note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013"

Transcription

1 Juillet 13 note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 13 Chiffres-clés 1 er semestre 13 Investissement France Engagements Bureaux Île-de-France Offres 5 3 m² Placement 833 m² Locaux d activité Île-de-France 5,7 Md Taux Prime Paris QCA 4 % Offres 5 m² Placement 348 m² Logistique France Placement 78 m² édito Les réformes menées tambour battant par le gouvernement ne parviennent pas à enrayer la détérioration des principaux indicateurs économiques français : le chômage atteint un niveau record et la reprise semble difficilement envisageable à court terme. Dans ce contexte morose, le marché des bureaux en Île-de-France a commencé à ralentir et la demande placée affiche un retrait de 9 % par rapport au 1 er semestre 1. D une part, les grands utilisateurs profitent d un rapport de force qui a tourné en leur faveur pour réaliser de belles transactions sur des immeubles neufs ou restructurés à des loyers économiques très attractifs. D autre part, les petites et moyennes entreprises, fragilisées par la crise, tendent soit à réduire leurs surfaces occupées, soit à renouveler leurs baux sur leurs locaux existants. En conséquence, l absorption de l offre devient de plus en plus difficile et les locaux vacants de seconde main atteignent un pic historique. Certains propriétaires engagent des travaux de rénovation afin d écouler leurs offres devenues obsolètes, d autres acceptent de baisser leurs valeurs locatives faciales, et presque tous n ont d autre choix que d accorder de fortes mesures d accompagnement. Ces tendances laissent espérer que le marché de bureaux francilien conserve une dynamique proche de millions de m² cette année, avant une légère amélioration en 14 qui devrait accompagner la sortie de crise, lentement mais sûrement. De son côté, le marché de la logistique en France est resté stable, même si les très grandes opérations se réduisent depuis le début de l année. Celui des locaux d activité en Île-de-France s est également maintenu, notamment grâce à quelques ventes utilisateurs qui se sont signées en seconde couronne à un prix modéré. Ainsi, l immobilier d entreprise français a démontré une fois encore sa capacité de résistance ce semestre. La pierre reste une valeur sûre et le marché de l investissement s est plutôt bien comporté. La pénurie d offres core est cependant problématique. De plus, les investisseurs français comme étrangers ont des incertitudes croissantes quant à la dégradation du marché locatif de bureaux en Île-de-France, qui représente à lui seul plus de 6 % du marché. Au vu de ces éléments, le volume annuel engagé en immobilier d entreprise devrait s inscrire en baisse de 1 % environ en 13, pour atteindre 14 milliards d euros.

2 1 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Économie - Finance Croissance annuelle du PIB et taux de chômage en fin de période Sources : Eurostat - INSEE - Ministère de l économie - Experian (%) 3 1,6% 1,5% -,% (P) 14 (P) 15 (P) Croissance annuelle du PIB (en volume) Taux de chômage métropolitain (au sens du BIT) La prime de risque de l immobilier prime reste confortable Sources : KEOPS - COLLIERS International, banque de france, kci (%) juin 13 OAT 1 ans EURIBOR 3 mois Taux prime Paris QCA 1 (%) Contexte économique La France est officiellement entrée en récession à la fin du 1 er trimestre et les prévisions les plus récentes laissent espérer un retour à une croissance très modérée courant 14. Tous les moteurs de l économie française semblent à l arrêt, or toute politique de relance est impossible puisque la dette publique, qui dépasse déjà 9 %, poursuit inexorablement son augmentation. L objectif de ramener le déficit public à 4,5 % fin 1 n a pas été atteint et la Cour des Comptes prévoit pour sa part un déficit public compris entre 3,8 et 4,1 % du PIB pour 13, là encore supérieur à l objectif initial de 3,7 %. Alors que la conjoncture continue de se dégrader, la Commission Européenne a accordé fin mai un délai de ans supplémentaires à la France pour ramener son déficit sous le seuil des 3 %, conformément au traité de Maastricht. Cette prodigalité n est pas sans contrepartie, et Bruxelles met la pression sur la France pour qu elle accélère ses réformes, que ce soit sur les retraites, les monopoles de la SNCF ou d EDF, ou encore la flexibilité du marché du travail. Le gouvernement français avait, fort heureusement, enclenché ce processus. Par exemple, il a mis en place le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE), l Accord National Interprofessionnel (ANI) et d autres projets de réforme sur les retraites et la fiscalité sont attendus à l automne. Toutefois, ces nouvelles mesures exacerbent le sentiment d incertitude chez les acteurs économiques, déjà fragilisés par un pouvoir d achat en berne, l absence de visibilité à moyen terme, et un taux de chômage en hausse continue depuis 7 trimestres consécutifs et qui pourrait atteindre 1,6 %, voire 11 %, en France métropolitaine d ici fin 13. Les signes de reprise d activité, à savoir une légère remontée de la production industrielle en avril puis de certaines embauches en mai, font pâle figure dans ce contexte plus que morose. Aussi, les entreprises restent extrêmement prudentes, réduisant leurs investissements et menant des politiques budgétaires très restrictives. Seul point réellement positif, l Île-de-France conserve des indicateurs économiques en meilleure santé que ceux de la France dans son ensemble, même s ils suivent les mêmes tendances d évolution peu propices. Cette robustesse francilienne compte pour beaucoup dans la résilience observée sur ses marchés de l immobilier d entreprise au cours du 1 er semestre. contexte financier La Banque Centrale Européenne mène une politique monétaire accommodante et a décidé d abaisser son taux directeur à,5 % début mai. Elle a confirmé le maintien de ce taux-plancher début juin, ce qui donne un peu confiance aux marchés financiers sur l issue de la crise en Europe. Pour preuve, le taux de l OAT 1 ans, qui avait atteint un point bas à 1,7 % fin avril / début mai, est remonté fin juin à,4 % environ. Dans le même temps, le taux de rendement prime de l immobilier de bureaux à Paris QCA a subi une baisse de 5 points de base, pour passer à 4 % fin juin 13. La prime de risque de l immobilier est donc en train de se réduire quelque peu. Aucun impact n a en revanche été perceptible depuis le début de l année sur le taux de l Euribor 3 mois, qui reste bloqué à, %. Les conditions d emprunt sont toujours très avantageuses, mais les banques sont parallèlement hyper-sélectives sur les dossiers auxquels elles octroient des crédits, ce qui freine les investissements, qu ils soient productifs ou immobiliers. p. KEOPS - Colliers International

3 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché de l investissement en France Montants investis en immobilier d entreprise en France (mds ) 3 5 Un marché qui ne connaît pas la crise Contrastant avec le retour de la récession en France, le marché de l investissement en immobilier d entreprise fait preuve d une vitalité à toute épreuve. Environ 5,7 milliards d euros ont été engagés à travers plus de 3 transactions au cours du 1 er semestre, un volume proche de celui du 1 er semestre 1 (5,9 milliards d euros). L Île-de-France a recueilli 4, milliards d euros, soit 7 % des acquisitions, conformément à la tendance observée depuis plusieurs années T1 T Perspectives T3 T Ces bons résultats semestriels concordent avec une prévision de volume annuel de 14 milliards d euros, le marché n ayant pour le moment que partiellement renouvelé les mega-deals de 1. Ainsi, 8 transactions de plus de 15 millions d euros ont été finalisées, pour un montant global de 1,8 milliard d euros, soit 3 % du volume du 1 er semestre. La part des transactions d un montant unitaire supérieur à 1 millions d euros s établit à 5 %, restant en-dessous du seuil de 6 % atteint en 1. Dans la lignée du 1 er trimestre, les transactions de taille intermédiaire, entre et 5 millions d euros, se sont bien comportées, avec 3 signatures pour 1 milliard d euros. Enfin, la moitié des transactions ne dépasse pas 1 millions d euros, ce qui souligne le dynamisme de ce segment de marché. Répartition du volume investi en immobilier d entreprise en France par zone géographique à mi-13 8% 31% La perte d attractivité de la France sur l échiquier mondial commence à se faire âprement sentir. Les investisseurs étrangers ont quelque peu freiné leurs ardeurs suite à certaines mesures de rigueur annoncées par le gouvernement français pour enrayer la crise. Ils redoutent la suite des réformes qu ils anticipent dès l automne, et pour 14. En conséquence, ils ont été plus vendeurs qu acquéreurs au cours des 6 derniers mois, et 4 % de leurs cessions d actifs se sont faites au profit d investisseurs français, qui gardent confiance dans leur propre marché. De fait, les investisseurs domestiques ont enfin pu saisir des opportunités à la hauteur de leurs ambitions et augmenter leur exposition à la classe d actifs immobilière : leur solde net d acquisitions s élève à 6 millions d euros. 13% 3% Paris Ouest - QCA Paris hors QCA Régions 5% Hauts-de-Seine Reste Île-de-France Les grands investisseurs institutionnels tels les compagnies d assurances, foncières et SCPI sont parmi les plus actifs depuis le début de l année, tant du côté des acquéreurs que des vendeurs. Les SCPI / OPCI ont ainsi augmenté de 56 millions d euros leur patrimoine immobilier et les compagnies d assurances de 365 millions d euros. Les investisseurs privés sont également bien positionnés, avec des volumes proches de ceux investis par les asset et fund managers, qui sont par contre en retrait significatif ce semestre. Enfin, il est à noter qu environ milliards d euros ont changé de main, tout en restant propriété d investisseurs français, ce qui témoigne, une fois encore, de la profondeur et de la maturité du marché hexagonal. Principaux acquéreurs au 1 er semestre 13 ÉTRANGERS 8% FRANÇAIS 7% p. 3 KEOPS - Colliers International

4 1 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché de l investissement en France Rentabilité de l immobilier de bureaux par rapport à l OAT 1 ans Sources : KEOPS - COLLIERS International, banque de france, kci (%) OAT 1ans Prime de risque de l immobilier Un gisement d opportunités toujours restreint La pénurie d offres core devient une vraie limite à l appétit constant des acquéreurs immobiliers, qui interviennent pour la plupart en fonds propres. Seuls les produits sécurisés sont à même de garantir le rendement recherché par les investisseurs à long terme, or les offres remplissant leurs critères de sélection restent rares et chères. Les acquéreurs sont toujours dans une situation très concurrentielle pour les meilleurs actifs. Il en résulte que les taux de rendement prime des bureaux à Paris QCA ont à nouveau subi une légère compression, cédant 5 points de base au nd trimestre. Dans le même temps, le taux de l OAT 1 ans a commencé à remonter, venant éroder la prime de risque de l immobilier, qui redevient presque égale à sa moyenne de long terme, soit 15 à 175 points de base, après avoir été temporairement très attractive au 1 er trimestre et jusque fin avril / début mai, date à laquelle l OAT 1 ans a atteint un taux historiquement bas à 1,7 % pendant quelques semaines. Dans ce contexte, les vendeurs sont prudents, souhaitant optimiser leur portefeuille immobilier en testant le marché soit pour les actifs en fin de valorisation, soit pour ceux qui deviennent problématiques sans injection de nouveaux capitaux visant à effectuer de coûteux travaux de restructuration. Il existe alors des opportunités d acquisition pour des investisseurs souhaitant mener des stratégies de création de valeur. Toutefois, si les prix d acquisition de ces actifs peuvent, certes, se négocier dans le contexte actuel, la décote n atteint souvent pas le niveau espéré par certains fonds opportunistes qui proposent des prix très inférieurs à ceux des valeurs d expertise les plus récentes. Sauf situation urgente et exceptionnelle, les propriétaires potentiellement vendeurs ne sont pas encore prêts à acter de fortes baisses de valeur et préfèrent alors conserver leurs actifs en patrimoine en attendant la reprise économique. sélection de transactions au 1 er semestre 13 K* Vendeur Acquéreur Adresse Surface Prix estimé IVANHOé CAMBRIDGE DEKA IMMOBILIEN 33 rue La Fayette, Paris m² 3 M IVANHOé CAMBRIDGE TISHMAN SPEYER PROPERTIES TOUR PACIFIC, Puteaux 11 8 m² 1 M K NEXITY SOGECAP/CARDIF NUOVO, rue Yitzahk Rabin, Clichy m² 195 M VASTNED MANAGEMENT FRANCE EUROCOMMERCIAL PROPERTIES Centre Commercial VAL THOIRY, Thoiry (1) 3 5 m² 15 M K ALLIANZ EUROSIIC 7 rue Laffitte, Paris m² 47 M K* : Transaction KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL p. 4 KEOPS - Colliers International

5 1 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché des bureaux en Île-de-France Évolution de la demande placée (m²) L offre disponible à moins d un an et le taux de vacance Perspectives à fin 13 (m²) (%) S1 13 Le marché reprend son souffle La demande placée de bureaux en Île-de-France atteint 833 m² à fin juin, en baisse de 9 % par rapport au 1 er semestre 1. Le bon maintien du marché constaté au 1 er trimestre s expliquait en partie par un phénomène de report, dans la foulée du dynamisme de l année dernière et l essoufflement de la demande est désormais devenu réalité : le placement du nd trimestre est en repli de 3 % par rapport au 1 er trimestre. La dichotomie du marché tend à s accentuer. D un côté, la chute de l activité est fortement imputable au ralentissement des transactions de petites et moyennes surfaces, mais la demande des PME a retrouvé courant juin une certaine vigueur, qui laisse espérer que ce segment de marché devrait remonter la pente d ici la fin de l année. De l autre, les grandes transactions sont relativement stables par rapport aux 6 premiers mois de 1, avec 8 transactions de plus de 5 m² pour 35 m². Mais ces bons chiffres masquent une récente fragilité de la demande des grands utilisateurs, qui devrait se traduire par une moins bonne performance du créneau des grandes surfaces sur l ensemble de l année, après le rebond spectaculaire enregistré sur la ème moitié de 1. Les motivations de tous les preneurs, indépendamment de leur secteur d activité et de la taille de leur entreprise, restent plus que jamais économiques. La réduction des charges immobilières passe par des renégociations de baux, des regroupements, des choix de localisations accessibles offrant des loyers moins élevés, et une prépondérance ininterrompue à se positionner sur des immeubles neufs et restructurés (pour 4 % des transactions), ou à défaut, rénovés, qui sont plus conformes aux exigences de fonctionnalité des utilisateurs L offre de seconde main atteint un niveau record Si l offre à un an est restée stable au cours de ces derniers mois, l offre immédiate, quant à elle, est en hausse de 5 % et s établit à 3,7 millions de m² disponibles. Le taux de vacance remonte ainsi légèrement pour atteindre 7,1 %. Tandis que l offre neuve et restructurée diminue, l offre de locaux de seconde main s alourdit pour représenter plus des trois quarts du stock à un an. janv.93 janv.95 janv.97 janv.99 janv.1 janv.3 Stock à moins d un an janv.5 janv.7 janv.9 janv.11 juil.13 Taux de vacance Pour lutter contre l obsolescence de leur bien en ces temps incertains, les propriétaires engagent des travaux de rénovation, dont l investissement et le risque sont moins élevés qu une restructuration. Les offres de seconde main de bonne qualité ont donc augmenté de 6 % en un an et demi. Qualification de l'offre à un an 4 (m²) er trim.3 3 ème trim.3 1 er trim.4 3 ème trim.4 1 er trim.5 3 ème trim.5 1 er trim.6 3 ème trim.6 1 er trim.7 3 ème trim.7 1 er trim.8 3 ème trim.8 Immeubles neufs et restructurés Immeubles de seconde main 1 er trim.9 3 ème trim.9 1 er trim.1 3 ème trim.1 1 er trim.11 3 ème trim.11 1 er trim.1 3 ème trim.1 1 er trim.13 p. 5 KEOPS - Colliers International

6 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché des bureaux en Île-de-France Indice KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL des loyers moyens de seconde main en Île-de-France (base 1 en ) T T4 T 3 T4 3 T 4 T4 4 T 5 T4 5 T 6 T4 6 T 7 T4 7 Les petites et moyennes surfaces (< 5 m²) par état des locaux au 1 er semestre 13 EN ÉTAT D USAGE 49% Les petites et moyennes surfaces (< 5 m²) par tranche de surface (m²) T 8 T4 8 T 9 T4 9 T 1 T4 1 T 11 T4 11 RÉNOVÉS 33% 15,3 T 1 T4 1 T 13 NEUFS & RESTRUCTURÉS 18% -6 m² m² m² S1 11 S 1 S1 13 S 11 S1 1 Les loyers fléchissent Le pic historique de l offre de bureaux en état d usage ou rénovés, conjugué à la faiblesse de la demande, fait ressortir une baisse de l indice KEOPS COLLIERS INTERNATIONAL des loyers de seconde main, surtout perceptible à Paris ou dans les Hauts-de-Seine. Les loyers des bureaux neufs ou restructurés suivent la même tendance en l absence de transactions sur des immeubles prime. En 6 mois, ils ont diminué de 5 % à Paris Ouest / QCA et 7 % à Boulogne-Billancourt. Les propriétaires, ayant pris conscience du ralentissement conjoncturel du début d année, ont été contraints d ajuster les loyers de présentation de leurs immeubles dans 6 % des cas. Sur certaines offres proposées initialement à des loyers trop élevés par rapport aux offres concurrentes, la baisse a pu excéder 1 %, notamment en première couronne Nord, Sud et Est. Ce repositionnement est devenu nécessaire pour en assurer l écoulement. Certains propriétaires de produits obsolètes sont tentés de casser les prix, mais ces initiatives restent souvent vaines, réduisant leurs marges de négociation sans parvenir à créer de la demande pour ce type de locaux. De plus, les mesures d accompagnement continuent d augmenter, au point que sur certaines transactions, le loyer facial apparaît de plus en plus comme dé-corrélé de la vraie valeur locative des bureaux. Dans Paris, elles sont estimées à 15 - % du loyer facial, dans les Hauts-de-Seine à - 5 %, et sur des secteurs sur-offreurs tels Saclay-Courtaboeuf, Évry ou encore Paris Nord, elles dépassent parfois 5 %. Au vu de ces écarts significatifs, le loyer économique devient un des principaux enjeux au cours des négociations de baux, qui restent souvent tendues, car lui seul permet aux propriétaires d établir des hypothèses de rentabilité locative réalistes. LE MARCHÉ DES PETITES ET MOYENNES SURFACES, Les renégociations de baux sont à l ordre du jour en banlieue Ouest La conjoncture économique a impacté fortement la demande des PME au nd trimestre, après sa bonne résistance en début d année. Les transactions de moins de 1 5 m² subissent un coup d arrêt de 5 % par rapport au 1 er trimestre, qu une mise en perspective sur une durée plus longue n atténue que modérément, le 1 er semestre 13 étant en retrait de % par rapport au 1 er semestre 1. À Montreuil - Bagnolet, le nombre de ces transactions a même été divisé par 3. Le mois de juin permet toutefois d anticiper un frémissement du marché francilien, de nouvelles demandes commençant à prendre forme. Dans les Hauts-de-Seine, les propriétaires sont plus enclins à reconduire les baux en baissant les valeurs locatives. Il est ainsi estimé que les renégociations captent actuellement plus de la moitié de la demande exprimée sur certains secteurs géographiques de l Ouest parisien. Dans la capitale, où le taux de vacance est toujours inférieur à 5 %, les renouvellements de baux sont beaucoup moins systématiques. En revanche, les entreprises expriment aujourd hui le souhait de trouver des bureaux à des loyers entre 4 et 5 / m², contre 5 et 6 / m² les années précédentes. Cette récente recherche d économies soutient la demande pour les locaux de seconde main rénovés, qui ont représenté près du tiers du placement en petites et moyennes surfaces (< 5 m²) au cours du 1 er semestre 13. Les PME ne se positionnent pour ainsi dire pas sur les bureaux neufs, dont le seuil de divisibilité est de toute façon généralement bien au-dessus de leurs attentes. La qualité des locaux loués tend à augmenter avec la surface prise à bail mais le loyer des transactions de moyennes surfaces à Paris s établit à 484 / m² fin juin 13 contre 55 / m² au dernier semestre 1. p. 6 KEOPS - Colliers International

7 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 Le marché de la logistique et des locaux d activité La demande placée logistique en France (m²) Île-de-France Région Évolution du placement et du stock à un an de locaux d activité en Île-de-France (m²) Répartition des transactions de locaux d activité en île-de-france (en % des surfaces commercialisées) VENTES 35% Placement Stock à moins d un an LOCATIONS 65% LA LOGISTIQUE EN FRANCE attend la reprise La consommation des ménages est en berne. Les secteurs de l automobile, du textile ou des biens manufacturés sont en nette baisse. Le pouvoir d achat et les salaires étant toujours sous pression, il semble difficile d envisager une reprise de la consommation à court terme. Dans ce contexte, le marché de l immobilier logistique français résiste plutôt bien avec 8 m² placés ce semestre, soit un repli de 4 %. Confirmé dès la fin 1 mais annoncé publiquement courant janvier, le projet d implantation d AMAZON dans un entrepôt de 9 m² dans le Nord- Pas-de-Calais est un peu l arbre qui cache la forêt. En effet, si l on excepte cette transaction de grande taille, le placement en logistique en France afficherait une baisse plus marquée. Le ralentissement de la demande s est accentué au ème trimestre en région tandis qu en Île-de- France plusieurs transactions de grandes surfaces unitaires ont soutenu le marché. Par exemple, TOYS R US et C&A se font construire respectivement 48 m² et 3 m² en Seine-et- Marne. Néanmoins, au cours de ce 1 er semestre 13, l Île-de-France ne représente qu un tiers du placement global, ce qui est inhabituel. La région francilienne concentre en moyenne 45 % de la demande placée chaque année. A contrario, le placement de grands entrepôts en région lyonnaise est à la peine et aucune des 4 transactions recensées ne dépasse les 5 m². Le contexte macro-économique ne favorise pas une reprise immédiate du marché. Le placement 13 restera dans la tendance de 1 et est attendu entre 1,5 et 1,7 millions de m². LES LOCAUX D ACTIVITé EN ÎLE-DE-FRANCE résistent Avec 35 m² placés au cours de ces six 6 mois, le placement de locaux d activité en Île-de- France est en baisse modérée par rapport à la même période de 1. Mais certains secteurs géographiques font preuve d une certaine résistance, à l image du sud de l Île-de-France. Grâce à quelques grandes transactions dont une vente de 16 m² au sud de la Francilienne, le placement au sein de ce territoire affiche ainsi une belle performance, en hausse de 1 % par rapport à 1. La seconde couronne concentre toujours les trois quarts des surfaces placées. L offre à un an, qui accuse une baisse de 6 % depuis le début de l année, reste supérieure à millions de m² disponibles. En outre, l offre neuve ne représente plus que 13 % du stock et accuse une baisse de 11 % depuis fin 11. L obsolescence du stock de locaux d activité devient préoccupante et freine le marché locatif. Quelques projets disponibles moins d un an après accord pourraient susciter l intérêt mais ils sont très peu nombreux : on n en dénombre que 16 à ce jour en Île-de-France, pour 7 m². Les coûts de construction élevés, combinés à une fiscalité de moins en moins avantageuse, pèsent sur la production de locaux neufs. L élément positif pour ce marché demeure la bonne tenue des ventes à utilisateurs, qui concentrent 35 % des surfaces placées au cours de ce semestre. La demande est forte mais doit faire face à une offre insuffisante (41 % des surfaces disponibles à un an seulement sont présentées à la vente) et à un prix souvent trop élevé. Il existe néanmoins un marché d aubaine pour les biens de grande taille présentés à un prix modéré, qui rencontrent un certain succès. De plus, certaines entreprises sont capables de délocaliser leur activité de production en très grande couronne (parfois en-dehors des limites de la région parisienne) pour bénéficier d un prix d acquisition bas, parfois nettement inférieur à 15 / m². p. 7 KEOPS - Colliers International

8 NOTE DE CONJONCTURE SEMESTRIELLE JUILLET 13 BAROMèTRE KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL Situation au 1 er semestre 13 Boom du crédit Boom économique Colliers international : 1 3 collaborateurs 5 bureaux 6 pays Reprise économique Stabilisation des loyers Demande soutenue Insuffisance de l'offre Boom de la construction Hausse des loyers Ralentissement de la demande Hausse du coût du crédit FRANCE : KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL études et Recherche 147 boulevard Haussmann 758 Paris tel +33 () FAX +33 () Reprise du crédit Résorption de l'offre Rebond de la demande Baisse des loyers Accroissement de l'offre Demande faible Correction des loyers Ralentissement économique Directeur de la Publication : Laurent Castellani Directeur études et Rédaction : Isabelle Assens Chargée d études : Cindy Emond Bases de Données : Stephen Bouazza Graphisme et Mise en page : Virginie Vardo - Coquoin Loïc Sene Ce document est non contractuel. Suroffre Croissance molle Récession économique Restriction du crédit Accelerating success.* Cycle économique Cycle de l immobilier d entreprise CONTACTS KEOPS - COLLIERS INTERNATIONAL Ligne Corporate + 33 () Montage d Opérations + 33 () Ligne Bureaux Île-de-France Grands Comptes + 33 () Ligne Bureaux + 33 () Ligne Investissement + 33 () Vente aux Professionnels + 33 () Ligne Activité et Logistique + 33 () Ligne Commerce + 33 () Ligne Régions + 33 () * Accélérateur de réussite

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Édito FRANCE NOTE DE CONJONCTURE. 1er trimestre 2012 FRANCE. www.colliers-keops.fr

Édito FRANCE NOTE DE CONJONCTURE. 1er trimestre 2012 FRANCE. www.colliers-keops.fr 1er trimestre 2012 FRANCE FRANCE NOTE DE CONJONCTURE Édito Depuis plusieurs mois, le secteur de l immobilier d entreprise subit une double pression. D un côté, le scénario d une croissance molle s impose

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

grandes surfaces du 1 er semestre 2013 LE MARCHÉ DE bureaux en île-de-france : Juillet 2013 I île-de-france www.colliers-keops.fr

grandes surfaces du 1 er semestre 2013 LE MARCHÉ DE bureaux en île-de-france : Juillet 2013 I île-de-france www.colliers-keops.fr Juillet 21 I île-de-france LE MARCHÉ DE bureaux en île-de-france : grandes surfaces BUREAUX DE PLUS DE m² Bilan du 1 er semestre 21 1 Les chiffres-clés du marché des bureaux > m² Demande placée au 1 er

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement . Panorama bureaux Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement Pénalisé par l environnement économique, fiscal et règlementaire, le marché

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE

NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE NOTE DE CONJONCTURE IMMOBILIER D ENTREPRISE BILAN DU 1 ER SEMESTRE 214 BILAN ET PERSPECTIVES POINTS POSITIFS Des mesures prises par la BCE le 5 juin qui devraient redonner un peu de souffle à l économie

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine SCPI Laffitte Pierre Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine CONJONCTURE Immobilier d entreprise* Avec près de 12 milliards d euros investis, le marché de l investissement

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Investissement immobilier: la fin des SCPI?

Investissement immobilier: la fin des SCPI? Investissement immobilier: la fin des SCPI? La SCPI figure comme le premier véhicule structuré d investissement en immobilier. A l origine de ces investissements, des sociétés civiles se sont développées

Plus en détail

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 «Avec 1 510 015 m² de bureaux loués ou vendus aux utilisateurs en Ile-de-

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE CB RICHARD ELLIS Market View Conjoncture immobilière ILE-DE-FRANCE / FRANCE 3 ème trimestre 2010 TENDANCES Investissements France entière Engagements Taux «prime» bureaux Bureaux Ile-de-France Demande

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15%

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Communiqué de presse Paris, le 29 avril 2014 Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Hausse des revenus locatifs de la Foncière de 41,7 % à périmètre courant (- 0,8 % à périmètre

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 4 e trimestre 13 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif Île-de-France 13 : le levier des

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Assemblée Générale Mixte 7 juin 2012. Immeuble NOVA La Garenne-Colombes (92)

Assemblée Générale Mixte 7 juin 2012. Immeuble NOVA La Garenne-Colombes (92) Assemblée Générale Mixte 7 juin 2012 Immeuble NOVA La Garenne-Colombes (92) LIMITATION DE RESPONSABILITE Déclaration prospective (Safe Harbour) Cette présentation comprend des considérations prospectives

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 213 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 3 e trimestre 214 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France COUP DE FREIN

Plus en détail

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre

Le marché des bureaux 3ème trimestre 2008 Octobre 2008. Nanterre Le marché des bureaux 3ème trimestre 28 Octobre 28 1 Nanterre Chiffres clés Le marché de Péri-Défense au 3ème trimestre 28 : Nanterre - Un niveau de demande placée boosté par une transaction clé en main

Plus en détail

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE Démarrage en trombe France T1 27 Avril Sommaire Le marché de l investissement démarre l année en trombe, avec près de 5,6 milliards d euros enregistrés au cours du

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement

Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Le scandale de l immobilier d entreprise dans un contexte de crise du logement Décembre 2012 Introduction Alors que, consciente des problèmes graves de logement et d hébergement auquel est confronté notre

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France

Panorama bureaux Ile-de-France Panorama bureaux Ile-de-France I 1 On Point I 3 ème trimestre 2014 I 2 Le fait marquant Demande placée, le QCA a le vent en poupe depuis le début de l année Alors que la demande placée totale acte une

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Heures Noires IDF Croissant Ouest T1 215 1 Avril 215 Sommaire Contexte économique 2 Croissant Ouest 3 Boucle Sud 5 Boucle Nord 7 Neuilly-Levallois 9 Péri Défense 11 Définitions

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012.

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012. Résultats Semestriels 2012 Résultats Semestriels 2012 Une stratégie en marche 26 juillet 2012 Un 1 er semestre très actif 26 juillet 2012 1 Stratégie et réalisations 2- Performances opérationnelles 3-

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 2 e trimestre 2014 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France UN MARCHÉ

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Une stratégie payante

Une stratégie payante Chiffre d affaires 9M 2013 Silex, Lyon Le Patio, Lyon - Villeurbanne Une stratégie payante 7 novembre 2013 Une stratégie partenariale - Des revenus locatifs pérennes Loyers part du groupe solides : + 5,4%

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Ile-de-France On Point 1 er trimestre 2014 «Cœur Défense», la cession est finalisée! Après bon nombre d informations divergentes depuis quelques mois, l acquisition de la structure de

Plus en détail

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres

Plus en détail

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015 Sommaire Points clés Résultats financiers 2014 Marché et perspectives 2 Points clés Résultats 2014 en ligne avec les objectifs annoncés «chiffre d affaires sensiblement comparable à celui de 2013 et marge

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Investir indirectement dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers

Investir indirectement dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Particuliers Investir indirectement dans l immobilier d entreprise et bénéficier de revenus potentiels réguliers Durée d investissement recommandée de 8 ans AVERTISSEMENT

Plus en détail

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif 1 sur 6 26/09/2014 15:01 Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre

Plus en détail

Communiqué de presse LES SCPI AU PREMIER SEMESTRE 2014 : UNE COLLECTE ELEVEE POUR DE NOUVEAUX CHAMPS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER

Communiqué de presse LES SCPI AU PREMIER SEMESTRE 2014 : UNE COLLECTE ELEVEE POUR DE NOUVEAUX CHAMPS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER Communiqué de presse Paris, le 3 septembre 2014 LES SCPI AU PREMIER SEMESTRE 2014 : UNE COLLECTE ELEVEE POUR DE NOUVEAUX CHAMPS D INVESTISSEMENT EN IMMOBILIER L'enquête statistique semestrielle de l'ieif

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail