FORMER DES RÉÉDUCATEURS :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORMER DES RÉÉDUCATEURS :"

Transcription

1 Réflexion FORMER DES RÉÉDUCATEURS : TRANSFERT DE TECHNIQUES OU APPRENTISSAGE DE L AUTONOMIE? Éric MARTIN* C est sur la notion de travail en équipe et de qualité de la relation humaine qu il nous semble pertinent de construire la pratique professionnelle du cadre de Santé INTRODUCTION De par la nature même de sa fonction, la posture de formateur s accompagne d un cortège d interrogations. L une d entre elles est de régulièrement questionner l existence d un lien entre les buts annoncés d une formation et les résultats obtenus sur le terrain. Mon engagement comme volontaire pour l Association Kinésithérapeutes du monde (KDM) a motivé ce besoin d une plus grande objectivité dans mes évaluations. Aussi, l année d études effectuée à l Institut de formation des cadres de Santé 1 m a donné le temps et les outils pour me mettre à distance d une trop grande implication. Mon objectif ici est de montrer la place de l évaluation, et plus particulièrement de l autoévaluation, comme pivot de l autonomie d un professionnel. MOTS CLÉS Autonomie Évaluation Formation Maîtrise des techniques Pays en voie de développement Dans un premier temps, il apparaît nécessaire de définir de façon globale le milieu dans lequel s est effectuée cette recherche. Ainsi, le questionnement que soulève ce travail portera plus spécifiquement sur la formation de professionnels de la rééducation dans des pays en voie de développement. C est donc sur une présentation générale des associations responsables des actions de développement que débute mon étude. ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES (ONG) : valeurs et évolutions Les actions dites à but humanitaire étaient historiquement chargées de valeurs caritatives du fait de l origine religieuse des organisations responsables de leur mise en place. L acception laïque de l action humanitaire a vu le jour avec le siècle des Lumières, la Charte * Kinésithérapeute cadre de Santé Service d orthopédie infantile INR-B Hôpital national de Saint-Maurice (94) Formateur à l IFMK ASSAS, Paris 1 École des cadres de Santé rééducation de la Croix-Rouge Rue de Berri, Paris 39

2 FORMER DES RÉÉDUCATEURS : TRANSFERT DE TECHNIQUES OU APPRENTISSAGE DE L AUTONOMIE? des droits de l Homme et sa concrétisation dans l action par la création de la Croix-Rouge en 1863 que l on peut considérer comme la pionnière des ONG. Ces dernières, essentiellement basées dans le monde occidental, voient leur nombre croître de façon exponentielle depuis une cinquantaine d années. Un recensement effectué par l ONU 2 en 1950 en décompte environ 700. En 2002, plus de d entre elles étaient recensées. Dans cette nébuleuse, le cadre législatif est très variable suivant le pays d installation de l organisation. Cependant, une valeur semblait être commune à toutes, la notion d humanité [1]. Actuellement, la critique de l universalité de cette valeur amène avec elle une évolution des mentalités et une remise en cause de plus en plus fréquente de la légitimité des actions menées. L action des ONG n ayant pas de reconnaissance universelle tant sur le plan législatif que sur le plan des valeurs, nous pouvons préjuger que l opinion sur l action menée et sur celle théoriquement idéale n est pas la même suivant le contexte dont l une des composantes est la différence culturelle. Afin de recentrer ces problématiques sur des actions particulières, la présentation d une association française permettra de donner des exemples concrets pour interroger ce lien entre objectifs de formation et résultats sur le terrain. KDM : une réponse aux attentes La vocation de cette association est de permettre aux enfants handicapés d obtenir des soins de rééducation pour une meilleure insertion sociale. Cet objectif est réalisé grâce à la formation technique d équipes d aiderééducateurs constituées de personnel local. Pour la mise en place d une mission, une demande d intervention émane d instances gouvernementales ou associatives étrangères. La finalité de ces missions de formation est, suivant les membres même de KDM, de permettre l autonomie technique des personnels locaux. maintenant utile de se pencher sur la notion de réalité et de sa relativité. LA RÉALITÉ : une représentation sociale Chaque groupe d individus appréhende la réalité suivant un angle qui lui est propre et qui est influencé par autant de facteurs que la culture, la religion, la catégorie socioprofessionnelle... Cette vision consensuelle de la réalité que se fait un groupe d individus [2] aide le groupe à tirer des significations, des règles de conduite et de pensée face à des situations nouvelles. La communication est biaisée par les représentations que se font les différents groupes en présence sur le sujet et sur la forme même de la communication. Dans le milieu de l aide au développement, nous pouvons légitimement penser que la représentation de l aide n est pas la même suivant le regard que l on y porte. Ainsi, les attentes et l évaluation de cette aide ne seront pas communes à tous les acteurs. Questionner ce concept d évaluation m est alors apparu comme central dans ma démarche de recherche. L ÉVALUATION : entre jugement personnel et critères objectifs Je présenterai en premier l évaluation diagnostique. Faite en préambule d une cession de formation, il est selon Hadji [3] intéressant de la voir en négatif par rapport à ce qui doit être acquis mais aussi en positif pour mettre en valeur les compétences existantes. La multiplicité des acteurs de l aide au développement montre autant de réponses qu il y a d actions. Il semble 40 2 Organisation des Nations Unies. 3 REY A. Dictionnaire historique de la langue française. Paris : Le Robert, 1998 : p

3 Si la nature de l évaluation est dans une action d appréciation intégrée au processus de formation, elle sert alors à faire progresser en donnant des notions d objectifs à atteindre. Sa fonction est dans le progrès, l évolution. Une évaluation formative va donc essayer de donner de la valeur à.... C est une aide à l appropriation qui consiste à laisser au sujet la possibilité de transformer ce qu il prend. Enfin, si sa nature est dans une action de mesure du résultat par rapport à une norme préétablie, elle a alors plus principalement une fonction de contrôle. C est suivant Mialaret (1984) une évaluation sommative. L évaluation est comprise ici dans le sens de donner la valeur de L évaluation sommative est décrite par Hadji [3] comme une évaluation récapitulative, se faisant à la fin d un processus, servant à apprécier après coup celui-ci : c est un bilan, une somme, le plus souvent ponctuelle et normée. L évaluation est une pratique centrale dans la profession de cadre. Dans son rôle de cadre-formateur, il est confronté à l obligation de donner aux institutions des notes, des bilans, des diplômes justifiant, si ce n est de la compétence, tout du moins de la capacité qu ont les étudiants à se conformer aux comportements et aux savoirs attendus. Conscient de sa subjectivité et pour ne pas reproduire l erreur disant que l évaluation n évaluerait que l évaluateur, il se construit des grilles, des règles, des normes. Pour mieux se dégager des habitudes de la profession, il choisit même de proposer à ces étudiants des dispositifs d auto-évaluation [4]. La stratégie étudiante, visant à juste titre à obtenir le fameux quitus lui ouvrant les portes de la profession, cherchera certainement à deviner la perception qu a leur formateur de leur production. Il met en avant deux possibilités : soit le formateur est sensé détenir la vérité dans sa matière et alors se conforter à ses attentes c est être dans le juste, soit tout simplement parce que les enjeux liés à son pouvoir exercent une certaine contrainte [4]. Nous pouvons facilement imaginer ici le pouvoir et les contraintes. Comme les concepts d évaluation ou de représentations sociales, celui d autonomie est éminemment polysémique. La représentation de l autonomie que se font les membres de KDM n est certainement pas la même de celle que se font nos partenaires locaux. L étude du concept qu il sous-tend peut permettre d éviter des confusions de sens. AUTONOMIE OU INDÉPENDANCE? Il est possible de traduire littéralement l autonomie par se donner à soi-même ses propres normes en s appuyant sur les racines grecques du mot [5]. Dans le champ des professions de la rééducation, on peut remarquer que les ergothérapeutes semblent être ceux qui ce sont le plus penchés sur la définition de ce concept. N. Turlan par exemple [6], montre toute l ampleur de la tâche quand il s agit de conscientiser la notion d autonomie pour améliorer les pratiques. Pour lui, le gain d autonomie est une finalité existentielle de l être humain. Ainsi, si l environnement reste stable, il est d autant plus facile à l individu d être autonome en ne maîtrisant que sa tâche. Dans son approche philosophique du concept, il relie tout d abord l autonomie au processus par lequel on se différencie, on devient autre. En ce sens, l autonomie existe avant l indépendance. D un point de vue cognitif, la première difficulté pour devenir autonome serait d avoir conscience de nos difficultés, et donc faire de l auto-évaluation, seul moyen pour entraîner un désir de modification. Turlan [6] tend à montrer que l être humain n est pas autonome mais qu il a les capacités de le devenir tous les jours un peu plus. M.-A. Hoffmans [7] mène sa réflexion en ce sens où, selon elle, il n y a pas d autonomie sans socialisation. D une confrontation avec l environnement l autonomie devient lieu de projection, espace de valeur. Tout en créant cet espace personnel, l environnement nous le délimite car d après Hoffmans, nous ne pouvons être autonomes qu enserrés dans un système de lois, qu aspirés par une dynamique. Nous pouvons également nous appuyer sur deux définitions qui mettent elles aussi l autonomie en nécessaire rapport avec l environnement. Celle de M. Schwarz 4 selon qui l autonomie véritable se manifeste dans la capacité de 3 REY A. Dictionnaire historique de la langue française. Paris : Le Robert, 1998 : p SCHWARZ M. Autonomie : buts thérapeutique, professionnel, personnel. Journal d Ergothérapie 1991;13:

4 FORMER DES RÉÉDUCATEURS : TRANSFERT DE TECHNIQUES OU APPRENTISSAGE DE L AUTONOMIE? juger ses propres compétences en jeu dans les rapports sociaux, de se rendre sérieusement compte de ses actions, et de prendre en charge le développement de sa personnalité selon ses propres valeurs. Là encore, l auto-évaluation est mise en avant. Également, celle donnée par J.-P. Guihard 5 énonçant que l autonomie d autrui implique que celui-ci puisse être responsable de ses choix de vie, de gérer ses dépendances. Pour tenter de positionner maintenant le concept dépendance/indépendance avec la notion d autonomie, nous pouvons utiliser la présentation faite par MM. Le Gall et Ruet [8]. Être indépendant c est être en capacité de..., que nous pourrions synthétiser par l expression pouvoir faire. En revanche, l autonomie est selon eux la liberté d un sujet à se gouverner soi-même, de maîtriser ou gérer l ensemble des situations de vie quotidienne dans lesquelles l individu évolue régulièrement. Nous pourrions ici utiliser l expression vouloir agir. Pour donner un exemple classique de la variation entre indépendance et autonomie, le mythe d Antigone de Sophocle s impose à nous. En effet, cette jeune femme est dépendante des règles de le cité au point d en perdre la vie mais elle a l autonomie de les transgresser, elle s autorise à passer outre, ses règles morales envers son frère lui paraissant plus importantes. Nous pouvons synthétiser ces deux notions en présentant l autonomie comme un désir et une volonté entraînant une liberté de choix, alors que l indépendance est dans le champ de la capacité matérielle. Pour résumer, un aide-kinésithérapeute pourra devenir autonome dans sa profession non seulement en regard de formateurs de KDM mais également en regard de ses collaborateurs et de ses employeurs. Je souhaite insister sur le fait que l autonomie est un processus, une volonté en perpétuelle modification car se positionnant en regard d un environnement. C est en se dégageant d un modèle que l on arrive à se construire soimême : nous ne rendons pas les autres autonomes, ce sont les autres qui prennent leur autonomie. En synthétisant ces différents concepts et problématiques, il m a semblé possible de reformuler ma question de départ en essayant de savoir si KDM avait permis à ses partenaires locaux de prendre leur autonomie grâce au type de formation qu elle assure. Pour tenter de répondre à cette question, j ai mis en place une recherche visant à interroger le terrain en partant d une hypothèse simple : la maîtrise des techniques du métier influence l autonomie du professionnel. HYPOTHÈSE ET OBJECTIFS DE KDM : concordance dans l analyse? Avant de tester cette hypothèse auprès des bénéficiaire de la formation, il semble légitime d en questionner les termes mêmes auprès des membres de KDM afin de s assurer qu elle correspond 42 5 GUIHARD J.-P. Cadre conceptuel : autonomie. Ergothérapie : guide des pratiques. Paris : TMS, 2000.

5 effectivement aux objectifs de la formation dispensée. C est avec le souci de ne pas travestir la volonté de cette association que cette pré-étude est menée. Elle a permis également de me dégager de la posture d acteur engagé et subjectif pour prendre celle de l observateur, plus neutre. Cette pré-recherche s est appuyée sur des entretiens semi-directifs menés auprès des membres de KDM. Le choix de ce type d entretien s est fait afin de laisser parler librement les acteurs de cette formation et de ne pas les orienter vers des réponses consensuelles. Grâce à la méthode présentée par L. Bardin [9], l analyse de ces entretiens montre bien la supposition faite par les responsables de KDM d une relation de cause à effet entre la formation technique d agent de rééducation et leur prise d autonomie. Cette association part du principe que l autonomie du professionnel se développe d autant que sa maîtrise des techniques et des savoirs nécessaires à son métier est grande, même si ce professionnel n est pas à l origine de la construction de ce savoir. En ce sens, cette analyse conforte les termes de l hypothèse posée ci-dessus et permet maintenant de tester sa validité plus sereinement. RECHERCHE : l hypothèse est testée auprès d une association indienne C est auprès de Howrah South Point (HSP), dont la formation d aide-kinésithérapeutes s est terminée voilà maintenant dix ans, que la recherche a été menée. L utilisation d une méthode expérimentale s est imposée d elle-même du fait du type de l hypothèse mettant en relation deux variables, de mes aspirations propres ainsi que du temps limité mis à ma disposition pour le recueil des données. Parti trois semaines à Calcutta 6 et dans sa région, c est grâce à l utilisation d entretiens directifs auprès de ces 6 Capitale du Bengale occidental, Inde. aide-kinésithérapeutes que j ai pu recueillir les données nécessaires à mon travail. Cependant, il est bon de remarquer que le nombre de personnes interviewées (40) reste limité et donc que les conclusions tirées de cette recherche ne sont entièrement valides que dans ce contexte particulier. De plus, l utilisation de l anglais pour notre communication a pu s avérer être un écueil du fait de nos limites respectives à la compréhension de cette langue étrangère à tous. Après le dépouillement des entretiens et la classification des résultats par variable, la recherche d un lien de causalité entre ces variables a été effectué grâce à l utilisation d un outil statistique, le 2 (prononcé Ki 2). Le résultat des calculs donne une validation de l hypothèse. Je peux en déduire que l hypothèse est vérifiée avec un pourcentage d erreur possible inférieur à 1 %. Il existe donc bien un lien de causalité entre les deux variables Maîtrise technique et Autonomie au pourcentage d erreur près. En terme plus clair et toujours en restant dans le champ limité de cette étude, nous pouvons maintenant affirmer que la maîtrise des techniques propres au métier influence l autonomie du professionnel. 43

6 FORMER DES RÉÉDUCATEURS : TRANSFERT DE TECHNIQUES OU APPRENTISSAGE DE L AUTONOMIE? DISCUSSION MENÉE SUR LA RECHERCHE ET SUR LES RÉSULTATS Cette discussion ne vise en aucune manière à remettre en cause la nécessité de l évaluation et de la notation. Mais avoir conscience des écueils peut permettre de prendre de la distance par rapport à une pratique d évaluateur. L une des missions du cadre de santé pourrait donc être de savoir allier les différentes formes d évaluation suivant les contextes. Le recueil des données sur le terrain permet également de rapprocher le sentiment d autonomie qu éprouvent les aides-rééducateurs indiens dans leur profession et la notion d autonomie facilitée pour l individu quand son environnement est stable. Les professionnels interviewés en Inde ont tous fait part d une déstabilisation plus ou moins importante suivant les individus devant la recrudescence des cas d enfants IMC. La rééducation des enfants porteurs de ce handicap nécessite le recrutement de compétences différentes que celles nécessaires pour le traitement des séquelles de la poliomyélite. Bien que formés à la masso-kinésithérapie nécessaire aux enfants IMC, les partenaires indiens se retrouvent démunis devant les besoins en ergothérapie, orthophonie, éducation spécialisée... Ainsi, devant cet environnement instable, leur sentiment d autonomie, la confiance qu ils ont dans leur compétence et dans la qualité des soins qu ils apportent aux enfants est remise en cause. Dans le sens de la problématique de KDM sur la pérennité de son action, il semble encore ici nécessaire de se poser la question de l action menée et de la méthode employée. Il apparaît en regard de cette évolution de l environnement que l habitude prise à construire soi-même son propre savoir permettrait une meilleure adaptabilité du personnel formé. BILAN PERSONNEL En m apportant des bases théoriques sur l apprentissage, l évaluation et les méthodologies de recherche, ce travail de mémoire ainsi que cette année de formation m ont permis de réfléchir sur les mécanismes d appropriation des savoirs et leur transformation en connaissances, de regarder un même objet d étude sous plusieurs angles d approche. Il m apparaît maintenant plus clairement qu il est impossible de parler d autonomie professionnelle quand il n y a pas de transfert de compétences acquises face à de nouvelles situations. Ce travail m a également montré qu il est facile de tomber dans la reproduction d un modèle avec un maître expert quand on se trouve dans l apprentissage d un savoir-faire. C est à mon avis un frein à la fois pour l autonomie du nouveau professionnel mais également pour la progression de la profession. 44

7 PERSPECTIVES Il me semble maintenant utile de mettre en place les conditions d un questionnement auprès des membres de KDM. Ceci afin de peut-être encore mieux répondre aux attentes de nos partenaires locaux et à l objectif principal de l association. En proposant par exemple de laisser les étudiants construire euxmême leur propre acquis, cela pourrait ne pas cristalliser des savoirs qui ne seraient qu apportés mais aussi permettre de gérer l imprévisibilité, l instabilité. Rentrer dans la démarche de projet, avoir une méthodologie peut amener à un autoquestionnement nécessaire. Il n en reste pas moins que les savoirs de base restent indispensables dans une formation et que des obligations de temps et des impératifs d efficacité à court terme donnent toute leur légitimité aux apports externes. Pour un cadre de Santé, avoir pris conscience de cet aller et retour constant entre implication et mise à distance me permettra sans doute une plus grande objectivité dans mon rôle d évaluateur. CONCLUSION Cet article n a pas pour vocation d être un point final et définitif à la discussion mais plutôt une façon de se recentrer sur le travail effectué. Outre l éclairage donné sur les différentes notions théoriques et sur une certaine adéquation entre les moyens mis en œuvre par KDM et les objectifs affichés, cette étude a permis de conscientiser les inévitables différences existant dans les représentations propres à chaque individu. L exercice de la fonction de cadre de Santé ne peut a priori que s enrichir d une telle mise à distance. Cette distance permet de ne pas évaluer l autre, son opinion, son travail, sans prendre en compte le contexte, la situation et ainsi d avoir une vision plus globale de la réalité. Cette notion de prise en compte des demandes et des attentes d une équipe ou d un partenaire de travail semble être centrale dans l atteinte des objectifs d un projet commun. Le cadre ne devrait peut-être pas uniquement faire des choix suivant ses seules convictions et ses seules compétences, mais également savoir reconnaître la singularité des individus. L exclusive fatalité, l unique tare qui puissent affliger un groupe humain et l empêcher de réaliser pleinement sa nature, c est d être seul. [1 : p. 73]. C est sur cette notion de travail en équipe et de qualité de la relation humaine qu il me semble pertinent de construire la pratique professionnelle du cadre de Santé. Indexation Internet : Évaluation Formation Humanitaire Bibliographie et annexes pages suivantes 45

8 FORMER DES RÉÉDUCATEURS : TRANSFERT DE TECHNIQUES OU APPRENTISSAGE DE L AUTONOMIE? Bibliographie 1. LEVI-STRAUSS C. Race et histoire. Paris : UNESCO, 1952 (réédition 1987). 2. JODELET D. Les représentations sociales. Paris : PUF, HADJI C. L évaluation, règles du jeu : des intentions aux outils. Paris : ESF, De KETELE J.-M. Balade au pays de l auto-évaluation. Enjeux 1991:n REY A. Dictionnaire historique de la langue française. Paris : Le Robert, TURLAN N. L autonomie : approche conceptuelle pour une meilleure pratique. Journal d Ergothérapie HOFFMANS-GOSSET M.-A. Apprendre l autonomie, apprendre la socialisation. Paris : Chronique Sociale, Le GALL M., RUET J. Évaluation et analyse de l autonomie. Encyclopédie Médico-Chirurgicale Paris : Elsevier (kinésithérapie-rééducation fonctionnelle, A-10). 9. BARDIN L. L analyse de contenu. Paris : PUF, 1977 (10 e édition, 2001.) 46

9 ANNEXE 1 GUIDE D ENTRETIEN DIRECTIF POUR HOWRAH SOUTH POINT (HSP) Maîtrise des techniques du métier Critères Indicateurs Formation 1- Réussite à l examen - examen échoué : Non - examen réussi : Oui 2- Promotion - pas nommé formateur : Non - nommé formateur : Oui Expérience 1- Nombre d années - moins de 8 ans : Non - plus de 8 ans : Oui 2- Temps de travail - temps partiel : Non - temps plein : Oui Auto-évaluation 1- Sentiment personnel de maîtrise technique - inexistant : Non - faible : Non - moyen : Non - fort : Oui - complet : Oui Satisfaction des patients externes 1- Respect des rendez-vous - ne reviennent jamais : Non - reviennent rarement : Non - épisodiquement : Non - vienne régulièrement : Oui - à chaque rendez-vous : Oui Évaluation des pratiques 1- Expert 1 - pratique mauvaise : Non par des experts - pratique médiocre : Non - pratique moyenne : Non - pratique bonne : Oui - pratique excellente : Oui 2- Expert 2 - pratique mauvaise : Non - pratique médiocre : Non - pratique moyenne : Non - pratique bonne : Oui - pratique excellente : Oui Volontariat 1- Suivre la formation - imposé : Non - choix personnel : Oui DÉCOMPTE : /9 réponses Autonomie dans la profession Critères Indicateurs Prise de décision 1- De manière individuelle - jamais : Non - rarement : Non - quelquefois : Non - souvent : Oui - constamment : Oui 47

10 FORMER DES RÉÉDUCATEURS : TRANSFERT DE TECHNIQUES OU APPRENTISSAGE DE L AUTONOMIE? Représentation personnelle 1- Sentiment d autonomie dans la profession - inexistant : Non - faible : Non - moyen : Non - fort : Oui - complet : Oui 2- Sentiment d appartenance à la profession - inexistant : Non - faible : Non - moyen : Non - fort : Oui - complet : Oui Dépasser la formation initiale 1- Formations complémentaires - inexistant : Non - faible : Non - moyen : Non - fort : Oui - complet : Oui Engagement 1- Estimation par supérieur hiérarchique - inexistant : Non - faible : Non - moyen : Non - fort : Oui - total : Oui Positionnement au regard 1- Conflit sur un point technique - soumission : Non du pouvoir 1- avec la hiérarchie - mutisme : Non - résignation : Non - position marquée : Oui - conflit ouvert : Oui 2- Poste dans la hiérarchie - sans responsabilités : Non - avec responsabilités : Oui DÉCOMPTE : /7 réponses ANNEXE 2 GUIDE D ENTRETIEN HSP 48 Ce guide d entretien a pour but de laisser parler le plus librement possible les personnes interrogées sur leur ressenti quant à la formation dispensée et ses résultats. Le but final est de tirer des paroles de chacun des critères et des indicateurs sur leur maîtrise technique et leur autonomie. 1. Pouvez-vous décrire les rôles, fonctions et actions qu a eu KDM 5. Pour vous, qu est-ce qu est exactement un masseur-kinésithérapeute? auprès de votre Association? Qu est-ce que cela veut dire être masseur-kinésithérapeute? 2. Qu est-ce que cela a changé pour vous? De votre point de vue, 6. Pensez-vous être autonome dans votre travail? quelle charge de travail supplémentaire cela a-t-il amené? 7. D un point de vue général comme dans une activité professionnelle, 3. Pensez-vous que cette action était légitime? Utile? Souhaitée? qu est-ce qu être autonome veut dire pour vous? À quoi cela vous Croyez-vous en l efficacité d une telle action? fait-il penser? 4. En dehors des données matérielles, techniques et pratiques, KDM a- 8. Pour vous, qu est-ce que veut dire être handicapé? t-elle apporté autre chose? Plus que des techniques, KDM a-t-elle partagé d autres choses avec vous?

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Description du marché de l interim management

Description du marché de l interim management Description du marché de l interim management en Belgique Etude réalisée à la demande de a division of Septembre 2008 Market Probe Europe guy.morre@askbmi.com Sommaire 1. Objectifs de l étude 2. Méthodologie

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Présentation en soutien au webinaire réalisé dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

Réingénierie du Diplôme de Masseur Kinésithérapeute. Point d étape Organisations professionnelles COPIL Journée UIPARM 3 octobre 2014

Réingénierie du Diplôme de Masseur Kinésithérapeute. Point d étape Organisations professionnelles COPIL Journée UIPARM 3 octobre 2014 Réingénierie du Diplôme de Masseur Kinésithérapeute Point d étape Organisations professionnelles COPIL Journée UIPARM 3 octobre 2014 Commencée en fin 2007 -Rappel historique- Groupe de travail: initié

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010

Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010 Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010 11/05/2010 IWSM 1 Le Projet de Service de Santé Mentale = un processus dynamique Diagnostique (état des lieux) Autoévaluation Définition des objectifs et du plan d action

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons

Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Commission Consultative Sous-Régionale du Dispositif Intégré d Insertion Socio- Professionnelle de Mons Projet d action d animation visant à développer des pratiques collectives d écoute et de participation

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management SOMMAIRE L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3 Cycle - Management CMM1 : Apprendre/renforcer son savoir être managérial p. 5 CMM2 : Améliorer sa relation à l autre pour mieux communiquer avec la

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS?

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS? Travailler en îlots bonifés selon la méthode pédagogique créée par Marie Rivoire. par Catherine Manesse et Anne Dauvergne IPR Langues vivantes Académie de Dijon Cette façon de travailler, dont on entend

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation

Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation Tableau synthèse de la situation d apprentissage et d évaluation Comment l action humaine est essentielle à la reconnaissance et à la garantie des droits et libertés aujourd hui comme à l époque de la

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Formation PNL ICS PNL

Formation PNL ICS PNL Formation PNL ICS PNL Christel SOLER ICS PNL 2015/2016 www.ics-pnl.com PNL Programmation Neuro Linguistique La PNL à été fondée dans les années 1970 par Richard BANDLER et John GRINDER. Née de plusieurs

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Pratiques psychologiques Le psychologue du travail. Licence 1. Psychologie

Pratiques psychologiques Le psychologue du travail. Licence 1. Psychologie Pratiques psychologiques Le psychologue du travail Licence 1. Psychologie Nadra Achour-2014 ISSHT-Université Tunis-El Manar Introduction Qu est ce qu un psychologue du travail? Ses champs d intervention?

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Sommaire Introduction... 1 1. La gestion des connaissances dans l entreprise... 1 2. La démarche... 2 2.1. Capitalisation des connaissances...

Plus en détail

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise.

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Introduction Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Recruter présente un enjeu stratégique et sociétal pour l entreprise en termes de 2 : 1. Productivité : le choix

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Les stratégies de prévention du tabagisme développées par les structures qui encadrent les jeunes

Les stratégies de prévention du tabagisme développées par les structures qui encadrent les jeunes Le réseau régional d Education Pour la Santé Membre du réseau de l'institut National de Prévention et d'education pour la Santé et l Institut Rhône-Alpes de Tabacologie Les stratégies de prévention du

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail