Tendances actuelles dans le secteur de l audit

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tendances actuelles dans le secteur de l audit"

Transcription

1 Aperçu Tendances actuelles dans le secteur de l audit Le présent document fournit des renseignements généraux pour la séance de discussion sur les tendances actuelles dans le secteur de l audit organisée conjointement par le groupe de travail des investisseurs et autres parties prenantes et le groupe de travail du Comité des politiques publiques mondiales de l IFIAR. Cette séance aura lieu en avril 2015 à Taipei, dans le cadre de la réunion plénière de l IFIAR, qui vise à susciter le dialogue parmi les autorités de réglementation de l audit et les cabinets d audit sur des questions touchant la qualité de l audit et la protection des investisseurs. Les cabinets d audit fournissent un service essentiel aux marchés financiers. En faisant la promotion de l intégrité de l information financière et en établissant la confiance, les auditeurs réduisent les coûts de financement et contribuent à une affectation efficace des capitaux, stimulant ainsi la croissance économique 1. L évolution de la conjoncture économique et du marché des services d audit a influé sur le mode de fonctionnement du secteur de l audit et sur la façon dont il est perçu par les utilisateurs et le grand public. Les grands enjeux auxquels est confronté le secteur de l audit comprennent : la marchandisation de l audit; la valeur perçue et la pertinence de l audit traditionnel, y compris la responsabilité de l auditeur de détecter la fraude; l incidence de l attention accrue que portent les grands cabinets d audit à la croissance de leurs services autres que d audit, notamment les services consultatifs / services-conseils; l incidence des progrès technologiques et la disponibilité et l accessibilité accrues des données. Le document analyse d abord la situation actuelle et les tendances observées dans le secteur de l audit dans six domaines : Produits et croissance des cabinets Concurrence dans le marché de l audit Gouvernance dans la structure de réseau mondial Modèle de société de personnes et menace de poursuites Qualité et étendue des ressources sur le marché du travail Incidence des technologies émergentes sur l audit Dans chaque domaine, des questions sont posées afin de susciter la discussion. 1 Plusieurs études ont démontré que les audits aident les entreprises à mobiliser des fonds sur les marchés financiers, dont celle de Minnis, 2011, The Value of Financial Statement Verification in Debt Financing: Evidence from Private U.S. Firms. Journal of Accounting Research, 49 (2). Cette étude, qui analyse un échantillon de sociétés fermées, révèle que les sociétés auditées bénéficient d un taux d intérêt qui est, en moyenne, de 69 points de base inférieur à celui des sociétés non auditées. 1

2 Le document analyse le secteur de l audit en se concentrant particulièrement, pour certains de ces domaines, sur les Quatre Grands réseaux mondiaux de cabinets d audit, compte tenu de leur position dominante dans de nombreux pays 2. Espérons que ce document et les séances de discussion qui se tiendront à la réunion plénière aideront les autorités de réglementation de l audit à mieux comprendre les répercussions possibles de ces questions sur la qualité de l audit et la protection des investisseurs. En résumé, le document soulève de grandes questions, y compris : Quelle est l incidence sur la qualité de l audit 1) de l essor et de la croissance des services consultatifs offerts par les cabinets d audit; et 2) de la faible croissance de la fonction d audit traditionnelle? Les cabinets d audit ont-ils besoin d améliorer la transparence de leur gouvernance, de leur structure et de leurs activités pour améliorer leur connaissance des marchés? La profession d auditeur attire-t-elle les bonnes personnes et sait-elle les maintenir en poste? Que devrait-on faire de différent pour que la profession d auditeur s assure d avoir les bonnes personnes pour effectuer des audits de haute qualité? En quoi des changements dans la dotation en personnel et l endroit où les travaux d audit sont effectués auront-ils une incidence sur la qualité de l audit et le développement de personnel qualifié en audit? L audit est-il devenu une marchandise? Compte tenu des tendances actuelles dans les honoraires d audit, les cabinets ne risquent-ils pas de ne pas pouvoir investir les sommes nécessaires pour réaliser des audits de grande qualité? En quoi les technologies émergentes changent-elles la façon dont les audits sont réalisés (y compris l utilisation de l analyse des données et des mégadonnées)? Facteurs qui influent sur les tendances actuelles dans le secteur de l audit Les principaux facteurs qui reflètent les tendances actuelles et influent sur celles-ci dans le secteur de l audit peuvent être divisés comme suit : A. Tendances à l égard des produits et de la croissance des cabinets Les Quatre Grands cabinets d audit offrent généralement trois types de services : audit (ou certification), fiscalité et conseils (ou services consultatifs). Bien que les services consultatifs continuent d être la principale source de croissance des produits pour les Quatre Grands réseaux mondiaux, en 2013, les trois types de services ont affiché des taux de croissance plus bas qu en Les Quatre Grands cabinets d audit sont Deloitte Touche Tohmatsu Limited, EY Global, KPMG International Cooperative et PricewaterhouseCoopers International Limited. 2

3 Quatre Grands réseaux mondiaux Sommaire des produits sur trois ans (en millions $ US) Services Variation en % Variation en % Certification $ $ $ 5 % -1 % Fiscalité $ $ $ 6 % 5 % Services consultatifs $ $ $ 15 % 8 % Total des produits $ $ $ 8 % 3 % Sources : Revue mondiale de l exercice 2013 d EY, Rapport sur la transparence 2013 de Deloitte, Rapport sur la transparence 2013 de KPMG et Rapport sur la transparence 2013 de PricewaterhouseCoopers. Les produits tirés des services de certification ont diminué en 2013 par rapport à Les produits tirés des services de certification représentaient 43 % des produits des Quatre Grands réseaux mondiaux en 2013, par rapport à 46 % en Selon certaines études, les honoraires d audit des cabinets subissent des pressions à la baisse en raison du climat économique 4, du fait que les utilisateurs remettent en question la valeur des audits (la «marchandisation de l audit») et de la sous-enchère de cabinets concurrents 5. Tout en menant leurs activités de certification, les cabinets continuent d explorer des façons d améliorer l efficience de l audit, ce qui comprend la délocalisation, l établissement de centres d excellence à faibles coûts, l impartition de certains aspects de l audit et le recours à des techniciens de données 6. Les Quatre Grands cabinets d audit innovent également dans les TI et les systèmes. Certains cabinets, par exemple, intègrent dans le processus d audit des techniques d audit assistées par ordinateur (TAAO) et des outils d exploration et d analyse de données afin d accroître l efficacité de l audit et sa valeur pour les entreprises. En même temps, comme les activités, les modèles d affaires, les transactions et les offres de produits et services des entreprises sont devenus plus complexes, les auditeurs doivent faire preuve d encore plus de jugement et être hautement compétents. 3 Les produits tirés de la certification reflètent les produits provenant de divers services, y compris, par exemple, les audits légaux, les audits internes, les services de certification en risque, les services actuariels et les services de conseils pour des transactions sur les marchés financiers. 4 Voir l article intitulé «Declining Audit Fees Raise Risk of Restatements» sur CFO.com, 3 mars On peut lire dans cet article qu au cours des dernières années, les sociétés ouvertes ont fait pression auprès de leurs cabinets comptables pour qu ils abaissent leurs honoraires d audit Dans bien des cas, cela a fonctionné, la récession aidant. Les honoraires d audit ont atteint un sommet de 592 $ par tranche de 1 million $ de produits pour les sociétés assujetties aux règles de dépôt accéléré en 2004 et 2005, selon Audit Analytics, mais ont chuté depuis pour s établir à 472 $ par tranche de 1 million $ de produits en Aux États-Unis, entre 2006 et 2010, 48 % des émetteurs de l indice Russell 3000 ont déclaré une diminution de leurs honoraires d audit (sources : Investissements Russell, Audit Analytics). 6 Pour une analyse d une séance de discussion avec des représentants de chacun des Quatre Grands concernant la situation de leurs activités à l étranger, voir l article de Daugherty, Dickins et Fennema (2012), Offshoring Tax and Audit Procedures: Implications for U.S.-Based Employee Education, Issues in Accounting Education, 27(3). On explique dans cet article que, compte tenu de la pression accrue qui s exerce sur les cabinets d audit pour que les missions d audit soient plus rentables, il est fort probable que le volume de travail confié en sous-traitance à l étranger continuera de s accroître. 3

4 Dans le contexte actuel, les honoraires d audit semblent stables ou même en baisse dans certaines régions du monde, et les possibilités de croissance des services d audit à l échelle mondiale semblent limitées. Parallèlement, les activités des services consultatifs des cabinets devraient poursuivre leur croissance à un rythme plus rapide que celles de l audit grâce à la croissance interne et à l acquisition d autres cabinets de services professionnels. De façon générale, la hausse des produits tirés des services consultatifs est attribuable à la fourniture de services-conseils à des clients autres que d audit 7. Les produits tirés des services consultatifs représentent maintenant 34 % des produits des Quatre Grands, comparativement à 31 % en En supposant que les services consultatifs continuent d être la principale source de croissance des produits des Quatre Grands, les produits tirés de ces services pourraient bientôt surpasser ceux tirés des services de certification. Du côté des sociétés affiliées américaines des Quatre Grands, qui représentent la plus importante source de produits à l échelle des réseaux mondiaux (environ 35 %) 8, les produits des services consultatifs dépassent déjà ceux tirés de la certification. En trois ans, les produits tirés de la certification dans les sociétés affiliées américaines des Quatre Grands ont chuté de 40 % à 36 % du total des produits, tandis que ceux tirés des services consultatifs ont augmenté pour passer de 34 % à 39 % du total des produits. Composition des produits des Quatre Grands réseaux mondiaux Composition des produits des sociétés affiliées américaines des Quatre Grands Services Services Certification 46 % 45 % 43 % Certification 40 % 37 % 36 % Fiscalité 23 % 23 % 23 % Fiscalité 26 % 26 % 25 % Services Services consultatifs 31 % 33 % 34 % consultatifs 34 % 37 % 39 % Total des Total des produits 100 % 100 % 100 % produits 100 % 100 % 100 % Sources : Revue mondiale de l exercice 2013 d EY, Rapport sur la transparence 2013 de Deloitte, Rapport sur la transparence 2013 de KPMG et Rapport sur la transparence 2013 de PricewaterhouseCoopers. Comme les services consultatifs sont en voie de devenir la principale gamme de services, les Quatre Grands cabinets devront s assurer d accorder l attention voulue à la qualité de l audit, surtout que les dirigeants des Quatre Grands croient que la réputation et la marque des services d audit du cabinet jouent un rôle important dans le succès continu de leurs services consultatifs. 7 Audit Analytics, juillet 2013, Audit Fees and Non-Audit Fees: An Eleven Year Trend, disponible à l adresse : 8 Sources : Revue mondiale de l exercice 2013 d EY, Rapport sur la transparence 2013 de Deloitte, Rapport sur la transparence 2013 de KPMG et Rapport sur la transparence 2013 de PricewaterhouseCoopers. 4

5 Les acquisitions de services-conseils jouent un rôle de premier plan dans la croissance des produits tirés des services consultatifs des Quatre Grands. Ces dernières années, les Quatre Grands ont acquis de nombreux services-conseils élargissant leur gamme de services pour y inclure des services juridiques, des services-conseils en gestion, des services d immigration, des services technologiques et d autres spécialisations 9. Les activités de consultation diffèrent de bien des façons des activités d audit, y compris : la nature et l identité du client; la nature de la concurrence et les stratégies pour livrer concurrence; le rôle et le rythme d innovation des services; les antécédents, la mentalité, les compétences et l expérience des personnes qui fournissent le service; la structure des équipes fournissant le service; le modèle de produits (généralement des services non récurrents plutôt que récurrents; honoraires conditionnels permis); la nature cyclique des activités; les perspectives de croissance et de rentabilité. Les différences entre les services consultatifs et les services d audit créent des tensions et des conflits au sein des cabinets, y compris des conflits qui pourraient constituer une menace pour l indépendance de l auditeur. Dans certains territoires, il est interdit de fournir des services autres que d audit à certains clients d audit. Cependant, lorsque la prestation de services autres que d audit est permise, un pourcentage maximum peut être prescrit par le code d éthique d une autorité de réglementation afin d éviter tout conflit en matière d indépendance. En dépit des conflits, les cabinets sont actifs dans le développement de services consultatifs, notamment le cabinet : peut prendre de l essor et offrir des possibilités à des membres de son personnel; élargit l étendue et la portée de la marque du cabinet; renforce son empreinte mondiale et approfondit ses compétences pour lui permettre de mieux servir les clients mondiaux; tire parti de la relation de confiance que l associé d audit a développée, ce qui lui permet d accroître les occasions de maximiser les profits tirés d une relation client; crée plus d occasions de réaliser des ventes croisées dans une plus grande variété de services aux clients; augmente sa taille et devient moins vulnérable aux chocs. 9 Une revue des communiqués de presse publiés par les Quatre Grands a révélé un total de 66 acquisitions de sociétés de services-conseils par les Quatre Grands de 2011 à 2013, dont 33 en 2013, 14 en 2012 et 19 en

6 L élargissement des services consultatifs peut améliorer la qualité de l audit dans la mesure où le cabinet approfondit ses compétences dans ce domaine et s en sert pour réaliser des audits. Les Quatre Grands cabinets ne présentent pas de marge brute ou d information sur le profit pour leurs gammes de services distinctes. Par conséquent, il est difficile de déterminer la rentabilité des gammes de services d un cabinet et laquelle contribue le plus à la rentabilité globale du cabinet On ne saurait dire si les services consultatifs des Quatre Grands sont plus rentables que les services de certification. La Commission britannique de la concurrence a récemment fait savoir que, en se fondant sur les choix de répartition des coûts des cabinets, la certification a des marges comparables à celles des autres gammes de services. 6

7 Questions Comment tirer parti des capacités améliorées des services consultatifs pour améliorer la qualité de l audit? Quelles sont les menaces à la qualité de l audit d un important groupe de services consultatifs en pleine croissance? Comment les cabinets peuvent-ils gérer ces menaces ou conflits d intérêts? Quelles mesures devrait-on envisager pour éviter que la croissance des services consultatifs ait une incidence sur l indépendance de l auditeur et, par conséquent, sur la qualité de l audit? Les modèles d affaires des cabinets, qui prévoient des services d audit en moins forte croissance et des services consultatifs en plus forte croissance selon les différentes cultures des deux services, sont-ils durables à moyen et à long terme? Quelles solutions pourrait-on envisager comme stratégies d affaires durables pour les cabinets? Les honoraires d audit sont-ils stables ou en baisse? Dans l affirmative, est-ce le cas dans tous les secteurs et régions? Sinon, quels sont les facteurs de différenciation? Dans un contexte de faible croissance pour l audit des états financiers, quels sont les plans des cabinets pour assurer la croissance de leurs activités de certification? Les entités (et leur comité d audit) sont-elles prêtes à payer des honoraires plus élevés pour bénéficier de services de meilleure qualité? Quel effet, le cas échéant, les récentes initiatives visant à fournir des données observables sur la qualité d un audit, comme la mise au point d indicateurs de qualité des audits et des révisions du rapport de l auditeur, auront-elles sur les honoraires d audit? Dans quelle mesure les services consultatifs des Quatre Grands s appuient-ils sur la réputation de leurs services d audit? Des services consultatifs en pleine croissance détournent-ils l attention des leaders des Quatre Grands des services de certification? Un groupe de services consultatifs pourrait-il décider de se séparer des services d audit et de faire cavalier seul? Quelle incidence cela aurait-il sur la qualité de l audit? Quel effet, le cas échéant, le client et, plus récemment, la limite imposée par les autorités de réglementation sur les honoraires pour les services autres que d audit fournis aux clients d audit, ont-ils sur les pressions qui s exercent pour la vente de services autres que d audit à des clients de services autres que d audit? 7

8 B. Concurrence dans le marché de l audit Les audits jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement des marchés financiers. La demande de services d audit par des sociétés ouvertes est rigide puisque ces sociétés sont tenues, en vertu de la réglementation, de se soumettre à un audit, et il n existe aucun substitut pour ces services 11. Le nombre de cabinets effectuant des audits des plus grandes sociétés ouvertes a chuté dans les 30 dernières années 12. Vers la fin des années 1980, huit cabinets offraient des services d audit aux grandes sociétés 13. Après une série de fusions et la dissolution d un cabinet, quatre cabinets effectuent maintenant l audit de la plupart des grandes sociétés ouvertes dans le monde 14. En 2013, les Quatre Grands cabinets d audit détenaient 67 % du marché mondial de la comptabilité 15. Les grandes sociétés estiment qu elles n ont guère le choix de leur auditeur puisqu il leur arrive souvent de faire affaire avec d autres grands cabinets d audit, ce qui représenterait un cas de conflit d intérêts si ce cabinet devenait également leur auditeur. Les fusions qui ont eu lieu dans les années 1980 et 1990 répondaient à un besoin, pour les cabinets, de prendre de l essor pour pouvoir s adapter à la taille et à la portée internationale sans cesse croissantes de leurs clients 16. Les cabinets ont pu ainsi profiter d économies d échelle, étendre les connaissances et le savoir-faire technique propres au secteur, et élargir leurs assises financières pour diversifier le risque 17. Le fait qu il y ait concentration dans le marché de l audit ne signifie pas nécessairement qu il n y a pas de concurrence sur les prix. De façon générale, les prix des services d audit sont négociés entre un cabinet et ses clients, sans intervention du gouvernement 18. Certains pays, toutefois, ont des règlements qui fixent des niveaux d honoraires minimums ou limitent les pratiques tarifaires d un cabinet Voir le rapport sur les tables rondes de l OCDE portant sur la concurrence et la réglementation dans le secteur de l audit et dans les professions connexes, 2009 (OECD Policy Roundtables Report), disponible à l adresse : 12 Voir Id. 13 Voir Id. 14 Voir Id. 15 Publication d Economia pour l ICAEW : 16 Voir «Point of View: Benefits of Scale», PwC, disponible à l adresse : 17 Voir le rapport sur les tables rondes de l OCDE citant le rapport du Government Accountability Office (GAO) des États-Unis, Audits of Public Companies: Continued Concentration in Audit Market for Large Public Companies Does Not Call for Immediate Action, publié le 9 janvier Voir le rapport sur les tables rondes de l OCDE. 19 Selon le rapport sur les tables rondes de l OCDE. Par exemple, en Grèce, la méthode de tarification des services d audit est déterminée par l article 18 du décret présidentiel 226/1992, qui stipule que la rémunération pour l exécution d un audit ne doit pas dépasser 1/10 du total des produits de la société ou de la coentreprise auditée durant l exercice de 12 mois précédent. 8

9 Les cabinets d audit se font concurrence sur un certain nombre de facteurs, y compris (sans ordre particulier) : i) la réputation, ii) la portée mondiale, iii) les prix, iv) les connaissances techniques et sectorielles, v) le niveau des ressources et vi) les relations avec la haute direction et les membres du conseil d administration. Étant donné le petit nombre de cabinets se séparant le marché des services d audit aux sociétés multinationales, la réputation peut jouer un rôle plus important que le prix 20. On note toutefois qu un changement d auditeur entraîne souvent une baisse des honoraires d audit 21. Il y a peu d obstacles à l entrée sur le marché pour les services d audit de base, mais il y en a beaucoup pour les services d audit des grandes sociétés multinationales. Les facteurs suivants sont considérés comme les principaux obstacles à l entrée sur le marché pour les services d audit des grandes multinationales : Préférence des participants au marché pour un des Quatre Grands cabinets d audit, ce qui se traduit par un choix limité de cabinets ou un coût d investissement plus élevé lorsqu un cabinet qui ne fait pas partie des Quatre Grands est nommé. Niveau des ressources en personnel, compétences techniques et sectorielles, et portée mondiale nécessaire pour effectuer l audit de grandes sociétés multinationales. Coûts d assurance et risque de litiges accrus. Expansion de l infrastructure et accès au financement nécessaire à cette expansion. Coûts élevés du changement d auditeur, y compris les coûts engagés pour informer le nouvel auditeur 22. Avant 2014, les grandes sociétés avaient tendance à ne pas changer souvent d auditeur 23. Divers pays ont récemment mis en œuvre des mesures qui visent à intensifier la concurrence dans la prestation de services d audit aux grandes sociétés. Les réformes visent, entre autres choses, à avantager les cabinets d audit de taille moyenne grâce à des mesures pour développer un marché plus dynamique et moins concentré pour les services d audit 24. Certaines mesures consistent à imposer ou à encourager les audits 20 Voir le rapport sur les tables rondes de l OCDE. Voir aussi, par exemple, la soumission de KPMG UK à la Commission de la concurrence au R.-U., 23 janvier 2012, Market Investigation into the provision of statutory audit services to large companies, disponible à l adresse : services-market-investigation#responses-to-issues-statement. 21 De 2006 à 2010, 418 sociétés de l indice Russell 3000 ont changé d auditeur, dont 62 % ont fait état d une baisse des honoraires d audit. Les 418 sociétés qui ont changé d auditeur ont indiqué une baisse médiane des honoraires de 11,5 % la première année. Source : Investissements Russell et Audit Analytics. 22 Voir le rapport sur les tables rondes de l OCDE citant le rapport du GAO, Public Accounting Firms: Required Study on the Potential Effects of Mandatory Audit Firm Rotation, publié le 21 novembre Par exemple, aux États-Unis, de 2006 à 2010, seulement 35 sociétés inscrites sur la liste annuelle de Fortune 500 ont changé d auditeur. 24 Commission européenne, 3 avril 2014, Reform of the EU Statutory Audit Market - Frequently Asked Questions, disponible à l adresse: 9

10 conjoints élargis 25 et à rendre obligatoires les appels d offres et la rotation des cabinets, ce qui, comme l espèrent certaines autorités de réglementation, devrait renforcer l indépendance des auditeurs 26. Par suite des changements au R.-U., les grandes sociétés cotées en Bourse ont eu davantage recours aux appels d offres et ont changé plus souvent de cabinet. Toutefois, ces changements semblent avoir eu des répercussions limitées sur la concurrence puisque la plupart des grandes sociétés ont continué de choisir comme auditeur un des Quatre Grands. Dans le secteur de l audit, l innovation s est faite lentement en comparaison du rythme des changements dans d autres secteurs. Parmi les facteurs qui pourraient avoir freiné l innovation, citons : Il se peut que les acheteurs de services d audit ne perçoivent pas les améliorations possibles de la qualité d audit, une grande partie des services leur étant hermétiques. Ainsi, les auditeurs risquent de percevoir un rendement financier limité pour les investissements en innovation. Ils peuvent être plus enclins à innover pour améliorer l efficience plutôt que la qualité de l audit. Les services d audit sont nécessaires et réglementés, marchandisant ainsi le produit et limitant les possibilités de différenciation. 25 Par exemple, en France, les entités qui publient des états financiers consolidés doivent nommer au moins deux auditeurs ou cabinets d audit. Le travail d audit est effectué conjointement par deux cabinets d audit, selon des normes professionnelles qui définissent les règles pour le partage du travail et l exécution des examens croisés qui sont nécessaires pour permettre à chaque auditeur de formuler sa propre opinion sur les états financiers. Les rapports d audit sont signés par tous les auditeurs. 26 Par exemple, en Europe, en avril 2014, le Parlement européen a approuvé un train de mesures législatives sur la réforme des services d audit visant, entre autres, à renforcer l indépendance des auditeurs. Pour les entités d intérêt public, les réformes européennes prévoient la rotation obligatoire des cabinets d audit, interdisent la prestation de certains services autres que d audit à des clients d audit, instaurent un plafond sur la valeur des services autres que d audit qu un cabinet d audit peut fournir à ses clients d audit, et renforcent le rôle du comité d audit (y compris en ce qui concerne la nomination du cabinet d audit). Certains pays européens ont procédé à certaines réformes avant que le train de mesures législatives européen soit finalisé. Aux Pays-Bas, des lois en matière d audit, adoptées en décembre 2012, visent à accroître l indépendance des auditeurs d entités d intérêt public : 1) en interdisant aux cabinets d audit d effectuer pour leurs clients d audit des services autres que d audit; et 2) en implantant la rotation des cabinets d audit tous les huit ans pour les entités d intérêt public. Au Royaume-Uni, des modifications ont été apportées en septembre 2012 au U.K. Corporate Governance Code qui s applique selon une approche «se conformer ou expliquer» afin d indiquer, entre autres, que les sociétés du FTSE 350 sont tenues d aller en appel d offres pour le contrat d audit externe au moins tous les 10 ans. 10

11 Questions Les initiatives récentes visant à fournir des données observables sur la qualité des audits, comme le développement d indicateurs de la qualité des audits et les révisions du rapport des auditeurs, changeront-elles la manière dont la concurrence s exerce entre les cabinets d audit? Contribueront-elles à la qualité des audits et stimuleront-elles l innovation? Les mesures imposant ou encourageant les audits conjoints ont-elles un effet bénéfique sur la concurrence qui s exerce entre les cabinets quant à la qualité de l audit? Y a-t-il des moyens pour les cabinets d accroître la pertinence de l audit (jusqu à présent, on semble se préoccuper surtout de la fiabilité de l audit)? Y a-t-il une façon d offrir un plus grand choix d auditeurs aux sociétés sans porter atteinte à l indépendance de l auditeur? Y a-t-il un risque accru qu un grand cabinet d audit se retire du marché de l audit en raison de l environnement réglementaire et de la croissance de ses activités des services consultatifs? Quelles seraient les conséquences si un grand cabinet faisait faillite? En cas de faillite d un grand cabinet, à quoi ressemblerait le plan de rétablissement et de résolution et quels éléments faudrait-il considérer compte tenu de sa forte présence dans le monde (cabinet trop grand pour faire faillite)? C. Gouvernance au sein d une structure de réseau mondial Les Quatre Grands cabinets d audit sont organisés en réseaux internationaux généralement structurés comme des associations de cabinets individuels menant leurs activités dans différents pays. Les cabinets membres ont en commun un nom et une marque, et, dans la plupart des cas, des structures de contrôle de la qualité et des méthodes d audit communes, mais ils constituent des entités juridiques distinctes. Les cabinets membres de chacun des Quatre Grands sont regroupés au sein d une entité parapluie (ci-après appelée «réseau mondial»). La relation entre chacun des cabinets membres et le réseau mondial est établie par un contrat conclu entre les deux parties. Toutefois, un cabinet membre n est pas un partenaire juridique du réseau mondial ou vice versa. Un cabinet membre ne peut agir à titre d agent du réseau mondial ou de tout autre cabinet membre, ne peut engager le réseau mondial ou tout autre cabinet membre, et est responsable uniquement de ses propres actes ou omissions et non de ceux du réseau mondial ou de tout autre cabinet membre. De la même manière, le réseau mondial ne peut agir à titre d agent d aucun cabinet membre, ne peut engager aucun cabinet membre et est responsable uniquement de ses propres actes ou omissions. 11

12 En vertu de ces ententes, les cabinets membres s entendent généralement pour être liés par les politiques établies par le réseau mondial. Certains réseaux mondiaux ont différents types de structures de cabinets membres. Par exemple, certains cabinets, notamment dans les marchés en développement, peuvent être des «cabinets affiliés» au sein d un réseau mondial. Ces cabinets réalisent des travaux d audit pour le compte du réseau mondial, mais ne sont pas nécessairement soumis à l ensemble des politiques du réseau. Contrairement à ses cabinets membres, le réseau mondial n offre aucun service aux clients. Son rôle consiste plutôt à agir comme organe de coordination pour les cabinets membres du réseau, et à élaborer et mettre en œuvre des politiques et initiatives pour les divers cabinets membres. À l heure actuelle, les réseaux mondiaux ne sont soumis à aucune réglementation; ce sont plutôt les cabinets membres qui sont réglementés par l autorité de réglementation de leur pays. Chacun des réseaux mondiaux des Quatre Grands est géré par un conseil mondial qui a la responsabilité globale de la gouvernance et de la surveillance des cabinets membres. La composition de ces entités de gouvernance varie, mais comprend généralement des leaders seniors de différentes gammes de services et régions géographiques. Deux des chefs de la direction/présidents du conseil des Quatre Grands cabinets d audit actuellement en poste proviennent de l Audit, tandis que les deux autres proviennent de la Fiscalité. Il n y a pas de mise en commun des profits à l échelon international. Le montant versé au réseau mondial par chaque cabinet membre pour financer les coûts de fonctionnement du réseau se fonde sur les produits générés par le cabinet. Comme nous l avons mentionné précédemment, les cabinets membres aux États-Unis sont les plus importants, puisqu ils génèrent environ 35 % des produits des réseaux mondiaux. Des discussions ont eu lieu au début des années 2000 quant à la transformation éventuelle des Quatre Grands cabinets d audit en sociétés de personnes mondiales 27. Les cabinets reconnaissent les enjeux entourant la fourniture de services aux sociétés mondiales sur les marchés financiers mondiaux selon un modèle utilisé par de nombreux réseaux affiliés. Ainsi, dans les cas jugés utiles à des fins commerciales, les cabinets ont créé des structures transnationales régionales ou ont conféré plus de pouvoir et affecté plus de ressources à la coordination mondiale. 27 AccountingWeb, 16 décembre 2005: 12

13 Questions Dans quelle mesure les pratiques de gouvernance actuelles des cabinets sont-elles efficaces? Dans quelle mesure les décideurs publics devraient-ils envisager d élaborer ou d améliorer les lignes directrices relatives à la gouvernance des cabinets d audit à l échelle mondiale ou à l échelon des cabinets individuels? Comment les membres du conseil d un réseau mondial et les membres du conseil d un cabinet sont-ils sélectionnés? Quel type de planification de la relève serait recommandable pour la haute direction à l échelle mondiale et à l échelon du cabinet? Quels sont les avantages et les inconvénients de maintenir la structure de réseau mondial actuellement en place? La structure des cabinets évolue-t-elle vers une structure hiérarchique et de contrôle mondial? Dans l affirmative, quelles seront, selon toute vraisemblance, les prochaines étapes de cette transformation? Quelles conséquences l organisation, la taille et la structure des Quatre Grands cabinets d audit ont-elles sur la qualité de l audit et l innovation en audit? D. Modèle de société de personnes et menace de litiges privés De nombreux pays ont des règlements concernant le type d entreprise pour les comptables ou la propriété des cabinets d audit. Pour des raisons historiques et juridiques de licence, et pour d autres raisons, dans la plupart des pays, les Quatre Grands sont structurés comme des sociétés de personnes privées plutôt que comme des sociétés 28. Selon le modèle de société de personnes, chacun des associés a des intérêts en jeu qui peuvent l inciter à bien gérer les activités visant l ensemble des associés. La structure de société de personnes limite la capacité d un cabinet comptable de mobiliser des capitaux 29. De plus, les lois locales peuvent limiter la propriété des intérêts économiques dans les cabinets aux comptables autorisés 30. Dans le modèle de société de personnes, le personnel d audit peut assumer différents rôles et responsabilités comme celui de (non-) membre de la haute direction et/ou de propriétaire. 28 Voir le rapport du groupe de travail du PCAOB Investor Advisory Group sur : The Global Networks and Audit Firm Governance, 16 mars 2011 (PCAOB IAG Working Group Report), disponible à pcaobus.org/news/events/pages/ _iagmeeting.aspx, citant le témoignage de l ancien président du conseil de la Securities and Exchange Commission des États-Unis devant le Comité sénatorial des banques (12 févr. 2002). Toutefois, dans plusieurs pays, les cabinets comptables sont organisés autrement qu en société de personnes. 29 Voir le rapport sur les tables rondes de l OCDE. 30 Id. 13

14 Le modèle de société de personnes offre aux cabinets d audit la souplesse voulue pour structurer leur gouvernance. Souvent, la gouvernance interne provient de divers comités créés au sein du cabinet, dont les membres sont élus ou choisis par les associés ou le chef de la direction du cabinet 31. Dans certains pays, les directives en matière de gouvernance exigent, dans les grands cabinets d audit, la participation de non-membres de la haute direction indépendants aux questions touchant la gouvernance 32. Cette pratique vise à accroître la transparence au sein du cabinet membre et à permettre une plus grande objectivité dans la prise de décisions. Des non-membres de la haute direction indépendants à l échelle mondiale siègent actuellement au conseil consultatif d un des Quatre Grands cabinets. De façon générale, les sociétés de personnes ne sont pas tenues de produire des états financiers audités. Ainsi, il n y a pas d obligation pour les cabinets d informer le public sur leur rendement et leur structure économique. Certains pays exigent que les cabinets membres des Quatre Grands produisent un rapport annuel sur la transparence, qui renferme de l information financière non auditée ainsi que d autres informations sur la gouvernance et les activités du cabinet. Quelques pays exigent que les cabinets d audit servant de grandes sociétés cotées en Bourse produisent des états financiers audités et de l information concernant leur gouvernance et leurs activités 33. Lorsque les cabinets d audit sont constitués selon une structure de société, il se peut qu ils doivent également publier de l information en vertu de la loi sur les sociétés. En dépit de ces efforts, dans la plupart des pays, il n y a pas d information financière disponible sur les cabinets. La rémunération des associés dans les cabinets membres des Quatre Grands dépend généralement de plusieurs facteurs qui peuvent varier d un cabinet à l autre. Ces facteurs comprennent notamment l aspect économique du volume d affaires d un associé, le type de travaux effectués (p. ex. la complexité et les risques), l exercice de rôles spéciaux (p. ex., fonctions de type Bureau national), constatations sur la qualité de l audit, notes de la «satisfaction de la clientèle» et résultats globaux de leur fonction et de leur groupe 34. Selon les facteurs pris en compte par un cabinet, perdre un client peut avoir des répercussions personnelles négatives sur la rémunération de l associé responsable de la mission. 31 Voir le rapport du groupe de travail de PCAOB IAG. 32 Par exemple, les cabinets assujettis à l Audit firm Governance Code du Royaume-Uni sont tenus de nommer des non-membres de la haute direction indépendants au sein de l entité de gouvernance chargée de surveiller les questions d intérêt public. Voir l article C.1 de l Audit Firm Governance Code. Le code s applique à sept cabinets d audit qui, ensemble, effectuent l audit d environ 95 % des sociétés inscrites à la cote Main Market du London Stock Exchange. Le code est disponible à l adresse : https://www.frc.org.uk/our-work/codes- Standards/Audit-and-assurance/Audit-Firm-Governance-Code.aspx. 33 Par exemple, les cabinets assujettis à l Audit firm Governance Code au Royaume-Uni sont tenus de publier des états financiers audités en vertu de l article E.2 du code. 34 Certains cabinets membres mettent en commun les profits de toutes leurs activités, tandis que dans d autres pays, les profits des associés se limitent aux résultats de leur propre fonction. 14

15 Les Quatre Grands, comme d autres entreprises de services professionnels, gèrent généralement les capitaux propres plus activement dans le contexte économique actuel 35. Reflet des tendances récentes dans d autres entreprises de services professionnels, les Quatre Grands semblent établir des normes plus strictes pour la promotion des associés et faire passer un nombre accru de personnes du statut d associé avec participation à celui de salarié dans les groupes d audit. Il semble y avoir tendance à favoriser la promotion de personnes au statut d associé sans participation avant de les faire passer au statut d associé avec participation. Cela peut donner à penser qu il y aura davantage d associés sans participation que d associés avec participation à l avenir. Les poursuites intentées contre les Quatre Grands peuvent porter sur n importe lequel des services fournis, y compris la prestation de services d audit. On estime que les recours collectifs contre les plus grands cabinets d audit du monde s étendent à l échelle mondiale du fait que les gouvernements renforcent les lois sur la protection des investisseurs dans les pays où les Quatre Grands n étaient pas auparavant exposés à des risques juridiques importants 36. Comme les sociétés de personnes ne sont généralement pas tenues de produire des états financiers audités, il y a relativement peu d information publique sur les éventualités juridiques auxquelles sont confrontés les Quatre Grands et sur la question de savoir si les cabinets ont suffisamment de capitaux pour résister à des décisions judiciaires assorties de montants importants. Néanmoins, on estime que les charges liées aux litiges sont une composante importante de la structure de coûts des cabinets d audit 37. Les Quatre Grands hésitent généralement à fournir de l information sur des réclamations, règlements et ressources financières sur une base individuelle et sur la base de réclamations détaillées, car cela pourrait accroître leur risque de litige 38. L assurance est un outil dont se servent les cabinets d audit pour gérer le coût des litiges. Pour atténuer les effets possibles des règlements de litiges importants, les cabinets ont établi des modalités d assurance captives qui offrent des options de financement plutôt qu une véritable assurance contre les risques liés aux catastrophes. 35 Par exemple, la U.K. Competition Commission a récemment fait savoir que l un des Quatre Grands a admis avoir limité la croissance du nombre d associés pour empêcher une diminution des actions découlant d une participation aux profits. Voir le document de travail Statutory Audit Services Market Investigation de la Competition Commission, 12 sept. 2012, Firms stated competitive strategies, disponible à : m. 36 Voir, par exemple, Aubin, 21 mars 2013, Knives out for auditors as class actions go global disponible à l adresse : idusbre92k0qb Voir Final Report of the Advisory Committee on the Auditing Profession, 6 oct (ACAP Report), disponible à l adresse : structure/offices/pages/acapindex.aspx.. 38 Voir id. 15

16 Comme il est mentionné plus haut, chaque cabinet membre du réseau mondial est une entité juridique distincte. Cette structure isole quelque peu les autres membres du réseau lorsqu un groupe national fait l objet d un litige important 39. Questions Devrait-on effectuer un examen plus à fond des non-membres de la haute direction indépendants dans la structure de gouvernance des cabinets et la structure de réseau mondial? Quelles répercussions le modèle de société de personnes a-t-il sur le comportement des associés et la capacité des leaders du cabinet d encourager le comportement désiré? La combinaison de rôles que les auditeurs peuvent assumer dans ces structures (y compris membre du conseil, surveillance et rôles et responsabilités des actionnaires) suffit-elle à garantir que les changements fondamentaux nécessaires pour accroître la qualité de l audit sont bien mis en œuvre et en temps opportun? Un modèle de société de personnes permet-il d assurer une surveillance suffisante, notamment lorsqu une surveillance interne est assurée par un comité constitué (en partie ou non) d associés actifs ou à la retraite? À l heure actuelle, les grands cabinets d audit publient des états financiers audités dans certains pays seulement (le Royaume-Uni, l Irlande, les Pays-Bas et l Autriche) pour diverses raisons, y compris des exigences réglementaires en matière d audit et leur forme d organisation dans le pays. Les autorités de réglementation de l audit devraient-elles envisager d exiger des cabinets d audit qu ils publient des états financiers audités tous les ans? Les cabinets d audits mondiaux devraient-ils produire des états financiers mondiaux même s ils ne sont pas tenus par la loi de le faire? Mise à part la rémunération, quels autres incitatifs et moyens de pression les cabinets ont-ils pour changer le comportement des associés et du personnel? Quels moyens pourrait-on prendre pour mieux inciter les associés d audit à protéger les investisseurs et à exécuter des audits de haute qualité? Le modèle de rémunération des associés utilisé par les Quatre Grands cabinets est-il efficace pour promouvoir la qualité de l audit? Quels effets, le cas échéant, le modèle de société de personnes a-t-il sur les cabinets dans la gestion des conflits et la recherche d un équilibre entre le professionnalisme et l esprit commercial? Quelles seraient les conséquences pour d autres structures d affaires dans la gestion de cet équilibre? Ce modèle offre-t-il des capitaux suffisants pour financer les investissements nécessaires dans la qualité de l audit? Quel effet les tendances quant au volume de litiges contre des cabinets d audit ont-elles sur la qualité de l audit? 39 Si un ou plusieurs cabinets membres d un réseau mondial font l objet d un litige important, tout le réseau risque de s en ressentir. Par exemple, dans le cas d Arthur Andersen, la défaillance du cabinet américain a été catastrophique pour tout le réseau. 16

17 E. Qualité et étendue des ressources sur le marché du travail À l échelle mondiale, les Quatre Grands cabinets d audit comptaient au total quelque employés en Ce chiffre comprend les associés, les professionnels de l audit, de la fiscalité et des services consultatifs, et les membres du personnel administratif. Au cours des cinq dernières années, le nombre de personnes employées par les Quatre Grands a augmenté d environ 16 % 41. À l exception de 2010, le nombre de personnes employées par les Quatre Grands a augmenté chaque année depuis Des données sur le personnel par groupe de services ne sont disponibles pour aucun des Quatre Grands cabinets. Selon l information fournie par deux d entre eux, en moyenne, 42 % du personnel des Quatre Grands travaillent en certification, 22 % en services-conseils, 20 % en fiscalité et le reste à des postes administratifs. Bien que l effectif au sein des Quatre Grands cabinets ait augmenté au fil des ans, le pourcentage d employés en certification a diminué par rapport à l effectif global. On pourrait en déduire qu au sein des Quatre Grands le groupe des services consultatifs embauche davantage de personnel que les autres groupes. Pourcentage des employés pour deux des Quatre Grands par groupe Certification % 45 % 43 % 42 % 43 % 42 % Fiscalité 17 % 17 % 20 % 20 % 20 % 20 % Services consultatifs 21 % 22 % 20 % 21 % 21 % 22 % Administration 17 % 16 % 17 % 17 % 16 % 16 % En raison de la croissance des services consultatifs et de la nature changeante des travaux d audit des états financiers, la demande de professionnels chevronnés possédant une expertise technique dans les cabinets d audit a augmenté, ce qui a entraîné un resserrement du marché pour les professionnels chevronnés en comptabilité et en finances. Bien que les Quatre Grands continuent d embaucher des étudiants issus de programmes universitaires en comptabilité, l embauche d étudiants dans d autres domaines d études, y compris les technologies de l information, les sciences informatiques, les changements organisationnels, la finance et les statistiques a augmenté ces dernières années, même si l on ne sait pas très bien combien parmi eux sont embauchés par le groupe d audit. Les cabinets d audit fonctionnent traditionnellement selon un modèle de dotation pyramidal avec relativement peu d associés et de chefs d équipe, et bon nombre d employés juniors. La pertinence de ce modèle de dotation en personnel est remise en question et réexaminée, compte tenu notamment de la complexité croissante des audits et 40 Selon l information publiée par les Quatre Grands cabinets d audit. 41 Selon l information publiée par deux des Quatre Grands cabinets d audit. 42 Selon l information publiée par deux des Quatre Grands cabinets d audit. 43 Selon l information publiée par deux des Quatre Grands cabinets d audit. 44 Le personnel de la certification peut participer à la prestation de divers services comme des audits légaux, des audits internes, des services de certification en risque, des services actuariels et des conseils pour des transactions sur les marchés financiers. 17

18 des domaines faisant appel au jugement, qui nécessitent des auditeurs expérimentés une participation et une supervision accrues dans la réalisation des audits. De plus, un recours accru aux appels d offres et à la rotation des cabinets d audit dans certains pays a une incidence sur les ressources en audit, car les cabinets déterminent comment redéployer plus souvent des équipes spécialisées potentiellement grandes lorsqu ils remportent ou perdent un appel d offres pour un nouveau mandat d audit. Des changements dans le mode d exécution des audits commencent également à se faire sentir, pour ce qui est notamment des professionnels qui effectuent l audit et de l endroit où il est effectué. Des tendances comme la délocalisation, l impartition, le recours à des techniciens de données et l exécution de travaux dans des centres d excellence ont été observées dans divers pays. Ces nouveaux modèles de prestation de services sont utilisés non seulement pour les domaines d audit récurrents, mais aussi pour les processus très complexes, d où la croissance du rôle de «spécialiste». Des changements quant à l endroit où les travaux sont effectués et aux professionnels qui l effectuent auront une incidence sur l expérience acquise par le personnel de premier niveau et sur le développement de l esprit critique des professionnels. 18

19 Questions Les programmes en comptabilité sont-ils appropriés compte tenu de la nature changeante de l audit? Quels domaines d étude les universités devraient-elles ajouter à leurs programmes de comptabilité et quels aspects des programmes actuels devrait-on éliminer? Dans les pays où, traditionnellement, les comptables ne reçoivent pas de formation universitaire en comptabilité, quelles pratiques se révèlent les plus efficaces pour la formation et le perfectionnement du personnel? Quelles conséquences la stagnation ou la croissance très lente des produits tirés de l audit a-t-elle sur le fait d attirer et de maintenir en poste des personnes compétentes dans la profession d audit au profit d autres professions ou gammes de services? Que pourrait-on faire pour encourager des personnes ayant les connaissances, les compétences et les aptitudes nécessaires à entreprendre et à poursuivre une carrière en audit? Quelles compétences et connaissances les cabinets considèrent-ils importantes dans l environnement d audit actuel? Cette situation est-elle en train de changer? Si c est le cas, que font les cabinets pour y remédier? Les auditeurs des grandes sociétés sont-ils bien formés aujourd hui? Que pourrait-on faire pour améliorer les programmes de formation des auditeurs afin de bien les préparer à effectuer les audits de grandes sociétés? Une structure pyramidale traditionnelle est-elle un modèle efficace pour assurer un audit de haute qualité? La complexité actuelle de l information financière et les aspects de l audit faisant appel au jugement contribuent-ils à accroître le niveau des spécialistes et le besoin d auditeurs plus expérimentés pour effectuer les audits? Devrait-on examiner le processus mis en place pour les comptables professionnels agréés pour l obtention d une licence dans d autres pays? Quelle incidence les autres mesures de dotation en personnel comme la délocalisation ont-elles sur la formation et l acquisition d expérience pour le personnel d audit? Quelle incidence cela aura-t-il sur l avenir des associés si les cabinets d audit travaillent avec moins de personnel à tous les échelons et qu un nombre accru d employés décident de se spécialiser? F. Incidence des technologies émergentes sur l audit Les cabinets prévoient que les avancées technologiques auront une incidence importante sur l avenir de l audit et sur les professionnels de l audit. Le recours aux technologies émergentes (actuellement axées, mais pas seulement, sur l exploration de grands volumes de données (mégadonnées) et l élaboration d analyses de données pointues) peut se traduire par un accroissement de la valeur de l audit aux yeux des parties prenantes (du fait qu elles leur permettent d accéder à de l information pointue sur les activités de l entreprise et d anticiper l avenir) et par une amélioration de l efficience de 19

20 l audit. Par exemple, grâce aux nouvelles technologies, les auditeurs peuvent examiner la totalité des transactions d un client et faire le tri de séries complètes de transactions afin de relever des anomalies, leur permettant ainsi de se concentrer sur les sources d inquiétudes potentielles et de se pencher sur les éléments susceptibles de poser les risques les plus élevés. Grâce aux mégadonnées, les auditeurs peuvent également acquérir une plus grande connaissance de la situation et ont accès à de meilleurs indicateurs prévisionnels de l environnement interne et externe d une organisation, ce qui les aide à mieux suivre et analyser les tendances et risques, et à évaluer l organisation en regard d ensembles de données organisées par secteur, région, taille et autres facteurs. Le résultat peut permettre aux auditeurs de prendre des décisions et de faire des évaluations plus éclairées tout au long du processus d audit et d accroître la valeur de l audit pour les organisations et les investisseurs. Les Quatre Grands cabinets d audit ont indiqué qu ils faisaient actuellement des investissements importants pour examiner des façons de remanier leurs audits afin de tirer parti des possibilités offertes par les technologies émergentes. Toutefois, il y a peu d indications à l heure actuelle montrant les résultats de ces investissements sur la qualité de l audit, la protection des investisseurs, l efficacité/l efficience de l audit et les relations avec les parties prenantes. Questions En quoi les avancées technologiques, notamment les technologies de l information et l analyse de données, changent-elles la nature des compétences dont doivent faire preuve les auditeurs? En quoi les technologies pourraient-elles avoir une incidence sur la composition et la structure des équipes d audit? Comment les cabinets pourraient-ils être plus novateurs en tirant profit des mégadonnées et de l analyse de données pour améliorer la qualité de l audit et mieux protéger les investisseurs? Quels changements aux normes d audit pourraient être requis pour pouvoir recourir aux mégadonnées et à l analyse de données dans le cadre d un audit? Quel serait l échéancier pour l implantation de ces changements? Avec l utilisation accrue de données en audit, à quels défis les cabinets d audit seront-ils confrontés en ce qui a trait à la sécurité, la confidentialité, l intégralité et l exactitude des données? 20

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à superviser les contrôles financiers et l information

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014 CMC MARKETS UK PLC et CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation Decembre 2014 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société autorisée et réglementée par la Financial

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant

Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Prise de position définitive 2015 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 701, Communication des questions clés de l audit dans le rapport de l auditeur indépendant Élaborée par : Élaborée par : Traduite

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012 2012 PRÉAMBULE Cette version 2012 du Guide du stage d expérience pratique vise non seulement à fournir toutes les informations dont un candidat a besoin afin de remplir avec succès les exigences relatives

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Bureau du directeur général des élections

Bureau du directeur général des élections Chapitre 4 Section 4.10 Bureau du directeur général des élections Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section 4.10 Contexte Connu sous

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse.

Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Communiqué aux médias bsw leading swiss agencies. Les agences de publicité et de communication leaders en Suisse font preuve d optimisme dans une perspective ambitieuse. Les agences membres de bsw leading

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007 Corporation Financière Canada-Vie 2007 RAPPORT ANNUEL APERÇU DE LA COMPAGNIE La Corporation Financière Canada-Vie (la CFCV) est établie depuis 1999. Sa principale filiale, La Compagnie d Assurance du

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération 1.0 INTRODUCTION... 1 2.0 OBJET... 1 3.0 COMPOSITION DU COMITÉ... 2 4.0 RÉUNIONS DU COMITÉ... 2 5.0 CONSEILLERS DU COMITÉ... 3 6.0 FONCTIONS

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009

Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Entités assujetties à la réglementation des tarifs Mars 2009 Contexte En 2002, l Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) a publié un rapport de recherche intitulé «L information financière des entreprises

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail