Comment appréhender son bail commercial

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment appréhender son bail commercial"

Transcription

1 Comment appréhender son bail commercial Animé par : Jean-Denis LE MOIGNE Erwan LE ROUILLE Régis MORENNE

2 INTRODUCTION La conclusion du bail commercial présente des difficultés pour le locataire qui ne différencie pas forcément : - éléments négociables - des clauses imposées par la loi. Certaines règles applicables sont en effet d'ordre public. Les parties ne peuvent y déroger, même d un commun accord.

3 Quelques éléments théoriques Entreprises Concernées par le bail commercial Quelles entreprises sont concernées par le statut des baux commerciaux? Le bail commercial concerne les entreprises qui exercent une activité commerciale, industrielle ou artisanale, et dont l immeuble, objet du bail, est affecté administrativement à l exercice d une activité commerciale. Les professions libérales sont, par principe, exclues du statut des baux commerciaux et sont soumises à celui des baux professionnels dont la règlementation est bien spécifique.

4 Quelques éléments théoriques La forme du bail commercial Le bail commercial doit-il impérativement être écrit? Aucune forme particulière n étant exigée pour que le bail commercial soit valable, un bail verbal est possible. Toutefois, il est conseillé fortement d exiger un bail par écrit pour des questions de preuve, quant à son existence et quant à son contenu. Un bail écrit se justifie d autant plus que certaines règles du régime général des baux commerciaux peuvent être aménagées en faveur de l une ou l autre des parties.

5 Quelques éléments théoriques Les locaux concernés Quel type de locaux est concerné par le bail commercial Seuls les immeubles et les locaux clos et couverts, solidement fixés au sol peuvent faire l objet d un bail commercial. Sont exclus, les stands et les terrains nus, sauf si le locataire y édifie avec l autorisation de son propriétaire, les locaux abritant son activité. Un parking aménagé ou non, un terrain proche des locaux qui permettent d entreposer du matériel ne peuvent faire l objet d un bail commercial, même s ils sont nécessaires à l activité.

6 Si le diagnostic technique est négatif, le bailleur ne sera plus obligé de fournir un nouvel état en cas de renouvellement du bail. Si le diagnostic technique est positif, le bailleur devra procéder aux prescriptions du diagnostiqueur. Les diagnostics techniques Quelques éléments théoriques L établissement de diagnostics techniques est obligatoire, tant en cas de vente de l immeuble qu en cas de location. Ce diagnostic est obligatoire dans tous les immeubles à usage autre que d habitation dont le permis de construire a été délivré avant le 1 er juillet Le diagnostic amiante Le propriétaire doit tenir à la disposition de tout preneur les résultats du diagnostic technique amiante. Le propriétaire remplit son obligation en annexant le dossier des diagnostics techniques au contrat de bail.

7 Les diagnostics techniques Quelques éléments théoriques L état des risques naturels et technologiques Les locataires du bien immobilier situé dans une zone couverte par un plan de prévention des risques technologiques ou naturels prévisibles doivent être informés par le bailleur de l existence des risques. L information se fait en annexant au contrat de location un état des risques fondé sur les informations mises à disposition par le préfet, lors de la signature du bail ou de son renouvellement. L état des risques doit dater de moins de 6 mois à la conclusion du bail. Le défaut de production de cet état des risques peut entrainer la résolution du contrat à la demande du locataire, ou la diminution du prix du loyer.

8 Les diagnostics techniques Quelques éléments théoriques Diagnostic de performance énergétique Depuis l adoption le la loi «Grenelle 2» du 12 juillet 2010, le diagnostic de performance énergétique s impose désormais au bailleur lors de la conclusion de tout contrat de «location de tout ou partie d un immeuble bâti», y compris pour un local commercial. Néanmoins, il est compliqué d appliquer ce diagnostic au monde de l entreprise, en l absence de méthode définies règlementairement applicables aux locaux commerciaux. Le DPE n'a qu'une valeur informative, le locataire ne peut se prévaloir des données qu'il contient à l'encontre du bailleur. Aucune sanction spécifique ne réprime la non production du DPE (sauf responsabilité civile du bailleur si préjudice pour le preneur).

9 Durée du Contrat Durée du Bail La durée du bail ne peut être inférieure à 9 ans Eviter les baux supérieurs à 9 ans : droit au déplafonnement du loyer pour le bailleur Nota : Les baux dits «de courte durée», qui sont signés pour 3 ans maximum doivent être réservés aux activités courtes ou de test ; les règles expliquées ici ne leur sont pas toutes applicables.

10 Objet du contrat Description des locaux Nouveauté La loi Pinel impose l établissement d un état des lieux d entrée et de sortie, contradictoire et amiable, ou bien par huissier. Cet état des lieux doit décrire les surfaces, les dépendances, les locaux accessoires, les modalités d accès, les conditions d utilisation des parties communes, etc. - Bien étudier l état prévisionnel des travaux fourni à la signature du bail par le bailleur. - Veiller à ce qu il n y ait pas de grosses réparations à faire si les locaux sont dits «pris en l état» : dans ce cas, en principe, le locataire ne pas imposer au bailleur d effectuer les grosses réparations à sa charge

11 Objet du contrat Destination des lieux Négociation possible Préciser toutes les activités autorisées et les activités interdites, pour éviter tout litige ultérieur Essayer de négocier une clause «tous commerces» afin d éviter une procédure de déspécialisation en cas de changement ultérieur d activité. Attention, la négociation de cette clause entraine souvent en pratique un loyer plus élevé, mais facilite la cession du bail commercial le moment venu.

12 Fixation du loyer et des charges Fixation du loyer initial Négociation possible Le locataire doit se renseigner sur les prix du marché afin d éviter de payer un loyer surévalué. Il faut éviter la clause recettes qui a pour conséquence de déterminer le loyer en fonction du chiffre d affaires réalisé par le locataire souvent assortie d un loyer plancher

13 Fixation du loyer et des charges Pas-de-porte (somme demandée par le propriétaire pour compenser le droit au renouvellement du bail) Négociation possible Indiquer la nature du pas-de-porte : s il s agit d un supplément de loyer et non d une indemnité forfaitaire compensatrice, son montant sera déductible fiscalement mais il sera intégré dans le calcul du loyer du bail renouvelé.

14 Fixation du loyer et des charges Dépôt de garantie Négociation possible Préciser son montant, la date de son encaissement Nota : il n y a pas de montant maximum autorisé, mais le montant dépasse deux termes de loyer (soit 2 mois, 2 trimestres, etc.), l excédent porte intérêt au profit du locataire

15 Fixation du loyer et des charges Échéance du loyer Négociation possible Préciser la date de paiement du loyer

16 Fixation du loyer et des charges Répartition des charges Nouveauté Pour les baux signés ou renouvelés après le 5 novembre 2014 : La répartition des charges n est plus négociable pour les contrats à venir, depuis l application de la loi Pinel. Dorénavant, il existe une répartition légale des charges/taxes/redevances entre le locataire (travaux d entretien, charges d entretien/ascenseur, ménage, taxe foncière et d enlèvement des ordures ménagères..) et le propriétaire (grosses réparations touchant au bâti, travaux de mise aux normes, honoraires de gestion d immeuble, assurance de l immeuble, impôt / CET..) à laquelle les parties de peuvent pas déroger. (règle d ordre public).

17 Fixation du loyer et des charges Répartition des charges Pour les baux signés ou renouvelés avant le 5 novembre 2014 : La répartition des charges est libre. Le contrat de bail fait loi entre les parties. Il précise leur nature, leur montant (réel ou forfaitaire) et leur répartition entre locataire et bailleur. Le montant réel évite les régularisations litigieuses. Dans le cas où le locataire règle des charges revenant normalement au bailleur (exemple : impôt foncier), en principe, le preneur doit bénéficier en contrepartie d un loyer plus bas.

18 Fixation du loyer et des charges Les points de surveillance Révision du loyer en cours de bail Principe : la révision peut être demandée tous les 3 ans, en fonction de l indice national du coût de la construction publié par l INSEE (indice exclu à compter du 19/06/2014 pour les baux signés après cette date), de l indice des loyers commerciaux (ILC) ou de l indice des loyers des activités tertiaires (ILAT), sauf clause d échelle mobile. Le délai de 3 ans ne peut être réduit par les parties. Nouveauté de la loi Pinel : La loi prévoit que le preneur et le bailleur ne peuvent plus choisir la date d entrée en vigueur de la révision du loyer ; celle-ci prend effet à compter du jour de la demande de révision du loyer. Aucune clause ne peut interdire la révision triennale, mais il est pourtant admis de prévoir un loyer fixé forfaitairement et de manière irrévocable pendant tout la durée du bail (donc sans révision)

19 Fixation du loyer et des charges Négociable Négocier une telle clause a pour conséquence de modifier le montant du loyer. Clause d échelle mobile Le montant du loyer change alors lorsque l indice de référence déterminé par le parties varie. Cet indice doit être en rapport avec les activités de l une des parties. Prévoir dans le contrat que la variation n est prise en compte que sur notification de l une des parties à l autre. Si les différentes variations de l indice augmentent ou diminuent le loyer initial de plus de 25 %, les parties peuvent demander la révision du loyer initial par référence à la valeur locative.

20 Fixation du loyer et des charges Négociable La majoration ne doit pas excéder la variation de l indice trimestriel du cout de la construction, de l ILC ou de l ILAT intervenue depuis la dernière fixation du loyer. Plafonnement du loyer Nota : Le montant du loyer renouvelé doit correspondre à la valeur locative (article L du code du commerce). La Cour de Cassation a reconnu, dans un arrêt du 5 novembre 2014, le droit au locataire qui accepte le renouvellement de son bail commercial, d obtenir la fixation de son loyer à un niveau inférieur au loyer indexé, dans le cas où celui-ci ne correspond plus à la valeur locative. Cela signifie qu une baisse du loyer est négociable.

21 Fixation du loyer et des charges Déplafonnement du loyer Négociable Le loyer peut être déplafonné : - Lorsque la valeur locative réelle a subi une variation de plus de 10 % de la valeur de référence, - Lorsque le contrat de bail est prolongé tacitement après 12 ans, - Lorsqu il est conclu dès l origine pour une durée supérieur à 9 ans, - Pour les baux particuliers (terrains nus, bureaux, ) Nouveauté : - En vertu de la loi Pinel, l augmentation du loyer déplafonné est lissée et ne peut pas dépasser 10 % du loyer payé l année précédente.

22 Obligations des parties au contrat Clause de nonconcurrence Négociable Elle interdit au bailleur d exercer lui-même, directement ou non, une activité concurrente de celle de son locataire. Négociable Clause d exclusivité Elle interdit au bailleur de louer dans le même immeuble, un autre local pour l exercice d activités similaires

23 Obligations des parties au contrat Les points de surveillance Répartition des travaux Pour les baux signés ou renouvelés après le 1 er septembre 2014 Nouveauté : La loi Pinel fixe cette répartition des travaux : - Le bailleur doit assumer la charge des grosses réparations touchant au bâti et des travaux de mise aux normes relevant des grosses réparations ou liés à la vétusté des locaux. - Le locataire prend en charge les travaux d entretien courant du local. Le bailleur est tenu d adresser à son locataire, dès la signature du bail, puis tous les trois ans : - Un état prévisionnel sur 3 ans des travaux à réaliser ainsi que le budget correspondant, et la répartition de ces charges entre les différents locataires d un même immeuble, en proportion des surfaces occupées, - Un état récapitulatif des travaux réalisés dans les 3 années précédentes, et le coût assumé.

24 Obligations des parties au contrat Travaux par le locataire Négociable Si le locataire prévoit de réaliser un certain nombre de travaux à ses frais, il est préférable de prévoir une clause en précisant les modalités : information ou autorisation du bailleur, restitution dans l état d origine, etc.. Négociable Garanties des vices cachés Cette clause permet au locataire d être garanti contre les vices cachés pouvant affecter le local qu ils en empêchent soit l usage, soit la jouissance paisible.

25 Obligations des parties au contrat Les points de surveillance Pour les baux signés ou renouvelés avant le 1 er septembre 2014 Répartition des travaux Si rien n est prévu par le contrat, la loi prévoit que les gros travaux sont à la charge du bailleur et les travaux d entretien courant sont à la charge du locataire, mais les limites sont souvent difficiles à cerner. La clause du type «clos et couverts» se rencontre fréquemment : elle met à la charge du bailleur des travaux tels que le toit, les gouttières, les fenêtres, les volets et la climatisation. Mais il arrive que le bailleur ait mis la totalité des travaux à la charge de son locataire.

26 Obligations des parties au contrat Le statut des baux commerciaux n'édicte aucune obligation à la charge du locataire concernant l'obligation d'assurance Assurance En pratique, quasi systématiquement imposée par la voie contractuelle par une mention particulière dans le bail. Par ailleurs, la jurisprudence a considéré que cette obligation d'assurance mise à la charge du locataire était la contrepartie de son droit de jouissance des lieux. Ainsi, un locataire, mis dans l'impossibilité d'exploiter les lieux et dispensé de ce fait par décision de justice irrévocable du paiement des loyers, doit cependant remplir son obligation contractuelle d'assurance des risques locatifs dans la mesure où il conserve la jouissance des lieux.

27 Obligations des parties au contrat Négociable Les points de surveillance Déspécialisation restreinte La déspécialisation restreinte aux activités complémentaires ou connexes (celles qui ne nécessitent pas de nouvelles installations et qui ont un lien avec l activité exercée) est un droit pour le locataire sous réserve de l accord du bailleur. Il est possible de négocier une clause prévoyant une déspécialisation restreinte pour d autres activités particulières. La déspécialisation restreinte est un motif de déplafonnement lors du renouvellement

28 Obligations des parties au contrat Négociable Les points de surveillance Déspécialisation plénière Il s agit de la modification d activité justifiée par, à la fois, la conjoncture économique et des nécessités de l organisation rationnelle de la distribution. Si le bailleur refuse la transformation sans motif grave et légitime (ex. reprise des lieux pour exécuter des travaux prescrits dans le cadre de la rénovation urbaine), le juge peut l y contraindre. Si le contrat prévoit, le changement d activité peut entrainer le paiement au bailleur d une indemnité s il justifie d un préjudice. Elle entraine une augmentation de loyer immédiate.

29 Renouvellement Le congé doit être donné au moins 6 mois avant l échéance du contrat par huissier et en respectant l inscription d une mention spéciale. Forme du congé Nouveauté : Cette forme n est plus la seule possible. La loi Pinel autorise le congé par lettre recommandée avec accusé de réception. La date du congé est alors celle de la première présentation de cette lettre. Le congé peut également être donné à tout moment après la date d expiration du bail dans les mêmes formes.

30 Renouvellement Droit au renouvellement Renouvellement de droit pour le propriétaire du fonds effectivement exploité dans les lieux pendant les 3 ans précédant la demande. Les parties ne peuvent pas y déroger. Les clauses limitant le renouvellement à certaines parties des locaux sont interdites. Nouveauté : Le droit au renouvellement du bail est ouvert à tous depuis l application de la loi Pinel. Ce droit n est plus réservé aux personnes de nationalité française ou aux personnes ressortissantes d un pays ayant signé un traité de réciprocité avec la France.

31 Renouvellement Le refus du bailleur est possible en contrepartie du paiement au locataire d une indemnité d éviction (qui peut être légale à la valeur marchande du fonds de commerce avec les frais de déménagement). Refus de renouvellement La clause prévoyant une indemnité d éviction forfaitaire par avance n est pas valable. Toutefois, l indemnité n est pas due lorsque le bailleur justifie notamment : - d un motif grave et légitime à l encontre du locataire (non paiement des loyers, non exploitation du fonds,..) - Ou de travaux de construction, de surélévation, voire de destruction sur l immeuble. - Si les modalités de fixation de l indemnité d éviction ne sont pas prévues, c est le juge qui en fixe son montant.

32 Fin du contrat Le locataire peut résilier son bail tous les 3 ans. Le bailleur ne peut en principe plus lui retirer ce droit. Résiliation par le locataire Cependant, le contrat peut interdire au locataire de résilier son bail avant la fin des 9 ans dans 4 cas seulement : - Si le bail a une durée supérieure à 9 ans, - Si le local est monovalent, - Si le bail porte sur un local à usage exclusif de bureaux, - Si le bail porte sur des locaux ou aires couvertes destinés à l entreposage de produits, de marchandises ou de biens non intégrés à un établissement de production. - Le locataire peut résilier son bail à tout moment (avec un préavis de 6 mois) s il fait valoir ses droits à retraite. - Nouveauté : La loi Pinel permet aux ayants-droits du locataire décédé de donner congé.

33 Fin du contrat Négociable Le principe est que le bailleur n a pas le droit de résilier un bail avant sa date d expiration. Résiliation par le bailleur Cependant, dans certains cas bien précis, il peut résilier le contrat à chaque échéance triennale, en cas de construction, reconstruction, surélévation de l immeuble existant loué, ou en cas d exécution de travaux prescrits dans le cadre d une opération de construction immobilière, ou encore d une opération de démolition de l immeuble dans le cadre d un projet de renouvellement urbain

34 Fin du contrat Négociable Résiliation amiable Les règles de résiliation du contrat de bail ne sont pas obligatoires. Il est toujours possible pour les parties de rompre le contrat d un commun accord, même avant les échéances prévues au contrat.

35 Fin du contrat Négociable Clause résolutoire Lorsqu elle existe, cette clause permet aux parties de rompre leur contrat lorsque l une d entre elles ne respecte pas ses engagements (paiement du loyer, réalisation de travaux, exploitation, ). Elle est valable uniquement si certaines conditions de forme sont remplies (commandement resté sans réponse pendant un mois). Nota : La clause résiliant de plein droit le bail en cas de redressement ou de liquidation judiciaire de l entreprise exploitant le fonds de commerce est nulle

36 Fin du contrat Négociable Clause de non rétablissement Elle vise à interdire au locataire d exercer la même activité dans un certain rayon géographique et pendant une durée limitée à la fin du bail.

37 Cession du bail Le bailleur n a pas le droit d interdire la cession du bail à l acquéreur du fonds de commerce exploité. La loi Pinel a réaffirmé ce principe. Cession du bail avec le fonds de commerce Il lui est possible en revanche de restreindre ce droit, par exemple en prévoyant une clause d agrément, c est-à-dire en demandant à être associé à la signature de la cession pour agréer le repreneur du fonds de commerce. Il ne peut en aucun cas refuser la cession sans motif légitime et justifié. Dans le cas contraire, le locataire cédant peut demander réparation en justice

38 Cession du bail Négociable Cession du bail sans le fonds de commerce Une clause peut prévoir l interdiction de céder le bail seul (clause fréquente). Toutefois, cette cession est de droit dans certains cas, comme pour le locataire commerçant ou artisan qui a demandé à bénéficier de ses droits à la retraite.

39 Cession du bail Négociable Cette clause permet au bailleur de se tourner vers les précédents exploitants du fonds de commerce en cas de non-paiement du loyer et/ou des charges par le locataire actuel. Les locataires successifs restent solidaires en cas de cession du bail. Clause de garantie solidaire Cette clause est fréquente. En pratique, il est indispensable de préciser des limites à la garantie (délais, nature des sommes garanties). Nouveauté : La loi Pinel limite dorénavant à 3 ans, la durée pendant laquelle le baille peut se prévaloir de cette clause (antérieurement à cette loi, elle pouvait aller jusqu à la date d expiration du bail repris).

40 Cession du bail Nouveauté : Restructuration de l entreprise du locataire En cas de fusion, scission de la société locataire, ou apport du fonds de commerce exploité à une société, la loi Pinel prévoit que le bail des locaux qui est au nom du locataire est automatiquement transmis à la nouvelle structure, même si une clause du bail s y oppose.

41 Divers Sous-Location Négociable La sous-location est interdite si une clause ne l y autorise pas expressément. L accord du bailleur est toujours requis. Mise en vente des locaux loués Nouveauté : La loi Pinel a instauré, au bénéfice du locataire, un droit de préférence sur les autres acheteurs potentiels, lorsque le bailleur met ses locaux en vente

42 Qu avez-vous pensé de cette animation? Donnez-lui une note sur le site mobile des JRCE!

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial organisé par organisé par Maître Fatiha NOURI Le bail commercial «Le fameux bail 3/ 6/ 9» Propos introductif UN STATUT PROTECTEUR QUI S APPLIQUE DE PLEIN DROIT

Plus en détail

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux.

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux. Le bail commercial Le bail commercial est un contrat relatif à la location d'un immeuble en vue de l'exercice d'une activité artisanale ou commerciale, qui permet au locataire de bénéficier d'une protection

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT Parking / Garage / Box Soumis aux dispositions des articles 1709 et suivants du Code civil ENTRE LES SOUSSIGNÉS M. Mme Mlle. né(e) le à demeurant éventuellement

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION Loi n 89-462 du 6 juillet 1989 modifié par la loi n 94-624 du 21 juillet 1994 LOCAUX VIDES Entre les soussignés, M. (nom, prénom et adresse) désigné ci-après sous

Plus en détail

Contrat-type de bail à réhabilitation

Contrat-type de bail à réhabilitation ANNEXE 5 Contrat-type de bail à réhabilitation Entre : (dénomination sociale et adresse de la société bailleresse). Et (nom, prénom, adresse du ou des locataires) Il a été convenu ce qui suit : Objet Article

Plus en détail

LOUER UN BIEN IMMOBILIER

LOUER UN BIEN IMMOBILIER Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Charlie CAILLOUX LOUER UN BIEN IMMOBILIER Groupe Eyrolles, 1998, 2003, 2007, 2011 De Particulier à Particulier, 1998, 2003, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-55247-8

Plus en détail

LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE. Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz

LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE. Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz Propos introductifs 2 Sommaire 3 Sommaire I- La définition de la notion de fonds de commerce II- Les caractéristiques de la

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU (Soumis au titre 1 er de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre

Plus en détail

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Le droit de préemption de la commune Comment céder son bail commercial? Le droit de préemption des communes Le conseil

Plus en détail

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Conférences U4U La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Aspects pratiques de droit familial international Me Nathalie de Montigny Avocat au Barreau de Bruxelles

Plus en détail

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL Article juridique publié le 28/01/2015, vu 15581 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La loi dite «Pinel» du 18 juin 2014 a introduit, dans l'article L. 145-46-1

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Partie 1. Pour mettre en location un bien, quelles formalités faut-il accomplir? 2.5.2. En Région bruxelloise... 8. 2.5.3. En Région fl amande...

Partie 1. Pour mettre en location un bien, quelles formalités faut-il accomplir? 2.5.2. En Région bruxelloise... 8. 2.5.3. En Région fl amande... Table des matières Introduction........................................................... 1 Partie 1. Pour mettre en location un bien, quelles formalités faut-il accomplir? 1. Quels sont les documents

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU Entre les soussignés : Monsieur, Madame Né (e) le.. 19. à et demeurant à B.P : Téléphone. Ci-après dénommé «Le Bailleur», d une part, Monsieur, Madame Né (e) le 19. à..

Plus en détail

STATUT DES BAUX COMMERCIAUX : CHAMP D'APPLICATION, PROTECTION DU LOCATAIRE COMMERCANT, FIXATION DU LOYER, RÉSILIATION, DÉSPÉCIALISATION

STATUT DES BAUX COMMERCIAUX : CHAMP D'APPLICATION, PROTECTION DU LOCATAIRE COMMERCANT, FIXATION DU LOYER, RÉSILIATION, DÉSPÉCIALISATION STATUT DES BAUX COMMERCIAUX : CHAMP D'APPLICATION, PROTECTION DU LOCATAIRE COMMERCANT, FIXATION DU LOYER, RÉSILIATION, DÉSPÉCIALISATION Le bail commercial Introduction Le statut des baux commerciaux en

Plus en détail

MON BAIL COMMERCIAL. Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial

MON BAIL COMMERCIAL. Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial + SOMMAIRE Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial 2. Les caractéristiques du local La consistance des lieux L état des lieux La destination des lieux Le

Plus en détail

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 er : Objet.

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006

Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006 Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006 Exercices d'imposition 1998 à 2002 Arrêt Avocats: Maître Nathalie Hollasky, loco Maître Gérard van den Berg - pour les requérants

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME Annexe 1 CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME LES SOUSSIGNES : d une part, Domicilié(e) Agissant(e) en tant que bailleur, ci-après désigné par «le bailleur», et, d autre part, Exploitant agricole Domicilié(e)

Plus en détail

Quel loyer indiquer sur la déclaration?

Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel loyer indiquer sur la déclaration? Extrait de la déclaration 6660 REV Le loyer à indiquer sur la déclaration correspond au loyer annuel dû au titre de l année 2013, en excluant toutes les charges

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80 LES BAUX COMMERCIAUX Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit

Plus en détail

VILLE DE MONTREUIL-SUR-MER. - Convention de délégation de service public- Affermage du camping municipal «La fontaine des clercs»

VILLE DE MONTREUIL-SUR-MER. - Convention de délégation de service public- Affermage du camping municipal «La fontaine des clercs» VILLE DE MONTREUIL-SUR-MER - Convention de délégation de service public- Affermage du camping municipal «La fontaine des clercs» En trois exemplaires. La présente convention comporte six pages, numérotées

Plus en détail

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion 1. Les faits Il est éventuellement envisagé d installer un magasin d occasion pour appareils électroniques dans

Plus en détail

Mémento Falcoz. Oui, Article L145-2, alinéa 1er, du Code de C. Les dispositions de cet article entrent en vigueur dès le 20 juin 2014

Mémento Falcoz. Oui, Article L145-2, alinéa 1er, du Code de C. Les dispositions de cet article entrent en vigueur dès le 20 juin 2014 Mémento Falcoz Jean-Louis FALCOZ HEC EMBA CPA Ancien notaire et avocat à Paris JURISTE EN DROIT DES AFFAIRES & FORMATEUR EXPERT EN BAUX COMMERCIAUX ET FONDS DE COMMERCE LOI PINEL PORTANT REFORME DES BAUX

Plus en détail

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL?

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? Il résulte des dispositions de l article L. 145-2, I- 4 du Code de commerce

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011

BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011 e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011 BAUX COMMERCIAUX Adoption de l'ilat La loi du 17 mai 2011 publiée au Journal officiel du 18 mai 2011 crée l'indice des loyers des activités tertiaires (ILAT),

Plus en détail

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs Par Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président SNP Charleroi Le bailleur connaît-il l importance que peut revêtir pour lui la valeur du mobilier se

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

AVANT DE LOUER : LES QUESTIONS À SE POSER

AVANT DE LOUER : LES QUESTIONS À SE POSER AVANT DE LOUER : LES QUESTIONS À SE POSER Avant de se lancer dans la recherche d une location, il convient de se poser plusieurs questions. Suivez le guide! OÙ LOUER? Le premier choix auquel vous serez

Plus en détail

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne Le Bail commercial Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne peuvent être contredites par les conventions

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION FICHE PRATIQUE : LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION La location-gérance (appelée également «gérance libre») est un contrat par lequel le propriétaire d un fonds de commerce (ou artisanal)

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

LA LETTRE DU CABINET

LA LETTRE DU CABINET LA LETTRE DU CABINET DROIT COMMERCIAL N 2 - Janvier 2015 REFORME DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI PINEL DU 18 JUIN 2014 & SON DECRET D APPLICATION DU 3 NOVEMBRE 2014 Par Bernard Puylagarde Bernard

Plus en détail

Article 1 Champ d application. Article 2 Objet. Article 3 Description du service VLD V lille. Article 4 Clients du service VLD V lille.

Article 1 Champ d application. Article 2 Objet. Article 3 Description du service VLD V lille. Article 4 Clients du service VLD V lille. Règlement public et conditions générales d utilisation du service de Vélo en Location longue Durée, V lille, implanté sur le territoire de Lille Métropole Article 1 Champ d application 1.1 Le présent règlement

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - DEFINITIONS - CLAUSES GENERALES BRIDGESTONE France 1.1 Tous achats de biens, marchandises, équipements et matériels et de services

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Droit commercial et économique

Droit commercial et économique Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL 3 1.1. Délais

Plus en détail

Droits et obligations des propriétaires bailleurs au regard de la LOI ALUR

Droits et obligations des propriétaires bailleurs au regard de la LOI ALUR Droits et obligations des propriétaires bailleurs au regard de la LOI ALUR Actualité juridique publié le 05/03/2015, vu 2220 fois, Auteur : Cabinet d'avocat SAGAND DROITS ET OBLIGATIONS DES BAILLEURS APRES

Plus en détail

Entre les soussignés :

Entre les soussignés : CONVENTION DE LOCATION ENTRE LE DEPARTEMENT DES YVELINES ET LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES YVELINES APPARTEMENT SIS 40 BOULEVARD PASTEUR AU MESNIL-LE-ROI Entre les soussignés : Le

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE 7 ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE Il est apparu opportun au Conseil national de réactualiser ces contrats, qui constituent des contrats de travail à durée indéterminée, au regard des

Plus en détail

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S sur UN PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX CONDITIONS DES AGENTS IMMOBILIERS DANS LES CONTRATS D INTERMÉDIAIRES *** 2 Par sa lettre du 5 avril

Plus en détail

Le Domaine de Bellevue

Le Domaine de Bellevue RESIDENCE Le Domaine de Bellevue MANDAT DE GESTION MANDAT DE GERANCE AVEC EXCLUSIVITE N Le mandat est obligatoire (article 6 loi n 70-9 du 2 janvier 1970 et article 72 décret n 72-678 du 20 juillet 1972)

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Renaud TURC LA COPROPRIÉTÉ Éditions d Organisation, 1998, 2000, 2002 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002 ISBN : 2-7081-2793-4 Le règlement

Plus en détail

LOUER UN LOGEMENT. Que dois-je savoir pour bien louer? 1 Un logement privé A Une location nue

LOUER UN LOGEMENT. Que dois-je savoir pour bien louer? 1 Un logement privé A Une location nue Que dois-je savoir pour bien louer? 1 Un logement privé A Une location nue La loi du 6 juillet 1989 s applique aux locaux neufs ou anciens : - Locaux à usage d habitation principale. - Locaux à usage mixte

Plus en détail

DROIT COMMERCIAL. P. 49 La modification du statut des baux commerciaux après la loi PINEL

DROIT COMMERCIAL. P. 49 La modification du statut des baux commerciaux après la loi PINEL P. 49 La modification du statut des baux commerciaux après la loi PINEL P. 51 Le notaire confronté au droit des procédures collectives P. 53 Pratique de la vente de fonds de commerce et distribution de

Plus en détail

Le bail rural: généralités.

Le bail rural: généralités. Le bail rural: généralités. LE BAIL RURAL C est un bail ayant pour objet un fonds rural. Ce bail est en général conclu pour une période de neuf ans renouvelable. Le preneur est qualifié de fermier et le

Plus en détail

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre entre Compagnie Française d Assurance pour le Commerce Extérieur agissant pour le compte et avec la garantie de l Etat français ci-après «Coface» et ci-après le «Prêteur» conjoints et solidaires au titre

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION Résidence Debourg CONTRAT DE SOUS LOCATION Résidence Bonnamour 2014-2015

CONTRAT DE LOCATION Résidence Debourg CONTRAT DE SOUS LOCATION Résidence Bonnamour 2014-2015 CONTRAT DE LOCATION Résidence Debourg CONTRAT DE SOUS LOCATION Résidence Bonnamour 2014-2015 CONCLU ENTRE L Ecole Normale Supérieure de Lyon 15, parvis René Descartes BP 7000, 69342 Lyon cedex 7 Ci-après

Plus en détail

CONTRAT DE REMPLACEMENT PARTIEL LIBERAL

CONTRAT DE REMPLACEMENT PARTIEL LIBERAL CONTRAT DE REMPLACEMENT PARTIEL LIBERAL contrat de remplacement partiel libéral est soumis à autorisation du Conseil National avec avis et présentation du dossier complet par le Conseil Régional. Co-contractants

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION

LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION PLOMB dans les revêtements - Lutte contre le saturnisme - Bail d habitation

Plus en détail

La SEM SEVE, représentée par Monsieur Jean-Luc DUMAY, Directeur, domicilié en cette qualité à la Mairie de chef lieu, 05100 Puy-Saint André,

La SEM SEVE, représentée par Monsieur Jean-Luc DUMAY, Directeur, domicilié en cette qualité à la Mairie de chef lieu, 05100 Puy-Saint André, Convention d occupation temporaire de la toiture D un hangar technique pour le service des ordures ménagères au lieu dit «pont la lame» à Puy Saint André en vue d installer et d exploiter des panneaux

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

Parution du décret relatif au bail commercial

Parution du décret relatif au bail commercial Parution du décret relatif au bail commercial Les dispositions applicables aux baux commerciaux en cours : - Le congé donné par lettre recommandée avec demande d'avis de réception : Depuis la loi Pinel,

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

Contrat de location. Locaux vides. Champ d application de la loi n 89-462 du 6 juillet 1989 CONDITIONS PARTICULIÈRES 90850 ESSERT.

Contrat de location. Locaux vides. Champ d application de la loi n 89-462 du 6 juillet 1989 CONDITIONS PARTICULIÈRES 90850 ESSERT. Contrat de location Locaux vides Champ d application de la loi n 89-462 du 6 juillet 1989 CONDITIONS PARTICULIÈRES LE BAILLEUR Nom : SCI Valadi, représentée par le gérant Raphael Poulenard Dénommé «LE

Plus en détail

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE N...

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE N... MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE N... Articles 1984 et suivants du Code Civil, Articles 64 et 65 du décret du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application de la loi du 2 janvier 1970 ENTRE LES SOUSSIGNES:

Plus en détail

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession.

Cette sûreté est un effet de commerce qui peut faire l objet ou non de dépossession. WARRANT 22/12/2014 Le warrant est une sûreté mobilière dévolue aux professionnels qui permet à ces derniers d obtenir du crédit en donnant en gage des éléments de leurs exploitations. Cette sûreté est

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-7-06 N 126 du 27 JUILLET 2006 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS PASSIF ASSIETTE DU DROIT DE DONATION. (C.G.I., art. 776 bis et L.P.F., art.

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGAPP10)

Conditions générales d assurance (CGAPP10) Conditions générales d assurance (CGAPP10) Vous trouverez aux pages suivantes une présentation claire et lisible des conditions habituellement imprimées en petits caractères! Afin que vous soyez parfaitement

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D'HABITATION LOCAUX MEUBLES

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D'HABITATION LOCAUX MEUBLES Entre les Soussignés, M.,Mme,Mlle [nom(s),prénom(s),adresse(s)] CONTRAT DE LOCATION A USAGE D'HABITATION LOCAUX MEUBLES et, M.,Mme,Mlle [nom(s),prénom(s),adresse(s)] désigné(s) ci-après sous la dénomination

Plus en détail

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER.

Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. Union Professionnelle des Loueurs de Matériel de Chemin de Fer, en abrégé LOMATFER. NOUVEAUX STATUTS Dénomination et siège Article 1 Il est constitué une association professionnelle régie par la loi du

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE MATERIELS ENTRE PARTICULIERS

CONTRAT DE LOCATION DE MATERIELS ENTRE PARTICULIERS Contrat de Location entre Particuliers de Matériels Page 1 CONTRAT DE LOCATION DE MATERIELS ENTRE PARTICULIERS ENTRE LES SOUSSIGNES : Le Propriétaire : Nom : Prénom : Adresse : N pièce d'identité : ET

Plus en détail

Les baux commerciaux Application à l hôtellerie. Les questions. pour TCC

Les baux commerciaux Application à l hôtellerie. Les questions. pour TCC Les baux commerciaux Application à l hôtellerie Les questions. pour TCC + Réforme du statut des baux commerciaux et mise en place de l ILC Toulouse - 09 Juillet 2010 1 Réforme du statut des baux commerciaux

Plus en détail

(indiquer. (indiqué le nombre de chambre,..).

(indiquer. (indiqué le nombre de chambre,..). Entre les soussignés : Monsieur / Mme /Mlle (indiquer le Nom et Prénom, fonction) nationalité, domicilié ié à... BP Téléphone email.( indiqué l adresse complet du bailleur) Ci-après désigné «Le Bailleur»

Plus en détail

Le bail commercial. I. Contenu du contrat de bail. A. Objet du contrat. B. Durée. C. Montant du loyer initial

Le bail commercial. I. Contenu du contrat de bail. A. Objet du contrat. B. Durée. C. Montant du loyer initial Le bail commercial I. Contenu du contrat de bail Le bail commercial est un contrat de location de locaux utilisés pour l'exploitation d'un fonds de commerce ou artisanal, quelle que soit la nationalité

Plus en détail

VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA)

VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA) VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA) SOMMAIRE I. CADRAGE II. DEFINITION III. CONTENU DE LA VEFA IV. OBLIGATIONS CONTRACTUELLES V. CONSERVATION DES DROITS DE L ACQUEREUR VI. RETARD ET PENALITES

Plus en détail

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR 28/08/2014 Le titulaire d un bail commercial, commerçant ou artisan, qui entend faire valoir ses droits à la retraite ou qui devient titulaire d une pension d invalidité,

Plus en détail

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES

P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES P O L I C E G L O B A L E 2 0 0 0 INCENDIE ET RISQUES DIVERS RISQUES AGRICOLES CONDITIONS ADMINISTRATIVES (CA 01 /éd.:01/03/2013) 1. QUELLES SONT LES OBLIGATIONS DU PRENEUR ET DE L ASSURE? A) Lors de la

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre

Plus en détail

CONVENTION DE LOCATION ENTRE LE DEPARTEMENT DES YVELINES ET LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES YVELINES

CONVENTION DE LOCATION ENTRE LE DEPARTEMENT DES YVELINES ET LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES YVELINES CONVENTION DE LOCATION ENTRE LE DEPARTEMENT DES YVELINES ET LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DES YVELINES Entre les soussignés : Le Département des Yvelines, Personne morale de droit public,

Plus en détail

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile Les contrats de location d une automobile d une durée de quatre mois ou plus qui interviennent entre un commerçant

Plus en détail

Conditions générales de vente B2B

Conditions générales de vente B2B Conditions générales de vente B2B CONDITIONS GENERALES DE VENTE (LIVRES) ARTICLE PREMIER - Champ d application Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes conclues par

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/10/44 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/54 NOTE COMMUNE N 32/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Ces conditions générales sont applicables aux contrats d organisation et d intermédiaire de voyages, tels que définis par la loi du 16 février 1994

Plus en détail

Convention de location à durée déterminée d un logement de résidence non principale ENTRE. n de carte d identité ou passeport :

Convention de location à durée déterminée d un logement de résidence non principale ENTRE. n de carte d identité ou passeport : Convention de location à durée déterminée d un logement de résidence non principale ENTRE A. Bailleur : Cateline V., avenue Berlaimont, 1160 Bruxelles.. (Prénom, nom, adresse, dénomination sociale, siège

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

BAIL PROFESSIONNEL. Entre les soussignés : BAVELAER Serge. Demeurant au 03 ter Rue MONTRICHARD 77250 MORET SUR LOING/ORVANNE

BAIL PROFESSIONNEL. Entre les soussignés : BAVELAER Serge. Demeurant au 03 ter Rue MONTRICHARD 77250 MORET SUR LOING/ORVANNE BAIL PROFESSIONNEL Entre les soussignés : BAVELAER Serge Demeurant au 03 ter Rue MONTRICHARD 77250 MORET SUR LOING/ORVANNE Représenté par l'un de ses co-gérants en exercice ci-après dénommée «le bailleur»,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 11DA01951 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. Hubert Delesalle, rapporteur M. Moreau, rapporteur public SELARL LÉTANG &ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

MANDAT DE LOCATION GESTION N

MANDAT DE LOCATION GESTION N MANDAT DE LOCATION GESTION N ENTRE LES SOUSSIGNES Acquéreur SCI...représentée par :.. (A cocher uniquement si l'acquéreur est une SCI et non une personne physique) Nom : Tel Domicile : Nom de jeune fille

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

Particuliers & Immobilier

Particuliers & Immobilier Particuliers & Immobilier Consignations Les particuliers et les consignations en matière immobilière L a Caisse des Dépôts est une institution financière publique, en charge de missions d intérêt général

Plus en détail