Premières données du détecteur Nucifer

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premières données du détecteur Nucifer"

Transcription

1 ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion X2007 ARANCIBIA NUESCH Joaquin RAPPORT DE STAGE DE RECHERCHE Premières données du détecteur Nucifer NON CONFIDENTIEL Option : Département de Physique Champ de l option : Laser, optique et plasmas Directeur de l option : François HACHE Directeur de stage : David LHUILLIER Dates du stage : 12/04/ /07/2010 Adresse de l organisme : Commissariat à l énergie atomique et aux énergies alternatives CEA Saclay DSM/Irfu/SPhN Bat Gif-sur-Yvette

2 Résumé Nucifer est un détecteur d antineutrinos qui servira pour la surveillance de centrales nucléaires dans un cadre de non-proliferation. Il vise à déduire la puissance et la composition isotopique du coeur grâce aux antineutrinos émis lors de décroissances radioactives des produits de fission. Le détecteur est à l heure actuelle en étape de validation pour être installé postérieurement au réacteur de recherche OSIRIS. La détection d antineutrinos est basé sur la réaction bêta inverse et la coïncidence retardée de 2 signaux, l un provenant d un gamma prompt et l autre provenant de la capture d un neutron. Le décalage entre les deux correspond au temps de capture du neutron. Ce rapport parle du développement des algorithmes nécessaires pour faire cette analyse, tout d abord la création d une procédure pour mesurer le temps, puis de mesurer ce signal malgré le bruit de fond. Abstract Nucifer is an antineutrino detector that will be used for monitoring nuclear plants in a nonproliferation context. Its goal is to deduce the power and the isotopic composition of the nuclear core using the antineutrino flux produced in the radiactive decay of fission products. At the present time the detector is in its validation stage waiting to be installed in the research reactor OSIRIS. Antineutrino detection is based on the inverse beta decay and the delayed coincidence of 2 signals, the first one from a prompt gamma and the other one from the neutron capture. The time difference between them corresponds to the neutron capture time. This repport deals with the development of several algorithms in order to analyse the data, beginning with the time-measure method to end with the coincidence measurement despite the strong background noise. 1

3 Table des matières 1 Introduction 3 2 Présentation du projet Principes Physiques Conception et Fonctionnement du détecteur La cible des neutrinos Le bruit de fond L acquisition en Nucifer Travail personnel La mesure du temps dans Nucifer Notations Les méthodes Première Application : Les Muons Reproduction de coïncidences : signal prompt et signal retardé Résultats 28 5 Conclusions 29 2

4 Chapitre 1 Introduction La physique de neutrinos commence en 1914 lorsque J.Chadwick montra que le spectre de décroissance bêta était non pas discret mais continu. Cette réaction n p + e + ν e ne comprenait pas de terme ν e d où on voyait qu une partie de l énergie totale était perdue. Pour expliquer ce fait, et sauver la conservation de l énergie, W.Pauli propose l existence d une nouvelle particule. Ainsi, en 1956 Clyde, Cowan et Reines ont découvert l antineutrino (ν e ), grâce à la réaction bêta inverse (voir [1]), qui est la même réaction qui sert de base au détecteur qui est le sujet de ce rapport : ν e + p e + + n Les antineutrinos sont des particules neutres électriquement, d une masse très faible produites en très grande quantité aux coeurs de réacteurs nucléaires et dans les explosions nucléaires. Les techniques de détection et la compréhension d antineutrinos ont beaucoup amélioré ces dernières années et permettent de parler maintenant de la Physique Appliquée d Antineutrinos. Puisque la fission nucléaire et les antineutrinos sont fortement liés,la plupart des applications sont orientées vers le contrôle de l utilisation pacifique de l énergie nucléaire. Comme le flux de neutrinos d un réacteur est infalsifiable il représente un outil de surveillance très intéressant. Il donne des informations qui permettront de suivre la puissance du réacteur ainsi que la composition isotopique du coeur, en particulier le contenu en Plutonium-239 qui est crée dans le coeur et pourrait être séparé éventuellement en vue d applications militaires. La grande différence avec d autres détecteurs de neutrinos, qui d habitude sont sous terre, très blindés, et de très grand taille, c est que le détecteur en question doit être simple, fonctionner près du réacteur, avec des fortes contraintes de poids et de taille. Ainsi, le problème du bruit prend une place très importante au niveau de l analyse de donnés car, même si le flux d antineutrinos est très grand grâce au réacteur, le bruit présente un vrai défi à l heure de garder une précision suffisante sur les antineutrinos. Ce rapport est le résultat de l analyse des premières données du détecteur Nucifer. Il parle de la création d algorithmes permettant de faire l analyse et de la capacité de réjection du bruit de fond dans une configuration exposée aux rayonnements γ et aux rayons cosmiques. 3

5 Chapitre 2 Présentation du projet 2.1 Principes Physiques Nucifer est un détecteur d antineutrinos qui servira comme prototype de système de surveillance et de gestion de combustible de réacteurs nucléaires. La conception du détecteur doit être simple à construire et à intégrer. Dans sa phase finale il devra pouvoir être opéré facilement sans la présence de physiciens de neutrinos. L énergie libérée par un réacteur nucléaire vient de la fission d éléments lourds en éléments riches en neutrons. Ces produits de fission décroissent normalement vers un élément plus stable par radioactivité bêta : A ZX A Z+1 Y + e + ν e (2.1) Dans cette réaction, un neutron du noyau initial est transformé en un proton, un électron et un antineutrino électronique. Ainsi, tous les produits de fission et leurs produits de décroissance apportent à la puissance thermique (P th ) du coeur sauf les antineutrinos qui s échappent librement du réacteur grâce à leur faible section efficace d interaction avec la matière,10 43 cm 2. Cependant la détection de ces particules est possible grâce au flux très intense émis par les réacteurs, environ ν e /s pour un réacteur de 1GW e. 235 U 238 U 239 P u 241 P u Énergie libérée par fission (MeV) Énergie moyenne d antineutrinos (MeV) Nombre d antineutrinos par fission (E > 1.8 MeV) (1.92) 6.69 (2.38) 5.09 (1.45) 5.89 (1.83) Les deux principaux isotopes participant aux fissions dans un réacteur à eau pressurisé sont le 235 U et le 239 Pu. Ce dernier est produit dans le réacteur par la capture d un neutron par le 238 U suivi de deux décroissances bêta : 239 U(23, 5min) 239 Np(2, 355j) 239 Pu (2.2) La contribution de l uranium au nombre total de fissions diminue dans le temps tandis que la contribution du 239 Pu augmente. À la fin du cycle les deux isotopes se partagent la moitié de la puissance émise. 4

6 Puisque les produits de fission de l uranium-235 et du plutonium-239 ont des masses légèrement différentes, leurs décroissances bêta produisent des flux d antineutrinos et des spectres en énergie différents. De cette façon, l énergie libérée par fission, le nombre moyen d antineutrinos émis et leur énergie moyenne dépendent directement des isotopes fissibles présents. En conséquence une différence quelconque de concentration des produits fissibles entraîne des différences dans le spectre d antineutrinos et leur flux. La différence du nombre d antineutrinos émis par fission nucléaire produit par Uranium-235 ou Plutonium-239 (5.58 et 5.09 respectivement) et sa différence en énergie moyenne permettent de suivre la composition en combustible du coeur. Si nous considérons un coeur où les fissions proviennent exclusivement de l Uranium-235 ou du Plutonium-239, le rapport d antineutrinos détectés serait (voir [2]) : Nν U Nν P u 1.6 (2.3) Ainsi, l accumulation d événements durant quelques jours avant et après l arrêt du réacteur permettrait de détecter une variation de quelques pourcents de la composition U/Pu du combustible. En principe, pour reconnaître une activité illicite il faudrait savoir aussi la puissance, connûe déjà par d autres techniques. Néanmoins, le changement du flux de neutrinos induit par un prélèvement de Plutonium est toujours accompagné d une distorsion au niveau du spectre d énergie des antineutrinos, ce qu un changement de puissance ne peut pas induire. En réalité ceci n est pas exploitable en pratique avec les techniques actuelles car la résolution requise est trop grande. Alors ce que l on fait en pratique est un suivi du flux d antineutrinos qui est comparé aux déclarations de puissances données par l opérateur. Le principe de détection est basé sur la réaction de décroissance bêta inverse : ν e + p e + + n (2.4) Figure 2.1: La réaction bêta inverse et le principe de détection Où la cible proton correspond au noyau d hydrogène d un liquide scintillant. Puisque l état final de la réaction présente un excès de masse de M n Mp + M p = 1.8 MeV, il existe un seuil d énergie de l antineutrino pour qu elle ait lieu. Le positron produit un signal prompt qui est détecté par des photomultiplicateurs optiquement couplés au liquide scintillant. La lumière émise est proportionnelle à l énergie cinétique du positron plus l énergie d annihilation : E positron = E ν +2 0, , où l on a considéré 5

7 l annihilation et le seuil susdit. Le neutron est étiqueté par sa capture par des noyaux de Gd dissolus dans le liquide, cette capture a lieu environ 30 µs après le signal prompt, temps nécessaire pour réaliser la thermalisation du neutron et sa capture. Une fois que le neutron est capturé par le Gd, une cascade de rayons gamma d environ 8 MeV est créée. La signature d une interaction antineutrino correspond à la coïncidence retardé de ces deux événements, permettant ainsi rejeter une partie importante du bruit de fond. 2.2 Conception et Fonctionnement du détecteur La conception du détecteur Nucifer est basée sur le développement d un détecteur automatique, non-intrusif et fiable pour surveiller des réacteurs nucléaires grâce à leur signal antineutrino. Nucifer sera un prototype de surveillance antineutrino et de gestion de combustible construit par des groupes français : CEA/DSM, CEA/DAM, CNRS/IN2P3/SUBATECH et CNRS/IN2P3/APC La cible sera constituée de 1 m 3 de liquide scintillateur doppé au Gd. L efficacité de détection sera assurée par un faible rapport surface-volume. Dans un premier temps il sera placé à 7 m du coeur du réacteur de recherche OSIRIS (à Saclay, France), puis il sera transporté près du réacteur de l Institut Laue-Langevin à haut flux de neutron, à Grenoble où il sera placé à 11 m du coeur. L etape finale sera la validation près d un réacteur de puissance. Les photons sont collectés par des photomultiplicateurs placés dans la partie supérieure du détecteur, séparés du liquide grâce à une interface d acrylique. Le détecteur est maintenu sous une atmosphère azotée pour éviter la présence d oxygène qui dégrade la production de lumière par le liquide. Cette atmosphère inerte permet de plus de réduire les risques d incendie. Le poids total du détecteur sera 30 tonnes, principalement dû aux blindages en plomb nécessaires pour s isoler du flux de γ extérieur. Les principales sources de bruit de fond correspondent aux gammas et aux neutrons émis par le réacteur et les muons des rayon cosmiques(voir figure 2.2) La cible des neutrinos La cible des neutrinos est contenue dans un réservoir cylindrique en acier couvert de Teflon à l intérieur et rempli d environ 1m 3 de liquide scintillant dopé au Gd. De cette manière, le liquide sert comme cible-proton pour les antineutrinos, comme détecteur de positrons (issues de la réaction bêta inverse) et comme modérateur de neutrons. Le liquide est en contact seulement avec le Teflon et l acrylique. Le buffer cylindrique d acrylique, de 25 cm d épaisseur, relie optiquement les photomultiplicateurs (PM) avec le liquide scintillant et l isole de la radioactivité intrinsèque des PM, il assure aussi une réponse plus uniforme dans tout le volume de la cible. Le verre des PMs est couplé à l acrylique avec de l huile minérale, tandis que les bases des PMs sont dans le gaz d azote. En total il y a 16 PMs de 25 cm de diamètre dans la partie supérieure qui couvrent environ 50% de la surface disponible avec une efficacité quantique de détection de la lumière de 20%. Pour tester la stabilité dans le temps de la chaîne de détection des signaux de lumière émis par des diodes placés dans le réservoir sont mesurés en continu pendant les prises de données. 6

8 2.2.2 Le bruit de fond Comme le principe de détection est basé sur une coïncidence retardée de deux événements nous allons parler de deux types de bruit de fond (voir figure 2.2) : 1. Le bruit de fond accidentel qui correspond à un γ qui a une énergie comparable à celle du positron et à un neutron qui vient d un autre processus physique qui reproduit le signal retardé. 2. Le bruit corrélé qui correspond à un neutron rapide produit par un muon, ce neutron frappe un proton qui en reculant reproduit le signal du positron, ensuite ce neutron est capturé et produit le signal du neutron. Cette coïncidence est la plus problématique car le temps de capture du neutron est le même que celui du vrai processus. Pour réduire le bruit de fond accidentel plusieurs couches hermétiques protègent la cible (voir figure 2.3). Pour réduire le bruit de gammas externes nous utilisons du Plomb (autour de 10 cm d épaisseur pour l installation près d un réacteur commercial). Dans un réacteur de recherche comme OSIRIS, c est prévu d ajouter 10 cm de Pb sur le mur près du réacteur afin d atténuer l activité gamma ambiante. D un autre côté, c est nécessaire d ajouter une barrière de bas Z pour absorber le flux de neutrons thermiques et pour thermaliser les neutrons issus des interactions de muons avec l entourage, spécialement avec les éléments de grand Z comme la barrière de Pb.Une barrière de 14 cm de polyéthylène dopé avec du Bore est prévu pour cet effet (voir figures 2.2 et 2.3). Pour le bruit de fond corrélé un blindage actif va être mis en place, c est-à-dire un veto muon qui nous alertera lorsque un muon arrive. Malgré le fait que le proton et le positron aient la même charge, une technique pour séparer les coïncidences créées par de vrais antineutrinos et celles créées par les neutrons rapides issus d un muon peut être utilisée, cette technique tire parti de la différence de masse du proton et positron et de leurs façons de déposer l énergie. C est pourquoi nous avons deux mesures de charge, la première donne la charge total vue et la deuxième donne la queue du signal qui est différente dans le cas d un signal créé par un proton. Cette technique est connue sous le nom de Pulse Shape Discrimination ou simplement PSD. Figure 2.2: Les différentes sources de bruit de fond 7

9 Figure 2.3: Le détecteur et son blindage L acquisition en Nucifer Comme nous avons expliqué dans le partie précédente, nous essayons de mesurer une coïncidence retardée entre deux événements : le signal prompt et le signal retardé. Pour les reconnaître nous avons besoin de leurs charges électriques, or, nous aurons un module pour mesurer la charge appelé QDC1. Pous separer les vrais événements du bruit accidentel (i.e. des coïncidences fortuites entre un γ et un neutron provenant de l environnement) nous devons mesurer le temps entre ces deux signaux, pour les vrais neutrons ce temps correspondra au temps de capture du neutron qui sera différent du temps trouvé pour le bruit.ces modules sont appelés TDC,Clock et Scaler. Finalement, pour reconnaître le bruit corrélé nous avons besoin d étudier la façon dont l énergie est déposée. Ainsi, nous aurons un deuxième module pour mesurer la queue du signal (QDC2) pour pouvoir separer les événements qui viennent d un positron de ceux qui viennent d un proton. Nous précisons dans la section suivante les modules ainsi que l acquisition grâce à un schéma. Les modules 1. TDC : Module pour mesurer le temps, quand le trigger arrive on ouvre une fenêtre d acquisition pour enregistrer son temps d arrivée et ceux des coups de la clock vus (voir 5.Nimbox) 2. SCALER : Module pour compter les coups de la clock (voir 5.NIMBOX) et d autres informations qui seront detaillées dans la section "La structure des données en Nucifer". 3. QDC1 : Intègre toute la charge vue 4. QDC2 : Intègre la queue de la charge vue pour pouvoir séparer les événements réels des événements crées par des protons, cette partie de la distribution est différente grâce à la différence de masse entre le proton et le positron 5. NIMBOX : Ce module génére les triggers qui vont aux différents modules pour qu ils commencent l acquisition, il a aussi la clock qui permet de mesurer le temps à une précision de 0.1 µs 8

10 Trigger NIMBOX QDC1 qtot Discriminateur Clock 10MHz QDC2 qtail Signal Scaler N TDC temps trigger et clock Retard Figure 2.4: Schéma simplifié de l acquisition Le signal est divisé en deux, la première partie va au discriminateur qui lui permet de continuer s il passe le seuil, ainsi le trigger est créé et arrive a la NIMBOX qui après avoir fait tout le traitement logique envoie des signaux aux différents modules pour commencer l acquisition. Entre-temps l autre partie du signal est retardée afin qu elle arive en même temps aux modules que la porte d acquisition. La structure des données en Nucifer La structure de données de Nucifer est un arbre Root 1 appelé data qui contient plusieurs branches qui possèdent les informations nécessaires pour l analyse : RUNINFO : Correspond aux informations sur le run comme : le temps de départ de l acquisition, le temps d arrêt, l état du réacteur, etc. HEADER : Le nombre de hits vus par chaque module le long du run, essentiel pour l alignement. SCALER : L information donnée par le module scaler.les différents canaux du scaler sont enregistrés dans un vecteur appelé counters dont les composants répresentent : 0 Trigger Cuve : le nombre d événements vus dans la cuve 1 Trigger généré : le nombre d événements générés par le pulseur externe 2 Diode : le nombre d événements créés par les diodes 3 Veto : le nombre de muons que traversent le veto (pas encore en fonctionnement) 4 Clock : le nombre de coups de clock 5 Inhibited Trig : le nombre d événements, inhibé lorsque l acquisition est occupée. 6 Inhibited Clock : le nombre de coups de clock lorsque l acquisition est occupée. Il est utile pour calculer le temps mort 1. Root est un logociel développé au CERN pour traiter de grandes quantités de données 9

11 RAW : un tableau composé de 32 objets de type RawTQInfo dont chacun contient les informations relatives à la charge totale(qdctot), la charge tail (qdctail) (de QDC1 et 2 respectivement),channel et un vecteur tdc qui donne la lecture du tdc pour chaque événement enregistré pour la fenêtre ouverte pour le trigger. La taille de ce vecteur est sous le nom n_tdc_hits. Les informations de chaque channel correspondent à : 0 PM1 1 PM2 2 PM3 3 PM4 4 Somme des 4 PMs 16 Triggers générés dans la cuve 17 Triggers générés par un pulseur externe 18 Triggers générés par les diodes 19 Veto Muon (pas encore en fonctionnement) 20 Clock 21 Inhibited Trig 22 Inhibited Clock 10

12 Chapitre 3 Travail personnel Le détecteur est actuellement en étape de validation, il est rempli avec du liquide scintillant qui n est pas encore dopé avec du Gadolinium. À l heure actuelle le détecteur se trouve dans le laboratoire HE2 du CEA.C est ici que nous faisons des tests avec des sources radioactives pour voir s il marche de façon correcte. Ainsi, nous vérifions que tous les modules, l électronique et d autres mécanismes fonctionnent bien. Il faut remarquer que nous n avons pas de blindage pour le moment. Il y a quatre, parmi seize, photomultiplicateurs en fonctionnement qui permettent obtenir des données. L installation à OSIRIS n est envisagé qu en septembre. 3.1 La mesure du temps dans Nucifer Puisque la détection d antineutrinos a besoin de la mesure du temps entre deux événements pour trouver des coïncidences, dans l électronique de Nucifer la mesure du temps est basée sur 3 modules : Un premier module, le TDC pour assurer la précision de cette mesure, il est codé sur 21 bits et son pas de temps nominal correspond, selon le fabriquant, à 25 ps soit une profondeur en temps de 52,52 µs pour le compteur interne. Une horloge (dite clock dorénavant) externe qui envoi un signal à fréquence fixe f clock de 10 MHz. Un scaler qui compte le nombre total de coups de clock depuis le début de l acquisition. En prenant en compte le codage en 21 bit pour le TDC et 32 pour la clock nous avons une profondeur en temps limitée dû aux remises à zéro des différents compteurs. Ma première tâche était d écrire les algorithmes nécessaires pour avoir une mesure précise du temps des événements en gérant ces effets et en calibrant en même temps les pas de temps de nos appareils. 11

13 3.1.1 Notations TDC t ck 0 t 0 t ck n t n... Clock Scaler N 0 N n Figure 3.1: Les modules pour mesurer le temps DT ck : pas en temps de la clock (0.1 µs nominal). N 0 : le nombre de coups de clock intégrés depuis le démarrage du module. t ck 0 : le temps affiché dans le tdc pour le coup de clock le plus proche du temps du trigger. t lu 0 : le temps affiché dans le tdc pour le trigger de l événement dit zéro. N n : le nombre de coups de clock intégrés pour l événement n depuis le démarrage ou de la dernière remise à zéro t ck n : le temps lu directement du tdc pour le coup de clock le plus proche au n ième trigger. t lu n : le temps lu directement du tdc pour l événement dit n. t a n : le temps absolu, depuis le début du run de l événement n. nrazt dc : le nombre de fois que le tdc s est remis à zéro depuis le démarrage de l acquisition. DT razt dc : la profondeur en temps du tdc (nominale 52 µs). 12

14 3.1.2 Les méthodes Dans un premier temps j ai mesuré avec Root la différence de pas de clock entre deux événements générés : Events difference between triggers seen by the clock Difference in clocks Entries Mean 1e+05 RMS Integral 1.844e pas de clock Figure 3.2: Différence entre deux événements générés à 100 Hz vu par la clock Effectivement nous voyons bien que la moyenne est à µs ( pas de clock avec 0, 1µs par pas). Ainsi nous voyons le jitter de la clock qui sera l une des principales sources d erreur pour mesurer le temps. Pour ce premier travail j ai développé deux algorithmes différentes pour mesurer le temps, l un plus sensible au pas de temps de la clock et l autre à celui du TDC. J ai pris comme référence en temps un générateur externe d événements à fréquence fixe, d abord à 100 Hz puis à 50 Hz, ensuite j ai comparé le temps prédit de chaque événement généré et le temps mesuré selon chaque méthode. 13

15 Première Méthode TDC (t lu n t ck n ) + (N n N 0 )DT ck (t 0 t ck 0 ) t ck 0 t 0 t ck n... t lu n Clock Scaler N 0 N n t 0 t ck 0 t lu n t ck n (N n N 0 )DT ck Figure 3.3: La première méthode pour mesurer le temps La première méthode consiste alors à prendre la différence entre l événement N et l événement dit «zéro» vu par le scaler, la traduire en temps et corriger ce temps en ajoutant ou soustrayant le décalage du temps du trigger et le temps de la dernière clock vue. De cette manière, le temps absolu à partir du premier événement sera : t n t 0 = (t lu n t ck n ) + (N n N 0 )DT ck (t 0 t ck 0 ) (3.1) Dans cette équation le premier et le troisième termes correspondent aux corrections qu il faut faire pour avoir une mesure plus précise du temps car la précision que nous donne la clock est de 0.1 µs. Il faut gérer séparément les remises à zéro de la clock, ainsi nous avons trouvé un problème au niveau du décodage de la clock qui est maintenant corrigé : le décodage était fait comme si la clock était codée sur 26 bits alors qu elle l était sur 32. De cette manière chaque fois que la lecture du scaler était plus petite que la précédente nous en déduisions une remise à zéro de la clock et corrigions le résultat. Deuxième Méthode La deuxième méthode est récurrente et basée principalement sur le tdc et ses remises à zéro : 14

16 TDC nraz DT raztdc + (DT raztdc t lu n 1) + t lu n t lu n 1 t lu n Clock Scaler N 0 N n DT raztdc t lu n 1 t lu n nraz DT raztdc Figure 3.4: La Deuxième méthode pour mesurer le temps Cette méthode dépend directement du temps mesuré pour l événement précédent, ainsi le temps mesuré pour l événement n sera : t n = t n 1 + nraz DT raztdc + (DT raztdc t lu n 1) + t lu n (3.2) Maintenant il faut estimer le nombre de remises à zéro du tdc (nraz), pour ceci nous utilisons le fait que les temps sont éloignés à (N n N n 1 ) DT ck à 0.2 µs près, d après la figure nous voyons que : t = nraz DT raztdc + (DT raztdc t n 1 ) + t lu n (3.3) D après notre approximation on aura, alors : Et finalement : N DT ck = nraz DT raztdc + (DT raztdc t n 1 ) + t lu n (3.4) Et l on prend l entier le plus proche de ce numéro. nraz = N DT ck + t n 1 t lu n (3.5) Calibration Nous avons ainsi deux méthodes dont une est essentiellement plus sensible au pas de temps du tdc et l autre au pas de la clock. Comme on utilise des triggers générés par un pulseur indépendant à une fréquence fixe (100 ou 50 Hz) on peut le prendre comme référence en temps pour faire une intercalibration du tdc et de la clock, ainsi, si nous avons un temps incorrect pour le TDC il le sera aussi dans la même mesure pour la Clock. Pour réaliser la calibration nous avons pris un run plus long, d environ 30 minutes avec des 15

17 triggers générés à 50 Hz, avant de réaliser la calibration nous avons trouvé un écart par rapport aux prédictions pour les deux méthodes comme dans les figures suivantes : Figure 3.5: Écart entre le temps prédit et le temps mesuré pour la première méthode Figure 3.6: Écart entre le temps prédit et le temps mesuré pour la deuxième méthode J ai ajusté les valeurs des pas de temps du tdc et de la clock jusqu à ce que la différence entre le temps prédit et le temps mesuré par chacune de méthodes soit stable dans le temps, trouvant ainsi de nouvelles valeurs pour ces grandeurs : 24, 41 ps pour le tdc (i.e. recalibration de 2% de changement) et ± (1)µs pour la clock. La figure suivante illustre ces résultats en présentant les écarts des prédictions de chaque méthode et la différence en temps mesurée entre deux événements consécutifs : 16

18 DTPredReal1 δt[µ s] DeltaT1 vs Time Entries Mean x Mean y RMS x RMS y Integral 8.979e T[s] Figure 3.7: Première méthode après calibration DTPredReal2 δt[µ s] DeltaT2 vs Time Entries Mean x Mean y RMS x RMS y Integral 8.979e T[s] Figure 3.8: Deuxième méthode après calibration Nous trouvons que les deux méthodes restent stables (avec des écarts de quelques microsecondes par heure) et une différence en temps entre événements de µs qui correspond bien aux 50 Hz utilisés. Bilan Final Nous avons adopté la première méthode car elle ne présente pas une dépendance aussi forte par rapport à l événement précédent que la deuxième méthode. Dans la méthode choisie, nous avons en tout cas besoin de savoir si la clock s est remise à zéro, pour vérifier si c est le cas nous devons comparer avec l événement précédent et s il le faut, ajouter un cycle complet de clock pour corriger le temps (d environ 7 minutes). C est ainsi que nous avons trouvé plusieurs défauts au niveau du scaler qui donnait de fausses remises à zéro, par exemple tous les événements (environ) le scaler donnait un 0 quand il ne fallait pas et ceci nous donnait une remise à zéro alors qu un réalité il n y en avait pas. En conséquence on ajoutait plusieurs fois 7 minutes et le calcul du temps devenait complètement faux. Une étude plus détaillée nous a appris à détecter ces événements défectueux : même si le counter 4 donne quelque chose, il y aura au moins un autre counter qui donnera 0 alors qu il ne doit pas. 17

19 C est ainsi que nous avons dû consolider nos algorithmes face à ce nouveaux défaut trouvé, tous ces événements sont rejetés lors de l analyse en attendant d identifier l origine du problème dans le modeule SCALER. Il faut maintenant essayer la méthode pour des événements dont la distribution en temps nous est inconnue. Cet algorithme fait maintenant partie du décodage des données prises par Nucifer, le temps est calculé ainsi et il est enregistré dans l arbre Root des données. L algorithme a du être légèrement adapté pour être inclus au niveau du décodage, il doit reconnaître le type de l événement (trigger cuve, trigger généré par un pulseur externe, diode) en cherchant sur les channels 16,17,18,19 du RAW n_tdc_hits (voir "La structure des données en Nucifer") 3.2 Première Application : Les Muons Une première application de cette mesure du temps a été la détermination de la distribution en temps de 2 événements-muons, ces événements sont facilement identifiables car ils saturent la charge vue par les PM. Ainsi, l algorithme consiste à identifier les événements qui peuvent être des muons en mesurant l énergie déposée et puis mesurer leur différence en temps. Ainsi nous obtenons pour la première fois une distribution des différences de temps entre deux événements vus par Nucifer : DT muons 800 DTsuccesiveMuons Entries Mean 1.441e RMS Integral 1.368e e+05 Events χ / ndf 1123 / 997 Constant ± Slope e-05 ± 1.967e DT[µs] Figure 3.9: Distribution en temps des événements-muon Cet histogramme est ajusté par une exponentielle dont le paramètre représente la fréquence moyenne d arrivée de muons au détecteur : f( t) = A e fµ t (3.6) Cette mesure coïncide avec celle qui avait était prise auparavant au laboratoire par d autres moyens : 68 ± 0.2 Hz. 18

20 3.3 Reproduction de coïncidences : signal prompt et signal retardé À l heure actuelle nous avons commencé à obtenir les premières résultats des événements que nous cherchons : les coïncidences entre un signal prompt et un signal retardé qui représente le neutron capturé. Pour cela nous avons utilisé une source de neutrons de Am-Be qui nous permet de générer ces événements. Je m occupe des prises de données de ce test et du développement des algorithmes qui serviront de base à l analyse des premiers neutrinos. La réaction qui dirige ce processus est la suivante : Ensuite cette particule α va produite la réaction suivante : Réaction qui dans le 75% de cas produit : Am 4 2 α Np (3.7) 4 2α Be 13 6 C (3.8) 13 6 C 12 6 C + n (3.9) 12 6 C 12 6 C + γ (3.10) De cette manière nous trouvons un premier gamma de 4,43 MeV qui représente le signal prompt. À cette énergie il faut rajouter aussi l énergie transférée par la neutron (de la réaction (3.9)) au proton lors de sa première collision, avant d être thermalisé, cette énergie est aussi prompt et en moyenne elle est égale à la moitié de l énergie du neutron : 4.2/2 = 2.1 MeV (voir [4]), Néanmoins on ne obtiendra pas la totalité de cette énergie en gamma mais seulement une fraction, donnée par le facteur de quenching. Ainsi l énergie vue de cette première collision en moyenne sera de : 2.1/2.37 = 887 kev. Un dernier détail du signal prompt qu il faut tenir en compte : le Np émet aussi des gammas lors de sa désexcitation d environ 70 kev. Ainsi, l énergie prompt enregistré sera de : = 5.39 MeV. Cette valeur prend une très grande importance lors de la calibration du QDC. Ensuite le neutron (de la réaction (3.9)) est capturé par un proton (puisqu il n y a pas de Gd encore) selon : n + p 2 1 d (3.11) 2 1d 2 1 d + γ (3.12) La capture du neutron produit un deuxième gamma d énergie 2,2 MeV qui arrive avec un retard égal au temps de capture du neutron,ce qui reproduit le signal dit retardé. C est ainsi que nous commençons à développer des algorithmes pour mesurer cette coïncidence. Le premier problème que nous rencontrons est le faible rapport bruit-signal. Puisque pour le moment il n y a aucun blindage le signal produit par la source Am-Be est très faible. Nous avons réussi à comparer ceux deux signaux pour trouver la zone où nous devions chercher les coïncidences : 19

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil

DM n o 5 TS1 2011 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir. 1 Fusion dans le Soleil DM n o 5 TS1 11 La fusion : énergie des étoiles, énergie d avenir 1 Fusion dans le Soleil 1.1 Le Soleil Les premiers scientifiques à s interroger sur l origine de l énergie du Soleil furent W. Thomson

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/2013 30/11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16 Principe du contrôle de l

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES DÉCOUVERTES? Introduction à la physique expérimentale à haute énergie. Voyage au CERN 2015 Martin DELCOURT 11 février 2015 M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Retours d'expériences

Retours d'expériences Laboratoire de Physique Corpusculaire - Caen Présentation du nouveau système d acquisition numérique développé au LPC de CAEN Retours d'expériences Benjamin Carniol, Thierry Chaventré, Daniel Cussol, David

Plus en détail

Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 24 juin - 13h30 à 15h00

Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 24 juin - 13h30 à 15h00 Communications Numériques et Théorie de l Information Contrôle de Connaissances avec documents Mardi 4 juin - 13h30 à 15h00 Système de télérelevage par satellite On se propose d étudier le fonctionnement

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

6GEI540 Interfaces et instrumentation. Laboratoire #2

6GEI540 Interfaces et instrumentation. Laboratoire #2 6GEI540 Interfaces et instrumentation Laboratoire #2 Représentations MATLAB et Échantillonnage Hiver 2007 1. Objectifs Approfondir les connaissances de l échantillonnage Voir la correspondance entre le

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Notes sur la mesure de la vitesse des neutrinos dans l expérience OPERA

Notes sur la mesure de la vitesse des neutrinos dans l expérience OPERA Notes sur la mesure de la vitesse des neutrinos dans l expérience OPERA Éric Gourgoulhon Laboratoire Univers et Théories (LUTH) Observatoire de Paris / CNRS / Université Paris Diderot Meudon, France http://luth.obspm.fr/~luthier/gourgoulhon/

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Mth2302B - Intra Été 2011

Mth2302B - Intra Été 2011 École Polytechnique de Montréal page 1 Contrôle périodique Été 2011--------------------------------Corrigé--------------------------------------T.Hammouche Question 1 (12 points) Mth2302B - Intra Été 2011

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Poker. A rendre pour le 25 avril

Poker. A rendre pour le 25 avril Poker A rendre pour le 25 avril 0 Avant propos 0.1 Notation Les parties sans * sont obligatoires (ne rendez pas un projet qui ne contient pas toutes les fonctions sans *). Celles avec (*) sont moins faciles

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Le spectromètre à muons d ALICE :

Le spectromètre à muons d ALICE : Le spectromètre à muons d ALICE : Les chambres de trajectographie Global Monitoring System Trajectographe Buts principaux du spectromètre: Etude des résonances lourdes (dans le canal dimuons) et des saveurs

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

Noyaux Masse - Energie

Noyaux Masse - Energie Noyaux Masse - Energie Masse et Energie. 1. Quelle relation Einstein établit-il entre la masse et l énergie? Préciser les unités. C = 2. Compléter le tableau : 3. Défaut de masse a) Choisir un noyau dans

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

La tension et l intensité du courant électrique

La tension et l intensité du courant électrique ÉLECTRICITE 1 La tension et l intensité du courant électrique OUVERTURE Le lecteur mp3 Les élèves peuvent remarquer que ce type d indications est présent sur tous les appareils électriques. Il peut être

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Chauffer, refroidir. Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» MODULE REACTEUR Chauffer, refroidir Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» 1 / 31 Guide TP «étude du chauffage et du refroidissement d un réacteur» SOMMAIRE Objectifs de la séance

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Configurations électroniques 1.a Cases quantiques La configuration électronique des atomes consiste en la répartition des électrons au sein des différentes

Plus en détail

Les tableaux. Chapitre 3

Les tableaux. Chapitre 3 Chapitre 3 Les tableaux 3.1 Généralités Les tableaux en PERL sont identifiés par le symbole @ à l image du $ pour les variables. Comme ces dernières, les tableaux ne sont pas typés et un même tableau peut

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Algorithmes de tri. 1 Introduction

Algorithmes de tri. 1 Introduction Algorithmes de tri L objectif de ce document est de présenter plusieurs algorithmes classiques de tri. On commence par présenter chaque méthode de manière intuitive, puis on détaille un exemple d exécution

Plus en détail

Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03

Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03 Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03 Les mesureurs de champ SEFRAM 7861 7862 7861HD 7862HD permettent la configuration d un système de réception TV terrestre ou satellite. Ce

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Présentation du langage et premières fonctions

Présentation du langage et premières fonctions 1 Présentation de l interface logicielle Si les langages de haut niveau sont nombreux, nous allons travaillé cette année avec le langage Python, un langage de programmation très en vue sur internet en

Plus en détail

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module: Stat inférentielles Définition Quelques exemples loi d une v.a

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

1 Un objet aléatoire de base : le dé

1 Un objet aléatoire de base : le dé Dans le monde des statistiques, il est bien évident qu on ne fait plus aucun calcul à la main. Si nous le faisons en cours de mathématiques, c est pour mieux comprendre ce que font les divers logiciels

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé Baccalauréat ES Centres étrangers 1 juin 14 - Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points Commun à tous les candidats 1. On prend un candidat au hasard et on note : l évènement «le candidat a un dossier

Plus en détail

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Logiciels Scientifiques (Statistiques) Licence 2 Mathématiques Générales Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Exercice 1. Vente de voiture Mathieu décide de s acheter une voiture neuve qui coûte

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place

Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place SPC 1 Plan II-1. Généralités II-1-1. Définitions et principes II-1-2. Mise en place II-2-1. Définitions II-1-2. Capabilité machine et capabilité procédé II-2-3. Ppm 2 II-1. GénéralitG ralités Définitions

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Cours/TD n 3bis : les boucles

Cours/TD n 3bis : les boucles Cours/TD n 3bis : les boucles Découpons le problème Nous avons plusieurs utilisations des boucles C est précisément ce qui rend difficile leur création. Vu la difficulté, nous allons séparer les différentes

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Exercices : VAR discrètes

Exercices : VAR discrètes Exercices : VAR discrètes Exercice 1: Une urne contient 2 boules blanches et 4 boules noires. On tire les boules une à une sans les remettre jusqu à ce qu il ne reste que des boules d une seule couleur

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview.

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Formation des enseignants parcours : ET24 Modèle de

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

choisir H 1 quand H 0 est vraie - fausse alarme

choisir H 1 quand H 0 est vraie - fausse alarme étection et Estimation GEL-64943 Hiver 5 Tests Neyman-Pearson Règles de Bayes: coûts connus min π R ( ) + ( π ) R ( ) { } Règles Minimax: coûts connus min max R ( ), R ( ) Règles Neyman Pearson: coûts

Plus en détail