Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0"

Transcription

1 En bref Période de culture : octobre à février/mars Coût de production : 2.5 millions FCFA/ha environ, soit 100 FCFA/kg Rendement moyen : T/ha Besoins de financement : intrants, petits équipements Généralités Description La pomme de terre, Solanum tuberosum de la famille des Solanacées, est cultivée pour ses tubercules. Au Mali, c est une culture de la saison sèche froide, cultivée depuis plusieurs décennies. Le cycle végétatif varie selon les variétés mais la moyenne est de 90 à 110 jours. Les principaux bassins, traditionnels, de production de la pomme de terre au Mali sont les cercles de Sikasso et de Kati (commune et environ). L introduction de la culture de la Pomme de Terre dans la zone Office du Niger est récente. Après une première campagne techniquement réussie la production a nettement chutée à cause de la mévente qui a entrainé le non remboursement des emprunts par les paysans. La production moyenne annuelle est d environ tonnes dont 80% à Sikasso. La filière est structurée à trois niveaux : les importateurs de semences (tous basés à Sikasso), les producteurs et les commerçants acheteurs. Les producteurs de pomme de terre n ont jamais bénéficié d encadrement formel (à l instar des producteurs de coton). Les techniques de production restent majoritairement traditionnelles : aménagement manuel des terres, arrosage à la calebasse à partir de petits puits et de stockage (en vrac dans des cases). Le principal problème auquel sont confrontés les producteurs est celui de l accès au financement pour : l approvisionnement en semence l aménagement de points d eau, l achat de moyens d exhaure plus performants et la construction de structures de conservation. Compétences minimales requises La culture de la pomme de terre ne nécessite pas de compétences spécifiques mais exige une main d œuvre disponible. Environnement requis : SOL et CLIMAT La pomme de terre préfère les sols plutôt légers, bien meubles, pas trop humides et riches en matières organiques bien décomposées. Les sols lourds réduisent le taux de germination, la grosseur des tubercules et rendent les récoltes difficiles. Les sols humides et mal drainés entraînent de nombreuses maladies. La pomme de terre pousse bien pendant la période froide de la saison sèche qui offre des nuits plus longues et fraiches. Il faut surtout éviter l ombrage sur les plants de terre. Un sol à température élevée provoque la pourriture des semences et réduit le taux de germination. La disponibilité d une source d eau et un moyen d exhaure adapté est indispensable pour assurer un arrosage quotidien des plants. Le besoin d eau est de m 3 /ha/jour. Par ailleurs, il faut privilégier les parcelles n ayant pas de grande pente. Risques principaux : sanitaires, climatiques, marché La pomme de terre est souvent sujette à des attaques de chenilles, d insectes adultes, d acariens et de champignons qui selon peuvent causer des dégâts importants sur les feuilles, tiges et même les tubercules. Un bon choix du terrain, une bonne préparation du sol et des semences peuvent réduire de façon considérable les risques. Malgré tout il faut bien surveiller durant tout le cycle végétatif et réagir à temps par des traitements phytosanitaires. La rotation des cultures est indispensable : ne pas cultiver sur un sol de production maraîchère les 3 dernières années. A l exception de Sikasso, où les terres sont toujours les mêmes, mais où l inondation des bas- fonds pendant 2 mois consécutifs semble éliminer les parasites d une année sur l autre. Le principal risque climatique est l assèchement des points d eau. Le marché de la pomme de terre connait une instabilité permanente des prix, avec une forte fluctuation pendant l année, notamment dans le principal bassin de production où le prix au kg varie entre 75 et 200 FCFA entre décembre et mars, et peut grimper jusqu à 500 FCFA le reste de l année. Le manque d infrastructures adaptées de conservation occasionne une livraison de toute la production sur une période assez courte, cette offre abondante entraine toujours des chutes des prix. Page 1 / 5

2 Production Saison de culture D octobre à février/mars de l année suivante. Plants Pré germination Préparation du sol L essentiel de la semence de pomme terre est importée d Europe. Quantité de plants requise : 1 à 2.5 T/ha. Il est important de vérifier le poids de chaque caisse de plants (généralement entre 25 et 30 kg). Il faut donc un minimum de 40 caisses de 25 kg / ha. Etaler les semences en une seule couche à l abri de rayons solaires 2 à 3 semaines avant plantation dans le but d obtenir, par tubercule, plusieurs germes. Défrichage : Etant donné que la pomme de terre demande des terrains vierges et/ou que les rotations sont longues, on peut être amené à travailler des parcelles à défricher. Un défrichage est alors réalisé par un travail répété du sol à la daba ou tout autre instrument tracté ou mécanisé. Plusieurs hersages successifs à une semaine d intervalle peuvent épuiser les mauvaises herbes à rhizomes. Labour : labour profond de 30 à 40 cm nécessaire avec un émottage fin souhaitable Objectif : permettre un bon développement racinaire et un buttage facile. Vérifier que le sol soit bien travaillé en profondeur : utiliser des pioches Préparation du lit de plantation : 3 méthodes utilisées : en butte, en trou individuel ou à plat Novembre Décembre Enfouir les tubercules entre 5 et 10 cm de profondeur par rapport au sommet de la butte. NB. : si la plantation est réalisée en trous individuels ou en planches, ou si les tubercules sont sectionnés, la profondeur sera réduite entre 3 et 5 cm. La densité (écartements en plants et entre ligne) varie selon les variétés. Entretien Arrosages : ne pas trop arroser en début de culture à cause des risques pourriture. L arrosage régulier est très important lors de la tubérisation tout en évitant que les tubercules soient immergés, diminuer le rythme en fin de cycle (quand les feuilles commencent à flétrir). Sarclo binage : important en début de cycle Buttage : Le premier buttage est réalisé lorsque les plantes ont une hauteur de 20 à 25 cm mais toujours avant l initiation de la tubérisation Etape déterminante, il consiste à amonceler de la terre au pied des plantes. Il favorise le développement des racines et de tubercules et les protège contre la lumière. Les tubercules exposés à la lumière solaire deviennent verts, donc impropres à la consommation. C est une opération qui permet également de biner le sol et de détruire les mauvaises herbes. S assurer que les buttes sont maintenus dans les normes jusqu à la fin du cycle. Désherbages : au besoin Protection Les parcelles doivent être bien protégées contre les animaux en divagation La technique culturale et le choix des variétés (tolérantes) est l option conseillée pour lutter contres les insectes et les bactéries. Seule dans le cas l alternariose, causée par un champignon, on recommande le traitement par de mancozèbe7 à raison de 1,5 à 2 kg de matière active à l hectare dans 600 à 800 litres d eau/ha. Selon les informations prises à Sikasso et à Baguineda (périmètre irrigué à 30 km de Bamako), les champs de Pomme de Terre ne sont pas traités car les zones ne sont pas infestées. Fertilisation Il est intéressant de privilégier la matière organique par rapport aux engrais minéraux pour les raisons suivantes : Elle renforce la fertilité et la vie microbienne du sol ; Elle limite les achats d engrais minéraux ; Elle donne une bonne structure au sol pour retenir l eau et les éléments minéraux ; Elle accroît l aptitude à la conservation de la pomme de terre ; Elle permet des économies d eau. Attention à bien vérifier que la matière organique soit suffisamment décomposée et sans parasite. Le passage par une phase de compostage est vivement conseillé pour autant que l on vérifie que le compost «chauffe bien» Page 2 / 5

3 permettant ainsi une désinfection naturelle Fumure organique : Apporter 10 à 15 voyages de charrette par ha, soit un minimum de 10 T/ha si la fumure organique est privilégiée. Ceci impactera à la baisse la quantité de fumure minérale apportée (moitié moins) Fumure minérale : Les quantités apportées dépendent de la destination de la production. - Si elle doit être conservée : 1 sac de 50 kg de NPK par 2 caisses de semence (25 ou 30 kg), soit des doses variant de 500 à 1000 kg/ha (10 à 20 sacs). - Si elle est destinée à une mise en marché immédiate : 2 sacs de 50 kg de NPK pour 2 caisses de plants, soit des doses variant de 1000 à 2000 kg/ha (20 à 40 sacs/ha) Ces normes sont appliquées quelle que soit la forme du complexe (complexe céréales ou complexe pomme de terre) En février mars, 90 à 110 jours après plantation. On arrête l arrosage une quinzaine de jours avant la récolte. Les feuilles sont presque sèches et on déterre les tubercules directement. On peut aisément vérifier si les tubercules sont à maturité pour être récoltés : il faut que la peau adhère au tubercule après lui avoir donné un «coup de pouce»! La récolte doit se faire avec un maximum de soins! Les tubercules blessés, pourris ou abîmés doivent être immédiatement éliminés. Il faut éviter de : - Laisser les tubercules en plein soleil (sauf pour 1 à 2 heures pour les sécher) ; - r sous la pluie ou de récolter des tubercules mouillés ; - Laver les tubercules ; - Jeter les tubercules mais les transporter délicatement dans un filet, un seau ou un panier. Un tubercule de pomme de terre à la récolte est comme un œuf de poule Conditionnement /Transformation Conservation Les tubercules doivent toujours être triés de manière très rigoureuse sur le champ avant conditionnement. Les tubercules défectueux sont détruits au même titre que les plantes malades en culture. Les tubercules doivent être conditionnés dans des filets (type sac à oignons) ou en caisse pour permettre l aération et limiter l échauffement. Lors du transport, on doit veiller à ne pas faire des tas trop importants de sacs de tubercules, car ceux du dessous risquent d être écrasés et pourrir. Enfin, il faut toujours protéger les sacs du soleil (bâche ou nappe). Dans les conditions locales, les tubercules se conservent 1 à 3 mois au moins (voire un peu plus) sous abris frais, ventilés et obscurs. Le taux de perte est estimé à 30% mais peut atteindre 50% si les conditions de conservation ne sont pas très bonnes. Calendrier cultural de la pomme de terre Travaux Préparation du sol Fertilisation Entretien Mois Jan Fev Mars Avril Mai Juin Juil Aout Sept Oct Nov Dec RENDEMENTS Ils varient de 100 à 400 Kg de tubercules par 100 m2 selon les variétés et les pratiques culturales. Le potentiel estimé de rendement de la pomme de terre dans les conditions de l Afrique de l Ouest est compris entre 20 et 30 T/ha, en bonne année, avec une moyenne de 20 à 25 T/ha. Page 3 / 5

4 Approvisionnements : fournisseurs et prix Fournisseurs de semences / plants L essentiel de la semence de pomme terre est importée d Europe. Les semenciers sont pratiquement concentrés dans la région de Sikasso. Ils bénéficient de financements bancaires (essentiellement la BNDA) pour l importation des semences en provenance de l Europe. Ils sont occasionnellement fournisseurs des producteurs en intrants et ont tissés des relations de collaboration dans une confiance réciproque. Le total des chiffres d affaires sur la semence et les intrants de la pomme de terre est estimé à 45 milliards FCFA/an. L achat de semence constitue le principal poste de charge pour les producteurs. Autres intrants Il n y a pas de circuit spécifique pour l approvisionnement en engrais pour la pomme de terre. ATTENTION : Certains producteurs utilisent le complexe coton dans les parcelles de pomme de terre, cela est fortement déconseillé parce ce que ce fertilisant chimique contient des substances qui seront nocives pour l homme. Prix Date de mise à jour : juin 2014 Plants Engrais minéraux Matières organiques 1000 FCFA / kg à FCFA / caisse (25 à 30 kg par caisse) à FCFA / sac sur le marché si engrais subventionné. 12 FCFA/ kg Equipements et Bâtiments nécessaires Bâtiments / Capacités de stockage Les producteurs construisent des cases traditionnelles dédiées à la conservation des récoltes de pomme de terre. Une meilleure organisation de ces producteurs pourrait leur permettre l accès au financement d infrastructures de plus grandes et plus performantes mais aussi d équipements individuels d exploitation. Commercialisation Prix moyen de vente Le prix de vente de la pomme de terre se situe en 100 et 300 FCFA/kg dans les bassins de production et peut atteindre 600 FCFA/kg pour le consommateur dans les zones urbaines de grande consommation. Il est important de noter que les prix de vente varient selon la qualité du produit. Trois qualités majeures sont recensées : les grosses, les moyennes et les petites pommes de terre. Les grosses font référence au 1 er choix. Historique de prix moyens pondérés pour les pommes de terre 1 er choix : (Janv.- Mai) Août Novembre Organisation de la commercialisation Plus de 80% de la production est drainée sur le marché de Sikasso où opèrent les grossistes locaux et ceux venant des pays voisins à la région. Ces grossistes traitent directement avec les producteurs individuels très peu organisés. Les transactions sont réalisées au comptant. La pomme de terre collectée est très rapidement dirigée vers les grands centres de consommation à l intérieur et à l extérieur du pays. Pour les produits de la zone de Kati la commercialisation est assurée par des collecteurs qui les acheminent sur le marché de Bamako. Equipements Multiculteurs à traction animale pour le labour Houes pour le buttage Arrosage : puits et de plus en plus utilisation de motopompes individuelles Page 4 / 5

5 Budget de culture norme par ha Marge pour 1 ha de pomme de terre Répartition de la charge de travail La production de la pomme de terre exige une disponibilité de main de d œuvre durant tout le cycle, de la préparation du sol à la récolte. Le besoin par ha est se situe entre 250 et 450 H/J. Exemple de répartition de la charge de travail durant un cycle de production. Rdt T/ ha Activités Préparation du sol Arrosage Buttage Tri TOTAL Nombre d H/J Exemple de coûts de production pour 1 ha de pomme de terre Hypothèses retenues : - utilisation de plants importés - production directement mise en marché - vente bord champ Unité Qté P.U. FCFA/ha CHARGES Semences caisses Fertilisation - engrais sacs Matière organique kg Main d'œuvre H/J Carburant motopompe litres Emballages Sacs Transport kg Divers TOTAL CHARGES N.B.: certaines charges doivent être ajoutées, notamment les charges de matériel (amortissement, entretien, ) PRODUITS Pomme de terre kg Chiffre d'affaires Marge nette Coût de production FCFA FCFA 108 FCFA/kg Page 5 / 5

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid)

Gazon semé Gazon plaqué Pose en toute saison - + Rapidité d'utilisation - + Moins de problèmes de levée liés au climat (sec, froid) GAZONS Un gazon, ou pelouse, est une surface semée de graminées sélectionnées. Cette sélection se fait en fonction de la qualité ornementale du gazon, de sa résistance (au piétinement, à la sécheresse,

Plus en détail

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins La réduction des pertes de stockage est un levier important pour améliorer les performances de la filière oignon nigériennes.

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME livret 3 Ce document a été élaboré par Rongead Le sésame au Burkina Faso : état des lieux 2013 Ce livret fait partie

Plus en détail

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante ANNEXES Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante Annexe 2: Cadre logique du projet Annexe 3: Fiches analytiques de la rentabilité des filières Annexe 4: Tableau d analyse des filières

Plus en détail

Résumé de la technologie. Remerciements. Le COMPACI en bref

Résumé de la technologie. Remerciements. Le COMPACI en bref Avant propos Cette boîte à images est réalisée pour faciliter les séances de formation et de vulgarisation avec les producteurs de COMPACI sur la fabrication et l utilisation du compost dans les exploitations

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

La fabrication du compost et la fosse compostière

La fabrication du compost et la fosse compostière La fabrication du compost et la fosse compostière Sommaire Objectifs et principes de la technique Quelques conseils pour les paysans La construction de la fosse compostière La fabrication du compost Calendrier

Plus en détail

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14 Objectifs L objectif de cette série des questionnaires est de suivre les détails de la production agricole de l UPA dans une manière permettant le calcul des coûts de production et la valeur de la récolte

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES pour la production de tomates dans la Ville de Porto-Novo (Bénin)

PLAN D AFFAIRES pour la production de tomates dans la Ville de Porto-Novo (Bénin) pp PLAN D AFFAIRES pour la production de tomates dans la Ville de Porto-Novo (Bénin) 2009-2010 Sommaire RESUME... 5 1. L IDEE D AFFAIRES... 5 2. LA STRATEGIE COMMERCIALE... 6 2.1 Présentation du produit...

Plus en détail

Formation des pépiniéristes et des producteurs de mangues aux BPA

Formation des pépiniéristes et des producteurs de mangues aux BPA Quality management Formation des pépiniéristes et des producteurs de mangues aux BPA CAHIER DU PARTICIPANT Page 1 sur 17 SIGLES ET ABREVIATIONS BPA : Bonnes Pratiques Agricoles AC: Autorités compétentes

Plus en détail

compostage individuel

compostage individuel 1 Le guide du compostage individuel ENSEMBLE VALORISONS NOS DECHETS 2 Des avantages tout terrain Epluchures de légumes, marc de café, coquilles d oeufs ou fleurs fânées,..., les déchets biodégradables

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions

Image 1 : Récolte de l arachide à maturité et dans de bonnes conditions Q: Que voyez-vous sur l image? La plante d arachide se déracine facilement et la gousse est bien sèche à l intérieur. L arachide est mure. Q: Quels sont les critères de maturité de l arachide? L arachide

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Mortier, pilon, mil. Je suis le pilon. On m utilise pour égrener les céréales (mil, sorgho, mais, ) et les moudre.

Mortier, pilon, mil. Je suis le pilon. On m utilise pour égrener les céréales (mil, sorgho, mais, ) et les moudre. Mortier, pilon, mil FAIRE LA FARINE Je suis le pilon. On m utilise pour égrener les céréales (mil, sorgho, mais, ) et les moudre. Dès l age de 5 ans, les filles apprennent à piler et à 10 ans elles savent

Plus en détail

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE

DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Synthèse LUTTE À LA PETITE HERBE À POUX DANS LE SOYA BIOLOGIQUE Maryse L. Leblanc, agr. Ph.D. Chercheure-malherbologiste Daniel Cloutier, Jean Duval, Anne Weill, Pierre-Antoine Gilbert et Germain Moreau

Plus en détail

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural étude sur le financement de l agriculture et du monde rural Rapport complémentaire - Analyse de l offre et de la demande en financement agricole Mali Étude sur le financement de l agriculture et du monde

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER Introduction des systèmes d'irrigation améliorée et les semences résilientes au changement climatique

Plus en détail

Grille d analyse et ratios de décision.

Grille d analyse et ratios de décision. 1 LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PAR LES BANQUES ET LES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE EN AFRIQUE Méthodologie d évaluation prévisionnelle des activités agricoles, technique d analyse et de financement

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Pourquoi faire du compost?

Pourquoi faire du compost? Le compostage Pourquoi faire du compost? Diminuer de 40% le volume des déchets Réduire la pollution Biogaz, lixiviat Engrais chimique Pourquoi faire du compost? Fabriquer un engrais organique de qualité

Plus en détail

GUIDE DE MAINTENANCE TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013

GUIDE DE MAINTENANCE TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013 GUIDE DE MAINTENANCE TOITS VERTS ST M, M O N T R E A L, 2 013 2 015 / 0 5 / FR TOITS VERTS 101 A. CRITÈRES DE RÉUSSITE D UN TOIT VERT B. SOLUTIONS TECHNIQUES C. AVANTAGES DES TOITS VERTS D. CRÉDITS LEED

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Désherber autrement dans le Grand Lyon

Désherber autrement dans le Grand Lyon Désherber autrement dans le Grand Lyon Mauvaises herbes? Et si l'herbe n'était ni mauvaise, ni sale? Pourquoi desherber? Quand on évoque les mauvaises herbes, pas besoin d être botaniste pour imaginer

Plus en détail

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes.

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. Bâtiments d élevage : Pourquoi? Aspects climatiques : Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. - le porc est sensible aux brusques changements du climat, - surexposition au soleil : déshydratation

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

Notre usage quotidien de l eau. L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes

Notre usage quotidien de l eau. L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes Notre usage quotidien de l eau L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes En France, en 2009, chacun d entre nous a consommé en moyenne 165 litres d eau par jour, tous

Plus en détail

Mon potager facile 30 min/semaine 1m² 10 kg de légumes

Mon potager facile 30 min/semaine 1m² 10 kg de légumes Mon potager facile 30 min/semaine 1m² 10 kg de légumes 1 Getty images à vos potagers! 2 Cultiver des fruits et légumes chez soi, les voir pousser au rythme des saisons, récolter ce qu on a semé et enfin

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Rapport Annuel 2008. Coordinateur local : Zakari Soumana Cel. +227 93 93 79 74/ 96 49 04 01

Rapport Annuel 2008. Coordinateur local : Zakari Soumana Cel. +227 93 93 79 74/ 96 49 04 01 Rapport Annuel 2008 1 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.3 1. ACTIVITES REALISEES ET RESULTATS OBTENUS 3 1.1ACTIVITE GENERATRICE DE REVENUS : LA FERME DU FLEUVE.3 1.1.1 Bilan de l organisation..3 1.1.2 Bilan

Plus en détail

Fiche conseil. Comment planter et entretenir vos rosiers

Fiche conseil. Comment planter et entretenir vos rosiers Comment planter et entretenir vos rosiers Comment planter et entretenir vos rosiers Choisissez vos rosiers La rose, symbole de l amour pur ou passionné, reine des fleurs, a sa place dans chaque jardin.

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts

Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts Gazon naturel Développements et tendances Semences UFA Espaces verts 8401 Winterthour Bernhard Schenk 01.09.2014 Thèmes Facteurs d influence sur des gazons naturels sains Espèces de graminées et progrès

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles. Livret des apprenants sur la mise en place des Boutiques d Intrants (BI) agricoles.

Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles. Livret des apprenants sur la mise en place des Boutiques d Intrants (BI) agricoles. Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles 1 Livret des apprenants Ce module a été conçu avec l appui financier de la Commission de l Union Européenne Livret des apprenants sur la mise en place

Plus en détail

Référentiel pour la Conduite Technique de la fève (Vicia faba) Si Bennasseur Alaoui. 1. Importance économique et exigences écologiques de la fève

Référentiel pour la Conduite Technique de la fève (Vicia faba) Si Bennasseur Alaoui. 1. Importance économique et exigences écologiques de la fève Référentiel pour la Conduite Technique de la fève (Vicia faba) Si Bennasseur Alaoui 1. Importance économique et exigences écologiques de la fève Les fèves et féveroles sont produites au Maroc pour la consommation

Plus en détail

Herbicyclage. Questions et réponses

Herbicyclage. Questions et réponses Herbicyclage Questions et réponses L herbicyclage c est quoi? Herbicyclage Questions et réponses L herbicyclage est une technique qui consiste à laisser les rognures de gazon (appelés aussi les résidus

Plus en détail

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Rédaction équipe technique RECA

Plus en détail

Projet Anib@rosa. Faisabilité socio- économique. Filière de production d huile essentielle de bois de rose. Eléments de décision.

Projet Anib@rosa. Faisabilité socio- économique. Filière de production d huile essentielle de bois de rose. Eléments de décision. Projet Faisabilité socio- économique Filière de production d huile essentielle de bois de rose. Eléments de décision Patrick LANGBOUR 25 novembre 2014 Présentation 1. Le marché 2. Mise en place d une filière

Plus en détail

ANNEXE 6 LES SYSTEMES DE RIZICULTURE DE BAS FONDS

ANNEXE 6 LES SYSTEMES DE RIZICULTURE DE BAS FONDS ANNEXE 6 LES SYSTEMES DE RIZICULTURE DE BAS FONDS 1. L ITINERAIRE TECHNIQUE Le choix de la parcelle de bas-fonds Les bas-fonds sont des milieux moins étendus que les versants et une famille a en général

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas

L entretien des. gazon. Salon DEMO VERT 15 septembre 2010 - L'entretien des gazons sportifs - Paulo Seixas L entretien des terrains sportifs en gazon INTRODUCTION Les sports de gazon Gazon naturel < > Gazon synthétique L entretien est essentiel : - Esthétique -Sécurité -Qualité de jeux -Longévité LA TONTE

Plus en détail

«Protéger les enfants grâce à l ombre», Fiche-Info 6 Guide d entretien des arbres

«Protéger les enfants grâce à l ombre», Fiche-Info 6 Guide d entretien des arbres «Protéger les enfants grâce à l ombre», Fiche-Info 6 Guide d entretien des arbres Prendre soin de vos arbres est vital pour leur survie et cela demande : d étendre du paillis de les arroser de désherber

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

RÉSUMÉ 01 INTRODUCTION 03

RÉSUMÉ 01 INTRODUCTION 03 RÉSUMÉ Au cours des dernières années, une évolution de l intérêt humain envers l écologie et l environnement s est fait remarquer. En effet, les gens se soucient de plus en plus de leur emprunte écologique

Plus en détail

EDIC MALI. Volet Agriculture

EDIC MALI. Volet Agriculture Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Division de l'afrique, des pays les moins avancés et des programmes spéciaux ( ALDC ) EDIC MALI Volet Agriculture Moctar BOUKENEM Consultant

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Efficience de l utilisation de l eau

Efficience de l utilisation de l eau Efficience de l utilisation de l eau L efficience de l utilisation de l eau est définie par le rendement par unité d eau. L efficience optimale est obtenue en minimisant les pertes dues à l évaporation,

Plus en détail

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet

l enherbement La gestion de en maraîchage biologique Une réalisation du Projet La gestion de l enherbement en maraîchage biologique Une réalisation du Projet Union européenne - Fonds Européen de Développement Régional Europese Unie - Europees Fonds voor Regionale Ontwikkeling Gestion

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Conseil de gestion aux exploitations agricoles Programme de l année 1 Cameroun

Conseil de gestion aux exploitations agricoles Programme de l année 1 Cameroun Projet de Développement Paysannal et Gestion de terroir Pôle de Recherche Appliquée au Développement des Savanes d Afrique centrale Institut de Recherche Agricole pour le Développement Conseil de gestion

Plus en détail

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs Présentation : Marc VAN COILLIE. Fondateur en 1996 de SATplan (Gps et Agriculture) Jusqu en 2012 ( 25 collaborateurs, 6

Plus en détail

Les principales maladies des cultures maraîchères protégées

Les principales maladies des cultures maraîchères protégées Les principales maladies des cultures maraîchères protégées Amira Mougou Hamdane M ed BéchirAllagui Journée de formation AVFA- 07 Avril 2015 Champignons foliaires -Oïdium -Mildiou - Alternariose - Pourriture

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LE COMMERCE DU MAÏS AU MALI

FICHE TECHNIQUE SUR LE COMMERCE DU MAÏS AU MALI Afrique Verte BP : E404 - Bamako - Mali. Rue : 232 Porte : 754 Tel : (223) 221 97 60/ 221 57 69/ 221 57 79 Fax : (223) 221 34 11 E-mail : afriqueverte@afribone.net.ml http://www.afriqueverte.org FICHE

Plus en détail

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Les déchets organiques Le compostage Le mulching Le broyage Le paillage L alimentation animale Présentation du traitement actuel des déchets

Plus en détail

CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT

CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT Systèmes de toitures vertes CHOISISSEZ LA NATURE SUR VOTRE TOIT Les toits verts offrent un environnement plus sain et plus agréable! Général Les toitures vertes sont des toitures dont la pente ou la plateforme

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER 1 MARAICHAGE 2013 Chou rouge : essai variétal en culture biologique Catherine MAZOLLIER, avec la collaboration de Abderraouf SASSI Merci à Didier Muffat qui a accueilli cet essai La culture de chou occupe

Plus en détail

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ...

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ... Vu l avis favorable du Conseil National de l Information Statistique cette enquête reconnue d intérêt général et de qualité statistique est obligatoire. Visa n 2007 X 019 AG du Ministre de l Agriculture

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

Roger Asmar, agr., MBA

Roger Asmar, agr., MBA Roger Asmar, agr., MBA Ousama Bensslimane, agr. Directeur COGENOR Introduction. Efficacité et rentabilité. Seuil de rentabilité. Les dépenses Investissement et rentabilité. Les pièges. Des outils. Rentabilité

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

Stockage-crédit : la filière oignon s apprête pour le warrantage

Stockage-crédit : la filière oignon s apprête pour le warrantage Stockage-crédit : la filière oignon s apprête pour le warrantage En stockant plus et mieux, les producteurs peuvent gagner des milliers de FCFA supplémentaires. Sur le plan national, la valeur ajoutée

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Mai 2014 Partie 1. Céleri Rave CONSEILS DE SAISON

Mai 2014 Partie 1. Céleri Rave CONSEILS DE SAISON Mai 2014 Partie 1 CONSEILS DE SAISON Localement, les conditions pluvieuses accompagnées de la baisse des températures (Hautes Pyrénées) n ont pas favorisé une bonne reprise des dernières plantations ainsi

Plus en détail

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6 60.02 SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2 La création d une pelouse page 3 L entretien normal page 5 L entretien exceptionnel page 6 page 1/6 OUTILLAGE

Plus en détail

Atelier National de plaidoyer sur la Régénération Naturelle Assistée (RNA) OUAGADOUGOU, 26/03/2013

Atelier National de plaidoyer sur la Régénération Naturelle Assistée (RNA) OUAGADOUGOU, 26/03/2013 IUCN NL/EA Atelier National de plaidoyer sur la Régénération Naturelle Assistée (RNA) OUAGADOUGOU, 26/03/2013 IUCN NL/EA Les bonnes pratiques d agroforesterie par la régénération naturelle assistée au

Plus en détail

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 Page 1 Page 2 POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

LE COMPOSTAGE. Un jeu d enfant! Guide pratique du compostage domestique

LE COMPOSTAGE. Un jeu d enfant! Guide pratique du compostage domestique LE COMPOSTAGE Un jeu d enfant! Guide pratique du compostage domestique POURQUOI COMPOSTER? Je réduis ma poubelle 40 à 70 kg de déchets en moins par habitant chaque année. Ma poubelle est 30% plus petite.

Plus en détail

Communication. Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle

Communication. Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle Communication Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle «De nos jours, un Homme qui ne sait ni lire ni écrire (en français, arabe, anglais, chinois,

Plus en détail