I - RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 INTRODUCTION OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION PRESENTATION DU SITE...

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I - RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION... 2 3 PRESENTATION DU SITE..."

Transcription

1 Page : 1 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION PRESENTATION DU SITE ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS... 14

2 Page : 2 1 INTRODUCTION Ce résumé comprend la description et l explication des activités du site de la SOCIETE DES EAUX MINERALES DE LUCHON sur le site de Bagnères-de-Luchon et la présentation des différents impacts et dangers sur l environnement des activités tel que prévu par la réglementation relative aux Installations Classées pour la Protection de l Environnement. 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION L activité de la Société des Eaux Minérales de LUCHON est une usine d embouteillage d eau minérale et de boissons située à Bagnères-de-Luchon. Elle dispose des arrêtés d autorisation pour - l exploitation en tant qu eau minérale naturelle de l eau de captage de «Lapadé» (arrêté du 28/01/1993), - le conditionnement de l eau de captage de la source Lapadé (arrêté du 06 :11/1995), - le captage, la distribution et l embouteillage de l eau du forage «Source d Estivèle» (arrêté du 22/02/2001). Au titre des Installations Classées pour la Protection de l Environnement, la Société des Eaux Minérales de Luchon dispose d un récépissé de déclaration du 17 août 1992 portant sur les rubriques installations classées suivantes : Rubrique 272.A.2 : transformation de polymères (ancienne rubrique 2661) Rubrique 272.bis.2 : stockage de polymères (ancienne rubrique 2662) Rubrique 361.B.2 : compression (ancienne rubrique 2920). Depuis ce récépissé, le site a connu de nombreux changements : Développement d une activité de production d eau aromatisée, Agrandissement de bâtiment dédié au stockage de produits finis, Mise en place d une nouvelle ligne de soufflage/embouteillage. Compte tenu des différentes évolutions connues, le site est concerné aujourd hui par le régime d autorisation. C est pourquoi la SEML réalise aujourd hui ce dossier pour une régularisation administrative.

3 Page : 3 Afin d obtenir l actualisation de sa situation administrative au regard du Code de l Environnement, la SEML dépose ce dossier de demande de régularisation d autorisation notamment pour les rubriques suivantes : - Autorisation pour : préparation, conditionnement de boissons - Enregistrement pour b : transformation de polymères, - Déclaration pour : stockage de bois. 3 PRESENTATION DU SITE Localisation du site Le site de la Société des Eaux Minérales de Luchon est implanté sur la commune de Bagnères-de- Luchon et pour partie sur celle de Moustajon dans le département de la Haute-Garonne (31). Figure 1 : Localisation du site de la SOCIETE DES EAUX MINERALES DE LUCHON

4 Page : 4.1 Date : JUIN 2014 Sur les communes concernées, la SEML occupe les parcelles cadastrales suivantes : sur la commune de BAGNERES DE LUCHON, lieu-dit Bordo Del Biel, section AA : 39, 40, 41, 42, 43, 46, 48, 49, 50, 51, 120 soit m 2 sur la commune de MOUSTAJON, lieu-dit Les Tretes, section A1 : 541, 633, 636, 638, 640 soit m 2. Présentation de l activité du site Les eaux embouteillées proviennent de deux sources : La source Lapadé dont l exploitation est assurée par la mairie de Bagnères-de-Luchon. Les eaux avant utilisation sont stockées dans deux cuves tampon de 1000 litres chacune, La source d Estivèle exploitée par la Société des Eaux Minérales de Luchon. L embouteillage de l eau minérale (source Lapadé) et de l eau de source (source d Estivèle) se déroule selon plusieurs étapes à partir de 2 lignes de conditionnement : Une ligne spécifique aux gros contenants (bidon de 500 cl), capacité de production de 800 bidons/heure, L / 24h en bidon de 5L en eau minérale, Une ligne principale pour les formats de bouteilles de 33 cl à 200 cl. Les capacités de production sur cette ligne sont les suivantes : L / 24h pour des bouteilles de 1,5 L en eau minérale ou eau de source, L / 24h pour des bouteilles de 0,75 L en eau minérale, L / 24h pour des bouteilles de 0,5 L en eau minérale, L /24 h pour des bouteilles de 0,33 L en eau minérale, L / 24 h pour des bouteilles de 2 L en eau de source, L/24 h pour des bouteilles de 1,5 L en eau aromatisée, L/24h pour des bouteilles de 0,33 L en eau aromatisée. Les préformes utilisées au niveau du soufflage sont en polyéthylène térephtalate (PET). La capacité théorique de soufflage sur la ligne principale est de bouteilles par heure ce qui représente 20,4 tonnes de plastique par jour. La capacité réelle de production est plutôt de 18 tonnes/jour. La capacité théorique de soufflage sur la ligne des bidons de 5 litres est de 800 bidons par heure ce qui représente 1,65 tonnes de plastique par jour. La capacité réelle de production est plutôt de 1,1 tonnes/jour. A l issue de la production, les bouteilles d eau sont conditionnées, stockées sur site puis expédiées. L embouteillage des eaux aromatisées (activité démarrée en juin 2004) comprend les mêmes étapes de fabrication que pour le conditionnement des eaux de source et minérale. L activité supplémentaire nécessaire est celle liée à l étape de formulation et de préparation des boissons aromatisées. La formulation se fait avec de l eau, du sucre liquide (saccharose) stocké dans une cuve à l extérieur d une contenance maximale de 35 m 3 de l acide citrique et des arômes naturels.

5 Page : 5 La préparation se fait principalement à partir d eau minérale. Voisinage Le secteur d implantation de l usine de la société des Eaux Minérales de Luchon est classé par le PLU de la commune de Bagnères-de-Luchon en zone UE, zone urbaine destinée aux activités diversifiées à dominante économique, de type artisanal, industriel, commercial ou de services Le voisinage du site figure sur la vue aérienne ci-dessous. Figure 2 : Plan du voisinage du site Les maisons d habitation les plus proches sont situées à moins de 30 mètres à l Ouest des limites de propriété de l autre côté de l avenue de Toulouse (RD 125c).

6 Page : 6 Voies de communication Le réseau routier local est marqué par : la D125 reliant Bagnères-de-Luchon à l autoroute A64, la D125c reliant Bagnères de Luchon à Moustajon, l autoroute des A64 reliant Toulouse à Pau. Le réseau ferroviaire consiste en la ligne SNCF de Toulouse à Bagnères-de-Luchon située à 30 m à l Est du site. L aéroport le plus proche est celui de Tarbes à une centaine de kilomètres au Nord-Ouest. Il est à noter la présence de l aérodrome de Bagnères-de-Luchon à 300 m au Sud-Est.

7 Page : 7 4 ETUDE D IMPACT Localisation du site de la SOCIETE DES EAUX MINERALES DE LUCHON La localisation du site de la SOCIETE DES EAUX MINERALES DE LUCHON est donnée sur les plans en annexe dont un extrait est présenté ci-dessous. Figure 3 : Plan de situation du site Le site de la Société des Eaux Minérales de Luchon est implanté sur la commune de Bagnères-de- Luchon dans le département de la Haute-Garonne le long de la route de Toulouse. Voisinage du site de SEML Le site est délimité : - au Sud : par un champ et des bâtiments d activités artisanales, - à l Est : par la voie ferrée et au delà la route départementale 125, - au Nord : par des commerces (Intermarché, Bricomarché) et les locaux du SIVOM, - à l Ouest : la route départementale 125c.

8 Page : 8 L Etude d Impact aborde les points suivants : L impact visuel, L impact sur la faune et la flore, L impact sur l environnement eau et sol, L impact sur l environnement air, Les émissions de bruit, Les déchets, Le trafic routier, L impact sur la santé, L utilisation rationnelle de l énergie, L impact sur le changement climatique, Les conditions de remise en état du site. Pour chacun de ces points, il est présenté : * La situation actuelle et les impacts induits, * Les mesures prises et prévues pour limiter ou supprimer les nuisances. Impact visuel Le site de la Société des Eaux Minérales de Luchon est de façon générale bien intégré sur cette zone. Compte tenu de l éloignement, il ne constitue pas une gêne visuelle ou lumineuse pour les habitations les plus proches. Les bâtiments et abords sont entretenus régulièrement. Impact sur la faune et la flore Situées en zone urbaine destinée à l implantation d activités, les activités de la Société des Eaux Minérales de Luchon n entraînent pas d impact significatif sur la faune et la flore du site dont la richesse écologique, faunistique et floristique est limitée.

9 Page : 9 Impact sur l eau et le sol 1. Consommation L eau utilisée sur le site possède différentes origines : - L eau de la source Lapadé, - L eau du forage d Estivèle dont le forage est présent sur le site de la Société des Eaux Minérales de Luchon, - L eau de ville. Les deux premières alimentations servent à la production de la société. L eau de ville sert pour les usages sanitaires et la lubrification des convoyeurs. La consommation annuelle d eau de ville s élève à environ 1900 m 3 par an. Actuellement, la Société des Eaux Minérales de Luchon embouteille l eau minérale provenant de la source de Lapadé après traitement sur alumine activée pour éliminer l arsenic. Le débit consommé maximal est de 40 m 3 /h, l excédent éventuel rejoint le ruisseau de Barradé. L eau de source qui provient de la source d Estivèle subit un traitement de séparation des composés de fer, manganèse et arsenic sur tour d oxydation et filtre à silice. Le débit consommé maximal est de 40 m3/h. Hors période d embouteillage, un débit minimal de 2 m 3 /h est gardé, ce débit rejoint le réseau des eaux usées pour traitement sur la station d épuration communale. La Société des Eaux Minérales de Luchon envisage d évacuer à l avenir ce débit de fuite vers le ruisseau dans la mesure où il s agit d eau propre. 2. Rejets Il existe 2 réseaux séparés de collecte d effluents sur le site : Réseau des effluents usés : eaux sanitaires, eaux usées de sanitation, excédent d eau minérale ou de source, Réseau des effluents pluviaux. Les effluents domestiques ainsi que les eaux usées de sanitation sont rejetés dans le réseau d assainissement communal muni d une station d épuration. Une partie des eaux excédentaires (eau de source/ eau minérale) correspondant à des eaux de fin de production, de rinçage sont également rejetées dans le réseau d assainissement communal. Les rejets d eaux pluviales sont constitués des eaux de toitures non polluées et des eaux de voiries (susceptibles d être souillées par des hydrocarbures et des poussières). Les eaux pluviales issues des voiries et des parkings sont dirigées vers le milieu naturel après prétraitement sur séparateur d hydrocarbures. Les eaux pluviales de toiture ne contenant pas de polluant particulier sont rejetées directement au milieu naturel.

10 Page : 10 Les eaux minérales déviées par la mairie rejoignent le ruisseau de Barradé, et celles excédentaires le ruisseau du JUNCA. Ces eaux ne subissent aucune modification et n ont aucune utilité au niveau du site de production. Des eaux de source ne subissant aucune modification peuvent également être évacuées directement dans le ruisseau du Junca. 3. Sol Les stockages de produits liquides présents sur le site sont sur des rétentions de capacité adaptée. Impact sur l environnement air Les rejets atmosphériques issus de l établissement ont été répertoriés (équipements fonctionnant au gaz naturel, circulation automobile, utilisation d encres). Ils ne présentent pas de caractéristiques susceptibles de provoquer des impacts significatifs sur l environnement. Les rejets des installations de combustion concernent des unités de combustions du type chaudière, aérotherme, brûleurs dont les puissances sont très limitées (unitairement inférieure à 400 kw et 600 kw pour la nouvelle chaudière). Le rejet de ces équipements est constitué principalement d'oxydes d'azote (NO, NO 2 ) et de gaz carbonique (CO 2 ). L utilisation d encres et de solvants est à l origine d émissions diffuses qui sont très limitées puisque la consommation annuelle de ces produits est de 650 kg. Le trafic généré par le site est limité à une vingtaine de camions par jour. L établissement ne fait pas l objet d émissions d odeurs gênantes pour le voisinage. Déchets Les principaux déchets liés à l activité du site de la Société des Eaux Minérales de LUCHON sont constitués majoritairement de Déchets Non Dangereux et dans une moindre mesure de Déchets Dangereux. L essentiel des déchets découlant de l activité a pour origine : les cartons, les papiers et les emballages plastiques, les palettes bois, les emballages de produits chimiques, les déchets de maintenance, les ordures ménagères. Les déchets sur le site font l objet d un tri à la source et dispose de zone de stockage dédiée. Un compacteur est installé pour limiter les transports de déchets. Les filières privilégiées sont le recyclage ou la valorisation assurée par des entreprises spécialisées. Elles sont toutes agréées par autorisation préfectorale.

11 Page : 11 Le mode de stockage des déchets, leur gestion et leur élimination régulière selon les filières réglementaires permettent un impact négligeable sur l environnement, la salubrité publique et la commodité du voisinage. Le registre des déchets est en place sur le site et les bordereaux de suivi de déchets sont remplis et conservés conformément à la réglementation. Bruit et vibrations Bien que le site soit situé dans une zone artisanale et industrielle, les premières habitations sont proches, pour certaines. Le voisinage est donc particulièrement sensible. Il est également à noter que le site est dans le secteur de nuisance sonore de l avenue de Toulouse, de l aérodrôme et de la voie de chemin de fer. Le site de la Société des Eaux Minérales de Luchon peut être à l origine d émissions sonores issues du fonctionnement des équipements de production. L établissement n utilise pas d équipements particulièrement bruyants qui puissent avoir un impact sur le voisinage. Une grande part des manutentions s effectue à l intérieur du bâtiment. Les niveaux sonores générés par l activité de l entreprise sont conformes à la réglementation en limite de propriété. 1. Inventaire des sources de bruit Actuellement, l impact sonore imputable à l activité du site est lié aux installations suivantes : moteurs des élévateurs et des transporteurs, compresseurs (compresseurs d air et groupes de réfrigération), ventilations,, trafic engendré par les camions, engins de manutention (opérations de chargement / déchargement) et véhicules du personnel. 2. Dispositions prises pour limiter l impact Les actions mises en œuvre pour réduire ou compenser les niveaux sonores sont les suivantes : Les chauffeurs sont invités à arrêter leurs véhicules pendant les opérations de livraison et d expédition, L usage d avertisseurs sonores est limité aux situations exceptionnelles, Les équipements bruyants sont à l intérieur de locaux fermés, Des merlons de terre naturelle sont en place en limite Ouest du site.

12 Page : 12 Trafic routier Le trafic routier lié aux installations sera essentiellement dû à la réception des matières premières et à l expédition des produits finis et de déchets ainsi qu aux véhicules du personnel. L accès à l établissement de la Société des Eaux Minérales de Luchon se fait par l avenue de Toulouse depuis la route départementale 125. Le trafic de l établissement suit les horaires d ouverture de la société généralement dans la période 7h-19h. Le trafic est au maximum de 20 camions par jour et 25 véhicules légers. En comparaison avec les trafics générés sur les axes routiers, le trafic issu des installations est estimé à 1,8 % du trafic de la route départementale 125 (ce qui est faible). Impact sur la santé Après l analyse des produits et des procédés utilisés actuellement, ainsi que de la sensibilité de l environnement, nous pouvons observer que : Les stockages des produits et déchets permettent d éliminer les risques de transfert de produits dans le sol et les eaux de surfaces ou souterraines, Les eaux rejetées sont des eaux usées et des eaux pluviales. Les eaux usées rejoignent la station communale. Les eaux pluviales de voirie sont traitées par séparateur d hydrocarbures avant rejet dans le milieu naturel, Les nuisances acoustiques sont limitées, Les rejets atmosphériques liés aux installations de combustion sont négligeables compte tenu de la faible puissance des équipements. Il apparaît donc qu'au vue de ces éléments, les effets des installations sur la santé des populations voisines soient négligeables Utilisation rationnelle de l énergie et changement climatique Le site de la Société des Eaux Minérales de Luchon utilise de l énergie électrique (équipements de production, éclairage, chauffage ) et de l énergie thermique avec du gaz naturel pour toutes les installations de combustion. Afin de limiter les consommations énergétiques, des actions sont menées : sensibilisation du personnel, maintenance et contrôle des équipements. Les émissions CO 2 générées par la consommation d énergie (électricité, gaz naturel, fluides frigorigènes) sont de l ordre de 417 tonnes ce qui correspond aux émissions annuelles d un groupe d une quarantaine d habitants en France.

13 Page : 13 Remise en état du site après exploitation (le cas échéant) Les principales dispositions de remise en état du site en cas de cessation d activité seront les suivantes : - mémoire sur l état (avec plan à jour des terrains), - élimination des déchets résultants, et seront conformes à l article R et suivant du Code de l Environnement.

14 Page : 14 5 ETUDE DE DANGERS La composition de l Etude de Dangers s articule autour des thèmes suivants : Identification, caractérisation et réduction des potentiels de dangers Estimation des conséquences de la concrétisation des dangers Etude détaillée de réduction des risques Description des moyens de prévention, de protection et d intervention Conséquences des différents scénarios en tenant compte de l efficacité des mesures internes de prévention et de protection Identification des phénomènes dangereux associés aux installations Les critères de choix des phénomènes dangereux associés aux installations sont les suivants : Réalité physique du stockage ou du procédé, Mesures de protection physiques passives de grande ampleur, Limites physiques réalistes référencées par le retour d expérience. La liste des phénomènes dangereux retenus est la suivante : - Incendie dans la zone de stockage de produits finis, - Incendie dans la zone de stockage des emballages, - Incendie dans la zone de stockage des palettes bois, - Pollution par épandage d eaux usées ou de produits chimiques. Ont été exclus de la caractérisation en probabilité et gravité, les phénomènes dangereux d installation E, D ou NC même si leurs effets sortent des limites de l établissement, qui répondent aux conditions ci-dessous : A. aucun phénomène dangereux de l installation autorisée ne constitue un événement initiateur du phénomène dangereux de l installation E, D ou NC, B. le phénomène dangereux de l installation E, D ou NC ne constitue pas un événement initiateur du phénomène dangereux de l installation autorisée, OU il le constitue, mais l installation autorisée ne génère pas de phénomène dangereux dont les effets sortent des limites de l établissement. C. l installation E, D ou NC respecte la réglementation qui lui est applicable (arrêté ministériel de prescriptions générales ou arrêté spécifique pouvant exister pour les installations NC - stockages de gaz ou d hydrocarbures par exemple).

15 Page : 15 PHD N PHÉNOMÈNES DANGEREUX LIBELLÉ PHD ASSOCIE A INSTALLATION D OU NC? CONDITION A) REMPLIE? CONDITION B) REMPLIE? CONDITION C) REMPLIE? EVALUATION DE LA CRITICITE 1 Incendie stockage de produits finis OUI (NC / ICPE (Rubrique 1510)) OUI OUI / NON 2 Incendie stockage dans local d emballage OUI (NC / ICPE (Rubrique 1530 et 2663) OUI OUI / NON 3 Incendie sur stockage de palettes bois OUI (D / ICPE Rubrique 1532) OUI OUI / NON Estimation des conséquences de la concrétisation des dangers L analyse des risques a permis de constater que parmi les scénarios accidentels recensés (incendie, pollution), aucun n est susceptible de provoquer des conséquences notables sur l environnement et le voisinage. En effet, les conséquences d un incendie des locaux sont limitées par l absence de matières combustibles ou dangereuses. De plus, les effets thermiques associés aux incendies au niveau d un stockage (palettes, emballages, produits finis) ou d un équipement de production n affecteraient pas de tiers. Les scénarios de pollution accidentelle de l eau ou des sols sont rendus improbables par la présence de rétention. Etude de réduction des risques Cette partie présente en détail toutes les causes possibles de l ensemble des scénarios à risque du site. La mise en œuvre de ces méthodes a permis d identifier tous les moyens de prévention (dispositions constructives, détection incendie, moyens d extinction, rétentions, ventilation, moyens de première intervention ) pour éviter l apparition d incidents et d accidents susceptibles d avoir des effets sur l environnement du site.

16 Page : 16 Description des moyens de prévention, de protection et d intervention Les installations sont pourvues de plusieurs moyens d intervention : - Extincteurs mobiles et portatifs, - Robinets - Réserve d eau et poteaux incendie. L organisation de la sécurité sur le site de la SOCIETE DES EAUX MINERALES DE LUCHON passe par la formation du personnel à la conduite et à la sécurité des installations. Les procédures et consignes de sécurité sont affichées aux postes de travail. Les installations font l objet de contrôle annuel par des organismes agréés.

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DES DANGERS BUREAU VERITAS 2272071 RESUME NON TECHNIQUE PAGE 1 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DES ACTIVITES ET DU PROJET D EVOLUTION DU SITE... 3 2 LOCALISATION

Plus en détail

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Ce résumé non technique a pour objet de faciliter la prise de connaissance des informations contenues dans le dossier. Conformément

Plus en détail

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS AVANT PROPOS La société FUCHS exploite une usine de fabrication et de conditionnement de vinaigre sur la commune de LA TREMBLADE (17). L entreprise dispose d un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation d exploiter des Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Dossier de demande d autorisation d exploiter des Installations Classées pour la Protection de l Environnement SOMMAIRE I) INTRODUCTION... 2 II) L ENTREPRISE ET SES ACTIVITES... 2 1) PRESENTATION DE L ENTREPRISE... 2 2) ACTIVITES DE L ENTREPRISE... 2 3) LE PERSONNEL... 3 4) LOCALISATION DE L ENTREPRISE... 3 5)

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique POWEO TOUL PRODUCTION Partie 1 Demande d autorisation d exploiter Résumé non technique DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE NOUVELLE INSTALLATION DE PRODUCTION D ELECTRICITE 48-AO0102-APS/G.06/0001

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------ INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION

Plus en détail

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS ENERALES PAE 1 / 15 REVISION : 0 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des

Plus en détail

Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE

Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Regranuleuse et sources scellées RESUMES NON TECHNIQUES Date : février 2011 CETE

Plus en détail

CHANTIERS VERTS I. NUISANCES ET IMPACTS DES CHANTIERS. I.1. Les nuisances ressenties par les riverains

CHANTIERS VERTS I. NUISANCES ET IMPACTS DES CHANTIERS. I.1. Les nuisances ressenties par les riverains CHANTIERS VERTS Les chantiers verts sont des chantiers de construction ou de réhabilitation réalisés de manière à ce que les impacts sur l'environnement et les nuisances perçues par les usagers et les

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 060207: Restaurants ; lorsqu ils sont destinés à recevoir plus de 50 personnes Commune/Ville de Redange/Attert Page 1 / 17 N du dossier

Plus en détail

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) 1 Les déchets Les déchets issus des activités de photographie peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Electricité L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants.

Plus en détail

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY CLIMTHERM Bureau d études Fluides Marc MISIURNY MAIRIE DE SALOUEL 10, RUE FERDINAND BUISSON 80480 SALOUEL CONSTRUCTION D'UN CENTRE D'ACCUEIL ET DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT CHARTE "CHANTIER PROPRE" JANVIER

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222 PAGE 1/14 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 222 Installations de lavage de voitures,

Plus en détail

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de Fiche Ressource n 1 chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de chantier : La gestion des déchets de chantier des travaux publics est un enjeu primordial pour les générations

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 POINT ENVIRONNEMENT Installations classées 69 quai Auguste Deshaies Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) Demande d'autorisation en vue de la rénovation

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/08/AV.1994. Liège, le 24 novembre 2008

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/08/AV.1994. Liège, le 24 novembre 2008 AVIS Réf. : CWEDD/08/AV.1994 Liège, le 24 novembre 2008 Objet : Demande de permis unique pour le renouvellement du permis d exploitation et le projet de modernisation des installations d expédition de

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ENREGISTREMENT Notice des activités exercées et rubriques concernées

DOSSIER DE DEMANDE D ENREGISTREMENT Notice des activités exercées et rubriques concernées TRANSGOURMET OPERATIONS Route de la Ferme de la Tour 94 460 VALENTON PROJET DE Construction d une plate-forme de stockage ET de distribution de produits frais, SECS et Surgelés INSTALLATIONS CLASSEES POUR

Plus en détail

PRINCIPALES VERIFICATIONS PERIODIQUES REGLEMENTAIRES

PRINCIPALES VERIFICATIONS PERIODIQUES REGLEMENTAIRES PRINCIPALES VERIFICATIONS PERIODIQUES REGLEMENTAIRES OBJET : Identification des risques provenant de la défectuosité ou de la non conformité des locaux, des équipements de travail et des installations.

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE

RESUME NON TECHNIQUE SANINORD Assainissement Etablissement TOURLAVILLE (50) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 3 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS...

Plus en détail

SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE

SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 4 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS... 5 2.1 IMPACTS SUR LE PAYSAGE...

Plus en détail

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger par vous-même ECO-GESTES. Fiche auto-diagnostic. Les

AUTO- DIAGNOSTIC. Pour juger par vous-même ECO-GESTES. Fiche auto-diagnostic. Les Fiche auto-diagnostic É C O - G u i d e M É T I E R S D U B O I S AUTO- DIAGNOSTIC Pour juger par vous-même Cette fiche vous permet d évaluer rapidement la situation de votre entreprise en matière de prise

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2011-04-14-R-0147 commune(s) : Meyzieu objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le présent dossier est effectué en application

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Guide Pratique / Charte Chantier Vert Ville de Bordeaux DPJR Aménagement du Paysage

LIVRET D ACCUEIL. Guide Pratique / Charte Chantier Vert Ville de Bordeaux DPJR Aménagement du Paysage LIVRET D ACCUEIL Guide Pratique / Charte Chantier Vert Ville de Bordeaux DPJR Aménagement du Paysage Présentation du projet et de ses objectifs L aménagement du parc aux Angéliques est l une des pièces

Plus en détail

SETEO Saint-Apollinaire (21) Dossier de Demande d Autorisation d exploiter Résumé non technique de l étude dangers

SETEO Saint-Apollinaire (21) Dossier de Demande d Autorisation d exploiter Résumé non technique de l étude dangers SETEO Saint-Apollinaire (21) Dossier de Demande d Autorisation d exploiter Résumé non technique de l étude dangers 23 décembre 2013 SETEO / Ecozone Saint Apollinaire / Dossier de Demande d'autorisation

Plus en détail

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif.

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. arrete controle MIE 6 sept 07 page 1 Projet Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. Le ministre d Etat, ministre de l écologie,

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10)

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10) ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS 1 SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE I de l étude d impact...3 AL BABTAIN FRANCE SAS est implanté dans une zone déjà urbanisée, qui va se densifier davantage d après le Plan

Plus en détail

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Christophe MERLIN DREAL Auvergne, unité territoriale 63 Sophie SEYTRE DREAL Auvergne, service risques Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

1 LOCALISATION ET ENVIRONNEMENT DU SITE

1 LOCALISATION ET ENVIRONNEMENT DU SITE RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT 1 LOCALISATION ET ENVIRONNEMENT DU SITE La société Alcyon Environnement Services (AES) est implantée depuis 2001 sur la commune de Saint- Louis-de-Montferrand,

Plus en détail

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6 Les fiches Synteau a EAUX USÉES n 6 LA MÉTHANISATION DES BOUES D INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX RÉSIDUAIRES URBAINES OU INDUSTRIELLES JUIN 2014 La méthanisation connaît un développement important

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 36, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Mobile : 06.43.28.22.30. Tél. : 03.85.25.94.20. Commune de : Date de réception du dossier en mairie : Dossier transmis au SPANC

Plus en détail

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection)

N 267.3.a.: Peinture (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres produits de protection) LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS CLASSES FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 (produits de préparation du procédé de peinture, produits de peinture, produits de brillance et autres

Plus en détail

ADMINISTRATION COMMUNALE DE LA VILLE D ETTELBRUCK B.P. 116 L-9002 Ettelbruck

ADMINISTRATION COMMUNALE DE LA VILLE D ETTELBRUCK B.P. 116 L-9002 Ettelbruck DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITATION POUR UN ÉTABLISSEMENT DE LA CLASSE 2 RESTAURANTS destinés à plus de 50 personnes (060207) 1. GÉNÉRALITÉS 1.1. Raison de la demande Nouvelle implantation Extension

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L ALLIER

DEPARTEMENT DE L ALLIER PRÉFET DE L ALLIER Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Auvergne Christophe MERLIN Chef de l'unité territoriale Allier Puy-de-Dôme Christian SAINT-MAURICE Chef de la

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Décapage Cette fiche concerne le décapage par voie chimique et mécanique, mais vous faites peut être aussi du traitement de surface, du polissage, ou de la peinture. Dans ce cas, reportez-vous aussi aux

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Nettoyage Cette fiche concerne les activités de nettoyage industriel, de nettoyage de bureau et le lavage des vitres. L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de nettoyage

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE

RESUME NON TECHNIQUE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE INSTALLATION CLASSEE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ------------------- LES FROMAGERIES OCCITANES LANOBRE (15) DOSSIER REALISE AVEC LE CONCOURS

Plus en détail

Démolisseur automobile

Démolisseur automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de démolition automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN.

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1018 Liège, le 10 juillet 2006 Objet : Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN Avis du CWEDD

Plus en détail

DISPANO. ZI route de Niort 85200 FONTENAY LE COMTE. Atelier de travail du bois et unité de stockage

DISPANO. ZI route de Niort 85200 FONTENAY LE COMTE. Atelier de travail du bois et unité de stockage DISPANO ZI route de Niort 85200 FONTENAY LE COMTE Atelier de travail du bois et unité de stockage Résumé non technique des études d impact et de danger i Résumé non technique de l étude d impact 1. Présentation

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UN ELEVAGE DE POULES PONDEUSES (79.500 an.éq. volailles) PAR EXTENSION D UN SITE EXISTANT

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UN ELEVAGE DE POULES PONDEUSES (79.500 an.éq. volailles) PAR EXTENSION D UN SITE EXISTANT DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UN ELEVAGE DE POULES PONDEUSES (79.500 an.éq. volailles) PAR EXTENSION D UN SITE EXISTANT Roussas Drôme (26) Ludovic ESTRAN Site du projet : Les Echaravelles

Plus en détail

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER 2 RESUME DU DOSSIER 1 INTRODUCTION Le développement des énergies renouvelables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la valorisation des biodéchets font partie des objectifs prioritaires

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société TOUPRET Il ressort de l inventaire des accidents technologiques et industriels

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT un enjeu à maîtriser pour l entreprise

L ENVIRONNEMENT un enjeu à maîtriser pour l entreprise Module QSE L ENVIRONNEMENT un enjeu à maîtriser pour l entreprise Septembre 2009 Extrait de la présentation de Gaële MORIN / Bureau Veritas, remis en forme par Maryse SAUVAGNAC SOMMAIRE Qu est ce que l

Plus en détail

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT GRETZ-ARMAINVILLIERS Commune du Département de Seine et Marne P.L.U Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT 23 novembre 2015 ZONE UE En application de l article R.123-10-1 du code de l urbanisme, il est précisé

Plus en détail

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or Généralités Préambule Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est engagé

Plus en détail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail CHAPITRE 5 Annexe III - Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail Les s Annexe III Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique pour le renouvellement de l autorisation d exploiter de la cimenterie d Obourg (MONS) Objet : Réf. : CWEDD/08/AV.

AVIS. Demande de permis unique pour le renouvellement de l autorisation d exploiter de la cimenterie d Obourg (MONS) Objet : Réf. : CWEDD/08/AV. AVIS Réf. : CWEDD/08/AV.1608 Liège, le 06 octobre 2008 Objet : Demande de permis unique pour le renouvellement de l autorisation d exploiter de la cimenterie d Obourg (MONS) Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60)

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS. Russy-Bémont (60) DE L'ETUDE DES DANGERS BONDUELLE CONSERVE Russy-Bémont (60) 1 Environnement et voisinage... 2 2 Potentiels de dangers... 3 3 Evaluation des risques... 4 4 Evaluation des effets des scénarios retenus...

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

LES GUIDES DU CNB LES CONDITIONS D IMPLANTATION DES MOYENNES SURFACES COMMERCIALES EN MILIEU URBAIN. Rapport du groupe de travail - septembre 2009

LES GUIDES DU CNB LES CONDITIONS D IMPLANTATION DES MOYENNES SURFACES COMMERCIALES EN MILIEU URBAIN. Rapport du groupe de travail - septembre 2009 LES GUIDES DU CNB LES CONDITIONS D IMPLANTATION DES MOYENNES SURFACES COMMERCIALES EN MILIEU URBAIN Rapport du groupe de travail - septembre 2009 n 1 SOMMAIRE Contexte 4 Rappel de la saisine Méthode d'élaboration

Plus en détail

Aréna Aix Étude d impact acoustique routière

Aréna Aix Étude d impact acoustique routière Aréna Aix Étude d impact acoustique routière 1. AMBIANCE SONORE INITIALE 1.1. ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX CONCERNANT LE BRUIT Le bruit auquel on associe généralement la notion de gêne, est un mélange complexe de

Plus en détail

Déversement d hydrocarbures depuis un oléoduc 28 février 2012 Wesseling Allemagne

Déversement d hydrocarbures depuis un oléoduc 28 février 2012 Wesseling Allemagne Déversement d hydrocarbures depuis un oléoduc 28 février 2012 Wesseling Allemagne Fuite Pipeline Hydrocarbures Corrosion Pollution LES INSTALLATIONS CONCERNÉES Le site : La raffinerie de Rhénanie est un

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17/07/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite

Le Préfet de la Charente-Maritime Chevalier de la légion d honneur Chevalier de l ordre national du mérite Arrêté n 07-1679 du 22 mai 2007 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES DE LA CHARENTE-MARITIME relatif à la lutte contre le bruit Santé-Environnement Le Préfet de la Charente-Maritime

Plus en détail

CHARTE CHANTIER PROPRE

CHARTE CHANTIER PROPRE CHARTE CHANTIER PROPRE Annexe 1 du CCAP CONSTRUCTION D'UN IMMEUBLE DE 25 LOGEMENTS Rue Sylvain Girerd 42160 BONSON N 2016*0107*01 Avril 2016 1 Sommaire Article 1 : DEFINITION DES OBJECTIFS... 3 Article

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE

PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE Direction régionale et interdépartementale de l Environnement et de l Énergie d Île-de-France Paris, le 14 avril 2016 Unité territoriale de Seine-et-Marne Pôle carrières

Plus en détail

AVIS Réf. : CWEDD/10/AV.509 29/03/2010

AVIS Réf. : CWEDD/10/AV.509 29/03/2010 AVIS Réf. : CWEDD/10/AV.509 29/03/2010 Permis pour l extension d une exploitation porcine en cycle fermé de 200 à 350 truies à PERWEZ DONNEES DE BASE Demande : - Permis unique - Rubrique : 01.23.02.02.03

Plus en détail

Services Techniques (cadre de vie) Dénomination Immeuble : 75 RN6 69380 LISSIEU Adresse chantier : Tel 04/78/47/60/35 Responsable : Téléphone :

Services Techniques (cadre de vie) Dénomination Immeuble : 75 RN6 69380 LISSIEU Adresse chantier : Tel 04/78/47/60/35 Responsable : Téléphone : Mairie de LISSIEU Maître d ouvrage : Services Techniques (cadre de vie) Dénomination Immeuble : 75 RN6 69380 LISSIEU Adresse chantier : Tel 04/78/47/60/35 Responsable : Téléphone : 1 Changer sa tapisserie

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_57

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_57 PAE 1/16 N 57 Boulangeries et pâtisseries INFORMATIONS ENERALES REVISION : 1 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature

Plus en détail

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE Réalisé par Okavango Energy selon les principes de la norme ISO 14064-1 le protocole GHG et la méthodologie du Bilan Carbone Rapport du 8 décembre 2015 Pernod SA

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

Arrêté du Gouvernement wallon du 26 août 2003 déterminant les conditions intégrales relatives aux parcs à conteneurs pour déchets ménagers

Arrêté du Gouvernement wallon du 26 août 2003 déterminant les conditions intégrales relatives aux parcs à conteneurs pour déchets ménagers Arrêté du Gouvernement wallon du 26 août 2003 déterminant les conditions intégrales relatives aux parcs à CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions Article 1 er. Les présentes conditions intégrales

Plus en détail

OBJET ET CHAMP D ACTION

OBJET ET CHAMP D ACTION TITRE : Manuel des Pipelines et Distribution / Volume 1 - Administration SECTION 20 : SUJET 02 : OBJET ET CHAMP D ACTION Le présent sujet vise à s assurer que les renseignements pertinents figurent sur

Plus en détail

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet

Organisation des travaux. LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Organisation des travaux 4 170 LE DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE /// Enjeux et objectifs du projet Quelles seront les différentes étapes du chantier du réseau du Grand Paris? Plusieurs méthodes pourront être

Plus en détail

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH Il s agit d une zone de protection correspondant au centre historique de Beauvais (cathédrale, ancien palais épiscopal,

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT ISOLATION THERMIQUE ET ACOUSTIQUE COMMENT ELIMINER VOS DECHETS? Le Code de l Environnement stipule que tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de l élimination

Plus en détail

BILAN CHANTIER JUILLET 2015

BILAN CHANTIER JUILLET 2015 BILAN CHANTIER JUILLET 2015 Construction de l immeuble de bureau Le Monet à Saint-Denis Bilan HQE du chantier de construction de l immeuble Le Monet Page 1 SOMMAIRE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL DU CHANTIER...

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITE

GESTION DE LA CO-ACTIVITE GESTION DE LA CO-ACTIVITE Plan de prévention Protocole Chargement/Déchargement Permis de Feu Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES TRAVAUX DANGEREUX

Plus en détail

Conclusions motivées

Conclusions motivées Enquête publique n E1 3000574/38 «Projet d entrepôt logistique» Présenté par la société REDIM SAS sur la commune de Saint-Quentin Fallavier Enquête publique 2 avril 2014-5 mai 2014 Conclusions motivées

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique pour le stockage et la distribution de mazout de chauffage et de diesel routier chez TAHON s.a. à BRUNEHAUT.

AVIS. Demande de permis unique pour le stockage et la distribution de mazout de chauffage et de diesel routier chez TAHON s.a. à BRUNEHAUT. AVIS Réf. : CWEDD/08/AV.1520 Liège, le 22 septembre 2008 Objet : Demande de permis unique pour le stockage et la distribution de mazout de chauffage et de diesel routier chez TAHON s.a. à BRUNEHAUT Avis

Plus en détail

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS

FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS Direction Générale des Services Techniques Direction de l Eau et de l Assainissement FICHE D ENQUETE ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS 1 - RENSEIGNEMENTS GENERAUX 1.1. - Administratifs Raison sociale :.. N Rue

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Mécanique automobile Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. L environnement dans l Artisanat

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT

RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT Résumé non technique - Pièce III Etude d impact Page 1 .I LOCALISATION La société SAI est située sur la commune de Revin, dans le département des Ardennes.

Plus en détail

D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Le présent formulaire est nécessaire à l instruction de tout projet de création ou de réhabilitation d un dispositif d assainissement non collectif. Il est à renseigner par le propriétaire de l installation,

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

Création de lotissements à usage d habitation

Création de lotissements à usage d habitation Création de lotissements à usage d habitation Constitution des dossiers de déclaration au titre des articles L 214.1 à L 214.3 du code de l'environnement (anciennement loi sur l eau) A compter du 01/10/2006

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER SAVOIE TRAITEMENT DE SURFACE (Métallisation) SAINT AVRE novembre 2011 Maître de l ouvrage ENV R513/Indice 01 Page 1/15 SOMMAIRE 1.

Plus en détail

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE)

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) Afin de faciliter la lecture, les références aux textes législatifs mentionnent simultanément l article concerné dans le Code

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE

PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE PLAN LOCAL D URBANISME EAU POTABLE I SITUATION ADMINISTRATIVE La commune de MEAUX est autonome pour l alimentation en eau potable. L exploitation de l usine de production et du réseau de distribution s

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif. Les Obligations réglementaires. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées Zones collectif / non collectif Les Obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 Un Outil fondamental Le ZONAGE d assainissement Eaux Usées

Plus en détail

Pièce jointe n 1 Relevé des observations orales et écrites

Pièce jointe n 1 Relevé des observations orales et écrites Département de l Isère Commune de Reventin-Vaugris ENQUÊTE PUBLIQUE du 8 juillet 2013 au 9 août 2013 DEMANDE d AUTORISATION en vue de procéder à l EXTENSION et à la RÉHABILITATION de la STATION d ÉPURATION

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

PARTIE D - Etude de dangers Résumé non-technique. SCAPA Site de VALENCE (26)

PARTIE D - Etude de dangers Résumé non-technique. SCAPA Site de VALENCE (26) Référence : R-MV-1210-1b Date : 23/12/2013 Dossier de Demande d Autorisation d Exploiter PARTIE D - Résumé non-technique SCAPA Site de VALENCE (26) Allée B. PALISSY Version (date) Rédactrice Vérificatrice/

Plus en détail

Pourquoi faire moins de déchets?

Pourquoi faire moins de déchets? ANNEXE 1 a Pourquoi faire moins de déchets? 1. Parce qu il y en a trop! En Wallonie, la production annuelle de déchets ménagers a atteint un peu moins de 2 millions de tonnes (1 819 452T) en 2008 + ratio

Plus en détail

Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007

Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007 Préfecture Direction de la réglementation et des élections Bureau de l'environnement et des enquêtes publiques Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007 Le Préfet des Yvelines, Chevalier de la

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

Lycée Robert Schuman Charenton (94)

Lycée Robert Schuman Charenton (94) Lycée Robert Schuman Charenton (94) Bilan du chantier Affaire : LYCEE Robert SCHUMAN Bilan de chantier 2 / 9 Une charte Chantier à faibles nuisances était intégrée dans le Dossier de Consultation des Entreprises

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail