Les Ateliers du Mondial

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Ateliers du Mondial"

Transcription

1 Les Ateliers du Mondial1 Les Ateliers du Mondial Le patrimoine automobile français : enfin la reconnaissance? Participent à l Atelier :, Président de la Fédération Française des Véhicules d'époque (FFVE), Directeur Artcurial Motorcars Mathieu FLONNEAU, Maître de conférences en Histoire contemporaine à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne et à l'institut d'études Politiques Robert PANHARD, Président de l'automobile Club de France Pascal PANNETIER, Rédacteur en chef de Route Nostalgie, Conservateur général du Patrimoine à Institut National d'histoire de l'art L Atelier est animé par, journaliste automobile. I) Introduction Comme vous le savez tous, la France est le plus ancien des pays de l automobile et la valorisation de cette richesse se heurte trop souvent aux préjugés contemporains sur l automobile. Peut-être des solutions et des préconisations pourront-elles être formulées ici, après que le cadre des ateliers sociétaux et du débat de ce matin auront été délimités par Mathieu Flonneau. Mathieu FLONNEAU, association P2M (Passé-Présent-Mobilité) Nous sommes réunis pour le 4 ème atelier sociétal du Mondial (sur sept Ateliers sociétaux au total). Tous nos intervenants ont répondu très rapidement à notre invitation, ce dont je les remercie vivement. Ce thème s inscrit parfaitement dans l optique retenue pour ces ateliers sociétaux, conçus en 2009 par l association P2M lorsque nous avons décidé, avec François Roudier (porte-parole du Comité des Constructeurs Français d Automobiles), de consacrer un Atelier à l anti-automobilisme. La chose était pionnière et il fallait un certain courage pour affronter cette réalité de l époque contemporaine. Des actes ont été publiés, sous le titre de «L automobile populaire» (collection Cultures mobiles, éd. Descartes & Cie). Saluons l élargissement des ateliers sociétaux, à l occasion du Mondial 2012, à une vingtaine d ateliers, auxquelles se sont associées deux prestigieuses associations qui étudient l automobile, l une dans le champ technique (la Société des Ingénieurs de l Automobile), l autre dans le champ économique (le GERPISA). Le renforcement par ces deux structures d un courant de réflexion sur l automobile, autour de laquelle se joue désormais un contrat politique et de société, traduit un phénomène important. En effet, la question qui nous occupe aujourd'hui n est en rien la «danseuse» d une culture automobile qui irait de soi. Nous en voyons toute la fragilité aujourd'hui, ici au Mondial de l'automobile, malgré le million de visiteurs qui arpentent les stands et les vitrines de l automobilisme contemporain. Nous sentons bien la réalité économique et les angoisses sociales qui existent aujourd'hui dans l automobile. Le patrimoine automobile en

2 Les Ateliers du Mondial2 France, malgré les efforts accomplis, représente un maillon faible, voire le chaînon manquant de la préservation de l automobilisme. Rappelons d'abord que cette culture patrimoniale est une culture de «coups». En dehors du grand public, très difficile à atteindre, il existe des «niches» indiscutables de passionnés. Il faut aujourd'hui nourrir une ambition supplémentaire : retremper ce que l automobilisme fut tout au long du XX ème siècle dans une lecture plus positive que celle qui prévaut aujourd'hui. Cette politique patrimoniale n a pas l ampleur de celle qu elle peut prendre sous d autres cieux, y compris dans des pays qui n ont pas inventé l automobile comme les Etats-Unis. Lorsqu une automobile est exposée comme objet patrimonial en soi au MOMA (Museum of Modern Art de New York) au lendemain de la seconde guerre mondiale, nous devons reconnaître qu un pas a été franchi alors qu il ne l a pas été en Europe et singulièrement en France. Nous avons peut-être le plus beau musée du monde à Mulhouse et des associations de passionnés. La fédération de ces efforts vers le grand public n émerge pas, car nous manquons d un chaînon. Les grands constructeurs français ont une responsabilité dans ce constat. Encore une fois, le modèle allemand (cité en exemple par d autres ateliers sous l angle du coût de travail, de la productivité ou des modèles produits) peut être cité. Dans une seule ville (Stuttgart), le musée de la marque Mercedes attire visiteurs, visiteurs annuels pour le musée de Mulhouse. Or le musée Daimler n est qu un exemple parmi d autres outre-rhin : nous pourrions citer Autostadt pour Volkswagen ou encore le musée de Porsche à Stuttgart également. Cette déconnexion perceptible en France est douloureusement illustrée par ce qu il reste de la prestigieuse régie Renault, devenue entreprise Renault, sur l île Séguin. Ce pavillon patrimonial me fait pleurer, en tant qu historien, et la même réaction s observe parmi les associations d anciens de la marque. Le constructeur lui-même ne semble d'ailleurs pas satisfait de cet hommage. Rappelons qu il a existé sur l île Seguin une tradition ouvrière, industrielle et sociale qui mériterait d être mieux valorisée. L une des responsables du patrimoine de Renault, avec laquelle j entretiens de très bons contacts, m a indiqué qu elle ne pourrait être présente aujourd'hui. Je le déplore. Peut-être faut-il y voir le reflet d une autre réalité : Renault est aujourd'hui une firme mondialisée dont le Président, Carlos Ghosn, a lui-même estimé que la France pouvait ne constituer qu une base historique et ancienne de la marque. La chaîne est rompue. Comment ne pas accuser un déficit de reconnaissance si l on ne réfléchit plus sur ce qui forme l épaisseur culturelle, sociale et politique de l automobilisme? Ce constat sur les frustrations, les attentes mais aussi l urgence de la situation, au regard d une tradition séculaire en France, sera-t-il partagé par nos intervenants? Je sais que de nombreuses initiatives sont conduites, ce qui explique que le titre choisi pour ce débat soit teinté d un certain optimisme. Nous devrons en tout cas être explicites sur la nature du patrimoine automobile. Comment peut-il être reconnu en termes de marché économique (notamment du point de vue du marché de l art mais pas seulement)? Ne concerne-t-il pas aussi les bords de route et la civilisation de ce que j appelle l automobilisme, c'est-à-dire tout ce qui permet à l automobile d avoir constitué un système cohérent doté «d externalités positives», lesquelles pourraient peut-être excéder les externalités négatives souvent pointées du doigt (accidents, pollution, etc.)? Quel est l état du marché des voitures de collection en France? Quelles sont les actions menées ponctuellement pour rendre plus populaire l automobile de collection? Sans doute faudra-t-il se démarquer du modèle allemand, même si nous devons convenir que nos collègues d outre-rhin ont su créer de très fortes identités de marque. Où sont-ils allés chercher ces ressorts et la France aurait-elle à rougir davantage que l Allemagne de son histoire industrielle? Il y a là des éléments qui échappent à la rationalité. Au-delà des expositions spectaculaires, aussi brillantes soient-elles, à l image de l événement Ralph Lauren au musée des Arts décoratifs à Paris, comment pérenniser et ancrer ce souci patrimonial en région parisienne? Je n ai pas stigmatisé la politique patrimoniale de Peugeot, qui me semble plus assumée que celle de Renault. Néanmoins, la firme a récemment loué son immeuble de l avenue de la Grande armée, qui

3 Les Ateliers du Mondial3 aurait pu de façon assez cohérente abriter un travail muséographique. Enfin, avons-nous des raisons d être optimiste? Souhaitons que nos invités nous le confirment. Débutons par un rapide tour de table afin que chacun se présente. Pascal PANNETIER Je suis spécialiste du patrimoine automobile au sens large, ce qui inclut les routes. Je travaille beaucoup avec l Association des musées automobiles de France et de la locomotion. Nous proposons une nouvelle approche, «Auto-Muséo», qui vise à favoriser le tourisme lié au patrimoine automobile, notamment au travers des musées, afin de mettre en valeur la richesse du patrimoine automobile en France et en Europe. La Fédération française des Véhicules d'epoque (FFVE) a de multiples rôles, à commencer par la défense des véhicules anciens. La tâche n est guère aisée, car nous sommes de plus en plus entourés «d autophobes» de toutes natures. Nous fédérons actuellement clubs, 30 musées et 200 professionnels dont l activité est liée, au moins pour 75 %, à des véhicules anciens. Nous faisons en sorte de pouvoir rouler en toute liberté dans nos voitures anciennes et de préserver ce patrimoine contre tous les excès qui le menacent. Je pense en particulier aux répliques et copies provenant de divers pays, notamment la Grande-Bretagne. Nous ne pouvons pas parler de patrimoine automobile sans défendre son authenticité. Je voudrais remercier Mathieu Flonneau et François Roudier pour leur invitation. Je suis Conservateur général du patrimoine. Ma spécialité première, de par ma formation, est plutôt la peinture du XIX ème siècle. Par passion et par tradition familiale, toutefois, j ai toujours été attaché au patrimoine automobile. Je mène une action dans ce domaine au ministère de la Culture. Je suis par ailleurs le commissaire de l exposition Ralph Lauren. Robert PANHARD En tant qu arrière-petit-fils de René Panhard, l un des pionniers de l automobile avec Emile Levassor, je voudrais d'abord rappeler que Panhard-Levassor et Peugeot sont les premiers constructeurs automobiles du monde, Peugeot étant alors motorisé par Panhard, avec la contribution de Gottlieb Daimler, qui est en quelque sorte le père du moteur à essence légère de pétrole. Sous l égide de Jean Panhard, mon oncle, j ai été conduit à me passionner pour l histoire de l automobile et à prendre quelques responsabilités dans ce domaine. Je suis ainsi devenu il y a plusieurs années Vice-Président du Musée national de l Automobilecollection Schlumpf à Mulhouse, depuis plusieurs années. Je suis son évolution et les difficultés qui existent pour mobiliser un large public autour de ce qui forme indéniablement la plus belle collection du monde. J ai été amené à assurer la Présidence de la Fédération française des Véhicules d'epoque, à laquelle Claude Delagneau m a succédé il y a de nombreuses années. Il m a été demandé il y a quelques mois de prendre la tête de l Automobile Club de France et c est principalement à ce titre que je suis présent aujourd'hui. L Automobile Club de France constitue avant tout la Maison de l automobile. Il regroupe des constructeurs, des sportifs, la Fédération internationale de l Automobile (FIA) et des associations sportives de l automobile. Je dirige le département Automobiles d Artcurial, Artcurial Motorcars. Nous mettons aux enchères de magnifiques automobiles et des incarnations du patrimoine mondial de l automobile, puisque nous ne vendons pas que des voitures françaises. Plus les voitures de collection circulent dans le marché plus on en parle. J ai la chance d avoir fait de ma

4 Les Ateliers du Mondial4 passion mon métier et nous cherchons toujours le meilleur marketing afin de parler le plus possible de l automobile de collection. Nous nous battons pour faire reconnaître et voir rouler le plus grand nombre de ces automobiles aujourd'hui. Leur échange ne recouvre pas seulement un aspect économique : nous faisons avant tout ce métier par passion. II) Définitions Tentons de définir le patrimoine automobile en général. De quoi parlons-nous? Pascal PANNETIER Le patrimoine automobile dépasse largement la question du véhicules : il met en jeu d illustres personnages, à partir d une invention européenne (le cycle, les mécanismes à vapeur et l automobile elle-même), ce dont nous devons être fiers. Il faut aussi compter avec l art, la littérature et le tourisme liés à ce patrimoine. Il existe encore aujourd'hui des lieux magiques tels que l autodrome de Linas-Montlhéry, qui pourrait nous être envié par le monde entier. Il s agit du seul autodrome en Europe qui se trouve dans son état d origine. Nous avons là une trace exceptionnelle du passé, puisque l on peut encore y rouler sur le béton de La notion de patrimoine est, en elle-même, très large, puisqu elle se réfère à celles de paternité et d héritage. Le patrimoine est ce qui nous est transmis, qu il s agisse d objets matériels ou d une culture immatérielle. Nous pourrions même y inclure la pratique des pilotes, la façon dont on prend un virage et le beau tracé que l on dessine dans une courbe. Nous retrouvons ici les propos de Stirling Moss, «la conduite est un art». Absolument. Tout ceci fait partie du patrimoine. Nous assistons au développement d une curiosité du public qui touche l automobile mais aussi tous ces «à-côtés». L Automobile Club de France dispose, dans ses collections, d une bibliothèque extraordinaire et de formidables archives. La notion d automobilisme, chère à Mathieu Flonneau, est aujourd'hui appréhendée à travers un nombre d objets de plus en plus grand. Il y a quelques années encore, aucune valeur ne leur était reconnue, ce qui a bien changé. En visitant il y a quelques jours les locaux de la société Motul, je me suis rendu compte que celle-ci commençait de classer et inventorier l ensemble de son patrimoine, de la plaque de tôle publicitaire jusqu aux mallettes d échantillons avec des flacons d huile en cristal, qui permettaient aux représentants de la société de présenter ses produits. Ces objets qui étaient abandonnés sont devenus des objets de valeur. Qu en est-il des «écrins» de l automobile depuis ses débuts, c'est-à-dire des immeubles et des bâtiments? L industrie ayant constamment besoin de faire évoluer ses installations, de nombreux bâtiments ont été démolis. Paul Smith, chargé de mission du ministère de la Culture, est chargé de recenser l ensemble du patrimoine industriel (au-delà de l automobile) dans le patrimoine bâti français. Une réflexion est donc menée. Le nombre de classements de bâtiments, dans le patrimoine ferroviaire, dépasse la centaine alors qu il se limite à une dizaine dans le cas de l automobile. Il ne faut pas voir là une volonté particulière de l Etat : le patrimoine bâti ferroviaire a tout simplement été très activement soutenu par les associations de cheminots. L attention s est ainsi portée sur ces

5 Les Ateliers du Mondial5 bâtiments davantage que sur d autres. Nous mettons le doigt ici sur un problème que soulevait Mathieu, c'est-à-dire un problème culturel. Chez nous, l automobile suscite à certains une répulsion proportionnelle à l engouement qu elle fait éprouver à d autres. Robert PANHARD Cet exemple est en effet intéressant, même si, dans le domaine ferroviaire, il n existait après-guerre qu un opérateur, la SNCF, ce qui facilitait les choses. Dans le monde automobile, on a recensé jusque constructeurs. Dans le 13 ème arrondissement de Paris, là où est née l industrie automobile, nous avons eu le plus grand mal, lors d opérations d urbanisme, à obtenir le maintien d une plaque indiquant «ici est née l industrie automobile». Benoît PERROT, association des musées automobiles de France J ai photographié cette plaque il y a deux mois. Elle est en train de se dégrader. Robert PANHARD Par contre, nous avons pu créer un quai Panhard et Levassor avec le soutien de Jacques Toubon, il y a une vingtaine d années. La France n est pas le seul pays où l on assiste malheureusement à ce type d évolution immobilière. L exemple de l autodrome de Montlhéry est d une tristesse absolue. En tant que commissaires-priseurs, je m efforce de montrer au public le plus large, par des publicités ou au travers des films que nous réalisons, que la belle automobile existe. Voir qu il faut attendre la collection d un Américain, Ralph Lauren, pour faire entrer des voitures dans un musée français, me rend fou. Nous avons à Mulhouse un musée extraordinaire et peut-être une sélection d un certain nombre de voitures pourrait-elle alimenter un grand musée parisien, tel que les Arts Décoratifs ou le musée d Orsay. Paris attire le monde entier, ce qui explique aussi que nous puissions y organiser régulièrement des ventes aux enchères. 80 % des acheteurs de véhicules anciens sont étrangers et il en est sans doute de même dans les autres maisons de vente. Nous organisons des ventes à Paris car Paris est une grande place historique automobile, qui attire les plus grands collectionneurs et les esthètes. Pour autant, je ne dresse pas un constat très positif quant à l état du patrimoine automobile français, qui me semble s étioler. Tentons de dresser un état des lieux de la voiture de collection, avec Claude Delagneau. Le terme de patrimoine est vague. Les voitures anciennes, grâce à l action de la Fédération française des Véhicules d Epoque et à celle du ministre de l époque, Catherine Tasca, ont été reconnues comme une part du patrimoine culturel. Il ne faut pas omettre cependant le patrimoine industriel et le patrimoine historique (dont font partie les véhicules militaires, qu on les aime ou non) également associés à l automobile.. Une action déterminante de la Fédération est passée totalement inaperçue. Le député Le Fur a présenté une proposition de loi qui aurait eu pour conséquence de faire entrer les œuvres d art dans l assiette de calcul de l ISF. Nous en avons été informés quinze jours avant le débat à l Assemblée Nationale, après que la commission des lois ait autorisé l organisation du débat au Parlement. Nous sommes intervenus politiquement, conformément à notre rôle. A quelques voix près, la proposition Le Fur a été rejetée. Si elle avait été adoptée, sans doute 95 % des belles voitures (et non 80 %) seraient-elles vendues à l étranger aujourd'hui. Je précise que les voitures anciennes achetées par les Français (20 % de l ensemble des véhicules mis en vente) sont aussi les moins chères.

6 Les Ateliers du Mondial6 Quel est le nombre de voitures anciennes en France? La Fédération regroupe environ collectionneurs et le patrimoine dont elle s occupe inclut, outre les voitures, les véhicules utilitaires, les véhicules militaires et les motos, soit environ 1,2 million de véhicules au total. La plupart de ces véhicules peuvent rouler, grâce à l action de la Fédération, qui délivre notamment des autorisations pour l établissement de cartes grises de collection. Ajoutons que selon la loi, une voiture ancienne est un véhicule de plus de 30 ans. Mathieu FLONNEAU Chacun apporte sa pierre à un tableau qui paraît assez désenchanté. Certes, la situation pourrait être pire mais il est vrai que le patrimoine automobile français connaît un effritement. L exemple de l autodrome de Montlhéry souligné par Pascal Pannetier me semble pouvoir être la «goutte d eau qui fait déborder le vase». Nous pouvons le dire ici, d autant plus que le CCFA est un partenaire ancien de l UTAC, propriétaire de l autodrome de Montlhéry. Il y a là un atout considérable, pour peu d ouvrir les yeux sur cet autodrome, qui a concentré jusqu à 70 % des records de vitesse à l échelle mondiale, avant que les lacs salés, aux Etats-Unis, ne constituent le lieu de prédilection de ces tentatives. Cet autodrome est en léthargie. Je m en suis aperçu en effectuant mon service militaire à Linas-Montlhéry. Tôt le matin, nous entendions les voitures tourner, sans les voir, ce qui était pour le moins frustrant. Admettons que ce lieu est un cadavre, de même que l île Seguin pour le patrimoine industriel. Il y a là des potentialités qui méritent d être exploitées. Il ne reste que deux constructeurs en France ; jusqu à quand? Patrick Blain, Président du CCFA, soulignait à juste titre lors du premier atelier économique qu il fallait souvent attendre que les constructeurs aient un pied dans la tombe pour que l on s intéresse à eux. Si la fréquentation du Mondial au cours du week-end m a quelque peu rasséréné, il est des moments où l on s y sent un peu seul. La pérennité en France d un tel événement de dimension internationale, alors que son patrimoine manque de reconnaissance, n est pas soutenable. Il faut un saut qualitatif dans la reconnaissance de ce patrimoine automobile, qui est le chaînon manquant. Renault peut se passer de sa base historique, a affirmé Carlos Ghosn sans détour. Nous devons tirer le signal d alarme. Je reviens d Indianapolis, où se trouve le plus grand anneau du monde et le premier, créé en Il continue aujourd'hui d héberger les 500 Miles et d autres épreuves du championnat Nascar. J ai pu y visiter le «hall of fame», le couloir des célébrités, où des voitures françaises ont leur place, celles qui ont connu leur heure de gloire au début de la compétition. Nous avons là un motif de fierté. Le public d Indianapolis n est certes pas celui du Mans. Il s agit néanmoins d un public éminemment populaire, qu il convient de respecter. Chacun se trouve, à Indianapolis, face à une histoire quasiment centenaire. La France aurait une histoire supérieure à conter mais elle ne sait pas le faire. Nous manquons de «storytelling», c'est-à-dire la manière de rendre cette histoire accessible. Saluons à ce titre l ouvrage édité par François Allain, «L automobile populaire» (éditions Le Fil Conducteur), qui sort des sentiers battus. Indépendamment de l automobile, les Américains sont très forts pour valoriser un patrimoine sous une autre forme, comme le montre l exemple de Disney. Devons-nous «faire du Disney» sur l île Séguin? Est-ce dans cette direction qu il faut aller? Robert PANHARD Les musées automobiles sont regroupés en France au sein de l Association des musées automobiles de France et de la locomotion (AMAL), d une part, à travers la FFVE

7 Les Ateliers du Mondial7 (qui en rassemble une trentaine) d autre part. Ces rassemblements sont sympathiques mais ont un faible rôle en termes d impulsion d une dynamique autour de leurs missions. La France est le berceau de l automobile et il n existe à Paris (où se sont développés les premiers constructeurs automobiles) aucun musée dédié à l automobile, ce qui est pour le moins étonnant. Des tentatives ont existé, notamment avec le CIA (Centre International de l Automobile) et La Défense. Je discutais tout à l heure avec Rodolphe Rapetti quant à la situation du musée du transport et du tourisme de Compiègne, qui abrite des trésors de locomotion, hippomobiles et automobiles. Une action me paraît à mener d urgence sur le plan muséographique, avec le souci d impulser une dynamique nouvelle pour faire vivre nos collections, en couplant ces initiatives avec des circuits automobiles. Je suis convaincu qu un grand musée automobile pourrait aisément attirer visiteurs par an en Île-de- France. Les Anglais et les Allemands savent le faire. Pourquoi ne pourrions-nous pas en faire autant? Peut-être manque-t-il tout simplement quelqu'un pour «tirer la charrette». Nous manquons aussi d argent. Robert PANHARD Il est vrai que lorsque j interrogeais Frédéric Mitterrand, alors ministre de la Culture, à propos de Compiègne, il me répondait qu il pouvait agir sans délai si je pouvais lui fournir 23 millions d'euros. Ce n est pas l unique problème, toutefois. Il manque une volonté. Certes, les musées sont importants. Cela dit, dans un musée, un véhicule est admiré mais ne vit pas réellement. Il faut aussi que le patrimoine automobile roule, pas seulement sur les circuits. Il doit pouvoir circuler en toute liberté dans les villes, sur les routes et dans les centres-villes, de façon permanente. Tel est le cœur de notre combat, par exemple en ce qui concerne les APA. Robert PANHARD Un musée peut aussi donner l occasion de faire rouler des véhicules anciens. Je me souviens des conclusions du rapport de Rodolphe Rapett, qui disait que si rien n était fait pour les musées de France, ceux-ci constitueraient autant de cimetières dans cinquante ans. Dans le cas du musée de Mulhouse, des sommes relativement importantes sont consacrées aux structures immobilières et à la présentation muséographique alors que rien ou presque n est fait pour l entretien des véhicules. Il nous a fallu vingt ans pour récupérer le stade qui se trouve derrière le musée pour proposer quelques démonstrations automobiles. Un musée peut avoir sa dynamique. Des «déposants» de voitures peuvent prêter celles-ci ponctuellement et le musée peut les faire rouler, dans une conception évolutive du musée. C est à mon avis dans cette direction qu il faut réfléchir pour attirer les déposants temporaires, faire vivre nos collections et faire rouler les véhicules. Pour le reste, Claude Delagneau a raison de souligner qu il faut mettre fin aux réglementations qui entravent la circulation des véhicules historiques. Il s agit d un combat de tous les jours que mène la FFVE avec pugnacité. Plaçons-nous un instant sur le terrain de la «cuisine» muséographique. Le musée de Compiègne, créé en 1927, a pour titre «musée de la voiture et du tourisme». Vous aurez tous observé qu il n est automobile qu à la marge : il s agit essentiellement d un musée hippomobile, où sont évoqués, à travers des pièces certes exceptionnelles, les débuts de l automobile Nous pouvons voir là aussi un signe de la culture automobile française. Des études importantes ont été initiées par le ministère de la Culture depuis 2008 en ce qui concerne le musée de Compiègne, essentiellement autour de la question de sa localisation. Il se trouve en effet dans une cour vitrée, avec une structure rendant

8 Les Ateliers du Mondial8 quasiment impossible la conservation des véhicules qu elle abrite, puisque la température y atteint 40 ou 50 degrés l été. Or l ensemble du bâtiment est classé, y compris la verrière. Nous devons donc parvenir à «déclasser» la verrière (qui, bien que datant des années 30, ne présente pas d intérêt particulier) afin de pouvoir construire une structure muséographique adéquate, avec un système de climatisation assurant la conservation des objets. Cette réflexion proposait aussi d abriter une partie de l activité du musée de Compiègne dans les haras, ce qui permettrait d y réaliser des animations et de faire fonctionner les attelages avec des chevaux. Depuis peu, un expert de l automobile (moi-même) siège aussi au sein de la commission nationale des Monuments historiques, ce qui n était pas le cas auparavant. On peut voir là un signe de reconnaissance de l automobile. Nous travaillons aussi main dans la main avec la Fédération française des Véhicules d'epoque pour les journées du patrimoine et les initiatives de présentation de véhicules dans des édifices historiques se multiplient. Le public en raffole. Les choses avancent, par conséquent, même si nous n avons pas encore rattrapé nos confrères d outre-rhin. Des initiatives existent et la prise de conscience progresse. Pascal PANNETIER Il existe aussi un phénomène que chacun a pu observer à travers les journaux télévisés, sur plusieurs chaînes : la Nationale 7 y a été évoquée à plusieurs reprises, avec nostalgie. Cet axe routier est admiré par toute l Europe, à tel point que ses plus fervents défenseurs sont les Belges ou les Hollandais, qui l ont beaucoup utilisée pour aller en vacances dans le Sud de la France. Il existe un renouveau de ce point de vue, qui fait écho à une évolution importante de la société : la passion pour l automobile est un phénomène générationnel et l engouement pour les «youngtimers», c'est-à-dire les jeunes voitures anciennes, nous montre que ces nouveaux collectionneurs sont attirés par des voitures qui ont été le support de souvenirs d enfance. Pour intéresser le public aux voitures très anciennes, il faut privilégier une approche plus culturelle et considérer les choses de façon beaucoup plus large. Les peintres du XIX ème ou du début du XX ème siècle sont encensés. L automobile, le vélo et les moyens de locomotion du début du XX ème siècle ont accompagné le monde entier. Cette histoire est riche mais elle doit être valorisée à travers une nouvelle approche, dont les routes touristiques font partie, au même titre que de nombreux autres vecteurs d intérêt pour l automobile à développer. Précisons que les jeunes voitures anciennes sont souvent relativement abordables, ce qui contribue aussi au succès de ces véhicules. Mais il est vrai que Il est vrai que depuis toujours, les gens achètent ce dont ils rêvaient (ou ce dont leurs parents rêvaient) lorsqu ils étaient enfants. Nous observons aussi que les véhicules d avant-guerre, moins utilisables que ceux des années 60 et 70, sont de plus en plus difficiles à vendre. A l inverse, la cote de voitures comme la Citroën DS «originale» ne cesse de grimper. Citroën est d'ailleurs le premier constructeur à faire un effort patrimonial, cette année, au Mondial, à travers une évocation du Tube Citroën, le Tubik. Je n ose pas parler de Renault ni de Peugeot. Le stand de Citroën est également magnifique. Les autres marques utilisent systématiquement leur patrimoine pour promouvoir les modèles actuels. Nous voyons chez Mercedes un montage très bien fait présentant l évolution de la classe S depuis son origine. Ford évoque très joliment sur son stand la Ford T. Nous voyons aussi la différence qui existe entre le musée de Peugeot à Sochaux et le musée Mercedes à Stuttgart. Certes, les jeunes collectionneurs sont intéressés par les voitures de leur jeunesse. Mais il se pose aussi un problème de pouvoir d achat. Il faut les encourager, car en vieillissant, l augmentation de leur pouvoir d achat va peut-être les orienter vers des véhicules plus anciens. Je connais des collectionneurs qui ont commencé avec des Traction, faute de moyens. Avec l âge, ils ont acheté une Delage ou une Delahaye. Deux de mes amis ont commencé avec une DS. L un d eux possède aujourd'hui une Rochet- Schneider, l autre une de Dion-Bouton.

9 Les Ateliers du Mondial9 Une collection débute en effet par des voitures peu chères avant de se déplacer vers des modèles plus anciens. Cela dit, toutes les belles voitures de la carrosserie française se trouvent aux Etats-Unis. Il n y a plus de voitures importantes en France, si l on excepte la collection de Pierre Bardinon. Nul ne sait ce qu elle va devenir et il est à craindre qu elle finisse par quitter la France dans quelques années. Nous devons penser aux collectionneurs. La FFVE se bat pour que les véhicules anciens puissent rouler et ce combat est important. Il me paraît très important que la taxation à 5 % des plus-values sur les véhicules anciens demeure. L entrée des voitures anciennes dans l assiette de l ISF serait catastrophique. On peut aussi remarquer qu il n existe plus de concours d élégance en France. Il existe des courses historiques internationales (Le Mans Classic, le Tour Auto), grâce à Patrick Peter et à d autres organisateurs de ces manifestations. Marc Charbonneau organise aussi des rallyes merveilleux. Mais nous ne voyons plus de concours d élégance en France. L automobile qui fait rêver est aujourd'hui réservée à une toute partie des collectionneurs qui ont les moyens d aligner une voiture très chère sur Le Mans Classic. Ceux qui disposent d une voiture abordable et qui souhaiteraient présenter leur automobile dans un concours d élégance ne peuvent plus le faire. Il existe quand même une soixantaine de concours. La semaine dernière, j étais à Deauville et il y a trois semaines au Touquet. Dans les deux cas, il s agissait de très beaux concours. Je parle de concours internationaux. Mathieu FLONNEAU Les constats successifs qui sont dressés n invitent pas à l optimisme. Tant que nous n atteindrons pas une masse critique, ce problème risque de se poser et les constructeurs qui existent encore devraient rapidement se livrer à ce travail d introspection, faute de quoi la dérive des continents se poursuivra. Le Tubik Citroën vient d être évoqué. Il s inscrit dans cette veine très profitable pour les constructeurs de la nostalgie automobile. BMW est bien placé pour le savoir, avec la Mini, achetée aux Anglais, qui est une source importante de profits. Il en est de même d Audi, qui puise abondamment dans son passé des références et des citations, dans la carrosserie des voitures. Il est triste de voir que Renault, dont l Alpine est encore dans toutes les mémoires, hésite encore! Il y a eu des tentatives, surtout sous forme de concept cars. Mathieu FLONNEAU Il ne s agit que de voitures concepts et non de véhicules de série, alors qu elles seraient rentables. Citroën en est encore au stade de la réflexion pour faire revivre sa 2CV. Elle ne ressemblera d'ailleurs en rien à la 2CV. Il ne s agit que de marketing. C est d'ailleurs un problème. Mathieu FLONNEAU Il faut passer au stade opérationnel dans le recours à des références historiques issues du passé des constructeurs. Nous ne parlons pas ici de la beauté du geste : il s agit bien de construire quelque chose. Les grands carrossiers français ont également été évoqués. De quelles leçons de style ou d élégance la France pourrait-elle être redevable

10 Les Ateliers du Mondial10 vis-à-vis de pays étrangers? Un doctorant présent dans la salle travaille sur la Fédération française de la carrosserie. Rappelons qu un atelier portera, mercredi 10 octobre, sur le thème «entre série et tuning, l auto peut-elle avoir une personnalité?». Mathieu FLONNEAU Thierry Dubois, qui a illustré l ouvrage «L automobile populaire» dont nous avons parlé, sera également présent jeudi, pour évoquer les œuvres de création culturelle automobile. Les ateliers s efforcent de couvrir ces thèmes sociétaux et culturels autour de l automobile. Les carrossiers avaient initié un travail de mémoire, de recensement et nous sommes assez inquiets quant à la pérennité de cet engagement. Le musée des sciences et de l industrie de la Villette a organisé récemment une exposition permanente à travers un pavillon dédié à la mobilité. L association P2M y a collaboré en tant qu expert. J ai notamment proposé un chef d œuvre de la carrosserie, un Odilon Redon, conçu par des maîtres compagnons carrossiers. Il a été refusé par La Villette, alors qu il eût été bien exposé, au milieu de belles maquettes du Concorde et d autres gloires de notre passé industriel. Le musée a préféré exposer, pour représenter l automobile, des miniatures Norev que je n offrirais même pas à mon fils. Il y a là un exemple de négligence pour le patrimoine automobile, faute d une culture suffisante de cette Histoire. On peut bien sûr y voir un échec des conseillers historiques de l exposition et je l ai vécu comme tel. Nous sommes en tout cas passés à côté de pièces historiques. Benoît PERROT, association des musées automobiles de France Le Conservatoire de Citroën a-t-il une chance de survivre à la fermeture d Aulnaysous-Bois? Mathieu FLONNEAU Je me pose la question. Il survivra. L exemple de l exposition de la Villette constitue en effet un signe de plus de la frilosité française vis-à-vis du patrimoine automobile. D où vient cette frilosité? Honnêtement, je l ignore. Je me suis beaucoup interrogé à ce sujet et l explication la plus communément admise est à rechercher dans l histoire automobile française, qui fut jalonnée de troubles sociaux et d événements parfois douloureux. Cela dit, nous ne sommes pas le seul pays à avoir connu des grèves. A l échelle mondiale, certaines marques ont été sauvées en raison de choix stylistiques assumés, puisant dans leur histoire ce qu elles analysaient comme des éléments de ligne constitutifs du succès de modèles du passé. Nous l avons vu avec la New Beetle de Volkswagen, puis la Mini et plus récemment la Fiat 500, dont le succès ne se dément pas. Chez nous, les marques en sont encore à réfléchir pour savoir si elles vont créer une «néo-dauphine» ou une «néo-4cv». Mon rêve serait que Citroën fasse revivre une Junior Panhard. Pourquoi ne saurions-nous pas le faire? Citroën se contente de faire du

11 Les Ateliers du Mondial11 marketing en nommant DS une voiture qui n a quasiment rien en commun avec la voiture historique portant ce nom, tout en affichant le slogan «anti-rétro». Or la nostalgie fonctionne commercialement. Robert PANHARD La Dyna Sport ou la Dyna Junior était «la voiture des jeunes ou de ceux qui entendent le rester» et ce slogan aurait pu rester d actualité. L exposition qui se trouve actuellement au hall 8 nous rappelle qu à l époque, des publicités presque comparatives existaient déjà puisque lorsque la Dyna a été lancée, au même moment de la 4CV, le slogan de Panhard était le suivant : «la Dyna, c est autre chose». Renault avait toutefois des outils industriels d une autre ampleur, qui ont permis à la firme de Billancourt de conquérir une grande part de ce nouveau marché. Les marques de grand luxe, de leur côté, ont peu à peu disparu du fait du rétrécissement et de la disparition de leur marché. Il y a là aussi un fait sociologique et les deux grandes guerres mondiales ont constitué des fractures dans notre Histoire automobile. Nous avons aujourd'hui une nouvelle page de l Histoire automobile à écrire avec le véhicule électrique et de nouvelles formes d énergie. Le Mondial de l Automobile montre que la créativité est toujours en marche. L automobile n a pas fini de nous surprendre et de mobiliser un large public (ses acquéreurs mais aussi les ingénieurs, les publicitaires, les carrossiers, etc.). La France évolue cependant dans un contexte de mondialisation qui suscite des heurts et parfois des incompréhensions, comme nous l avons vu ces derniers mois à travers des déclarations qui ont beaucoup meurtri les constructeurs automobiles, notamment français. François ALLAIN, éditeur (Le Fil Conducteur) Citroën est une marque qui compte à la fois, en son sein, des promoteurs du «patrimoine» et des opposants à cette tendance, qui ne voudraient plus en entendre parler. J avais interviewé le directeur du marketing de Citroën en l interrogeant sur une contradiction évidente : lancer une campagne sur la DS avec le slogan «anti rétro». Je lui avais demandé pourquoi il n avait pas choisi la signature «Futur Collector» pour délivrer un message positif tourné vers l avenir. Il n avait pas su quoi répondre. Nous sommes tous ici des passionnés mais n oublions pas qu il y a deux niveaux de lecture dans le domaine de la collection : d une part, les véhicules de prestige, les musées et les véhicules rares visibles dans les concours d élégance, qui parlent peu au grand public ; d autre part, la voiture populaire, qui roule concrètement et qui est le vecteur des souvenir d enfance du plus grand nombre. Les pouvoirs publics doivent faire comprendre que l automobile populaire fait partie de notre patrimoine génétique et constitue un dénominateur commun de notre Histoire, même s il doit exister parallèlement un travail patrimonial. Ces deux aspects sont importants et indissociables. En tant que journalistes, nous avons beaucoup de mal à placer des sujets sur l automobile ancienne (même populaire) en télévision, compte tenu de la crainte des décideurs de ne pas rassembler une large audience. Or la télévision reste le media capable de rassembler des centaines de milliers de personnes autour d un sujet. Nous aurions là un formidable vecteur pour convaincre le plus grand nombre de l intérêt de la voiture ancienne. Dans toutes les familles de France, il peut exister une nostalgie pour des modèles tels que la 4CV ou la 2CV. Nous essayons de faire ce travail mais il reste du chemin à parcourir et nous sommes tous sur la même branche. Pascal PANNETIER Il existe à la télévision des émissions fantastiques, comme Thalassa, sur le monde de la mer, alors que les marins sont beaucoup moins nombreux en France que les automobilistes. Nous ne savons pas évoquer l histoire automobile sous un angle culturel. Nous pourrions évoquer les courses fantastiques (Paris-Pékin, Paris-New York) qui existent partout dans le monde. Nous ne savons pas raconter la culture automobile, pourtant très vaste. On s adresse aux collectionneurs et à un public fermé alors qu il s agit de convaincre un public beaucoup plus large, qui s intéresse à la culture, à l Histoire, etc. Tous les acteurs (musées, medias ) ont un effort considérable à produire de de ce point

12 Les Ateliers du Mondial12 de vue. Nous sommes le pays le plus visité du monde et cet atout doit aussi être mis à profit pour l automobile. Mathieu FLONNEAU Je pense qu il y a une explication très française à ce désintérêt relatif pour le patrimoine automobile en France, par rapport à d autres pays. En tant qu historien, je pourrais convoquer la Révolution et le désir égalitariste de la société française. Convenons aussi que, par comparaison avec les transports en commun, l automobile ne semble pas être l objet qui incarne la République, c'est-à-dire qui inclut : elle a plutôt pour conséquence d exclure et de susciter la convoitise ou la jalousie sociale qui peut exacerber des conflits. Il est vrai que certains conflits sociaux ont eu lieu et ont parfois été mal gérés. Il faut le dire. De ce point de vue, l explication qui met en avant la fracture qu ont créée les deux guerres mondiales me paraît secondaire. N oublions pas que Louis Renault s est vu décerner la Légion d honneur, au nom de l entreprise, en On oublie que ce sont les taxis de la Marne, les chars Renault et les camions Berliet qui ont remporté la guerre contre le chemin de fer allemand. Toujours est-il que l automobile ne semble pas faire République, là où une capacité est reconnue aux transports en commun pour créer du lien social. Cette bataille a été perdue. Cotten Seiler, historien américain, a écrit un ouvrage intitulé «republic of drivers», une République de conducteurs. Il montre que toutes les minorités (les femmes, les noirs, etc.) ont intégré le contrat social américain en prenant le volant. Le fait de conduire les a agrégés à la communauté américaine. Si l on y ajoute la popularité des «Big Three» (les trois grands constructeurs Ford, Chrysler et General Motors) et le sauvetage de General Motors par l administration Obama, nous voyons qu il y a là quelque chose lié congénitalement au projet automobile, parce qu on a su le rendre républicain. Le sauvetage de General Motors par l administration Obama pourrait d'ailleurs jouer un rôle dans l élection présidentielle du mois de novembre. 14 usines ont été fermées (contre une seule en France, où il y a beaucoup moins d usines) mais l entreprise a été sauvée. On a voulu comparer l Allemagne et la France alors qu il existe politiquement une grande différence entre nos deux pays. Au moment du centenaire de l entreprise Renault, le nom de Louis Renault n a pas été prononcé une seule fois. Monsieur Schweitzer m a dit : «c est politiquement incorrect». Ferdinand Porsche, qui n a pas toujours été d une grande clarté politique ni d une grande élégance, a été adulé en Allemagne. Il y a là une différence philosophique et politique. Robert PANHARD René Panhard et Emile Levassor avaient pressenti que le transport individuel serait une révolution sociale. La mobilité est la liberté et l automobile participe à cette liberté, qui fait partie de notre devise républicaine au même titre que l égalité et la fraternité. Ma famille avait publié l ouvrage «Paris-Bordeaux-Paris» à l occasion de la commémoration de cette épreuve qui fut la première grande course automobile, à laquelle Panhard et Levassor ont participé en Ce fut la première démonstration au grand public des possibilités de l automobile et du fait que le transport individuel pouvait enthousiasmer les foules. C est la victoire du pétrole sur la vapeur. La course (la plus longue organisée alors, (1 200 kilomètres) fut aussi l occasion des premiers essais de pneumatiques Michelin. Des milliers de personnes se sont rassemblées Porte Maillot pour accueillir Emile Levassor et tous les autres participants. Cet événement marque le vrai décollage de l industrie automobile. Le grand public a alors compris qu il ne s agissait pas d un moyen de locomotion réservé à quelques riches amateurs de sensations fortes. Aujourd'hui, les pays émergents se ruent sur l automobile et ce phénomène demeurera. Les évolutions technologiques offriront des solutions aux enjeux environnementaux. Si l automobile peut exclure, en effet, elle demeure un formidable instrument de liberté.

13 Les Ateliers du Mondial13 III) Des pistes pour demain Terminons, si vous le voulez bien, en évoquant quelques pistes susceptibles de redonner au patrimoine automobile français la place qui devrait être la sienne. Outre l objectif auquel nous travaillons avec Rodolphe Rapetti visant à faire reconnaître la carrosserie française au patrimoine mondial de l UNESCO, la Fédération française des Véhicules d Epoque a lancé un chantier important dans le domaine de la formation professionnelle. Tout patrimoine doit en effet être entretenu. Que ferons-nous dans dix ou vingt ans si nous ne prenons pas les bonnes décisions aujourd'hui? Les professionnels qui travaillent sur l automobile de collection et qui restaurent des voitures anciennes ont des cheveux blancs comme moi. La formation professionnelle constitue donc un axe essentiel. Nous devons transmettre les compétences et nous travaillons avec le ministère de l éducation nationale et un certain nombre de lycées pour établir un Bac pro automobile. L objectif est de former des tôliers formeurs, des ébénistes, etc., pour continuer d entretenir le patrimoine automobile dans dix ou vingt ans. Nous avons besoin de l aide de tous pour relever ce défi, faute de quoi ce patrimoine va peu à peu s éteindre. Encore faut-il que ce patrimoine reste dans nos contrées. Pourrait-il exister un droit de préemption de l Etat concernant certaines automobiles, comme pour la peinture? Le droit de préemption n est pas conditionné par la nature de l objet vendu. Il s agit d un des droits régaliens de l Etat. Nous devons bien sûr avoir un regard sur ce qui circule dans le commerce mais je ne crois pas que la solution réside dans les excès de l interdiction. Mathieu Lamoure soulignait l intérêt du public pour les véhicules des années 60, qui seront de mieux en mieux préservés s ils sont achetés de plus en plus cher. Cela dit, aucun de nos musées n a été conçu avec l idée que de tels montants devraient être déboursés pour acquérir des véhicules de collection. C est la raison pour laquelle le budget d acquisition du musée de Mulhouse ne permet pas d acquérir des véhicules de 3 millions d'euros. Il suffirait de vendre quelques modèles de moindre importance qui se trouvent en plusieurs exemplaires dans nos musées. Tout collectionneur vend plusieurs voitures lorsqu il souhaite acquérir un modèle plus important. Benoît PERROT, association des musées automobiles de France Il y a quinze ans, une commission a été constituée à cet effet. Cette question est effectivement en discussion. Depuis la loi de 2002, toutes les acquisitions des musées sont réputées imprescriptibles et inaliénables. Pour se séparer de certaines parties de collection (par exemple des pièces détachées qui n auraient aucune utilité), leur déclassement doit être proposé à une commission ad hoc par le musée luimême. La décision dépend donc du musée. Benoît PERROT, association des musées automobiles de France A Mulhouse, seul un tiers de la collection est réputé inaliénable.

14 Les Ateliers du Mondial14 C est inexact. L ensemble de la collection a fait l objet d un classement par l Etat en Puis, en vertu de la loi de 2002, toute collection publique d un musée dépendant d une collectivité publique est imprescriptible et inaliénable. Une commission a été constituée dans le même temps afin de décider du déclassement éventuel de certaines pièces. Elle n a jamais été saisie à ce jour. Une autre solution, pour dégager des budgets d acquisition de véhicules, réside dans l augmentation du nombre de visiteurs. Il existe désormais à Mulhouse une piste qui jouxte le musée. Elle permettra d organiser des animations et de faire rouler les véhicules, ce qui est très important pour attirer le public. Nous devrions donc pouvoir créer des événements susceptibles d accroître le nombre de visiteurs. Pourquoi n avons-nous pas des automobiles dans nos grands musées parisiens, à l image de ce qui existe au MOMA à New York? Le Musée d Orsay ou le Musée des Arts Décoratifs fournirait un écrin idéal pour présenter des véhicules anciens. Je pense que nous y parviendrons en multipliant les événements et les expositions. Je pense en particulier à l exposition extraordinaire proposée ici, au Mondial de l'automobile, dans le hall 8, sur le thème de l automobile et la publicité. IV) Echanges avec la salle De la salle Chacun s accorde sur le constat. Je reviens sur un chiffre qui doit nous faire réfléchir : le nombre de visiteurs du musée de Mulhouse stagne aux environs de depuis plusieurs années, alors qu il a atteint ou visiteurs par le passé. La comparaison avec la fréquentation des musées allemands (plus nombreux et plus visités) est édifiante. Personne n a évoqué le problème de la presse automobile, qui se trouve aujourd'hui (Automobiles Classiques, LVA) dans les mains d une seule personne. Lorsque nous contactons certains de nos amis journalistes en essayant d attirer leur attention sur un rallye ou un concours d élégance qui nous semble digne d intérêt, les journaux nous répondent qu ils préfèrent avoir un quart de page de publicité, car ils ont aussi besoin de vivre. Le précédent Président de la République avait envisagé de créer la Maison de l Histoire de France. J ai essayé de savoir qui siégeait au sein de la commission constituée pour ce projet. Nulle part il n a été envisagé d y convier un ingénieur (c'est-à-dire un technicien, un descendant de Monsieur Eiffel). Il n y était question que de peintures et de sculptures. L industrie française n a pas été mentionnée une seule fois, ce qui m avait beaucoup attristé, même si ce projet a, depuis, été abandonné. Il y a là aussi le signe d un manque manifeste de volonté du côté des pouvoirs publics. Lors de la dernière édition du rallye Paris-Dieppe (auquel je participe depuis des années), qui marquait le 300 ème anniversaire de l Automobile Club de France, la course a été animée par les Anglais, qui représentaient les deux tiers des coureurs, avec des participants du plus haut niveau. Il en fut de même lors du concours d élégance, même si quelques Anglais conduisaient des voitures françaises. Pas une des voitures françaises (qui représentaient 30 % des véhicules présentés) n était digne de recevoir un prix. Je n ai pas fait ce constat de gaieté de cœur.

15 Les Ateliers du Mondial15 Il y a quelques années, lors du salon Rétromobile, lorsque nous travaillions encore avec mon collègue Pierre Novikoff chez Bonhams, nous avions battu le record du monde pour une Citroën DS cabriolet 23 injection électronique, qui avait été vendue aux alentours de euros. Citroën Royaume-Uni nous avait demandé l autorisation de reprendre la photo du catalogue, prise en studio. Cette photo avait ensuite été utilisée dans toute la presse britannique pour le lancement du modèle suivant (la C6, sauf erreur de ma part) au Royaume-Uni. Sur cette publicité, sous la photo de la DS du record, on pouvait lire «pas d airbag, pas de direction assistée ( ). Une voiture qui traverse le temps». Dans le même temps, nous avions en France des publicités Citroën portant le slogan «anti-rétro». Les marques doivent donc aussi faire évoluer leur point de vue sur le passé, y compris en termes de marketing. De la salle Dans le métier des ventes aux enchères, nous avons l occasion de beaucoup voyager. J ai découvert la passion des Citroën aux Pays-Bas et la passion des Renault Alpine en Italie, ce qui est tout de même incroyable. Le public manifeste beaucoup plus de ferveur pour notre patrimoine automobile chez certains de nos voisins. Il y a là une différence culturelle évidente. Laurent HERIOU, Fédération française des Véhicules d Epoque Nous nous battons aussi, à la FFVE, pour l authenticité et la reconnaissance des modèles authentiques, sans les confondre avec les répliques ni avec les véhicules transformés. Je partage le bilan négatif dressé par Mathieu Flonneau. Vous avez tous parlé de mise en scène. La différence entre le musée Citroën et le musée Mercedes ne réside pas dans le patrimoine lui-même mais dans sa mise en scène, laquelle requiert des moyens. Pour que ceux-ci existent, il doit exister une reconnaissance des constructeurs et une volonté politique, aux niveaux départemental, régional et national. Il existe un endroit magnifique à Montlhéry. Goodwood a été choisi par Mercedes-Benz pour vendre ses véhicules dans un contexte historique. Nous pourrions faire la même chose à Montlhéry, pour peu qu il existe une volonté politique. De la salle Je travaille avec Hélène Galzin au programme de valorisation du patrimoine historique et culturel de Renault. Hélène Galzin n a pas pu être présente aujourd'hui car nous ne sommes que deux dans ce programme. Nous sommes débordées par des projets de court terme, de moyen terme ou de long terme. Le Département «Renault Classic» gère notre collection de véhicules. Nous existons, pour notre part, depuis deux ans afin de valoriser le patrimoine de manière plus transversale. Nous menons de très nombreuses actions, notamment pour remobiliser l interne, qui manifeste un attachement très fort à l Histoire de la marque, par exemple au travers des conférences «passé, présent, futur» que nous organisons. Il a existé un tabou autour de Louis Renault. On ne dit pas assez que grâce à lui et aux chars T17, la France a gagné la guerre. Il existe aujourd'hui une prise de conscience au sein de Renault, même si peut encore paraître modeste. Notre service ne compte que deux personnes mais nous travaillons aussi sur la mémoire orale. Nous interviewons des anciens de Renault, de tous métiers et de tous statuts, pour raconter l Histoire moderne. Il est vrai qu il faut trouver une manière de raconter l Histoire pour la transmettre au grand public, car l Histoire de Renault est celle de la France contemporaine. Le pavillon créé sur l île Seguin ne compte en effet que 300 mètres carrés. Ce projet a été initié par la ville de Boulogne-Billancourt, à laquelle nous nous sommes associés. Si la ville n avait pas pris cette initiative, il n aurait subsisté aucune trace de la présence de Renault sur l île, car nous sommes confrontés à une situation économique qui nous impose de définir des priorités. Je crois que l exposition présentée dans ce pavillon, concernant l histoire de l île Seguin avant, pendant et après la présence de Renault, est assez bien faite. De nombreux films et témoignages sont présentés au visiteur. Nous

16 Les Ateliers du Mondial16 avons préparé cette exposition avec des associations de défense de la mémoire et des associations d anciens travailleurs de l île Séguin. Ceux que j ai pu rencontrer étaient émus et heureux qu il existe une trace de leur existence et de leur travail, même si elle est encore modeste. Il s agit d une préfiguration de musée et nous verrons au cours des prochains mois l accueil que réserve le public à cette exposition. Nous avons aussi besoin de partenaires pour nous aider dans cette démarche. Nous avons en tout cas conscience qu il reste beaucoup à faire. Enfin, la 4 CV est le rêve d Hélène Galzin, qui se mobilise beaucoup sur ce sujet. Nous essayons aussi de mettre la main sur des archives, souvent éclatées dans le monde entier, pour les rassembler. Il s agit d un vaste chantier. Pour me rendre très souvent en Allemagne, j ai pu constater que les constructeurs allemands affectaient les budgets des musées de marque à l image de la marque. Ce recours aux budgets de communication permet de disposer de moyens beaucoup plus importants. S ils font appel aux architectes les plus éminents et créent des structures phénoménales, c est parce que ces actions sont financées par les budgets de publicité. Je comprends que le pavillon de l île Seguin soit une préfiguration modeste de ce qui pourrait exister. La comparaison ce des deux formes de valorisation du patrimoine n en demeure pas moins édifiante. De la salle Pour le moment, il s agit d un hommage aux travailleurs. C est un très maigre hommage aux travailleurs. Il y a quelques mois a été célébré le vingtième anniversaire de la dernière voiture ayant franchi les grilles de l usine de Billancourt. Aucune célébration n a eu lieu. Vous n y êtes pour rien. Nous y sommes sans doute pour beaucoup, nous les journalistes. Soyez assurée, Madame, que la Direction des Archives de France est prête à vous aider et à vous conseiller. Cela sera gratuit. Je vous invite à venir nous voir. Merci à tous pour votre participation.

17

La Course Paris - Rouen

La Course Paris - Rouen Le 22 juillet 1894 : Première course automobile Le 22 juillet 1894 a lieu la première course automobile sur route. Le record de vitesse sur le parcours Paris-Rouen est tenu par le comte de Dion : 22 km/h!...

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis,

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Allocution de S.A.S. le Prince Centenaire de l Institut Océanographique de Paris 21 juin 2011 Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, C est

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous?

(auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? (auto) évaluer son projet et pourquoi pas vous? Guide de sensibilisation à l usage de tous les acteurs de nos quartiers d été 1/8 «S auto-évaluer une démarche commune» Acteurs de Nos Quartiers d Eté...

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013

Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013 Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013 Service de Gynécologie-Obstétrique Haukeland universitetssjukehus DFGSM3, Université de ROUEN Année 2012-2013 Accueil d une étudiante Croate

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ENTREPRISE Audi SECTEUR D ACTIVITÉ Automobile Le client Audi AG est un constructeur automobile allemand qui dessine,

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

Chapitre X Préface. Une stratégie BYOD : quand? Comment?

Chapitre X Préface. Une stratégie BYOD : quand? Comment? Chapitre X Préface 1. Introduction Une stratégie BYOD : quand? Comment? Préface Quand Céline m a demandé de préfacer son ouvrage sur le BYOD, j ai accepté avec grand plaisir. Nous avions eu déjà plusieurs

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Dossier de sponsoring Équipage N 200 Yann et Ludivine

Dossier de sponsoring Équipage N 200 Yann et Ludivine Dossier de sponsoring Équipage N 200 Yann et Ludivine Edito Le rallye LES PIONNIER S IIIème édition est un rallye raid historique qui se déroulera du 19 au 27 septembre 2014 s élançant de la mer de sable

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Le marché de la voiture de course de collection

Le marché de la voiture de course de collection Le marché de la voiture de course de collection Hervé Poulain Commissaire-priseur Président fondateur du SYMEV (Syndicat National des Maisons de ventes aux enchères) et du CNMA (Conseil National du Marché

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain :

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Cela pourra avoir l effet inverse que celui escompté car

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur Dossier de Presse 2015 > Présentation de l Association Petits Princes > Bénévole à l Association Petits Princes : une aventure humaine exceptionnelle > Pour un même enfant, plusieurs rêves réalisés avec

Plus en détail

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel.

MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE AU NOM DE TOUS LES MIENS. Par l auteur de. Entretiens avec. l aube. Mélanie Loisel. MARTIN GRAY MA VIE EN PARTAGE Ma vie en partage Entretiens avec Mélanie Loisel AU NOM DE TOUS LES MIENS Par l auteur de l aube Avant-propos Vivre, c est savoir pourquoi l on vit. Pourquoi a-t-il voulu

Plus en détail

Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports

Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports Conférence de presse du jeudi 5 mars 2009 Fédération Française de Football Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports Monsieur le président, mesdames et messieurs, L Euro de football est le troisième

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

Les démons de Deming

Les démons de Deming Les démons de Deming Le gourou du management pense que les entreprises américaines démotivent complètement leur personnel The Wall Street Journal, 1er juin 1990 Si vous demandez à W. Edwards Deming ce

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Conférence de presse Mardi 2 juin 2015

Conférence de presse Mardi 2 juin 2015 Conférence de presse Mardi 2 juin 2015 1 PLAN de la Présentation Présentation des intervenants Contexte et introduction Le mot du Président du Comité Stratégique Le mot du Président d Unimev Présentation

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise A l Occasion du Forum des Dirigeants 36 e Conférence Générale de l UNESCO Comment l UNESCO contribue t elle à

Plus en détail

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun,

Écoutez, j ai 65 dossiers comme elle à gérer, j ai peu de temps pour chacun, Auxiliaires de Vie? Lorsque j ai commencé à soigner Joséphine, elle était déjà sous tutelle. La mise sous tutelle est là pour protéger et représenter juridiquement une personne, quand celle-ci n est plus

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

BANQUE OU BOURSE AMIS PROPRIETAIRES D ENTREPRISE LISEZ CES DEUX HISTOIRES

BANQUE OU BOURSE AMIS PROPRIETAIRES D ENTREPRISE LISEZ CES DEUX HISTOIRES Paris, le 6 août 2008 LEE N 247 BANQUE OU BOURSE AMIS PROPRIETAIRES D ENTREPRISE LISEZ CES DEUX HISTOIRES AVEC LA BANQUE ET LES FINANCIERS Il y a 25 ans, nous inventions le Second Marché, dont je serais

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

Prix de la laïcité 2012. Discours de Françoise Laborde, lauréate du Prix national Sénatrice de la Haute-Garonne - 9 octobre

Prix de la laïcité 2012. Discours de Françoise Laborde, lauréate du Prix national Sénatrice de la Haute-Garonne - 9 octobre Prix de la laïcité 2012. Discours de Françoise Laborde, lauréate du Prix national Sénatrice de la Haute-Garonne - 9 octobre Remise des Prix le 8 octobre 2012 à la mairie de Paris Madame la Première adjointe,

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER Relais pour la Vie, une initiative

Plus en détail

LE BUREAU DES OBJETS PERDUS

LE BUREAU DES OBJETS PERDUS Fiche pédagogique LE BUREAU DES OBJETS PERDUS Catherine Grive Auteur : Catherine Grive Editeur : Rouergue Année d édition : 2015 Public concerné : dès 12 ans Mots-clés: adolescence, amitié, famille, France

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 25 février au 04 mars 2012 Le CRT Lorraine a été invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012 Présentation du maire 13 novembre 2012 Mot du maire Le 23 octobre, nous adoptions les résolutions relatives à l entente de principe survenue entre les villes de Boisbriand et de Blainville, concernant

Plus en détail

Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre

Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre Discours de Monsieur Georges Rovillard, Administrateur général de l AWIPH Monsieur le représentant de Madame

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015)

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Ce rapport explique comment la politique immobilière de l EPG est concrètement mise en œuvre dans

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE LES WAPITIS DEVENEZ AMBASSADEURS POUR WAX www.wax-science.fr wapitis@wax-science.org POURQUOI DES WAPITIS? FORMER LA FUTURE GÉNÉRATION COMBATTRE LES STÉRÉOTYPES FAIRE PASSER

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES CLUBS RENAULT & ALPINE. Association régie par la loi du 1er juillet 1901 ------------------------------

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES CLUBS RENAULT & ALPINE. Association régie par la loi du 1er juillet 1901 ------------------------------ FÉDÉRATION FRANÇAISE DES CLUBS RENAULT & ALPINE Association régie par la loi du 1er juillet 1901 ------------------------------ PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 11 FÉVRIER 2015 L'an deux mille

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

50 franchisés et un chiffre d affaires global supérieur à 40 millions de. francs suisses: les chiffres de la saison passée sont éloquents et je

50 franchisés et un chiffre d affaires global supérieur à 40 millions de. francs suisses: les chiffres de la saison passée sont éloquents et je Swissrent a sport l histoire d un succès. 50 franchisés et un chiffre d affaires global supérieur à 40 millions de francs suisses: les chiffres de la saison passée sont éloquents et je suis fier de pouvoir

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

PROPOSITION DE LA FONDATION CHRISTIAN VACHON

PROPOSITION DE LA FONDATION CHRISTIAN VACHON PROPOSITION DE LA FONDATION CHRISTIAN VACHON Christian Vachon 819 571-3493 Courriel : relaisfcv@gmail.com Site Web : www.fondationchristianvachon.com T AB LE DES M ATIÈRES 1. S O M M A I R E 2. C O N F

Plus en détail

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Opinion & Corporate Marion Desreumaux,

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

Assemblée générale annuelle du Souvenir Français

Assemblée générale annuelle du Souvenir Français Assemblée générale annuelle du Souvenir Français Déroulé : Vendredi 17 Avril 2015 Accueil à l hôtel de Ville - SDF 14h30 Acceuil Républicain de Monsieur le Ministre de la défense 15h Allocution du MinDef

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail