy and Administration de l Université Carleton et chercheur au Centre for Women in Politics and Public Leadership. Clare Beckton est la directrice administrative du Centre for Women in Politics and Public Leadership. Après avoir enseigné le droit, elle a occupé des postes de direction dans l administration publique fédérale, notamment à titre de sous-procureure générale adjointe aux Affaires autochtones et de coordonnatrice et chef d organisme de Condition féminine Canada. Membre du Women s Leadership Board de l Université Harvard et du comité directeur du Conseil canadien pour la diversité administrative, Mme Beckton est en outre vice-présidente du conseil d administration, présidente du comité de gouvernance et membre des comités de direction de l Hôpital Queensway Carleton. Auteure de nombreux articles sur la Charte canadienne des droits et des libertés, elle possède une expérience considérable des questions liées au leadership organisationnel, à la gouvernance, à la diversité en milieu de travail, à l égalité entre les sexes, aux droits de la personne et aux enjeux relatifs aux Autochtones. Lauréate en 2008 du prix décerné par le Réseau des femmes exécutives aux 100 femmes les plus influentes du Canada, elle a également reçu le prix Woman of the Year de la Federated Press, en reconnaissance de ses réalisations exceptionnelles et de son leadership, ainsi qu une médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération du Canada. REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier la société Xstrata Nickel, qui a rendu possibles la publication de ce rapport et l atelier tenu dans le cadre des Critical Conversations, non seulement pour son soutien financier, mais également pour sa collaboration à la réussite de l atelier, ainsi que pour son rôle de chef de file dans le développement d un leadership ouvert aux deux sexes, à Xstrata et dans l ensemble de l industrie. Nous souhaitons également remercier tous les membres des sociétés Xstrata Nickel, Goldcorp et IAMGold qui ont pris le temps de participer à une entrevue ou à un groupe de discussion. Leurs opinions ont considérablement enrichi notre recherche. Merci à l organisme Women in Mining Canada d avoir pris part à l atelier et de nous avoir permis d utiliser les résultats de ses recherches. Ses efforts pour attirer les femmes dans le secteur minier répondent à la fois aux aspirations des femmes et à celles de l industrie. Merci également à tous les leaders d opinion qui ont pris le temps de venir à l Université Carleton et de partager avec nous leurs connaissances, leur expérience et leurs idées dans le cadre de l atelier. Ils ont apporté une contribution inestimable à ce rapport.

5 TABLE DES MATIÈRES 5 Résumé 11 I. Introduction 13 II. Situation et expérience des femmes dans l industrie minière canadienne 25 III. Revue de la littérature internationale sur les femmes et les mines : stratégies 27 IV. Résultats de l atelier 31 V. Recommandations 33 VI. Conclusion La voie à suivre 34 Annex A - Questions débattues dans le cadre des entretiens et de l atelier 36 Annex B - Pratiques exemplaires à l échelle internationale 48 Bibliographie TABLEAUX ET FIGURES 14 Tableau 1 : Prévisions sur les besoins en matière d embauche dans l industrie minière canadienne d ici 2013, 2016 et Tableau 2 : Pourcentage de femmes parmi les cadres supérieurs et les employés de différents secteurs d activité au Canada en Figure 1 : Proportion de femmes dans certains emplois de l industrie minière au Canada en Figure 2 : Domaines d emploi de la main-d œuvre autochtone par sexe au Canada en 2006

6 5 RÉSUMÉ Le Canada joue un rôle de premier plan dans l industrie minière mondiale, grâce à la production de plus de 60 types de minéraux et de métaux. L industrie minière du Canada apporte une contribution importante à l économie canadienne, sa valeur ayant représenté 4,5 % du produit intérieur brut et 23 % des exportations du pays en L industrie sera toutefois bientôt confrontée à des problèmes importants, dont de graves pénuries de main-d œuvre dues au vieillissement de ses effectifs, qui exigeront le recrutement intensif de nouveaux talents. Selon le rapport Prévisions sur l emploi et l embauche dans l industrie minière canadienne (2011), l industrie minière aura besoin de nouveaux travailleurs d ici 2016 et devra en recruter d ici En dépit de la pénurie de main-d œuvre imminente, les femmes restent sousreprésentées dans toutes les catégories d emploi de l industrie, des postes au niveau d entrée aux postes de leadership. En fait, la proportion de femmes qui a été d environ 15 % au cours des 14 dernières années est très faible comparativement à d autres secteurs clés de l économie : mines (18,6 %), services (71,86 %), administrations publiques (47,70 %), fabrication (21,70 %), énergie (24,56 %), finances (61,53 %), tourisme et transport (45,21 %). L emploi des femmes dans l industrie minière a légèrement augmenté, pour passer d environ 14 % en 1988 à 18,6 % en En 2007, 24 % des diplômées universitaires avaient étudié dans un domaine lié à l ingénierie ou à la technologie et 9 % des apprenties ayant obtenu une qualification professionnelle avaient suivi une formation dans un métier spécialisé à prédominance masculine. On pourrait donc s attendre à retrouver la même proportion dans les postes correspondants de l industrie minière. Or, en 2006, les femmes ne comptaient que pour 5 % des travailleurs exerçant ces métiers et professions dans l industrie, ce qui semblerait indiquer que d autres obstacles, en plus de la pénurie de main-d œuvre féminine, limitent la participation des femmes à l industrie minière.

7 6 Ces métiers et professions techniques ont une importance particulière pour l avenir de l industrie minière au Canada, car ils représenteront, selon les estimations du rapport Prévisions sur l emploi et l embauche dans l industrie minière canadienne (2011), environ 73 % de l ensemble des besoins d embauche de l industrie minière d ici 2016 et 2021, contre seulement 7,3 % en ce qui concerne les «professions libérales et du domaine des sciences». D autres facteurs, au-delà du niveau général de participation des femmes à l industrie, doivent être pris en considération pour comprendre la sousreprésentation des femmes aux postes de cadres supérieurs et de dirigeants. La revue de la littérature internationale sur les femmes dans le secteur minier a fait ressortir les obstacles que les femmes doivent surmonter, en particulier pour accéder à des postes de leadership. Des entrevues et des groupes de discussions avec des hommes et des femmes de l industrie ont confirmé l existence de ces obstacles et permis de mieux comprendre le travail à faire pour que la situation change. Les résultats des entretiens et de la revue de la littérature relative à l industrie minière et à d autres secteurs montrent clairement la nécessité d adopter une approche globale qui s attaque simultanément aux multiples facteurs responsables de la sous-représentation des femmes aux postes de leadership. Cette approche conteste la validité des arguments basés sur l offre et la demande selon lesquels la sous-représentation des femmes ne serait attribuable qu à un bassin de talents insuffisant. En fait, la culture traditionnellement masculine qui imprègne les valeurs professionnelles, les styles de travail et les modes de communication, ainsi que l absence de soutien à la gestion des responsabilités familiales, représentent des obstacles importants à l accession des femmes à des postes de direction.

8 7 CONSTATATIONS 1. Les femmes sont sous-représentées aux postes de haute direction et au sein des conseils d administration. L absence de femmes appartenant à un groupe minoritaire à ces échelons est en outre particulièrement remarquable. 2. Il y a des différences importantes entre les cadres masculins et féminins quant au style de leadership. Les cadres féminins utilisent plus souvent une approche axée sur la collaboration, alors que les cadres masculins ont davantage recours à l autorité ou à la confrontation. 3. La culture en milieu de travail exerce une pression considérable sur les femmes, qui ont le sentiment de devoir faire leurs preuves en travaillant plus fort que les hommes. 4. Comme la plupart des femmes qui travaillent pour des sociétés minières y assument des fonctions de soutien ou de service (p. ex. dans les domaines des ressources humaines, des communications, de la comptabilité ou des finances), elles ont souvent du mal à accéder aux postes de cadres supérieurs, qu on a plutôt tendance à offrir aux employés des secteurs opérationnels. 5. La nouvelle génération est plus à l aise et coopère mieux avec les travailleuses et les cadres féminins, envers qui elle manifeste davantage de respect, que la génération qui la précède. 6. En dépit de l évolution de la notion de leadership, dont la définition est désormais axée sur les valeurs et la collaboration plutôt que sur les compétences techniques et opérationnelles, les personnes que nous avons rencontrées en entrevue croient que le style de leadership traditionnel basé sur des rapports d autorité persiste au sein de nombreux services opérationnels de l industrie minière, tout comme on continue à attendre des cadres supérieurs qu ils travaillent de longues heures et se déplacent fréquemment. 7. Des progrès ont été accomplis dans la lutte contre les formes de discrimination les plus flagrantes (comme le harcèlement sexuel en milieu de travail), mais la culture masculine dominante continue de se manifester sous la forme de préjugés implicites, cachés et plus subtils. Certains répondants ont par exemple déclaré qu il y a encore des mineurs qui refusent de travailler avec des femmes parce qu ils croient que ça porte malheur. Les femmes sont en outre exclues des réseaux informels susceptibles de contribuer à leur avancement professionnel. 8. Les femmes subissent souvent une pression culturelle qui leur impose des responsabilités à la fois familiales et professionnelles. Bon nombre des femmes interrogées ont l impression que certains cadres masculins sont moins tolérants à l égard des responsabilités familiales assumées par les femmes. Les hommes ne sont pas considérés comme ayant le même degré de responsabilité envers leur famille et hésitent à prendre des congés pour obligations familiales de crainte de nuire à leur carrière. 9. Le manque de politiques officielles visant à faciliter la conciliation des responsabilités professionnelles et familiales contribue au maintien d une culture de travail dominée par les hommes. Les mesures favorables à l équilibre entre le travail et la famille (p. ex. modalités de travail flexibles, lieux de travail variables) sont souvent laissées à la discrétion du supérieur masculin ou féminin de l employé. 10. Un autre problème lié à la conciliation travail-famille est celui de la «mobilité», dans la mesure où l on attend des femmes qui occupent des postes de cadres supérieurs qu elles se déplacent fréquemment pour leur travail,

9 8 indépendamment de leurs responsabilités familiales. 11. Les sociétés minières n ont pas suffisamment de politiques et de programmes officiels de mentorat et de réseautage visant à faciliter l avancement professionnel des femmes au sein de leur organisation. Des programmes comme Creating Choices et ceux du Réseau des femmes exécutives ont été mentionnés à titre d outils de promotion du mentorat et du réseautage. Cependant, ces programmes ne sont pas mis en œuvre sur tous les sites miniers, leurs processus de sélection ne sont pas transparents et il n est pas toujours facile d en bénéficier. PRATIQUES EXEMPLAIRES DANS L INDUSTRIE La littérature internationale sur les femmes et l industrie minière fait état de six enjeux susceptibles de favoriser le recrutement, le maintien en poste et l avancement professionnel des femmes dans l industrie minière : attirer les étudiantes dans l industrie, éliminer les principales barrières à l emploi, créer une culture de travail conviviale pour les femmes, permettre aux travailleuses de concilier leurs responsabilités professionnelles et familiales, promouvoir l équité salariale entre les sexes et faciliter la progression de carrière des femmes dans l industrie minière. Le tableau ci-dessous présente la liste des stratégies et des meilleures pratiques mises en œuvre par l industrie et les sociétés minières pour s attaquer aux problèmes liés à chacun de ces enjeux. Efforts d attraction des étudiantes dans l industrie Organiser des camps d été éducatifs Offrir des programmes pédagogiques sur les minéraux aux élèves des niveaux primaire et secondaire Offrir des stages, des placements professionnels et des bourses d études Former et renseigner les conseillers en orientation professionnelle des établissements d enseignement secondaire et postsecondaire sur les perspectives d emploi dans l industrie minière Élimination des barrières à l emploi Établir des pratiques qui facilitent la transférabilité de l expérience et des compétences vers l industrie minière Promouvoir les initiatives qui permettent aux femmes d acquérir de l expérience dans des emplois non traditionnels Culture de travail inclusive Promouvoir des modèles de femmes occupant des postes de niveau supérieur dans les sociétés minières Créer des programmes de formation sur la diversité à l intention des cadres supérieurs Mettre en œuvre des programmes visant à mieux faire connaître les communautés autochtones vivant à proximité des mines Concevoir des programmes visant à donner de l assurance aux femmes et à leur inculquer des valeurs de leadership Faire une analyse comparative du salaire des travailleurs, hommes et femmes, dans les entreprises

10 9 Assurer le caractère inclusif des activités sociales parrainées par les entreprises Établir des structures de rétroaction (syndicats de femmes, groupes de représentantes des femmes, agents des griefs, pairs aidants, etc.) afin que les femmes puissent se faire entendre dans les entreprises Promouvoir une image positive de l industrie grâce à des projets de développement communautaire Établir des pratiques de travail souples à l intention des femmes autochtones pour les aider à concilier leurs responsabilités communautaires et professionnelles Mettre sur pied des programmes de sensibilisation aux valeurs culturelles des peuples autochtones et des nouveaux arrivants à l intention des cadres supérieurs Conciliation travail-famille Offrir des horaires de travail variables Offrir le partage de poste Réduire le nombre de travailleurs pendant les quarts de travail réguliers de douze heures Offrir des modalités de travail flexibles (postes de consultants, travail à temps partiel ou emplois occasionnels) Adopter ou améliorer les programmes de congés parentaux financés par l employeur ou par l État Créer des services de garde financés par l employeur ou par l État Donner aux femmes la possibilité de déduire de l impôt leurs frais de garde d enfants Offrir des incitatifs fiscaux aux employeurs pour les encourager à offrir des services de garde Équité salariale entre les sexes Créer un portail Internet afin de faire connaître aux femmes les salaires moyens correspondant à leur poste Favoriser la collecte de données ventilées selon le sexe dans les sondages sur les salaires versés par les entreprises Publier des données sur les salaires des métiers ou professions selon le sexe Progression de carrière dans l industrie minière Instaurer un programme officiel de mentorat pour les travailleuses Faciliter l accès des employées aux activités de réseautage des femmes dans l industrie minière pour leur permettre de rencontrer leurs mentors dans un cadre informel Accroître la participation des femmes aux programmes de stages d apprentissage et de leadership Établir des objectifs et des mesures en vue d augmenter la représentation des femmes aux postes de direction (Ces pratiques exemplaires sont décrites en détail à l Annexe B.)

11 10 RECOMMANDATIONS 1. Le changement doit être mené par le secteur minier. Les chefs de la direction peuvent se concerter pour élaborer des stratégies organisationnelles, partager l information, mettre sur pied des initiatives de grande envergure et évaluer la réussite de ces initiatives. 2. Les conseils d administration des sociétés minières doivent recruter des femmes qualifiées, puisque l augmentation du nombre de femmes aux conseils d administration et aux postes de haute direction a une incidence positive sur l attraction des femmes dans l industrie. L adoption de mesures proactives, comme l utilisation de la liste de candidats qualifiés de l initiative Diversité 50 du Conseil canadien pour la diversité administrative, devrait permettre d augmenter rapidement la participation des femmes aux conseils d administration. 3. Les programmes destinés aux femmes ne doivent pas simplement faire partie d une initiative générale de promotion de la diversité; ils doivent être spécialement conçus à l intention des femmes. 4. L industrie minière devrait envisager la possibilité de tirer parti de la transférabilité des compétences entre les secteurs pour attirer plus rapidement des femmes à des postes de leadership dans les cas où elle ne dispose pas d un bassin de talents suffisant. 5. Les sociétés minières doivent élaborer et mettre en œuvre des stratégies de changement culturel à volets multiples, ainsi que des initiatives spéciales intégrées à leurs priorités opérationnelles. Une stratégie à plusieurs volets pourrait inclure une analyse de la culture de l organisation et la vérification de la prise en compte des questions d égalité entre hommes et femmes, l examen des pratiques de recrutement et de promotion, l établissement d objectifs et l obligation pour les dirigeants de rendre compte des progrès réalisés. 6. Les sociétés minières devraient créer des études de cas de pratiques exemplaires qu elles partageraient avec l ensemble de l industrie. 7. Les sociétés minières devraient élaborer et appliquer des politiques et des pratiques visant à aider les employés, tant masculins que féminins, à assumer leurs responsabilités familiales. Les hommes et les femmes doivent disposer du temps nécessaire pour s acquitter de leurs obligations familiales sans devoir pour autant renoncer à mener des carrières enrichissantes et à obtenir de l avancement. 8. L industrie et les sociétés minières devraient se doter d outils de mesure destinés à évaluer les progrès et exiger des dirigeants qu ils rendent compte des résultats obtenus. 9. L industrie minière devrait établir des partenariats avec les administrations publiques, les écoles, le milieu universitaire et le secteur non lucratif en vue d attirer les femmes et de leur donner accès aux métiers. 10. L industrie et les sociétés minières devraient mettre sur pied des projets spéciaux et des programmes de formation destinés à attirer les femmes des communautés autochtones situées à proximité des sites miniers et déployer des efforts particuliers en vue de recruter une main-d œuvre féminine diversifiée. 11. L industrie minière doit mieux faire connaître les perspectives d emploi qu elle offre aux femmes dans de nombreux domaines d activité professionnelle (allant des soins infirmiers, de l administration, des finances et des ressources humaines au génie et à la géologie).

12 11 I INTRODUCTION L industrie canadienne des mines et des ressources sera bientôt confrontée à des problèmes importants en ce qui concerne le maintien en poste de ses effectifs. L industrie fera face à de graves pénuries de main-d œuvre au cours de la prochaine décennie, en raison du vieillissement des travailleurs, du départ à la retraite de la génération du baby-boom et de l intensification de la concurrence dans le recrutement de talents. Elle doit donc s attaquer sans tarder à la recherche de nouveaux talents 1. L un des moyens de relever ce défi consiste à améliorer la représentation et l avancement professionnel des femmes dans l industrie. L élimination des obstacles à l emploi et à l avancement des femmes dans l industrie contribuerait en outre à améliorer de façon significative la compétitivité et la productivité du secteur minier. Des études ont montré que les entreprises qui comptent une proportion plus élevée de femmes à des postes de haute direction sont des chefs de file en ce qui a trait à la performance financière (du point de vue de la productivité, des revenus et de la rentabilité) 2. En dépit de cette réalité, les femmes sont largement sous-représentées dans l ensemble de la maind œuvre et aux postes de direction de l industrie. Le présent rapport vise à analyser les barrières qui limitent le recrutement, le maintien en poste et l avancement des femmes dans l industrie minière et à formuler des recommandations pour changer la situation. Le rapport présente une vue d ensemble quantitative de la situation des femmes dans l industrie, des données qualitatives sur l expérience des femmes qui travaillent actuellement dans des sociétés minières, ainsi que le point de vue de grands leaders d opinion des secteurs minier, gouvernemental et non lucratif. Le rapport examine en outre les pratiques exemplaires mises en œuvre à l échelle internationale et susceptible de contribuer à promouvoir le leadership ouvert aux deux sexes dans l industrie minière canadienne. Méthodologie Le rapport est basé sur l analyse de l expérience vécue par les travailleuses du secteur minier, de l état actuel des méthodes de recrutement, de maintien en poste et de promotion, ainsi que des pratiques exemplaires de l industrie. L information analysée provient des quatre sources suivantes : le dépouillement d ouvrages spécialisés sur le secteur minier canadien en vue de résumer la situation de la main-d œuvre féminine dans l industrie; vingt-quatre entrevues individuelles et huit séances de discussion en groupe avec des femmes et des hommes travaillant dans différents bureaux et sites des sociétés minières Xstrata, IAMGold et Goldcorp; un atelier qui a réuni des hauts représentants de sociétés minières, de l État (dont le ministre fédéral du Travail), d associations minières, d organisations autochtones, de syndicats, du milieu universitaire et d organisations non gouvernementales; une revue de la littérature internationale sur les pratiques exemplaires susceptibles de promouvoir le recrutement, le maintien en poste et l avancement des femmes dans le secteur des mines et des ressources.

13 12 Le dépouillement d ouvrages spécialisés a consisté à consulter des rapports sur les femmes et l industrie minière au Canada afin de rassembler et d analyser les données quantitatives pertinentes sur les femmes qui travaillent dans l industrie. Cette recherche nous a permis de cerner les principaux enjeux à prendre en considération pour promouvoir le leadership féminin dans le secteur des mines et des ressources. Les entrevues individuelles et les groupes de discussion (constitués de 8 à 10 personnes) visaient à déterminer comment les hommes et les femmes perçoivent la représentation des femmes aux postes de niveau supérieur, les styles de leadership masculin et féminin, la façon dont le style de leadership a évolué avec le temps dans le secteur minier, les parcours qui conduisent les femmes à des postes de direction au sein des organisations et les politiques qui visent à augmenter le nombre de femmes occupant des postes de niveau supérieur. Les participants ont en outre suggéré des solutions possibles en vue d accroître la présence des femmes aux postes de direction. L atelier, tenu dans le cadre des Critical Conversations de l Université Carleton, a permis de recueillir les idées et les points de vue de leaders d opinion de différents secteurs concernant les difficultés, les pratiques exemplaires et les possibilités de changement associées au recrutement, au maintien en poste et à l avancement des femmes dans l industrie. Les discussions ont porté sur les six questions présentées à l Annexe A. La revue de la littérature internationale a permis de repérer les principaux obstacles auxquels sont confrontées les femmes du secteur des mines et des ressources à différentes étapes de leur carrière. Elle présente une vue d ensemble des difficultés, des pratiques exemplaires et des réussites liées aux efforts déployés en vue d améliorer le recrutement, le maintien en poste et l avancement professionnel des femmes. La revue est articulée autour des six enjeux suivants : la transition école-travail, les barrières à l emploi, la culture du milieu de travail, l équilibre travail-famille, l écart de rémunération entre les sexes et la progression de carrière dans l industrie minière.* Structure du rapport Le rapport proprement dit se divise en quatre sections. La section II donne une vue d ensemble de la situation des femmes dans le secteur minier canadien et analyse les obstacles à l avancement professionnel des femmes dans l industrie. La section III résume brièvement les stratégies mises en œuvre par le secteur des mines et des ressources dans différents pays, dont l industrie minière canadienne pourrait s inspirer. La section IV présente les résultats de l atelier, qui complètent les données recueillies dans le cadre des entretiens. La section V présente une série de recommandations visant à améliorer le recrutement, le maintien en poste et l avancement des femmes au sein de l industrie, et ouvre des pistes de recherche prioritaires. Les questions posées dans le cadre des entrevues individuelles et des groupes de travail, ainsi que celles qui ont orienté les discussions de l atelier, figurent à l Annexe A.

14 13 II. SITUATION ET EXPÉRIENCE DES FEMMES DANS L INDUSTRIE MINIÈRE CANADIENNE INTRODUCTION La sous-représentation des femmes parmi les travailleurs et les cadres supérieurs du secteur des mines et des ressources est attribuable à une combinaison de facteurs : le peu d attrait qu exerce ce secteur sur les diplômées des établissements d enseignement postsecondaire; les obstacles à l embauche des femmes qui ne répondent pas aux exigences minimales en matière de formation et d expérience; le manque de politiques officielles de conciliation travail-famille et de promotion du leadership, du mentorat et du réseautage; et la persistance d une culture à dominance masculine en milieu de travail. Le présent chapitre décrit la façon dont ces facteurs freinent le développement d un leadership ouvert aux deux sexes dans l industrie. En dépit de la pénurie de main-d œuvre imminente dans le secteur des mines et des ressources, les femmes y demeurent sousreprésentées dans toutes les catégories d emploi et à tous les échelons hiérarchiques. En fait, la proportion de femmes dans l industrie a été d environ 15 % seulement au cours des 14 dernières années. L emploi des femmes dans l industrie minière a légèrement augmenté, passant d environ 14 % en 1988 à 18,6 % en La représentation des femmes dans le secteur des mines et des ressources est particulièrement faible comparativement à d autres secteurs clés de l économie : finances (61,53 %), énergie (24,56 %), commerce de gros et de détail (49,29 %), techniques et sciences (42,72 %), tourisme et transport (45,21 %), fabrication (21,7 %), immobilier (43,84 %), services (71,86 %) et administrations publiques (47,70 %) 4. Par ailleurs, en 2007, 24 % des diplômées universitaires avaient étudié dans un domaine lié au génie ou à la technologie et 9 % des apprenties ayant obtenu une qualification professionnelle avaient suivi une formation dans un métier spécialisé. On pourrait donc raisonnablement s attendre à retrouver la même proportion de femmes dans les postes correspondants de l industrie minière. Malheureusement, ce n est pas le cas. En 2006, les femmes ne comptaient que pour 5 % des travailleurs exerçant ces métiers et professions dans l industrie, ce qui semble indiquer que d autres obstacles que la seule pénurie de maind œuvre limitent la participation des femmes à l industrie minière.

15 14 TABLEAU 1 Prévisions sur les besoins en matière d embauche dans l industrie minière canadienne d ici 2013, 2016 et Métiers et emplois non désignés Professions libérales et du domaine des sciences physiques Professions des domaines des ressources humaines et des finances Travailleurs de soutien , Professions techniques Surveillants, coordonnateurs et contremaîtres Total Remarque : Les chiffres ont été arrondis. Les métiers et emplois dont les besoins en matière d embauche sont inférieurs à 15 travailleurs au cours de la période de prévision n ont pas été signalés. Source : Conseil des ressources humaines de l industrie minière, Prévisions sur l emploi et l embauche dans l industrie minière canadienne, 2011, p La possibilité de pourvoir aux postes susmentionnés revêt une importance cruciale pour l avenir de l industrie minière au Canada. Selon les estimations du rapport Prévisions sur l emploi et l embauche dans l industrie minière canadienne (2011), ces métiers et professions techniques (p. ex. métiers et emplois non désignés, professions techniques et postes de surveillants, coordonnateurs et contremaîtres) représenteront environ 73,3 % des besoins en matière d embauche de l industrie minière d ici 2016 et 2021, alors que les «professions libérales et du domaine des sciences» ne compteront que pour 7,3 % des besoins en matière d embauche au cours de la même période (voir le Tableau 1 ci-dessous). La Figure 1 ci-dessus montre clairement que les emplois des femmes dans le secteur minier sont actuellement concentrés dans le domaine du travail de bureau et de soutien, ainsi que dans celui des services administratifs et généraux. Or, ces emplois ne représentent qu environ 20 % (soit 3,6 % dans le domaine des ressources humaines et des finances et 16,9 % en ce qui concerne le travail de soutien) des besoins en matière d embauche de l industrie d ici 2016 et Ces données indiquent que les efforts de l industrie doivent être réorientés de façon à attirer davantage de femmes dans les programmes d enseignement postsecondaire menant à l exercice de métiers spécialisés et de professions scientifiques, pour recruter ensuite les femmes exerçant ces métiers et professions dans le secteur des mines et des ressources. La tâche ne sera pas facile. L industrie minière canadienne a énormément de mal à attirer des femmes exerçant ces métiers ou professions. Cette difficulté est en partie imputable au manque d information et aux préjugés des femmes à l égard du secteur minier. L étude Ramp-Up (étude sur le statut de la femme dans l industrie minière et le secteur de la prospection au Canada), réalisée en 2010 par l organisme Women in Mining Canada, a constaté que plus du quart des étudiantes rencontrées en entrevue qui suivaient un programme d enseignement postsecondaire en rapport avec l exploitation et la prospection minières n étaient pas attirées par l industrie minière en raison d appréhensions liées au milieu de travail et à la culture («culture dominée par les hommes» et «discrimination») 5. L étude Ramp-Up souligne également que les deux tiers des employées interrogées perçoivent la culture du milieu de travail comme un problème pour les diplômées qui sortent de l école pour aller travailler dans l industrie minière 6.

16 15 Un autre problème du secteur canadien des mines et des ressources tient à la quasi-absence, dans la main-d œuvre de l industrie, de femmes appartenant à des groupes minoritaires. Les Autochtones et les immigrants sont les groupes les plus défavorisés en ce qui concerne l accès à l emploi dans le secteur des mines et des ressources, en raison des obstacles à l embauche auxquels ils sont confrontés (comme les exigences minimales en matière de formation et d expérience et le manque de reconnaissance des titres de compétences et des qualifications professionnelles). Lors du recensement de 2006, les Autochtones représentaient seulement 6,75 % de la main-d œuvre de l industrie minière et les femmes ne constituaient que 14 % de l effectif minier autochtone, soit seulement 0,9 % de la main-d œuvre du secteur minier. Dans l industrie minière, les femmes autochtones travaillaient surtout dans les domaines des affaires, de la finance et de l administration (28,5 %), de la vente et des services (23,6 %) et des sciences naturelles et appliquées (15,5 %). Seulement 0,6 % de la main-d œuvre féminine autochtone occupait des postes de gestion 7. Les immigrants représentaient 8,75 % des effectifs de l industrie minière 8. Malheureusement, il n y pas de statistiques concernant la répartition des sexes au sein de la main-d œuvre immigrante. Les femmes étaient en outre largement sous-représentées dans les postes et les comités de direction du secteur des mines et des ressources. Elles ne formaient que 12,3 % des dirigeants des sociétés minières 9, ce qui représente le taux le plus bas comparativement aux autres industries, à l exception du secteur de l énergie (8,44 %). (Voir le Tableau 2 ci-dessous.) FIGURE 1 Proportion de femmes dans certains emplois de l industrie minière au Canada en Femme Homme % Gestion sauf les services administratifs et généraux Gestion services administratifs et généraux Professions libérales domaines technique et scientifique Professions libérales services administratifs et généraux Métiers techniques et spécialisés Main-dèœvre, service et production Travail de bureau et de soutien Source : Women in Mining Canada (2010), tiré du rapport Prévisions sur l emploi et l embauche dans l industrie minière canadienne, Conseil des ressources humaines de l industrie minière, 2010, p. 27.

17 16 TABLEAU 2 Pourcentage de femmes parmi les cadres supérieurs et les employés de différents secteurs d activité en 2011 Secteur 2011 Cadres supérieurs Employés Finances 19,25 61,53 Énergie 8,44 24,56 Commerce de gros et de détail 18,45 49,29 Techniques et sciences 33,55 42,72 Tourisme et transport 24,99 45,21 Fabrication 10,68 21,70 Immobilier 17,19 43,84 Services 50,11 71,86 Administrations publiques 40,95 47,70 Mines et extraction de pétrole et de gaz 12,30 18,62 Total 28,92 47,49 Source: Stewart et Rankin (2012), d après l Enquête sur la population active, et Catalyst (2011). En 2011, les femmes représentaient seulement 6,6 % des administrateurs d entreprises du secteur des mines et des ressources, soit le taux le plus bas par rapport aux autres secteurs : services publics (21,7 %), finances et assurances (19,6 %), commerce (18,5 %), industries manufacturières (9,7 %) et œuvres de charité (40 %) 10. La sous-représentation des femmes parmi les cadres supérieurs et les membres de la haute direction ne peut pas s expliquer uniquement par une réserve de talents insuffisante due à la participation limitée des femmes à l industrie minière. Il est clair que la répartition des sexes dans les postes et les comités de direction ne reflète pas la composition de la main-d œuvre de l industrie. Même si les femmes représentaient 18,6 % de la main-d œuvre en 2011, elles ne comptaient que pour 1,4 % des chefs de la direction, 5,3 % des administrateurs et 12,3 % des membres de la haute direction des sociétés minières 11. Par conséquent, d autres facteurs au-delà du niveau général de participation des femmes à l industrie doivent être pris en considération pour comprendre les raisons de la sous-représentation des femmes aux postes de cadres supérieurs et de dirigeants. Il faut tenir compte de questions telles que l écart de rémunération entre les sexes 1, le manque de politiques visant à concilier les responsabilités professionnelles et familiales, et la persistance d une culture essentiellement masculine. 1 L étude Ramp-Up (2010) a montré que les femmes qui travaillent dans l industrie minière touchent en moyenne une rémunération inférieure de 32 % à celle de leurs homologues masculins; cette différence dépasse de 11 % l écart salarial moyen entre les sexes à l échelle nationale.

18 17 Entrevues et groupes de discussion Des entrevues et des groupes de discussion avec des hommes et des femmes de l industrie nous ont permis de mieux comprendre ce qu il faut faire pour que les choses changent. Les résultats des entretiens et de la revue de la littérature relative à l industrie minière et à d autres secteurs ont clairement démontré la nécessité d adopter une approche globale qui s attaque simultanément aux multiples facteurs responsables de la sous-représentation des femmes aux postes de leadership. Une telle approche va au-delà des arguments basés sur l offre et la demande voulant que la sous-représentation des femmes ne soit attribuable qu à un bassin de talents insuffisant. La culture traditionnellement masculine qui imprègne les valeurs professionnelles, les styles de travail et les modes de communication, ainsi que l absence de soutien à la gestion des responsabilités familiales, représentent des obstacles importants à l accession des femmes à des postes de direction. FIGURE 2 Domaines d emploi de la main-d œuvre autochtone, par sexe, en % Gestion Metiers* Administration Sciences Industries primaires Traitement Ventes et services Autres Femme Homme Source : Statistique Canada, recensement de 2006 (http://www.nrcan.gc.ca/minerals-metals/aboriginal/ bulletin/3605).bulletin/3605 «Dans une mine, les femmes ont demandé et reçu des casques roses. C était pour elles un moyen d affirmer leur présence et leur différence» une cadre supérieure des Ressources humaines

19 18 «La culture favorise le recrutement des femmes à des postes de soutien, mais... il n y a pas de bonnes occasions d obtenir des promotions. Il est également plus difficile pour les femmes d accepter certaines promotions, parce que les postes en question exigent de fréquents déplacements» une ingénieure dans un groupe de discussion Influence de la culture du milieu de travail La culture de travail dominée par les hommes continue de nuire au maintien en poste et à l avancement professionnel des femmes dans le secteur des mines et des ressources. Des progrès ont toutefois été accomplis en ce qui concerne les formes de discrimination flagrantes (p. ex. en luttant contre le harcèlement sexuel en milieu de travail, en adaptant l environnement physique aux besoins des femmes). La nouvelle génération est plus respectueuse envers les femmes, qu elles soient cadres ou employées, que la génération qui la précède. La nouvelle génération est plus à l aise et coopère plus facilement avec les travailleuses et les leaders féminins. En dépit de ces progrès, la culture masculine dominante persiste en milieu de travail sous la forme de préjugés implicites, cachés et plus subtils. La culture masculine traditionnelle entretient souvent des préjugés contre l affectation des femmes à des tâches d exploitation. Ces préjugés contre les travailleuses contribuent à la sousreprésentation des femmes dans les postes opérationnels, laquelle limite à son tour leurs possibilités de gravir les échelons supérieurs de l organisation. Comme la plupart des femmes qui travaillent pour des sociétés minières y assument des fonctions de soutien ou de service (p. ex. dans les domaines des ressources humaines, des communications, de la comptabilité ou des finances), elles ont souvent du mal à accéder aux postes de cadres supérieurs, qu on a plutôt tendance à offrir aux employés des secteurs opérationnels. «Il y a des différences entre les générations. Les baby-boomers avaient une vision particulière des cadres. Les hommes plus jeunes considèrent comme normal que des hommes et des femmes travaillent ensemble» une cadre supérieure «J ai 50 ans, et quand j ai commencé à travailler les hommes étaient très sexistes. Il y avait des photos de femmes nues sur les sites d exploitation minière. Maintenant, il y a davantage de respect envers les femmes en milieu de travail et les attitudes sexistes ont perdu du terrain avec l arrivée de la jeune génération.» «C est plus difficile pour les femmes au niveau de la mine parce qu elles sont encore stigmatisées. Certains mineurs refusent de travailler avec des femmes à cause de vieilles superstitions. Ils refusent aussi parce qu ils ne sont pas sûrs de savoir comment se comporter et qu ils ont peur d être poursuivis pour harcèlement s ils travaillent avec des femmes» un cadre supérieur des Ressources humaines

20 19 «En gravissant les échelons comme ingénieure, j ai eu l impression que je devais davantage faire mes preuves que les hommes. Je devais m assurer d avoir des opinions... autrement, on m aurait ignorée» une cadre supérieure «Les hommes ont l air de penser que les femmes sont moins capables d obtenir des résultats. Le patron d une femme lui reprochait de se montrer trop conciliante, même lorsqu elle atteignait ses objectifs. Il y a encore une mentalité autoritaire chez les hommes. Les femmes essaient d adopter un style plus indirect, parce qu elles pensent que le style direct ne favorise pas la motivation» une ingénieure dans un groupe de discussion «Il s agit d une industrie dominée par les hommes. Au poste que j occupe, il faut que le travail se fasse, peu importe l heure à laquelle je finis par pouvoir partir, ce qui est difficile même pour une personne célibataire» une ingénieure «L organisation doit réévaluer les compétences en leadership pour en arriver à une approche plus équilibrée qui inclurait le travail d équipe, la collaboration et le respect» une cadre supérieure des Ressources humaines La culture du milieu de travail exerce une pression considérable sur les femmes, qui pensent qu elles doivent faire leurs preuves en travaillant plus fort que les hommes. Malheureusement, il arrive souvent que le rendement insuffisant des femmes soit moins bien toléré que celui des hommes, et les superviseurs masculins ont souvent le sentiment qu ils ne peuvent défendre une employée que si son rendement est exceptionnel. De plus, les femmes subissent souvent une pression culturelle qui leur impose des responsabilités à la fois familiales et professionnelles. Bon nombre des femmes interrogées ont l impression que certains cadres masculins sont moins tolérants à l égard des responsabilités familiales assumées par les femmes. Enfin, les entrevues ont montré que les hommes ne sont pas considérés comme ayant le même degré de responsabilité envers leur famille et qu ils ne sont pas encouragés à prendre des congés pour obligations familiales. Les hommes interrogés ont déclaré qu ils hésitaient à prendre des congés familiaux de crainte de nuire à leur carrière. «Le leadership a été redéfini. On en parle beaucoup, mais je n ai constaté aucun changement dans la pratique... Les promotions continuent d être accordées en fonction des compétences techniques et opérationnelles» une cadre supérieure des Ressources humaines

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc.

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc. ACCÈS POUR TOUS Mémoire de l ACCC présenté au Comité permanent des ressources humaines, du développement social et de la condition des personnes handicapées Mémoire préparé par : Association des collèges

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Le Répertoire. Interventions à privilégier pour favoriser la mixité en entreprise CONÇU POUR LES GRANDES ENTREPRISES

Le Répertoire. Interventions à privilégier pour favoriser la mixité en entreprise CONÇU POUR LES GRANDES ENTREPRISES Le Répertoire Interventions à privilégier pour favoriser la mixité en entreprise CONÇU POUR LES GRANDES ENTREPRISES Avant de consulter Le Répertoire IP, Femmes en parcours innovateur vous suggère de compléter

Plus en détail

Exemples de description de poste

Exemples de description de poste Exemples de description de poste Conseiller(ère), dotation et développement organisationnel Responsabilités Effectuer le recrutement interne et externe pour des postes de niveau varié et agir à titre de

Plus en détail

Pier Bouchard et Mylène Savoie

Pier Bouchard et Mylène Savoie GROUPE DE RECHERCHE ET D INNOVATION SUR GROUPE DE RECHERCHE ET D INNOVATION L ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ SUR L ORGANISATION DES SERVICES DE SANTÉ Pratiques et innovations possibles en faveur de

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Corps professoral en transformation?

Corps professoral en transformation? JANVIER 2010 VOL 12 NO 1 Répartition par âge Sous-représentation & sous-rémunération des femmes Professeur(e)s autochtones ou appartenant à une minorité visible Conclusion Corps professoral en transformation?

Plus en détail

MESURES DE REDRESSEMENT

MESURES DE REDRESSEMENT 1 LES MESURES pour l intégration des personnes handicapées au programme d accès à l égalité Le présent document propose des exemples de mesures qui peuvent faire partie du rapport d élaboration pour l

Plus en détail

Trading up High School and Beyond: Five Illustrative Canadian Case Studies. Mame McCrea Silva et Susan M. Phillips. Résumé

Trading up High School and Beyond: Five Illustrative Canadian Case Studies. Mame McCrea Silva et Susan M. Phillips. Résumé Trading up High School and Beyond: Five Illustrative Canadian Case Studies Mame McCrea Silva et Susan M. Phillips Résumé Collection Voies d accès au marché du travail No 4 Mai 2007 Réseaux canadiens de

Plus en détail

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable Atelier : Les employeurs et la diversité ethnoculturelle 11 ième Conférence Internationale Métropolis 4 octobre 2006 Lisbonne, Portugal

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

Taux global de nomination préférentielle

Taux global de nomination préférentielle 6.2 MESURES DE REDRESSEMENT 1 Taux global de nomination préférentielle Les mesures de redressement d un programme d accès à l égalité ont pour but d augmenter la représentation de chaque groupe visé afin

Plus en détail

RAPPORT SUR L ÉQUITÉ EN MATIÈRE D EMPLOI

RAPPORT SUR L ÉQUITÉ EN MATIÈRE D EMPLOI RAPPORT SUR L ÉQUITÉ EN MATIÈRE D EMPLOI 2014 Rapport soumis à Emploi et Développement social Canada 1 er juin 2015 Rapport sur l équité en matière d emploi 2014 Section 1 : Aperçu LA BANQUE DU CANADA

Plus en détail

Un médecin pour chaque Canadien et Canadienne Une meilleure planification des ressources humaines en santé du Canada.

Un médecin pour chaque Canadien et Canadienne Une meilleure planification des ressources humaines en santé du Canada. Un médecin pour chaque Canadien et Canadienne Une meilleure planification des ressources humaines en santé du Canada. Mémoire présenté par l AMC au Comité permanent de la Chambre des communes sur les ressources

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

L Association des collèges communautaires du Canada

L Association des collèges communautaires du Canada Les collèges et les instituts du Canada favorisent la dualité linguistique Avril 2009 Mémoire présenté au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des Communes Association des collèges communautaires

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE

ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE Octobre 2010 ALERTE ÉQUITÉ SALARIALE présence locale portée mondiale Droit au but Qu est-ce que l équité salariale? Une échéance au 31 décembre s applique à la majorité des entreprises Que doit-on faire?

Plus en détail

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015

Mémoire. Reconnaissance du budget 2014. Regards vers le budget de 2015 Mémoire de l Association canadienne pour les études supérieures au Comité permanent des finances de la Chambre des communes, au sujet du budget fédéral de 2015 Résumé L Association canadienne pour les

Plus en détail

MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale

MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale MÉMOIRE sur le Projet de Loi 77 sur l équité salariale Présenté au Comité permanent de modification des lois de l Assemblée législative le 26 novembre 2004 Fredericton, Nouveau-Brunswick Le Conseil économique

Plus en détail

FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES

FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES FAIRE LE PONT ENTRE DEUX MONDES : PLAN D ACTION POUR L ÉDUCATION ET L EMPLOI DES AUTOCHTONES 2008-2011 Partenariats Respect de la diversité Intégrer efficacement les Autochtones au marché du travail. Promouvoir

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE

LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE au Canada Projections jusqu en 2025 JUIN 2015 LE MARCHÉ DU TRAVAIL EN GÉNIE au Canada Projections jusqu en 2025 Préparé par : MESSAGE DU CHEF DE LA DIRECTION Chers collègues,

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM CHAPITRE 8 l S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM évolution des attentes ne cesse de pousser les entreprises

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels

Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Les gens Les partenariats Le savoir Compétences et emploi Bureau de l alphabétisation et des compétences essentielles Initiatives sur les compétences essentielles des conseils sectoriels Études de cas

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

»»»»»»»» » ACTES DU RENDEZ-VOUS. le 4 mai 2010. Alma, Rendez-vous des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre

»»»»»»»» » ACTES DU RENDEZ-VOUS. le 4 mai 2010. Alma, Rendez-vous des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre des leaders économiques du Lac-Saint-Jean sur les besoins de main-d œuvre Organisé par la Chambre de commerce et d industrie Lac-Saint-Jean-Est en partenariat avec la Fédération des chambres de commerce

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale concernant la Loi sur l équité salariale par la Confédération des syndicats nationaux Montréal, le 16 septembre 2002 Présentation

Plus en détail

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION

CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation du Conseil 5/12/14 CONSEIL SESSION SPÉCIALE DE SIMULATION PROPOSITION DE MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME DES JEUNES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance

Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance RAPPORT SCHÉMATIQUE DES ENJEUX PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX EN MATIÈRE DE RESSOURCES HUMAINES Soutenir les employeurs des services éducatifs et de garde à l enfance Conseil sectoriel des ressources humaines

Plus en détail

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité

Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Pénuries de main-d oeuvre et mesures de transition professionnelle dans l industrie canadienne de l électricité Sommaire Publié par le Conseil sectoriel de l électricité www.brightfutures.ca Le Conseil

Plus en détail

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration

Sondage sur les stages pratiques dans les Services de soutien à l'intégration Meilleures pratiques dans les stages pratiques des étudiants dans les Services de soutien à l intégration dans les organismes de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle INTRODUCTION

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 100 personnes salariées ou plus La Loi sur

Plus en détail

Loi sur la représentativité du genre féminin sur le marché du travail

Loi sur la représentativité du genre féminin sur le marché du travail SEPTIÈME SÉANCE SOIXANTE-QUATRIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité du genre féminin sur le marché du travail Adoption finale ADOPTÉ Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Questions de soins infirmiers : Formation

Questions de soins infirmiers : Formation Questions de soins infirmiers : Formation Introduction La présente fiche d information analyse la formation des infirmières et infirmiers des catégories suivantes : Infirmières et infirmiers autorisés

Plus en détail

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue!

Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Enjeux jeunesse présentés dans le cadre de la campagne électorale fédérale Pour que la voix des jeunes montréalaises et montréalais soit entendue! Les décisions prises au niveau fédéral peuvent sembler

Plus en détail

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Présentation au mini-colloque de l Institut d administration publique de Québec le 25 octobre 2012 Jean-François Beaucaire, chef de division

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1

SOMMAIRE EXÉCUTIF. Page 1 SOMMAIRE EXÉCUTIF L Université McGill a pour mission de faire progresser l acquisition de connaissances par son enseignement, par ses travaux de recherche et par les services qu elle rend à la société.

Plus en détail

Appuyer les femmes dans des postes de direction

Appuyer les femmes dans des postes de direction Juin 2011 Appuyer les femmes dans des postes de direction La diversité des sexes au travail Pourquoi se préoccuper de la diversité des sexes au travail? Les organisations qui attirent des femmes, qui les

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Des compétences meilleures pour des emplois meilleurs et une vie meilleure. Une approche stratégique des politiques sur les compétences

Des compétences meilleures pour des emplois meilleurs et une vie meilleure. Une approche stratégique des politiques sur les compétences Better Skills, Better Jobs, Better Lives. A Strategic Approach to Skills Policies Summary in French Accédez au texte intégral: 10.1787/9789264177338-en Des compétences meilleures pour des emplois meilleurs

Plus en détail

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) GUIDE D IMPLANTATION D UN PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) MARS 2011 Conseil québécois des ressources humaines en tourisme 1 AVANT-PROPOS Ce guide d implantation s adresse spécifiquement

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la conciliation travail-famille. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi n

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012

Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Proposition prébudgétaire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes concernant le budget fédéral de 2012 Présentée par M. John Doering Président de l Association canadienne pour les études

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3

TABLE DES MATIÈRES. Introduction...3 RECOMMANDATIONS AUPRÈS DE LA COMMISSION SUR L ÉDUCATION POSTSECONDAIRE AU NOUVEAU-BRUNSWICK Présenté par : L Association étudiante du Collège communautaire de Bathurst Avril 2007 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3

Plus en détail

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC

BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC GUIDE À L INTENTION DES COMMANDITAIRES BATIRENSEMBLE.ca UNE INITIATIVE DES SMCC @cbtu_women facebook.com/buildtogether.ca LE PROGRAMME «BÂTIR ENSEMBLE» INCLUT DES STRATÉGIES QUI ONT ÉTÉ ADAPTÉES POUR RECRUTER

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches Avec sa Politique de formation continue, le Conseil de la culture officialise et rend publiques les

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Cadre d élaboration. matière d éducation. et de formation des Autochtones

Cadre d élaboration. matière d éducation. et de formation des Autochtones Cadre d élaboration des politiques en matière d éducation postsecondaire et de formation des Autochtones 2 0 1 1 Cadre d élaboration des politiques en matière d éducation postsecondaire et de formation

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2013-2016 Etienne G. Juneau Wojtek Winnicki MOT DU PRÉSIDENT ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Depuis plusieurs années, le système éducatif québécois s est résolument tourné vers l international,

Plus en détail

Guide sur la marque employeur. Comment se bâtir une marque employeur forte et recruter les meilleurs talents

Guide sur la marque employeur. Comment se bâtir une marque employeur forte et recruter les meilleurs talents Guide sur la marque employeur Comment se bâtir une marque employeur forte et recruter les meilleurs talents Table des matières Introduction... 3 Comprendre les candidats d aujourd hui... 4 Développer votre

Plus en détail

Points de vue 2002 Contenu

Points de vue 2002 Contenu Points de vue 2002 Contenu Environ 1 200 gestionnaires et dirigeants syndicaux des secteurs et ont participé à l enquête Points de vue 2002. Cette enquête particulière est menée par le CSPC tous les deux

Plus en détail

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX)

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Un meilleur gouvernement : avec nos partenaires, pour les Canadiens Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Publié par : Politiques de gestion des cadres supérieurs

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Comment devenir un employeur de choix

Comment devenir un employeur de choix Comment devenir un employeur de choix Qualité de l équilibre travail-vie personnelle Cahier Comment devenir un employeur de choix Qualité de l équilibre travail-vie personnelle AVERTISSEMENT La présente

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Document préparé par Janelle LeBlanc, Étudiante en 5 ième année en travail social à l Université de Moncton Stagiaire à la Coalition pour

Plus en détail

Stratégie de participation Jeunesse

Stratégie de participation Jeunesse Stratégie de participation Jeunesse Contexte La Stratégie de participation Jeunesse repose sur le Colloque jeunesse de la Croix-Rouge canadienne, qui a eu lieu à St. John s, à Terre-Neuve, du 14 au 17

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

Normes de gestion RH

Normes de gestion RH Normes de gestion RH Le Conseil RH pour le secteur bénévole et communautaire (Conseil RH) travaille avec les organisations, les éducateurs et éducatrices, les syndicats et les gouvernements afin de cerner

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

Analyse des résultats du sondage

Analyse des résultats du sondage Comité des États Généraux de l Association du Jeune Barreau de Montréal Analyse des résultats du sondage Par Marianne St-Pierre-Plamondon Présidente du Comité Le 1 er mai 2009 Le Comité des États Généraux

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Appel de mises en candidature et d inscriptions

Appel de mises en candidature et d inscriptions www.csae.com Prix Leadership 2013 Appel de mises en candidature et d inscriptions Prix Pinnacle Prix Griner Prix de membre honoraire à vie Prix Donna Mary Shaw Prix «Les associations, sources d un Canada

Plus en détail

Sommaire des consultations nationales en matière d immigration francophone. Sessions avec les intervenants communautaires Février-mars 2015

Sommaire des consultations nationales en matière d immigration francophone. Sessions avec les intervenants communautaires Février-mars 2015 Sommaire des consultations nationales en matière d immigration francophone Sessions avec les intervenants communautaires Février-mars 2015 Table des matières Contexte...3 Thème 1 : Sensibilisation des

Plus en détail

PRÉVISIONS SALARIALES

PRÉVISIONS SALARIALES - Dossier spécial - PRÉVISIONS SALARIALES 2 0 1 4 Mot du président L accès à une main-d œuvre de qualité, à un coût concurrentiel, constitue une des principales conditions de la prospérité. Voilà pourquoi

Plus en détail

Politique de rémunération des cadres

Politique de rémunération des cadres Politique de rémunération des cadres Adoptée par le comité exécutif le 29 septembre 2010 Résolution CE10 1546 Amendée par le directeur général le 15 novembre 2011 Décision DG110395004 Amendée par le directeur

Plus en détail

Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne

Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne 9 Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne Table des matières Vérification de suivi auprès de l Agence spatiale canadienne Résumé... 155 Introduction...156 L Agence spatiale canadienne...

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

LE CHÔMAGE ET LE SOUS-EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA

LE CHÔMAGE ET LE SOUS-EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA LE CHÔMAGE ET LE SOUS-EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA Mémoire de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 3

Plus en détail

2016 Association canadienne des entraîneurs, ISSN 1496-1542. L avancement des entraîneures : du mentorat au parrainage

2016 Association canadienne des entraîneurs, ISSN 1496-1542. L avancement des entraîneures : du mentorat au parrainage 2016 Association canadienne des entraîneurs, ISSN 1496-1542 Janvier 2016, Vol. 16, N o 1 L avancement des entraîneures : du mentorat au parrainage Le mentorat a été un sujet de préoccupation mentionné

Plus en détail