UNE CASCADE D INCOMPETENCES FAUTIVES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE CASCADE D INCOMPETENCES FAUTIVES"

Transcription

1 UNE CASCADE D INCOMPETENCES FAUTIVES DE QUATRE ORGANISMES D ETAT CONCERNES DANS LE DEPARTEMENT DE LA DROME TUE SANS NECESSITE UN BOUQUETIN DU PARC NATUREL REGIONAL DU VERCORS It is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything like a nail. Maslow (1962) Toward a Psychology of Being Give a small boy a hammer,and he will find that everything he encounters needs pounding. Kaplan (1964) The Conduct of Inquiry: Methodology for Behavioral Science Derniers instants du Bouquetin Bleu-bleu le 10 mai 2015, dont la corne droite est liée par une sangle à un véhicule de gendarmerie dans les gorges de la Bourne (Parc Naturel Régional du Vercors) avant d être tué par un agent de l Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, à proximité du lieudit du pont de la Goule Noire, commune de Saint Julien en Vercors. Son pelage n est pas celui d un malade mais, très normalement à cette date, en mue : perte du poil d hiver.

2 2/12 PREAMBULE p.3 I. - UN PRECEDENT p.4 A. - L'INDIVIDU B. - LE PROBLEME C. - LA SOLUTION D. CONCLUSION II. - LE CAS DU 10 MAI 2015 p.5 A. - L'INDIVIDU B. - LE PROBLEME C. - CE QUE DEVAIT FAIRE LES ORGANISMES CONCERNÉS 1. - GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS 2. - ONCFS & PNRV D. - CE QUI A ETE FAIT p GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS 2. - PREFECTURE et DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES TERRITOIRES DE LA DROME 3. - SD de l OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE E. COMMENTAIRE p GENDARMERIE 2. - PREFECTURE DE LA DROME 3. - DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES TERRITOIRES 4. OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE p COMPRENDRE LE DYSFONCTIONNEMENT p. 9 a. LE CLOU ET LE MARTEAU b. - «OUVRIR LE PARAPLUIE» c. «NAVIGATION» PRIVEE DE REPERES 6. - DOUBLEMENT CONSTERNANT p.10 PERSPECTIVES p. 11 A. - ORGANISMES AUTEURS DES FAUTES B. - ORGANISMES AYANT SUBI DES PREJUDICES C. REPARATION p. 12

3 3/12 PREAMBULE La valeur emblématique du Bouquetin des Alpes Capra ibex est exceptionnellement élevée. Mené, par la chasse, légale ou non, à deux doigts de l extermination totale, réduit vers 1830 à quelques dizaines de survivants, le Bouquetin est le symbole d une victoire de la protection de la nature, de la restauration de la biodiversité faunistique dans les Alpes, des falaises du Royans aux Alpes de Slovénie. Les Bouquetins Capra sp. apportent une contribution élevée à la biodiversité, bien au-delà qu augmenter d une unité la liste des espèces présentes : originalité éco-éthologique : les plus rupestres des Ongulés d Europe. De ce fait : o rien ne justifie de maintenir leurs populations à un niveau artificiellement bas car personne n exploite la végétation que portent les versants rocheux et qui leur suffit ; o la probabilité de détection de leurs cadavres est exceptionnellement élevée : ils restent en paroi ou tombent sur éboulis, sans être masqués par les ligneux. rôle synécologique : o ré-ouvre les ligneux en paroi rocheuse, ce qui est favorable aux Oiseaux rupestres ; o de tous les Ongulés, sauvages ou domestiques le plus favorable à l installation du Gypaète Gypaetus barbatus. et parmi les seuls Ongulés sauvages, le plus favorable, le plus favorable aux trois autres Vautours. Ces quatre grands Oiseaux sont désormais présents à nouveau dans le Vercors, grâce aux opérations de réintroductions réalisées par le Parc Naturel Régional. C est pourquoi le Bouquetin des Alpes a motivé et motive toujours : études : particulièrement depuis 1986, début du programme du SRETIE du Ministère de l Environnement ; stratégie nationale de restauration par le même ministère ; opérations de réintroduction locales, dont deux par le Parc Naturel Régional du Vercors, ayant fondé des populations dans les falaises de l est du massif (bordure sud des Hauts Plateaux incluse) et dans celles du Royans, par les lâchers de, respectivement, 1989 et 1990, 2000 et La protection par la loi des Bouquetins en tout temps et en tout lieu, est : sans aucun inconvénient de fait de son habitat et parce que leur autorégulation démographique, plus marquée que chez tout autre Ongulés d Europe, ajustent leurs effectifs aux ressources ; très positive, car elle seule permet que : o écologiquement à l espèce de jouer pleinement son rôle (cf. supra). En particulier les cadavres, non exportés hors de la nature, restent à la disposition des Vautours de toutes espèces ; o scientifiquement, on puisse étudier des populations d Ongulés dont les densités et les comportements ne dépendent que des seuls facteurs naturels 1. Valeur emblématique, beauté, habitats spectaculaires, relative facilité d observation en font un des meilleurs supports du tourisme de nature donnent une raison de plus à l engagement du Parc du Vercors dans sa restauration, toujours en cours. 1 Les populations d autres espèces d Ongulés installés dans des espaces hors chasse subissent le plus souvent des prélèvements en périphéries de ceux-ci.

4 4/12 I. - UN PRECEDENT A. - L'INDIVIDU Né en 2000 d'une femelle pleine, lâchée cette même année au Mont Baret par le Parc Naturel Régional du Vercors (PNRV), dans le cadre de la réintroduction de l'espèce dans les falaises du Royans : sur la bordure NO du massif. Cabri, il avait suivi sa mère qui avait traversé le défilé des Petits Goulets. Il était resté dans les parois de sa rive gauche lorsque sa mère avait regagné le Mont Baret et ses congénères. B. - LE PROBLEME Ce jeune mâle adulte grandissait dans les rochers de la rive gauche des Petits Goulets. Mais il descendait parfois sur la route D 518 traversant cet étroit défilé creusé par la Vernaison. D'où réel risque de collision avec un véhicule 2. C. - LA SOLUTION Il a donc été décidé de le faire capturer et relâcher dans les falaises hébergeant, à distance des routes, la majorité de ses congénères du Royans. Ce fut fait par des agents du Service Départemental (SD) de l'office National de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) et des gardes de la Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors. Et ce sans avoir à faire usage du fusil pour télé-anesthésie dont les personnels de terrain s'étaient munis : l'animal se laissant approcher, ils l'ont empoigné et lui ont masqué les yeux, moyen bien connu de calme. Il a été relâché à quelques kilomètres au pied des Rochers du Bournillon très peu après : le temps de le marquer et de l y transporter. Depuis, il s y est installé, séparé de toutes routes par des centaines de mètres d habitats où l espèce ne s installe pas : des versants boisés sans rocher. D. CONCLUSION Un problème réglé : 1. - Dans le cadre des textes en vigueur ; 2.- Avec compétence et efficacité par les fonctionnaires d Etat concernés ; 3. - Au bénéfice de : la sécurité routière ; la restauration de la biodiversité faunistique : n'étant plus isolé, cet individu a pu participer à la reproduction. Bravo aux organismes publics et aux personnels de terrain concernés! 2 On peut se demander si son comportement n'était pas perturbé par une totale solitude alors que l'espèce est très grégaire. Mais ceci n'est qu'une hypothèse, non testée.

5 5/12 II. - LE CAS DU 10 MAI 2015 A. - L'INDIVIDU Bouquetin mâle, porteur d'une marque bleue à chaque oreille, lâché 3 par le PNR du Vercors dans les falaises du Royans, les avait quittées pour les hautes gorges de la Bourne, dans les parois desquelles il était régulièrement observé depuis des années. B. - LE PROBLEME Le dimanche 10/05/2015, Bleu-bleu est signalé par la gendarmerie de la Chapelle-en-Vercors, comme constituant un danger de collision avec les véhicules sur la route D531 4 dans ces mêmes gorges. Voir "la photo que vous aimez" sur initiatives-vercors.fr. C. - CE QUE DEVAIT FAIRE LES ORGANISMES CONCERNÉS 1. - GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS : immédiatement : assurer la sécurité en gérant la circulation le temps de régler le problème ; très vite : prévenir les DEUX organismes compétents : o ONCFS : le Service Départemental (SD) de la Drôme ; o Parc Naturel Régional du Vercors. par précaution : se donner les moyens de faire abattre légalement l animal au cas où, le danger subsistant, la capture, ou tout autre moyen de régler le problème, aurait échoué. 2. Service départemental de l ONCFS et/ou personnels de terrain PNR du Vercors : capturer aussi vite que possible Bleu-bleu et le relâcher dans les Rochers du Bournillon, comme cela avait été fait précédemment (voir page précédente). 3 En 2002 au cirque du Bournillon. 4 Remarquons qu'il s'agit encore une fois d'un mâle isolé. Coïncidence? Ou nouveau fait étayant l hypothèse d un comportement perturbé par l isolement total chez cette espèce très grégaire?

6 6/12 D. - CE QUI A ETE FAIT 1. - GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS : assurer la sécurité routière en gérant la circulation le temps de régler le problème. Rien ne permettant de supposer l inverse, on tiendra pour acquis que cela a été fait et bien fait. En tout été de cause, ce n est pas ce qui est en cause ici ; prévenir les DEUX organismes compétents : o SD de l ONCFS : directement ou via la Préfecture ceci a bien été fait ; o Parc Naturel Régional du Vercors : cela n a pas été fait, par personne. demandes pour abattage ont été adressées à : o Préfecture de la Drôme: dérogation nécessaire l'espèce étant protégée ; o SD drômois de l'oncfs : pour éventuelle exécution. capture : la photo de couverture le montre lié à un véhicule de gendarmerie par une corne au moyen d'une sangle. Excellent travail, permettant de déplacer l animal, réglant le problème au mieux pour la sécurité routière comme la population de bouquetins du Royans comme cela avait été fait précédemment cf. page PREFECTURE et DDT DE LA DROME Extrait de l Arrêté n 2015 «VU le repérage d un bouquetin sur les voies de circulation de la RD531 dans le secteur des gorges de la Bourne à proximité du lieu-dit du pont de la Goule Noire, commune de Saint Julien en Vercors, particulièrement encaissé et sans échappatoire, et le conflit avéré avec les véhicules motorisés et vélos y circulant ; CONSIDERANT la nécessité d intervenir d urgence afin de capturer ou de détruire l animal qui met en cause la sécurité publique sur la voirie publique ; CONSIDERANT qu il s agit d un spécimen âgé, blessé à la patte arrière gauche, agressif et signalé en divagation dans le secteur depuis plusieurs semaines ; CONSIDERANT l impossibilité de le capturer et de le relâcher dans un lieu plus adapté à son habitat naturel ; SUR, proposition de monsieur le Directeur départemental des territoires de la Drôme ; ARRETE Article 1 Il est ordonné l abattage d un bouquetin des Alpes (Capra ibex) mâle, à proximité immédiate de la RD531 du lieu-dit du pont de la Goule Noire, dans l intérêt de la sécurité publique. Article 2 L opération d abattage sera mise en œuvre par les agents de l ONCFS. Le chef du service départemental de l ONCFS est chargé de l organisation technique de l opération. Un compte-rendu sera adressé à la Direction Départementale des Territoires SEFEN à l issu 5 de l opération.» 3. - SD de l'oncfs Un garde a été envoyé qui a abattu le bouquetin. Aucune autre action de l ONCFS n est connue. Y en a-t-il eu? 5 Le souci de citer exactement oblige à respecter la faute de frappe.

7 7/12 E. COMMENTAIRE 1. - GENDARMERIE Diverses informations font encore défaut : a. - Prévenir le PNR du Vercors. Il est fort possible que cela ait tenté. Mais, un dimanche, on ne pouvait qu entendre un répondeur. Il est fort possible que la gendarmerie ne disposât pas d un numéro de téléphone permettant de joindre un membre du personnel du PNRV. Il serait opportun que le Parc du Vercors fournisse aux gendarmeries de son territoire le moyen, en cas d urgence, d entrer en communication avec lui à toute heure et tous les jours. b. Comment et par qui le bouquetin avait-il été capturé? c. A-t-on informé de cette capture : d 1. Le SD de l ONCFS? Si tel n a pas été le cas, alors il y a eu une faute majeure. Car le SD pouvait donner une information technique essentielle : masquer les yeux l animal suffisait à le calmer, permettant de le déplacer ; d 2 la Préfecture? Si tel n a pas été le cas, alors il y a eu une faute majeure. Car alors l arrêté aurait pu être rédigé tout autrement. d. -Le bouquetin a-t-il été tué alors qu il était toujours attaché et, dans ce cas pourquoi? e. -Le bouquetin a-t-il été tué alors qu il avait été remis en liberté et, dans ce cas - par qui a-t-il été libéré et pourquoi? - quels ont été son comportement, ses éventuels déplacements? Il est peu probable que, après ce stress, il n ait pas regagné la sécurité des rochers, mettant ainsi fin au problème. Et s il était demeuré sur place, il était recapturable, au moins dès que l agent du SD de l ONCFS était arrivé. Des compléments d information sont souhaitables. Mais leur absence n empêche nullement l analyse. C est heureux car la pratique française reste plus l omerta que la transparence PREFECTURE DE LA DROME Les deux derniers CONSIDERANT sont contraires aux faits concrets : la photo prouve que la capture de l animal était possible puisqu elle avait été réalisée ; l autopsie par le Dr Vétérinaire Dominique GAUTHIER, spécialiste des Bouquetins Capra sp. a conclu à un état de santé exceptionnellement bon pour un bouquetin de cet âge. Une blessure ne pouvait passer inaperçue ; NB La notion de divagation (cf. deuxième CONSIDERANT) s applique-t-elle à un animal autre domestique? Cela semble douteux et serait à vérifier. Ordonner sans autre option l abattage du Bouquetin a été une faute majeure. Cela devait être la solution ultime éventuelle si toutes les autres avaient échoué, et alors seulement. C est toujours ainsi qu on procède dans le cas, bien connu, de risque de collision du fait de la divagation de vaches, cheval, brebis ou autres animaux domestiques DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES TERRITOIRES La proposition compétente était non pas l abattage et rien d autre mais exclusivement comme dernier recours si échouaient tous les autres moyens de régler le problème, notamment capture et déplacement, et alors seulement. DONC : Préfecture et DDT ont refusé à la conservation de la biodiversité un respect que, dans des cas analogues, ils accordent comme allant de soi à la propriété privée.

8 8/ OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE Le Service Départemental de l ONCFS, lui, savait comme entrer en relation avec le personnel concerné du Parc Naturel Régional du Vercors. En effet, il l a fait dès qu il a eu abattu le bouquetin : pour lui remettre le cadavre. Ne pas avoir pris contact avec le PNRV avant de tuer un animal lâché et suivi par lui depuis plus douze ans a été une faute grave. Car le Parc avait déjà fait face de manière efficace et appropriée à une telle situation (cf. supra p. 5). La compétence exigeait tout autant d informer gendarmes ou/et préfecture ou/et DDT, qui ignoraient probablement que : la télé-anesthésie est une technique bien maîtrisée pour capturer un bouquetin ; perdre son poil par poignées, en mai, n est le fait d un bouquetin malade mais en mue, perdant, très normalement, le poil d hiver ; masquer les yeux d un bouquetin attaché suffit à le calmer. Le bouquetin attaché, une fois masqué, outre qu il devenait aisément transportable, ne pouvait plus s échapper Ces informations ont-elles été fournies, ou bien par le chef du SD, ou bien par l agent une fois arrivé sur le terrain, à ceux qui en avaient besoin pour une prise de décision éclairée? Si on ne l a pas fait, il y a eu incompétence et faute professionnelle. Le chef du service départemental a-t-il eu un comportement compétent et responsable, c est-àdire : envoyer un agent équipé non seulement pour tuer mais aussi pour capturer? s informer sur les réalités concrètes du terrain en communiquant par téléphone portable avec : o les gendarmes déjà en situation? o son subordonné lorsque celui-ci était arrivé sur les lieux? Notamment pour savoir si ne restait possible aucune solution autre que l abattage. éventuellement, transmettre à la Préfecture les informations recueillies ainsi que leurs conséquences logiques? S il ne l a pas fait, il y a eu incompétence et faute professionnelle. Ses missions en matière de protection et restauration de la biodiversité faunistique excluent qu on puisse, dans un tel cas, obtempérer comme un instrument passif à un ordre d abattage émanant d une préfecture qu il était de son devoir d informer. L agent une fois arrivé sur le terrain a-t-il : fournit aux gendarmes les informations évoquées plus haut? pris l initiative d entrer en communication téléphonique avec son chef pour lui rendre compte des réalités concrètes rendant l abattage non nécessaire, donc exigeant de s en abstenir? S il ne l a pas fait, il y a eu incompétence et faute professionnelle. Au cas, improbable, où le SD drômois de l ONCFS ne dispose pas du matériel ou/et des compétences pour une telle capture, il devait s adresser à certains vétérinaires du département qui, eux, en disposent. Ou encore prendre contact avec les pompiers de Die : joignables même le dimanche. à moins de 60 km du bouquetin ; expérimentés en matière d incidents du fait d animaux sauvages et domestiques ; habitués à coopérer et échanger des informations à ce sujet avec le Parc du Vercors.

9 9/ COMPRENDRE UN DYSFONCTIONNEMENT... POUR EN PREVENIR LA REPETITION Comprendre les causes de la cascade de décisions fautives qui ont été prises est nécessaire, avant tout pour prévenir leur renouvellement, dans le Vercors ou ailleurs. Diverses, elles se sont cumulées, et même amplifiées réciproquement, dans une synergie d'incompétences. a. LE CLOU ET LE MARTEAU Les deux célèbres citations en couverture donnent la clé de ce qui a, probablement, eu le rôle majeur : ne disposant que d un marteau, les trois organismes consultés par la Préfecture, n ont pas su résister à la tentation de voir tout problème comme un clou. Ils ont agi comme de jeunes garçons qui, parce qu ils disposent d un marteau, pensent qu il faut frapper sur tout ce qui se présente. NB C est de l outil intellectuel qu il s agit, et non pas de la carabine... b. - «OUVRIR LE PARAPLUIE» Comportement trop connu pour qu on ait à développer et qui, à l évidence, est a joué un rôle. Sans pouvoir, ni devoir, entrer dans les détails à propos des fautes du 10 mai 2015, remarquons simplement que, généralement, les motivations dominantes diffèrent entre les niveaux de la hiérarchie : aux plus modestes : peur, sentiment de sa vulnérabilité, etc. ; aux plus hauts : ambitions de carrière que l on croit devoir servir à tout prix. Quelles que soient les motivations, donner la priorité à «être couvert» est contraire à l intérêt général, dénature le service public, le pervertit. c. «NAVIGATION» PRIVEE DE REPERES A l échelon supérieur du département, c est en dernier ressort à la Préfecture qu appartiennent autorité et compétence administratives pour mettre en œuvre les politiques nationales, dont : celle de sécurité routière, certes ; mais aussi celle de restauration et conservation de la biodiversité. Certes, ayant le pouvoir de décision, la Préfecture ipso facto porte nécessairement la responsabilité de la faute grave que constitue l abattage sans nécessité d un individu d une espèce protégée par la loi en tous temps et en tout lieu. Ceci reste au sens strict et étroit du formalisme juridique. Car nul ne saurait avoir de compétences techniques universelles, pas plus à la Préfecture qu ailleurs. Cette dernière, pour être en mesure de prendre une décision solidement fondée, prenant en compte toutes les données du problème, devait donc nécessairement pouvoir compter sur les compétences techniques diverses d organismes et personnes capables de l éclairer. Or tous ceux et toutes celles consulté(e)s pour cette affaire s en sont montrés incapables : Directeur Départemental des Territoires : incapacité à envisager une autre solution que tuer Bleu-bleu ; gendarmerie de la Chapelle-en-Vercors : au minimum rétention d information, concernant la capture du bouquetin, qu illustre la photo de couverture ; Service Départemental de l Office National de la Chasse et de la Faune sauvage, notamment quant au devoir d information technique tant sur l état de l animal, les moyens de le capturer et/ou calmer. Ces carences ont été cruciales car l ONCFS seul pouvait, et devait, fournir ces informations à gendarmerie, DDT et Préfecture.

10 10/12 Dès lors que ses «radars» et «boussoles» lui fournissaient des informations tronquées ou/et fausses, la Préfecture ne pouvait que faire prendre un cap gravement inapproprié. A moins que, l ONCFS ayant pleinement fait son devoir d information et conseil, la Préfecture se soit obstiné dans une décision éthiquement scandaleuse, techniquement aberrante, que juridiquement constetable DOUBLEMENT CONSTERNANT Bleu-bleu est mort sans nécessité. C est consternant pour tous ceux qui, à un titre quelconque, sont motivés par la restauration des bouquetins dans le Vercors, qui y travaillent, suivi inclus. Bleu-bleu a été tué par une cascade de fautes professionnelles des quatre organismes publics qui sont intervenus, aux niveaux les divers. Cette incompétence générale est consternante pour tout citoyen/ne, que la biodiversité lui importe ou qu il/elle y soit hermétiquement fermé/e. Depuis achèvement de cette analyse le 18/05/2015 les informations complémentaires reçues ne laissent plus place au doute : le bouquetin a bien été tiré alors qu il était attaché. Reste à savoir qui a commis la faute majeure : - la gendarmerie? C est le cas si elle n a pas informé la préfecture de ce fait majeur, modifiant totalement les données du problème ; - la préfecture? Unique responsable si elle a décidé l abattage sachant que l animal était capturé. Le texte de l arrêté montre que la Préfecture a considéré le SD de l ONCFS exclusivement comme exécuteur d une décision déjà prise et aucun comme expert en amont de celle-ci, comme elle l a fait avec la DDT. Ne pas avoir consulté l organisme d Etat compétent en matière de faune est, en soi, une faute.

11 11/12 PERSPECTIVES A. - ORGANISMES AUTEURS DES FAUTES L impact négatif dans l opinion publique des fautes accumulées par tous les organismes publics qui sont intervenus dans de cette lamentable affaire est inévitable. Leur réputation et leur fiabilité en matière de la gestion des problèmes relatifs à la faune en est altérée, à juste titre. La Préfecture serait fondée à en demander compte aux trois organismes publics départementaux sur lesquels elle a légitimement crû pouvoir se reposer pour éclairer sa décision. Car ce sont incompétence ou/et rétention d information de leur part qui l ont conduite à prendre une mesure inappropriée. L ONCFS apparaît comme l organisme le plus défaillant : les trois autres devaient pouvoir compter sur des compétences qui semblent avoir complètement fait défaut. A moins que l ONCFS ait été tout à fait à la hauteur de ses missions, fournissant des informations et préconisations pertinentes, mais que les autres organismes n en aient pas tenu compte? Ceci pouvait être évoqué, mais ne saurait être davantage développé. B. - ORGANISMES AYANT SUBI DES PREJUDICES Le cumul d incompétences à tous les niveaux a tué un bouquetin sans aucune nécessité. Ce faisant il a porté atteinte aux intérêts matériels, financiers et/ou moraux de divers organismes publics et associatifs concernés par la conservation et la restauration des populations de cette espèce et de la biodiversité en général : Financeurs publics (et privés s il y en a eu) des lâchers de 2000 et 2002, dont celui de Bleu-bleu ; Ministère de l'environnement, engagé dans la restauration en France des Bouquetins Capra sp. (cf. supra in PREAMBULE) ; Associations départementales, régionales et nationales : o concernées statutairement par la conservation et la restauration de la Faune sauvage ; o contribuant bénévolement par un nombre d'heures considérables, au suivi des bouquetins lâchés en et de leurs descendants. Parc Naturel Régional du Vercors : au premier chef et à des titres multiples. Depuis le premier lâcher en 1989 à Archiane, le PNRV est engagé dans : o la réintroduction du Bouquetin des Alpes Capra ibex dans les biotopes favorables de son territoire ; o le suivi au fil des ans des populations ainsi fondées ; o la communication et l'éducation à ce propos. En outre, peu d'espèces offrent un support aussi favorable au tourisme de nature, dont le développement fait partie des politiques du PNRV (cf. supra in PREAMBULE). Les préjudices subis par le Parc Naturel Régional du Vercors sont donc :

12 12/12 o matériels : destruction d'un individu dont la contribution à la diversité génétique de la population 6 est perdue et ce sans aucune nécessité ; o financiers : non seulement le coût de capture, transport depuis la Vanoise et lâcher mais aussi de suivi depuis plus de douze ans ; o moraux : contraire à la communication quant à la politique de conservation et restauration du Bouquetin en particulier, de la biodiversité en général, ainsi que son réel intérêt économique pour le tourisme de nature. C. - REPARATION Les organismes publics et associatifs concernés, chacun à en ce qui le concerne, doivent : recours contentieux devant le Tribunal Administratif de Grenoble avant début juillet ; porter plainte contre tous les organismes qui ont failli ; se porter partie civile contre eux ; donner un maximum de publicité à ces fautes graves. Toute «omerta» ou/et faiblesse coupable constituerait une faute grave supplémentaire. Il serait éthiquement élégant de déclarer que les indemnisations ou/et dommages et intérêts obtenus seront affectés au financement d'un lâcher de quelques bouquetins dans les hautes gorges de la Bourne, plus exactement rive droite de leur débouché aval, dans les parois audessus et à l est de la Balme-de-Rencurel, site écologiquement optimal, fondant une base de colonisation ultérieure en direction du Bec de l Orient d une longue falaise, loin des routes, Ainsi, on n aurait pas à attendre des décennies la fondation d un noyau de population à partir de la population des basses gorges de la Bourne, dont elles sont séparées par une large lacune dans les habitats favorables à l espèce. Ce serait également donner à cet épisode lamentable une issue positive. Pour des lâchers de bouquetins, les animaux eux-mêmes sont fournis gratis. Les coûts sont ceux de leur capture et transport ainsi que de leur équipement pour suivi par radio-pistage. L Office National de la Chasse et de la Faune sauvage possède les compétences techniques et le matériel nécessaire pourrait aisément assumer sa part de réparation par des prestations en nature Ce qui n aurait pas été le cas si l animal avait été relâché aux Rochers du Bournillon.

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Convention de partenariat sportif à titre associatif

Convention de partenariat sportif à titre associatif Entre les soussignées : Convention de partenariat sportif à titre associatif La Fédération Française de Randonnée Pédestre, association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et par le code du sport, dont

Plus en détail

II.C.1)a) LA RESPONSABILITE

II.C.1)a) LA RESPONSABILITE Deux types de responsabilité : 1) Contractuelle (source obligation : contrat) 2) Délictuelle (source obligation : loi) 1 La responsabilité contractuelle = en cas d inexécution fautive d une obligation

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE EXEMPLE DE RÈGLEMENT MUNICIPAL RÉGISSANT LA GARDE ET LE CONTRÔLE DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Note : Les municipalités devraient se référer à la loi provinciale

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès 111 GUIDE PRATIQUE Droit d accès QU EST-CE QUE LE DROIT D ACCÈS? page 2 COMMENT EXERCER SON DROIT D ACCÈS? page 3 POUR ACCÉDER A QUOI? page 5 QUELLE RÉPONSE ATTENDRE? page 6 QUAND ET COMMENT SAISIR LA

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE L accueil est assuré 24 h sur 24 au 0 820 30 3000 * ou 06.86.55.24.01 Victimes &

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Première tournée / premier spectacle Nouvelle tournée / nouveau spectacle Entrée en Suisse de l étranger

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Influence, pouvoir et crédibilité. Votre influence = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité. Influence manipulation

Influence, pouvoir et crédibilité. Votre influence = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité. Influence manipulation Pour r, soyez crédibles et politiques! 1 Influence, pouvoir et crédibilité Votre = f (vos bases de pouvoir) X votre crédibilité Influence manipulation 2 1 Pourquoi r? 3 Pourquoi r? 4 2 Pourquoi r? 5 Pourquoi

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

LIVRET D ADOPTION. CONTRAT DE PLACEMENT pour une ou plusieurs tortues.

LIVRET D ADOPTION. CONTRAT DE PLACEMENT pour une ou plusieurs tortues. LIVRET D ADOPTION CONTRAT DE PLACEMENT pour une ou plusieurs tortues. Ce document a pour but de fixer les conditions de placement d une ou plusieurs tortues provenant d un centre d association fédérée

Plus en détail

1. Etude de la variation de distribution des chamois et des mouflons en fonction de la saison

1. Etude de la variation de distribution des chamois et des mouflons en fonction de la saison OBJECTIFS ET PROTOCOLES DE LA RECUPERATION DE DONNEES DANS LE CADRE DE L ETUDE DES INTERACTIONS INTERSPECIFIQUES ET DE LA SELECTION DE L HABITAT PAR LES ONGULES SAUVAGES ET DOMESTIQUES DU MASSIF DES BAUGES

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

Birdline internet Manuel de l utilisateur

Birdline internet Manuel de l utilisateur Birdline internet Manuel de l utilisateur Consultation des données Photographies Galerie photos Situation géographique Informations sur l observateur Partenaires et Observateurs [? ] Effectuer une recherche

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Introduction A l'issue des séjours d été, Wakanga a lancé une enquête qualité à destination des familles. Cette enquête avait

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce.

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. Elles se conforment aux obligations faites par la Loi du 4 août 2008 sur

Plus en détail

Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope. Haut-Rhin - Vosges. Tetrao urogallus Photo : www.liondor.eu

Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope. Haut-Rhin - Vosges. Tetrao urogallus Photo : www.liondor.eu Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope Ronde Tête Bramont Arrêté Préfectoral n 93-0029 du 08 janvier 1993 modifié par l AP n 951947 du 05/10/95 (complété par A.P. n 960429 du 22/03/96) et l AP n 2005-179-4

Plus en détail

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44 Pour les hivernants, l objectif a été de localiser les sites d hivernage majeurs. Ils concernent principalement les oiseaux d eau, mais aussi les rapaces diurnes et nocturnes sensibles au risque de collision.

Plus en détail

Conditions Générale de «Prestations de services»

Conditions Générale de «Prestations de services» Conditions Générale de «Prestations de services» Article 1 - Définitions Nom commercial, ORDI-HS, désigne l Auto-entrepreneur, M. HAMID Farid, 5 Avenue de Jouandin, 64100, Bayonne. (A.E, entreprise non

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL»

CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Article 1. Préambule CONDITIONS D UTILISATION «ESPACE PERSONNEL» Accor exploite un site web accessible au public à l adresse principale www.accorhotels.com, ainsi que le site mobile accorhotels.com et

Plus en détail

Cadrage ministériel de l'expérimentation du télétravail à domicile

Cadrage ministériel de l'expérimentation du télétravail à domicile MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Cadrage ministériel de l'expérimentation du télétravail à domicile La loi n 2012-347

Plus en détail

Le système de détection d intrusion

Le système de détection d intrusion .com Le système de détection d intrusion Protégez vos proches Sécurisez vos biens Gardez un oeil sur votre habitation La solution de sécurisation... pour votre habitat Une installation réalisée par un

Plus en détail

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun.

Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. Mme Roumanoff Droit du travail Une entreprise : réunion en un lieu unique de moyens humains et matériels en vue de la réalisation d un objectif commun. En droit du travail il y a une différence entre personne

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

REGLEMENT TIRAGE AU SORT «10 VOITURES DE LUXE»

REGLEMENT TIRAGE AU SORT «10 VOITURES DE LUXE» REGLEMENT TIRAGE AU SORT «10 VOITURES DE LUXE» ARTICLE I : OBJET ITISSALAT AL MAGHRIB S.A à Directoire et à Conseil de surveillance, au capital de 5.274.572.040 DH ayant son siège social à Rabat, Avenue

Plus en détail

BipBatlula, monitoring autonome en haute fréquence

BipBatlula, monitoring autonome en haute fréquence BipBatlula, monitoring autonome en haute fréquence Premiers essais 2009 Observateurs : Fabien Berhault Arnaud Le Houédec Chloé Thomas Rédacteur : Arnaud Le Houédec Présentation du matériel Le matériel

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet informatiquetélécominternet Conditions Générales de Vente Internet www.teicee.com 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN Table des matières 1 Identification de l entreprise 3 2 Objet 3 3 Conditions de vente

Plus en détail

SARL NGP INFORMATIQUE au capital de 45059, RCS Rennes 400910931 NAF 4741Z siège social 9, square du 8 mai 1945 35000 RENNES CONDITIONS GENERALES

SARL NGP INFORMATIQUE au capital de 45059, RCS Rennes 400910931 NAF 4741Z siège social 9, square du 8 mai 1945 35000 RENNES CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DES SERVICES e.coodentist gestion de cabinets dentaires en mode SAAS PREAMBULE L utilisation de l ensemble du site et des fonctionnalités du progiciel e.coodentist (ci-après

Plus en détail

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet 1 La vision Le bison d Europe a été éradiqué de Suisse déjà au Moyen-âge. Il s en est même fallu de peu pour que le plus grand mammifère sauvage

Plus en détail

L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT

L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT Avec amaguiz, vous avez le choix entre 2 offres en fonction de votre profil et de l utilisation de votre voiture : al ASSURANCE AUTO CLASSIQUE al ASSURANCE AUTO AU KILOMÈTRE

Plus en détail

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année.

Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. CONDITIONS GENERALES DE VENTES CAMPING-CAR PARK Camping-car Park est un concept novateur de gestion d aires d étapes de camping-cars en France et à l Etranger, ouvertes 24 H/24, toute l année. PRÉAMBULE

Plus en détail

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey.

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. ETUDE DU CAS N 1 Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. A un croisement, les deux occupants sont contrôlés par

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT LES RELATIONS ENTRE LE DÉPARTEMENT DE L'ISERE ET LA GRANDE TRAVERSÉE DES ALPES

CONVENTION REGISSANT LES RELATIONS ENTRE LE DÉPARTEMENT DE L'ISERE ET LA GRANDE TRAVERSÉE DES ALPES CONVENTION REGISSANT LES RELATIONS ENTRE LE DÉPARTEMENT DE L'ISERE ET LA GRANDE TRAVERSÉE DES ALPES ENTRE Le DEPARTEMENT DE L'ISERE représenté par le Président du Conseil départemental de l'isère, agissant

Plus en détail

Gérald MICHEL. Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex

Gérald MICHEL. Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex Gérald MICHEL Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex Préambule Le Fonds de Garantie Automobile a été créé en 1951 pour

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Contact : Bibliothèque nationale de France Adresse électronique : reabonnement-en-ligne@bnf.fr Téléphone : 01 53 79 49 49 du lundi au vendredi, de 9h à 17h Informations légales

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

RÈGLEMENT DU CONCOURS. CIRQU EN RÉVEILLE (le «Concours») De 6 h, HA le 2 juillet à 23h59, HA le 15 juillet 2015 («Durée du Concours»)

RÈGLEMENT DU CONCOURS. CIRQU EN RÉVEILLE (le «Concours») De 6 h, HA le 2 juillet à 23h59, HA le 15 juillet 2015 («Durée du Concours») RÈGLEMENT DU CONCOURS CIRQU EN RÉVEILLE (le «Concours») De 6 h, HA le 2 juillet à 23h59, HA le 15 juillet 2015 («Durée du Concours») Radio-Canada et Circus Stella (le «Partenaire») 1. MODALITÉS DE PARTICIPATION

Plus en détail

stratégies culture(s)

stratégies culture(s) JUIN 2013 N 109 28 horlogerie le meilleur des montres en 2013 60 finance Investir dans le cinéma 88 Invité Charles Beer, conseiller d état 48 finance Réinvestir l Europe 79 culture(s) La Chine dans tous

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

MC1-F www.primo-elektro.be

MC1-F www.primo-elektro.be NOTICE D UTILISATION CAFETIÈRE MUG ISOTHERME www.primo-elektro.be WWW.PRIMO-ELEKTRO.BE 2 WWW.PRIMO-ELEKTRO.BE Lisez toutes les instructions Conservez-les pour consultation ultérieure 1. CONDITIONS DE GARANTIE

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE L OFFRE ACCÈS GRATUIT VERSION CONSOLIDÉE NON MARQUÉE DU 01/09/2005

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE L OFFRE ACCÈS GRATUIT VERSION CONSOLIDÉE NON MARQUÉE DU 01/09/2005 CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE L OFFRE ACCÈS GRATUIT VERSION CONSOLIDÉE NON MARQUÉE DU 01/09/2005 Préambule Le service FREE est un service offert par la société FREE, société anonyme inscrite au RCS

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

CONTRAT D ASSITANCE SUR REFERENTIEL UNASSI RESEAU N...

CONTRAT D ASSITANCE SUR REFERENTIEL UNASSI RESEAU N... CONTRAT D ASSITANCE SUR REFERENTIEL UNASSI RESEAU N... ENTRE LES SOUSSIGNES : La SARL PYREWEB, dont le siège social est situé CETIR - 65150 Saint Laurent de NESTE, immatriculée au Registre du commerce

Plus en détail

RÈGLEMENT DU CONCOURS. MES RECETTES, MON PAYS! («Concours») du 9 février minuit au 28 février 2015 à 23 h 59 («Durée du Concours»)

RÈGLEMENT DU CONCOURS. MES RECETTES, MON PAYS! («Concours») du 9 février minuit au 28 février 2015 à 23 h 59 («Durée du Concours») RÈGLEMENT DU CONCOURS MES RECETTES, MON PAYS! («Concours») du 9 février minuit au 28 février 2015 à 23 h 59 («Durée du Concours») Radio-Canada (Organisateur du concours) 1. MODALITÉS DE PARTICIPATION Aucun

Plus en détail

Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services

Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services Conditions générales du contrat Dynatic-Vol de Atral-Services Préambule Dynatic-Vol d Atral services est un service innovant permettant au Client équipé d un boitier télématique, embarqué dans son véhicule,

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE ACHATS

CHARTE ETHIQUE ACHATS Page : 1/5 CHARTE ETHIQUE ACHATS LES ENJEUX Les conflits d intérêts sont aujourd hui un thème essentiel du débat de société. Il convient de garantir l intégrité des achats et la saine concurrence entre

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du service Livebox phone

Conditions générales d utilisation du service Livebox phone Conditions générales d utilisation du service Livebox phone Les présentes Conditions générales d utilisation relèvent, pour les clients d une offre Orange internet, des conditions générales et des conditions

Plus en détail

problèmes et solutions...

problèmes et solutions... Julien Arsenault Regard sur la sous-assurance Assurance habitation mythes, Pour plusieurs individus, l achat d une police d assurance habitation peut sembler superflu pour diverses raisons. Que ce soit

Plus en détail

Manuel des Services d Assistance à destination de nos Partenaires Commerciaux

Manuel des Services d Assistance à destination de nos Partenaires Commerciaux Manuel des Services d Assistance à destination de nos Partenaires Commerciaux Version n : SP02 Page 1 sur 15 Date de la version : A 2013 DROITS D AUTEUR Nos produits sont en constante évolution. Par conséquent,

Plus en détail

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques COMITE CONSULTATIF DE BIOETHIQUE Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques Demande d avis, en date du 22 février 1996, de Monsieur Elio Di Rupo, Vice-Premier Ministre,

Plus en détail

ANNEXE 4 FORMULAIRE DE PRET D UNE IMAGE D ARCHIVES DE LA MEDIATHEQUE COMMUNALE

ANNEXE 4 FORMULAIRE DE PRET D UNE IMAGE D ARCHIVES DE LA MEDIATHEQUE COMMUNALE ANNEXE 4 FORMULAIRE DE PRET D UNE IMAGE D ARCHIVES DE LA MEDIATHEQUE COMMUNALE Nom : Prénom :. Société :. Objet social :.. Adresse :... Code Postal : Ville :.. Profession :... L image empruntée sera utilisée

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

N 05 / 08. du 21.02.2008. Numéro 2479 du registre.

N 05 / 08. du 21.02.2008. Numéro 2479 du registre. N 05 / 08. du 21.02.2008. Numéro 2479 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt et un février deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président

Plus en détail

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements

Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Ministère des Richesses naturelles de l Ontario Direction de l application des règlements Rapport annuel sur les éloges et les plaintes du public 1 Table des matières Message du responsable de la gouvernance

Plus en détail

IFO. Soleil. Antoine COUSYN 29/07/2012 08/02/2015. Vidéo. Manipur, Inde. Saturation du capteur CMOS. 19 Juin 2011. 15h11 heure locale.

IFO. Soleil. Antoine COUSYN 29/07/2012 08/02/2015. Vidéo. Manipur, Inde. Saturation du capteur CMOS. 19 Juin 2011. 15h11 heure locale. Rapport d expertise IPACO Nom de l expert Antoine COUSYN Date du rapport 29/07/2012 Dernière mise à jour 08/02/2015 Type IFO Classe A Explication Saturation du capteur CMOS Complément Soleil Document Lieu

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S VERSION GLOBALE 13 novembre 20142 mai 2014 C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E S E R V I C E 1. INTRODUCTION VOLVO souhaite vous offrir les meilleurs Services disponibles (tels que définis au bas

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

responsable? Qui est Sinistres «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas»

responsable? Qui est Sinistres «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas» Sinistres Qui est responsable? «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas» Comment l expert en sinistres détermine la responsabilité L incidence de la responsabilité Possibilités d appel Mars

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT Me TEISSEDRE - Administrateur ACDA La pratique d un sport automobile n est pas sans risque, tant au niveau physique que pécuniaire, et ses conséquences

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

T r a v a i l d e s j e u n e s

T r a v a i l d e s j e u n e s Situation : juillet 2008 T r a v a i l d e s j e u n e s AIDE- MEMOIRE www.sse-sbv-ssic.ch L'ordonnance sur la protection des jeunes travailleurs qui est entrée en vigueur le 1 er janvier 2008 a abaissé

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES POUR L HOTELLERIE 2006 (AGBH 2006) Version du 15/11/2006

CONDITIONS GENERALES POUR L HOTELLERIE 2006 (AGBH 2006) Version du 15/11/2006 CONDITIONS GENERALES POUR L HOTELLERIE 2006 (AGBH 2006) Version du 15/11/2006 Table des matières 1 Domaine d application... 2 2 Définitions de termes... 2 3 Conclusion du contrat acompte... 3 4 Début et

Plus en détail

L intervention policière, de la théorie à la pratique

L intervention policière, de la théorie à la pratique L intervention policière, de la théorie à la pratique Patrick Lavallée Sergent, conseiller en sécurité routière, Division sécurité routière et patrouilles spécialisées, Service de police de la Ville de

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-CORSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER DE LA HAUTE-CORSE SERVICE EAU - BIODIVERSTE - FORET UNITE FORÊT

PREFET DE LA HAUTE-CORSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER DE LA HAUTE-CORSE SERVICE EAU - BIODIVERSTE - FORET UNITE FORÊT PREFET DE LA HAUTE-CORSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER DE LA HAUTE-CORSE SERVICE EAU - BIODIVERSTE - FORET UNITE FORÊT Arrêté n 2015090-0003 en date du 31 mars 2015 portant ouverture

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE - PLATEFORME DE SERVICE SMS v1.1

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE - PLATEFORME DE SERVICE SMS v1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE - PLATEFORME DE SERVICE SMS v1.1 1er novembre 2013 Sommaire 1 Définitions 2 Objet 3 Contacts 4 Conditions de service 5 Conditions financières 6 Usage du service par le client

Plus en détail

ACCIDENT DE LA ROUTE LE CAS DES COLLISIONS AVEC UN ANIMAL

ACCIDENT DE LA ROUTE LE CAS DES COLLISIONS AVEC UN ANIMAL ACCIDENT DE LA ROUTE LE CAS DES COLLISIONS AVEC UN ANIMAL Par Rémy JOSSEAUME Les collisions des animaux domestiques ou sauvages avec des véhicules motorisés ne sont pas rares. Leur nombre a significativement

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule Préambule Les maladies rénales chroniques sont des affections courantes dans l espèce canine. Le nombre de cas d insuffisance rénale chronique (IRC) chez des chiens de race Boxer semble être croissant

Plus en détail

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE POURQUOI L AUTOASSURANCE? Une chaîne de casinos canadiens offre l expérience client idéale. Dès l arrivée des clients et jusqu à leur départ, c est satisfaction garantie! Leurs chambres offrent tous les

Plus en détail