CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT :"

Transcription

1 CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT : RAPPELS, STRATÉGIES DPEA Terre I. La notion de confort thermique : un concept pour le moins mouvant 1. Nuisance thermique / Confort thermique / Ambiance thermique Le confort thermique : une notion en perpétuelle redéfinition De la perception à l'action : les usages in situ Théorie des trois conforts (P. Amphoux) 2. Paramètres physiques de base Chaleur : trois modes de transfert Importance de la température des parois Le diagramme de l'air humide 3. Des paramètres physiologiques au confort thermohygrométrique Le métabolisme humain La température résultante Les graphes de confort II. De la course du soleil aux stratégies de conception pour l'habitat 1. Positions du soleil et apports énergétiques Latitude et géométrie solaire Apport énergétique 2. Les stratégies du chaud : pour les périodes ou régions froides Capter - Stocker - Distribuer - Conserver 3. Les stratégies du froid : pour les périodes ou régions chaudes Protéger - Éviter - Dissiper - Rafraîchir - Minimiser École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 1

2 III. Application à la serre 1. Eté / Hiver - Nuit / Jour 4 configurations possibles 2. Simulation numérique Aperçu avec le logiciel Pleiades (3. Visite in situ) Petit ensemble de logement, architecte Bruno Burlat > IV. Caractéristiques physiques des matériaux 1. Échanges thermiques Flux thermique Résistance et conductance Application à la composition d'une paroi 2. Stratégies d'élaboration des parois d'une enveloppe Stratégies classiques Stratégies "écologiques" 3. Autres inforamtions utiles Réflexion / Transmission / Absorption Surface des matériaux : Absorbance / Réflectance au R.S. & émissivité / réflectance au R.I.R Les matériaux transparents : l'effet de serre Évolution des paramètres (vieillissement, humidité, température, ) V. Comportement dynamique d'un édifice 1. Apports et perditions thermiques Phénomènes permanents et phénomènes dynamiques Bilan des pertes thermiques et des captages solaires 2. Deux principes d'inertie thermique La diffusivité et l'effusivité L'inertie thermique de transmission L'inertie thermique d'absorption 3. Et la terre? Caractéristiques et performances, aperçu École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 2

3 QUELQUES RÉFÉRENCES Sur le confort thermique et l'énergétique Collectif (Energy Research Group, University College Dublin) (1996). The climatic dwelling. An introduction to climate responsive residential architecture, Londres : Éd. James & James - Union européenne. Collectif (Centre de Recherches en Architecture de l'université Catholique de Louvain, Energy Research Group of University College Dublin) (1992). Energy conscious design, A primer for architects, Londres : Éd. John R. Goulding, J. Owen Lewis, Theo C. Steemers - Union européenne. Heschong Lisa (1981). Architecture et volupté thermique, Marseille : Éditions Parenthèses (traduction Hubert Guillaud). Lavigne Pierre et alii (1994). Architecture climatique, Aix-en-Provence : Éd. Edisud, Tome 1 et 2. Oliva Jean-Pierre (2001). L'isolation écologique, Mens : Éd. Terre vivante. Salomon Thierry, Bedel Stéphane (2001). La maison des [néga]watts, Mens : Éd. Terre vivante. Sur la notion de confort dans l'habitat Amphoux Pascal et alii (1989). Dictionnaire critique de la domotique, dans le cadre Habitation Horizon 2000, Lausanne : Éd. IREC / EPFL. Goubert J.-P. (sous la direction de) (1988). Du luxe au confort, Paris : Éd. Belin. Liens utiles : données et outils numériques Documents élaborés par la communauté européenne (exemples, vidéo, plaquettes, ) Outils numériques en lignes (JavaScript) permettant de calculer la course du soleil, l'apport énergétique sur une surface et l'effectivité d'un pare-soleil [Pour des données plus précises, mais plus complexes : Informations et données météorologiques par département + Informations : > Enseignements > Cours & travaux > Cours > N. Tixier > Ambiances thermiques École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 3

4 Stratégie du chaud / Stratégie du froid STRATÉGIE DU CHAUD > HIVER CAPTER - STOCKER - DISTRIBUER - CONSERVER STRATÉGIE DU FROID > ÉTÉ PROTEGER - EVITER - DISSIPER - RAFRAÎCHIR - MINIMISER Schémas in Collectif (Energy Research Group, University College Dublin) (1996). The climatic dwelling. An introduction to climate responsive residential architecture, Londres : Éd. James & James - Union européenne. École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 4

5 Diagramme du confort Schéma in Lavigne Pierre et alii (1994). Architecture climatique, Aix-en-Provence : Éd. Edisud, Tome 1 École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 5

6 RÔLE DE L'INERTIE THERMIQUE DEUX EXEMPLES EXTRÈMES LA GROTTE ET LA TENTE La grotte La tente Inertie thermique très grande Quand il y a de grandes variations de T C extérieure Variations de T C intérieure quasi nulles Inertie thermique quasi nulle Quand il y a de grandes variations de T C extérieure Variations de T C intérieure très importantes MAIS AUSSI LA CAVE ET LA SERRE La cave La serre Inertie thermique très grande Quand il y a de grandes variations de T C extérieure Variations de T C intérieure quasi nulles Allure des variations jour / nuit Inertie thermique quasi nulle Quand il y a de grandes variations de T C extérieure Variations de T C intérieure très importantes Allure des variations jour / nuit [Sans système de chauffage ni de climatisation] [Sans système de chauffage ni de climatisation] École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 6

7 L'inertie thermique (par absorption) est la capacité d'un matériau à accumuler puis à restituer un flux thermique C'est la capacité thermique d'un matériau qui détermine son inertie. Plus la capacité thermique est élevée, plus le matériau est capable de stocker et de restituer des quantités de chaleur. Une pierre, un mur (maçonnerie) ensoleillé reste chaud longtemps après le coucher du soleil et pour les mêmes raisons, une cave reste fraîche même en plein été. C'est la forte inertie thermique du mur qui permet ce phénomène. La capacité thermique dépend de trois paramètres propre à chaque matériau : La conductivité thermique la chaleur spécifique la densité (masse volumique). UNE INERTIE? DEUX INERTIES! On parle souvent d'inertie thermique au singulier concernant une paroi. Mais, plus précisément, nous pouvons distinguer deux types d'inertie de nature différente (cf. Lavigne Pierre et alii (1994). Architecture climatique, Aix-en- Provence : Éd. Edisud, Tome 1) : L'inertie de transmission Agit en résistant à la transmission de la température et de la chaleur. Elle ne concerne que les parois opaques de l'enveloppe d'un bâtiment. Concrètement, l'inertie de transmission augmente quand, pour les matériaux de paroi : La diffusivité augmente (a) La conductivité diminue (λ) L'épaisseur augmente (e) L'inertie d'absorption Réduit les variations de température en absorbant (ou restituant) la chaleur (la puissance thermique). Concrètement, l'inertie par absorption augmente quand, pour les surfaces opaques d'enveloppes : L'effusivité augmente (b) Concrètement, l'inertie par absorption augmente quand, pour les structures-cloisonnements intérieures d'épaisseur suffisante et de surface I : L'effusivité augmente (b) La surface augmente (I) Concrètement, l'inertie par absorption augmente quand, pour les couches intérieures d'épaisseur suffisante de l'enveloppe de surface S : L'effusivité augmente (b) La surface augmente (S) Quelques remarques valables pour l'habitat en climat tempéré. La capacité thermique d'une paroi est surtout utile que si elle est placée du côté intérieur du bâtiment et isolée des conditions climatiques extérieures. Construire en "forte inertie", c'est donc utiliser des matériaux lourds à l'intérieur de l'habitat afin de stocker la chaleur solaire et d'atténuer les variations de température interne. À l'inverse, une maison à "faible inertie" montera vite en température au moindre rayon de soleil sans possibilité de stocker la chaleur solaire. Les écarts de température internes seront importants. Les risques de surchauffe élevés. Une forte inertie est surtout utile en cas d'occupation permanente. Une faible inertie peut être intéressante pour des locaux à usage intermittent. École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 7

8 COMPARAISON DE DEUX MAISONS IDENTIQUES La première maison a une forte inertie thermique car l'isolation est placée à l'extérieur (mur en maçonnerie). La seconde maison a une faible inertie thermique car l'isolation est placée à l'intérieur (mur en maçonnerie). Si on augmente progressivement, dans ses deux maisons, la surface de vitrage en façade sud, voici sur le schéma de droite comment vont évoluer les besoins de chauffages. Source : Thierry Salomon et Stéphane Bedel, La maison des [néga]watts, Mens : Éd. Terre vivante, La prise en compte pour l'habitat d'une forte inertie thermique dans la conception offre de nombreux avantages tant au point de vue du confort de l'usager que de celui de l'économie d'énergie et d'une logique de développement durable. Mais attention, il n'y a pas de systématisme à son utilisation! Choisir d'avoir une inertie thermique faible ou forte pour une construction nécessite de prendre en compte : - Le climat - L'orientation - Les usages - Les ouvertures (tailles, orientation, pare-soleil) - La ventilation (peut-elle être traversante la nuit?) - Le système constructif (sols, murs, cloisons) - Les matériaux et les revêtements de surface - (Pose de l'isolation, limitation des ponts thermiques, etc.) - École d'architecture de Grenoble > DPEA Terre > Références > > Éd. du 31/03/03 8

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Architectes > Jourda & Perraudin! Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr! Les illustrations de ces cours ne sont utilisées qu à des fins pédagogiques! Organisation

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Les transferts de chaleur dans les bâtiments (régime statique).

Les transferts de chaleur dans les bâtiments (régime statique). Les transferts de chaleur dans les bâtiments (régime statique). Notions de base. Les trois modes de transfert de chaleur. Le bilan thermique d un bâtiment. Les pertes thermiques par transmission. Les pertes

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

en maison individuelle et immeuble de bureaux

en maison individuelle et immeuble de bureaux Annexe I Influence de l inertie en maison individuelle et immeuble de bureaux A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (06) 35 Sommaire

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 07 > Thermique et matériaux. Projet : Bruno Burlat

L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique. Cours n 07 > Thermique et matériaux. Projet : Bruno Burlat L5C : Environnement thermique et maîtrise énergétique Cours n 07 > Thermique et matériaux Projet : Bruno Burlat Nicolas.Tixier@grenoble.archi.fr Les illustrations de ces cours ne sont utilisées qu à des

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

OSEZ. http://www.maison-passive-france.fr/ LA MAISON PASSIVE! Le guide pour comprendre les principes du standard Passivhaus

OSEZ. http://www.maison-passive-france.fr/ LA MAISON PASSIVE! Le guide pour comprendre les principes du standard Passivhaus OSEZ LA MAISON PASSIVE! Le guide pour comprendre les principes du standard Passivhaus Introduction Un bâtiment passif? Le concept de Passivhaus a été développé en Allemagne par le Dr Wolfgang Feist, fondateur

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage 2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage La régulation Régulation = maintien d un paramètre à une valeur de consigne Chaîne de régulation Observation Détection d un écart

Plus en détail

Mieux connaître et mieux profiter de l inertie thermique du béton

Mieux connaître et mieux profiter de l inertie thermique du béton solutions B É T O N Mieux connaître et mieux profiter de l inertie thermique du béton Villa à Roussillon Doubles murs capteurs en béton pour une extension à vivre. p. 21 >>> FIDÈLE AUX ENGAGEMENTS DE LA

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

solutions et confort d été Inertie thermique Logements Paris École de chimie Bibliothèque et archives municipales Montpellier p.

solutions et confort d été Inertie thermique Logements Paris École de chimie Bibliothèque et archives municipales Montpellier p. solutions B É T O N Inertie thermique et confort d été UNE TROP FORTE CHALEUR À L INTÉRIEUR D UNE HABITATION EST UN Logements Paris FACTEUR D INCONFORT IMPORTANT.SI CELA EST SOUVENT VÉCU COMME UNE FATALITÉ,

Plus en détail

LGT Galilée Cours de Climatisation STS FEE 1 ère Année

LGT Galilée Cours de Climatisation STS FEE 1 ère Année CALCUL DES CHARGES I. INTRODUCTION Le confort thermique des usagers d un bâtiment passe par le respect des consignes de température et d hygrométrie. Ces conditions de confort sont imposées par un cahier

Plus en détail

Les Maisons passives :

Les Maisons passives : Les Maisons passives : l avenir de la réalité Stéphane Perraud LIMOUSIN NATURE ENVIRONNEMENT en LIMOUSIN Sommaire Introduction... P.3 Une Maison passive c est quoi?... P.4 Comment concevoir une Maison

Plus en détail

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie

DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie DuPont Energain, panneaux à inertie thermique: Ils réduisent les pics de température et donc de surchauffe dans les bâtiments de faible inertie Basés sur le changement de phase d un matériau à base de

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE

CHAPITRE 1 : CONNAISSANCES GENERALES ET CONNAISSANCES SIMPLES EN THERMIQUE Le QCM (questionnaire à choix multiple) a 40 questions piochées au hasard dans un potentiel de 400 questions environ, divisées en 4 chapitres repris ci-après. La liste des connaissances requises correspond

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

et la consommation E spec

et la consommation E spec PEB... et faire mieux que les exigences réglementaires dans le cadre de l'action "Construire avec l'énergie" Répondre à la réglementation wallonne La nouvelle réglementation sur la performance énergétique

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Échanges thermiques d une paroi (1/2)

Échanges thermiques d une paroi (1/2) Échanges thermiques d une paroi (1/2) Un bâtiment est un ensemble complexe de matériaux en contact avec un environnement aux températures fluctuantes ; des transferts de chaleur s y produisent en permanence.

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

ANALYSE DE PROJETS DE CHAUFFAGE SOLAIRE PASSIF

ANALYSE DE PROJETS DE CHAUFFAGE SOLAIRE PASSIF Module de formation NOTES DU FORMATEUR ANALYSE DE PROJETS DE CHAUFFAGE SOLAIRE PASSIF COURS D ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES Ce document donne la transcription de la présentation orale (voix et

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE VENTILATION PANNEAUX SOLAIRES ISOLATION EAU CHAUDE SANITAIRE POMPE A CHALEUR FENETRES A ISOLATION RENFORCEE DIAGNOSTIC CONSEIL TRAVAUX Diagnostic Recommandations Travaux Un expert sistems étudie la configuration

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Page. 1.3. Isoler les allèges derrière les radiateurs. 1.4. Sensibiliser les occupants à l'utilisation des protections solaires

Page. 1.3. Isoler les allèges derrière les radiateurs. 1.4. Sensibiliser les occupants à l'utilisation des protections solaires Check-list Page 1. Etanchéité de l'enveloppe Améliorer l'étanchéité des fenêtres et des entrées : 1.1. Améliorer l'étanchéité des châssis de fenêtre. 1.2. Assurer la fermeture des portes et fenêtres Isolation

Plus en détail

Bilan thermique en résidentiel, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?...

Bilan thermique en résidentiel, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?... Elles sont basées sur un fichier météo ment echnique Bilan thermique en résidentiel, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?... Le calcul des besoins énergétiques d un logement peut être aujourd

Plus en détail

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012

La brique Monomur Terre Cuite. La réponse à la RT 2012 La brique Monomur Terre Cuite La réponse à la RT 2012 Dès le 1 er janvier 2013, dans le prolongement du Grenelle de l environnement, une nouvelle réglementation thermique (dite RT 2012 par les professionnels)

Plus en détail

CALCUL DES CHARGES DE CLIMATISATION

CALCUL DES CHARGES DE CLIMATISATION CALCUL DES CHARGES DE CLIMATISATION 1 OBJECTIFS Ce texte est un extrait du guide AICVF «calcul des charges de climatisation et conditionnement d air». On appelle charges d un local les quantités d énergie

Plus en détail

Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) 2 ème par0e

Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) 2 ème par0e Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) 2 ème par0e Le bâ0 ancien préambule Bien mener un projet d'isolation ou d amélioration thermique Un projet d'isolation thermique,

Plus en détail

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent.

Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Sentez-vous bien. Améliorez votre confort grâce au film polyvalent. Profitez de températures confortables, faites des économies d énergie, bénéficiez de la lumière naturelle et augmentez jusqu à 41% le

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D IMMEUBLE OU DE BÂTIMENTS A USAGE PRINCIPAL AUTRE QUE D HABITATION (avec mention)

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D IMMEUBLE OU DE BÂTIMENTS A USAGE PRINCIPAL AUTRE QUE D HABITATION (avec mention) REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D IMMEUBLE OU DE BÂTIMENTS A USAGE PRINCIPAL AUTRE QUE D HABITATION (avec mention) page 1/8 GENERALITES La personne physique candidate

Plus en détail

Construire bioclimatique

Construire bioclimatique Définitions 1 L architecture est un mode de conception qui consiste à trouver le meilleur équilibre entre un bâtiment, le climat environnant et le confort de l habitant. Une construction est un bâtiment

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse Connaissance des performances et du comportement thermique de bâtiments types du centre ancien de Bayonne, SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse VILLE DE BAYONNE/ADEME Le contexte

Plus en détail

N 1. solution. climate BUILDINGS. for sustainable - 1

N 1. solution. climate BUILDINGS. for sustainable - 1 N 1 climate solution for sustainable BUILDINGS F1-1 Du point de vue écologique comme architectural, un plafond SAPP ceiling est le système de climatisation qui s impose pour les projets les plus divers.

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le groupe ABALONE, spécialisé dans les ressources humaines, vient d'emménager dans ses nouveaux locaux (Loire-Atlantique) entièrement autonomes en

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Le verre de l habitat durable.

Le verre de l habitat durable. Création Image & Stratégie Illustrations A. Lainé / P. Chédal Saint-Gobain Glass France RCS Nanterre B 998 269 211 - G1-DOC0001/07-12 90000 Sous réserve de modifications Le verre de l habitat durable.

Plus en détail

Expérimentation «AGIR et Rénover +»

Expérimentation «AGIR et Rénover +» A.G.I.R. + Action Globale Innovante pour la Région C.R.E.E.R Contrat Régional pour l Emploi et une Economie Responsable Expérimentation «AGIR et Rénover +» Dossier de candidature «Accompagnement des projets

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

L HISTOIRE. «En 2000, j avais une maison chauffée par radiateur fioul. La maison était située au bord d un ruisseau et j avais toujours de l humidité.

L HISTOIRE. «En 2000, j avais une maison chauffée par radiateur fioul. La maison était située au bord d un ruisseau et j avais toujours de l humidité. L HISTOIRE «En 2000, j avais une maison chauffée par radiateur fioul. La maison était située au bord d un ruisseau et j avais toujours de l humidité. Étant formé chauffagiste par les Compagnons du Devoir,

Plus en détail

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été.

Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Isolation dynamique des combles: DuPont Energain offre des températures agréables durant les chaudes journées d'été. Auteurs : Jacques Gilbert et Ulrike Koster, DuPont Building Innovations DuPont de Nemours

Plus en détail

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 265 273 Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure D. Medjelekh * Laboratoire de l Architecture Bioclimatique et

Plus en détail

L essentiel de la RT 2012

L essentiel de la RT 2012 La newsletter des Experts Tertiaire Somfy N 5 I AVRIL 2012 édition spéciale L essentiel de la RT 2012 POLE SOLERE, Cité de l Environnement (69) Bâtiment BEPOS. Gestion des Brises Soleil Orientables et

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Les Vitrages à Isolation Renforcée

Les Vitrages à Isolation Renforcée Les Vitrages à Isolation Renforcée Vitrage à Isolation Renforcée En neuf et en réhabilitation, les VIR s imposent en tant que solutions efficaces et rentables Glasstec : 24 oct 2006 1 Les Vitrages à Isolation

Plus en détail

Le confort d été en construction ossature bois

Le confort d été en construction ossature bois Le confort d été en construction ossature bois 5 à 7 éco construction Feurs le 18 novembre 2010 Franck JANIN Présentation d'heliasol Etudes et conseil en thermique du bâtiment et énergies renouvelables

Plus en détail

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES?

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? La réalisation des calculs de TEXTINERGIE a nécessité la prise en compte de certaines hypothèses. Celles-ci portent sur les éléments du bâtiment modélisé

Plus en détail

Matériaux d isolation

Matériaux d isolation Mardi 30 Octobre 2012 en LORRAINE Matériaux d isolation Espace INFO ÉNERGIE Centre&Ouest Vosges Pierre Pellégrini Conseiller énergie Quelles sont nos missions? Sensibiliser, informer, conseiller de façon

Plus en détail

LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite

LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite LA VERANDA! La gestion d une énergie gratuite Espace vitré Adjacent au logement, la véranda est à la fois une pièce à vivre et un «volume tampon» qui contribue au chauffage de la maison l hiver et à son

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS PARTIE 1 : Le résidentiel dans les Bas Partie 1 Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr Préambule Construire

Plus en détail

1 - Définitions et principes

1 - Définitions et principes Fiche technique Attention : L air chaud étant moins dense que l air froid, il va avoir tendance à monter! Répartition des déperditions thermiques 1 - Définitions et principes Si à l échelle d un immeuble

Plus en détail

N 14 - CONSTRUIRE AUTREMENT

N 14 - CONSTRUIRE AUTREMENT N 14 - CONSTRUIRE AUTREMENT INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES Le contexte règlementaire Réduire les émissions de gaz à effet de serre est devenu une préoccupation internationale depuis la signature le 10 décembre

Plus en détail

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment 1 Atelier: Conception d un bâtiment adapté à son climat Le confort d été dans la RT 2012 Dominique CACCAVELLI CSTB 2 RT 2012 : les trois exigences de performance globale Exigence d efficacité énergétique

Plus en détail

L audit énergétique qu est-ce que c est?

L audit énergétique qu est-ce que c est? L audit énergétique qu est-ce que c est? Ce document se propose d expliquer, à l aide de quelques extraits commentés, en quoi consiste un audit énergétique. Un audit énergétique débute par un descriptif

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN

L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN L EFFICIENCE ÉNERGÉTIQUE POUR LE BÂTIMENT MÉDITERRANÉEN Rencontres CEA INDUSTRIE en région PACA N 1 La cité des énergies Cadarache K. Zunino 12/12/2012 Référence Présentation jj mmm aaaa PLAN 1. L énergie

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 ICYNENE.BE, ICYNENE.EU, ICYNENE.COM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d isolation projetée Icynene est un peu plus onéreuse que

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs AUDIT ENERGETIQUE Immeuble logement collectif - Copropriété Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs Notre démarche Notre étude Notre rapport ECIC : depuis 1991 2 agences : ITTEVILLE (91) & BORDEAUX (33)

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION ARCHITECTURE, TERRITOIRES & DEVELOPPEMENT DURABLE

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION ARCHITECTURE, TERRITOIRES & DEVELOPPEMENT DURABLE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2014 ARCHITECTURE, TERRITOIRES & DEVELOPPEMENT DURABLE L ENSAPL organise depuis plus de 12 ans une formation «Architecture, Territoire

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6 Isolation thermiques des parois vitrées Fiche réalisée par l AGEDEN Mise à jour NL : 18/09/2015 De par leur fonction d'ouverture et de transparence, les baies vitrées sont les parois les plus vulnérables

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable: aperçu Bruxelles Environnement

Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable: aperçu Bruxelles Environnement Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable: aperçu Bruxelles Environnement APPROCHE DU BÂTIMENT DURABLE À TRAVERS L ÉNERGIE. Anne-Laure MAERCKX CENERGIE Objectif(s) de la présentation Présenter les

Plus en détail

bioclimatique? Comment concevoir sa maison

bioclimatique? Comment concevoir sa maison Petites Machines à Habiter Projet Radiaterre de Arnaud S Comment concevoir sa maison bioclimatique? Région Ouest, climat océanique Climat venteux sans excès thermique, avec des hivers doux, des étés relativement

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES Socateb, expert en traitement de façades. SOCATEB, ACTEUR DU SALON DE LA COPROPRIÉTÉ LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2015 Le mot du Président

Plus en détail

2 ème rencontres de l entreprise éco responsable 22 Novembre 2011

2 ème rencontres de l entreprise éco responsable 22 Novembre 2011 2 ème rencontres de l entreprise éco responsable 22 Novembre 2011 Façades bioclimatiques - le rôle des protections solaires Ghislain Descamps Chargé d affaires Tertiaires Rhône Alpes A propos de la BA

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation.

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation. GUIDE PRATIQUE BIEN ISOLER SA MAISON que faire???? IDÉE reçue?? sommaire 1 Pourquoi isoler sa maison?................. 5 2 Les déperditions thermiques des parois........................................

Plus en détail

UNE DE NOS CONVICTIONS CHEZ S2T : LA CONSTRUCTION DURABLE ET DESIRABLE

UNE DE NOS CONVICTIONS CHEZ S2T : LA CONSTRUCTION DURABLE ET DESIRABLE UNE DE NOS CONVICTIONS CHEZ S2T : LA CONSTRUCTION DURABLE ET DESIRABLE PASSE PAR LE BOIS 1. UN MATERIAU ECOLOGIQUE Le bois est un matériau végétal, consommant, pour sa croissance, le gaz carbonique de

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Le convecteur électrique

Le convecteur électrique Correction fiche d investigation 2/2 : Comment fonctionnent les systèmes de chauffage électrique? Type de chauffage électrique étudié : Le convecteur électrique Principe de fonctionnement : Comme son nom

Plus en détail

Améliorer le bâti. Roger Cadiergues L16. SOMMAIRE. Livraison 16. 23 avril 2009 (prochain livret le 30 avril 2009) 1. Les techniques p.

Améliorer le bâti. Roger Cadiergues L16. SOMMAIRE. Livraison 16. 23 avril 2009 (prochain livret le 30 avril 2009) 1. Les techniques p. Roger Cadiergues Améliorer le bâti L16. SOMMAIRE 1. Les techniques p. 3 1.01. La triple importance du bâti 1.02. Améliorer les parois (hiver) 1.03. Améliorer les parois (été) 1.04. Améliorer les vitrages

Plus en détail