1 Introduction Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Introduction. 2001.01 Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun"

Transcription

1 Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun Professeur à l Université Saint-Joseph de Beyrouth Professeur invité à l IAE de Paris Résumé: De nombreuses entreprises sont confrontées aux problèmes issus de la pratique de la gestion dans des contextes culturels différents. La délocalisation de certaines activités de l entreprise, leur expansion commerciale vers de nouveaux marchés, le recours à des fournisseurs lointains et situés dans différents pays, le développement de l immigration avec des ressources humaines caractérisées par une diversité culturelle engendrent des obstacles à la mise au point de procédures managériales uniformes et un retard dans les prises de décision à cause des facteurs culturels, éthiques et sociaux reliés aux décisions managériales. Le développement du management interculturel fut accompagné par une large diffusion de l information et l intérêt croissant des consommateurs pour les valeurs morales ainsi que le respect de l éthique. Toutes les entreprises tentent actuellement d inclure les dimensions sociale et éthique dans leur prise de décision mais des problèmes émergent au niveau des activités internationales de l entreprise car de nombreuses valeurs sont différentes et des interprétations variées sont formulées par les consommateurs selon leur culture et leur code. L adoption d un code de conduite ou la mise en place d un ensemble de principes peuvent-ils constituer une solution aux nombreux problèmes résultant de la dimension internationale de l entreprise? Mots-clés: Management interculturel, éthique, mondialisation, codes de conduite, stratégies des Entreprises multinationales. Abstract:Many companies are facing due to cultural diversity. Diversity in work place is increasing with globalization, markets expansion, larger immigration and transfer of manufacturing operations to remote countries. The cultural diversity within companies and relations with consumers in different markets have many consequences on procedures and managerial decisions. The development of cross cultural management is oftenly associated with business ethics because decisions and actions are perceived differently according to the culture. Many companies are considering the social consequences on the community and ethical outcome of their decisions. Could the codes of conduct and business principles offer the solutions and became part of cross cultural management? Keywords: Cross cultural management, ethics, globalization, codes of conduct, corporate strategies, multinational companies. 1 Introduction La finalité de l entreprise est la création de richesses dont bénéficient, directement ou indirectement et à différents degrés, les actionnaires, les employés, la collectivité et les pouvoirs publics. Divers facteurs favorisent le développement des entreprises multinationales implantées dans divers marchés avec des équipes d employés/ ouvriers de culture différente dont notamment la globalisation des marchés et les nouvelles techniques d information et de communication qui incitent les entreprises à standardiser l organisation et les procédures de travail dans toutes leurs activités tout en instaurant un contrôle plus efficace. La mondialisation caractérisée par la libre circulation des biens/services et les NTIC favorisent les partenariats entre des entreprises, de culture distincte et de styles managériaux différents, apparues dans des pays différents et souhaitant exploiter leur caractère complémentaire ou un avantage compétitif qui manque à l une et se retrouve chez l autre (matières premières,

2 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR expertise, main d oeuvre, marchés adéquats, ) et la notion de «stakeholders» ou «teneurs d enjeux» largement acceptée dans les entreprises stipule l étude de l impact des décisions managériales sur tous les intervenants. Figure 1 : Teneurs d enjeux Producteurs de matières premières Actionnaires Grossistes Institutions Financières Sous-traitants Multinationale détentrice de la Marque Prestataires de Services Distributeurs Consommateurs Les entreprises multinationales (EMN) produisant ou distribuant leurs produits dans deux pays ou plus dominent la production mondiale dans la plupart des grands secteurs d activité: automobile, électronique grand public, chimie, produits pharmaceutiques et pétrole. Elles sont à même de réaliser d importantes économies d échelle et de mettre en place de vastes réseaux de distribution. Les 500 plus grosses d entre elles représentent plus de la moitié du commerce mondial. (The fortune global 500, 2000). La large diffusion de l information et la prise de conscience des consommateurs du pouvoir de sanction qu ils détiennent et imposent aux entreprises une transparence (responsibility, traceability and accountability). La globalisation des marchés a entraîné l imposition d une série de normes courantes dans les pays développés. Ces normes ont été appliquées sur les opérations de production, à coût réduit, se déroulant dans un contexte différent (les pays en voie de développement) avec les produits finis souvent destinés aux consommateurs des pays développés détenant un pouvoir d achat élevé et qui sont sensibles aux normes et valeurs. Les normes, initialement orientées vers la qualité, ont été progressivement étendues à différents aspects socio-économiques suite à la prise de conscience des consommateurs de leur pouvoir de sanction et des conditions difficiles de travail des ouvriers fabriquant des produits qui leur sont destinés; le sentiment de culpabilité a été nourri par les médias et les ONG actives dans les pays en voie de développement. Le pouvoir de sanction détenu par les consommateurs a été utilisé à maintes reprises, ce qui a incité les entreprises concernées à améliorer directement ou indirectement les conditions de travail des ressources humaines impliquées dans les opérations de production dans divers pays et dans des contextes culturels différents. Divers dysfonctionnements ont été identifiés dans les procédures managériales classiques et une nouvelle approche des problèmes globaux doit être mise au point avec des adaptations locales dans le cadre d une transparence absolue afin de développer la confiance des consom-

3 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR mateurs dans les entreprises multinationales souvent dessinées à l image d une pieuvre tentaculaire avec l obsession de la rentabilité au mépris du bien-être de la collectivité. 1-1 Stratégies et réalités Des stratégies flexibles ont été introduites pour gérer la diversité «think global and act local», avec la diminution du «one size fits all»; de même les entreprises ont tendance à formaliser les valeurs implicites, les politiques internes et les procédures d audit sous la pression des consommateurs et de l opinion publique. Economiquement, les entités les plus puissantes du monde ont été répertoriées en 1999 et il est possible de constater que sur la liste des 100 entités économiques les plus puissantes, 51 entités sont des entreprises multinationales caractérisées par leur chiffre d affaires et 49 sont des pays caractérisés par leur PNB.G.M. (153 md$), Wal-Mart (140 md$), IBM (81 md$), Philip Morris (75 md$), AT&T (54md$), HP (43 md$), P&G (39 md$), figurent devant de nombreuses économies développées et détiennent des pouvoirs étendus à travers leurs contributions à la Société et leur rôle dans le développement ainsi que les changements qu elles peuvent initier. Leurs dirigeants peuvent être assimilés à des chefs d état et de gouvernement, «élus» par des actionnaires et œuvrant pour le bien-être d une collectivité, disposant de moyens relatifs à la taille de l entreprise; à mesure de la croissance des entreprises, des demandes sont formulées pour qu elles assument davantage de responsabilité à cause de leur impact sur l économie internationale et les collectivités locales. L éthique dans les entreprises permet d éviter les abus et de créer une atmosphère saine pour l exercice du management ainsi qu une coopération étroite avec les intervenants dans l entreprise; cependant la dimension internationale de l entreprise engendre une réflexion relative à la standardisation des procédures managériales car l adoption de procédures différentes dans chaque pays risque de violer le principe de l équité et favoriser la discrimination positive ou négative entre des personnes appartenant à une même institution fédérée par une culture, mission et des codes communs. Cependant les procédures standardisées adoptées par une multinationale peuvent constituer une aberration si elles sont appliquées dans une même situation dans différents pays; par exemple la réaction d un cadre expatrié aux infractions potentielles suivantes commises par un employé et notifiées aux pouvoirs publics: - Vol à l entreprise Légère peine de prison en Europe Amputation en Arabie Saoudite Peine capitale en Chine - Alcoolisme Indifférence en Europe Longue peine de prison en Arabie Saoudite - Toxicomanie Programme de désintoxication/réhabilitation en Europe Fouet et longue peine de prison dans les pays islamiques Risque de peine capitale en Turquie et en Thaïlande - Harcèlement sexuel 1-2 Recours aux principes Proposer des principes assez généraux à considérer dans le cadre de toute prise de décisions tout en laissant une marge de manœuvre permettant de tenir compte des réalités locales pourrait offrir une solution aux différences culturelles à travers la réalisation d un équilibre des extrêmes.

4 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Le respect d un ensemble de valeurs qui constituent la dimension morale de toutes les activités de l entreprise et le respect des traditions locales sont conciliables; cependant les cadres de l entreprise font face à de nombreuses incertitudes culturelles dans leur prise de décision car le contexte est déterminant quand il est nécessaire de distinguer le bien et le mal. Les valeurs de référence adoptées doivent être communes aux cultures occidentale et orientale ainsi qu aux différentes religions. 1-3 Dimension éthique Le respect de l être humain à travers la conception d un cadre de travail sécuritaire et agréable ainsi que le respect des droits de l homme avec un modèle de citoyenneté permettent d aboutir à un leadership éthique à travers la définition et l application de conditions strictes aux fournisseurs et aux clients. L autorisation aux filiales de formuler des normes éthiques adaptées à la nature et la localisation géographique de leurs opérations, l appui aux efforts de lutte contre la corruption institutionnelle et le recours à l imagination contournent plusieurs obstacles locaux (Coca Cola contribue à planter des arbres en Egypte). 2 Codes de conduite internationaux: composante du management interculturel 2-1 Droits de l homme La violation des Droits de l Homme peut prendre diverses formes et plusieurs entreprises ont réagi dans le passé face à des violations commises par des sous-traitants ou des fournisseurs; à titre d exemple Levi Strauss a réagi contre le travail forcé des prisonniers politiques en Chine, Nike a fait face au travail des enfants au Cambodge selon le programme «panorama» diffusé sur la BBC le 15 octobre 2000 ainsi qu au droit à la libre association, la syndicalisation et la grève au Mexique. Certaines entreprises américaines ont versé des dédommagements pour éviter des poursuites judiciaires suite à des accusations de harcèlement et d abus telles que Grace culinary system (USA Today, [29], 27/7/2000), de discrimination dont fut l objet Microsoft de la part d un groupe afro-américain (San Jose mercury news, [27], 7/10/2000), de rémunération inéquitable et d absence d un salaire minimal dans les opérations de production de divers articles pour le compte de Liz Clairborne et de Calvin Klein à Northern Marianes (Christian science monitor, [17], 3/4/2000). D autres éléments relatifs aux droits de l Homme doivent être appliqués dans le cadre du suivi des plaintes des employés, la définition de la durée du travail régulier et du tarif des heures supplémentaires, les congés et les vacances payés ainsi que, si nécessaire, les congés de grossesse et de maternité tout en évitant de réduire le salaire des employés qui n atteignent pas les quotas de production fixes. 2-2 Santé et securité Les mauvaises conditions de travail dans les usines de confection à Saipan et les répercussions sur plusieurs distributeurs américains commercialisant ces produits dont notamment Sears et JC Penney (San Francisco chronicle, [25], 10/8/1999 et San Francisco examiner, [26], 4/3/2000) ont permis de développer une série de recommandations à instaurer dans les unités de production telles que la protection contre les accidents de travail et les maladies professionnelles, la mise à la disposition des ouvriers/employés des salles d eau avec un accès permanent ainsi qu une cafétéria, l installation de mécanismes de sécurité sur les machines avec formation des ouvriers, la climatisation suffisante du lieu de travail, la fourniture aux ouvriers

5 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR de vêtements, de bottes et de gants assurant une protection efficace contre les dangers usuels, la mise en place d un matériel de lutte contre les incendies et la formation du personnel à l utilisation de ce matériel Cependant l adoption de ces recommandations n est pas suffisante et pourrait se heurter à des obstacles culturels entravant la communication ou des codes différents engendrant une incompréhension et une insatisfaction mutuelles pouvant entraîner parfois des conséquences tragiques (catastrophe de Union Carbide à Bhopal en Inde). 3 Critères adoptés pour le choix d un pays d implantation: exemple de Levi Strauss & Company L étude des caractéristiques des pays susceptibles d accueillir une implantation ou dans lesquels une coopération est envisagée avec des partenaires locaux, permet d identifier les risques potentiels au niveau de l image de la marque, la santé et la sécurité des employés, la situation des droits de l homme, les contraintes légales imposées par les pouvoirs publics, la stabilité politique et sociale ainsi que la situation économique et le pouvoir d achat des consommateurs. Dans le choix des partenaires locaux il est nécessaire de vérifier la compatibilité de leurs pratiques managériales avec les pratiques de l entreprise au niveau de la protection de l Environnement, du respect de l éthique, de l application des lois, des procédures de recrutement/ promotion et de l engagement dans la collectivité (Women s wear daily, [30], 1998). Certaines entreprises présentes en Chine ont dû reconsidérer leurs stratégies et les options offertes varient entre le compromis et la rupture totale avec souvent une stratégie intermédiaire: - Continuer à opérer directement tout en évitant d aborder les problèmes des droits de l homme. - Constituer une Joint Venture avec un opérateur local assumant les responsabilités légales et sociales. - Maintenir la présence en Chine tout en œuvrant à l amélioration des droits de l homme. - Quitter la Chine en cessant les activités directes ou la sous-traitance. - Rompre toute relation avec la Chine en arrêtant l achat de matières premières. 3-1 Les approches de la conformité et de l intégrité L approche de conformité consiste à respecter des directives assez générales; ainsi Nike, qui adopte cette approche, a invité ses sous-traitants à respecter les législations locales et internationales permettant d éviter les sanctions légales et morales (Challenges, [16], 2001). Nike évalue ses relations avec ses partenaires en fonction de l approche de conformité que de nombreuses multinationales tendent à adopter (The Oregonian, [24], 1999). L approche de l intégrité consiste à établir un code de conduite en se basant sur un ensemble de principes ce qui permet de dépasser le simple respect d un cadre légal. Reebok a développé une stratégie d intégrité se conformant à toutes les normes locales exceptées certaines telles que les heures de travail, le travail des enfants et l environnement pour lesquelles il est plus exigeant car Reebok a mis en place des normes restrictives (Asian wall street journal, [15], 1998). La décision de plusieurs entreprises multinationales de cesser leurs activités dans certains pays (The Economist, [18], 1998) a engendré un choc positif mais la perte de milliers d emplois s ensuivit, ce qui nécessite de la part des entreprises l étude des conséquences de l adoption et l application de normes très restrictives inspirées des standards américains et européens; ces conséquences peuvent être désastreuses pour les employés et les ouvriers qui travaillent locale-

6 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR ment dans des conditions médiocres et susceptibles de devenir les victimes de l éthique avec la perte de leur emploi et une détérioration de leur situation socio-économique, sachant que ces personnes sont incapables d exercer une influence pour la modification de la situation prévalant dans leur pays. Les entreprises étudient également la relation entre les décisions éthiques de l entreprise et sa position concurrentielle à travers l estimation des coûts supplémentaires occasionnés par ces décisions, l impact au niveau de l image et du positionnement, la perception des consommateurs et les réactions des pouvoirs publics locaux essentiellement concernés par les décisions de l entreprise. Le développement dans les pays émergents, de zones franches industriels échappant aux réglementations nationales, constitue un risque car de nombreuses entreprises choisissent de s installer dans ces zones pour augmenter la productivité tout en réduisant leur coût au détriment des conditions de travail de leurs salariés; leur objectif primaire étant l amélioration de leur position concurrentielle. 3-2 La corruption L entreprise qui s engage dans cette voie assume des coûts supplémentaires qu elle doit répercuter sur ses prix de vente. Selon Transparency International qui établit annuellement un classement des pays selon la corruption, en se basant sur plusieurs critères, les pays les moins corrompus sont le Danemark, la Suède et la Finlande tandis que parmi les plus corrompus figurent l Inde, la Russie, l Indonésie, l Ukraine, la Yougoslavie et le Nigeria. Certains pays (l Italie, la Syrie et l Ouganda) ont lancé des campagnes anti-corruption. En Albanie, les entreprises paient 1/3 de leurs profits potentiels. En Indonésie, les paiements illicites constituent 1/5 des coûts d exploitation (The Economist,[19], 1999). 3-3 La règlementation et les pénalités U.S. Foreign Corrupt Practices Act (1988) Cette loi s applique à l entreprise, le cadre, le directeur, l employé, l agent local de l entreprise ou l actionnaire; elle stipule qu il est illégal de payer des pots de vin à des gouvernements étrangers ou leurs représentants afin de réaliser une transaction ou maintenir un contrat. Elle interdit tout paiement à travers des intermédiaires à des officiels étrangers, cependant les commissions aux intermédiaires sont autorisées. Les pénalités encourues par les entreprises ont été augmentées à 2 millions $ pour chaque infraction avec des peines de prison de 5 années avec des pénalités de $ pour les individus. Les entreprises américaines ont perdu 15 milliards $ de commandes potentielles en 1999 dans les pays où la corruption est tolérée. (U.S. Commerce Department). Certaines entreprises contournent la loi et continuent à payer des pots de vin à travers leurs filiales locales mais la majorité des entreprises se conforme à cette loi: - Unilever s est retirée de la Bulgarie afin d éviter la corruption. - Shell indexe le salaire de ses employés dans certains pays au respect de son code de conduite. Au niveau international, une convention a été adoptée par tous les membres de l OCDE ainsi que par d autres états et des mécanismes d une coopération internationale ont été mis en place pour la lutte contre la corruption et l engagement de poursuites judiciaires à l encontre des entreprises ayant recours à ces pratiques. Les Nations-Unies ont développé de nombreux programmes à finalité éthique, de transparence, de conformité et de respect des valeurs tels que «global compact» (Financial times,[20],

7 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR ) et les organismes non-gouvernementaux ont mis au point des programmes et des codes de conduite (Sullivan global principles, business responsibility, ). Les avantages de l introduction des systèmes éthiques résident dans la sensibilisation des cadres d entreprises à la dimension morale des affaires et leur offrir un cadre adéquat pour la prise de décisions tout en donnant un sens à l activité de l entreprise et à ses cadres dépassant sa finalité traditionnelle cantonnée à la croissance de sa part de marché, l optimisation des profits ou des dividendes aux actionnaires, 3-4 Le salaire minimal Le problème de la variété de niveaux de salaire minimal qu une entreprise paie à ses salariés dans des marchés différents et les critiques qui sont souvent formulées à l égard de ce salaire minimal, jugé trop bas et assimilé à une exploitation de catégories sociales vulnérables ne disposant que d une protection limitée, a été étudié par de nombreux organismes. Une norme intitulée «S.A. 8000» est appliquée par de nombreuses entreprises (Council on economic priorities accreditation agency, 1999). Concernant le salaire minimal, la norme recommande de couvrir les besoins de base (logement, nourriture, soins de santé, vêtements, éducation, transport, énergie et eau) ainsi que la détermination du ratio nourriture par rapport aux dépenses totales nécessaires avec l hypothèse de deux personnes actives par ménage ainsi qu une épargne équivalente à 10% du revenu total: (moitié de taille X coût de la nourriture X ratio des dépenses) + épargne (moyenne du ménage par personne alimentaires) Cette norme pourrait justifier les différents niveaux de salaire minimal qu une entreprise offre à ses salariés dans différents pays et la compatibilité du salaire avec le contexte économique local décisions morales Le problème réside dans la difficulté de quantifier coûts et bénéfices des scénarios envisagés et de vérifier que le scénario optimal respecte les droits, la justice sociale et les valeurs morales. Pour l application des principes de justice, il est nécessaire d identifier les conséquences de la décision managériale au niveau des libertés individuelles (liberté d expression, liberté politique, liberté d association, ) ainsi que les conséquences au niveau des droits (droit de propriété, droit à l activité et à l emploi, ). Un des objectifs poursuivis par l entreprise sera la sauvegarde de la justice en évitant l exploitation abusive d un groupe d employés ou de consommateurs. En évaluant les scénarios possibles, les questions suivantes peuvent être posées: - Les personnes désavantagées, seront-elles plus désavantagées suite à l action adoptée? - Cette action entrave-t-elle l équité ou offre-t-elle la même opportunité au public et aux employés de l entreprise? Conséquences managériales La décision managériale est très complexe avec la prise en compte des conséquences sociales qu elle engendre sur l environnement de l entreprise ainsi que les objectifs difficilement conciliables des «stakeholders». L entreprise, qui recourt ou accepte la corruption, sera la cible de demandes répétées dans ce domaine et victime du chantage; la corruption doit figurer dans les procédures de manière implicite ou parfois explicite. La culture de l entreprise est profondément affectée, la distinction des cadres entre le bien et le mal (right -wrong) devient plus difficile. En l absence de repères suffisamment explicites, la prise de décision est retardée avec une consultation préalable limitée aux initiés et non aux cadres concernés.

8 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Etude du problème Formation de différents scénarios Évaluation des conséquences de chaque scénario Choix du scénario optimal (réduisant les coûts et maximisant les profits) Vérification du scénario retenu pour le respect des principes et valeurs Non Oui Adoption et application du scénario L adoption d un ensemble de principes assez vagues engendre un risque de dérive de certains cadres qui s engagent dans des actions sur la base d un raisonnement par analogie ou par l extrapolation de cas précédents dans d autres pays ou d autres situations jugées similaires. L adaptation au contexte local prônée par de nombreuses entreprises multinationales peut être réalisée dans certains domaines mais il est indispensable de définir les éléments mentionnés dans la charte de l entreprise, son code de conduite, ses valeurs ou ses principes qui sont prioritaires et doivent être respectés dans toute circonstance et sur tous les marchés; toute entreprise opérant sur des marchés différents a le choix entre l adoption d un code universel ou des codes relatifs à chaque pays. Les fonctions Marketing et GRH sont très exposées aux opérations internationales; à titre d exemple, la majorité des entreprises offrant des «fringe benefits» à leurs employés y incluent une assurance-vie qui est indésirable dans les pays à culture islamique car l assurance-vie est considérée comme une exploitation de la vie humaine et de la mort ainsi qu un moyen de contrer la volonté de Dieu; de même les campagnes de promotion basées sur le tirage au sort ou le hasard sont contradictoires avec les pratiques islamiques. 3-5 Perspectives d avenir La mise au point d un ensemble de codes et de comportements relatifs aux activités de l entreprise et qu il est possible d adopter dans un contexte multiculturel à l intérieur de l entreprise ou inter-entreprise au niveau, dans une première étape, des dirigeants et chefs d entreprises, favoriserait la coopération et éviterait l émergence de certains problèmes d origine

9 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR culturelle à l instar du protocole adopté par la diplomatie (Le protocole, [8], 2001) permettant d interpréter correctement tous les signaux émis par les différents interlocuteurs. Après la défense des libertés, le droit à la santé, au travail et au respect de l environnement, le droit d ingérence économique et social est discuté au sein du haut commissariat aux droits de l Homme (Le Monde, [21], 11/5/2001) ce qui permet de surmonter la souveraineté des Etats et de sanctionner toute violation aux valeurs qui doivent être définies ou tout abus dont serait victime des travailleurs opérant dans des pays offrant une protection juridique et sociale insuffisante à leurs citoyens. Ce droit d ingérence reflète la mutation de la société civile et les conséquences de la mondialisation susceptibles d affecter de manière peu uniforme les citoyens et les travailleurs sur les différents marchés. L émergence des managers transnationaux qui constituent l interface entre la réalité opérationnelle locale et la stratégie dictée par le siège central permet aux entreprises de faire face à la complexité de certaines tâches internationales. Le rôle de ces managers consiste à gérer la diversité des marchés et les aspirations des cadres locaux, conformément aux priorités établies par le siège central (Kashani et Franch, 1999, [7]). Ils essaient de concilier les extrêmes en veillant au respect des objectifs stratégiques tout en s assurant de l implication des cadres et des ressources locales dans la réalisation des actions requises. 4 Conclusion Nike et Reebok, bien qu opérant dans un même secteur, ont adopté une approche différente de l éthique. La gestion d une entreprise multinationale implique sûrement la gestion de la diversité et les différences entre pays, cultures, environnements de travail, normes et législation mais le développement actuel de l immigration et le déplacement des consommateurs contraignent toutes les entreprises à faire face à la diversité sur leur marché domestique sous peine de l insatisfaction de leurs employés et consommateurs possédant des caractéristiques différentes et dont les attentes ne sont pas semblables. Les soucis de standardisation des procédures, d équité et de non-discrimination paraissent difficiles à concilier car les comportements et les actions des cadres d une même entreprise, opérant dans plusieurs pays ou sur des marchés différents à l intérieur d un même pays (exemple les Etats-Unis), sont perçus et interprétés différemment. Les entreprises en réseau, présentées comme une réponse à la globalisation des marchés, sont souvent constituées d entités juridiquement distinctes disposant d une autonomie et des styles de management différenciés souvent adaptés au contexte local; un code de conduite et des principes communs régissent leur activité car toute infraction légale ou morale affecte l image de la marque/enseigne avec des conséquences négatives sur tous les membres du réseau. La responsabilité de la qualité des produits/services incombe à la multinationale détentrice de la marque/enseigne malgré la sous-traitance et les partenariats à laquelle elle recourt; les consommateurs/actionnaires sanctionnent la multinationale pour toute insuffisance dans ce domaine. Par analogie, la responsabilité de la multinationale s étend aux violations à l éthique que commettent les sous-traitants/ partenaires. Avec la multiplication des infractions et les réactions qu elles ont suscitées grâce à la prolifération de l information, diverses organisations internationales ont récemment développé un cadre régissant les activités de l entreprise (OCDE, OIT, CCI, Table Ronde de Caux, Amnesty International, ) ainsi que de nombreuses ONG. Le programme «global compact for the 21st century» relatif aux Droits de l Homme, les normes de travail et la protection de l environnement a été lancé le 26 juillet 2000 par les Nations-Unies: les entreprises ont été invitées à adhérer à ce programme à travers la mise en place dans l entreprise d actions conformes aux valeurs du programme.

10 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Selon diverses études effectuées durant la précédente décennie, les entreprises adoptant des valeurs et des pratiques éthiques sont capables de surpasser leurs concurrents et de réaliser des performances supérieures (Newsweek,[23], 31/1/2000 et Tomorrow essentials,[28], 2/10/2000). 5 Bibliographie 5-1 Ouvrages [1] Stephen Carroll & Martin Gannon, 1996, Ethical dimensions of international management, Sage publications. [2] Charles Derber, 2000, Corporation Nation: How corporations are taking over our lives and what we can do about it, Griffin trade. [3] Thomas Donaldson, 1996, «Values in tension: Ethics away from home», Harvard Business Review, sept-oct pp [4] Thomas Friedman, 1999, The Lexus and the olive tree, Anchor Books New York. [5] Philippe d Iribarne, 1989, La logique de l honneur, Editions du seuil, Paris. [6] Philippe d Iribarne, 1998, Cultures et mondialisation, Editions du seuil, Paris. [7] Karman Kashani et Joseph Franch, 1999, «La montée en puissance des managers transnationaux, l art de l entreprise globale», Financial Times Limited et Village mondial, Paris pp [8] Marie-France Lecher Bonnier, 2001, Le protocole histoires et coulisses, Perrin Paris. [9] Messick & Bazerman, 1996, «Ethical leadership and the psychology of decision making», Sloan Management Review, winter, volume 37, n 2. [10] Lynn Sharp Paine, 1994, «Managing for organizational integrity», Harvard Business Review, mar-apr. [11] Moses Pava, 1999, The search for meaning in Organizations: seven practical questions for ethical managers, Quorum books, Connecticut. [12] Prakash, Weidenbaum & Mccleary, «Independent monitoring of US overseas production: Mattel independent monitoring council for global manufacturing principles» International journal of business, economics and social policy, volume XII, number 1. [13] Rosen, Digh, Singer & Phillips, 2000, «Global literacies: Lessons on business leadership and national cultures», Simon & Schuster, New York. [14] Sandra Waddock & Neil Smith, 2000, «Corporate responsibility audits: Doing well by doing good», Sloan Management Review, winter, volume 41, n Journaux et revues [15] Asian wall street journal, 19 Aout 1998, page 16. [16] Challenges, avril 2001, p. 32. [17] Christian science monitor, 3 avril 2000, showing workers a way up, page 11. [18] The Economist, 5 décembre 1998, survey of human rights law, pages [19] The Economist, 16 janvier 1999, a global war against bribery, pages [20] Financial times, 28 juillet [21] Le Monde, 11 mai Édition du Proche-Orient supplément économie, et maintenant le droit d ingérence économique, page 1.

11 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR [22] Management review, Juillet-Aout 1999, page 7. [23] Newsweek, 31 janvier 2000, page 20. [24] The Oregonian, 12 mars 1999, page B2. [25] San Francisco chronicle, 10 Aout 1999, page A1. [26] San Francisco examiner, 4 mars 2000, page B2. [27] San Jose mercury news, 7 octobre [28] Tomorrow essentials, 2 octobre [29] USA Today, 27 juillet 2000, immigrants become easy targets for abuse, page 3. [30] Women s wear daily, 17 septembre 1998, page Sites Internet [31] [32] [33] [34] [35] [36] [37] [38] [39] [40] [41] [42] [43] [44] [45] [46] [47] [48]

12 Les papiers de recherche du GREGOR sont accessibles sur INTERNET à l adresse suivante : Site de l IAE de Paris : Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun Professeur, Université Saint-Joseph de Beyrouth Professeur invité à l IAE de Paris (Université Paris I Panthéon Sorbonne)

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite -

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Version 1.0 Principes et lignes directrices des entreprises de NIEDAX GROUP pour un management socialement responsable Page 1 sur 7 Charte des valeurs

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL

CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL CODE DE CONDUITE SOCIAL, ETHIQUE ET ENVIRONNEMENTAL Sommaire : Préambule Objectifs du Code de Conduite Textes de référence Les engagements et principes fondamentaux : Promotion et développement des systèmes

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international

La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international Position actuelle du secteur La pression des consommateurs, des investisseurs et des ONG Prise en charge des valeurs

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Chapitre 1. Analyse de l environnement international...

Chapitre 1. Analyse de l environnement international... Table des matières Introduction....................................................................... 1 Remerciements....................................................................... 2 Chapitre

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Code de conduite. www.polygongroup.fr

Code de conduite. www.polygongroup.fr Code de conduite Toujours À Vos Côtés. www.polygongroup.fr Our Responsibility Présentation du Code de conduite de Polygon Le Code de conduite de Polygon expose les principes les plus importants de la responsabilité

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE PRÉAMBULE Engagés depuis 2002 dans une première réflexion sur le Capital Investissement Socialement Responsable (C-ISR), nous sommes convaincus de la nécessité

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Lancée en 2000 par l Organisation des Nations Unies, le Pacte Mondial est une initiative destinée à rassembler les entreprises, les organismes

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier Code de conduite des fournisseurs de Bombardier 1 À PROPOS DE BOMBARDIER Bombardier croit qu un solide engagement et une approche stratégique à l égard de la responsabilité d entreprise sont essentiels

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com www.thalesgroup.com Charte Achats et Responsabilité d Entreprise Introduction Thales, leader mondial des systèmes d information critiques sur les marchés de l Aéronautique et de l Espace, de la Défense

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur»

8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» U1 U2 8 ème Séminaire du FRATEL «Le rôle central du consommateur dans la définition des actions du régulateur» AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS DU CAMEROUN PRESENTATIONS DE : OWONA NOAH SUZY,

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE CHARTE ÉTHIQUE GROUPE L électricité n est pas un bien comme un autre : c est pourquoi la produire, la transporter, la distribuer et la commercialiser concourent à une mission d intérêt général. Cette mission

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Préambule Les différentes CDEC (Corporations de développement économique communautaire) ont pour mission le développement

Plus en détail

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TECHNIQUES

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE SOMMAIRE Préambule 1 Article 1 2 Conflits d Intérêts Article 2 3 Qualité de l information du Public Article 3 3 Respect des lois, règles et règlements

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS Construire l avenir, c est notre plus belle aventure J e suis convaincu que la performance globale de Bouygues est intrinsèquement liée à celle de nos fournisseurs

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013

Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013 Code de Conduite fournisseurs de Steelcase Recommandations PUBLIÉ EN MARS 2013 FAQ Code de conduite fournisseurs de Steelcase Sommaire Introduction et domaine d'application 3 Gouvernance organisationnelle

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET ART. 18 CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX DIRECTIVE RETOUR COMMISSION PARLEMENTAIRE LIBE FRONTEX DUBLIN II POLITIQUE D ASILE ELSJ SCHENGEN www.europarl.fr version décembre 2012 graphisme : atelier JBBOX EURODAC

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Contenu de la Présentation

Contenu de la Présentation Contenu de la Présentation I. Introduction II. L Augmentation des menaces et une vulnérabilité plus forte III. Le marché de la SSI : les enjeux financiers et économiques IV. Répondre aux enjeux économiques

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

UK Bribery Act & Guidances Présentation Enjeux Exemples

UK Bribery Act & Guidances Présentation Enjeux Exemples UK Bribery Act & Guidances Présentation Enjeux Exemples LEEM 17 Mai 2011 Jonathan Schur Guillaume Briant EU17549328 2011 Dechert LLP Avertissement Ce document est destiné à fournir une présentation générale

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3 «LABEL DIVERSITE» Label relatif à la prévention des discriminations et à la promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines Cahier des charges de labellisation Version 3 Applicable

Plus en détail

Code d éthique du CIO

Code d éthique du CIO Ce texte est un extrait du document complet. Code d éthique du CIO PRÉAMBULE Le Comité International Olympique, chacun de ses membres comme l administration, les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption

Droits de l Homme Droit du travail Environnement Lutte contre la corruption a. Un document autonome b. Un document qui fait partie d'un rapport sur la responsabilité sociale de l'entreprise c. Un document qui fait partie d'un rapport financier annuel Droits de l Homme Droit du

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-32 du 11 mars 2014 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Vinci Facilities Operations Services France, Energie Sécurité, Faceo Sécurité Prévention

Plus en détail

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc M. Saïd IHRAI, Président de la CNDP FMSAR, Casablanca 15 Avril 2015 SOMMAIRE I. La protection

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Le marketing du tourisme

Le marketing du tourisme Christine Petr Le marketing du tourisme 2 e édition Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072242-6 Sommaire Avant-propos 7 Chapitre

Plus en détail

Sem, vraioufaux Avec près de 1 000 sociétés

Sem, vraioufaux Avec près de 1 000 sociétés Sem, vrai oufaux Sem, vrai ou faux Avec près de 1 000 sociétés recensées et 52 300 emplois directs, les Sociétés d économie mixte jouent un rôle majeur dans l aménagement, le tourisme, l immobilier et

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Travail forcé & Traite d êtres humains.

Travail forcé & Traite d êtres humains. Travail forcé & Traite d êtres humains. L approche préventive de Patagonia Introduction condamne sévèrement et interdit toutes formes de travail forcé ou d esclavage dont la traite des êtres humains, le

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Management Stratégique. Laurent Dorey

Management Stratégique. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 05 Novembre 2014 Programme : Concept d organisation Classifications des entreprises Management, la nouvelle donne Concept d organisation : «L entreprise est un agent économique dont

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Sommaire des cours de la 2e année du BTS AG PME-PMI

Sommaire des cours de la 2e année du BTS AG PME-PMI Matières 0187 TE Culture et expression 3536 TG Management 3537 TG Économie générale 3538 TG Droit 3703 TG Administration et GRH 3705 TG Gestion et finance des actifs 3706 TG Pérennisation de l entreprise

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves

Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves Présentation du Système de Gestion de la Conformité de Seves 1. Responsable de la Conformité et Représentants de la Conformité 2. Analyse et évaluation des risques 3. Documents 4. Formations 5. Certificats

Plus en détail