Devoteam. Devoteam. Nicolas DAVID Analyste Financier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Devoteam. Devoteam. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.74.64.64.43"

Transcription

1 INITIATION DE COUVERTURE Services Informatiques 18 janvier 2010 Opinion 3. Neutre Cours (clôture au 15 janvier 10) 18,80 Objectif de cours 20,50 (+9,0 %) Données boursières Code Reuters / Bloomberg DVTM.PA / DEVO:FP Capitalisation boursière 191,1 M Valeur d'entreprise 171,5 M Flottant 77,6 M (40,5 %) Nombre d'actions Volume quotidien Taux de rotation du capital (1 an) 39,39 % Plus Haut (52 sem.) 20,69 Plus Bas (52 sem.) 7,96 Performances Absolue 1 mois 6 mois 12 mois 2,2 % 41,9 % 89,9 % janv.-09mars-09 mai-09 Actionnariat Flottant : 40,5 % ; Dirigeants : 28,2 % ; Salariés : 5,8 % ; Investisseurs : 23,8 % ; Autocontrôle : 1,7 % Agenda juil.-09 sept.-09 nov.-09 Chiffre d'affaires T publié le 8 février Devoteam Devoteam Date de première diffusion : 18 janvier 2010 Une exposition télécoms qui fera durer, pour la société, le bas de cycle Une guidance 2009 prudente Devoteam a confirmé au cours de la publication de son chiffre d affaires du 3 ème trimestre 2009, son objectif d atteindre un chiffre d affaires annuel compris entre 455 M et 460 M et une rentabilité opérationnelle courante, avant amortissement des écarts d acquisitions et hors impact des stock-options, supérieure à 6 % en Au vu de sa bonne gestion opérationnelle de la crise et malgré un mix sectoriel défavorable, Devoteam devrait aisément atteindre ces objectifs prudents et nous tablons sur un chiffre d affaires en haut de fourchette, à 460 M, et une rentabilité opérationnelle de 6,3 %. pour une exposition au secteur télécoms aujourd hui pesante L orientation prise par Devoteam depuis 2007 en direction du secteur télécoms (34 % du chiffre d affaires du groupe au 1 er semestre 2009), se révèle aujourd hui particulièrement pénalisante pour la société en raison de la baisse d activité importante et durable avec les équipementiers Nokia Siemens Networks et Ericsson. Par ailleurs, la contraction de l activité observée auprès de certains opérateurs télécoms au cours de l année 2009, bien que moins durable, devrait également pénaliser la croissance et la rentabilité de Devoteam sur l année Les utilisateurs finaux et les pays émergents comme relais de croissance à court terme Afin de pallier les difficultés rencontrées auprès des équipementiers télécoms, Devoteam doit s attacher à adresser deux sources d activité porteuses : - La forte demande des utilisateurs finaux (DSI des sociétés de l industrie, des services ou du secteur public), sur certaines niches technologiques sur lesquelles Devoteam est largement présent : Virtualisation, Architectures Orientées Services, IT Service Management, etc. ; - La nécessité pour les opérateurs télécoms présents dans les pays émergents de continuer à investir afin 1/ d accompagner le développement de nouvelles technologies, telles que la 3 ou le triple-play, et 2/ d améliorer leur qualité de services. Valorisation A l initiation de couverture de la société, nous adoptons une opinion neutre, en raison d une activité qui devrait rester encore très difficile au sein du secteur télécoms en 2010 et de la nécessité pour la société de confirmer sa bonne dynamique dans les pays émergents et auprès des utilisateurs finaux. Notre objectif de cours ressort à 20,50, offrant un potentiel d upside limité de 9,0 % mais un potentiel d upside tout de même, l exposition de la société au secteur télécoms ne pouvant expliquer totalement la forte décote du titre par rapport à ses comparables boursiers. Nicolas DAVID Analyste Financier Chiffres Clés Ratios E 2010E 2011E E 2010E 2011E CA (EUR m) 369,9 459,5 460,1 463,8 485,0 VE / CA 0,7 0,3 0,4 0,4 0,4 Evolution (%) 38,7% 24,2% 0,1% 0,8% 4,6% VE / EBE 8,0 3,6 6,2 4,7 4,5 EBE (EUR m) 34,0 43,5 33,1 36,4 39,5 VE / REX 9,3 4,8 8,8 5,9 5,5 ROA (EUR m) 31,3 40,3 28,9 31,7 34,5 P / E 15,1 9,1 13,7 10,9 9,6 Marge sur ROA (%) 8,5% 8,8% 6,3% 6,8% 7,1% Res. Net. Pg (EUR m) 19,5 19,2 13,0 16,3 18,5 earing (%) 13% -19% -14% -23% -31% Marge nette (%) 5,3% 4,2% 2,8% 3,5% 3,8% Dette nette / EBE 0,4-0,5-0,5-0,9-1,2 BPA dilué 2,20 1,98 1,20 1,50 1,70 RCE (%) 17,3% 20,0% 12,4% 15,2% 16,0% enesta dispose du statut de Conseiller en Investissements Financiers et est membre de l AACIF (Numéro d agrément AMF : B000119). Voir avertissements importants en fin de document. Pour plus d informations sur enesta et ses procédures internes, se référer au site Internet. 1

2 Présentation de la société Un spécialiste des infrastructures systèmes et réseaux Depuis sa création en 1995, Devoteam se positionne comme un acteur de niche, spécialiste des infrastructures systèmes et réseaux. Au fil des années et des acquisitions, Devoteam a étoffé son offre qui est aujourd hui structurée autour de trois activités complémentaires : Business Consulting (Conseil en stratégie et organisation du SI, 20 % du CA 2008), Technology Consulting (Expertise technique et Intégration de systèmes, 70 % du CA 2008) et Outsourcing (10 % du CA 2008). Une double orientation Télécoms Utilisateurs finaux Entre 2002 et 2006, Devoteam a développé une position significative auprès des DSI des sociétés de l industrie, de la finance, des services, de l énergie et du secteur public (65 % du CA 2008), en leur proposant d intervenir sur un large spectre de problématiques liées à leurs infrastructures systèmes et réseaux, telles que les systèmes d exploitation, l architecture du SI, la sécurité, etc. Cependant, avec les acquisitions de ausystems et d un centre de R&D de Nokia Siemens Networks en 2007, puis de Danet en 2009, Devoteam a réaffirmé son positionnement auprès des opérateurs et des équipementiers télécoms (35 % du CA 2008), désireux de mettre en avant ses compétences, issues de son positionnement historique sur ce secteur. Un positionnement fort en Europe et, de plus en plus, dans les pays émergents Avec l acquisition de la société Danet début 2009, Devoteam structure d avantage son positionnement sur le marché européen, en entrant sur le marché allemand, 1 er marché de la zone en termes de services informatiques. Depuis 2004, Devoteam a entrepris de se développer au sein des pays émergents (Moyen-Orient, Russie, Turquie, Afrique du Nord) afin de répondre à la forte demande des opérateurs télécoms et des gouvernements locaux. SWOT Forces - Un pure player ayant un modèle intégré au sein des infrastructures systèmes et réseaux ; - Situation financière intacte (17 M de trésorerie nette estimé au 31 décembre 2009) malgré la crise et l acquisition de Danet, situation permettant de continuer la politique d acquisitions ; - estion proactive de la crise permettant le maintien de la rentabilité opérationnelle. Opportunités - Possibilité de diversification auprès des utilisateurs finaux (Industrie, Energie, Services, Administrations publiques) ; - Forte demande dans les pays émergents (Asie et Moyen- Orient, Afrique) ; - Forte demande dans les domaines de la Virtualisation des infrastructures IT, les Architectures Orientées Services (SOA), L IT Service Management et la Sécurité. Faiblesses - Forte exposition au secteur télécoms renforcée par l acquisition de Danet début 2009 ; - Offre internationale encore trop peu structurée. Menaces - Difficultés plus persistantes que prévu pour les opérateurs télécoms européens ; - Nouvelles baisses d activité avec les équipementiers télécoms ; - Moins de leviers en 2010 pour réduire les coûts (gel des salaires et des recrutements difficiles à maintenir sur la durée). Méthode de valorisation Synthèse et Opinion DCF Devoteam a confirmé, au cours de la publication de son chiffre d affaires du 3 ème trimestre 2009, son objectif d atteindre un chiffre d affaires annuel compris entre 455 M et 460 M et une rentabilité opérationnelle supérieure à 6 % en Ces objectifs apparaissent comme très conservateurs et nous tablons sur un chiffre d affaires en haut de fourchette, à 460 M, et une rentabilité opérationnelle de 6,3 % pour Malgré une croissance qui devrait rester atone en raison des difficultés rencontrées dans le secteur télécoms, le groupe devrait parvenir à augmenter sa rentabilité, dès 2010, en redressant la rentabilité de Danet et en améliorant légèrement le taux d utilisation de ses consultants. L actualisation des flux de trésorerie d exploitation disponibles avec un coût moyen pondéré des ressources de 12,96 % valorise le titre à 20,24 par action. Comparables Notre échantillon de comparables est constitué de 7 sociétés : - de spécialistes de l expertise technique et de l intégration de systèmes, principalement sur des problématiques liées aux infrastructures (ITS roup, Aubay et Vision IT roup) ; - de spécialistes de la gestion des infrastructures (Osiatis et Neurones) ; - de Solucom, ce cabinet de conseil en systèmes d information et management étant directement concurrent de l entité Business Consulting de Devoteam ; - de Steria, cette société ayant un positionnement plus généraliste mais disposant de compétences reconnues dans le domaine des infrastructures systèmes. L approche par multiples boursiers nous conduit à une valorisation de Devoteam à 20,75 par action. Notre objectif de cours, résultant de la moyenne des résultats obtenus par les méthodes DCF et comparaison boursière, ressort à 20,50, soit un upside de 9,0 % par rapport au cours de 18,80 à la clôture du 15 janvier Une exposition télécoms particulièrement pesante L orientation prise par Devoteam depuis 2007, en direction du secteur télécoms, atteignant 35 % de son chiffre d affaires 2008, est aujourd hui particulièrement pénalisante pour la société en raison de la baisse d activité observée auprès des équipementiers et opérateurs européens. Nokia Siemens Networks et Ericsson, les deux principaux équipementiers clients de Devoteam, diminuent drastiquement leurs commandes, entraînant une baisse d activité importante et durable. De plus, de nombreux opérateurs européens ont violemment réagi face à la crise, impliquant une forte baisse d activité qui, malgré une reprise progressive, devrait continuer à peser sur la croissance et la rentabilité du groupe en Les utilisateurs finaux et les pays émergents comme relais de croissance Afin de pallier les difficultés rencontrées au sein du secteur télécoms, Devoteam doit s attacher à adresser deux sources d activité porteuses : - La volonté de la part des utilisateurs finaux d opérer une meilleure gestion de leurs infrastructures. Ceci se traduit par une forte demande sur certaines niches technologiques, telles que la Virtualisation, les Architectures Orientées Services (SOA), l IT Service Management et la Sécurité, sur lesquelles Devoteam est largement présent ; - La nécessité pour les opérateurs télécoms des pays émergents de continuer à investir afin 1/ d accompagner le développement de nouvelles technologies, telles que la 3 ou le triple-play, et 2/ d améliorer la qualité de leurs services. Opinion : Neutre A l initiation de couverture de la société, nous adoptons une opinion neutre, en raison des incertitudes liées à l activité télécoms en 2010 (notamment au niveau de contrats à risques auprès des équipementiers NSN et Ericsson), et de la nécessité pour la société de confirmer sa bonne dynamique dans les pays émergents et auprès des utilisateurs finaux. 2

3 18 janvier 2010 Devoteam Sommaire 1 Présentation de la société Une offre étoffée au fil des acquisitions Un portefeuille d activités diversifié mais mix sectoriel d activité trop dépendant des télécoms Une activité internationale importante mais encore peu structurée Commentaires sur les derniers résultats Le point bas de la croissance organique semble touché mais l inflexion se fait attendre Des marges sous pression malgré une bonne gestion opérationnelle de la crise Environnement de marché Les disparités sectorielles devraient perdurer Des tendances porteuses malgré la crise Des leviers pour renouer avec la croissance et redresser la rentabilité Redresser Danet Affirmer le développement dans les pays émergents Prévisions Plusieurs trimestres seront nécessaires pour renouer avec la croissance organique et pour redresser la marge opérationnelle Quelle utilisation du cash? Valorisation DCF Comparables Annexes Un track record d acquisitions riche Synthèse du positionnement international du groupe Synthèse des comptes Compte de résultats simplifié Bilan principaux agrégats Tableau des flux de trésorerie principaux agrégats Ratios financiers Avertissements importants Définition des opinions et objectifs de cours de enesta Equity Research Détection de conflits d intérêts potentiels Historique des opinions et objectifs de cours relatifs à la valeur au cours des 12 derniers mois Répartition des opinions Avertissement complémentaire

4 1 Présentation de la société 1.1 Une offre étoffée au fil des acquisitions Depuis sa création en 1995, Devoteam se positionne comme un acteur des services informatiques spécialiste des infrastructures systèmes et réseaux. Cependant, après avoir été, entre 1995 et 2002, un acteur croissant au rythme de la dérégulation du marché des télécommunications et de l explosion des technologies Internet, Devoteam s attache depuis l éclatement de la bulle Internet à devenir un acteur incontournable du marché européen des infrastructures systèmes et réseaux, en construisant une offre complète et structurée, que cela soit du point de vue des prestations proposées, de la couverture géographique ou des secteurs adressés. Année Développement Métier Développement éographique 1995 Assistance technique en télécoms et réseaux d entreprise France (Ile de France) 1997 Architecture et pilotage des systèmes d information 1998 Architectures e-business France (Régions) 1999 Belgique 2000 Intégration d'applications mobiles Espagne, Royaume-Uni 2001 Business Consulting en sécurité du SI Pays-Bas 2002 Business Consulting en réseaux télécoms Danemark, Autriche 2003 Intégration de Systèmes 2004 Conseil en développement et intégration télécoms, Open Source Jordanie, EAU 1, Arabie Saoudite 2005 Infogérance Suisse, République Tchèque 2006 Architectures Orientées Services (SOA 2 ), estion de l'information Norvège, Suède, Maroc, Pologne 2007 IT Service Management 3 Italie, Algérie 2008 Turquie, Russie, Tunisie 2009 Allemagne Un acteur ayant surfé sur la vague Internet Devoteam connait, jusqu en 2000, une croissance dynamique et essentiellement organique liée à la dérégulation du marché des télécommunications et à l explosion des investissements dans les technologies Internet. La forte demande en infrastructures réseaux, issue d un besoin énorme en matière de transmission de données, permet à Devoteam, qui intervient alors majoritairement dans le cadre de missions de délégation d experts en assistance technique auprès des constructeurs, des opérateurs télécoms et des intégrateurs systèmes et réseaux, de tripler son chiffre d affaires entre 1999 et Ce business modèle, très lucratif, permet à Devoteam d afficher une marge opérationnelle supérieure à 11 % entre 1999 et En 1999, la société s introduit sur le Nouveau Marché afin de financer sa croissance sur le marché européen. A partir de 2001, avec la baisse de la croissance de son marché, la société se lance dans une politique d acquisitions afin 1/ d accélérer son développement européen, 2/ de pénétrer de nouveaux comptes et 3/ d acquérir de nouvelles compétences disposant à présent d une offre complète et structurée Depuis l année 2001 et l essoufflement de sa croissance organique, Devoteam s attache à étoffer son activité, que cela soit au niveau des prestations proposées, de la couverture géographique ou des secteurs visés. Après deux années de décroissance organique en 2002 et 2003, suite à l éclatement de la bulle Internet (la société étant alors très exposée au secteur télécoms et aux technologies Internet), Devoteam reprend, à partir de 2004, une croissance dynamique de son activité. Bien que la société ne puisse pas renouer avec les niveaux de croissance organique atteints à la fin des années 90 1 E.A.U. : Émirats Arabes Unis. 2 Services Oriented Architectures : architectures informatiques dans lesquelles les différentes applications sont constituées par un ensemble de services dialoguant entre eux par des messages. 3 IT Service Management : Ensemble de pratiques et de solutions permettant de gérer les infrastructures IT, au niveau de la qualité des services rendus, de leur fiabilité, de leur productivité et de l allocation des ressources. 4

5 (environ +130 % de croissance annuelle interne entre 1997 et 2001), elle affiche tout de même un taux moyen de croissance annuelle, y compris croissance externe, de près de +25 % entre 2003 et 2008 (avec en moyenne une croissance organique de l ordre de +17 %), surperformant largement l ensemble du marché des services informatiques. LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE Rapidement, Devoteam développe une offre crédible de conseil en stratégie et organisation des infrastructures IT, notamment grâce à l acquisition de XP Conseil en 2001, cette société étant spécialisée dans le conseil en sécurité des infrastructures IT. râce à l acquisition, en 2002 de Siticom, leader français du conseil en stratégie réseaux télécoms, l activité de conseil de Devoteam devient particulièrement reconnue. En 2003, Devoteam décide de structurer son offre autour de deux pôles, Consulting et Solution qui deviendront par la suite respectivement Business Consulting et Technology Consulting, afin de clarifier son positionnement. En 2003, Devoteam développe une offre d Intégration de systèmes, notamment grâce à l acquisition de Apogée Communication, alors détenu par l intégrateur britannique Colt. Alors que son activité était historiquement basée sur des prestations d assistance technique auprès des opérateurs et des équipementiers télécoms, Devoteam, poussé par l évolution de la demande, décide de développer une offre importante d intégration d infrastructures systèmes, notamment dans les domaines de la sécurité, de l administration de systèmes puis, plus récemment, de l IT Service Management et de la virtualisation 1. En 2004, Devoteam lance un pôle de développement et d intégration télécoms en acquérant SRIT (Siemens Réseaux Informatique et Télécommunications), filiale de Siemens Basée à Lannion. Devoteam étoffera ce pôle en 2007 via les acquisitions de ausystems et la reprise d un centre de R&D de Nokia Siemens Networks en Belgique. En 2005, Devoteam lance une offre d outsourcing en s appuyant sur la reprise du contrat d infogérance de l informatique des Laboratoires Pierre Fabre. LA DIVERSIFICATION ÉORAPHIQUE ET SECTORIELLE Alors que Devoteam était, au début des années 2000, exposé à 70 % aux secteurs télécoms et financier, la société s est attachée, entre 2002 et 2006, à développer une offre crédible à destination de l industrie, des services, de l énergie et du secteur public portant le poids de ces secteurs à plus de la moitié de son chiffre d affaires entre 2003 et Cette diversification a été particulièrement réussie grâce à son offre d intégration de systèmes. En parallèle de cette diversification, Devoteam poursuit son développement international, à la fois dans l ensemble de l Europe Occidentale et vers les marchés émergents (Europe de l Est, Moyen Orient et Maghreb), pour couvrir un total de 23 pays et réaliser, pour la première fois en 2009, la majorité de son chiffre d affaires en dehors de la France. L ensemble de ces initiatives a permis à Devoteam de redresser sa rentabilité opérationnelle mise à mal lors des années 2002 et 2003, en retrouvant des niveaux proches de 8 %. De plus, Devoteam est parvenu, entre 2003 et 2008, à mêler une croissance dynamique de son activité avec un rééquilibrage de son offre, en se positionnant d avantage sur des problématiques de fond liées aux infrastructures des utilisateurs finaux (rationalisation, sécurité, administration, etc.). En effet, Devoteam fait aujourd hui face à un marché beaucoup plus équilibré entre le secteur télécoms et les utilisateurs finaux et adresse des problématiques plus larges que lors du début des années 2000, période durant laquelle les enjeux techniques concernaient principalement le cœur de réseaux et la nécessité de répondre à la demande grandissante concernant le transport de données, ainsi que le développement d applications Internet. 1 La virtualisation correspond à l ensemble des techniques matérielles et logicielles permettant de faire fonctionner sur une seule machine, plusieurs systèmes d'exploitation ou plusieurs applications, séparément les uns des autres, comme s'ils fonctionnaient sur des machines physiques distinctes 5

6 Évolution du chiffre d affaires de Devoteam entre 2000 et M 462 M +24,2 % TMCA: +24,1 % +38,7 % 370 M +17,0 % org. 267 M 66 M +63,8 % +40,0 % org. +25,6 % 108 M -2,0 % org. 136 M -7,4 % -11,0 % org. +19,3 % 126 M +11,0 % org. 150 M +32,4 % +22,0 % org. 199 M +34,2 % +18,0 % org. +17,0 % org E Chiffre d'affaires hors acquisition Contributiondes acquisitions de la période source : Devoteam Évolution du chiffre d affaires et de la rentabilité opérationnelle courante de Devoteam entre 2000 et M 450 M 14,7 % 16 % 14 % 400 M 350 M 11,2 % 12 % 300 M 250 M 7,0 % 8,2 % 8,2 % 8,6 % 10 % 8 % 200 M 5,8 % 6 % 150 M 100 M 2,4 % 4 % 50 M 0 M 2,1 % % 0 % Chiffre d'affaires Marge d'exploitation source : Devoteam 1.2 Un portefeuille d activités diversifié Au travers de son positionnement unique de spécialiste des infrastructures IT, Devoteam a développé une expertise axée autour de trois métiers complémentaires que sont le conseil en management, le conseil en technologies et l outsourcing. Ces trois métiers permettent à Devoteam d intervenir durant les trois étapes clés de la vie du système d information, en amont (Design), lors de la réalisation (Build) et lors de l exécution (Run), tout en conservant son positionnement sectoriel de pure player dans le domaine des infrastructures systèmes et réseaux. De plus, Devoteam dispose d un positionnement étendu dans la chaîne de 6

7 valeur en réalisant des prestations à la fois auprès des fournisseurs de solutions de télécommunications (opérateurs et équipementiers télécoms) mais également auprès des utilisateurs finaux (les banques, l industrie, les sociétés de services et le secteur public). Chiffre d affaires de Devoteam par activité en 2008 Outsourcing 10% Technology Consulting 70% Business Consulting 20% source : Devoteam Technology Consulting (70 % du CA 2008) L entité Technology Consulting vise à répondre aux problématiques techniques des clients de Devoteam (que cela soit les opérateurs télécoms, les équipementiers télécoms ou les utilisateurs finaux des infrastructures), principalement dans le domaine des infrastructures systèmes et réseaux. râce à sa spécialisation dans les infrastructures, Devoteam couvre un large spectre d expertises : Domaine d'expertise Le cœur de réseaux L architecture des systèmes d information L administration de systèmes Les systèmes d exploitation La messagerie et les systèmes collaboratifs Le stockage Les bases de données L IT service management La sécurité des infrastructures Autres Exemples d'interventions Devoteam réalise de prestations de conseil en développement et intégration auprès des opérateurs et des équipementiers télécoms, notamment sur des problématiques de convergence IT / télécoms. Auprès des utilisateurs finaux et des opérateurs télécoms, Devoteam réalise notamment des migrations vers les réseaux de nouvelle génération (NN) et vers l'ims (IP Multimedia Subsystem). Devoteam intervient notamment sur les problématiques de virtualisation et sur la mise en place d architectures orientées services (SOA). Devoteam intervient dans l organisation et l optimisation des ressources, la gestion des accès utilisateurs, le suivi des performances et l élaboration des règles d utilisation. Devoteam réalise des migrations ou des consolidations d environnements systèmes que cela soit sous Windows ou Unix. Devoteam réalise la migration ou la consolidation des systèmes de messagerie (Lotus et Exchange), l interconnectivité des messageries, l intégration et l utilisation des solutions de mobilité (WebAccess, pda), l archivage de données. Devoteam réalise l étude et le pilotage de projets d intégration d infrastructures de sauvegarde, la consolidation des architectures de stockage. Devoteam réalise des missions de mise à niveau et optimisation des Systèmes de estion des Bases de Données Relationnelles (Oracle, SQL), de modélisation des infrastructures techniques et de consolidation des environnements applicatifs. Devoteam intervient sur l intégration d applications dédiées à l IT Services Management. Devoteam dispose d une offre extrêmement complète en la matière lui permettant d intervenir lors de l audit, de la mise en place de solutions de sécurisation ou encore lors de la validation et de la supervision du système. Au-delà des infrastructures systèmes et réseaux, Devoteam dispose aussi d expertises dans les domaines des applications e-business, de l Open Source (via sa filiale Uperto), et de la Business Intelligence. Sur ce marché, Devoteam est en compétition avec certains acteurs généralistes disposant de tout ou partie de ces expertises (Accenture, Steria, IBM, etc.) mais également des acteurs spécialisés dans ce domaine et dont les modèles sont proches du sien (Aubay, ITS roup, Vision IT roup). 7

8 Devoteam intervient sur ces expertises, de façon relativement équilibrée, dans le cadre de prestations d assistance technique ou d intégration de systèmes : L ASSISTANCE TECHNIQUE L assistance technique est le modèle d intervention historique de Devoteam, modèle issu de son positionnement en tant que société d expertise dans les nouvelles technologies internet et réseaux, au début des années Au cours de cette période, Devoteam réalisait près de 80 % de son chiffre d affaires au travers de ce mode d intervention, très largement facturé au temps passé. Suite au repositionnement de la société vers plus d intégration de systèmes et à la volonté des opérateurs et équipementiers télécoms de faire basculer nombre de ces prestations en mode projet, avec facturation au forfait, le poids des prestations d assistance technique au sein du chiffre d affaires du groupe a fortement diminué. Cependant, Devoteam réalise encore un grand nombre de prestations de ce type, que cela soit auprès de constructeurs d équipements télécoms, lors de projets d intégration de systèmes ou lors des phases de développement (expertise issue de l acquisition de SRIT, filiale de développement et d intégration de Siemens, fin 2004), mais aussi directement auprès des utilisateurs finaux et des opérateurs télécoms dans le cadre de prestations de proximité sur des expertises pointues. Ces prestations pèsent en France pour près de la moitié du chiffre d affaires de l entité Technology Consulting. L activité d assistance technique se caractérise par un TJM (tarif journalier moyen) généralement plus faible que l intégration de systèmes, en raison de la moindre valeur ajoutée apportée aux clients (pas de gestion en mode projet) et l absence d engagement de résultat, mais un taux d utilisation des consultants généralement plus élevé, en raison de la flexibilité de ce mode d intervention. L INTÉRATION DE SYSTÈMES Devoteam réalise une part grandissante de prestations d intégration de systèmes, visant le déploiement de nouvelles applications, la migration de systèmes informatiques ou la consolidation d environnements au sein des infrastructures informatiques des utilisateurs finaux et des opérateurs télécoms. L intégration de systèmes inclut la planification, la conception, la mise en œuvre et la gestion d une solution répondant aux besoins techniques ou opérationnels spécifiques d un client. Ces interventions sont réalisées en mode projet et largement facturées au forfait, induisant des risques de pénalités en cas de non respect des conditions négociées en amont du projet. Le risque encouru et la valeur ajoutée apportée en termes de gestion de projet permettent à Devoteam de pratiquer des taux de facturation généralement plus importants que dans le cadre de prestations d assistance technique. Dans ce domaine, Devoteam a noué des partenariats avec les principaux éditeurs d applications, liés à ses expertises d intervention : estion des infrastructures et des services IT (BMC, HP, IBM, etc.), Sécurité (CA, Symantec), Systèmes d exploitation (Microsoft, Unix, etc.), Stockage (EMC), Architectures IT (Citrix). Ces partenariats permettent à Devoteam : - de bénéficier de certifications, apportant de la crédibilité à ses équipes ; - de générer du chiffre d affaires (environ 4 % du chiffre d affaires 2008) autour d une activité de négoce liée à la vente de systèmes développés par ces éditeurs partenaires. Ce chiffre d affaires additionnel perçu en marge de contrats d intégration de systèmes, que cela soit via des commissions ou la refacturation de licences auprès des clients finaux, est d autant plus intéressant qu il est relutif pour la marge opérationnelle du groupe. Devoteam a pris le parti de ne pas prendre en charge l intégration d infrastructures réseaux (correspondant à la partie matérielle des infrastructures), dans la mesure où ces prestations génèrent de faibles marges sur intervention et nécessitent donc une taille importante. On retrouve notamment sur ce segment des sociétés telles que Dimension Data, Telindus (groupe Belgacom) ou Silicomp (Orange) Business Consulting (20 % du CA 2008) Tout d abord construite comme une offre assez marginale greffée autour des prestations d expertise technique, l activité Business Consulting de Devoteam s est rapidement développée en France suite à plusieurs acquisitions (XP Conseil en 2001, Siticom en 2002 et Cesmo en 2004). Au sein de son entité Business Consulting, Devoteam réalise des prestations de : - Stratégie et management : gestion des coûts, amélioration de la performance, définition des portefeuilles de services. - Organisation et processus : analyse de performance et transformation des processus, qu ils soient métiers ou IT, conseil autour des processus ITIL, CMMi, Cobit. - Transformation du système d information : études d architectures, pilotage de projet, assistance à maîtrise d ouvrage, aide à la composition d appels d offres, etc. 8

9 Sur ce segment, Devoteam est en concurrence avec des pure players de ce domaine tels que Solucom, Ineum Consulting ou Octo Technology mais également avec les divisions des grosses SSII internationales dédiées au Business Consulting (Capgemini Consulting, Atos Consulting et les divisions Business Consulting de Logica, Accenture, etc.). Devoteam se distingue par sa forte compétence dans le domaine des télécoms en France, notamment auprès de Orange, et par sa capacité à accompagner les gouvernements de certains pays étrangers dans leur stratégie IT télécoms (Danemark, Autriche et Moyen-Orient). Ces missions sont caractérisées par des durées d intervention généralement courtes (quelques semaines, parfois quelques mois) et un TJM élevé. En effet, le TJM des consultants de Devoteam pour ce type de missions se situe à environ 750 en France (un pure player du domaine tel que Solucom pratiquait un TJM de l ordre de 740 en 2008) et monte jusqu'à en Europe du Nord. La marge brute sur intervention élevée permet à l entité Business Consulting de générer une marge opérationnelle historiquement plus élevée que l entité Technology Consulting, et ce, malgré un taux d activité plus faible (taux d activité situé entre 80 % et 85 % contre plus de 90 % pour les activités de conseil en technologies). Ces prestations, majoritairement adressées aux directions générales et fonctionnelles, sont souvent considérées comme discrétionnaires, ce qui confère à l activité Business Consulting un profil cyclique. De plus, les tarifs élevés pratiqués pour ce type de missions sont généralement âprement négociés en bas de cycle et de nombreux acteurs acceptent de faire des concessions afin de préserver le taux d utilisation de leurs consultants. Ainsi, l activité Business Consulting, générant habituellement des niveaux de marge élevés (environ 10 % en haut de cycle), est actuellement sous pression (Devoteam a ainsi vu la marge opérationnelle de son activité Business Consulting chuter de -43,3 % au 1 er semestre 2009 par rapport au 1 er semestre 2008) Outsourcing (10 % du CA 2008) La division Outsourcing est née de la reprise du contrat d infogérance de l informatique des Laboratoires Pierre Fabre à Capgemini en 2005, incluant le centre de delivery et ses employés situés dans le Tarn. Fort de ce contrat, Devoteam a cherché à mutualiser ces infrastructures en signant de nouveaux contrats d infogérance, portant cette activité à près de 15 % du chiffre d affaires total de la société en 2007, et en y transférant une partie de son informatique interne. Devoteam a ensuite cherché à développer cette activité mais n a pas rencontré le succès commercial espéré, dans la mesure où : - La croissance du marché de l outsourcing est restée modérée en Europe Continentale, et ce, malgré l annonce de la crise comme catalyseur de la demande. En effet, le marché de l outsourcing peine à décoller en Europe Continentale où il représente, depuis 2007, 13 % des dépenses globales dans les technologies de l information contre 28 % au Royaume-Uni, selon Forrester Research. - Sur ce marché, Devoteam se trouve en concurrence avec de grands prestataires d outsourcing, tels que IBM S, HP Services, Capgemini, Steria, Atos Origin ou Tieto, dont les structures sont plus adaptées pour répondre à la demande actuelle portant sur des contrats d externalisation de plus en plus globaux, incluant la délégation de tout ou partie des ressources informatiques du client. De plus, ces grands «outsourcers» disposent aujourd hui d effectifs importants au sein de leurs plateformes offshores, ces effectifs leur permettant de pratiquer des prix sur lesquels Devoteam ne peut pas s aligner. Les investissements commerciaux réalisés, sans grand succès majeur au cours des dernières années, ayant grevé le niveau de marge de cette activité, Devoteam ne vise plus à présent un développement commercial agressif de son entité outsourcing afin de privilégier sa rentabilité. De fait, cette activité est toujours très dépendante du contrat Pierre Fabre (comptant pour près de 80 % du chiffre d affaires de la société dans le domaine de l outsourcing) dont l échéance arrive en L adoption de l offshore étant vouée à s accélérer dans les années à venir, entrainant l apparition d offres de plus en plus concurrentielles dans le domaine de l outsourcing, il est probable que le contrat Pierre Fabre soit reconduit à échéance dans des conditions moins favorables qu en Afin de supporter une baisse de prix importante, Devoteam serait dans l obligation de disposer d une plateforme offshore, ce qui n apparait pas aujourd hui au cœur de la stratégie du groupe. Une cession du centre de delivery et de ses employés reste une solution envisageable dans la mesure où une telle opération impacterait peu la marge du groupe tout en lui permettant de se recentrer sur ses activités cœur de Business Consulting et de Technology Consulting. 1.3 mais un mix sectoriel d activité trop dépendant des télécoms LE SECTEUR TÉLÉCOMS REPRÉSENTE LE CŒUR DE CIBLE HISTORIQUE DE DEVOTEAM Le secteur télécoms représente le cœur de cible historique du groupe, fondé lors de la dérégulation du marché des télécommunications, et a pesé jusqu à 45 % de son chiffre d affaires en Suite aux difficultés rencontrées par les équipementiers télécoms et la concentration du marché des opérateurs, Devoteam a cherché à se diversifier. Ainsi, l exposition de Devoteam au secteur télécoms a diminué progressivement, jusqu à ne représenter qu entre 21 % et 25 % du chiffre d affaires de la société durant la période , au profit de l industrie, des services, du secteur public et de l énergie. 9

10 Suite à l acquisition, en 2007, de ausystems et la reprise d un centre de développement de Nokia Siemens Networks en Belgique, l exposition de Devoteam au secteur télécoms est redevenue importante, représentant 35 % du chiffre d affaires de la société en Ce regain d intérêt pour le secteur télécoms fut notamment motivé par le redressement de certains équipementiers télécoms européens, qui étaient en crise depuis 2002, poussés notamment par la montée en puissance de la convergence IT / télécoms. L acquisition de la société allemande Danet en mars 2009, qui réalise 70 % de son chiffre d affaires dans les télécoms, a encore augmenté l exposition de Devoteam à ce secteur en début d année Répartition du chiffre d affaires de Devoteam par secteur d activité entre 1999 et % 42% 32% 25% 21% 21% 25% 24% 33% 35% 25% 27% 33% 26% 25% 26% 23% 24% 22% 19% 30% 31% 35% 49% 54% 53% 52% 52% 45% 46% Autres (Service, Industrie, Energie et Secteur Public) Banque Finance Télécoms source : Devoteam En raison de la demande particulière émanant des équipementiers et des opérateurs télécoms et du fait de la connaissance historique de Devoteam du marché des télécommunications, la société a développé une offre complète et adaptée à ce secteur : stratégie, marketing produit, gestion de la relation client, conception de nouvelles offres, pilotage, mise en œuvre et exploitation des infrastructures, des réseaux ou des systèmes d'informations et intégration. Les prestations de Devoteam sur ce secteur sont, par ailleurs, très différenciées suivant qu elles s adressent aux équipementiers ou aux opérateurs : - Auprès des équipementiers télécoms (environ 12 % du chiffre d affaires au 1 er semestre 2009) : au début des années 2000, Devoteam réalisait des prestations d assistance technique sur des technologies pointues liées au fort besoin d innovation exprimé par les équipementiers télécoms. Après deux années de crise qui ont vu l arrêt pratiquement total des prestations d assistance technique auprès les équipementiers télécoms, Devoteam a reconquis ce secteur à partir de 2004 en proposant des prestations de développement et d intégration. Aujourd hui, Devoteam réalise notamment des prestations de développement autour de la convergence IT / télécoms ou de la technologie 3 mais aussi des déploiements d infrastructures dans les pays émergents. - Auprès des opérateurs télécoms (environ 24 % du chiffre d affaires au 1 er semestre 2009) : Devoteam réalise des missions de conseil en technologies pour le développement d applications spécifiques et l architecture des systèmes d information mais également, de nombreuses missions autour des processus métiers. Fort de son expertise dans le secteur des télécommunications, Devoteam réalise, par ailleurs, un grand nombre de missions de Business Consulting auprès des opérateurs télécoms, notamment avec Orange en France. UNE EXPOSITION DE PLUS EN PLUS FAIBLE À L INDUSTRIE FINANCIÈRE Les services financiers ont été historiquement de grands donneurs d ordre pour la société mais, depuis le pic atteint en 2001, l exposition de Devoteam à ce secteur n a cessé de diminuer, malgré des années fastes pour le secteur financier entre 2004 et 2007, pour atteindre un niveau historiquement bas de 19 % du chiffre d affaires en Cette faible exposition est particulièrement notable au regard 1/ de l exposition à ce secteur des sociétés les plus comparables à Devoteam sur le marché français que sont Aubay (42 %), ITS roup (40 %) et Vision IT roup (53 %), en 2008, et 2/ du besoin structurel des acteurs de ce secteur dans les domaines de la sécurité et de la gestion des données, sur lesquels Devoteam est pourtant particulièrement présent. Devoteam semble donc disposer d un potentiel important de développement sur ce secteur mais n a pas exprimé une volonté claire de se concentrer sur ce marché à court terme, alors même qu un effet de rattrapage pourrait lui profiter. 10

11 MAIS UNE ACTIVITÉ CROISSANTE AUPRÈS DES AUTRES SECTEURS Au début des années 2000, Devoteam réalisait 70 % de son chiffre d affaires dans les secteurs télécoms et financiers, ce qui avait particulièrement pesé sur la croissance de la société lors de la crise qui a suivi l éclatement de la bulle Internet. Depuis, la société s est attachée à diversifier son exposition sectorielle en développant son activité dans des secteurs plus défensifs tels que l énergie et le secteur public, pour réaliser entre 2003 et 2006 plus de la moitié de son chiffre d affaires en dehors des télécoms et des services financiers. En étoffant son offre dans le domaine de l IT Service Management, via l acquisition de enesis en 2007 et de Turing SMI en 2008, Devoteam montre sa volonté de continuer à adresser ces secteurs malgré une croissance importante de son exposition au secteur télécoms. 1.4 Une activité internationale importante mais encore peu structurée Pour la première fois de son histoire, Devoteam a réalisé, au cours du 1 er semestre 2009, la majorité de son chiffre d affaires en dehors de France, venant ponctuer sa stratégie d internationalisation initiée depuis dix ans. Devoteam reste aujourd hui très majoritairement présent en Europe occidentale (près de 95 % de son chiffre d affaires 1 er semestre 2009) mais réalise une part grandissante de son activité dans les pays émergents (Europe de l Est, Russie, Turquie, Moyen-Orient et Afrique du Nord). Bien que le chiffre d affaires de Devoteam à l international soit aujourd hui relativement conséquent, l activité reste éclatée entre les nombreux pays dans lesquels le groupe est présent. Du fait de cette couverture géographique importante, ne permettant pas d atteindre la taille critique sur la majorité des marchés adressés, Devoteam a donc été contraint de se spécialiser sur certaines niches d activité, au gré des opportunités commerciales ou des opérations de croissance externe. Ces spécialisations différentes suivant les pays empêchent le groupe de disposer d une offre homogène dans les différentes zones géographiques adressées (Scandinavie, Benelux, Europe Centrale, etc.), limitant ainsi les synergies potentielles et son poids lorsqu il s agit de répondre à des appels d offres importants. Devoteam parvient cependant à dégager de fortes marges à l international, en raison 1/ d un positionnement orienté vers l activité de Business Consulting, 2/ de structures souvent concentrées sur un ou deux sites, permettant au management d être proche de ses consultants et de limiter les coûts, et 3/ d une législation du travail favorable dans un certain nombre de pays. Estimation du chiffre d affaires de Devoteam par zone géographique en 2008 Royaume-Uni 4% Suède 2% Danemark 4% Norvège 5% Espagne Italie 2% 8% Pays-bas 7% Europe centrale 2% Belgique 9% Pays émergents 5% France 52% sources : Devoteam, et estimations enesta 11

12 988 M 901 M 827 M 536 M 472 M 454 M 381 M 18 janvier 2010 Devoteam Un acteur de poids en France (52 % du chiffre d affaires 2008) Le chiffre d affaires de 239 M réalisé en France en 2008 place Devoteam au rang de 14 ème acteur sur le marché français des services informatiques, essentiellement derrière des acteurs généralistes. Sur ce marché, Devoteam fait figure, avec Bull, de leader des spécialistes dans le domaine des infrastructures, et ce, devant des sociétés telles que Osiatis, Neurones, Aubay ou encore ITS roup. Classement des SSII par leur chiffre d affaires réalisé en France dans les services informatiques en 2008 Large majorité de généralistes Large majorité de spécialistes M M M M 739 M 277 M 264 M 239 M 218 M 209 M 207 M 189 M 169 M 161 M Acteurs spécialistes des infrastructures IT Sources : sociétés et estimations PAC La France est le seul marché sur lequel Devoteam bénéficie de l envergure suffisante afin de proposer l ensemble de ses prestations de Business Consulting et de Technology Consulting, à la fois auprès des opérateurs et équipementiers télécoms mais également auprès des utilisateurs finaux (Finance, Industrie, Services, Énergie, Administration). L offre d outsourcing développée en France permet notamment à Devoteam de faire figure de one-stop-shop sur le marché français des infrastructures systèmes : - Au-delà des compétences historiques de Devoteam en conseil opérationnel et en assistance technique, Technology Consulting France dispose également d une offre dans le domaine du conseil en développement et intégration à destination des télécoms suite à l acquisition de SRIT en 2004 puis d ausystems en 2007, et d une offre d intégration de systèmes suite au rachat de Apogée Communication à la société Colt en La particularité de l activité Business Consulting France réside dans sa forte exposition aux opérateurs télécoms (contre une exposition plutôt orientée vers les services publics à l international), héritée de l acquisition de Siticom. En effet, une cinquantaine de consultants accompagnaient historiquement Orange dans la définition de ses offres et dans l alignement de son système d information avec ses offres. La réactivité de Orange face à la crise, aussi bien dans la diminution du nombre de prestataires que dans la renégociation de leurs tarifs, a fortement pénalisé l activité Business Consulting en France au 1 er semestre En raison 1/ d un mix d activité plus largement orienté vers le Technology Consulting qu à l international, 2/ d une législation du travail plus contraignante que la moyenne des autres pays européens (régime des 35 heures, charges sociales importantes, etc.) et 3/ des investissements commerciaux réalisés pour développer l activité d Outsourcing, la rentabilité opérationnelle d activité de Devoteam en France est, depuis quelques années, inférieure à celle du groupe : 5,0 % en France contre 8,4 % pour l ensemble du groupe en

13 1.4.2 résolument tourné vers l international (48 % du chiffre d affaires 2008) A l international, Devoteam est présent sur cinq principales zones géographiques : Europe du Nord (Suède, Norvège, Danemark et Royaume-Uni), Europe Centrale (Allemagne, Autriche, Suisse, République Tchèque et Pologne), Europe du Sud (Espagne et Italie), Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) et Pays Emergents (Russie, Turquie, Algérie, Maroc, Tunisie, Jordanie, Emirats Arabes Unis et Arabie Saoudite). Du fait de son éclatement dans un nombre important de pays (22 pays au total), l activité internationale de Devoteam n est pas aujourd hui aussi structurée qu en France. En effet, beaucoup de filiales internationales ont été constituées suite à des opportunités d acquisition et nombre d entre elles ont encore une taille relativement modeste, taille ne leur permettant pas de couvrir individuellement autant de domaines qu en France. Ainsi, il existe encore de fortes disparités entre ces différentes filiales, que cela soit au niveau de la dominante métier (Business Consulting ou Technology Consulting) ou des secteurs adressés (télécoms, banque finance, secteur public, etc.), et ce, malgré une volonté d étoffer l offre dans les différents pays. Ces différents positionnements, couplés à des législations du travail variables suivant les pays, sont à l origine de fortes disparités au niveau de la rentabilité des différentes filiales internationales du groupe. UN POSITIONNEMENT LOBALEMENT SOLIDE EN EUROPE DU NORD ET AU BENELUX Devoteam s est rapidement développé au Benelux, tout d abord en constituant, en 1999, Devoteam Belgium, suite au rachat de certains actifs de la société belge MSB, spécialisée dans les applications Help Desk/Web call centers, puis en rachetant, en 2001 la société néerlandaise Mainland Sequoia, spécialisée dans l administration des systèmes d information bancaires. En 2005, Devoteam consolide sa position au sein du secteur bancaire néerlandais en rachetant la société TopFicie. Par ailleurs, Devoteam a rationalisé son activité en Belgique, issue de la création d une filiale interne (Devoteam Belgium) et du rachat de trois sociétés (Expanded Media, uidance et le centre de R&D de Nokia Siemens Networks), au 1 er semestre 2009, dans une entreprise unique et a réduit le nombre de ses implantations. Après avoir pénalisé son dynamisme commercial en début d année, cette rationalisation offre à la société un excellent levier pour améliorer sa réactivité et augmenter sa rentabilité dans le pays, mise à mal par la baisse d activité attendue avec Nokia Siemens Networks. Le Benelux était, en 2008, la 2 ème région du groupe, avec un chiffre d affaires de 78 M (17 % du chiffre d affaires total du groupe). Devoteam a également largement développé son activité en Scandinavie en procédant par acquisitions successives. Les acquisitions de Fischer & Lorenz au Danemark en 2002 et de davinci début 2006 en Norvège ont donné une orientation Business Consulting claire à l activité de Devoteam dans la région. Cette orientation permet à Devoteam de dégager une forte rentabilité opérationnelle en Scandinavie malgré une exposition marquée au secteur télécoms en Norvège, notamment à Ericsson, héritée du rachat des activités de ausystems (bureau d études créé par un rapprochement entre Ericsson et Telia) dans le pays. La présence de Devoteam auprès des administrations publiques permet à la société de résister malgré un profil d activité Business Consulting, a priori cyclique. La Scandinavie représentait, en 2008, 11 % du chiffre d affaires du groupe avec une activité particulièrement importante en Norvège et au Danemark. Devoteam parvient aussi à tirer son épingle du jeu au Royaume-Uni, malgré la forte concurrence existant sur ce marché, en se positionnant notamment sur des prestations d intégration de solutions BMC, notamment dans le domaine de l IT Service Management. Devoteam réalise environ 30 % de son chiffre d affaires sur l ensemble Europe du Nord / Benelux en dégageant des marges supérieures à celles de la France dans ces régions. MAIS DES DIFFICULTÉS EN EUROPE DU SUD L activité de Devoteam en Europe du Sud (environ 10 % du chiffre d affaires du groupe en 2008) se révèle être actuellement l une des moins rentables du groupe. Ceci s explique notamment par une activité essentiellement tournée vers le conseil en technologies à destination du secteur télécoms. En effet, la filiale italienne, qui représente 80 % du chiffre d affaires de Devoteam en Europe du Sud, a été en grande partie constituée suite à l acquisition des actifs de ausystems dans le pays et réalise environ 80 % de son chiffre d affaires auprès du secteur télécoms, et ce, exclusivement sur des problématiques technologiques. En raison notamment de la baisse d activité observée avec Telecom Italia au cours de l année 2009 et de la volonté exprimée par Ericsson, depuis la fin de l année 2008, de délocaliser une grande partie des prestations confiées à Devoteam dans des pays à bas coûts, la rentabilité opérationnelle de la société dans le pays est l une des plus basses du groupe. ENFIN PRÉSENT EN ALLEMANE! Malgré une volonté claire de se développer à l international, Devoteam était resté à l écart de l Allemagne, pays qui représente pourtant le premier marché européen en termes de services IT. En effet, Devoteam n avait pas ouvert de filiale en propre dans ce pays et n avait pas souhaité s appuyer sur les actifs allemands issus des différentes acquisitions réalisées pour y développer son activité, en raison de leur fragilité. L acquisition de Danet en début d année 2009, dont le chiffre d affaires 2008 avoisine 45 M (dont 40 M en Allemagne), permet donc à Devoteam de disposer d une bonne assise afin de se développer sur le marché allemand et de structurer son offre en Europe Centrale, notamment en Autriche où Danet est également présent. 13

14 Cependant, en raison de la faible rentabilité opérationnelle affichée par Danet (3 % de marge d exploitation en 2008), cette acquisition se révèle dilutive pour la marge opérationnelle du groupe pris dans son ensemble. En effet, en raison du caractère fortement régional du marché allemand, Danet dispose de 5 implantations dans le pays (Weiterstadt, Hambourg, Cologne, Stuttgart et Munich) pour un chiffre d affaires relativement modeste et un effectif de 400 personnes, en Ces multiples implantations, bien qu elles offrent un maillage intéressant du territoire, entrainent 1/ des frais de structures importants et 2/ un niveau particulièrement élevé d effectifs non facturables (20 % contre 16 % pour Devoteam). De plus, la politique de gestion des frais de structures jusque là peu rigoureuse et le taux d utilisation des consultants particulièrement faible affiché en 2008, ont amené Danet à ce niveau de rentabilité opérationnelle faible de 3 %. Le groupe doit donc s attacher à redresser cette entreprise dont le potentiel de marge se situe, selon le management, à court terme autour de 4 % / 5 % et à moyen et long termes au dessus de celui de l Europe du Sud et de l activité en France, soit aux environs de 6 % / 7 %. UN FORT POTENTIEL DANS LES PAYS ÉMERENTS Depuis 2004 et le lancement de son activité au Moyen-Orient, Devoteam a entrepris plusieurs initiatives de développement dans les pays émergents, les dernières en date étant les acquisitions de Teligent en Russie et des sociétés Secura et Integra en Turquie, en Dans ces pays, Devoteam est très présent auprès des opérateurs locaux qui, après de lourds déploiements d infrastructures, souhaitent à présent étoffer leurs offres du point de vue technologique et améliorer leur qualité de services, notamment en développant des services autour de la technologie 3. La forte rentabilité tirée de ces prestations, couplée à une offre de Business Consulting au Moyen-Orient axée vers les administrations publiques, permet à Devoteam d afficher un niveau de rentabilité important dans les pays émergents. 2 Commentaires sur les derniers résultats 2.1 Le point bas de la croissance organique semble touché mais l inflexion se fait attendre Devoteam a publié le 10 novembre 2009 un chiffre d affaires sur 9 mois de 335,4 M, en très légère croissance par rapport à la même période en 2008, mais en décroissance organique de -6,0 % (hors effet calendaire négatif de -0,3 % observé sur les 9 premiers mois de l année 2009). Cette publication marque un point bas en termes de décroissance organique du chiffre d affaires de Devoteam car après avoir publié au 2 ème trimestre 2009 une décroissance organique proche -10 %, la société affiche pour le seul 3 ème trimestre 2009 une décroissance organique plus limitée à -7 % (-7,8 % hors effet calendaire positif au 3 ème trimestre 2009). Au vu 1/ de l effet de base plus favorable au 3 ème trimestre 2009, l activité ayant commencé à montrer des signes d essoufflement au 3 ème trimestre 2008, et 2/ de l objectif réitéré d atteindre un chiffre d affaires annuel compris entre 455 M et 460 M, correspondant à une décroissance organique comprise entre -8 % et -12 % pour le seul 4 ème trimestre 2009, l amélioration récemment observée ne représente pas une inflexion durable de la tendance mais au mieux une stabilisation de la décroissance. Evolution de la croissance organique de Devoteam depuis le 1 er trimestre % 25% 20% 15% 10% 5% 0% -5% -10% -15% Essoufflement de la croissance à partir du 3 ème trimestre 2008 Pas de réelle inflexion de la tendance, la fourchette haute de la guidance prévoyant au mieux une stabilisation de la décroissance Source : Devoteam et estimations enesta L activité cyclique de Business Consulting a bien résisté à l international grâce à son exposition au secteur public (Europe du Nord, Europe Centrale et Moyen Orient) mais reste sous pression en France du fait de sa forte exposition au secteur télécoms. L activité Technology Consulting France a, de son côté, encore souffert après la perte des deux contrats avec Ericsson au 14

15 4 ème trimestre 2008, Devoteam n ayant pas depuis conclu de contrat majeur sur cette activité. Au cours de la publication de son chiffre d affaires du 3 ème trimestre 2009, la société a souligné l intensité de la décroissance issue du secteur télécoms (-20 % de décroissance organique sur le 3 ème trimestre 2009), notamment liée à la baisse des investissements consentis par les équipementiers européens Ericsson et Nokia Siemens Networks. 2.2 Des marges sous pression Le 1 er semestre 2009 a été marqué par une forte pression sur la marge opérationnelle courante du groupe, marge qui chute de -2,5 pts à 5,7 %. Cette dégradation peut s expliquer par 1/ la baisse d environ -2 pts en moyenne sur le semestre du taux d utilisation des consultants (impliquant une baisse de -1,75 pts de rentabilité opérationnelle), 2/ un effet calendaire défavorable par rapport au 1 er semestre 2008 (-0,75 pt de rentabilité opérationnelle au niveau du groupe), 3/ l entrée de Danet dans le périmètre du groupe à partir de mars 2009 (-1,0 pt d impact sur la rentabilité opérationnelle au niveau du groupe) et 4/ un effet mix favorable lié à la bonne performance de l Europe du Nord, dont la marge brute sur intervention est particulièrement élevée, couplé à une bonne maîtrise des coûts de production, faisant mieux que neutraliser les éventuelles pressions tarifaires touchant l activité Business Consulting (+1,0 pt de rentabilité opérationnelle). Cette érosion a été confirmée lors de la publication de la rentabilité opérationnelle enregistrée par la société au cours du 3 ème trimestre 2009, en recul de -2 pts à 5,5 %, et ce, malgré un effet calendaire favorable sur la période. En effet, en raison de la forte décroissance organique enregistrée sur le segment télécoms, la société n est pas parvenue à redresser le taux d utilisation des ses consultants, taux qui reste inférieur de -2 pts à son niveau du 3 ème trimestre En termes d activités, le Business Consulting a vu sa rentabilité opérationnelle chuter sévèrement au cours du 1 er semestre 2009 en raison de son exposition à certaines pressions tarifaires et en raison de la décroissance organique d activité marquée en France, impliquant une baisse importante du taux d utilisation des consultants. En termes de zones géographiques, la rentabilité de l activité internationale est fortement impactée par l intégration des pertes opérationnelles de Danet sur le semestre. Les difficultés au sein de la filiale italienne ainsi que sur l activité télécoms en Belgique ont également eu un impact important sur la rentabilité opérationnelle de l activité internationale, dans la mesure où le management a préféré recourir à des mesures de chômage partiel, afin de préserver les effectifs de ces filiales, plutôt que d effectuer des restructurations. La rentabilité apparait en retrait limité en France au 1 er semestre 2009 (-0,6 pt), principalement en raison 1/ d une base de comparaison favorable liée à des investissements commerciaux consentis au 1 er semestre 2008, investissements venant grever la rentabilité de l activité Outsourcing, et 2/ des restructurations opérées au 2 ème semestre 2008 et en début d année 2009, qui ont permis au groupe d ajuster rapidement les capacités de l entité Technology Consulting à la baisse d activité. Evolution de la rentabilité opérationnelle courante de Devoteam par activité et par zone géographique au 1 er semestre ,1 pts -2,9 pts 12,0 % 10,4 % -2,5 pts -2,4 pts 8,2 % 5,7 % 7,6 % 5,3 % 7,5 % -0,6 pts 5,0 % 4,4 % 6,9 % S S Total roupe Technology Consulting Business Consulting France International L activité Technologie Consulting intègre l activité d Outsourcing. Les marges affichées correspondent aux marges opérationnelles courantes hors impact des stock-options et de l amortissement des actifs incorporels liés aux acquisitions. Source : Devoteam 15

16 2.3 malgré une bonne gestion opérationnelle de la crise En raison de la part relativement importante de son activité Business Consulting (20 % du chiffre d affaires 2009) et de sa forte exposition au secteur télécoms, Devoteam est inévitablement sous pression depuis la fin de l année Toutefois, le management a su, malgré tout, réagir rapidement afin de limiter au maximum l impact de la baisse d activité sur la rentabilité du groupe. - Au niveau des charges salariales : Devoteam a été l une des toutes premières SSII Françaises à annoncer des mesures de rigueur, dès le 1 er semestre 2008, en contrôlant le recrutement d effectifs non facturables. A partir du 3 ème trimestre 2008, Devoteam décide de geler les salaires et de ne recruter des consultants que sur projets, alors même qu une grande partie de ses concurrents n avaient pas réagi, ne voyant pas d impact de la crise sur leur business. Devoteam a par ailleurs réalisé des restructurations sur ses effectifs, en France, dès le 2 ème semestre 2008 et a eu recours au chômage partiel, notamment en Belgique et en Italie. - Au niveau des coûts de production : Devoteam a diminué le recours à la sous-traitance et contrôlé les dépenses liées aux prestations dès la fin de l année 2008 et s attache depuis le début de l année 2009 à diminuer les frais de déplacements. - Au niveau des charges externes : Devoteam a rationalisé ses implantations en regroupant ses différentes filiales belges en seulement deux sites opérationnels, au 1 er semestre 2009, et s attache, de façon plus générale à améliorer la logistique au sein de ses locaux afin de diminuer la surface occupée et ainsi réduire le coût de ses loyers. L ensemble de ces initiatives ont permis à Devoteam de maintenir, au 1 er semestre 2009, les charges externes à un niveau équivalent à celui du 1 er semestre 2008, et ce, malgré l intégration de Danet, dont la structure est historiquement plus lourde que le reste du groupe. Ces efforts ont par ailleurs permis d améliorer le niveau de marge brute sur intervention, au-delà de l effet mix favorable généré par la bonne performance de l Europe du Nord. 3 Environnement de marché La crise actuelle, bien qu elle ait impliqué une baisse des investissements IT au niveau global, n a pas eu le même impact sur l ensemble des segments de marché. En effet, les Directions des Systèmes d Information (DSI) ont mis l accent sur les économies de coûts et les projets dont le retour sur investissement était rapide, tels que la rationalisation de leurs infrastructures, la consolidation de leur parc applicatif ou certains autres projets permettant des économies de coûts rapides tels que la virtualisation. Cette consommation IT de crise a donc pénalisé les vendeurs d équipements et de systèmes ayant une implémentation lourde et dont l objectif est d augmenter la capacité du système d information de l entreprise, et ce, au profit d outils permettant aux DSI de piloter leurs systèmes d information et d en tirer plus de performance pour la même capacité installée. 3.1 Les disparités sectorielles devraient perdurer Le positionnement de Devoteam, d un côté, auprès des revendeurs d équipements télécoms, fortement impactés par la baisse des investissements dans de nouvelles infrastructures, et, de l autre, auprès des utilisateurs finaux désireux de mettre à profit cette période d attentisme afin d optimiser leurs infrastructures, est porteur de fortes disparités. Le poids important du secteur télécoms devrait, cependant, continuer à pénaliser Devoteam, en fin d année 2009 et en 2010, que cela soit au niveau de sa croissance ou de sa rentabilité Le secteur télécoms en question Le secteur télécoms, considéré par Devoteam comme relativement résistant en fin d année 2008, est aujourd hui le talon d Achille de la société, en raison : - des difficultés de nombreux équipementiers, tels que Ericsson ou Nokia Siemens Networks, coupant largement dans leurs dépenses en R&D et souhaitant délocaliser certains projets. En effet, l ensemble des équipementiers télécoms européens, après plusieurs années difficiles, semblaient retrouver des couleurs depuis 2004 mais la crise actuelle, même si elle apparait moins violente de prime abord, implique pour eux un double effet négatif lié à 1/ la baisse du besoin en équipements de la part des opérateurs télécoms et des utilisateurs finaux (Finance, Industrie, etc.) et à 2/ une compétition accrue de la part d équipementiers basés dans des pays émergents, notamment auprès de opérateurs télécoms désireux de diminuer le coût de leurs investissements. L équipementier chinois Huawei a 16

17 récemment affirmé son positionnement en Europe en gagnant des parts de marché chez des comptes tels que SFR, Bouygues ou Telenor, aux dépens d équipementiers tels que Ericsson. - de la constante pression sur les prix exercée par les opérateurs télécoms européens, répercutant ainsi la forte concurrence qu ils se livrent sur ces marchés matures et la pression exercée par les clients finaux, désireux de réduire leurs frais de fonctionnement. Les acquisitions réalisées depuis 2007 par Devoteam, opérations visant à compléter son offre à destination du secteur télécoms, se révèlent aujourd hui particulièrement difficiles à digérer et devraient peser sur la croissance et la rentabilité de la société en En effet, cette stratégie, justifiée dans un premier temps par la forte croissance des investissements réalisés entre 2004 et 2007 par les équipementiers et les opérateurs télécoms européens, est pour l instant mise à mal par le retournement de cycle observé sur ce secteur en Chiffres d affaires et dépenses en R&D cumulés (historiques / prévisionnels) des 3 principaux équipementiers télécoms européens (Alcatel-Lucent, Nokia et Ericsson) 12 Md 11 Md 10 Md 9 Md 8 Md 7 Md 6 Md Hausse attendue des dépenses en R&D mais tendance croissante à la délocalisation 100 Md 90 Md 80 Md 70 Md 60 Md 50 Md 5 Md e 2010e 40 Md Chiffre d'affaires (droite) Dépenses de R&D(gauche) Sources : WVB au 21/12/2009, estimations enesta (les dépenses en R&D sont estimées en 2010 en conservant le niveau historique de 12,4 % du chiffre d affaires en moyenne sur les 3 équipementiers) ÉQUIPEMENTIERS TÉLÉCOMS : LA PROBLÉMATIQUE DES CENTRES DE DÉVELOPPEMENT ET D INTÉRATION Les prestations de développement représentaient, en 2008, 60 % du chiffre d affaires de Devoteam auprès des équipementiers télécoms (soit environ 35 M ). Cette compétence, développée suite à l acquisition de centre de développement et d intégration de divers équipementiers, est très spécifique et ne permet que très peu de transferts de ressources vers les autres activités du groupe. Or, depuis plusieurs trimestres, les investissements en R&D de la part des équipementiers télécoms sont en berne et les deux principaux clients de Devoteam dans ce domaine, Nokia Siemens Networks et Ericsson, souhaitent «réinternaliser» ou délocaliser ces activités dans des pays à bas coûts. - En Belgique : suite à l acquisition en 2007 du centre de R&D de la société Nokia Siemens Networks à Herentals, Devoteam était épargné par la garantie donnée par l équipementier de conserver sa charge d activité à 100 % en La possibilité pour Nokia Siemens Networks, désireux de délocaliser ces activités dans des pays à bas coût, de diminuer en 2009 sa charge d activité à 67 % de la charge initiale, a fortement pesé sur la croissance de l activité à destination du secteur télécoms en Belgique et sur sa rentabilité opérationnelle, malgré la possibilité de recourir au chômage partiel. La probable nouvelle baisse d activité liée à Nokia Siemens Networks en 2010 (pour atteindre, en moyenne sur l année 2010, 50 % de la charge initiale, soit une activité de 10 M contre 20 M initialement, et moins de 30 % de la charge initiale en fin d année 2010), représente un risque important pour Devoteam, qui dans les conditions actuelles de marché ne pourra pallier que partiellement cette baisse d activité via de nouveaux contrats ; - En France : la perte, au 4 ème trimestre 2008, de deux contrats de maintenance sous-traités par Ericsson aurait pu être absorbée en période d activité normale mais, du fait de la faible demande actuelle, Devoteam a été contraint de réaliser des restructurations et ces contrats perdus ont fortement pesé sur l activité en France en Aujourd hui, 17

18 entre 1 M et 2 M de contrats sont encore en risque, en raison d une probable non-reconduction de ces prestations par d autres donneurs d ordre du secteur ; - En Italie : Nokia Siemens Networks, qui représente environ 20 % du chiffre d affaires de Devoteam dans le pays, menace de délocaliser une part grandissante de sa R&D dans un pays à bas coût, ce qui impliquerait la perte de contrats importants, pour un montant total de 4 M. Après une année 2009 très difficile en matière de prestations à destination des équipementiers télécoms (environ -20 % de décroissance organique), l année 2010 devrait être à nouveau problématique puisqu environ 10 M de projets portent un risque élevé de non renouvellement et leur perte pourrait difficilement être compensée par la conquête de nouveaux contrats. OPÉRATEURS TÉLÉCOMS : UNE BAISSE D ACTIVITÉ MOINS STRUCTURELLE Les perspectives semblent moins sombres concernant les opérateurs télécoms car la demande en volume est encore relativement intéressante, notamment en raison des investissements réalisés dans les pays émergents. Toutefois, la baisse d activité avec certains opérateurs devrait continuer à peser en 2010 et la pression sur les prix devrait rester particulièrement forte : - En Allemagne : les prévisions réalisées par le groupe lors de l acquisition de Danet sont mises à mal par les difficultés actuelles de Deutsche Telekom (1 er client de Danet, représentant 50 % de son chiffre d affaires). L impact de cette baisse de charges est seulement en partie pallié par la signature de nouveaux contrats, notamment en dehors du secteur télécoms. Cependant, cette possibilité de diversification permet de rester confiant quant aux perspectives de cette société ; - En Italie : après avoir brusquement réagi à la crise en diminuant les volumes, Telecom Italia montre des signes encourageants de reprise d activité ; - En France : Orange, qui est historiquement un client important du groupe, notamment en matière de prestations de Business Consulting, a rapidement réagi à la crise en coupant massivement la sous-traitance et en renégociant les tarifs. Cependant, à l image de Telecom Italia, l opérateur français reprend des couleurs et Devoteam observe, depuis peu, une reprise d activité sur ce compte. Après une année 2009 difficile, l activité réalisée auprès des opérateurs télécoms semble à présent stabilisée et représente un risque de dégradation sur l année 2010 plus faible que l activité réalisée auprès des équipementiers. Le mois de janvier 2010 restera cependant déterminant car il permettra de valider ou non la légère reprise d activité observée en fin d année Au delà du secteur télécoms, un mix d activités diversifié permettant à Devoteam de maintenir le cap Le positionnement de Devoteam auprès des utilisateurs finaux, sur des problématiques de gestion de leurs infrastructures IT (administration, sécurité, rationalisation, consolidation, etc.), est particulièrement en phase avec le mode de consommation IT des sociétés, en particulier en période de crise, ce qui permet à Devoteam d afficher de bonnes performances dans ce domaine et devrait permettre à la société de maintenir le cap en LE SECTEUR BANCAIRE EST STABILISÉ MAIS RESTE PEU DYNAMIQUE Alors qu il était la principale source de contreperformance pour la société en fin d année 2008 et en début d année 2009, le secteur bancaire s est stabilisé à la fin du 1 er semestre 2009, ce qui a permis d observer une reprise de l activité au Pays-Bas, au cours du 3 ème trimestre 2009, et de compenser légèrement les difficultés rencontrées en Belgique au sein du secteur télécoms. Devoteam n a cependant pas constaté de rebond significatif du secteur au cours du 3 ème trimestre et reste prudent quant à une reprise marquée de l activité avant le 2 ème semestre 2010, même si la société devrait être aidée par un effet de base favorable. L un des relais de croissance pour Devoteam sur ce secteur pourrait venir sur le plan réglementaire avec la mise en place de nouvelles règles de compliance, mais le caractère incertain de ces réformes et l inertie liée à ce type d investissements ne permettent pas de miser sur ce levier à court terme. L INDUSTRIE, LES SERVICES ET LE SECTEUR PUBLIC PERMETTENT À DEVOTEAM DE MAINTENIR LE CAP La bonne performance de l activité Business Consulting auprès des administrations publiques, notamment en Europe du Nord, en Europe Centrale et au Moyen Orient, a permis au groupe d amortir une partie du choc observé au sein des secteurs télécoms et finance. En effet, malgré la crise, cette activité est restée dynamique dans l ensemble des marchés visés avec une performance particulièrement remarquable dans des pays comme l Autriche ou le Danemark, notamment en raison d une actualité politique dense. Cependant, la moindre visibilité sur ce secteur pour l année 2010 et l effet de base induit par une bonne année 2009 pourrait impliquer une croissance très limitée de cette activité l année prochaine. La demande issue des secteurs de l industrie de l énergie et des services semble être aujourd hui un vrai relai de croissance pour l activité Technology Consulting afin de combler les difficultés éprouvée auprès des équipementiers télécoms. Dans ces secteurs, 18

19 la baisse des investissements dans de nouveaux systèmes et réseaux est compensée par la volonté de réduire les coûts liés aux infrastructures existantes et de réaliser des projets de rationalisation, faisant émerger certaines niches technologiques porteuses telles que la virtualisation et l IT Service Management, sur lesquelles Devoteam dispose d une réelle expertise. 3.2 Des tendances porteuses malgré la crise Les DSI expriment depuis quelques années un besoin grandissant de mieux gérer leurs infrastructures, que cela soit afin d améliorer leur performance, d assurer leur fiabilité ou de réduire leurs coûts. Ces investissements ont peu ralenti depuis le début de la crise dans la mesure où ils concernent les budgets cœur de la direction informatique et représentent des projets dont le retour sur investissement est rapide et l impact sur la productivité et les coûts facilement mesurable, contrairement aux grands projets d intégration de solutions ERP ou d autres solutions métiers lourdes. Ainsi, un certain nombre de niches technologiques, sur lesquelles Devoteam est positionné, devraient particulièrement bien performer en 2010 après avoir montré de solides vertus défensives en La demande des utilisateurs finaux pour ce type de prestations devrait permettre à Devoteam d afficher une bonne performance au sein des secteurs de l industrie, des services et de l énergie, au cours de l année LA SÉCURITÉ NE CONNAÎT PAS LA CRISE La sécurité, bien qu elle ne soit pas directement source de réduction de coûts, reste essentielle pour les directions informatiques, même en période de crise, car c est un élément clé de la fiabilité des infrastructures. Ainsi, les budgets consacrés à la sécurité devraient continuer à augmenter en 2009 et 2010, en raison de 1/ l utilisation accrue de solutions hébergées en dehors des entreprises (software as a service, platform as a service, etc.), 2/ la multiplication des modes de communication (Wifi, 3, Bluetooth, etc.) et 3/ la complexification des architectures (virtualisation, SOA, etc.). Les principales problématiques de la sécurité informatique, que sont 1/ la protection des données (données clients ou données internes), 2/ la continuité de service et 3/ le respect des règles de conformité, ne pouvant être négligées, les DSI envisagent de consacrer une part plus importante de leurs budgets globaux à la sécurité de leurs systèmes d information (cette part passerait de 10 % en moyenne en 2008 à plus de 11 % en moyenne en 2009 selon une enquête menée par le cabinet Forrester auprès d un échantillon de plus de responsables informatiques de sociétés européennes et américaines). Ces facteurs permettent d attendre une croissance de près de 10 % du marché de la sécurité informatique en 2009 et de près de 9 % en 2010 dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Evolution attendue du marché de la sécurité informatique (logiciels et services associés) dans la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique entre 2006 et 2010E M +12,7 % M +11,0 % M +9,6 % M +8,7 % M e 2010e source : Business Insights, 2009 Devoteam, qui dispose d un positionnement fort dans le domaine de la sécurité des infrastructures IT avec plus de 160 consultants en France et 300 à l international dédiés à cette activité (soit plus de 10 % de ses effectifs globaux), devrait continuer à profiter de la dynamique du marché de la sécurité informatique en

20 L IT SERVICE MANAEMENT AU CENTRE DES PROBLÉMATIQUES ACTUELLES DES DSI Dans un contexte où les directions informatiques souhaitent piloter au mieux leurs infrastructures, les solutions d IT Service Management sont clés car situées au cœur de la gestion des infrastructures IT, que cela soit au niveau : - de la liaison entre l infrastructure et les utilisateurs, en optimisant la qualité des services proposés ; - de la gestion des process IT (ITIL, CMMi, Cobit, etc.), dont l adoption est en forte croissance ; - de l analyse de la performance des infrastructures et ainsi de l optimisation de leur utilisation. Ces outils, permettant d avoir une vision globale de la performance des infrastructures de l entreprise, sont aujourd hui particulièrement prisés par les DSI, ce qui devrait maintenir la croissance de l activité liée à leur intégration et les services associés, en 2009 et Devoteam dispose d une forte capacité dans ce domaine, sur le plan technologique, au travers de l intégration de systèmes, ou sur le plan du conseil, au travers de la gestion des problématiques d organisation et de process. Devoteam disposait, à fin 2007 au niveau mondial, d environ 450 consultants dédiés aux problématiques de l IT Service Management et a fait de ce domaine particulièrement dynamique un des principaux piliers de son offre. Evolution attendue du marché de l IT Service Management en France entre 2006 et 2011E 261 M 226 M 195 M +15,5 % +15,9 % 292 M 270 M +9,6 % +8,1 % +3,4 % 320 M e 2010e 2011e source : Pierre Audoin Conseil, 2009 L ARCHITECTURE SOA 1 ET LA VIRTUALISATION 2 PORTÉES PAR LES ÉCONOMIES DE COÛTS, LE CLOUD COMPUTIN 3 ET LE REEN IT 4 L adoption de la virtualisation par les entreprises est directement liée à quatre vecteurs voués à croître dans les années à venir : - La réduction des coûts. C est la principale source de motivation des décideurs informatiques lorsqu ils décident de virtualiser une partie de leurs systèmes d information. En effet, faire fonctionner plusieurs applications de façon indépendante sur une même machine, permet de réduire le parc matériel nécessaire et donc de diminuer 1/ les investissements initiaux, 2/ le coût de la maintenance et 3/ la consommation électrique ; - L optimisation de la performance matérielle. Cette optimisation peut notamment être obtenue en allouant de façon dynamique la puissance de calcul en fonction des besoins de chaque application à un instant donné. La virtualisation est donc le meilleur moyen d obtenir plus de performance pour un coût inférieur ; - L émergence du green IT. Cette tendance favorise également l adoption de la virtualisation dans la mesure où cette technique permet de diminuer la consommation électrique ; - L adoption du cloud computing. Les fournisseurs de services de cloud computing proposent de faire fonctionner les applications, non plus sur des machines situées chez le client, mais au sein de leurs propres infrastructures, via internet, permettant de mutualiser des besoins issus de personnes pouvant être physiquement très éloignées les unes des autres. Le cloud computing permet donc de mutualiser et d optimiser les besoins en infrastructures issus de petites 1 Services Oriented Architecture : architectures informatiques dans lesquelles les différentes applications sont constituées par un ensemble de services dialoguant entre eux par des messages 2 La virtualisation comprend l ensemble des techniques matérielles et logicielles permettant de faire fonctionner sur une seule machine, plusieurs systèmes d'exploitation ou plusieurs applications, séparément les uns des autres, comme s'ils fonctionnaient sur des machines physiques distinctes 3 Le cloud computing est un concept faisant référence à la mutualisation de l'utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs pouvant être physiquement très éloignés en ayant recours à un réseau 4 Le green IT regroupe l ensemble des techniques de l'information et de la communication dont la conception ou l'emploi permettent de réduire les effets négatifs de l'activité humaine sur l'environnement 20

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

Résultats S1 2014 en ligne avec les objectifs et accélération des offres stratégiques

Résultats S1 2014 en ligne avec les objectifs et accélération des offres stratégiques Résultats en ligne avec les objectifs et accélération des offres stratégiques Chiffre d affaires de 216,2 millions d euros Marge d exploitation en hausse de 60 points de base Paris, le 1er septembre 2014

Plus en détail

Ausy Citius, «Aptus», fortius 1 403 M. 1000 M Chiffre d'affaires 2009 857 M 800 M 600 M 400 M 200 M 0 M

Ausy Citius, «Aptus», fortius 1 403 M. 1000 M Chiffre d'affaires 2009 857 M 800 M 600 M 400 M 200 M 0 M FLASH VALEUR 5 janvier SSII 2011 / R&D externalisée Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 Opinion 1. Cours (clôture au 4 janvier 11) 19,70 Objectif de cours 24,80 (+25,9

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Excellente performance de Devoteam au premier semestre 2015 et révision à la hausse des objectifs annuels

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Excellente performance de Devoteam au premier semestre 2015 et révision à la hausse des objectifs annuels Paris, le 7 septembre 2015 Excellente performance de Devoteam au premier semestre 2015 et révision à la hausse des objectifs annuels Chiffre d affaires S1 2015 à 232,2 millions d euros en croissance organique

Plus en détail

Résultats annuels 2014 supérieurs aux objectifs

Résultats annuels 2014 supérieurs aux objectifs Paris, le 3 mars 2015 Résultats annuels supérieurs aux objectifs Chiffre d affaires en croissance organique de 2,5% à 442,8 millions d euros et de 6,0% sur le quatrième trimestre de l exercice Marge d

Plus en détail

Les états financiers simplifiés 2010 sont disponibles sur notre site : http://www.devoteam.fr

Les états financiers simplifiés 2010 sont disponibles sur notre site : http://www.devoteam.fr DEVOTEAM annonce ses résultats 2010 : dynamisme de l activité ITSM, de l Europe du Sud et de la Russie. Hausse de 8% du CA et de 30% du résultat par action. Paris, le 1 er mars 2011 En millions d euros

Plus en détail

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action

DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action DEVOTEAM annonce ses résultats 2011 : Hausse de 7% du chiffre d affaires et de 6% du résultat dilué par action Paris, le 29 février 2012 En millions d euros (1) 31.12.2011 31.12.2010 variation Chiffre

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France Résultats annuels 2005 30 mars 2006 Sommaire Présentation du Groupe SQLI Faits marquants et résultats 2005 Stratégie et plan de développement

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

Linedata Services. Chiffre d'affaires (M ) T2 2010

Linedata Services. Chiffre d'affaires (M ) T2 2010 FLASH VALEUR 27 juillet Edition 2011 de Logiciels Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 Opinion 1. Cours (clôture au 25 juillet 11) 11,65 Objectif de cours 15,80 (+35,6

Plus en détail

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen Résultats 2010 Stratégie & Perspectives RÉUNION D INFORMATION - 17 mars 2011 INTERVENANTS Jean-Louis Bouchard Fait marquant 2010 ECONOCOM aujourd hui Président Jean-Philippe Roesch Directeur Général Résultats

Plus en détail

G G E N E S T A. Linedata Services FLASH VALEUR

G G E N E S T A. Linedata Services FLASH VALEUR FLASH VALEUR 17 février Edition 2012 de Logiciels Benjamin TERDJMAN Analyste Financier bterdjman@genesta-finance.com 01.45.63.68.86 Opinion 1. Cours (clôture au 16 février 12) 10,50 Objectif de cours 15,00

Plus en détail

GFI Informatique. GFI Informatique. Benjamin TERDJMAN Analyste Financier bterdjman@genesta-finance.com 01.45.63.68.86

GFI Informatique. GFI Informatique. Benjamin TERDJMAN Analyste Financier bterdjman@genesta-finance.com 01.45.63.68.86 ETUDE ANNUELLE Opinion 3. Neutre Cours (clôture au 8 mars 13) 3,19 Objectif de cours 3,50 (+9,8 %) Données boursières Code Reuters / Bloomberg Performances FI.PA / FI:FP Capitalisation boursière 173,70

Plus en détail

Akka Technologies. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.74.64.64.43

Akka Technologies. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.74.64.64.43 INITIATION DE COUVERTURE R&D externalisée 16 novembre 2009 Opinion 2. Achat Cours (clôture au 13 novembre 09) 11,79 Objectif de cours 14,20 (+20,4 %) Données boursières Code Reuters / Bloomberg AKA.PA

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005 Résultats du premier semestre 2005 29 septembre 2005 Soft Computing - 46 rue de la Tour 75116 paris tél. (33) 01 73 00 55 00 fax (33) 01 73 00 55 01 www.softcomputing.com 1. Rappel du positionnement 2.

Plus en détail

Chapitre 4. Analyse stratégique du nouvel ensemble Sopra- Steria. Positionnement stratégique du nouveau Groupe. Focus sur la France

Chapitre 4. Analyse stratégique du nouvel ensemble Sopra- Steria. Positionnement stratégique du nouveau Groupe. Focus sur la France Chapitre 4 Analyse stratégique du nouvel ensemble Sopra- Steria A B Positionnement stratégique du nouveau Groupe Focus sur la France 1 Cette opération présente l avantage pour Sopra de récupérer à un prix

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 Résultats semestriels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 24 septembre 2014 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir des

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Communiqué de Presse Massy, le 31 Mars 2009 La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Depuis quelques années, une nouvelle technologie révolutionne l informatique : la virtualisation.

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 STRATÉGIE & PERSPECTIVES 21 CONCLUSION 28 1 RAPPEL DU POSITIONNEMENT

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Chiffre d'affaires par ligne de services

Chiffre d'affaires par ligne de services Troisième trimestre 2010 des revenus: EUR 1.210 millions Réservez au projet de loi: 90%, même par rapport au troisième trimestre 2009, 2010 Cash Flow Opérationnel s'élève à EUR 83 millions dans les neuf

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007

Résultats semestriels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 lundi 17 septembre 2007 Résultats semestriels 2007 Stratégie et modèle économique

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

SOLVING INTERNATIONAL

SOLVING INTERNATIONAL SOLVING INTERNATIONAL RESULTATS DU 1ER SEMESTRE 2006 4 octobre 2006 Sommaire Introduction L activité du semestre Résultats financiers Perspectives Solving International octobre 2006 2 Introduction Solving

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Résultats annuels 2007. Réunion d information du 9 avril 2008

Résultats annuels 2007. Réunion d information du 9 avril 2008 Résultats annuels 2007 Réunion d information du 9 avril 2008 Sommaire Expert en solutions logicielles pour la finance Faits marquants 2007 Les résultats 2007 Stratégie de développement efront en bref Editeur

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2013 Réunion financière du 5 mars 2014 Intervenants Jean Louis Bouchard Président Bruno Lemaistre Directeur Général Jean Philippe Roesch Directeur Général P. 1 Sommaire 1 2 3 4 5 6 Le

Plus en détail

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 4 novembre 2015 Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 Chiffre d affaires de 3 462 millions d euros, en hausse de 14,2% par rapport à 2014 Croissance organique de 2,7% pour

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

G G E N E S T A. LeGuide.com FLASH VALEUR

G G E N E S T A. LeGuide.com FLASH VALEUR FLASH VALEUR 10 juin 2011 Internet / Média Thomas DELHAYE Analyste Financier tdelhaye@genesta-finance.com 01.45.63.68.88 Opinion 1. Achat Fort Cours (clôture au 9 juin 11) 14,20 Objectif de cours 21,90

Plus en détail

Ausy. Ausy. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87

Ausy. Ausy. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 INITIATION DE COUVERTURE SSII / R&D Externalisée 28 juin 2010 Ausy N E S T A Opinion 1. Achat Fort Cours (clôture au 25 juin 10) 16,90 Objectif de cours 21,50 (+27,2 %) Données boursières Code Reuters

Plus en détail

Résultats annuels 2012

Résultats annuels 2012 www.gfi.fr Résultats annuels 2012 1 Disclaimer Disclaimer Cette présentation peut contenir des informations de nature prospective relatives à la situation financière, aux résultats, aux métiers, à la stratégie

Plus en détail

Présentation CA T3 2012

Présentation CA T3 2012 www.gfi.fr Présentation CA T3 2012 25/10/2012 Titre de la présentation 1 Sommaire i. Chiffres d affaires du T3 et perspectives 2012 ii. iii. iv. Point sur la stratégie M&A Focus sur les dernières acquisitions

Plus en détail

1 er e-opérateur de téléphonie sur IP. F é v r i e r 2010

1 er e-opérateur de téléphonie sur IP. F é v r i e r 2010 1 er e-opérateur de téléphonie sur IP F é v r i e r 2010 1 er e-opérateur de téléphonie sur IP Une activité en fort développement Résultats financiers Stratégie du Groupe Développement de la stratégie

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15

Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 Réunion Ambassadeurs Résultats semestriels 2014/15 A la découverte de Solucom Réunion SFAF - 26 novembre 2014 Intervenants Pascal IMBERT Président du Directoire Patrick HIRIGOYEN DGA - Membre du Directoire

Plus en détail

SOPRA-STERIA GROUP. Projet de rapprochement Naissance d un leader européen de la transformation numérique

SOPRA-STERIA GROUP. Projet de rapprochement Naissance d un leader européen de la transformation numérique SOPRA-STERIA GROUP Projet de rapprochement Naissance d un leader européen de la transformation numérique AVERTISSEMENT Cette présentation peut comprendre des déclarations prospectives concernant Groupe

Plus en détail

CONNECTONS NOS ÉNERGIES. Le monde change VINCI Energies vous accompagne

CONNECTONS NOS ÉNERGIES. Le monde change VINCI Energies vous accompagne CONNECTONS NOS ÉNERGIES Le monde change VINCI Energies vous accompagne LE GROUPE 2 VINCI EN BREF 1 er GROUPE PRIVÉ MONDIAL DE CONCESSIONS ET CONSTRUCTION 40,3 Mds de chiffre d affaires en 2013 191 000

Plus en détail

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 0 Sommaire Présentation du groupe Avancées de notre plan 2005-2008 Résultats du premier semestre

Plus en détail

Ausy. Ausy. Retour sur les résultats S1 2014. Poursuite des acquisitions ciblées. Confirmation des objectifs 2015. Opinion Achat maintenue

Ausy. Ausy. Retour sur les résultats S1 2014. Poursuite des acquisitions ciblées. Confirmation des objectifs 2015. Opinion Achat maintenue ETUDE SEMESTRIELLE SSII / R&D Externalisée 22 septembre 2014 Opinion 2. Achat Cours (Clôture au 22 sept 2014) 26,47 Objectif de cours 31,00 (+17,1 %) Données boursières Code Reuters / Bloomberg Capitalisation

Plus en détail

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007

Résultats Semestriels 2007. Réunion d information du 3 octobre 2007 Résultats Semestriels 2007 Réunion d information du 3 octobre 2007 1 S o m m a i r e efront, expert en solutions logicielles pour la finance Stratégie de développement Activité du 1 er semestre 2007 Perspectives

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS 2012

RÉSULTATS SEMESTRIELS 2012 RÉSULTATS SEMESTRIELS 2012 SOMMAIRE PARTIE 1 : SQLI AUJOURD HUI, UN ACTEUR MAJEUR DU E-BUSINESS PARTIE 2 : FAITS MARQUANTS & CHIFFRES CLÉS DU 1 ER SEMESTRE 2012 PARTIE 3 : RÉSULTATS & SITUATION FINANCIÈRE

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2012/13

Présentation des résultats semestriels 2012/13 28 novembre 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats semestriels 2012/13 clos le 30 septembre 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2012/13 3. Résultats

Plus en détail

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos annonce le projet d acquisition de l activité d externalisation informatique de Xerox Atos et Xerox vont établir une coopération

Plus en détail

Résultats annuels 2006 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007

Résultats annuels 2006 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007 Résultats annuels 2006 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 3 avril 2007 Résultats annuels 2006 mardi 3 avril 2007 Présentation et positionnement du Groupe Sqli Faits marquants et résultats

Plus en détail

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Relations presse : Christel Lerouge Tél. : 01 47 54 50 71 Relations Investisseurs : Vincent Biraud Tél. : 01 47 54 50 87 Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Chiffre d

Plus en détail

Ausy. Ausy. Benjamin TERDJMAN Analyste Financier bterdjman@genesta-finance.com 01.45.63.68.86

Ausy. Ausy. Benjamin TERDJMAN Analyste Financier bterdjman@genesta-finance.com 01.45.63.68.86 ETUDE SEMESTRIELLE SSII / R&D Externalisée 17 septembre 2012 Opinion 2. Achat Cours (clôture au 14 septembre 12) 19,15 Objectif de cours 23,50 (+22,7 %) Données boursières Code Reuters / Bloomberg Performances

Plus en détail

Etude de cas Atos Secteur des services informatique

Etude de cas Atos Secteur des services informatique EPT203 Stratégies et marchés Etude de cas Atos Secteur des services informatique Réalisé par Mohamed Amine EL AFRIT Encadré par Miriam ZOUARI www.mohamedelafrit.com/ept203 Février 2015 Sommaire 1. Présentation

Plus en détail

Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques

Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques Paris, France / Munich, 14 décembre 2010 Atos Origin et Siemens créent un acteur majeur des services informatiques Acquisition par Atos Origin de Siemens IT Solutions and Services Les deux groupes forment

Plus en détail

Décision n 11-DCC-120 du 26 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de Camélia Participations SAS par Capgemini France SAS

Décision n 11-DCC-120 du 26 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de Camélia Participations SAS par Capgemini France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-120 du 26 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de Camélia Participations SAS par Capgemini France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Présentation Résultats du 1 er semestre 2008

Présentation Résultats du 1 er semestre 2008 Présentation Résultats du 1 er semestre 2008 >> The Grid Company 2 octobre 2008 Bienvenue Vision IT Group : une coprésidence Marc URBANY Co-Président - Fondateur de Vision IT Group - Ingénieur en électronique

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

Cap Investors Jeudi 20 juin 2013

Cap Investors Jeudi 20 juin 2013 Cap Investors Jeudi 20 juin 2013 PHILIPPE BOUAZIZ, Président EDITEUR-INTÉGRATEUR INTERNATIONAL DE LOGICIELS DE GESTION POUR ENTREPRISES Le leader dans l édition de logiciels de gestion(1) sur la zone EMEA

Plus en détail

Résultats annuels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008

Résultats annuels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008 Résultats annuels 2007 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008 Résultats annuels 2007 lundi 31 mars 2008 Présentation du groupe SQLI Faits marquants et résultats annuels 2007

Plus en détail

Frédéric SEBAG Président Directeur Général. Guy MAMOU-MANI Directeur Général Laurent SADOUN Directeur Général. Paris, le 14/04/04

Frédéric SEBAG Président Directeur Général. Guy MAMOU-MANI Directeur Général Laurent SADOUN Directeur Général. Paris, le 14/04/04 Réunion SFAF : Résultats annuels 2003 FRANCE Bordeaux Lille Lyon Marseille Nancy Nantes Paris Tours INTERNATIONAL Amsterdam Bruxelles Casablanca Madrid Varsovie Frédéric SEBAG Président Directeur Général

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011

Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011 Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011 Le pôle ingénierie a constaté une activité commerciale au 1 er semestre 2011 en deçà de ses prévisions en raison du décalage entre la montée en puissance de la

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN

LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN Société : VNEXT est une société de conseil et d expertises technologiques dans le domaine de l infrastructure IT, le développement des logiciels et la formation professionnelle.

Plus en détail

ACCELERATION DE LA CROISSANCE ORGANIQUE AU TROISIEME TRIMESTRE A 14,8% HORS OUTSOURCING

ACCELERATION DE LA CROISSANCE ORGANIQUE AU TROISIEME TRIMESTRE A 14,8% HORS OUTSOURCING ACCELERATION DE LA CROISSANCE ORGANIQUE AU TROISIEME TRIMESTRE A 14,8% HORS OUTSOURCING Acquisitions stratégiques dans le Cloud et le Big Data Révision à la hausse des objectifs annuels à près de 480 M

Plus en détail

SECTORIELLES ANNUELLES

SECTORIELLES ANNUELLES ETUDES SECTORIELLES ANNUELLES Une collection d analyses exclusives & des indicateurs macro-économiques pertinents pour accompagner votre compréhension des marchés touristiques. EUROPEAN HOSPITALITY REPORT

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Security to be free Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Olivier Piou Charles Desmartis Directeur Général Directeur Financier Avertissement Le présent document ne constitue ni une offre

Plus en détail

OSIATISBIZ UN SERVICE DESK HORS DU COMMUN EQUANT SOLUTIONBIZ PARTAGEONS NOS SAVOIRS EXTRAIT DU Nº9

OSIATISBIZ UN SERVICE DESK HORS DU COMMUN EQUANT SOLUTIONBIZ PARTAGEONS NOS SAVOIRS EXTRAIT DU Nº9 OSIATISBIZ PARTAGEONS NOS SAVOIRS EXTRAIT DU Nº9 SOLUTIONBIZ EQUANT UN SERVICE DESK HORS DU COMMUN Gilles Deprost, responsable Knowledge Management & Tools d Equant 2F LES PHASES CLÉS DU PROJET SYNERGY

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009 RÉSULTATS ANNUELS 2008 Avril 2009 2. Un marché immense et porteur La formation continue en Europe Une priorité collective La formation sur le lieu et pendant le temps de travail constitue une dimension

Plus en détail

Résultats S1 Paris, le 23/09/04

Résultats S1 Paris, le 23/09/04 Résultats S1 Paris, le 23/09/04 FRANCE Bordeaux Lille Lyon Marseille Nancy Nantes Paris Tours INTERNATIONAL Belgique Danemark Espagne Finlande Maroc Norvège Pays Bas Pologne Suède Frédéric SEBAG Président

Plus en détail

Le retour à la croissance de la Distribution Bâtiment. Journée Investisseurs Saint-Gobain 15 novembre 2010

Le retour à la croissance de la Distribution Bâtiment. Journée Investisseurs Saint-Gobain 15 novembre 2010 Le retour à la croissance de la Distribution Bâtiment Journée Investisseurs Saint-Gobain 15 novembre 2010 Agenda Faits marquants Point business Stratégie Conclusion 1762 Un métier local N 1 en Europe N

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés)

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) 14.18 Prises de commandes en hausse de 25 % à 9,1 milliards d euros Chiffre d affaires de 6,3 milliards d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) Marge opérationnelle

Plus en détail

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES LOGISTIQUE &TRANSPORT 2014 FABRICANT D ECONOMIES Notre Cabinet Notre Cabinet A propos Notre activité Notre Méthodologie DoubleV Conseil accompagne ses clients de façon opérationnelle dans la réduction

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI + Président du Conseil d administration DIDIER FAUQUE + Directeur Général NICOLAS REBOURS + Directeur Général Délégué ORDRE DU JOUR FAITS MARQUANTS ET RÉSULTATS DU 1 ER SEMESTRE

Plus en détail

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART

PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART PRÉSENTATION DU GROUPE LUXEMPART Page : 1 Version : 05/2015 Agenda I. Présentation du Groupe Luxempart II. Luxempart en chiffres III. Nos transactions récentes Page : 2 Version : 05/2015 I. Présentation

Plus en détail

SQLI SQLI. Opinion Achat confirmée. Thomas DELHAYE Analyste Financier tdelhaye@genesta-finance.com 01.45.63.68.88

SQLI SQLI. Opinion Achat confirmée. Thomas DELHAYE Analyste Financier tdelhaye@genesta-finance.com 01.45.63.68.88 ETUDE SEMESTRIELLE Opinion 2. Achat Cours (clôture au 28 sept 2015) 25,72 Objectif de cours 30,50 (+18,6 %) Données boursières Code Reuters / Bloomberg Capitalisation boursière 93,35 M Valeur d'entreprise

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

Solutions 30. Solutions 30. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87

Solutions 30. Solutions 30. Nicolas DAVID Analyste Financier ndavid@genesta-finance.com 01.45.63.68.87 INITIATION DE COUVERTURE SSII / R&D Externalisée 14 juin 2010 Solutions 30 E N E S T A Solutions 30 Date de première diffusion : 14 juin 2010 Un haut débit potentiel, pour l instant bien pricé? Opinion

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Assemblée générale ordinaire des Actionnaires. 26 septembre 2012

Assemblée générale ordinaire des Actionnaires. 26 septembre 2012 Assemblée générale ordinaire des Actionnaires Assemblée générale ordinaire du 26/09/12 > Ordre du jour A. Rapport du Directoire B. Rapport du Conseil de surveillance C. Rapport du président du Conseil

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Présentation des résultats 1999 30 mars 2000

Présentation des résultats 1999 30 mars 2000 Présentation des résultats 1999 30 mars 2000 L activité Le métier Les perspectives L activité Un marché animé par plusieurs facteurs positifs Un besoin accru de suivi des marchés les consommateurs-citoyens

Plus en détail

COMPUTACENTER annonce ses résultats intermédiaires

COMPUTACENTER annonce ses résultats intermédiaires Communiqué de presse COMPUTACENTER annonce ses résultats intermédiaires Paris, le 7 septembre 2011 - Computacenter, société européenne de services et de solutions d'infrastructures informatiques, a annoncé

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service

Sommaire. Présentation OXIA. Le déroulement d un projet d infogérance. L organisation du centre de service. La production dans un centre de service Mars 2012 Sommaire Présentation OXIA Le déroulement d un projet d infogérance L organisation du centre de service La production dans un centre de service 2 Fournisseurs Technologies Banque & Finance Telecom

Plus en détail

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009 Objectifs pour 2009 Titre du document 11 mars 2009 Avertissement Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections,

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Groupe SQLI Présentation des résultats 2003

Groupe SQLI Présentation des résultats 2003 -1- Groupe SQLI Présentation des résultats 2003 Avril 2004 -2- LA CROISSANCE RENTABLE Avril 2004 -3- Sommaire La croissance rentable SQLI Une mutation réussie Forte amélioration des marges et de la structure

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail