travers nos ini a ves, nous voulons encourager le main en d une vie locale et de services de proximité».

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "travers nos ini a ves, nous voulons encourager le main en d une vie locale et de services de proximité»."

Transcription

1 21 novembre 2014 Léglise Ebly Comment développer et faire vivre sa maison de village? Des pistes pour agir Compte rendu La créa on de maisons de village est depuis près de 30 ans un des ou ls majeurs de développement des territoires ruraux de Wallonie. Celles-ci répondent à des besoins importants des habitants des régions rurales tant aux niveaux de la vie associa ve, de la vie culturelle que des services à la popula on. La Rencontre de la ruralité organisée par l équipe Semois-Ardenne de la FRW à Ebly ce 21 novembre 2014 a permis de dresser le bilan des u lisa ons d une maison de village et de recenser les évolu ons de ces infrastructures en fonc on des besoins et des affecta ons. Commune de Léglise Ce moment d échange a aussi permis une présenta on par l Administra on régionale du cadre légal et administra f pour la créa on ou l améliora on d une maison de village. Rencontre organisée par l équipe Semois-Ardenne de la Fonda on Rurale de Wallonie

2 Introduc on François Demasy, Bourgmestre de Léglise Le village d Ebly est l une des 28 localités de la commune de Léglise. Celle-ci accueille annuellement une centaine de nouveaux arrivants avec le risque de créer à terme des cités-dortoirs. «La ruralité est notre réalité ; à travers nos ini a ves, nous voulons encourager le main en d une vie locale et de services de proximité». Etude sur les maisons de village, mul services et rurales Cécile Brûlard, CAPRU L objec f de ce e étude, réalisée en 2012, a été d évaluer l u lisa on des maisons de village en Wallonie. Le travail a été réalisé sur un échan llon de trente maisons de village qu il s agisse des construc ons ou des bâ ments réaffectés. Des responsables et agents communaux, des ges onnaires, des u lisateurs et des riverains ont été consultés à ce e occasion. Plusieurs aspects étaient évalués : quels sont les objec fs de la mise en place d une maison de village? Comment peut-on évaluer les retombées locales des maisons de village? Le rapport est accessible sur le site du CAPRU Quelques éléments à noter : Trois modes de ges on de maisons de village ont été répertoriés : une ges on communale, une ges on par un comité de village (en vertu d une conven on) et des formules de ges on mixte (partenariat commune monde associa f). En général, les Communes prennent en charge l entre en, les assurances du bâ ment tandis que le comité de village s occupe le cas échéant de la ges on au quo dien. Les coûts de loca on varient en fonc on de l origine du locataire (habitant ou non la commune), de la surface occupée, du type d ac vité, etc. La promo on des ac vités dans les maisons de village se fait de différentes manières : dans le bulle n communal, sur le site web, le bouche à oreille, parfois d autres médias. Ce qui prime pour les u lisateurs, c est l anima on proposée plus que les espaces disponibles. Le taux d occupa on moyen d une maison de village est de quatre jours par semaine. Les maisons de village sont considérées par une majorité des personnes interrogées comme un vecteur de valorisa on de l iden té locale à travers la mise en valeur d ar stes et d événements locaux, de fêtes tradi onnelles ou d ac vités me ant en valeur la région comme par exemple les marches ADEPS Dans certains cas, les riverains es ment que les maisons de village génèrent des nuisances, notamment sonores, voire un sen ment d insécurité. Cela reste peu courant et la plupart des riverains affirment être sa sfaits de la proximité d une maison de village. Il n existe pas de rece es pour assurer le succès d une maison de village. Trop de paramètres entrent en ligne de compte. Il faut rester vigilant à ce que la ges on de l infrastructure ne soit pas du ressort d une seule associa- on ou organisée sans concerta on avec la Commune ou le comité de ges on.

3 Une ini a ve de bonne ges on Située dans le Brabant Wallon, la commune d Incourt a été choisie, il y a 30 ans, comme territoires pilotes du développement rural wallon. Au début, l approche ascendante, la par cipa on à une opéra on de développement rural ont bouleversé la perspec ve dans la prise de décision. Maintenant, ces procédures sont de l ordre du normal. Les maisons de villages d Incourt Léon Walry, Bourgmestre Au départ, un dilemme se pose concernant les lieux de convivialité : faut-il créer une infrastructure centrale ou doter les six localités de maisons de village? A Incourt, le choix de disposer de plusieurs maisons de villages dans la commune, ce qui a permis de mieux structurer la vie locale, les dynamiques de convivialité. Les maisons de village se sont également développées en synergie avec les écoles et ont intégré les ques ons liées au logement, aux ques ons intergénéra onnelles. On y organise des récep ons pour les nouveaux habitants de la commune, la fête des nouveaux-nés La ges on de la maison de village est prise en charge par la Commune pour les aspects pra ques. L occupa on moyenne des salles de village dans la commune d Incourt est de six fois par semaine pour les six salles communales. Cela représente ac vités par an. Ces seuls chiffres démontrent leur capacité à répondre aux besoins associa fs et privés. Se poser la ques on du mode de ges on dès le départ ; Un mode de ges on largement assuré par la Commune permet d assurer le développement de la vie locale ; Les maisons de village ont un effet mul plicateur sur le développement des ac vités associa ves ; Un accès à un prix peu élevé, voire gratuit, permet un usage fréquent par le monde associa f.

4 Mul plicité des u lisa ons Maison mul services de Ligny Philippe Leconte, Bourgmestre de la commune de Sombreffe En développement rural depuis 2004, la commune de Sombreffe et sa CLDR ont décidé de me re en œuvre plusieurs projets qui renforcent le développement et la convivialité du territoire. Un projet-pilote de réhabilita on d une ancienne ferme va perme re la créa on d une maison mul- services dans ce e commune de 2500 habitants qui souffre d un manque d offres commerciales et de services. Le projet, d un montant de deux millions d euros, comprend quatre logements à des na on des jeunes ménages, des locaux pour des ac vités culturelles et théâtrales, trois bureaux dédiés à des services pour la popula on (permanences de mutuelles, régie communale, échanges de livres, liens avec les associa ons locales). L inaugura on aura lieu en 2015 et a été rendue possible grâce à un cofinancement du développement rural wallon et une prise en charge des équipements et autres postes spécifiques notamment dans le cadre du FEADER. Débat : est-ce que l espace mul services peut accueillir des commerces? Selon Xavier Dubois (DGO3), la valorisa on des ressources locales peut être prise en compte dans le cadre d un atelier rural qui s mule le développement économique local. Une maison de village n a pas pour voca on d avoir une affecta on commerciale qui générerait des bénéfices. Evidemment, il est envisageable d avoir un dépôt de panier bio ou une vitrine des produits du terroir. la polyvalence des maisons mul services est un atout si sa concep on est concertée avec les futurs usagers en fonc on des besoins appréhendés. La créa on d un pôle a rac f générant une dynamique sur le territoire communal.

5 Dynamique citoyenne et associa ve La maison de village d Ebly, Léglise André Lecomte et Pascal Delperdange André Lecomte (ancien bourgmestre) : Léglise a entamé son ODR en 1995 avec l aide de la FRW. La principale caractéris que de la commune est son essor démographique et l accueil des nouveaux habitants. Des demandes de subven ons axées sur la sécurisa on des espaces publics et la mise en valeur du patrimoine local (abreuvoir) ont été introduites. La conven on 1999 concernait la rénova on d une maison de village à Ebly. Un bail emphytéo que a été conclu entre la Commune et le Doyenné. La rénova on du bâ ment concernait son rehaussement, l installa on des sanitaires et un local pour le club des jeunes. Les par es consacrées à l isola on et l installa on d une cuisine ont été financées par le comité de village. Les habitants se sont inves s dans les travaux. Pascal Delperdange (président du comité de ges on) : la salle paroissiale a été gérée durant de longues années par une seule personne. Le rachat par la Commune a encouragé la créa on d un comité de ges- on via un appel public. Les ac vités du comité ont permis le financement des équipements de la salle de village. Les ac vités sont diverses (pe ts déjeuners OXFAM, ac ons Télévie, dépôt de paniers du terroir) même si la kermesse reste le grand moment de l année. Des tarifs préféren els existent pour les habitants d Ebly. Ce comité, composé d habitants du village, gère la maison de village (calendrier des ac vités, loca on, travaux). La Commune et le comité de ges on organisent une rencontre annuelle avec la présenta on des comptes de l associa on et des points qui nécessiteraient une aide de la part du pouvoir communal. Une appropria on forte et une implica on des habitants bénévoles permet de mieux faire vivre leur village (mais elle peut manquer aussi). La pérennité de la ges on doit être envisagée par toutes les par es prenantes. Cadrage réglementaire Xavier Dubois, DGO3 La poli que régionale de développement rural se base toujours sur l implica on de la CLDR (rassemblant popula on et élus) pour définir une stratégie de développement sur base d un diagnos c concré sée par des projets. L intégra on du développement durable à la suite de la modifica on en 2014 du décret de 1991 renforce ce e démarche notamment en ma ère de transversalité et de par cipa on de la popula on. Le développement rural se caractérise par la diversité des projets. L administra on régionale encourage d ailleurs les communes rurales à réaliser des maisons de village polyvalentes pour des ac vités conviviales, associa ves, fes ves mais également des ac vités en lien avec la cohésion sociale, la valorisa on des savoir-faire locaux et les produits du terroir. Pour l Administra on, il n est pas souhaitable que ce type d infrastructure intègre des ac vités commerciales. Depuis quelques années, le coût des projets demandés dans le cadre du développement rural s est largement accru ; au-delà de , la Commune doit s impliquer à hauteur de 50 %. En ce qui concerne les bénéfices générés, la procédure indique que ceux-ci doivent être réinves s dans des projets inscrits dans le PCDR. Chaque année, à travers le rapport annuel, la ges on des comptes et le calendrier des ac vités des maisons de villages est présentée à la CLDR et aux autorités régionales.

6 Les variantes des maisons de village Xavier Dubois, DGO3 Maison rurale : une maisons de village où sont combinées les compétences régionales et communautaires en lien avec les ma ères personnalisables ou culturelles (max 50% des ac vités et 50% d espaces dédiés spécifiquement). Maison de l en té : une infrastructure qui sert de maison de village pour l ensemble du territoire (Orp- Jauche a mis en place une maison de l en té qui correspond à la demande de la popula on et à la réalité du territoire communal). Une maison ou salle de quar er : même voca on qu une maison de village mais à une autre échelle : actuellement, pas d exemple de financement dans le cadre de la poli que de développement rural. Dans le cadre du PWDR (financée conjointement par l Europe et la Wallonie), il est possible de subsidier des maisons de village en me ant en avant leur caractère polyvalent. Conclusions par Nicolas Grégoire, Représentant du Ministre de la ruralité René Collin Le cœur de la poli que régionale en faveur de la ruralité est cons tué par les opéra ons de développement rural. Celles-ci évoluent en fonc on des besoins des communes rurales. Dans ce e op que, on peut citer notamment les maisons rurales, fruit d une collabora on entre la Région wallonne et la Communauté française. Le décret, adopté par le parlement wallon le 11 avril 2014, révise et abroge le décret du 6 juin 1991, renforce le volet développement durable, permet plus de flexibilité (addenda après cinq ans) et encourage la transcommunalité (subven ons spécifiques à hauteur de 90 %). Une circulaire précisant les modalités de mise en œuvre du décret et de son arrêté d applica on sera disponible dans les prochaines semaines, notamment en ce qui concerne les délais de traitement à respecter. Au-delà du cadre administra f et juridique, ce e poli que doit rester souple pour répondre aux défis de chaque commune rurale. Dans ce cadre, Nicolas Grégoire souligne la grande u lité du travail de facilitateur au quo dien mené par la FRW en partenariat avec l Administra on auprès des communes rurales. Pour toute demande d informa on complémentaire, veuillez contacter l équipe Semois-Ardenne de la Fonda on Rurale de Wallonie Par téléphone : 063/ Par Par courrier : Fonda on Rurale de Wallonie Equipe Semois-Ardenne Rue de France, 19A 6730 Tin gny

FICHE n II.01. Reconvertir l ancienne maison communale en maison multiservices

FICHE n II.01. Reconvertir l ancienne maison communale en maison multiservices FICHE n II.01. Reconvertir l ancienne maison communale en maison multiservices DESCRIPTION DU PROJET Le projet vise le réaménagement de l ancienne maison communale lorsque les services de l administration

Plus en détail

EDITO. Dans ce numéro : Numéro 7 Décembre 2015. De la ruralité à la globalité

EDITO. Dans ce numéro : Numéro 7 Décembre 2015. De la ruralité à la globalité O Editeur responsable : Francis Delporte, Directeur général Coordina on, édi on : Centre d Ac va on des Ressources Documentaires (CARD) F o n d a t i o n R u r a l e d e W a l l o n i e Numéro 7 Décembre

Plus en détail

Ville de BARTENHEIM Aménagement de la ZAC du Hattel

Ville de BARTENHEIM Aménagement de la ZAC du Hattel Ville de BARTENHEIM Aménagement de la ZAC du Hattel Deuxième RÉUNION PUBLIQUE Réunion du 15 janvier 2015 00. Rappel de quelques éléments de diagnos c, des objec fs et enjeux 01. Périmètre et programme

Plus en détail

Le soutien au développement économique local

Le soutien au développement économique local Le soutien au développement économique local L État est responsable de la conduite de la politique économique et sociale ainsi que de la défense de l emploi. Toutefois, la loi dote les collectivités locales

Plus en détail

L ODR/A21L de Hannut : Etat des lieux 14 juillet 2015

L ODR/A21L de Hannut : Etat des lieux 14 juillet 2015 Une ODR/A21L de quoi s agit-il? Généralités L ODR/A21L de Hannut : Etat des lieux 14 juillet 2015 Une Opération de Développement Rural (ODR) est un processus participatif, mené par une Commune, au service

Plus en détail

Parlement de la Communauté française

Parlement de la Communauté française Parlement de la Communauté française Question orale de Caroline Désir, Députée, à Jean-Marc Nollet, Ministre de la petite enfance sur «L'explosion démographique bruxelloise et l'accueil de la petite enfance»

Plus en détail

Promouvoir les associations, notamment par le biais d un cadastre et en améliorant les moyens de communication

Promouvoir les associations, notamment par le biais d un cadastre et en améliorant les moyens de communication 2.3 Promouvoir les associations, notamment par le biais d un cadastre et en améliorant les moyens de communication Thèmes : Vie associative services loisirs. Défis thématiques du PCDR : - D. Favoriser

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

PLAN D ACTION ET AGIR, FAMILLE ET AÎNÉS ENSEMBLE, PENSER 2012-2015 POLITIQUE DE LA FAMILLE ET DES AÎNÉS. www.villebonaventure.ca

PLAN D ACTION ET AGIR, FAMILLE ET AÎNÉS ENSEMBLE, PENSER 2012-2015 POLITIQUE DE LA FAMILLE ET DES AÎNÉS. www.villebonaventure.ca POLITIQUE DE LA FAMILLE ET DES AÎNÉS PLAN D ACTION 2012-2015 ENSEMBLE, PENSER ET AGIR, FAMILLE ET AÎNÉS www.villebonaventure.ca 127, avenue Louisbourg, Bonaventure (Québec) G0C 1E0 AE 1 : LOISIRS, SPORTS

Plus en détail

DA 449-14.03. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

DA 449-14.03. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, DA 449-14.03 PROJET NOUVELLES LIBELLULES CRÉATION D UN CENTRE DE QUARTIER DANS L ÉDICULE N 6 ET TRANSFORMATION DU CENTRE DE QUARTIER EN RESTAURANT À VOCATION D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Plan régional en faveur de l égalité

Plan régional en faveur de l égalité Plan régional en faveur de l égalité entre les personnes handicapées et les personnes valides Avec l'adoption du Plan handicap, la Région Rhône-Alpes s'engage à favoriser l'égalité entre personnes handicapées

Plus en détail

FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale

FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale FICHE n I.04. Engager un conseiller en environnement et en énergie au sein de l administration communale DESCRIPTION DU PROJET Cette fiche projet concerne l engagement d un conseiller en environnement

Plus en détail

"5w9 OPENECOMMERCE PACK. Sommaire

5w9 OPENECOMMERCE PACK. Sommaire Frédéric Puech Contact@ddlx.org Tél : 04-67-17-13-74 PACK OPENECOMMERCE Sommaire Page 2 : Fondamentaux et Philosophie Page 3 : Le contenue du pack Page 4 : Les caractéris ques techniques Page 5 : Les principales

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

Construisons ensemble un avenir durable pour notre territoire!

Construisons ensemble un avenir durable pour notre territoire! S a i n t - Q u e n t i n - e n - Y v e l i n e s C o m m u n a u t é d a g g l o m é r a t i o n Réunion Publique Jeudi 18 avril à 20h45 Salle du conseil de la communauté d agglomération Construisons

Plus en détail

SEREZ-VOUS LE 1 ER LAUREAT THE BLUE HOUSE

SEREZ-VOUS LE 1 ER LAUREAT THE BLUE HOUSE Une initiative de SEREZ-VOUS LE 1 ER LAUREAT THE BLUE HOUSE PRIX POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE & ABORDABLE THE BLUE HOUSE / PRIX POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE & ABORDABLE Construire durablement, c est

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Microrégion Haute-Sorne Plan directeur régional

Microrégion Haute-Sorne Plan directeur régional Microrégion Haute-Sorne Plan directeur régional Assemblée plénière 3 mars 2010 Dossier 08J022 Version 02 Rue des Moulins 15 CH 2800 Delémont Tél. +41 (0)32 422 41 59 Fax. +41 (0)32 422 46 38 delemont@rwb.ch

Plus en détail

Les infrastructures culturelles, sportives et scolaires

Les infrastructures culturelles, sportives et scolaires Les infrastructures culturelles, sportives et scolaires Thématiques abordées: 1: Plusieurs partenaires publics autour d un même projet 2: Plusieurs pouvoirs locaux autour d un même projet 3: Rôle de conseil

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

POUR UN FINANCEMENT LOCAL

POUR UN FINANCEMENT LOCAL POUR UN FINANCEMENT LOCAL PLUS EQUITABLE DU SPORT Xavier Sautenuage 1 Le 11 janvier 2010 La publication le 10 décembre 2009 du rapport public de la Cour des comptes intitulé «les collectivités territoriales

Plus en détail

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES RELATION PRESSE FEVRIER 2013 - DECEMBRE 2013

Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES RELATION PRESSE FEVRIER 2013 - DECEMBRE 2013 Dossier de consultation pour une mise en concurrence AGENCE DE DEVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE RELATION PRESSE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE FEVRIER 2013 - DECEMBRE 2013 Organisme qui

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

Rencontre et consultation de la Commission Consultative Communale des Aînés (CCCA) Réunion du 16/01/2014 Compte-rendu

Rencontre et consultation de la Commission Consultative Communale des Aînés (CCCA) Réunion du 16/01/2014 Compte-rendu Ensemble pour des villages vivants COMMUNE DE HELECINE OPERATION DE DEVELOPPEMENT RURAL FRW, le 5 février 2014 Rencontre et consultation de la Commission Consultative Communale des Aînés (CCCA) Réunion

Plus en détail

Evaluation et perspectives pour le réseau VAP. 4 acteurs concernés

Evaluation et perspectives pour le réseau VAP. 4 acteurs concernés 1 Evaluation et perspectives pour le réseau VAP Entre 2009 et 2014, les initiateurs de l ASBL VAP se sont mobilisés pour proposer de l autostop de proximité et promouvoir cette alternative en Brabant wallon

Plus en détail

DE L ARCHITECTURE D INNOVATION. A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s.

DE L ARCHITECTURE D INNOVATION. A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s. POUR UNE APPROCHE ETHNOGRAPHIQUE DE L ARCHITECTURE D INNOVATION S a n d r i n e G E R M A I N - A r c h i t e c t e D P L G - 0 6. 1 1. 1 9. 4 0. 0 9 s. g e r m a i n @ a r c h i t e c t e s. o r g La

Plus en détail

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets Travaux Publics Enjeux des plans de gestion de déchets Nos propositions Instaurer un audit préalable des chantiers de Travaux publics et l obligation d un état des lieux environnemental La profession des

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

Pierres, Patrimoines et Identité culturelle de Hesbaye brabançonne.

Pierres, Patrimoines et Identité culturelle de Hesbaye brabançonne. Pierres, Patrimoines et Identité culturelle de Hesbaye brabançonne. Un soutien extraordinaire de la Province du Brabant wallon Forts de l engagement ferme et irrévocable de la Province concernant un budget

Plus en détail

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse Nantes, le 10 décembre 2010 de Nantes Métropole Contact presse Nacéra Arnauld des Lions Tél. : 02 40 99 48 44 Port. : 06 75 25 04 17 Nantes Métropole Direction de la communication 44 923 Nantes CEDEX 9

Plus en détail

Sous la petite balle rouge bouillonnent des envies, des idées, un projet

Sous la petite balle rouge bouillonnent des envies, des idées, un projet Sous la petite balle rouge bouillonnent des envies, des idées, un projet L asbl Animagique est née en 2003. Cette association dynamique est issue de l Ecole des Cadres de Wallonie, anciennement Ecole des

Plus en détail

Salle Polyvalente. Règlement fixant les tarifs d occupation

Salle Polyvalente. Règlement fixant les tarifs d occupation Salle Polyvalente Règlement fixant les tarifs d occupation Article 1er Le présent règlement régit les conditions financières d occupation de la salle polyvalente établie à Andenne, rue Malevé, n 5. Article

Plus en détail

PROJET D ÉTABLISSEMENT

PROJET D ÉTABLISSEMENT PROJET D ÉTABLISSEMENT ECOLE COMMUNALE DE ROSIERES 2011 Projet d établissement de l école communale de Rosières Dans le petit village de Rosières, entourée par la nature, l école communale accueille vos

Plus en détail

24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34

24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34 24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34 gillettadesaintjoseph@notaires.fr http://gillettadesaintjoseph.notaires.fr ASSURANCE-VIE L assurance-vie sous tous les angles

Plus en détail

Prix Innovation 2015. Congrès des milieux documentaires

Prix Innovation 2015. Congrès des milieux documentaires Prix Innovation 2015 Congrès des milieux documentaires Quand je veux où je veux est la nouvelle image de marque conçue pour mettre en valeur le haut niveau de qualité des bibliothèques membres du Réseau

Plus en détail

ÉTUDE PRÉALABLE D AMÉNAGEMENT ET D URBANISME DANS LE CADRE DU DISPOSITIF «ECO VILLAGEs AVENIR»

ÉTUDE PRÉALABLE D AMÉNAGEMENT ET D URBANISME DANS LE CADRE DU DISPOSITIF «ECO VILLAGEs AVENIR» C A H I E R D E S C H A R G E S É T U D E P R É A L A B L E D A M É N A G E M E N T E T D U R B A N I S M E Marché à procédure adaptée (Article 28 du Code des Marchés Publics) ÉTUDE PRÉALABLE D AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Dossier réalisé en partenariat entre les services de l Agence Régionale de Santé Lorraine et l Associa on des maires de Meurthe-et-Moselle

Dossier réalisé en partenariat entre les services de l Agence Régionale de Santé Lorraine et l Associa on des maires de Meurthe-et-Moselle Dossier réalisé en partenariat entre les services de l Agence Régionale de Santé Lorraine et l Associa on des maires de MeurtheetMoselle Lors de l instruc on d un permis de construire, la commune est chargée

Plus en détail

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités?

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Organisation et encadrement des activités Modalités d encadrement Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Un

Plus en détail

MRC de Témiscamingue POLITIQUE LORS D ÉVÉNEMENTS PUBLICS

MRC de Témiscamingue POLITIQUE LORS D ÉVÉNEMENTS PUBLICS MRC de Témiscamingue POLITIQUE LORS D ÉVÉNEMENTS PUBLICS OBJECTIFS DE LA POLITIQUE Objec fs généraux La Poli que de ges on des ma ères résiduelles lors d événements publics définit les principes de base

Plus en détail

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires n 95.09 PB/GM Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Après cinq mois d intenses débats parlementaires, la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital

Plus en détail

Comment créer un gîte, une chambre d hôtes?

Comment créer un gîte, une chambre d hôtes? Comment créer un gîte, une chambre d hôtes? Place Communale, 2 4218 HERON (Couthuin) Séance d information à la création d hébergements touristiques de terroir et de meublés de vacances Lavoir le 27 janvier

Plus en détail

Un bilan mais aussi un passage de relais

Un bilan mais aussi un passage de relais Elections Cosog : 5 au 12 décembre 2013 Octobre 2013 Dans ce numéro : André CAZAU Edito du Président 3 Gestion rigoureuse 4 Situation budgétaire 4 Prestations Adultes 5 Prestations Enfance 6 CESU 7 Courchevel

Plus en détail

Martine Jardiné. Sigrid MonnieR RÉPONDRE AUX BESOINS D HABITER PARTOUT EN GIRONDE AU CŒUR DE LA MISSION DE GIRONDE HABITAT

Martine Jardiné. Sigrid MonnieR RÉPONDRE AUX BESOINS D HABITER PARTOUT EN GIRONDE AU CŒUR DE LA MISSION DE GIRONDE HABITAT , UNE IDENTITE RÉPONDRE AUX BESOINS D HABITER PARTOUT EN GIRONDE AU CŒUR DE LA MISSION DE GIRONDE HABITAT Martine Jardiné Sigrid MonnieR Présidente de Gironde Habitat Vice-présidente du Conseil départemental

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

Les solutions électriques

Les solutions électriques Les solutions électriques pour vivre chez soi plus longtemps La technologie au cœur du parcours de vie Vivre chez soi plus longtemps grâce à une installation électrique évolutive Selon l Insee, les plus

Plus en détail

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h Président de la Communauté de communes du Pays de Livarot et Maire de la Commune de

Plus en détail

La communication des associations!

La communication des associations! La communication des associations! 2012 Matinale associative Versailles! «Les principes fondamentaux pour mettre les pieds dans le plat» 1 Au menu... Partie 1 : Etat des lieux Partie 2 : Bâtir son plan

Plus en détail

Compte rendu de l Assemblée des partenaires du 27 février 2013

Compte rendu de l Assemblée des partenaires du 27 février 2013 Compte rendu de l Assemblée des partenaires du 27 février 2013 L Assemblée des partenaires du 27 février 2014 donnait suite à celle du 5 décembre réunissant plusieurs acteurs du milieu pour travailler

Plus en détail

Docteur Meyer SABBAH. Maître Carole YOUNES

Docteur Meyer SABBAH. Maître Carole YOUNES Docteur Meyer SABBAH Maître Carole YOUNES 1/ LA DEMOGRAPHIE MEDICALE 2/ LA PERMANENCE DES SOINS LA DEMOGRAPHIE MEDICALE La densité médicale chutera de près de 15% entre 2002 et 2025, alors que les besoins

Plus en détail

N 1 d e la parfumerie en franchise PARFUMERIE INSTITUT DE BEAUTÉ PARAPHARMACIE

N 1 d e la parfumerie en franchise PARFUMERIE INSTITUT DE BEAUTÉ PARAPHARMACIE N 1 d e la parfumerie en franchise PARFUMERIE INSTITUT DE BEAUTÉ PARAPHARMACIE Une histoire simple ET vraie Parfumeurs commerçants et passionnés. Philippe Georges, racontez-nous votre Success Story! C

Plus en détail

CHARTE ET LABEL DE LA VIE NOCTURNE DU CARRÉ

CHARTE ET LABEL DE LA VIE NOCTURNE DU CARRÉ Préambule CHARTE ET LABEL DE LA VIE NOCTURNE DU CARRÉ Le Carré constitue une importante vitrine pour la ville de Liège. Connu au-delà de nos frontières pour sa légendaire convivialité, ce quadrilatère

Plus en détail

Projet Social 2015 2018

Projet Social 2015 2018 Projet Social 2015 2018 Groupe Technique Local du 16 octobre 2014 RÉSUMÉ Espace Mosaïque 27 rue de Benon 17170 Courçon Tél. : 05 46 01 94 39 Mail : cs.courcon@wanadoo.fr Site : www.espacemosaique.fr Site

Plus en détail

PARIS : Les ambitions en Santé/Prévoyance du groupe Macif

PARIS : Les ambitions en Santé/Prévoyance du groupe Macif PARIS : Les ambitions en Santé/Prévoyance du groupe Macif PARIS : Le succès de la politique de croissance externe conduite par la Macif dans le domaine de la santé et de la prévoyance depuis plusieurs

Plus en détail

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères

Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères Le décret du 27 mars 2014 remplaçant le livre II du Code wallon de l action sociale et de la santé, relatif à l intégration des personnes étrangères et d origine étrangère. 1 PLAN Introduction Parcours

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

«Economie et emplois : l effet LGV!» Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (LGV Bordeaux Toulouse / Bordeaux Espagne)

«Economie et emplois : l effet LGV!» Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (LGV Bordeaux Toulouse / Bordeaux Espagne) Communiqué de presse Toulouse, le 3 juin 2014 «Economie et emplois : l effet LGV!» Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (LGV Bordeaux Toulouse / Bordeaux Espagne) Le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest

Plus en détail

POLITIQUE D ACCUEIL ET DE DÉVELOPPEMENT RÉSIDENTIEL

POLITIQUE D ACCUEIL ET DE DÉVELOPPEMENT RÉSIDENTIEL Municipalité de Sainte-Aurélie 151A chemin des Bois-Francs, Sainte-Aurélie QC G0M 1M0 Téléphone: (418) 593-3021 Télécopieur: (418) 593-3961 www.ste-aurelie.qc.ca munsteau@sogetel.net POLITIQUE D ACCUEIL

Plus en détail

AVIS 114. Demandes d agrément pour des filières de formation en alternance organisées par les CEFA. Adopté le 25 mars 2014

AVIS 114. Demandes d agrément pour des filières de formation en alternance organisées par les CEFA. Adopté le 25 mars 2014 AVIS 114 Demandes d agrément pour des filières de formation en alternance organisées par les CEFA Adopté le 25 mars 2014 Rue de Stalle 67 1180 Bruxelles T +32(0)2 371 74 32 info@ccfee.be www.ccfee.be Demande

Plus en détail

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE»

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020 Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» 1- Contexte et objet de l appel à projets La France, en tant que Partie

Plus en détail

FICHE I. 3 Transformation de la salle polyvalente de Hamme-Mille et usage en maison rurale

FICHE I. 3 Transformation de la salle polyvalente de Hamme-Mille et usage en maison rurale DESCRIPTION DU PROJET Le projet consiste en la rénovation et l agrandissement en maison rurale de la salle communale de Beauvechain située à Hamme-Mille, plus précisément en renouvelant l aménagement acoustique

Plus en détail

CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville

CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville CHARTE HANDICAP de la Ville de Romainville Charte Handicap de la Ville de Romainville Préambule La «Charte Handicap» de la Ville de Romainville vise à améliorer dans la cité, pour tous les citoyens, porteurs

Plus en détail

Centre de Travail et de Formation Flevoland Pays-Bas

Centre de Travail et de Formation Flevoland Pays-Bas Conférence de Diffusion des Pactes Territoriaux pour l Emploi Bruxelles, 8, 9 et 10 novembre 1999 Centre de Travail et de Formation Flevoland Pays-Bas 1. IDENTIFICATION / PROMOTEUR DE L OUTIL Type d outil

Plus en détail

Consultable sur le site www.cosmos.asso.fr. Réalisation : Yolande Jaberg Secrétaire Générale. Convention collective nationale du sport 19/12/06

Consultable sur le site www.cosmos.asso.fr. Réalisation : Yolande Jaberg Secrétaire Générale. Convention collective nationale du sport 19/12/06 Consultable sur le site www.cosmos.asso.fr Réalisation : Yolande Jaberg Secrétaire Générale Convention collective nationale du sport 19/12/06 Convention collective nationale du sport (CCNS) L arrêté d

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Ingrid THIRY. Cellule aides spécifiques «environnement et u=lisa=on durable de l énergie» > SPW

Ingrid THIRY. Cellule aides spécifiques «environnement et u=lisa=on durable de l énergie» > SPW Namur > 09/10/12 Ingrid THIRY Cellule aides spécifiques «environnement et u=lisa=on durable de l énergie» > SPW Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation

Plus en détail

PROGRAMME DE COORDINATION LOCALE POUR L EN FAN CE 2014. Accueil Temps Libre - Commune de BURDINNE

PROGRAMME DE COORDINATION LOCALE POUR L EN FAN CE 2014. Accueil Temps Libre - Commune de BURDINNE COMMUN E DE BURDIN N E Province de LIEGE Arrondissement de HUY PROGRAMME DE COORDINATION LOCALE POUR L EN FAN CE 2014 Accueil Temps Libre - Commune de BURDINNE Administration communale de Burdinne Rue

Plus en détail

Dossier de presse Jeudi 15 octobre 2015

Dossier de presse Jeudi 15 octobre 2015 Dossier de presse Jeudi 15 octobre 2015 Sommaire Communiqué de synthèse p.2 Les services de l Etat s engagent dans la révolution numérique p.3-4 La préfecture du Jura labellisée Qualipref 2.0 p.5 La préfecture

Plus en détail

Le plan communal d aménagement

Le plan communal d aménagement Le plan communal d aménagement Définition, objectifs et modalités d élaboration Urbanisme et développement territorial 2012-2013 Plan communal d aménagement - 1 Structure de l exposé DEFINITION ET CONTENU

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 92 au Conseil communal

COMMUNE D AVENCHES. Législature 2011-2016. Préavis municipal n 92 au Conseil communal COMMUNE D AVENCHES Municipalité Législature 2011-2016 Préavis municipal n 92 au Conseil communal «Projet de rénovation du bâtiment de l Hôtel de Ville Choix des variantes» Approuvé en séance de Municipalité

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Des outils adaptés pour de grands résultats

Des outils adaptés pour de grands résultats Des outils adaptés pour de grands résultats S u i v r e l e s a c t i o n s E v a l u e r l a s t r a t é g i e Une gamme de logiciels adaptés pour le suivi et l évaluation de votre politique de développement

Plus en détail

CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION ENTRE LE STIF ET L EPFY EN MATIERE D ECHANGE D INFORMATION ET D ACTIONS FONCIERES

CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION ENTRE LE STIF ET L EPFY EN MATIERE D ECHANGE D INFORMATION ET D ACTIONS FONCIERES Accusé de réception en préfecture 075-287500078-20120711-2012-0220-DE Date de télétransmission : 13/07/2012 Date de réception préfecture : 13/07/2012 CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Numéro du rôle : 5643. Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5643. Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5643 Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 12 de la section 2bis («Des règles particulières aux baux commerciaux») du livre

Plus en détail

Le Schéma Directeur d Accessibilité des Transports

Le Schéma Directeur d Accessibilité des Transports Le Schéma Directeur d Accessibilité des Transports I. L Objet du document... 2 II. Les finalités du Schéma Directeur d Accessibilité des Transports... 2 III. Les objectifs de la loi.... 3 IV. Les étapes

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Juillet 2015 FICHE N 1 - LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Juillet 2015 FICHE N 1 - LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Juillet 2015 FICHE N 1 - LE CONTEXTE REGLEMENTAIRE LA LOI DU 11 FEVRIER 2005 Loi pour l égalité des droits

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

SCIC Habitat Rhône-Alpes Ses résultats, ses projets

SCIC Habitat Rhône-Alpes Ses résultats, ses projets SCIC Habitat Rhône-Alpes Ses résultats, ses projets Lyon, le 1er septembre 2014 Une politique patrimoniale dynamique Filiale du groupe SNI - Société Nationale Immobilière détenue par la caisse des Dépôtspremier

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 ÉPARGNER ET INVESTIR VERT. lesclesdelabanque.com N 7 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT

DÉCEMBRE 2015 ÉPARGNER ET INVESTIR VERT. lesclesdelabanque.com N 7 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT DÉCEMBRE 2015 lesclesdelabanque.com ÉPARGNER ET INVESTIR VERT N 7 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT SOMMAIRE CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Introduction 2 Pourquoi investir dans l épargne verte? 4 Comment

Plus en détail

Les 55 ans et plus, visions et a entes par rapport au syndicat

Les 55 ans et plus, visions et a entes par rapport au syndicat Les 55 ans et plus, visions et a entes par rapport au syndicat Janvier 2013 Sondage réalisé par la CSC PPCA Le sondage a été réalisé en automne 2012 à l ini a ve de la CSC PPCA. La Fonda on Travail-Université

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR

PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 12/12/2014. PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR PRÉSENTATION

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes

PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes PROJET PEDAGOGIQUE 2015 Maison Des Jeunes 1 Rappel des objectifs du projet associatif : Le projet de la Maison des jeunes s inscrit dans le projet de l APEJ voté par les élus en 2010 : 1.1 Accompagner

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche

La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche La généralisation de la complémentaire santé Guide à l attention des négociateurs de branche www.harmonie-mutuelle.fr À partir de 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront proposer un contrat

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

LE MECENAT AU DOMAINE NATIONAL DE CHAMBORD PROJETS 2015

LE MECENAT AU DOMAINE NATIONAL DE CHAMBORD PROJETS 2015 LE MECENAT AU DOMAINE NATIONAL DE CHAMBORD PROJETS 2015 LE DOMAINE NATIONAL DE CHAMBORD Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) depuis 2005, le domaine national de Chambord est

Plus en détail

Synthèse programme PS / Enseignement

Synthèse programme PS / Enseignement Synthèse programme PS / Enseignement L école reste un des principaux leviers pour assurer le bien-être des citoyens. Elle doit permettre de développer des compétences qui permettront à chacun de s épanouir

Plus en détail

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants?

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? La transmission d entreprise bénéficie d un cadre fiscal favorable dans la mesure où sous réserve de la conclusion préalable d un

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE POUR LES GROUPES ET COLLECTIVITES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE POUR LES GROUPES ET COLLECTIVITES CONDITIONS GENERALES DE VENTE POUR LES GROUPES ET COLLECTIVITES Applicables à compter du 16 septembre 2015. Article 1 Dispositions générales : La Cinémathèque française est une association régie par la

Plus en détail

REUNION DE LA COMMISSION INTERCOMMUNALE D ACCESSIBILITE AUX PERSONNES HANDICAPEES (CIAPH) EN DATE DU 13 NOVEMBRE 2009 *** ORDRE DU JOUR ***

REUNION DE LA COMMISSION INTERCOMMUNALE D ACCESSIBILITE AUX PERSONNES HANDICAPEES (CIAPH) EN DATE DU 13 NOVEMBRE 2009 *** ORDRE DU JOUR *** REUNION DE LA COMMISSION INTERCOMMUNALE D ACCESSIBILITE AUX PERSONNES HANDICAPEES (CIAPH) EN DATE DU 13 NOVEMBRE 2009 *** ORDRE DU JOUR *** 1/Un point juridique sur la CIAPH. 2/Questions éventuelles sur

Plus en détail

GAL Hesbignon liégeois 2014-2020. La formation d un Groupe d Action Locale (GAL) en Hesbaye liégeoise : un défi pour votre territoire!

GAL Hesbignon liégeois 2014-2020. La formation d un Groupe d Action Locale (GAL) en Hesbaye liégeoise : un défi pour votre territoire! GAL Hesbignon liégeois 2014-2020 La formation d un Groupe d Action Locale (GAL) en Hesbaye liégeoise : un défi pour votre territoire! Consultation citoyenne sur les actions à mener sur le territoire 22

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND, THIZY CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE PRINCIPES FONDATEURS Les communes de BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND et THIZY ont

Plus en détail

TRADUCTION (la version en néerlandais est la version officielle)

TRADUCTION (la version en néerlandais est la version officielle) REGLEMENT POUR LA RECONNAISSANCE COMME ASSOCIATION DE WEZEMBEEK-OPPEM (fixé par décision du conseil communal du 25 mars 2013) Introduction Article 1. Les associations locales sont reconnues par l administration

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

Le marketing du tourisme

Le marketing du tourisme Christine Petr Le marketing du tourisme 2 e édition Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072242-6 Sommaire Avant-propos 7 Chapitre

Plus en détail

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1-

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1- Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne Bureau d études Réalités 180 rue Clément Ader 42153 RIORGES Tél. 04 77 67 83 06 Fax 04 77 23 01 85 E-mail urbanisme@realites-be.fr -1- ROMAGNAT PREAMBULE

Plus en détail