Compte-rendu de la séance de l A.F.D.T. du 30 mars 2007, consacrée à la recodification du droit du travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu de la séance de l A.F.D.T. du 30 mars 2007, consacrée à la recodification du droit du travail"

Transcription

1 Compte-rendu de la séance de l A.F.D.T. du 30 mars 2007, consacrée à la recodification du droit du travail Par une ordonnance du 12 mars 2007, n (JO du 13 mars 2007), le gouvernement français vient d adopter un nouveau texte dont l objet est de remplacer l actuel Code du travail. On se souvient que par une loi n du 9 décembre 2004, ce gouvernement avait été habilité par le Parlement à adapter «les parties législatives du Code du travail, afin d inclure les dispositions de nature législatives qui n ont pas été codifiées et pour remédier aux éventuelles erreurs ou insuffisances de codification», et cela par voie d ordonnance. Les échéances électorales de l année 2007 semblent avoir justifiées l accélération du processus de recodification. Ainsi, le nouveau code entrera en vigueur à compter de la parution de la partie réglementaire (qui n est donc toujours pas prête), au plus tard le 1 er mars L ambition de cette recodification était, semble-t-il, celle d une opération à «droit constant», c'est-à-dire d une modification de la structure des textes, des intutilés, du plan, ou encore de la numérotation, sans qu en principe la teneur du droit en soit affectée. Une partie de la doctrine doute cependant de la possibilité d une telle ambition (Voir notamment, H. MOYSAN, «Le droit constant n existe pas : l exemple du nouveau Code du travail», JCP S. 2007, n 185). Apparaissent depuis lors des analyses du nouveau Code (Ainsi, A. Fabre et M. Grévy, «Réflexions sur la recodification du droit du travail», Rev. de Droit du Trav. 2006, n 12, p. 363 ; J. Barthélémy, «Recodifier : pourquoi? comment?», JCP S 2007, n 12, p. 3 ; B. Teyssié, «Un nouveau Code du travail : quel résultat?», JCP S 2007, n 12, p. 5 ; SSL, n 1296, p. 2 ; SSL, n 1300, p. 4), tandis que les critiques commencent à apparaître (E. Dockès, «La décodification du droit du travail», Dr. Soc. 2007, n 4, p. 388). L Association Française de Droit du travail ne pouvait manquer d analyser et de discuter cette recodification. Tel a été l objet de la séance du 30 mars 2007, qui s est tenue à la Maison des avocats à Paris. On attendait les protagonistes de la recodification, notamment du côté gouvernemental. Cependant, la période préélectorale a justifié l absence de ses représentants (notamment celle M. J.-D. Combrexelle, Directeur du travail). La séance n en a pour autant été moins riche, nombre de représentants syndicaux étant présents. Il a été question de la forme et du fond de cette recodification.

2 1. Sur la manière Premier intervenant, M. Ph. MASSON (Responsable du service juridique et des activités droits et libertés au sein de la CGT, et membre de la commission de recodification) a souligné que jamais les justifications, les résultats attendus, ni l ambition d une telle opération n ont été mis en discussion devant les partenaires sociaux. Les contraintes d une codification à «droit constant» en vue de la «simplification» du droit du travail ont en effet été imposées par le gouvernement. De surcroît, il a résulté de ces contraintes une contradiction interne quasi-insurmontable : comment en effet assurer la simplification d un droit (c'est-àdire nécessairement une certaine modification de son contenu dit complexe), à «droit constant» (c'est-à-dire sans modification de sa substance, si tant est qu il en ait une)? Surtout, quels sont les éléments qui permettent de dire que le droit du travail actuel est complexe et que cette complexité résulte du Code? Difficile de répondre, selon l intervenant. Pour terminer sur cet aspect formel, M. Masson a rappelé que les délégués syndicaux connaissaient extrêmement bien le code actuel et qu une modification de sa structure risque de nuire à leur travail, à tout le moins de le compliquer sérieusement. Dans une même perspective, M. A. FABRE (Membre de la commission de recodification pour le compte de la CFE-CGC) a tenu à préciser que les participants à la commission n ont pas eu les règles du jeu préalables à l écriture de ce Code. Notamment, le gouvernement a, de manière quasi-systématique, proposé à ces participants les projets d articles ou de dispositions dans un délai très court (souvent du jour au lendemain). Moins critique, M. D. CAUCHOIS (Responsable du service juridique de la CFDT) a rappelé que la participation de son syndicat à la commission était soumise à deux exigences : d une part, la recodification devait se faire à «droit constant», et, d autre part, la participation des syndicats ne devait en aucun cas servir au gouvernement de justification, ou de caution morale, à un mauvais texte. En fait, la CFDT éviter le risque d une fausse concertation. Au final, il semble qu il y ait eu une vraie concertation, même si le résultat de celle-ci n est peutêtre pas plus lisible que l actuel Code du travail. Enfin, M. P. QUENTIN (Conseiller d Etat et rapporteur de l Ordonnance du 12 mars 2007 devant le Conseil d Etat) a remarqué que l inquiétude relative à cette recodification était finalement identique à celle de 1973, lors de la précédente recodification du droit du travail. Pourtant, le temps a fait son œuvre et l ancienne recodification (dont le code actuel est le produit) n a finalement pas été aussi néfaste que certains l affirmaient alors. Pour le

3 Conseiller, c est surtout le vieillissement du code qui semble avoir justifié l action gouvernementale. Mais, cette remarque vaut certainement pour toute opération de recodification. 2. Sur le fond M. A. JEAMMAUD (Professeur en droit du travail et Président de l AFDT) a ouvert cette seconde partie en soulignant quelques-uns des problèmes de cohérence et d interprétation posés par le nouveau texte. De manière générale, sur le champ d application du nouveau code, le texte vise les «employeurs de droit privé» ainsi que «le personnel public soumis au droit privé». Cependant, il est acquis que la juridiction administrative, notamment le Conseil d Etat, applique parfois certains principes issus du droit du travail aux agents de droit public. Il sera donc nécessaire de préciser ce point. En outre, prenant exemple de l article L de l actuel code qui, dans le nouveau texte, est placé sous l intitulé «relations individuelles», M. Jeammaud a précisé que la teneur du principe posé par cet article intéresse aussi bien les relations individuelles que collectives ou professionnelles. Cet exemple illustre, s il en était besoin, les limites de la distinction entre «relations individuelles» et «relations collectives». M. J.-M. VERDIER (Professeur émérite en droit du travail) s est d ailleurs ému de cette dichotomie, dont il s est déclaré «navré», car le droit du travail est né de la considération que tout le collectif imprègne les relations individuelles. Selon lui, le nouveau texte constitue donc un grand retour en arrière.

4 M. A. LYON-CAEN (Professeur en droit du travail) s est quant à lui interrogé sur la terminologie et la structure de l actuel code. Selon lui, le Code du travail tel qu issu de la rédaction de 1973 avait admis un certain chaos qui a permis nombre d interprétations judiciaires inventives (et notamment l extension de certains principes issus du droit du travail aux agents de droit public). Le chaos n est donc pas toujours source d incertitude, si tant est qu il puisse y avoir des certitudes en droit, science de l interprétation. Sur le fond, M. A. Lyon-Caen a prolongé la remarque faite par M. Jeammaud. Prenant exemple du principe de non-discrimination, placé dans le nouveau texte dans la partie consacrée aux relations individuelles travail, il a souligné l incohérence et l imprécision d une telle architecture : ce principe irrigue en effet toute la relation de travail, aussi bien dans sa dimension individuelle que collective. Toujours sur cette dichotomie, M. Ph. MASSON a posé quelques questions fortes relatives au nouveau régime du licenciement pour motif économique (placé sous le titre du licenciement individuel) : faut-il par exemple envisager l action des syndicats en cette matière comme un mode de gestion et de contrôle de l action patronale ou bien, comme le laisse à penser la nouvelle structure, comme un simple frein aux dégâts sociaux les plus criants causés par ce type de licenciement? Et que penser la dissociation entre les dispositions relatives au plan de sauvegarde de l emploi et celles consacrées à la gestion prévisionnelle des emplois? Selon M. Masson, on voit bien ici l illusion que constitue une codification à droit constant et le caractère éminemment politique de la structure et du plan d un code. Me H. MASSE-DESSEN (Avocate au Conseil et à la Cour de cassation) a mis l accent sur les problèmes d interprétation posés par toute nouvelle codification. Elle a d ailleurs remarqué qu ils se posaient en toute matière, non seulement en droit du travail. Ainsi, après la recodification de 1973, si les praticiens ont conservé un certain temps les anciens codes, rapidement les principes antérieurement dégagés ont été oubliés. Me Masse a donc plaidé pour que soient mises en lumière, et cela très rapidement, les questions juridiques fondamentales qui sous-tendent aussi bien l ancien code que le nouveau. Sur ce point, le Conseiller CHAGNY (Conseiller à la Chambre sociale de la Cour de cassation) a précisé que, comme pour toute recodification à droit constant, les juges vont se référer aux principes dégagés antérieurement par la jurisprudence et maintenir ainsi la continuité et l unité d interprétation indispensable à une recodification à «droit constant». Sur le problème du champ d application du droit du travail, il a rappelé que le Conseil d Etat n applique pas en tant que tel le droit du travail, mais les principes généraux issus du droit du

5 travail, ce qui devrait couper court à toute tentative de limitation de l application du droit du travail aux rapports de droit privé. On le voit, le risque majeur qui accompagne toute recodification à «droit constant» est celui d un changement, même implicite, dans la teneur du droit. Cela tient certainement à l opération de recodification qui, nécessairement, implique quelques changements, sauf à paraître inutile. Mais cela tient également à la nature du droit. Le texte juridique est toujours le support d une interprétation, celle-ci constituant finalement la substance même du droit. Dès lors, tout est affaire d interprétation plus que de texte. On peut envisager, suivant le Conseiller Chagny, que les changements intervenus dans la structure du code, dans les textes ou la numérotation, seront sans incidence sur l interprétation donnée antérieurement, notamment par les magistrats de la Cour de cassation. Alors la codification sera à «droit constant». Cependant, il n est pas à exclure que, prétexte pris de la recodification, les juges modifient l interprétation de certaines dispositions. C est alors le droit du travail qui changera. Seul l avenir nous le dira.

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PAR CONSENTEMENT MUTUEL OU LA «SEPARABILITE»

LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PAR CONSENTEMENT MUTUEL OU LA «SEPARABILITE» LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PAR CONSENTEMENT MUTUEL OU LA «SEPARABILITE» par Me Stéphane BOUDIN Avocat au Barreau de la Seine-Saint-Denis Depuis près de deux années, se propage l'idée de la rupture

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme Dans le présent arrêt, la chambre sociale de la Cour de cassation renforce

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois

Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois Aspects juridiques des nouvelles formes d emplois Réunion plénière du 11 mars 2014 B. Bohnert, conseiller auprès du secrétariat général du COE Conseil d orientation pour l emploi 2 Introduction Une évolution

Plus en détail

2 o / au syndicat CFDT de la propreté, dont le siège est 7-9 rue Euryale Dehaynin, 75019 Paris,

2 o / au syndicat CFDT de la propreté, dont le siège est 7-9 rue Euryale Dehaynin, 75019 Paris, SOC. ELECTIONS CM COUR DE CASSATION Audience publique du 13 février 2013 M. LACABARATS, président Rejet Pourvoi n o G 11-25.696 Arrêt n o FS-P+B+R R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Quelques interrogations sur les agents de la protection de l exercice des libertés dans l entreprise par Pascal MOUSSY.

Quelques interrogations sur les agents de la protection de l exercice des libertés dans l entreprise par Pascal MOUSSY. Quelques interrogations sur les agents de la protection de l exercice des libertés dans l entreprise par Pascal MOUSSY. A Jean-Maurice VERDIER La lecture de l ouvrage de référence consacré au «Droit du

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences)

Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences) Quoi de neuf dans la législation sociale (lois, décrets, circulaires, jurisprudences) La discrimination syndicale, de quoi parle-t-on? Priver un salarié protégé d entretiens annuels d évaluation est un

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Le motif économique C ompte tenu des difficultés traversées par notre pays depuis juin 2008 et tenant compte d une jurisprudence foisonnante en la matière ainsi que d une récente

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

Alexandre Fabre FONCTIONS. Maître de conférences en droit privé à l Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Alexandre Fabre FONCTIONS. Maître de conférences en droit privé à l Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Alexandre Fabre 33 ans Vie maritale, 2 enfants 7, rue de l Arrivée 95880 Enghien-les-Bains Mél : alexandre.fabre@univ-paris1.fr Maître de conférences en droit privé, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Plus en détail

UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE

UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE UN BREF HISTORIQUE EN INTRODUCTION : DE L ANI du 11/01/2008 A LA LOI : L accord national interprofessionnel

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

Proposition de deux situations d évaluation

Proposition de deux situations d évaluation Titre Propriétés Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis Outils numériques associés Mots-clés (notions) Droit STS Deuxième année Description Proposition de deux situations

Plus en détail

FORMATION, TITRES et DIPLOMES

FORMATION, TITRES et DIPLOMES Gwennhaël FRANCOIS Né le 25 décembre 1978 à Nevers Célibataire Maître de conférences en droit privé Université d Auvergne Faculté de droit de Clermont-Ferrand FORMATION, TITRES et DIPLOMES 2010-2012 Maître

Plus en détail

1984 D.E.A. de droit des affaires et de droit économique Université d Orléans (mention assez bien)

1984 D.E.A. de droit des affaires et de droit économique Université d Orléans (mention assez bien) Thierry LAMARCHE Agrégé des Universités Professeur à la Faculté de Droit et d Economie de La Réunion Né le 26 janvier 1956 à Alger Marié, 2 enfants 9 chemin Odon La Plaine 97411 Saint Paul CURRICULUM VITAE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

(Confédération générale du travail Force ouvrière et autre)

(Confédération générale du travail Force ouvrière et autre) Décision n 2014-388 QPC du 11 avril 2014 (Confédération générale du travail Force ouvrière et autre) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 février 2014 par le Conseil d État (décision n 371062 du

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du dix-sept juin deux mille dix. Numéro 35143 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET ASSIMILÉES AVENANT N 20 DU 7 NOVEMBRE

Plus en détail

Le licenciement des salariés protégés

Le licenciement des salariés protégés Le licenciement des salariés protégés Les salariés bénéficiant de dispositions légales protectrices sont d abord et avant tout les représentants du personnel: délégués du personnel, membres des comités

Plus en détail

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits (Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 art 1 er I à XI, XIII à XIV,

Plus en détail

TITRE I : LA VISION CONCILIATRICE DES RAPPORTS : LA NEGOCIATION COLLECTIVE ET LA REPRESENTATION COLLECTIVE

TITRE I : LA VISION CONCILIATRICE DES RAPPORTS : LA NEGOCIATION COLLECTIVE ET LA REPRESENTATION COLLECTIVE FACULLTÉ ddee DROIT, I, ddee ss SCIENCES POLL ITII IQUES,, ÉCONOMIQUES eet t ddee GESTION Plan du cours de Droit du Travail RELATIONS COLLECTIVES DE TRAVAIL Licence de Droit L3, 2 semestre Patrice Reis

Plus en détail

Infos. Atlantes. # 21 Janvier 2011. Anticiper pour ne pas subir. Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum

Infos. Atlantes. # 21 Janvier 2011. Anticiper pour ne pas subir. Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum Infos Atlantes Anticiper pour ne pas subir # 21 Janvier 2011 Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum Page 5 Atlantes a l œil L absence de motif économique justifie-t-elle

Plus en détail

Forfaits-jours : des prétoires au terrain

Forfaits-jours : des prétoires au terrain ugict.cgt.fr http://www.ugict.cgt.fr/publications/cadres-et-droits/forfaits-jours-des-pretoires-au-terrain Forfaits-jours : des prétoires au terrain La Cour de cassation condamne «d office» l accord de

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU -------------------

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N 1200014 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

Bulletin. d information N 820. Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications. Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS

Bulletin. d information N 820. Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications. Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS Bulletin Diffusion de jurisprudence, doctrine et communications d information N 820 Publication bimensuelle 15 avril 2015 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS internet Consultez sur www.courdecassation.fr

Plus en détail

Flash Abonnés ACTIF INFORMATION N 2014-10

Flash Abonnés ACTIF INFORMATION N 2014-10 Flash Abonnés N 2014-10 CHIFFRES ET DONNEES EMPLOYEURS PLAFOND DE SECURITE SOCIALE : REVALORISATION AU 1 ER JANVIER 2015 A compter du 1 er janvier 2015, le plafond mensuel de la Sécurité Sociale est fixé

Plus en détail

Tatiana SACHS institut@iipec.eu

Tatiana SACHS institut@iipec.eu Tatiana SACHS institut@iipec.eu INFORMATIONS GÉNÉRALES FONCTION ACTUELLE : Maître de conférences à l depuis septembre 2013 SPECIALITES : Droit du travail Droit de l entreprise Rapports droit et économie

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL

LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL LOIS CONSEIL CONSTITUTIONNEL Saisine du Conseil constitutionnel en date du 17 janvier 2014 présentée par au moins soixante sénateurs, en application de l article 61, alinéa 2, de la Constitution, et visée

Plus en détail

Licenciement économique

Licenciement économique Ces textes ont été élaborés par la Filpac. La loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (Journal officiel du 16 juin 2013, NOR : ETSX1303961L) Licenciement économique Refonte

Plus en détail

Salaires des journalistes : attention danger!

Salaires des journalistes : attention danger! Salaires des journalistes : attention danger! La direction vient de remettre aux délégués syndicaux sa dernière version du «Projet d accord sur l évolution des salaires des journalistes de l AFP» qui devra

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Concernant le licenciement économique de salariés protégés, il faut nécessairement articuler

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

Sources du droit : la jurisprudence

Sources du droit : la jurisprudence Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Activité pour la classe : CFJ CE, EO, EE, terminologie, phraséologie, discours Crédit : Michel SOIGNET Sources du droit : la jurisprudence

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

Flash - Abonnés ACTIF INFORMATION N 2013-06

Flash - Abonnés ACTIF INFORMATION N 2013-06 Flash - Abonnés ACTIF INFORMATION N 2013-06 ACTU CCNT 1966 AVENANT N 234 PORTANT REVALORISATION DU POINT CCNT 1966 : REFUS D AGRÉMENT Comme évoqué dans le dernier numéro du Flash-Abonnés, l avenant n 234

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

19/12/2012 COMMENT OPTIMISER SOCIALEMENT ET FISCALEMENT UN LICENCIEMENT? La durée du préavis :

19/12/2012 COMMENT OPTIMISER SOCIALEMENT ET FISCALEMENT UN LICENCIEMENT? La durée du préavis : COMMENT OPTIMISER SOCIALEMENT ET FISCALEMENT UN LICENCIEMENT? Olivier Moreno Avocat U.H.P.C. 20-12 - 2012 Introduction - Licenciement moyennant préavis ; - Licenciement moyennant indemnité compensatoire

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

Veille législative et règlementaire

Veille législative et règlementaire Veille législative et règlementaire Veille juridique mars 2015 Élus locaux : statut protecteur pour ceux qui conservent une activité professionnelle La loi du 31 mars 2015, visant à faciliter l exercice,

Plus en détail

Droit en Liberté. La barémisation. N 68 Barémisation et nouvelles règles de prescriptions

Droit en Liberté. La barémisation. N 68 Barémisation et nouvelles règles de prescriptions Droit en Liberté N 68 Barémisation et nouvelles règles de prescriptions N 68 Janvier 2014 - Bulletin édité par le Collectif confédéral DLAJ L ANI du 11 janvier 2013, repris par la loi du 14 juin 2013 relative

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports et de la vie associative Ministère du budget, des comptes publics et

Plus en détail

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance

PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance PORTABILITE DES DROITS Santé et Prévoyance GUIDE Article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 Article L911-8 du Code de la Sécurité Sociale Mutuelle UMC - 35 rue Saint Sabin

Plus en détail

L ACCORD EPLA UN DEFI POUR LES JURISTES FRANÇAIS

L ACCORD EPLA UN DEFI POUR LES JURISTES FRANÇAIS L accord EPLA : un juge européen pour le brevet européen Séminaire Cour de cassation INPI Cour de cassation 2 octobre 2006 L ACCORD EPLA UN DEFI POUR LES JURISTES FRANÇAIS Intervention de Pierre Véron

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

VOTRE AVOCAT VOUS INFORME

VOTRE AVOCAT VOUS INFORME mars 2014 # 34 VOTRE AVOCAT VOUS INFORME TRAVAIL DANS CE NUMÉRO Accident, maladie, maternité Contrôle et contentieux - Formation professionnelle - Civ. 2 e, 13 févr. 2014, F-P+B, n 13-10.548 #ACCIDENT,

Plus en détail

Le licenciement dans le cadre d une réorganisation de l entreprise

Le licenciement dans le cadre d une réorganisation de l entreprise Union Nationale des Syndicats Autonomes GLOSSAIRE : Le licenciement économique Définition - procédure Rappel Les dispositions du code du travail prévoient plusieurs modes de rupture du contrat de travail,

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

«Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages»

«Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages» «Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages» Nous prodiguons ce conseil à nos responsables qui affrontent les écueils répétés d un des projets phare de la Ville de Paris : le renouvellement

Plus en détail

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon

«LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon «LAVORO SUBORDINATO, LAVORO COORDINATO E DINTORNI» Martine LE FRIANT, Professeure à l Université d Avignon Eléments de réponse au questionnaire adressé par les organisateurs 1. Il n existe pas de définition

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE OU DECLARATIONS PREALABLE DE TRAVAUX. La question posée au ministre par un député souligne cette difficulté.

PERMIS DE CONSTRUIRE OU DECLARATIONS PREALABLE DE TRAVAUX. La question posée au ministre par un député souligne cette difficulté. PERMIS DE CONSTRUIRE OU DECLARATIONS PREALABLE DE TRAVAUX Par Charles LUPO Avocat Associé L abondance de la jurisprudence traitant des questions relatives aux permis de construire et régies par l article

Plus en détail

N 39 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / PRÉPARER LE CHANGEMENT D ÉQUIPE AU CE PAGE 3 JANVIER FÉVRIER 2013

N 39 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF DOSSIER / PRÉPARER LE CHANGEMENT D ÉQUIPE AU CE PAGE 3 JANVIER FÉVRIER 2013 DOSSIER / PRÉPARER LE CHANGEMENT D ÉQUIPE AU CE PAGE 3 L ACTUALITÉ DU DROIT SOCIAL COLLECTIF ET INDIVIDUEL N 39 JANVIER FÉVRIER 2013 LES NOUVELLES DU DROIT SOCIAL EN BREF Identification des risques psychosociaux

Plus en détail

Quelle masse salariale prendre en compte dans le calcul des budgets du comité d entreprise?

Quelle masse salariale prendre en compte dans le calcul des budgets du comité d entreprise? Claudine Vergnolle, Expert-comptable, Membre de la commission «secteur non marchand/comités d entreprise» à l Ordre des experts-comptables région Paris Ile-de-France Philippe Gervais, Expert-comptable,

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 68 - - - -

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 68 - - - - CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX Le 15 Janvier 2015, entre : Avenant n 68 - - - - - La CONFEDERATION DES SYNDICATS MEDICAUX FRANCAIS (C.S.M.F.) - La FEDERATION DES MEDECINS DE FRANCE

Plus en détail

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15

Table des matières. 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Table des matières 1. Les magistrats sur les réseaux sociaux : questions de déontologie... 15 Benoit Dejemeppe Conseiller à la Cour de cassation Maître de conférences à l Université Saint-Louis Bruxelles

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/12/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 décembre 2014 N de pourvoi: 13-15081 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02367 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Masse-Dessen,

Plus en détail

Céline Leborgne-Ingelaere

Céline Leborgne-Ingelaere Université Lille Nord de France Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales Céline Leborgne-Ingelaere CRDP Laboratoire d Etudes et de recherches en droit social 1 Place Déliot BP 629 59024

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

La cession de droits sociaux à la lumière de la cession de contrat

La cession de droits sociaux à la lumière de la cession de contrat Prix du Jeune Chercheur 2011 La cession de droits sociaux à la lumière de la cession de contrat Sandie LACROIX-DE SOUSA Directeur de thèse: Professeur Marie-Elodie ANCEL École Doctorale de Sciences Économiques,

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

RAPPORT DE TABLE No 5

RAPPORT DE TABLE No 5 RAPPORT DE TABLE No 5 Alliance des syndicats des professeures et des professeurs de cégep ASPPC Rencontre 27 mars 2015 1 er avril 2015 Première attaque patronale. Première réplique syndicale! Plus les

Plus en détail

Il s'agit, dit la Cour de cassation, d'un chef de préjudice distinct de celui résultant de la rupture du contrat de travail.

Il s'agit, dit la Cour de cassation, d'un chef de préjudice distinct de celui résultant de la rupture du contrat de travail. L obligation de l employeur à la formation continue du salarié est-elle une obligation de résultat? par Me Akil HOUSSAIN Avocat au Barreau de la Seine-Saint-Denis Le droit du travail est une matière foisonnante

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3275 Convention collective nationale IDCC : 1790. ESPACES DE LOISIRS, D

Plus en détail

3 - L ÉVALUATION DU PRÉJUDICE RÉSULTANT D UN LICENCIEMENT DÉPOURVU DE CAUSE RÉELLE ET SÉRIEUSE

3 - L ÉVALUATION DU PRÉJUDICE RÉSULTANT D UN LICENCIEMENT DÉPOURVU DE CAUSE RÉELLE ET SÉRIEUSE 3 - L ÉVALUATION DU PRÉJUDICE RÉSULTANT D UN LICENCIEMENT DÉPOURVU DE CAUSE RÉELLE ET SÉRIEUSE Cours d appel de Montpellier et de Nîmes Année judiciaire 2011 par Delphine BRUNEAU-CALDERON Ingénieur d études

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Synthèse. Prescription, amnistie et grâce en France. Jean DANET, Maître de conférences. Sylvie GRUNVALD, Maître de conférences

Synthèse. Prescription, amnistie et grâce en France. Jean DANET, Maître de conférences. Sylvie GRUNVALD, Maître de conférences Synthèse Prescription, amnistie et grâce en France. Jean DANET, Maître de conférences Sylvie GRUNVALD, Maître de conférences Martine HERZOG-EVANS, Maître de conférences Yvon LE GALL, Professeur Enseignants

Plus en détail

Syndicat des Médecins d Eure et Loir

Syndicat des Médecins d Eure et Loir Syndicat des Médecins d Eure et Loir Président : Dr Gérald GALLIOT Danou Rupture de la relation médecin clinique en l absence de contrat Il faut tout d'abord rappeler que la clinique a l'obligation de

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

La communication au sein de l entreprise: aspects de droit du travail

La communication au sein de l entreprise: aspects de droit du travail La communication au sein de l entreprise: aspects de droit du travail Jean-Paul Lacomble Avocat- Associé Claeys & Engels AGORIA Academy Social Relations 27 mai 2014 Plan I. La communication de l employeur

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

I. INTRODUCTION... 2 II. LA JURISPRUDENCE «PRIVILEGES» ET SA CONFIRMATION... 2

I. INTRODUCTION... 2 II. LA JURISPRUDENCE «PRIVILEGES» ET SA CONFIRMATION... 2 Fiche à jour au 1 er octobre 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence en droit, 3 ème semestre Matière : Droit des Affaires Web-tuteur : Olivier ROLLUX BAUX COMMERCIIAUX : LA REVIISIION DU

Plus en détail

LETTRE D INFO SOCIAL

LETTRE D INFO SOCIAL & AUDIT EXPERTISE CONSEIL Expert-comptable - Commissaire aux comptes Jean-Pascal THOREL Mathias PELLETIER Natacha MESNILDREY François DINEUR Membre du réseau Salmon & Associés AVOCATS Droit immobilier

Plus en détail

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES LETTRE D INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE CE EN MAI? Au mois de mai le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - sur le rapport annuel d'ensemble sur l'activité de l'entreprise (rapport

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt janvier deux mille onze. N 6 / 11. du 20.1.2011. Numéro 2799 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

La prévention des difficultés des entreprises

La prévention des difficultés des entreprises La prévention des difficultés des entreprises Le Tribunal de Commerce et la prévention judiciaire : - Convocation par le TC - Le Mandat Ad Hoc - La conciliation Anciens Juges du TC, Experts- Comptables,

Plus en détail