Société canadienne de thoracologie. Recommandations au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Société canadienne de thoracologie. Recommandations au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2008"

Transcription

1 Société canadienne de thoracologie Recommandations au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2008

2 Recommandations de la SCT au sujet de la prise en charge de la MPOC Ce diaporama a été produit par les membres du Comité des lignes directrices pour la MPOC de la SCT et est approuvé par celle-ci. Tous droits réservés. Il est interdit de modifier, de mettre en ligne ou d utiliser en tout ou en partie la présente publication à des fins commerciales, sans l autorisation écrite de la Société canadienne de thoracologie (SCT). Si vous utilisez cette publication dans le cadre d activités éducatives ou de développement professionnel, prière d en citer la SCT en tant qu auteure. Pour plus d information, veuillez consulter notre site Internet : Société canadienne de thoracologie et ses concédants de licence

3 Remerciements : Formateurs qui ont participé à la création du diaporama Comité de création du contenu : Paul Hernandez, MDCM, FRCPC Alan Kaplan, MD, CCMF (EM) Michel Rouleau, MDCM, FRCPC Denis O Donnell, MD, FRCPC Jacques Bouchard, MD Anthony Ciavarella, MD Spécialistes qui ont contribué : Shawn Aaron, MD, FRCPC Jean Bourbeau, MD, FRCPC Meyer Balter, MD, FRCPC Gordon Ford, MD, FRCPC André Gervais, MD, FRCPC Roger Goldstein, MD, FRCPC Rick Hodder, MD, FRCPC Darcy Marciniuk, MD, FRCPC François Maltais, MD Jeremy Road, MD, FRCPC

4 Divulgation des formateurs a participé aux travaux de comités consultatifs médicaux, présenté des activités d EMC ou participé à des études de recherche clinique commanditées par l industrie et financées par les entreprises suivantes :

5 Produit par la Société canadienne de thoracologie avec la participation des organismes suivants : L Association pulmonaire Alliance des MPOC du Canada Société canadienne des infirmières en santé respiratoire Société de physiothérapie cardiorespiratoire du Canada Association canadienne des médecins de famille contre l asthme Société des thérapeutes respiratoires de l Association pulmonaire Collège des médecins de famille du Canada

6 Commanditaires qui ont fourni du financement sans restriction pour la création des documents sur les lignes directrices AstraZeneca Canada Inc. Bayer Canada Inc. Boehringer Ingelheim (Canada) Ltd. Bristol-Myers Squibb GlaxoSmithKline Inc. Nycomed Canada Inc. Pfizer Canada Inc.

7 Messages clés La MPOC est Traitable Évitable Sous-diagnostiquée R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

8 Principaux messages contenus dans la Mise à jour de 2008 Utiliser la spirométrie et le dépistage ciblé pour diagnostiquer et prendre rapidement en charge la MPOC bénigne. Réduire la dyspnée et les restrictions des activités en cas de MPOC stable en optimisant les stratégies de prise en charge pharmacologique et autres Prévenir et prendre en charge les exacerbations aiguës de MPOC. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

9 Message clé Définition de la MPOC : «La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est une maladie respiratoire causée surtout par le tabagisme et caractérisée par une obstruction progressive et partiellement réversible des voies respiratoires, de l hyperinflation pulmonaire, des manifestations systémiques et des exacerbations de fréquence et de sévérité croissantes.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

10 Comorbidités associées à la MPOC Ischémie cardiaque Insuffisance cardiaque globale Arythmies Hypertension pulmonaire Cancer du poumon Ostéoporose et fractures Dysfonctionnement des muscles de l appareil locomoteur Cachexie et malnutrition Glaucome et cataractes Dépression Troubles d anxiété et de panique Troubles du métabolisme R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

11 Tendances des taux de mortalité pour les six principales causes de mortalité aux États-Unis, Taux pour habitants Cardiopathie Accident vasculaire cérébral Maladie pulmonaire obstructive chronique Diabète sucré Année de la mort Année de la mort Tendances des taux de mortalité selon l âge pour les six principales causes de mortalité aux États-Unis, Jemal A, et al. JAMA 2005; 294: Il peut y avoir des restrictions sur le droit d auteur.

12 Nombre de décès causés par la MPOC selon le sexe au Canada, (projections jusqu en 2010) 7,000 6,000 5,000 Poly. Hommes Males Females Femmes Poly. (Males) (hommes Poly. (Females) Poly. (femmes) ) Décès Deaths 4,000 3,000 2,000 1, Centre de prévention des maladies chroniques, Agence de la santé publique du Canada; 2006 fondé sur des données de Statistique Canada Année Year

13 Message clé Le médecin de famille joue un rôle charnière dans la prise en charge de la MPOC : 1. Détection précoce par dépistage ciblé et prévention de la maladie par les conseils sur l abandon du tabac. 2. Optimisation du contrôle des symptômes par le recours approprié à des thérapies pharmacologiques et autres. 3. Prévention et prise en charge des exacerbations aiguës de MPOC. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

14 Cas clinique Jacqueline Une femme de 55 ans se présente à la clinique et demande un antibiotique. Elle a des «rhumes» à répétition depuis un an. Elle signale que le souffle lui manque lorsqu elle monte une pente. Elle fume depuis longtemps. Vous pensez qu elle pourrait avoir la MPOC.

15 Message clé «La MPOC et l asthme sont fondamentalement différents et il faut établir la distinction entre ces deux problèmes chez chaque patient qui présente des symptômes.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

16 La MPOC diffère de l asthme! Paramètre Asthme MPOC Âge à l apparition Habituellement < 40 ans Habituellement > 40 ans Tabagisme Pas une cause, mais aggrave le contrôle Habituellement > 10 paquets-année Production d expectorations Peu fréquente Fréquente Allergies Fréquentes Peu fréquentes Symptômes cliniques Intermittents et variables Persistants et évolutifs Évolution de la maladie Stable (avec exacerbations) Détérioration progressive (avec exacerbations) Importance des comorbidités Souvent importantes Souvent importantes Spirométrie Normalise souvent Peut améliorer mais ne normalise jamais Inflammation des voies aériennes Éosinophilique Neutrophilique Réponse aux corticostéroïdes inhalés Essentiels au contrôle optimal Aide chez les patients qui ont une maladie modérée à grave et de fréquentes EAMPOC Rôle des bronchodilatateurs Utilisés au besoin seulement Thérapie régulière habituellement nécessaire Rôle de l exercice Rarement utilisés de façon structurée Thérapie essentielle Discussions sur la fin de vie Rarement nécesaires Souvent essentielles R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

17 Message clé «Chez la plupart des patients qui ont la MPOC, on pose le diagnostic seulement lorsque la maladie est bien avancée. La spirométrie ciblée pratiquée sur les personnes à risque de MPOC peut permettre de poser un diagnostic plus tôt.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

18 Identification des patients qui peuvent avoir la MPOC Fumeur ou ex-fumeur qui a 40 ans Et répond oui à n importe laquelle des questions ci-dessous : Toussez-vous régulièrement? Crachez-vous régulièrement des sécrétions? Êtes-vous essoufflé lorsque vous accomplissez même des tâches simples? Entendez-vous des sifflements dans vos poumons à l effort ou la nuit? Avez-vous souvent des rhumes qui durent plus longtemps que chez les gens de votre entourage? SPIROMÉTRIE RECOMMANDÉE R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

19 Message clé «Pour diagnostiquer une MPOC, il est essentiel de démontrer objectivement par spirométrie une obstruction de l écoulement gazeux.» Définition de l obstruction de l écoulement gazeux : Un VEMS/CVF de < 0,70* après l administration d un bronchodilatateur indique qu il y a obstruction de l écoulement gazeux et est nécessaire pour diagnostiquer la présence d une MPOC. * Les valeurs normales prédites pour ce ratio varient inversement en fonction de l âge. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

20 Message clé «L échelle de la dyspnée du Conseil de recherches médicales (CRM) est une échelle fonctionnelle qui aide à évaluer l essoufflement et l incapacité et peut aider à évaluer la gravité de la maladie.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

21 Évaluation de l incapacité causée par la MPOC Échelle de la dyspnée du CRM aucune Incapacité sévère Grade 1 Essoufflement à l exercice vigoureux Grade 2 Essoufflement en marchant rapidement sur le plat ou en montant une pente légère Grade 3 Marche plus lentement que les gens du même âge sur le plat ou arrête pour reprendre son souffle en marchant à sa propre vitesse sur le plat Grade 4 Arrête pour reprendre son souffle après avoir marché 100 verges Grade 5 Trop essoufflé pour quitter la maison ou essoufflé en s habillant Stade de la MPOC Bénigne Modérée Sévère R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

22 Prise en charge intégrée de la MPOC Déficit de la fonction pulmonaire Échelle de la dyspnée du CRM Chirurgie Surgery Oxygen Oxygène Corticostéroïdes inhalés/bala Réadaptation pulmonaire Bronchodilatateurs Long de longue durée d action Bronchodilatateurs PRN Rapid de courte durée d action (PRN) Abandon du tabac/exercice/autogestion/éducation tabac/exercise/self Mild Léger II Very Très sévère Severe V Diagnostic précoce (pyrométrie) R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A. Prévention/Rx EAMPOC Suivi Soins de fin de vie

23 Prise en charge de la MPOC légère symptomatique Éducation du patient, y compris programme d abandon du tabac Prévention des exacerbations, vaccinations Début d une thérapie aux bronchodilatateurs Encouragement de l exercice physique régulier Suivi rapproché et surveillance de la maladie R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

24 Message clé «L abandon du tabac constitue l intervention la plus efficace pour réduire le risque d apparition de la MPOC et la seule qui en ralentit l évolution.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

25 Abandon du tabac Effets du tabagisme et de l abandon du tabac sur le VEMS VEMS (% de la valeur à 25 ans) 100% 75% 50% A fumé régulièrement et est sensible aux effets du tabagisme N a jamais fumé ou n est pas sensible à la fumée A cessé de fumer à 45 ans 25% 0% Âge (ans) A cessé de fumer à 65 ans Fletcher C, Peto R. BMJ 1977.

26 Abandon du tabac le rôle du médecin Les 5 interventions Demander Conseiller Évaluer Aider Arranger Fiore MC, et. al. Treating Tobacco Use and Dependence. Quick Reference Guide for Clinicians. Rockville, MD : Département de la Santé et des Services humains des États-Unis. Public Health Service. Octobre

27 Message clé «L éducation du patient et de sa famille conjuguée à la surveillance et au soutien fondés sur des principes d autogestion particuliers à la maladie jouent un rôle précieux.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

28 Effets de l éducation en autogestion de la MPOC Admissions Admissions pour d autres for other raisons reasons - 57% Non-scheduled Consultations visits non prévues - 59% Admissions Admissions pour exacerbations for exacerbations - 40% Urgences à Emergencies for cause d autres other diseases maladies - 23% Admissions au Admissions cours de l année the year précédant before the l étude study + 4% Urgence à Emergency cause for d exacerbations exacerbations - 41% Nombre d admissions à l hôpital Number of hospital admissions Nombre de visites à l urgence Number of ER visits Groupe d éducation sur l autogestion Groupe sur les soins habituels Bourbeau J, et al. Arch Int Med 2003;163:

29 Message clé «Les vaccins évitent les exacerbations aiguës de MPOC.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

30 Vaccinations On recommande le vaccin annuel contre la grippe à tous les patients atteints de MPOC qui n ont pas de contreindication. L infection causée par la grippe entraîne souvent une hospitalisation. Le vaccin annuel contre la grippe réduit la morbidité et la mortalité attribuables à la grippe chez les patients atteints de MPOC. Les patients atteints de MPOC à risque élevé doivent recevoir le vaccin antipneumococcique au moins une fois et il faut le répéter aux cinq à dix ans par la suite. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

31 Message clé «Les bronchodilatateurs sont le pilier de la pharmacothérapie contre la MPOC. Ils réduisent la rétention d air et la dyspnée et améliorent la qualité de vie, même s il n y pas d amélioration des résultats de spirométrie.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

32 Pharmacothérapie optimale dans les cas de MPOC Incapacité et déficit de la fonction pulmonaire croissants Bénigne Modérée Sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année) EAMPOC fréquentes (> 1/année) BDCA prn ACLA + BACA prn ou dyspnée persistante BALA + BDCA prn ACLA ou BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BSI/BALA + BACA prn ACLA + CSI/BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + CSI/BALA + BACA prn +/- théophylline R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

33 Pharmacothérapie optimale pour traiter la MPOC bénigne en 2008 Salbutamol 200 mcg QID prn ou Bromure d ipratropium 40 mcg QID prn dyspnée persistante Bromure de tiotropium 18 mcg une fois par jour + salbutamol prn ou Salmétérol 50 mcg ou formotérol 12 mcg deux fois par jour + salbutamol prn R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

34 Cas clinique Jean Vous recevez à la clinique un homme de 67 ans qui a une MPCO documentée. Son VEMS atteint 55 % de la valeur prédite. Il prend notamment du bromure d ipratropium et du salbutamol par inhalateur quatre fois par jour. En dépit de ce traitement, il est toujours essoufflé lorsqu il marche lentement sur une distance de 50 à 75 m sur le plat. C est pourquoi il a cessé de jouer au golf et de jouer avec ses petits enfants.

35 Évolution clinique de la MPOC MPOC Limitation de l écoulement gazeux Exacerbations Rétention d air Hyperinflation Essoufflement Déconditionnement QVLS Inactivité Capacité d exercice réduite

36 Message clé «La MPOC est traitable à n importe quel stade. Une stratégie de prise en charge conjuguant la pharmacothérapie et des interventions non pharmacothérapeutiques peut améliorer efficacement les symptômes, hausser les niveaux d activité et de qualité de vie, à tous les stades de gravité de la maladie.» R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

37 Pharmacothérapie optimale dans les cas de MPOC Incapacité et déficit de la fonction pulmonaire croissants Bénigne Modérée Sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année) EAMPOC fréquentes (> 1/année) BDCA prn ACLA + BACA prn ou dyspnée persistante BALA + BDCA prn ACLA ou BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BSI/BALA + BACA prn ACLA + CSI/BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + CSI/BALA + BACA prn +/- théophylline R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

38 Pharmacothérapie optimale pour une MPOC variant de modérée à sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année nécessitant l administration de stéroïdes ou d antibiotiques systémiques) Bromure de tiotropium 18 mcg OD + salbutamol prn ou Salmétérol 50 mcg BID ou formotérol 12 mcg BID + salbutamol prn dyspnée persistante Tiotropium + salmétérol ou formotérol + salbutamol prn dyspnée persistante Tiotropium + Advair 250/50 mcg BID ou Symbicort 200/12 mcg BID + salbutamol prn R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

39 Réduction pharmacologique du volume pulmonaire CPT CRF CI 50 0 Normal Avant MPOC Après MPOC

40 Beta-2-agoniste de longue durée d action : Fonction pulmonaire Changement du VEMS par rapport au iveau de référence (L) Tous les patients jour Temps (heures) salmétérol Ipratropium Placebo Mahler DA, et al. Chest 1999;115:

41 TORCH : VEMS après-broncholidatateur CSI/BALA Changement moyen rajusté du VEMS 1 (ml) *p < 0,001 c. placebo; p < 0,001 c. SALM et PF * * * ~90 ml 150 Placebo SALM PF SALM/PF Temps (semaines) Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

42 Anticholinergique de longue durée d action c. de courte durée d action : dyspnée Score (+SE) 1,5 1,0 0,5 0,0 * * * * Tiotropium (n=320) Ipratropium (n=152) * * -0,5-1, Jour du test * p<0,05 Vincken et al. Eur Respir J 2002;19:

43 Anticholinergique de longue durée d action c. de courte durée d action : État de santé (domaine des effets) 36 Ipratropium (n=159) 35 Référence Score moyen Tiotropium (n=327) T- I 4.28 Amélioration 30 * ** * ** Jour du test * p<0,05 ** p<0,01 Vincken et al. Eur Respir J 2002;19:

44 TORCH : CSI/BALA Meilleure qualité de vie Changement moyen rajusté QRSG Résultat total (unités) QRSG = Questionnaire respiratoire de St George SALM = salmétérol PF = propionate de fluticasone SALM/PF = salmétérol/propionate de fluticasone * Placebo SALM PF SALM/PF Temps (semaines) * p=0,057 c. placebo p<0,001 c. placebo p<0,001 c. placebo, SALM et PF Les barres verticales représentent des erreurs types Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

45 Étude OPTIMALE : changements de l état de santé à un an Déclin de l état de santé Amélioration de l état de santé Changement moyen du résultat total du QRSG par rapport au niveau de référence Tio +Flut/Sal 50/500 mcg bid -8.6 a Tio +Sal 50 mcg bid -6.3 b Tio + Placebo -4.5 a p=0,01 c. placebo b p=0,02 c. placebo Aaron S, et al. AIM 2007; 146:

46 Corticostéroïdes oraux Il ne faut pas utiliser un traitement de longue durée aux corticostéroïdes oraux contre la MPOC parce qu il n en découle aucun bienfait chez la plupart des patients et à cause du risque élevé d effets systémiques indésirables. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

47 Message clé «Il faut encourager tous les patients atteints de MPOC à demeurer actifs.» L exercice est un médicament! (exemple d ordonnance) Fréquence : Intensité : Temps : Type d exercice : 3 à 5 séances par semaine essoufflement modéré 30 à 45 minutes par séance marche, bicyclette, natation, etc. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

48 Slide 27 Éléments constituants d un programme de réadaptation pulmonaire Programme complet : Exercice Soutien psychosocial (isolement social, dépression) Conseil en nutrition Ergothérapie et stratégies de conservation d énergie Un programme d éducation du patient qui inclut les éléments suivants : Conseils sur l abandon du tabac Information de base sur la physiopathologie Information sur les médicaments et techniques d utilisation des inhalateurs Stratégies de contrôle de la dyspnée Plan d action contre les exacerbations aiguës Prise de décision en fin de vie R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

49 Bienfaits de la réadaptation pulmonaire Réduction de la dyspnée Endurance accrue à l exercice Amélioration de la qualité de vie Réduction de l inconfort aux jambes Diminution de la fatigue Réduction de l utilisation des ressources à cause d EAMPOC Tendance à la réduction de la mortalité comparativement aux soins ordinaires R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

50 Cas clinique Anna Femme de 71 ans qui a une MPOC documentée. Au niveau de référence, elle se plaint de dyspnée lorsqu elle se peigne ou s habille. Son VEMS atteint 35 % de la valeur prédite. Elle prend notamment du bromure de tiotropium une fois par jour et du salbutamol au besoin. Elle se présente à l urgence en se plaignant d avoir une dyspnée accrue, de tousser et de produire des expectorations purulentes depuis trois jours Elle a connu deux épisodes semblables au cours des trois dernières années.

51 Conséquences des EAMPOC Réduction de la qualité de vie reliée à la santé Mortalité accrue EAMPOC Déclin accéléré de la fonction pulmonaire Utilisation accrue des ressources de santé et augmentation des coûts R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

52 EAMPOC : Stratégies de prévention Abandon du tabac Vaccinations Éducation en autogestion avec le chargé de dossier et plan d action écrit Thérapie régulière aux bronchodilatateurs de longue durée d action Thérapie régulière aux CSI/BALA inhalés dans le cas de MPOC modérée à sévère et > 1 épisode par année d EAMPOC qui nécessite une thérapie Traitement approprié des épisodes d EAMPOC R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

53 Anticholinergique de longue durée d action : exacerbations Exacerbation par année-patient 19% Réduction Réduction de 19 % du nombre moyen des EAMPOC par annéepatient p<0,05 Réduction de 28 % du nombre des hospitalisations pour EAMPOC par annéepatient p< 0,05 Niewoehner DE, et al. Ann Intern Med 2005; 143(5):

54 Étude TORCH : La combinaison CSI/BALA a réduit le taux d exacerbations en trois ans Nombre moyen d exacerbations/année * 0.93* 0.85* Placebo SALM PF SALM/PF Traitement SALM/PF Réduction de 25 % des exacerbations c. placebo p<0,001 c. placebo p=0,002 c. SALM p=0,024 c. PF Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

55 Étude OPTIMALE : Hospitalisations pour EAMPOC Hospitalisations pour EAMPOC Ratio de taux c. placebo Tio + Placebo Tio + Salmétérol ,83 (0,54-1,27) Tio + Flut./Salm. 26 0,53 (0,33-0,86) valeur p 0,38 0,01 Aaron S, et al. AIM 2007; 146:

56 Pharmacothérapie optimale dans les cas de MPOC Incapacité et déficit de la fonction pulmonaire croissants Bénigne Modérée Sévère EAMPOC peu fréquentes (< 1/année) EAMPOC fréquentes (> 1/année) BDCA prn ACLA + BACA prn ou dyspnée persistante BALA + BDCA prn ACLA ou BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + BSI/BALA + BACA prn ACLA + CSI/BALA + BACA prn dyspnée persistante ACLA + CSI/BALA + BACA prn +/- théophylline R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

57 Pharmacothérapie optimale contre la MPOC modérée à sévère EAMPOC fréquentes (> 1/année nécessitant des stéroïdes ou antibiotiques systémiques) Bromure de tiotropium 18 mcg OD + Advair 500/50 mcg BID ou Symbicort 400/12 mcg BID + Salbutamol 200 mcg QID prn dyspnée persistante Envisager d ajouter de la théophylline par voie orale R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

58 EAMPOC : Définition Aggravation soutenue de la dyspnée, de la toux ou des expectorations, qui oblige à prendre davantage de médicaments d entretien ou à en prendre d autres en plus. Aussi classée comme : Purulente ou non purulente R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

59 EAMPOC : Bronchodilatateurs Augmenter la dose de bronchodilatateurs inhalés de courte durée d action afin de contrôler les symptômes. Combiner les catégories de bronchodilatateurs de courte durée d action recommandés dans les situations aiguës. doseur préféré dans la plupart des situations Aucun rôle pour la mise en œuvre de la thérapie à la méthylxanthine dans les situations aiguës; il est raisonnable de continuer dans le cas de ceux qui prennent déjà ces médicaments. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

60 EAMPOC : Corticostéroïdes De bonnes données appuient le rôle des stéroïdes par voie orale ou parentérale Dose et durée personnalisées : Dose : habituellement mg de prednisone tous les jours (ou l équivalent) Durée : habituellement 7 à 14 jours Rôle des CSI non défini Hyperglycémie associée à des résultats moins bons chez les patients hospitalisés avec une EAMPOC R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

61 EAMPOC : Bienfaits des stéroïdes oraux Pourcentage p=0,05 NNT=6 Réduction du risque absolu 9 % 10 % (-4-21 %) (-2-22 %) p=0,07 Prednisone Placebo jours rechûte Hospitalisation MPOC VEMS toutes causes confondues VEMS jour 1-10 Aaron SD, et al. NEJM 2003; 348:

62 EAMPOC : Antibiotiques Les antibiotiques sont bénéfiques dans les cas plus sévères d EAMPOC Les patients qui ont des exacerbations sévères en bénéficient le plus (Anthonisen 1 augmentation de la dyspnée, du volume et de la purulence des expectorations) Les systèmes de stratification du risque sont souhaitables mais ne sont pas encore validés Changer de catégorie d antibiotique par rotation si l on répète le traitement d une EAMPOC dans les trois mois afin de réduire au minimum le risque d apparition d une résistance aux antibiotiques R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

63 EAMPOC : Amélioration avec les antibiotiques : Méta-analyse d essais contrôlés par placebo Elmes et al, 1957 Berry et al, 1960 Fear and Edwards, 1962 Elmes et al, 1965 Petersen et al, 1967 Pines et al, 1972 Nicotra et al, 1982 Anthonisen et al, 1987 Jorgensen et al, 1992 Ensemble Saint et. al. JAMA. 1995; 273: Ampleur Effect de l effet size (SD) (ET)

64 EAMPOC : Couleur des expectorations et présence de bactéries % des échantillons * * * Purulentes Mucoïdes * = p<0, patients 89 expect PMN Color. de Gram Culture +ve >10 7 ufc/ml Stockley RA et al. Chest 2001; 117:

65 Traitement aux antibiotiques des EAMPOC purulentes Caractéristiques du groupe MPOC simple sans facteurs de risque : VEMS > 50 % de la valeur prédite moins de 65 ans < 4 exacerbations/année aucune comorbidité Traitement aux antibiotiques* (liste alphabétique sans préférence) Amoxicilline Céphalosporines (2e et 3e générations) Doxycycline Macrolides (spectre élargi) Triméthoprime/sulfaméthazole * Changer de catégorie d antibiotique par rotation si l on répète le traitement d une EAMPOC dans les trois mois. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

66 Traitement aux antibiotiques des EAMPOC purulentes Caractéristiques du groupe MPOC avec complications et facteurs de risque : VEMS <50 % de la valeur prédite 4 exacerbations/année ischémie cardiaque comorbide utilisation chronique de stéroïdes oraux utilisation d oxygène à domicile Traitement aux antibiotiques* Fluoroquinolone (1ère intention) Amoxicilline/clavulanate (2e intention) * Changer de catégorie d antibiotique par rotation si l on répète le traitement d une EAMPOC dans les trois mois. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

67 Message clé «La MPOC est une maladie invalidante évolutive qui peut aboutir à l insuffisance respiratoire et à la mort. Les médecins sont tenus d appuyer les patients atteints de MPOC et leurs soignants à la fin de la vie.»

68 Soins de fin de vie dans les cas de MPOC Profil des patients atteints de MPOC qui risquent davantage de mourir : Obstruction très sévère de l écoulement gazeux (p. ex., VEMS < 30 % de la valeur prédite) et hyperinflation (p. ex., CI/CPT < 25 %) Mauvais état fonctionnel (p. ex., CRM 4-5) Mauvais état nutritionnel (p. ex., IMC < 19 kg/m 2 ) Personnes plus âgées EAMPOC à répétition (en particulier parce qu elles exigent l hospitalisation et la ventilation mécanique) Hypertension pulmonaire R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

69 Causes générales de décès chez les patients atteints de MPOC* Autre 10% Inconnue 7% Respiratoire 35% Cancer 21% Cardiaque 27% *déterminé par le Comité sur le point final clinique de l étude TORCH Calverley et al. NEJM 2007; 356:

70 Réduction de la mortalité dans les cas de MPOC 1. Abandon du tabac 2. Oxygénothérapie de longue durée chez les patients appropriés 3. Chirurgie de l emphysème (prédominance du lobe supérieur et faible capacité d exercice) 4. Ventilation non effractive dans les cas d EAMPOC associés à une insuffisance respiratoire aiguë R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

71 Oxygénothérapie de longue durée : Survie L oxygène à domicile ( 15 h/jour pour atteindre une SaO 2 90 %) améliore la survie chez les patients dont la MPOC est stable et qui ont une hypoxémie sévère (PaO 2 55 mmhg) ou lorsque la PaO 2 60 mmhg en présence d œdème des chevilles, d un cœur pulmonaire ou d un hématocrite de 56 %. R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

72 Oxygénothérapie de longue durée : Survie 100 Pourcentage de survie 50 (%) CRM (15 h) CRM (témoin) Temps (an.) NOTT AIM MRC Lancet 1981.

73 TORCH : Mortalité toutes causes confondues Probabilité de décès (%) SALM = salmétérolf PF = propionate de fluticasone SALM/PF = salmétérol/propionate de fluticasone Temps écoulé avant la mort (semaines) SALM/PF Réduction de 17,5 % de la mortalité c. placebo (p=0,052) Placebo SALM PF SALM/PF Les barres verticales représentent des erreurs types Calverley PMA, et al. N Engl J Med 2007; 356:

74 Message clé Savoir quand référer un patient à un spécialiste : Diagnostic incertain Symptômes sévères disproportionnés par rapport au degré d obstruction de l écoulement gazeux Déclin rapide de la fonction pulmonaire Patient < 40 ans Traitement combiné qui ne réussit pas à contrôler les symptômes Maladie sévère qui nécessite des thérapies spécialisées R Can Pneu 2008;15(Suppl A):1A-8A.

75 Qu est-ce que les patients qui ont une MPOC doivent attendre du traitement? Respirer plus facilement Être plus actifs Passer moins de temps à l hôpital Avoir moins d infections pulmonaires Se sentir mieux Jouir davantage de la vie

76 Où puis-je me renseigner davantage au sujet de la MPOC? Société canadienne de thoracologie , croissant Courtwood, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2C 2B

77 Diapositives supplémentaires

78 Élaboration des lignes directrices

79 Lignes directrices canadiennes sur la MPOC Processus d élaboration Sélection du Groupe d étude de la SCT (05/2001) Sélection des chefs d équipe + 11 sujets principaux (version 1) 1 ère conférence du groupe revue des sujets (04/2002) Recommandations du Comité rétroaction (version 2) 2 e conférence du groupe (06/2002) Recommandations du Comité rétroaction (version 3) Étude préliminaire des recommandations de la SCT (11/2002) Rétroaction des sociétés affiliées / organisations, sociétés pharmaceutiques commanditaires et experts de l extérieur Présentation des documents finals (sommaire, points saillants ) RCR (06/2003) Diffusion et application, mises à jour périodiques ( )

80 Encore des lignes directrices! Pourquoi se donner la peine? Besoin de faire mieux connaître la MPOC au Canada Besoin de lignes directrices «locales» qui portent sur les lacunes et les obstacles locaux des soins En 2001, les limitations perçues des lignes directrices GOLD : définition de la MPOC, critères de la spirométrie, stratification de la gravité, section désuète sur la pharmacothérapie, manque de stratégie intégrante pratique face à la maladie au stade avancé. Occasion de mettre à jour régulièrement les lignes directrices canadiennes afin de suivre les progrès (2003, 2007).

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire Mon Plan d action MPOC _ Exemplaire du patient (Nom du patient) Date Lignes directrices MPOC Traitable. Évitable. Ce plan explique comment prendre soin de moi si j ai une exacerbation de ma MPOC. Ventilation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS AU SUJET DES SOINS PRIMAIRES DE LA MPOC MISE À JOUR DE 2008

RECOMMANDATIONS AU SUJET DES SOINS PRIMAIRES DE LA MPOC MISE À JOUR DE 2008 RECOMMANDATIONS AU SUJET DES SOINS PRIMAIRES DE LA MPOC MISE À JOUR DE 2008 Recommandations de la Société canadienne de thoracologie au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

Tom Smiley, B.Sc. Phm., Pharm. D.

Tom Smiley, B.Sc. Phm., Pharm. D. FC OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Une leçon Gratuite de formation continue Au terme de ce module de formation continue, les pharmaciens pourront : décrire les causes et les facteurs de risque associés à la

Plus en détail

LES MULTIPLES VISAGES DE LA MPOC PAR DENIS CHAURET MD FRCPC FACP INTERNISTE, HÔPITAL MONTFORT PROFESSEUR AGRÉGÉ DE MÉDECINE UNIVERSITÉ D OTTAWA

LES MULTIPLES VISAGES DE LA MPOC PAR DENIS CHAURET MD FRCPC FACP INTERNISTE, HÔPITAL MONTFORT PROFESSEUR AGRÉGÉ DE MÉDECINE UNIVERSITÉ D OTTAWA LES MULTIPLES VISAGES DE LA MPOC PAR DENIS CHAURET MD FRCPC FACP INTERNISTE, HÔPITAL MONTFORT PROFESSEUR AGRÉGÉ DE MÉDECINE UNIVERSITÉ D OTTAWA Selon vous, quel est le coût annuel de la MPOC au Canada?

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SUR LA MPOC MISE À JOUR DE 2007

RECOMMANDATIONS SUR LA MPOC MISE À JOUR DE 2007 RECOMMANDATIONS SUR LA MPOC MISE À JOUR DE 2007 Recommandations de la Société canadienne de thoracologie au sujet de la prise en charge de la maladie pulmonaire obstructive chronique Mise à jour de 2007

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

Asthme: prise en charge au bureau S Z E M A N T S E, M D C M M P H F R C P C P N E U M O L O G U E P É D I A T R I Q U E

Asthme: prise en charge au bureau S Z E M A N T S E, M D C M M P H F R C P C P N E U M O L O G U E P É D I A T R I Q U E Asthme: prise en charge au bureau S Z E M A N T S E, M D C M M P H F R C P C P N E U M O L O G U E P É D I A T R I Q U E CHU S A I N T E - J U S T I N E S Z E. M A N. T S E @ U M O N T R E A L. C A Conflit

Plus en détail

Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro. Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR

Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro. Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR Trajectoire de la clientèle MPOC Trois-Rivières métro Dr François Corbeil Pneumologue CSSSTR-CHAUR-CHR

Plus en détail

Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO?

Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO? Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO? Mise à jour mai 2009 Trois bronchodilatateurs inhalés de longue durée d'action (LA) sont disponibles en France dans

Plus en détail

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Dr SELMANI La Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) constitue un problème de santé publique majeur par le nombre de personnes touchées, le handicap

Plus en détail

MPOC. Qu est-ce que la MPOC? Quelle est la prévalence de la MPOC au Canada? Qui est à risque de MPOC?

MPOC. Qu est-ce que la MPOC? Quelle est la prévalence de la MPOC au Canada? Qui est à risque de MPOC? Qu est-ce que la MPOC? La MPOC, ou maladie pulmonaire obstructive chronique, est une maladie chronique des poumons qui est caractérisée par la difficulté à faire entrer et sortir l air des poumons. Le

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 26 avril 2006 (JO du 10 mai 2006). SPIRIVA 18 microgrammes, poudre pour

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)

ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ADVAIR MC ET SYMBICORT MC Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) FÉVRIER 2015 Marque de commerce : Advair 125 et Advair 250 Dénomination commune : Salmétérol (xinafoate de)/fluticasone (propionate

Plus en détail

MPOC. Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

MPOC. Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal MPOC Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Divulgation de renseignements Consultations Conseil du médicament,glaxo, Subventions à la recherche et contrats Glaxo,Astra,Novartis,Covance,Merk, Conférences Takeda,Novartis

Plus en détail

La dyspnée : On soupçonne de l asthme lorsqu un patient se. est-ce de l asthme? Comment poser le diagnostic et procéder à l évaluation?

La dyspnée : On soupçonne de l asthme lorsqu un patient se. est-ce de l asthme? Comment poser le diagnostic et procéder à l évaluation? : est-ce de l asthme? Par Paolo Renzi, MD, FRCPC Présenté par l Université de Montréal dans le cadre des 12 e Journées annuelles du Département de médecine, le 14 novembre 2003 Le cas de Madeleine Madeleine,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 2 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 2 novembre 2005 SPIRIVA 18 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 3 plaquettes thermoformées de 10 gélules avec inhalateur (CIP: 368

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

Divulgation de conflits d intérêts potentiels

Divulgation de conflits d intérêts potentiels Fanny Arbour, Pharmacienne 9 iem Symposium en thérapie respiratoire 15 Novembre 2014 Divulgation de conflits d intérêts potentiels AstraZeneca O Conférencière GlaxoSmithKline O Consultante et conférencière

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) Rapport d évaluation national

Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) Rapport d évaluation national Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) Rapport d évaluation national 1 Remerciements Le document Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) : Rapport d évaluation national a été chapeauté

Plus en détail

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description Spirométrie De quoi s agitil? La spirométrie est un examen indolore, très reproductible et fort simple qui reste le principal test de fonction respiratoire. C est un outil essentiel du suivi de la mucoviscidose

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM BROMURE D UMÉCLIDINIUM ET TRIFÉNATATE DE VILANTÉROL (Anoro Ellipta GlaxoSmithKline inc.) Indication : la maladie pulmonaire obstructive chronique Recommandation : Le Comité

Plus en détail

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT 3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT DIFFÉRENTES CLASSES THÉRAPEUTIQUES ET LEURS RÔLES RESPECTIFS Component 4 : Asthma Management and Prevention Program DÉFINITION

Plus en détail

SYSTÈME RESPIRATOIRE PHYSIOLOGIE ET PATHOLOGIE. Richard Gauthier Service de pneumologie HMR SRSAD

SYSTÈME RESPIRATOIRE PHYSIOLOGIE ET PATHOLOGIE. Richard Gauthier Service de pneumologie HMR SRSAD SYSTÈME RESPIRATOIRE PHYSIOLOGIE ET PATHOLOGIE Richard Gauthier Service de pneumologie HMR SRSAD OBJECTIFS n Revoir l anatomie pulmonaire n Discuter de la physiologie pulmonaire et de son investigation

Plus en détail

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé Séminaire BPCO Les médicaments du traitement de fond Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien,

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Objectifs A la fin de l atelier les étudiants infirmiers pourront: se rendre compte des différents impacts que l adhésion à l oxygène entraine

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Cas clinique Conduite à tenir

Cas clinique Conduite à tenir Cas clinique Conduite à tenir Femme, 49 ans Tabac depuis l age de 14 ans, 15/J roulée actuellement, 35 PA 2 tentatives d arrêt < 6 mois (2000, 2005) Professeur des écoles Divorcée (2008), 2 enfants, vit

Plus en détail

Critères cliniques d évaluation d un traitement pharmacologique de la BPCO

Critères cliniques d évaluation d un traitement pharmacologique de la BPCO Critères cliniques d évaluation d un traitement pharmacologique de la BPCO Inflammation, Stress oxydant, protéases Destruction / réparation Remodelage Obstruction bronchique Distension Echanges gazeux

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention www.ffaair.org www.chepe.fr 148, bld Yves Farge - 69190 Saint-Fons Tél.: (33) 4 78 70 92 86 - Fax: (33) 4 78 70 92 35 e-mail : chepe@chepe.fr 2013 - CHEPE / Carole production

Plus en détail

L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola

L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola L asthme chez l enfant Quelle prise en charge scolaire? Professeur Georges Casimir Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola DEFINITION Asthme chez l enfant (10 %) Rôle de l allergie (25%) dans l

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR

TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE LA BPCO: MISE A JOUR Un article de synthèse paru dans les Folia de septembre 2000 sur le traitement médicamenteux de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) attirait

Plus en détail

QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau. Objectifs

QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau. Objectifs QUOI DE NEUF DANS LE TRAITEMENT DE L'ASTHME? Simon Hotte MD FRCP(c) CSSS de Gatineau Objectifs 1. Discuter des nouvelles options thérapeutiques dans la gestion de l'asthme 2. Discuter des grandes lignes

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

AGE PULMONAIRE BPCO TABAC. Dr Robert Christian Tabacologue C.H.Carpentras

AGE PULMONAIRE BPCO TABAC. Dr Robert Christian Tabacologue C.H.Carpentras AGE PULMONAIRE BPCO et TABAC Dr Robert Christian Tabacologue C.H.Carpentras Parmi les nombreuses maladies liées au tabagisme penchons nous BOUCHE & PHARYNX CERVEAU sur Cancers COEUR coronaropathie OESOPHAGE

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

Dr Tihomir Iatchev tabacologue Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, GH Pitié Salpêtrière, Paris

Dr Tihomir Iatchev tabacologue Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, GH Pitié Salpêtrière, Paris Arrêt du tabac: traitement de première intention de la BPCO et de l asthme. Dr Tihomir Iatchev tabacologue Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, GH Pitié Salpêtrière, Paris Potentiels conflits d intérêt

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant

L enfant avant tout. L asthme chez l enfant 14 L enfant avant tout L asthme chez l enfant Au Canada, la prévalence de l asthme chez l enfant a quadruplé au cours de la dernière décennie, et l asthme est devenu l une des principales causes d hospitalisation

Plus en détail

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Journée d échanges ETP BPCO 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Matinée Quelle place donner au sevrage tabagique sur l évolution de la BPCO et sur la prise en charge du patient? Impact du sevrage

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année...

BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... BPCO * La maladie respiratoire qui tue à petit feu. *Bronchopneumopathie chronique obstructive. En France, 3,5 millions de personnes touchées dont 2/3 l ignorent. 17 000 morts chaque année... Fondation

Plus en détail

Revue canadienne de pneumologie 2012;19(2): 127-64.

Revue canadienne de pneumologie 2012;19(2): 127-64. Mise à jour 2012 des Lignes directrices de la Société canadienne de thoracologie : Diagnostic et prise en charge de l asthme chez les enfants d âge préscolaire, les enfants et les adultes 2010 Société

Plus en détail

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie SPIRO L application mobile d aide à la spirométrie Audrey Desjardins et Catherine Sweeney, étudiantes au MD-MSc, Université Laval Dr. Mathieu Simon MD, FRCP(C), FCCM Symposium Cœur-Poumons 2015 2 Le fardeau

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LES POUMONS www.european-lung-foundation.org

INFORMATIONS SUR LES POUMONS www.european-lung-foundation.org L objectif de cette fiche d informations est de montrer aux personnes atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), ainsi qu à leur famille et amis, qu il est possible de mener une vie

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Actualités dans la prise en charge de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Rappels épidémiologiques 5 10% de la population adulte 3,5 milliards d euros/an

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

outil DANS LE TRAITEMENT DE

outil DANS LE TRAITEMENT DE Cet outil a été adapté principalement du Consensus canadien sur l asthme (Lougheed MD, Lemière C, Ducharme FM, et al. 2012) et prend en compte les délibérations des membres experts du Comité sur l asthme

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

Bronchopneumopathie chronique obstructive

Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre BO GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Les soins de santé primaires au N.-B. selon les expériences des citoyens : vue d ensemble. Le 20 octobre 2011

Les soins de santé primaires au N.-B. selon les expériences des citoyens : vue d ensemble. Le 20 octobre 2011 Les soins de santé primaires au N.-B. selon les expériences des citoyens : vue d ensemble Le 20 octobre 2011 Objectifs Contexte pour le système de santé du Nouveau- Brunswick Révision brève des intrants

Plus en détail

Guide de référence pour l éducation au patient en individuel Intégrer l activité physique et/ou un programme d exercices dans votre vie

Guide de référence pour l éducation au patient en individuel Intégrer l activité physique et/ou un programme d exercices dans votre vie Guide de référence pour l éducation au patient en individuel Intégrer l activité physique et/ou un programme d exercices dans votre vie Thèmes : 1. Promotion de l activité physique Niveau d activité physique,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 9 avril 2000 (JO du 9 avril 2000) BUVENTOL EASYHALER 100

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient La BPCO L éducation thérapeutique du patient Expérience du service des Maladies Respiratoires CHU de Nancy Brabois Mmes Annick Louis et Evelyne Arias 1 Mise en place et organisation de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Date d entrée en vigueur : 24 août 2007. L ensemble des secteurs d activité du CSSS Jeanne-Mance

Date d entrée en vigueur : 24 août 2007. L ensemble des secteurs d activité du CSSS Jeanne-Mance Titre Initier l administration de salbumatol (Ventolin MC) par aérosolthérapie O.C.M-5 Référence à un protocole : Oui Non Date d entrée en vigueur : 24 août 2007 Date de révision : 2 mai 2013 Secteurs

Plus en détail

Des bronches à l appropriation

Des bronches à l appropriation Histoire de la réhabilitation r respiratoire : Des bronches à l appropriation En hommage au Professeur Christian Préfaut Pr. Grégory Ninot Directeur, laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance

Plus en détail

Asthme de l adulte. modalités de suivi

Asthme de l adulte. modalités de suivi Asthme de l adulte modalités de suivi F. GORMAND, PH CHU -LYON Prévalence de l asthme 7 à 10 % de la population adulte 3 à 6 % de la population âgée de plus de 60 ans. Elle est en augmentation dans le

Plus en détail

Les décès dus au tabac en Suisse

Les décès dus au tabac en Suisse Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 23.03.2009, 9:15 14 Santé Neuchâtel, mars 2009 Les décès dus au tabac en Suisse Estimation pour les années

Plus en détail

DEA, 3 lettres encore trop méconnues

DEA, 3 lettres encore trop méconnues DEA, 3 lettres encore trop méconnues Trois lettres de l alphabet peu connues des professionnels de la santé. Trois lettres qui peuvent sauver la vie. D.E.A: Défibrillateur externe automatisé. Malheureusement

Plus en détail

Fiore MC. US Public Health Service Clinical Practice Guideline: Treating Tobacco Use and Dependence Respiratory Care. 2000; 45(10): 1200-1262.

Fiore MC. US Public Health Service Clinical Practice Guideline: Treating Tobacco Use and Dependence Respiratory Care. 2000; 45(10): 1200-1262. L ABANDON DU TABAC Inspiré des références suivantes : Clinical Tobacco Intervention. Smoking Progress Notes, www.omacti.org 18 ; Fiore MC. US Public Health Service Clinical Practice Guideline: Treating

Plus en détail

abandon du TABAC Le counseling en Qu en pensent les hygiénistes dentaires du Québec? Dossier

abandon du TABAC Le counseling en Qu en pensent les hygiénistes dentaires du Québec? Dossier Dossier L OSTÉOPOROSE Le counseling en abandon du TABAC Qu en pensent les hygiénistes dentaires du Québec? Chers membres, Il est évident que de nos jours, nous vivons une mondialisation de la lutte antitabac.

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs JL. HERMIL / C. MARGUET G.R.A.P.P. 2004 Quoi de neuf en médecine générale 2005 (DUMG/CHNGE) 1ère étape :

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Ronald Bourgeois, M.D. M.Sc., FRCPC Directeur médical, Clinique d insuffisance cardiaque

Plus en détail

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie Tout sur la toux! Mise àj our Louis-Philippe Boulet, MD, FRCPC, FCCP La classification de la toux La toux est une des principales causes de morbidité et un des plus fréquents motifs de consultation médicale.

Plus en détail

Univers des soins infirmiers en images

Univers des soins infirmiers en images Univers des soins infirmiers en images Caroline Roy, inf., M. Sc. inf. Directrice-conseil, Direction, Affaires externes Congrès OIIQ Atelier A8 9 novembre 2015 Conflits d intérêts AUCUN 2 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

Asthme et BPCO. Recommandations et listes des médicaments

Asthme et BPCO. Recommandations et listes des médicaments Asthme et BPCO Recommandations et listes des médicaments Sommaire Sommaire 1 Introduction 3 1 e Partie Asthme 5 I. Asthme: recommandation 6 1. Posez le diagnostic 6 2. Choisissez le traitement chronique

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

MALADIE PULMONAIRE OBTRUCTIVE CHRONIQUE

MALADIE PULMONAIRE OBTRUCTIVE CHRONIQUE MALADIE PULMONAIRE OBTRUCTIVE CHRONIQUE La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est la principale cause de décès en Amérique du Nord et sa prévalence ne cesse d augmenter, en particulier, chez

Plus en détail

Surveillance des maladies chroniques au Québec par le jumelage des fichiers administratifs.

Surveillance des maladies chroniques au Québec par le jumelage des fichiers administratifs. Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d'enquêtes : l'adaptation à un monde en évolution Surveillance des maladies chroniques au Québec par le jumelage des

Plus en détail

Pour mieux. respirer. Un guide à l'intention des patients souffrant d'asthme ou de MPOC dans la région de Champlain

Pour mieux. respirer. Un guide à l'intention des patients souffrant d'asthme ou de MPOC dans la région de Champlain Pour mieux respirer Un guide à l'intention des patients souffrant d'asthme ou de MPOC dans la région de Champlain Ce guide à l intention des patients constitue le premier recueil de ressources en santé

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l astme de votre enfant Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et le parrainage

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail