CCE Renforcement des Capacités de Certification Manuel du Système de Gestion Interne Version Novembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CCE Renforcement des Capacités de Certification Manuel du Système de Gestion Interne Version 2.1 - Novembre 2012"

Transcription

1 CCE Renforcement des Capacités de Certification Manuel du Système de Gestion Interne Version Novembre 2012

2 Ce document est basé sur le document «10 steps for establishing an Internal Management System», version 2011 (mis au point par UTZ Certified et adapté par Rainforest Alliance, Fairtrade International et GIZ) L'équipe du travail : Frank Asiedu and Kodwo Odum (consultants) Ulrich Helberg (GIZ, coordinateur du projet CCE) Christian Mensah, Reiko Enomoto (Rainforest Alliance) Angela Tejada, Albertine de Lange (UTZ Certified) Susanne Boetekees, Matthias Kuhlmann, Heike Gethoeffer (Fairtrade International) Ernest Dwamena, (WAFF/Solidaridad, Coordinateur de formation régional) 2

3 TABLE DES MATIERES PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DE CERTIFICATION 4 MANUEL DE FORMATION SGI 4 LISTE DES ABREVIATIONS 6 DEFINITIONS 6 I. LES OBJECTIFS DU SGI ET L'AMELIORATION CONTINUE D'UN GROUPE 8 II. CONSTITUTION DE L'EQUIPE DU SYSTEME DE GESTION INTERNE 13 III. L'EVALUATION DES RISQUES 19 IV. PLANIFIER LES ETAPES DE LA CERTIFICATION 26 V. LE SYSTÈME DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE / STANDARDS INTERNES 30 VI. DOCUMENTATION 36 VII. FORMATION ET SENSIBILISATION 42 VIII. L'INSPECTION INTERNE 49 IX. LA PRISE DE DECISION SUR LA CONFORMITE DES PRODUCTEURS 57 X. TRAÇABILITE 62 3

4 Projet de Renforcement des Capacités de Certification La production durable de cacao est devenue un facteur de plus en plus important pour le développement de la filière de cacao en Afrique de l'ouest. De nouvelles initiatives ont vu le jour, y compris les engagements pris par les importateurs de cacao et les chocolatiers d acheter du cacao certifié durable et de fournir des services aux producteurs. En raison de cette évolution, il y a un marché croissant pour le cacao produit de manière durable et certifié dans les pays consommateurs. Cette tendance offre une opportunité pour les producteurs à améliorer leurs moyens de subsistance, et pour le secteur de rendre plus visible ses efforts de développement durable. Pour réaliser cette opportunité, les producteurs ont besoin d'aide pour accéder à ces marchés émergents. Le projet de Renforcement des Capacités de Certification (CCE) est une initiative multipartite dans le secteur du cacao occidental qui a été élaboré conjointement par les organismes de certification : Rainforest Alliance, UTZ Certified et Fairtrade International (FLO), les organisations de développement Solidaridad, le Sustainable Trade initiative (IDH) et de la German International Development Cooperation, GIZ, en collaboration avec le secteur privé (ADM, Armajaro, Barry Callebaut, CONTINAF, Kraft Foods, Mars et Toms). Ce CCE vise à contribuer au développement d un secteur du cacao durable en renforçant les capacités des agriculteurs pour répondre aux exigences agronomiques, environnementales et sociales des trois organismes de certification et améliorer la productivité. Le projet est mis en œuvre au Ghana, en Côte d'ivoire et au Nigeria. Manuel de formation SGI L'une des activités du CCE est de développer un manuel de formation commun sur les exigences de base pour la mise en place et la gestion des systèmes de gestion internes, couvrant les exigences communes des trois principaux organismes de certification du cacao. Le but de ce manuel est de contribuer aux efforts du système de certification, des services de vulgarisation et des programmes gouvernementaux de formation publics et privés pour faciliter l'accès à la certification en fournissant du matériel de formation pour les formateurs de certification et des producteurs de cacao. Le manuel de formation SGI fait partie du programme de formation du CCE qui se compose également du Manuel de formateurs de cacao durable (manuel FdF) et le Guide de formation pour les producteurs (documents séparés). Pourquoi ce manuel? Un système de gestion interne fournit un modèle pour une meilleure administration et l'amélioration continue des groupements de producteurs. L'une des exigences de la certification de groupe des systèmes de standards (obligatoire pour UTZ Certified et Rainforest Alliance et fortement recommandé par FLO) est le développement d'un système de gestion interne, SGI (aussi appelé système de contrôle interne, SCI) par les groupements de producteurs. Avec un SGI en place, des groupes de producteurs peuvent démontrer que tous les membres du groupe se conforment aux exigences des organismes 4

5 de certification. Le manuel vise à aider les groupes à atteindre l'exigence fondamentale de la mise en place d'un système efficace de gestion interne. Il facilite le processus d'un groupe se conformant à l'un des trois organismes de certification quand à n'importe quel moment, le groupe choisit d être certifié. Il ne cherche pas à répondre aux besoins qui sont spécifiques à chacun des organismes de certification. Qui devrait l utiliser? Ce manuel est destiné aux formateurs professionnels de cacao pour soutenir et aider les gestionnaires du SGI et les techniciens des organismes de soutien et aux groupes de producteurs à développer leur propre SGI. De préférence, les formateurs doivent avoir une expérience professionnelle d'agents de vulgarisation de cacao ou une expérience similaire, et doivent de préférence être formés comme maitres formateurs de CCE dans l'utilisation du programme CCE. Les personnes expérimentées dans le domaine de la vulgarisation de cacao peuvent également utiliser ce manuel. Quel est le groupe cible de ce manuel? Les gens qui doivent être formés à l'aide de ce manuel sont des gestionnaires du SGI et les techniciens des organismes de soutien des groupes de producteurs qui souhaitent développer leur propre SGI. Il n'est pas conçu pour former les producteurs directement. Comment ce manuel devrait être utilisé? Ce manuel doit être considéré comme complémentaire aux 10 étapes communes du guide SGI de CCE et doit être lu et compris par le formateur. Pour les outils et les exercices, référence est faite à des éléments développés par les organismes de certification. Pour des questions spécifiques aux différentes normes, il est obligatoire de consulter les dernières versions des standards Rainforest Alliance, UTZ Certified et Fairtrade international. S'il vous plaît consulter : Pour UTZ Certified à Pour SAN à Pour FLO à Chaque sujet du manuel de formation SGI est divisé en trois parties : 1. Document pour les participants 2. Renseignements généraux 3. Indications pour le formateur Le modèle de formation OLF est utilisé dans tous les documents de formation CCE. Cela aide le formateur à structurer la prestation des sessions de formation : Organisation LIVRAISON Fin 5

6 Liste des abréviations OC FLO SCI SGI RA SAN OLF SEMS Organisme de Certification Fairtrade International Système de contrôle interne Système gestion interne Rainforest Alliance Sustainable Agriculture Network Organisation - Livraison - Fin (modèle de formation utilisé dans les matériaux de formation CCE) Social and Environmental Management System (Gestion du Système Social et Environnemental (pour le standard SAN) Définitions UTZ SAN Fairtrade Ce manuel SCI = Système de Contrôle Interne SGI = système de gestion interne Gestion des pratiques de production Système de contrôle interne - SCI (requis seulement pour 2 ère et 3 ère catégorie des organisations) SGI. «Système de gestion interne», le terme est utilisé dans le document actuel et doit être considéré comme interchangeable avec le «Système de Contrôle Interne» Code de Conduite Standard Standard Standard Control point Critère Exigence Exigence Organisme de RA? Organisme de Certification Auditeur externe Certification Producteur Plantation Membre Membre Gestion de la Qualité. La prise de décision dans un processus d'amélioration, comprend : les éléments de la politique, la planification, la mise en œuvre, l'évaluation du rendement, l'examen, la vérification et l'amélioration. Elle coordonne les activités des groupes de producteurs pour assurer la qualité de leur produit en vrac. La gestion de la qualité comprend une orientation client, une approche systématique de l'amélioration continuelle et la direction (Hivos, 2008). Le Système de Management de la Qualité d'une méthode permet de relier les différents éléments de la gestion de la qualité dans un cycle PDCA de travail tel que la vérification qui mène à l'action et influence les décisions sur la planification de la prochaine ronde (Hivos, 2008). Système de gestion interne (SGI) : Une série de procédures et de processus qu'un groupe mettra en œuvre pour s'assurer qu'il peut atteindre ses exigences spécifiées. L'existence d'un système de gestion interne permet à l'organisme de certification de déléguer l'inspection des membres du groupe à un organisme identifié au sein du groupement de producteurs. Un système de gestion sert souvent de système de contrôle interne du groupe (ISEAL P035, 2008). Amélioration continue : activité récurrente qui a pour effet d'augmenter la capacité d'un groupe à satisfaire aux exigences spécifiées. Le processus d'établissement des objectifs pour trouver des 6

7 possibilités d'amélioration est un processus continu, basé sur l'évaluation des risques, des résultats de l'audit, de l avis de direction et d'autres moyens (ISEAL P035, 2008). PFVA est un cycle d activités en quatre étapes : Planifier, Faire, Vérifier, Agir. Il est conçu pour piloter l'amélioration continue. 7

8 I. Les Objectifs du SGI et l'amélioration continue d'un groupe Document pour les Participants 1.0 Objectifs de l'sgi Un système de gestion interne est un système de gestion de la qualité qui indique les mesures nécessaires que les producteurs doivent prendre pour améliorer leurs compétences organisationnelles, leur gestion, leur efficacité et leur performance globale. De plus, il fournit un modèle pour une meilleure administration et son amélioration continue. Les objectifs d'un SGI incluent, mais ne sont pas limités à : Assurer la qualité de la communication et des rapports interpersonnels Assurer l adhésion aux lois et règlements Permettre au groupe d'identifier et de répondre aux risques de conformité Fournir des renseignements précieux et opportuns pour la prise de décision par l'administrateur du groupe Rendre les processus et les procédures plus efficaces et efficients Surveiller le groupe pour assurer la conformité au standard 2.0 Amélioration continuelle Figure 1 : Amélioration continuelle Un groupe avec un solide SGI peut progressivement s améliorer - C'est le triangle qui oblige le groupe à revenir en arrière. Le SGI est votre gestion, votre soutien. PFVA est votre méthode. L'amélioration continue nécessite une organisation pour être plus efficace tout en gardant l'objectif du SGI à l'esprit. Cela signifie que vous comprenez vos activités apprises des expériences passées (positives et négatives) et que vous appliquez ce que vous avez appris dans un nouveau plan. L'amélioration continue est facilitée par un cycle de gestion, comme le modèle Planifier, Faire, Vérifier, Agir (PFVA), 3.0 Guide pour l'amélioration continuelle Identifier et définir vos activités et les processus, et les mettre dans un organigramme Sur cette base, mesurer et analyser la situation actuelle Prioriser vos activités, laquelle nécessite le plus d attention? Établir les objectifs d'amélioration Rechercher des solutions possibles Évaluer et choisir la meilleure solution Mesurer et vérifier si la solution est efficace Formaliser les changements et modifier votre plan Chaque année, le groupe apportera des changements positifs dans ses activités pour une agriculture durable. L'efficacité de la gestion d'un groupe est déterminée par : Figure 2 : Modèle de l amélioration continuelle L'homogénéité des membres en termes de zones géographiques, de système de production, de la taille de la production et de la commercialisation commune. Plus le groupe est complexe, moins il est efficace. Pour UTZ, les membres de différents systèmes de production (taille, emplacement, autres) peuvent faire partie du groupe et SGI, mais doivent être vérifiés annuellement par l auditeur externe. 8

9 Renseignements généraux Un système de gestion interne (SGI) est un système de gestion de la qualité qui indique les mesures nécessaires que les producteurs prennent pour améliorer leurs compétences organisationnelles, la gestion, l'efficacité et la performance globale. De plus, il fournit un modèle pour une meilleure administration et l'amélioration continue. Les objectifs d'un SGI incluent, mais ne sont pas limités à : Assurer la qualité de la communication et des rapports interpersonnels Assurer l adhésion aux lois et règlements mentionnés dans les standards Permettre au groupe d'identifier et de répondre aux risques de conformité Fournir des renseignements précieux et opportuns pour la prise de décision par l'administrateur du groupe Rendre les processus et les procédures plus efficaces et efficients Surveiller le groupe pour assurer la conformité au standard Un SGI est constitué de différents éléments, qui sont : La Liste des membres du groupe Le Contrat ou un accord entre le membre et le groupe ou la gestion du SGI L analyse des risques Les procédures pour la collecte des données et pour la documentation de chaque membre du groupe Les procédures de contrôle interne et l'approbation des membres La norme interne du groupe, qui est adaptée à une interprétation de la norme correspondante Les résultats de l'inspection interne annuelle L'efficacité de la gestion d'un groupe est déterminée par : L'homogénéité des membres en termes de zones géographiques, de système de production, de la taille de l'exploitation et de la commercialisation commune. Plus le groupe est complexe, moins il est efficace. Les membres ayant différents systèmes de production (taille, emplacement, autre) peuvent faire partie du groupe et SGI, mais doivent être évalués annuellement par l auditeur externe. Amélioration continue Cela peut être décrit comme une évolution positive vers une gestion efficace qui se produit périodiquement dans une organisation. L'amélioration continue signifie que vous comprenez vos activités, apprenez des expériences passées (positives et négatives) et appliquez ce que vous avez appris dans un nouveau plan (voire figure 1 en bas). Figure 1 : Amélioration continue 9

10 L'amélioration continue est facilitée par un cycle de gestion, comme le modèle Planifier, Faire, Vérifier, Agir (PFVA) utilisé par UTZ. Fig 2: Modèle de l amélioration continuelle Indications pour l'amélioration continue Le groupe et/ou l'administrateur du groupe doit chercher en permanence à améliorer ses processus et procédures et disposer de procédures documentées permettant de les identifier, de les gérer et de les améliorer. Ces actions doivent inclure les étapes suivantes : Identifier et définir vos activités et processus, mettez-les dans un organigramme Sur cette base, mesurer et analyser la situation actuelle Prioriser vos activités ; laquelle nécessite le plus d attention? Établir des objectifs d'amélioration Rechercher des solutions possibles Évaluer les solutions Choisir la meilleure solution Mettre en œuvre la solution choisie Mesurer et vérifier si la solution est efficace Formaliser les modifications et modifier votre plan Le groupe doit utiliser les résultats de l'audit, l analyse des données, les actions correctives et préventives et les examens de gestion pour le processus d'amélioration continue. Le groupe doit disposer de procédures documentées pour les non-conformités identifiées et des actions correctives à entreprendre. La suite sert de guide pour corriger les actions : Identifier les non-conformités Déterminer les causes de non-conformité Évaluer la nécessité d'agir pour assurer que la non-conformité ne se reproduit pas Mettre en œuvre des mesures correctives Noter les résultats Examiner les mesures correctives prises Il est prévu que, chaque année, le groupe apportera des changements positifs dans ses activités vers la production durable. 10

11 Indications pour le formateur Objectifs de l apprentissage : Les participants pourront : Connaitre les objectifs du SGI Comprendre l amélioration continuelle Connaitre les indices pour l amélioration continuelle Matériel nécessaire : Cartes de couleur Temps nécessaire : 3 heures Préparatifs : Écrire et couper en morceaux les points de discussion écrits sous la rubrique «Indications pour l'amélioration progressive» mentionnés au Contexte 3.0 Faire une présentation Power Point du cercle PFVA (voir la figure à la page 9) Organisation Attention : Demandez aux participants s il est bon dans un groupe de producteurs de faire les choses de son propre chef sans se référer au manuel. Titre : Dites-leur que cette formation est axée sur les objectifs du SGI pour l amélioration continuelle du groupe Objectifs : Expliquez que la formation leur permettra de connaitre les objectifs du SGI, de comprendre l amélioration continuelle et ses indices Avantages : Ajoutez que la formation leur permettra d améliorer continuellement la gestion du groupe Directives : Informez-les que nous ne discuterons pas de l'équipe SGI lors de cette séance. Livraison Explication, Démonstration, Exercices et Conseils : 1. Demandez aux participants ce qu est un système de gestion interne. Expliquezleur que le SGI un système de gestion de la qualité que les producteurs utilisent pour améliorer leurs compétences organisationnelles, de gestion, d'efficacité et de performance globale. De plus, il fournit un modèle pour une meilleure administration et l'amélioration continue. 2. Répartissez les participants en groupes de discussion et demandez à chacun d écrire ce qu il pense être les objectifs du SGI. Chaque groupe doit présenter ses résultats. Donnez assez de temps pour les questions et les réponses. Faites une présentation PowerPoint de la diapositive 1 du «Document pour les participants» pour insister sur les "Objectifs du SGI". Dites-leur qu ils mettent en œuvre des stratégies pour les atteindre ce qu ils ont défini comme objectifs. 11

12 3. Demandez aux participants si quelqu'un peut expliquer "Amélioration Continue". Recueillez quelques réponses. Dites que c'est l'évolution vers la gestion efficace du groupe et cela peut aider le groupe à atteindre ses objectifs d'agriculture durable. L'amélioration continue au niveau du groupe est d'aller de l avant. Cela ne signifie pas que tout doit être parfait, mais signifie que vous connaissez vos points forts et vos points faibles et vous être en mesure de transformer vos points faibles en opportunités. L'amélioration continue est assurée par un cycle de gestion. Un exemple est le modèle Planifier, Faire, Vérifier, Agir (PFVA). Voir la présentation PowerPoint du cercle PFVA pour discuter l amélioration continue PFVA avec les participants. 4. Pour discuter des indications de l'amélioration continue, coupez en morceaux et mélangez les phrases clés sous la rubrique «renseignement généraux". Donnez à chaque groupe une phrase mélangée à organiser. Demandez aux groupes de lire leurs phrases après les avoir arrangées. Demandez-leur de vous aider à hiérarchiser les phrases selon les étapes qui mènent vers une amélioration continue. 5. Montrez-leur le dessin 1. Expliquez que l amélioration continue exige d une organisation ou d un groupe d être plus efficace, tout en gardant l'objectif du SGI à l'esprit. L'amélioration continue signifie que vous maîtrisez vos activités à l aide des expériences passées (positives et négatives) et que vous appliquez ce que vous avez appris selon une nouvelle stratégie. C est un processus sans fin pour les organisations qui veulent s améliorer et maintenir leurs améliorations visibles au fil du temps. Il ne s'agit pas d'améliorations temporaires. Fin Sommaire : Résumez que les principaux objectifs du SGI sont de rendre la certification du groupe plus efficace, pour assurer la qualité de la communication et des rapports interpersonnels, en conformité avec les standards et d identifier et répondre aux risques de conformité. Il ya amélioration continue lorsque les activités d un groupe évoluent en permanence vers la production durable. Elle peut être atteinte par une cycle d amélioration ou de gestion tel que le modèle Planifier, Faire, Vérifier, Agir. Jusqu à lors nous n avons fait que de la théorie,. Pour que les participants comprendre mieux comment le faire dans la pratique, utilisez l'exercice pour l'évaluation des risques qui définit d étape à étape les modèles de l amélioration continuelle (voir document séparé) Questions : Donnez aux participants l'occasion de poser des questions. Si vous recevez des questions pendant votre présentation, demandez aux participants de les écrire pour la session questions-réponses. Cela vous aidera à gérer le temps de la formation que vous avez, qui est toujours limité. Évaluation : Quels sont les objectifs du SGI? Qu est-ce que l amélioration continue? Comment un groupe peut-il réaliser une amélioration continue? 12

13 II. Constitution de l'équipe du Système de gestion interne Documents pour les Participants Fig. 1 : Organigramme du SGI Afin de mettre sur pied l'équipe SGI, sélectionnez et / ou recrutez les membres suivants : Le Chef du SGI agit comme personne-ressource pour les organismes de certification. Il/elle organise les services de vulgarisation pour les producteurs et les autres membres du personnel du SGI pour garantir leur adhésion aux exigences des standards. Il/elle veille à ce que tous les documents pertinents soient disponibles pour la consultation interne et externe à la fois. Le Chef du SGI assure que toutes les productions en cours de certification sont inspectées et que tous les nouveaux producteurs sont enregistrés correctement. Les compétences du Chef du SGI : La connaissance détaillée des standards UTZ, Rainforest et Fairtrade La capacité de gérer une équipe et de former d'autres personnes aux standards de certification Bonnes compétences administratives La capacité de gérer les données et conserver les documents. Le Chargé de la documentation / Traçabilité conserve les documents pertinents de tous les producteurs inscrits et les rend disponibles pour les inspections. Il /elle vérifie que le cacao certifié demeure en tout temps strictement séparé du cacao non certifié, tant au niveau de la production, qu au niveau l'entreprise. Il /elle doit être capable de lire et écrire Le formateur forme les producteurs sur les bonnes pratiques agricoles et environnementales nécessaires à la certification. Il / elle supervise les productions des membres inscrits pour garantir leur adhésion aux standards. Il / elle aide les producteurs à corriger les non-conformités détectées lors de l'inspection interne. Compétences des formateurs : Bonne connaissance de la langue et les coutumes locales des producteurs La connaissance des systèmes agricoles locaux / régionaux Connaissance approfondie des principes et pratiques de UTZ, SAN / RA et du standards Fairtrade Respecter par les producteurs Capacité d assurer la formation des autres L inspecteur interne visite les plantations des membres inscrits pour évaluer la conformité aux standards. Il / elle analyse les écarts avec les producteurs concernés après l'inspection et propose les mesures correctives nécessaires Il / elle doit produire des rapports précis et opportuns sur les contrôles internes pour le Chargé de la documentation. L'inspecteur interne ne contrôle pas ses propres plantations ou celles de ses parents et amis (conflit d'intérêts). Compétences de l'inspecteur interne : Connaissance approfondie des principes et pratiques de ces trois standards Le responsable d approbation et la sanction ou Comité de l'approbation et des sanctions approuve et sanctionne les membres sur la base des exigences des standards de certification, signés par l'association des producteurs. Soyez objectifs dans la sanction et l'approbation des membres Tracez l organigramme de l'équipe SGI (Voir figure 1) S'il vous plaît noter que des différentes positions peuvent être prises par la même personne 13

14 Renseignements généraux Afin de mettre sur pied l'équipe du SGI, vous avez différentes options. L'équipe du SGI peut être constituée des personnes du groupe (les chefs de file, par exemple), des personnes recrutées par le groupe, des partenaires d'autres organisations (les agents de vulgarisation, par exemple). Si vous vous associez à des partenaires, la responsabilité globale est toujours partagée avec le gestionnaire du SGI. Pour mettre en place le SGI, vous avez besoin (Notez : Dans les plus petits groupes du SGI, une personne peut remplir des fonctions différentes de telle sorte qu il ne soit pas toujours nécessaire d avoir des plusieurs personnes) : 1) Le Chef du SGI agit comme personne-ressource pour les auditeurs externes. Il / elle organise les services de vulgarisation pour les producteurs et les autres membres du personnel du SGI pour garantir le respect des exigences des standards. Il / elle veille à ce que tous les documents pertinents soient disponibles pour les inspections internes et des audits externes. Le Chef du SGI a la responsabilité de s'assurer que tous les producteurs qui adhèrent à la certification sont inspectés et que tous les nouveaux producteurs sont enregistrés correctement. Compétences du Chef du SGI : La connaissance détaillée des standards UTZ, Rainforest et Fairtrade Capacité de gérer une équipe et former d'autres personnes dans les standards de certification Bonnes compétences administratives Capacité de gérer les données et conserver les documents. 2) Le Chargé de la documentation / Traçabilité conserve les documents pertinents de tous les producteurs inscrits et les rend disponibles pour les inspections. Il / elle vérifie que le cacao certifié demeure en tout temps strictement séparé du cacao non-certifié, tant au niveau de la production que de l'entreprise. Il / elle veille à ce que les affiches, les étiquettes ou les logos soient affichés de manière visible sur les portes, les sacs et les palettes pour faciliter l'identification du cacao certifié. Il / elle tient les dossiers sur le manuel du SGI, les rapports d'inspection interne et tous les autres documents nécessaires au bon fonctionnement du SGI. Cette fonction peut être assumée et partagée avec d'autres fonctions - même les chefs de file peuvent jouer un rôle actif dans la documentation - et dans ce cas, une personne responsable doit être désignée pour s'assurer que son assistant accomplit ses tâches. Compétences du Chargé de la documentation : Il/elle doit être capable de lire et écrire Il/elle doit comprendre le système de traçabilité de l'entreprise ou de la coopérative Il/elle doit comprendre le SGI et ses documents. 3) Le formateur forme les producteurs sur les bonnes pratiques agricoles et environnementales nécessaires à la certification. Il / elle s assure que les membres inscrits suivent ce qu'ils ont appris pendant la formation. Il / elle aide les 14

15 producteurs à corriger les non-conformités détectées lors de l'inspection interne. Comme pour les autres rôles du SGI, les formations peuvent être faites par des personnes externes telles que les services de vulgarisation, mais le SGI doit nommer une personne responsable pour s'assurer que les activités sont réalisées. Compétences des formateurs : Bonne connaissance de la langue et des coutumes locales des producteurs Connaissance des systèmes agricoles locaux / régionaux Connaissance approfondie des principes et pratiques de standards UTZ, SAN et Fairtrade Etre respecté par les producteurs Capacité de transmettre la formation des autres 4) L'inspecteur interne visite des plantations de membres inscrits pour évaluer la conformité aux standards. Lorsque des écarts par rapport aux standards sont détectés, il / elle discute de ceux-ci avec les producteurs concernés après l'inspection et explique les mesures correctives nécessaires. Elle / il fait bien comprendre aux producteurs qu'il / elle n'est pas la personne qui prend la décision de conformité. Elle / il doit produire des rapports précis et opportuns sur les contrôles internes au chargé de la documentation ou au comité d'approbation et sanctions. L'inspecteur interne ne vérifie pas ses propres plantations / celles de ses parents et amis (conflit d'intérêts). Les contrôles internes peuvent également être confiés à un tiers. Dans ce cas, le Chef du SGI a la responsabilité du travail effectué. Dans tous les cas, le comité d'approbation prend la décision, mais pas le gestionnaire du SGI. Compétences de l'inspecteur interne : Bonne connaissance de la langue et des coutumes locales des producteurs Bonne connaissance des systèmes agricoles locaux / régionaux Connaissance approfondie des principes et pratiques des trois standards La capacité de lire, écrire et de produire des rapports conformément aux exigences des organismes de certification Être diplômé ou avoir reçu une formation en matière d'inspection interne. 5) Le responsable d approbation et des sanctions ou du Comité d'approbation et des sanctions approuve les sanctions des membres sur la base des résultats des contrôles internes. Compétences du directeur d approbation et des sanctions ou des membres du comité : Bonne connaissance de la langue et des coutumes locales des producteurs Bonne connaissance des systèmes agricoles locaux / régionaux Connaissance approfondie des principes et pratiques des trois organismes certification En cas de conflit d'intérêt, cela doit être géré de manière transparente Être objectif dans la sanction et l'approbation des membres Bonne connaissance du standard interne. 15

16 Concevez un organigramme de l'équipe SGI. La structure organisationnelle est le cadre hiérarchique qui détermine la manière et la mesure dans laquelle les rôles et les responsabilités sont délégués, contrôlés et coordonnés, et la façon dont l'information circule entre les niveaux de gestion. Un grand groupe de producteurs ou réseau de producteurs nécessite de nombreux membres dans le bureau de l équipe du SGI, ce qui a pour conséquence une structure organisationnelle complexe. Un diagramme de base de l'organisation peut être élaboré comme indiqué dans la figure 2 de la page illustrée. Indications pour le formateur Objectifs de la formation : À la fin de cette formation, les participants pourront : Savoir comment constituer une équipe SGI Définir les qualifications et les responsabilités des membres de l'équipe SGI Tracer un organigramme de l'équipe SGI Matériel nécessaire : Des copies des dessins de la page illustrée Présentation Power Point de l équipe SGI Temps nécessaire : 3 heures Préparatifs : Aucun Organisation Attention : Demandez aux participants : qui d'entre vous a des obligations spécifiques dans sa famille élargie? Invitez deux participants à expliquer rapidement leurs responsabilités. Titre : Dites aux participants que le thème de cette séance est "la constitution de l'équipe SGI". Objectifs : Expliquez que nous allons discuter ici des qualifications requises et des responsabilités des membres de l'équipe SGI, et tracer un organigramme de l'équipe. Avantages : Mentionnez que la connaissance des qualifications et des responsabilités va nous permettre de sélectionner la meilleure équipe pour diriger le groupe et contribuera à accroitre la productivité et à obtenir la certification. Direction : Dites aux participants que la sélection et la formation des membres de l'équipe est essentielle pour un système SGI efficace. 16

17 Livraison Explication, Démonstration, Exercices et Conseils : 1. Demandez aux participants de citer certaines de leurs responsabilités dans les clubs de loisirs, les associations religieuses, etc. Certains mentionneront des postes tels que président, secrétaire, trésorier, organisateur, membre, etc. Écoutez et écrivez ces réponses sur un tableau de conférence. Discutez avec eux des responsabilités rattachées aux positions qu'ils ont mentionnées. 2. Dites que dans la certification de groupe, il est également important de choisir les membres responsables du système de gestion interne (SGI). Reportez-vous aux informations générales définies pour cette séance ; mentionnez les positions clés requises par les systèmes de standard et comparez-les avec les positions occupées par les participants en fonction de leurs expériences, comme indiqué ci-dessous : Fonctions dans les clubs de loisirs Comité de discipline Président Secrétaire Organisateur Trésorier Les membres ordinaires Les personnes ressources comme les infirmières qui visitent les groupes pour parler de maladies. Par exemple. VIH / SIDA Responsabilités SGI Comité d Approbation / sanction Chef du SGI Chargé de Documentation / traçabilité Chefs de file Inspecteur interne / auditeur Les producteurs et les agriculteurs Officier Technicien 3. Voir la présentation PowerPoint sur l'équipe SGI pour discuter des qualifications du personnel divers du SGI. Demandez aux participants de proposer la qualification de chaque membre du personnel avant la présentation PowerPoint. 4. En référence aux informations générales fournies sous cette rubrique, choisissez une responsabilité de direction du SGI et comparez avec les responsabilités correspondantes des autres participants. Après avoir expliqué les différentes responsabilités, effectuez un bref test Qui est Qui avec les participants en les divisant en groupes. Les membres du groupe doivent discuter d'une question et rédiger une réponse pour le groupe. Affectez une responsabilité aux groupes pour qu ils lui attribuent une fonction similaire dans l'équipe SGI. Par exemple, "Qui visite des plantations pour inspecter la conformité des standards parmi les autres membres du groupe? Réponse : l'inspecteur interne". (Une autre méthode consiste à écrire le titre sur une carte et la description de la fonction sur une autre carte. Distribuez les cartes entre les participants et leur dire qu'ils ont 5 minutes pour faire les concordances). 17

18 5. Laissez les groupes échanger leurs feuilles de réponses pour la correction. Lisez les questions du test à nouveau, tout en donnant la possibilité de discuter des réponses avec les participants lorsqu ils les corrigent dans les différents groupes. Note au formateur : Préparez les questions et les réponses du test à l avance afin de ne pas répéter les questions au hasard. Permettez la répétition de certaines réponses parce que les membres de l'équipe SGI ont de nombreuses fonctions qui se chevauchent. 6. Demandez à trois participants de jouer le rôle d'un Chef de SGI, d un inspecteur interne et d un directeur technique, tandis que le reste des participants deviennent les membres du comité d'approbation. Après le jeu, demandez-leur d'expliquer les qualités requises pour être membre de l'équipe SGI. 7. Dites que pour obtenir une communication efficace entre les membres de l'équipe SGI, matérialisez les différentes positions dans l'équipe en dessinant un organigramme. Collez l organigramme (similaire à la figure 1 dans le document) sur un mur. Dites aux participants de vous aider à remplir les cases vides avec les fonctions de direction SGI correspondantes selon leur opinion. Par exemple, écrivez "Chef du SGI" sur une carte, invitez un participant à coller la carte au bon endroit sur l'organigramme. Permettez le débat à d'autres participants qui ont des opinions contradictoires. C est important de leur rappeler que les fonctions SGI peuvent être assumées par des personnes extérieures. Le plus important, c est que le Chef du SGI prend la responsabilité globale de toutes les activités. 8. Guidez les participants à définir les postes de direction, en fonction au moins de la structure organisationnelle de base nécessaire pour la certification. Certains postes de direction sur le tableau sont interchangeables. Soyez flexible avec les réponses. Les SGI efficaces sont ceux qui s'appuient sur les structures sociales déjà existantes. L amélioration de la structure existante est possible grâce à la formation des membres motivés du groupe. Fin Sommaire : Résumez les différentes fonctions des membres de l'équipe SGI, leurs qualifications et leurs responsabilités. Ajoutez qu un organigramme permet de visualiser la structure du SGI et maintenir l efficacité de la gestion du flux d'informations. Dans le système UTZ ceci est obligatoire à partir de la deuxième année de la certification. Questions : Demandez si quelqu un a une question ou un commentaire. Évaluation : Demandez aux participants qui sont les membres nécessaires de l'équipe pour un SGI? Quelles sont les qualifications primordiales des différents membres? Quelles sont leurs responsabilités? Dans quelle hiérarchie les membres de l'équipe doivent-ils travailler? 18

19 III. L'évaluation des risques Document pour les Participants 1. Risques de la certification 2. Mesures pour remédier aux risques 1.1 L identification des risques aide le groupe de producteurs à hiérarchiser leur travail et se concentrer sur les risques les plus élevés. 1.2 Les risques sont des contraintes qui mettent en danger la certification à cause de la nonconformité des membres du groupe. 1.3 L évaluation des risques, c est le processus d'identification des contraintes de production de cacao durable, l'analyse ou l'évaluation des risques associés aux contraintes, et la détermination des moyens appropriés pour éliminer ou contrôler les contraintes. 1.4 L évaluation des risques est effectuée afin d'évaluer la situation spécifique d'un groupe et de ses membres afin que le SGI puisse fonctionner efficacement. Elle contribue à la sensibilisation des risques de la non-conformité aux exigences de la certification. Elle identifie qui ou qu est-ce qui peut être à risque (les producteurs, les enfants, l'environnement public etc.,). Elle permet de déterminer si les mesures de contrôle existantes sont suffisantes. Hiérarchiser les dangers et les mesures de contrôle 2.1 Organiser des formations pour les membres et le personnel pour réduire le risque de la non-conformité. 2.2 La conception d'une fiche d'évaluation des risques qui contient les informations telles que les facteurs à évaluer, pourquoi un facteur est à risque, les mesures à prendre, la personne responsable pour les actions correctives. 2.3 Utiliser la feuille d'évaluation des risques pour identifier les risques de chaque producteur sur la base des standards. 2.4 Plan d'action de correction. 2.5 Tenir des registres de votre évaluation et des mesures correctives. 19

20 Renseignements généraux L'idée de l'évaluation des risques est d'aider le groupe à identifier les principaux obstacles auxquels ils sont confrontés, et qui pourraient avoir une influence sur le bon fonctionnement du SGI. Par l'identification des risques, le SGI peut aussi hiérarchiser leurs effets et se concentrer sur les risques les plus élevés. Les risques sont des contraintes qui peuvent avoir une influence sur la progression efficace du système de gestion interne d'un groupement de producteurs et de la production de cacao durable. L'évaluation des risques, c est le processus d'identification par lequel on peut voir si les membres ne respectent pas le standard pertinent ; c est aussi l analyse ou l'évaluation des risques associés aux contraintes et la détermination des moyens appropriés pour éliminer ou contrôler les contraintes. L'évaluation des risques doit constituer la base des actions correctives et préventives, avec une attention particulière pour assurer la traçabilité des produits certifiés. L importance de l'évaluation des risques Elle est faite pour évaluer la situation spécifique d'un groupe et de ses membres, afin que le SGI arrive à fonctionner efficacement. Elle contribue à la sensibilisation des risques de conformité aux exigences de la certification. Elle identifie qui ou qu est-ce qui peut être à risque (les producteurs, les enfants, l'environnement public etc.). Elle permet de déterminer si les mesures de contrôle existantes sont adéquates, ou s il en faut davantage. Hiérarchiser les risques et les mesures de contrôle. Les personnes impliquées dans l'évaluation des risques Elle doit être effectuée par des personnes compétentes chargées du SGI, quelques «chefs producteurs» (qui connaissent bien leur région et la production de cacao) et, si possible, des consultants externes qui connaissent bien les standards. Tous les producteurs peuvent participer au processus d'évaluation des risques, pour augmenter leur niveau d'engagement. 20

21 L'évaluation des risques La première étape pour réaliser une première évaluation, est de déterminer les activités du groupe, par exemple le système de production, le stockage et livraison de cacao, etc. Exemple, d un extrait d organigramme qui établit le processus de production du cacao : Une fois les processus spécifiques définis, l'étape suivante consiste à identifier les risques. L'évaluation doit être fondée sur les exigences de l organisme de certification que le groupe de producteurs choisit. Les principes d'évaluation des risques du groupe de standard de certification SAN fournissent des exigences spécifiques pour Rainforest Alliance ; vérifiez le code d'utz pour le type d'évaluation requis des risques. Les risques doivent être identifiés à toutes les étapes du processus de la production car ils peuvent mettre en péril la certification ou la qualité du produit, c'est-à-dire, au niveau de la plantation et la post-récolte (par exemple les risques de sécurité alimentaire, la dégradation de l'environnement) ainsi qu au du niveau SGI (par exemple, risques lors de l'achat, la qualité des contrôles internes, le niveau de la traçabilité, etc.) Exemple d'identification des risques Étape Exemples des risques La Récolte Entourée de plantations avec application intensive de produits agrochimiques dangereux Commencez à identifier les risques et préparez une fiche d'évaluation des risques avec des informations telles que : l'importance d'un risque, les facteurs de risque, les mesures de prévention et savoir si le risque est crucial. 21

Norme de la Chaîne de Traçabilité

Norme de la Chaîne de Traçabilité Norme de la Chaîne de Traçabilité Mars 2014 Réseau d'agriculture Durable et Rainforest Alliance, 2012-2014. www.san.ag Ce document est disponible sur les sites suivants: www.san.ag - www.rainforest-alliance.org

Plus en détail

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle Pour le Cacao Version 3.1, Juin 2012 Introduction La liste de contrôle UTZ Certified est un outil pour les organisations à évaluer leur performance

Plus en détail

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS Mars 2014 Sustainable Agriculture Network (SAN) and Rainforest Alliance, 2012-2014. Ce document est disponible sur les sites suivants: www.sanstandards.org

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire.

AVANT-PROPOS. Certains aspects du module D peuvent nécessiter une étude plus approfondie. Une révision du guide pourra donc s'avérer nécessaire. Le présent document est une traduction du guide 8.4, dont l original en anglais est disponible sur le site Internet de WELMEC (www.welmec.org). Pour tout problème d interprétation, il est nécessaire de

Plus en détail

Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco)

Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco) Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco) Concevez un centre de données flexible à même de répondre

Plus en détail

Protocole de Certification UTZ Certified

Protocole de Certification UTZ Certified Protocole de Certification UTZ Certified Version 3.0 septembre 2012 (Version préalable 2.0 février 2010) Protocole de Certification UTZ Certified Septembre 2012 Des copies gratuites de ce document sont

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015) Public Works and Government Services Canada Canadian General Standards Board Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail

EVALUATION DU SYSTEME ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR (ESQF)

EVALUATION DU SYSTEME ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR (ESQF) Avril 2007 DGA/Q EVALUATION DU SYSTEME ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR (ESQF) EVALUATION DU SYSTEME QUALITE FOURNISSEUR (ESQF) I. Eléments pour l évaluation du système d assurance qualité fournisseurs 1.

Plus en détail

AUDITS QUALITÉ INTERNES

AUDITS QUALITÉ INTERNES AUDITS QUALITÉ INTERNES 0 Ind. Date Etabli par Vérifié par Approuvé par observations 1/6 1. OBJET Cette procédure a pour objet de définir l'organisation, la planification, la réalisation et le suivi des

Plus en détail

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025

GRILLE D AUDIT SYSTÈME QUALITÉ 17025 Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse environnementale Programme d accréditation des laboratoires d analyse agricole GRILLE D AUDIT

Plus en détail

MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004. Collège Sainte-Anne De Lachine Janvier 2011

MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004. Collège Sainte-Anne De Lachine Janvier 2011 4.1.1-02 MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004 Collège Sainte-Anne De Lachine Janvier 2011 23 novembre -11 1 Table des matières 1. INTRODUCTION ET DOMAINE D'APPLICATION... 3 2. TERMES ET DÉFINITIONS...

Plus en détail

Guide pour les organismes notifiés concernant l'audit des fournisseurs 2 des fabricants de dispositifs médicaux

Guide pour les organismes notifiés concernant l'audit des fournisseurs 2 des fabricants de dispositifs médicaux NBOG BPG 1 2010-1 Guide pour les organismes notifiés concernant l'audit des fournisseurs 2 des fabricants de dispositifs médicaux 1 introduction Traduction non officielle du document en anglais publié

Plus en détail

CCE Renforcement des Capacités de Certification

CCE Renforcement des Capacités de Certification CCE Renforcement des Capacités de Certification Manuel sur le cacao durable pour les formateurs - L'accès à la certification et une productivité accrue - Version Côte d Ivoire 2.0 Août 2014 CCE Renforcement

Plus en détail

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015

Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 ISO 14001 Guide de transition Révisions ISO Passer d ISO 14001:2004 à ISO 14001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management environnemental ISO 14001 - Système de Management Environnemental

Plus en détail

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation

CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation BELAC 2-002 Rev 2-2014 CERTIFICAT D ACCREDITATION ET DOMAINE D APPLICATION D UNE ACCREDITATION : Lignes directrices générales pour la formulation et l évaluation Les dispositions de la présente procédure

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

Atelier de Travail Formation des Formateurs. La Gestion des Flux de Matières sous forme de Bilans et Concepts des Déchets

Atelier de Travail Formation des Formateurs. La Gestion des Flux de Matières sous forme de Bilans et Concepts des Déchets Atelier de Travail Formation des Formateurs La Gestion des Flux de Matières sous forme de Bilans et Concepts des Déchets Partie de «Institut für angewandtes Stoffstrommanagement - IFAS» Rapport final Birkenfeld,

Plus en détail

Befimmo SA Règlement de l'audit interne

Befimmo SA Règlement de l'audit interne Befimmo SA Règlement de l'audit interne Table des matières Article 1 - Nature... 1 Article 2 - Mission, objectifs et activités... 2 Article 3 - Programme annuel... 3 Article 4 - Reporting... 3 Article

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts.

L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'audit des systèmes d'informations - Une méthode formalisée, la technique des Flow-Charts. L'objectif de l'auditeur est de comprendre les méthodes et les systèmes employés au sein de l'organisation, ainsi

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Septembre 2015 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

FAIRTRADE LABELLING ORGANIZATIONS INTERNATIONAL. Document explicatif. Version actuelle: 15 mars 2010

FAIRTRADE LABELLING ORGANIZATIONS INTERNATIONAL. Document explicatif. Version actuelle: 15 mars 2010 1 FAIRTRADE LABELLING ORGANIZATIONS INTERNATIONAL STANDARD DU COMMERCE ÉQUITABLE ET DE L EXTRACTION ÉQUITABLE POUR L OR ISSU DE L ACTIVITE MINIERE ARTISANALE ET A PETITE ÉCHELLE, METAUX PRECIEUX ASSOCIES

Plus en détail

PROCÉDURE D ADHÉSION À 4C DANS LE CADRE DU PROTOCOLE DE RÉFÉRENCIATION AVEC RAINFOREST ALLIANCE

PROCÉDURE D ADHÉSION À 4C DANS LE CADRE DU PROTOCOLE DE RÉFÉRENCIATION AVEC RAINFOREST ALLIANCE PROCÉDURE D ADHÉSION À 4C DANS LE CADRE DU PROTOCOLE DE RÉFÉRENCIATION AVEC RAINFOREST ALLIANCE Index 1. Objectifs... 2 2. Champ d application... 2 3. Documentation... 2 4. Documents de référence... 2

Plus en détail

MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004 DÉVELOPPEMENT DURABLE Collège Sainte-Anne De Lachine

MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004 DÉVELOPPEMENT DURABLE Collège Sainte-Anne De Lachine MANUEL DE GESTION ENVIRONNEMENTAL ISO 14001 2004 DÉVELOPPEMENT DURABLE Collège Sainte-Anne De Lachine 03 Février 2014 COLLÈGE SAINTEANNE DE LACHINE JUIN 2011 4.1.1-08 Page 1 Table des matières 1. INTRODUCTION

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION destiné aux formateurs en hygiène et salubrité alimentaires autorisés par le ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation Table des matières 1. LE PROGRAMME DE

Plus en détail

COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015).

COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015). COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015). PRINCIPAUX POINTS D EVOLUTION DE LA NORME ISO9001-version 2015 LE TUTOUR Mathieu LAVRAT Elodie VANLERBERGHE Cléa CASTAGNERA Adrian MASTER

Plus en détail

Développer de nouveaux produits de haute technologie et des services qui répondent et anticipent les attentes des clients ;

Développer de nouveaux produits de haute technologie et des services qui répondent et anticipent les attentes des clients ; POLITIQUE QUALITÉ, POLITIQUE ENVIRONNEMENTAL ET H&S cfr. AS / UNI EN 9100:2009 5.3 - UNI EN ISO 9001:2008 5.3 - BS OHSAS 18001:2007 4.2 - UNI EN ISO 14001:2004 4.2 - Leg. Decree 81/2008 - Leg. Decree 152/2006

Plus en détail

MANUEL QUALITE SIMPLIFIE

MANUEL QUALITE SIMPLIFIE E-mail : info@pai-france.com A. GENERALITES Page : 1 / 8 Conforme à la norme : ISO 9001 Domaine d activité : Négoce de matériel pour le secteur pétrolier, gazier, pétrochimique, agroalimentaire et pharmaceutique

Plus en détail

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE

SOMMAIRE. Rubrique : Audit et amélioration. Sommaire THEMATIQUE SOMMAIRE Rubrique : Audit et amélioration... 2 Rubrique : Divers...12 Rubrique : Maintenance...17 Rubrique : Système de management de la qualité...20 1 Rubrique : Audit et amélioration SOMMAIRE Auditer

Plus en détail

N. Habra, A. Renault. Institut d Informatique FUNDP - Charleroi. OWPL-ISO9000.doc, version du 15/12/00

N. Habra, A. Renault. Institut d Informatique FUNDP - Charleroi. OWPL-ISO9000.doc, version du 15/12/00 N. Habra, A. Renault Institut d Informatique FUNDP - Charleroi OWPL-ISO9000.doc, version du 15/12/00 Table des matières Introduction... 3 Le modèle OWPL... 3 La norme ISO 9000:1994... 4 La norme ISO 9000:2000...

Plus en détail

LES FONDEMENTS DE LA QUALITE

LES FONDEMENTS DE LA QUALITE Qualité en Recherche et en Enseignement Supérieur Séminaire International IAV Hassan II Rabat, Maroc 31 mai et 1er juin 2007 LES FONDEMENTS DE LA QUALITE Pascal ROBERT, Ingénieur Action Régionale AFAQ

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Introduction à ISO 22301

Introduction à ISO 22301 Introduction à ISO 22301 Présenté par : Denis Goulet Le 3 octobre 2013 1 Introduction à ISO 22301 ORDRE DU JOUR Section 1 Cadre normatif et réglementaire Section 2 Système de Management de la Continuité

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Procédure d'audits Internes du BANT

Procédure d'audits Internes du BANT Page 2 de 9 Index 1 OBJET... 3 2 DOMAINE D'APPLICATION... 3 3 REFERENCES... 3 4 DEFINITIONS... 3 5 RESPONSABILITES... 3 5.1 CELLULE D'AUDIT QUALITE INTERNE (AQI)... 3 6 EQUIPE D'ENQUETE... 4 6.1 RESPONSABLE

Plus en détail

Fiche conseil n 17. 1. Ce qu exigent les référentiels. 2. Introduction et points particuliers. Revue de direction Environnement et/ou SST

Fiche conseil n 17. 1. Ce qu exigent les référentiels. 2. Introduction et points particuliers. Revue de direction Environnement et/ou SST Fiche conseil n 17 REVUE DE DIRECTION 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.6 : Revue de direction EMAS Annexe I.-A.6 : Revue de direction SST OHSAS 18001 4.6 : Revue de direction

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

PRESENTATION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT DE QUALITE DE LA SN-SOSUCO PLUS QUE DU SUCRE, UN PLAISIR

PRESENTATION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT DE QUALITE DE LA SN-SOSUCO PLUS QUE DU SUCRE, UN PLAISIR PRESENTATION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT DE QUALITE DE LA SN-SOSUCO PLUS QUE DU SUCRE, UN PLAISIR SOMMAIRE 1 - PRESENTATION DE LA SN-SOSUCO 2 - HISTORIQUE DE LA DEMARCHE QUALITE 3 - SYSTÈME DE MANAGEMENT

Plus en détail

Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA

Conformité aux exigences de la réglementation 21 CFR Part 11 de la FDA Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA Définition de la réglementation 21 CFR partie 11 Au cours de la dernière décennie, l'industrie pharmaceutique a très rapidement

Plus en détail

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001

Que dit l ISO 9001 au sujet des processus? Quelques définitions indispensables dans le cadre de l ISO 9001 Atelier Euro-Med sur les Stratégies de simplification administrative pour les entreprises: De meilleurs services publics pour des entreprises compétitives Bruxelles 30 novembre 1 er décembre 2011 Que dit

Plus en détail

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise)

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) 3.1 Charte du conseil d'administration AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes

Plus en détail

Connaissances de l'outil informatique Word, Excel et d'autres logiciels de gestion de crédit et de Comptabilité.

Connaissances de l'outil informatique Word, Excel et d'autres logiciels de gestion de crédit et de Comptabilité. LE DIRECTEUR GENERAL I II. 5-10 ans d'expérience dans le secteur des services financiers (micro finance, la banque).dans des postes de responsabilité (Directeur générale, Stratégies Marketing Commerciales

Plus en détail

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005 LEXIQUE DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr NF EN ISO 9000 octobre 2005 DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) - GENERAL ISO

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Arrêté royal du 22 décembre 2005 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Arrêté royal du 22 décembre 2005 relatif à l hygiène des denrées alimentaires PB 00 P 03 - REV 3 2005-2/14 I. OBJECTIFS ET DOMAINE D'APPLICATION Par cette procédure, l AFSCA vérifie si l'entreprise examinée satisfait à la réglementation en vigueur relative à l'autocontrôle, à la

Plus en détail

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE Pour l amélioration de la performance énergétique dans le cadre de la norme ISO 50001 des systèmes de management de l énergie Pascal Dumoulin,

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE

CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE CHARTE DU COMITE D'AUDIT DU GROUPE DELHAIZE A. Objet. Le Comité d'audit est nommé par le Conseil d'administration (le "Conseil") du Groupe Delhaize (la "Société") afin (a) d assister le Conseil dans le

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE. Le Ministre de l'agriculture et de la pêche. Arrête :

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE. Le Ministre de l'agriculture et de la pêche. Arrête : MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «technicien animateur qualité en entreprise viti/vinicole» Le Ministre

Plus en détail

Charte technique d élevage

Charte technique d élevage Page 1 / 12 Charte technique Protocole de vérification Objet Ce Protocole décrit comment l application de la Charte technique du CIPC est supervisée par les entreprises qui en font état dans le cadre d

Plus en détail

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001

Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Règles de certification des systèmes de management d'entreprise ISO 14001 ISO 9001 Revision du 03/06/2008 Règles de certification des système de management d entreprise ISO 14001-ISO 9001 1/12 Révision

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2009) Public Works and Travaux publics et Government Services Services gouvernementaux Canada Canada Canadian General Standards Board Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2014-06-12 REMPLACE : 2013-06-14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2014-06-12 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, DES RESSOURCES HUMAINES ET

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015. Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015

Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015. Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015 Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015 Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015 OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION Connaître les principales évolutions des normes 9001 et 14001 2 LES NORMES 9001 & 14001 v2015

Plus en détail

Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (CNA) Informations relatives à la formation de cariste

Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (CNA) Informations relatives à la formation de cariste Informations relatives à la formation de cariste "L'essentiel en bref Pourquoi une formation? Objectif de sécurité: Les caristes doivent justifier d'une formation pratique et théorique leur permettant

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

LES REFÉRENTIELS ILO OSH 2001

LES REFÉRENTIELS ILO OSH 2001 LES REFÉRENTIELS Une trentaine de référentiels Hygiène Santé Sécurité au Travail ont été répertoriés à travers le monde. Deux grandes familles se distinguent : Les référentiels assimilés tels que l OHSAS

Plus en détail

Chaîne de Traçabilité UTZ Certified. Pour le Cacao Version 3.1 Juin 2012

Chaîne de Traçabilité UTZ Certified. Pour le Cacao Version 3.1 Juin 2012 Chaîne de Traçabilité UTZ Certified Pour le Cacao Version 3.1 Juin 2012 Version 3.1 Juin2012 Des copies de ce document sont disponibles gratuitement sous format électronique sur le site Web du Centre de

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle

Introduction à la norme ISO 27001. Eric Lachapelle Introduction à la norme ISO 27001 Eric Lachapelle Introduction à ISO 27001 Contenu de la présentation 1. Famille ISO 27000 2. La norme ISO 27001 Implémentation 3. La certification 4. ISO 27001:2014? 2

Plus en détail

Révision ISO/IEC 17021

Révision ISO/IEC 17021 Révision ISO/IEC 17021 Version 2006 Version 2011 Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes procédant à l'audit et à la certification des systèmes de management Adaptations et modalités

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

Mise en place du registre d'hygiène et de sécurité (à destination des agents et des usagers d'un établissement)

Mise en place du registre d'hygiène et de sécurité (à destination des agents et des usagers d'un établissement) Ministère de l Education Nationale de la Recherche et de la Technologie/ ACADEMIE DE CRETEIL/ Mission Hygiène et Sécurité/ Robert FLAMIA I.H.S. Tel : 01 49 81 67 17 Mise en place du registre d'hygiène

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Rapport d'audit étape 2

Rapport d'audit étape 2 Rapport d'audit étape 2 Numéro d'affaire: Nom de l'organisme : CMA 76 Type d'audit : audit de renouvellement Remarques sur l'audit Normes de référence : Autres documents ISO 9001 : 2008 Documents du système

Plus en détail

CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION

CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION Manuel de management de la qualité Chapitre 5 : CONTROLES, ANALYSE ET AMELIORATION Approuvé par Guy MAZUREK Le 1/10/2014 Visa Page 2 / 8 SOMMAIRE 1 CONTRÔLES DE CONFORMITE... 3 1.1 Contrôle effectués sur

Plus en détail

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES Non classifié ENV/JM/MONO(99)24 ENV/JM/MONO(99)24 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 28-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables

Plus en détail

"Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz

Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1 "Gestion de la qualité Idées du Bureau fédéral d administration" Allemagne Par son Vice-Président Giso Schütz 1. Introduction au Bureau fédéral d administration Le Bureau fédéral d administration est

Plus en détail

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2015/06/12 REMPLACE : 2013/06/14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2015/06/12

MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2015/06/12 REMPLACE : 2013/06/14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2015/06/12 MANDAT PAGE : 1 DE : 8 ENTRÉE EN VIGUEUR : 2015/06/12 REMPLACE : 2013/06/14 APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION APPROUVÉ LE : 2015/06/12 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, DES RESSOURCES HUMAINES ET

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) Adoptée par le Conseil d'administration le 14 février 1985

Plus en détail