Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0"

Transcription

1 En bref Période de culture : octobre à février/mars Coût de production : 2.5 millions FCFA/ha environ, soit 100 FCFA/kg Rendement moyen : T/ha Besoins de financement : intrants, petits équipements Généralités Description La pomme de terre, Solanum tuberosum de la famille des Solanacées, est cultivée pour ses tubercules. Au Mali, c est une culture de la saison sèche froide, cultivée depuis plusieurs décennies. Le cycle végétatif varie selon les variétés mais la moyenne est de 90 à 110 jours. Les principaux bassins, traditionnels, de production de la pomme de terre au Mali sont les cercles de Sikasso et de Kati (commune et environ). L introduction de la culture de la Pomme de Terre dans la zone Office du Niger est récente. Après une première campagne techniquement réussie la production a nettement chutée à cause de la mévente qui a entrainé le non remboursement des emprunts par les paysans. La production moyenne annuelle est d environ tonnes dont 80% à Sikasso. La filière est structurée à trois niveaux : les importateurs de semences (tous basés à Sikasso), les producteurs et les commerçants acheteurs. Les producteurs de pomme de terre n ont jamais bénéficié d encadrement formel (à l instar des producteurs de coton). Les techniques de production restent majoritairement traditionnelles : aménagement manuel des terres, arrosage à la calebasse à partir de petits puits et de stockage (en vrac dans des cases). Le principal problème auquel sont confrontés les producteurs est celui de l accès au financement pour : l approvisionnement en semence l aménagement de points d eau, l achat de moyens d exhaure plus performants et la construction de structures de conservation. Compétences minimales requises La culture de la pomme de terre ne nécessite pas de compétences spécifiques mais exige une main d œuvre disponible. Environnement requis : SOL et CLIMAT La pomme de terre préfère les sols plutôt légers, bien meubles, pas trop humides et riches en matières organiques bien décomposées. Les sols lourds réduisent le taux de germination, la grosseur des tubercules et rendent les récoltes difficiles. Les sols humides et mal drainés entraînent de nombreuses maladies. La pomme de terre pousse bien pendant la période froide de la saison sèche qui offre des nuits plus longues et fraiches. Il faut surtout éviter l ombrage sur les plants de terre. Un sol à température élevée provoque la pourriture des semences et réduit le taux de germination. La disponibilité d une source d eau et un moyen d exhaure adapté est indispensable pour assurer un arrosage quotidien des plants. Le besoin d eau est de m 3 /ha/jour. Par ailleurs, il faut privilégier les parcelles n ayant pas de grande pente. Risques principaux : sanitaires, climatiques, marché La pomme de terre est souvent sujette à des attaques de chenilles, d insectes adultes, d acariens et de champignons qui selon peuvent causer des dégâts importants sur les feuilles, tiges et même les tubercules. Un bon choix du terrain, une bonne préparation du sol et des semences peuvent réduire de façon considérable les risques. Malgré tout il faut bien surveiller durant tout le cycle végétatif et réagir à temps par des traitements phytosanitaires. La rotation des cultures est indispensable : ne pas cultiver sur un sol de production maraîchère les 3 dernières années. A l exception de Sikasso, où les terres sont toujours les mêmes, mais où l inondation des bas- fonds pendant 2 mois consécutifs semble éliminer les parasites d une année sur l autre. Le principal risque climatique est l assèchement des points d eau. Le marché de la pomme de terre connait une instabilité permanente des prix, avec une forte fluctuation pendant l année, notamment dans le principal bassin de production où le prix au kg varie entre 75 et 200 FCFA entre décembre et mars, et peut grimper jusqu à 500 FCFA le reste de l année. Le manque d infrastructures adaptées de conservation occasionne une livraison de toute la production sur une période assez courte, cette offre abondante entraine toujours des chutes des prix. Page 1 / 5

2 Production Saison de culture D octobre à février/mars de l année suivante. Plants Pré germination Préparation du sol L essentiel de la semence de pomme terre est importée d Europe. Quantité de plants requise : 1 à 2.5 T/ha. Il est important de vérifier le poids de chaque caisse de plants (généralement entre 25 et 30 kg). Il faut donc un minimum de 40 caisses de 25 kg / ha. Etaler les semences en une seule couche à l abri de rayons solaires 2 à 3 semaines avant plantation dans le but d obtenir, par tubercule, plusieurs germes. Défrichage : Etant donné que la pomme de terre demande des terrains vierges et/ou que les rotations sont longues, on peut être amené à travailler des parcelles à défricher. Un défrichage est alors réalisé par un travail répété du sol à la daba ou tout autre instrument tracté ou mécanisé. Plusieurs hersages successifs à une semaine d intervalle peuvent épuiser les mauvaises herbes à rhizomes. Labour : labour profond de 30 à 40 cm nécessaire avec un émottage fin souhaitable Objectif : permettre un bon développement racinaire et un buttage facile. Vérifier que le sol soit bien travaillé en profondeur : utiliser des pioches Préparation du lit de plantation : 3 méthodes utilisées : en butte, en trou individuel ou à plat Novembre Décembre Enfouir les tubercules entre 5 et 10 cm de profondeur par rapport au sommet de la butte. NB. : si la plantation est réalisée en trous individuels ou en planches, ou si les tubercules sont sectionnés, la profondeur sera réduite entre 3 et 5 cm. La densité (écartements en plants et entre ligne) varie selon les variétés. Entretien Arrosages : ne pas trop arroser en début de culture à cause des risques pourriture. L arrosage régulier est très important lors de la tubérisation tout en évitant que les tubercules soient immergés, diminuer le rythme en fin de cycle (quand les feuilles commencent à flétrir). Sarclo binage : important en début de cycle Buttage : Le premier buttage est réalisé lorsque les plantes ont une hauteur de 20 à 25 cm mais toujours avant l initiation de la tubérisation Etape déterminante, il consiste à amonceler de la terre au pied des plantes. Il favorise le développement des racines et de tubercules et les protège contre la lumière. Les tubercules exposés à la lumière solaire deviennent verts, donc impropres à la consommation. C est une opération qui permet également de biner le sol et de détruire les mauvaises herbes. S assurer que les buttes sont maintenus dans les normes jusqu à la fin du cycle. Désherbages : au besoin Protection Les parcelles doivent être bien protégées contre les animaux en divagation La technique culturale et le choix des variétés (tolérantes) est l option conseillée pour lutter contres les insectes et les bactéries. Seule dans le cas l alternariose, causée par un champignon, on recommande le traitement par de mancozèbe7 à raison de 1,5 à 2 kg de matière active à l hectare dans 600 à 800 litres d eau/ha. Selon les informations prises à Sikasso et à Baguineda (périmètre irrigué à 30 km de Bamako), les champs de Pomme de Terre ne sont pas traités car les zones ne sont pas infestées. Fertilisation Il est intéressant de privilégier la matière organique par rapport aux engrais minéraux pour les raisons suivantes : Elle renforce la fertilité et la vie microbienne du sol ; Elle limite les achats d engrais minéraux ; Elle donne une bonne structure au sol pour retenir l eau et les éléments minéraux ; Elle accroît l aptitude à la conservation de la pomme de terre ; Elle permet des économies d eau. Attention à bien vérifier que la matière organique soit suffisamment décomposée et sans parasite. Le passage par une phase de compostage est vivement conseillé pour autant que l on vérifie que le compost «chauffe bien» Page 2 / 5

3 permettant ainsi une désinfection naturelle Fumure organique : Apporter 10 à 15 voyages de charrette par ha, soit un minimum de 10 T/ha si la fumure organique est privilégiée. Ceci impactera à la baisse la quantité de fumure minérale apportée (moitié moins) Fumure minérale : Les quantités apportées dépendent de la destination de la production. - Si elle doit être conservée : 1 sac de 50 kg de NPK par 2 caisses de semence (25 ou 30 kg), soit des doses variant de 500 à 1000 kg/ha (10 à 20 sacs). - Si elle est destinée à une mise en marché immédiate : 2 sacs de 50 kg de NPK pour 2 caisses de plants, soit des doses variant de 1000 à 2000 kg/ha (20 à 40 sacs/ha) Ces normes sont appliquées quelle que soit la forme du complexe (complexe céréales ou complexe pomme de terre) En février mars, 90 à 110 jours après plantation. On arrête l arrosage une quinzaine de jours avant la récolte. Les feuilles sont presque sèches et on déterre les tubercules directement. On peut aisément vérifier si les tubercules sont à maturité pour être récoltés : il faut que la peau adhère au tubercule après lui avoir donné un «coup de pouce»! La récolte doit se faire avec un maximum de soins! Les tubercules blessés, pourris ou abîmés doivent être immédiatement éliminés. Il faut éviter de : - Laisser les tubercules en plein soleil (sauf pour 1 à 2 heures pour les sécher) ; - r sous la pluie ou de récolter des tubercules mouillés ; - Laver les tubercules ; - Jeter les tubercules mais les transporter délicatement dans un filet, un seau ou un panier. Un tubercule de pomme de terre à la récolte est comme un œuf de poule Conditionnement /Transformation Conservation Les tubercules doivent toujours être triés de manière très rigoureuse sur le champ avant conditionnement. Les tubercules défectueux sont détruits au même titre que les plantes malades en culture. Les tubercules doivent être conditionnés dans des filets (type sac à oignons) ou en caisse pour permettre l aération et limiter l échauffement. Lors du transport, on doit veiller à ne pas faire des tas trop importants de sacs de tubercules, car ceux du dessous risquent d être écrasés et pourrir. Enfin, il faut toujours protéger les sacs du soleil (bâche ou nappe). Dans les conditions locales, les tubercules se conservent 1 à 3 mois au moins (voire un peu plus) sous abris frais, ventilés et obscurs. Le taux de perte est estimé à 30% mais peut atteindre 50% si les conditions de conservation ne sont pas très bonnes. Calendrier cultural de la pomme de terre Travaux Préparation du sol Fertilisation Entretien Mois Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juil Aout Sept Oct Nov Dec RENDEMENTS Ils varient de 100 à 400 Kg de tubercules par 100 m2 selon les variétés et les pratiques culturales. Le potentiel estimé de rendement de la pomme de terre dans les conditions de l Afrique de l Ouest est compris entre 20 et 30 T/ha, en bonne année, avec une moyenne de 20 à 25 T/ha. Page 3 / 5

4 Approvisionnements : fournisseurs et prix Fournisseurs de semences / plants L essentiel de la semence de pomme terre est importée d Europe. Les semenciers sont pratiquement concentrés dans la région de Sikasso. Ils bénéficient de financements bancaires (essentiellement la BNDA) pour l importation des semences en provenance de l Europe. Ils sont occasionnellement fournisseurs des producteurs en intrants et ont tissés des relations de collaboration dans une confiance réciproque. Le total des chiffres d affaires sur la semence et les intrants de la pomme de terre est estimé à 45 milliards FCFA/an. L achat de semence constitue le principal poste de charge pour les producteurs. Autres intrants Il n y a pas de circuit spécifique pour l approvisionnement en engrais pour la pomme de terre. ATTENTION : Certains producteurs utilisent le complexe coton dans les parcelles de pomme de terre, cela est fortement déconseillé parce ce que ce fertilisant chimique contient des substances qui seront nocives pour l homme. Prix Date de mise à jour : juin 2014 Plants Engrais minéraux Matières organiques 1000 FCFA / kg à FCFA / caisse (25 à 30 kg par caisse) à FCFA / sac sur le marché si engrais subventionné. 12 FCFA/ kg Equipements et Bâtiments nécessaires Bâtiments / Capacités de stockage Les producteurs construisent des cases traditionnelles dédiées à la conservation des récoltes de pomme de terre. Une meilleure organisation de ces producteurs pourrait leur permettre l accès au financement d infrastructures de plus grandes et plus performantes mais aussi d équipements individuels d exploitation. Commercialisation Prix moyen de vente Le prix de vente de la pomme de terre se situe en 100 et 300 FCFA/kg dans les bassins de production et peut atteindre 600 FCFA/kg pour le consommateur dans les zones urbaines de grande consommation. Il est important de noter que les prix de vente varient selon la qualité du produit. Trois qualités majeures sont recensées : les grosses, les moyennes et les petites pommes de terre. Les grosses font référence au 1 er choix. Historique de prix moyens pondérés pour les pommes de terre 1 er choix : (Janv.- Mai) Août Novembre Organisation de la commercialisation Plus de 80% de la production est drainée sur le marché de Sikasso où opèrent les grossistes locaux et ceux venant des pays voisins à la région. Ces grossistes traitent directement avec les producteurs individuels très peu organisés. Les transactions sont réalisées au comptant. La pomme de terre collectée est très rapidement dirigée vers les grands centres de consommation à l intérieur et à l extérieur du pays. Pour les produits de la zone de Kati la commercialisation est assurée par des collecteurs qui les acheminent sur le marché de Bamako. Equipements Multiculteurs à traction animale pour le labour Houes pour le buttage Arrosage : puits et de plus en plus utilisation de motopompes individuelles Page 4 / 5

5 Budget de culture norme par ha Marge pour 1 ha de pomme de terre Répartition de la charge de travail La production de la pomme de terre exige une disponibilité de main de d œuvre durant tout le cycle, de la préparation du sol à la récolte. Le besoin par ha est se situe entre 250 et 450 H/J. Exemple de répartition de la charge de travail durant un cycle de production. Rdt T/ ha Activités Préparation du sol Arrosage Buttage Tri TOTAL Nombre d H/J Exemple de coûts de production pour 1 ha de pomme de terre Hypothèses retenues : - utilisation de plants importés - production directement mise en marché - vente bord champ Unité Qté P.U. FCFA/ha CHARGES Semences caisses Fertilisation - engrais sacs Matière organique kg Main d'œuvre H/J Carburant motopompe litres Emballages Sacs Transport kg Divers TOTAL CHARGES N.B.: certaines charges doivent être ajoutées, notamment les charges de matériel (amortissement, entretien, ) PRODUITS Pomme de terre kg Chiffre d'affaires Marge nette Coût de production FCFA FCFA 108 FCFA/kg Page 5 / 5

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière.

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière. Fiche technique: Culture de la tomate La tomate (Lycopersicon esculentum Mill.) de la famille des Solanacées, est l une des plus importantes cultures maraîchères produites au Bénin tant sur le plan des

Plus en détail

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants.

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. Paris DOCUMENTS PEDAGOGIQUES LIBRES c/n : (rapport entre le carbone et l azote)

Plus en détail

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Support de formation des producteurs de maïs Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Choix de la parcelle Issa veut créer un champ de maïs, il a besoin de conseils pour choisir sa parcelle. Message-clé

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Culture de l ananas : Multiplication et conditionnement des rejets

Culture de l ananas : Multiplication et conditionnement des rejets Culture de l ananas : Multiplication et conditionnement des rejets L approvisionnement en rejets d ananas n est pas toujours facile pour ceux qui veulent pratiquer la culture de l ananas dans de grandes

Plus en détail

LES CULTURES SOUS SERRE

LES CULTURES SOUS SERRE LES CULTURES SOUS SERRE Chiffres clés du secteur des cultures légumières Les cultures légumières ce sont : - plus de 35 espèces (à l exception des pommes de terre) - une surface totale d environ 329 000

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre

Les techniques culturales sans labour (TCSL) en pomme de terre es techniques culturales sans labour () en pomme de terre De par son mode de culture en buttes, la culture de pomme de terre est particulièrement sensible aux problèmes de ruissellement et d érosion sur

Plus en détail

Bonnes pratiques de récolte et de post-récolte des noix de cajou

Bonnes pratiques de récolte et de post-récolte des noix de cajou Support de Vulgarisation et d Appui-Conseil Bonnes pratiques de récolte et de post-récolte des noix de cajou FENAPAB ProCGRN_Initiative de Cajou Africain_(iCA)_Bénin BP 322, Natitingou, Bénin, Tél : +229

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Précautions préalables à la mise en terre. Mode

Précautions préalables à la mise en terre. Mode Les plants forestiers 1 préalables à la mise en terre par Pascal Balleux 2 et Philippe Van Lerberghe 3 La reprise et la croissance d un plant forestier sont bonnes à condition de veiller à la qualité des

Plus en détail

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO)

(Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Kafo Jiginew (Union des caisses mutuelles d épargne et de crédit du Mali BP: E4213, TEL 20 29 51 25 BAMAKO) Salon de financement de l agriculture à Sikasso du 06 au 08 mars 2014 THEME : «Le financement

Plus en détail

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence INSTITUT D ECONOMIE RURALE Japan International Research Center for Agricultural Sciences Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence Décembre 2012 Annexe:

Plus en détail

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011)

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011) Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 29 à 211) J-M Bouquiaux et J-M. Marsin, Direction de l Analyse Economique Agricole M-H Buron, Centre d Economie Rurale de Marloie

Plus en détail

Les parcs et jardins et le développement durable

Les parcs et jardins et le développement durable MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CONSEIL NATIONAL DES PARCS ET JARDINS GUIDE DES BONNES PRATIQUES Les parcs et jardins et le développement durable Introduction Engager une démarche de développement

Plus en détail

Programme d alphabétisation fonctionnelle

Programme d alphabétisation fonctionnelle www.yaniwulli.org Programme d alphabétisation fonctionnelle de la fédération Yakaar Niani Wulli 2007 2010 Juillet 2007 A. Objectifs La fédération espère, avec ce programme d alphabétisation fonctionnelle,

Plus en détail

TECHNIQUES DE PRODUCTION DE SEMENCES D OIGNON AU SÉNÉGAL

TECHNIQUES DE PRODUCTION DE SEMENCES D OIGNON AU SÉNÉGAL RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL INSTITUT SÉNÉGALAIS DE RECHERCHES AGRICOLES CENTRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L'HORTICULTURE CAMBÉRÈNE DAKAR TECHNIQUES DE PRODUCTION DE SEMENCES D OIGNON AU SÉNÉGAL Coopération Régionale

Plus en détail

Déchets fermentescibles Composteur Composte

Déchets fermentescibles Composteur Composte Astuce pour réussir son compost La durée du jour augmente, les températures sont plus douces, mais oui, le printemps arrive! Il est temps de penser à son jardin. Pour obtenir de beaux légumes, il faut

Plus en détail

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES 1 RESUME L adoption des variétés améliorées de manioc peut être facilitée si elles sont aisément disponibles

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI PROGRAMME COMPETITIVITE Un Peuple un But une Foi ET DIVERSIFICATION AGRICOLES (PCDA) COORDINATION REGIONALE DE SEGOU GROUPEMENT AGRERGID BP : 327 Ségou Tel

Plus en détail

Manuel de formation. Système de Riziculture Intensive (SRI)

Manuel de formation. Système de Riziculture Intensive (SRI) USAID / Afrique de l Ouest Expanded Agribusiness and Trade Promotion (USAID E-ATP) USAID / Mali Initiatives Intégrées pour la Croissance Economique au Mali (IICEM) Manuel de formation Système de Riziculture

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

2-2-5 Plan de base des installations et équipements

2-2-5 Plan de base des installations et équipements Local d alimentation électrique : Salle d alimentation électrique 2-2-5 Plan de base des installations et équipements (1) Fabrique de glace 1) Objet L'objectif du présent Projet étant l'amélioration du

Plus en détail

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois énergie»

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois énergie» Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois énergie» Guide pratique Avec les acacias, produire du makala dans son champ Un document du projet Makala Définition et avantages de l agroforesterie

Plus en détail

Mesures Pourriture annulaire (Clavibacter michiganensis spp. sepedonicus) Pommes de terre, parcelles, matériel (Directive 93/85/CEE)

Mesures Pourriture annulaire (Clavibacter michiganensis spp. sepedonicus) Pommes de terre, parcelles, matériel (Directive 93/85/CEE) 1 Mesures Pourriture annulaire (Clavibacter michiganensis spp. sepedonicus) Pommes de terre, parcelles, matériel (Directive 93/85/CEE) 1. POMMES DE TERRE DECLAREES CONTAMINEES. 1.1 Ne peuvent pas être

Plus en détail

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique

Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action pour faire face au nouveau contexte énergétique Colloque sur la pomme de terre LA POMME DE TERRE : NOURRIR SON MONDE Le vendredi 14 novembre 2008, Hôtel Québec Inn, Québec Efficacité énergétique et production d énergie renouvelable : des moyens d action

Plus en détail

PROJET DE REBOISEMENT : HAÏTI VERT CLASSE VERTE

PROJET DE REBOISEMENT : HAÏTI VERT CLASSE VERTE PROJET DE REBOISEMENT : HAÏTI VERT CLASSE VERTE Ensemble disons: Oui au reboisement en cultivant nos ressources pour : Préserver nos vies ; Avoir une meilleure qualité de vie ; Reconstituer notre couverture

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

Eau, gestion et valorisation

Eau, gestion et valorisation Eau, gestion et valorisation plantasion Vision d une ville verte par une école du paysage Florian BURKHARD Johanna VOIBLET Année académique 2015-2016 Organisé par Eric Amos, Christian Betti & Sonia Rosello

Plus en détail

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Les prix quotidiens du café ont atteint au mois d août leur plus bas niveau depuis 19 mois, alors que les marchés des

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Mise en place des pains

Mise en place des pains Mise en place des pains Préparation de la nouvelle culture 3/3 Dès la livraison 1 Stocker de préférence à l abri. Stocker dans une zone sèche et propre, à l écart de la vieille culture. 3 Ne pas gerber

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

VVF Villages, pour des vacances durables

VVF Villages, pour des vacances durables VVF Villages, pour des vacances durables Depuis plus de 50 ans, VVF Villages a une double vocation Être acteur du développement local des territoires, Proposer des vacances de qualité pour un plus grand

Plus en détail

Rapport de résultats et d impact Septembre 2010

Rapport de résultats et d impact Septembre 2010 Rapport de résultats et d impact Septembre 2010 «Installation de panneaux solaires pour électrifier deux salles de classe de primaire à Kossa» Carte du Mali Localisation : Début du projet : Mai 2010 Durée

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

La conservation des légumes d hiver

La conservation des légumes d hiver La conservation des légumes d hiver L optimisation de la conservation des légumes d hiver est importante afin de limiter les pertes, étaler la commercialisation et proposer une diversité de légumes jusqu

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Pomme de terre. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Pomme de terre Rédigée par : Nicolas MANSOURI Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Référentiel Diversification 2005

Référentiel Diversification 2005 Référentiel Diversification 2005 CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE P O M M E S D E T E R R E H o r s f i l i è r e o r g a n i s é e La culture de pommes de terre en Lorraine (surface totale y compris industrielle)

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

AGRICULTURE GUINéE. Une personne sur six dans le monde souffre de la faim. 75 % des personnes qui ont faim

AGRICULTURE GUINéE. Une personne sur six dans le monde souffre de la faim. 75 % des personnes qui ont faim AGRICULTURE GUINéE La Guinée est l un des plus importants consommateurs de riz d Afrique de l Ouest avec une moyenne de 100 kg par personne et par an. Le pays est obligé d importer chaque année 300 000

Plus en détail

technique Réussir la plantation : un enjeu économique ETAPE 1 Prévoir les démarches ETAPE 2 Préparer ma plantation ETAPE 3 Préparer le terrain

technique Réussir la plantation : un enjeu économique ETAPE 1 Prévoir les démarches ETAPE 2 Préparer ma plantation ETAPE 3 Préparer le terrain la canne N 20 mai Réussir la plantation : un enjeu économique ETAPE 1 Prévoir les démarches ETAPE 2 Préparer ma plantation ETAPE 3 Préparer le terrain ETAPE 4 Comment positionner les boutures? ETAPE 5

Plus en détail

Vous gagnerez du temps. Vous économiserez de l argent. Rappel. En évitant de vous rendre en déchèterie.

Vous gagnerez du temps. Vous économiserez de l argent. Rappel. En évitant de vous rendre en déchèterie. 2 Vous gagnerez du temps En évitant de vous rendre en déchèterie. Vous économiserez de l argent Plus besoin d acheter des engrais, pesticides ou paillis Moins d eau pour arroser vos plantations et votre

Plus en détail

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures Colza Culture 4.6.11 Généralités Plante oléagineuse (40 à 42% d huile dans la graine). Famille des crucifères. Culture adaptée aux zones plutôt fraîches (jusqu à 800 m d altitude environ). Bonne couverture

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES DU PREMIER SEMESTRE 2012 (Mars 2012 Août 2012)

RAPPORT D ACTIVITES DU PREMIER SEMESTRE 2012 (Mars 2012 Août 2012) Association Faune et Développement au Burkina Récépissé : N 2008-0328 / MATD/SG / DGLPAP / DOASOC BP 133 Fada N Gourma Tél. : (00226) 40 77 10 11 Email : afaudeb@yahoo.fr Projet de formation de groupements

Plus en détail

F4-11 Recommandations de lutte*

F4-11 Recommandations de lutte* F- Plantes invasives Version 2013 F4-11 Recommandations de lutte* Sibylla Rometsch Solidages américains F1 informations générales F2 clé de décision F3 description F4 recommandations de lutte Solidago

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Le séchage solaire. Les différents types de séchoirs :

Le séchage solaire. Les différents types de séchoirs : Le séchage est, soit un moyen de conservation, soit une étape dans la transformation de certains produits. Il est utilisé dans le monde rural et dans le monde industriel à travers l agro-alimentaire. Les

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS

POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS POTAGERS POUR ESPACES RESTREINTS POTAGER EN CARRÉS POTAGER EN CARRÉS VS POTAGER TRADITIONNEL. AVANTAGES D UN POTAGER EN CARRÉS Demande peu d espace; Sol existant n est pas important; Utilise jusqu à 80%

Plus en détail

Programme de Promotion des Revenus Ruraux (PPRR) DRAFT SYNTHESE FILIERE PIMENT Région Analanjirofo

Programme de Promotion des Revenus Ruraux (PPRR) DRAFT SYNTHESE FILIERE PIMENT Région Analanjirofo REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana MINISTERE DE L AGRICULTURE DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM Optimisation des conditions de manutention et de stockage du naissain dans le cadre de la nouvelle stratégie de préélevage Rapport final Dossier n o 710.141 Rapport commandité par la SODIM Octobre 2008

Plus en détail

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Albichir Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Points saillants pour janvier 2014 No. 51 Janvier 2014 Une animation relativement bonne des marchés née de l affluence des

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes.

Fiche Technique. Septembre 2008. La production mondiale avoisine 500 000 tonnes. Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Châtaigne Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

LA POMME DE TERRE LE PRODUIT LA PRODUCTION

LA POMME DE TERRE LE PRODUIT LA PRODUCTION LA POMME DE TERRE LE PRODUIT La pomme de terre est la quatrième culture vivrière du monde après le blé, le riz et le mais. Elle occupe une place importante dans les régimes alimentaires de plusieurs pays

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus

Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus Calcul de la marge brute de la culture du miscanthus Table des matières Table des matières... 1 Table des figures... 1 1. Introduction... 2 1.1. Actualisation des données... 2 1.2. Calcul de la marge brute

Plus en détail

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé.

Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Le thé de compost pour des cultures vigoureuses et en santé. Andrée Deschênes, agronome. Le jardin des Pèlerins, St-André de Kamouraska. Introduction. Très populaire dans certains endroits, le thé de compost

Plus en détail

Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel. Livret sur les techniques de conservation et gestion des matières premières et des produits transformés

Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel. Livret sur les techniques de conservation et gestion des matières premières et des produits transformés Les Sahéliens peuvent nourrir le Sahel Livret sur les techniques de conservation et gestion des matières premières et des produits transformés 1 ère édition, février 2011 Fiche signalétique sur les principaux

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

AGROGENERATION Société anonyme au capital social de 4.618.096,40 euros Siège social : 18 rue Pasquier 75008 Paris R.S.C. Paris N 494 765 951

AGROGENERATION Société anonyme au capital social de 4.618.096,40 euros Siège social : 18 rue Pasquier 75008 Paris R.S.C. Paris N 494 765 951 AGROGENERATION Société anonyme au capital social de 4.618.096,40 euros Siège social : 18 rue Pasquier 75008 Paris R.S.C. Paris N 494 765 951 Rapport semestriel d activité Clôture au 30 Juin 2015 1) Principaux

Plus en détail

CHARTE TECHNIQUE MARS 2013 RUBIS ROUGE / RUBIS NOIR / DRAINANTS. Information pour l application des produits

CHARTE TECHNIQUE MARS 2013 RUBIS ROUGE / RUBIS NOIR / DRAINANTS. Information pour l application des produits Information pour l application des produits et Drainants Merci de l attention que vous portez à nos produits. Voici sur les pages suivantes les informations essentielles qui vous permettront, si vous le

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Le promoteur de ce projet est l Association Service de Préparation à la Vie FELANA (SPV FELANA), qui est une association régie par la loi 60-133.

Le promoteur de ce projet est l Association Service de Préparation à la Vie FELANA (SPV FELANA), qui est une association régie par la loi 60-133. 1 1. TITRE : Projet environnemental axé sur la sensibilisation des gens en matière de protection, de reboisement 2. PROMOTEUR Le promoteur de ce projet est l Association Service de Préparation à la Vie

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique.

Subvention publique à recevoir Produits découlant d une subvention publique Confirmation par l État d une subvention publique. 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:14 PM Page 357 Chapitre : Les immobilisations corporelles : acquisition et aliénation 15. a) Une subvention publique afférente aux activités opérationnelles courantes

Plus en détail

Dynamique de la sous-filière d approvisionnement de N Djamena en lait «frais» Koussou M.O, LRVZ (N Djamena, Tchad)

Dynamique de la sous-filière d approvisionnement de N Djamena en lait «frais» Koussou M.O, LRVZ (N Djamena, Tchad) Dynamique de la sous-filière d approvisionnement de N Djamena en lait «frais» Koussou M.O, LRVZ (N Djamena, Tchad) La filière laitière de N Djamena se décompose en trois (3) sous-filières Les trois circuits

Plus en détail

NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des

NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des COMMISSION ÉCONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L EUROPE NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des POMMES DE TERRE DE PRIMEUR ET POMMES DE TERRE DE

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

Contrôle de gestion approfondi Cours de W. Azan

Contrôle de gestion approfondi Cours de W. Azan Contrôle de gestion approfondi Cours de W. Azan Durée : 3 H Calculatrice autorisée I. Cas Société Choc Source CAPET La société CHOC est à la tête d un groupe industriel agroalimentaire. À l origine, la

Plus en détail

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager

Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Quelques conseils avant de réaliser son plan de potager Avant de passer au plan de jardin, voici quelques éléments importants à prendre en compte Le choix du sol Le sol a un rôle important pour les plantes.

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement

assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement En production: assumer ses responsabilités pour la sauvegarde de l environnement par Caroline Martineau, IQDHO Article écrit pour le magazine Québec Vert et publié par Medias Transcontinental S.E.N.C en

Plus en détail

LA TONTE. compact et solide

LA TONTE. compact et solide LA TONTE Une tonte régulière est une condition sine qua non pour un gazon compact et solide Si coupes fréquentes (+) formation de nombreuses pousses périphériques et augmentation de la densité des feuilles

Plus en détail

Politique Internationale d Achat de Cacao

Politique Internationale d Achat de Cacao Politique Internationale d Achat de Cacao Version : Juillet 2015 Nos exigences Le Groupe ALDI Nord (ci-après : «ALDI Nord») revendique d agir de manière honnête, responsable et fiable. Nos valeurs de commerce

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015 Document à l attention des enseignants LES DÉFIS UNE EXPOSITION TEMPORAIRE DE 800 M 2 PRÉSENTÉE DU 10 AVRIL AU 29 NOVEMBRE 2015 Vers 2050, la population mondiale pourrait atteindre 9 milliards d Hommes

Plus en détail

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Ce protocole a été mis au point pour trouver une alternative aux tests internationaux qui ont fixé un postulat non compatible avec la variabilité des

Plus en détail

GUIDE DE PRODUCTION DE SEMENCES DE RIZ

GUIDE DE PRODUCTION DE SEMENCES DE RIZ MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI =-=-=-=-=-=--=-=-=-=-=-=--= UN PEUPLE UN BUT UNE FOI DIRECTION NATIONALE DE L AGRICULTURE GUIDE DE PRODUCTION DE SEMENCES DE RIZ AVRIL 2012 Avant propos Le

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

Plastiques biosourcés, plastiques recyclés : état des lieux et perspectives

Plastiques biosourcés, plastiques recyclés : état des lieux et perspectives Plastiques biosourcés, plastiques recyclés : état des lieux et perspectives Vincent Colard Chargé de mission environnement ELIPSO 1 Les chiffres clés de l industrie de l emballage plastique et souple -

Plus en détail

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES PLANCHERS LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES L ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS DANS LE CONTEXTE DU BÂTIMENT EXISTANT

Plus en détail