PRAIRIES ET BAS-MARAIS TOURBEUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRAIRIES ET BAS-MARAIS TOURBEUX"

Transcription

1 Photo : B. Destiné 4 PRAIRIES ET BAS-MARAIS TOURBEUX PRÉSENTATION GÉNÉRALE Dans les grandes vallées humides et en arrière des dunes du littoral sud du Pas-de-Calais, de plus ou moins vastes dépressions constamment gorgées d eau ont vu la naissance de gisements de tourbe, constitués par accumulation progressive au cours de plusieurs millénaires. La tourbe se forme en effet dans des conditions particulières, dites abiotiques, où la pauvreté voire l absence d oxygène, du fait de l inondation quasipermanente, ne permet pas d assurer la décomposition complète de la matière organique dans des milieux par ailleurs très productifs (diverses mousses dites turfigènes en particulier de la famille des Hypnacées, tiges et feuilles des roseaux, laîches et marisques notamment). Alimentée au moins en partie par des eaux chargées de calcium en provenance de la nappe de la craie et des eaux de ruissellement et de percolation des collines d Artois, la tourbe de ces milieux présente des caractéristiques chimiques différentes de celles des tourbières à sphaignes, dépourvues de bases (calcium notamment). Pour cette raison, les tourbières alcalines sont souvent appelées bas-marais ou tourbières basses alcalines par opposition aux tourbières bombées acides. La tourbe repose parfois sur un fond d origine marine plus ou moins récent comme c est le cas des tourbières arrière-littorales de Villiers et de Balançon, sur les communes de Cucq et de Merlimont, mais aussi dans les marais de St-Omer et de Guînes. Au contraire, les bas-marais du bassin de la Scarpe et de l Escaut ainsi que ceux des basses vallées de l Authie et de la Canche reposent sur des sédiments alluvionnaires d origine fluviatile. Le dépôt de tourbe dans ces milieux ne s est pas fait de façon continue au cours du temps, aussi assiste-t-on, dans les sondages géologiques effectués, à des alternances de tourbe et d autres couches sédimentaires, notamment des sables ou des argiles. L épaisseur de tourbe de la couche superficielle influence beaucoup la nature des végétations que l on aura en surface. PLANTES PROTÉGÉES ET MENACÉES DU NORD/PAS-DE-CALAIS - 123

2 orchidée caractéristique de ces bas-marais tout comme la Laîche à fruits écailleux (Carex lepidocarpa), la Laîche puce (Carex pulicaris), les linaigrettes (Eriophorum polystachion, E. latifolium), le Comaret des marais (Comarum palustre)... dont les stations ne font que régresser et les populations sont parfois réduites à quelques individus! De même, d intéressantes mousses y sont localisées tel Scorpidium scorpioides. Il faut également mentionner ici diverses espèces qui ne sont pas inféodées de manière aussi étroite à des milieux oligotrophes mais qui ne subsistent aujourd hui que dans les marais tourbeux du fait de la dégradation croissante de la qualité des eaux et des sols dans de nombreux systèmes alluviaux. C est le cas notamment du Pigamon jaune (Thalictrum flavum), de la Stellaire des marais (Stellaria palustris), de la Berle à larges feuilles (Sium latifolium) ou encore du Séneçon des marais (Senecio paludosus). Enfin, les prairies para-tourbeuses relictuelles permettent le maintien çà et là d espèces sensibles à l eutrophisation comme la Laîche puce (Carex pulicaris), la Dactylorhize incarnate (Dactylorhiza incarnata subsp. incarnata), la Scorsonère humble (Scorzonera humilis) ou la Laîche distante (Carex distans). MENACES, PROTECTION, CONSERVATION Les activités humaines extensives (pâturage et fauche) ou l exploitation traditionnelle de la tourbe (au petit louchet), pratiquée jusqu au début du XX e siècle dans certains sites, ont été peu destructrices et ont permis de diversifier de nombreux habitats. En revanche, l exploitation de plus en plus intensive (surpâturage, amendements, exploitation au grand louchet) ont entraîné la destruction complète de plusieurs sites et participé à la raréfaction de nombreuses espèces et ce dès le début du XX e siècle. Ainsi, les tourbières du Douaisis et de la Sensée ont été anéanties et seules les archives botaniques de la fin du XIX e attestent des paysages disparus. Le développement des mines de charbon a aussi contribué à la disparition de tourbières et bas-marais, en particulier dans la région de Béthune et la plaine de la Scarpe, où les terrils ont remplacé les marais en maints endroits. Plus récemment, la multiplication des mares de chasse maintenant creusées avec des moyens lourds a criblé de trous d eau parfois privés de toute diversité végétale des bas-marais jusque-là préservés. Les drainages immodérés qui affectent ces ensembles marécageux et leur bassin d alimentation ainsi que la demande croissante en eau provoquent l abaissement des nappes phréatiques superficielles ou profondes dont les niveaux supérieurs ont parfois baissé de plus d un mètre dans les vallées. Il s ensuit une aération irréversible des couches tourbeuses supérieures, qui se minéralisent et sont alors colonisées par des espèces ubiquistes nitrophiles comme l Ortie dioïque (Urtica dioica) ou l Épilobe hérissé (Epilobium hirsutum) dans les cas extrêmes de dégradation. De même, le drainage des versants humides de vallons ou de petites vallées jusqu alors préservés, drainages toujours pratiqués à titre individuel ou pire dans le cadre de subventions accordées par l Union européenne ou des organismes publics, continue à faire disparaître des milieux-relais indispensables pour la survie de certaines espèces fragiles. Il faut également évoquer la déprise agricole qui favorise le reboisement de ces prairies dans le Boulonnais et l Avesnois, de même que la plantation de peupliers dans certaines basses vallées et plaines tourbeuses inondables (confluence des deux Helpes avec la vallée de la Sambre notamment). Pigamon jaune (Thalictrum flavum) Photo : C. Blondel PLANTES PROTÉGÉES ET MENACÉES DU NORD/PAS-DE-CALAIS - 125

3 Malgré l eutrophisation généralisée des eaux de surface, les drainages et le comblement des zones humides tourbeuses, quelques sites préservés conservent encore une partie de leur richesse biologique d origine. En plaine de la Scarpe et de l Escaut, à Guînes, dans le Marais audomarois ainsi qu à proximité du littoral, des acteurs se sont mobilisés pour préserver ces refuges. La reprise d activités pastorales extensives ou des techniques de fauche et de rajeunissement des sols après débroussaillage, en remplacement des activités anciennes, sont aujourd hui recherchées par les gestionnaires de milieux naturels. Ces travaux de restauration et de gestion sont à même de maintenir des milieux favorables à la préservation d espèces très originales. Des techniques d étrépage (décapage superficiel de la tourbe), sont testées car souvent nécessaires à la réapparition de plantes pionnières typiques des milieux oligotrophes. Néanmoins et malgré les annonces officielles visant à identifier la protection des zones humides comme une priorité, la vigilance reste d actualité car l avenir de ces joyaux naturels dépendra de la gestion de l eau qui sera faite sur l ensemble de leur bassin d alimentation (maintien des niveaux moyens d inondation et de la qualité de l eau) et de la cohérence des différentes politiques publiques, au regard de la conservation à long terme du patrimoine naturel. TRANSECT 5 Dessin : F. Hendoux PRÉS TOURBEUX En périphérie et sur les marges des zones les plus engorgées, les sols tourbeux ont souvent été déboisés puis exploités pour l herbe depuis longtemps. Le pâturage extensif ou la fauche permet d y maintenir de nombreuses associations végétales intéressantes dominées par les graminées, les joncs ou les laîches. Une flore diversifiée caractérise les sites sans amendements agricoles (engrais et matières organiques). Des sols pauvres en éléments minéraux (oligotrophes) s y maintiennent, favorables à des espèces particulièrement sensibles à la concurrence de plantes plus exigeantes et plus compétitives. La nappe d eau, presque affleurante en été, submerge la végétation en hiver. L association à Écuelle d eau (Hydrocotyle vulgaris) et Jonc à fleurs obtuses (Juncus subnodulosus) est fréquente dans cette situation écologique. On y trouvera associés l Œnanthe de Lachenal (Oenanthe lachenalii), la Laîche bleuâtre (Carex panicea) et l Épilobe des marais (Epilobium palustre) auxquelles se mêlent diverses espèces des prairies humides mésotrophes comme le Lychnide fleur-de-coucou (Lychnis floscuculi) et le Lotier des fanges (Lotus pedunculatus) PLANTES PROTÉGÉES ET MENACÉES DU NORD/PAS-DE-CALAIS

4 Le Mouron délicat (Anagallis tenella) présent dans les zones ouvertes des tourbières alcalines Photo : B. Destiné BAS-MARAIS ET TAILLIS TOURBEUX Les secteurs plus humides s enrichissent de nombreuses Cypéracées comme le Choin noirâtre (Schoenus nigricans) et les laîches (Carex nigra, C. hostiana, C. lepidocarpa). Ces endroits, toujours saturés d eau, sont riches en mousses tapissantes (Drepanocladus sp.) qui peuvent former des manchons autour des touffes de Choin. Là où le sol ennoyé n est constitué que des entrelacs de racines et rhizomes des plantes palustres, auxquels se mêle la litière mal décomposée qui s accumule, des radeaux flottants ou tremblants apparaissent. Ils se caractérisent, outre leur instabilité, par la Laîche filiforme (Carex lasiocarpa) sur les tourbes les plus pures ou encore par la Laîche paniculée (Carex paniculata), lorsque les eaux sont plus riches. C est aussi le milieu d élection du Comaret des marais (Comarum palustre) et du Ményanthe trèfle-d eau (Menyanthes trifoliata). Les dépressions inondées, profondes de quelques décimètres, sont peuplées par le Potamot coloré (Potamogeton coloratus) et les utriculaires (Utricularia minor et U. vulgaris). En eau un peu plus profonde, le Rubanier nain (Sparganium natans) fait son apparition. Lorsque des plages de tourbes dénudées apparaissent, suite à l affouillement par les sangliers ou à l entretien de zones ouvertes (gestion conservatoire, platières à bécassines par exemple), l Éléocharide pauciflore (Eleocharis quinqueflora) et le Mouron délicat (Anagallis tenella) colonisent le substrat. En l absence d entretien, le Cladion marisque (Cladium mariscus) ou le Roseau commun (Phragmites communis) gagnent du terrain. Les premiers saules cendrés (Salix cinerea) s implantent. Plus tard, le stade final de la dynamique de la végétation aboutit à une forêt basse à base de Saule cendré et d Aulne glutineux (Alnus glutinosa). Lorsque la forêt est suffisamment mature, de nombreuses fougères et diverses laîches constituent le sous-bois : Thélyptéride des marais (Thelypteris palustris), Dryoptéride dilatée (Dryopteris dilatata) et Laîche paniculée (Carex paniculata) notamment. Le Cassissier (Ribes nigrum) est également souvent présent à l état naturel dans ces boisements sur sols tourbeux. SECTEURS EN VOIE D ACIDIFICATION Localement, notamment lorsque les fortes précipitations le permettent, la couche superficielle de tourbe, lixiviée par les pluies, peut subir une acidification superficielle. L arrivée concomitante de certaines espèces de sphaignes (Sphagnum palustre, S. fimbriatum notamment) contribue à amplifier l acidification. Parmi les premières espèces acidiclines à coloniser ces buttes de sphaignes, on peut citer la Dryoptéride à crêtes (Dryopteris cristata). Ce phénomène explique également la présence d espèces acidiphiles comme le Rossolis à feuilles rondes (Drosera rotundifolia) ou la Pédiculaire des forêts (Pedicularis sylvatica) au milieu de bas-marais alcalins. Bas-marais et roselières à Marisque (Cladium mariscus) à Saint-Josse (62) Photo : B. Destiné PLANTES PROTÉGÉES ET MENACÉES DU NORD/PAS-DE-CALAIS - 127

Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson

Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson 38 Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson 1) Les différentes enveloppes 39 Localisation IGN Scan 25 40 Objectifs

Plus en détail

Document d Objectifs «PAYS DE BRAY HUMIDE» Du site Natura 2000. (site n FR 2300131) Tome I - Document de synthèse - Opérateur principal

Document d Objectifs «PAYS DE BRAY HUMIDE» Du site Natura 2000. (site n FR 2300131) Tome I - Document de synthèse - Opérateur principal Photos : C.LENORMAND Document d Objectifs Du site Natura 2000 «PAYS DE BRAY HUMIDE» (site n FR 2300131) Tome I - Document de synthèse - Opérateur principal Chambre d agriculture de Seine-Maritime Service

Plus en détail

Végétation des bas-marais neutro-alcalins

Végétation des bas-marais neutro-alcalins Végétation des bas-marais neutro-alcalins 7230 1 CODE CORINE 54.2 Caractères diagnostiques de l habitat Caractéristiques stationnelles Communautés végétales des bas-marais neutro-alcalins, présentes en

Plus en détail

RECUEIL D OPÉRATIONS EN ZONES HUMIDES DANS LE BASSIN ARTOIS-PICARDIE

RECUEIL D OPÉRATIONS EN ZONES HUMIDES DANS LE BASSIN ARTOIS-PICARDIE RECUEIL D OPÉRATIONS EN ZONES HUMIDES DANS LE BASSIN ARTOIS-PICARDIE EDITO Espaces de transition entre la terre et l eau, les zones humides sont des milieux d un intérêt majeur. Constituant des infrastructures

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Formation FORÊT Les massifs

Formation FORÊT Les massifs Formation FORÊT Les massifs Ateliers du patrimoine naturel de Picardie Rémi François Paul Janin 20/04/2014 Tour d horizon des principaux massifs picards Retz : l héritage de la futaie cathédrale Dominance

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) :

Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE DIRECTIVE : Habitats N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : COMMUNE(S) CONCERNÉE(S) : SURFACE : Cantal Anglards-de-Salers, Le Vigean,

Plus en détail

Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) :

Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE DIRECTIVE : Habitats N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Cantal COMMUNE(S) CONCERNÉE(S) : Fontanges, Saint-Martin-Valmeroux,

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter?

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? SOMMAIRE 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? 2 1. Petit tour d horizon de nos déchets 3 Tonnages Evolution des tonnages ordures ménagères

Plus en détail

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Prix 2013 «Infrastructures pour la Mobilité et Biodiversité» LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Aménagement et renaturation d un site naturel remarquable Psammodrome d Edwards Une dégradation

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

Identification et délimitation des milieux humides du Québec méridional

Identification et délimitation des milieux humides du Québec méridional Identification et délimitation des milieux humides du Québec méridional Juillet 2014 Identification et délimitation des milieux humides du Québec méridional Photographies : Ministère du Développement

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Formation herbagère Module 4

Formation herbagère Module 4 Formation herbagère Module 4 Diagnostic de prairie permanente L UNAB Votre encadrement technique, Votre syndicat. L Unab (Union Nationale des Agrobiologistes Belges) est votre Union professionnelle Bio

Plus en détail

Cahier des charges 1 Réalisation d aménagements pour la création de gîtes à chauves souris. Priorité

Cahier des charges 1 Réalisation d aménagements pour la création de gîtes à chauves souris. Priorité Cahier des charges 1 Réalisation d aménagements pour la création de gîtes à chauves souris Priorité Actions du document d objectifs auxquelles répond le cahier des charges : CS4, CS5, CS6 HABITATS ET ESPECES

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

Exposition zones humides. Dossier de Presse

Exposition zones humides. Dossier de Presse Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE - EXPOSITION ZONES HUMIDES 2015 Panneaux d expositions Conception graphique : Séverine Soury Textes : Aurélie Matrot - AVEN Crédits photographiques Aurélie Matrot, Sarah

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Festival du développement durable juin 2009 Le parc Navazza et ses richesses naturelles Localisation de la visite Le parc Navazza peut grossièrement

Plus en détail

Année 2011. Avec la participation de :

Année 2011. Avec la participation de : Synthèse bibliographique sur l évaluation écologique des mesures agroenvironnementales territorialisées des zones humides de la région des Pays de la Loire Année 2011 Avec la participation de : Sommaire

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ v.1/2015-03-23 Cette liste a été montée pour faciliter la mise en application du Guide technique sur les toitures

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale A. El Ghorfi *, M. Boulanouar *, M. Cheggour*, N. Zahid ** * Département de biologie, ENS Marrakech ** Département d informatique,

Plus en détail

3-2 Points de vue significatifs

3-2 Points de vue significatifs Depuis l ouest et le sud-ouest 11 3-2 Points de vue significatifs Depuis le village de St-Hippolyte-de-Montaigu, le site reste invisible, caché par le flanc sud boisé du Soleyron (point de vue n 11). Depuis

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Michel Thibaudon Samuel Monnier Charlotte Sindt Nadine Dupuy Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), Brussieu, France

Michel Thibaudon Samuel Monnier Charlotte Sindt Nadine Dupuy Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), Brussieu, France Michel Thibaudon Samuel Monnier Charlotte Sindt Nadine Dupuy Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), Brussieu, France Sommaire 1. Etat des lieux 2. Metrologie des pollens 3. Potentiel allergisant

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR

Eîude réalisée dans le cadre des actions de Service Public du BRGM 02PIR115. E. Equilbey, J.F. Vernoux. mars 2002 BRCMIRPB 1576-FR Avis hydrogéologique sur des dossiers de demande de reconnaissance de l état de catastrophe naturelle liée à une remontée de nappe phréatique - Communes de Marcoussis et du Val-Sain t-germain (Essonne)

Plus en détail

Avant d aller à la recherche d un terrain

Avant d aller à la recherche d un terrain Choisir un terrain Bien choisir un terrain pour construire une maison solide Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité de la construction.

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Les milieux humides, entre terre et eau

Les milieux humides, entre terre et eau «Les milieux humides, entre terre et eau» 1 Les milieux humides, entre terre et eau L essentiel Marais, tourbières, prairies humides, lacs, lagunes, mangroves : les milieux humides se déclinent en une

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Restaurer une mare. Impliquer des partenaires

Restaurer une mare. Impliquer des partenaires C O N N A I T R E P O U R A G I R1/ 1/4 Restaurer une mare Pourquoi restaurer une mare? «Ma mare est en mauvais état», «Ma mare ne tient plus l eau», «Les berges de ma mare s effondrent» «Il y a une mare

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste

Les toitures vertes. Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine. Bernard Capelle - Architecte Paysagiste Les toitures vertes Un cocktail d'actions positives sur l'écologie urbaine Bernard Capelle - Architecte Paysagiste 1 Contexte historique; références des toitures naturellement végétalisées, comme ici en

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Des îlots de verdure. sur les TOITURES

Des îlots de verdure. sur les TOITURES Des îlots de verdure sur les TOITURES L augmentation des surfaces imperméables, comme les routes, les parkings, les bâtiments et la raréfaction des espaces verts en ville est un constat indéniable. Les

Plus en détail

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme"

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en forme Faire son compost Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme" La fabrication du compost permet de réduire le volume de sa poubelle et de produire, à partir de déchets organiques

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

MADAGASCAR : quel avenir?

MADAGASCAR : quel avenir? MADAGASCAR : quel avenir? Jean-André Audissou (France) La visite des réserves de Madagascar permet d évaluer l importante richesse de la faune et de la flore de cette île dont la superficie dépasse celle

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Choix des essences + protection des arbres

Choix des essences + protection des arbres Gestion de l arbre en milieu urbain 27 mars 2014 Choix des essences + protection des arbres Yves FRIQUET Conseil Général du Haut-Rhin Mission technique Arbres Unité Nature et Patrimoine arboré/sea/devi

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner par Corinne Steinbach ERSA s. à r. l. Distribution géographique: Les populations de Gentianella germanica se limitent aux pelouses calcaires du centre-est

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) <<<<>>>>

Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) <<<<>>>> Rapport de Voyage d etude (Le projet de PROSA, Xieng Kouang province, le 22 a 25 Sep 2009) Photo no. 1: La delegation de Voyage d etude a Xieng Khouang province Introduction: Dans le bassin versant

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21.

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21. Guide thématique En Cote-d Or, AGIR au quotidien Utilisons les ressources vertes du jardin pour en savoir plus : www.ecotidiens21.fr Edito Chaque français produit annuellement plus de 374 kg de déchets

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Création de la pelouse

Création de la pelouse Dans un jardin, la pelouse reste un élément essentiel aux yeux de bien des jardiniers qui voient dans les gazons britanniques le comble du raffinement. Une pelouse offre plus d un attrait. Elle constitue

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

Les potagers Neerstalle

Les potagers Neerstalle Les potagers Neerstalle Une initiative de Marc COOLS, Échevin de l Environnement et des Propriétés communales, avec le soutien du Collège des Bourgmestre et Échevins d Uccle Une action menée par le Service

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13 Rapport de veille sur les évolutions du domaine des parcs et jardins P. 1/13 Numéro : 8 Date : 15 mars 2009 Centre : Centre de compétence Secteurs verts Forem Formation Titre : La végétalisation des toitures

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Le traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées GALDIN 4 B Anaïs SNE Le traitement des eaux usées La station d épuration de Lacer Mr Lamarque, technicien du service des eaux et responsable de la station d épuration du Mézinais, est venu nous expliquer

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz Identité du territoire Structure porteuse de l'action : Ligue pour la Protection des Oiseau Alsace Entrée Thématique Agriculture Espèces et habitats naturels Milieu aquatiques et humides Localisation :

Plus en détail

Les références techniques de la société HYDROSEED

Les références techniques de la société HYDROSEED Les références techniques de la société HYDROSEED La société HYDROSEED en nom propre existe depuis le 1 er Janvier 2008. Nous nous intéressons aux études et travaux de protection de l environnement. Les

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail