Séminaire Gérontologie sociale et coordination en EHPAD

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séminaire Gérontologie sociale et coordination en EHPAD"

Transcription

1 Séminaire Gérontologie sociale et coordination en EHPAD Attentes et relations entre le département et les EHPAD et USLD 20 mars Véronique COLIN responsable du service OARES, direction PA/PH, CG35

2 Plan de l intervention 1- Rappel : Qu est-ce qu un EHPAD? Une USLD? 2- La tarification 3- La planification : schéma départemental et appels à projet 4- La démarche qualité 2

3 1- Qu est-ce qu un EHPAD? Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Conformément à la loi, tous les établissements accueillant au minimum 25 personnes âgées reconnues dépendantes et dont le GMP est supérieur à 300, doivent passer une convention tripartite avec l Etat et le Département. 137 établissements ont signé une convention en Ille et Vilaine et sont alors classés EHPAD. 3

4 1- Qu est-ce qu un EHPAD? Objectifs de la réforme : Allouer aux établissements des moyens en fonction de l'état de dépendance des personnes accueillies et non en fonction de la nature juridique des lits. Harmoniser progressivement les tarifs afin de réduire les inégalités entre les personnes par rapport au coût payé pour leur hébergement. 4 Moderniser la gestion financière et budgétaire. Lier développement de la qualité et management.

5 1- Qu est-ce qu une USLD? Unités de Soins de Longue Durée Lois de financement de la sécurité sociale pour 2006 et 2007 : redimensionnement des USLD : Arrêté du 12 mai 2006 : «Les USLD redéfinies accueillent et prennent en charge des personnes présentant une pathologie organique chronique ou une poly pathologie, soit active au long court, soit susceptible d épisodes répétés de décompensation, et pouvant entraîner ou aggraver une perte d autonomie. Ces situations cliniques requièrent un suivi médical rapproché, des actes médicaux itératifs, une permanence médicale, une présence infirmière continue et l accès à un plateau technique minimum». 5

6 1- Les Unités de soins de Longue durée (USLD) Des pré-requis sont nécessaires pour ces USLD redéfinies : - répartition harmonieuse sur le territoire départemental; - unités clairement identifiables en terme architectural; - présence médicale : sur place ou astreinte; - infirmière 24h/24; - présence d un plateau technique; - taille minimum de 30 lits par unité. 6

7 1- Les Unités de soins de Longue durée (USLD) Au niveau national, 70 % des lits d USLD ont ainsi basculé dans le champ médico-social et 30 % maintenus dans les USLD redéfinies. En Bretagne, sur les 5366 lits d USLD installés, environ 1540 ont été maintenus. En I et V, sur les 1528 places d USLD installées, 505 ont été maintenues : 8 établissements sanitaires sur 13 ont conservé une USLD. Ce sont les hôpitaux locaux ou assimilés qui voient leur USLD disparaître (1 seul HL conserve une USLD de 30 lits) 7

8 2- La tarification : Le financement du budget Une ventilation entre 3 sections tarifaires : hébergement dépendance soins à la charge de l'usager ou de l'aide sociale à hébergement à la charge de l'usager (ticket modérateur) et de l APA (Conseil général) à la charge de l'assurance maladie 8 Le président du conseil général fixe : le tarif «hébergement» les tarifs «dépendance» L ARS fixe les tarifs soins paiement en dotation globale

9 2- La tarification : Les règles d imputation et de répartition applicables aux charges de personnels 9 Hébergement Dépendance Soins Direction, administration 100 % Restauration, services généraux 100 % Animation service social 100 % ASH, agent de service affecté aux fonctions blanchissage, nettoyage et service des repas 70 % 30 % Aide soignante - AMP 30 % 70 % Psychologue 100 % Infirmière 100 % Auxiliaires médicaux (kiné, ergo...). 100 % Pharmacien, préparateur en pharmacie 100 % Médecin 100 %

10 Les dépenses Exploitation courante en moyenne 24 % Les recettes Les soins payés par l assurance maladie en moyenne 25 % 10 Le personnel en moyenne 66% La structure en moyenne 11% L APA payée par le Conseil Général environ 9% Prix de journée payés par les résidents et l aide sociale (Conseil général) environ 63 % Les recettes accessoires (3%)

11 La grille AGGIR Les tarifs sont modulés en fonction de l état de dépendance des personnes accueillies L aide à apporter aux résidents est fonction de leur capacité à exercer les actes courants de la vie Pour cela, l autonomie de chaque résident est évaluée à partir d une grille nationale qui s appelle : A.G.G.I.R. (autonomie, gérontologie, groupes iso-ressources) Cette grille classe les résidents dans 6 groupes du GIR 6 pour les plus autonomes au GIR 1 pour les plus dépendants 111

12 La valorisation en points du classement en niveaux de dépendance COTATION GIR VALORISATION EN POINTS GIR GIR GIR GIR GIR GIR GIR

13 Définition : Le GIR moyen pondéré une valeur correspondant à la dépendance moyenne des personnes accueillies dans l'établissement Calcul : total des points dans les différents groupes nombre de personnes hébergées Etabli annuellement et obligatoirement entre le 1er janvier et le 30 septembre. 13

14 Indicateurs BP 2013 Evolution du GMP moyen entre 2003 et 2013 GMP points : + 18 % ,04 643,56 587,62 593,93 612,35 655,60 680,21 681,21 689, ,49 625, , points : + 20 % 237,97 237,66 248,52 259,74 265,02 274,40 285,82 280,42 278,56 285, Années 14 EHPAD habilités à l'aide sociale EHPA (Etablissements en APA à domicile)

15 Mode de calcul des différents tarifs : Dépendance Regroupement des tarifs 2 par 2 ajout de 120 points au titre de la prévention La valorisation des points GIR par personne 15 GIR 1 et 2 = ( )/2+120 = GIR 3 et 4 = ( )/2+120 = 660 GIR 5 et 6 = (250+70)/ = 280 exemple : 20 personnes GIR 1 et 2 = personnes GIR 3 et 4 = personnes GIR 5 et 6 = soit au total points

16 Mode de calcul des différents tarifs (suite) Les 3 tarifs dépendance : montant des charges à répartir : exemple : euros Points GIR GIR 1et % GIR 3 et % GIR 5 et % GIR 5 ET 6 8% % GIR 1 ET % TOTAL % GIR 3 ET 4 16

17 Mode de calcul des différents tarifs (suite) Détermination des 3 tarifs dépendance Dépenses Activité Tarifs GIR 1 et GIR 3 et GIR 5 et TOTAL

18 Indicateurs BP 2013 Evolution des coûts moyens des E.H.P.A.D. habilités à l'aide sociale entre 2003 et 2013 Coûts moyens % + 32 % % + 77 % + 96 % Années 18 Coût moyen global Coût moyen hébergement Coût moyen dépendance Coût moyen A.P.A. Coût moyen soins

19 Indicateurs BP 2013 Evolution des tarifs moyens dans les établissements entre 2003 et 2013 Tarif en + 1,87 % + 2,33 % + 2,47 % + 3,59 % + 1,94 % ,99 % 56,54 57, ,16 55,50 51,29 53, ,83 % + 4,97 % + 3,49 % + 4,07 % 49,32 45,79 47, , ,00 40,06 40,09 36,90 38, ,64 36,11 37,28 33,99 32, ,42 31, , % + 9, % Années 19 EHPAD habilités à l'aide sociale EHPA (Etablissements en APA à domicile)

20 Indicateurs BP 2013 Coût de revient journalier moyen 2013 dans les E.H.P.A.D. habilités à l'aide sociale 106,00 20

21 Indicateurs BP 2013 Evolution de la dotation globale APA versée par le Département d'ille-et-vilaine aux établissements entre 2002 et 2013 Montant en M , % 19, % 20, % 22, % 24, % 26, % 29, % + 7 % + 5 % 32,76 34,98 36, % 39, % + 23,04 M % 41, Années résidents en GIR 1 à 4 dans les établissements financés par dotation globale APA dont bénéficiaires de l'apa ayant leur domicile de secours en Ille-et-Vilaine

22 Les grandes orientations de la campagne budgétaire 2014 Les ratios cible Dans le cadre du renouvellement des conventions tripartites, le Département a fixé un ratio d encadrement en personnel de référence pour les établissements accueillant des personnes âgées dépendantes. Les ratios de référence retenus sont les suivants : Ratio global de 0,55 par place ; dont ratio AS/AMP de 0,21 par place. 22

23 Les grandes orientations de la campagne budgétaire 2014 Les ratios cible En 2013 : Le ratio moyen global est de 0,625 ; Le ratio moyen AS/AMP est de 0, établissements ont un ratio global supérieur au ratio-cible (83% des EHPAD habilités contre 75 % en 2012). 21 établissements ont un ratio global inférieur au ratio-cible (17% des EHPAD habilités) Etablissements prioritaires pour le renforcement des moyens 23 Pour rappel : en 2010, 45 établissements avaient un ratio global inférieur au ratio-cible.

24 Les grandes orientations de la campagne budgétaire 2014 Le tarif maximum Partant du constat d une évolution des tarifs à l usager sans précédent depuis 2003 ( %), le département d Ille-et-Vilaine a fait le choix, depuis 2009, d une politique volontariste en fixant un tarif à l usager maximum dans les établissements habilités à l aide sociale, lequel tarif évolue chaque année. Pour 2014, les tarifs maximums sont les suivants : 61 pour l hébergement permanent ; 63 pour les unités Alzheimer et l hébergement temporaire. 24

25 3- La planification : Les textes qui organisent la planification médico-sociale : La loi du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale : Elle comporte quatre objectifs principaux : 1- Développer les droits des usagers 2- Diversifier la palette des établissements, services et interventions 3- Améliorer les techniques de pilotage du secteur 4- Instaurer une meilleure coordination entre les divers protagonistes. 25

26 3- La planification : Les textes qui organisent la planification médico-sociale 26 Le schéma a pour objet : d apprécier la nature, le niveau et l évolution des besoins sociaux et médico-sociaux de la population ; de dresser le bilan quantitatif et qualitatif de l offre sociale et médico-sociale existante ; de déterminer les perspectives et les objectifs de développement ; de préciser le cadre de la coopération et de la coordination entre les établissements et services ; de définir les critères d évaluation des actions mises en œuvre.

27 L articulation entre le schéma régional et le schéma départemental La loi HPST précise que, pour les établissements et services pour personnes âgées et adultes handicapés ainsi que pour les structures expérimentales, le SRO-MS est établi au regard des schémas départementaux d organisation sociale et médico-sociale arrêtés par les conseils généraux de la Région. 27

28 Les schémas en cours de mise en œuvre en Ille et Vilaine : La collectivité départementale a retenu 2 grandes orientations pour sa politique en faveur des personnes âgées et en situation de handicap : Donner priorité au maintien à domicile des personnes âgées et en situation de handicap en développant une offre d accompagnement adaptée ; Permettre un accompagnement de qualité des personnes accueillies en établissement et service. 28

29 Les schémas en cours de mise en œuvre en Ille et Vilaine : Ces 2 orientations trouvent leur traduction dans 3 schémas départementaux distincts : Le Schéma Handicap 35 adopté en décembre 2005 mise en œuvre jusqu en 2014 Le Schéma gérontologique élaboré en 2001, actualisé en 2005 mise en œuvre jusqu en 2014 Le Schéma des Services de Maintien à Domicile adopté en décembre 2010 mise en œuvre jusqu'en

30 Les priorités du schéma gérontologique : 30 Créer places nouvelles d hébergement et d accueil ; Diversifier les modes d accueil (développement de l accueil de jour et de l hébergement temporaire) ; Adapter l hébergement à l accompagnement des personnes dépendantes psychiques (Alzheimer et syndromes apparentés) ; Développer la qualité dans les structures d hébergement ; Maintenir une offre d hébergement et d accueil financièrement accessible.

31 Schéma gérontologique : bilan au 31/12/2012 : places installées dont + de places pour les personnes malades d Alzheimer ou de syndromes apparentés. La qualité : mise en œuvre d outils comme le référentiel qualité, Gaelig35 (avec réalisation d une V2 bientôt en service), Aqualie35 (avec réalisation d une V2 bientôt en service), définition d un ratio d encadrement cible. L accessibilité de l offre : politique volontariste d aide à l investissement habilitation large des établissements : près de 94% des places définition de tarifs à l usager maximum (mise en place ). 31

32 Le schéma en cours d élaboration L élaboration d un schéma unique malgré certaines incertitudes liées : au contexte financier des collectivités départementales ; au projet d acte III de décentralisation ; La collectivité a souhaité engager dès à présent les travaux d élaboration d un nouveau schéma départemental. 32

33 Le schéma en cours d élaboration La collectivité départementale a décidé l élaboration d un schéma départemental unique pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap (session de septembre 2012). Un schéma unique permet : d améliorer les parcours de vie ; d aborder des thématiques transversales et communes aux deux populations. Tout en s attachant à respecter les spécificités propres à chaque population. 33

34 Le schéma en cours d élaboration La démarche se décompose en 2 phases : un diagnostic sur la période sur l année 2013 ; des échanges avec les partenaires de terrain (au travers de groupes de travail thématiques) afin d élaborer des propositions d orientations de janvier à juin 2014 Arbitrage par l exécutif départemental. Fin 2014: Présentation du document à l assemblée départementale pour adoption. 34

35 1 ière phase : Le diagnostic 35 Il s appuie sur : Des données démographiques; Des données d aides sociales : APA, PCH à domicile et en établissement; L offre existante, le taux d équipement; La population accueillie en établissement et en attente de place (liste d attente); Des enquêtes menées auprès des CLIC, représentants d usagers, établissements. Avec quand cela est connu : Des comparaisons avec la France métropolitaine, la Bretagne; Des données infra-départementales afin de définir des territoires prioritaires;

36 Ex : Données départementales : La pyramide des âges en Ille-et-Vilaine l évolution de la pyramide des âges entre 1999 et 2012 en Ille-et-Vilaine traduit le vieillissement de la population Ensemble : + 15,9% 95 ans et plus 90 à 94 ans 85 à 89 ans 80 à 84 ans 75 à 79 ans 70 à 74 ans 65 à 69 ans 60 à 64 ans 55 à 59 ans 50 à 54 ans 45 à 49 ans 40 à 44 ans 35 à 39 ans 30 à 34 ans 25 à 29 ans 20 à 24 ans 15 à 19 ans 10 à 14 ans 5 à 9 ans 0 à 4 ans 75ans et + : + 53% ans : + 0,8% ans : + 56,6% ans : + 12,5% ans : - 0,4% Moins de 15 ans : + 17,5% Femmes 1999 Femmes 2012 Hommes 1999 Hommes Source : Insee / RP 2009 Estimations de population Données actualisées au 15 janvier 2013

37 L offre d accueil pour personnes âgées Au 30 septembre 2013, l Ille-et-Vilaine dispose de places pour personnes âgées tous dispositifs confondus (hébergement permanent, temporaire, accueil de jour) Détail Détail de de l offre l offre au au septembre septembre : : places places d EHPAD d EHPAD (10512 (10512 HP, HP, HT, HT, AJ,10 AJ,10 AN) AN) places places d USLD d USLD places places d EHPA d EHPA (1145 (1145 HP, HP, HT, HT, 3 3 AJ) AJ) places places d hébergement d hébergement temporaire temporaire autonome autonome places places d accueil d accueil de de jour jour autonome autonome Ci-contre, évolution de l offre totale de places pour personnes âgées en Ille-et- Vilaine depuis

38 Ex : Données infra-départementales Les personnes de 75 ans et plus Au 1 er janvier

39 Ex : Hébergement permanent pour personnes âgées Taux d équipement pour 1000 personnes de 80 ans et plus 39 Ille-et-Vilaine 263 Roche aux Fées 343 Marches de Bretagne 336 Vitré 321 St-Aubin d'aubigné 302 Alli'âges 302 Saint-Malo Brocéliande Fougères 269 Dol-de-Bretagne 255 Dinard 246 Vallons-de-Vilaine 242 Bretagne Romantique 237 Redon 236 Couronne Rennes Nord-Ouest 231 Rennes 212 Entre-Terre-et-Mer 174 Sources : Population - INSEE Estimations 2010 / Offre - Conseil général d Ille-et-Vilaine Service OARES

40 Les Personnes âgées en établissement Profil des personnes accueillies dans les EHPAD d Ille-et-Vilaine en 2011 Hommes 27% Age Age moyen moyen :: ans ans Femmes 73% 40 Canton Origine des résidents Communes Département Hors département 36% 19% 36% 9% Proximité : plus d un résident sur deux habitait la commune ou le canton de l établissement Source : Conseil général d Ille-et-Vilaine Service OARES / Bilans statistiques annuels des comptes administratifs

41 Personnes âgées en établissement Profil des personnes accueillies dans les EHPAD d Ille-et-Vilaine en 2011 Durée Durée moyenne moyenne de de séjour séjour 4 ans ans Domicile Hôpital Provenance des résidents Autre établissement 44% 42% 14% Décès Raisons de sortie Autre établissement Retour au domicile ou dans la famille 72% 12% 15% 41 Source : Conseil général d Ille-et-Vilaine Service OARES / Bilans statistiques annuels des comptes administratifs

42 Seconde phase : les propositions Des groupes de travail ont été mis en place dès la finalisation du diagnostic pour chacune des 10 thématiques retenues. 42 Ils se composent notamment de : Agents du Département Représentants de la MDPH Représentants de l ARS Représentants des usagers Représentants d associations gestionnaires Représentants des établissements et des services Représentants du secteur sanitaire Acteurs du droit commun : transport, logement L objectif étant de proposer un plan d actions à l Assemblée départementale pour les cinq années à venir

43 Les appels à projet Loi HPST Sur les autorisations La loi HPST instaure une procédure d appel à projet. Cette nouvelle procédure concerne l ensemble des établissements et services, quelle que soit l autorité compétente pour délivrer l autorisation. Une partie des appels à projet doit être réservée à la présentation de projets innovants ou expérimentaux. Un décret précise les règles de publicité, les modalités de l appel à projet, le contenu du cahier des charges, ainsi que les modalités d examen et de sélection des projets présentés 43

44 Les appels à projet Loi HPST Les étapes de la procédure d appel à projet a) Etablissement d un calendrier prévisionnel (conjoint le cas échéant) b) Elaboration du cahier des charges (conjoint le cas échéant) c) Lancement de l avis d appel à projet et publication la plus large possible avec définition des critères de sélection d) Réception des dossiers de candidature (dans un délai de 60 à 90 jours) e) Instruction des projets reçus par des instructeurs f) Sélection des projets par la commission avec proposition de classement des différents projets g) Décision d autorisation (conjointe le cas échéant) h) Information des candidats 44

45 4- La démarche qualité, elle s inscrit : dans le cadre des schémas départementaux et du projet stratégique départemental; dans le cadre des orientations et recommandations de la législation et de la réglementation : loi du 2 janvier 2002; dans une logique d amélioration de la qualité rendue possible avec les conventions tripartites et contrats pluriannuels d objectifs et de moyens (CPOM). 45

46 4- La démarche qualité, c est : Une démarche partenariale avant tout : qui rassemble tous les partenaires des secteurs de la gérontologie : fédérations d établissements, associations de professionnels (directeurs, psychologues, médecins coordonnateurs, animateurs ), représentants d usagers, institutions diverses Avec une prise en compte de l ensemble des réseaux existants. 46

47 4- La démarche qualité ses objectifs : - Mener des réflexions sur des thématiques choisies avec les partenaires visant l amélioration de la qualité; - Construire ensemble des outils départementaux de référence qui serviront aux établissements dans le cadre de leur démarche d amélioration continue de la qualité; - Favoriser un partenariat avec les structures et autres acteurs locaux avec l idée d un enrichissement mutuel nourri des réflexions et groupes de travail; 47

48 4- La démarche qualité Avec l idée : 48 de devancer les réflexions au niveau national pour proposer des outils dans le département coconstruits et non des outils imposés; de recueillir la parole et l avis des professionnels de terrain pour mieux appréhender les situations locales; des outils d amélioration de la qualité ne peuvent être élaborés qu avec des professionnels de terrain ; une démarche participative produit plus de sens et de résultat qu une démarche strictement descendante.

49 4- La démarche qualité Comment? Existence d un Comité de Pilotage de la Démarche Qualité présidé par l élu en charge de la Solidarité. Chaque partenaire (fédération, associations diverses, institutions) est représenté au COPIL par son Président ou Responsable. Rôle du COPIL : fixer régulièrement de nouveaux axes de réflexions déléguer la mise en place des travaux à des groupes de spécifiques valider et officialiser les travaux réalisés 49

50 4- La démarche qualité : les outils créés en partenariat avec les acteurs locaux Référentiel qualité 2000 revu 2009 Réflexion sur prise en charge Alzheimer Les logements foyers Gaelig 35 : dispositif inscriptions et admissions créé en 2005 et revu en

51 4- La démarche qualité : les outils créés en partenariat avec les acteurs locaux Aqualie35 : indicateurs qualité créé en 2005 et revu en 2013 Guide d aide à l élaboration du Contrat de séjour en 2010 Dossier unique d inscription 2010 abandonné en 2012 (=dossier national) Référentiel sur la construction des ESMS PA/PH élaboré en 2010 Dispositif maltraitance mis en place en 2007 Autres : Réflexion sur les Accueils de Jour existence de maquettes BP-CA, outil CPOM, bilan d activités 51

52 52 FIN

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012

Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées. Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le Schéma Départemental en faveur des Personnes Agées Réunion de lancement de la démarche d Actualisation 29 mars 2012 Le schéma: outil de planification Document opposable, adopté pour 5 ans par le Conseil

Plus en détail

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer M e r c r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 1 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président du conseil

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 19 DECEMBRE 2014 BP 2015 COMMISSION DES SOLIDARITES Direction Générale Adjointe des Solidarités Direction du Handicap et de la Vieillesse RAPPORT

Plus en détail

SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014

SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014 QUESTIONS-REPONSES SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014 CE QU IL FAUT SAVOIR En 2014, 50 nouvelles Maisons pour l

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 Décembre 2015 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé propose aux acteurs de l acccompagnement des structures une série

Plus en détail

La démarche de contractualisation (CPOM) sur le secteur du handicap

La démarche de contractualisation (CPOM) sur le secteur du handicap La démarche de contractualisation (CPOM) sur le secteur du handicap A.R.S. Auvergne Ce document est largement inspiré d un document de référence élaboré par l ARS Pays de Loire Le cadre juridique inachevé

Plus en détail

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2014

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2014 L accueil des personnes âgées en établissement janvier 2014 1 1. Démographie D : quelques données clés Un nombre croissant de personnes âgées : INSEE, RP 2008 et projections OMPHALE (2011, 2016, 2021)

Plus en détail

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux Cahier des charges relatif à la création de structures expérimentales spécialisées dans

Plus en détail

SCHEMA GERONTOLOGIQUE: BILAN ET PERSPECTIVES

SCHEMA GERONTOLOGIQUE: BILAN ET PERSPECTIVES SCHEMA GERONTOLOGIQUE: BILAN ET PERSPECTIVES 1 Schéma gérontologique de l Hérault 2013-2015 Eléments de contexte Ce schéma est calé sur la durée du schéma des personnes handicapées qui vient à échéance

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL

AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL Mardi 28 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL Le Conseil général du Rhône s est réuni ce jour en séance publique à l Hôtel du Département. SOCIAL PDI (PROGRAMME DÉPARTEMENTAL

Plus en détail

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015

Le Label MARPA 2015. ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 La MARPA Un Label ANNEXE note ASS 2.3.1 CCMSA CASS du 14 avril 2015 Le Label MARPA 2015 Le Label MARPA est attribué par la Caisse Centrale de Mutualité Sociale Agricole aux projets qui concrétisent les

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017

PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017 PROJET D ETABLISSEMENT 2013 2017 EHPAD«Le Soleil d Automne» Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Avenue Blanche Peyron Domaine d Escoutet 47400 TONNEINS SYNTHESE 1. La présentation

Plus en détail

A u 1er janvier 2012, en France métropolitaine, on compte près de 712 000 places d accueil

A u 1er janvier 2012, en France métropolitaine, on compte près de 712 000 places d accueil PERSONNES ÂGÉES CAPACITÉS D ACCUEIL ET SERVICES POUR PERSONNES ÂGÉES Contexte A u 1er janvier 2012, en France métropolitaine, on compte près de 712 000 places d accueil dans les établissements d hébergement

Plus en détail

La réforme tarifaire des EHPAD

La réforme tarifaire des EHPAD DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous-direction des affaires financières et de la modernisation La réforme tarifaire des EHPAD Groupe Contact du 5 avril 2016 Sommaire 1. Rappel succinct des dispositions

Plus en détail

Accueil des seniors en établissement : Belgique France, quelles différences?

Accueil des seniors en établissement : Belgique France, quelles différences? EHPAD «Les Charmilles» 225 rue Jean Jaurès 59880 SAINT-SAULVE Tél. : 03.27.28.77.18 Fax : 03.27.35.90.16 Accueil des seniors en établissement : Belgique France, quelles différences? Le fonctionnement d

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) QU EST-CE QU UN PASA?

QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) QU EST-CE QU UN PASA? QUESTIONS-REPONSES POLES D ACTIVITES ET DE SOINS ADAPTES (PASA) ET UNITES D HEBERGEMENT RENFORCE (UHR) 1 Quelle population est accueillie en PASA? QU EST-CE QU UN PASA? Chaque jour, le PASA accueille un

Plus en détail

Le plan autisme 2013-2017 prévoit la création d Unités d Enseignements (UE) en classes maternelles pour des enfants avec autisme ou autres TED.

Le plan autisme 2013-2017 prévoit la création d Unités d Enseignements (UE) en classes maternelles pour des enfants avec autisme ou autres TED. Cahier des charges relatif à la création par extension de 7 places de SESSAD ou d IME (semi-internat) à destination de jeunes enfants de 3 à 6 ans avec autisme et autres TED et accompagnés au sein d une

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

Module 8 MDPH et CDAPH : rôles et fonctionnement

Module 8 MDPH et CDAPH : rôles et fonctionnement Module 8 MDPH et CDAPH : rôles et fonctionnement MDPH et CDAPH : rôles et fonctionnement Introduction : un service public du handicap Missions générales de la MDPH Statut, organisation et fonctionnement

Plus en détail

LAB. Le numérique et la coordination des soins à domicile

LAB. Le numérique et la coordination des soins à domicile LAB Le numérique et la coordination des soins à domicile Bernard BRICHON Directeur Projets innovation - Groupe ACPPA Véronique CHIRIE Directrice du TASDA Nathalie MOURET Directrice régionale de Bluelinea

Plus en détail

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011

Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil L offre en établissements d hébergement pour personnes âgées en 2011 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Sabrina VOLANT (DREES) Etudes

Plus en détail

COMPETENCES DE L ÉTAT ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EHPAD

COMPETENCES DE L ÉTAT ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EHPAD COMPETENCES DE L ÉTAT ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EHPAD I - RAPPELS HISTORIQUES Didier JOLIVET. Diplôme Universitaire Médecin Coordonnateur Année 2008-2009 La dénomination «État» regroupe le ministère

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PREMIERS RÉSULTATS DE L ENQUÊTE

DOSSIER DE PRESSE PREMIERS RÉSULTATS DE L ENQUÊTE PREMIERS RÉSULTATS DE L ENQUÊTE DE COÛTS EN ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES AGÉES DÉPENDANTES - DONNÉES 2012-2 avril 2014 Communiqué de presse : Une enquête pour mieux cerner le coût d une

Plus en détail

Les EHPAD : Grands principes de la tarification

Les EHPAD : Grands principes de la tarification Les EHPAD : Grands principes de la tarification La médicalisation : un peu d histoire Une politique publique symbolisée par la création de la création d une prestation individuelle universelle : l APA

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE. Sous-direction des affaires financières et de la modernisation

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE. Sous-direction des affaires financières et de la modernisation DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous-direction des affaires financières et de la modernisation Modalités d élaboration des dispositions réglementaires, budgétaires et comptables, en application

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Rapport d orientation budgétaire 2015 relatif aux établissements et services d aide par le travail (ESAT) financés par l Etat.

Rapport d orientation budgétaire 2015 relatif aux établissements et services d aide par le travail (ESAT) financés par l Etat. Service émetteur : Direction des coopérations territoriales et de la performance Direction adjointe financement et performance du système de santé Pôle allocation de ressources médico-sociales Affaire

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

Maison départementale de l autonomie de l Hérault - MDA

Maison départementale de l autonomie de l Hérault - MDA Département de l Hérault > Maison départementale de l autonomie de l Hérault - MDA Pôle des solidarités Direction adjointe Autonomie et compensation Présentation du projet Sommaire 1. L organisation du

Plus en détail

Actualités s en EHPAD Quoi de neuf en 2011? Catherine Taillefer Groupe SYNPREFH EHPAD

Actualités s en EHPAD Quoi de neuf en 2011? Catherine Taillefer Groupe SYNPREFH EHPAD Actualités s en EHPAD Quoi de neuf en 2011? Catherine Taillefer Groupe SYNPREFH EHPAD Campagne budgétaire et tarifaire 2011 LFSS 2011 et circulaire interministérielle du 29/4/2011: «des efforts demandés

Plus en détail

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012

L accueil des personnes âgées en établissement. janvier 2012 L accueil des personnes âgées en établissement janvier 2012 1 1. Démographie D : quelques données clés Un nombre croissant de personnes âgées : Haut-Rhin 2008 2011 2016 2021 Nombre 85 ans et + 13 253 16

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45

DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE. -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007 Tél :04 74 32 58 45 REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- DEPARTEMENT DE L AIN -------- DIRECTION DE LA PREVENTION ET DE L ACTION SOCIALE -------- Service Logement CONSEIL GENERAL -------- Jacques Chapeau Réunion de décembre 2007

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA 16 décembre 2014 Ordre du jour Introduction Gilles Echardour, Délégué territorial de Paris Les actions PAERPA 1. Conventionnements

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Dr V Langlois-Gey, MDPH 87 Dr L. Moreau, Conseil Général 87 11 ème journée ALOIS «Alzheimer et

Plus en détail

1- Mise en œuvre des mesures relatives à la tarification des établissements accueillant des personnes âgées dépendantes

1- Mise en œuvre des mesures relatives à la tarification des établissements accueillant des personnes âgées dépendantes Réf : polebudgétaire@cnsa.fr Notice technique : mise en œuvre des nouvelles règles tarifaires prévues par la circulaire DGAS/DHOS/DSS/CNSA n 447 du 17 octobre 2006. Répartition des enveloppes de médicalisation.

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL Synthèse Fort de l histoire et des valeurs de l association gestionnaire du Centre Médico-social Basile Moreau, le projet d établissement affirme les principes

Plus en détail

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes)

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Les tarifs en EHPAD (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Le prix journalier en EHPAD est composé du tarif Hébergement, du tarif Dépendance et du forfait Soins. Le tarif Hébergement

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de lutte contre la maladie

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de lutte contre la maladie V e n d r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 2 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de lutte contre la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président

Plus en détail

L Evolution des métiers au service de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) Eléments quantitatifs & MISSIONS

L Evolution des métiers au service de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) Eléments quantitatifs & MISSIONS Cartographie des métiers en région Franche Comté 1 er AVRIL 2014 L Evolution des métiers au service de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) ORGANISATION Eléments quantitatifs & MISSIONS Evolution : la

Plus en détail

SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Direction générale de l action sociale Sous-direction des âges de la vie SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Note d information

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONSEIL EXTRAORDINAIRE DE LA CNSA DU 15 OCTOBRE 2013

DOSSIER DE PRESSE CONSEIL EXTRAORDINAIRE DE LA CNSA DU 15 OCTOBRE 2013 CONSEIL EXTRAORDINAIRE DE LA CNSA DU 15 OCTOBRE 2013 16 octobre 2013 Paulette Guinchard élue présidente du Conseil de la CNSA Biographies des trois personnalités nommées au Conseil de la CNSA. Tarification

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

LOI ASV : QUELS CHANGEMENTS POUR LES EHPAD?

LOI ASV : QUELS CHANGEMENTS POUR LES EHPAD? LOI ASV : QUELS CHANGEMENTS POUR LES EHPAD? LOI ASVP : QUELS CHANGEMENTS POUR LES EHPAD? Après avoir été écarté du projet de loi, le volet relatif aux EHPAD est revenu dans le débat par le biais d amendement.

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Les outils SI au service du parcours de santé

Les outils SI au service du parcours de santé Les outils SI au service du parcours de santé (atelier 3) Emilie DELAGE, Sage-Femme coordinatrice de réseau de périnatalité 92 Sud Isabelle LEROUX, Directrice de projet au GCS-DSISIF Aurélie MISME, Médecin

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE ----------

REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- REPUBLIQUE FRANCAISE ---------- DEPARTEMENT DE L'AIN --------- DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE SOLIDARITÉ --------- domaine autonomie --------- Buis Marlene 0474325837 CONSEIL DEPARTEMENTAL Réunion Mars 2016

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Le budget. Mois AAAA. mise à jour décembre 2010 En bref

Le budget. Mois AAAA. mise à jour décembre 2010 En bref Mois AAAA Mois novembre AAAA 2008 mise à jour décembre 2010 En bref La majeure partie du secteur social et médico-social est encadrée par la loi du 2 janvier 2002 (voir fiche Cnar «La loi 2002-2»). Une

Plus en détail

L autorisation de création, de transformation et d extension

L autorisation de création, de transformation et d extension Mois AAAA Mois mars AAAA 2011 Etablissements et services sociaux et médico-sociaux et lieux de vie et d accueil de création, de transformation et d extension En bref Depuis la loi du 30 juin 1975 relative

Plus en détail

Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes ( EHPAD) Par les Drs M.P. HERVY et Michel SALOM

Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes ( EHPAD) Par les Drs M.P. HERVY et Michel SALOM Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes ( EHPAD) Par les Drs M.P. HERVY et Michel SALOM En 2000, on dénombre 10 400 établissements hébergeant des personnes âgées dont 6240 maisons

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP

PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP PROJET ASSOCIATIF DE L ADAP RAPPEL HISTORIQUE C est au travers de l histoire de l ADAP et notamment les raisons qui ont motivé sa création, les transformations de son activité et de son fonctionnement

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

débattre, comprendre, agir

débattre, comprendre, agir la dépendance : débattre, comprendre, agir Février 2011 MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE débat national sur la dépendance Pourquoi un débat sur la dépendance? Vivre plus longtemps :

Plus en détail

Le Service social vous accompagne

Le Service social vous accompagne Le Service social vous accompagne L accès et le droit aux soins Le maintien dans l emploi L aide aux personnes en perte d autonomie 2 La Carsat Bretagne porte une attention particulière aux assurés du

Plus en détail

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED)

Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) Fiche 1 Les enseignants spécialisés et les psychologues de l éducation nationale des réseaux d aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) I. Des missions confortées Les enseignants spécialisés

Plus en détail

«collèges numériques et innovation pédagogique»

«collèges numériques et innovation pédagogique» 1 Appel à projets «collèges numériques et innovation pédagogique» Appel à projets 1 opéré dans le cadre de l'action "plan numérique pour l'école" du Programme d'investissement d'avenir 1 Version soumise

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE

ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE ACCORD-CADRE ENTRE L ETAT ET LE CONSEIL GENERAL D ILLE-ET-VILAINE PREAMBULE : Le projet départemental de développement et de modernisation de l aide à domicile repose sur un ensemble de valeurs fondamentales

Plus en détail

AVIS D APPELS A PROJETS

AVIS D APPELS A PROJETS AVIS D APPELS A PROJETS Dans le cadre de la mise en œuvre du programme régional et interdépartemental d accompagnement des handicaps et de la perte d autonomie 010-013 et des orientations du plan Solidarité

Plus en détail

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4

Préambule 3. Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3. Nos valeurs comme principes d action 3. Les PEP 71 aujourd hui 4 Projet associatif 2012-2017 1 Préambule 3 Réaffirmer et promouvoir nos valeurs 3 Nos valeurs comme principes d action 3 Les PEP 71 aujourd hui 4 Des orientations prioritaires de développement 7 2 Préambule

Plus en détail

Marie Pascale MONGAUX Directrice Communauté d établissements et de services LE TRAIT D UNION DU CAILLY

Marie Pascale MONGAUX Directrice Communauté d établissements et de services LE TRAIT D UNION DU CAILLY Marie Pascale MONGAUX Directrice Communauté d établissements et de services LE TRAIT D UNION DU CAILLY LE PORTEUR DE PROJET 2 EHPAD dans la vallée du Cailly, 1 autre en intérim 1 plateforme de répit: 6

Plus en détail

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation

Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Accompagner le changement dans le secteur médicosociale: Rôle et place de la formation Journées allocation de ressources 3 et 4 avril 2014 La CNSA, en bref Établissement public créé par la loi du 30 juin

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Ministère des affaires sociales et de la santé Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l autonomie, des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail PROJET RÉGIONAL 2015-2017 Prévention des risques professionnels et santé au travail RESTITUTION DE L ETUDE DE BESOIN CONTEXTE ET OBJECTIFS Mise en place d une étude de besoin composée d un questionnaire,

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre)

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Le plan régional d insertion des travailleurs handicapés (PRITH)

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007

NOTE DE SERVICE DGER/SDEPC/N2007-2018 Date: 07 février 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Sous-direction des établissements et de la politique contractuelle Suivi par : Yves SCHENFEIGEL 1 ter avenue

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Déclinaison sur le territoire de la Nièvre

Déclinaison sur le territoire de la Nièvre Direction de l Autonomie Annexe N MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT PIVETEAU Déclinaison sur le territoire de la Nièvre Le plan d actions d amélioration de la prise en charge des personnes en situation de handicap

Plus en détail

dans la région Pays de la Loire

dans la région Pays de la Loire MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHESION SOCIALE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PROTECTION SOCIALE MINISTERE DE LA FAMILLE ET DE L ENFANCE MINISTERE DE LA PARITE ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux DG ARS le 21/01/2011.

Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux DG ARS le 21/01/2011. Cahier des charges de la formation pour les représentants des usagers siégeant dans les diverses instances régionales et locales du système de santé Document validé en CNP le 17/12/2010 et présenté aux

Plus en détail

L action gérontologique départementale en perspectives

L action gérontologique départementale en perspectives > Département autonomie et compensation L action gérontologique départementale en perspectives LA POLITIQUE GERONTOLOGIQUE DANS l HERAULT EN CHIFFRES 2 Le budget 2012 dédié aux personnes âgées : 185,5

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Commentaire aux adhérents de la fiche 55837. Parution de la circulaire relative à la campagne tarifaire 2010

Commentaire aux adhérents de la fiche 55837. Parution de la circulaire relative à la campagne tarifaire 2010 Comm Commentaire aux adhérents de la fiche 55837 Parution de la circulaire relative à la campagne tarifaire 2010 Cette circulaire tant attendue, ne fait que préciser aux toutes nouvelles ARS les modalités

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Rapport final D Evaluation externe

Rapport final D Evaluation externe 54760 FAULX N finess : 540009479 Rapport final D Evaluation externe Evaluation externe Selon la méthodologie EVA-CNEH Pré-visite : 8 Août et 12 septembre2014 Visite : 24, 25 et 26 septembre 2014 106 /

Plus en détail

APPEL A PROJET Appui à maîtrise d ouvrage et maître d œuvre sur :

APPEL A PROJET Appui à maîtrise d ouvrage et maître d œuvre sur : APPEL A PROJET Appui à maîtrise d ouvrage et maître d œuvre sur : Mise en œuvre d une démarche expérimentale de GPEC Territoriale UNIFAF Rhône-Alpes UNIFAF est l'organisme paritaire collecteur agréé (OPCA)

Plus en détail

FORMATION INITIALE DES ACCUEILLANTS FAMILIAUX DE PERSONNES AGÉES ET DE PERSONNES HANDICAPÉES. Décembre 2014

FORMATION INITIALE DES ACCUEILLANTS FAMILIAUX DE PERSONNES AGÉES ET DE PERSONNES HANDICAPÉES. Décembre 2014 Direction Générale Adjointe Solidarités, Education et Mobilités FORMATION INITIALE DES ACCUEILLANTS FAMILIAUX DE PERSONNES AGÉES ET DE PERSONNES HANDICAPÉES Décembre 2014 Programme Formation initiale Module

Plus en détail

Bienvenue. Sommaire. Annexes

Bienvenue. Sommaire. Annexes Bienvenue Sommaire - Bienvenue p 2 - L inscription - l admission p 3 - La vie dans l établissement p 4-5 - Les prestations d hébergement p 6 - Soins et surveillance médicale p 7 - Les conditions financières

Plus en détail