L andropause et problèmes sexuels de l homme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L andropause et problèmes sexuels de l homme"

Transcription

1 L andropause et problèmes sexuels de l homme Le Mai Tu, M.D., M.Sc. Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

2 Objectifs Andropause Dysfonction érectile La santé sexuelle «la santé sexuelle est l intégration des aspects somatiques, affectifs, intellectuels et sociaux de l être sexué, de façon à parvenir à un enrichissement et un épanouissement de la personnalité humaine, de la communication et de l amour». Rapport WHO (OMS)

3 Sexualité et Société La sexualité est une fonction importante Avec toutefois une particularité : On ne meurt pas d un trouble ou d un arrêt de sa sexualité Ce qui permet aux patients et aux médecins de ne pas forcément en parler Andropause - Définition Un syndrome clinique et biochimique associé au vieillissement et caractérisé par des symtômes typiques et une diminution du niveau de testostérone. Il peut résulter en une atteinte de la qualité de vie et nuire au bon fonctionnement de plusieurs organes et systèmes ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2):

4 Épidémiologie Diminution de la testostéronémie de 1% par an après 50 ans (inconstant) 7% des hommes sont hypogonadiques avant 60 ans 20% des hommes sont hypogonadiques après 60 ans SHBG 70% des hommes de plus de 60 ans ont une diminution de la testostérone biodisponible Symptômes cliniques Diminution du désir sexuel, de la qualité des érections fréquence des érections, et des érections nocturnes Modification de l humeur Dépression, irritabilité Diminution des capacités intellectuelles (mentale, cognitive, orientation spatiale), asthénie, fatigue Trouble du sommeil Diminution de la masse tissulaire Volume et force musculaire Graisse viscérale (par contre augmentation de la graisse abdominale) Diminution de la pilosité et altérations cutanées Diminution de la densité osseuse et ostéoporose Augmentation du risque de fracture Clinique: petite gynécomastie petits testis mous Instabilité vasomotrice Tenover IJIR 2003; ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2):

5 évaluation Questionnaire Examen physique Évaluation biochimique Testostérone libre par méthode de dialyse Testostérone calculée Testostérone totale SHBG Si D.É. Associée: Bilan lipidique Évaluation cardiovasculaire Questionnaire: ADAM test 1. Avez-vous une baisse de votre libido (désir d avoir des RS)? 2. Avez-vous une baisse d énergie? 3. Avez-vous noté une diminution de votre force musculaire et de votre endurance lors de l effort? 4. Votre taille a-t-elle diminué? 5. Avez-vous remarqué une diminution de votre goût de profiter de la vie (joie de vivre)? 6. Vous sentez-vous triste ou grincheux (maussade)? 7. Vos érections sont-elles moins fortes (vigoureuses)? 8. Avez-vous noté une diminution de votre capacité à faire du sport? 9. Avez-vous sommeil après les repas? 10. Avez-vous remarqué une diminution de votre performance au travail récemment? Test positif si OUI à 1 ou 7 ou OUI à 3 autres réponses Morales A. et al, The Aging Male

6 Andropause et Diabète Obésité Diabète Obésité+âge = Testo chez Diabétique Supplémentation testostérone Améliore la sensibilité à l insuline Évite le diabète chez les pts en état prédiabétique Hypogonadisme Perte de poids Objectif prioritaire Augmentation de la testostérone Le diabétique qui ne normalise pas sa testostéronémie en perdant du poids doit être traité. Béancourt-Albrecht IJIr 2003 Indications Thérapeutiques Si testostérone sérique contrôlée 3 fois < 200 ng/dl (7nmol/l) : traitement Entre ng/dl: clinique Test thérapeutique possible NR > 400 ng/ml (12 nmol/l) pas de traitement Tenover IJIR 2003; Snyder NEJM

7 Contre-indications absolues Cancer de la prostate ou du sein Polycythémie Apnée du sommeil non traitée Insuffisance cardiaques sévère SBAU sévère (non traité) ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2): 5974 Modalités thérapeutiques Des préparations de testostérone naturelle devraient être utilisés comme thérapie de remplacement (éviter androgène synthétique oral) Des préparations disponibles Musculaire injectable Sous-cutanée Transdermique (timbre cutanée, gel) Orale Buccale Le choix de la préparation devrait être fait conjointement entre le patient et le médecin ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2):

8 Des niveaux supraphysiologiques de remplacement doivent être évités S il n y pas d amélioration des signes et symptômes cliniques observés après 3 mois de traitement, il devrait être cessé D.É. Peut ne pas répondre au TRT Combinaison avec des IPDE5 peut être nécessaire ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2): 5974 Surveillance TR et APS sont obligatoires chez les hommes âgés de 45 ans avant, Q 3 mois / 1ere année, puis annuellement par la suite FSC avant, Q 3 mois/ 1ere année, puis annuellement (polycythémie) Évaluation de la densité osseuse est suggérée tous les 2 ans (si disponible) ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2):

9 Testostérone - HBP Le remplacement de testostérone chez patient hypogonadique ne modifie pas de façon significative L APS Les symptômes de prostatism (IPSS) Le flot urinaire Le remplacement de testostérone chez patient hypogonadique augmente le volume de la prostate de façon significative mais à un niveau normal pour un patient eugonadique ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2): 5974 TESTOSTERONEMIE VS CaP Incidence CaP 9

10 Testostérone - CaP La littérature actuelle: Il n y a pas de corrélation entre le niveau sanguin de testostérone et le risque de développer un CaP Le remplacement de testostérone chez le patient hypogonadique n augmente pas le risque de développer un CaP Chez les hommes traités avec succès pour un cancer de la prostate peut aussi recevoir la thérapie de remplacement de testostérone après un intervalle de temps raisonnable s il n y a pas d évidence de cance résiduelle ou de récidive ISA, ISSAM, EAU. The ageing male, juin 2005; 8(2): 5974 Définition de la dysfonction érectile Incapacité persistante ou récurrente à obtenir ou maintenir une érection permettant un rapport sexuel* (satisfaisant**) * Jardin A. et al. 1st International Consultation on Erectile Dysfuinction. Paris 1-3 July Plymouth: Health Publications Ltd, 2000 ** NIH. Consensus Development panel on Impotence. JAMA 1993; 270 (1): 83-90) 10

11 Activité Sexuelle de l'homme Agé Étude MSAM-7 Nbre de rapport sexuel / mois ,000 hommes âgés de 50 à 80 ans US FR DE IT NL SP UK Rosen J.C et al Int.J.Impot.Res.2002, 14, Suppl 3 # C3.8 La santé sexuelle de l homme La DE est un trouble fréquent, sous-diagnostiqué et insuffisamment traité seulement une fraction des hommes demandent un avis médical Le dépistage de la DE peut mettre en évidence des affections médicales importantes répercussions sur le traitement marqueur substitut du dysfonctionnement endothélial La DE est associée à une diminution de la satisfaction à l égard de la vie sexuelle «Les médecins de premier recours, les urologues, les spécialistes de médecine interne, les psychiatres et les autres professionnels de la santé devraient initier un dialogue ouvert sur les questions relatives à la sexualité pour cerner les hommes atteints de DÉ qui ne parleraient pas d eux-mêmes de santé sexuelle.» Comité des lignes directrices de l Association canadienne d urologie 11

12 Épidémiologie Prévalence Âge et prévalence Fonction érectile normale 48 % Complète 10 % Minimale 17 % Modérée 25 % Prévalence dans la population (%) Gravité de la DE Minimale Modérée Complàte Âge (moyenne) Épidémiologie DE touche 30% des hommes Prévalence augmente avec l age Hypogonadisme 10-20% des hommes souffrant de DE ont des anomalies du bilan hormonal. 35% après 60 ans. 12

13 DE - facteurs de risque Mixte Psychogène Organique Vieillissement Diabète Chirurgie de la prostate Maladie cardiovasculaire hypertension artérielle hyperlipidémie Tabagisme Surconsommation d alcool Obésité Les perspectives canadiennes 64% hommes atteints de DE ont au moins un facteur de risque 72% hommes atteints de DE disent que leur MD pose rarement ou ne pose jamais de questions sur leur santé sexuelle. Les médecins ont surestimé de façon significative la satisfaction exprimée par les patients p/r au traitement 13

14 Les perspectives canadiennes 72% hommes atteints de DE consultent leur MD annuellement, mais 51% d entre eux n ont pas discuté de ce problème, 89% en parleraient si le MD amorçait la discussion Seuls 50% des patients traités par le sildénafil en ont été satisfaits. La principale raison de leur insatisfaction est le manque d efficacité La DE reste sous-diagnostiquée et insuffisamment traitée au Canada Le traitement oral de la DE est sous-prescrit Les perspectives canadiennes 40% des généralistes n effectuent pas de dépistage de la DE Les inquiétudes relativement au sildénafil concernant les dérivés nitrés et la nitroglycérine, les maladies du cœur; cependant, 82% ne craignent pas de prescrire même en présence des troubles concomitants 99% des MD croient que leurs patients sont satisfaits du traitement Seulement 42% des MD, comparativement à 70% des hommes, s inquiètent des problèmes éventuels causés par un médicament agissant pendant 24heures 14

15 MSAM-7 Activité sexuelle et symptômes urinaires Pourcentage élevé d hommes déclarant avoir une activité sexuelle: 83% déclinant avec l âge et la sévérité des symptômes Fréquence 10 de l activité 9 sexuelle /mois Symptômes urinaires IPSS Jamais Léger Modéré Sévère Jamais Léger Modéré Sévère jamais Léger Modéré Sévère ans ans ans Évaluation diagnostic de la DE Symptômes du patient Évaluation sexuelle, médicale, et psychologique Désir, excitation, érection, éjaculation, orgasme, douleur Rechercher les facteurs de risque; condition c.v. instable; traumatisme ou chirurgie pelvi-périnéale médication Stress psychosocial; problème de couple Examen physique spécifique OGE; prostate; signes suggestif d hypogonadisme Bilan laboratoire de base Glycémie; HbA1C; profil lipidique; dosage hormonal (si indiqué) 15

16 Management de la DE Diagnostic présomptif: DE Explications: Problème sexuel fréquent mais anormale Majorité de nature organique Peut être traité Les facteurs de risque Les attentes du patient et du (de la) partenaire vis-à-vis du traitement Donner la prescription Céduler un RV de suivi Traitements de 1ere ligne de la DE Soins primaires Corriger les causes modifiables Premier recours Inhibiteurs de la PDE5 Counseling Deuxième recours Appareils à vide Agents injectables Traitement intra-urétral Troisième recours Spécialistes Implant 16

17 Mécanisme d action des IPDE5 Stimulation sexuelle Inhibiteur de la PDE5 Libération de monoxyde d azote (NO) dans les corps caverneux GTP Activation Guanylate cyclase PDE 5 GMPc 5 GMP Dégradation du GMPc par la PDE5 Relâchement des muscles lisses des corps caverneux Érection Contre-indications aux IPDE5 Patients prenant toute forme de dérivés nitrés Patient souffrant d un infarctus du myocarde évolutif Patient ayant une hypertension pulmonaire Patients ayant multiples hypotenseurs Patient chez qui l activité sexuelle constitue un facteur de risque élevé 17

18 Effort physique dépense énergétique Marche, terrain plat (3 km / h) = 2 mets Golf, transport des bâtons = 4-5 mets Jardinage (creuser) = 3-5 mets Pose de papier peint = 4-5 mets Bicyclette, terrain plat (19 km / h) = 7mets Pelletage, 7 kg / min = 9 à 12 mets Met = Équivalent métabolique de la dépense énergétique Au repos Jackson G. et coll., Int J Clin Pract, 1999, 53 (6), p Effort physique et activité sexuelle Activité sexuelle avant l orgasme = 2-3 mets Durant l orgasme = 3-4 mets Possibilité de 5-6 mets chez les jeunes personnes On présume que si un patient est capable de monter 2 volées d escaliers, il est capable d avoir une relation sexuelle Cependant, il faut tenir compte des facteurs psychologiques et émotifs et des traitements qu il reçoit DeBusk et coll., Am J Cardiol, 2000, 86, p

19 Facteurs pouvant influer sur le succès thérapeutique IPDE5 Facteurs liés au médicament réponse inadéquate repas riche en matières grasses, consommation d alcool stimulation sexuelle nécessaire Facteurs liés au patient attentes irréalistes prise en charge insuffisante des facteurs de risque crainte à l égard des effets secondaires possibles Sensibilisation efficace transformer les échecs thérapeutiques en succès 19

20 Comparaison des profils de IPDE5* Sildénafil Tadalafil Vardénafil Disponibilité 25, 50, 100 mg 10, 20 mg 5, 10, 20 mg Absorption Un repas riche en matières grasses réduit grandement la vitesse absorption du médicament** Les aliments et une quantité modérée d alcool n ont aucun effet sur l absorption** absorption réduite par un repas riche en gras; repas moyennement riche en gras et quantité modérée d alcool ; aucun effet** Posologie (avant le rapport) 60 minutes 30 minutes 25 à 60 minutes Concentration plasmatique maximale observée 30 à 120 minutes (médiane de 60 minutes) à jeun 2 heures (médiane) 30 à 120 minutes (médiane de 60 minutes) à jeun. A été signalée dès 15 minutes après t 1/2 3 à 4 heures 17,5 heures 4 à 5 heures * Données tirés des monographies respectives; portée clinique comparative non prouvée ** La consommation d alcool peut nuire à la capacité d obtenir une érection Effets secondaires des IPDE5 (12.8) (10.4) (4.6) (>10) (>10) (<10) (14.5) (4) (12.3) (1.1) (1.9) (1.2) (<10) (<10) (4.3) (0) (2.3) (1.9) (0) (0) (0) (4.2) (1.8) 20

21 Conclusions L évaluation et le diagnostic de la DE est simple Les médecins quelques soient spécialistes ou généralistes doivent être familiarisés avec le management de la DE Un suivi de traitement est essentiel pour s assurer une compliance au traitement, efficacité, et tolérabilité Les IPDE5 sont le traitement de 1 ère ligne de la DE Les IPDE5 sont très efficaces et leur efficacité est similaire Conclusions La différence est dans la durée d action Les IPDE5 sont bien tolérés Actuellement, il n y a pas d étude de comparaison méthodologiquement valide entre les IPDE5 La préférence des patients influence l efficacité et la tolérance 21

22 Conclusion Diminution de la qualité et de la quantité de testo produite par les testis avec l âge Modifications physiol. participent et aggravent les modifications liées au vieillissement Vie intime sexualité Vie sociale neuro-comportementales Activité physique CV Diagnostic biologique repose sur le dosage de la testostérone (biodisponible) Conclusion Traitement : Androgénothérapie substitutive Gel transdermique plus physiologique Formes injectables moins chers Formes orales moins efficaces Association thérapeutique: Pschychotérapie de soutien: Pb sex et comport. IPDE5 Activité physique Co-morbidités Surveillance: PSA, TR, Testo, seins, Htc, ostéodensitométrie 22

23 Médecine sexuelle 2006 Les problèmes sexuels sont partagés Les solutions sexuelles sont partagées Quand on traite les problèmes sexuels traiter les 2 personnes Merci! 23

24 Questions 24

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Pratique du traitement hormonal dans le cancer de la prostate en France en 2012

Pratique du traitement hormonal dans le cancer de la prostate en France en 2012 Pratique du traitement hormonal dans le cancer de la prostate en France en 2012 Enquête AFU Ferring Coordinateur Pr Laurent Salomon L Association Française d Urologie (AFU) en partenariat avec les Laboratoires

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

Androgenothérapie chez l homme

Androgenothérapie chez l homme Androgenothérapie chez l homme Hervé Lejeune Département de Médecine de la Reproduction Hôpital E. Herriot, Lyon Androgènes utilisables en thérapeutique Esters de testostérone, formes "retard", voie intramusculaire

Plus en détail

L ANDROPAUSE Mythe ou Réalité? Richard Combes François Combes

L ANDROPAUSE Mythe ou Réalité? Richard Combes François Combes L ANDROPAUSE Mythe ou Réalité? Richard Combes François Combes Les Acteurs DEFINITION Terme «d andropause» impropre Déficit androgénique partiel lié à l âge = DALA DALA MENOPAUSE Très progressif Inconstant

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Item 120 (Item 55) Andropause Collège Français des Urologues

Item 120 (Item 55) Andropause Collège Français des Urologues Item 120 (Item 55) Andropause Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 1.1. Physiologie de l axe gonadotrope...3 1.2. Différentes fractions de la testostérone...3

Plus en détail

j ournée L hyperprolactinémie : quand les hormones deviennent capricieuses d endocrinologie Les manifestations cliniques Le cas de Mme Picard

j ournée L hyperprolactinémie : quand les hormones deviennent capricieuses d endocrinologie Les manifestations cliniques Le cas de Mme Picard L hyperprolactinémie : quand les hormones deviennent capricieuses Ghislaine Houde, MD, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : L endocrinologie, Université de Sherbrooke, septembre 2007 Le cas

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Quel bilan réaliser devant une dysfonction érectile? Dr Christophe BONNIN - Nice

Quel bilan réaliser devant une dysfonction érectile? Dr Christophe BONNIN - Nice Quel bilan réaliser devant une dysfonction érectile? Dr Christophe BONNIN - Nice Absence de liens d intérêts Principales causes organiques de dysfonction érectile Neurologiques Centrales (cérébrale ou

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS

Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS Item 56 (Item 40) Sexualité normale et ses troubles EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, concernant la physiologie de la sexualité : A - C est une combinaison de phénomènes

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT

Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins. Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Observance par les patients du conseil téléphonique délivré pendant la permanence de soins Dr Francis BEZON Pr Gilles CLEMENT Introduction o Le conseil médical téléphonique (CMT) = 56% des appels pendant

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) Définition et objectifs - Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes ayant

Plus en détail

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental

PASS BIEN-ETRE EN CHAMPAGNE-ARDENNE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE. Document expérimental PASS BIEN-ETRE PASSEPORT PARCOURS ANIMATION SPORT SANTE EN CHAMPAGNE-ARDENNE Document expérimental Le PASS Bien-Etre Aidez-nous a prendre soin Tête et cou Bras gauche Bras droit Buste et dos Main Droite

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire restrictifs ou évitants (TCARÉ)

Troubles du comportement alimentaire restrictifs ou évitants (TCARÉ) Troubles du comportement alimentaire restrictifs ou évitants (TCARÉ) PROGRAMME CANADIEN DE SURVEILLANCE PÉDIATRIQUE 2305, boul. St. Laurent, bureau 100 Ottawa (Ontario) K1G 4J8 Tél. : 613-526-9397, poste

Plus en détail

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS

LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS LE TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE THS Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala Postgraduate Training in Reproductive Health Research Faculty of

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

Aménagement des cycles et recherche de la performance

Aménagement des cycles et recherche de la performance Aménagement des cycles et recherche de la performance Docteur Carole MAITRE INSEP Cette thématique nous amène à nous poser plusieurs questions : Les cycles peuvent-ils être un frein à la performance? Le

Plus en détail

CENTRE ANTIDOULEUR (418-835-7237)

CENTRE ANTIDOULEUR (418-835-7237) CENTRE ANTIDOULEUR (418-835-7237) QUESTIONNAIRE SUR L ÉVALUATION DE VOTRE DOULEUR Afin de mieux répondre à vos besoins, nous vous demandons de bien vouloir compléter ce questionnaire. Vous pouvez demander

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Apnée du sommeil. Prenez vos rêves en main

Apnée du sommeil. Prenez vos rêves en main Apnée du sommeil Prenez vos rêves en main Symptômes de l'apnée du sommeil Symptômes diurnes Symptômes nocturnes Les patients souffrant d'apnée du sommeil n ont pas souvent conscience de leur pathologie.

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 Objectifs Au terme de cet exposé, les participants pourront 1- identifier les états cliniques correspondants

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011

Diagnostic du SAOS et des TRS. E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Diagnostic du SAOS et des TRS E. Frija-Orvoën Cours DES pneumologie 2 décembre 2011 Troubles respiratoires du sommeil Syndrome d apnées-hypopnées (SAHS) du sommeil: obstructif, le plus fréquent +++ central,

Plus en détail

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN Cette brochure gratuite a été réalisée par «Liège Province Santé» de l O.M.S. sur base d un texte scientifique du Professeur André SCHEEN, Professeur de Médecine, Université de Liège, Chef de Service du

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Service d Urologie CHI Haute Saône Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Palascak P., Gomez Orozco W., Nader N., Sauvain J.L., Sachova J., Palmero X. SOMMAIRE Epidémiologie Dépistage

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Dysfonction érectile. Comment aborder le sujet et possibilités de traitement. Alain Bitton Urologue FMH Genève. http://www.andrologue.

Dysfonction érectile. Comment aborder le sujet et possibilités de traitement. Alain Bitton Urologue FMH Genève. http://www.andrologue. Février 2012 Dysfonction érectile Comment aborder le sujet et possibilités de traitement Alain Bitton Urologue FMH Genève http://www.andrologue.com This is a talk about sex, and contains potentially offensive

Plus en détail

épileptique Vivre avec un animal

épileptique Vivre avec un animal e 100744 - DEPLIANT MAE - A13 - TVM est une marque déposée - Conception et réalisation graphiques : Vice Versa Clermont-Fd, 04 73 90 94 05 - Crédit photos : Fotolia Vivre avec un animal épileptique www.tvm.fr

Plus en détail

Analyse de la satisfaction des usagers

Analyse de la satisfaction des usagers Analyse de la satisfaction des usagers Le questionnaire de satisfaction: 3000 2500 2000 1500 1000 500 0 Taux de retour des questionnaires distribués avec le livret d'accueil 1411 1189 1190 1140 1358 1353

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 mars 2015 L avis de la Commission de la transparence adopté le 18 février 2015 a fait l objet d une audition le 18 mars 2015 VITAROS 300 µg, crème B/4 (CIP : 3400927543876)

Plus en détail

La Docteure Martine Bernard a répondu : L examen gynécologique

La Docteure Martine Bernard a répondu : L examen gynécologique Les réponses de vos confrères à vos questions 1. L examen gynécologique Quelles sont les recommandations quant au suivi gynécologique des femmes postménopausées et des femmes plus âgées Dr René Julien,

Plus en détail

X-Fragile: Vie d Adulte Particularités du diagnostic, de la prise en charge et du suivi chez les adultes

X-Fragile: Vie d Adulte Particularités du diagnostic, de la prise en charge et du suivi chez les adultes X-Fragile: Vie d Adulte Particularités du diagnostic, de la prise en charge et du suivi chez les adultes P. Charles, MD, PhD Département de Génétique Centre de référence Déficiences intellectuelles de

Plus en détail

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN

DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN DOCUMENT DE RESSOURCE POUR LES ÉTUDES DE CAS SUR LES FACTEURS DE RISQUE DU CANCER DU SEIN Les étudiants travaillent en groupes, chaque groupe recevant une étude de cas différente (Erin, Jenny, Abby ou

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE R02-OC-1 Initier la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN) et en assurer le suivi INDICATION Permettre à une personne n ayant pas d ordonnance individuelle de TRN d y avoir

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr APO-PIOGLITAZONE chlorhydrate de pioglitazone La présente notice est la partie III d'une «monographie de produit» en trois parties publiée lorsqu APO-

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES Dr JM BRISSEAU Service de Médecine Aigue Gériatrique Pôle de Gérontologie Clinique Médecin Consultant en Médecine Interne CHU de NANTES

Plus en détail

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie j ournée d endocrinologie L hypothyroïdie subclinique : traiter ou ne pas traiter? Andrée Boucher, MD, FRCPC Présenté par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

STRATÉGIES À L ESSAI POUR PRÉVENIR LA MALADIE D ALZHEIMER

STRATÉGIES À L ESSAI POUR PRÉVENIR LA MALADIE D ALZHEIMER STRATÉGIES À L ESSAI POUR PRÉVENIR LA MALADIE D ALZHEIMER Serge Gauthier, MD, FRCPC Centre McGill d études sur le vieillissement Institut universitaire en santé mentale Douglas CONTENU Stades de la maladie

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes

Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Enquête sur la rémunération des médecins généralistes Clément Bousson Soutenance de thèse 4 Juin 2013 Introduction Paiement à l acte Mode de rémunération majoritaire, pilier de la médecine libérale en

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel REUNION COMMISSION N 409 DU 19 OCTOBRE 2006 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel INTRODUCTION Le 23 novembre 2006, une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) a été octroyée au

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST

ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS. AUTEUR Cloë OST ATTITUDE VIS-À-VIS DE SON POIDS AUTEUR Cloë OST Remerciements Ce travail n aurait pas pu être réalisé sans la collaboration de nombreuses personnes. Des remerciements particuliers sont adressés : Aux participants

Plus en détail

Questions / Réponses. Vous et votre Traitement Hormonal de la Ménopause. Juillet 2006 LA MENOPAUSE

Questions / Réponses. Vous et votre Traitement Hormonal de la Ménopause. Juillet 2006 LA MENOPAUSE REPUBLIQUE FRANÇAISE Juillet 2006 Questions / Réponses Vous et votre Traitement Hormonal de la Ménopause LA MENOPAUSE 1. Qu'est-ce que la ménopause? 2. Comment la ménopause m'affecte-t-elle? 3. Quels sont

Plus en détail

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse I_ Introduction Compartimentation du corps A. Modèles Le corps peut être décrit selon des compartiments ( ou des masses ) qui sont des éléments du corps ayant des valeurs physiologiques voisines, mais

Plus en détail

Caractéristiques des soins de santé primaires : sondage auprès des dispensateurs

Caractéristiques des soins de santé primaires : sondage auprès des dispensateurs Numéro d identification du cabinet : Numéro d identification du dispensateur : Caractéristiques des soins de santé primaires : sondage auprès des dispensateurs Qui devrait répondre à ce sondage? Chacun

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse

Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse Mesure de l épuisement Professionnel chez les médecins et principes de prévention Monique MARPINARD Médecin du Travail CHU de Toulouse 1 Les outils de mesure L évaluation du burn - out peut être envisagée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 décembre 2007 ELIGARD 45 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 seringue pré remplie de poudre et 1 seringue pré remplie de solvant (CIP: 382 633-8) Laboratoire

Plus en détail

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes :

Le diabète. Sensibiliser les apprenants sur les types du diabète, et sur le sujet en général à travers les réponses des questions suivantes : Le diabète Titre:Le diabète de type 2 Public : endocrinologues de niveau A2 Durée : 2h Objectif général : s informer sur les antécédents familiaux d un patient afin de bien diagnostiquer la maladie Mots-clés

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Objectifs. Madame Laliberté. Hormonothérapie chez la femme Ménopause. Journées de médecine familiale de l Outaouais S.

Objectifs. Madame Laliberté. Hormonothérapie chez la femme Ménopause. Journées de médecine familiale de l Outaouais S. Hormonothérapie chez la femme Ménopause Journées de médecine familiale de l Outaouais S. Dodin, MD, MSc Gynécologue, professeure titulaire Département d obstétrique et de gynécologie, Université Laval

Plus en détail

Quand le montrer au néphrologue?

Quand le montrer au néphrologue? Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS

SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS Page 1 of 9 SONDAGE AUPRÈS DES MÉDECINS Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant) CONSULTATION D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR AUTO-QUESTIONNAIRE (vaut courrier du médecin traitant) (Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION LES OMÉGA-3 LES OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION Notre mode d alimentation a beaucoup changé. Malgré que nous soyons très sensibilisés, notre alimentation occidentale contemporaine est désormais

Plus en détail

Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc. Mathieu Roy Ph.D. Hélène Payette Ph.D.

Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc. Mathieu Roy Ph.D. Hélène Payette Ph.D. Poids, image corporelle et objectifs de poids chez les aînés québécois : une analyse secondaire de données issues de l Enquête québécoise sur la santé des populations (EQSP) Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc.

Plus en détail

Accompagnement à domicile

Accompagnement à domicile Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Accompagnement à domicile Nathalie Bouchard, ARH Louise Bilodeau, Inf. Patrice Giasson, Erg. Sylvie Paquin, Inh.

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil La nuit La nuit réveille les angoisses, et les besoins de chacun diffèrent : silence ou bruit rassurant ; lumière ou obscurité La nuit, le personnel est peu nombreux et non soumis à la vigilance collective

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière

STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière AVIS DE LA HAS STRATEGIES THERAPEUTIQUES D AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE Efficacité, efficience et prise en charge financière Demande : Efficacité, efficience et prise en charge financière des stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail