a) Considérons le cas où N est un multiple de n : N = Mn

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "a) Considérons le cas où N est un multiple de n : N = Mn"

Transcription

1 5.2 TIRAGE SYSTEMATIQUE a) Considérons le cas où N est un multiple de n : N = Mn où M N 0 Prélever un échantillon systématique consiste à tirer de manière équiprobable un individu i 1 parmi {1,..., M}, puis à constituer s = {i 1, i 1 + M, i 1 + 2M,..., i 1 + (n 1)M} (mécanisme de tirage déterministe initialisé de façon aléatoire) M est appelé le pas du tirage. Exemple N = 1 000, n = 10 pas =M = = 100 Choix de i 1 : 27 s = {27, 127, 227,..., 927} 1

2 Ceci est équivalent à un tirage d une grappe (m = 1) parmi les M grappes U 1, U 2,..., U g,..., U M de tailles égales (N 0 = n) où, pour g {1,..., M}, U g = {g, g + M, g + 2M,..., g + (n 1)M}. (GRTE) { ˆµ = y = moyenne de la grappe sélectionnée ˆτ = Ny b) Considérons le cas général : N n est pas nécessairement un multiple de n Choisir un nombre u entre 0 et 1 (par générateur aléatoire : u = valeur de X U(0, 1)) Individus sélectionnés : pour k = 1,..., n, i k = 1 + (k 1 + u) N n où = partie entière du nombre N.B.) La procédure ci-dessus convient aussi dans le cas où N est un multiple de n. 2

3 Exemple : N = 1 274, n = 10 N n = Choix de u : (générateur aléatoire) 1er élu : 1 + (0.2674)(127.4) = = = 35 2ème élu : 1+ ( )(127.4) = = = 162 3ème élu : 1+ ( )(127.4) = = = ème élu : 1+ ( )(127.4) == = = Mêmes caractéristiques que dans le cas où N est un multiple de n. 3

4 Remarques : 1) Si on se fixe le pas du tirage égal à un entier : n devient aléatoire. Exemple : N = ; pas = 400 Premier élu : i 1 {1, 2,..., 400} (tirage équiprobable) Si i 1 200, alors S = {i 1, i , i } Si i 1 > 200, alors S = {i 1, i } Cette procédure s avère bien utile quand N est inconnu. Ex. : Utilité pour des tirages successifs dans le temps 2) Si la base de sondage est triée aléatoirement, le tirage systématique équivaut au PESR (la méthode du sondage systématique est alors équivalente à la méthode du tri aléatoire (cf. section )). Si la base de sondage est triée selon une certaine variable auxiliaire, le sondage systématique équivaut à un sondage stratifié proportionnel. Si la variable auxiliaire est bien liée à la variable d intérêt, on a alors un gain en précision par rapport au PESR. Ex. : Si un fichier d entreprises est trié selon la taille de celles-ci, un tirage systématique respectera automatiquement les proportions de chaque catégorie de taille. Dans ce cas, si la variable d intérêt est liée à la 4

5 taille des entreprises, le gain de précision par rapport au PESR sera important. Si le pas du tirage systématique est égal à une périodicité dans la base de sondage : perte de précision! Ex. : On tire un logement sur 10 dans un quartier où tous les immeubles comptent 5 étages. On peut alors ne sélectionner que des rez-de-chaussée, par exemple. Si ce problème se présente, l estimateur sera entaché d un biais très difficile à corriger. 5

6 5.3 SONDAGE A DEUX DEGRES Principe U est partagée en M unités primaires (UP) - ou souspopulations -, elles-mêmes composées d unités secondaires (US). On sélectionne un échantillon d unités primaires. Ensuite, dans chaque unité primaire sélectionnée, on prélève un échantillon d unités secondaires. 6

7 L intérêt des plans à deux degrés est évident dans les deux cas suivants : Quand il n existe pas d information sur les unités d intérêt, il n est pas possible de les sélectionner directement selon un plan de sondage aléatoire. On échantillonne alors des unités intermédiaires (dites unités primaires) dont les caractéristiques sont bien connues. Ensuite, on dénombre les unités d intérêt dans les unités primaires sélectionnées pour y réaliser ensuite un second échantillonnage. Il n est donc pas nécessaire de disposer d une base de sondage complète des unités d intérêt pour réaliser le sondage. Quand les unités d intérêt sont réparties sur un grand territoire, les coûts de déplacement des enquêteurs peuvent devenir très élevés. On essaie alors de regrouper les unités d intérêt à enquêter de manière à réaliser une économie de coût. Ex. : Pour un sondage sur des ménages, on peut d abord sélectionner un échantillon de communes. Ensuite, dans les communes sélectionnées, on prélève un échantillon de ménages. On diminue ainsi fortement les déplacements des enquêteurs puisque les ménages sélectionnés se situent dans un nombre restreint de communes. De plus, on ne doit recenser les ménages que dans les communes sélectionnées. On réalise ainsi une importante économie de moyens dans l organisation de la collecte. 7

8 5.3.2 Population U est partagée en M unités primaires (UP) notées U 1, U 2,..., U M : U PRIM = {U 1, U 2,..., U M } = {1, 2,..., M} U h (h {1,..., M}) est composée de N h unités secondaires (US) Taille de U : N = M h=1 N h Valeur de Y pour la ième US de la hème UP : y h;i (i = 1,..., N h ) Dans la hème UP : Total : τ h = N h i=1 y h;i Moyenne : µ h = τ h N h Variance : σ 2 h = 1 N h Nh i=1 (y h;i µ h ) 2 Variance corrigée : σ 2 h;corr = 1 N h 1 Nh i=1 (y h;i µ h ) 2 8

9 Dans la population U : Total : τ = M h=1 τ h Moyenne : µ = τ N Total moyen par UP : µ τ = τ M Variance : σ 2 = 1 N M h=1 Nh i=1 (y h;i µ) 2 Variance corrigée : σ 2 corr = 1 N 1 M h=1 Nh i=1 (y h;i µ) 2 9

10 5.3.3 Echantillon Premier degré du sondage : On choisit m unités primaires parmi les M UP : S PRIM U PRIM Deuxième degré du sondage : Dans chaque U h sélectionnée (h S PRIM ), on prélève n h US : S h U h (h S PRIM ) Echantillon final : S = h S PRIM S h Taille (aléatoire) de l échantillon S : n S = h S PRIM n h 10

11 Remarque Les plans de sondage à deux degrés doivent posséder les propriétés d invariance et d indépendance : - invariance : les plans de sondage (cf. probas de sélection et d inclusion) appliqués au 2e degré (dans les UP sélectionnées au 1er degré) ne dépendent en aucune façon du plan de sondage appliqué au premier degré ; - indépendance : les tirages (du 2e degré) qui se font dans une UP sont indépendants de ceux qui se font dans les autres UP sélectionnées au 1er degré (comme en stratification). 11

12 5.3.4 Tirages PESR aux deux degrés Considérons l estimation du total τ de la population. a) Première étape : estimation de τ h pour tout h S PRIM Tirage PESR des US dans la hème UP Pour tout i U h : P(i S h ) = n h = taux de sondage dans la hème UP N h (estimateur de Horvitz-Thompson) ˆτ h = y h;i = N h 1 y h;i = N h y n h /N h n h h i S h i S h où y h est la moyenne des observations prélevées dans la hème UP. b) Deuxième étape : estimation de τ Tirage PESR des UP dans la population U PRIM Pour tout h U PRIM : P(h S PRIM ) = m M = taux de sondage dans U PRIM (estimateur de Horvitz-Thompson) ˆτ = ˆτ h m/m = M ˆτ h m h S PRIM h S PRIM 12

13 Puisque µ = τ N, on a aussi ˆµ = ˆτ N = M ˆτ h mn h S PRIM = M N h m N y h h S PRIM Propriétés de ˆτ Pour tout h S PRIM : E(ˆτ h ) = τ h Var(ˆτ h ) = Nh 2(1 f 2h) σ2 h;corr n h où f 2h = n h N est le taux de sondage du deuxième degré h associé à la hème UP choisie. On montre que E(ˆτ) = τ : ˆτ est un estimateur sans biais de τ Var(ˆτ) = M 2(1 f 1) m σ2 τ;corr+ M m M h=1 N 2 h(1 f 2h ) σ2 h;corr n h où f 1 = m M est le taux de sondage du premier degré στ;corr 2 est la variance corrigée des totaux τ h (h = 1,..., M) dans la population U PRIM 13

14 Var(ˆτ) est composée de 2 termes : le premier porte sur la dispersion des totaux τ h (h = 1,..., M) dans la population U PRIM, le second est lié à la dispersion au sein des unités primaires. Exemple (Tryfos (1996), p.123) Une fois par an, le Consumer Survey Bureau (CSB) conduit une vaste enquête sur les dépenses des ménages dans une ville donnée. L Office du Recensement (Office of the Census) divise la ville en Enumeration Areas (EAs) correspondant à des quartiers de grandes dimensions. Le CSB dispose ainsi de cartes détaillées de chaque EA, ainsi que d information additionnelle fournie par le dernier recensement. Pour son enquête, le CSB sélectionne par tirage PESR un certain nombre de EAs et, dans un second temps, également par tirage PESR, un certain nombre de ménages dans chaque EA sélectionnée. Un enquêteur rend visite à chaque ménage sélectionné et demande au chef du ménage de remplir un questionnaire. Illustrons le calcul des estimations pour deux questions du questionnaire : Quelle somme a dépensé votre ménage pour l habillement au cours du dernier mois? ($... ) et Possédez-vous une chaîne HI-FI? ( - Oui - Non). La ville est divisée en M = 200 EAs. Le dernier recensement montre qu il y a N = ménages dans la ville. Supposons que m = 4 EAs soient sélectionnées au premier degré (ceci pour illustrer simplement les calculs ; en pratique, un nombre beaucoup plus élevé de EAs devrait être prélevé). 14

15 Le tableau ci-dessous reprend les données utiles : N h est le nombre de ménages dans la hème EA sélectionnée (nombre donné par le dernier recensement), n h est le nombre de ménages prélevés dans la hème EA sélectionnée, y h est la dépense moyenne en habillement (en $) de ces n h ménages au cours du mois précédant le sondage et ˆπ h est la proportion de ménages possédant une chaîne HI-FI parmi ces n h ménages. EA, h N h n h y h ˆπ h L estimation à deux degrés du montant moyen dépensé par les ménages de la ville pour l habillement au cours du mois précédant le sondage est ˆµ = 200 ( = $ 310 (95.0) ) (84.0) + (75.5) (90.3) L estimation à deux degrés de la proportion des ménages de la ville qui possèdent une chaîne HI-FI est ˆπ = 200 ( ) (0.75) + (0.92) + (0.83) (0.95) =

16 5.3.5 Tirages PISR aux deux niveaux a) Probabilités d inclusion p (1) h p i h = probabilité de sélectionner la hème UP = probabilité d inclusion de la ième US étant donné que l on a choisi la hème UP probabilité d inclusion de la ième US (i U h ) : p i = p (1) h p i h b) Estimation de τ (estimateur de Horvitz-Thompson) ˆτ = y h;i p i i S h h S PRIM N.B.) Il faut introduire des probabilités d inclusion d ordre 2 pour étudier Var(ˆτ). 16

17 5.3.6 Tirage des UP avec probabilités inégales et des US avec probabilités égales a) Estimation de τ Première étape : estimation de τ h pour tout h S PRIM : Deuxième étape : ˆτ h = N h y h (PESR) Pour tout h U PRIM : p (1) h = probabilité de sélectionner la hème UP Estimateur de Horvitz-Thompson : ˆτ = ˆτ h p (1) h b) Cas particulier : tirage PPS h S PRIM Probabilité d inclusion des UP proportionnelle à la taille : p (1) h = mn h N Tirage PESR des US, de taille fixe : n h = n 0 pour tout h S PRIM S est de taille fixe : n = mn 0 p i h = taux de sondage dans U h (h S PRIM ) = n 0 N h 17

18 Probabilité d inclusion p i : p i = p (1) h p i h = m N h N n0 = mn 0 N h N = n N où n est la taille fixe de l échantillon global S. Toutes les US de la population ont la même probabilité d inclusion, correspondant au taux de sondage global dans la population. ˆτ = = N h S PRIM = Ny 1 n i S h y h;i n/n h S PRIM i S h y h;i où y est la moyenne de toutes les observations prélevées. Ce plan de sondage, appelé sondage à deux degrés autopondéré (car même proba. d inclusion pour tous les éléments de U alors que les UP sont sélectionnées à probas inégales), est très fréquemment utilisé en statistique officielle (les unités primaires sont des unités géographiques et les unités secondaires sont les individus ou les ménages). 18

19 5.4 SONDAGE A PLUSIEURS DEGRES Un sondage à trois degrés est un sondage à deux degrés dont le deuxième degré est un tirage à deux degrés (et ainsi de suite). De nombreux échantillons nationaux, par exemple, sont prélevés suivant une procédure de sondage à 4 degrés. (i) Au premier degré, un échantillon d aires géographiques est sélectionné à partir d une liste de telles aires recouvrant l entièreté du pays. (ii) Sur base de cartes, chaque aire géographique sélectionnée au premier degré est partitionnée en un certain nombre de sous-aires : des quartiers dans les villes, des aires géographiques délimitées par des autoroutes, des lignes ferroviaires, des rivières ou d autres frontières naturelles facilement identifiables dans les aires rurales. Dans chaque aire sélectionnée au premier degré, un échantillon de sous-aires est sélectionné au deuxième degré de la procédure de sondage. (iii) Une liste de tous les ménages est construite pour chaque sous-aire sélectionnée au deuxième degré, et un échantillon de ménages est sélectionné à partir de cette liste. 19

20 (iv) Des enquêteurs rendent visite aux ménages sélectionnés et établissent, pour chacun de ces ménages, la liste des membres du ménage. Sur base de ces listes, un échantillon d individus est prélevé dans chaque ménage sélectionné au 3ème degré. Les individus ainsi sélectionnés au 4ème degré de la procédure de sondage constituent l échantillon national. Un sondage à plusieurs degrés est parfois combiné avec un sondage stratifié, donnant ainsi lieu à une procédure appelée sondage combiné. Par exemple, les aires géographiques prises en compte au premier degré de la procédure de sélection de l échantillon national peuvent être stratifiées en un certain nombre de strates sur base de certains critères : en provinces ou en états sur base de la situation géographique, en aires urbaines ou rurales sur base du mode de vie, en aires fortement et faiblement peuplées sur base de la densité de la population, etc. Au lieu de sélectionner un échantillon d aires géographiques à partir de la liste entière, on peut sélectionner séparément un échantillon d aires dans chaque strate. Les trois degrés de sondage suivants peuvent ensuite être mis en oeuvre comme décrit ci-dessus. 20

21 5.5 GRAPPES, DEGRES ET STRATIFICATION Reprenons le schéma d un sondage à deux degrés : 1er degré : m UP parmi M (S PRIM ) 2ème degré : n h US parmi N h (h S PRIM ) Si m = M : stratification Si n h = N h : sondage en grappes Toutes choses égales par ailleurs, le sondage stratifié sera préféré au sondage à deux degrés lorsque la population est constituée de groupes relativement bien homogènes pour la variable d intérêt, formés sur base d une variable auxilaire étroitement liée à la variable d intérêt. Le sondage à deux degrés sera préféré au sondage stratifié lorsque la population est constituée de groupes qui sont similaires les uns aux autres, ainsi qu à la population dans son ensemble. 21

Estimation. Anita Burgun

Estimation. Anita Burgun Estimation Anita Burgun Estimation Anita Burgun Contenu du cours Sondages Mesures statistiques sur un échantillon Estimateurs Problème posé Le problème posé en statistique: On s intéresse à une population

Plus en détail

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation 1. Echantillonnage aléatoire simple 2. Inférence statistique 3. Estimation 4. Evaluation graphique de l adéquation d un modèle de distribution 1 L inférence

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Introduction aux sondages

Introduction aux sondages Service Universitaire d Enseignement à Distance Licence AES - Troisième année Introduction aux sondages Université Rennes 2 Place du Recteur H. le Moal CS 24307-35043 Rennes Tel : 02 99 14 18 21 Mel :

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION A.2 BASE DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION A.2 BASE DE SONDAGE PLAN DE SONDAGE ANNEXE A A.1 INTRODUCTION La troisième Enquête Démograpque et de Santé et à Indicateurs Multiples au Niger (EDSN- MICS III) fait suite à celle réalisée en 1998 (EDSN II). Elle porte sur

Plus en détail

Introduction à la théorie des sondages Challenge Graines de sondeur

Introduction à la théorie des sondages Challenge Graines de sondeur Introduction à la théorie des sondages Challenge Graines de sondeur Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne-Dijon camelia.goga@u-bourgogne.fr Dijon, novembre 2015 C. Goga (Univ. de Bourgogne) Sondages

Plus en détail

ECGE 1224 - Statistiques en économie et gestion : TP 1

ECGE 1224 - Statistiques en économie et gestion : TP 1 ECGE 14 - Statistiques en économie et gestion : TP 1 Exercice 1 Un dé parfaitement équilibré est lancé. Soit X la variable aléatoire (v.a.) correspondant au résultat obtenu avec le dé. a) Justifer pourquoi

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES M. C. WEISS Variations pédagogiques sur le thème des échantillons systématiques Mathématiques et sciences humaines, tome 102 (1988), p. 39-45.

Plus en détail

Sources et méthodes. Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes

Sources et méthodes. Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes Sources et méthodes Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes L enquête s intéresse aux difficultés rencontrées par les PME employant au moins 10 personnes pour se financer,

Plus en détail

auprès des entreprises

auprès des entreprises Méthodologie des enquêtes structurelles auprès des entreprises De la théorie à la pratique : le cas Alice Introduction Le travail du statisticien d enquête consiste à maximiser la qualité et la fiabilité

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Statistique (MATH-F-315, Cours #1)

Statistique (MATH-F-315, Cours #1) Statistique (MATH-F-315, Cours #1) Thomas Verdebout Université Libre de Bruxelles 2015 Plan de la partie Statistique du cours 1. Introduction. 2. Théorie de l estimation. 3. Tests d hypothèses et intervalles

Plus en détail

Statistiques de groupe

Statistiques de groupe Système Méthodologique d Aide à la Réalisation de Tests Statistiques de groupe et analyse des questions de votre épreuve Une unité de soutien de l IFRES Université de Liège L analyse des statistiques de

Plus en détail

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50 10. Estimation MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016 (v1) MTH2302D: estimation 1/50 Plan 1. Introduction 2. Estimation ponctuelle 3. Estimation par intervalles de confiance 4. Autres

Plus en détail

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire

X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire X. Attribution des places aux élèves par l établissement secondaire 1. Classement des élèves Les élèves seront classés automatiquement grâce au logiciel en ligne dans l ordre décroissant de leur indice

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Dénombrement et probabilités Version du juillet 05 Enoncés Exercice - YouTube Sur YouTube, les vidéos sont identifiées à l aide d une chaîne

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Enquête sur les coûts de transport et d'assurance liés à l'acheminement des marchandises réalisée en 2015

Enquête sur les coûts de transport et d'assurance liés à l'acheminement des marchandises réalisée en 2015 http://lekiosque.finances.gouv.fr Etudes et éclairages Janvier 2016 Les entreprises de taille intermédiaire réalisent un tiers des exportations françaises Enquête sur les coûts de transport et d'assurance

Plus en détail

Théorie des sondages : cours 5

Théorie des sondages : cours 5 Théorie des sondages : cours 5 Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne e-mail : camelia.goga@u-bourgogne.fr Master Besançon-2010 Chapitre 5 : Techniques de redressement 1. poststratification 2. l estimateur

Plus en détail

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France 1 1 IRMA, Université de Strasbourg Strasbourg, France Master 2ème Année 12-10-2011 Ce chapitre s appuie essentiellement sur deux ouvrages : «Les sondages : Principes et méthodes» de Anne-Marie Dussaix

Plus en détail

Lois de probabilité (2/3) Anita Burgun

Lois de probabilité (2/3) Anita Burgun Lois de probabilité (2/3) Anita Burgun Contenu des cours Loi binomiale Loi de Poisson Loi hypergéométrique Loi normale Loi du chi2 Loi de Student Loi hypergéométrique La loi du tirage exhaustif Puce à

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

GUIDE DU FORMATEUR. 3. a) Le site Internet de Statistique Canada : www.statcan.ca b) Où trouver des renseignements sur

GUIDE DU FORMATEUR. 3. a) Le site Internet de Statistique Canada : www.statcan.ca b) Où trouver des renseignements sur Trousse d EBA/alphabétisation du Recensement de 2006 EBA ENRICHISSEMENT GUIDE DU FORMATEUR Introduction Contenu Le Guide du formateur sur les activités d enrichissement contient des renseignements à l

Plus en détail

Econométrie des données d'enquête

Econométrie des données d'enquête Econométrie des données d'enquête Groupe de lecture - Réunion 1 Marine GUILLERM et Ronan LE SAOUT INSEE, division MAEE 24 Novembre 2014 Marine GUILLERM et Ronan LE SAOUT Econométrie des données d'enquête

Plus en détail

1ère ETUDE NATIONALE DE COÛTS du dispositif Accueil, Hébergement, Insertion

1ère ETUDE NATIONALE DE COÛTS du dispositif Accueil, Hébergement, Insertion 1ère ETUDE NATIONALE DE COÛTS du dispositif Accueil, Hébergement, Insertion étude réalisée sur 120 établissements par le cabinet ACCENTURE juin 2011 Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des

Plus en détail

Formulaire n 1 : Identification de la structure

Formulaire n 1 : Identification de la structure FICHE TECHNIQUE 1 Formulaire n 1 : Identification de la structure Nom du gestionnaire Dans le cas d un gestionnaire gérant plusieurs structures, merci d indiquer le nom de l organismemère. Nom de la structure

Plus en détail

NOMBRES ALEATOIRES et PSEUDO-ALEATOIRES G.Saporta, P.Périé et S.Rousseau, octobre 2011

NOMBRES ALEATOIRES et PSEUDO-ALEATOIRES G.Saporta, P.Périé et S.Rousseau, octobre 2011 NOMBRES ALEATOIRES et PSEUDO-ALEATOIRES G.Saporta, P.Périé et S.Rousseau, octobre 2011 Utiles pour réaliser r des tirages et simuler des phénom nomènes nes aléatoires atoires Nombres aléatoires: atoires:

Plus en détail

Comment calculer les effets redistributifs des services publics et sociaux pour un ménage-type?

Comment calculer les effets redistributifs des services publics et sociaux pour un ménage-type? Comment calculer les effets redistributifs des services publics et sociaux pour un -type? Par Fabienne FECHER, Françoise FORTEMPS (Institut des Sciences Humaines et Sociales, Université de Liège) & Barbara

Plus en détail

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat du ministère du Logement Décembre 2013 Ce document méthodologique

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales La Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales est un projet du Conseil canadien de développement

Plus en détail

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications A.-M. Cubat Onglet Circulation Paniers de lecteurs Page 1 Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications 1. au moins un emprunt depuis jusqu à aujourd hui 2. au moins un emprunt

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999

Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999 Enquête unifiée auprès des entreprises Énoncé de la qualité des données Industrie de la construction Année de référence 1999 1. Concepts Les résultats de l'enquête de 1999 sur l'industrie de la construction

Plus en détail

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique

Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique Enquête nationale sur les taux salariaux dans le secteur de la construction en Colombie-Britannique 28 juin 2001 Préparé par : La Division des méthodes des enquêtes auprès des entreprises et La Division

Plus en détail

CHAPITRE 10 LE TRAITEMENT DES ERREURS ET DES NON-REPONSES

CHAPITRE 10 LE TRAITEMENT DES ERREURS ET DES NON-REPONSES CHAPITRE 10 LE TRAITEMENT DES ERREURS ET DES NON-REPONSES PLAN DU CHAPITRE 10 10.1 Les erreurs dans une enquête 10.2 Les non-réponses 10.3 L imputation 10.4 La méthode des réponses aléatoires 2 10.1 LES

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

Initiation à la théorie des sondages: cours IREM-Dijon

Initiation à la théorie des sondages: cours IREM-Dijon Initiation à la théorie des sondages: cours IREM-Dijon Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne Dijon, 12 novembre 2009 Très court historique Laplace a présenté à l Académie des Sciences en 1783 une nouvelle

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

Résumé des conditions de travail. Congé partiel sans traitement

Résumé des conditions de travail. Congé partiel sans traitement Résumé des conditions de travail Congé partiel sans traitement DIRECTION GÉNÉRALE DES SERVICES DE RÉMUNÉRATION Centre de services partagés du Québec 1020, route de l Église, 5 e étage Québec (Québec) G1V

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Sondage réalisé par pour et Publié le mardi 23 décembre 2014 Levée d embargo le lundi 22 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Les Français et la situation financière de leur commune. Ifop pour Sud Ouest Dimanche

Les Français et la situation financière de leur commune. Ifop pour Sud Ouest Dimanche Les Français et la situation financière de leur commune JF/JPD N 113333 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d'entreprise TEL : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE par Frédéric Deschenaux et Mélanie Belzile Juin 2009 Ce fascicule est une initiative

Plus en détail

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements Annexes 71 Annexe 1 Définitions A. Activité sur le marché du travail : travail à temps plein ou à temps partiel Travail à temps plein Travail contre rémunération ou à son compte, 30 heures ou plus par

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Profil sociodémographique La population > Les familles de recensement Les ménages privés > L'état matrimonial L'immigration > Les langues > Le marché du travail Le lieu de travail et le mode de transport

Plus en détail

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR Région économique du Nord-Est Profils régionaux du Nouveau-Brunswick : Faits saillants et mises à jour Région économiques du

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

La perception de la complémentaire santé d entreprise par les dirigeants et les salariés. Résultats d étude. Avril 2013 TNS

La perception de la complémentaire santé d entreprise par les dirigeants et les salariés. Résultats d étude. Avril 2013 TNS La perception de la complémentaire santé d entreprise par les dirigeants et les Résultats d étude Avril 01 Rappel méthodologique Enquête réalisée pour April Echantillon Volets Echantillon de 00 dirigeants

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

Statistique (MATH-F-315, Cours #3)

Statistique (MATH-F-315, Cours #3) Statistique (MATH-F-315, Cours #3) Thomas Verdebout Université Libre de Bruxelles 2015 Plan de la partie Statistique du cours 1. Introduction. 2. Théorie de l estimation. 3. Tests d hypothèses et intervalles

Plus en détail

Les algorithmes évolutionnistes. INF6953 Les algorithmes évolutionnistes (1) 1

Les algorithmes évolutionnistes. INF6953 Les algorithmes évolutionnistes (1) 1 Les algorithmes évolutionnistes INF6953 Les algorithmes évolutionnistes (1) 1 Métaheuristiques et algorithmes évolutionnistes Les métaheuristiques recherche locale consistent fondamentalement à faire évoluer

Plus en détail

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Résumé 2015 est l année d entrée en application de la réforme des aides directes de

Plus en détail

L état de santé des adultes en Zus en 2010

L état de santé des adultes en Zus en 2010 Chiffres clés L état de santé des adultes en L état de santé des adultes en en 2010 Un peu plus de la moitié des habitants des se déclarent en bonne ou très bonne santé. C est moins que ce qui est observé

Plus en détail

Guide de l utilisateur des microdonnées. Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes. Cycle 7

Guide de l utilisateur des microdonnées. Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes. Cycle 7 Guide de l utilisateur des microdonnées Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes Cycle 7 Septembre 2006 à juillet 2007 Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes,

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

... p. 3. ... p. 5. ... p. 8. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt

... p. 3. ... p. 5. ... p. 8. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt garantie de l Etat... p. 3 prime d acquisition... p. 5 prime d épargne... p. 8 subvention d intérêt... p. 9 bonification d intérêt... p. 12 Edition 07/2015 garantie de l Etat Qu est-ce qu une garantie

Plus en détail

I. LA VARIABILITE AU SEIN DES POPULATIONS

I. LA VARIABILITE AU SEIN DES POPULATIONS I. LA VARIABILITE AU SEIN DES POPULATIONS La notion de population recouvre un concept difficilement réductible à une définition unique. Au sens de la génétique, une population représente une entité de

Plus en détail

Session 1 Introduction

Session 1 Introduction (bio) Session 1 Septembre 8 2014 1/26 Sommaire (bio) 1 (bio) 2 3 4 2/26 (bio) Comme la population qui nous intéresse est habituellement trop grande pour être étudiée directement, seulement un petit nombre

Plus en détail

CALCUL DE PRECISION AU MOYEN DU LOGICIEL POULPE DANS L ENQUETE HID

CALCUL DE PRECISION AU MOYEN DU LOGICIEL POULPE DANS L ENQUETE HID CALCUL DE PRECISION AU MOYEN DU LOGICIEL POULPE DANS L ENQUETE HID Pascal ARDILLY (*), Odile JOINVILLE (**), Pierre MORMICHE (***) (*) INSEE, Unité Méthos Statistiques (**) Institut Statistique l Université

Plus en détail

StatHebdo 2007. Résultats détaillés de l enquête sur le lectorat. Marché Laurentides Population 18+ 366 656

StatHebdo 2007. Résultats détaillés de l enquête sur le lectorat. Marché Laurentides Population 18+ 366 656 StatHebdo 2007 Résultats détaillés de l enquête sur le lectorat Marché Laurentides Population 18+ 366 656 Taux de lecture et fidélité du lectorat Adultes 18 ans + Consultation de l'hebdomadaire : Fidélité

Plus en détail

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Denis Schelling Semestre d automne 2012 Résumé A partir de données concernant le rôle des femmes dans la société, nous avons effectué une analyse

Plus en détail

Leçon 2 : Les études de marché internationales 2

Leçon 2 : Les études de marché internationales 2 Leçon 2 : Les études de marché internationales 2 I. Déroulement de l étude de marché internationale 2 1. Le marché des études de marché internationales 2 2. La nécessité de l étude de marché internationale

Plus en détail

3.7 MRC de Montmagny. Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 119

3.7 MRC de Montmagny. Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 119 3.7 MRC de Montmagny Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 119 Enquête sur la situation des services de garde / CRÉ de la Chaudière-Appalaches 120 MRC de Montmagny

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

LES BIENS SANS MAITRE

LES BIENS SANS MAITRE LES BIENS SANS MAITRE Aux termes de l article 713 du code civil, dans sa rédaction issue de l article 147 de la loi n 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, les biens

Plus en détail

Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement

Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement Méthodes de sondage Echantillonnage et Redressement Guillaume Chauvet École Nationale de la Statistique et de l Analyse de l Information 27 avril 2015 Guillaume Chauvet (ENSAI) Echantillonnage 27 avril

Plus en détail

Chapitre 2 : Etude de marché

Chapitre 2 : Etude de marché Chapitre 2 : Etude de marché (Extraits du support des cours de MM. Berset et Di Meo) 1. Définition Sans de bonnes informations, le marketing ne peut pas être mis en oeuvre. Qui veut concevoir des nouveaux

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, OU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS Direction des routes. relative CIRCULAIRE

Plus en détail

Situations d endettement par rapport aux crédits et arriérés de paiement

Situations d endettement par rapport aux crédits et arriérés de paiement Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Juin 2013 Situations d endettement par rapport aux crédits et

Plus en détail

1 Premiers pas avec Rstudio

1 Premiers pas avec Rstudio Université Paris Descartes UFR de Mathématiques et Informatique Probabilités et Statistiques pour l informatique- Licence MIA 2e année Travaux Pratiques - 1 ère séance Le but de cette première séance est

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES 4 note n 4, mars 2005 OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E DITORIAL I NTRODUCTION Selon l enquête «ménages» réalisée par le CEPS/Instead en 2003, le parc locatif représente moins de

Plus en détail

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes

Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Les Français et le marché de l immobilier : perceptions, usages et attentes Sondage Ifop pour OPTIMHOME Mai 2016 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour OPTIMHOME Echantillon Méthodologie Mode de

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

La régression. Quantifier en sociologie. Séance 10 Joanie Cayouette

La régression. Quantifier en sociologie. Séance 10 Joanie Cayouette La régression Quantifier en sociologie. Séance 10 Joanie Cayouette Principe général L effet d une variable x sur une seconde variable y toutes choses égales par ailleurs Deux types de régression : 1)La

Plus en détail

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE Le sondage est une sélection d'éléments que l'auditeur décide d'examiner afin de tirer, en fonction des résultats obtenus, une conclusion sur les caractéristiques

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 4 L évaluation des incidences du projet sur l environnement 2. Un outil plus adapté à la mise en valeur du patrimoine 3. Une constructibilité

Plus en détail

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons

Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Test de Poisson à 1 échantillon et à 2 échantillons Sous-menus de Minitab 15 : Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 1 échantillon Stat>Statistiques élémentaires>test de Poisson à 2 échantillons

Plus en détail

Autisme, clichés et préjugés RAPPORT

Autisme, clichés et préjugés RAPPORT Autisme, clichés et préjugés RAPPORT Version n 2 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A : Aurélie CAMM-CHAPEL OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 OpinionWay pour

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France 0 Enquête réalisée par Energie-Cités Peter Schilken Ian Tuner Pierre Escolar Graziella

Plus en détail

2.3 Le contrôle qualité de la saisie

2.3 Le contrôle qualité de la saisie 2.3 Le contrôle qualité de la saisie L objectif du contrôle qualité est de valider la travail de saisie réalisé par le prestataire. Cette validation se fait au niveau de chaque lot de saisie et elle comprend

Plus en détail

fédéraux aussi leurs

fédéraux aussi leurs Les droits de succession fédéraux américains et les Canadiens: Déterminer vos oblig gations Beaucoup de Canadiens sont surpris d apprendre qu ils pourraient être assujettis à des droits de succession américains

Plus en détail

Laboratoire 2 Extraction des caractéristiques

Laboratoire 2 Extraction des caractéristiques Laboratoire 2 Extraction des caractéristiques L objectif de l extraction et de la sélection de caractéristiques est d identifier les caractéristiques importantes pour la discrimination entre classes. Après

Plus en détail

«Le devenir des stagiaires FSE» Interprétation des données récoltées par sondage. Christine Hesse Directrice Scientifique Sonecom

«Le devenir des stagiaires FSE» Interprétation des données récoltées par sondage. Christine Hesse Directrice Scientifique Sonecom «Le devenir des stagiaires FSE» Interprétation des données récoltées par sondage Christine Hesse Directrice Scientifique 14 octobre 2015 Comment évaluer des programmes de formation Choix méthodologique

Plus en détail

Probabilités et statistique

Probabilités et statistique Probabilités et statistique Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Cours de deuxième année de licence de sciences économiques Fabrice Rossi Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence

Plus en détail

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT Les lois du Grenelle de l environnement réaffirment l exigence de lutter contre la régression des surfaces agricoles et naturelles. À cette fin, elles renforcent le rôle des documents d urbanisme, notamment

Plus en détail