1 Introduction Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Introduction. 2001.01 Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun"

Transcription

1 Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun Professeur à l Université Saint-Joseph de Beyrouth Professeur invité à l IAE de Paris Résumé: De nombreuses entreprises sont confrontées aux problèmes issus de la pratique de la gestion dans des contextes culturels différents. La délocalisation de certaines activités de l entreprise, leur expansion commerciale vers de nouveaux marchés, le recours à des fournisseurs lointains et situés dans différents pays, le développement de l immigration avec des ressources humaines caractérisées par une diversité culturelle engendrent des obstacles à la mise au point de procédures managériales uniformes et un retard dans les prises de décision à cause des facteurs culturels, éthiques et sociaux reliés aux décisions managériales. Le développement du management interculturel fut accompagné par une large diffusion de l information et l intérêt croissant des consommateurs pour les valeurs morales ainsi que le respect de l éthique. Toutes les entreprises tentent actuellement d inclure les dimensions sociale et éthique dans leur prise de décision mais des problèmes émergent au niveau des activités internationales de l entreprise car de nombreuses valeurs sont différentes et des interprétations variées sont formulées par les consommateurs selon leur culture et leur code. L adoption d un code de conduite ou la mise en place d un ensemble de principes peuvent-ils constituer une solution aux nombreux problèmes résultant de la dimension internationale de l entreprise? Mots-clés: Management interculturel, éthique, mondialisation, codes de conduite, stratégies des Entreprises multinationales. Abstract:Many companies are facing due to cultural diversity. Diversity in work place is increasing with globalization, markets expansion, larger immigration and transfer of manufacturing operations to remote countries. The cultural diversity within companies and relations with consumers in different markets have many consequences on procedures and managerial decisions. The development of cross cultural management is oftenly associated with business ethics because decisions and actions are perceived differently according to the culture. Many companies are considering the social consequences on the community and ethical outcome of their decisions. Could the codes of conduct and business principles offer the solutions and became part of cross cultural management? Keywords: Cross cultural management, ethics, globalization, codes of conduct, corporate strategies, multinational companies. 1 Introduction La finalité de l entreprise est la création de richesses dont bénéficient, directement ou indirectement et à différents degrés, les actionnaires, les employés, la collectivité et les pouvoirs publics. Divers facteurs favorisent le développement des entreprises multinationales implantées dans divers marchés avec des équipes d employés/ ouvriers de culture différente dont notamment la globalisation des marchés et les nouvelles techniques d information et de communication qui incitent les entreprises à standardiser l organisation et les procédures de travail dans toutes leurs activités tout en instaurant un contrôle plus efficace. La mondialisation caractérisée par la libre circulation des biens/services et les NTIC favorisent les partenariats entre des entreprises, de culture distincte et de styles managériaux différents, apparues dans des pays différents et souhaitant exploiter leur caractère complémentaire ou un avantage compétitif qui manque à l une et se retrouve chez l autre (matières premières,

2 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR expertise, main d oeuvre, marchés adéquats, ) et la notion de «stakeholders» ou «teneurs d enjeux» largement acceptée dans les entreprises stipule l étude de l impact des décisions managériales sur tous les intervenants. Figure 1 : Teneurs d enjeux Producteurs de matières premières Actionnaires Grossistes Institutions Financières Sous-traitants Multinationale détentrice de la Marque Prestataires de Services Distributeurs Consommateurs Les entreprises multinationales (EMN) produisant ou distribuant leurs produits dans deux pays ou plus dominent la production mondiale dans la plupart des grands secteurs d activité: automobile, électronique grand public, chimie, produits pharmaceutiques et pétrole. Elles sont à même de réaliser d importantes économies d échelle et de mettre en place de vastes réseaux de distribution. Les 500 plus grosses d entre elles représentent plus de la moitié du commerce mondial. (The fortune global 500, 2000). La large diffusion de l information et la prise de conscience des consommateurs du pouvoir de sanction qu ils détiennent et imposent aux entreprises une transparence (responsibility, traceability and accountability). La globalisation des marchés a entraîné l imposition d une série de normes courantes dans les pays développés. Ces normes ont été appliquées sur les opérations de production, à coût réduit, se déroulant dans un contexte différent (les pays en voie de développement) avec les produits finis souvent destinés aux consommateurs des pays développés détenant un pouvoir d achat élevé et qui sont sensibles aux normes et valeurs. Les normes, initialement orientées vers la qualité, ont été progressivement étendues à différents aspects socio-économiques suite à la prise de conscience des consommateurs de leur pouvoir de sanction et des conditions difficiles de travail des ouvriers fabriquant des produits qui leur sont destinés; le sentiment de culpabilité a été nourri par les médias et les ONG actives dans les pays en voie de développement. Le pouvoir de sanction détenu par les consommateurs a été utilisé à maintes reprises, ce qui a incité les entreprises concernées à améliorer directement ou indirectement les conditions de travail des ressources humaines impliquées dans les opérations de production dans divers pays et dans des contextes culturels différents. Divers dysfonctionnements ont été identifiés dans les procédures managériales classiques et une nouvelle approche des problèmes globaux doit être mise au point avec des adaptations locales dans le cadre d une transparence absolue afin de développer la confiance des consom-

3 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR mateurs dans les entreprises multinationales souvent dessinées à l image d une pieuvre tentaculaire avec l obsession de la rentabilité au mépris du bien-être de la collectivité. 1-1 Stratégies et réalités Des stratégies flexibles ont été introduites pour gérer la diversité «think global and act local», avec la diminution du «one size fits all»; de même les entreprises ont tendance à formaliser les valeurs implicites, les politiques internes et les procédures d audit sous la pression des consommateurs et de l opinion publique. Economiquement, les entités les plus puissantes du monde ont été répertoriées en 1999 et il est possible de constater que sur la liste des 100 entités économiques les plus puissantes, 51 entités sont des entreprises multinationales caractérisées par leur chiffre d affaires et 49 sont des pays caractérisés par leur PNB.G.M. (153 md$), Wal-Mart (140 md$), IBM (81 md$), Philip Morris (75 md$), AT&T (54md$), HP (43 md$), P&G (39 md$), figurent devant de nombreuses économies développées et détiennent des pouvoirs étendus à travers leurs contributions à la Société et leur rôle dans le développement ainsi que les changements qu elles peuvent initier. Leurs dirigeants peuvent être assimilés à des chefs d état et de gouvernement, «élus» par des actionnaires et œuvrant pour le bien-être d une collectivité, disposant de moyens relatifs à la taille de l entreprise; à mesure de la croissance des entreprises, des demandes sont formulées pour qu elles assument davantage de responsabilité à cause de leur impact sur l économie internationale et les collectivités locales. L éthique dans les entreprises permet d éviter les abus et de créer une atmosphère saine pour l exercice du management ainsi qu une coopération étroite avec les intervenants dans l entreprise; cependant la dimension internationale de l entreprise engendre une réflexion relative à la standardisation des procédures managériales car l adoption de procédures différentes dans chaque pays risque de violer le principe de l équité et favoriser la discrimination positive ou négative entre des personnes appartenant à une même institution fédérée par une culture, mission et des codes communs. Cependant les procédures standardisées adoptées par une multinationale peuvent constituer une aberration si elles sont appliquées dans une même situation dans différents pays; par exemple la réaction d un cadre expatrié aux infractions potentielles suivantes commises par un employé et notifiées aux pouvoirs publics: - Vol à l entreprise Légère peine de prison en Europe Amputation en Arabie Saoudite Peine capitale en Chine - Alcoolisme Indifférence en Europe Longue peine de prison en Arabie Saoudite - Toxicomanie Programme de désintoxication/réhabilitation en Europe Fouet et longue peine de prison dans les pays islamiques Risque de peine capitale en Turquie et en Thaïlande - Harcèlement sexuel 1-2 Recours aux principes Proposer des principes assez généraux à considérer dans le cadre de toute prise de décisions tout en laissant une marge de manœuvre permettant de tenir compte des réalités locales pourrait offrir une solution aux différences culturelles à travers la réalisation d un équilibre des extrêmes.

4 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Le respect d un ensemble de valeurs qui constituent la dimension morale de toutes les activités de l entreprise et le respect des traditions locales sont conciliables; cependant les cadres de l entreprise font face à de nombreuses incertitudes culturelles dans leur prise de décision car le contexte est déterminant quand il est nécessaire de distinguer le bien et le mal. Les valeurs de référence adoptées doivent être communes aux cultures occidentale et orientale ainsi qu aux différentes religions. 1-3 Dimension éthique Le respect de l être humain à travers la conception d un cadre de travail sécuritaire et agréable ainsi que le respect des droits de l homme avec un modèle de citoyenneté permettent d aboutir à un leadership éthique à travers la définition et l application de conditions strictes aux fournisseurs et aux clients. L autorisation aux filiales de formuler des normes éthiques adaptées à la nature et la localisation géographique de leurs opérations, l appui aux efforts de lutte contre la corruption institutionnelle et le recours à l imagination contournent plusieurs obstacles locaux (Coca Cola contribue à planter des arbres en Egypte). 2 Codes de conduite internationaux: composante du management interculturel 2-1 Droits de l homme La violation des Droits de l Homme peut prendre diverses formes et plusieurs entreprises ont réagi dans le passé face à des violations commises par des sous-traitants ou des fournisseurs; à titre d exemple Levi Strauss a réagi contre le travail forcé des prisonniers politiques en Chine, Nike a fait face au travail des enfants au Cambodge selon le programme «panorama» diffusé sur la BBC le 15 octobre 2000 ainsi qu au droit à la libre association, la syndicalisation et la grève au Mexique. Certaines entreprises américaines ont versé des dédommagements pour éviter des poursuites judiciaires suite à des accusations de harcèlement et d abus telles que Grace culinary system (USA Today, [29], 27/7/2000), de discrimination dont fut l objet Microsoft de la part d un groupe afro-américain (San Jose mercury news, [27], 7/10/2000), de rémunération inéquitable et d absence d un salaire minimal dans les opérations de production de divers articles pour le compte de Liz Clairborne et de Calvin Klein à Northern Marianes (Christian science monitor, [17], 3/4/2000). D autres éléments relatifs aux droits de l Homme doivent être appliqués dans le cadre du suivi des plaintes des employés, la définition de la durée du travail régulier et du tarif des heures supplémentaires, les congés et les vacances payés ainsi que, si nécessaire, les congés de grossesse et de maternité tout en évitant de réduire le salaire des employés qui n atteignent pas les quotas de production fixes. 2-2 Santé et securité Les mauvaises conditions de travail dans les usines de confection à Saipan et les répercussions sur plusieurs distributeurs américains commercialisant ces produits dont notamment Sears et JC Penney (San Francisco chronicle, [25], 10/8/1999 et San Francisco examiner, [26], 4/3/2000) ont permis de développer une série de recommandations à instaurer dans les unités de production telles que la protection contre les accidents de travail et les maladies professionnelles, la mise à la disposition des ouvriers/employés des salles d eau avec un accès permanent ainsi qu une cafétéria, l installation de mécanismes de sécurité sur les machines avec formation des ouvriers, la climatisation suffisante du lieu de travail, la fourniture aux ouvriers

5 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR de vêtements, de bottes et de gants assurant une protection efficace contre les dangers usuels, la mise en place d un matériel de lutte contre les incendies et la formation du personnel à l utilisation de ce matériel Cependant l adoption de ces recommandations n est pas suffisante et pourrait se heurter à des obstacles culturels entravant la communication ou des codes différents engendrant une incompréhension et une insatisfaction mutuelles pouvant entraîner parfois des conséquences tragiques (catastrophe de Union Carbide à Bhopal en Inde). 3 Critères adoptés pour le choix d un pays d implantation: exemple de Levi Strauss & Company L étude des caractéristiques des pays susceptibles d accueillir une implantation ou dans lesquels une coopération est envisagée avec des partenaires locaux, permet d identifier les risques potentiels au niveau de l image de la marque, la santé et la sécurité des employés, la situation des droits de l homme, les contraintes légales imposées par les pouvoirs publics, la stabilité politique et sociale ainsi que la situation économique et le pouvoir d achat des consommateurs. Dans le choix des partenaires locaux il est nécessaire de vérifier la compatibilité de leurs pratiques managériales avec les pratiques de l entreprise au niveau de la protection de l Environnement, du respect de l éthique, de l application des lois, des procédures de recrutement/ promotion et de l engagement dans la collectivité (Women s wear daily, [30], 1998). Certaines entreprises présentes en Chine ont dû reconsidérer leurs stratégies et les options offertes varient entre le compromis et la rupture totale avec souvent une stratégie intermédiaire: - Continuer à opérer directement tout en évitant d aborder les problèmes des droits de l homme. - Constituer une Joint Venture avec un opérateur local assumant les responsabilités légales et sociales. - Maintenir la présence en Chine tout en œuvrant à l amélioration des droits de l homme. - Quitter la Chine en cessant les activités directes ou la sous-traitance. - Rompre toute relation avec la Chine en arrêtant l achat de matières premières. 3-1 Les approches de la conformité et de l intégrité L approche de conformité consiste à respecter des directives assez générales; ainsi Nike, qui adopte cette approche, a invité ses sous-traitants à respecter les législations locales et internationales permettant d éviter les sanctions légales et morales (Challenges, [16], 2001). Nike évalue ses relations avec ses partenaires en fonction de l approche de conformité que de nombreuses multinationales tendent à adopter (The Oregonian, [24], 1999). L approche de l intégrité consiste à établir un code de conduite en se basant sur un ensemble de principes ce qui permet de dépasser le simple respect d un cadre légal. Reebok a développé une stratégie d intégrité se conformant à toutes les normes locales exceptées certaines telles que les heures de travail, le travail des enfants et l environnement pour lesquelles il est plus exigeant car Reebok a mis en place des normes restrictives (Asian wall street journal, [15], 1998). La décision de plusieurs entreprises multinationales de cesser leurs activités dans certains pays (The Economist, [18], 1998) a engendré un choc positif mais la perte de milliers d emplois s ensuivit, ce qui nécessite de la part des entreprises l étude des conséquences de l adoption et l application de normes très restrictives inspirées des standards américains et européens; ces conséquences peuvent être désastreuses pour les employés et les ouvriers qui travaillent locale-

6 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR ment dans des conditions médiocres et susceptibles de devenir les victimes de l éthique avec la perte de leur emploi et une détérioration de leur situation socio-économique, sachant que ces personnes sont incapables d exercer une influence pour la modification de la situation prévalant dans leur pays. Les entreprises étudient également la relation entre les décisions éthiques de l entreprise et sa position concurrentielle à travers l estimation des coûts supplémentaires occasionnés par ces décisions, l impact au niveau de l image et du positionnement, la perception des consommateurs et les réactions des pouvoirs publics locaux essentiellement concernés par les décisions de l entreprise. Le développement dans les pays émergents, de zones franches industriels échappant aux réglementations nationales, constitue un risque car de nombreuses entreprises choisissent de s installer dans ces zones pour augmenter la productivité tout en réduisant leur coût au détriment des conditions de travail de leurs salariés; leur objectif primaire étant l amélioration de leur position concurrentielle. 3-2 La corruption L entreprise qui s engage dans cette voie assume des coûts supplémentaires qu elle doit répercuter sur ses prix de vente. Selon Transparency International qui établit annuellement un classement des pays selon la corruption, en se basant sur plusieurs critères, les pays les moins corrompus sont le Danemark, la Suède et la Finlande tandis que parmi les plus corrompus figurent l Inde, la Russie, l Indonésie, l Ukraine, la Yougoslavie et le Nigeria. Certains pays (l Italie, la Syrie et l Ouganda) ont lancé des campagnes anti-corruption. En Albanie, les entreprises paient 1/3 de leurs profits potentiels. En Indonésie, les paiements illicites constituent 1/5 des coûts d exploitation (The Economist,[19], 1999). 3-3 La règlementation et les pénalités U.S. Foreign Corrupt Practices Act (1988) Cette loi s applique à l entreprise, le cadre, le directeur, l employé, l agent local de l entreprise ou l actionnaire; elle stipule qu il est illégal de payer des pots de vin à des gouvernements étrangers ou leurs représentants afin de réaliser une transaction ou maintenir un contrat. Elle interdit tout paiement à travers des intermédiaires à des officiels étrangers, cependant les commissions aux intermédiaires sont autorisées. Les pénalités encourues par les entreprises ont été augmentées à 2 millions $ pour chaque infraction avec des peines de prison de 5 années avec des pénalités de $ pour les individus. Les entreprises américaines ont perdu 15 milliards $ de commandes potentielles en 1999 dans les pays où la corruption est tolérée. (U.S. Commerce Department). Certaines entreprises contournent la loi et continuent à payer des pots de vin à travers leurs filiales locales mais la majorité des entreprises se conforme à cette loi: - Unilever s est retirée de la Bulgarie afin d éviter la corruption. - Shell indexe le salaire de ses employés dans certains pays au respect de son code de conduite. Au niveau international, une convention a été adoptée par tous les membres de l OCDE ainsi que par d autres états et des mécanismes d une coopération internationale ont été mis en place pour la lutte contre la corruption et l engagement de poursuites judiciaires à l encontre des entreprises ayant recours à ces pratiques. Les Nations-Unies ont développé de nombreux programmes à finalité éthique, de transparence, de conformité et de respect des valeurs tels que «global compact» (Financial times,[20],

7 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR ) et les organismes non-gouvernementaux ont mis au point des programmes et des codes de conduite (Sullivan global principles, business responsibility, ). Les avantages de l introduction des systèmes éthiques résident dans la sensibilisation des cadres d entreprises à la dimension morale des affaires et leur offrir un cadre adéquat pour la prise de décisions tout en donnant un sens à l activité de l entreprise et à ses cadres dépassant sa finalité traditionnelle cantonnée à la croissance de sa part de marché, l optimisation des profits ou des dividendes aux actionnaires, 3-4 Le salaire minimal Le problème de la variété de niveaux de salaire minimal qu une entreprise paie à ses salariés dans des marchés différents et les critiques qui sont souvent formulées à l égard de ce salaire minimal, jugé trop bas et assimilé à une exploitation de catégories sociales vulnérables ne disposant que d une protection limitée, a été étudié par de nombreux organismes. Une norme intitulée «S.A. 8000» est appliquée par de nombreuses entreprises (Council on economic priorities accreditation agency, 1999). Concernant le salaire minimal, la norme recommande de couvrir les besoins de base (logement, nourriture, soins de santé, vêtements, éducation, transport, énergie et eau) ainsi que la détermination du ratio nourriture par rapport aux dépenses totales nécessaires avec l hypothèse de deux personnes actives par ménage ainsi qu une épargne équivalente à 10% du revenu total: (moitié de taille X coût de la nourriture X ratio des dépenses) + épargne (moyenne du ménage par personne alimentaires) Cette norme pourrait justifier les différents niveaux de salaire minimal qu une entreprise offre à ses salariés dans différents pays et la compatibilité du salaire avec le contexte économique local décisions morales Le problème réside dans la difficulté de quantifier coûts et bénéfices des scénarios envisagés et de vérifier que le scénario optimal respecte les droits, la justice sociale et les valeurs morales. Pour l application des principes de justice, il est nécessaire d identifier les conséquences de la décision managériale au niveau des libertés individuelles (liberté d expression, liberté politique, liberté d association, ) ainsi que les conséquences au niveau des droits (droit de propriété, droit à l activité et à l emploi, ). Un des objectifs poursuivis par l entreprise sera la sauvegarde de la justice en évitant l exploitation abusive d un groupe d employés ou de consommateurs. En évaluant les scénarios possibles, les questions suivantes peuvent être posées: - Les personnes désavantagées, seront-elles plus désavantagées suite à l action adoptée? - Cette action entrave-t-elle l équité ou offre-t-elle la même opportunité au public et aux employés de l entreprise? Conséquences managériales La décision managériale est très complexe avec la prise en compte des conséquences sociales qu elle engendre sur l environnement de l entreprise ainsi que les objectifs difficilement conciliables des «stakeholders». L entreprise, qui recourt ou accepte la corruption, sera la cible de demandes répétées dans ce domaine et victime du chantage; la corruption doit figurer dans les procédures de manière implicite ou parfois explicite. La culture de l entreprise est profondément affectée, la distinction des cadres entre le bien et le mal (right -wrong) devient plus difficile. En l absence de repères suffisamment explicites, la prise de décision est retardée avec une consultation préalable limitée aux initiés et non aux cadres concernés.

8 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Etude du problème Formation de différents scénarios Évaluation des conséquences de chaque scénario Choix du scénario optimal (réduisant les coûts et maximisant les profits) Vérification du scénario retenu pour le respect des principes et valeurs Non Oui Adoption et application du scénario L adoption d un ensemble de principes assez vagues engendre un risque de dérive de certains cadres qui s engagent dans des actions sur la base d un raisonnement par analogie ou par l extrapolation de cas précédents dans d autres pays ou d autres situations jugées similaires. L adaptation au contexte local prônée par de nombreuses entreprises multinationales peut être réalisée dans certains domaines mais il est indispensable de définir les éléments mentionnés dans la charte de l entreprise, son code de conduite, ses valeurs ou ses principes qui sont prioritaires et doivent être respectés dans toute circonstance et sur tous les marchés; toute entreprise opérant sur des marchés différents a le choix entre l adoption d un code universel ou des codes relatifs à chaque pays. Les fonctions Marketing et GRH sont très exposées aux opérations internationales; à titre d exemple, la majorité des entreprises offrant des «fringe benefits» à leurs employés y incluent une assurance-vie qui est indésirable dans les pays à culture islamique car l assurance-vie est considérée comme une exploitation de la vie humaine et de la mort ainsi qu un moyen de contrer la volonté de Dieu; de même les campagnes de promotion basées sur le tirage au sort ou le hasard sont contradictoires avec les pratiques islamiques. 3-5 Perspectives d avenir La mise au point d un ensemble de codes et de comportements relatifs aux activités de l entreprise et qu il est possible d adopter dans un contexte multiculturel à l intérieur de l entreprise ou inter-entreprise au niveau, dans une première étape, des dirigeants et chefs d entreprises, favoriserait la coopération et éviterait l émergence de certains problèmes d origine

9 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR culturelle à l instar du protocole adopté par la diplomatie (Le protocole, [8], 2001) permettant d interpréter correctement tous les signaux émis par les différents interlocuteurs. Après la défense des libertés, le droit à la santé, au travail et au respect de l environnement, le droit d ingérence économique et social est discuté au sein du haut commissariat aux droits de l Homme (Le Monde, [21], 11/5/2001) ce qui permet de surmonter la souveraineté des Etats et de sanctionner toute violation aux valeurs qui doivent être définies ou tout abus dont serait victime des travailleurs opérant dans des pays offrant une protection juridique et sociale insuffisante à leurs citoyens. Ce droit d ingérence reflète la mutation de la société civile et les conséquences de la mondialisation susceptibles d affecter de manière peu uniforme les citoyens et les travailleurs sur les différents marchés. L émergence des managers transnationaux qui constituent l interface entre la réalité opérationnelle locale et la stratégie dictée par le siège central permet aux entreprises de faire face à la complexité de certaines tâches internationales. Le rôle de ces managers consiste à gérer la diversité des marchés et les aspirations des cadres locaux, conformément aux priorités établies par le siège central (Kashani et Franch, 1999, [7]). Ils essaient de concilier les extrêmes en veillant au respect des objectifs stratégiques tout en s assurant de l implication des cadres et des ressources locales dans la réalisation des actions requises. 4 Conclusion Nike et Reebok, bien qu opérant dans un même secteur, ont adopté une approche différente de l éthique. La gestion d une entreprise multinationale implique sûrement la gestion de la diversité et les différences entre pays, cultures, environnements de travail, normes et législation mais le développement actuel de l immigration et le déplacement des consommateurs contraignent toutes les entreprises à faire face à la diversité sur leur marché domestique sous peine de l insatisfaction de leurs employés et consommateurs possédant des caractéristiques différentes et dont les attentes ne sont pas semblables. Les soucis de standardisation des procédures, d équité et de non-discrimination paraissent difficiles à concilier car les comportements et les actions des cadres d une même entreprise, opérant dans plusieurs pays ou sur des marchés différents à l intérieur d un même pays (exemple les Etats-Unis), sont perçus et interprétés différemment. Les entreprises en réseau, présentées comme une réponse à la globalisation des marchés, sont souvent constituées d entités juridiquement distinctes disposant d une autonomie et des styles de management différenciés souvent adaptés au contexte local; un code de conduite et des principes communs régissent leur activité car toute infraction légale ou morale affecte l image de la marque/enseigne avec des conséquences négatives sur tous les membres du réseau. La responsabilité de la qualité des produits/services incombe à la multinationale détentrice de la marque/enseigne malgré la sous-traitance et les partenariats à laquelle elle recourt; les consommateurs/actionnaires sanctionnent la multinationale pour toute insuffisance dans ce domaine. Par analogie, la responsabilité de la multinationale s étend aux violations à l éthique que commettent les sous-traitants/ partenaires. Avec la multiplication des infractions et les réactions qu elles ont suscitées grâce à la prolifération de l information, diverses organisations internationales ont récemment développé un cadre régissant les activités de l entreprise (OCDE, OIT, CCI, Table Ronde de Caux, Amnesty International, ) ainsi que de nombreuses ONG. Le programme «global compact for the 21st century» relatif aux Droits de l Homme, les normes de travail et la protection de l environnement a été lancé le 26 juillet 2000 par les Nations-Unies: les entreprises ont été invitées à adhérer à ce programme à travers la mise en place dans l entreprise d actions conformes aux valeurs du programme.

10 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR Selon diverses études effectuées durant la précédente décennie, les entreprises adoptant des valeurs et des pratiques éthiques sont capables de surpasser leurs concurrents et de réaliser des performances supérieures (Newsweek,[23], 31/1/2000 et Tomorrow essentials,[28], 2/10/2000). 5 Bibliographie 5-1 Ouvrages [1] Stephen Carroll & Martin Gannon, 1996, Ethical dimensions of international management, Sage publications. [2] Charles Derber, 2000, Corporation Nation: How corporations are taking over our lives and what we can do about it, Griffin trade. [3] Thomas Donaldson, 1996, «Values in tension: Ethics away from home», Harvard Business Review, sept-oct pp [4] Thomas Friedman, 1999, The Lexus and the olive tree, Anchor Books New York. [5] Philippe d Iribarne, 1989, La logique de l honneur, Editions du seuil, Paris. [6] Philippe d Iribarne, 1998, Cultures et mondialisation, Editions du seuil, Paris. [7] Karman Kashani et Joseph Franch, 1999, «La montée en puissance des managers transnationaux, l art de l entreprise globale», Financial Times Limited et Village mondial, Paris pp [8] Marie-France Lecher Bonnier, 2001, Le protocole histoires et coulisses, Perrin Paris. [9] Messick & Bazerman, 1996, «Ethical leadership and the psychology of decision making», Sloan Management Review, winter, volume 37, n 2. [10] Lynn Sharp Paine, 1994, «Managing for organizational integrity», Harvard Business Review, mar-apr. [11] Moses Pava, 1999, The search for meaning in Organizations: seven practical questions for ethical managers, Quorum books, Connecticut. [12] Prakash, Weidenbaum & Mccleary, «Independent monitoring of US overseas production: Mattel independent monitoring council for global manufacturing principles» International journal of business, economics and social policy, volume XII, number 1. [13] Rosen, Digh, Singer & Phillips, 2000, «Global literacies: Lessons on business leadership and national cultures», Simon & Schuster, New York. [14] Sandra Waddock & Neil Smith, 2000, «Corporate responsibility audits: Doing well by doing good», Sloan Management Review, winter, volume 41, n Journaux et revues [15] Asian wall street journal, 19 Aout 1998, page 16. [16] Challenges, avril 2001, p. 32. [17] Christian science monitor, 3 avril 2000, showing workers a way up, page 11. [18] The Economist, 5 décembre 1998, survey of human rights law, pages [19] The Economist, 16 janvier 1999, a global war against bribery, pages [20] Financial times, 28 juillet [21] Le Monde, 11 mai Édition du Proche-Orient supplément économie, et maintenant le droit d ingérence économique, page 1.

11 IAE de Paris (Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne) - GREGOR [22] Management review, Juillet-Aout 1999, page 7. [23] Newsweek, 31 janvier 2000, page 20. [24] The Oregonian, 12 mars 1999, page B2. [25] San Francisco chronicle, 10 Aout 1999, page A1. [26] San Francisco examiner, 4 mars 2000, page B2. [27] San Jose mercury news, 7 octobre [28] Tomorrow essentials, 2 octobre [29] USA Today, 27 juillet 2000, immigrants become easy targets for abuse, page 3. [30] Women s wear daily, 17 septembre 1998, page Sites Internet [31] [32] [33] [34] [35] [36] [37] [38] [39] [40] [41] [42] [43] [44] [45] [46] [47] [48]

12 Les papiers de recherche du GREGOR sont accessibles sur INTERNET à l adresse suivante : Site de l IAE de Paris : Le management interculturel face à l éthique Georges Aoun Professeur, Université Saint-Joseph de Beyrouth Professeur invité à l IAE de Paris (Université Paris I Panthéon Sorbonne)

ARROW ELECTRONICS, INC.

ARROW ELECTRONICS, INC. 7459 South Lima Street Englewood, Colorado 80112 Aout 2013 P 303 824 4000 F 303 824 3759 arrow.com CODE DE CONDUITE DES PARTENAIRES COMMERCIAUX ARROW ELECTRONICS, INC. Cher partenaire commercial, Le succès

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION International Legal Framework for Development of Anti-Corruption Programs 1 AUGMENTATION DES ACCORDS CONTRE LA CORRUPTION

Plus en détail

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques.

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques. Charte éthique et anti-corruption 1. Préface d Arnaud Dupui-Castérès, président et fondateur de Vae Solis Corporate «L'intégrité est une condition essentielle dans la conduite des affaires et soutient

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international

La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international La responsablité sociale de l entreprise : Standards et initiatives à l international Position actuelle du secteur La pression des consommateurs, des investisseurs et des ONG Prise en charge des valeurs

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE «Nos valeurs et nos règles» pour nos partenaires commerciaux Code de conduite pour le partenaire commercial de MSD [Édition 1] MSD est engagée dans une démarche

Plus en détail

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée.

Après quatre tests d évaluation passés dans des pays différents (USA et Amérique latine), la norme SA 8000 a été validée et diffusée. LA NORME SA 8000 Les origines de la norme SA 8000 La norme SA 8000 est le résultat, entre autre, du constat de la multiplication des normes et des standards existants sur le marché. C est en octobre 1997

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott Présentation de la lutte contre la corruption Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Objet s attache à mener ses activités de façon éthique et en conformité avec la Loi et la

Plus en détail

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Traduction non officielle du texte diffusé fin avril 2014 par le Conseil du Développement Durable (Allemagne) dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine :

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Fonction/ Service : Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Laurel Burke, Associées du dir. juridique. Conformité, laurel.burke@regalbeloit.com Première

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite -

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Version 1.0 Principes et lignes directrices des entreprises de NIEDAX GROUP pour un management socialement responsable Page 1 sur 7 Charte des valeurs

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

CODE DE CONDUITE. maintaining sensitiveness to and respect for the diverse social and cultural

CODE DE CONDUITE. maintaining sensitiveness to and respect for the diverse social and cultural ethical AND LAWFUL conduct in all countries where SGL Group operates while maintaining sensitiveness to and respect for the diverse social and cultural settings Loyalty to SGL Group fair polite and respectful

Plus en détail

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité

Klako Group. Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux. Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Klako Group Intégration, Comptabilité et Conseils fiscaux Optimisation d Achat et Contrôle de Qualité Beijing Hong Kong Shanghai Shenzhen Visitez notre site web à http://www.klakogroup.com Notre société

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue anglaise régira à tous égards vos droits et obligations. L

Plus en détail

COMMENTARY. Les Risques Liés à la Corruption dans les Opérations de Fusions-Acquisitions

COMMENTARY. Les Risques Liés à la Corruption dans les Opérations de Fusions-Acquisitions Juillet 2012 JONES DAY COMMENTARY Les Risques Liés à la Corruption dans les Opérations de Fusions-Acquisitions Quels sont les principaux risques liés à la corruption encourus par les sociétés envisageant

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

Responsabilité sociale et pratiques des banques face à l'optimisation et l'évasion fiscales

Responsabilité sociale et pratiques des banques face à l'optimisation et l'évasion fiscales Responsabilité sociale et pratiques des banques face à l'optimisation et l'évasion fiscales Constats tirés de l analyse sectorielle de Vigeo Fouad Benseddik, 2 juin 2014 Risque d évasion fiscale: un changement

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

GROUPE BRACCO CODE ETHIQUE

GROUPE BRACCO CODE ETHIQUE GROUPE BRACCO CODE ETHIQUE Conscients de la manière dont de notre présence et nos activités influencent le bien-être économique et social de la communauté dont nous faisons partie, nous sommes, en tant

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong :

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong : Hong Kong: Le territoire de Hong Kong est situé sur les côtes Sud Est de la Chine et regroupe un grand nombre d îles. Ce territoire compte, à ce jour, près de sept millions d habitants. Hong Kong est revenu

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

L éthique dans la société contemporaine

L éthique dans la société contemporaine L éthique dans les entreprises en contexte de gestion de crise dans le secteur agroalimentaire Horizon Marketing agroalimentaire 2009 Jeudi15 octobre 2009 M e Manon Beaumier, DSG-UQTR L éthique dans la

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Commerce illicite du tabac : Ayda A. Yurekli, PhD

Commerce illicite du tabac : Ayda A. Yurekli, PhD Plan Les incitations financières et le rôle des droits d accise Section B Les causes du commerce illicite Les réactions du Gouvernement face à la contrebande Les autres facteurs qui contribuent à la contrebande

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012 CORE COURSES (Master level) 2011/2012 Language (F : French - E : English) Semester (1 : Fall - 2 : Spring) M-ESC-4-06-99-10-E M-ESC-4-06-99-10-F M-ESC-4-05-99-05-F M-ESC-4-05-99-05-E M-ESC-4-02-99-03-E

Plus en détail

Droits et obligations des entreprises et organisations suisses vis-à-vis de leurs voyageurs et expatriés

Droits et obligations des entreprises et organisations suisses vis-à-vis de leurs voyageurs et expatriés POLICY PAPER Pouvez-vous être poursuivi en justice en Suisse? Droits et obligations des entreprises et organisations suisses vis-à-vis de leurs voyageurs et expatriés Michel Chavanne av. Étude r & associés

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg

Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg Agenda Définitions Contexte juridique lié à la corruption Contexte

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL 14.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 211/55 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 juillet 2009 concernant des règles communes pour le marché intérieur

Plus en détail

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption»

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» L inventaire ci-après, présente des bonnes pratiques des entreprises du CAC40 ainsi que des bonnes pratiques étrangères et, est organisé dans l ordre

Plus en détail

Passation des marchés

Passation des marchés Page 1 de 5 Le présent document est la traduction du texte anglais de l OP 11.00, «Procurement», en date de juillet 2001, qui contient la formulation de cette directive qui a été approuvée par la Banque

Plus en détail

DROIT DE LA CONCURRENCE

DROIT DE LA CONCURRENCE DROIT DE LA CONCURRENCE DE L INTERET POUR UNE ENTREPRISE D ADOPTER UN PROGRAMME DE Sarah TEMPLE-BOYER & Laure MAROLLEAU Avril 2012 Le 10 février 2012, l Autorité française de la concurrence («ADLC») a

Plus en détail

Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft

Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft Microsoft aspire à être davantage qu une bonne entreprise elle souhaite être une grande entreprise. Pour atteindre cet objectif, nous nous sommes fixé pour

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc M. Saïd IHRAI, Président de la CNDP FMSAR, Casablanca 15 Avril 2015 SOMMAIRE I. La protection

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

LES EXEMPLES DU PERMIS A POINTS A L ETRANGER

LES EXEMPLES DU PERMIS A POINTS A L ETRANGER LES EXEMPLES DU PERMIS A POINTS A L ETRANGER Avant d être une mesure de répression française, le permis de conduire à points est une expérience étrangère. L étude des législations étrangères caractérise

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

www.thalesgroup.com Guide de Conduite éthique des Affaires Guide de bonnes pratiques en matière de gestion de l information

www.thalesgroup.com Guide de Conduite éthique des Affaires Guide de bonnes pratiques en matière de gestion de l information www.thalesgroup.com Guide de Conduite éthique des Affaires Guide de bonnes pratiques en matière de gestion de l information Sommaire Préface...3 Diffuser et protéger l information... 5 La classification

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Colgate-Palmolive Company. Code de conduite des fournisseurs

Colgate-Palmolive Company. Code de conduite des fournisseurs Colgate-Palmolive Company Code de conduite des fournisseurs Cher fournisseur de Colgate, Au cours des années, Colgate-Palmolive Company s est forgé la réputation d une organisation utilisant des pratiques

Plus en détail

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES

Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI. When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Programme CNRS-ERC- IREMAM- CERI When Authoritarianism Fails in the Arab World (WAFAW) APPEL A CANDIDATURES Chercheurs doctorants et post-doctorants en sciences politiques/relations internationales/économie

Plus en détail

2011 Communication on Progress

2011 Communication on Progress 2011 Communication on Progress Participant M2GS Published 2012/04/08 Time period 1/2011 12/2011 Format Stand alone document Basic COP Template Differentiation Level This COP qualifies for the Global Compact

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen

Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen GENERAL ELECTRIC Données Personnelles : Les impacts du futur Règlement Européen Accountability & Data Protection Christian Pardieu, Executive Counsel, Privacy & Regulatory Affairs Document confidentiel

Plus en détail

Les effets positifs de la gestion de l information

Les effets positifs de la gestion de l information Une seule solution Les effets positifs de la gestion de l information Conseils pratiques pour savoir comment réduire vos couts, renforcer votre niveau de conformité et accroitre votre efficacité Les données

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

YOUR TACTICS TO PROSPER IN CHINA?

YOUR TACTICS TO PROSPER IN CHINA? YOUR TACTICS TO PROSPER IN CHINA? AMBITION Pour séduire les plus courtisés du monde... les consommateurs chinois, les organisations occidentales doivent adopter une stratégie de différentiation culturellement

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand

Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand NOTRE CULTURE, NOS ENGAGEMENTS La diffusion de bonnes pratiques des affaires s inscrit plus largement dans une volonté permanente de respecter

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail