Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015"

Transcription

1 Prévention Infections urinaires associées aux soins Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015

2 Définition IU

3 Définition Au moins un des signes suivants Fièvre (>38 C), impériosité mictionnelle, pollakiurie, brûlure mictionnelle, ou douleur sus-pubienne En l absence d autre cause, infectieuse ou non Et Sans sondage vésical ni autre abord de l arbre urinaire Leucocyturie (>=10(4) leucocytes/ml) et uroculture positive (>=10(3) MO/ml) et au plus 2 MO différents Avec sondage vésical ou autre abord de l arbre urinaire, en cours ou dans les 7 jours précédents Uroculture positive (>=10(5) leucocytes/ml) et au plus 2 MO différents

4 Clinique chez la personne âgée Cf. définition Mais symptomatologie urinaire souvent absente Autres signes Aggravation du statut mental ou de la dépendance, et/ou aggravation d une incontinence Le tout sans autre cause retrouvée

5 Source : McGeer. ICHE 2012

6 Paraclinique

7 ECBU Examen le plus demandé au laboratoire de bactériologie. De réalisation simple (en théorie) Examen clé pour le diagnostic de certitude d infection urinaire Interprétation fonction de la bactériurie et la leucocyturie Pondération par la clinique Anamnèse, présence ou non de signes Pondération par des paramètres techniques Qualité du prélèvement, sa conservation ou son transport

8 Dépistage par bandelette (1) Praticabilité au lit du malade Test négatif si Leucocyte estérase et Nitrate réductase Patients non sondés, VPN sup. 95 % Permet d éviter une grande partie des ECBU Patients sondés Présence de leucocytes => pas utilisable

9 Dépistage par bandelette (2) Vessie neurologique => leucocyturie chronique fréquente Germes prenant en défaut la nitrate réductase Pseudomonas spp, Enterecoccus spp, Acinetobacter spp, Candida spp

10 Bandelette urinaire : faux négatifs Germes dépourvus de nitrate réductase Cf. supra. Forte densité urinaire Déshydratation, faibles apports liquidiens Protéinurie et glycosurie importantes Incontinence urinaire ou pollakiurie rendant le temps de transit des urines dans la vessie bref < 4 heures

11 Données épidémiologiques

12 1. Dans le secteur sanitaire En France : Données sur les IU = ENP Attention : changement de méthode et de définition des IU au cours du temp Etude de la fréquence du sondage urinaire Etude des IU Chez les patients sondés Chez les patients non sondés

13 Sondage urinaire le jour de l enquête ou 7 jours avant en France ENP Rea 57% 57%- 65.6%- 65.8% Chir 18% 20%- 21% 14.4% Obst 17.9% 5% Med 8%- 8% 8% 8% SSR 8% 7.5% 5% 4.7% Globalement 8 à 10% des patients

14 ECDC

15 Mais

16 Prévalence des IU en France La part des IU dans les IN diminue 40% à 30% Prévalence est de 1.5% à 2% si l on ne compte pas les IU non symptomatiques Stable Entre 15 % chez les SU 1% chez les non sondés

17 ECDC

18

19 Répartition par germes C3GR Ecoli 3% -> 17%)

20 Facteurs de risque Sondage U et durée +++ Non respect du système clos Sexe féminin et âge Infection urinaire se compliquent parfois de bactériémie Neutropénie pathologies rénales sexe masculin 21% des bactériémie N sont associées avec IU dont 71% liée au sondage Incidence 1.4% patients.jours. Mortalité 15%

21 Facteurs de risque Liés au patient Age Sexe Pathologie urologique Anomalies vésicales ou urétérales, pathologie de la prostate, rétention aiguë ou chronique, incontinence, lithiase Pathologie neurologique Diabète Immunodépression Liés à une procédure Sondage vésical ou cathéter sus pubien Examens diagnostiques Cystoscopie Bilan urodynamique Cystographie Chirurgie par voie endoscopique REP, lithotripsie

22 Facteurs de risque des IUN mis en évidence par des études prospectives avec analyse multivariée Facteur de risque Risque multipl. Cathétérisation > 6 jours 5,1 6,8 Sexe féminin 2,5 3,7 Mise en place cathéter en dehors du bloc op. 2,0 5,3 Service d urologie 2,0 4,0 Autres sites infectés 2,3 2,4 Diabète 2,2 2,3 Dénutrition 2,4 Insuffisance rénale 2,1 2,6 Stent urétral 2,5 Mesure de la diurèse 2,0 Sac de drainage des urines au dessus du niveau de la vessie 1,9 Utilisation d antibiotiques 0,1 0,4 Source : Maki DG et al. Emerg Infect Dis 2001;7(2):1-6

23 2. En EHPAD

24 En France PRIAM 2

25 Prévalence IU ECDC(HALT)

26

27 Létalité des infections urinaires : 6% Taux d hospitalisation : 13% Prévalence : 2.6%

28 Prév globale 1.4%

29

30

31

32 Immunosénescence Susceptibilité infectieuse du sujet âgé Généralement associée à une majoration des facteurs de risque retrouvés chez l adulte jeune Mais aussi le rôle du vieillissement immunologique Associé à un déclin non homogène des fonctions immunitaires Altération de certaines fonctions, comme l immunité cellulaire D autres paraissent augmentées comme l immunité innée

33 Immunosénescence Modifications des populations lymphocytaires avec accumulation de lymphocytes mémoire Baisse des réponses prolifératives Présence d un état inflammatoire chronique Charge antigénique chronique tout au long de la vie A l origine de trous dans le répertoire antigénique => Une plus grande susceptibilité aux nouveaux antigènes

34 Immunosénescence Modifications du système immunitaire sont d autant plus importantes Que les pathologies sont évoluées Et/ou qu existe une dénutrition associée Ces pathologies vont à leur tour accélérer le processus de vieillissement Donc intrication entre immunosénescence et pathologie Impact de ces modifications sur l efficacité des vaccinations

35 Physiopathologie

36 Physiopathologie des infections urinaires Ballonnet Sonde Germes (Périnée Femmes +++) Incrustation (ballonnet +++) Entrave vidange vessie Modif. Épithélium vessie Stase urines Adhésion Uréase + Multipl. germes Alcalinisation. urines Resist. ATB Resist. Aux défenses Immun. Homme

37 Physiopathologie Routes of entry of uropathogens to catheterized urinary tract Source : Maki DG, Tambyah PA. Emerging Infectious Diseases 2001;7(2):

38 Prévention

39 Reco 2002

40

41

42 Prévention Sondage +++ Indications Modalités de sondage Asepsie Sondage clos Matériau Ablation Alternative

43 Infections urinaires : prévention 43

44 Choix de la sonde Sondes imprégnées d argent ou d antiseptique Semblent réduire le risque d infection Sondes siliconées Semblent avoir moins de complications locales chez l homme et moins de risque d incrustation à long terme Sondes lubrifiées par un revêtement d hydrogel Semblent préférables pour les sondages itératifs Choisir une sonde de diamètre aussi petit que possible Un faible diamètre et un ballonnet de volume inférieur à 10 ml Semblent réduire les irritations et le risque d IUN

45 Alternatives au SAD KT sus pubien en alternative au sondage au long cours N a pas montré sa supériorité Etui pénien Préférable si médicalement possible Sondage intermittent Préférable en alternative au SAD Echographie sus-pubienne Préférable au sondage pour mesurer le résidu vésical

46 Spécificités chez la PA Promouvoir la rééducation comportementale Sondage intermittent en alternative au SAD Est préférable quand il est possible

47 Infections urinaires : conclusion Sonder moins Limiter les indications du sondage Sondages intermittents Protections absorbantes Étui pénien Sonder moins longtemps Indication à revoir chaque jour

48 Infections urinaires : conclusion Sonder mieux Poser et maintenir le sondage en système clos Mettre en place le système sonde/sac pré-connecté Ne jamais désolidariser la sonde du sac collecteur Respect de l asepsie Lors de la pose Lors des manipulation

49 Jus de canneberge

50 Revue de la littérature récente SU et matériaux Intérêt probable des sonde imprégnées de sels d argent pour la prévention de IU (Cochrane) Etude montre que ce l est pas coût efficace Antibioprophylaxie (Cochrane) Pas d efficacité chez les patients médicaux Interê limité chez les patients chirurgicaux au SU de courte durée (Cochrane 2013)

51 Choix de la sonde Sondes imprégnées d argent ou d antiseptique Semblent réduire le risque d infection Sondes siliconées Semblent avoir moins de complications locales chez l homme et moins de risque d incrustation à long terme Sondes lubrifiées par un revêtement d hydrogel Semblent préférables pour les sondages itératifs Choisir une sonde de diamètre aussi petit que possible Un faible diamètre et un ballonnet de volume inférieur à 10 ml Semblent réduire les irritations et le risque d IUN

52 Revue de la littérature récente Jus de canneberge inefficace pour les prévention des IU Bain à la chlorexidine (Jama 2015 Noto), inefficace dans la prévention des IU cluster randomisé sur 5 USI aux USA Efficacité sur le % de sondage la durée du sondage et l incidence des IU de programmes incluant Contrôle de l indication et évaluation quotidienne avec reminder du maintien de la sonde. Rôle ++ des infirmiers.

53

54 Revue de la littérature récente Prévention des IU liées au SU 2014 Mise à jour (reco de plusieurs sociétés américaines) ICHE may 2014, Evlyn Lo Insiste sur -Reco écrites y compris concernant l indication du sondage et le maintien de la sonde / Reminder / Surveillance - Formation sur ce sujet - Pas de reco d utiliser des sondes imprégnées - Pas de reco d ATB prophylaxie en général - Pas de reco de changement de sonde systématique

55 Questions irrésolues Eau stérile ou ATS pour la désinfection du méat Utilisation d ATS urinaire pour prévenir les infections ATBprophylaxie au changement de sonde

56 ANA CAUTI

Prévention des infections urinaires liées aux soins. K. ASTRUC Dijon le 27/10/2015

Prévention des infections urinaires liées aux soins. K. ASTRUC Dijon le 27/10/2015 Prévention des infections urinaires liées aux soins K. ASTRUC Dijon le 27/10/2015 Rappels épidémiologiques ES - IU plus fréquente des IAS en ES (30% dans l ENP 2012) - 70 à 80% sont liées au SAD Weber

Plus en détail

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez Révision des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires associées aux Soins (IUAS) de l adulte mai 2015

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Docteur Christophe TRIVALLE Pôle GériatrieG christophe.trivalle@aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

Prévention de l infection urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Infections urinaires 24% Infections respiratoires hautes et basses confondues : 41% Répartition proportionnelle des infections

Plus en détail

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011

Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention. Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Infections Urinaires en 2011 Epidémiologie, Prévention Dr Thomas Perpoint Maladies Infectieuses et Tropicales GH Nord, Lyon JRFHH, mai 2011 Plan Définitions Epidémiologie Prévalence, incidence, terrain

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009)

Prévention des IUN. Recommandations. Mesures générales et spécifiques. Introduction. Niveaux de recommandations (HICPAC CDC guidelines 2009) Recommandations Prévention des IUN Conférence de consensus : IUN de l adulte 2002 SPILF-AFU Guide to the Elimination of Catheter-Associated Urinary Tract Infections (CAUTIs) APIC 2008 Dr Gwenaël Rolland-Jacob

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001 Infections urinaires sur sondes 2001, C.CLIN-Ouest C.CLIN-Ouest Basse-Normandie Centre Bretagne Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire

Plus en détail

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires

Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Ecologie bactérienne et critères Infections Urinaires Programme des journées de formations médicales continue- Tiaret 24-25 Mai 2013 Dr Kara Biologiste Praticien hygiéniste- CH Marc Jacquet 77000 Melun

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection et sondage urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection et sondage urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Conjonctivites infectieuses 5% Gastro-entérites 7% Zona 1% Autres 7% Infections urinaires 24% Infections d escarres

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES PRIORITE REGIONALE 2010. Participation à l état des lieux OBJECTIF DE LA REUNION REGION CENTRE JANVIER 2010

CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES PRIORITE REGIONALE 2010. Participation à l état des lieux OBJECTIF DE LA REUNION REGION CENTRE JANVIER 2010 CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES REGION CENTRE JANVIER 010 infections urinaires fréquentes et concernent établissements de santé et EHPAD 30 % des bactériémies ont une porte d entrée urinaire Des

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE CHAPITRE 21 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS Savoir diagnostiquer une infection urinaire chez l adulte et l enfant. Connaître les principes du traitement. Interpréter

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Complications des Bandelettes Sous-Urétrales. Ph. Ballanger

Complications des Bandelettes Sous-Urétrales. Ph. Ballanger Complications des Bandelettes Sous-Urétrales Ph. Ballanger IU et Bandelettes sous urétrales La Révolution de 1995 - Ulmsten Bandelette de Polypropylène Objectif Position sous-urétrale corriger la défaillance

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

C.CLIN-Ouest Bretagne

C.CLIN-Ouest Bretagne C.CLIN-Ouest Bretagne Basse-Normandie Centre Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

le sondage évacuateur

le sondage évacuateur Fenêtre ouverte sur le sondage évacuateur Raphaëlle Girard et Maryse Roule Novembre 2002 Objectif de l'intervention Présenter les premières conclusions pour l'élaboration d'une procédure pour le sondage

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

Rétention aiguë d'urine

Rétention aiguë d'urine Rétention aiguë d'urine OBJECTIFS Diagnostiquer une rétention aiguë d'urine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. LIENS TRANSVERSAUX ITEM 156 Tumeurs de la prostate. ITEM

Plus en détail

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS CAS CLINIQUE: Mme B 57 ans ménopausée depuis 3 ans. Elle ne prend aucun

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD CHU le 24 novembre 2009 Le risque infectieux en gériatrie Les particularités en gériatrie

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES Rozenn Le Berre Service de maladies infectieuses, CHU Brest EA3882, Laboratoire de biodiversité et écologie microbienne DOUARNENEZ, MARS 2009 Cas clinique n 1

Plus en détail

LE SONDAGE URINAIRE INTERMITTENT

LE SONDAGE URINAIRE INTERMITTENT LE SONDAGE URINAIRE INTERMITTENT Historique et pratiques en SSR QUELQUES MOTS DE PRÉSENTATION Un peu d histoire Les troubles urinaires sont mentionnés avant JC dans des textes indiens, chinois, puis après

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE 1 Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire Dr Béatrice DAVENNE Médecin de Médecine Physique et de Réadaptation. Chef de service Rééducation Neurologique et Urodynamique

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L incontinence fréquente, de grave conséquence chez le sujet âgé. L incontinence

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U U.E 2.5 Processus Inflammatoires & Infectieux Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U ESI 2 ème année Groupe 5 Le 07/10/2013 Présentation du Groupe 5 Mario BLANDY Manuela GAMARRA Cécile COQUET Christelle

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE

LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE LES DISPOSITIFS MEDICAUX IMPLANTABLES EN URO-GYNECOLOGIE (OBSTRUCTION ET INCONTINENCE) 10, 11 et 12 octobre 2006 Dr Jacques BISERTE Urologie = pathologies des app. excréto-urinaire et génital masculin

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques

Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques Le sondage vésical : 1. Fondements théoriques 1.1. Base légale Au Grand-Duché de Luxembourg, l infirmier/ière à le droit de réaliser le sondage vésical sur prescription médicale en dehors de la présence

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud

L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud L infection urinaire associée au soin Le point de vue du bactériologiste Olivier Barraud MCU-PH UMR Inserm 1092 Faculté de Médecine Université de Limoges Laboratoire de Bactériologie-Virologie-Hygiène

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Investiguer et traiter une infection urinaire basse non compliquée chez la femme de 12 à 65 ans

Investiguer et traiter une infection urinaire basse non compliquée chez la femme de 12 à 65 ans ORDONNANCE COLLECTIVE ORD-CMDP-17 Investiguer et traiter une infection urinaire basse non compliquée chez la femme de 12 à 65 ans ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Président(e) du Conseil des médecins, dentistes

Plus en détail

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence - 86035 POITIERS CEDEX. La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène.

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence - 86035 POITIERS CEDEX. La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène. Page 1 sur 5 La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène. SONDAGE VESICAL EN SYSTEME CLOS Dans le cadre de son rôle propre, l infirmière accomplit les changements de sonde vésicale et la

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 3 Les maladies infectieuses Les maladies infectieuses 198 Les maladies infectieuses W. Michielsen, R. Peleman Les personnes âgées sont plus susceptibles aux infections

Plus en détail

Infections urinaires (ITU)

Infections urinaires (ITU) Infections urinaires (ITU) Plan Considérations générales Bactériurie asymptomatique Infections urinaires chez la femme Non compliquées Compliquées Infections urinaires récidivantes Infections urinaires

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC Infection urinaire du sujet âgé à BMR Barbara KULI Laurent BELLEC À Saint-Gilles les Bains, le 24/11/2012 Mme P. 82 ans ATCD: HTA, DID, arthrose genoux bilatérale, démence évoluée Mode de vie: vit chez

Plus en détail

L ACQUISATION DU CONTRÔLE MICTIONNEL LES DYSFONCTIONS MICTIONNELLES COURANTES

L ACQUISATION DU CONTRÔLE MICTIONNEL LES DYSFONCTIONS MICTIONNELLES COURANTES L ACQUISATION DU CONTRÔLE MICTIONNEL LES DYSFONCTIONS MICTIONNELLES COURANTES VESSIE AUTOMATIQUE DU NOUVEAU NE VESSIE IMMATURE VESSIE ADULTE L immaturité vésicale Physiologique -UNE REALITE Urodynamique

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Cystite aiguë simple (Recommandation «Vidal)

Cystite aiguë simple (Recommandation «Vidal) Cystite aiguë simple (Recommandation «Vidal) Mise à jour de la Reco : 16/11/2010 Mise à jour des listes de médicaments : 20/01/2011 La cystite aiguë simple de la femme de 15 à 65 ans est une inflammation

Plus en détail

Matière Note /32 Note/20

Matière Note /32 Note/20 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Session de Janvier 2015 DCEM2 MODULE : uro-néphrologie SOUS MODULE : Urologie Nombre de questions : 32 Nombre de pages : 12 Durée 35 mn Recommandations : Vous avez entre les

Plus en détail

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS Contexte EHPAD Fiches techniques traitement anti-infectieux Résidents et collectivité Réglementaire renforcé Décret du 17 mai 2006 Art 2 : chaque antenne est chargée d assurer un relais de proximité du

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

4. La sécurité du patient. La gestion des risques. Les évènements indésirables associés aux soins (EIAS)

4. La sécurité du patient. La gestion des risques. Les évènements indésirables associés aux soins (EIAS) 4. La sécurité du patient. La gestion des risques. Les évènements indésirables associés aux soins (EIAS) Définir les notions de qualité, sécurité, événement indésirable grave (EIG), évènement porteur de

Plus en détail

L ADENOME DE LA PROSTATE OU HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE. Professeur Christian SAUSSINE, Service de Chirurgie Urologique, Nouvel Hôpital Civil

L ADENOME DE LA PROSTATE OU HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE. Professeur Christian SAUSSINE, Service de Chirurgie Urologique, Nouvel Hôpital Civil L ADENOME DE LA PROSTATE OU HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE Professeur Christian SAUSSINE, Service de Chirurgie Urologique, Nouvel Hôpital Civil I. DÉFINITIONS L adénome de la prostate, terminologie

Plus en détail

Infections fongiques - Quand y penser?

Infections fongiques - Quand y penser? Infections fongiques - Quand y penser? Jean-Michel LAFFOSSE Département de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie CRIOACGSO 2 ème Congrès National des CRIOAC Lille 3 et 4 Septembre 2015 Les infections

Plus en détail

Prévention et prise en charge des infections urinaires en EHPAD. Risque infectieux en EPHAD 10 mai 2011

Prévention et prise en charge des infections urinaires en EHPAD. Risque infectieux en EPHAD 10 mai 2011 Prévention et prise en charge des infections urinaires en EHPAD Risque infectieux en EPHAD 10 mai 2011 B.CORROYER-SIMOVIC / K. FAURE Pôle de gérontologie/pôle de maladies infectieuses CHRU LILLE Définitions

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ÉVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE QUALITÉ DE LA POSE ET DE LA SURVEILLANCE DES SONDES URINAIRES DÉCEMBRE 1999 Service Évaluation en Établissements de Santé Dans

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Optimiser la prescription des examens biologiques

Optimiser la prescription des examens biologiques 1 Séminaire DPC AMMPPU 27&28 /09/2013 Optimiser la prescription des examens biologiques Dr J.Birgé (j autorise l AMMPPU à publier ce diaporama sur son site WEB) Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine

Plus en détail

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal SOFOMEC - Jeudi 17 mars 2011 1 Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal OUI!... Puisque Sine materia... En fait : NON But de cette présentation

Plus en détail

Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations. Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique

Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations. Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique Infections urinaires en EHPAD Nouvelles recommandations Hanitra ANDRIANASOLO Gériatre au Centre Emma Ventura CHU de Martinique Infections urinaires en EHPAD - Fréquentes : 24% PRIAM (2005) 29% HALT (2010)

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Recommandations en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Pourquoi les EHPAD? Image : Le Figaro 2 Dépendance = Chantier Prioritaire 3 Lutte contre les IAS Soins de Ville Et. de de

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique

Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + Douleurs abdominales de la personne âgée aux urgences Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique + 2 Questions 1. Résultats de l évaluation gériatrique? 93 ans 89 ans 92 ans 87 ans 2. Balance Bénéfices-

Plus en détail

Infection urinaire de l'enfant (93) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Avril 2003

Infection urinaire de l'enfant (93) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Avril 2003 Infection urinaire de l'enfant (93) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Avril 2003 Pré-Requis : Anatomie des voies urinaires Résumé : L infection urinaire, pyélonéphrite (PNA) ou cystite, est une pathologie

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme

Incontinence urinaire de la femme Incontinence urinaire de la femme AFML formation du 4 et 5 mars 2011 Dr Pierre-Charles CHERRIER Dr Anne-Marie JANICKI Définitions L incontinence urinaire est définie, selon l International Continence Society

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

LES TROUBLES URINAIRES DU BAS APPAREIL (Dr Béatrice CUZIN, Dr Arnaud SEVENE)

LES TROUBLES URINAIRES DU BAS APPAREIL (Dr Béatrice CUZIN, Dr Arnaud SEVENE) QUAND LA MALADIE EST AU DEVANT DE LA DIFFICULTE SEXUELLE LES TROUBLES URINAIRES DU BAS APPAREIL (Dr Béatrice CUZIN, Dr Arnaud SEVENE) chez la femme Dr Arnaud SEVENE Médecin sexologue, secrétaire général

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

E N D I R E C T D E L A E T D E L

E N D I R E C T D E L A E T D E L Conférence de Consensus co-organisée par la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) et l Association Française d Urologie (AFU) - Texte court - Infections urinaires nosocomiales de

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail