UNE CASCADE D INCOMPETENCES FAUTIVES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE CASCADE D INCOMPETENCES FAUTIVES"

Transcription

1 UNE CASCADE D INCOMPETENCES FAUTIVES DE QUATRE ORGANISMES D ETAT CONCERNES DANS LE DEPARTEMENT DE LA DROME TUE SANS NECESSITE UN BOUQUETIN DU PARC NATUREL REGIONAL DU VERCORS It is tempting, if the only tool you have is a hammer, to treat everything like a nail. Maslow (1962) Toward a Psychology of Being Give a small boy a hammer,and he will find that everything he encounters needs pounding. Kaplan (1964) The Conduct of Inquiry: Methodology for Behavioral Science Derniers instants du Bouquetin Bleu-bleu le 10 mai 2015, dont la corne droite est liée par une sangle à un véhicule de gendarmerie dans les gorges de la Bourne (Parc Naturel Régional du Vercors) avant d être tué par un agent de l Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, à proximité du lieudit du pont de la Goule Noire, commune de Saint Julien en Vercors. Son pelage n est pas celui d un malade mais, très normalement à cette date, en mue : perte du poil d hiver.

2 2/12 PREAMBULE p.3 I. - UN PRECEDENT p.4 A. - L'INDIVIDU B. - LE PROBLEME C. - LA SOLUTION D. CONCLUSION II. - LE CAS DU 10 MAI 2015 p.5 A. - L'INDIVIDU B. - LE PROBLEME C. - CE QUE DEVAIT FAIRE LES ORGANISMES CONCERNÉS 1. - GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS 2. - ONCFS & PNRV D. - CE QUI A ETE FAIT p GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS 2. - PREFECTURE et DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES TERRITOIRES DE LA DROME 3. - SD de l OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE E. COMMENTAIRE p GENDARMERIE 2. - PREFECTURE DE LA DROME 3. - DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES TERRITOIRES 4. OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE p COMPRENDRE LE DYSFONCTIONNEMENT p. 9 a. LE CLOU ET LE MARTEAU b. - «OUVRIR LE PARAPLUIE» c. «NAVIGATION» PRIVEE DE REPERES 6. - DOUBLEMENT CONSTERNANT p.10 PERSPECTIVES p. 11 A. - ORGANISMES AUTEURS DES FAUTES B. - ORGANISMES AYANT SUBI DES PREJUDICES C. REPARATION p. 12

3 3/12 PREAMBULE La valeur emblématique du Bouquetin des Alpes Capra ibex est exceptionnellement élevée. Mené, par la chasse, légale ou non, à deux doigts de l extermination totale, réduit vers 1830 à quelques dizaines de survivants, le Bouquetin est le symbole d une victoire de la protection de la nature, de la restauration de la biodiversité faunistique dans les Alpes, des falaises du Royans aux Alpes de Slovénie. Les Bouquetins Capra sp. apportent une contribution élevée à la biodiversité, bien au-delà qu augmenter d une unité la liste des espèces présentes : originalité éco-éthologique : les plus rupestres des Ongulés d Europe. De ce fait : o rien ne justifie de maintenir leurs populations à un niveau artificiellement bas car personne n exploite la végétation que portent les versants rocheux et qui leur suffit ; o la probabilité de détection de leurs cadavres est exceptionnellement élevée : ils restent en paroi ou tombent sur éboulis, sans être masqués par les ligneux. rôle synécologique : o ré-ouvre les ligneux en paroi rocheuse, ce qui est favorable aux Oiseaux rupestres ; o de tous les Ongulés, sauvages ou domestiques le plus favorable à l installation du Gypaète Gypaetus barbatus. et parmi les seuls Ongulés sauvages, le plus favorable, le plus favorable aux trois autres Vautours. Ces quatre grands Oiseaux sont désormais présents à nouveau dans le Vercors, grâce aux opérations de réintroductions réalisées par le Parc Naturel Régional. C est pourquoi le Bouquetin des Alpes a motivé et motive toujours : études : particulièrement depuis 1986, début du programme du SRETIE du Ministère de l Environnement ; stratégie nationale de restauration par le même ministère ; opérations de réintroduction locales, dont deux par le Parc Naturel Régional du Vercors, ayant fondé des populations dans les falaises de l est du massif (bordure sud des Hauts Plateaux incluse) et dans celles du Royans, par les lâchers de, respectivement, 1989 et 1990, 2000 et La protection par la loi des Bouquetins en tout temps et en tout lieu, est : sans aucun inconvénient de fait de son habitat et parce que leur autorégulation démographique, plus marquée que chez tout autre Ongulés d Europe, ajustent leurs effectifs aux ressources ; très positive, car elle seule permet que : o écologiquement à l espèce de jouer pleinement son rôle (cf. supra). En particulier les cadavres, non exportés hors de la nature, restent à la disposition des Vautours de toutes espèces ; o scientifiquement, on puisse étudier des populations d Ongulés dont les densités et les comportements ne dépendent que des seuls facteurs naturels 1. Valeur emblématique, beauté, habitats spectaculaires, relative facilité d observation en font un des meilleurs supports du tourisme de nature donnent une raison de plus à l engagement du Parc du Vercors dans sa restauration, toujours en cours. 1 Les populations d autres espèces d Ongulés installés dans des espaces hors chasse subissent le plus souvent des prélèvements en périphéries de ceux-ci.

4 4/12 I. - UN PRECEDENT A. - L'INDIVIDU Né en 2000 d'une femelle pleine, lâchée cette même année au Mont Baret par le Parc Naturel Régional du Vercors (PNRV), dans le cadre de la réintroduction de l'espèce dans les falaises du Royans : sur la bordure NO du massif. Cabri, il avait suivi sa mère qui avait traversé le défilé des Petits Goulets. Il était resté dans les parois de sa rive gauche lorsque sa mère avait regagné le Mont Baret et ses congénères. B. - LE PROBLEME Ce jeune mâle adulte grandissait dans les rochers de la rive gauche des Petits Goulets. Mais il descendait parfois sur la route D 518 traversant cet étroit défilé creusé par la Vernaison. D'où réel risque de collision avec un véhicule 2. C. - LA SOLUTION Il a donc été décidé de le faire capturer et relâcher dans les falaises hébergeant, à distance des routes, la majorité de ses congénères du Royans. Ce fut fait par des agents du Service Départemental (SD) de l'office National de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) et des gardes de la Réserve Naturelle des Hauts Plateaux du Vercors. Et ce sans avoir à faire usage du fusil pour télé-anesthésie dont les personnels de terrain s'étaient munis : l'animal se laissant approcher, ils l'ont empoigné et lui ont masqué les yeux, moyen bien connu de calme. Il a été relâché à quelques kilomètres au pied des Rochers du Bournillon très peu après : le temps de le marquer et de l y transporter. Depuis, il s y est installé, séparé de toutes routes par des centaines de mètres d habitats où l espèce ne s installe pas : des versants boisés sans rocher. D. CONCLUSION Un problème réglé : 1. - Dans le cadre des textes en vigueur ; 2.- Avec compétence et efficacité par les fonctionnaires d Etat concernés ; 3. - Au bénéfice de : la sécurité routière ; la restauration de la biodiversité faunistique : n'étant plus isolé, cet individu a pu participer à la reproduction. Bravo aux organismes publics et aux personnels de terrain concernés! 2 On peut se demander si son comportement n'était pas perturbé par une totale solitude alors que l'espèce est très grégaire. Mais ceci n'est qu'une hypothèse, non testée.

5 5/12 II. - LE CAS DU 10 MAI 2015 A. - L'INDIVIDU Bouquetin mâle, porteur d'une marque bleue à chaque oreille, lâché 3 par le PNR du Vercors dans les falaises du Royans, les avait quittées pour les hautes gorges de la Bourne, dans les parois desquelles il était régulièrement observé depuis des années. B. - LE PROBLEME Le dimanche 10/05/2015, Bleu-bleu est signalé par la gendarmerie de la Chapelle-en-Vercors, comme constituant un danger de collision avec les véhicules sur la route D531 4 dans ces mêmes gorges. Voir "la photo que vous aimez" sur initiatives-vercors.fr. C. - CE QUE DEVAIT FAIRE LES ORGANISMES CONCERNÉS 1. - GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS : immédiatement : assurer la sécurité en gérant la circulation le temps de régler le problème ; très vite : prévenir les DEUX organismes compétents : o ONCFS : le Service Départemental (SD) de la Drôme ; o Parc Naturel Régional du Vercors. par précaution : se donner les moyens de faire abattre légalement l animal au cas où, le danger subsistant, la capture, ou tout autre moyen de régler le problème, aurait échoué. 2. Service départemental de l ONCFS et/ou personnels de terrain PNR du Vercors : capturer aussi vite que possible Bleu-bleu et le relâcher dans les Rochers du Bournillon, comme cela avait été fait précédemment (voir page précédente). 3 En 2002 au cirque du Bournillon. 4 Remarquons qu'il s'agit encore une fois d'un mâle isolé. Coïncidence? Ou nouveau fait étayant l hypothèse d un comportement perturbé par l isolement total chez cette espèce très grégaire?

6 6/12 D. - CE QUI A ETE FAIT 1. - GENDARMERIE DE LA CHAPELLE-EN-VERCORS : assurer la sécurité routière en gérant la circulation le temps de régler le problème. Rien ne permettant de supposer l inverse, on tiendra pour acquis que cela a été fait et bien fait. En tout été de cause, ce n est pas ce qui est en cause ici ; prévenir les DEUX organismes compétents : o SD de l ONCFS : directement ou via la Préfecture ceci a bien été fait ; o Parc Naturel Régional du Vercors : cela n a pas été fait, par personne. demandes pour abattage ont été adressées à : o Préfecture de la Drôme: dérogation nécessaire l'espèce étant protégée ; o SD drômois de l'oncfs : pour éventuelle exécution. capture : la photo de couverture le montre lié à un véhicule de gendarmerie par une corne au moyen d'une sangle. Excellent travail, permettant de déplacer l animal, réglant le problème au mieux pour la sécurité routière comme la population de bouquetins du Royans comme cela avait été fait précédemment cf. page PREFECTURE et DDT DE LA DROME Extrait de l Arrêté n 2015 «VU le repérage d un bouquetin sur les voies de circulation de la RD531 dans le secteur des gorges de la Bourne à proximité du lieu-dit du pont de la Goule Noire, commune de Saint Julien en Vercors, particulièrement encaissé et sans échappatoire, et le conflit avéré avec les véhicules motorisés et vélos y circulant ; CONSIDERANT la nécessité d intervenir d urgence afin de capturer ou de détruire l animal qui met en cause la sécurité publique sur la voirie publique ; CONSIDERANT qu il s agit d un spécimen âgé, blessé à la patte arrière gauche, agressif et signalé en divagation dans le secteur depuis plusieurs semaines ; CONSIDERANT l impossibilité de le capturer et de le relâcher dans un lieu plus adapté à son habitat naturel ; SUR, proposition de monsieur le Directeur départemental des territoires de la Drôme ; ARRETE Article 1 Il est ordonné l abattage d un bouquetin des Alpes (Capra ibex) mâle, à proximité immédiate de la RD531 du lieu-dit du pont de la Goule Noire, dans l intérêt de la sécurité publique. Article 2 L opération d abattage sera mise en œuvre par les agents de l ONCFS. Le chef du service départemental de l ONCFS est chargé de l organisation technique de l opération. Un compte-rendu sera adressé à la Direction Départementale des Territoires SEFEN à l issu 5 de l opération.» 3. - SD de l'oncfs Un garde a été envoyé qui a abattu le bouquetin. Aucune autre action de l ONCFS n est connue. Y en a-t-il eu? 5 Le souci de citer exactement oblige à respecter la faute de frappe.

7 7/12 E. COMMENTAIRE 1. - GENDARMERIE Diverses informations font encore défaut : a. - Prévenir le PNR du Vercors. Il est fort possible que cela ait tenté. Mais, un dimanche, on ne pouvait qu entendre un répondeur. Il est fort possible que la gendarmerie ne disposât pas d un numéro de téléphone permettant de joindre un membre du personnel du PNRV. Il serait opportun que le Parc du Vercors fournisse aux gendarmeries de son territoire le moyen, en cas d urgence, d entrer en communication avec lui à toute heure et tous les jours. b. Comment et par qui le bouquetin avait-il été capturé? c. A-t-on informé de cette capture : d 1. Le SD de l ONCFS? Si tel n a pas été le cas, alors il y a eu une faute majeure. Car le SD pouvait donner une information technique essentielle : masquer les yeux l animal suffisait à le calmer, permettant de le déplacer ; d 2 la Préfecture? Si tel n a pas été le cas, alors il y a eu une faute majeure. Car alors l arrêté aurait pu être rédigé tout autrement. d. -Le bouquetin a-t-il été tué alors qu il était toujours attaché et, dans ce cas pourquoi? e. -Le bouquetin a-t-il été tué alors qu il avait été remis en liberté et, dans ce cas - par qui a-t-il été libéré et pourquoi? - quels ont été son comportement, ses éventuels déplacements? Il est peu probable que, après ce stress, il n ait pas regagné la sécurité des rochers, mettant ainsi fin au problème. Et s il était demeuré sur place, il était recapturable, au moins dès que l agent du SD de l ONCFS était arrivé. Des compléments d information sont souhaitables. Mais leur absence n empêche nullement l analyse. C est heureux car la pratique française reste plus l omerta que la transparence PREFECTURE DE LA DROME Les deux derniers CONSIDERANT sont contraires aux faits concrets : la photo prouve que la capture de l animal était possible puisqu elle avait été réalisée ; l autopsie par le Dr Vétérinaire Dominique GAUTHIER, spécialiste des Bouquetins Capra sp. a conclu à un état de santé exceptionnellement bon pour un bouquetin de cet âge. Une blessure ne pouvait passer inaperçue ; NB La notion de divagation (cf. deuxième CONSIDERANT) s applique-t-elle à un animal autre domestique? Cela semble douteux et serait à vérifier. Ordonner sans autre option l abattage du Bouquetin a été une faute majeure. Cela devait être la solution ultime éventuelle si toutes les autres avaient échoué, et alors seulement. C est toujours ainsi qu on procède dans le cas, bien connu, de risque de collision du fait de la divagation de vaches, cheval, brebis ou autres animaux domestiques DIRECTEUR DEPARTEMENTAL DES TERRITOIRES La proposition compétente était non pas l abattage et rien d autre mais exclusivement comme dernier recours si échouaient tous les autres moyens de régler le problème, notamment capture et déplacement, et alors seulement. DONC : Préfecture et DDT ont refusé à la conservation de la biodiversité un respect que, dans des cas analogues, ils accordent comme allant de soi à la propriété privée.

8 8/ OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE Le Service Départemental de l ONCFS, lui, savait comme entrer en relation avec le personnel concerné du Parc Naturel Régional du Vercors. En effet, il l a fait dès qu il a eu abattu le bouquetin : pour lui remettre le cadavre. Ne pas avoir pris contact avec le PNRV avant de tuer un animal lâché et suivi par lui depuis plus douze ans a été une faute grave. Car le Parc avait déjà fait face de manière efficace et appropriée à une telle situation (cf. supra p. 5). La compétence exigeait tout autant d informer gendarmes ou/et préfecture ou/et DDT, qui ignoraient probablement que : la télé-anesthésie est une technique bien maîtrisée pour capturer un bouquetin ; perdre son poil par poignées, en mai, n est le fait d un bouquetin malade mais en mue, perdant, très normalement, le poil d hiver ; masquer les yeux d un bouquetin attaché suffit à le calmer. Le bouquetin attaché, une fois masqué, outre qu il devenait aisément transportable, ne pouvait plus s échapper Ces informations ont-elles été fournies, ou bien par le chef du SD, ou bien par l agent une fois arrivé sur le terrain, à ceux qui en avaient besoin pour une prise de décision éclairée? Si on ne l a pas fait, il y a eu incompétence et faute professionnelle. Le chef du service départemental a-t-il eu un comportement compétent et responsable, c est-àdire : envoyer un agent équipé non seulement pour tuer mais aussi pour capturer? s informer sur les réalités concrètes du terrain en communiquant par téléphone portable avec : o les gendarmes déjà en situation? o son subordonné lorsque celui-ci était arrivé sur les lieux? Notamment pour savoir si ne restait possible aucune solution autre que l abattage. éventuellement, transmettre à la Préfecture les informations recueillies ainsi que leurs conséquences logiques? S il ne l a pas fait, il y a eu incompétence et faute professionnelle. Ses missions en matière de protection et restauration de la biodiversité faunistique excluent qu on puisse, dans un tel cas, obtempérer comme un instrument passif à un ordre d abattage émanant d une préfecture qu il était de son devoir d informer. L agent une fois arrivé sur le terrain a-t-il : fournit aux gendarmes les informations évoquées plus haut? pris l initiative d entrer en communication téléphonique avec son chef pour lui rendre compte des réalités concrètes rendant l abattage non nécessaire, donc exigeant de s en abstenir? S il ne l a pas fait, il y a eu incompétence et faute professionnelle. Au cas, improbable, où le SD drômois de l ONCFS ne dispose pas du matériel ou/et des compétences pour une telle capture, il devait s adresser à certains vétérinaires du département qui, eux, en disposent. Ou encore prendre contact avec les pompiers de Die : joignables même le dimanche. à moins de 60 km du bouquetin ; expérimentés en matière d incidents du fait d animaux sauvages et domestiques ; habitués à coopérer et échanger des informations à ce sujet avec le Parc du Vercors.

9 9/ COMPRENDRE UN DYSFONCTIONNEMENT... POUR EN PREVENIR LA REPETITION Comprendre les causes de la cascade de décisions fautives qui ont été prises est nécessaire, avant tout pour prévenir leur renouvellement, dans le Vercors ou ailleurs. Diverses, elles se sont cumulées, et même amplifiées réciproquement, dans une synergie d'incompétences. a. LE CLOU ET LE MARTEAU Les deux célèbres citations en couverture donnent la clé de ce qui a, probablement, eu le rôle majeur : ne disposant que d un marteau, les trois organismes consultés par la Préfecture, n ont pas su résister à la tentation de voir tout problème comme un clou. Ils ont agi comme de jeunes garçons qui, parce qu ils disposent d un marteau, pensent qu il faut frapper sur tout ce qui se présente. NB C est de l outil intellectuel qu il s agit, et non pas de la carabine... b. - «OUVRIR LE PARAPLUIE» Comportement trop connu pour qu on ait à développer et qui, à l évidence, est a joué un rôle. Sans pouvoir, ni devoir, entrer dans les détails à propos des fautes du 10 mai 2015, remarquons simplement que, généralement, les motivations dominantes diffèrent entre les niveaux de la hiérarchie : aux plus modestes : peur, sentiment de sa vulnérabilité, etc. ; aux plus hauts : ambitions de carrière que l on croit devoir servir à tout prix. Quelles que soient les motivations, donner la priorité à «être couvert» est contraire à l intérêt général, dénature le service public, le pervertit. c. «NAVIGATION» PRIVEE DE REPERES A l échelon supérieur du département, c est en dernier ressort à la Préfecture qu appartiennent autorité et compétence administratives pour mettre en œuvre les politiques nationales, dont : celle de sécurité routière, certes ; mais aussi celle de restauration et conservation de la biodiversité. Certes, ayant le pouvoir de décision, la Préfecture ipso facto porte nécessairement la responsabilité de la faute grave que constitue l abattage sans nécessité d un individu d une espèce protégée par la loi en tous temps et en tout lieu. Ceci reste au sens strict et étroit du formalisme juridique. Car nul ne saurait avoir de compétences techniques universelles, pas plus à la Préfecture qu ailleurs. Cette dernière, pour être en mesure de prendre une décision solidement fondée, prenant en compte toutes les données du problème, devait donc nécessairement pouvoir compter sur les compétences techniques diverses d organismes et personnes capables de l éclairer. Or tous ceux et toutes celles consulté(e)s pour cette affaire s en sont montrés incapables : Directeur Départemental des Territoires : incapacité à envisager une autre solution que tuer Bleu-bleu ; gendarmerie de la Chapelle-en-Vercors : au minimum rétention d information, concernant la capture du bouquetin, qu illustre la photo de couverture ; Service Départemental de l Office National de la Chasse et de la Faune sauvage, notamment quant au devoir d information technique tant sur l état de l animal, les moyens de le capturer et/ou calmer. Ces carences ont été cruciales car l ONCFS seul pouvait, et devait, fournir ces informations à gendarmerie, DDT et Préfecture.

10 10/12 Dès lors que ses «radars» et «boussoles» lui fournissaient des informations tronquées ou/et fausses, la Préfecture ne pouvait que faire prendre un cap gravement inapproprié. A moins que, l ONCFS ayant pleinement fait son devoir d information et conseil, la Préfecture se soit obstiné dans une décision éthiquement scandaleuse, techniquement aberrante, que juridiquement constetable DOUBLEMENT CONSTERNANT Bleu-bleu est mort sans nécessité. C est consternant pour tous ceux qui, à un titre quelconque, sont motivés par la restauration des bouquetins dans le Vercors, qui y travaillent, suivi inclus. Bleu-bleu a été tué par une cascade de fautes professionnelles des quatre organismes publics qui sont intervenus, aux niveaux les divers. Cette incompétence générale est consternante pour tout citoyen/ne, que la biodiversité lui importe ou qu il/elle y soit hermétiquement fermé/e. Depuis achèvement de cette analyse le 18/05/2015 les informations complémentaires reçues ne laissent plus place au doute : le bouquetin a bien été tiré alors qu il était attaché. Reste à savoir qui a commis la faute majeure : - la gendarmerie? C est le cas si elle n a pas informé la préfecture de ce fait majeur, modifiant totalement les données du problème ; - la préfecture? Unique responsable si elle a décidé l abattage sachant que l animal était capturé. Le texte de l arrêté montre que la Préfecture a considéré le SD de l ONCFS exclusivement comme exécuteur d une décision déjà prise et aucun comme expert en amont de celle-ci, comme elle l a fait avec la DDT. Ne pas avoir consulté l organisme d Etat compétent en matière de faune est, en soi, une faute.

11 11/12 PERSPECTIVES A. - ORGANISMES AUTEURS DES FAUTES L impact négatif dans l opinion publique des fautes accumulées par tous les organismes publics qui sont intervenus dans de cette lamentable affaire est inévitable. Leur réputation et leur fiabilité en matière de la gestion des problèmes relatifs à la faune en est altérée, à juste titre. La Préfecture serait fondée à en demander compte aux trois organismes publics départementaux sur lesquels elle a légitimement crû pouvoir se reposer pour éclairer sa décision. Car ce sont incompétence ou/et rétention d information de leur part qui l ont conduite à prendre une mesure inappropriée. L ONCFS apparaît comme l organisme le plus défaillant : les trois autres devaient pouvoir compter sur des compétences qui semblent avoir complètement fait défaut. A moins que l ONCFS ait été tout à fait à la hauteur de ses missions, fournissant des informations et préconisations pertinentes, mais que les autres organismes n en aient pas tenu compte? Ceci pouvait être évoqué, mais ne saurait être davantage développé. B. - ORGANISMES AYANT SUBI DES PREJUDICES Le cumul d incompétences à tous les niveaux a tué un bouquetin sans aucune nécessité. Ce faisant il a porté atteinte aux intérêts matériels, financiers et/ou moraux de divers organismes publics et associatifs concernés par la conservation et la restauration des populations de cette espèce et de la biodiversité en général : Financeurs publics (et privés s il y en a eu) des lâchers de 2000 et 2002, dont celui de Bleu-bleu ; Ministère de l'environnement, engagé dans la restauration en France des Bouquetins Capra sp. (cf. supra in PREAMBULE) ; Associations départementales, régionales et nationales : o concernées statutairement par la conservation et la restauration de la Faune sauvage ; o contribuant bénévolement par un nombre d'heures considérables, au suivi des bouquetins lâchés en et de leurs descendants. Parc Naturel Régional du Vercors : au premier chef et à des titres multiples. Depuis le premier lâcher en 1989 à Archiane, le PNRV est engagé dans : o la réintroduction du Bouquetin des Alpes Capra ibex dans les biotopes favorables de son territoire ; o le suivi au fil des ans des populations ainsi fondées ; o la communication et l'éducation à ce propos. En outre, peu d'espèces offrent un support aussi favorable au tourisme de nature, dont le développement fait partie des politiques du PNRV (cf. supra in PREAMBULE). Les préjudices subis par le Parc Naturel Régional du Vercors sont donc :

12 12/12 o matériels : destruction d'un individu dont la contribution à la diversité génétique de la population 6 est perdue et ce sans aucune nécessité ; o financiers : non seulement le coût de capture, transport depuis la Vanoise et lâcher mais aussi de suivi depuis plus de douze ans ; o moraux : contraire à la communication quant à la politique de conservation et restauration du Bouquetin en particulier, de la biodiversité en général, ainsi que son réel intérêt économique pour le tourisme de nature. C. - REPARATION Les organismes publics et associatifs concernés, chacun à en ce qui le concerne, doivent : recours contentieux devant le Tribunal Administratif de Grenoble avant début juillet ; porter plainte contre tous les organismes qui ont failli ; se porter partie civile contre eux ; donner un maximum de publicité à ces fautes graves. Toute «omerta» ou/et faiblesse coupable constituerait une faute grave supplémentaire. Il serait éthiquement élégant de déclarer que les indemnisations ou/et dommages et intérêts obtenus seront affectés au financement d'un lâcher de quelques bouquetins dans les hautes gorges de la Bourne, plus exactement rive droite de leur débouché aval, dans les parois audessus et à l est de la Balme-de-Rencurel, site écologiquement optimal, fondant une base de colonisation ultérieure en direction du Bec de l Orient d une longue falaise, loin des routes, Ainsi, on n aurait pas à attendre des décennies la fondation d un noyau de population à partir de la population des basses gorges de la Bourne, dont elles sont séparées par une large lacune dans les habitats favorables à l espèce. Ce serait également donner à cet épisode lamentable une issue positive. Pour des lâchers de bouquetins, les animaux eux-mêmes sont fournis gratis. Les coûts sont ceux de leur capture et transport ainsi que de leur équipement pour suivi par radio-pistage. L Office National de la Chasse et de la Faune sauvage possède les compétences techniques et le matériel nécessaire pourrait aisément assumer sa part de réparation par des prestations en nature Ce qui n aurait pas été le cas si l animal avait été relâché aux Rochers du Bournillon.

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Création de centre d élevage. et/ou d enclos d acclimatation. de Vison d Europe en France. Février 2010

Création de centre d élevage. et/ou d enclos d acclimatation. de Vison d Europe en France. Février 2010 Deuxième Plan National d Action pour le Vison d Europe 2007-2011 APPEL A PROJETS Création de centre d élevage et/ou d enclos d acclimatation de Vison d Europe en France. CAHIER DES CHARGES Direction Régionale

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Lorraine Association Nature Le fort 55140 Champougny 06 27 04 91 13 SIREN : 517 474 631 ; SIRET : 517 474 631 00010 Catégorie juridique 9260 Email : lorraine_association_nature@yahoo.fr Site internet :http://www.lorraine-association-nature.com

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison?

L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? L employeur peut-il renvoyer un travailleur grippé à la maison? La réponse n est pas si simple, car que se passe-t-il si le travailleur se présente malade au travail sans dire qu il s agit précisément

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

Gérald MICHEL. Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex

Gérald MICHEL. Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex Gérald MICHEL Le FGAO Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages Fonds de garantie 64 rue Defrance 94682 Vincennes Cedex Préambule Le Fonds de Garantie Automobile a été créé en 1951 pour

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

Document téléchargeable sur http://www.quechoisir.org/ PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR Conférence de presse du 27 mai 2008 POUR QUE LES DIAGNOSTICS IMMOBILIERS REMPLISSENT LEUR MISSION, L UFC-QUE CHOISIR PROPOSE ET AGIT Bien que l obligation légale de diagnostic

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel

TJX Canada. Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées. Plan d accessibilité pluriannuel TJX Canada Politiques sur les Normes d accessibilité intégrées et Plan d accessibilité pluriannuel 2014 Table des matières 1. Objet.. 3 2. Champ d application et responsabilités... 3 3. Énoncé de politique

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE TARN-ET-GARONNE ARCHIVES DEPARTEMENTALES

DÉPARTEMENT DE TARN-ET-GARONNE ARCHIVES DEPARTEMENTALES DÉPARTEMENT DE TARN-ET-GARONNE ARCHIVES DEPARTEMENTALES Réutilisation des informations publiques produites et reçues par les Archives départementales de Tarn-et- Garonne PRÉAMBULE RÈGLEMENT approuvé par

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s)

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) Contrôles de comptes : les prestations proposées I. Analyse de comptes et de gestion A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) a. Définition de la prestation Pour un exercice donné,

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation

DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation DIVAGATION DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Définition et réglementation Divers textes réglementaires prévoient les modalités de lutte contre la divagation des animaux. Celle-ci peut en effet être source d accidents

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

Colloque de l AEDBF France et de l ANJB L ACTION DE GROUPE SIMPLIFIEE DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER

Colloque de l AEDBF France et de l ANJB L ACTION DE GROUPE SIMPLIFIEE DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER Colloque de l AEDBF France et de l ANJB L ACTION DE GROUPE SIMPLIFIEE DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER Procédure simplifiée : particularités et dangers Julien Martinet Avocat associé Kramer Levin

Plus en détail

Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant

Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant Licence de réutilisation d informations publiques consentie à titre payant Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d'amélioration des relations entre l'administration et le public

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

CLIQUER ICI POUR OBTENIR LA FICHE DE DEMANDE DE CONTRÔLE

CLIQUER ICI POUR OBTENIR LA FICHE DE DEMANDE DE CONTRÔLE Contrôles de comptes : les modalités d intervention Les modalités pratiques des prestations proposées en matière de contrôles de comptes et de gestion sont détaillées ci-dessous et concernent : Etablissement

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 4 Les éléments de la négociation Une préparation minutieuse, exhaustive et réaliste des

Plus en détail

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche

Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche Directives du Conseil des EPF concernant la gestion des risques des EPF et des établissements de recherche du juillet 006 la version allemande fait foi Le Conseil des écoles polytechniques fédérales (Conseil

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES CHEVAUX EN PENSION

REGLEMENT INTERIEUR DES CHEVAUX EN PENSION FERME REGLEMENT INTERIEUR DES CHEVAUX EN PENSION BORTOLOTTI Philippe et COUDURIER Patricia LES ECURIES DU MAGAY 38 320 HERBEYS Tel : 04.76.73.68.46 / 06.81.01.77.72 DISPOSITION GENERALES : 1/ ATTITUDE

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CHARTE DE DÉONTOLOGIE LIBÉRALITÉS TRANSMETTRE EN TOUTE CONFIANCE Conscient de son devoir d information, de transparence et de son engagement envers les auteurs de libéralités consenties à son profit, le Comité français pour

Plus en détail

Réunion PPA - Elaboration du PLU de la Cadière d Azur

Réunion PPA - Elaboration du PLU de la Cadière d Azur Réunion PPA - Elaboration du PLU de la Cadière d Azur «Evaluation Appropriée des Incidences Natura 2000» 03 juillet 2014 1 Evaluation appropriée des incidences Natura 2000 Notre bureau d étude est intervenu

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

L Expérimentation de l évaluation des agents dans la fonction publique territoriale

L Expérimentation de l évaluation des agents dans la fonction publique territoriale L Expérimentation de l évaluation des agents dans la fonction publique territoriale Décret n 2010-716 du 29 juin 2010 portant application de l article 76-1 de la Loi du 26 janvier 1984. Circulaire d application

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) Le président DECISION N ADM-04-10 REV DU PRESIDENT DE L OFFICE du 29 mars 2012 relative au télétravail LE PRESIDENT DE L

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

L entretien professionnel à titre pérenne

L entretien professionnel à titre pérenne L entretien professionnel à titre pérenne Le décret n 2014-1526 du 16 décembre 2014 a définitivement substitué l entretien professionnel à la notation pour l évaluation de l ensemble des fonctionnaires

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L E S S E N T I E L L article 76-1 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée prévoit, à titre expérimental, la mise en place de l entretien

Plus en détail

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE L accueil est assuré 24 h sur 24 au 0 820 30 3000 * ou 06.86.55.24.01 Victimes &

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

Accord relatif au télétravail

Accord relatif au télétravail Accord relatif au télétravail Entre la Direction Générale d Aircelle, représentée par Michel DENNEULIN, Directeur des Ressources Humaines, dûment mandaté, Et d'une part, Les Organisations Syndicales suivantes,

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Situation évaluateur formalisme

Situation évaluateur formalisme LA PERENNISATION DE L'ENTRETIEN PROFESSIONNEL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE REFERENCES : - loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations des fonctionnaires, et notamment

Plus en détail

Une question de RESPONSABILITÉ

Une question de RESPONSABILITÉ Une question de RESPONSABILITÉ Je partage mon TERRITOIRE Je suis l un des quelque 800 000 ours noirs qui habitent les forêts de l Amérique du Nord. Je vis plus particulièrement au Québec, territoire que

Plus en détail

Au garage Information aux enseignants

Au garage Information aux enseignants Information aux enseignants 1/5 Ordre de travail Quelle est la structure d un garage automobile moderne? En quoi consiste la mission d un garagiste aujourd hui? Lire les informations sur un garage. Objectif

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail