Société canadienne de thoracologie. Recommandations au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Société canadienne de thoracologie. Recommandations au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2008"

Transcription

1 Société canadienne de thoracologie Recommandations au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2008

2 Recommandations de la SCT au sujet de la prise en charge de la MPOC Ce diaporama a été produit par les membres du Comité des lignes directrices pour la MPOC de la SCT et est approuvé par celle-ci. Tous droits réservés. Il est interdit de modifier, de mettre en ligne ou d utiliser en tout ou en partie la présente publication à des fins commerciales, sans l autorisation écrite de la Société canadienne de thoracologie (SCT). Si vous utilisez cette publication dans le cadre d activités éducatives ou de développement professionnel, prière d en citer la SCT en tant qu auteure. Pour plus d information, veuillez consulter notre site Internet : Société canadienne de thoracologie et ses concédants de licence

3 Remerciements : Formateurs qui ont participé à la création du diaporama Comité de création du contenu : Paul Hernandez, MDCM, FRCPC Alan Kaplan, MD, CCMF (EM) Michel Rouleau, MDCM, FRCPC Denis O Donnell, MD, FRCPC Jacques Bouchard, MD Anthony Ciavarella, MD Spécialistes qui ont contribué : Shawn Aaron, MD, FRCPC Jean Bourbeau, MD, FRCPC Meyer Balter, MD, FRCPC Gordon Ford, MD, FRCPC André Gervais, MD, FRCPC Roger Goldstein, MD, FRCPC Rick Hodder, MD, FRCPC Darcy Marciniuk, MD, FRCPC François Maltais, MD Jeremy Road, MD, FRCPC

4 Divulgation des formateurs a participé aux travaux de comités consultatifs médicaux, présenté des activités d EMC ou participé à des études de recherche clinique commanditées par l industrie et financées par les entreprises suivantes :

5 Produit par la Société canadienne de thoracologie avec la participation des organismes suivants : L Association pulmonaire Alliance des MPOC du Canada Société canadienne des infirmières en santé respiratoire Société de physiothérapie cardiorespiratoire du Canada Association canadienne des médecins de famille contre l asthme Société des thérapeutes respiratoires de l Association pulmonaire Collège des médecins de famille du Canada

6 Commanditaires qui ont fourni du financement sans restriction pour la création des documents sur les lignes directrices AstraZeneca Canada Inc. Bayer Canada Inc. Boehringer Ingelheim (Canada) Ltd. Bristol-Myers Squibb GlaxoSmithKline Inc. Nycomed Canada Inc. Pfizer Canada Inc.

7 Messages clés La MPOC est Traitable Évitable Sous-diagnostiquée R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

8 Principaux messages contenus dans la Mise à jour de 2008 Utiliser la spirométrie et le dépistage ciblé pour diagnostiquer et prendre rapidement en charge la MPOC bénigne. Réduire la dyspnée et les restrictions des activités en cas de MPOC stable en optimisant les stratégies de prise en charge pharmacologique et autres Prévenir et prendre en charge les exacerbations aiguës de MPOC. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

9 Message clé Définition de la MPOC : «La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est une maladie respiratoire causée surtout par le tabagisme et caractérisée par une obstruction progressive et partiellement réversible des voies respiratoires, de l hyperinflation pulmonaire, des manifestations systémiques et des exacerbations de fréquence et de sévérité croissantes.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

10 Comorbidités associées à la MPOC Ischémie cardiaque Insuffisance cardiaque globale Arythmies Hypertension pulmonaire Cancer du poumon Ostéoporose et fractures Dysfonctionnement des muscles de l appareil locomoteur Cachexie et malnutrition Glaucome et cataractes Dépression Troubles d anxiété et de panique Troubles du métabolisme R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

11 Tendances des taux de mortalité pour les six principales causes de mortalité aux États-Unis, Taux pour habitants Cardiopathie Accident vasculaire cérébral Maladie pulmonaire obstructive chronique Diabète sucré Année de la mort Année de la mort Tendances des taux de mortalité selon l âge pour les six principales causes de mortalité aux États-Unis, Jemal A, et al. JAMA 2005; 294: Il peut y avoir des restrictions sur le droit d auteur.

12 Nombre de décès causés par la MPOC selon le sexe au Canada, (projections jusqu en 2010) 7,000 6,000 5,000 Poly. Hommes Males Females Femmes Poly. (Males) (hommes Poly. (Females) Poly. (femmes) ) Décès Deaths 4,000 3,000 2,000 1, Centre de prévention des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada; 2006 fondé sur des données de Statistique Canada Année Year

13 Message clé Le médecin de famille joue un rôle charnière dans la prise en charge de la MPOC : 1. Détection précoce par dépistage ciblé et prévention de la maladie par les conseils sur l abandon du tabac. 2. Optimisation du contrôle des symptômes par le recours approprié à des thérapies pharmacologiques et autres. 3. Prévention et prise en charge des exacerbations aiguës de MPOC. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

14 Cas clinique Jacqueline Une femme de 55 ans se présente à la clinique et demande un antibiotique. Elle a des «rhumes» à répétition depuis un an. Elle signale que le souffle lui manque lorsqu elle monte une pente. Elle fume depuis longtemps. Vous pensez qu elle pourrait avoir la MPOC.

15 Message clé «La MPOC et l asthme sont fondamentalement différents et il faut établir la distinction entre ces deux problèmes chez chaque patient qui présente des symptômes.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

16 La MPOC diffère de l asthme! Paramètre Asthme MPOC Âge à l apparition Habituellement < 40 ans Habituellement > 40 ans Tabagisme Pas une cause, mais aggrave le contrôle Habituellement > 10 paquets-année Production d expectorations Peu fréquente Fréquente Allergies Fréquentes Peu fréquentes Symptômes cliniques Intermittents et variables Persistants et évolutifs Évolution de la maladie Stable (avec exacerbations) Détérioration progressive (avec exacerbations) Importance des comorbidités Souvent importantes Souvent importantes Spirométrie Normalise souvent Peut améliorer mais ne normalise jamais Inflammation des voies aériennes Éosinophilique Neutrophilique Réponse aux corticostéroïdes inhalés Essentiels au contrôle optimal Aide chez les patients qui ont une maladie modérée à grave et de fréquentes EAMPOC Rôle des bronchodilatateurs Utilisés au besoin seulement Thérapie régulière habituellement nécessaire Rôle de l exercice Rarement utilisés de façon structurée Thérapie essentielle Discussions sur la fin de vie Rarement nécesaires Souvent essentielles R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

17 Message clé «Chez la plupart des patients qui ont la MPOC, on pose le diagnostic seulement lorsque la maladie est bien avancée. La spirométrie ciblée pratiquée sur les personnes à risque de MPOC peut permettre de poser un diagnostic plus tôt.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

18 Identification des patients qui peuvent avoir la MPOC Fumeur ou ex-fumeur qui a 40 ans Et répond oui à n importe laquelle des questions ci-dessous : Toussez-vous régulièrement? Crachez-vous régulièrement des sécrétions? Êtes-vous essoufflé lorsque vous accomplissez même des tâches simples? Entendez-vous des sifflements dans vos poumons à l effort ou la nuit? Avez-vous souvent des rhumes qui durent plus longtemps que chez les gens de votre entourage? SPIROMÉTRIE RECOMMANDÉE R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

19 Message clé «Pour diagnostiquer une MPOC, il est essentiel de démontrer objectivement par spirométrie une obstruction de l écoulement gazeux.» Définition de l obstruction de l écoulement gazeux : Un VEMS/CVF de < 0,70* après l administration d un bronchodilatateur indique qu il y a obstruction de l écoulement gazeux et est nécessaire pour diagnostiquer la présence d une MPOC. * Les valeurs normales prédites pour ce ratio varient inversement en fonction de l âge. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

20 Message clé «L échelle de la dyspnée du Conseil de recherches médicales (CRM) est une échelle fonctionnelle qui aide à évaluer l essoufflement et l incapacité et peut aider à évaluer la gravité de la maladie.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

21 Évaluation de l incapacité causée par la MPOC Échelle de la dyspnée du CRM aucune Incapacité sévère Grade 1 Essoufflement à l exercice vigoureux Grade 2 Essoufflement en marchant rapidement sur le plat ou en montant une pente légère Grade 3 Marche plus lentement que les gens du même âge sur le plat ou arrête pour reprendre son souffle en marchant à sa propre vitesse sur le plat Grade 4 Arrête pour reprendre son souffle après avoir marché 100 verges Grade 5 Trop essoufflé pour quitter la maison ou essoufflé en s habillant Stade de la MPOC Bénigne Modérée Sévère R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

22 Prise en charge intégrée de la MPOC Déficit de la fonction pulmonaire Échelle de la dyspnée du CRM Chirurgie Surgery Oxygen Oxygène Corticostéroïdes inhalés/bala Réadaptation pulmonaire Bronchodilatateurs Long de longue durée d action Bronchodilatateurs PRN Rapid de courte durée d action (PRN) Abandon du tabac/exercice/autogestion/éducation tabac/exercise/self Mild Léger II Very Très sévère Severe V Diagnostic précoce (pyrométrie) R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A. Prévention/Rx EAMPOC Suivi Soins de fin de vie

23 Prise en charge de la MPOC légère symptomatique Éducation du patient, y compris programme d abandon du tabac Prévention des exacerbations, vaccinations Début d une thérapie aux bronchodilatateurs Encouragement de l exercice physique régulier Suivi rapproché et surveillance de la maladie R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

24 Message clé «L abandon du tabac constitue l intervention la plus efficace pour réduire le risque d apparition de la MPOC et la seule qui en ralentit l évolution.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

25 Abandon du tabac Effets du tabagisme et de l abandon du tabac sur le VEMS VEMS (% de la valeur à 25 ans) 100% 75% 50% A fumé régulièrement et est sensible aux effets du tabagisme N a jamais fumé ou n est pas sensible à la fumée A cessé de fumer à 45 ans 25% 0% Âge (ans) A cessé de fumer à 65 ans Fletcher C, Peto R. BMJ 1977.

26 Abandon du tabac le rôle du médecin Les 5 interventions Demander Conseiller Évaluer Aider Arranger Fiore MC, et. al. Treating Tobacco Use and Dependence. Quick Reference Guide for Clinicians. Rockville, MD : Département de la Santé et des Services humains des États-Unis. Public Health Service. Octobre

27 Message clé «L éducation du patient et de sa famille conjuguée à la surveillance et au soutien fondés sur des principes d autogestion particuliers à la maladie jouent un rôle précieux.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

28 Effets de l éducation en autogestion de la MPOC Admissions Admissions pour d autres for other raisons reasons - 57% Non-scheduled Consultations visits non prévues - 59% Admissions Admissions pour exacerbations for exacerbations - 40% Urgences à Emergencies for cause d autres other diseases maladies - 23% Admissions au Admissions cours de l année the year précédant before the l étude study + 4% Urgence à Emergency cause for d exacerbations exacerbations - 41% Nombre d admissions à l hôpital Number of hospital admissions Nombre de visites à l urgence Number of ER visits Groupe d éducation sur l autogestion Groupe sur les soins habituels Bourbeau J, et al. Arch Int Med 2003;163:

29 Message clé «Les vaccins évitent les exacerbations aiguës de MPOC.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

30 Vaccinations On recommande le vaccin annuel contre la grippe à tous les patients atteints de MPOC qui n ont pas de contreindication. L infection causée par la grippe entraîne souvent une hospitalisation. Le vaccin annuel contre la grippe réduit la morbidité et la mortalité attribuables à la grippe chez les patients atteints de MPOC. Les patients atteints de MPOC à risque élevé doivent recevoir le vaccin antipneumococcique au moins une fois et il faut le répéter aux cinq à dix ans par la suite. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

31 Message clé «Les bronchodilatateurs sont le pilier de la pharmacothérapie contre la MPOC. Ils réduisent la rétention d air et la dyspnée et améliorent la qualité de vie, même s il n y pas d amélioration des résultats de spirométrie.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

32 Pharmacothérapie optimale dans les cas de MPOC Incapacité et déficit de la fonction pulmonaire croissants Bénigne Modérée Sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année) EAMPOC fréquentes (> 1/année) BDCA prn ACLA + BACA prn ou dyspnée persistante BALA + BDCA prn ACLA ou BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BSI/BALA + BACA prn ACLA + CSI/BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + CSI/BALA + BACA prn +/- théophylline R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

33 Pharmacothérapie optimale pour traiter la MPOC bénigne en 2008 Salbutamol 200 mcg QID prn ou Bromure d ipratropium 40 mcg QID prn dyspnée persistante Bromure de tiotropium 18 mcg une fois par jour + salbutamol prn ou Salmétérol 50 mcg ou formotérol 12 mcg deux fois par jour + salbutamol prn R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

34 Cas clinique Jean Vous recevez à la clinique un homme de 67 ans qui a une MPCO documentée. Son VEMS atteint 55 % de la valeur prédite. Il prend notamment du bromure d ipratropium et du salbutamol par inhalateur quatre fois par jour. En dépit de ce traitement, il est toujours essoufflé lorsqu il marche lentement sur une distance de 50 à 75 m sur le plat. C est pourquoi il a cessé de jouer au golf et de jouer avec ses petits enfants.

35 Évolution clinique de la MPOC MPOC Limitation de l écoulement gazeux Exacerbations Rétention d air Hyperinflation Essoufflement Déconditionnement QVLS Inactivité Capacité d exercice réduite

36 Message clé «La MPOC est traitable à n importe quel stade. Une stratégie de prise en charge conjuguant la pharmacothérapie et des interventions non pharmacothérapeutiques peut améliorer efficacement les symptômes, hausser les niveaux d activité et de qualité de vie, à tous les stades de gravité de la maladie.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

37 Pharmacothérapie optimale dans les cas de MPOC Incapacité et déficit de la fonction pulmonaire croissants Bénigne Modérée Sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année) EAMPOC fréquentes (> 1/année) BDCA prn ACLA + BACA prn ou dyspnée persistante BALA + BDCA prn ACLA ou BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BSI/BALA + BACA prn ACLA + CSI/BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + CSI/BALA + BACA prn +/- théophylline R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

38 Pharmacothérapie optimale pour une MPOC variant de modérée à sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année nécessitant l administration de stéroïdes ou d antibiotiques systémiques) Bromure de tiotropium 18 mcg OD + salbutamol prn ou Salmétérol 50 mcg BID ou formotérol 12 mcg BID + salbutamol prn dyspnée persistante Tiotropium + salmétérol ou formotérol + salbutamol prn dyspnée persistante Tiotropium + Advair 250/50 mcg BID ou Symbicort 200/12 mcg BID + salbutamol prn R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

39 Réduction pharmacologique du volume pulmonaire CPT CRF CI 50 0 Normal Avant MPOC Après MPOC

40 Beta-2-agoniste de longue durée d action : Fonction pulmonaire Changement du VEMS par rapport au iveau de référence (L) Tous les patients jour Temps (heures) salmétérol Ipratropium Placebo Mahler DA, et al. Chest 1999;115:

41 TORCH : VEMS après-broncholidatateur CSI/BALA Changement moyen rajusté du VEMS 1 (ml) *p < 0,001 c. placebo; p < 0,001 c. SALM et PF * * * ~90 ml 150 Placebo SALM PF SALM/PF Temps (semaines) Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

42 Anticholinergique de longue durée d action c. de courte durée d action : dyspnée Score (+SE) 1,5 1,0 0,5 0,0 * * * * Tiotropium (n=320) Ipratropium (n=152) * * -0,5-1, Jour du test * p<0,05 Vincken et al. Eur Respir J 2002;19:

43 Anticholinergique de longue durée d action c. de courte durée d action : État de santé (domaine des effets) 36 Ipratropium (n=159) 35 Référence Score moyen Tiotropium (n=327) T- I 4.28 Amélioration 30 * ** * ** Jour du test * p<0,05 ** p<0,01 Vincken et al. Eur Respir J 2002;19:

44 TORCH : CSI/BALA Meilleure qualité de vie Changement moyen rajusté QRSG Résultat total (unités) QRSG = Questionnaire respiratoire de St George SALM = salmétérol PF = propionate de fluticasone SALM/PF = salmétérol/propionate de fluticasone * Placebo SALM PF SALM/PF Temps (semaines) * p=0,057 c. placebo p<0,001 c. placebo p<0,001 c. placebo, SALM et PF Les barres verticales représentent des erreurs types Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

45 Étude OPTIMALE : changements de l état de santé à un an Déclin de l état de santé Amélioration de l état de santé Changement moyen du résultat total du QRSG par rapport au niveau de référence Tio +Flut/Sal 50/500 mcg bid -8.6 a Tio +Sal 50 mcg bid -6.3 b Tio + Placebo -4.5 a p=0,01 c. placebo b p=0,02 c. placebo Aaron S, et al. AIM 2007; 146:

46 Corticostéroïdes oraux Il ne faut pas utiliser un traitement de longue durée aux corticostéroïdes oraux contre la MPOC parce qu il n en découle aucun bienfait chez la plupart des patients et à cause du risque élevé d effets systémiques indésirables. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

47 Message clé «Il faut encourager tous les patients atteints de MPOC à demeurer actifs.» L exercice est un médicament! (exemple d ordonnance) Fréquence : Intensité : Temps : Type d exercice : 3 à 5 séances par semaine essoufflement modéré 30 à 45 minutes par séance marche, bicyclette, natation, etc. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

48 Slide 27 Éléments constituants d un programme de réadaptation pulmonaire Programme complet : Exercice Soutien psychosocial (isolement social, dépression) Conseil en nutrition Ergothérapie et stratégies de conservation d énergie Un programme d éducation du patient qui inclut les éléments suivants : Conseils sur l abandon du tabac Information de base sur la physiopathologie Information sur les médicaments et techniques d utilisation des inhalateurs Stratégies de contrôle de la dyspnée Plan d action contre les exacerbations aiguës Prise de décision en fin de vie R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

49 Bienfaits de la réadaptation pulmonaire Réduction de la dyspnée Endurance accrue à l exercice Amélioration de la qualité de vie Réduction de l inconfort aux jambes Diminution de la fatigue Réduction de l utilisation des ressources à cause d EAMPOC Tendance à la réduction de la mortalité comparativement aux soins ordinaires R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

50 Cas clinique Anna Femme de 71 ans qui a une MPOC documentée. Au niveau de référence, elle se plaint de dyspnée lorsqu elle se peigne ou s habille. Son VEMS atteint 35 % de la valeur prédite. Elle prend notamment du bromure de tiotropium une fois par jour et du salbutamol au besoin. Elle se présente à l urgence en se plaignant d avoir une dyspnée accrue, de tousser et de produire des expectorations purulentes depuis trois jours Elle a connu deux épisodes semblables au cours des trois dernières années.

51 Conséquences des EAMPOC Réduction de la qualité de vie reliée à la santé Mortalité accrue EAMPOC Déclin accéléré de la fonction pulmonaire Utilisation accrue des ressources de santé et augmentation des coûts R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

52 EAMPOC : Stratégies de prévention Abandon du tabac Vaccinations Éducation en autogestion avec le chargé de dossier et plan d action écrit Thérapie régulière aux bronchodilatateurs de longue durée d action Thérapie régulière aux CSI/BALA inhalés dans le cas de MPOC modérée à sévère et > 1 épisode par année d EAMPOC qui nécessite une thérapie Traitement approprié des épisodes d EAMPOC R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

53 Anticholinergique de longue durée d action : exacerbations Exacerbation par année-patient 19% Réduction Réduction de 19 % du nombre moyen des EAMPOC par annéepatient p<0,05 Réduction de 28 % du nombre des hospitalisations pour EAMPOC par annéepatient p< 0,05 Niewoehner DE, et al. Ann Intern Med 2005; 143(5):

54 Étude TORCH : La combinaison CSI/BALA a réduit le taux d exacerbations en trois ans Nombre moyen d exacerbations/année * 0.93* 0.85* Placebo SALM PF SALM/PF Traitement SALM/PF Réduction de 25 % des exacerbations c. placebo p<0,001 c. placebo p=0,002 c. SALM p=0,024 c. PF Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

55 Étude OPTIMALE : Hospitalisations pour EAMPOC Hospitalisations pour EAMPOC Ratio de taux c. placebo Tio + Placebo Tio + Salmétérol ,83 (0,54-1,27) Tio + Flut./Salm. 26 0,53 (0,33-0,86) valeur p 0,38 0,01 Aaron S, et al. AIM 2007; 146:

56 Pharmacothérapie optimale dans les cas de MPOC Incapacité et déficit de la fonction pulmonaire croissants Bénigne Modérée Sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année) EAMPOC fréquentes (> 1/année) BDCA prn ACLA + BACA prn ou dyspnée persistante BALA + BDCA prn ACLA ou BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BSI/BALA + BACA prn ACLA + CSI/BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + CSI/BALA + BACA prn +/- théophylline R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

57 Pharmacothérapie optimale contre la MPOC modérée à sévère EAMPOC fréquentes (> 1/année nécessitant des stéroïdes ou antibiotiques systémiques) Bromure de tiotropium 18 mcg OD + Advair 500/50 mcg BID ou Symbicort 400/12 mcg BID + Salbutamol 200 mcg QID prn dyspnée persistante Envisager d ajouter de la théophylline par voie orale R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

58 EAMPOC : Définition Aggravation soutenue de la dyspnée, de la toux ou des expectorations, qui oblige à prendre davantage de médicaments d entretien ou à en prendre d autres en plus. Aussi classée comme : Purulente ou non purulente R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

59 EAMPOC : Bronchodilatateurs Augmenter la dose de bronchodilatateurs inhalés de courte durée d action afin de contrôler les symptômes. Combiner les catégories de bronchodilatateurs de courte durée d action recommandés dans les situations aiguës. doseur préféré dans la plupart des situations Aucun rôle pour la mise en œuvre de la thérapie à la méthylxanthine dans les situations aiguës; il est raisonnable de continuer dans le cas de ceux qui prennent déjà ces médicaments. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

60 EAMPOC : Corticostéroïdes De bonnes données appuient le rôle des stéroïdes par voie orale ou parentérale Dose et durée personnalisées : Dose : habituellement mg de prednisone tous les jours (ou l équivalent) Durée : habituellement 7 à 14 jours Rôle des CSI non défini Hyperglycémie associée à des résultats moins bons chez les patients hospitalisés avec une EAMPOC R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

61 EAMPOC : Bienfaits des stéroïdes oraux Pourcentage p=0,05 NNT=6 Réduction du risque absolu 9 % 10 % (-4-21 %) (-2-22 %) p=0,07 Prednisone Placebo jours rechûte Hospitalisation MPOC VEMS toutes causes confondues VEMS jour 1-10 Aaron SD, et al. NEJM 2003; 348:

62 EAMPOC : Antibiotiques Les antibiotiques sont bénéfiques dans les cas plus sévères d EAMPOC Les patients qui ont des exacerbations sévères en bénéficient le plus (Anthonisen 1 augmentation de la dyspnée, du volume et de la purulence des expectorations) Les systèmes de stratification du risque sont souhaitables mais ne sont pas encore validés Changer de catégorie d antibiotique par rotation si l on répète le traitement d une EAMPOC dans les trois mois afin de réduire au minimum le risque d apparition d une résistance aux antibiotiques R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

63 EAMPOC : Amélioration avec les antibiotiques : Méta-analyse d essais contrôlés par placebo Elmes et al, 1957 Berry et al, 1960 Fear and Edwards, 1962 Elmes et al, 1965 Petersen et al, 1967 Pines et al, 1972 Nicotra et al, 1982 Anthonisen et al, 1987 Jorgensen et al, 1992 Ensemble Saint et. al. JAMA. 1995; 273: Ampleur Effect de l effet size (SD) (ET)

64 EAMPOC : Couleur des expectorations et présence de bactéries % des échantillons * * * Purulentes Mucoïdes * = p<0, patients 89 expect PMN Color. de Gram Culture +ve >10 7 ufc/ml Stockley RA et al. Chest 2001; 117:

65 Traitement aux antibiotiques des EAMPOC purulentes Caractéristiques du groupe MPOC simple sans facteurs de risque : VEMS > 50 % de la valeur prédite moins de 65 ans < 4 exacerbations/année aucune comorbidité Traitement aux antibiotiques* (liste alphabétique sans préférence) Amoxicilline Céphalosporines (2e et 3e générations) Doxycycline Macrolides (spectre élargi) Triméthoprime/sulfaméthazole * Changer de catégorie d antibiotique par rotation si l on répète le traitement d une EAMPOC dans les trois mois. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

66 Traitement aux antibiotiques des EAMPOC purulentes Caractéristiques du groupe MPOC avec complications et facteurs de risque : VEMS <50 % de la valeur prédite 4 exacerbations/année ischémie cardiaque comorbide utilisation chronique de stéroïdes oraux utilisation d oxygène à domicile Traitement aux antibiotiques* Fluoroquinolone (1ère intention) Amoxicilline/clavulanate (2e intention) * Changer de catégorie d antibiotique par rotation si l on répète le traitement d une EAMPOC dans les trois mois. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

67 Message clé «La MPOC est une maladie invalidante évolutive qui peut aboutir à l insuffisance respiratoire et à la mort. Les médecins sont tenus d appuyer les patients atteints de MPOC et leurs soignants à la fin de la vie.»

68 Soins de fin de vie dans les cas de MPOC Profil des patients atteints de MPOC qui risquent davantage de mourir : Obstruction très sévère de l écoulement gazeux (p. ex., VEMS < 30 % de la valeur prédite) et hyperinflation (p. ex., CI/CPT < 25 %) Mauvais état fonctionnel (p. ex., CRM 4-5) Mauvais état nutritionnel (p. ex., IMC < 19 kg/m 2 ) Personnes plus âgées EAMPOC à répétition (en particulier parce qu elles exigent l hospitalisation et la ventilation mécanique) Hypertension pulmonaire R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

69 Causes générales de décès chez les patients atteints de MPOC* Autre 10% Inconnue 7% Respiratoire 35% Cancer 21% Cardiaque 27% *déterminé par le Comité sur le point final clinique de l étude TORCH Calverley et al. NEJM 2007; 356:

70 Réduction de la mortalité dans les cas de MPOC 1. Abandon du tabac 2. Oxygénothérapie de longue durée chez les patients appropriés 3. Chirurgie de l emphysème (prédominance du lobe supérieur et faible capacité d exercice) 4. Ventilation non effractive dans les cas d EAMPOC associés à une insuffisance respiratoire aiguë R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

71 Oxygénothérapie de longue durée : Survie L oxygène à domicile ( 15 h/jour pour atteindre une SaO 2 90 %) améliore la survie chez les patients dont la MPOC est stable et qui ont une hypoxémie sévère (PaO 2 55 mmhg) ou lorsque la PaO 2 60 mmhg en présence d œdème des chevilles, d un cœur pulmonaire ou d un hématocrite de 56 %. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

72 Oxygénothérapie de longue durée : Survie 100 Pourcentage de survie 50 (%) CRM (15 h) CRM (témoin) Temps (an.) NOTT AIM MRC Lancet 1981.

73 TORCH : Mortalité toutes causes confondues Probabilité de décès (%) SALM = salmétérolf PF = propionate de fluticasone SALM/PF = salmétérol/propionate de fluticasone Temps écoulé avant la mort (semaines) SALM/PF Réduction de 17,5 % de la mortalité c. placebo (p=0,052) Placebo SALM PF SALM/PF Les barres verticales représentent des erreurs types Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

74 Message clé Savoir quand référer un patient à un spécialiste : Diagnostic incertain Symptômes sévères disproportionnés par rapport au degré d obstruction de l écoulement gazeux Déclin rapide de la fonction pulmonaire Patient < 40 ans Traitement combiné qui ne réussit pas à contrôler les symptômes Maladie sévère qui nécessite des thérapies spécialisées R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

75 Qu est-ce que les patients qui ont une MPOC doivent attendre du traitement? Respirer plus facilement Être plus actifs Passer moins de temps à l hôpital Avoir moins d infections pulmonaires Se sentir mieux Jouir davantage de la vie

76 Où puis-je me renseigner davantage au sujet de la MPOC? Société canadienne de thoracologie , croissant Courtwood, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2C 2B

77 Diapositives supplémentaires

78 Élaboration des lignes directrices

79 Lignes directrices canadiennes sur la MPOC Processus d élaboration Sélection du Groupe d étude de la SCT (05/2001) Sélection des chefs d équipe + 11 sujets principaux (version 1) 1 ère conférence du groupe revue des sujets (04/2002) Recommandations du Comité rétroaction (version 2) 2 e conférence du groupe (06/2002) Recommandations du Comité rétroaction (version 3) Étude préliminaire des recommandations de la SCT (11/2002) Rétroaction des sociétés affiliées / organisations, sociétés pharmaceutiques commanditaires et experts de l extérieur Présentation des documents finals (sommaire, points saillants ) RCR (06/2003) Diffusion et application, mises à jour périodiques ( )

80 Encore des lignes directrices! Pourquoi se donner la peine? Besoin de faire mieux connaître la MPOC au Canada Besoin de lignes directrices «locales» qui portent sur les lacunes et les obstacles locaux des soins En 2001, les limitations perçues des lignes directrices GOLD : définition de la MPOC, critères de la spirométrie, stratification de la gravité, section désuète sur la pharmacothérapie, manque de stratégie intégrante pratique face à la maladie au stade avancé. Occasion de mettre à jour régulièrement les lignes directrices canadiennes afin de suivre les progrès (2003, 2007).

RECOMMANDATIONS AU SUJET DES SOINS PRIMAIRES DE LA MPOC MISE À JOUR DE 2008

RECOMMANDATIONS AU SUJET DES SOINS PRIMAIRES DE LA MPOC MISE À JOUR DE 2008 RECOMMANDATIONS AU SUJET DES SOINS PRIMAIRES DE LA MPOC MISE À JOUR DE 2008 Recommandations de la Société canadienne de thoracologie au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Tom Smiley, B.Sc. Phm., Pharm. D.

Tom Smiley, B.Sc. Phm., Pharm. D. FC OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Une leçon Gratuite de formation continue Au terme de ce module de formation continue, les pharmaciens pourront : décrire les causes et les facteurs de risque associés à la

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SUR LA MPOC MISE À JOUR DE 2007

RECOMMANDATIONS SUR LA MPOC MISE À JOUR DE 2007 RECOMMANDATIONS SUR LA MPOC MISE À JOUR DE 2007 Recommandations de la Société canadienne de thoracologie au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2007

Plus en détail

Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro. Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR

Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro. Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Divulgation de conflits d intérêts potentiels

Divulgation de conflits d intérêts potentiels Fanny Arbour, Pharmacienne 9 iem Symposium en thérapie respiratoire 15 Novembre 2014 Divulgation de conflits d intérêts potentiels AstraZeneca O Conférencière GlaxoSmithKline O Consultante et conférencière

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM BROMURE D UMÉCLIDINIUM ET TRIFÉNATATE DE VILANTÉROL (Anoro Ellipta GlaxoSmithKline inc.) Indication : la maladie pulmonaire obstructive chronique Recommandation : Le Comité

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau. Objectifs

QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau. Objectifs QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau Objectifs 1. Discuter des nouvelles options thérapeutiques dans la gestion de l'asthme 2. Discuter des grandes lignes

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

Revue canadienne de pneumologie 2012;19(2): 127-64.

Revue canadienne de pneumologie 2012;19(2): 127-64. Mise à jour 2012 des Lignes directrices de la Société canadienne de thoracologie : Diagnostic et prise en charge de l asthme chez les enfants d âge préscolaire, les enfants et les adultes 2010 Société

Plus en détail

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année...

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. *Bronchopneumopathie chronique obstructive. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... Fondation

Plus en détail

outil DANS LE TRAITEMENT DE

outil DANS LE TRAITEMENT DE Cet outil a été adapté principalement du Consensus canadien sur l asthme (Lougheed MD, Lemière C, Ducharme FM, et al. 2012) et prend en compte les délibérations des membres experts du Comité sur l asthme

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie SPIRO L application mobile d aide à la spirométrie Audrey Desjardins et Catherine Sweeney, étudiantes au MD-MSc, Université Laval Dr. Mathieu Simon MD, FRCP(C), FCCM Symposium Cœur-Poumons 2015 2 Le fardeau

Plus en détail

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie Tout sur la toux! Mise àj our Louis-Philippe Boulet, MD, FRCPC, FCCP La classification de la toux La toux est une des principales causes de morbidité et un des plus fréquents motifs de consultation médicale.

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

Le traitement de la BPCO vers un accommodement raisonnable entre bienfaits et risques

Le traitement de la BPCO vers un accommodement raisonnable entre bienfaits et risques La bronchopneumopathie chronique obstructive Le traitement de la BPCO vers un accommodement raisonnable entre bienfaits et risques Richard Gauthier 3 Les patients atteints d une bronchopneumopathie chronique

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs JL. HERMIL / C. MARGUET G.R.A.P.P. 2004 Quoi de neuf en médecine générale 2005 (DUMG/CHNGE) 1ère étape :

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l astme de votre enfant Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et le parrainage

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête. mieux dans sa vie!

Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête. mieux dans sa vie! Mieux dans ses bronches, mieux dans sa tête mieux dans sa vie! Pathophysiologie BPCO: Le cercle vicieux du déconditionnement VEMS Déconditionnement Dyspnée Immobilité Dépression Isolement social impairment

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Feuille d instructions destinée aux agents quant à la façon de remplir le questionnaire médical VacanSanté

Feuille d instructions destinée aux agents quant à la façon de remplir le questionnaire médical VacanSanté Feuille d instructions destinée aux agents quant à la façon de remplir le questionnaire médical VacanSanté Conseils pratiques : > Nous voulons que votre client puisse remplir le questionnaire médical sans

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

http://www.inami.fgov.be/drug/fr/drugs/groups/asthma_bpco_copd/faq.htm

http://www.inami.fgov.be/drug/fr/drugs/groups/asthma_bpco_copd/faq.htm Page 1 sur 6 Vous êtes ici : Accueil > Médicaments et autres > Médicaments > Asthme et BPCO : prescription des médicaments selon les recommandations > FAQ - Asthme et BPCO Questions fréquemment posées

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Séminaire du Pôle Santé

Séminaire du Pôle Santé 1 Séminaire du Pôle Santé Les télésoins à domicile au Québec représentent-ils une solution économiquement viable? Guy Paré, Ph.D., MSRC Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies de

Plus en détail

PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE

PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE PROGRAMME D ACTIONS SUR LES PARCOURS DE SANTE DES PERSONNES ATTEINTES DE MALADIES CHRONIQUES - LA BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) 2012-2016 Projet Régional de Santé du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

CORTISONE EN PNEUMOLOGIE Indication Posologie Prise en charge des complications. Docteur Pierre BOTRUS Service de Pneumologie HOPITAL BEAUREGARD

CORTISONE EN PNEUMOLOGIE Indication Posologie Prise en charge des complications. Docteur Pierre BOTRUS Service de Pneumologie HOPITAL BEAUREGARD CORTISONE EN PNEUMOLOGIE Indication Posologie Prise en charge des complications Docteur Pierre BOTRUS Service de Pneumologie HOPITAL BEAUREGARD Indications en situation aigue : Asthme aigu grave Décompensation

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Mise à jour du formulaire pour les régimes de médicaments du Nouveau-Brunswick

Mise à jour du formulaire pour les régimes de médicaments du Nouveau-Brunswick Bulletin n 902 le 6 mars 2015 Mise à jour du formulaire pour les régimes de médicaments du Nouveau-Brunswick Cette mise à jour du formulaire pour les régimes de médicaments du Nouveau-Brunswick entre en

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

MPOC. Mieux vivre. Maîtriser votre respiration et conserver votre énergie. avec une. Guide d apprentissage pour les patients et leurs familles

MPOC. Mieux vivre. Maîtriser votre respiration et conserver votre énergie. avec une. Guide d apprentissage pour les patients et leurs familles BISP4-024F Breath&Energy.v10 4/30/09 4:47 PM Page 1 Mieux vivre avec une MPOC MC Maladie pulmonaire obstructive chronique Guide d apprentissage pour les patients et leurs familles Maîtriser votre respiration

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS COllection Les rapports du 7 Les facteurs prédictifs à la désaturation nocturne chez les patients ayant une maladie pulmonaire obstructive chronique rapport UNE PRISE DE DÉCISION INFORMÉE PAR DES RÉSULTATS

Plus en détail

Bulletin canadien. Guide de magasinage pour la saison des lève-tôt Cinq critères à considérer pour choisir le bon courtier et le bon produit

Bulletin canadien. Guide de magasinage pour la saison des lève-tôt Cinq critères à considérer pour choisir le bon courtier et le bon produit Bureau d'assurance voyage inc. présente : l été 2012 Bulletin canadien...renseignements concernant l assurance voyage médicale pour snowbirds Guide de magasinage pour la saison des lève-tôt Cinq critères

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Programme d actions en faveur de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) «Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO»

Programme d actions en faveur de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) «Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO» Programme d actions en faveur de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) 2005 2010 «Connaître, prévenir et mieux prendre en charge la BPCO» Ministère de la Santé et des Solidarités 1 Le programme

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications

Prévenir... l asthme. de l enfant et ses complications Prévenir... l asthme de l enfant et ses complications 30 La fréquence de l asthme et des allergies respiratoires augmente a fréquence de l asthme et des allergies respiratoires a doublé L dans les pays

Plus en détail

Demande de règlement d invalidité de longue durée

Demande de règlement d invalidité de longue durée Régime d assurance pour les cadres de gestion de la Fonction publique Demande de règlement d invalidité de longue durée Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. Police collective n

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

GUIDE INFO-ASTHME. www.pq.poumon.ca

GUIDE INFO-ASTHME. www.pq.poumon.ca GUIDE INFO-ASTHME Siège social 855, rue Sainte-Catherine Est, bureau 222, Montréal QC H2L 4N4 Tél.: (514) 287-7400 ou 1 800 295-8111 Téléc.: (514) 287-1978 Courriel: info@pq.poumon.ca Internet: www.pq.poumon.ca

Plus en détail

dmt Étude DÉPISTRA : DÉPIStage La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) par des médecins du TRAvail de Rhône-Alpes

dmt Étude DÉPISTRA : DÉPIStage La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) par des médecins du TRAvail de Rhône-Alpes dmt TF études et enquêtes 193 Étude DÉPISTRA : DÉPIStage de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) par des médecins du TRAvail de Rhône-Alpes La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

DIAGNOSTIC FONCTIONNEL DES MALADIES PULMONAIRES. Dr. SAMAH FARAH (AHU) Sce. Pneumologie HMG

DIAGNOSTIC FONCTIONNEL DES MALADIES PULMONAIRES. Dr. SAMAH FARAH (AHU) Sce. Pneumologie HMG DIAGNOSTIC FONCTIONNEL DES MALADIES PULMONAIRES Dr. SAMAH FARAH (AHU) Sce. Pneumologie HMG INTRODUCTION L utilisation de la terminologie et du diagnostic approprié en pneumologie est extrêmement importante.

Plus en détail

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours

Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Diplôme Inter-Universitaire des Services de Santé et de Secours Médical des Services Départementaux d Incendie et de Secours Santé Publique Santé Travail Module 2 : Aptitude Cours 4 Version 3 du 28 octobre

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org.

Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les fiches repères d INTEGRANS sont réalisées par ARIS Franche-Comté dans le cadre du programme INTEGRANS. Plus d infos sur www.integrans.org. Les maladies invalidantes Repères sur l asthme généralités

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Traitement pharmacologique de la BPCO

Traitement pharmacologique de la BPCO Revue des Maladies Respiratoires (2010) 27, S19-S35 Traitement pharmacologique de la BPCO Les interventions pharmacologiques abordées dans ce chapitre sont : aides au sevrage tabagique ; bronchodilatateurs

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Demande de règlement invalidité Demande de prolongation

Demande de règlement invalidité Demande de prolongation www.inalco.com Demande de règlement invalidité À L INDUSTRIELLE ALLIANCE, CE QUI COMPTE C EST VOUS! Veuillez transmettre le formulaire dûment rempli au bureau de votre région : Québec Ontario et provinces

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Education Thérapeutique

Education Thérapeutique Asthme du nourrisson AKCR 12/10/2009 Education Thérapeutique Efficacité en pédiatrie Efficacité chez l adulte Conduite à tenir dans l asthme du nourrisson Education thérapeutique Gestion optimale de la

Plus en détail

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 (Mise à jour juillet 2015) 426569-15 guidelines.diabetes.ca DÉPISTAGE ET DIAGNOSTIC Chez quelles personnes faut-il faire un dépistage

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

Vous voulez. vous libérer. du tabac? Parlez-en avec un membre de notre équipe dentaire.

Vous voulez. vous libérer. du tabac? Parlez-en avec un membre de notre équipe dentaire. Vous voulez vous libérer du tabac? Parlez-en avec un membre de notre équipe dentaire. Bénéfices de l abandon du tabac pour la santé buccodentaire Les effets néfastes du tabagisme sur la santé buccodentaire

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail