note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013"

Transcription

1 Juillet 13 note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 13 Chiffres-clés 1 er semestre 13 Investissement France Engagements Bureaux Île-de-France Offres 5 3 m² Placement 833 m² Locaux d activité Île-de-France 5,7 Md Taux Prime Paris QCA 4 % Offres 5 m² Placement 348 m² Logistique France Placement 78 m² édito Les réformes menées tambour battant par le gouvernement ne parviennent pas à enrayer la détérioration des principaux indicateurs économiques français : le chômage atteint un niveau record et la reprise semble difficilement envisageable à court terme. Dans ce contexte morose, le marché des bureaux en Île-de-France a commencé à ralentir et la demande placée affiche un retrait de 9 % par rapport au 1 er semestre 1. D une part, les grands utilisateurs profitent d un rapport de force qui a tourné en leur faveur pour réaliser de belles transactions sur des immeubles neufs ou restructurés à des loyers économiques très attractifs. D autre part, les petites et moyennes entreprises, fragilisées par la crise, tendent soit à réduire leurs surfaces occupées, soit à renouveler leurs baux sur leurs locaux existants. En conséquence, l absorption de l offre devient de plus en plus difficile et les locaux vacants de seconde main atteignent un pic historique. Certains propriétaires engagent des travaux de rénovation afin d écouler leurs offres devenues obsolètes, d autres acceptent de baisser leurs valeurs locatives faciales, et presque tous n ont d autre choix que d accorder de fortes mesures d accompagnement. Ces tendances laissent espérer que le marché de bureaux francilien conserve une dynamique proche de millions de m² cette année, avant une légère amélioration en 14 qui devrait accompagner la sortie de crise, lentement mais sûrement. De son côté, le marché de la logistique en France est resté stable, même si les très grandes opérations se réduisent depuis le début de l année. Celui des locaux d activité en Île-de-France s est également maintenu, notamment grâce à quelques ventes utilisateurs qui se sont signées en seconde couronne à un prix modéré. Ainsi, l immobilier d entreprise français a démontré une fois encore sa capacité de résistance ce semestre. La pierre reste une valeur sûre et le marché de l investissement s est plutôt bien comporté. La pénurie d offres core est cependant problématique. De plus, les investisseurs français comme étrangers ont des incertitudes croissantes quant à la dégradation du marché locatif de bureaux en Île-de-France, qui représente à lui seul plus de 6 % du marché. Au vu de ces éléments, le volume annuel engagé en immobilier d entreprise devrait s inscrire en baisse de 1 % environ en 13, pour atteindre 14 milliards d euros.

2 1 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Économie - Finance Croissance annuelle du PIB et taux de chômage en fin de période Sources : Eurostat - INSEE - Ministère de l économie - Experian (%) 3 1,6% 1,5% -,% (P) 14 (P) 15 (P) Croissance annuelle du PIB (en volume) Taux de chômage métropolitain (au sens du BIT) La prime de risque de l immobilier prime reste confortable Sources : KEOPS - COLLIERS International, banque de france, kci (%) juin 13 OAT 1 ans EURIBOR 3 mois Taux prime Paris QCA 1 (%) Contexte économique La France est officiellement entrée en récession à la fin du 1 er trimestre et les prévisions les plus récentes laissent espérer un retour à une croissance très modérée courant 14. Tous les moteurs de l économie française semblent à l arrêt, or toute politique de relance est impossible puisque la dette publique, qui dépasse déjà 9 %, poursuit inexorablement son augmentation. L objectif de ramener le déficit public à 4,5 % fin 1 n a pas été atteint et la Cour des Comptes prévoit pour sa part un déficit public compris entre 3,8 et 4,1 % du PIB pour 13, là encore supérieur à l objectif initial de 3,7 %. Alors que la conjoncture continue de se dégrader, la Commission Européenne a accordé fin mai un délai de ans supplémentaires à la France pour ramener son déficit sous le seuil des 3 %, conformément au traité de Maastricht. Cette prodigalité n est pas sans contrepartie, et Bruxelles met la pression sur la France pour qu elle accélère ses réformes, que ce soit sur les retraites, les monopoles de la SNCF ou d EDF, ou encore la flexibilité du marché du travail. Le gouvernement français avait, fort heureusement, enclenché ce processus. Par exemple, il a mis en place le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE), l Accord National Interprofessionnel (ANI) et d autres projets de réforme sur les retraites et la fiscalité sont attendus à l automne. Toutefois, ces nouvelles mesures exacerbent le sentiment d incertitude chez les acteurs économiques, déjà fragilisés par un pouvoir d achat en berne, l absence de visibilité à moyen terme, et un taux de chômage en hausse continue depuis 7 trimestres consécutifs et qui pourrait atteindre 1,6 %, voire 11 %, en France métropolitaine d ici fin 13. Les signes de reprise d activité, à savoir une légère remontée de la production industrielle en avril puis de certaines embauches en mai, font pâle figure dans ce contexte plus que morose. Aussi, les entreprises restent extrêmement prudentes, réduisant leurs investissements et menant des politiques budgétaires très restrictives. Seul point réellement positif, l Île-de-France conserve des indicateurs économiques en meilleure santé que ceux de la France dans son ensemble, même s ils suivent les mêmes tendances d évolution peu propices. Cette robustesse francilienne compte pour beaucoup dans la résilience observée sur ses marchés de l immobilier d entreprise au cours du 1 er semestre. contexte financier La Banque Centrale Européenne mène une politique monétaire accommodante et a décidé d abaisser son taux directeur à,5 % début mai. Elle a confirmé le maintien de ce taux-plancher début juin, ce qui donne un peu confiance aux marchés financiers sur l issue de la crise en Europe. Pour preuve, le taux de l OAT 1 ans, qui avait atteint un point bas à 1,7 % fin avril / début mai, est remonté fin juin à,4 % environ. Dans le même temps, le taux de rendement prime de l immobilier de bureaux à Paris QCA a subi une baisse de 5 points de base, pour passer à 4 % fin juin 13. La prime de risque de l immobilier est donc en train de se réduire quelque peu. Aucun impact n a en revanche été perceptible depuis le début de l année sur le taux de l Euribor 3 mois, qui reste bloqué à, %. Les conditions d emprunt sont toujours très avantageuses, mais les banques sont parallèlement hyper-sélectives sur les dossiers auxquels elles octroient des crédits, ce qui freine les investissements, qu ils soient productifs ou immobiliers. p. KEOPS - Colliers International

3 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché de l investissement en France Montants investis en immobilier d entreprise en France (mds ) 3 5 Un marché qui ne connaît pas la crise Contrastant avec le retour de la récession en France, le marché de l investissement en immobilier d entreprise fait preuve d une vitalité à toute épreuve. Environ 5,7 milliards d euros ont été engagés à travers plus de 3 transactions au cours du 1 er semestre, un volume proche de celui du 1 er semestre 1 (5,9 milliards d euros). L Île-de-France a recueilli 4, milliards d euros, soit 7 % des acquisitions, conformément à la tendance observée depuis plusieurs années T1 T Perspectives T3 T Ces bons résultats semestriels concordent avec une prévision de volume annuel de 14 milliards d euros, le marché n ayant pour le moment que partiellement renouvelé les mega-deals de 1. Ainsi, 8 transactions de plus de 15 millions d euros ont été finalisées, pour un montant global de 1,8 milliard d euros, soit 3 % du volume du 1 er semestre. La part des transactions d un montant unitaire supérieur à 1 millions d euros s établit à 5 %, restant en-dessous du seuil de 6 % atteint en 1. Dans la lignée du 1 er trimestre, les transactions de taille intermédiaire, entre et 5 millions d euros, se sont bien comportées, avec 3 signatures pour 1 milliard d euros. Enfin, la moitié des transactions ne dépasse pas 1 millions d euros, ce qui souligne le dynamisme de ce segment de marché. Répartition du volume investi en immobilier d entreprise en France par zone géographique à mi-13 8% 31% La perte d attractivité de la France sur l échiquier mondial commence à se faire âprement sentir. Les investisseurs étrangers ont quelque peu freiné leurs ardeurs suite à certaines mesures de rigueur annoncées par le gouvernement français pour enrayer la crise. Ils redoutent la suite des réformes qu ils anticipent dès l automne, et pour 14. En conséquence, ils ont été plus vendeurs qu acquéreurs au cours des 6 derniers mois, et 4 % de leurs cessions d actifs se sont faites au profit d investisseurs français, qui gardent confiance dans leur propre marché. De fait, les investisseurs domestiques ont enfin pu saisir des opportunités à la hauteur de leurs ambitions et augmenter leur exposition à la classe d actifs immobilière : leur solde net d acquisitions s élève à 6 millions d euros. 13% 3% Paris Ouest - QCA Paris hors QCA Régions 5% Hauts-de-Seine Reste Île-de-France Les grands investisseurs institutionnels tels les compagnies d assurances, foncières et SCPI sont parmi les plus actifs depuis le début de l année, tant du côté des acquéreurs que des vendeurs. Les SCPI / OPCI ont ainsi augmenté de 56 millions d euros leur patrimoine immobilier et les compagnies d assurances de 365 millions d euros. Les investisseurs privés sont également bien positionnés, avec des volumes proches de ceux investis par les asset et fund managers, qui sont par contre en retrait significatif ce semestre. Enfin, il est à noter qu environ milliards d euros ont changé de main, tout en restant propriété d investisseurs français, ce qui témoigne, une fois encore, de la profondeur et de la maturité du marché hexagonal. Principaux acquéreurs au 1 er semestre 13 ÉTRANGERS 8% FRANÇAIS 7% p. 3 KEOPS - Colliers International

4 1 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché de l investissement en France Rentabilité de l immobilier de bureaux par rapport à l OAT 1 ans Sources : KEOPS - COLLIERS International, banque de france, kci (%) OAT 1ans Prime de risque de l immobilier Un gisement d opportunités toujours restreint La pénurie d offres core devient une vraie limite à l appétit constant des acquéreurs immobiliers, qui interviennent pour la plupart en fonds propres. Seuls les produits sécurisés sont à même de garantir le rendement recherché par les investisseurs à long terme, or les offres remplissant leurs critères de sélection restent rares et chères. Les acquéreurs sont toujours dans une situation très concurrentielle pour les meilleurs actifs. Il en résulte que les taux de rendement prime des bureaux à Paris QCA ont à nouveau subi une légère compression, cédant 5 points de base au nd trimestre. Dans le même temps, le taux de l OAT 1 ans a commencé à remonter, venant éroder la prime de risque de l immobilier, qui redevient presque égale à sa moyenne de long terme, soit 15 à 175 points de base, après avoir été temporairement très attractive au 1 er trimestre et jusque fin avril / début mai, date à laquelle l OAT 1 ans a atteint un taux historiquement bas à 1,7 % pendant quelques semaines. Dans ce contexte, les vendeurs sont prudents, souhaitant optimiser leur portefeuille immobilier en testant le marché soit pour les actifs en fin de valorisation, soit pour ceux qui deviennent problématiques sans injection de nouveaux capitaux visant à effectuer de coûteux travaux de restructuration. Il existe alors des opportunités d acquisition pour des investisseurs souhaitant mener des stratégies de création de valeur. Toutefois, si les prix d acquisition de ces actifs peuvent, certes, se négocier dans le contexte actuel, la décote n atteint souvent pas le niveau espéré par certains fonds opportunistes qui proposent des prix très inférieurs à ceux des valeurs d expertise les plus récentes. Sauf situation urgente et exceptionnelle, les propriétaires potentiellement vendeurs ne sont pas encore prêts à acter de fortes baisses de valeur et préfèrent alors conserver leurs actifs en patrimoine en attendant la reprise économique. sélection de transactions au 1 er semestre 13 K* Vendeur Acquéreur Adresse Surface Prix estimé IVANHOé CAMBRIDGE DEKA IMMOBILIEN 33 rue La Fayette, Paris m² 3 M IVANHOé CAMBRIDGE TISHMAN SPEYER PROPERTIES TOUR PACIFIC, Puteaux 11 8 m² 1 M K NEXITY SOGECAP/CARDIF NUOVO, rue Yitzahk Rabin, Clichy m² 195 M VASTNED MANAGEMENT FRANCE EUROCOMMERCIAL PROPERTIES Centre Commercial VAL THOIRY, Thoiry (1) 3 5 m² 15 M K ALLIANZ EUROSIIC 7 rue Laffitte, Paris m² 47 M K* : Transaction KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL p. 4 KEOPS - Colliers International

5 1 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché des bureaux en Île-de-France Évolution de la demande placée (m²) L offre disponible à moins d un an et le taux de vacance Perspectives à fin 13 (m²) (%) S1 13 Le marché reprend son souffle La demande placée de bureaux en Île-de-France atteint 833 m² à fin juin, en baisse de 9 % par rapport au 1 er semestre 1. Le bon maintien du marché constaté au 1 er trimestre s expliquait en partie par un phénomène de report, dans la foulée du dynamisme de l année dernière et l essoufflement de la demande est désormais devenu réalité : le placement du nd trimestre est en repli de 3 % par rapport au 1 er trimestre. La dichotomie du marché tend à s accentuer. D un côté, la chute de l activité est fortement imputable au ralentissement des transactions de petites et moyennes surfaces, mais la demande des PME a retrouvé courant juin une certaine vigueur, qui laisse espérer que ce segment de marché devrait remonter la pente d ici la fin de l année. De l autre, les grandes transactions sont relativement stables par rapport aux 6 premiers mois de 1, avec 8 transactions de plus de 5 m² pour 35 m². Mais ces bons chiffres masquent une récente fragilité de la demande des grands utilisateurs, qui devrait se traduire par une moins bonne performance du créneau des grandes surfaces sur l ensemble de l année, après le rebond spectaculaire enregistré sur la ème moitié de 1. Les motivations de tous les preneurs, indépendamment de leur secteur d activité et de la taille de leur entreprise, restent plus que jamais économiques. La réduction des charges immobilières passe par des renégociations de baux, des regroupements, des choix de localisations accessibles offrant des loyers moins élevés, et une prépondérance ininterrompue à se positionner sur des immeubles neufs et restructurés (pour 4 % des transactions), ou à défaut, rénovés, qui sont plus conformes aux exigences de fonctionnalité des utilisateurs L offre de seconde main atteint un niveau record Si l offre à un an est restée stable au cours de ces derniers mois, l offre immédiate, quant à elle, est en hausse de 5 % et s établit à 3,7 millions de m² disponibles. Le taux de vacance remonte ainsi légèrement pour atteindre 7,1 %. Tandis que l offre neuve et restructurée diminue, l offre de locaux de seconde main s alourdit pour représenter plus des trois quarts du stock à un an. janv.93 janv.95 janv.97 janv.99 janv.1 janv.3 Stock à moins d un an janv.5 janv.7 janv.9 janv.11 juil.13 Taux de vacance Pour lutter contre l obsolescence de leur bien en ces temps incertains, les propriétaires engagent des travaux de rénovation, dont l investissement et le risque sont moins élevés qu une restructuration. Les offres de seconde main de bonne qualité ont donc augmenté de 6 % en un an et demi. Qualification de l'offre à un an 4 (m²) er trim.3 3 ème trim.3 1 er trim.4 3 ème trim.4 1 er trim.5 3 ème trim.5 1 er trim.6 3 ème trim.6 1 er trim.7 3 ème trim.7 1 er trim.8 3 ème trim.8 Immeubles neufs et restructurés Immeubles de seconde main 1 er trim.9 3 ème trim.9 1 er trim.1 3 ème trim.1 1 er trim.11 3 ème trim.11 1 er trim.1 3 ème trim.1 1 er trim.13 p. 5 KEOPS - Colliers International

6 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché des bureaux en Île-de-France Indice KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL des loyers moyens de seconde main en Île-de-France (base 1 en ) T T4 T 3 T4 3 T 4 T4 4 T 5 T4 5 T 6 T4 6 T 7 T4 7 Les petites et moyennes surfaces (< 5 m²) par état des locaux au 1 er semestre 13 EN ÉTAT D USAGE 49% Les petites et moyennes surfaces (< 5 m²) par tranche de surface (m²) T 8 T4 8 T 9 T4 9 T 1 T4 1 T 11 T4 11 RÉNOVÉS 33% 15,3 T 1 T4 1 T 13 NEUFS & RESTRUCTURÉS 18% -6 m² m² m² S1 11 S 1 S1 13 S 11 S1 1 Les loyers fléchissent Le pic historique de l offre de bureaux en état d usage ou rénovés, conjugué à la faiblesse de la demande, fait ressortir une baisse de l indice KEOPS COLLIERS INTERNATIONAL des loyers de seconde main, surtout perceptible à Paris ou dans les Hauts-de-Seine. Les loyers des bureaux neufs ou restructurés suivent la même tendance en l absence de transactions sur des immeubles prime. En 6 mois, ils ont diminué de 5 % à Paris Ouest / QCA et 7 % à Boulogne-Billancourt. Les propriétaires, ayant pris conscience du ralentissement conjoncturel du début d année, ont été contraints d ajuster les loyers de présentation de leurs immeubles dans 6 % des cas. Sur certaines offres proposées initialement à des loyers trop élevés par rapport aux offres concurrentes, la baisse a pu excéder 1 %, notamment en première couronne Nord, Sud et Est. Ce repositionnement est devenu nécessaire pour en assurer l écoulement. Certains propriétaires de produits obsolètes sont tentés de casser les prix, mais ces initiatives restent souvent vaines, réduisant leurs marges de négociation sans parvenir à créer de la demande pour ce type de locaux. De plus, les mesures d accompagnement continuent d augmenter, au point que sur certaines transactions, le loyer facial apparaît de plus en plus comme dé-corrélé de la vraie valeur locative des bureaux. Dans Paris, elles sont estimées à 15 - % du loyer facial, dans les Hauts-de-Seine à - 5 %, et sur des secteurs sur-offreurs tels Saclay-Courtaboeuf, Évry ou encore Paris Nord, elles dépassent parfois 5 %. Au vu de ces écarts significatifs, le loyer économique devient un des principaux enjeux au cours des négociations de baux, qui restent souvent tendues, car lui seul permet aux propriétaires d établir des hypothèses de rentabilité locative réalistes. LE MARCHÉ DES PETITES ET MOYENNES SURFACES, Les renégociations de baux sont à l ordre du jour en banlieue Ouest La conjoncture économique a impacté fortement la demande des PME au nd trimestre, après sa bonne résistance en début d année. Les transactions de moins de 1 5 m² subissent un coup d arrêt de 5 % par rapport au 1 er trimestre, qu une mise en perspective sur une durée plus longue n atténue que modérément, le 1 er semestre 13 étant en retrait de % par rapport au 1 er semestre 1. À Montreuil - Bagnolet, le nombre de ces transactions a même été divisé par 3. Le mois de juin permet toutefois d anticiper un frémissement du marché francilien, de nouvelles demandes commençant à prendre forme. Dans les Hauts-de-Seine, les propriétaires sont plus enclins à reconduire les baux en baissant les valeurs locatives. Il est ainsi estimé que les renégociations captent actuellement plus de la moitié de la demande exprimée sur certains secteurs géographiques de l Ouest parisien. Dans la capitale, où le taux de vacance est toujours inférieur à 5 %, les renouvellements de baux sont beaucoup moins systématiques. En revanche, les entreprises expriment aujourd hui le souhait de trouver des bureaux à des loyers entre 4 et 5 / m², contre 5 et 6 / m² les années précédentes. Cette récente recherche d économies soutient la demande pour les locaux de seconde main rénovés, qui ont représenté près du tiers du placement en petites et moyennes surfaces (< 5 m²) au cours du 1 er semestre 13. Les PME ne se positionnent pour ainsi dire pas sur les bureaux neufs, dont le seuil de divisibilité est de toute façon généralement bien au-dessus de leurs attentes. La qualité des locaux loués tend à augmenter avec la surface prise à bail mais le loyer des transactions de moyennes surfaces à Paris s établit à 484 / m² fin juin 13 contre 55 / m² au dernier semestre 1. p. 6 KEOPS - Colliers International

7 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché de la logistique et des locaux d activité La demande placée logistique en France (m²) Île-de-France Région Évolution du placement et du stock à un an de locaux d activité en Île-de-France (m²) Répartition des transactions de locaux d activité en île-de-france (en % des surfaces commercialisées) VENTES 35% Placement Stock à moins d un an LOCATIONS 65% LA LOGISTIQUE EN FRANCE attend la reprise La consommation des ménages est en berne. Les secteurs de l automobile, du textile ou des biens manufacturés sont en nette baisse. Le pouvoir d achat et les salaires étant toujours sous pression, il semble difficile d envisager une reprise de la consommation à court terme. Dans ce contexte, le marché de l immobilier logistique français résiste plutôt bien avec 8 m² placés ce semestre, soit un repli de 4 %. Confirmé dès la fin 1 mais annoncé publiquement courant janvier, le projet d implantation d AMAZON dans un entrepôt de 9 m² dans le Nord- Pas-de-Calais est un peu l arbre qui cache la forêt. En effet, si l on excepte cette transaction de grande taille, le placement en logistique en France afficherait une baisse plus marquée. Le ralentissement de la demande s est accentué au ème trimestre en région tandis qu en Île-de- France plusieurs transactions de grandes surfaces unitaires ont soutenu le marché. Par exemple, TOYS R US et C&A se font construire respectivement 48 m² et 3 m² en Seine-et- Marne. Néanmoins, au cours de ce 1 er semestre 13, l Île-de-France ne représente qu un tiers du placement global, ce qui est inhabituel. La région francilienne concentre en moyenne 45 % de la demande placée chaque année. A contrario, le placement de grands entrepôts en région lyonnaise est à la peine et aucune des 4 transactions recensées ne dépasse les 5 m². Le contexte macro-économique ne favorise pas une reprise immédiate du marché. Le placement 13 restera dans la tendance de 1 et est attendu entre 1,5 et 1,7 millions de m². LES LOCAUX D ACTIVITé EN ÎLE-DE-FRANCE résistent Avec 35 m² placés au cours de ces six 6 mois, le placement de locaux d activité en Île-de- France est en baisse modérée par rapport à la même période de 1. Mais certains secteurs géographiques font preuve d une certaine résistance, à l image du sud de l Île-de-France. Grâce à quelques grandes transactions dont une vente de 16 m² au sud de la Francilienne, le placement au sein de ce territoire affiche ainsi une belle performance, en hausse de 1 % par rapport à 1. La seconde couronne concentre toujours les trois quarts des surfaces placées. L offre à un an, qui accuse une baisse de 6 % depuis le début de l année, reste supérieure à millions de m² disponibles. En outre, l offre neuve ne représente plus que 13 % du stock et accuse une baisse de 11 % depuis fin 11. L obsolescence du stock de locaux d activité devient préoccupante et freine le marché locatif. Quelques projets disponibles moins d un an après accord pourraient susciter l intérêt mais ils sont très peu nombreux : on n en dénombre que 16 à ce jour en Île-de-France, pour 7 m². Les coûts de construction élevés, combinés à une fiscalité de moins en moins avantageuse, pèsent sur la production de locaux neufs. L élément positif pour ce marché demeure la bonne tenue des ventes à utilisateurs, qui concentrent 35 % des surfaces placées au cours de ce semestre. La demande est forte mais doit faire face à une offre insuffisante (41 % des surfaces disponibles à un an seulement sont présentées à la vente) et à un prix souvent trop élevé. Il existe néanmoins un marché d aubaine pour les biens de grande taille présentés à un prix modéré, qui rencontrent un certain succès. De plus, certaines entreprises sont capables de délocaliser leur activité de production en très grande couronne (parfois en-dehors des limites de la région parisienne) pour bénéficier d un prix d acquisition bas, parfois nettement inférieur à 15 / m². p. 7 KEOPS - Colliers International

8 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 BAROMèTRE KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL Situation au 1 er semestre 13 Boom du crédit Boom économique Colliers international : 1 3 collaborateurs 5 bureaux 6 pays Reprise économique Stabilisation des loyers Demande soutenue Insuffisance de l'offre Boom de la construction Hausse des loyers Ralentissement de la demande Hausse du coût du crédit FRANCE : KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL études et Recherche 147 boulevard Haussmann 758 Paris tel +33 () FAX +33 () Reprise du crédit Résorption de l'offre Rebond de la demande Baisse des loyers Accroissement de l'offre Demande faible Correction des loyers Ralentissement économique Directeur de la Publication : Laurent Castellani Directeur études et Rédaction : Isabelle Assens Chargée d études : Cindy Emond Bases de Données : Stephen Bouazza Graphisme et Mise en page : Virginie Vardo - Coquoin Loïc Sene Ce document est non contractuel. Suroffre Croissance molle Récession économique Restriction du crédit Accelerating success.* Cycle économique Cycle de l immobilier d entreprise CONTACTS KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL Ligne Corporate + 33 () Montage d Opérations + 33 () Ligne Bureaux Île-de-France Grands Comptes + 33 () Ligne Bureaux + 33 () Ligne Investissement + 33 () Vente aux Professionnels + 33 () Ligne Activité et Logistique + 33 () Ligne Commerce + 33 () Ligne Régions + 33 () * Accélérateur de réussite

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU ER TRIMESTRE 4 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des prévisions de croissance économique révisées à la hausse pour 4 / 5 Un marché de l emploi qui

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

LOGISTIQUE BILAN 2013

LOGISTIQUE BILAN 2013 BILAN IMMOBILIER A N N E E 2 0 1 3 SOMMAIRE 1 L E M A R C H E D E S U T I L I S A T E U R S F A I T S M A R Q U A N T S 2 0 1 3 E V O L U T I O N P A R R E G I O N 2 3 L E M A R C H E D E L I N V E S T

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 1er septembre 2015 Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 Le dynamisme affiché par les SCPI de rendement au 1er trimestre 2015 s est poursuivi au cours deuxième trimestre.

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare. Bruxelles, le 27 août 2010 17h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2010 IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

PME Wallonie-Bruxelles

PME Wallonie-Bruxelles UCM National asbl Situation au 2 e trimestre 2015 PME Wallonie-Bruxelles Charlie TCHINDA Economiste - Statisticien Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses d un panel d indépendants

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mardi 25 janvier 2011-1 Les faits marquants

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI

INFORMATION PROFESSIONELLE UCI INFORMATION PROFESSIONELLE UCI N 50 2012 Rubrique Fiscalité Objet Le nouveau dispositif en faveur de l investissement locatif Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 : 31 décembre 2012 : 1/5 Le dispositif

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» :

Communiqué de presse LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD SCPI : OPCI «grand public» : Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2015 LES SCPI ET OPCI GRAND PUBLIC AU PREMIER SEMESTRE 2015 : ATTRACTIVITE RECORD Les statistiques ASPIM-IEIF pour le premier semestre de 2015 confirment une

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Résultats semestriels 2015

Résultats semestriels 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Résilience du chiffre d affaires et du patrimoine sous gestion Progression de 4,2% de l ANR EPRA (1) Amélioration du ratio Loan

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 Société anonyme au capital de 1.437.099 Siège Social à LYON (69009) - 51 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 1 Principe comptable 1.1

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014

Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 Nafilyan & Partners 9 octobre 2014 I. Actualité du marché de l immobilier Les chiffres du marché du logement neuf francilien Les lancements commerciaux en Ile-de-France au 1 er semestre 2014 : - 29% par

Plus en détail

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France 2013 Octobre 2014 FFB GRAND PARIS Direction des Affaires Economiques et Juridiques 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS Cedex 17 Téléphone 01 40 55 10

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Guide 2013. de la nue-propriété

Guide 2013. de la nue-propriété Guide 2013 de la nue-propriété 2 Sommaire Le principe - La notion de nue-propriété - Le nu-propriétaire / L usufruitier Les bénéfices - Une acquisition à moindre coût - Exonération des charges - Zéro impôt

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Paris, 31 juillet 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Porté par deux transactions d importance majeure en centres commerciaux, le marché de l immobilier

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016

Panorama des financements. On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Panorama des financements On Point Bilan 2015 et Perspectives 2016 Les prêteurs reprennent goût au risque pour redresser les marges. En 2015, l afflux de liquidités et la relative pénurie de produits «Core»

Plus en détail

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au

Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au Définition des données financières publiées par les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) Version valable au 1 er octobre 2011 A compter du 1 er janvier 2012, les gestionnaires de SCPI, réunis

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Züblin Immobilière France - Restructuration du portefeuille conforme au calendrier

Züblin Immobilière France - Restructuration du portefeuille conforme au calendrier Communiqué de presse Paris, 15 novembre 2012 Züblin Immobilière France - Restructuration du portefeuille conforme au calendrier Loyers nets : 3,2 M Résultat net consolidé négatif ANR par action EPRA :

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail