Sommaire. L analyse de risques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. L analyse de risques"

Transcription

1 Prévention du risque Legionella dans les tours de refroidissement : L analyse de risques Antoine SEREN ROSSO Responsable secteur légionelles IRH Agence Centre Est Sommaire Fondements réglementaires Enjeux techniques Méthodologie (HACCP et audit préalable) vos enjeux Corollaire : l audit technique préalable 2 Fondements réglementaires Enjeux techniques Code du travail : Décret n du 4 mai Guide interministériel des bonnes pratiques de Arrêtés ministériels du 13 décembre Problématique Legionella : Maîtrise d une bactérie ubiquiste Objectifs de concentrations faibles T.A.R. = environnement propice Analogie avec contraintes de l industrie agro-alimentaire alimentaire : HACCP 3 4 Méthodologie recommandée: HACCP Système d analyse des risques points critiques pour leur maîtrise Codex alimentarius Objectifs Évaluer les dangers Mettre en place des systèmes de maîtrise axés davantage sur la prévention que le produit fini Mise en application guidée par des preuves scientifiques de risques Méthode HACCP- définitions (1) Analyse de risques = rassembler et évaluer les données concernant les facteurs du danger Legionella décider lesquels d entre eux représentent une menace 5 6 vos Enjeux 1

2 Méthode HACCP- définitions (2) Points critiques pour la maîtrise (CCP) = surveillance possible et essentielle action possible permettant de: o Prévenir un danger o ou éliminer un danger o ou le ramener à un niveau acceptable Méthode HACCP- définitions (3) Seuil critique = Critère qui distingue l acceptabilité de la non acceptabilité. 7 8 Méthode HACCP- définitions (4) Mesure de maîtrise = Action possible permettant de: o Prévenir un danger o ou éliminer un danger o ou le ramener à un niveau acceptable Méthode HACCP- définitions (5) Mesure corrective = Toute mesure à prendre lorsque les résultats de la surveillance exercée au niveau du CCP indiquent une perte de maîtrise 9 10 Méthode HACCP - Les étapes 1. Constituer l équipe HACCP 2. Décrire le produit 3. Déterminer son utilisation prévue 4. Etablir un diagramme des opérations 5. Confirmer sur place le diagramme 6. Enumérer tous les dangers potentiels, analyse des risques, mesures de maîtrise 7. Déterminer les points critiques pour la maîtrise (CCP) 8. Fixer les seuils critiques pour chaque CCP 9. Mettre en place un système de surveillance pour chaque CCP 10. Prendre des mesures correctives 11. Appliquer des procédures de vérification Méthode HACCP- l étape 1 Constituer l équipe HACCP Pré requis indispensable : L engagement ferme de la direction 12. Constituer des dossiers et tenir des registres vos Enjeux 2

3 ENTRANTS Eau chaude à refroidir Air Eau d appoint Méthode HACCP- l étape 4 Diagramme de fonctionnement 1. Distribution eau chaude 2. Pulvérisation SEQUENCE 3.Passage dans le corps d échange 4. Evacuation des calories - dévésiculeur 5. Récupération des eaux 6. Traitement et distribution d eau froide dans le circuit SORTANTS Vapeur d eau Entraînement vésiculaire Eau purge de déconcentration 13 Méthode HACCP- l étape 6 (1) Lister les dangers pour chaque séquence du processus de l installation de refroidissement: Risque(s) Mesures de maîtrise CCP Seuils critiques Procédures de surveillance Mesures correctives Dossier(s) 14 Méthode HACCP- l étape 6 (2) Lister les dangers avec les risques Méthode HACCP- l étape 6 (3) Classer les dangers Séquences Danger(s) Identifié(s) Conséquences / risques Conception Exploitation Maintenance Surveillance Séquences Danger(s) Identifié Gravité Fréquence d apparition Classement 6. Méconnaissance potentiel entartrage Accrochage du biofilm x x 6. Méconnaissance potentiel entartrage Fort Fort Critiqu e 5... Absence de marquage des points de prélèvements Moyen Faible Faible Faible Majeur Mineur Méthode HACCP- l étape 6 (4) Méthode HACCP- l étape 7 Attention : chaque danger peut être classer en 2 catégories principales : «à prévenir» : par CCP et des indicateurs. Risque(s) Mesures de maîtrise Déterminer les CCP CCP Seuils critiques Procédures de surveillance Mesures correctives «à corriger» (défaut permanent, non respect de la réglementation, r défaut d de conception, exploitation critique): action corrective rapide et ponctuelle. Objet de l AUDIT TECHNIQUE PREALABLE Entartrage (séquence 6) Suivi quotidien du TH eau circulante TH 15 < cible < 20 F Action > 20 F Test par bandelettes procédure SURV - 01 Interventio n du traiteur d eau vos Enjeux 3

4 Méthode HACCP- l étape 9 Procédure de surveillance: Déroulement (Tâche,( Acteur, Fréquence,..) Document d enregistrement La clé d un bon audit technique préalable Compétence et expérience de l auditeur Bon sens Fuir les audits trop basés sur des check-lists (listing de questions, les cases que l on coche.) Ne pas se limiter à la TAR Ne pas se limiter à des observations visuelles la présence de légionelles,, même à de faibles valeurs le risque existe, (l aspect d une tour est un indicateur mais ceci n est pas toujours significatif) Algues dans un circuit sur le béton de la tour Typique d une tour qui n est pas sous contrôle. Une biomasse se développe de manière VISIBLE sous les yeux de tous et l on ne réagit pas. Mauvais niveau sur le bassin de la tour. L eau est ré entraînée par le ventilateur avec risque d engorgement de la tour Exemple de défaillances Autre défaillance typique Echangeur d un circuit clos encrassé dans une tour Circuit clos encrassé Corps d échange encrassé Les performances thermiques sont altérées et le débit d air traversant la tour n est plus conforme au design du séparateur de gouttes vos Enjeux 4

5 Séparateur de gouttes détérioré sur tour à tirage forcé Poste d injection hors d état de marche Bac contenant les réactifs et servant de poubelle C est la barrière ultime, bloquant les gouttelettes éventuellement contaminées, qui est défaillante Et pour la partie invisible Encore la partie invisible. Échangeur à tubes manquants. La circulation de l eau est totalement modifiée et l on a un bras «mort» dans l échangeur. Échangeur encrassé. Bien encrassé Et encore. Et toujours On voit bien la zone avec un écoulement perturbé. Avec une situation similaire, JAMAIS le nettoyage d un circuit atteindra cette zone. La vitesse de l eau est insuffisante dans l appareil Le nombre de Reynolds est insuffisant La quantité de MES est trop forte pour la vitesse de l eau. Que faire: Filtrer l eau (voir plus loin) Équilibrer les vitesses ou installer un surpresseur. 29 corrosion et tartre 30 vos Enjeux 5

6 D autres formes de corrosion D autres formes de corrosion Corrosion galvanique d un échangeur = Libération de fer + Encrassement par les produits de corrosion Corrosion microbienne. Un comble. Ce sont d autres bactéries qui attaquent le métal Circuit hors contrôle Mélange tartre + corrosion Tartre dans un réseau Problème de traitement d eau manifeste. Le dépôt conteint: Du tartre (carbonate de calcium) Un peu d oxyde de fer (coloration jaune). Solution probable: Mesurer la vitesse de l eau et si possible l amener à 0,5 m/s Améliorer le traitement d eau (antitartre performant, ou adoucissement partiel de l eau) Les changements de couleur correspondent à des arrêts de l usine Les audits et leurs limites Les audit font rarement: Les 12 critères de l audit selon guide interministériel de 2001 aucune étude de fonctionnement global du système et des rejets d aérosols dans l atmosphère aucune vérification des tous les paramètres clés de fonctionnement (débit dans toutes les configurations pour les installations de pompage...) aucune inspection des équipements clés de la tour vos Enjeux 6

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients Phote françoise Ricordel M. Merchat KoSAMTI Formations: «Légionelles et refroidissement : gestion du risque» Expertises et tierce expertise Appui technique du MEDDTL merchatm@yahoo.fr Climespace Responsable

Plus en détail

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité 1 Les circuits d eau d une centrale thermique Circuit secondaire Appoint Circuit primaire Circuit tertiaire Purge

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR)

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) LES AUTRES THÈMES MAITRISER LE RISQUE LEGIONELLES Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) Laurent Garrelly, GL-Biocontrol Nîmes

Plus en détail

Etat de propreté des installations aérauliques en Suisse - Retour d'expérience et recommandations

Etat de propreté des installations aérauliques en Suisse - Retour d'expérience et recommandations Etat de propreté des installations aérauliques en Suisse - Retour d'expérience et recommandations Zentrum für Integrale Gebäudetechnik Dr. Benoit Sicre wissenschaftlicher Mitarbeiter Senior T direkt +41

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement :

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 1 Carnet de suivi du système de refroidissement Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 2 Mode d emploi du carnet de suivi Le carnet de suivi du système de refroidissement

Plus en détail

LES DIFFERENTS PROCEDES DE REFROIDISSEMENT D EAU DANS LES INSTALLATIONS INDUSTRIELLES ET TERTIAIRES GUIDE TECHNIQUE

LES DIFFERENTS PROCEDES DE REFROIDISSEMENT D EAU DANS LES INSTALLATIONS INDUSTRIELLES ET TERTIAIRES GUIDE TECHNIQUE LES DIFFERENTS PROCEDES DE REFROIDISSEMENT D EAU DANS LES INSTALLATIONS INDUSTRIELLES ET TERTIAIRES GUIDE TECHNIQUE SOMMAIRE 1. PREAMBULE... 3 1.1. Principe du refroidissement évaporatif... 4 1.2. La légionellose

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

Un procédé à anode active d ion de zinc pour lutter contre le calcaire et la corrosion. Les dégâts sont tout aussi importants mais plus coûteux encore

Un procédé à anode active d ion de zinc pour lutter contre le calcaire et la corrosion. Les dégâts sont tout aussi importants mais plus coûteux encore LES ECHOS SOLUTIONS TECHNIQUES De longues années d expériences et d essais ont montré que les procédés par électrolyse à anode active de zinc constituaient un mode traitement efficace contre le calcaire

Plus en détail

Hygiène, sécurité, qualité

Hygiène, sécurité, qualité Hygiène, sécurité, qualité 119 ELABORER UN DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS *Identifier les principes d évaluation des risques professionnels et en décrire le contexte réglementaire

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Chaudières à vapeur à combustible

Chaudières à vapeur à combustible 1 Objectif Chaudières à vapeur à combustible Connaître les principes des chaudières à combustible. 2 Introduction La chaudière est un dispositif permettant de chauffer l'eau et de produire de la vapeur

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

Les meilleures pratiques en efficacité énergétique dans le secteur alimentaire et agroalimentaire

Les meilleures pratiques en efficacité énergétique dans le secteur alimentaire et agroalimentaire Les meilleures pratiques en efficacité énergétique dans le secteur alimentaire et agroalimentaire Marzouk Benali marzouk.benali@nrcan.gc.ca (450) 652-5533 Le retour du gros bon sen$ en agroalimentaire

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

SANITAIRE DES ALIMENTS

SANITAIRE DES ALIMENTS Préciser votre activité : Nom de l entreprise : Localité : Département : Pays : Téléphone Fax Mail Nom du chef d entreprise Audit partiel De démonstration : 1 points clef /10, d Hygiène des denrées alimentaires

Plus en détail

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE (Radiateurs et planchers chauffants) Brevet de désembouage N 0116861 EURO FILTR'EAUX 18/22 RUE D ARRAS - F 92000 NANTERRE TÉL. : (33) 01 30 94 37 60 FAX

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

HACCP Évolutions réglementaires et normatives

HACCP Évolutions réglementaires et normatives MADRPM / CEPR Rabat 30 octobre 2007 HACCP Évolutions réglementaires et normatives Une logique de maîtrise But : maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments Système HACCP : «Analyse des dangers, points

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des Prescriptions Techniques

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012 Page : 1 / 15 Rue Mabîme 77 4432 ALLEUR Belgique Tél. : +32 (0) 4 247 32 24 Fax : +32 (0) 4 427 18 82 e-mail : info@ansolive.com Site internet : www.ansolive.com Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE Dernière révision du document : janvier 2013 CONTEXTE En Wallonie, une nouvelle réglementation est d application depuis le 29 mai 2009 1 et

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille CONTEXTE DE

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE EPA Environnement Peinture et Application ÉTUVES POUR SÉCHAGE CUISSON PEINTURE OU POUDRE AVEC ÉCHANGEUR FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE 200 C 95 C 0 à 95 C pour peinture liquide / colle 0 à 200 C pour peinture

Plus en détail

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Pascal PEYRONNET : ingénieur en restauration CHU Limoges formateur pour le réseau LINUT RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Réglement

Plus en détail

Compact CUBIC. Refroidisseur GACC. Refroidisseur compact à haute efficacité Idéal pour le froid commercial HFC, CO 2. , propane 1,5 68 kw

Compact CUBIC. Refroidisseur GACC. Refroidisseur compact à haute efficacité Idéal pour le froid commercial HFC, CO 2. , propane 1,5 68 kw INFO CUBIC Compact Refroidisseur GACC Refroidisseur compact à haute efficacité Idéal pour le froid commercial HFC, CO 2, propane 1,5 68 kw Tout ce dont un refroidisseur d'air a besoin. La solution universelle

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Actif. pour un. environnement propre. demain. Échangeurs de chaleur à plaques nervurées en fonte de fer. Échangeurs de chaleur à tubes en verre

Actif. pour un. environnement propre. demain. Échangeurs de chaleur à plaques nervurées en fonte de fer. Échangeurs de chaleur à tubes en verre Actif pour un environnement propre de demain Échangeurs de chaleur à plaques nervurées en fonte de fer Échangeurs de chaleur à tubes en verre Société Votre centrale énergétique: Réalisation d un seul prestataire!

Plus en détail

Climatisation des armoires

Climatisation des armoires /2 Introduction /2 Ventilateurs à filtre /3 Climatiseurs /4 Echangeurs thermiques /5 Résistances chauffantes /5 Thermostats 200 2010 Introduction Vue d ensemble Les conditions ambiantes (chaleur, froid,

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

Lave-vaisselle à avancement automatique

Lave-vaisselle à avancement automatique Lave-vaisselle à avancement automatique 2 electrolux wtm Lave-vaisselle à avancement automatique La nouvelle gamme de lave-vaisselle à casiers modulaires d Electrolux allie des prestations haut de gamme

Plus en détail

FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011)

FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011) FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011) Interlocuteur Eurofins Biosciences : Lionel GROSJEAN Eurofins Biosciences Responsable Formation Conseil RHD

Plus en détail

Les emplois verts en Wallonie. Témoignage

Les emplois verts en Wallonie. Témoignage Les emplois verts en Wallonie Témoignage d un conseiller énergie en entreprise 18 décembre 2008 Philippe Smekens 0495/14 47 85 philippe.smekens@ccih.be Emplois verts - témoignage d'un conseiller énergie

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

Systèmes géothermiques

Systèmes géothermiques Systèmes géothermiques Le chauffage et la climatisation tout naturellement La nature, votre source d énergie... La géothermie puise la chaleur naturelle du sol ou des eaux souterraines pour chauffer ou

Plus en détail

Entretien domestique

Entretien domestique VÉRIFICATION DU BON FONCTIONNEMENT Mettez l appareil sous tension. Si votre tableau électrique est équipé d un relais d asservissement en heures creuses (tarif réduit la nuit), basculez l interrupteur

Plus en détail

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP)

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 59 Chapitre 11 Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 11.1 PRINCIPES DE BASE DE L HACCP... 59 11.2 APPLICATION DES PRINCIPES HACCP À LA PURIFICATION DES MOLLUSQUES BIVALVES...

Plus en détail

Nettoyage. Nettoyage interne des installations frigorifiques. Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs

Nettoyage. Nettoyage interne des installations frigorifiques. Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs Nettoyage interne des installations frigorifiques Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs Traitement de l eau des circuits fermés de chauffage et de climatisation Nettoyage externe

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail

Groupement ICS eau et William Terry Conseil, représenté par:

Groupement ICS eau et William Terry Conseil, représenté par: Catalogue de Formations THERMALISME Accompagnement à la Certification Aquacert HACCP (Certification basée sur le Guide Bonnes Pratiques de la profession Conforme aux exigences règlementaires de janvier

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100

RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100 RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100 Aide pour l élaboration d un plan de surveillance des installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air (rubrique n 2921) pour

Plus en détail

L ÉLABORATION D UNE PROCÉDURE SÉCURITAIRE DE TRAVAIL EN ESPACE CLOS APPLICABLE AUX STATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX POTABLE ET USÉES

L ÉLABORATION D UNE PROCÉDURE SÉCURITAIRE DE TRAVAIL EN ESPACE CLOS APPLICABLE AUX STATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX POTABLE ET USÉES L ÉLABORATION D UNE PROCÉDURE SÉCURITAIRE DE TRAVAIL EN ESPACE CLOS APPLICABLE AUX STATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX POTABLE ET USÉES ANTOINE LAPORTE & MICHEL PÉRIARD COMITÉ DE SANTÉ ET SÉCURITÉ VILLE DE

Plus en détail

Températion. Six avantages qui créent l ambiance.

Températion. Six avantages qui créent l ambiance. Températion. Six avantages qui créent l ambiance. Ce n est pas de la climatisation, ce n est pas de la ventilation. La Températion est un nouveau concept qui va bouleverser tout ce que vous pensiez savoir

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATIONS ALIMENTAIRES 2013

PROGRAMME DE FORMATIONS ALIMENTAIRES 2013 PROGRAMME DE FORMATIONS ALIMENTAIRES 2013 Intertek Food & Agri. Ecoparc 2 27400 Heudebouville +33 (0)2.32.63.71.21 +33(0)2.32.09.36.59 food.france@intertek.com Bienvenue dans le catalogue de Formations

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

>> Une solution pour chaque projet

>> Une solution pour chaque projet Dossier spécial eau chaude sanitaire JUIN 2013 L eau chaude sanitaire par De Dietrich >> Une solution pour chaque projet solaire bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Le Confort Durable L eau chaude

Plus en détail

POSE OU CHANGEMENT D UN SYSTÈME DE VENTILATION (en résidentiel individuel et collectif)

POSE OU CHANGEMENT D UN SYSTÈME DE VENTILATION (en résidentiel individuel et collectif) 6 POSE OU CHANGEMENT D UN SYSTÈME DE VENTILATION (en Logement : - Arrêté du 5 avril 985 relatif à la vérification et l entretien des installations VMC gaz. - Arrêté du mars 98 relatif à l aération des

Plus en détail

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau...

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... SYSTEM O Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... Contexte réglementaire La prévention des risques sanitaires est une priorité pour les maitres d ouvrage en particulier dans les Etablissements

Plus en détail

Contraintes thermiques autour d un système pile à combustible embarqué sur un véhicule 5 Avril 2006

Contraintes thermiques autour d un système pile à combustible embarqué sur un véhicule 5 Avril 2006 Ingénierie Véhicule Direction de la Recherche Contraintes thermiques autour d un système pile à combustible embarqué sur un véhicule 5 Avril 2006 Robert YU, Gérard OLIVIER, Pascal ARCHER Sommaire! 1 Introduction!

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Eaux, Environnement, Hygiène Alimentaire, Recherche & Développement Agréé par le Ministère de la Santé Membre des réseaux d intercomparaisons AGLAE et RAEMA CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Microbiologie

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Symboles utilisés...4 1.1.1 Symboles utilisés dans la notice...4 1.1.2

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 31 L ENTRETIEN PRÉVENTIF DES SYSTÈMES DE VENTILATION

FICHE TECHNIQUE # 31 L ENTRETIEN PRÉVENTIF DES SYSTÈMES DE VENTILATION FICHE TECHNIQUE # 31 L ENTRETIEN PRÉVENTIF DES SYSTÈMES DE VENTILATION Les immeubles à bureaux dont les fenêtres ont la propriété de ne pouvoir être ouvertes par les occupants sont qualifiés «d édifices

Plus en détail

Manuel du propriétaire

Manuel du propriétaire Manuel du propriétaire AU SUJET DU SYSTÈME WATERFURNACE Mode chauffage En chauffage, un système géothermique absorbe la chaleur emmagasinée dans le sol via une boucle enfouie dans le sol. Le cycle de chauffage

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

Systèmes géothermiques

Systèmes géothermiques Systèmes géothermiques Le chauffage et la climatisation tout naturellement La nature, votre source d énergie... La géothermie puise la chaleur naturelle du sol ou des eaux souterraines pour chauffer ou

Plus en détail

Manuel d informations utilisateur Modèles: 497-2067

Manuel d informations utilisateur Modèles: 497-2067 CBX-CWX-USER-N Rev B Manuel d informations utilisateur Modèles: 497-2067 Ce manuel ne doit être utilisé que par un installateur ou un technicien chauffagiste qualifié. Lire toutes les instructions, y compris

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP «!Groupe de Réflexion sur l Analyse des Dangers en Alimentaire!» www.reseau-case.com/haccp présenté par Gilles TIXIER 2004 - dernière

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION...

PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION... SOMMAIRE PARTIE 1 : REGLER LES TEMPERATURES DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION... 4 PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE... 5 CHOISIR UNE SOLUTION PRODUCTION D ECS INDIVIDUELLE... 10 CHOISIR UNE SOLUTION DE PRODUCTION

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

Centre de traitement d air simple flux. Centrale de traitement d air avec filtration, chauffage, rafraichissement et humidification

Centre de traitement d air simple flux. Centrale de traitement d air avec filtration, chauffage, rafraichissement et humidification Centre de traitement d air simple flux Centrale de traitement d air avec filtration, chauffage, rafraichissement et humidification Centrale de traitement d air. Généralités Les centrales d air actuelles

Plus en détail

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude

Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Traitement de l'eau - Annexe 1-1/8 Directives concernant le traitement de l'eau des installations de chauffage à eau chaude Comme il n existe pas d eau pure pour le transfert thermique, il faut veiller

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Règlements et autres actes

Règlements et autres actes Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 28 mai 2014, 146 e année, n o 22 1923 Règlements et autres actes Gouvernement du Québec Décret 454-2014, 21 mai 2014 Loi sur le bâtiment (chapitre B-1.1) Code de

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

Principe de la désinfection de l eau par la ionisation Cuivre / Argent

Principe de la désinfection de l eau par la ionisation Cuivre / Argent Principe de la désinfection de l eau par la ionisation Cuivre / Argent Sachons préserver notre planète en liant efficacité, économies et écologie, sans utilisation de produit chimique. 1 Les Égyptiens

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Informations générales Champ d'application En fonction du modèle, ThermoCycle WRG peut s installer sur les canalisations d eaux grises de : - maisons individuelles, immeubles d'appartements, - campings,

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Centre de formation hydraulique

Centre de formation hydraulique RÉF. H1 Dimensionnement des réseaux hydrauliques DURÉE : 2 jours echniciens de bureaux d études, Chargés d affaires d entreprises, Responsables techniques d installation de chauffage et de climatisation,

Plus en détail