EUROVISIONI 2013 DOCUMENTS FINAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EUROVISIONI 2013 DOCUMENTS FINAUX"

Transcription

1 EUROVISIONI 2013 DOCUMENTS FINAUX

2 Atelier 1 Affirmer la force du service public face au tourbillon numérique Contenus: films, fictions, sport, etc. Président: Stefano Rolando Rapporteur: Gaetano Stucchi Le premier atelier, «Contenus : films, fictions, sport, etc.», est consacré aux problèmes évoqués dans le document initial de réflexion, à travers une série d interventions très rapides et efficaces des 8 participants. Le Président Stefano Rolando et le rapporteur Gaetano Stucchi présentent un certain nombre de points de discussion, regroupés en quatre thèmes : 1. Le risque inhérent à la définition de la mission de service public par une signalétique à l antenne appliquée à chaque programme, sans tenir compte de la nature globale et intégrée de cette mission. 2. Le deuxième risque, c est de pointer du doigt la publicité en tant que facteur de conditionnement négatif pour la qualité de la programmation, ce qui pourrait conduire à opérer une distinction entre les chaînes à financement entièrement public et les chaînes financées par la publicité. 3. L importance pour la mission de service public du soutien au système audiovisuel national (industrie et production indépendante), dont les télévisions publiques ne peuvent pas se désengager. 4. La nécessité que la pratique continue et déterminée de l innovation dans les produits ne reste pas un phénomène symbolique et épisodique, mais devienne un usage permanent et structurel des télévisions publiques. Lors de la première intervention, Frank Dieter Freiling, de la ZDF, confirme que la mission de service public doit couvrir l ensemble des genres et des zones thématiques qui composent la demande des usagers. Pour ce qui est des droits sportifs, M. Freiling souligne que les investissements gigantesques consentis par certaines chaînes publiques européennes pour acquérir les droits sur les grands événements sportifs se sont révélés efficaces en termes de taux d audience et de consolidation des marques des chaînes (avec validation a posteriori par les autorités de régulation et les décideurs politiques). Judith Louis, d ARTE France, rappelle la nature transnationale de sa chaîne, qui exclut certains genres de contenu en vertu de son cahier des charges (notamment les sports et le divertissement). L ensemble des contenus de la chaîne est actuellement soumis à un intense processus de modernisation au niveau de l approche et du langage télévisuel, à commencer par la distribution des contenus sur des plateformes numériques multiples. John Simenon, de Georges Simenon Ltd, présente le point de vue du détenteur des droits sur l ensemble de l œuvre de son père, Georges Simenon, pour lesquels les services publics sont tous des clients potentiels. Tout en reconnaissant l intérêt véritable exprimé par de nombreuses télévisions publiques à l égard de son catalogue, il souligne tout de même l attitude passive du management du service public face aux ingérences politiques. Jean-Baptiste Neyrac, de Neyrac Film Productions, décrit de manière efficace l une des conséquences du leadership de France Télévisions et d ARTE dans le soutien à la production indépendante française, en déclarant que les décideurs du service public sont pris d assaut par les producteurs. M. Neyrac souligne aussi l approche propre aux contenus (sportifs notamment), que les services publics proposent de plus en plus souvent enrichis d éléments numériques, ce qui va au delà de la simple restitution de l événement. M. Neyrac tient ainsi à mettre en lumière le rapport essentiel existant entre le service public et les contenus sportifs aux fins de la promotion et du soutien à la marque des télévisions publiques. Joachim Lang, de SWR prend ensuite la parole en sa double qualité de décideur de la chaîne SWR dans le cadre du consortium ARD et d auteur-producteur créateur, soulignant l importance, de ce double point de vue, de deux mots clefs : qualité et innovation.

3 Martin Ajdari, secrétaire général de France Télévisions, présente un certain nombre de diapos assez parlantes, illustrant bien la relation entre radiodiffuseurs publics et privés en France par rapport aux différents types de contenus. Dans la plupart des cas, à l exception, partiellement, de l information et du cinéma, la radio-télévision de service public est le plus grand financeur et distributeur de contenus originaux, tous genres confondus. Dans le cas du sport, M. Ajdari montre comment la concurrence entre public et privé est en train d amener les opérateurs commerciaux à se retirer du marché, découragés par le manque de rentabilité des retransmissions sportives (trop coûteuses malgré leurs retombées en termes d image et de prestige). Le service public, par contre, reste fidèle au sport, dont l attrait universel fédère les publics. Le défi posé par les coûts dissuade le secteur privé, mais non l audiovisuel public. Une réflexion analogue a été menée au sujet du divertissement, son pouvoir fédérateur et sa capacité de mettre en valeur l image de marque des chaînes publiques. Ceci ne dispense pas les chaînes publiques de s approprier ce genre de contenus, de même que d autres, sur la base de leurs propres valeurs fondatrices et selon leurs critères spécifiques. Il souligne également que la parité des sexes est mieux garantie en France par le service public (60% de la programmation) que par les télévisions commerciales (44-45% de la programmation totale pour TF1, M6 et Canal +.) Enfin, M. Ajdari analyse les données de la fiction, un genre mieux représenté par les chaînes privées qu à la télévision publique. Il signale cependant que 60 à 70% de la fiction programmée sur les chaînes privées provient d Amérique du Nord. Les statistiques doivent donc être analysées en conséquence. Luca Milano, de RAI Fiction, souligne l importance pour les services publics de générer des contenus de fiction en fonction des marchés nationaux et produits localement (contre toute forme de délocalisation). Le problème est donc de raconter des histoires fortement identitaires et nationales pouvant aussi être reprises par les marchés internationaux. Comment rendre compatible l objectif d inclusion sociale et culturelle, une priorité de RAI1, chaîne généraliste par excellence, avec les exigences de diversité et d innovation indispensables à la vitalité du genre? M. Milano rappelle que sur les 100 meilleures audiences de la RAI en 2012, 67 étaient des fictions nationales. C est le signe d une vision partagée par un public d adultes et d adolescents, mais dans une moindre mesure par les «jeunes adultes», plus sensibles à des formes de production et de distribution novatrices et transmédias (porteuses d audiences plus minoritaires et fragmentées). Réussir à gérer cette stratégie bipolaire comme en témoignent les nombreux exemples d expérimentation menés à bien par RAI Fiction («prequels», versions pour le web et les réseaux sociaux) passe par une régulation plus flexible et mieux adaptée au nouveau scénario technologique. M. Milano reste quand même optimiste pour le futur, au vu des récents succès internationaux obtenus par des fictions RAI. Se pose ainsi la question de savoir si les productions de RAI Fiction, fort appréciées en Italie mais peu connues à l étranger, pourront un jour concurrencer les fictions plus sophistiquées et adressées à des publics plus restreints qui émanent des câblo-opérateurs américains actifs sur les marchés internationaux, tels que HBO, Show Time, etc. Dernière intervenante du premier tour de table, Maria Pia Rossignaud, de l Observatoire Tuttimedia, qui passe en revue brièvement mais d une manière très efficace les nouvelles formes de consommation active s inspirant des habitudes des spectateurs (surtout jeunes) au niveau mondial, désormais très à l aise dans des pratiques fort différentes de la consommation traditionnelle, comme les mash up, le fandom, les citations sur les réseaux sociaux, etc. Paolo Garimberti, ex-président de la RAI et président actuel d Euronews, exprime sa satisfaction à l égard des 4 points initialement retenus pour réflexion par la présidence de l atelier. Il salue également le fait que la discussion ait porté finalement sur les contenus et non seulement sur les questions de financement de l audiovisuel public. Selon lui, trois types de contenu sont indispensables à la mission de service public : - une information réellement indépendante (il mentionne, à titre de contre-exemple, les défaillances de la CNN turque à l occasion des affrontements de la place Taksim) ; - des fictions à fort potentiel d identification pour les publics nationaux ; - une couverture intégrale des événements sportifs d importance nationale plutôt que locale (clubs) («Jeux Olympiques, Mondiaux de foot, etc. : accès libre et en clair aux matches de l équipe nationale»). Ces contenus ne doivent pas être gérés exclusivement selon des logiques commerçantes de «marchands du temple», comme c est le cas aujourd hui pour les fédérations sportives internationales. - Frank Dieter Freiling de la ZDF reprend la parole pour souligner son accord avec une revendication par chaque service public national de ces droits et obligations, selon l excellent exemple de la BBC. Pour Jean- Noel Dibie d Eurovisioni il existe un problème d application cohérente et efficace au niveau national des réglementations européennes existantes en la matière ; il souligne également que dans certains pays,

4 notamment ceux qui ont récemment adhéré à l UE, il n y a pas eu de mobilisation suffisante en faveur d un élargissement des listes d événements sportifs «protégés» (qui doivent être offerts en clair). Judith Louis d ARTE France souligne l engagement de sa chaîne envers une exploration toujours plus exigeante de formes diverses de contenus, proposés selon des formules novatrices et transmédias sur plusieurs plateformes, mais sans oublier de susciter une forte implication de ses téléspectateurs. Pour garantir ce type de choix courageux, John Simenon rappelle la nécessité de mettre à disposition des télévisions publiques les moyens de remplir les missions qui leur sont confiées. M. Neyrac attire l attention des participants sur les effets indésirables de la suppression de la publicité dans la programmation de France Télévisions en soirée ; au lieu d inciter à une plus grande liberté dans l expérimentation et la réalisation de nouveaux contenus, les critères d audience sont devenus la seule boussole pour les choix stratégiques du secteur. M. Lang (SWR) rappelle la nécessité de respecter la dignité des opérateurs du secteur audiovisuel, en défendant leurs valeurs traditionnelles mais aussi en les encourageant à expérimenter de nouvelles formules. M. Ajdari précise que la réglementation européenne en matière de contenus sportifs se limite à interdire le monopole exclusif des télévisions payantes sur une liste d événements d intérêt public, sans les attribuer forcement aux télévisions de service public. Il reconnaît que la dictature de l audimat sur les stratégies éditoriales des operateurs publics, tout en étant fondée sur la nécessité de maintenir le contact avec l univers des téléspectateurs, ne doit pas empêcher la prise de risque ni constituer un obstacle à l innovation. M. Garimberti rappelle que cette situation est rendue plus compliquée encore par le taux élevé de nonpaiement de la redevance en Italie, où le montant de la redevance est pourtant l un des plus faibles d Europe. M. Milano rappelle la nécessité pour les radiodiffuseurs d entretenir des liens solides avec toutes les tranches d âges de leur audience, en se libérant des catégories imposées par les annonceurs. Il faut adopter une nouvelle approche envers le marché publicitaire, compte tenu du contexte financier et technique actuel. Mme Rossignaud y fait également référence, rappelant la discussion en cours à l échelon mondial sur le concept d identité numérique et ses rapports avec d autres phénomènes sociaux tels que la gestion et le contrôle de l usage des «big data». Le rapporteur Gaetano Stucchi, sur invitation du président Stefano Rolando, propose à la fin de l atelier un premier jet de conclusion, en rappelant les récentes discussions autour des formules adoptées par les pays émergents sur le marché des séries de fiction (Scandinavie, Turquie, Corée du Sud, etc.) dont le succès croissant paraît déterminé par une combinaison réussie d histoires, de personnages et de styles de narration étroitement liés aux identités locales/nationales, mais avec des thèmes et des passions fortement et profondément universels. En citant l allocution prononcée lors du récent Prix Italia par Lord Patten de Barnes, président de la BBC, M. Stucchi invite les chaînes publiques nationales à faire entendre leur voix, au nom des citoyens qu elles représentent, auprès des autorités de régulation et des institutions politiques nationales et européennes sur les questions plus générales des dynamiques et du futur du système global de communication audiovisuelle. Selon Lord Patten, «les radios-télévisions de service public ont le devoir d agir pour que le territoire d Internet reste un espace ouvert et démocratique». Et en ce sens, la bataille pour la «neutralité du Net» n est rien d autre qu une version pour l ère numérique du concept de «service public universel», fondement irrévocable du modèle européen de télévision publique. Président : Stefano Rolando, Secrétaire Fondation IULM Rapporteur : Gaetano Stucchi, Eurovisioni Participants: Martin Ajdari, Secrétaire General France Télévisions Frank-Dieter Freiling, Directeur des Relations Internationales, ZDF Paolo Garimberti, Président EURONEWS Joachim A. Lang, Directeur SWR Judith Louis, Fiction Manager ARTE France Luca Milano, Vice Directeur RAI Fiction Jean-Baptiste Neyrac, Producteur Neyrac Films Maria Pia Rossignaud, Vice Président Osservatorio TuttiMedia John Simenon, CEO Georges Simenon Ltd

5 Atelier 2 Affirmer la force du service public face au tourbillon numérique: financements et plateformes de distribution Présidents: Bernard Miyet et Luciana Castellina Rapporteur: Jean-Noël Dibie Selon Carolina Lorenzon de Mediaset: «Ce sont les contenus produits par les grandes chaînes de télévision qui permettent la démultiplication d offres audiovisuelles légales ou non». Ce point de vue est partagé par Claudio Cappon de l UER et de la RAI, qui souligne la discontinuité dans les modes de diffusion et de consommation linéaires et non linéaires de l offre audiovisuelle. Il évoque également le rôle particulier joué par le service public, rappelant qu en France, France Télévision finance 60% des fictions TV patrimoniales. Bernard Miyet de Valarda Consulting introduit les travaux de l atelier en posant la question du partage harmonieux et légitime des coûts et des recettes d une œuvre audiovisuelle. Eric Lambert de Silver Lining Project indique qu en Europe, à l exception de la BBC, les principaux opérateurs de service public s interrogent encore sur la complémentarité de leur diffusion hertzienne avec la multidiffusion en ligne. Il met en évidence les facteurs de succès de cette diffusion : les économies d échelle dans la gestion des coûts techniques et dans les négociations des droits ; la vitesse d exécution. Alain Modot de Media Consulting Group, évoquant les trois niveaux de financement de la production de fiction de qualité, marché national, plateformes régionales et distribution internationale, expose la possibilité de les optimiser par des partenariats fondés sur un partage des risques et des retours sur investissements (financiers et/ou culturels). Bernard Miyet déplore que cela ne puisse être un modèle adapté au nouveau développement de l audiovisuel numérique, d autant que celui qui possède les contenus a, de fait, une position dominante pouvant favoriser la distribution directe.

6 Lieven Vermaele de SDN Square, revenant sur les critères de succès de la diffusion en ligne présentés par Eric Lambert, recommande vivement aux grands radiodiffuseurs publics et privés de développer des plateformes nationales communes facilitant l interface avec «les clients» et les négociations avec les fournisseurs. Jean Stock introduit son intervention en rappelant que lors de la création d EUROVISIONI, il y a 27 ans, les téléphones mobiles en étaient à leurs balbutiements. Aujourd hui, il y a 4,3 milliards de smartphones dans le monde, dont la moitié en Asie. Pour autant, la consommation quantitative de produits audiovisuels demeure stable, nonobstant les quelque 500 chaînes accessibles en ligne aux téléspectateurs «branchés». C est irréversible, personne ne pouvant accepter de perdre la liberté de choix qui lui a été ainsi ouverte. Cela étant, il convient non plus de raisonner en termes d audience instantanée mais d audience cumulée. La VOD et/ou la S.VOD qui se généralise en Chine où les paraboles sont interdites doivent être également prises en compte dans le calcul de cette audience cumulée. Jean Stock propose un nouveau défi aux radiodiffuseurs de service public en Europe, devenir les chefs de file de la très haute définition (4K), qui devrait être la nouvelle norme mondiale en matière de télévision. Bernard Miyet le remercie de son intéressante suggestion, qui toutefois ne répond pas à la question posée du financement de contenu audiovisuel à l ère de la convergence. Andrea Fabiano (RAI) exprimant les engagements de la RAI en faveur de la multidiffusion multiplateforme, fait valoir que le capitaine doit affronter non seulement les tempêtes mais les peurs que celles-ci suscitent dans son équipage. Les radiodiffuseurs historiques comme la RAI doivent, pour faire face au tourbillon numérique, constituer de la valeur publique avec les nouveaux acteurs du secteur. Lieven Vermaele, rebondissant sur cette idée, précise qu aux Etats-Unis, les «câblo» paient les contenus qu ils diffusent et que les ménages américains dépensent trois fois plus que les Européens pour accéder au contenu audiovisuel. J.N. Dibie, rapporteur, à la demande de Bernard Miyet, président, synthétise l atelier en remerciant les participants pour leurs contributions qui ouvrent de nouvelles pistes de financement de la production en aval, mais sans proposer, du moins dans l immédiat, d autres alternatives de financements en amont que ceux apportés par le premier radiodiffuseur, qui reste pour l heure irremplaçable. Présidents: Luciana Castellina, Eurovisioni Bernard Miyet, Valarda consulting Rapporteur: Jean Noel Dibie, Eurovisioni Participants: Andrea Fabiano, Directeur adjoint du Marketing RAI Eric Lambert, Manager The Silver Lining Project Alain Modot, Vice President Media Consulting Group Jean Stock, President LUXE.TV Lieven Vermaele, CEO et co-fondateur SDNsquare

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS et ORIENTATIONS

PRINCIPES DIRECTEURS et ORIENTATIONS 1 PRINCIPES DIRECTEURS et ORIENTATIONS Le comité de travail pour la fondation d un nouveau distributeur de films indépendants au Québec ET les membres fondateurs de ce même organisme, incorporé sous le

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia Formations professionnelles De la création à la production transmedia Le savoir-faire du Transmedia Lab Le Transmedia Lab Nous avons la conviction que d ici 5 ans, 50% des productions audiovisuelles auront

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

«Toute communication commerciale en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard légalement autorisé est :

«Toute communication commerciale en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard légalement autorisé est : Délibération n 2010-23 du 18 mai 2010 relative aux conditions de diffusion, par les services de télévision et de radio, des communications commerciales en faveur d un opérateur de jeux d argent et de hasard

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

INTERNATIONAL STANDARD Résumé Exécutif. BC-9001 version 1.0 SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

INTERNATIONAL STANDARD Résumé Exécutif. BC-9001 version 1.0 SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE INTERNATIONAL STANDARD Résumé Exécutif BC-9001 version 1.0 SYSTEMES DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Exigences pour les Radiodiffuseurs (Radio, TV et sites internet associés) ISAS MSF 2003-2007 All rights reserved.

Plus en détail

Le portefeuille TV de Publicitas Présentation des chaînes 2014. Publicitas SA Zurich

Le portefeuille TV de Publicitas Présentation des chaînes 2014. Publicitas SA Zurich Présentation des chaînes 2014 Publicitas SA Zurich Agenda 1. Pourquoi faire de la publicité à la télévision? 2. Aperçu du portefeuille TV de Publicitas 2.1 S1 2.2 CHTV 2.3 Eurosport 2.4 BFMTV 2.5 Escales

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004. Caractéristique du secteur audiovisuel. Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles

Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004. Caractéristique du secteur audiovisuel. Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004 Filière Caractéristique du secteur audiovisuel Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles en amont : production des programmes films, téléfilms,

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Contribution de Direct 8

Contribution de Direct 8 Direct 8 31-32, quai de Dion-Bouton 92811 PUTEAUX CEDEX Consultation publique ouverte par le CSA pour la diffusion de services de télévision mobile personnelle par voie Contribution de Direct 8 15 mars

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0?

Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Fondée sur la diversité culturelle, la télévision européenne vise à protéger les valeurs et les droits fondamentaux de l Union européenne

Plus en détail

Sommaire. 1. Gérer la publicité : 1. Gérer la publicité : 2. La promotion des ventes : 3. la communication événementielle et le parrainage :

Sommaire. 1. Gérer la publicité : 1. Gérer la publicité : 2. La promotion des ventes : 3. la communication événementielle et le parrainage : Sommaire 1. Gérer la publicité : 1.1 Les acteurs de la publicité : 1.2. Les objectifs publicitaires : 1.3 La détermination du budget : 1.4 L élaboration du message : 1.5 Le choix des médias et des supports

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DANS

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

L explosion du marketing multi-écrans

L explosion du marketing multi-écrans Chapitre 6 L explosion du marketing multi-écrans Vérifier la météo sur son smartphone tout en regardant les informations à la télévision dès le matin, puis recevoir une publicité sur son PC du bureau pour

Plus en détail

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

STORYHACKATHON BRAND CONTENT. 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux

STORYHACKATHON BRAND CONTENT. 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux STORYHACKATHON BRAND CONTENT 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux Créé à l initiatives de quelques acteurs aquitains des nouvelles

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

MICROSOFT FRANCE ANNONCE L ARRIVEE DE NOUVEAUX GRANDS NOMS DU DIVERTISSEMENT SUR XBOX

MICROSOFT FRANCE ANNONCE L ARRIVEE DE NOUVEAUX GRANDS NOMS DU DIVERTISSEMENT SUR XBOX MICROSOFT FRANCE ANNONCE L ARRIVEE DE NOUVEAUX GRANDS NOMS DU DIVERTISSEMENT SUR XBOX 360 Le meilleur du divertissement Internet Français bientôt accessible sur Xbox 360 Issy-les-Moulineaux, le 5 octobre

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES. Programme de prédéveloppement Du web à la télé. Octobre 2015

LIGNES DIRECTRICES. Programme de prédéveloppement Du web à la télé. Octobre 2015 LIGNES DIRECTRICES Programme de prédéveloppement Du web à la télé Octobre 2015 1 Table des matières 1. Mandat... 3 2. Structure administrative... 3 3. Vue d ensemble du Programme... 3 4. Demandeur admissible...

Plus en détail

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée PARTICIPANTS PLATEFORMES Allomusic VOD Mania Vaziva Orange Vidéo @ Volonté Beezik Universal Ecompil Fnac Arte VOD Quickpartitions Alter Musique Qobuz Every

Plus en détail

FICHE METIER. «Chargé de production» Chargé de production en télévision APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chargé de production» Chargé de production en télévision APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chargé de production «Chargé de production» APPELLATION(S) DU METIER Chargé de production en télévision DEFINITION DU METIER Le chargé de production en télévision gère un ou plusieurs projets de production

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

Junior ESSEC 28/11/2014

Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Synthèse de l atelier 1 : les nouveaux modèles économiques et organisationnels Thème : Croissance, innovation,

Plus en détail

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES ÉDITEURS POUR LA COUVERTURE DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 EN FÉDÉRATION WALLONIE- BRUXELLES Les élections constituent un moment particulier

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

MISSION EXPORT AUDIOVISUELLE ANIMATION ET TRANSMEDIA. Montréal Canada. 3 jours. 28-29-30 avril 2014

MISSION EXPORT AUDIOVISUELLE ANIMATION ET TRANSMEDIA. Montréal Canada. 3 jours. 28-29-30 avril 2014 MISSION EXPORT AUDIOVISUELLE ANIMATION ET TRANSMEDIA Montréal Canada 3 jours 28-29-30 avril 2014 Réf : VR01242014/V2 Copyright Véronique Radovic 24 janvier 2014 Véronique Radovic 67, allée de la Pépinière

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing Consumer Empowerment and Market Conduct (CEMC) Working Group Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing Cette Note Directrice a été élaborée par le Groupe

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

L économie de la télévision de rattrapage

L économie de la télévision de rattrapage L économie de la télévision de rattrapage Medianalyses Scholè Marketing Sommaire I. SYNTHESE... 4 A. Le succès d audience de la télévision de rattrapage... 5 1. Environ un tiers de la population concernée...

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Le principe de cette association est de créer un outils d aide à la réédition de comptes sous forme de logiciel hébergé sur une plateforme internet.

Le principe de cette association est de créer un outils d aide à la réédition de comptes sous forme de logiciel hébergé sur une plateforme internet. Syndicat des Agences de presse Télévisée (SATEV) Syndicat des Entreprises de Distribution de Programmes Audiovisuels (SEDPA) Syndicats des Producteurs Indépendants (SPI) Contribution des organisations

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

La vidéo sur Internet

La vidéo sur Internet La vidéo sur Internet La vidéo sur Internet Une consommation croissante de vidéos Les internautes se sont convertis à la vidéo : En France, on compte 27.9 millions de vidéonautes uniques pour 64 vidéos

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces

Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces Audiovisuel et numérique : nouveaux usages, opportunités et menaces 26 novembre 2014 Séminaire régional de formation sur l audiovisuel dans la zone Afrique du Nord et Moyen-Orient yann.bonnet@cnnumerique.fr

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR Les fondamentaux du prêt d honneur FIR 1. Les finalités du prêt d honneur FIR Par rapport au créateur : Le prêt d honneur constitue un coup de pouce à la création/reprise

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans le 9 avril, dans le 11 avril et diffusé sur LEVEE D EMBARGO LE 9 AVRIL 8H Rappel méthodologique

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Distribution et publicité télévisée

Distribution et publicité télévisée Distribution et publicité télévisée 1 Compte tenu de l ouverture progressive de la publicité télévisée pour le secteur de la distribution, dont l accès sera généralisé à l ensemble des chaînes de télévision

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail