L engagement au sein des mutuelles de proximité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L engagement au sein des mutuelles de proximité"

Transcription

1 n 56 janvier 2012 Je ne veux désormais collectionner que les moments de bonheur. Stendhal dossier : L engagement au sein des mutuelles de proximité page 3 : Le retour des maladies de la misère page 6 : Au secours de l eau page 11 : nutrition Les graines de la discorde Retrouvez toutes les actualités mutuelles de vos régions pages 6 & 7 région Rhône-Alpes page 8 région Auvergne page 9 régions Picardie & Bretagne P. 11 JEU-CONCOURS JOUEZ & GAGNEZ 1 IPAD

2 l édito par Franck Mecca Président de la Mutuelle Familiale de Haute-Savoie C hers adhérents, chers lecteurs, je profite de cette tribune pour me présenter à vous. J ai été élu président de la Mutuelle Familiale de Haute-Savoie lors de l Assemblée Générale le 5 octobre Issu du monde ouvrier, du militantisme, de différentes associations, je souhaite travailler avec vous au sein de la mutuelle et construire de nouveaux projets, toujours dans le même état d esprit que mes prédécesseurs. Nos valeurs ont une origine et notre devoir est de ne pas oublier nos aînés en la matière, avec le respect dû à chacun. Ce numéro de Bonne Santé consacre d ailleurs son dossier à l engagement au sein des mutuelles, qui est aujourd hui indispensable, tant les enjeux sont désormais cruciaux pour obtenir un accès aux soins de qualité pour tous. Je tiens en particulier à remercier Lucien Carette qui a exercé cette fonction avant moi et m a fait bénéficier de ses conseils et de son expérience au cours de nombreux échanges constructifs. Cela a permis au novice que je suis de bien comprendre les rouages de la mutualité. Ensemble, travaillons pour défendre le social, innovons pour établir de nouvelles solidarités Taxe sur la santé Fric-frac sur les mutuelles Dans le cadre du plan de rigueur, le Premier ministre, François Fillon, a annoncé une batterie de mesures affectant notamment le champ de la santé. Nous n en citerons que trois, mais non des moindres, à savoir : La hausse de la taxation des complémentaires santé (+3,5 % depuis le 1 er octobre pour atteindre un montant total de 13,27 %). Une nouvelle vague de déremboursement de médicaments. L augmentation du reste à charge pour les soins de santé dits coûteux. En ce qui concerne les taxes, pour une cotisation encaissée de 100, nous reversons 13,27 à l État, il ne reste donc plus que 86,73 pour la couverture santé complémentaire des adhérents. En sachant qu en plus des +3,5 % de taxe, nous subirons également un transfert de charges de +2 % lié au désengagement de la Sécurité Sociale, auxquels il convient aussi d ajouter le taux d augmentation des dépenses de santé visé par le gouvernement, soit +2,5 % pour Le calcul est alors simple, nous avons : 3,5 % + 2 % + 2,5 % = 8 % d augmentation incompressible des cotisations qui n est pas de notre fait. Dans ce contexte, il est donc facile de trouver un coupable tout désigné comme les mutuelles pour faire diversion en masquant les vrais problèmes. Quand sortirons-nous de cette spirale infernale? Quand est-ce qu enfin nos élus prendront conscience de l aberration de cette politique de gestion comptable? n Le comité de rédaction de Bonne Santé Mutualiste. Ensemble, travaillons pour défendre le social, innovons pour établir de nouvelles solidarités, continuons à bâtir un vrai monde mutualiste. Nous devons être plus proches et à l écoute de nos adhérents et nous différencier de nos concurrents par plus de proximité et d engagement social. Je vous souhaite, à toutes et à tous, une très bonne et heureuse année n Un nouveau président à la MFHS Administrateur depuis 2007 de la Mutuelle Familiale de Haute-Savoie (MFHS), Franck Mecca a été élu président par l assemblée générale d octobre à la suite de Lucien Carette, qui a fait valoir ses droits à la retraite. Son parcours en 3 dates : 1978 : Recruté chez Stäubli : Élu au CE et représentant syndical : Élu président de la MFHS. Entretien La construction d Entis est visionnaire et ambitieuse Claude Valente, 48 ans, est le nouveau directeur général adjoint d Entis, les mutuelles de l être. Son parcours en quelques dates Quelles sont vos missions et fonctions au sein d Entis? En qualité de directeur général adjoint, j ai en charge les activités liées à la santé : la gestion des contrats mutualistes et des remboursements, le service développement et l informatique. L objectif consiste à améliorer les prestations et les outils mis à disposition des mutuelles partenaires d Entis, afin qu elles puissent offrir par elles-mêmes le meilleur service à leurs adhérents. Depuis quelques années, les exigences pour pouvoir exercer les différents métiers d une mutuelle sont de plus en plus fortes : la concurrence s intensifie, les autorités publiques imposent de nouvelles contraintes pour protéger l adhérent, ce dernier demande davantage d accompagnement et de conseils concernant les soins, la santé Bref, les mutuelles doivent sans cesse se remettre en question et renforcer la qualité de leurs services. Pourquoi avez-vous choisi de travailler pour Entis, les mutuelles de l être? Parce que le projet de construction d une union qui aide les mutuelles par la mutualisation de moyens et de compétences répond pour moi à une forte conviction : l union fait la force. Je trouve que la création de cette structure est visionnaire et ambitieuse, car elle donne du sens aux valeurs mutualistes reposant sur l entraide et la solidarité. Les dirigeants actuels m ont inspiré confiance. J ai donc accepté leur proposition de m associer à cette construction. Par ailleurs, je trouve la région accueillante et riche en découvertes, notamment grâce aux montagnes à proximité. n 1992 : Directeur du développement de la Mutualité française de l Aveyron : Directeur des garanties de la mutuelle La Roussillonnaise à Perpignan : Directeur général de la mutuelle Oréade à Agen : Directeur général adjoint d Entis, les mutuelles de l être.

3 AG de l Unam Boycottez la taxe et formez des CAM! Prévention Le retour des maladies de la misère Dans son rapport annuel , l ONG Médecins du Monde interpelle les candidats à la prochaine élection présidentielle, sur la situation sanitaire et met en garde contre «une crise humanitaire aux portes du système de santé français» en 2012, si rien n est fait. L assemblée générale de l Union nationale alternative mutualiste (Unam) s est déroulée à Valence, le 29 septembre Une trentaine de mutuelles et 75 délégués ont participé à cette AG qui, au-delà de la partie statutaire, devait relayer avec force l action de l Unam par un appel au «boycott de la taxe». L accès aux soins aujourd hui est en effet limité du fait des désengagements de la Sécurité Sociale et des diverses taxes qui s élèvent à 13,27 %. Face à cette criante injustice et afin d amplifier le mouvement, une pétition a été lancée auprès de l ensemble des mutuelles adhérentes de l Unam. Un courrier a, par ailleurs, été envoyé à la Fédération nationale de la mutualité française pour lui demander de rejoindre notre positionnement. Médecins du Monde dresse un état des lieux catastrophique de l accès aux soins des plus démunis en France. «Après le krach boursier», elle dénonce un «krach sanitaire» qui pour elle «n a pas seulement pour origine la crise économique», mais aussi «une politique qui volontairement écarte du soin les plus vulnérables» et «fait disparaître les quelques solutions même temporaires de mise à l abri et de prise en charge». Selon l association, c est d abord la politique du logement qui est en cause : personnes vivent dans la rue, dans des abris de fortune ou dans des hôtels pour quelques nuits. Parmi elles, de plus en plus de familles et de jeunes. Les expulsions et l absence de proposition de relogement les condamnent à des conditions de vie extrêmement précaires et les exposent à un risque épidémique accru : tuberculose, coqueluche, rougeole. L ONG rappelle en effet qu une épidémie de rougeole sévit en France, plus de cas ont été déclarés entre début 2008 et octobre 2011, et indique également que le non-accès à l eau potable entraîne la recrudescence de cas de gale et d hépatite A. Elle alerte tout particulièrement au sujet des femmes enceintes reçues par les soignants de l association, dont 77 % n ont pas de logement stable et 8 % vivent dans la rue. Cette situation sociale a de graves conséquences sur le suivi de leur grossesse : premier contact tardif, nombre de consultations prénatales et d échographies insuffisant, absence de dépistage de pathologies liées à la grossesse. 68 % de ces futures mères n ont pas accès aux soins prénataux ordinairement proposés aux femmes enceintes. Dans son rapport, Médecins du Monde note également une augmentation de 10 % en deux ans des consultations médicales et dentaires dans ses centres de soins gratuits en France. Parmi les patients, l association a enregistré une hausse de 30 % de mineurs. Ils représentent 12 % des patients et n ont, pour la majorité, toujours pas accès à la vaccination ni même à une simple couverture maladie. Dès lors, il n est pas étonnant que seul un tiers des enfants de moins de six ans reçus pour la première fois soit à jour dans leurs vaccinations. Les humanitaires constatent aussi que «près de la moitié des malades vus en consultation en 2010 aurait besoin d une prise en charge d au moins six mois», mais que «ces personnes accèdent de plus en plus difficilement au système de soins ou n arrivent pas à faire valoir leurs droits à la couverture maladie». n De gauche à droite : Sylvie Dubois, Jean-Jacques Verchay, Lucien Carette, Yannick Beaumont, Bernard Desaire. photo J-P Pascaud Le rapport moral présenté par le président de l Unam, Jean-Jacques Verchay a porté sur la mise en place de comités d actions mutualistes (CAM), qui visent à redonner du sens à nos mutuelles. Ces CAM ont trois domaines d intervention : l action sociale, l éducation populaire ainsi que les actions de prévention et de promotion de la santé. L action sociale doit viser à aider les personnes ou les groupes les plus fragiles à mieux vivre. Cette dernière ainsi que l éducation populaire doivent demeurer notre raison d être et notre moteur dans l action. Il faut continuer à impulser des débats, des formations sur la protection sociale. Les CAM doivent devenir notre marque politique. Cela fera notre force en redonnant sens à notre mouvement mutualiste, qui ne peut se limiter à un rôle de payeur aveugle. L assemblée générale a été suivie d une conférence sur le médicament animée par Georges Ducel, diplômé de la Faculté de médecine et de pharmacie de Lyon. n En bref & en chiffres Les CAM organisent trois conférences-débats en janvier Des Comités d'actions Mutualistes (CAM) se sont formés à Annecy, Faverges et Bonneville en Haute-Savoie, afin de renforcer les liens entre les adhérents et susciter des nouvelles vocations de bénévoles, militants et délégués mutualistes. Ils organisent leurs premières conférences débats les 17, 18 et 19 janvier prochain. Bernard Teper, Co-animateur du Réseau éducation populaire y interviendra sur le thème «Face au libéralisme, quel avenir pour la protection sociale?». Leurs outils d'intervention sont la prévention et la promotion de la santé, l'éducation populaire et les réflexions politiques, et l'action sociale. Les comités locaux seront amenés à collaborer avec les structures associatives ou du mouvement social déjà engagées sur les mêmes terrains. Ce sont les membres des CAM qui décident des activités à mener, en fonction notamment des besoins constatés dans le bassin de vie où ils sont ancrés. Par exemple une ancienne professeur souhaite travailler sur la solidarité en direction des jeunes. Des membres du CAM à Faverges souhaitent mettre en place des actions concrètes qui répondent aux attentes d'adhérents au chômage. n Les premières conférences sont organisées : le 17 janvier 2012, de 17 h à 19 h Salle Georges Hermann, 6, chemin de la prairie Annecy ; le 18 janvier 2012, de 17 h 30 à 19 h Faverges ; le 19 janvier 2012, de 17 h à 19 h Salle l Agora, 42, avenue de la gare Bonneville. Bernard Teper 75 % de la population vit à moins de 25 minutes d un établissement hospitalier Selon la Drees 1 qui publie une étude sur le sujet (sur la base de la situation en 2007), les trois-quarts de la population ont accès aux soins hospitaliers courants en moins de 25 minutes et 95 % ont accès à des soins de proximité en moins de 15 minutes. Mais il faut quand même pousser le curseur jusqu à trois quarts d heure de route pour que 95 % de la population puissent se rendre dans un établissement hospitalier. En Auvergne, 1,5 % des habitants vit à plus de 15 minutes d un médecin généraliste, alors qu en Corse, ils sont 11 %. Un point noir dans cette étude : une part importante des femmes vit à plus de 45 minutes d une maternité : 31 % en Corse, 11 % dans le Limousin, 8 % en Franche-Comté, 7 % en Poitou-Charentes. n Études et résultats : Distances et temps d accès aux soins en France métropolitaine 1 - Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques. 3

4 L engagement au sein des mutuelles de proximité Le dossier de Bonne Santé, la revue d Entis, les mutuelles de l être. Une mutuelle œuvre pour la santé des personnes qui la forment. Ses membres mutualisent leurs moyens pour obtenir un meilleur accès aux soins. Depuis dix ans, la loi soumet les mutuelles à des règles draconiennes, qui les conduisent à devoir se regrouper pour continuer à exister. Vos mutuelles se sont unies au sein d Entis, les mutuelles de l être. Leur choix s explique par leur conviction qu il faut conserver un maillage de mutuelles de proximité animées par des militants mutualistes engagés dans les actions sociales et politiques initiées par chacun de leur CA élu. Tout cela aurait été perdu si vos mutuelles avaient opté pour l absorption des petites structures par les plus grosses. Ce dossier présente les mutuelles de proximité et la pertinence de ce modèle dans le contexte de restriction dans l accès aux soins. Dans le monde des mutuelles, les fusions, rapprochements et absorptions se succèdent à un rythme effréné : de au début des années 1990, les mutuelles sont passées à moins de 600 en C est notamment le résultat des directives européennes sur l assurance mises en place avec la bénédiction du président de la Fédération nationale de la mutualité française d alors, René Davant. Ces règles imposent aux mutuelles d avoir à disposition des fonds propres importants. Une exigence qui a du sens pour les banques, mais aucun pour des complémentaires santé confrontées à Comment les mutuelles peuvent amorcer un mouvement de résistance à la marchandisation de la santé? Aux origines de vos mutuelles Les origines de la Mutualité remontent au Moyen Âge, lorsque des compagnons s'entraidaient financièrement, quand un membre de la «coalition» cherchait du travail. Cependant, aux environs de l'an mille avant J.-C. les bâtisseurs du Temple de Jérusalem pratiquaient déjà l'assistance mutuelle. Leur premier congrès se déroule en Le député Hippolyte Maze y revendique que les individus puissent s'associer hors de tout contrôle de l'état et exclut aussi bien la charité publique que l'assurance obligatoire. La loi sur la Mutualité de 1898 contient le principe de neutralité et les différencient des assurances. Les cotisations y sont forfaitaires, voire proportionnelles aux revenus et non établies en fonction du risque propre à l assuré. En 1930, les assurances sociales obligatoires sont votées pour tous les salariés de l'industrie et du commerce dont le salaire n'excède pas un certain revenu. Chaque groupement mutualiste peut créer sa propre caisse, ce qui aboutit à ce que les effectifs mutualistes augmentent de 4,5 à 6 millions entre 1920 et Les Mutuelles s'investissent pleinement dans les assurances sociales et sont bien vite accaparées par leur gestion. Le tissu mutualiste y perd une partie de son côté dynamique, associatif, militant au profit d'un aspect beaucoup plus technocratique. La création de la Sécurité Sociale mettra un terme à cet épisode. Après avoir bataillé contre le projet, la Mutualité décide de participer à l'administration de la Sécurité Sociale aux côtés du patronat et des syndicats. Elle définit son rôle comme complémentaire au régime obligatoire. À partir du milieu des années 1950, des militants syndicaux se sont engagés dans l'action mutualiste sous l'impulsion de Louis Callisti, qui dirige l'union départementale mutualiste des Bouches-du-Rhône. Ils trouvent là un formidable instrument de transformation sociale : la lutte concerne, déjà à l'époque, une franchise sur les médicaments, qui s'élevait à 3000 anciens francs. Cela aboutit à la création des mutuelles qui forment aujourd'hui Entis. Leurs fondateurs étaient des travailleurs qui avaient besoin d'une couverture complémentaire et qui voulaient aussi utiliser leur mutuelle comme outil de mobilisation pour la Sécurité Sociale. Source : Contribution à l'histoire de la Mutualité, 1998, Daniel Lebrun, directeur de la MGO à l'époque. des risques annuels, donc beaucoup plus courts. Elles ouvrent également le champ de la protection sociale complémentaire aux assurances, tout cela au nom de la sacro-sainte concurrence libre et non faussée. Les principales victimes de cette politique sont les mutuelles de proximité, les mutuelles d entreprise. Leur nombre a considérablement diminué. De par leur taille «humaine», le fonctionnement de ces structures, gérées et animées par leurs membres élus est plus démocratique et beaucoup moins technocratique que dans les mutuelles qui comptent plusieurs centaines de milliers d adhérents, où il est largement plus difficile, voire impossible pour l adhérent de participer à la prise des décisions sur l avenir de la structure, tant il est éloigné des véritables centres de décision. «Comme nous côtoyons au quotidien nos adhérents, ils nous parlent de leurs difficultés d accès aux soins», explique Pierre Zilber, le directeur de la MFCA. «À la Samir, nous dit son président Yannick Beaumont, sur adhérents, une centaine participent aux AG. Je serais étonné que dans ces grandes mutuelles, il y en ait plus de 300.» Et de s interroger : «Comment les mutuelles peuvent amorcer un mouvement de résistance à la marchandisation de la santé?» Pour répondre à cette question, il faut se reporter à l histoire de ces mutuelles de proximité. Pour la plupart, elles sont nées dans l après-guerre et sont les héritières des mutuelles ouvrières, des mutuelles de travailleurs. Elles ont été créées pour beaucoup par des syndicalistes qui avaient fait leurs les valeurs du programme du Conseil National de la Résistance. Ils avaient assisté à la mise en place de ces mesures sociales novatrices au lendemain de la seconde guerre mondiale. Dans ce contexte, ces mutuelles ont gardé un attachement très fort à une protection sociale de haut niveau autour de la Sécurité Sociale. De même, elles adhèrent pleinement à leur objet, puisque selon le code de la Mutualité, les mutuelles agissent pour contribuer au développement culturel, moral, intellectuel et physique de leurs membres et à l amélioration de leurs conditions de vie. Le lien entre les mutuelles de proximité et leurs adhérents est primordial Aussi, ne faut-il pas s étonner que ces mutuelles fassent passer un message de résistance dans un contexte de destruction de notre système social solidaire, système qui prévalait à la création de ces mutuelles. Dans ce cadre, elles se servent de leur fonctionnement démocratique pour faire connaître leur message, notamment lors des étapes importantes de leur vie statutaire, comme l assemblée générale. D autres moyens sont à leur disposition, comme votre journal Bonne Santé, et comme toutes les communications que ces mutuelles peuvent avoir avec leurs adhérents. Faire prendre conscience aux adhérents mutualistes des enjeux qui sont posés aujourd hui, à savoir le droit de se soigner, est un travail de tous les jours qui se retrouve dans l action quotidienne de ces mutuelles qui combattent l exclusion en formant des collectivités Bonne Santé mutualiste

5 Entretien Conduire une action sociale ambitieuse Débats d idées et parole donnée au sein des mutuelles pour les retraités sortis de leur contrat collectif, pour les salariés licenciés, pour les familles en grande précarité Ces actions sont relayées auprès des correspondants d entreprise, des associations, des adhérents, etc. qui sont autant de relais d information quant à nos propositions en matière de protection sociale et d accès aux soins. Emmanuelle Préau, élue au CA de la MFHS, fait partie de la commission de secours qui accorde une aide aux mutualistes qui ne peuvent plus payer leurs frais de santé. Elle témoigne : «Dans cette commission, nous sommes amenés à chercher des réponses face aux difficultés financières de nos adhérents. Cela nous ramène à la réalité.» Ces exemples prouvent que les valeurs d entraide et de solidarité sont réellement mises en pratique par les mutuelles de proximité. L organisation de débats, comme Entis peut nous le proposer, est un autre vecteur important de prise de conscience, d éducation populaire sur des thèmes divers que peuvent être le médicament, le financement de la protection sociale Les œuvres sociales qu elles animent, les campagnes de prévention qu elles mènent ont également leur importance. Le lien entre les mutuelles de proximité et leurs adhérents est donc primordial. Et c est par l action quotidienne de ces mutuelles, en adéquation avec l affirmation claire de leurs valeurs mutualistes qu elles auront la capacité à mobiliser autour des problématiques de santé. Comme nous l avons vu, l ambition de ces mutuelles trouve son origine dans leur histoire. Elles ont été fondées par des collectifs de travailleurs dans la seconde moitié du siècle dernier et donc après la création de la Sécurité Sociale. Elles ne se sont jamais considérées comme ses concurrentes. Bien au contraire et les militants engagés en leur sein ont toujours lutté contre les hausses des frais de santé à la charge des malades. Ainsi Bernard Desaire confie à propos de son entrée comme militant à la Mutuelle familiale de Haute-Savoie il y a 31 ans : «Mon engagement syndical trouvait un prolongement en santé dans la bataille pour l accès aux soins» et de rappeler cette revendication centrale qu est le droit à la santé pour tous. «La plus belle des mutuelles, c est la Sécurité sociale» «L exercice de la solidarité ne peut se faire que dans un cadre d universalité des droits et à ce titre la plus belle des mutuelles, c est la Sécurité Sociale», affirme Yannick Beaumont. Une utopie? Non. Rembourser les malades à 100 %, c est possible, puisque cela fonctionne déjà aujourd hui en Alsace-Moselle avec un modèle d assurance maladie hérité du système allemand, où la Sécurité Sociale prend totalement en charge les frais d hospitalisation et rembourse les médicaments à 90 %. Mieux, le régime est excédentaire. Alors pourquoi pas à 100 %? Puisque les mutuelles de proximité continuent d exister contre vents et marées, grâce à des salariés et des citoyens qui ont ressenti le besoin de se regrouper, il est aujourd hui possible pour leurs adhérents de mieux s approprier cet outil, afin qu ils servent au mieux les mutualistes. Restant ouvertes à la participation du plus grand nombre, les mutuelles maintiennent leur objectif que les adhérents citoyens deviennent plus encore les acteurs de leur protection sociale. À ce titre, ils ne peuvent rester éloignés du combat social, tant les enjeux sont aujourd hui importants pour un accès aux soins de qualité pour tous. n Crédit photo : IKO - Fotolia.com Véronique Salaman Conseillère mutualiste pendant 22 ans à l agence d Annecy, Véronique Salaman est désormais la référente de l action sociale aux Mutuelles de France. Elle présente le Relais des Solidarités mis en place début décembre. nouveau «Avant de devenir chargée de projet Action sociale, j étais conseillère mutualiste référente sur le dispositif chèque santé. Ce poste m a permis d établir mes premiers contacts avec les assistantes sociales de la Haute-Savoie, ainsi qu auprès d associations travaillant dans le secteur social. Des connaissances qui me seront très utiles pour rendre opérationnel le Relais des Solidarités. Les Mutuelles de France ont toujours eu à cœur d être proches de leurs adhérents, ainsi que la volonté inébranlable de développer encore plus le lien social, de promouvoir le contact humain et l autonomie des adhérents. C est dans cette idée qu est né le premier service du Relais des Solidarité. Il apporte aide, conseil et soutien dans les démarches administratives. Ce service est gratuit et confidentiel. Il permet aussi de soutenir nos adhérents dans leurs démarches auprès de notre commission de secours (aides financières ponctuelles aux personnes qui n arrivent plus à financer leur santé) et auprès d autres institutions (Sécurité Sociale, Caisses de retraite, les CCAS des Mairies ) L exigence pour constituer ces dossiers est certainement l explication de la chute des demandes des deux précédentes années. Pour être plus proches de nos adhérents dans cette démarche et rendre un meilleur service, des permanences sont tenues dans les agences : sans rendez-vous le mercredi après midi de 14 h à 17 h à Cran-Gevrier, avec rendez-vous dans six agences : Annecy, Annemasse, Cluses, Faverges, Rumilly et Thonon. Dans un deuxième temps, nous souhaiterions qu une équipe de bénévoles prenne jour et qu après une formation, et encadrée par un référent, elle supporte ce service. Cela me permettra de partir vers d autres idées de solidarité, comme celle d aller à la rencontre de nos le Relais des solidarités adhérents âgés, isolés, malades, pour un temps d écoute et d échange afin de lutter contre la solitude et l exclusion sociale. On peut également envisager des actions vers les nouveaux parents, les jeunes, les ados ces actions seront toujours menées en relais avec des personnes bénévoles. J ai conscience de l importance du travail en réseau afin d acquérir la connaissance pour rendre un meilleur service, afin de pouvoir orienter nos Votre mutuelle vous accompagne dans vos démarches administratives Nouveau service d Action Sociale mutualiste : Votre mutuelle vous apporte aide, conseil et soutien grâce à des permanences dédiées dans ses agences (Annecy, Annemasse, Cluses, Cran-Gevrier, Faverges, Rumilly & Thonon). Gratuit et confidentiel, prenez rendez-vous au ou par mail adhérents le mieux possible. Le Relais des Solidarités fait partie intégrante des Comités d Action Mutualiste pour nous permettre de construire une action sociale ambitieuse.» n Pour contacter le Relais des Solidarités : Par mail : Tél. : Vous pouvez en parler à votre conseillère mutualiste en agence. 5

6 Région : Rhône-Alpes Les 25 printemps de la MGP La Mutuelle Générale de Prévoyance a fêté son 25 e anniversaire le 14 octobre 2011 en présence de 280 mutualistes, partenaires et amis. Certains d entre eux ont accompagné notre mutuelle de prévoyance depuis sa création. Cette manifestation fraternelle et chaleureuse a permis au président Michel Duret de retracer la vie de la MGP, son engagement auprès des mutuelles partenaires et le rôle important qu elle a joué dans la mise en place des différentes structures mutualistes pour maintenir un tissu de mutuelles de proximité. La MGP a toujours été au premier rang pour défendre une protection sociale de haut niveau. De plus, son approche non sélective permet aux adhérents des mutuelles partenaires de bénéficier de garanties de prévoyance de qualité. Il revenait au directeur, Jean-Jacques Verchay, de remercier les plus anciens salariés. Il a rappelé que sans les salariés, les administrateurs et les mutuelles qui s y sont investis, la MGP ne serait pas ce qu elle est aujourd hui et qu elle est donc une œuvre collective au service des mutuelles et des mutualistes. Pour en revenir à la partie conviviale, la soirée s est terminée fort tard dans la joie et la bonne humeur et tous les participants ont pu se féliciter de sa parfaite organisation due à Kahina Nabet, responsable du secrétariat, que nous remercions. nn De gauche à droite : Michel Duret, Kahina Nabet, Jean-Jacques Verchay Évènement Au secours de l eau! La répartition et l assainissement sont les clés pour un accès à l eau pour tous. Tel sera un des thèmes majeurs abordés au FAME ( forum alternatif mondial de l eau) pour que l eau soit une source de vie, pas de profi t. Marie-Lou Benoît, administratrice de la MFHS, et membre du comité d action mutualiste de Cran-Gevrier, nous présente cet évènement, faisant suite au forum social mondial de Dakar. Environ 884 millions de personnes n ont pas accès à l eau potable et salubre et plus de 2,6 milliards n ont pas accès à des services d assainissement. 1 - Forum mondial de l eau 2 - Forum alternatif mondial de l eau Du 12 au 17 mars 2012, il y aura deux forums de l eau à Marseille, l officiel et l alternatif, avec des visions différentes des politiques à mener. Le Conseil mondial de l eau, qui regroupe des multinationales qui distribuent l eau aux personnes solvables et les États les plus puissants, est à l initiative du FME 1. Son concurrent, le FAME 2, se veut le rendez-vous de celles et ceux qui se battent pour le droit de tous d accéder à une eau saine. Associations, mutuelles, syndicats, ONG, citoyens et élus de toute la planète y participeront. Des responsables mutualistes de la MFHS interviendront aux côtés de médecins dans l une des trois tables rondes coordonnées par Marie-Lou Benoît sur l eau et la santé. La première se situe dans la continuité du forum de Dakar, qui a abouti à la revendication que l accès à une eau saine fasse partie intégrante de la protection sociale. La deuxième présentera des solutions mises en place en Inde et en Afrique pour assurer l eau potable à tous, pour faire reculer la mortalité et éradiquer les maladies liées à l eau. Le troisième s intitule «Pollutions de l eau, sources de danger pour la santé publique, quelles actions?». C est dans cet atelier que des responsables mutualistes sont invités à débattre. Marie-Lou Benoît rappelle qu «historiquement, les mutuelles ont un rôle éducatif et de prévention, notamment par rapport à l hygiène. Nous avons montré les dangers de la politique des multinationales du médicament et leurs dérives liées à la recherche du profit, dont le dernier exemple en date est l affaire du Médiator. Comme les multinationales de l eau sont animées par la même logique marchande, nous sommes en droit de craindre que notre santé ne soit pas leur première préoccupation et qu elles n investissent donc pas suffisamment pour fournir une eau saine. Les mutualistes doivent donc être informés sur les pollutions de l eau. Il nous faut développer une vigilance plus active pour éviter des problèmes de santé publique, car l eau est notre bien commun.» n En bref & en chiffres Lons-le-Saunier Des mutualistes de cœur et d action Le 28 octobre dernier, la Mutuelle Familiale Centre Est inaugurait au 35 rue Jean Moulin à Lons-le-Saunier, un nouvel espace mutualiste, lieu d accueil et d échange. Ce fut l occasion pour Francis Balay responsable de secteur de remercier la fidélité de ses adhérents et de mettre à l honneur ces femmes, ces hommes, qui depuis plus de 20 ans œuvrent pour une protection sociale solidaire de haut niveau. Une journée d inauguration placée sous le signe de la prévention avec la participation de l association ADOT (association pour le don d organes et de tissus humains) ; son président Pierre Noir nous rappela l importance du don et les manques à ce jour. Ce sont plus de 90 personnes adhérentes qui ont fait honneur à cette manifestation dont le président des Maires de France, Jacques Pélissard, le vice-président du Conseil général du Jura, André Lamy. L ensemble du personnel présent à cette journée remercie tous les adhérents et participants. n Une retraite méritée Marguerite Coissieux a rejoint les Mutuelles de France en En 2009, avec la mise en place d Entis, elle devient animatrice de proximité jusqu à sa retraite, fin Toute son ancienne équipe était présente le 22 novembre à son pot de départ. n À l honneur également, Lucien Carette, qui a fait valoir ses droits à la retraite en Lucien Carette était président de la Mutuelle Familiale de Haute-Savoie (MFHS) depuis le 23 juin Il a contribué, tout au long de son mandat, à faire évoluer la MFHS et à mettre en avant les valeurs mutualistes. Il a également participé activement à la création d Entis, les mutuelles de l être, et animé de nombreux débats sur les problèmes de santé dans les différents conseils d administration et les entreprises adhérentes du département. n Sans elles... Que ferait-on sans l efficacité du souriant tandem formé par Kahina Nabet et Marion Lavorel? C est en ce sens qu un témoignage bien sympathique fut rendu par le président d Entis, Lucien Carette, aux deux jeunes collaboratrices chargées de l organisation de l assemblée générale d Entis, les mutuelles de l être, qui s est tenue le 17 novembre à Valence. 140 personnes étaient présentes, représentant plus d une soixantaine de mutuelles différentes. Signalons ici que plus de 200 réunions (bureaux, initiatives, évènements, AG, CA...) ont été organisées en un an par le secrétariat d Entis, actions représentant près de constitutions de dossiers. n Bonne Santé mutualiste

7 communauté entis Protégez-vous bien! Vos mutuelles étendent leurs offres. En complément de vos garanties santé ou prévoyance, vous pouvez désormais souscrire auprès d elles vos contrats Automobile, Habitation, Protection Juridique, Route tranquille, Vie tranquille, Commerce et Immeuble. De la protection de votre voiture à celle de votre domicile en passant par l assurance professionnelle, les produits diffusés par la Mutuelle d Assurance Solidaire (MAS) concernent de multiples domaines, qui étaient jusqu à présent désignés par l acronyme I.A.R.D désignant les assurances Incendie, Accidents et Risques Divers. Tous ces contrats ont été étudiés avec soin, pour satisfaire chaque adhérent dans un souci d esprit d ouverture mutualiste avec des garanties complètes à des tarifs attractifs. La gestion de vos sinistres sera assurée en direct par nos équipes, vous évitant ainsi les longs délais de procédures que vous pouvez rencontrer chez de nombreux assureurs. NOS 7 ENGAGEMENTS Vous apporter la force d un groupe au service de vos droits ; Vous offrir des garanties étendues pour répondre à vos demandes ; Être à votre écoute au quotidien grâce à notre service de conseils et d informations juridiques ; Vous permettre de garantir efficacement vos droits et l accès à la justice en prenant en charge les frais et honoraires de procédure ; Mettre à votre disposition des intervenants qualifiés et spécialisés pour défendre vos intérêts ; Vous confirmer notre intervention dans les 48 heures suivant votre déclaration de sinistre et vous garantir une gestion active de votre dossier ; Suivre votre dossier et vous assister jusqu à l aboutissement complet de votre litige. > Pour toute demande, nous contacter : Tél. : Fax : Les «Pères Noël verts» du Secours populaire Le Secours populaire organise l opération des «Pères Noël verts» pour permettre aux plus démunis de passer un agréable moment à l occasion des fêtes de fin d année. Le service Action sociale des Mutuelles de France a décidé, pour la première fois, de lui apporter son aide. Une collecte de jouets, de livres et de jeux vidéo a eu lieu avant Noël dans chacune des agences de la Haute-Savoie. Par ailleurs, des enfants ont remis au Père Noël des jouets qu ils n utilisent plus, afin qu il se charge de les redistri- buer à l occasion de l arbre de Noël organisé pour la famille du personnel de la mutuelle. Grâce à ces dons, des enfants issus de familles défavorisées ont pu profiter de la magie de Noël : une ambiance de réveillon et la découverte de présents au pied du sapin. n Nous en profitons pour vous rappeler notre partenariat avec la Mutuelle des Motards pour vos véhicules motorisés à 2 roues. Vous pouvez découvrir nos offres depuis le 1 er janvier 2012 dans les bureaux mutualistes de l Ain, Ardèche, Drôme, Franche-Comté, Rhône-Alpes, Saône-et-Loire et Haute-Savoie. La proximité de nos bureaux mutualistes vous permettra de faire réaliser sur place des études personnalisées de vos contrats. Ce service de devis est gratuit et sans engagement. N hésitez pas à venir rencontrer nos conseillères mutualistes muni de votre carte grise, de votre bonus et du kilométrage de votre véhicule. n la santé au cœur de son action et toujours plus de proximité Rappel des horaires d ouverture des agences. CROLLES 61, rue Henri Fabre - Espace Belle Étoile Crolles Tél. : Fax. : Ouvert du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 h 30, fermé le mercredi. FONTAINE 13, rue Aristide Briand Fontaine Tél. : Ouvert du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 14 heures à 17 h 30, fermeture à 17 heures vendredi. GRENOBLE 34, avenue Marcelin Berthelot Grenoble cedex 2 Tél. : Ouvert du lundi au vendredi de 8 h 30 à 18 heures, fermeture à 17 heures le vendredi. VOIRON 8, rue des quatre chemins Voiron Tél. : Ouvert le lundi de 12 h 30 à 17 h 30, du mardi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 h 30. La «Communauté Entis» compte à ce jour près d une centaine d adhérents référents qui ont tous répondu au questionnaire de profi l. C est un bon début et nous sommes très heureux de votre participation, nous vous en remercions. Voici quelques éléments de résultat de l enquête de premier contact. Constat préalable : vous pensez majoritairement manquer d information sur nos métiers et la protection sociale en général, sur nos garanties, prestations et services en particulier. Sachez que nous allons, dans ce sens, publier prochainement un numéro Hors Série de Bonne Santé mutualiste qui sera pratique, ludique et accessible, avec un réel contenu informatif et des explications claires sur notre secteur d activité. Nous développons également un lexique (papier et internet) sur lequel vous pourrez vous appuyer. Nous tenons ensuite à vous rappeler que nous ne rémunérons pas d actionnaires : les mutuelles sont des sociétés de personnes qui sont régies par le principe «un Homme / une Voix», nous ne versons donc aucun dividende, tous nos excédents étant réinvestis. La plupart d entre vous connaissent bien les Mutuelles de France, mais vous avez plus de difficultés avec l union de groupe mutualiste Entis. À ce titre, sachez que cette dernière est un regroupement de mutuelles, à laquelle votre mutuelle est adhérente, qui lui permet d avoir plus de poids et donc, qui la rend plus forte face aux contraintes réglementaires notamment. Vous vous estimez par ailleurs globalement satisfaits de votre mutuelle. Nous souhaitons réellement poursuivre notre relation de confiance avec vous et tenterons de vous satisfaire un peu plus chaque jour. C est l ambition de la Communauté Entis, c est pour cela que votre avis nous est essentiel! Vous exprimez le besoin de consulter des praticiens de médecines dites douces. La plupart de nos garanties prennent en charge une partie de vos frais, regardez la partie «Bienêtre» de votre contrat. Vous souhaitez arrêter de fumer et estimez important que votre mutuelle vous accompagne? Vérifiez la partie «Medi Zen» de votre contrat, nos garanties peuvent prendre en compte une partie ou l intégralité de votre traitement. Si vous avez des besoins importants en ce qui concerne l optique et le dentaire, une montée en gamme serait peut-être plus avantageuse pour vous : prenez contact avec nos conseillers mutualistes. Enfin, nous avons fait le choix de ne pas rembourser les vignettes oranges car ces médicaments ont un résultat insuffisant au regard de la médecine et la hausse des cotisations engendrée serait disproportionnée. Voilà, nous vous donnons rendez-vous pour continuer à tisser ce lien social et rejoindre la Communauté Entis en devenant adhérent référent sur Pensez aussi à nous rejoindre sur Facebook 7

8 Région : Auvergne /// Mutuelle Familiale Centre Auvergne Coup de bistouri fatal à l hôpital d Ambert Depuis février 2011, les militants du comité de défense de l Hôpital du bassin d Ambert, les collectifs de défense et de développement des services publics Thiers Ambert et Marsac en Livradois unissent leurs efforts avec l union locale CGT pour contrecarrer les manœuvres de l Agence régionale de santé (ARS) qui veut transformer le service de chirurgie d Ambert en centre de consultation pour le plus grand profi t d établissements clermontois, essentiellement des cliniques privées. Rappelons que le partenariat public-privé est le fer de lance de la loi Bachelot, à l origine des ARS. Le groupement de coopération sanitaire «dans les tuyaux» depuis juin 2008, et qui laissait croire qu il sauverait la chirurgie à Ambert, était en fait une ruse destinée à tromper les élus et les usagers. Face à cette stratégie désastreuse pour la population, plusieurs manifestations ont eu lieu, une pétition a réuni plus de signataires, un livre noir a été remis au directeur de l ARS, diverses interventions ont été faites dans les médias, les élus ont été alertés Avec l Observatoire régional de la santé, qui regroupe comités de défenses, collectifs et associations, et à l initiative de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et des maternités de proximité, des centaines d usagers, personnels de santé, syndicats, partis politiques et élus ont manifesté leur mécontentement le 2 avril 2011 devant le siège de l ARS. Ils y ont dénoncé les menaces de disparition des blocs opératoires des hôpitaux de proximité de Thiers, Ambert, Riom, Issoire, Brioude et Langeac. À Montluçon, c est un partenariat avec une clinique privée qui se dessine. In fine, en Auvergne, comme sur l ensemble du territoire, c est tout notre système de santé qui est démantelé. À Ambert, la situation ne cesse de se dégrader avec la demande de mise à disposition du praticien de chirurgie polyvalente de l hôpital par ceux-là mêmes qui ne cessent de mettre en avant l impossibilité de recruter des chirurgiens sur des territoires comme celui d Ambert. Finalement, il n y a plus d interventions chirurgicales dans cet hôpital. La lecture du quotidien régional La Montagne nous confirme qu après Ambert, c est Thiers qui est dans le collimateur avec un déficit de 2,5 millions d euros. Et comme la seule finalité dans le fonctionnement des structures hospitalières est aujourd hui l équilibre budgétaire, nul besoin d être devin pour imaginer la suite et les combats qui attendent les usagers thiernois. n Les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) représentent 12,87 % des patients hospitalisés dans le public, contre 7,13 % dans les cliniques privées, selon les chiffres de la Direction générale de l offre des soins (DGOS) du ministère de la Santé. La Fédération hospitalière de France observe que les dettes des hôpitaux ont explosé passant de 10 milliards d euros en 2005 à 24 milliards en Selon la Fédération hospitalière de France, près de postes (hors médecins) ont ainsi été supprimés en 2009 dans les hôpitaux publics. En bref & en chiffres MFCA-MIRFT Une taxe qui ne passe pas Prévention MFCA-MIRFT Pourquoi se vacciner contre la grippe? La MFCA et la MIRFT ont procédé, cette année encore, à une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière durant le mois de novembre. Avec leur partenaire, l association ISBA Santé Prévention, des points de vaccination ont été ouverts à Vichy, Moulins, Montluçon et Clermont-Ferrand. Tous les adhérents entre 60 et 64 ans ont été contactés individuellement et invités à prendre rendez-vous pour être vaccinés gratuitement. Prévenir, voilà le maître mot car mieux vaut une petite piqûre qu une grippe violente et ses éventuelles complications. La grippe saisonnière touche chaque année plusieurs millions de personnes en France et cause près de 900 décès. Depuis deux ans, l équipe médicale d ISBA constate vacciner de moins en moins contre la grippe. On leur demande régulièrement si la souche H1N1 est présente dans le vaccin. Ils répondent que c est effectivement le cas depuis L équipe médicale cherche avant tout à rassurer les méfiances. Pour ce faire, ils ont établi l argumentaire qui suit en faveur de cet acte de prévention bénéfique pour la santé publique : Tout le monde peut être touché par la grippe. La vaccination est le meilleur moyen de prévenir cette maladie puisqu il existe très peu de médicaments et qu en cas d infection, seuls des traitements symptomatiques sont proposés. Cela permet également de protéger son entourage. La durée de l immunité conférée est de plus ou moins neuf mois. La grippe est souvent à l origine d une fatigue intense pouvant persister plusieurs semaines, empêchant la pratique des activités quotidiennes. Chez certaines personnes, cette maladie peut entraîner des complications graves. Contrairement aux idées reçues, les vaccins antigrippaux ne peuvent pas provoquer la grippe puisqu ils sont composés de particules virales inactivées. Ils sont d ailleurs généralement bien tolérés. n La MFCA et la MIRFT ont réagi dès l annonce de la mise en place d une nouvelle taxe de 3,5 % sur les cotisations des mutualistes. Non seulement les administrateurs des deux mutuelles se sont élevés contre l injustice de cet impôt 1, mais ils ont aussi dénoncé ses effets sur l accès aux soins. Le 26 septembre, ils ont organisé une conférence de presse pour populariser leur analyse et lancer la pétition de l Unam appelant l ensemble des mutuelles à boycotter la taxe. Depuis ce jour, une large banderole barre la façade de la mutuelle, les signatures recueillies sont très nombreuses et les élus départementaux ont été interpellés. La même démarche a été entreprise auprès des organisations syndicales. Les deux mutuelles restent mobilisées sur cette question, notamment à travers la pétition, en attendant des initiatives de plus grande ampleur ou plus médiatiques n 1 - voir le Bonne santé précédent. Bonne Santé mutualiste

9 Région : Picardie /// Mutuelle Générale de l Oise la Picardie, c est aussi Le Familistère de Guise Région de partage et de solidarité, la Picardie regorge de lieux témoins de ces valeurs. Le Familistère de Guise, préfi gurant une utopie sociale et humaniste, est l un de ses symboles. Situé dans l Aisne, ce monument historique est classé depuis 10 ans. Grande œuvre de Jean-Baptiste André Godin, un patron philanthrope et paternaliste, il s agit d un ensemble de logements collectifs accolé à une usine et pourvu de divers services (crèche, buanderie, piscine et théâtre ). Le souhait de Godin était d améliorer les conditions de logement et de vie des familles, en remplaçant «par des institutions communes, les services que le riche retire de la domesticité». Il imaginait que les habitants du Familistère, aussi appelé Palais social, pourraient accéder, par la coopération, à l ensemble des conditions de confort et de salubrité que la bourgeoisie s offraient. Godin met également en place tout un système de protection sociale en créant des caisses de secours protégeant contre la maladie, Le familistère en chiffres m 2 de surfaces pour l ensemble des trois pavillons du Palais social. 495 appartements étaient aménagés dans l ensemble des cinq pavillons avant personnes habitaient au Familistère en berceaux pouvaient être installés dans la nourricerie du Familistère employés travaillaient dans les usines de la Société du Familistère en les accidents du travail et assurant une retraite aux plus de 60 ans. Après la dissolution de l Association coopérative en 1968, les logements du Palais social ont été mis en vente à prix modéré par l entreprise Godin. En 2002, on recensait dans l ensemble des trois bâtiments d habitation 202 logements, dont un tiers était vacant. On constate que sans coopération entre ses résidents, le Familistère a perdu de son attrait. Cependant, son immense verrière qui surplombe une cour et ses innombrables coursives et escaliers intérieurs impressionnent les visiteurs. Certains architectes s inspirent, encore actuellement, de la modernité de l organisation spatiale de ce vestige du XIX e siècle. n Région : Bretagne /// Mutuelle Familiale de France Toute l équipe de la Mutuelle Familiale de France vous présente ses meilleurs vœux pour la nouvelle année. Forum du Casc de la ville de Lanester Le Forum du Casc (Comité d action sociale et culturelle) de Lanester s est tenu les 30 septembre et 1 er octobre dernier. De gauche à droite : M. Le Saec Patrick, Mme Berthelot Joelle, Mme Jaffro Marie-Noelle, Mme Guegan Chantal. Le Casc est l équivalent d un comité d entreprise dans les entreprises privées. Les activités du Casc sont diverses (arbre de noël, loisirs, voyages, billeterie ). Sept cent personnes étaient invitées à y participer, regroupant les actifs et les retraités. La présidente du Casc, Marie-Noelle Jaffro, accompagnée de Mme Berthelot Joëlle, Mme Guegan Chantal et de M. Le Saec Patrick, ont apporté leur bonne humeur et leur dynamisme. Cela a été un moment convivial, fort en échange. Les agents territoriaux de la ville de Lanester sont très attachés à leur Casc et ce sont des centaines de personnes qui sont passées tout au long des deux journées. Notre mutuelle était invitée comme partenaire, nous avons eu le plaisir de recevoir Madame Le Maire à notre stand ainsi que tous les agents territoriaux. Ces deux jours nous ont permis d être directement à la rencontre des agents territoriaux de Lanester. Nous avons récolté des centaines de signatures concernant notre pétition contre les taxes imposées aux mutuelles. n Ils ont gagné! Les deux heureux gagnants de la tombola organisée par la Mutuelle Familiale de France lors du Forum du Casc de Lanester, sont M. Le Hen Claude et Mme Falquerho Christine. Leurs lots leur ont été remis le 1 er décembre dernier. Madame Calloch Maryvonne avait remporté l Ipad du jeux concours Bonne Santé N 53. De gauche à droite : Mme Calloch Maryvonne, M. Hochet Gilbert, Mme Krynicki Viviane. Mutuelle Familiale Centre Auvergne Une couverture sur mesure pour les retraités de l AFPA Voilà plus de six mois que la MFCA et le syndicat national CGT de l Association nationale pour la formation professionnelle des adultes se sont engagés dans un groupe de travail, afin de créer une couverture complémentaire facultative au sein de l AFPA. La préoccupation de tous a été de mettre en œuvre le principe de solidarité, indispensable dans le contexte de démantèlement de cette association. Les participants du groupe de travail, très à l écoute des demandes et des attentes qui ont été exprimées au sein des différentes instances de cette organisation, comme le comité des régions, ont voulu trouver une réponse face à la précarisation croissante du travail au sein de l AFPA. Ainsi, le contrat qui a été signé en octobre couvre notamment les retraités actuels et à venir, les salariés précaires de l association ou des entreprises extérieures en lien avec l AFPA, ainsi que leur famille. n La MGO en action contre la TCA «Le conseil d administration de la Mutuelle générale de l Oise a décidé d être partie prenante des actions lancées contre la taxe sur les conventions d assurances (TSCA) par l Union nationale alternative mutualiste», explique son directeur, Dominique Mauger. «Nous avons envoyé une pétition contre la TSCA à l ensemble de nos adhérents. Celle-ci a recueilli à ce jour plus de signatures et il en arrive encore de nouvelles. Nous avons également transmis une lettre aux députés et sénateurs, pour leur demander de voter contre cet impôt caché, cette taxe injuste privant certains de mutuelle faute de moyens financiers. Enfin, de nombreux mutualistes et l ensemble du conseil d administration ont répondu à l appel à la manifestation nationale d octobre, où notre banderole a été très remarquée et félicitée.» n Mutuelle Inter Région des Fonctionnaires Territoriaux «Ne laisser personne de côté» Le phénomène de démutualisation a été évoqué le 23 septembre à l AG de la Mutuelle interrégion des fonctionnaires territoriaux à Montluçon. D un côté, la taxation croissante et les transferts de charges du régime obligatoire vers les complémentaires santé alourdissent les cotisations des mutualistes, tandis que de l autre, la montée de la précarité et les plans d austérité du gouvernement rendent l accès à une mutuelle de plus en plus difficile. Comment répondre à cette double problématique? Les intervenants disent tous qu il ne faut laisser personne de côté. Délégués et adhérents ont affirmé la nécessité que les mutualistes s impliquent davantage pour la défense de notre système de protection sociale et dans la vie de leur mutuelle, afin de lui redonner du sens et de l action politique. Les résolutions ont été soumises au vote des délégués ainsi que le renouvellement du tiers sortant des administrateurs. Enfin, Didier Lavediaux a été réélu président de la MIRFT lors du CA, qui a suivi. L AG s est terminée de façon conviviale autour d un buffet fraternel n 9

10 S hydrater : les bons réflexes Vrai ou faux? Voici un petit questionnaire pour tester vos connaissances en matière d hydratation. 1. L eau représente 60 % de la composition du corps d un adulte. 2. Il n est nécessaire de boire que lorsque l on a soif. 3. Pour boire le litre et demi recommandé par jour, on peut s hydrater avec différentes boissons. 4. Boire est le moyen pour notre organisme de s hydrater. 5. Mieux vaut éviter de boire pendant les repas. 6. La sensation de soif se fait moins forte avec l âge. 7. Boire trop «fatigue» les reins. 8. Le thé, le café, les boissons alcoolisées sont diurétiques. Débat d idées «Remplacer le marché du travail par le salaire à vie et le profit par une cotisation économique!» Bernard Friot, professeur émérite à l Université Paris Ouest, est notamment l auteur de L enjeu du salaire aux éditions La Dispute. Il animera une formation sur ce sujet, à l invitation d Entis, à Annecy, au premier trimestre Vrai : Ce pourcentage atteint 75 % pour un nourrisson et passe, après 50 ans, à 50 %. 2. Faux : La soif est un mécanisme d alerte signalé par le corps, lorsqu il a déjà commencé à se déshydrater. Pensez donc à boire régulièrement. 3. Vrai : Si l eau est la seule boisson indispensable à l organisme, d autres boissons, comme les jus de fruits ou le chocolat, aident à compléter nos besoins hydriques. 4. Faux : Notre alimentation nous apporte en moyenne 20 à 30 % de nos besoins quotidiens en eau. 5. Faux : Il s agit d une idée reçue. Boire pendant les repas ne perturbe pas la digestion. Les repas constituent au contraire une bonne occasion de s hydrater. 6. Vrai : Les personnes âgées ont tendance à moins ressentir la soif. Pourtant, leurs besoins en eau restent les mêmes qu avant. Avec l âge, il faut penser à boire régulièrement 7. Faux : L abondance du volume d urine contribue au contraire au bon fonctionnement des reins. 8. Vrai : Ces boissons diurétiques font perdre davantage d eau qu elles n en apportent. C est pourquoi, si vous en buvez, il faut consommer la même quantité d eau pour compenser. n «Le salaire est porteur d une subversion du capitalisme, déjà expérimentée à grande échelle avec succès et bonheur : il s agit de la qualification attachée à la personne - et donc du salaire à vie - et de la cotisation finançant du salaire socialisé. Premièrement, le salaire à vie des retraités et des fonctionnaires est un tremplin pour qualifier toutes les personnes. Dans l emploi, ce sont les postes de travail qu on paye et non les employés qui les occupent : c est la cause du chômage, qui n existerait pas si les personnes étaient elles-mêmes rémunérées, et non pas leur poste. Dès lors, revendiquer le plein-emploi ne permet pas du tout de sortir d une logique qui maintient le chômage. Il vaut mieux exiger la qualification irréversible de chacun et donc le salaire à vie pour tous de 16 ans à la mort. Un salaire de base de euros net pourrait croître jusqu à quadrupler au fil des épreuves de qualification. Ce système de rémunération serait financé par une cotisation salaire prélevée sur le PIB et gérée par la Sécurité Sociale professionnelle. Deuxièmement, nous faisons l expérience qu il n y a pas besoin d accumulation financière pour payer des engagements de long terme. En effet, les pays européens qui, comme la France, financent les pensions sans faire appel à l épargne ont de meilleurs taux de remplacement1. Sur ce modèle, une cotisation économique peut financer l investissement en siphonnant la totalité du profit. Aucun remboursement ou paiement d intérêts ne serait attendu en retour, puisqu il n y aurait plus d accumulation privée de la valeur produite par le travail de tous. Pour conclure, nous devons sortir de l autocensure, qui nous fait penser qu il n est ni possible, ni souhaitable d affecter la moitié du PIB aux salaires et le reste au financement des investissements et au fonctionnement des services publics, sans passer par l emploi et par le profit. Nous pouvons nous débarrasser du chantage à l emploi en remplaçant le marché du travail par le salaire à vie, et du chantage à la dette en remplaçant le profit par une cotisation économique!» n 1 - Rapport entre le montant de la retraite et du dernier salaire perçu. En bref & en chiffres Diabète, les chiffres du fléau 3 à 4 millions de personnes souffrent du diabète en France. Il est cependant très difficile de déterminer un chiffre précis car de nombreux malades s ignorent. Parmi les adultes, on estime que, d ici 2030, ils seront environ 5,2 millions à être diabétiques. Au cours des trente dernières années, le nombre de diabétiques dans le monde a plus que doublé pour atteindre 347 millions de malades en 2008, d après une enquête publiée dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet. Dans 85 à 95 % des cas, il s agit d un diabète de type 2, également appelé diabète non insulinodépendant. Il est plus courant chez les personnes de plus de 45 ans en surpoids. Les régions les plus touchées par cette progression se trouvent en Asie, en Amérique, aux Caraïbes, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Parmi les pays développés, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et l Espagne figurent dans le classement des pays où la prévalence du diabète a le plus augmenté. Ainsi, la prévalence du diabète est de 9,6 % en Chine et de 12,6 % parmi les Américains contre 6,1 % en n Aide à la complémentaire santé Depuis le 1 er janvier 2012, le seuil d accès à l aide à la complémentaire santé a été relevé. Concrètement, les personnes dont les revenus dépassent de 35 % le plafond de la couverture maladie universelle complémentaire pourront en bénéficier. Le seuil en vigueur était précédemment de 26 %. n Prothèses auditives, toujours trop chères «Les freins psychologiques à l appareillage et son coût élevé constituent les principales raisons qui font que ceux qui savent qu ils ont besoin d une prothèse auditive pour entendre n en portent généralement pas», affirme Philippe Metzger, audioprothésiste à Paris. La plupart des malentendants de plus de 40 ans sont atteints de presbyacousie. Il s agit d un vieillissement naturel de l audition qui provoque des difficultés à percevoir les sons aigus et à détacher les sons les uns des autres. C est généralement les personnes de son entourage qui incitent le malentendant à se faire dépister, lorsqu il les fait fréquemment répéter car il ne comprend pas. De son côté, la personne malentendante éprouve des réticences à se résoudre à porter un appareil auditif, parce que c est le signe d un handicap, une marque de l âge et donc l acceptation d une dépendance définitive à une prothèse pour vivre normalement. Le prix d une prothèse auditive constitue également un frein. Il varie entre et euros, sachant que le remboursement de la Sécurité Sociale plafonne à 120 euros depuis plusieurs dizaines d années. Il existe aussi des prothèses moins perfectionnées entre 600 et 700 euros, qui sont tout de même réglées sur-mesure par l audioprothésiste qui les vend. n Bonne Santé mutualiste

11 Nutrition Les graines de la discorde Au printemps 2011, des cas d infections par une bactérie Escherichia coli se sont déclarés entraînant 48 décès en Europe. La consommation de graines germées importées d Égypte - du fénugrec notamment - est à l origine de ces épidémies, selon l Anses 1. Les lots de produits mis en cause ont été détruits. Les graines germées sèment la discorde : alors que certains leur attribuent de nombreuses vertus nutritionnelles, d autres les accusent des pires maux. Qu est-ce qu une graine germée? C est une jeune pousse qui s obtient par humidification d une graine. Il est possible de les cultiver chez soi, c est rapide et ne nécessite aucun matériel plus coûteux qu un germoir ou un bocal, un élastique et du tulle. On peut aussi les acheter déjà germées. Elles connaissent un succès grandissant en raison de leurs qualités nutritionnelles (elles sont notamment riches en magnésium) et de la dimension ludique et pédagogique de la germination. Le plus souvent, elles sont consommées crues, en salades ou saupoudrées sur des plats. Les graines germées font partie des aliments qui peuvent contenir des bactéries pour deux raisons. D une part, elles constituent un bon support pour les microbes car elles contiennent tout ce dont ils ont besoin pour se multiplier. D autre part, leur culture exige le maintien des graines dans un milieu chaud et humide pendant plusieurs jours, ce qui favorise le développement des bactéries. L observation d épidémies associées à leur ingestion a montré que, dans la plupart des cas, c était la graine elle-même qui était contaminée, comme cela était le cas au printemps, indique d ailleurs l OMS. Quelles graines peut-on manger? Les légumineuses (azuki - petit haricot rouge -, haricots -sauf les verts-, fénugrec, alfalfa ou luzerne, lentilles, petits pois, pois chiche, soja, trèfle), les céréales (avoine, blé, épeautre, orge, sarrasin, seigle, quinoa ), les oléagineux (sésame, tournesol), les ombellifères (carotte, céleri, fenouil), les mucilagineux (cresson, lin) et les crucifères (moutarde, radis, navet, chou). Quelles sont les recommandations en France? Si vous les faites pousser chez vous, veillez à les laver avant la germination, et à rincer les pousses avant de les consommer. L Anses recommande d une façon générale de ne pas donner de graines germées crues aux enfants, aux personnes âgées et à ceux qui présentent une déficience du système immunitaire. En revanche, tout le monde peut les manger cuites. n Menaces sur la santé des étudiants Un tiers des étudiants a renoncé à un traitement en Un sur cinq n est même plus couvert par une mutuelle. Ces informations alarmantes sont à relier avec la hausse du coût des études et onze années de baisse du pouvoir d achat des étudiants. L Union nationale des étudiants de France (Unef) et la Fédération des associations générales étudiantes (Fage) ont déclaré qu une «crise sanitaire» menace les étudiants. Les organisations étudiantes (mutuelles, syndicats et associations) ont parlé pour la première fois d une seule voix pour dénoncer la nouvelle taxe sur les complémentaires santé, que les mutuelles seront contraintes de répercuter sur le montant des cotisations. L Unef et la Fage demandent l exonération de la taxe sur les mutuelles, et un plan national pour la santé des étudiants. La mutuelle LMDE, la Smerep et la Caisse nationale d assurance maladie ont signé, début décembre, un accord de financement portant la «remise de gestion» accordée par l État aux mutuelles à 85 millions d euros par an, soit 40 centimes par étudiant protégé. n 72% des étudiants déclarent disposer d une couverture complémentaire. 13% déclarent ne pas avoir de couverture complémentaire 10 % déclarent l ignorer. Sources : Unef, Usem, LMDE 1 - Agence nationale de sécurité sanitaire JOUEZ & GAGNEZ 1 IPAD 16 GIGA - WIFI ELLE A GAGNÉ! madame Zouyed Jacqueline (74) a remporté l ipad en jeu lors du dernier tirage au sort. JEU CONCOURS BONNE SANTÉ 56 Avez-vous bien lu votre magazine? Répondez à ce questionnaire pour le vérifier. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses vous fera peut-être remporter un IPAD 16 giga! Pour participer, retournez le coupon avant le 15 février 2012 inclus à l adresse suivante : Jeu concours Bonne Santé n 56 - entis, les mutuelles de l être 39, rue du Jourdil - Cran-Gevrier BP annecy Cedex 9 Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses. Nom : Prénom : Adresse : CP : Ville : Numéro d adhér ent : 1) annoncée dans le cadre du plan de rigueur par le gouvernement, une hausse de 3,5 % des taxations touche, à nouveau, les complémentaires santé. À combien s élève, aujourd hui, le montant total de ces taxes sur les complémentaires santé? 7,54 % 11,87 % 13,27 % 2) la loi sur la mutualité de 1898 contient : le principe de neutralité le principe de précaution le principe de suppléance 3) De quel modèle d assurance maladie est hérité celui en place en alsacemoselle permettant à la Sécurité Sociale de prendre entièrement en charge les frais d hospitalisation et de rembourser les médicaments à 90 %? le modèle anglais le modèle allemand le modèle japonais 4) Selon l unef, l usem et la lmde, si un tiers des étudiants a renoncé à un traitement en 2010, combien d entre eux déclarent ne plus être couverts par une mutuelle? 1 sur 20 1 sur 10 1 sur 5 5) Dans quel forum sur le thème de l eau, qui se tiendra du 12 au 17 mars prochain à marseille, sont invités à débattre des responsables mutualistes? le Fame le Fme le Cme Erratum : une erreur s était glissée dans le jeu du numéro précédent concernant la question 1. Toutes les réponses à cette question ont donc été considérées comme justes pour la validation des bulletins lors du dépouillement. 11 JEU CONCOURS BONNE SANTÉ 56

12 Ta santé t appartient! Ta sant artient! Ta première consultation médicale sans les parents Tu dois consulter un médecin et tu as envie d y aller seul, sans ton père ou ta mère? Voilà comment s y prendre! Si tu as moins de 18 ans, tu as tout à fait le droit d aller voir un médecin seul, sans en avertir tes parents. Par contre, en cas d examens complémentaires ou de traitement, le médecin aura besoin de leur consentement. Le médecin est tenu au secret médical pour tout mineur de plus de 15 ans : par contre, en dessous de cet âge, il doit révéler l état de santé du patient aux parents. En ce qui concerne les remboursements, tu es rattaché à ton père ou à ta mère en tant qu ayant droit de la Sécurité Sociale jusqu à l âge de 20 ans maximum. Du coup, ce sont eux qui seront remboursés si tu vas voir le médecin et ils seront donc forcément au courant de ta visite Pour éviter cela, il faut payer comptant et ne pas être remboursé du tout! Cependant, dès l âge de 16 ans, tu peux obtenir, si tu en fais la demande, le statut d ayant droit autonome et bénéficier sur ton compte en banque des remboursements des frais médicaux. Quel médecin aller voir et comment préparer la consultation? En cas de problème de santé, la personne qui peut le mieux t aider est généralement ton médecin de famille. Il s agit de celui que tu as probablement déclaré comme médecin traitant si tu as plus de 16 ans et celui que tu vas voir depuis que tu es tout petit, qui te connaît, qui t a vu grandir Et avec qui tu es certainement en confiance. Cependant, tu peux être gêné et avoir envie de voir quelqu un qui ne connaît pas toute ta famille Dans ce cas, tu seras moins bien remboursé. Il est donc préférable que tu te renseignes bien sur le médecin, notamment s il est en secteur 1 (tarif de la Sécurité Sociale) ou 2 (honoraires libres, donc consultation plus chère). Tu obtiendras des informations en l appelant ou bien à l adresse internet fr. Il faut préparer la consultation. Renseigne-toi sur tes antécédents médicaux. Ils sont normalement inscrits sur ton carnet de santé. Apporte-le, le médecin pourra ainsi vérifier en même temps si tes vaccinations sont à jour. Tu peux venir accompagné d une personne de ton choix à la consultation, si cela ne t empêche pas de répondre à certaines questions intimes. Si tu angoisses ou si tu n oses pas te faire examiner, signale-le à ton médecin pour que vous en discutiez, et qu il trouve une solution qui vous convienne à tous les deux. n Le Planning Familial On trouve des centres de planification et d éducation familiale (CPEF) un peu partout en France et ils ne sont pas réservés qu aux filles! Les garçons peuvent y aller par exemple pour le dépistage du sida et des infections sexuellement transmissibles, pour des consultations médicales et des entretiens individuels, pour une écoute face aux violences sexuelles et psychologiques C est vrai que les CPEF sont avant tout très pratiques pour les mineures qui peuvent y consulter seules et sans rien payer. Le secret médical et l anonymat y sont respectés. En plus de prescrire des contraceptifs, le rôle des CPEF est aussi le suivi des grossesses pour les femmes en difficulté, la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse, l information sur la vie affective et la sexualité Le Kiosque à infos à lire 1925 : la belle lutte des sardinières de Douarnenez Le dernier opus de la série de cinq livres a été publié par l Institut CGT d histoire sociale de Bretagne. Il revient, 80 ans après, sur la grève victorieuse des sardinières de Douarnenez dans le Finistère. Les courageuses bretonnes ont dû faire preuve d endurance et d imagination pour tenir les sept semaines de lutte. C est seulement après que des tueurs à gage venus de Paris ratent l attentat qu ils voulaient commettre contre Daniel Le Flanchec, le maire de Douarnenez le 1er janvier 1925, que tous les patrons des conserveries cédèrent aux revendications. Écrit à la gloire de ces femmes, ce livret riche en photos, gravures et coupures de presse de l époque est disponible à la vente au siège de l institut : 4 rue Jean Moulin Lesconil ou auprès de l association «Mémoire ouvrière», Tél. : n n Trois Romans en Questions Trois Romans en Questions est un jeu littéraire autour de trois auteurs et leurs livres. Il se déroulera le 15 juin Les écrivains choisis sont Carole Martinez pour Du domaine des murmures, aux éditions Gallimard, qui a reçu le prix Goncourt des Lycéens 2011, Ahmed Kalouaz pour Une Étoile aux cheveux noirs, aux éditions du Rouergue, et Laurent Cachard pour Le poignet d Alain Larrouquis, aux éditions Raison et Passions. n Concours de nouvelles «des ÊTRES et des LIENS» Le thème de cette troisième édition sera «Au bout du voyage, un horizon de promesses». Il y aura, comme durant la deuxième édition, deux concours, l un pour les lycéens et l autre pour les adultes. Les nouvelles doivent être envoyées avant le 28 février 2012 à LCE 74 / BP237 au 12 rue de la République, Annecy. Les 8 meilleures nouvelles de chaque catégorie seront éditées sous forme d un ouvrage collectif. Cette année, l auteur de Dix ans trois-quarts, Fred Paronuzzi, accompagnera le jury. n Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire coécrit par A. Grimaldi, D. Tabuteau, O. Lyon- Caen, F. Bourdillon et F. Pierru, Odile Jacob, Notre système de santé solidaire est à la croisée des chemins car il doit affronter plusieurs crises : économique, sanitaire, professionnelle Les périls les plus lourds viennent des choix «libéraux» opérés depuis le début des années Alors que le service public hospitalier est remis en cause, le financement des soins courants connaît une privatisation rampante et pour ce qui concerne la médecine de ville, la pratique des dépassements d honoraires se banalise tandis que, sur le territoire, les déserts médicaux se multiplient. «Cette politique qui sape un peu plus chaque jour les principes fondateurs de la Sécurité Sociale n est pas une fatalité. Une autre politique est possible, pour conforter et développer les services publics de la santé.» n Toute l équipe d Entis, les mutuelles de l être, vous présente ses meilleurs vœux de bonheur & de santé LES MUTUELLES DE L'ÊTRE Bonne Santé est la revue trimestrielle d Entis, les mutuelles de l Être - 39, rue du Jourdil - Cran-Gevrier - BP Annecy Cedex 9 Janvier 2012 n 56 Directeur de la publication : Lucien Carette Directeur de la rédaction : Damien Fortun Conseil éditorial : Didier Levallois Direction artistique et maquette : Romain Fourcy Rédaction : Robin Assous S. R. : Jérémy Echard Conception et réalisation : Critères Photographies : Critères, Phovoir, Fotolia.com (dalaprod, Bandika, lightpoet, Julienl, Yuri Arcurs, geronimo, Gilles Paire, Joanna Zielinska, Adam Borkowski, Kelly Young) Imprimé sur papier recyclé. numéro de CPPAP : 0910 M LES MUTUELLES DE L'ÊTRE

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

La mutuelle Santé. proche de vous

La mutuelle Santé. proche de vous La mutuelle Santé proche de vous 2 Une vraie mutuelle, sans actionnaire, qui ne fait pas de profit, aux garanties ajustées bienvenue, vous êtes dans la solidarité version NOTRE MISSION : L ACCèS AUX SOINS

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation

Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation Pour vous jusqu à 120 par jour* Recevez une aide financière indispensable en cas d hospitalisation * pour la souscription de l option 60 et suite à une hospitalisation due à un accident L hospitalisation

Plus en détail

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la

Lettre d information. Demain est souscriptrice de la L association Demain est souscriptrice de la plupart des contrats d assurance santé, prévoyance et retraite assurés par Groupama Gan Vie et distribués par Gan Assurances. Gan Evolution Santé, Gan Alterego

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Dossier de Presse mars 2013

Dossier de Presse mars 2013 Dossier de Presse mars 2013 Mutuelle Entrain Lors du Congrès de l Union des Mutuelles de Cheminots et des Personnels du Groupe (UMCPG) en 2006 à Montpellier, les délégués ont décidé la constitution d une

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie janvier 2004 Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie Cette première fiche a pour objet de montrer l ampleur des questions posées par l assurance maladie et d annoncer les objectifs

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

La solidarité en action

La solidarité en action nos adresses Depuis 1942 nous sommes à votre service. Rendez-vous dans l un de nos Pôles Santé Agence de Berck sur Mer 15, rue de l Impératrice 62600 Berck sur Mer Tél. : 03 21 84 12 74 Ouvert du mardi

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

Pour assurer votre protection, nous sommes plus que complémentaire

Pour assurer votre protection, nous sommes plus que complémentaire Pour assurer votre protection, nous sommes plus que complémentaire Edition 2013 Composition du Groupe AGRICA Le Groupe AGRICA comprend : une Association sommitale Groupe AGRICA, qui définit la politique

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

LES PLUS D AMELLIS. Amellis mutuelles 8-12, rue de la Poyat 39 200 SAINT CLAUDE Tél 03 84 45 11 00 Fax 03 84 45 66 96

LES PLUS D AMELLIS. Amellis mutuelles 8-12, rue de la Poyat 39 200 SAINT CLAUDE Tél 03 84 45 11 00 Fax 03 84 45 66 96 C O M P L M T I R LS PLUS D MLLIS S T & P R V O Y C mellis mutuelles 8-12, rue de la Poyat 39 200 SIT CLUD Tél 03 84 45 11 00 Fax 03 84 45 66 96 Votre interlocuteur : M. SIT-TI Tél : 03 84 45 78 27 Mobile

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

L indépendance, c est l affaire de tous

L indépendance, c est l affaire de tous Entreprises OFFRE DÉPENDANCE COLLECTIVE L indépendance, c est l affaire de tous Humanis vous présente une garantie Dépendance collective s adaptant aux besoins de vos salariés et à la hauteur des ambitions

Plus en détail

Assurer la retraite & protéger la santé

Assurer la retraite & protéger la santé Assurer la retraite & protéger la santé La Carsat aux côtés : des salariés, des entreprises et des retraités La Caisse d assurance retraite et de la santé au travail 4 valeurs : service solidarité avenir

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles

Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron. Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre. 45% NR 34% 37% isolées Familles Fiche Expérience Février 2008 Guide d accès aux soins- Bron Contexte 1. La commune de Bron : 39 000 habitants 2 quartiers ZUS Parilly Terraillon Bron Grand Lyon Nombre 6 000 9 500 39 000 d habitants Plus

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

professionnels Tout savoir pour mieux protéger votre famille

professionnels Tout savoir pour mieux protéger votre famille particuliers professionnels Tout savoir pour mieux protéger votre famille Generali, 2 ème assureur généraliste en France (1) met à votre service son expertise reconnue en matière de protection. Au travers

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Numéro 1 Janvier / Février / Mars / 2011

Numéro 1 Janvier / Février / Mars / 2011 Numéro 1 Janvier / Février / Mars / 2011 Mes Chers Collègues, Durant l année 2010, les effets, hélas encore perceptibles de la crise mondiale, destructeurs d emplois et pourvoyeurs de précarité, nous ont

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Acteur de notre Santé

Acteur de notre Santé Cliniques psychiatriques de France Acteur de notre Santé union nationale des cliniques psychiatriques privées Fédération de l Hospitalisation Privée Cliniques psychiatriques de France Syndicat professionnel

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi

Seul le prononcé fait foi Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Conseil national du numérique Mardi 13 octobre 2015 Monsieur le Président, Benoît

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Lettre d info n 11 page 2

Lettre d info n 11 page 2 FEDERATION DEPARTEMENTALE FAMILLES RURALES CHARENTE MARITIME LETTRE D INFOS De Septembre à Décembre 2011 Editorial: Edition N 11 Chers amis 2011 s est éteinte dans la nuit du 31 décembre, 2012 lui succède

Plus en détail

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis,

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis, Chers Amis, Hopipharm fait escale en 2011 sur la côte atlantique et nos confrères de l Ouest nous font le grand plaisir de nous accueillir dans leur belle ville de Nantes pour ces trois journées intenses

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

1958 2008 50 ans déjà

1958 2008 50 ans déjà 1958 2008 50 ans déjà 1 Jusqu en 1942 le personnel des services municipaux de la ville de Rouen ne bénéficiait d aucun régime d assurances sociales. Ce n est que le 1 er mars 1942 que fut créé un régime

Plus en détail

l'avenir de de décès

l'avenir de de décès Assurer l'avenir de votre famille en cas de décès Mutuelles santé prévoyance AUTONOMIE retraite Pourquoi souscrire un contrat de prévoyance? Le décès, un risque trop fréquemment sous-estimé 1 personne

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014

Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 1/13 Intervention de M. Jean-Luc COMBE, Préfet du Cantal, Inauguration du nouveau bureau de poste, commune de Ydes, le 30 janvier 2014 «Seul le prononcé fait foi» (sous réserve de leur présence effective)

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr

Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi. Bonne nouvelle! Pour toi, un coach en recrutement!* mutuelle mclr mutuelle mclr Bonne nouvelle! Ta mutuelle t aide à trouver ton 1 er emploi Pour toi, un coach en recrutement!* (*) sous réserve du respect des conditions d accès à l offre Édito 40 ans d expérience à l

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon

Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Dossier de presse Février 2015 Naissance d une marque d assurances dédiée aux particuliers : Coverlife lance Cocoon Coverlife, le courtier spécialisé en distribution d assurances pour particulier, crée

Plus en détail

haut comité français pour la défense civile

haut comité français pour la défense civile Lauréats 2010 Les communes Lauréates Les Villes Labellisées Des étoiles sont décernées aux communes dont le travail en terme de protection de la population face aux risques et menaces majeurs va au-delà

Plus en détail

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats

APPEL A PARTENARIATS. Règlement de l appel à partenariats APPEL A PARTENARIATS C.C.A.S. (Centre Communal d Action Sociale) de Bergues Règlement de l appel à partenariats Pouvoir responsable de l appel à partenariats : C.C.A.S. de Bergues, Hôtel de ville - Place

Plus en détail

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Vous accompagner pour bien vivre votre retraite Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Sommaire Pour Audiens, votre groupe de protection sociale,

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire CONCOURS PHOTOS Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Partenaires historiques du secteur de l économie sociale en protection

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

J ai beau être son superpapa, je ne suis pas immortel.

J ai beau être son superpapa, je ne suis pas immortel. RASSURCAP SOLUTIONS J ai beau être son superpapa, je ne suis pas immortel. Assurance décès Capital à partir de 7500 mgen.fr Mutuelle Santé Prévoyance Autonomie Retraite RASSURCAP SOLUTIONS Le pouvoir de

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Artisans,commerçants, professions libérales

Artisans,commerçants, professions libérales Artisans,commerçants, professions libérales Parce que rien ne doit venir perturber durablement votre activité, Aréas est à vos côtés pour Assurer vos biens Nous vous garantissons en cas d incendie, de

Plus en détail