travers nos ini a ves, nous voulons encourager le main en d une vie locale et de services de proximité».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "travers nos ini a ves, nous voulons encourager le main en d une vie locale et de services de proximité»."

Transcription

1 21 novembre 2014 Léglise Ebly Comment développer et faire vivre sa maison de village? Des pistes pour agir Compte rendu La créa on de maisons de village est depuis près de 30 ans un des ou ls majeurs de développement des territoires ruraux de Wallonie. Celles-ci répondent à des besoins importants des habitants des régions rurales tant aux niveaux de la vie associa ve, de la vie culturelle que des services à la popula on. La Rencontre de la ruralité organisée par l équipe Semois-Ardenne de la FRW à Ebly ce 21 novembre 2014 a permis de dresser le bilan des u lisa ons d une maison de village et de recenser les évolu ons de ces infrastructures en fonc on des besoins et des affecta ons. Commune de Léglise Ce moment d échange a aussi permis une présenta on par l Administra on régionale du cadre légal et administra f pour la créa on ou l améliora on d une maison de village. Rencontre organisée par l équipe Semois-Ardenne de la Fonda on Rurale de Wallonie

2 Introduc on François Demasy, Bourgmestre de Léglise Le village d Ebly est l une des 28 localités de la commune de Léglise. Celle-ci accueille annuellement une centaine de nouveaux arrivants avec le risque de créer à terme des cités-dortoirs. «La ruralité est notre réalité ; à travers nos ini a ves, nous voulons encourager le main en d une vie locale et de services de proximité». Etude sur les maisons de village, mul services et rurales Cécile Brûlard, CAPRU L objec f de ce e étude, réalisée en 2012, a été d évaluer l u lisa on des maisons de village en Wallonie. Le travail a été réalisé sur un échan llon de trente maisons de village qu il s agisse des construc ons ou des bâ ments réaffectés. Des responsables et agents communaux, des ges onnaires, des u lisateurs et des riverains ont été consultés à ce e occasion. Plusieurs aspects étaient évalués : quels sont les objec fs de la mise en place d une maison de village? Comment peut-on évaluer les retombées locales des maisons de village? Le rapport est accessible sur le site du CAPRU Quelques éléments à noter : Trois modes de ges on de maisons de village ont été répertoriés : une ges on communale, une ges on par un comité de village (en vertu d une conven on) et des formules de ges on mixte (partenariat commune monde associa f). En général, les Communes prennent en charge l entre en, les assurances du bâ ment tandis que le comité de village s occupe le cas échéant de la ges on au quo dien. Les coûts de loca on varient en fonc on de l origine du locataire (habitant ou non la commune), de la surface occupée, du type d ac vité, etc. La promo on des ac vités dans les maisons de village se fait de différentes manières : dans le bulle n communal, sur le site web, le bouche à oreille, parfois d autres médias. Ce qui prime pour les u lisateurs, c est l anima on proposée plus que les espaces disponibles. Le taux d occupa on moyen d une maison de village est de quatre jours par semaine. Les maisons de village sont considérées par une majorité des personnes interrogées comme un vecteur de valorisa on de l iden té locale à travers la mise en valeur d ar stes et d événements locaux, de fêtes tradi onnelles ou d ac vités me ant en valeur la région comme par exemple les marches ADEPS Dans certains cas, les riverains es ment que les maisons de village génèrent des nuisances, notamment sonores, voire un sen ment d insécurité. Cela reste peu courant et la plupart des riverains affirment être sa sfaits de la proximité d une maison de village. Il n existe pas de rece es pour assurer le succès d une maison de village. Trop de paramètres entrent en ligne de compte. Il faut rester vigilant à ce que la ges on de l infrastructure ne soit pas du ressort d une seule associa- on ou organisée sans concerta on avec la Commune ou le comité de ges on.

3 Une ini a ve de bonne ges on Située dans le Brabant Wallon, la commune d Incourt a été choisie, il y a 30 ans, comme territoires pilotes du développement rural wallon. Au début, l approche ascendante, la par cipa on à une opéra on de développement rural ont bouleversé la perspec ve dans la prise de décision. Maintenant, ces procédures sont de l ordre du normal. Les maisons de villages d Incourt Léon Walry, Bourgmestre Au départ, un dilemme se pose concernant les lieux de convivialité : faut-il créer une infrastructure centrale ou doter les six localités de maisons de village? A Incourt, le choix de disposer de plusieurs maisons de villages dans la commune, ce qui a permis de mieux structurer la vie locale, les dynamiques de convivialité. Les maisons de village se sont également développées en synergie avec les écoles et ont intégré les ques ons liées au logement, aux ques ons intergénéra onnelles. On y organise des récep ons pour les nouveaux habitants de la commune, la fête des nouveaux-nés La ges on de la maison de village est prise en charge par la Commune pour les aspects pra ques. L occupa on moyenne des salles de village dans la commune d Incourt est de six fois par semaine pour les six salles communales. Cela représente ac vités par an. Ces seuls chiffres démontrent leur capacité à répondre aux besoins associa fs et privés. Se poser la ques on du mode de ges on dès le départ ; Un mode de ges on largement assuré par la Commune permet d assurer le développement de la vie locale ; Les maisons de village ont un effet mul plicateur sur le développement des ac vités associa ves ; Un accès à un prix peu élevé, voire gratuit, permet un usage fréquent par le monde associa f.

4 Mul plicité des u lisa ons Maison mul services de Ligny Philippe Leconte, Bourgmestre de la commune de Sombreffe En développement rural depuis 2004, la commune de Sombreffe et sa CLDR ont décidé de me re en œuvre plusieurs projets qui renforcent le développement et la convivialité du territoire. Un projet-pilote de réhabilita on d une ancienne ferme va perme re la créa on d une maison mul- services dans ce e commune de 2500 habitants qui souffre d un manque d offres commerciales et de services. Le projet, d un montant de deux millions d euros, comprend quatre logements à des na on des jeunes ménages, des locaux pour des ac vités culturelles et théâtrales, trois bureaux dédiés à des services pour la popula on (permanences de mutuelles, régie communale, échanges de livres, liens avec les associa ons locales). L inaugura on aura lieu en 2015 et a été rendue possible grâce à un cofinancement du développement rural wallon et une prise en charge des équipements et autres postes spécifiques notamment dans le cadre du FEADER. Débat : est-ce que l espace mul services peut accueillir des commerces? Selon Xavier Dubois (DGO3), la valorisa on des ressources locales peut être prise en compte dans le cadre d un atelier rural qui s mule le développement économique local. Une maison de village n a pas pour voca on d avoir une affecta on commerciale qui générerait des bénéfices. Evidemment, il est envisageable d avoir un dépôt de panier bio ou une vitrine des produits du terroir. la polyvalence des maisons mul services est un atout si sa concep on est concertée avec les futurs usagers en fonc on des besoins appréhendés. La créa on d un pôle a rac f générant une dynamique sur le territoire communal.

5 Dynamique citoyenne et associa ve La maison de village d Ebly, Léglise André Lecomte et Pascal Delperdange André Lecomte (ancien bourgmestre) : Léglise a entamé son ODR en 1995 avec l aide de la FRW. La principale caractéris que de la commune est son essor démographique et l accueil des nouveaux habitants. Des demandes de subven ons axées sur la sécurisa on des espaces publics et la mise en valeur du patrimoine local (abreuvoir) ont été introduites. La conven on 1999 concernait la rénova on d une maison de village à Ebly. Un bail emphytéo que a été conclu entre la Commune et le Doyenné. La rénova on du bâ ment concernait son rehaussement, l installa on des sanitaires et un local pour le club des jeunes. Les par es consacrées à l isola on et l installa on d une cuisine ont été financées par le comité de village. Les habitants se sont inves s dans les travaux. Pascal Delperdange (président du comité de ges on) : la salle paroissiale a été gérée durant de longues années par une seule personne. Le rachat par la Commune a encouragé la créa on d un comité de ges- on via un appel public. Les ac vités du comité ont permis le financement des équipements de la salle de village. Les ac vités sont diverses (pe ts déjeuners OXFAM, ac ons Télévie, dépôt de paniers du terroir) même si la kermesse reste le grand moment de l année. Des tarifs préféren els existent pour les habitants d Ebly. Ce comité, composé d habitants du village, gère la maison de village (calendrier des ac vités, loca on, travaux). La Commune et le comité de ges on organisent une rencontre annuelle avec la présenta on des comptes de l associa on et des points qui nécessiteraient une aide de la part du pouvoir communal. Une appropria on forte et une implica on des habitants bénévoles permet de mieux faire vivre leur village (mais elle peut manquer aussi). La pérennité de la ges on doit être envisagée par toutes les par es prenantes. Cadrage réglementaire Xavier Dubois, DGO3 La poli que régionale de développement rural se base toujours sur l implica on de la CLDR (rassemblant popula on et élus) pour définir une stratégie de développement sur base d un diagnos c concré sée par des projets. L intégra on du développement durable à la suite de la modifica on en 2014 du décret de 1991 renforce ce e démarche notamment en ma ère de transversalité et de par cipa on de la popula on. Le développement rural se caractérise par la diversité des projets. L administra on régionale encourage d ailleurs les communes rurales à réaliser des maisons de village polyvalentes pour des ac vités conviviales, associa ves, fes ves mais également des ac vités en lien avec la cohésion sociale, la valorisa on des savoir-faire locaux et les produits du terroir. Pour l Administra on, il n est pas souhaitable que ce type d infrastructure intègre des ac vités commerciales. Depuis quelques années, le coût des projets demandés dans le cadre du développement rural s est largement accru ; au-delà de , la Commune doit s impliquer à hauteur de 50 %. En ce qui concerne les bénéfices générés, la procédure indique que ceux-ci doivent être réinves s dans des projets inscrits dans le PCDR. Chaque année, à travers le rapport annuel, la ges on des comptes et le calendrier des ac vités des maisons de villages est présentée à la CLDR et aux autorités régionales.

6 Les variantes des maisons de village Xavier Dubois, DGO3 Maison rurale : une maisons de village où sont combinées les compétences régionales et communautaires en lien avec les ma ères personnalisables ou culturelles (max 50% des ac vités et 50% d espaces dédiés spécifiquement). Maison de l en té : une infrastructure qui sert de maison de village pour l ensemble du territoire (Orp- Jauche a mis en place une maison de l en té qui correspond à la demande de la popula on et à la réalité du territoire communal). Une maison ou salle de quar er : même voca on qu une maison de village mais à une autre échelle : actuellement, pas d exemple de financement dans le cadre de la poli que de développement rural. Dans le cadre du PWDR (financée conjointement par l Europe et la Wallonie), il est possible de subsidier des maisons de village en me ant en avant leur caractère polyvalent. Conclusions par Nicolas Grégoire, Représentant du Ministre de la ruralité René Collin Le cœur de la poli que régionale en faveur de la ruralité est cons tué par les opéra ons de développement rural. Celles-ci évoluent en fonc on des besoins des communes rurales. Dans ce e op que, on peut citer notamment les maisons rurales, fruit d une collabora on entre la Région wallonne et la Communauté française. Le décret, adopté par le parlement wallon le 11 avril 2014, révise et abroge le décret du 6 juin 1991, renforce le volet développement durable, permet plus de flexibilité (addenda après cinq ans) et encourage la transcommunalité (subven ons spécifiques à hauteur de 90 %). Une circulaire précisant les modalités de mise en œuvre du décret et de son arrêté d applica on sera disponible dans les prochaines semaines, notamment en ce qui concerne les délais de traitement à respecter. Au-delà du cadre administra f et juridique, ce e poli que doit rester souple pour répondre aux défis de chaque commune rurale. Dans ce cadre, Nicolas Grégoire souligne la grande u lité du travail de facilitateur au quo dien mené par la FRW en partenariat avec l Administra on auprès des communes rurales. Pour toute demande d informa on complémentaire, veuillez contacter l équipe Semois-Ardenne de la Fonda on Rurale de Wallonie Par téléphone : 063/ Par Par courrier : Fonda on Rurale de Wallonie Equipe Semois-Ardenne Rue de France, 19A 6730 Tin gny

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE DECOUVRIR ALLIANCE Assurances : ALLIANCE Assurances est une Société par ac ons à capitaux privés na onaux. Elle a débuté ses ac vités en 2005. Le volume des primes collectées

Plus en détail

A PROPOS D ITIL. Parcours de cer fica on. Autres presta ons sur demande GOUVERNANCE DU SI. Où se situe ITIL...

A PROPOS D ITIL. Parcours de cer fica on. Autres presta ons sur demande GOUVERNANCE DU SI. Où se situe ITIL... A PROPOS D ITIL ITIL forme un cadre de meilleures pra ques pour la ges on des systèmes d informa on. ITIL donne des conseils sur la gouvernance des SI avec une focalisa on sur la mesure de la qualité des

Plus en détail

www.cogitar.com Formations Microsoft Office

www.cogitar.com Formations Microsoft Office www.cogitar.com Formations Microsoft Office Et si vous déléguiez la maîtrise d ouvrage de votre projet informatique? L idée consiste à confier à un prestataire e x t e r n e non pas toute la réalisation

Plus en détail

Présenta on de notre offre de partenariats

Présenta on de notre offre de partenariats NOS ATOUTS: As Du Grand Lyon Votre grossiste en Assurance De Prêt Remboursement des cotisations* Comparateur Multi-Compagnies * Quelle que soit la compagnie: APRIL, Allianz, Generali... Présenta on de

Plus en détail

Le Secteur Associatif de la Mutualité Socialiste du Hainaut Occidental. vous propose

Le Secteur Associatif de la Mutualité Socialiste du Hainaut Occidental. vous propose Le Secteur Associatif de la Mutualité Socialiste du Hainaut Occidental vous propose Proposi ons de forma ons et d interven ons de FPS Tam asbl Le Secteur Associa f de la Mutualité Socialiste du Hainaut

Plus en détail

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile PRÉSENTATION: SERVICES RENDUS POUR ENTREPRISES En tant que consultant en sûreté et intervenant en préven on des risques professionnels [IPRP], il est de mon ressort de m assurer que la protec on des biens

Plus en détail

Secteur Accompagnement CULTURE GÉNÉRALE (ECG) CULTURE GÉNÉRALE POUR ADULTES

Secteur Accompagnement CULTURE GÉNÉRALE (ECG) CULTURE GÉNÉRALE POUR ADULTES Secteur Accompagnement CULTURE GÉNÉRALE (ECG) CULTURE GÉNÉRALE POUR ADULTES 1 Situation de la formation Domaines Bilans de compétences Coaching Commerce Culture générale (ECG) Finances Formation de formateurs

Plus en détail

Association Lorraine Energies Renouvelables PROGRAMME DES LEGES ET LYCEES

Association Lorraine Energies Renouvelables PROGRAMME DES LEGES ET LYCEES PROGRAMME DES ANIMATIONS SC SCOLAIRES OLAIRES LEGES ET LYCEES COLLEGES Association Lorraine Energies Renouvelables Depuis 2005, Lorraine Energies Renouvelables mène des ac ons de sensibilisa on sur les

Plus en détail

L assurance collec ve. Sans compromis. Fier partenaire du

L assurance collec ve. Sans compromis. Fier partenaire du L assurance collec ve. Fier partenaire du Qui sommes-nous? 5 Notre indépendance 6 Des références impeccables 7 Nos conseillers 7 Bâ r sur du solide Un bilan ini al 9 Une vigie con nue 10 Un service annuel

Plus en détail

MATHÉMATIQUES PRÉ-EMPLOI 11 Document provisoire PROGRAMME D ÉTUDES

MATHÉMATIQUES PRÉ-EMPLOI 11 Document provisoire PROGRAMME D ÉTUDES MATHÉMATIQUES PRÉ-EMPLOI 11 Document provisoire PROGRAMME D ÉTUDES Programme d études «Mathéma ques pré-emploi 11», 2013 Droit d auteur de la Couronne, Province de la Nouvelle-Écosse, 2013 Document préparé

Plus en détail

Réunion de CLDR Le 29 janvier 2015, au hall sportif de Neerheylissem Compte-rendu (avant approbation)

Réunion de CLDR Le 29 janvier 2015, au hall sportif de Neerheylissem Compte-rendu (avant approbation) Ensemble, pour des villages vivants OPERATION DE DEVELOPPEMENT RURAL COMMUNE D HÉLÉCINE Réunion de CLDR Le 29 janvier 2015, au hall sportif de Neerheylissem Compte-rendu (avant approbation) FRW, le 30

Plus en détail

drums for incentive and teambuilding

drums for incentive and teambuilding drums for incentive and teambuilding Sommaire Introduction...4 Fanka La force des percussions...5 Incentive Pulse Session...6 Teambuilding Drum Impact...8 Leadership Rhythms Master...10 Spectacle Fanka

Plus en détail

Sommaire. Edito. Au travers de ce catalogue, vous allez découvrir notre offre de forma- ons, adaptée à vos besoins.

Sommaire. Edito. Au travers de ce catalogue, vous allez découvrir notre offre de forma- ons, adaptée à vos besoins. Catalogue des Forma ons Con nues AGIR POUR REUSSIR www.artisanat.fr Edito Mes chers collègues ar sans de Charente, l ar sanat est un secteur où la compé vité repose essen ellement sur la qualifica on des

Plus en détail

La Gestion des Patients, C est Notre Métier!

La Gestion des Patients, C est Notre Métier! La Gestion des Patients, C est Notre Métier! DIAMM, le constructeur de dossier pa ent pour : Les Structures Hospitalières publiques et privées, Les Unités de Soins, Les Plateaux Techniques, Les Cabinets

Plus en détail

Nos presta ons. Véritable plus value pour les membres

Nos presta ons. Véritable plus value pour les membres Nos presta ons Véritable plus value pour les membres L aménagement d interac ons réussies entre l Associa on et ses membres cons tue un réel défi pour une associa on sectorielle moderne. Une affilia on

Plus en détail

Séjour Linguistique et Culturel

Séjour Linguistique et Culturel 1 sur 8 03/11/2015 08:45 Séjour Linguis que et Culturel Dossier de Cofinancement de la «Région» dans le cadre de la mobilité : "Séjour Linguis que et Culturel" (Retour de Mobilité, Bilan pédagogique et

Plus en détail

Informatique et Internet

Informatique et Internet printemps / été 2009 Informatique et Internet Pour plus de souplesse dans vos affaires! 1 Un Partenaire de Confiance pour vous et votre PME Nos Solu ons Serveur Nos Solu ons Serveurs Microso Small Business

Plus en détail

Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux!

Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux! Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux! Ce guide, dédié aux étudiants de l université de Bourgogne a pour objec f de donner des conseils et des bonnes pra ques pour u liser au mieux

Plus en détail

Charte d organisa on et de fonc onnement du service de Médecine Professionnelle et Préven ve

Charte d organisa on et de fonc onnement du service de Médecine Professionnelle et Préven ve Page 2 Propos introduc f Ce e charte vise à perme re aux collec vités territoriales du Territoire de Belfort adhérentes au service de Médecine du Centre de Ges on de la Fonc on Publique Territoriale du

Plus en détail

Rapport annuel 2013 2014

Rapport annuel 2013 2014 Rapport annuel 2013 2014 Table des matières Mot de la présidente et de la directrice 01 Conseil d administra on 02 L équipe de travail 03 Mission et objec fs 04 Les services et le territoire desservi 05

Plus en détail

Diagnostic commercial et éléments de stratégie Commune de Guidel

Diagnostic commercial et éléments de stratégie Commune de Guidel n 70 décembre 2014 Diagnostic commercial et éléments de stratégie Commune de Guidel Environnement Habitat Économie Sites d'activités Emploi Formation Déplacements Tourisme Population Social Contacts :

Plus en détail

STRATEGIES-ICMC. Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement

STRATEGIES-ICMC. Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement STRATEGIES-ICMC Ins tut de Communica on et Méthodologie du Changement L équipe STRATEGIES-ICMC vous accueille! Notre équipe d enseignants cer fié s et membres de fédéra on française NLPNL, vous emmène

Plus en détail

Carnet de guerre de Rob Roy, 1939-1944

Carnet de guerre de Rob Roy, 1939-1944 Dossier enseignant Exposition du 25 avril au 30 juillet Musée des Armes de Tulle Carnet de guerre de Rob Roy, 1939-1944 Récit du dimanche 12 mai 1940 : «Le soir venu, plus un anglais ne reste sur le terrain

Plus en détail

Dossier enseignant. Exposition du 15 novembre 2013 au 11 juin 2014 Musée des Armes de Tulle

Dossier enseignant. Exposition du 15 novembre 2013 au 11 juin 2014 Musée des Armes de Tulle Dossier enseignant Exposition du 15 novembre 2013 au 11 juin 2014 Musée des Armes de Tulle Présenta on de 1939-1945 : La Manufacture d Armes de Tulle pendant la Seconde Guerre mondiale Le musée des Armes

Plus en détail

Compte rendu du Groupe de Travail n 2 : «Activités économiques, Emploi, Agriculture, Ressources naturelles» du 24 février 2015

Compte rendu du Groupe de Travail n 2 : «Activités économiques, Emploi, Agriculture, Ressources naturelles» du 24 février 2015 Compte rendu du Groupe de Travail n 2 : «Activités économiques, Emploi, Agriculture, Ressources naturelles» du 24 février 2015 Présents 02 mars 2015 30 personnes présentes et 2 personnes excusées - Liste

Plus en détail

Catalogue formations. Conseil et services Monétique et transactions électroniques sécurisées

Catalogue formations. Conseil et services Monétique et transactions électroniques sécurisées 2013 Catalogue formations 1 er semestre 2013 + 2 e semestre 2013 Conseil et services Monétique et transactions électroniques sécurisées 2013 Dans le monde de la monétique et plus largement des transactions

Plus en détail

Table de Matières INTRODUCTION...1 L`AMELIORATION DE LA QUALITE ET LE ROLE DU COACHING...2

Table de Matières INTRODUCTION...1 L`AMELIORATION DE LA QUALITE ET LE ROLE DU COACHING...2 Le Coaching comme un de la Qualité Ou l d Accompagnement des Équipes d Améliora on Octobre 2011 DISCLAIMER Les points de vue dans ce e publica on ne sont pas une réflexion des points de vue de l Agence

Plus en détail

G"#$ &'()#*+ Tableau récapitula.f PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL. Janvier 2012

G#$ &'()#*+ Tableau récapitula.f PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL. Janvier 2012 G"#$ &'()#*+ PROGRAMME COMMUNAL DE DÉVELOPPEMENT RURAL Tableau récapitula.f Janvier 2012 PCDR Grez Doiceau Partie 5: Tableau récapitulatif des projets PCDR Grez Doiceau Partie 5: Tableau récapitulatif

Plus en détail

Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes

Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes Sou en au Réseau na onal de concep on du Canada dans l avancement de l innova on en ma ère de micro et nanosystèmes INNOVATE COLLABORATE COMMERCIALIZE Un écosystème na onal pour l excellence en recherche

Plus en détail

La DTSI, un acteur majeur du numérique calédonien ou l innova on technologique rime avec stratégie.

La DTSI, un acteur majeur du numérique calédonien ou l innova on technologique rime avec stratégie. La DTSI, un acteur majeur du numérique calédonien ou l innova on technologique rime avec stratégie. DTSI : Direction des Technologies et des Services de l Information La DTSI assure un rôle de conseil

Plus en détail

Charte graphique J u i l l e t 2 0 0 8

Charte graphique J u i l l e t 2 0 0 8 Charte graphique J u i l l e t 2 0 0 8 Sommaire Sommaire Introduc on Symbolique et valeurs Structure du logotype Construc on du logotype Typographies du logotype Fichiers numériques du logotype Couleurs

Plus en détail

LES SENIORS A PARIS. Sommaire D O S S I E R S P E C I A L. Panorama sur les seniors à Paris... 2. Seniors, acteurs incontournables dans la Cité...

LES SENIORS A PARIS. Sommaire D O S S I E R S P E C I A L. Panorama sur les seniors à Paris... 2. Seniors, acteurs incontournables dans la Cité... LES SENIORS A PARIS D O S S I E R Sommaire S P E C I A L Panorama sur les seniors à Paris............... 2 Seniors, acteurs incontournables dans la Cité.... 3 Engagement associa f et citoyen La Ville de

Plus en détail

Les Cahiers. de la Fondation rurale de Wallonie. N 1 - L Atelier Rural. Comment le concevoir? Comment le financer?

Les Cahiers. de la Fondation rurale de Wallonie. N 1 - L Atelier Rural. Comment le concevoir? Comment le financer? Les Cahiers de la Fondation rurale de Wallonie N 1 - L Atelier Rural Une solution communale pour garder et développer des petites entreprises à la campagne dans le cadre d une opération de développement

Plus en détail

FICHE II. 5 Construction de logements publics intergénérationnels

FICHE II. 5 Construction de logements publics intergénérationnels DESCRIPTION DU PROJET Le projet vise le développement de logements publics destinés prioritairement aux personnes originaires de la commune. Dans le souci de renforcer les solidarités locales, la commune

Plus en détail

Centre de Médecine Physique et de Réadapta on pour Enfants de Flavigny sur Moselle

Centre de Médecine Physique et de Réadapta on pour Enfants de Flavigny sur Moselle Centre de Médecine Physique et de Réadapta on pour Enfants de Flavigny sur Moselle Bienvenue L Ins tut Régional de médecine physique et de Réadapta on (IRR) cons tue un ensemble de services et centres

Plus en détail

16 LE BILAN D UNE BANQUE

16 LE BILAN D UNE BANQUE INTRODUCTION Cet ouvrage traite des états financiers des établissements de crédit, établis selon les normes comptables interna onales. Il se situe dans le prolongement du livre du même nom rédigé par Françoise

Plus en détail

Activités & Savoir-faire

Activités & Savoir-faire Activités & Savoir-faire Chargé(e) de mission TIC Pôle Promo on, Communica on, Web Devianart Fullmetalclo Chargé(e) de TIC Les chargé(e)s de mission Technologie de l Informa on et de la Communica on (TIC)

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL. «Appel à coopérer dans le cadre du programme LEADER 2007-2013» Cahier des charges. De la Guadeloupe 2007-2013

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL. «Appel à coopérer dans le cadre du programme LEADER 2007-2013» Cahier des charges. De la Guadeloupe 2007-2013 PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL De la Guadeloupe 2007-2013 «Appel à coopérer dans le cadre du programme LEADER 2007-2013» Cahier des charges 1 1. Contexte Présentation du programme Leader LEADER est un

Plus en détail

FICHE II. 3 Création d une maison rurale, maison de la mémoire et de la citoyenneté (Tourinnes-la-Grosse)

FICHE II. 3 Création d une maison rurale, maison de la mémoire et de la citoyenneté (Tourinnes-la-Grosse) DESCRIPTION DU PROJET Ce projet consiste à créer dans le village de Tourinnes-la-Grosse un lieu de rencontre fédérateur à triple fonction : - Mise à disposition des habitants du village de locaux communaux

Plus en détail

Maque e pédagogique de la pompe à eau à énergie éolienne

Maque e pédagogique de la pompe à eau à énergie éolienne Maque e pédagogique de la pompe à eau à énergie éolienne Explica ons quant à la technologie de la pompe à eau à énergie éolienne. Une pompe à eau à énergie éolienne n a pas nécessairement comme but d avoir

Plus en détail

Créer une base de données en histoire de l art : comment s y prendre?

Créer une base de données en histoire de l art : comment s y prendre? Créer une base de données en histoire de l art : comment s y prendre? Béatrice J -P et Claire L Ce texte est issu d une double expérience pra que (temps perdu, échecs, déconvenues ) et surtout de discussions

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. 11 rue Hélène 75 849 PARIS CEDEX. www.agefos-pme-iledefrance.com. Appel à proposi on

AGEFOS PME Ile-de-France. 11 rue Hélène 75 849 PARIS CEDEX. www.agefos-pme-iledefrance.com. Appel à proposi on 11 rue Hélène 75 849 PARIS CEDEX www.agefos-pme-iledefrance.com Appel à proposi on AGEFOS PME IDF s'inscrit dans la démarche de la Professionnalisa on des demandeurs d'emploi pour les mé ers du WEB Consulta

Plus en détail

La maison de village de Mormont (Erezée)

La maison de village de Mormont (Erezée) Les fiches d aménagement rural La maison de village de Mormont (Erezée) Quand développement rural rime avec aménagement du territoire, urbanisme, architecture et patrimoine! 3 Erezée CARTE D IDENTITE En

Plus en détail

GUIDE FUNERAIRE. Démarches administratives après un décès

GUIDE FUNERAIRE. Démarches administratives après un décès GUIDE FUNERAIRE Démarches administratives après un décès Ce guide est distribué par Suli Prévoyance Obsèques. >> VOTRE GUIDE Lors du décès d un proche, il est impéra f d effectuer un certain nombre de

Plus en détail

Opération de Développement Rural. Compte rendu de la réunion d information consultation de Lincent le 16 octobre 2014

Opération de Développement Rural. Compte rendu de la réunion d information consultation de Lincent le 16 octobre 2014 Présences : Opération de Développement Rural Compte rendu de la réunion d information consultation de Lincent le 16 octobre 2014 Nombre d habitants : 58 personnes Pour le Collège communal : Yves Kinnard

Plus en détail

Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie.

Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie. Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie. 1 SERVICE PUBLIC DE WALLONIE DIRECTIONS GENERALES OPERATIONNELLES DGO 1 «Routes et bâtiments»

Plus en détail

FAQ PRECAD PARCELLES

FAQ PRECAD PARCELLES FAQ PRECAD PARCELLES Qu entendons-nous par «arrêtés Precad»?... 2 Dans quel cas faut-il introduire une demande d identifiant(s) parcellaire(s) réservé(s)?... 2 L arrêté est-il d application pour un acte

Plus en détail

YNTHÈSE ARNET LA FORMATION AGIR AUPRÈS DE LA PERSONNE ÂGÉE : IMPACTS SUR LA PRATIQUE DES PRÉPOSÉS AUX BÉNÉFICIAIRES EN CHSLD

YNTHÈSE ARNET LA FORMATION AGIR AUPRÈS DE LA PERSONNE ÂGÉE : IMPACTS SUR LA PRATIQUE DES PRÉPOSÉS AUX BÉNÉFICIAIRES EN CHSLD ARNET YNTHÈSE LA FORMATION AGIR AUPRÈS DE LA PERSONNE ÂGÉE : IMPACTS SUR LA PRATIQUE DES PRÉPOSÉS AUX BÉNÉFICIAIRES EN CHSLD YVES COUTURIER, Ph.D. FRANÇOIS AUBRY, Ph.D. FRÉDÉRIC GILBERT, Ph.D. 2 La formation

Plus en détail

Les déplacements une préoccupation collective

Les déplacements une préoccupation collective Les déplacements une préoccupation collective En constante augmentation sur notre territoire, les déplacements ont un impact environnemental, économique et social grandissant et de plus en plus préoccupant.

Plus en détail

Programme informatique et multimédia De janvier à avril 2015

Programme informatique et multimédia De janvier à avril 2015 L O.I.P.A est une associa on de loi 1901, qui propose des ac vités de loisirs aux retraités Isséens ainsi qu un service de bénévolat à domicile. L un de ses objec fs est de sensibiliser et d ini er le

Plus en détail

INFO SERUM. Journal du Syndicat des Employé(e)s de la Recherche de l Université de Montréal. Mot de la présidente

INFO SERUM. Journal du Syndicat des Employé(e)s de la Recherche de l Université de Montréal. Mot de la présidente Journal du Syndicat des Employé(e)s de la Recherche de l Université de Montréal INFO SERUM Info SERUM 2014 Vol. 4, no 1 Mot de la présidente Bien que le temps nous manque entre la vie professionnelle et

Plus en détail

Dossier de presse. Contact Presse Service communication tél : 05 53 71 60 66 email : mmineray-villeneuvois.fr

Dossier de presse. Contact Presse Service communication tél : 05 53 71 60 66 email : mmineray-villeneuvois.fr Dossier de presse Contact Presse Service communication tél : 05 53 71 60 66 email : mmineray-villeneuvois.fr Sommaire 3 Présentation du salon 4 Un contexte économique délicat 5 Les ateliers-débats 8 Une

Plus en détail

Protocole d accord relatif à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Protocole d accord relatif à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 2013 Protocole d accord relatif à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Plus en détail

Fournisseurs de services d irriga on Un plan d ac vités

Fournisseurs de services d irriga on Un plan d ac vités Document de projet d entreprise pour la ges on de l eau en agriculture Fournisseurs de services d irriga on Un plan d ac vités Améliorer l accès à l eau pour les pe ts exploitants agricoles en Afrique

Plus en détail

Mémorandum 2014. La Fondation Rurale de Wallonie L EMPLOI EN MILIEU RURAL 3 LA MOBILITÉ RURALE 6 LE LOGEMENT EN MILIEU RURAL 7

Mémorandum 2014. La Fondation Rurale de Wallonie L EMPLOI EN MILIEU RURAL 3 LA MOBILITÉ RURALE 6 LE LOGEMENT EN MILIEU RURAL 7 Ensemble, pour des villages vivants 10 juin 2014 La Fondation Rurale de Wallonie Mémorandum 2014 L EMPLOI EN MILIEU RURAL 3 LA MOBILITÉ RURALE 6 LE LOGEMENT EN MILIEU RURAL 7 Fondation Rurale de Wallonie

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque CHAPITRE 1 Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque Ce e comparaison met en évidence des différences, liées aux par cularités des ac vités bancaires. 1.1 DESCRIPTION SUCCINCTE

Plus en détail

Logements locatifs mis en place dans le cadre d un PCDR Juin 2015

Logements locatifs mis en place dans le cadre d un PCDR Juin 2015 Logements locatifs mis en place dans le cadre d un PCDR Juin 2015 Unité d Economie et Développement Rural - CAPRU Brulard C., Dogot Th., Lebailly Ph. Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech TABLE DES

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION GESTION DES PATIENTS ESPACE PROFESSIONNEL

MANUEL D UTILISATION GESTION DES PATIENTS ESPACE PROFESSIONNEL MANUEL D UTILISATION GESTION DES PATIENTS ESPACE PROFESSIONNEL 1 Cher Docteur, Nous espérons que le développement de ce nouvel ou l vous aidera dans votre ac vité thérapeu que quo dienne. Si après avoir

Plus en détail

Fiche filière Relation Client

Fiche filière Relation Client Numéro 1 Juillet 2010 Edito Chaque mois, à Marseille, à l ini a ve de la Maison de l Emploi, les professionnels de l emploi du territoire se retrouvent pour partager des informa ons issues du terrain,

Plus en détail

Comment le concevoir? Comment lui donner vie?... dans le cadre d une opération de développement rural

Comment le concevoir? Comment lui donner vie?... dans le cadre d une opération de développement rural Les Cahiers de la Fondation Rurale de Wallonie N 3 - Le logement intergénérationnel Une solution pour améliorer la qualité de vie des seniors et des jeunes ménages Comment le concevoir? Comment lui donner

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

Manuel d installation et de prise en main. protexa. Version 2

Manuel d installation et de prise en main. protexa. Version 2 Manuel d installation et de prise en main protexa Version 2 Sommaire Avant propos I. Installa on 1- Pré requis 2- Contenu du coffret 3- Installa on II. Premier lancement 1- Mot de passe par défaut 2- Assistance

Plus en détail

P R E F S LE LIVRE BLANC SUR L ECOLE SENEGALAISE

P R E F S LE LIVRE BLANC SUR L ECOLE SENEGALAISE P R E F S LE LIVRE BLANC SUR L ECOLE SENEGALAISE CONTRIBUTION CITOYENNE AUX CONCERTATIONS SUR L EDUCATION ET LA FORMATION SEPT QUESTIONS CLEFS, SEPT PLAIES PROFONDES, CINQ AFFECTIONS DE LONGUE DUREE, VINGT-ET-UNE

Plus en détail

Centre Régional d Aide aux Communes

Centre Régional d Aide aux Communes Centre Régional d Aide aux Communes Séance d information Travaux Subsidiés Namur, le 26 novembre 2009 Liège, le 30 novembre 2009 Mons, le 2 décembre 2009 1 Etape 1 Dossier de demandes de liquidation à

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST

CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST CONVENTION DE PARTENARIAT entre la PRÉFECTURE DES ALPES-MARITIMES et la CAISSE REGIONALE d'assurance MALADIE du SUD- EST en vue de prévenir le risque routier encouru par les salariés Entre la Préfecture

Plus en détail

Les formations proposées

Les formations proposées 2 Les formations proposées Siener Informa que, distributeur de solu ons informa ques depuis plus de 20 ans, s efforce de sa sfaire les demandes de ses clients, de la plus simple à la plus exigeante, pour

Plus en détail

Aéroport International. Toulon - Hyères. www.toulon-hyeres.aeroport.fr

Aéroport International. Toulon - Hyères. www.toulon-hyeres.aeroport.fr - Aéroport International Toulon - Hyères 1 - SOMMAIRE Présentation Typologie passagers Activités aériennes Zoom 2010 Perspectives 2011 Services, commerces, événementiels L engagement qualité/environnement

Plus en détail

Maisons de village en Région wallonne : analyse de cas Octobre 2012

Maisons de village en Région wallonne : analyse de cas Octobre 2012 Octobre 2012 Unité d Economie et Développement Rural - CAPRU Ir. Brulard C., Ir. Mercier M., Dr. Dogot T., Prof. Lebailly P. Université de Liège Gembloux Agro-Bio Tech TABLE DES MATIERES I. Définition

Plus en détail

Opération de Développement Rural de Waremme OLEYE BLERET BOVENISTIER WAREMME

Opération de Développement Rural de Waremme OLEYE BLERET BOVENISTIER WAREMME Opération de Développement Rural de Waremme OLEYE BLERET BETTINCOURT GRAND-AXHE WAREMME BOVENISTIER LANTREMANGE Table des matières Edito p.3 Une ODR, de quoi parle-t-on? p.4 Les trois étapes principales

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE - F.A.Q.

GUIDE PRATIQUE - F.A.Q. Qui peut bénéficier d un séjour proposé par le secteur jeunesse du Caes? Les enfants à charge jusqu à 20 ans inclus d agent Inserm en ac vité ou retraité. Au moins un des deux parents doit être ouvrant

Plus en détail

MANHAY 28 NOVEMBRE 2013

MANHAY 28 NOVEMBRE 2013 Opération de Développement Ensemble pour des villages vivants Rural de Manhay RÉUNION D INFORMATION ET DE CONSULTATION DES INDÉPENDANTS DE MANHAY 28 NOVEMBRE 2013 Haute Ardenne Présents : Dehard Marie-France,

Plus en détail

SECTEUR JEUNESSE Anne ATHIMON 93, Avenue de Fontainebleau 94 270 LE KREMLIN BICETRE anne.athimon@inserm.fr Tel : 01 82 53 34 30

SECTEUR JEUNESSE Anne ATHIMON 93, Avenue de Fontainebleau 94 270 LE KREMLIN BICETRE anne.athimon@inserm.fr Tel : 01 82 53 34 30 LES SUBVENTIONS PENDANT LES VACANCES SCOLAIRES Les enfants à charge sont subven onnés jusqu à 20 inclus (moins de 21 ans) et pour un maximum de 45 jours par an dont 15 jours maximum pour les stages spor

Plus en détail

INDEX MESSAGE DU DIRECTEUR GENERAL 06 MISE EN CONTEXTE VUE D ENSEMBLE DE LA AIC STRUCTURE DE L ENTREPRISE IMAGE DE MARQUE DE L ENTREPRISE

INDEX MESSAGE DU DIRECTEUR GENERAL 06 MISE EN CONTEXTE VUE D ENSEMBLE DE LA AIC STRUCTURE DE L ENTREPRISE IMAGE DE MARQUE DE L ENTREPRISE Rapport Annuel 2012 INDEX MESSAGE DU DIRECTEUR GENERAL 06 MISE EN CONTEXTE 10 VUE D ENSEMBLE DE LA AIC 14 STRUCTURE DE L ENTREPRISE 16 IMAGE DE MARQUE DE L ENTREPRISE 20 NOUVELLE IMAGE 22 RAPPORT D ACTIVITES

Plus en détail

LIVRE BLANC. Septembre 2012

LIVRE BLANC. Septembre 2012 LIVRE BLANC SUR LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Septembre 2012 LIVRE BLANC SUR LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Préface «Une ambition au service des personnes protégées» Près d un million de nos

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion du groupe de travail «Maison de village d Evelette» du 27 janvier 2015

Compte-rendu de la réunion du groupe de travail «Maison de village d Evelette» du 27 janvier 2015 Condroz Condroz Ohey - Opération de développement rural (ODR) Participants : Compte-rendu de la réunion du groupe de travail «Maison de village d Evelette» du 27 janvier 2015 Havelange, le 02 février 2015

Plus en détail

A en on : pour éviter les risques de choc électrique ou des dommages à la personne ou au matériel

A en on : pour éviter les risques de choc électrique ou des dommages à la personne ou au matériel 41292195 ISUZU Satellite Mesures importantes pour la sécurité A en on : pour éviter les risques de choc électrique ou des dommages à la personne ou au matériel U lisez un vêtement de travail, des protec

Plus en détail

FICHE I. 2 Ecorénovation d un bâtiment industriel en maison rurale, logement public et atelier rural artisanal à L Ecluse

FICHE I. 2 Ecorénovation d un bâtiment industriel en maison rurale, logement public et atelier rural artisanal à L Ecluse DESCRIPTION DU PROJET Les établissements Van Brabant, situés rue de Gaët à L Écluse, s'inscrivent dans un tissu rural peu dense présentant une qualité paysagère et une biodiversité riche. Le projet propose

Plus en détail

Une nouvelle manière de travailler dans votre commune rurale?

Une nouvelle manière de travailler dans votre commune rurale? COWORKING CENTRES DE TÉLÉTRAVAIL Une nouvelle manière de travailler dans votre commune rurale? BUREAUX PARTAGÉS RAPPORT - 17 OCTOBRE 2014 TIERS-LIEUX PRÉAMBULE Depuis 2012, les centres de télétravail fleurissent

Plus en détail

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives 1 Ce document a été réalisé par la Direction du développement régional et de l économie sociale du ministère des Affaires municipales,

Plus en détail

INFORMATIQUE FORMATION BUREAUTIQUE

INFORMATIQUE FORMATION BUREAUTIQUE Secteur Tertiaire INFORMATIQUE FORMATION BUREAUTIQUE STEP 1 Situation de la formation Domaines Bilans de compétences Coaching Commerce Culture générale (ECG) Finances Formation de formateurs Français Horlogerie

Plus en détail

Les 11 métiers présents dans les Travaux Publics

Les 11 métiers présents dans les Travaux Publics Les 11 métiers présents dans les Travaux Publics Conducteur de travaux //////////////////////////////////////////////////////////////////// page 2 Chef de chantier /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Partie 1 : Caractérisation générale de l entrepreneur et de son entreprise

Partie 1 : Caractérisation générale de l entrepreneur et de son entreprise Commune : Nom de l enquêteur : Nom de l entreprise : Date : Secteur d activité : Dans le cadre d une convention Région wallonne, nous avons été chargés d identifier des pistes d intervention concrètes

Plus en détail

Pour dynamiser vos forma ons

Pour dynamiser vos forma ons Des logiciels performants pour réussir vos projets e-learning Le succès de nos logiciels réside dans le rapport inégalé entre simplicité et performance offert aux u lisateurs. Scénarisa on, concep on,

Plus en détail

Une filière émergente à structurer

Une filière émergente à structurer La «Silver économie» en Vendée Février 2015 Une filière émergente à structurer Les défis posés par le vieillissement de la popula on de la plupart des pays occiden taux passent par une muta on structurelle

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, et de l Energie Direction Générale de la Prévention des Risques Service de la Prévention des Nuisances et de la Qualité de l Environnement

Plus en détail

Un seul outil pour tout prévoir

Un seul outil pour tout prévoir Un seul outil pour tout prévoir Le planificateur testamentaire et successoral intégré Préparer l avenir...aujourd hui LA FONDATION COMMUNAUTAIRE JUIVE DE MONTRÉAL 1, Carré Cummings Square Montreal, Quebec

Plus en détail

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille DESCRIPTION DU PROJET Le projet prévoit l aménagement d une maison multiservices dont une partie constituerait en la mise en place d une structure d accueil des personnes âgées adaptée à l échelle communale

Plus en détail

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 Vendredi 15 mars 2013 Dossier de presse CONTACTS presse Grand Nancy : Élise FRISONI - 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00- elise.frisoni@grand-nancy.org

Plus en détail

42652895 NISSAN Navara

42652895 NISSAN Navara 42652895 NISSAN Navara Mesures importantes pour la sécurité A en on : pour éviter les risques de choc électrique ou des dommages à la personne ou au matériel U lisez un vêtement de travail, des protec

Plus en détail

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes

La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Les fiches d aménagement rural La simulation visuelle des projets à Gerpinnes Quand développement rural rime avec aménagement du territoire, urbanisme, architecture et patrimoine! 6 Gerpinnes L hôtel communal

Plus en détail

Élec ons Les bureaux de vote déménagent

Élec ons Les bureaux de vote déménagent Dossier Budget 2015 Élec ons Les bureaux de vote déménagent Maison des Arts Conversa on with myself MARS AVRIL 2015 N 129 8 > 9 É 2 > 3 DOSSIER BUDGET 2015 P4 VOTRE VILLE P7 SANTÉ P15 VIE SCOLAIRE P17

Plus en détail

Les co-accueils : un mode de garde à baliser!

Les co-accueils : un mode de garde à baliser! Les co-accueils : un mode de garde à baliser! Par Geneviève Dresse Apparition des co-accueils en Communauté française En 2005, Catherine Fonck, en sa qualité de Ministre de l enfance, de l aide à la jeunesse

Plus en détail

CALENDRIER FORMATIONS 2ème semestre 2015

CALENDRIER FORMATIONS 2ème semestre 2015 CALENDRIER FORMATIONS 2ème semestre 2015 BUREAUTIQUE Windows Windows Ini a on 1 2M 18N 2M 20N Windows 8.1 sur table e tac le 1 2M 3N Assistance bureau que op misa on de son pc 3 16 au 18M 16 au 18N Internet

Plus en détail

Journal de bord «À Tout Petits Pas» Outil de communication quotidienne entre parents et éducatrices

Journal de bord «À Tout Petits Pas» Outil de communication quotidienne entre parents et éducatrices Journal de bord «À Tout Petits Pas» Outil de communication quotidienne entre parents et éducatrices Nom de l enfant : Milieu : En lien avec l outil de référence du développement des enfants «À Tout Petits

Plus en détail

Colloque professionnel. Actes du 11 e Colloque professionnel Ipse le vendredi 22 novembre 2013

Colloque professionnel. Actes du 11 e Colloque professionnel Ipse le vendredi 22 novembre 2013 11 e Colloque professionnel Ipse Foliocollection Actes du 11 e Colloque professionnel Ipse le vendredi 22 novembre 2013 Généralisa on de la complémentaire santé : quelle nouvelle défini on des rôles pour

Plus en détail

CONSELIOS N O R D I C - C O N S U L T I N G

CONSELIOS N O R D I C - C O N S U L T I N G L'ESTONIE,VOTREMEILLEURCHOIX - Un pays moderne et évolué - Un environnement sauvage préservé et une conscience de l'écologie très développée - Un taux de délinquance très faible - Une qualité de vie remarquable

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Circulaire du 12 février 2007 relative à la communication sur les projets financés par l Union européenne dans le cadre de la politique de

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail