ACADEMIE DE MONTPELLIER. Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier THESE. Présentée à l ENSAM Pour obtenir le grade de DOCTEUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACADEMIE DE MONTPELLIER. Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier THESE. Présentée à l ENSAM Pour obtenir le grade de DOCTEUR"

Transcription

1 ACADEMIE DE MONTPELLIER Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Montpellier THESE Présentée à l ENSAM Pour obtenir le grade de DOCTEUR Spécialité : Ecologie, Biodiversité & Evolution Formation Doctorale : Biologie de l Evolution et Ecologie Ecole Doctorale : Biologie des Systèmes Intégrés, Agromomie - Environnement Vulnérabilité des écosystèmes semi-naturels européens aux changements d'utilisation des terres. Application aux prairies subalpines de Villar d'arène, France Par Fabien QUÉTIER le 6 avril 2006, devant le jury composé de : Mr. Hans CORNELISSEN, Directeur de Recherches à l Université Vrije d Amsterdam, Pays Bas Mr. Eric LAMBIN, Professeur à l Université Catholique de Louvain, Belgique Mr. Michel DURU, Directeur de Recherches à l INRA, Toulouse, France Mme. Anne LARIGAUDERIE Directrice exécutive de DIVERSITAS, Paris, France Mme. Marie-Laure NAVAS, Professeur à l ENSA de Montpellier, France Mme. Sandra LAVOREL, Directrice de Recherche au CNRS, Grenoble, France Rapporteur Rapporteur Examinateur Examinatrice Examinatrice Directrice de thèse

2 La div-aria Vous savez que les effets salutaires de l altitude, par aucun peuple ne sont ignorés, et que les Hollandais à Java, aussi bien que les Anglais dans l Inde, vont radouber sur les sommets leurs corps affligés d avaries. Mais nulle part le phénomène ne montre autant de puissance que dans les Alpes du Dauphiné, et c est pour qualifier cette manifestation exubérante que l Académie des Alpins l a nommée justement la div-aria. Voici quel en est le mécanisme : A mesure qu on s élève, l air se raréfie et s épure en même temps. A quinze cents mètres déjà, l analyse le démontre entièrement dégagé des immondices humains qui l empoisonnent à la base. Mais il y a mieux, et cette couche assainie se trouve être, de plus, incessamment saturée et parfumée par les aromates des armoises, des valérianes, des millepertuis, des aspérules, et des innombrables espèces dont se compose la flore des Alpes du Dauphiné. Il en résulte pour la chambre d air des poumons, une opération de lessive, un gargarisme épuratoire de toutes les effluves de cette pharmacopée bienfaisante ; et l homme sent alors, distinctement, Dieu souffler en lui, sur la flamme de la vie, comme avec le chalumeau d une lampe. L âme aussi bien que le corps, se redresse régénérée, délivrés tous deux des maladies et des souillures du pays plat, prêts à la lutte. Alpinus ( ) : La chasse alpestre en Dauphiné. Page 136 de l édition 2004 à La Découvrance, Grenoble, France

3 A mon père parti trop tôt, à ma mère qui a su rester - 2 -

4 Remerciements Remerciements Grenoble, juin 2006 Comment mettre un point final à quelques trois ans et demi de découvertes, de joies et de peines, de dur labeur et de bons moments de détente? Et pourquoi pas en commençant par le début? Mes premiers pas au Lautaret datent du 15 octobre Sandra m avait invité à venir découvrir mon terrain de thèse. Il faisait froid, il y avait du vent, qui faisait tomber la pluie à l horizontale. Mes bottes en caoutchouc n étaient d aucun secours contre le froid, le froid de la neige qu il fallait creuser pour déterrer des herbes aux noms parfaitement inconnus. C était pour Nicolas. C était grâce à Sandra. Merci! Nous étions seuls ce jour là au col (ce qui n est pas étonnant vue la météo!) et j ai commencé à comprendre que travailler au Lautaret était un privilège. Privilège de travailler avec des collègues passionnés : Philippe et Rolland. Privilège de côtoyer des gens de caractère : Rolland du café de la Ferme (mon premier stakeholder). Merci! Mon installation définitive à Grenoble a commencé lors de la première assemblée générale du LECA, en janvier J ai été accueilli à bras ouverts dans le laboratoire de Pierre Taberlet alors en plein renouveau. Premier jour, premier repas de fête, premières rencontres. J y ais gagné une belle polaire aux insignes du laboratoire. Merci! Tant de choses ont changé depuis ma première saison d hiver à partager le bureau de Jacky. PF et Asmae sont partis. Muriel ne vient plus nous voir avec du chocolat. Les murs ont été repeints. Malgré tout, Michel continue de venir nous raconter ses histoires de vielle blatte. Surtout, Jacky a gardé sa bonne humeur. Il m a accueilli chez lui et je m y sens maintenant comme chez moi. Merci! L hiver a aussi été l occasion de poser quelques jalons à Villar d Arène. Je suis allé rencontrer Edmond Chancel (Mr. le Maire), Bernard Rousset (secrétaire général de l Association Foncière Pastorale), Eric Vannard (chef de district du Parc National des Ecrins) mais aussi Martine et Etienne (propriétaires du bar Le Vannoir et plateforme de communication en Faranche ). Des stakeholders comme ça, on en redemande. Merci! Le Jardin Alpin du Lautaret représente un capital confiance exceptionnel à Villar d Arène. Combien de fois m a-t-on demandé si le jardin était fleuri? Si la saison était bonne pour nous là haut? C est grâce à l appui actif de Serge et à ses précieux conseils que j ai pu établir une relation durable avec les habitants de la commune. Merci! Avec le printemps commence le grand remue-ménage dans la ruche TDE. Pour moi, celui de 2003 a été marqué par l arrivée de Jacqueline. Elle venait travailler sur le cadre conceptuel du projet VISTA. Sa capacité à démonter toutes les argumentations en a fait un partenaire de choix pour réfléchir aux tenants et aux aboutissants du projet. Merci! Après le temps des concepts vient celui des données. Après la théorie vient le terrain. Celui-ci n aurait pas été possible sans la bienveillance d André Faure, d Eric Ferrier, de Frédéric Laperrière, de Jean-François Donzel, de Marie-Cécile Albert, de Maurice Rousset, de Michel Albert & de Raymond Berthet. Malgré une saison agricole des plus intenses, ils - 3 -

5 Remerciements ont pris le temps de m écouter, ils ont répondu à mes questions souvent naïves et ils nous ont laissé envahir un peu leur espace. Merci! Une fois le projet sur les rails, j ai réuni pour la première fois mon comité de pilotage. Au cours de ma thèse, Pablo Cruz, Pascal Marty, Paul Leadley et Philippe Fleury m ont donné trois fois l occasion de présenter mon travail à un public intéressé et exigeant. Ils m ont soutenu. C était important. Ils m ont mis au défi, c était motivant. Merci! A l image des moutons, je suis rapidement monté à l alpage. C était le début d une nouvelle vie. J ai découvert tout à la fois la botanique, la vie de village, la mesure des traits fonctionnels, la pétanque, la randonnée et le génépi. Grégory m a accompagné dans toutes ces découvertes et il a marqué de son entrain la saison Merci! Pendant ce temps là, dans le chaudron qu est Grenoble en pleine canicule, Frédéric travaillait dur à la création d un SIG (avec l aide précieuse de Jacky et Franck à Clermont). Il s est débrouillé comme un chef pendant que je regardais l herbe pousser. Merci! L été 2003, c est aussi la première campagne de traits au Lautaret. Elle restera dans les mémoires, que ce soit à cause du triptyque d Eric, de Marie-Laure et du Meum, des longues parties de pétanque animées par Tonton devant le Vannoir ou de l accueil chaleureux de Patrick à la Brèche. On était nombreux. Tout s est bien passé. Merci! L été est court en altitude. Au mois d août, le gel nocturne et la neige qui revient sur les sommets sonnaient déjà le glas d une saison bien remplie. L heure était venue trop tôt - de redescendre à Grenoble. Cette année là, Florence, Marielle, Peter, Philippe, Richard, Rolland et Serge m ont accueilli dans leur monde, celui du Lautaret. Merci! Il semblerait que ce soit un rythme naturel : à la saison de terrain succède la saison des colloques. Mon premier colloque était à Gap. Ce n est pas très loin, mais Sandra me donnera l occasion d aller présenter mon travail par monts et par vaux tout au long de la thèse : à Capri, Ioannina, Montréal, Nancy, Oaxaca, Paris, Trafoi et Super-Besse. Merci! Sandra m a également donné l opportunité de me former au cours de séjours à Montpellier, à Peyresq et à Wageningen. L improvisation et la spontanéité font la richesse des voyages. Ils font aussi le malheur des comptables. Heureusement, Jean-Paul et Florence à Grenoble, mais aussi Anne-Marie Mazzonetto, Karine Djari, Danièle Jeanjean et Brigitte Belun ont toujours fait preuve d une immense patience à mon égard. Merci! Quand la bise fut venue, je me suis calfeutré dans mon bureau concentré sur les données. Philippe m a fait découvrir la RLQ (ce n est pas un gros mot). Ana, par ses talents de GIS Project Manager a rempli le SIG. Elle n a pas fait que ça, elle a aussi rempli le LECA de bonne humeur. Que alegria! Merci! Souhaitant partager mon bonheur de passer l été au Lautaret avec le plus grand nombre, j ai lancé une grande campagne de recrutement. Aurélie, Caroline, Fabrice, Florian et Marc ont eu le privilège d assister tous les jours - au lever du soleil sur la Meije. De mon coté j ai eu le privilège de travailler tout l été 2004 avec une équipe de choc. Merci! Ils n ont pas fait que travailler (quoique ce fût parfois difficile de les arrêter!). Ils ont aussi su faire vivre le chalet-labo. Avec Flore, Florence, Hélène, Nico et tant d autres, cette saison aura aussi eu son lot de fous rires et de soirées improvisées. L ambiance était géniale et on en parle encore. Merci! Malgré son omniprésence dans la vista du Lautaret, la haute montagne m est longtemps restée inaccessible jusqu à l été C est en compagnie de Grégory (de retour au Lautaret en villégiature), Marielle, Philippe (l autre) et de Richard (H) que Richard (B) m a fait découvrir l alpinisme et un nouvel univers. Depuis, l appel des cimes n a fait que s amplifier. Merci! - 4 -

6 Remerciements L été 2004 a aussi été l occasion de regarder un peu au delà de l herbe. Jean, Abdé et Guy sont venus animer les prairies de leurs grands manches et beaux filets. Pendant que d autres jouaient à la pétanque, ils couraient après les papillons. Plus tard, c est avec Marie- Pascale que nous les avons compté. Quel talent! Merci! Après l été, Aurélie est restée. Elle a mise à l épreuve sa grande rigueur et a su développer un goût raffiné pour la corrélation. A croire que les stats, elle aimait ça!? Sans elle, cette thèse aurait été impossible et je lui souhaite plein de réussite maintenant qu elle a entrepris de suivre le même chemin. Merci! Fabrice aussi a décidé de faire une thèse. Il a rejoint en ça un des cercle les plus in de la place grenobloise : LECA_LABO! Abdé, Alice, Aurélie, Carole, Cyrille, Dudu, Eva, Flo & Flo, Flore, Fréd, JMS, Margot, Mathieu, Matt, Muriel, Nico, Olivier, PF, Pierrot, Rolland, Rourou et Séb ont tous animé mes séjours grenoblois. Merci! Le LECA est aussi un formidable lieu de débats scientifiques. J ai eu de nombreuses discussions plus ou moins formelles avec Aurélie, Flore, Florence, Matt, Nico, Philippe, Pierrot et Sandra. On n a pas résolu l énigme de la fertilité mais on a quand même pu trouver plein de réponses compliquées à des questions simples. Merci! Heureusement, Yannick était là pour trouver des réponses simples à des questions compliquées. Il a fait couler du jus de cerveau sur le cadre conceptuel VISTA et Jacqueline et moi en avons bien profité lors des trop nombreuses réécriture de notre fameux CF. Merci! Alors que la belle saison approchait, je désespérais de remonter au Lautaret. Malheureusement, ce n était pas pour cette année. Le temps était venu de faire parler les données de terrain. Grâce à Aurélie, Ian, Pierrot et Sandra, j ai pu m exercer à la play-station ecology. Pressées comme des citrons, les données ont parlé. Merci! Pendant que je jouais devant mon écran, Sophie et Mirka ont su charmer les agriculteurs faranchins. Les entretiens se sont poursuivi avec Richard Bonnet et Muriel della Vedova (Parc National des Ecrins), Jean Luc Grossi (Association AVENIR), Johanne Michel et Mannuelle Glasman (Chambre d agriculture de l Isère), Laurent Dobremez (CEMAGREF), Frédérique Delattre (GIS Alpes du Nord), Jean Luc Coussy (Chambre d agriculture des Hautes Alpes), Ariane Silhol (CERPAM), Vanessa Picard (Confédération Paysanne des Hautes Alpes), Sébastien Bellue (Conseil Général des Hautes Alpes), Alain Harret (FDSEA de l Isère), Arnaud Callec et Anne Buffet (Conseil Général de l Isère) et Claire Simon (CIPRA). Sophie a su faire la synthèse de leurs diverses opinions sur l avenir de l agriculture en haute Romanche. Merci! La récréation étant finie, j ai du passer aux choses sérieuses. R est quand même moins ludique que LAMOS (les initiés comprendront!) mais heureusement, Wilfried semble s amuser autant avec l un qu avec l autre. C est avec lui (et aussi avec Greg au Cap) que j ai découvert le plaisir de tripoter de gros jeux de données. Merci! On m a souvent demandé combien de temps j avais mis pour rédiger ma thèse. Les contours de cette étape sont flous et je n ai pas la réponse à cette question. Peut-être faudrait-il demander à Nanou, Pierre et Marie ils ont suivi de près l allongement de mes horaires et la fin de mes week-ends. Toujours aux petits soins, ils m ont beaucoup aidé à franchir la ligne d arrivée. Merci! Postés sur la ligne d arrivée, Eric Lambin et Hans Cornelissen avaient le pistolet à la main. Leurs rapports m ont mis en confiance pour la suite et permis de préparer sereinement la soutenance. Mon jury, Anne Larigauderie, Eric Lambin, Hans Cornelissen, Marie-Laure Navas, Michel Duru et Sandra était assez éclectique. Ils ont fait l effort de lire et d évaluer ma thèse. J ai passé un bon moment en leur compagnie. Merci! - 5 -

7 Remerciements Pour conclure, mention spéciale à Sandra pour m avoir guidé à bride relâchée tout au long de la thèse. Elle a su mettre à ma disposition des moyens considérables et m a encouragé à poursuivre des pistes pas forcément anticipées. Merci! - 6 -

8 Avant-propos Avant-propos Ce travail a été financé par la Commission Européenne à travers un projet de recherche intitulé VISTA (Vulnerability of Ecosystem Services to Land Use Change in Traditional Agricultural Landscapes - EVK , FP5). Ce projet de recherche, dirigé par Sandra Lavorel (Laboratoire d Ecologie Alpine, Grenoble), avait pour objectif d estimer la vulnérabilité des agro-écosystèmes traditionnels aux changements d utilisation des terres futurs, y compris une évaluation des menaces et une quantification de leurs impacts sur les services écologiques qu ils fournissent. Plus précisément, le projet avait pour objectifs de : Construire un cadre conceptuel et méthodologique pour prévoir les dynamiques des paysages agro-pastoraux et des services écologiques qu ils fournissent. Développer en collaboration avec les gestionnaires des indicateurs des services écologiques basés sur les traits fonctionnels végétaux qui soient faciles à mettre en œuvre et peu coûteux. Utiliser des scénarios prospectifs pour simuler les changements écologiques et estimer, en collaboration avec les acteurs de terrain, la vulnérabilité des services fournis par les paysages gérés de façon traditionnelle. Au cours de ma thèse au Laboratoire d Ecologie Alpine, j ai abordé l ensemble de ces objectifs, soit au titre de la coordination d ensemble du projet, soit pour sa mise en application sur le site d étude du Lautaret - avec le concours de la Station Alpine Joseph Fourier. Le document qui suit représente la synthèse du travail réalisé dans le cadre du projet VISTA sur l adret du Lautaret. J ai choisi de l organiser comme la conception et la mise en application du cadre conceptuel du projet VISTA sur le site du Lautaret. Les principaux résultats sont présentés en trois parties qui forment le cœur de la thèse. La première partie (2 chapitres) présente le cadre conceptuel développé pour le projet VISTA dans son ensemble et le site d étude où il a été mis en application. La deuxième partie (3 chapitres) présente l ensemble des données qui ont été récoltées sur ce site pour pouvoir mettre en œuvre le cadre conceptuel. La troisième partie (3 chapitres) correspond à l utilisation effective de ces données pour simuler les changements écologiques associés aux scénarios prospectifs utilisés, évaluer leurs conséquences sur les services écologiques, et en tirer des conclusions quant à la vulnérabilité. Il va de soi que ce travail est un travail d équipe. Nombreux sont ceux qui ont travaillé à sa conception, à l acquisition, au traitement et à l interprétation des données ainsi qu à la discussion des résultats obtenus. Séparer ma contribution personnelle de celles des nombreux collaborateurs impliqués serait impossible. C est pourquoi cette thèse a été rédigée à la première personne du pluriel

9 Avant-propos - 8 -

10 Sommaire Sommaire Avant-propos 7 Sommaire 9 Introduction 13 Résumé de l introduction 14 Contextes et problématique 15 Les changements d utilisation des terres 15 Les écosystèmes semi-naturels en Europe 17 La vulnérabilité 19 Méthodes & outils en écologie 21 Le modèle d étude : les écosystèmes semi-naturel 21 Les traits fonctionnels végétaux 23 Outils & méthodes en sciences sociales 27 La multifonctionnalité agricole 28 La difficile évaluation des services écologiques 32 Plan de la thèse 35 Objectifs de la thèse 35 Organisation du document 36 Organisation des chapitres 37 Références de l introduction 38 Partie I 47 Démarche proposée 49 Résumé 50 Introduction 51 Study sites 54 Social survey methods 55 The five matrices 56 Quantifying exposure 61 Sensitivity 62 Acceptability 65 Vulnerability assessment 66 Discussion 68 References 71 Villar d Arène 79 Introduction 80 L'environnement physique 81 Une longue histoire agricole 89 La révolution fourragère du 19ème siècle 93 La fin des terroirs 97 L agriculture d aujourd hui 101 L'agriculture et le déterminisme topographique 104 Bilan & discussion 108 Logique de l échantillonnage écologique 110 Références

11 Sommaire Partie II 117 Les services écologiques 119 Résumé 120 Introduction 121 Material & Methods 122 Results 124 Discussion 130 References 132 Structure & fonctionnement des écosystèmes 137 Résumé 138 Introduction 139 Material & Methods 141 Results 145 Discussion 155 Conclusion 159 References 159 Dynamiques de la végétation 169 Résumé 170 Introduction 171 Material & Methods 172 Results 176 Discussion 182 Synthesis and application 183 References 184 Partie III 189 L aléa 191 Introduction 192 Tendances et évolutions de la politique agricole 193 Scénarios globaux, scénarios européens 195 Scénarios pour Villar d'arène 197 Discussion 205 Références 205 L impact 207 Résumé 208 Introduction 209 Study site, ecosystem services and relevant ecosystem attributes 210 Methods 212 Results 214 Discussion 217 Conclusion 219 Résultats complémentaires 219 Références 222 La vulnérabilité 227 Introduction 228 Matériel et méthodes 230 Résultats 233 Discussion 240 Références

12 Sommaire Discussion 247 Une démarche intégrée 249 L outil traits 251 Les traits, entre structure et fonctionnement 253 Les traits et la modélisation dynamique 255 Bilan 256 L outil discours sociopolitiques 257 Conclusion & perspectives 260 Références de la discussion 261 Annexes 265 Appendix to chapter Appendix to chapter Annexe au chapitre

13 Sommaire

14 Introduction Contextes & problématique de l étude Introduction Villar d Arène : une communauté de montagne, entourée de prairies semi-naturelles dont l entretien repose aujourd hui sur une agriculture économiquement marginale. Ces écosystèmes sont-ils vulnérables aux changements de l utilisation des terres dans les zones agricoles marginales d Europe? Qui serait affecté? (photo Nicolas Gross, été 2005)

15 Introduction Contextes & problématique de l étude Résumé de l introduction Aujourd hui, les changements globaux structurent de nombreux débats politiques et scientifiques. En parallèle, la mondialisation est devenue le cadre conceptuel dans lequel s inscrivent de nombreux analystes politiques, économiques ou sociétaux. Ces deux phénomènes interagissent comme moteurs de changements environnementaux dans de nombreuses régions du monde. Leurs effets se traduisent notamment par des changements considérables de distribution et d intensité de l utilisation des terres (e.g. déforestation, urbanisation, intensification agricole). Le diagnostic des causes des changements d utilisation des terres nécessite de mieux comprendre les relations entre les forçages socio-économiques et climatiques globaux et les changements d utilisation des terres qui affectent les populations localement. Le pronostic des conséquences des changements d utilisation des terres suppose de mieux comprendre par quels mécanismes les changements d utilisation des terres vont modifier la structure et le fonctionnement des écosystèmes pour in fine affecter les populations qui en dépendent. Le concept de vulnérabilité est particulièrement adapté pour aborder ces questions. Celle-ci est définie comme la combinaison de l aléa (ici les forçages globaux), de l impact de cet aléa s il venait à se réaliser (ici la réponse des écosystèmes semi-naturels) et de la capacité des individus et des collectifs affectés à s adapter à ces impact (ici abordée via l acceptabilité des changements environnementaux). Cette étude s inscrit dans cette problématique en proposant un cadre conceptuel et méthodologique pour l étude de la vulnérabilité des écosystèmes semi-naturels et de leurs usages en Europe. Ce cadre sera mis à l épreuve du terrain en étant appliqué à un cas d étude les prairies subalpines de Villar d Arène, dans les Alpes françaises. A cette occasion, cette étude contribuera au développement d outils conceptuels et méthodologiques applicables à des écosystèmes variés - les traits fonctionnels végétaux. Cette étude fait principalement appel aux méthodes et concepts de l écologie pour comprendre et prévoir les impacts des changements d utilisation des terres sur les écosystèmes. Nous passerons cependant quelques frontières disciplinaires en utilisant par exemple des concepts et méthodes de la géographie, de l agronomie et de l histoire de l environnement pour étudier les forçages globaux de l utilisation des terres. Nous ferons également appel à des concepts et des méthodes des sciences sociales pour étudier les services écologiques fournis par ces écosystèmes

16 Introduction Contextes & problématique de l étude Contextes et problématique Depuis une dizaine d années, les changements globaux ont pris une place considérable dans les débats publics sur la nature et l environnement 1 (e.g. Lomborg, 2001, Diamond, 2005). En parallèle, la mondialisation a remplacé le développement pour devenir le cadre conceptuel dans lequel s inscrivent de nombreux analystes politiques, économiques ou sociétaux (e.g. Friedman, 2000, Stiglitz, 2002 voir Rist, 2001 pour une perspective historique). Changements globaux et mondialisation sont deux conceptualisations de changements qui s imposent aux individus (à leur santé ou leur mode de vie) et aux sociétés (à leur économie ou leurs traditions) (O'Brien & Leichenko, 2000). Mondialisation et changements environnementaux globaux sont des mécanismes de forçage 2 qui déterminent en partie les changements environnementaux tels qu ils sont perceptibles et problématisés au niveau local. C est ainsi que l augmentation du cours mondial du soja, l augmentation régulière des précipitations dans le N-W de l Argentine et le développement de nouvelles variétés adaptées contribuent ensemble à l avancée du front pionnier agricole dans cette région et à accélérer la déforestation du Chaco (Grau et al., 2005). Ce type d interaction illustre les effets conjoints de la mondialisation et changements environnementaux globaux (O'Brien & Leichenko, 2000, Potter & Burney, 2002). Les changements d utilisation des terres En modifiant la structure et le fonctionnement des écosystèmes, les changements d utilisation des terres (déforestation, intensification agricole ou urbanisation) affectent également les ressources matérielles et immatérielles dont bénéficient les usagers de ces écosystèmes les services écologiques 3 (Foley et al., 2005). En outre, à l échelle globale, les changements d'utilisation des terres modifient la couverture terrestre et ont de ce fait un impact considérable sur la structure et le fonctionnement de la biosphère dans son ensemble (Ojima et al., 1994, Riebsame et al., 1994, Vitousek et al., 1997). Ces impacts se répercutent sur le système climatique global (Pielke et al., 2002). Le diagnostic des causes et des conséquences environnementales des changements d utilisation des terres requière la prise en compte explicite des couplages entre forçages globaux et facteurs locaux, socio-économiques et biophysiques ((Riebsame et al., 1994, Lambin et al., 2001, Mattison & Norris, 2005). Dans ce contexte, le diagnostic des causes et conséquences des changements environnementaux liés à l utilisation des terres et à la gestion des écosystèmes doit dépasser les simplifications gestionnaires (c est de leur faute s il gèrent mal leurs ressources ) ou populistes (c est la faute aux autres si ) qui dominent 1 Dans cette étude, l environnement sera défini comme le cadre abiotique (processus physiques et chimiques) et biotique (processus biologiques et écologiques) des activités humaines. Notre positionnement epistémologique est un mélange de réalisme critique et de pragmatisme (suivant Proctor, 1998). 2 On utilisera ce terme pour décrire les facteurs extérieurs au système étudié mais qui en affectent le fonctionnement. 3 Ecosystem services en anlais (Daily, 1997)

17 Introduction Contextes & problématique de l étude actuellement la problématisation de l'environnement au niveau global (Leach et al., 1999, Adler et al., 2001, Lambin et al., 2001). Les approches purement globales, faisant notamment appel aux outils de la télédétection et/ou aux statistiques nationales (e.g. Klein Goldewijk & Ramankutty, 2004, Lepers et al., 2005) permettent de quantifier les phénomènes mais ils sont peu explicatifs. A l inverse, les monographies locales inspirées de la géographie vidalienne 4 voient l utilisation des terres comme un système fermé et négligent des facteurs explicatifs importants. La compréhension des changements d utilisation des terres suppose une démarche capable d intégrer forçages globaux et mécanismes locaux 5. La généralisation à partir de cas d étude est une voie préférentielle pour réaliser ce type d intégration (e.g. Geist & Lambin, 2002 & 2004). Elle nécessite cependant un cadre conceptuel généralisable reliant les forçages globaux, les spécificités locales et leurs impacts (Riebsame et al., 1994,). Dans ce contexte, une approche systémique, liant les sociétés et leur environnement 6 par des rétroactions opérant à plusieurs échelles, s est renouvelée depuis une dizaine d années. Elle constitue aujourd hui une voie d exploration majeure des causes et conséquences des changements d utilisation des terres (Turner et al., 2003b). Cette étude s inscrit dans ce champ thématique très large (Figure1). Figure 1 : Cadre conceptuel général dans lequel s inscrit cette étude. Des forçages globaux (à gauche) forment le cadre dans lequel opèrent des agents constitués en système qui sont les causes proximales des changements d utilisation des terres. Ceux ci modifient la structure et le fonctionnement des (agro-) écosystèmes affectant les fonctions et services qui leurs sont associés. Un feed-back local lie les fonctions et services fournis par les (agro-) écosystèmes et les stratégies et tactiques mises en œuvre par les agents (land-use system). Une rétroaction plus lâche relie les changements environnementaux locaux aux forçages globaux. 4 Vidal de la Blache ( ) est le fondateur de la géographie régionale en France (Archer, 1993) 5 Le local s entend comme un territoire à la dimension des unités de gestions contrôlées par les agents humains. En Europe occidentale la dimension locale pourrait correspondre à la dizaine ou la centaines de Km 2 selon l organisation locale de l utilisation des terres (structure foncière et arrangements institutionnels) 6 Human - environment system en anglais

18 Introduction Contextes & problématique de l étude Les écosystèmes semi-naturels en Europe L impact écologique de la marginalisation agricole en Europe En Europe occidentale, l industrialisation, la mondialisation sociale et économique et le développement d outils toujours plus performants, ont conduit au cours des cinquante dernières années à une accélération de la concentration des pratiques agricoles intensives sur les terrains les plus productifs (Baldock et al., 2002). Sur la même période, d autres régions ont été marginalisées (Figure 2). Cette polarisation de l espace est un trait majeur des changements d utilisation des terres en Europe. Figure 2 : La marginalisation est un processus à rétroaction positive (tiré de Baldock et al., 2002). Les régions où les handicaps naturels (faible productivité, reliefs, hétérogenéité des conditions de production Figure 3) se combinent pour rendre difficile l intensification et la course à la productivité (Mazoyer & Roudart, 1997) sont souvent riches en écosystèmes semi-naturels et présentent des paysages diversifiés dont la biodiversité et l esthétique sont largement reconnus (Bignal & McCracken, 2000, Aitchinson, 1995). Les agriculteurs encore présents y sont fortement subventionnés via des mesures agroenvironnementales par exemple pour maintenir des pratiques traditionnelles de gestion de ces écosystèmes. Sans ces soutiens, l agriculture ne serait sans doute pas viable économiquement 7. Ils sont souvent justifiés par la fourniture de services écologiques et l environnement tient une place centrale dans l argumentation en faveur de la 7 On trouve évidemment des exceptions, le plus souvent associées au développement de marché de niche tels que les productions labellisées (e.g. AOC Roquefort - Quétier et al., 2005)

19 Introduction Contextes & problématique de l étude multifonctionnalité de l agriculture (Bignal & McCracken, 2000, Burrell, 2003, Dobbs & Pretty, 2004, Knop et al., 2005). Figure 3 : En gris, les zones agricoles défavorisées dans l Europe des quinze (Less Favoured Areas) et leur estimation pour la Norvège et la Suisse. Les étoiles indiquent la localisation des cas d étude utilisés dans cette étude : (1) Villar d Arène dans les Alpes françaises et (2) Mertóla dans l Alentejo portugais. (Carte tirée de Rounsevell et al., 2005). Les écosystèmes semi-naturels On peut définir les écosystèmes semi-naturels selon un critère d intentionnalité. La structure et le fonctionnement de ces écosystèmes ne peuvent être compris ou prédits sans une compréhension minimum des interventions matérielles volontaires de la part d un ou plusieurs agents humains 8, et sans qu on puisse non plus négliger les processus écologiques d auto organisation. Selon ce critère, les écosystèmes naturels sont particulièrement rares en Europe, étant limités à certains milieux extrêmes (haute montagne, falaises et zones côtières). Dans les écosystèmes cultivés, les processus écologiques sont pour l essentiel soumis au bon vouloir d agents humain. Dans un champ cultivé les stocks et flux de nutriments et de biomasse sont par exemple décidés par l agriculteur. Les dynamiques de population végétale sont également sous son contrôle puisqu il les sème et élimine sélectivement les espèces non désirées. Son contrôle sur les ravageurs des cultures et moins complet mais on pourrait 8 Les agents humains sont les individus ou les collectifs qui interviennent matériellement sur les écosystèmes (e.g. agriculteurs, bergers, chasseurs ). Ils sont ne sont donc pas définis indépendamment de l écosystème en question

20 Introduction Contextes & problématique de l étude argumenter que ceci résulte plus du contexte réglementaire dans lequel opère l agriculteur qu à un défaut de technologie. En Europe occidentale, les écosystèmes semi-naturels regroupent l essentiel des écosystèmes herbacés telles que les prairies de montagne (e.g. Olsson et al., 2000), les pelouses calcaires (Dutoit, 1995, Muller et al., 1998), les savanes (la Dehesa espagnole - Joffre et al., 1988 & 1999 et le Montado portugais - Pinto-Correia, 2000) mais aussi les forêts exploitées (Farrell et al., 2000, Kräuchi et al., 2000). Dans ces écosystèmes, la compréhension des processus écologiques ne peut ignorer les modes d exploitation et/ou les interventions volontaires de propriétaires privés (e.g. agriculteurs), publics (e.g. ONF) ou de gestionnaires associatifs (e.g. réserves naturelles). Cette définition peut également s appliquer à une mosaïque d écosystèmes (formant un paysage écologique). Les mosaïques de forêts, pelouses et cultures qui caractérisent l arrière pays méditerranéen sont un exemple bien documenté de paysage dans lequel les processus écologiques ne peuvent être compris sans références à l exploitation passée et actuelle de ces paysages (e.g. Caplat, 2005). Dans les zones les plus favorables à l augmentation de la productivité agricole, les écosystèmes semi-naturels ont été largement remplacés par des écosystèmes cultivés ou par le développement des zones urbaines. On le trouve aujourd hui préférentiellement dans les régions où l activité agricole est économiquement marginale. Du fait de la dépendance de l agriculture marginale vis à vis des soutiens publics, ces écosystèmes sont vulnérables aux changements du contexte politique de l'utilisation des terres en Europe, et notamment au devenir politique du concept de multifonctionnalité agricole (Massot-Marti, 2003). Dans cette étude, nous nous appuierons sur le concept de vulnérabilité pour tenter de comprendre les impacts possibles de forçages globaux sur les écosystèmes semi-naturels européens et les services écologiques qu ils fournissent à leurs usagers. La vulnérabilité Le développement des connaissances disponibles sur les mécanismes qui conduisent aux changements d utilisation des terres et à leurs impacts environnementaux est un objectif important (Lambin, 2005). Cependant, le jeu complexe des contraintes, combiné aux désirs non moins complexes des agriculteurs eux même, rend illusoire une compréhension totale de l utilisation des terres (Ojima et al., 1994). La science doit donc aussi proposer des méthodologies appropriées pour agir en conditions d incertitude (Campbell et al., 2001, Peterson et al., 2003). Dans un tel contexte, la démarche prospective (Berger, 1964 in Godet & Roubelat, 1996) permet tout de même d'envisager l'avenir. En se basant sur des scénarios, elle permet de réfléchir à différentes évolutions possibles en fonction des tendances mises en évidence (Peterson et al., 2003). Le concept de vulnérabilité permet d'intégrer dans un cadre conceptuel commun l'incertitude sur les causes et conséquences de forçages globaux (e.g changements climatiques) et la capacité d'adaptation des populations à risque (e.g. Kelly & Adger, 2000, McCarthy et al., 2001, Turner et al., 2003a, Downing & Patwardhan, 2003, O Brien et al., 2004, Schröter et al., 2005). En accord avec l'usage dominant dans les cercles académiques et les organisations internationales (Turner et al., 2003a, Metzger et al., 2006), la vulnérabilité sera définie comme la combinaison des éléments suivants :

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE Première annonce Coordination of the Agricultural Research In the Mediterranean Area ARIMNet Appel d offre ARIMNet pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne

Plus en détail

Eco Land 3D. Projet. Partagez votre vision du paysage. Agropolis Fondation 18 mars 2009. Présentation projet EcoLand3D

Eco Land 3D. Projet. Partagez votre vision du paysage. Agropolis Fondation 18 mars 2009. Présentation projet EcoLand3D Partagez votre vision du paysage Projet Eco Land 3D Agropolis Fondation 18 mars 2009 Présentation Bionatics Profil de la société Projet démarré en 2001 Transfert de technologie avec le CIRAD Éditeur de

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère CLÉMENT ARNAL Cette thèse s inscrit dans un contexte

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Pour citer cet article : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- THÈSES (RÉSUMÉS) Armand Colin Revue d'économie Régionale & Urbaine 2006/4 - octobre pages 661 à 664 ISSN 0180-7307 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-4-page-661.htm

Plus en détail

FEDERATION DE BOTANISTES, SYNTHESE DE CONTRIBUTIONS CITOYENNES ET TRANSFERT DE LA CONNAISSANCE NATURALISTE : L EXEMPLE DE L ASSOCIATION TELA BOTANICA

FEDERATION DE BOTANISTES, SYNTHESE DE CONTRIBUTIONS CITOYENNES ET TRANSFERT DE LA CONNAISSANCE NATURALISTE : L EXEMPLE DE L ASSOCIATION TELA BOTANICA Networks and Communication Studies, NETCOM, vol. 27 (2013), n 1-2 pp. 190-194 FEDERATION DE BOTANISTES, SYNTHESE DE CONTRIBUTIONS CITOYENNES ET TRANSFERT DE LA CONNAISSANCE NATURALISTE : L EXEMPLE DE L

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie»

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» «Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» Dr. Alexandru BADEA Directeur Applications Spatiales Agence Spatiale Roumaine Tél : +40(0)744506880 alexandru.badea@rosa.ro

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

LA GRANDE ÉCOLE EUROPÉENNE D INGÉNIEURS DANS LE DOMAINE DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT

LA GRANDE ÉCOLE EUROPÉENNE D INGÉNIEURS DANS LE DOMAINE DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT 2013 LA GRANDE ÉCOLE EUROPÉENNE D INGÉNIEURS DANS LE DOMAINE DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT INSTITUT DES SCIENCES ET INDUSTRIES DU VIVANT ET DE L ENVIRONNEMENT AgroParisTech s est donné deux missions

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés!

Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres. déjà plantés! Delphine Perret / Agence Patricia Lucas 2015 : 50 millions d arbres déjà plantés! Objectif atteint : 50 millions d arbres plantés dans 27 pays La Fondation Yves Rocher, née il y a 25 ans d une volonté

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France 1) Le changement climatique Le changement climatique qui est maintenant prouvé scientifiquement est connu de tous. Il a une influence sur nous, sur la végétation, mais aussi sur la pollinisation. Les changements

Plus en détail

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles?

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Session 1. Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Exemple du Modèle GEMINI Nicolas Gross, Vincent Maire, Jean François Soussana Nicolas Gross Chargé de recherche 1 er Classe

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Jean-Matthieu Monnet UR Écosystèmes Montagnards, Irstea Grenoble Pour mieux affirmer ses missions, le Cemagref devient Irstea

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole

ÉDITOS. Par Johanna Rolland, Présidente de Nantes Métropole ÉDITOS En 2013, Nantes a été la première ville en France à obtenir le titre de Capitale verte de l Europe. Cette reconnaissance européenne vient reconnaître et récompenser le travail et les efforts menés

Plus en détail

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase Journée Bases de Données Besançon 21 mars 2013 La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase François Gillet Université de Franche-Comté CNRS UMR 6249 Chrono-environnement

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

L'ore Master Eau Montpellier

L'ore Master Eau Montpellier L'ore Master Eau Montpellier Thierry Rieu 04 Novembre 2013 Master Eau - Montpellier Une ore unique en sciences de l'eau, intégrée et spécialisée 110 UE, 100 étudiants par promo, 5 spécialités dont Spécialité

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Evaluation de l Aléa incendie de forêt

Evaluation de l Aléa incendie de forêt Evaluation de l Aléa incendie de forêt Secteur des Chartreuses du Boulou Note Méthodologique Février 2012 A partir de la méthodologie pour le diagnostic, l affichage et le traitement du risque d incendies

Plus en détail

Visuel non contractuel OFFRES GROUPES & SÉMINAIRES

Visuel non contractuel OFFRES GROUPES & SÉMINAIRES Visuel non contractuel OFFRES GROUPES & SÉMINAIRES Totalement intégré à l espace MILLE8, naturellement niché au coeur d Arc 1800 et ouvert sur le domaine Paradiski. MILLE8 est un nouvel espace de loisirs

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Perfectionnez vos ventes en formation linguistique

Perfectionnez vos ventes en formation linguistique Perfectionnez vos ventes en formation linguistique public Responsables commerciaux, commerciaux conseillers expérimentés et directeurs généraux des organismes de formation professionnelle en langues étrangères.

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun On the spot Ecocertification et images satellites Exploitation forestière tropicale au Cameroun Exploitation forestière tropicale au Cameroun Un nombre croissant d opérateurs forestiers s engagent dans

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Pour une gestion durable du trait de côte

Pour une gestion durable du trait de côte MEEDDM Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature Pour une gestion durable du trait de côte Frédéric RAOUT DGALN Bureau du littoral et du DPM naturel Ministère de l'écologie, de l'énergie,

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

L actualité de votre Banque Coopérative

L actualité de votre Banque Coopérative L actualité de votre Banque Coopérative La Fondation d Entreprise Crédit Agricole Alpes Provence participe au reboisement d Allauch En 1997, un incendie avait détruit plusieurs milliers d hectares de forêt

Plus en détail

Des arbres en agriculture

Des arbres en agriculture La Société Botanique de France et l'association Française d'agroforesterie présentent Des arbres en agriculture L'agroforesterie au coeur des enjeux contemporains Photo : Afaf vendredi 20 mars 2015 samedi

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

On estime que 15 à 25 % de la population

On estime que 15 à 25 % de la population 4 DOSSIER Développement d un indicateur du changement climatique sur la biodiversité : exemple des pollens MICHEL THIBAUDON, SAMUEL MONNIER Réseau National de Surveillance Aérobiologique On estime que

Plus en détail

Appel à communication Colloque. 16 et 17 octobre 2014

Appel à communication Colloque. 16 et 17 octobre 2014 Appel à communication Colloque 16 et 17 octobre 2014 «IFRS Bâle Solvency : Impacts des contraintes comptables et réglementaires sur les établissements financiers» IAE de Poitiers Laboratoire CEREGE Le

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg,

L pionnier dans le Bade-Wurtemberg, RENCONTRE Rencontre avec Peter Berg LAURENT DREYFUS Peter Berg vient de publier son deuxième livre, traduit et édité par le Mouvement de l Agriculture BioDynamique. Nous avons voulu voir de quelle expérience

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne le château du grand val accueille séminaires et incentives haut de gamme Le Château du Grand Val, dont les origines remontent au XVème siècle,

Plus en détail

BILAN IIBA Région de Québec. Saison 2010-2011. Assemblée générale annuelle. Québec, le 8 juin 2011

BILAN IIBA Région de Québec. Saison 2010-2011. Assemblée générale annuelle. Québec, le 8 juin 2011 BILAN IIBA Région de Québec Saison 2010-2011 (septembre 2010 à mai 2011) Assemblée générale annuelle Québec, le 8 juin 2011 Bilan 2010-2011 IIBA Région de Québec- 8 juin 2011 1 Mot du président Pour une

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mécanique énergie procédes produits de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER R. LAE F. BACHIRI A. BEN MHAMED J. BONCOEUR J.M. ECOUTIN J. HABASQUE L. TIT0 DE MORAIS J.Y. WEIGEL

Plus en détail

CREATIVE RESOURCES. La montagne nous offre le décor... à nous d inventer l histoire qui va avec. Nicolas Helmbacher

CREATIVE RESOURCES. La montagne nous offre le décor... à nous d inventer l histoire qui va avec. Nicolas Helmbacher La montagne nous offre le décor... à nous d inventer l histoire qui va avec. Nicolas Helmbacher L es activités de nature ont ceci de commun avec la stratégie d entreprise, qu elles demandent la plus grande

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE

SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE LICENCE Biologie Présentation Nature Site(s) géographique(s) : Accessible en : Formation diplômante Tours Formation initiale Formation continue Type de diplôme : Durée des études : Licence Niveau de diplôme

Plus en détail

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique

Rencontre avec Philippe Courard. Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Rencontre avec Philippe Courard Secrétaire d'etat à la Politique scientifique Il y a presque un an, Philippe Courard devenait Secrétaire d'etat à la Politique scientifique. Le moment idéal pour Science

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Malle documentaire alimentation L alimentation est l acte de nourrir et de se nourrir. Elle

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Un univers coloré et vivant

Un univers coloré et vivant Un univers coloré et vivant Qui ne laisse jamais indifférent! Décoration outdoor - Série et Sur-Mesure Design - Conseil - Vente Une Déco + Originale + Bonne humeur + Conviviale + Créative Un Cadeau Qui

Plus en détail

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Cécile Haëck Nicolas Klein Rencontres SIG la Lettre 2009 Session «Le grand boom de la 3D» 1 En rubriques 1. Le

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail