Chapitre 3 - L'enquête descriptive simple

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 3 - L'enquête descriptive simple"

Transcription

1 Chapitre 3 - L'enquête descriptive simple Version 1.2 AUTEURS PRINCIPAUX : NELLY AGRINIER - CÉDRIC BAUMANN - ISABELLE FOURNEL CO-AUTEURS : FRANCIS GUILLEMIN - GUY HÉDELIN Septembre 2010

2

3 Table des matières Objectifs 5 I - Les principes des méthodes de sondage 7 A. Comment réaliser un sondage? Sondage aléatoire Autres méthodes de sondage Méthode des quotas (parfois appelée sondage pseudo-aléatoire) QCM sur les différents types de sondage...11 B. En pratique Effectif de personnes requis pour un échantillon Comment tirer au sort Exploitation des résultats fournis par le sondage...14 C. Interprétation des résultats Taux de participation et non réponses Interprétation des résultats...18 II - La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique 19 A. Les différentes parties du protocole d'une investigation en santé publique La page de titre Le plan du protocole, la liste des abréviations Le résumé du protocole La justification de l'étude L hypothèse et l'objectif de l'étude Le schéma général de l'étude/ Plan expérimental La population et échantillon L'investigation, les explorations étudiées La description des données collectées et des méthodes de mesure L'analyse statistique, l'analyse de contenu Le déroulement de l'étude, les aspects logistiques Les aspects médico-légaux (éthiques et réglementaires) Les références bibliographiques Les annexes...26 III - Le calcul du nombre de sujets nécessaire dans une étude épidémiologique descriptive transversale 27 A. Justification de l'échantillonnage...28 B. Précision de la mesure Fluctuations d'échantillonnage Intervalle de fluctuation Intervalle de confiance

4 C. Éléments du calcul du nombre de sujets nécessaire Facteurs liés à la taille de l'échantillon Formules pour calculer la taille d'un échantillon aléatoire simple...34 D. Considérations pratiques...35 E. Conclusion...36 IV - Les méthodes et techniques de base du recueil de données dans une enquête épidémiologique 37 A. Introduction...37 B. Le recueil des informations Objectifs et contraintes Exercice avec corrigé - Le recueil des informations Critères de qualité propres à la mesure Type de données...39 C. Le bordereau de recueil Construction d'un bordereau Organisation et présentation du bordereau (mode de passation) Modes de passation Quelques remarques sur la forme Qualité du recueil de l'information Test (ou pré-test) et validation Conclusion...48 Solution des exercices de TD 49 Solution des Quiz 51 4

5 Objectifs Objectif général : Être capable de concevoir et d'interpréter de façon critique une enquête descriptive simple Objectifs spécifiques : Connaître les principes des méthodes de sondage et savoir estimer la précision d'un sondage simple / Savoir discuter la représentativité d'un échantillon Savoir rédiger le protocole d'une investigation en santé publique Savoir calculer un nombre de sujets nécessaire dans une étude épidémiologique descriptive Utiliser les méthodes et techniques de base du recueil de données 5

6

7 Les principes des I - méthodes de sondage Comment réaliser un sondage? 7 En pratique Interprétation des résultats 18 I Lorsqu'on souhaite mesurer la fréquence d'un phénomène observé dans une population (prévalence voir cours sur les indicateurs chapitre 1), il n'est le plus souvent pas possible de mesurer ce phénomène sur l'ensemble des individus constituant cette population (population = ensemble d'unités statistiques ayant un caractère commun et sur lesquelles une caractéristique peut être mesurée). En pratique, lorsqu'on souhaite mesurer la prévalence d'une pathologie ou d'un phénomène, on travaillera sur un sous ensemble de la population = échantillon, et c'est sur cet échantillon qu'on mesurera le phénomène qui nous intéresse. Ce procédé est appelé sondage. La population étudiée, de laquelle on extrait l'échantillon est appelée population source, et la population à laquelle on souhaite généraliser les résultats est la population cible. L'objectif du sondage est donc de pouvoir estimer le phénomène mesuré au niveau de l'ensemble de la population cible à partir des données qui auront été recueillies sur l'échantillon (inférence). Le choix de cet échantillon est donc fondamental, et pour pouvoir interpréter correctement le résultat, cet échantillon doit être représentatif de la population cible (ie tous les individus de la population dont il est issu ont la même probabilité non nulle de faire partie de l'échantillon) (voir cours sur les biais chapitre 5). La qualité d'une estimation repose sur sa précision (voir cours sur précision d'une mesure chapitre 2) et sur l'absence de biais (voir cours sur les biais chapitre 5). A. Comment réaliser un sondage? Il est nécessaire de définir au préalable la population à laquelle on s'intéresse. Il peut s'agir d'unités individuelles (ex : individus) ou d'unités collectives (ex : hôpitaux). Comme il n'est pas possible le plus souvent d'étudier l'ensemble de cette population cible, on va choisir une population source. Ce chapitre abordera les différents moyens de constituer un échantillon à partir de cette population source. 7

8 Les principes des méthodes de sondage 1. Sondage aléatoire Le sondage aléatoire est la seule méthode permettant d'échapper complètement au choix humain, et de limiter les biais de sélection (Voir cours sur les biais chapitre 5). Il s'agit donc de la méthode à privilégier. Il repose sur le tirage au sort. On tire au sort les unités statistiques parmi l'ensemble de la population. Pour cela, il faut disposer d'une liste où sont répertoriés tous les individus de la population : c'est la base de sondage. La base de sondage correspond à la liste de l'ensemble des individus (ou d'unités collectives) appartenant au champ de l'enquête. Elle doit être à jour, exhaustive, sans doublon, et doit permettre de contacter les individus. On peut tirer au sort directement des individus. La base de sondage peut être constituée par exemple des listes électorales (dans ce cas là, les mineurs et les personnes non inscrites sur les listes électorales ne seront jamais tirées au sort), des abonnés téléphoniques (problème des jeunes n'ayant qu'un téléphone portable, ainsi que des abonnés sur listes rouges)...il est parfois plus pratique de disposer non pas d'une liste d'individus, mais d'une liste d'unités collective (ex : liste des établissements scolaires d'une région) : on parlera alors de sondage en grappe. a) Sondage aléatoire simple (ou sondage élémentaire) : tirage direct dans la base de sondage Principe : On tire au sort les individus directement dans l'ensemble de la liste (base de sondage). Avantage : *simple *analyse statistique classique Inconvénients : *Cette technique suppose de disposer de la liste exhaustive de tous les individus de la population source, sinon, il y aura un biais de sélection (voir cours sur les biais chapitre 5). Tous les sujets ont la même probabilité d'être sélectionné, qui correspond à la fraction de sondage f=n/n Avec n : effectif de l'échantillon N : effectif de la population Précision de l'estimation Elle dépend de la variance de l'estimateur, laquelle est de la forme ² /n. La fluctuation d'échantillonnage (défaut de précision) est d'autant plus forte que les valeurs de la variable étudiée sont plus dispersées dans la population (variance ² élevée). En revanche, la précision est d'autant meilleure que l'effectif de l'échantillon (n) est plus élevé. Exemple On veut mesurer la prévalence de l'accouchement prématuré en Côte d'or en La base peut être constituée par la liste des femmes ayant accouché dans les différentes maternités de Côte d'or. Le sondage élémentaire consiste à tirer au sort les femmes sur cette liste. Si on ne tirait au sort que dans la liste des femmes ayant accouché dans la seule maternité accueillant des grossesses à haut risque, l'échantillon ne serait pas représentatif de l'ensemble des accouchements du département : la prévalence de 8

9 Les principes des méthodes de sondage l'accouchement prématuré serait sur-estimée. b) Sondage stratifié Principe : La base de sondage est divisée en groupes homogènes (strates) selon un critère lié à la variable à estimer (exemple tranche d'âge, sexe, habitat urbain-rural etc..). Puis un tirage au sort est réalisé dans chaque strate. En pratique, on répartit d'abord les individus en sous-groupes homogènes pour le caractère étudié (strates) puis on tire au sort à l'intérieur de chacune de ces strates. L'estimateur pour l'ensemble de l'échantillon est calculé à partir des estimateurs obtenus dans chaque strate. Exemple Exemple : d'après Rumeau-Rouquette On cherche à estimer la taille des ans dans une population. Or, on sait que la taille est liée à l'âge. Si on isole dans cette population les individus d'une même classe d'âge, on peut alors segmenter la population en autant de parties qu'il y a de classe d'âge. Dans un sondage non stratifié, on va tirer au sort les individus sans tenir compte de leur strate d'appartenance (ici, sans tenir compte de la classe d'âge). Par exemple, si on tire on tire au sort 16 individus, il se peut que ces individus soient tirés au sort dans la strate de la population comportant le plus grand nombre d'individus. Par exemple, s'il y a individus au total dans une population, et que 900 d'entre eux ont plus de 15 ans, alors il y a une plus forte probabilité que le tirage au sort concerne des plus de 15 ans, et que les individus appartenant aux autres strates, beaucoup moins représentées dans la population, ne soient pas tirés au sort. Dans un sondage stratifié, on va tirer au sort les individus non plus directement dans l'ensemble de la population, mais dans leur strate d'appartenance (ici selon la classe d'âge). Ceci permet de garantir d'avoir des individus dans chacune des strates constituant la population. Par exemple, sur les 16 individus, on va en tirer au sort 2 dans chaque strate. Intérêt : La stratification vise à réduire la variance des estimateurs, en améliorant la répartition de l'échantillon entre les différentes strates. Avantage : Le sondage stratifié permet d'être certain d'avoir des individus dans chaque strate. Le gain de précision dû à la stratification est d'autant plus grand qu'il existe une liaison plus forte entre le critère de stratification et la variable étudiée. Il permet aussi de sur-représenter les strates ayant de faibles effectifs. Dans ce cas, la fraction de sondage variera entre les différentes strates. Exemple : si 99% des lycéens habitent en zone urbaine et 1% des lycéens en zone 9

10 Les principes des méthodes de sondage rurale, si on tire au sort les lycéens sans stratifier sur la zone, on risque de n'avoir que des lycéens appartenant aux lycées urbains. On peut aussi choisir pour l'échantillon de respecter les proportions observées dans la population (allocation proportionnelle). Par exemple, si dans une région comportant 200 lycées, il y a 60% de lycéens vivant en zone urbaine et 40% en zone rurale, et si on décide de tirer au sort 100 lycéens, alors on tirera au sort 60 lycéens dans les zones urbaines et 40 lycéens en zone rurale. Exemple : On veut mesurer la prévalence du tabagisme chez les jeunes scolarisés en Bourgogne. On sait que la consommation de tabac varie selon l'âge et donc selon le type d'établissement scolaire fréquenté. On fait 2 strates : une strate «collégiens» et une strate «lycéens» et on tire au sort les individus au sein de chaque strate. c) Sondage en grappes Principe : Le sondage en grappe consiste à tirer au sort non pas directement un individu, mais des unités collectives (par exemple : services hospitaliers, établissements scolaires...). L'ensemble des individus de l'unité collective sont inclus dans l'enquête. Ce type de sondage est utilisé lorsqu'on n'a pas de liste des individus, mais qu'on dispose d'une liste de grappes réunissant plusieurs individus. Avantage : Il permet de faciliter la réalisation de l'enquête et de réduire son coût, en limitant le nombre de lieux à étudier pour accéder aux individus mais entraîne fréquemment une perte de précision des estimateurs. Le sondage en grappe est d'autant plus efficace (conduit à une meilleure précision que le sondage élémentaire) que : - les grappes sont plus hétérogènes en leur sein pour la variable étudiée (variance intra-grappe élevée) - les grappes sont plus semblables entre elles (variance inter-grappe faible) Si le groupement des unités statistiques en grappe conduit à des grappes plus hétérogènes que ne le voudrait le hasard, le sondage en grappe est plus précis que le sondage élémentaire. En revanche, si les grappes sont plus homogènes que ne le voudrait le hasard, le sondage en grappe est moins précis qu'un sondage élémentaire. Le calcul des estimateurs produits par ce type de sondage est complexe et ne sera pas détaillé dans ce cours. Par exemple, dans l'exemple précédent, comme on ne dispose généralement pas facilement de la liste de tous les élèves de Bourgogne on se procurera la liste de tous les établissements scolaires de la région. Les établissements scolaires sont les grappes, et constituent les unités de sondage. Ce sont eux qu'on va tirer au sort. Et on étudie ensuite tous les élèves des établissements tirés au sort. N.B. : Il est possible de combiner sondage élémentaire et sondage en grappe : dans l'exemple précédent, on tire au sort les établissements (sondage en grappe) puis on tire au sort les élèves : sondage à 2 degrés. Power-point visible en ligne 2. Autres méthodes de sondage En l'absence de base de sondage utilisable, d'autres méthodes d'échantillonnage, 10

11 Les principes des méthodes de sondage dites «empiriques» peuvent être utilisées. a) Sondage systématique Lorsqu'on ne dispose pas d'une base de sondage, on décide de prendre les personnes se trouvant dans une situation donnée au regard d'un critère qui n'est pas aléatoire, mais qui est supposé indépendant du phénomène à étudier. Exemple : méthode des itinéraires. Des règles précises sont définies pour inclure les individus dans l'échantillon : Exemple : un immeuble sur trois, un étage sur deux, appartement correspondant à la porte de gauche sur le palier etc... Limites : On ne connaît pas la probabilité d'inclusion des individus de la population, la représentativité de l'échantillon n'est nullement garantie, les différences avec la population source sont difficiles à établir. 3. Méthode des quotas (parfois appelée sondage pseudoaléatoire) Principe : La méthode des quotas a pour objectif la constitution d'un échantillon ayant les mêmes caractéristiques que la population cible. Pour atteindre toutes les catégories de la population à couvrir par l'enquête, on impose des quotas = nombre de sujets de chaque catégorie sur lequel portera l'enquête. Exemple : on veut que l'échantillon contienne 15 femmes de 25 ans habitant en zone rurale, 10 femmes de 25 ans habitant en zone urbaine, 5 femmes de plus de 25 ans habitant en zone rurale, 10 femmes de plus de 25 ans habitant en zone urbaine... N.B. Cette méthode est utilisée habituellement par les Instituts de sondage. Limites : On ne connaît pas la probabilité d'inclusion des individus de la population, et donc, l'inférence des résultats obtenus à la population doit être faite avec plus de précaution que dans les méthodes aléatoires. La représentativité de l'échantillon ainsi constitué peut être sujette à caution. 4. QCM sur les différents types de sondage On souhaite connaître la conformité de l'hygiène des mains des professionnels de santé aux recommandations officielles. Pour cela, une étude d'observation des pratiques est réalisée et consiste à observer la technique d'hygiène des mains par les professionnels de santé. Indiquez de quel type de sondage il s'agit dans les situations suivantes (une ou plusieurs réponses possibles) : Exercice 1 [Solution n 1 p 51] 1. Pour un service de chirurgie, vous disposez de la liste de l'ensemble des professionnels de santé. Vous décidez de tirer au sort les professionnels que vous allez observer. Indiquez de quel type de sondage il s'agit (une ou plusieurs réponses possibles) : 11

12 Les principes des méthodes de sondage A. Sondage aléatoire simple B. Sondage stratifié C. Sondage en grappe D. Sondage systématique E. Méthode des quotas Exercice 2 [Solution n 2 p 51] 2. Dans un hôpital, vous souhaitez observer les pratiques dans différents services. Vous tirez au sort les différents services, puis vous observez les pratiques de tous les professionnels. Indiquez de quel type de sondage il s'agit (une ou plusieurs réponses possibles) : A. Sondage aléatoire simple B. Sondage stratifié C. Sondage en grappe D. Sondage systématique E. Méthode des quotas F. Sondage à 2 degrés Exercice 3 [Solution n 3 p 51] 3. Dans un hôpital, vous souhaitez observer les pratiques dans différents services. Vous tirez au sort les différents services, puis vous tirez au sort les professionnels de santé que vous allez observer. Indiquez de quel type de sondage il s'agit (une ou plusieurs réponses possibles) : A. Sondage stratifié B. Sondage en grappe C. Sondage aléatoire simple D. Sondage à 2 degrés E. Sondage à 3 degrés Exercice 4 [Solution n 4 p 52] 4. Vous décidez d'observer, pour un hôpital, les pratiques chez les médecins, chez les infirmières et chez les aides-soignantes. Vous tirez au sort 10 médecins parmi les 100 médecins présents, 50 infirmières parmi les 300 infirmières présentes, et 60 aides soignantes parmi les 600 aides soignantes présentes. Indiquez de quel type de sondage il s'agit (une ou plusieurs réponses possibles) : 12

13 Les principes des méthodes de sondage A. Sondage à 3 degrés B. Sondage en grappe C. Sondage aléatoire simple D. Sondage stratifié E. Méthode des quotas B. En pratique Effectif de personnes requis pour un échantillon Un sondage, comme toute autre étude épidémiologique, nécessite le calcul d'un nombre de sujets nécessaires selon la précision souhaitée de l'estimation. Les modalités de calcul sont présentées dans le cours "Calcul du nombre de sujets nécessaires dans une étude épidémiologique descriptive transversale". Une fois ce calcul effectué, il faut également tenir compte du taux de participation attendu. Par exemple, si on souhaite réaliser une enquête par auto-questionnaire sur la consommation d'alcool, et que le taux de participation attendu est 10%, si le calcul du NSN indique qu'il faut inclure 100 personnes, alors il faudra envoyer questionnaires (car 10%*1000=100) 2. Comment tirer au sort Pour procéder au tirage au sort, il faut disposer d'une base de sondage dans laquelle on va numéroter tous les individus de cette base. Ensuite, le tirage au sort peut être réalisé par des logiciels statistiques ou à l'aide d'une table des nombres au hasard. Extrait d'une table de nombre au hasard. Si on veut tirer 100 sujets dans une base comportant 1000 individus, on numérote tous les individus de cette base de 0 à 999; Dans la table de nombres au hasard, on prend les 100 premiers nombres de 3 chiffres en éliminant les répétitions. On peut lire la table verticalement, horizontalement, en diagonale...l'essentiel est de se fixer à l'avance la façon dont la table sera lue. Exemple 1 : On décide de lire la table de gauche à droite en commençant en haut et à gauche et en prenant les chiffres par groupes de 3 colonnes : dans l'exemple ci-dessous, on retiendra donc le 260, le 658, le 698, le 844, le 582, le 212, etc... 13

14 Les principes des méthodes de sondage Exemple 2 : On décide de lire la table en diagonale. Les nombres retenus seront : le 260, le 616, le 422, le 833, le 669, le 720, etc... S'il s'agit d'un sondage stratifié, il faudra numéroter les individus dans chacune des strates. S'il s'agit d'un sondage en grappe, on numérote chaque grappe, et on tire au sort les grappes. 3. Exploitation des résultats fournis par le sondage Le sondage consiste à n'inclure qu'une partie (= échantillon) de la population source. Les individus de l'échantillon vont être inclus dans l'étude et être l'objet d'un recueil de données : mesure d'une ou plusieurs variables quantitatives et /ou qualitatives. A partir des valeurs observées dans l'échantillon, on calculera selon les cas la moyenne et la variance de la variable (variable quantitative) ou la proportion des individus présentant une certaine caractéristique (variable qualitative). Pour un échantillon donné, la valeur prise par cet estimateur est appelée estimation. On peut mesurer sur l'échantillon les mêmes types de paramètres de position et de dispersion que sur une population. Les paramètres de l'échantillon n'ont d'intérêt qu'en tant qu'estimation des vrais paramètres inconnus de la population. Faire une estimation, c'est tenter de définir les paramètres d'une population à partir des paramètres observés sur un échantillon (inférence). a) Estimation des paramètres dans un sondage simple i - Paramètres observés sur l'échantillon 1. Pour une variable quantitative Moyenne m : moyenne de l'échantillon. C'est l'estimateur de la moyenne µ inconnue. x i : valeurs de la variable x i : somme des valeurs de la variable n = taille de l'échantillon Variance x i : valeurs de la variable x i = somme des valeurs de la variable s² = variance de l'échantillon n = effectif de l'échantillon 14

15 2. Pour une variable qualitative à 2 modalités (variable binaire) Proportion p =n/n avec q=1-p Variance s² = pq/n ii - Calcul de l'intervalle de confiance (estimation par intervalle) Les modalités de calcul de l'intervalle de confiance pour un sondage aléatoire simple sont abordés dans le cours "Calcul du nombre de sujets nécessaires dans une étude épidémiologique descriptive transversale - Intervalle de confiance". b) Estimation des paramètres dans un sondage stratifié i - Paramètres observés sur l'échantillon 1. Pour une variable quantitative Moyenne Les principes des méthodes de sondage m s : : moyenne estimée sur l'ensemble de l'échantillon. C'est l'estimateur de la moyenne µ inconnue. Ni : effectif de la strate i dans la population mi : moyenne estimée dans la strate i de l'échantillon n : effectif de l'ensemble de l'échantillon Variance : Avec : var m s : variance de l'ensemble de l'échantillon : N i : Effectif de la strate i dans la population : N : Effectif de la population entière (1-fi) : facteur d'exhaustivité correspondant à 1- ni/ni fi= ni/ni = fraction de sondage dans la strate s i² : variance dans la strate i ni : effectif de la strate i dans l'échantillon 2. Pour une variable qualitative Pourcentage : Avec P s : proportion estimée sur l'ensemble de l'échantillon N i : Effectif de la strate i dans la population N : Effectif de la population entière P i : proportion estimée dans la strate i Variance : 15

16 Les principes des méthodes de sondage P s : proportion estimée sur l'ensemble de l'échantillon N i : Effectif de la strate i N : Effectif de la population entière : P i: proportion estimée dans la strate i ni : effectif de la strate i dans l'échantillon qi=1-pi c) Tableau récapitulatif 16

17 Les principes des méthodes de sondage Sondage aléatoire simple Sondage en grappe Sondage stratifié Base de sondage Liste complète des sujets - liste complète des grappes Liste complète des sujets dans chaque strate - numérotation des sujets dans Tirage - numérotation des sujets - numérotation des grappes chaque strate - TAS des sujets TAS des grappes - TAS des sujets dans les strates - pratique - gain en précision Avantages Statistiques simples - ne nécessite pas de base de (possibilité de sur-représenter Bonne estimation du paramètre sondage détaillée les strates avec un faible - moindre coût effectif) Inconvénients - analyse statistique complexe - analyse plus complexe que le nécessitant de prendre en Suppose d'avoir la liste sondage aléatoire simple compte l'effet grappe complète des sujets - suppose d'avoir une base de - moins précis qu'un sondage sondage aléatoire simple d) Exercice avec corrigé - Les sondages Q u e s t i o n Tableau 1 : - [Solution n 1 p 49] Complétez le tableau suivant (données fictives) afin d'estimer la proportion de fumeurs dans une étude portant sur les élèves des lycées ruraux et urbains. 17

18 Les principes des méthodes de sondage Strate Nombre d'élèves dans la strate i Nombre d'élèves dans l'échantillon pour la strate i Fraction de sondage Tableau 2 : - Nombre de fumeurs pour la strate i Lycée rural ,2 10 Lycée urbain , Total Proportion de fumeurs dans la strate i N i n i f i n i fumeur p i N i p i /N C. Interprétation des résultats 1. Taux de participation et non réponses Le taux de participation doit être précisé. Bien souvent, les personnes ne répondant pas à une enquête (ou les personnes pour lesquelles la variable étudiée n'a pas pu être recueillie) diffèrent de celles qui répondent (ou celles chez qui la variable a pu être recueillie). Ces différences sont responsable d'un biais de sélection de l'échantillon. (cf cours sur les biais- chapitre 5) a) Pendant l'étude : pour limiter le nombre de non-répondants S'assurer de la faisabilité de l'étude : si enquête par questionnaire, tester les questionnaires auparavant, ne pas commencer par des questions sensibles, le questionnaire ne doit pas être trop long à remplir. Faire une relance afin d'améliorer le taux de réponse, ce qui suppose que les questionnaires ne soient pas anonymes b) Lors de l'exploitation des résultats : pour étudier les biais de sélection Comparer les caractéristiques des non-répondants par rapport aux répondants Redresser les résultats observés. Le redressement a pour objectif d'améliorer la précision des estimations, et de faire en sorte que la structure de l'échantillon soit identique à la structure connue sur la population de certaines variables liées aux variables étudiées. Il permet de corriger partiellement le biais dû aux non-réponses. 2. Interprétation des résultats On présente classiquement un paramètre de position et un paramètre de dispersion : moyenne et écart-type, ou pourcentage et intervalle de confiance par exemple. Le travail sur échantillon a pour but d'extrapoler les données observées à l'ensemble de la population source (inférence). Les paramètres mesurés sur un échantillon sont des estimateurs des vraies valeurs inconnues de la population. L'échantillon doit être REPRESENTATIF de la population qu'il est censé décrire. Pour cela, il faut que tous les individus de la population aient une probabilité 18

19 connue et non nulle de figurer dans l'échantillon. Seul le sondage aléatoire assure cette condition. On parle de biais de sélection (ou biais d'échantillonnage) lorsque l'échantillon diffère systématiquement de la population dont il est supposé provenir (cf cours sur les biais- chapitre 5). Exemple Les principes des méthodes de sondage Exemple : choix de volontaires : personnes plus soucieuses de leur état de santé, et non représentatives de la population générale. Exemple : pour déterminer la prévalence de l'accouchement prématuré en Côte d'or, on effectue le tirage au sort uniquement parmi les femmes ayant accouché au CHU. Comme c'est une maternité de type III, elle accueille plus de grossesses pathologiques que les autres maternités : on risque de surestimer la prévalence de l'accouchement prématuré en Côte d'or. Exemple : défaut de couverture : si la base de sondage est l'annuaire téléphonique, alors il manquera toutes les personnes sur liste rouge, et toutes les personnes ne possédant qu'un téléphone portable (jeunes essentiellement). Exemple : On souhaite connaître la consommation d'alcool dans une population d'ouvriers. Pour cela, on décide d'interroger sur leur consommation d'alcool par questionnaire des ouvriers travaillant sur les chantiers. Si les seules personnes qui répondent aux questionnaires sont les ouvriers ne consommant pas d'alcool, et que les ouvriers consommant de l'alcool ne remplissent pas le questionnaire, alors les résultats de l'enquête seront complètement faussés, et la consommation d'alcool sous estimée. Pour avoir une idée de la représentativité de l'échantillon étudié, on peut comparer les caractéristiques générales des personnes de l'échantillon et des personnes de la population caractéristiques de cet échantillon par rapport à celles de la population cible. 19

20

21 La rédaction du II - protocole d'une investigation en santé publique II Les différentes parties du protocole d'une investigation en santé publique 21 Le protocole est un document écrit contenant tous les éléments scientifiques, techniques, organisationnels, réglementaires et budgétaires liés à la réalisation d'une étude. Il comprend : un état des connaissances actuelles sur le thème étudié une justification scientifique de l'investigation une formulation de l'objectif de l'investigation, une description détaillée de la méthodologie et du déroulement de l'investigation. Ses destinataires sont multiples : les instances éthiques et réglementaires qui vont autoriser la mise en œuvre de l'étude les financeurs éventuels, et les différents acteurs de l'investigation. A. Les différentes parties du protocole d'une investigation en santé publique 1. La page de titre Les informations générales doivent être regroupées dans une page de titre. Ces informations sont les suivantes : le titre qui résume le but de l'étude le nom de l'investigateur principal et ses coordonnées le nom des co-investigateurs et leurs coordonnées le nom et coordonnées des laboratoires impliqués le nom du promoteur et son adresse : à quoi sert le promoteur dans une 21

22 La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique recherche biomédicale? Le promoteur joue un rôle essentiel, ses principales missions sont : d'assurer la gestion de la recherche, de vérifier que le financement est prévu, d'envoyer le projet de recherche aux instances compétentes pour obtenir l'autorisation de mise en œuvre de l'étude (cf. chapitre 6 "Principes éthiques s'appliquant aux investigations en santé publique, le cadre réglementaire et les bonnes pratiques"), de répondre aux éventuelles demandes de modification, de mandater les personnes chargées du contrôle de qualité dans la gestion de la recherche, de prévoir l'indemnisation des personnes incluses dans la recherche en compensation des contraintes subies ; il doit également communiquer sans délai au Comité de protection des personnes (CPP) et aux autorité de santé compétentes les événements indésirables graves non attendus. la date et le numéro de version du protocole pour éviter toute erreur dans l'envoi de la dernière version. 2. Le plan du protocole, la liste des abréviations A cette étape du protocole il convient d'indiquer le plan puis la liste des abréviations utilisées dans l'ensemble du document. 3. Le résumé du protocole Généralement, le résumé reprend en une page si possible les principales caractéristiques du protocole : justification (en moins de 5 lignes), objectif principal, - caractéristiques principales de la population de l'étude, type d'étude, schéma général ( ou design) critère d'évaluation principal (en moins de 8 lignes), résultats et/ou bénéfices éventuels attendus (en moins de 8 lignes). Remarque Le résumé est important car il est souvent l'élément de sélection du protocole. 4. La justification de l'étude Dans cette partie du protocole, vous devez définir le thème, le sujet, ou la question de recherche abordée. Cette partie permet de : situer le thème, définir le sujet justifier du bien fondé de l'investigation, quelque soit sa nature (recherche, évaluation,...) : - Quelles sont les questions non résolues, les problèmes existants - Justifier de l'intérêt de leur apporter une réponse (retombées et perspectives) Cette partie doit être référencée (cf. Les références bibliographiques). Ajouter les hypothèses ici 5. L hypothèse et l'objectif de l'étude L'hypothèse de recherche est une affirmation formulée par le chercheur. Exemple. «La consommation quotidienne augmente le nombre d'apnées nocturnes 22

23 supérieures à 2 minutes chez les hommes âgés de 60 à 80 ans». L'objectif de l'étude vise a confirmer ou infirmer cette hypothèse. Sa formulation doit être précise. L'objectif contient généralement : un verbe actif le type d'étude adapté l'indicateur de résultat ou critère de jugement principal l'intervention évaluée le cas échéant la définition sommaire de la population Exemple Exemple 1. «Estimer l'incidence en 2006 de l'insuffisance cardiaque dans le département de la Meuse»... et non pas «Étudier l'insuffisance cardiaque» Exemple 2. «Mettre en évidence une relation entre la consommation quotidienne de tabac et le nombre d'apnées nocturnes supérieures à 2 minutes chez les hommes âgés de 60 à 80 ans»... et non pas «Tabac et apnée du sommeil» Remarque La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique Dans le cadre d'une recherche-action, il faut savoir différentier l'objectif de l'intervention de celui de la recherche. Exemple 1 : «Améliorer la santé des élèves de CM2» est l'objectif de l'intervention Exemple 2 : «Démontrer l'efficacité de telle action de prévention auprès des élèves de CM2» est l'objectif de la recherche. Enfin, veillez à ne définir qu'un seul objectif principal. Les autres objectifs sont déclinés sous forme d'objectifs secondaires. 6. Le schéma général de l'étude/ Plan expérimental Cette partie présente les grandes caractéristiques de l'étude choisies pour répondre à l'objectif, en utilisant des termes standards (grand type d'étude, méthode de sélection, méthode de suivi...). Se référer au chapitre 6 - cours "Connaître les différents types d'études épidémiologiques analytiques et leurs avantages et inconvénients". 7. La population et échantillon La «population» est autant la source des résultats que la cible des conclusions tirées des résultats. Dans un protocole, elle est représentée par un échantillon dont il faut définir les caractéristiques de manière telle qu'un autre investigateur/ chercheur intéressé à confirmer ultérieurement les résultats puisse les reproduire à partir d'un échantillon similaire. Les critères de sélection impliquent : a. Une population cible qui pourra possiblement bénéficier des résultats de l'enquête ou de l'intervention (généralisation des résultats de l'étude à une population plus large). b. Une population source à partir de laquelle l'échantillon sera recruté. Exemple : Les critères de sélection impliquent : a. Une population cible qui pourra possiblement bénéficier des résultats de l'enquête ou de l'intervention (généralisation des résultats de l'étude à une 23

24 La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique population plus large). b. Une population source à partir de laquelle l'échantillon sera recruté. Exemple Nous souhaitons évaluer l'impact d'une campagne d'information dans une agglomération X sur la conduite à tenir lorsqu'une personne s'effondre sur la voix publique, victime d'un accident cardio-respiratoire. La population cible de notre investigation correspond à l'ensemble des personnes qui résident dans l'agglomération X. Le choix de la population source dépend de la disponibilité d'une base de données accessible, dans cet exemple, les investigateurs ont opté pour dans l'annuaire téléphonique Remarque Si la population source diffère de la population cible sur des caractéristiques susceptibles d'influencer le résultat de l'enquête (comme c'est probablement le cas dans l'exemple ci-dessus, structure d'âge, niveau socio-économique,...), les investigateurs doivent impérativement en tenir compte au moment de l'interprétation des résultats, la généralisation des résultats à la population cible devient impossible. c. Un choix de population où l'on est susceptible d'obtenir une réponse, après une intervention de qualité optimale, et avec un échantillon de dimension raisonnable (cf. calcul du NSN) d. Une surveillance possible des effets parallèles des interventions e. Une sélection sévère des sujets porteurs d'une condition qui peut moduler l'obtention de la réponse f. Une certaine assurance que les sujets vont pouvoir respecter les conditions de participation En résumé : Veillez à définir précisément : la population - types (territoriale/professionnelle /clientèle) + géographique + temporelle les unités de l'étude - individu/groupe d'individu/actes/épisodes de la vie/... - critères d'inclusion / de non inclusion les modalités d'échantillonnage = ensemble des opérations qui vont permettre de recruter les unités (cf. cours «Les sondages») - la ou les sources de recrutement - les modalités de sondage 8. L'investigation, les explorations étudiées Pour tous types d'investigations (évaluation d'une stratégie diagnostique, évaluation d'un réseau de soin, validation d'un instrument de mesure de la qualité de vie, etc.), l'intervention prévue doit être décrite de façon détaillée. 24

25 9. La description des données collectées et des méthodes de mesure Cette partie présente les données qui seront collectées lors de l'investigation, les modalités de recueil et les modalités de l'informatisation de ces mêmes données. Quelles données/ informations seront recueillies? Le ou les critères de jugement; les variables explicatives et/ou d'ajustement ; les variables de type techniques ou légales (ex : inclusion, consentement, identification) Le choix de telles ou telles variables doit être justifié Selon quelles modalités? Précisez bien la ou les sources sollicitées? Présentez le mode de recueil (questionnaire auto-administré, guide d'entretien) et les modes d'enregistrement des réponses Si possible, proposez une méthode de vérification et de validation des données recueillies Les modalités de l'informatisation des données La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique Précisez les modalités de transmission), le lieu de saisie (centralisation de la saisie avec transmission des bordereau en version papier, saisie sur site), la personne saisissant les données, s'il s'agit d'une simple ou double saisie, le lieu de stockage des données, l'existence d'une procédure de sécurisation physique et numérique particulière, L'analyse statistique, l'analyse de contenu Vous devez présentez le plan général de l'analyse statistique s'il s'agit d'une investigation quantitative : Quelles méthodes d'analyse seront utilisées? Quelles variables sont prises en compte? Quels tests statistiques sont envisagés? Que fera-t-on des données imparfaites (perdus de vue, non réponses, données absentes ou aberrantes) Pour rédiger cette partie, l'aide d'un biostatisticien peut être utile. Dans le cas d'une investigation qualitative, vous devez décrire la façon dont sera analysé le contenu de l'information recueillie. 11. Le déroulement de l'étude, les aspects logistiques Cette partie présente les éléments de réponses aux questions suivantes : Qui - fait quoi - quand - avec quels moyens? Des outils peuvent être utilisés pour faciliter la présentation de ces éléments et l'enchaînement des tâches (ex : schéma, diagramme de Gantt) 25

26 La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique Exemple de diagramme de Gantt Il convient également de présenter brièvement, si elles existent, les procédures opérationnelles standardisées (POS). Les POS sont des documents qui fixent les règles d'organisation écrites déterminant les compétences, les moyens et la manière d'accomplir une activité pour parvenir à 26

27 un but. Pour toute action décrite dans la procédure, le lecteur doit trouver dans sa lecture les réponses aux questions qu'il se pose : CONTEXTE : la mise en application de la procédure ou la fiche technique. QUOI? De quoi s'agit il? QUI? Qui fait? avec qui? pour qui? qui est le responsable? OU? Où est applicable cette action? La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique QUAND? Quand doit on appliquer ce qui est écrit, avec quels délais...? COMMENT? Comment met-on en œuvre cette action? (méthodologie, moyens) COMBIEN? Toutes quantifications relatives aux autres questions (si nécessaire). 12. Les aspects médico-légaux (éthiques et réglementaires) Selon la nature de l'investigation, certaines instances sont susceptibles d'être sollicitées avant le démarrage de l'étude : parmi elles, le Comité de Protection des Personnes (CPP), le Comité Consultatif sur le Traitement de l'information en matière de Recherche dans le domaine de la Santé (CCTIRS), la Commission Nationale de l'informatique et des Libertés (CNIL) ou encore l'agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS). Le CPP représente l'équivalent français des "ethical research committee" ou "Comités d'éthique de la recherche" présents dans les pays anglo-saxons et les autres pays européens, son rôle est de s'assurer que tout projet de recherche biomédicale sur l'être humain mené en France respecte diverses mesures (médicales, éthiques et juridiques) visant à assurer la protection des personnes qui participeront à cette recherche ; Le CCTIRS éclaire la CNIL (Commission Nationale de l'informatique et des Libertés) sur la justification du traitement de données à caractère personnel dans un but de recherche, et, pour cela, d'émettre un avis sur la méthodologie de la recherche ; La CNIL est chargée de veiller à la protection des données à caractère personnel et de la vie privée, qu'elles soient directement ou indirectement nominatives ; L'AFFSAPS a parmi ses missions celle d'étudier et d'expertiser en permanence les données qui modifient la connaissance des produits de santé, elle se prononce notamment sur les demandes d'autorisation de mise sur le marché (AMM) d'un nouveau médicament, elle est aussi en charge de la pharmacovigilance. Ces aspects doivent impérativement être présentés dans une partie bien distincte du protocole. Remarque Pour plus de détails, se référer au chapitre 6 "Principes éthiques s'appliquant aux investigations en santé publique, le cadre réglementaire et les bonnes pratiques" 13. Les références bibliographiques La liste des références bibliographiques doit être mise à jour au fur et à mesure que le protocole évolue. Veillez à présenter les références bibliographiques selon les normes de Vancouver. 27

28 La rédaction du protocole d'une investigation en santé publique 14. Les annexes Les annexes contiennent tous les documents nécessaires à la mise en œuvre de l'investigation. Ces documents inclus : La demande d'accord de participation à l'étude, ou le formulaire d'information et le cas échéant de consentement des sujets, si nécessaire les normes de laboratoires et les agréments Les outils utilisés : les procédures opérationnelles standardisées Le cahier d'observation / bordereau de recueil de données / questionnaires / guides d'entretien dans leur version définitive L'évaluation budgétaire détaillée Le double des courriers aux différentes instances ainsi que de leur réponse (si acceptation) Un curriculum Vitae (si demandé) 28

29 Le calcul du III - nombre de sujets nécessaire dans une étude épidémiologique descriptive transversale III Justification de l'échantillonnage 30 Précision de la mesure 30 Éléments du calcul du nombre de sujets nécessaire 34 Considérations pratiques 36 Conclusion 36 Pour l'ensemble de ce chapitre, nous nous placerons dans un contexte d'échantillonnage aléatoire simple. D'autres méthodes d'échantillonnage existent et requièrent des modalités de calcul du nombre de sujets nécessaire particulières qui ne seront pas présentées ici. Un chercheur vient vous voir pour vous présenter l'objectif de son étude transversale qui est d'estimer la prévalence de l'infarctus du myocarde dans la région Lorraine, en population générale. Il se demande combien de sujets il doit inclure dans l'étude pour atteindre son objectif. De la même manière, on pourrait vous demander d'estimer l'âge moyen des habitants de la région Lorraine ayant présenté un infarctus du myocarde en On vous demande alors combien de sujets il faudra inclure pour estimer cet âge moyen. Dans ce cours, vous aurez les éléments nécessaires pour répondre à ces questions. Remarque : Lorsque l'on parle de nombre de sujets nécessaire, le caractère «nécessaire» doit être compris en termes de qualités méthodologiques : ce nombre minimum de sujets à inclure permet de garantir un certain niveau de précision et de reproductibilité des estimations produites à partir de données recueillies sur l'échantillon. 29

30 Le calcul du nombre de sujets nécessaire dans une étude épidémiologique descriptive transversale A. Justification de l'échantillonnage Lorsque l'on veut mesurer un paramètre dans une population, on effectue en général une mesure de ce paramètre sur un échantillon de la population. En effet, l'idéal serait de mesurer le paramètre dans l'ensemble de la population, ceci permettrait d'avoir une mesure non biaisée (cf cours sur les biais - chapitre 5) Mais cette mesure sur l'ensemble de la population n'est pas toujours possible, en particulier pour les raisons suivantes : Coût trop élevé Manque de temps Manque de précision (si plusieurs enquêteurs font la mesure) Manque de Faisabilité En définitive, le recueil de données sur une population est possible s'il est limité à un petit nombre de données sur un effectif de taille raisonnable. Dans les cas contraires, on réalise un sondage avant d'effectuer le recueil de données, ce qui permet de : Diminuer les coûts Diminuer la durée de l'étude Recueillir un nombre plus important de données Mais cela requiert une réflexion préalable sur la méthode d'échantillonnage utilisée afin de limiter les erreurs liées à l'échantillonnage. B. Précision de la mesure Les données d'une étude sur un échantillon sont utilisées pour produire une estimation du paramètre dans la population cible. Plusieurs éléments influencent la valeur de cette mesure : L'erreur (ou le biais) de mesure, à relier à la validité de cette mesure Le biais de sélection de l'échantillon (Cf cours sur les biais - Chapitre 5) L'erreur aléatoire Il est ainsi peu probable que l'estimateur de la mesure sur l'échantillon considéré soit exactement égale à la valeur du paramètre dans la population cible. 1. Fluctuations d'échantillonnage Si l'on considère une population de individus, dont 10% sont malades ( individus). Le fait que cette population soit constituée de malades et de non malades est une illustration de la variabilité individuelle. Prenons un échantillon de 200 sujets tirés au sort dans cette population, dans lequel on compte 20 (10%) malades. La question est de savoir si en répétant l'échantillonnage selon les mêmes modalités, on retrouve à chaque fois la même proportion de malades. La réponse à cette question est négative. En effet, sur les tirages au sort suivants, on retrouve 10 (5%) malades sur le 2 échantillon, puis 19 (9.5%) malades sur l'échantillon suivant puis 2 (1%) malades sur le dernier échantillon. On pourrait même arriver à compter 200 (100%) malades sur l'un des échantillons possibles de 200 personnes. 30

31 Le calcul du nombre de sujets nécessaire dans une étude épidémiologique descriptive transversale Évidemment, en l'absence de biais de sélection, on a une probabilité plus importante de tirer au sort un échantillon de 200 individus comptant 20 malades qu'un échantillon comptant 200 malades. Toutefois, plusieurs estimations peuvent être produites à partir des échantillons construits selon les mêmes modalités, à partir d'une même population. On parle de fluctuations d'échantillonnage. Si l'on avait considéré des échantillons de individus, on aurait observé le même phénomène, à ceci près que la dispersion des valeurs de proportions de malades aurait été moins importante. On comprend bien ce phénomène en le considérant à l'extrême : si on prend des échantillons de sujets, c'est-à-dire presque l'ensemble des individus de la population cible, on aura un maximum de chances de retrouver une proportion de malades proche de 10% (la vraie valeur du paramètre en population totale), donc la dispersion sera minimale. Devant l'ampleur de ces fluctuations d'échantillonnage, on comprend bien qu'il est impossible de résumer l'estimation d'un paramètre en population à la seule valeur de son estimateur sur un échantillon représentatif. Des éléments sur la dispersion des observations est nécessaire. 2. Intervalle de fluctuation Lorsque l'on veut exprimer la dispersion du paramètre dans la modalité d'échantillonnage choisi, on peut utiliser l'intervalle de fluctuation dont les bornes sont définies par la formule suivante : Pour un paramètre quantitatif A, l'intervalle de fluctuation approché à (1- ) d'une moyenne observée s'écrit : A ±z / 2 A ²/n µ A est la moyenne théorique de la variable d'intérêt (A) dans la population σ A ² est la variance de A dans la population z α/2 lu dans la table de la loi normale centrée réduite, pour une valeur de α égale au risque d'erreur consenti n est la taille de l'échantillon. Condition d'application : normalité de la distribution de A Pour un paramètre qualitatif A, l'intervalle de fluctuation approché à (1- ) d'un pourcentage observé est donnée par la formule : P A ±z /2 P A Q A / N P A étant la proportion dans la population pour la variable concernée (A) Q A étant le complément de la proportion de A dans la population concernée (Q A=1- P A ) z α/2 lu dans la table de la loi normale centrée réduite, pour une valeur de α égale au risque d'erreur consenti n est la taille de l'échantillon Ces calculs supposent que la vraie valeur du paramètre est connue dans la population, ce qui n'est généralement pas le cas. Cette méthode déductive n'est donc pas applicable. Habituellement, on dispose des mesures effectuées sur un seul échantillon et on souhaite tirer des conclusions sur la vraie valeur du paramètre dans la population (démarche inductive). Condition d'application : np A 5 et nq A 5 31

32 Le calcul du nombre de sujets nécessaire dans une étude épidémiologique descriptive transversale Attention Important : Ces formules supposent que la vraie valeur du paramètre en population est connue, ce qui n'est généralement pas le cas. Habituellement, on dispose des mesures effectuées sur l'échantillon et on souhaite tirer des conclusions sur la vraie valeur du paramètre en population (démarche inductive) - 32

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française)

A. Protocole de recherche (ainsi que l abrégé en langue française) Commission d'éthique cantonale (VD) de la recherche sur l'être humain Av. de Chailly, 23, 1012 Lausanne Courriel : secretariat.cer@vd.ch 5.12.2013/mz Recommandations pour la soumission d un dossier Tous

Plus en détail

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple

TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple TESTS D'HYPOTHESES Etude d'un exemple Un examinateur doit faire passer une épreuve type QCM à des étudiants. Ce QCM est constitué de 20 questions indépendantes. Pour chaque question, il y a trois réponses

Plus en détail

PRINCIPES ET DIRECTIVES POUR L'ÉTABLISSEMENT ET L'APPLICATION DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES RELATIFS AUX ALIMENTS

PRINCIPES ET DIRECTIVES POUR L'ÉTABLISSEMENT ET L'APPLICATION DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES RELATIFS AUX ALIMENTS PRINCIPES ET DIRECTIVES POUR L'ÉTABLISSEMENT ET L'APPLICATION DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES RELATIFS AUX ALIMENTS CAC/GL 21-1997 1. INTRODUCTION 1. Les maladies causées par les pathogènes d'origine alimentaire

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS - 1 - METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS Bureau du Consensus Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) P. Charbonneau (secrétaire), J-L. Diehl, B. Garrigues, B. Guidet, O. Jonquet, P. Jouvet,

Plus en détail

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES LES STATISTIQUES INFERENTIELLES (test de Student) L inférence statistique est la partie des statistiques qui, contrairement à la statistique descriptive, ne se contente pas de décrire des observations,

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Introduction à la Statistique Inférentielle

Introduction à la Statistique Inférentielle UNIVERSITE MOHAMMED V-AGDAL SCIENCES FACULTE DES DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES SMI semestre 4 : Probabilités - Statistique Introduction à la Statistique Inférentielle Prinemps 2013 0 INTRODUCTION La statistique

Plus en détail

1. Les types d enquêtes

1. Les types d enquêtes La conduite d une enquête par questionnaire La conception d un questionnaire ne doit pas être réalisée de façon hasardeuse. Elle suit une méthodologie stricte qui permet d atteindre des résultats utilisables

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Introduction aux sondages

Introduction aux sondages Introduction aux sondages Fiche technique Introduction Les sondages d'opinion publique sont très répandus. La plupart du temps, les rapports publiés par les enquêteurs ne fournissent pas suffisamment d'informations

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Comment ne pas construire un score-titanic

Comment ne pas construire un score-titanic Comment ne pas construire un score-titanic Mon mailing Olivier Decourt ABS Technologies / Educasoft Formations 1- Les principes 2- Un premier exemple : les vins de France 3- Mise en œuvre sous SAS 4- Un

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne

Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Guide méthodologique : Enquêtes en ligne Une enquête est une «méthode systématique de collecte d'informations à partir d un échantillon possédant des caractéristiques représentatives de l'ensemble de la

Plus en détail

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application Pour que le projet de carte d'achat puisse être mis en œuvre de manière efficace, il importe de déterminer précisément le périmètre d'application. En effet,

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

CONCEPTION ET TIRAGE DE L ÉCHANTILLON

CONCEPTION ET TIRAGE DE L ÉCHANTILLON CHAPITRE 4 CONCEPTION ET TIRAGE DE L ÉCHANTILLON Ce chapitre technique 1 s adresse principalement aux spécialistes de sondage, mais aussi au coordinateur et aux autres responsables techniques de l enquête.

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone?

En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone? En 2014, comment mener à bien une enquête aléatoire en population générale par téléphone? Prémila Choolun 1, François Beck 2, Christophe David 1, Valérie Blineau 1, Romain Guignard 3, Arnaud Gautier 3,

Plus en détail

NOTIONS DE PROBABILITÉS

NOTIONS DE PROBABILITÉS NOTIONS DE PROBABILITÉS Sommaire 1. Expérience aléatoire... 1 2. Espace échantillonnal... 2 3. Événement... 2 4. Calcul des probabilités... 3 4.1. Ensemble fondamental... 3 4.2. Calcul de la probabilité...

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

INITIATION AUX METHODES DE SONDAGE

INITIATION AUX METHODES DE SONDAGE Annie FOURRIER-REGLAT Marthe-Aline JUTAND avec la participation d Anne-Marie DUSSAIX INITIATION AUX METHODES DE SONDAGE APPLICATION A LA PHARMACO-EPIDEMIOLOGIE ARME-Pharmacovigilance Editions - Bordeaux

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires Procédure DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Date de mise en application

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2 1. Introduction...2 2. Création d'une requête...2 3. Définition des critères de sélection...5 3.1 Opérateurs...5 3.2 Les Fonctions...6 3.3 Plusieurs critères portant sur des champs différents...7 3.4 Requête

Plus en détail

LES ETUDES CLINIQUES EN 20 QUESTIONS

LES ETUDES CLINIQUES EN 20 QUESTIONS LES ETUDES CLINIQUES EN 20 QUESTIONS La mise au point d un nouveau médicament est longue. Sur environ 10 000 médicaments potentiels subissant tous les tests nécessaires, un seul sera disponible au final

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF

Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF Méthodologie Actuelle des Recommandations Formalisées d Experts SFAR/SRLF Parmi les référentiels servant de base aux recommandations de pratiques professionnelles, la Société Francaise d Anesthésie-Réanimation

Plus en détail

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers

Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers Cadre de coopération avec les associations de patients et d usagers 1 Préambule La HAS est une autorité administrative indépendante. Dans le cadre de ses missions 1, elle est amenée à conduire des expertises

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise

Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise 1 APPEL A PROJET POUR LA MISE A DISPOSITION DE VEHICULES 2014 CONTEXTE ET ENJEUX L importance des questions liées à l absence de mobilité

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

METHODOLOGIE L'ENQUETE NATIONALE SUR LES STATISTIQUES AGRICOLES VERSION DECEMBRE 93

METHODOLOGIE L'ENQUETE NATIONALE SUR LES STATISTIQUES AGRICOLES VERSION DECEMBRE 93 BURKINA FASO ------ MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DES RESSOURCES ANIMALES ------ SECRETARIAT GENERAL ------ DIRECTION DES STATISTIQUES AGRO-PASTORALES METHODOLOGIE DE L'ENQUETE NATIONALE SUR LES STATISTIQUES

Plus en détail

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Division de l investissement et du stock de capital Méthodologie L'investissement dans la construction

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

REALISATION DES PRESTATIONS

REALISATION DES PRESTATIONS Manuel de management de la qualité Chapitre 4 : REALISATION DES PRESTATIONS Approuvé par Guy MAZUREK Le 1/10/2014 Visa Page 2 / 13 SOMMAIRE 1 PROCESSUS GENERAL DE REALISATION D'UNE AFFAIRE... 4 2 LA PROSPECTION...

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ;

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après la Commission) ; 1/13 Commission de la protection de la vie privée Délibération STAT n 18/2013 du 17 juillet 2013 Objet : demande formulée par le Département des Études de la Banque nationale de Belgique afin d'obtenir

Plus en détail

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances Chapitre 18 Les probabilités OBJECTIFS DU CHAPITRE Calculer la probabilité d événements Tester ses connaissances 1. Expériences aléatoires Voici trois expériences : - Expérience (1) : on lance une pièce

Plus en détail

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995)

Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Déclaration d'assurance (budget général) relative à l'exercice 1994 (25-26 octobre 1995) Légende: Première déclaration d'assurance relative aux activités relevant du budget général. Depuis l'entrée en

Plus en détail

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes Introduction Collaboration CESPM N.-B. N.-É. Î.-P.-É. Description du projet Dans le cadre de son programme de sondages auprès des diplômés, la Commission

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

La douzième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La douzième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant les enquêtes sur les revenus et les dépenses des ménages, adoptée par la douzième Conférence internationale des statisticiens du travail (octobre 1973) La douzième Conférence internationale

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Aline Drapeau, Ph.D.

Aline Drapeau, Ph.D. (Communauté de pratique en épidémiologie psychosociale) Aspects méthodologiques de l échantillonnage Aline Drapeau, Ph.D. Pourquoi échantillonner? Objectifs de l étude visent une population cible spécifique

Plus en détail

- Le Diagramme de Gantt. - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier des charges fonctionnel

- Le Diagramme de Gantt. - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier des charges fonctionnel Planifier le projet > Identifier les étapes > Organiser le projet > Identifier les étapes - Le Diagramme de Gantt > Organiser le projet - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier

Plus en détail

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT Chacune des questions de la feuille de logement fait l'objet d'une fiche recto-verso. Ces fiches ont vocation à être mises en ligne sur le site web

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Page 1 of 8. août 2010

Page 1 of 8. août 2010 note d'orientation concernant la certification et les services connexes NOV-46 communications avec les cabinets d'avocats dans le contexte des nouvelles normes de comptabilité et d'audit TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo COMMENT REDIGER UN PROJET DE RECHERCHE POUR UNE THESE DE MEDECINE OU UN MEMOIRE EN SCIENCES DE LA SANTE? Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS,

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail