GEM³. génie mécanique, métallurgique et ingénierie des matériaux. Association. 1. Introduction. 2. Objet. 3. Contexte. 4. Vision, mission et priorités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GEM³. génie mécanique, métallurgique et ingénierie des matériaux. Association. 1. Introduction. 2. Objet. 3. Contexte. 4. Vision, mission et priorités"

Transcription

1 GEM³ Association pour la recherche en génie mécanique, métallurgique et ingénierie des matériaux 1. Introduction 2. Objet 3. Contexte 4. Vision, mission et priorités 5. Objectifs 6. Compétences des Centres 7. Première approche des thématiques prioritaires 8. Organisation

2 1. Introduction Face aux nombreux défis auxquels fait face l activité industrielle, mais aussi pour saisir les nouvelles opportunités dans un marché globalisé, les acteurs économiques et politiques identifient l innovation comme une priorité. En Wallonie, les centres de recherche agréés (CRA), seuls ou en association avec les Universités et Hautes Ecoles, ont le potentiel de concrétiser l innovation technologique en support au monde industriel, dans un domaine fondamental pour la Wallonie : le secteur manufacturier, l industrie technologique. Les industriels et chercheurs l ont compris notamment autour des projets du pôle de compétitivité Mecatech, qui a donné consistance au concept du génie mécanique (ou mécanique des matériaux). Le schéma suivant, élaboré par le pôle Mecatech, décrit bien cette chaîne de valeur. Ce schéma montre que la réalisation d un objet, quel qu il soit, nécessite la conjugaison de multiples compétences. Il montre aussi l importance de l association des disciplines. Fini le temps où le mécanicien ne parlait pas au chimiste. Fini le temps où la valeur d un produit résidait dans sa capacité à bien réaliser une seule fonction. Fini le temps où un produit manufacturé n interagissait pas avec son environnement ou son utilisateur. Fini le temps où la valeur ajoutée d un produit se calculait en fonction de critères strictement économiques. Aujourd hui, pour rester compétitif, il faut se démarquer d un état de l art parfaitement maîtrisé par une concurrence internationale possédant des atouts importants au niveau des coûts de fabrication, tout en intégrant des critères liés au développement durable. L innovation réussie et pérenne en Wallonie doit donc reposer sur une base multidisciplinaire, capable de combiner les dernières avancées en méthodes de conception, sciences des matériaux, technologies de fabrication et de communication. Au niveau wallon, cette approche mène à deux conclusions importantes : - il faut, pour maîtriser l avenir, rassembler et combiner les forces des acteurs de l innovation technologique ; - au vu de la structure fragmentée de l industrie wallonne, il faut structurer et surtout simplifier l accès à la source d innovation. A eux trois, ces CRA (Sirris, CRM, Cenaero) regroupent les compétences clefs utiles à plus de 80% des secteurs manufacturiers wallons. Ils représentent un vecteur d innovation reconnu pour les secteurs industriels des fabrications (de la sidérurgie aux industries technologiques) et travaillent pour plus de mille entreprises en Wallonie, Belgique et dans le monde.

3 2. Objet 2.1. Cette note a pour objet de fixer le cadre général de l association provisoirement dénommée «Association pour la recherche en génie mécanique, métallurgique et ingénierie des matériaux - (GEM³)» Les entités qui fondent GEM³, ci-après dénommées «Centres», sont : Cenaero asbl (Centre d excellence en recherche aéronautique Gosselies) CRM asbl (Centre de recherche métallurgique Liège) Sirris asbl (Centre de recherche collectif de l Industrie technologie Liège/Gosselies) avec le soutien : d Agoria Wallonie (fédération de l Industrie technologique) des entreprises membres du CRM de Mecatech (pôle de compétitivité en génie mécanique) de Skywin (pôle de compétitivité en aéronautique) qui sont tous membres de l association GEM³ GEM³ pourra par la suite accueillir d autres partenaires associés apportant une plus-value scientifique, technologique et industrielle, selon un statut et des modalités à préciser et en fonction des dispositions réglementaires à venir. 3. Contexte La constitution de GEM³ s inscrit dans la foulée de la position unanime prise par les organisations patronales wallonnes (sectorielles et interprofessionnelle - UWE) le 30 novembre , faisant notamment suite à différentes initiatives des Pouvoirs publics wallons, dont les projets de réforme «Waltech» et «Agence de l innovation et de l Entreprise (AIE)». L initiative est par conséquent soutenue par les industriels et conduite par les centres de recherche concernés et Agoria Wallonie, Mecatech, Skywin et les entreprises membres du CRM. 4. Vision, priorité et missions 4.1. GEM³ est une initiative émanant de l Industrie wallonne qui vise à définir et proposer les axes et priorités stratégiques en cohérence avec les besoins de l Industrie et d être une référence technologique de niveau mondial dans le domaine du génie mécanique, métallurgique et de l ingénierie des matériaux GEM³ a pour priorité de transférer cette excellence vers le tissu économique wallon en garantissant un haut niveau de qualité des services technologiques qu elle propose aux entreprises wallonnes, et en particulier aux PME Les missions principales de GEM³ sont : de coordonner les activités de ses membres, sans se substituer à leurs organes de gestion respectifs de formuler des avis et recommandations relatifs à l innovation et au développement des affaires des secteurs industriels concernés auprès des différentes parties prenantes, de manière directe en tant que représentant de centres de recherche agréés ou via Agoria Wallonie lorsqu il s agit d engager l Industrie d assurer et amplifier la visibilité et la notoriété régionale, nationale et internationale des activités développées par ses membres. 1 Une nouvelle organisation des Centres de Recherche Agréés : contribution des fédérations sectorielles sous la coordination de l UWE. Constitution GEM³ - 21/02/2013 3/8

4 5. Objectifs Les objectifs poursuivis par les 3 Centres dans le cadre de GEM³ sont de : 5.1. Consolider des services technologiques de grande qualité aux entreprises wallonnes, et en particulier aux PME 5.2. Assurer le leadership technologique et scientifique dans leurs domaines 5.3. Représenter l expertise technologique des secteurs industriels concernés auprès des différentes parties prenantes, en collaboration avec les fédérations professionnelles concernées Garantir la cohérence de leurs actions avec la politique industrielle wallonne, et en particulier les pôles de compétitivité 5.5. Accéder aux programmes de recherche européens de manière plus systématique et en position de leader technologique 5.6. Atteindre une masse critique suffisante pour accéder/rester au top niveau européen dans leurs domaines technologiques respectifs. 6. Compétences des Centres GEM³ fédère 16 domaines de compétences répartis au travers de ses 3 Centres (Cenaero, CRM, Sirris). Cenaero CRM Sirris Production durable : cycle de vie de l acier et des métaux Simulation, conception et optimisation multidisciplinaire (fluide, mécanique, thermique et acoustique) Ingénierie des matériaux : intégration des matériaux performants dans les produits Modélisation, simulation et optimisation des procédés de fabrication pour les structures métalliques Modélisation, simulation, conception, fabrication et contrôle de structures composites Analyse du comportement en service de composants et de systèmes complexes jusqu à la prédiction de leur durée de vie Efficience énergétique : économie, récupération et stockage de l énergie Ingénierie de surface : traitement, revêtement et fonctionnalisation de surface Génie mécanique : domaine des produits métalliques Technologies de fabrication avancées : de la pièce unitaire à la grande série Smart products : intégration de fonctionnalités interactives dans produits et process Technology coaching : les meilleurs choix technologiques pour les entreprises Calcul haute performance Matériaux métalliques avancés Made different : tous les aspects de l usine du futur Software engineering & ICT L association des compétences spécifiques des 3 Centres les positionne comme un partenaire de taille critique crédible : - au niveau des matériaux, procédés et produits en combinant des expertises reconnues dans les domaines des aciers, fontes, métaux légers, plastiques et composites - au niveau des métiers, en fournissant la maîtrise de toutes les chaînes du savoir, directement ou en partenariat avec d autres acteurs de recherche ou académiques, dans les domaines de la métallurgie, plasturgie, mécanique, mécatronique, aéronautique et ICT, jusqu à la définition du produit fini et de son système de production - au niveau des secteurs économiques par un tissu de relations fortes avec le monde industriel wallon allant de la PME au grand donneur d ordre, dans la plupart des secteurs industriels - au niveau des services offerts, par une large palette, du conseil ponctuel à l élaboration complète d un nouveau processus ou produit, dans le cadre de projets subsidiés ou non Constitution GEM³ - 21/02/2013 4/8

5 - au niveau du domaine géographique couvert, bien sûr en Wallonie, mais aussi en Belgique et en Europe, ce qui est indispensable pour garantir l accès aux meilleures sources d innovation technologique. Fort de ces acquis et de son réseau de partenaires, GEM³ vise le support à l innovation matière/produits/procédés dans les secteurs du génie mécanique, métallurgique et de l ingénierie des matériaux. 7. Première approche des thématiques prioritaires Les objectifs opérationnels de l association sont : d une part, de mettre à la disposition des PME wallonnes la combinaison des compétences de ses membres pour rendre plus efficace l innovation dans les produits et les procédés de fabrication d autre part, d identifier, dans le domaine du génie mécanique, métallurgique et de l ingénierie des matériaux, les thématiques de développement technologique les plus porteuses pour le tissu industriel wallon, et d en déduire les actions nécessaires à l acquisition ou au renforcement de ses compétences afin de garantir un service efficace aux entreprises. Sur cette base, GEM³ a identifié une première série de 7 thématiques prioritaires sur lesquelles les membres focaliseront leurs efforts communs à court terme. Ces domaines de compétences et ces thématiques prioritaires s inscrivent dans une chaîne de valeur technologique cohérente. Ils sont évalués en permanence en vue de répondre au mieux aux attentes industrielles actuelles et futures ; par conséquent, cet inventaire est dynamique et sera adapté chaque fois que nécessaire. a) Maîtrise des technologies de fabrication des produits hybrides ou «multimatériaux» Dans beaucoup de produits, la réalisation de fonctions alliant à la fois performances mécaniques, légèreté et coût de revient impose de marier des matériaux très différents tels les métaux et composites. Les problématiques de conception, fabrication et assemblage de ces structures hybrides sont récurrentes, notamment en génie mécanique, aéronautique-aérospatiale et applications énergétiques «vertes». CRM : domaine composants métalliques, caractérisation dynamique Sirris : domaine plastiques et composites, technologies de collage et overmoulding Cenaero : modélisation et simulation des assemblages métalliques et composites b) Produits intelligents/smart products Un facteur important pour la compétitivité des secteurs manufacturiers wallons sera d intégrer dans leurs produits des fonctionnalités uniques pour l amélioration de leurs performances globales avec une attention particulière sur les aspects énergétiques, maintenance et convivialité. CRM : domaine des surfaces intelligentes, photovoltaïque Sirris : électronique imprimée, µfabrications, composites intelligents Cenaero : modélisation, simulation et optimisation multi-physique. c) Applications des matériaux composites Mettre à disposition les savoir-faire existants pour développer des solutions «globales» et développer des technologies et matériaux spécifiques pour répondre aux besoins identifiés dans les domaines de l aéronautique, des transports et du développement durable. CRM : aciers à très hautes résistances, PCM Sirris : composites fibres naturelles et thermoplastiques hautes performances, MMC Cenaero : modélisation, simulation, conception, fabrication et contrôle de structures composites Constitution GEM³ - 21/02/2013 5/8

6 d) Technologies globales pour grandes et petites séries L objectif de GEM³ sera ici de rendre accessibles aux donneurs d ordre et transformateurs wallons un ensemble de technologies globales de mise en œuvre des matériaux métalliques et composites qui permettent de diversifier efficacement leur offre de service et de renforcer leur position concurrentielle. Dans un premier temps, cette action sera spécifiquement orientée sur les besoins du secteur «medical devices» et productions unitaires et petites séries. CRM : thixo formage d acier, de la matière de base au produit fini Sirris : thixomoulage du magnésium, technologies MIM, additive manufacturing Cenaero : modélisation, simulation et optimisation des processus précédents pour valider et améliorer les propriétés finales des produits, réduire les coûts de production en ce compris le taux de rebut. e) Plateforme d ingénierie et «prototypage» pour les PME Les compétences complémentaires des 3 membres de l association, dans le domaine de l ingénierie (ensemble des compétences mécaniques, chimiques et métallurgiques, matériaux, électriques, électromécaniques ou électroniques) seront coordonnées pour offrir une solution unique de support à l innovation permettant de passer d un concept à une solution technologique avancée de produit et process. CRM : compétence en matériaux métalliques, conception de systèmes mécatroniques et électromécaniques Sirris : compétences en matériaux plastiques, conception de composants plastiques ou composites, µtechnologies et technologies additives de prototypage et rapid manufacturing Cenaero : compétences en optimisation par simulation de produits ou ensembles complexes et en prototypage de pièces en matériaux composites à base thermodurcissable et renforts continus. f) Nanocomposites Le potentiel d utilisation des nanomatériaux dans différents domaines se heurte à de multiples difficultés. Les centres mettront en commun leur expérience dans ce domaine pour développer les technologies et méthodologies permettant d intégrer des nanomatériaux dans les matériaux traditionnels, afin d en améliorer les propriétés et de maîtriser les risques liés à leur usage. CRM : expérience en métallurgie, intégration de charges dans les matériaux métalliques Sirris : production et caractérisation de nanomatériaux, technologies d intégration de nanocomposites Cenaero : modélisation et simulation de phénomènes multiphysiques. g) Développement durable des process et produits La concrétisation de l accroissement de compétitivité résultant d une réduction de l impact environnemental interpelle grandement les industriels des secteurs des fabrications, et les pousse à remettre en question leur mode de production et leurs produits. GEM³ identifiera les problématiques spécifiques et coordonnera ses capacités pour les traiter. CRM : optimisation énergétique de process, solutions innovantes de captage et stockage de l énergie Sirris : alternatives écologiques de production, composites fibres naturelles, produits écointelligents Cenaero : modélisation, simulation et optimisation des procédés afin de minimiser les déchets et les pertes de matières, les déperditions thermiques ainsi que d optimaliser les essais, optimisation des cycles de cuisson et de la thermique des outillages pour la fabrication de pièces composites, composites verts. Constitution GEM³ - 21/02/2013 6/8

7 8. Organisation 8.1. Statut et forme de GEM³ Dans un premier temps, afin de garder la souplesse et la réactivité nécessaires et de ne pas multiplier les structures, GEM³ prendra la forme d une association de fait, sans forme juridique spécifique. L évolution éventuelle vers une forme juridique spécifique nécessitera l accord des membres Principes de collaboration entre membres Dans le cadre de GEM³, les principes suivants s appliquent : chaque membre garde son statut juridique, ses organes de gestion et actifs propres, le contrôle de son personnel, la propriété de ses inventions et découvertes et son autonomie de gestion chaque membre s engage à assurer la transparence de ses décisions de gestion et de ses choix stratégiques vis-à-vis des autres membres, dans la mesure où lesdites décisions peuvent avoir un impact sur GEM³ ou un autre membre les membres se concertent et s assistent mutuellement dans leurs efforts de synergie ; assistance et conseils mutuels seront apportés gracieusement et généreusement les membres s engagent à se concerter à propos des investissements en équipements d ampleur et à s informer régulièrement de l évolution de leur parc respectif d équipements chaque membre s engage à faire la promotion des compétences des autres membres dans ses contacts avec sa clientèle et à les associer de manière privilégiée, selon leur compétence, lors du montage de projets subsidiés ou non Principes de collaboration entre Centres Dans le cadre de GEM³, les principes suivants s appliquent : chaque Centre s engage à observer une stricte attitude de non-concurrence vis-à-vis des autres et à œuvrer au maintien de la confiance mutuelle chaque Centre s engage à déployer les efforts nécessaires et indispensables pour dégager une structure financière saine et maintenir son agrément auprès de la Wallonie les Centres s engagent à se faire les meilleures conditions commerciales et à privilégier l accès mutuel de leur personnel aux infrastructures scientifiques et techniques de chacun dans les domaines de recouvrement de compétences et/ou de moyens techniques, les membres s engagent à faire appel au membre de l association réputé de meilleures compétences dans le strict intérêt du donneur d ordre et les Centres veilleront à harmoniser leur tarif de prestations en la matière chaque Centre s engage à adopter une image commune dans la mesure de ses possibilités et de sa situation légale la création d opportunités pourra faire l objet de compensations éventuelles à négocier entre Centres au cas par cas Pilotage de GEM³ Le pilotage de GEM³ est assuré par un Comité de pilotage les rôles du Comité de pilotage sont : proposer des avis, conseils et recommandations sur la stratégie pluriannuelle de GEM³ en Wallonie et des entités qui la composent (programmes de recherche prioritaires, investissements en équipements et matériels, collaborations envisagées, ) assurer la liaison avec les activités et projets des pôles de compétitivité, en particulier MECATECH et SKYWIN Constitution GEM³ - 21/02/2013 7/8

8 représenter et défendre les intérêts de GEM³, en collaboration avec la Direction des centres qui la composent et Agoria Wallonie, auprès des parties prenantes wallonnes, belges et internationales proposer et/ou valider les partenariats technologiques régionaux, nationaux et internationaux de GEM³ Le Comité de pilotage sera composé de 17 membres et 2 observateurs, répartis comme suit : Membres : 2 industriels présentés par le conseil d administration de Mecatech, 2 industriels présentés par le conseil d administration de Skywin, 3 industriels présentés par les conseils d administration ou conseil de direction des 3 Centres qui fondent GEM³ (1 par centre) 3 représentants de la Direction des Centres de recherche à la base de GEM³ (1 par centre) 1 représentant d Agoria Wallonie 1 représentant des entreprises membres du CRM 1 représentant de la Direction de Mecatech 1 représentant de la Direction de Skywin 3 représentants des Académies Universitaires présentes en Wallonie (1 par Académie) Observateurs : 2 représentants des autorités de la Wallonie Les membres du Comité de pilotage peuvent valablement engager l organisation qu ils représentent. Le Comité de pilotage pourra s ouvrir à d autres membres dans un second temps. Le Comité de pilotage pourra en outre se faire assister de 2 experts étrangers. Constitution GEM³ - 21/02/2013 8/8

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CRÉATION DU CTIPC

DOSSIER DE PRESSE CRÉATION DU CTIPC DOSSIER DE PRESSE CRÉATION DU CTIPC Janvier 2016 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Décembre 2015 LA CRÉATION DU CTIPC Le PEP se réjouit de la ratification par Emmanuel Macron, Ministre de l Economie et des Finances,

Plus en détail

Marketing & Coaching : une combinaison inédite pour oser le changement Année 2016

Marketing & Coaching : une combinaison inédite pour oser le changement Année 2016 Code Siret 79177443300019 Code APE 7022Z Marketing & Coaching : une combinaison inédite pour oser le changement Année 2016 Sommaire La cible prioritaire Les origines de la prestation, ou la naissance d

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Pôle d innovation technologique de la construction durable : ROI. Règlement d'ordre Intérieur. Introduction :

Pôle d innovation technologique de la construction durable : ROI. Règlement d'ordre Intérieur. Introduction : Règlement d'ordre Intérieur Introduction : Le pôle d innovation NEOBUILD a vu le jour le 4 mai 2011 à l initiative du Conseil de Développement Economique de la Construction (CDEC). Le Ministère de l Economie

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI

PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI PME UNIVERSITE La 1ère université des PME et ETI La solution aux enjeux de formation des PME et ETI, conçue par des dirigeants, pour le développement de leurs entreprises et de leurs salariés. OSSIER E

Plus en détail

Attractivité de l enseignement supérieur et de la recherche pour le développement de l Aquitaine

Attractivité de l enseignement supérieur et de la recherche pour le développement de l Aquitaine CONSEILÉCONOMIQUE,SOCIALET Séanceplénièredu20octobre2010 ENVIRONNEMENTALRÉGIONALD AQUITAINE AVISDUCONSEILECONOMIQUE,SOCIALETENVIRONNEMENTALREGIONAL Attractivitédel enseignementsupérieuretdelarecherche

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company

LA FORMATION. Moteur d une démarche de prévention. a DEKRA company LA FORMATION Moteur d une démarche de prévention a DEKRA company LE CONTEXTE De nos jours, les actions de formation sont nombreuses et diverses. Les thématiques peuvent varier de sujets réglementaires

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Des solutions qui supportent vos ambitions

Des solutions qui supportent vos ambitions Des solutions qui supportent vos ambitions Réussir ses objectifs stratégiques Dans un environnement social et économique mondialisé en perpétuelle mouvance, où harmonisations législatives et réglementaires

Plus en détail

Pôle d Intelligence Logistique Europe du Sud La logistique en 2008 dans le Nord Isère Synthèse d enquête

Pôle d Intelligence Logistique Europe du Sud La logistique en 2008 dans le Nord Isère Synthèse d enquête Pôle d Intelligence Logistique Europe du Sud La logistique en 2008 dans le Nord Isère Synthèse d enquête Une enquête EPIDA - CCI Nord Isère pour le PIL es Enquête sur les usines logistiques destinée à

Plus en détail

- que certains des signataires appliquent d ores et déjà tout ou partie des principes de la charte ;

- que certains des signataires appliquent d ores et déjà tout ou partie des principes de la charte ; PREAMBULE L étude des dossiers soumis à la Médiation du crédit depuis sa création en novembre 2008 a révélé un certain nombre de difficultés dans la relation des PME avec leurs grands clients, donneurs

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Communiqué de presse 16 juin 2005 Fusion de Stock at Stake (membre du groupe Ethibel) et Vigeo : naissance du Groupe Vigeo, première agence européenne de mesure de

Plus en détail

Les solutions solaires thermiques compétitives

Les solutions solaires thermiques compétitives Mercredi 06 novembre 2013 Les solutions solaires thermiques compétitives Intervenants : Valérie LAPLAGNE, responsable ENR, UNICLIMA Philippe GAY, Coordinateur de missions, ENERPLAN RASSEMBLONS NOS ENERGIES

Plus en détail

La CCI Haute-Savoie de demain

La CCI Haute-Savoie de demain Dossier de presse La CCI Haute-Savoie de demain 25 juin 2015 www.haute-savoie.cci.fr La CCI de demain se construit aujourd hui Face aux sévères restrictions budgétaires imposées au réseau des CCI ces trois

Plus en détail

Master Administration des Entreprises

Master Administration des Entreprises Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Objectifs de la formation en gestion La mention «Management et» a pour

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile

L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile Le secteur de l automobile est l un des plus importants au monde. Il dépense plus de 100 milliards de dollars par an en

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Livre Blanc : Attentes et recommandations

Livre Blanc : Attentes et recommandations 4.7 ATTENTES ET RECOMMANDATIONS GROUPE F ENSEIGNEMENT FORMATION 4.7.1 Préambule Les pilotes du groupe Enseignement-Formation ont pris en compte une double problématique. D abord analyser et synthétiser

Plus en détail

Monographie de fonction

Monographie de fonction Monographie de fonction Nom de la fonction: Niveau: Grade : Responsable de la section «Titres-services «/IDESS B Gradué spécifique 1. Renseignements généraux Localisation de la fonction Lieu de travail

Plus en détail

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation

Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation Optimisation des coûts, contrôle des risques et innovation TROUVEZ LE BON ÉQUILIBRE AVEC DES SOLUTIONS LOGICIELLES ET DES PRESTATIONS DE CONSEIL POUR LA GOUVERNANCE OPÉRATIONNELLE PRENEZ UNE LONGUEUR

Plus en détail

Est un pôle leader de l innovation collaborative en Matériaux et Procédés.

Est un pôle leader de l innovation collaborative en Matériaux et Procédés. Les pôles de compétitivité développent la capacité d innovation des acteurs économiques, afin de dynamiser la croissance et l emploi sur les marchés porteurs d avenir. Un pôle de compétitivité rassemble

Plus en détail

ACCÉLÉRATEUR D INNOVATION AU SERVICE DE L INDUSTRIE

ACCÉLÉRATEUR D INNOVATION AU SERVICE DE L INDUSTRIE ACCÉLÉRATEUR D INNOVATION AU SERVICE DE L INDUSTRIE ÉDITO Construite sur l expérience réussie du LETI à Grenoble, CEA Tech est forte de 4500 collaborateurs chargés d innover au service de l industrie.

Plus en détail

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN

OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN OBLIGATIONS POUR UN ENVIRONNEMENT INTERNET COMPÉTITIF, SÉCURISÉ ET SAIN 2 Introduction Internet a connu un développement et une évolution spectaculaires grâce à l innovation et à la créativité incontestable

Plus en détail

Définition des objectifs pour la rédaction des plans d action du Pacte

Définition des objectifs pour la rédaction des plans d action du Pacte Définition des objectifs pour la rédaction des plans d action du Pacte Septembre 2015 1 Axe thématique I - Adapter les compétences et savoirs aux besoins de l école du 21 e siècle Soutien académique :

Plus en détail

ICESC. Instance de Concertation de l Espace Scolaire de Charleroi. Des projets novateurs et inter-réseaux pour l enseignement qualifiant à Charleroi

ICESC. Instance de Concertation de l Espace Scolaire de Charleroi. Des projets novateurs et inter-réseaux pour l enseignement qualifiant à Charleroi ICESC Instance de Concertation de l Espace Scolaire de Charleroi Des projets novateurs et inter-réseaux pour l enseignement qualifiant à Charleroi Acquis et avenir de l ICESC L ICESC : les origines et

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels La présente Charte a été adoptée par le Conseil d Administration du Réseau CTI le 29 janvier 2009 1 Préambule L innovation et la recherche

Plus en détail

SERVICES. Distribution de licences logicielles et gestion des droits livrés dans le Cloud et conçus pour le Cloud

SERVICES. Distribution de licences logicielles et gestion des droits livrés dans le Cloud et conçus pour le Cloud SERVICES Distribution de licences logicielles et gestion des droits livrés dans le Cloud et conçus pour le Cloud L industrie du logiciel face aux défis du Cloud Les entreprises ont rapidement réalisé la

Plus en détail

INVENTEUR DE SOLUTIONS GLOBALES INTELLIGENTES*

INVENTEUR DE SOLUTIONS GLOBALES INTELLIGENTES* INVENTEUR DE SOLUTIONS GLOBALES INTELLIGENTES* *Inventor of smart global solutions SPECIALISTE DANS L ANALYSE, LE DEVELOPPEMENT ET LA MISE EN SERVICE D APPLICATIONS AUTOMATISEES POUR LES INFRASTRUCTURES

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Notre organisation L Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) est un organisme fédéral créé

Plus en détail

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE

Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Plan DE RAPPROCHEMENT EN MATIÈRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE Pour relever le défi de l accessibilité et de la qualification dans toutes les régions du Québec Table des matières Une approche

Plus en détail

L avenir des industries mécaniques, innovation et contribution des scientifiques

L avenir des industries mécaniques, innovation et contribution des scientifiques 11 ième rencontre nationale du réseau des mécaniciens 2010 L avenir des industries mécaniques, innovation et contribution des scientifiques Pierre Devalan Vice-Président AFM Héron d'alexandrie, mécanicien

Plus en détail

PORTRAIT D UNE ENTREPRISE AXÉE SUR L INNOVATION

PORTRAIT D UNE ENTREPRISE AXÉE SUR L INNOVATION PORTRAIT D UNE ENTREPRISE AXÉE SUR L INNOVATION LOGIENT EST UNE ENTREPRISE DE GÉNIE LOGICIEL AXÉE SUR L INNOVATION. Depuis plus de 15 ans, Logient vous accompagne et réalise vos projets de développement

Plus en détail

Charte de déontologie du CSTB

Charte de déontologie du CSTB Charte de déontologie du CSTB La présente charte définit et fait connaitre la déontologie que le CSTB s engage à respecter en tant que support d innovation et tiers de confiance. Dans cette perspective,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DU TRANSPORT *** DIRECTION GENERALE DE LA LOGISTIQUE ET DU TRANSPORT MULTIMODAL TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX)

ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX) LETTRE DE MISSION ADMINISTRATEUR GENERAL AGENCE WALLONNE A L EXPORTATION ET AUX INVESTISSEMENTS ETRANGERS (AWEX) 1. DESCRIPTION DE FONCTION ET PROFIL DE COMPETENCES A. DESCRIPTION DE FONCTION A.1. Missions

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing!

Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing! Bienvenue au cœur de l écosystème français expert du manufacturing! Jules Verne Manufacturing Valley Elle concentre des compétences industrielles et académiques clés Elle développe l intelligence collaborative

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Les douze modules que comporte cette formation en ligne portent d une part sur la démarche dont les différentes étapes sont décrites pas

Plus en détail

CAP NOVA EN QUELQUES MOTS

CAP NOVA EN QUELQUES MOTS EN QUELQUES MOTS Nous sommes un cabinet spécialisé dans l accompagnement des décideurs : développement de vos pratiques managériales, accompagnement à la formalisation collective de projets, organisation

Plus en détail

CTI Plasturgie et Composites Assemblée Générale ALLIZE PLASTURGIE Languedoc Roussillon

CTI Plasturgie et Composites Assemblée Générale ALLIZE PLASTURGIE Languedoc Roussillon CTI Plasturgie et Composites Assemblée Générale ALLIZE PLASTURGIE Languedoc Roussillon Alès, 24 juin 2014 Le constat de départ 1 Un défi majeur d innovation Renforcer la valeur ajoutée des produits transformés

Plus en détail

Gouvernement inter-francophone

Gouvernement inter-francophone Gouvernement inter-francophone Volet 2 du Plan Cigogne III : 7.300 nouvelles places d accueil pour la petite enfance à Bruxelles et en Wallonie durant la législature 1. Introduction Le 26 février 2015

Plus en détail

1 er BAROMETRE DE L INNOVATION DANS LES IAA

1 er BAROMETRE DE L INNOVATION DANS LES IAA 1 er BAROMETRE DE L INNOVATION DANS LES IAA DOSSIER DE PRESSE Décembre 2014 Contacts presse : Valorial : Christophe JAN 02 23 48 59 64 christophe.jan@pole-valorial.fr KPMG : Aurélie JOUNY 02 28 24 11 53

Plus en détail

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION I Soutien au développement économique 1) Connaissance et analyse du tissu économique Une mission de connaissance et d analyse du tissu économique

Plus en détail

www.vision-2018.org - 25 -

www.vision-2018.org - 25 - www.vision-2018.org - 25 - La navigation intérieure est un mode de transport dynamique et tourné vers l avenir. Par la «Vision 2018», la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin (CCNR) se fixe pour

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure d Ingénieurs en Informatique, Automatique, Mécanique, Énergétique et Électronique

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste

coaching pour les cadres dirigeants développement du leadership PDG alignement de l'organisation coaching de prise de poste coaching pour les cadres dirigeants intégration communautés de talents marque employeur croissance succession développement du leadership diversité PDG comité de direction stratégie de gestion des talents

Plus en détail

Séance formation - Biowin. Jury international des pôles Liège 5 octobre 2015

Séance formation - Biowin. Jury international des pôles Liège 5 octobre 2015 Jury international des pôles Liège Mission et composition du jury international Le jury international a pour mission 1. D évaluer l opportunité et la pertinence des projets concrets présentés lors de chaque

Plus en détail

Dossier de Presse D ouverture du Forum digital

Dossier de Presse D ouverture du Forum digital Dossier de Presse D ouverture du Forum digital Vendredi 16 mars 2012 Communiqué de presse Forum digital : l esprit d équipe 1000m² d espace de travail, de nombreux outils à disposition, des modes de fonctionnement

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Atelier 10. Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée

Atelier 10. Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée Atelier 10 Maximiser ses ventes : L'avantage concurrentiel d'une technologie intégrée > Michel JOIE, Responsable de clientèle, SWISS RE > Laurence PAGNIER, Responsable du service Sélection des Risques,

Plus en détail

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction Le management de l innovation dans le secteur du logement social Université d été 2012 Introduction INTRODUCTION : ENJEUX DE L INNOVATION DANS LE SECTEUR PROFESSIONNEL L innovation, constante dans l histoire

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

Politique Ressources Humaines

Politique Ressources Humaines Politique Ressources Humaines 1 Fondamentaux de la politique ressources humaines Une responsabilité partagée Egalité des chances et équité Un équilibre vie privée-vie le Des conditions favorables au maintien

Plus en détail

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-neuvième réunion Point 3.4 de l ordre du jour provisoire EBPBAC19/4 27 décembre 2013 Rapport annuel sur les technologies de

Plus en détail

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014-2015 A. La Grande Ecole Les conditions d accès Le concours est ouvert aux : 1. Elèves des classes préparatoires, âgés de 22 ans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion administrative

Licence professionnelle Assistant de gestion administrative Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion administrative Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

ANNEXE 1. 1 La mission du FNR

ANNEXE 1. 1 La mission du FNR Extraits du Contrat de Performance 2011-2013 ANNEXE 1 1 La mission du FNR Dans le cadre des missions décrites dans la loi modifiée du 31 mai 1999 portant création d'un fonds national de la recherche dans

Plus en détail

AXE 1 RENFORCER LA RECHERCHE, FICHE THEMATIQUE 1-2 : RECHERCHE INNOVATION LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET L INNOVATION

AXE 1 RENFORCER LA RECHERCHE, FICHE THEMATIQUE 1-2 : RECHERCHE INNOVATION LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET L INNOVATION AXE 1 RENFORCER LA RECHERCHE, LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET L INNOVATION FICHE THEMATIQUE 1-2 : RECHERCHE INNOVATION Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 1.b : Promotion des

Plus en détail

www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines

www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines Business Process Outsourcing (BPO) Conseil en Management et Organisation Ingénierie Informatique Formation et Coaching Agence

Plus en détail

PROJET ORC-PLUS. Présentation, objectifs et avantages industriels, économiques et sociaux.

PROJET ORC-PLUS. Présentation, objectifs et avantages industriels, économiques et sociaux. PROJET ORC-PLUS Présentation, objectifs et avantages industriels, économiques et sociaux. Contenu Présentation de l IRESEN Plateforme Green Energy Park La centrale pilote CSP-ORC Le projet ORC-PLUS : genèse

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Atelier OSE Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Présentation Le CUEEP Littoral - Service Formation continue, apprentissage et VAE de l ULCO - Le CUEEP a des activités: -

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA JEUNESSE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Arrêté du 8 février 2011 fixant le programme pour le cycle terminal de la série

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE. 25 Novembre 2009

ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE. 25 Novembre 2009 ETUDE PROSPECTIVE SUR L EMPLOI ET LA FORMATION LIÉS À L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LE DOMAINE DU BÂTIMENT SYNTHÈSE 25 Novembre 2009 Le contexte de la démarche Le bâtiment, un secteur concerné de façon

Plus en détail

Dossier de presse 2015

Dossier de presse 2015 Dossier de presse 2015 Des professionnels qualifiés Un gage de confiance pour le consommateur Contacts presse Qualit EnR Cecil Bonnesoeur - 01 48 78 70 51 - communication@qualit-enr.org Rumeur Publique

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René Palacin Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement

Titre I : Principes généraux. Titre II : Procédure de recrutement UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE COMPIÈGNE Ecole doctorale Charte de thèse Centre de Recherche Royallieu - CS 60319-60203 Compiègne cedex tél. 03 44 23 44 23 - www.utc.fr Préambule La charte de thèse de l Université

Plus en détail

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre Plan d urgence pour l emploi Propositions à débattre Avant propos : Ce document est un document de travail. Il vise à formuler un projet de plan d action structuré en faveur de la création d emplois. Il

Plus en détail

LE ROLE DE L UNIVERSITE DANS L INNOVATION ET LE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL Forum Franco mexicain Alain Storck Président de l UTC

LE ROLE DE L UNIVERSITE DANS L INNOVATION ET LE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL Forum Franco mexicain Alain Storck Président de l UTC UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE COMPIÈGNE UTC Présidence LE ROLE DE L UNIVERSITE DANS L INNOVATION ET LE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL Forum Franco mexicain Alain Storck Président de l UTC Présidence Alain STORCK

Plus en détail

Projet «Offres de formation»

Projet «Offres de formation» Projet «Offres de formation» Lignes diréctrices pour l'organisation, le pilotage et le subventionnement des offres de formation destinées aux collaborateurs ecclésiaux à l échelon de la Suisse et des régions

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise 10 octobre 2014 INTRODUCTION Le Gouvernement du Québec s apprête à revoir la fiscalité québécoise

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail