UN AUDIT 1/11 EST-IL VRAIMENT UTILE? LA RÉVISION DES COMPTES ZOOM SUR. Magazine des entrepreneurs ZOOM. Audit Fiduciaire Conseil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN AUDIT 1/11 EST-IL VRAIMENT UTILE? LA RÉVISION DES COMPTES ZOOM SUR. Magazine des entrepreneurs ZOOM. Audit Fiduciaire Conseil"

Transcription

1 Audit Fiduciaire Conseil Magazine des entrepreneurs ZOOM 1/11 UN AUDIT EST-IL VRAIMENT UTILE? LA RÉVISION DES COMPTES SOURCE DE VALEUR AJOUTÉE! ZOOM SUR CLAUDE NICOLLIER, LE SUISSE DE L'ESPACE

2 Audit Fiduciaire Conseil ZOOM Magazine des entrepreneurs 1/11 14 BAROMÈTRE CONJONCTUREL Dans un monde qui bouge, il est de plus en plus difficile de donner des prévisions UN AUDIT EST-IL VRAIMENT UTILE? LA RÉVISION DES COMPTES SOURCE DE VALEUR AJOUTÉE! ZOOM SUR CLAUDE NICOLLIER, LE SUISSE DE L'ESPACE 16 PORTRAIT CLIENT L Hôtel de la Paix fête ses 100 ans. Rencontre avec son directeur, Stefano Brunetti Imfeld 4 THÈME PRINCIPAL La révision des comptes : source de valeur ajoutée! Ou comment maximiser les rapports entre l entreprise et son réviseur 18 ZOOM SUR Interview de Claude Nicollier, l unique astronaute suisse 8 COMITÉ D AUDIT, AUDIT INTERNE ET AUDIT EXTERNE: COMMENT VALORISER LES SYNERGIES? Trois organes dont il faut exploiter la complémentarité AGENDA LÉGAL Les dernières nouveautés légales touchant nos domaines de compétence ACTUALITÉS BDO Notre entreprise présente ses dernières actualités 10 À QUOI L AUDIT INFORMATIQUE PEUT-IL BIEN SERVIR? Les systèmes informatiques sont rarement sans faille, l audit informatique permet d y remédier 12 COMMENT TRAITER LES ÉCARTS DE CHANGE? La chute de l euro influence la comptabilité de nombreuses entreprises Impressum : ZOOM 1/2011, magazine BDO SA Suisse romande Editeur : BDO SA, Direction Suisse romande, 1002 Lausanne, , Rédaction : Olivier Grivat, Jacques Blanc, Sarah Balimann Photos : Jean-Luc Grossmann / Photopulse sauf pp. 14 et 16 (portrait) François Wavre / Rezo, p. 16 (médaillon) Hôtel de la Paix, pp et Keystone Layout : Pomcany's Kommunikationsagentur, Zurich/Soleure Imprimerie : Swissprinters Lausanne SA, Renens (VD) Paraît trois fois par année. Egalement en allemand. Reproduction autorisée avec mention de sources. BDO est membre de la Chambre fiduciaire

3 ÉDITORIAL René-Marc Blaser Partner / Membre du directoire Responsable Direction régionale Suisse romande Chères lectrices, chers lecteurs, Vous tenez entre vos mains le premier exemplaire de notre magazine ZOOM de l année Un certain nombre d articles seront consacrés au thème de l audit. Ce domaine a beaucoup fait parler de lui ces dernières années et pas toujours de façon très positive. Ce n est pas parce qu il représente une part significative de l activité de BDO que nous avons décidé de mettre l audit sous le feu des projecteurs. Bien souvent, force est de constater que le travail d audit est méconnu et mal compris. L objectif visé dans ce magazine n est pas d expliquer en détail en quoi consiste le travail d auditeur, mais plutôt de mettre en lumière certains aspects de l audit afin de démontrer la réelle valeur ajoutée pouvant résulter de ces prestations. C est ainsi que, sur le thème de «La révision des comptes: source de valeur ajoutée», Jean-Frédéric Braillard vous fera découvrir quelques facettes de plus-values pouvant se dégager d un mandat d audit. Notre spécialiste, Alessandro Oberti, vous parlera de l utilité d un audit informatique. Dans une interview captivante d un homme hors du commun, l astrophysicien Claude Nicollier nous confie les clés de la réussite d un vol spatial et les parallèles qu il est possible d en tirer avec un secteur d activité aussi normé que l audit. Délia Nilles, Directrice adjointe de l Institut de macroéconomie appliquée de l Université de Lausanne, nous parlera de la difficulté croissante à effectuer des prévisions fiables. Devant la volatilité des taux de change, Nigel Le Masurier vous énumérera les différentes méthodes de conversion des monnaies étrangères et leurs incidences sur les états financiers. Céline Couval fera un tour d horizon des synergies pouvant se dégager entre le Comité d audit, l audit interne et l audit externe. Enfin, le 100 e anniversaire fêté par l Hôtel de la Paix à Lausanne est l occasion pour son directeur, Stefano Brunetti Imfeld, de retracer l épopée de ce grand hôtel et de parler des défis auxquels est confrontée une entreprise familiale qui entend bien maintenir son niveau d excellence. Vous conviendrez que ce bref survol du sommaire de cette édition s annonce très alléchant. J espère que vous aurez autant de plaisir à lire ce magazine que l équipe de rédaction en a eu pour le préparer. Bonne lecture à tous.

4 RÉVISION LA RÉVISION DES COMPTES: SOURCE DE VALEUR Des petites et moyennes entreprises aux sociétés cotées à la Bourse, en passant par les administrations publiques, les organisations sans but lucratif et les institutions de prévoyance professionnelle, nos clients tirent profit du savoir-faire de leur réviseur et de ses conseils en matière de présentation de comptes. Accessible ou non au grand public, le rapport financier est de plus en plus considéré comme un instrument de com munication de l entreprise. La mission du réviseur des comptes consiste à vérifier les comptes annuels afin de s assurer qu ils sont conformes à la loi et aux statuts ainsi qu aux principes définis par le conseil d administration en matière d évaluation et de présentation. Soucieux de la qualité du service qu il rend à son client, le réviseur délivre plus qu une attestation de conformité : il est le garant d une présentation optimale des états financiers. Ces derniers, lorsqu ils sont clairs et faciles à lire, renforcent la confiance des destinataires : actionnaires, membres du conseil d administration, créanciers et autres partenaires d affaires. Dûment attestés par l organe de révision, les comptes annuels gagnent alors en pertinence. L expérience montre que l ampleur de la tâche de l organe de révision est trop souvent sous-estimée. De la première balance des comptes, tout juste sortie de l imprimante, jusqu au jour de l assemblée générale, lorsque les actionnaires ont entre leurs mains une information claire et synthétique de la situation financière et du résultat de l entreprise, les travaux réalisés par le réviseur sont conséquents. Parmi les clients qui accordent leur confiance à BDO pour la révision des comptes, pratiquement 100 % des états financiers vérifiés font l objet de modifications plus ou moins importantes à la suite des conseils que nous apportons. Dans 80 % des cas, nous amenons également une assistance marquée au stade de l établissement et de la présentation des comptes annuels. Ces travaux, qui permettent de disposer de comptes annuels de qualité irréprochable, ont bien entendu un coût. Ce coût peut être important lorsque le bouclement n est pas achevé ou lorsque les comptes annuels ne sont pas établis au moment où le réviseur débute ses travaux. L art d établir les comptes annuels Les pourcentages élevés de modifications de comptes annuels après le passage de l auditeur est la conséquence de la complexité de la tâche qui consiste à les établir. Si autant de modifications des comptes annuels des petites et moyennes entreprises sont rendues nécessaires, cela résulte à la fois de la méconnaissance ou de la mauvaise interprétation des principes régissant l établissement régulier des comptes et aussi, bien trop souvent, de l attention faible portée par le conseil d administration à ces questions. Il n est pas surprenant de constater que les sociétés qui disposent d un contrôle interne insuffisamment développé dans les questions financières sont aussi celles qui rencontrent les plus grandes difficultés au moment d établir leurs comptes annuels. La connaissance incomplète des principes d évaluation et de leur portée, les erreurs fondamentales d enregistrements comptables et l absence de double contrôle sont à la source de la plupart des ajustements des états financiers. Les principes de la présentation régulière des comptes annuels L une des principales lacunes relevées lors de l audit des comptes annuels est la définition lacunaire des principes d évaluation dans les comptes annuels. Combien de conseils d administration ont-ils formellement défini les principes qu ils entendent appliquer pour évaluer les 4 BDO ZOOM 1/2011

5 AJOUTÉE! débiteurs, les stocks, les travaux en cours, les immobilisations corporelles, financières et incorporelles, les provisions, voire thème d actualité ceux permettant de valoriser les créances et les dettes en monnaies étrangères? Rappelons que, conformément aux dispositions de l art. 716a al. 1 ch. 3 CO, le conseil d administration porte la responsabilité de l établissement des comptes annuels. L objectif principal de la présentation des comptes annuels selon l art. 959 CO consiste à permettre aux destinataires de se rendre compte aussi exactement que possible de la situation économique de l entreprise. Les comptes doivent être complets, clairs et faciles à consulter. Pour la plupart des entités qui exercent en la forme commerciale, les prescriptions du droit de la société anonyme (art. 662ss CO) prévalent sur les prescriptions générales. Aujourd hui, nombre de nos clients ont adopté des règles d évaluation et de présentation de comptes plus transparentes et unanimement reconnues, telles les normes Swiss GAAP RPC. Ce faisant, en concrétisant le principe de l image fidèle, ils ont trouvé leur intérêt en allant au-delà des exigences minimales prescrites par la loi. La transparence obtenue par l application de règles d évaluation clairement définies influence de manière positive la confiance des destinataires des états financiers, des bailleurs de fonds en particulier. Nous amenons régulièrement des améliorations sur les points suivants a. Dispositions relatives à la structure des comptes annuels Le classement des rubriques de l actif par échéance, à savoir en fonction du degré de réalisation, ainsi que le regroupement en actif circulant et en actif immobilisé, de même que le regroupement du passif entre fonds étrangers et fonds propres ne sont pas toujours correctement effectués. La même remarque vaut pour la différenciation au niveau du compte de profits et pertes entre les produits et les charges d exploitation, hors-exploitation et exceptionnels. La compensation d actifs et de passifs ainsi que de charges et produits importants et n ayant aucun lien entre eux de par leur nature doit souvent être corrigée à la suite de l audit afin d assurer une image aussi sûre que possible de la situation économique de l entreprise. b. Contenu insuffisant Le bilan et le compte de profits et pertes ne font pas ressortir toutes les indications nécessaires pour une appréciation aussi objective que possible de l état du patrimoine et des résultats de l entreprise. L annexe permet ainsi de communiquer ces indications aux destinataires des comptes annuels sous une forme bien ordonnée. Le réviseur propose souvent des modifications de l annexe, en raison notamment de publications inexactes et souvent incomplètes. c. Communication de l état des réserves latentes La diminution nette des réserves latentes, lorsqu elle est significative, doit être publiée dans les comptes selon l art. 663b al. 8 CO. L état des réserves latentes doit être dressé par le conseil d administration lors de chaque bouclement annuel. Dans de nombreux cas, le tableau du suivi des réserves latentes n est pas disponible au moment où débute l audit. Cette situation n est hélas guère surprenante, dès lors que les principes d évaluation ne sont souvent pas formellement arrêtés par le conseil d administration. Dans ce domaine également, le réviseur joue un rôle essentiel de conseiller. d. Compréhension du référentiel comptable Ces quelques observations illustrent bien les difficultés que les entreprises éprouvent dans un cadre normatif aussi complexe que celui de la présentation des comptes, indépendamment du référentiel comptable choisi. BDO ZOOM 1/2011 5

6 RÉVISION Efficacité des contrôles et communication avec l organe de révision Il est fréquemment nécessaire d apporter des corrections dans les comptes annuels lorsque surviennent des événements qui modifient de manière significative l environnement de l entreprise : forte croissance ou ralentissement économique, réorganisation, nouveaux actionnaires, développement des activités. Par expérience, les entreprises bien structurées appréhendent en général très bien les aspects relatifs à l établissement des états financiers. Au-delà de ces contraintes, ces entreprises : disposent d une approche documentée des processus de bouclement et d établissement des comptes annuels ; ont développé un système de contrôle interne efficace, intégrant le principe du double contrôle (principe des «quatre yeux») ; communiquent de manière ouverte et régulière avec leur réviseur ; impliquent l auditeur avant le début de la révision lorsque des opérations particulières sont survenues durant l exercice. 6 BDO ZOOM 1/2011

7 Ces quelques exemples montrent bien l intérêt de la collaboration avec l organe de révision, bien avant le début de l audit. Dans ce contexte, le réviseur devient un véritable partenaire pour l entrepreneur. En outre, autres sources de valeur ajoutée, les entretiens de fin d audit, les rapports détaillés au conseil d administration (art. 728b CO) et les lettres de recommandation permettent au réviseur de faire part de ses remarques et de ses constatations effectuées lors de la révision. Par ces interventions, l organe de révision apporte une contribution non négligeable à l amélioration de la qualité des états financiers et aux processus qui permettent de les établir. Conclusion Le réviseur est aussi un conseiller, dont l expérience et les compétences dépassent largement le cadre strict de l émission d une attestation d organe de révision. Pour les entreprises, il est recommandé de ne pas hésiter à faire appel à son conseiller pour des questions de définition des principes de la comptabilité et de présentation des états financiers et à mettre à profit son savoir-faire : les possibilités d amélioration sont presque toujours significatives. Il est donc essentiel de nouer le dialogue avec le réviseur, tout spécialement lors de la survenance d événements particuliers ou en cas d incertitudes relatives à l application du référentiel comptable choisi. Avec cette approche, la phase de bouclement, d établissement des comptes annuels et de révision est plus dynamique et aussi plus efficace. Elle constitue une source de valeur ajoutée pour tous nos clients. i En bref Le réviseur est plus qu un prestataire de service, il est un allié pour l entreprise Grâce à son expérience, il conseille de manière neutre et objective Il est essentiel pour l entreprise d entretenir des rapports de confiance avec son réviseur Jean-Frédéric Braillard Expert-comptable diplômé Responsable audit BDO Suisse romande Téléphone BDO ZOOM 1/2011 7

8 RÉVISION COMITÉ D'AUDIT, AUDIT INTERNE ET AUDIT EXTERNE: COMMENT VALORISER LES SYNERGIES? Les exigences posées au conseil d administration et au comité d audit en matière de surveillance des comptes de leur entreprise ne cessent de s accroître. La multiplication des réglementations et les nombreuses modifications des normes comptables exigent une grande disponibilité à apprendre, beaucoup de compétences et d expérience de la part de chaque membre d un comité d audit. Pour les aider, deux organes existent au sein de l entreprise: l audit interne et le réviseur agréé (aussi appelé l audit externe). Le rôle du comité d audit consiste, en général, à examiner les comptes annuels, à participer au choix des réviseurs et à instituer une relation directe avec eux, à vérifier l efficacité du système de contrôle interne, de l audit interne le cas échéant, ainsi qu à surveiller la gestion des risques de la société. Le comité ne prend pas de décisions, son rôle se limite à préparer l information que le conseil d administration utilisera dans ses débats. Ce que l audit interne apporte au comité d audit L audit interne apporte une appréciation systématique et objective des diverses activités et des contrôles de l entreprise. L audit interne a comme objectif permanent de permettre au comité d audit de déterminer si: les informations financières et les données d exploitation sont exactes et fiables, les risques d exploitation de l institution sont identifiés et réduits au minimum, les réglementations externes ainsi que les politiques et les procédures internes sont respectées, les critères d exploitation sont remplis de façon satisfaisante, les ressources sont utilisées de manière efficace et économique, les objectifs de l entreprise sont effectivement atteints. Alors que l audit externe est plongé dans les comptes, l audit interne est chargé de traquer les risques au sein de l entreprise. Un accueil déficient des clients constitue un risque, au même titre que des défauts de qualité ou le piratage informatique. L audit interne examine donc les pratiques de tous les services : comptable, financier, commercial, juridique, compliance, achats, informatique, sites de production, gestion de fortune, risk management, etc. Il faut aussi relever que l audit interne connaît la culture de l entreprise et les personnes clés au sein de son organisation. Les standards de la profession d audit interne exigent que les rapports contiennent une note d évaluation qui permette au comité d audit d apprécier la gravité des recommandations et de juger l organisation de chaque service par comparaison aux autres services. Cet élément «quantitatif» du rapport est un bon outil de pilotage pour le comité d audit et l aide à fixer les priorités. Ce que l audit externe apporte au comité d audit Au terme de ses contrôles, l audit externe présente les points de faiblesses constatés. Cela permet au comité d audit d avoir une assurance complémentaire à celle donnée par l audit interne sur les processus de traitement et de production de l information comptable et financière, ainsi que sur le gouvernement d entreprise lorsque les contrôles de l audit externe se sont étendus à d autres services que le service comptable. Mais ce qu apporte l audit externe, c est surtout son appréciation sur les comptes. En ce sens, l audit externe fournit un soutien précieux au comité d audit dans sa tâche d examen des comptes. Mais attention, l audit externe atteste formellement les comptes uniquement après que le conseil d administration les a émis et approuvés! En outre, l audit externe représente pour le comité d audit une source d informations clés quant à la comparaison du fonctionnement de l entreprise par rapport aux processus adoptés par les autres entreprises de son secteur concurrentiel. Cette vision «benchmark» n est en effet pas donnée par l audit interne, sauf dans les cas où la fonction d audit interne est externalisée. 8 BDO ZOOM 1/2011

9 Ce que l audit interne apporte à l audit externe L audit externe utilise certains des contrôles effectués par l audit interne pour réduire l étendue de ses tests lors de l audit des comptes. Par exemple, les rapports de l audit interne sur l organisation de l entreprise en matière de réconciliation des soldes bancaires, des balances intercompagnies dans un groupe ou sur les processus de suivi des impayés fournisseurs, permettent à l audit externe d économiser du temps lors de l audit des rubriques des comptes annuels qui sont concernées par ces processus. Audit interne, audit externe: des objectifs différents L audit externe présente au comité d audit les points de faiblesses détectés lors des contrôles effectués en relation avec l audit comptable. Dans le cas de réglementations spécifiques, comme dans le secteur bancaire et des assurances, ses contrôles s étendent au respect des dispositions réglementaires. Mais les rapports de l audit externe mentionnent rarement des solutions et des actions correctrices concrètes. Pour l audit interne, détecter des dysfonctionnements ne suffit pas. Il émet des recommandations pour améliorer les procédures, les contrôles et l organisation des services. Et il fait prendre conscience au personnel qu en adoptant ces méthodes, il gagnera en temps et en efficacité. Outre l évaluation du système de contrôle interne, l audit interne peut aussi être sollicité pour établir des rapports ad hoc à l attention de la direction ou des instances de contrôle. mais des méthodes de travail similaires Dans le cadre d un groupe international, il arrive aussi que la direction de la société suisse refuse que des auditeurs étrangers viennent contrôler certains processus (infraction au secret bancaire suisse par exemple). L audit interne suisse peut alors effectuer les travaux sur mandat de l auditeur du groupe, tant externe qu interne. En effet, les normes de travail de l audit interne sont très proches de celles de l audit externe : les auditeurs internes travaillent selon le standard de l Association suisse des auditeurs internes (ASAI), affiliée à l association internationale Institute of Internal Audit (IIA) ; les auditeurs externes travaillent sur la base des Normes d audit suisses (NAS) inspirées des normes d audit internationales (ISA). Quelles sont les sociétés qui doivent se doter d un comité d audit? Le «Code suisse de bonne pratique pour le gouvernement d entreprise» s adresse aux sociétés ouvertes au public, c est-à-dire aux sociétés cotées ou émettant des emprunts obligataires. Ce «Code suisse» recommande que le conseil d administration se dote d un comité de contrôle appelé comité d audit. Ce comité est composé de membres du conseil d administration non exécutifs, de préférence indépendants. La majorité des membres, dont le président, doivent posséder de solides connaissances financières et comptables. Des sociétés ou organismes économiques importants non cotés, même s ils ont une autre forme juridique que celle de la société anonyme, peuvent emprunter au «Code suisse» ses lignes directrices. Communication entre ces trois acteurs Les auditeurs externes et internes sont invités à participer aux réunions du comité d audit, sauf décision contraire de ce dernier. Il est aussi fréquent que ceux-ci soient entendus en dehors de la présence de la direction. L audit interne et l audit externe mènent souvent des discussions en dehors des séances du comité d audit. Ces rencontres bilatérales sont le signe d une bonne interaction et d un échange efficace entre ces deux acteurs. Les deux auditeurs communiquent leurs conclusions au comité d audit généralement par écrit. Alors que les destinataires des rapports de l audit externe sont multiples (comité d audit, conseil d administration, actionnaires, instituts de surveillance), les rapports de l audit interne ont une diffusion moindre (comité d audit et conseil d administration). Conclusion Comité d audit, audit externe et audit interne sont trois acteurs qui ont des rôles et des compétences qui se recoupent. Il est donc essentiel qu ils interagissent afin de maximiser leur efficacité. Pour ce faire, ils doivent coordonner leurs travaux et utiliser les conclusions de chacun. Audit interne Concentre son action sur les événements futurs en effectuant des contrôles qui garantissent la réalisation des objectifs de l entreprise Sert les besoins de l entreprise Rédige ses rapports à l attention du conseil d administration/ du comité d audit Est directement concerné par la prévention de la fraude, en s assurant que le système de contrôle interne est adéquat Audit externe Vérifie que les états financiers reflètent précisément et de façon fiable les événements passés Sert aussi les besoins de tiers en informations financières fiables Rédige ses rapports à l attention du comité d audit, du conseil d administration, des actionnaires, des instituts de surveillance N est directement concerné par le contrôle de la fraude que lorsque celle-ci est susceptible d avoir des conséquences significatives sur les états financiers i En bref Bien qu ayant des objectifs différents, le comité d audit, l audit interne et l audit externe sont complémentaires Ces trois acteurs doivent instaurer entre eux une communication efficace, afin de maximiser leur complémentarité Céline Couval Experte-comptable diplômée Auditrice agréée FINMA Sous-directrice BDO Suisse romande Téléphone BDO ZOOM 2/2010 1/2011 9

10 AUDIT INFORMATIQUE À QUOI L AUDIT INFORMATIQUE A l ère de WikiLeaks et des scandales bancaires, le système d informations de votre entreprise est-il vraiment aussi sûr que vous le pensez? Un audit informatique permet de répondre à cette interrogation. Un audit informatique peut être assimilé à un examen approfondi. Son objectif est de s assurer que les activités informatiques d une entreprise ou d une administration se déroulent conformément aux règles et aux usages professionnels, appelés de manière traditionnelle les bonnes pratiques. Il faut en outre que la gestion et l organisation du système d informations soient en parfaite conformité avec les différentes normes et règles en vigueur. L audit informatique apporte à l entreprise l assurance que la gestion, l organisation et les processus utilisés et gérés par le système d informations ayant une incidence sur les états financiers soient adéquats et opérés correctement. Ce résultat permet d influer sur la politique globale des risques présents et futurs auxquels l'entreprise peut être appelée à faire face. Les différents types d audits L audit informatique peut revêtir trois formes: les contrôles généraux informatiques (ITGC, IT General Controls), le contrôle de conformité à une norme nationale ou internationale, les contrôles spécifiques. Les différents domaines d activités Les différents domaines d activités susceptibles d être audités sont somme toute nombreux. Voici une liste non exhaustive des principaux domaines dans lesquels les experts de BDO peuvent intervenir. a. Archivage légal Bon nombre d entreprises ont décidé, pour différentes raisons, de restreindre ou de supprimer l utilisation du papier et d adopter un procédé de gestion électronique des documents (GED) et/ou d archiver leurs informations sur support électronique. Peu de solutions utilisées à ce jour sont conformes à la législation suisse. Pour qu un archivage soit considéré comme légal, il doit répondre à différentes exigences et suivre certains principes (qui, quoi, comment ) qui sont liés à la conservation des données, au support utilisé, à la durée de conservation et à la nature des documents. Un audit ou une mission de conseil sur l archivage peut permettre aux entreprises d éviter de supprimer par erreur des pièces importantes ou d investir dans une solution n étant pas conforme à la législation en vigueur. Une telle mission sur l archivage contribue donc à vérifier ces différents éléments et à statuer ainsi sur sa conformité. b. Outsourcing Dans le cadre bancaire, il est obligatoire de prendre position sur les entités qui délèguent tout ou partie de leur activité informatique. L objectif d un audit informatique dans ce domaine est de vérifier les neuf principes définis en Suisse par la FINMA, l autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, et de pouvoir ensuite statuer sur la gestion et le contrôle effectués par la banque dans ce domaine. 10 BDO ZOOM 1/2011

11 h. Intégrité des données L intégrité des données est sans doute l élément de contrôle favori de l auditeur financier. Les revues effectuées lors d un tel audit informatique confirment que les données qui ont été envoyées, reçues ou stockées sont complètes et n ont pas été modifiées. c. Lutte contre le blanchiment Ce type d audit, qui s adresse principalement aux sociétés financières, est axé sur les mesures mises en place afin de garantir que le système informatique, et les paramètres utilisés pour gérer et contrôler les transactions, soient conformes et permettent de lutter efficacement contre le blanchiment. d. Lutte et prévention contre la fraude La lutte et la prévention contre la fraude sont des sujets sensibles mais rarement pris réellement au sérieux par les entreprises. Un audit dans ce domaine permet de mettre en évidence les lacunes et les faiblesses liées aux accès et aux changements non documentés ou mal référencés. Cet audit est axé sur la gestion des accès, la conservation des données, la traçabilité et l intégrité des données utilisées, traitées et conservées. e. Respect de la Loi sur la protection des données La Loi sur la protection des données définit un certain nombre de règles à respecter. Or, il est souvent constaté, lors d audits, que ces règles ne sont que partiellement, voire pas du tout appliquées. En cas de litige, les risques financiers pour l entreprise qui conserve de manière inadéquate ce genre de données peuvent s avérer élevés. Une revue dans ce domaine permet de définir les éléments à conserver, d indiquer aux employés les moyens de contrôle mis en place et selon quelles règles ces derniers sont gérés. f. Plan de secours et de continuité Les audits portant sur les plans de secours et de continuité sont la garantie que, d un point de vue opérationnel et fonctionnel, l environnement, la logistique et les systèmes suivent une logique de continuité. Ils garantissent qu en cas de sinistre ou de panne, l essentiel des activités dites sensibles sera disponible dans un mode réduit mais opérationnel et ce, en respectant les délais fixés par la direction de l entreprise. Un audit informatique dans ce domaine donne une assurance sur le respect des processus et des délais. g. Confidentialité des données Le sujet de la confidentialité des données est indiscutablement sensible. Il suffit de citer les récents problèmes liés au secret bancaire, aux données personnelles ou aux secrets de fabrication pour s en convaincre. Une revue de sécurité permet d attester que la sécurité logique mise en place, le transport des données, leur stockage ainsi que l accès aux données physiques sont gérés de manière adéquate et respectent ainsi le niveau de conservation et de protection attendu. Méthodologie de l audit informatique La méthodologie utilisée est un cocktail composé d une revue de documentation et d interviews avec des vérifications, tests ou analyses sur l environnement du système d informations. Après contrôle et discussion avec le management, un rapport finalisant la revue est publié. L approche utilisée dans le cadre d un audit informatique est orientée risques. Lors d une revue, une opinion sur un environnement est transcrite de manière indépendante. Les constats ainsi que les risques peuvent être discutés avec le client, le but étant de le sensibiliser sur les faiblesses et les manquements constatés, puis d y apporter des solutions adéquates. L audit informatique au service de l entreprise L auditeur informatique apporte son soutien et son expertise à l entreprise cliente ainsi qu à ses collègues auditeurs financiers. Son travail sera souvent considéré de différentes façons au sein de la même entreprise: pour le directeur financier, il est une méthode contribuant à apprécier la fiabilité des applications utilisées. Pour le directeur informatique, c est avant tout un conseil en organisation effectué par un spécialiste. Alors que pour le directeur général, c est une sorte de fil d Ariane permettant d y voir plus clair dans l activité d un service clé. Et à présent, le système d informations de votre entreprise vous semble-t-il vraiment conforme dans tous les domaines cités ci-dessus? Est-il vraiment si sûr? Les experts de BDO mettent à votre disposition leurs compétences, fondées sur les meilleures pratiques du marché, et vous aident volontiers à procéder à un état des lieux de votre informatique. i En bref Le système d informations de la plupart des entreprises comporte des failles de sécurité. L audit informatique permet de les déceler L audit informatique est une prise de position indépendante et factuelle, fondée sur l analyse des risques L auditeur informatique est un allié pour l entreprise et un support à l audit financier Alessandro Oberti Auditeur informatique Fondé de pouvoir BDO Suisse romande Téléphone BDO BDO ZOOM 1/

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS 1920 MARTIGNY 1951 SION 3963 CRANS-MONTANA 1870 MONTHEY 3960 SIERRE 1205 GENÈVE www.fidag-sa.ch TABLE DES MATIERES 1. Droit de la révision comptable... 3 2. Droit

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant

Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant Cahier des charges pour le contrôle externe du décompte de projet au siège du cocontractant I. Bases 1. Considérations générales 1.1. Le contrôle financier externe des états financiers du projet du cocontractant

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Actualités du nouveau droit comptable 22 janvier 2015 Groupe Mutuel, Martigny

Actualités du nouveau droit comptable 22 janvier 2015 Groupe Mutuel, Martigny Actualités du nouveau droit comptable 22 janvier 2015 Groupe Mutuel, Martigny 1 Plan de la présentation 1 Qui est soumis? Petit rappel 2 Expérience sur l application du nouveau droit comptable précisions

Plus en détail

Petits déjeuners des PME et des start-up. Nouveau droit de la révision

Petits déjeuners des PME et des start-up. Nouveau droit de la révision Petits déjeuners des PME et des start-up Nouveau droit de la révision René-Marc Blaser Expert-comptable diplômé Partenaire Directeur BDO Visura Genève Genève, le 27 février 2009 1. Bref rappel historique

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

LE CONTROLE RESTREINT

LE CONTROLE RESTREINT LE CONTROLE RESTREINT Répercussions sur l'abolition du taux plancher du franc L'abolition du taux plancher de 1,20 franc suisse face à l'euro par la Banque nationale suisse («BNS») le 15 janvier 2015 a

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC)

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Le 30 janvier 2015 Yi-Xin Tseng Corporate Tax Senior Manager Agenda 1. Principe de déterminance 2. Obligation

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Evolution future du référentiel comptable en Suisse

Evolution future du référentiel comptable en Suisse Evolution future du référentiel comptable en Suisse PETIT DEJEUNER DES PME ET START-UP Service de la Promotion Economique Genève, le 29 juin 2012 Présentateur: Matthias Paffrath, BDO Genève Page 1 EVOLUTION

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME?

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Herbert Schaller Etapes Décision du parlement le 23.12.2011 Délai référendaire échu le 13.04.2012 Première partie

Plus en détail

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE 2015 Terminologie Tous les termes de fonction au masculin

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) 1. CADRE ET PRINCIPES GÉNÉRAUX Le Comité Audit et Risque (CAR) de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 www.pwc.com Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 Affirmations des CFO Etude L optimisation du secteur financier a gagné en importance Le secteur financier est de plus en plus impliqué dans la

Plus en détail

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO PRATIQUE COMPTABLE COMMISSION RPC CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO A. INTRODUCTION Depuis son entrée en vigueur le 1 er janvier 2007, la Swiss GAAP RPC 21 est restée

Plus en détail

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes Boulevard Youssef Ibn Tachfine, résidence Côte d Or, n 22, Tanger-Maroc Tél. : +212 (0) 539.32.50.39. Fax : +212 (0) 539.32.53.72. Email : m.lahyani@audit-analyse.com Site : Mohamed LAHYANI Expert-comptable

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la ANNEXE 5 Rapport du contrôleur des comptes indépendant accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la Fédération internationale de judo, Lausanne Ernst & Young Ltd Téléphone +41 58 286 51 11

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Statuts PostFinance SA

Statuts PostFinance SA Statuts PostFinance SA Table des matières Section : 3 Raison de commerce, siège, durée, but, mandat de service universel 3 Section : 6 Capital-actions, actions, conversion, titrisation, registre des actions

Plus en détail

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14

COMPTES INDIVIDUELS. Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 COMPTES INDIVIDUELS Situation intermédiaire au 30 juin 2013 PAGE N 1/14 SOMMAIRE Note 1 - Principes comptables... 6 a) Immobilisations corporelles... 6 b) Titres de participation... 6 c) Opérations en

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES?

PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? PROVISION POUR DEPRECIATION DE CREANCES DOUTEUSES : CORRECTION D ERREUR OU CHANGEMENT D ESTIMATIONS COMPTABLES? I- EXPOSE DU PROBLEME ET RECHERCHE DE SOLUTIONS AU REGARD DES REFERENTIELS COMPTABLES NATIONAL

Plus en détail

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers

Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Norme comptable internationale 1 Présentation des états financiers Objectif 1 La présente norme prescrit la base de présentation des états financiers à usage général, afin qu ils soient comparables tant

Plus en détail

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF du 5 décembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 35a, al. 5, et 39, al. 2, de la loi fédérale du 4

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA RAPPORT SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2005 A nos actionnaires et partenaires financiers (chiffres clés en milliers de CHF) INTRODUCTION Malgré les difficultés conjoncturelles principalement

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Norme relative aux Modalités d Application des Articles 2 et 3 de l Arrêté du 28 février 2003 portant Homologation du Barème des Honoraires des Experts Comptables

Plus en détail

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny 30 novembre 2010, CERM Martigny Agenda Introduction Principales nouveautés du projet Procédures en cours et prochaines étapes 2 Introduction Le projet du Conseil fédéral poursuit 4 objectifs principaux

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Allison Lowe David Gauthier

Allison Lowe David Gauthier Provision pour demandes d indemnisation Rapport de vérification final Rapport n o 10/12 Le 21 février 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS 2006 A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION Généralités L établissement des comptes se fait conformément : - aux Recommandations relatives à la présentation

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne

Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne En application des dispositions de l'article L.225-37 du Code de commerce, je vous rends compte dans

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC)

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) INTRODUCTION Le présent rapport de transparence est rédigé et publié en application de l article R 823-21

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail