Page 88 HQE, Angers adopte la démarche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Page 88 HQE, Angers adopte la démarche"

Transcription

1

2 Madame Ottaviani Directrice maternelle Adrien-Tigeot et la dimension HQE «Coup de chapeau à : la concertation préalable mairie-équipe enseignante, quant à ses exigences de fonctionnement (création de portes supplémentaires, installation des points d eau adulte et enfant dans chaque classe...), l adéquation quasi parfaite entre les horaires scolaires et ceux des travaux, l intégration réussie des nouveaux bâtiments dans leur environnement, alliée à la mise en valeur des anciennes constructions, le confort des espaces, notamment le hall d accueil (et son ouverture sur l extérieur), la luminosité dans son ensemble.» Page 88 HQE, Angers adopte la démarche

3 Premier bilan de la restructuration du groupe scolaire Adrien-Tigeot

4

5 Réflexion sur le coût global de l opération La démarche HQE : un raisonnement sur le coût global La démarche HQE permet d éviter de nombreux gâchis financiers : erreurs de conception constatées tardivement, retards de chantier provoqués par le mécontentement des riverains dû à un manque de concertation en amont, coûts de maintenance mal évalués et pénalisants pour la vie du bâtiment, consommations énergétiques élevées Elle propose d intégrer la notion de coût global (ne pas raisonner seulement en termes de coûts d investissement mais aussi de fonctionnement). Cette approche est encore peu pratiquée alors qu elle est économiquement plus réaliste. Actuellement, la mise en place de la démarche HQE suscite quelques surcoûts à l investissement (temps d étude et de réflexion supplémentaire, mise en œuvre éventuelle de nouveaux matériaux et de méthodes de travail inhabituelles mais rentables, moyens humains à mobiliser plus importants...), mais ils sont rapidement compensés par les économies réalisées lors de l exploitation du bâtiment. C est pour cela qu il est judicieux de raisonner en termes de coût global. Exemple : COÛT GLOBAL = COÛTS INITIAUX (investissement : ex. : achat de panneaux solaires) + COÛTS DIFFÉRÉS (fonctionnement : ex. : les coûts sont minimisés grâce aux apports solaires gratuits) Le coût total de l opération Adrien-Tigeot s élève à 3,20 millions d euros TTC, ce qui est tout à fait raisonnable pour m 2 de surface réhabilitée dans œuvre et m 2 de surface de constructions neuves dans œuvre (ingénierie comprise). Il est très difficile d estimer l incidence financière qu a eue la mise en place de la démarche HQE. En effet : cette démarche a été intégrée en amont et suivie durant tout le déroulement de l opération ; certaines «options HQE» (par exemple, la mise en place de verrières pour favoriser l entrée de lumière naturelle) auraient été retenues de la même façon si l opération n avait pas suivi cette démarche ; certains surcoûts à l investissement sont rapidement compensés, car ils engendrent des économies de fonctionnement. Par exemple, la mise en place de deux chaufferies distinctes, avec compteurs spécifiques (restauration et écoles), est justifiée par les horaires d utilisation différents et les lieux éloignés ; il est ainsi possible de programmer séparément ces deux chaufferies et d optimiser la longueur du réseau HQE, Angers adopte la démarche page 89

6 Réflexion sur la méthodologie employée La restructuration du groupe scolaire Adrien-Tigeot est l une des deux premières opérations que la Ville d Angers réalise en suivant la démarche HQE. Même si elle n est pas encore achevée (la fin des travaux est prévue pour septembre 2002), les acteurs ont commencé à l analyser, notamment vis-à-vis de la mise en place de la démarche HQE. L élaboration de ce document a initié une réflexion sur ce qui a été fait, ce qui aurait pu être fait, ce qui sera fait lors de futures opérations HQE menées par la Ville d Angers Les acteurs concernés ont totalement adhéré à la mise en place de la démarche HQE. La concertation entre tous ces acteurs (différents services de la mairie d Angers, l architecte et les bureaux d études techniques, la délégation régionale de l ADEME Pays de la Loire) lors de réunions de travail transversales a été primordiale pour la mise en place de la démarche HQE et pour le bon déroulement de l opération. Le tableau de bord élaboré a permis, entre autres, de superviser, de compléter et d affiner les actions retenues pour répondre à chacune des cibles et de les enrichir par d autres idées, de veiller au suivi et au respect des choix effectués (intentions à la phase APS, prescriptions à la phase APD, actions à la phase travaux), d éviter toute déperdition d informations ou d idées Il a également pris en compte les propositions envisagées puis écartées pour des raisons techniques ou financières. Cet outil permet de suivre la concrétisation de la démarche pendant toute la durée du projet. La démarche HQE a permis de multiplier les échanges intellectuels entre les différents acteurs, de prendre des décisions concrètes réfléchies et justifiées. Page 90 HQE, Angers adopte la démarche

7 Cette démarche fait évoluer la manière de concevoir les choses et donne de nouvelles responsabilités à chaque acteur. Par exemple, les bureaux d études techniques ont particulièrement apprécié les discussions ouvertes avec le maître d ouvrage, ce qui n est pas toujours possible mais qui enrichit considérablement le projet. Néanmoins, des critères sont à améliorer, car la mise en place de la démarche HQE nécessite notamment : du temps supplémentaire pour mener des études préalables et complémentaires, organiser des réunions de concertation, faire des choix réfléchis La phase APS mériterait notamment qu on lui accorde plus de temps la formation, l information et la sensibilisation de tous les acteurs concernés (y compris les utilisateurs du bâtiment et les riverains). En effet, la démarche HQE est relativement nouvelle. La formation permet de faire comprendre les enjeux de la démarche et d améliorer l adhésion et l implication de tous. De plus, la démarche HQE ne s arrête pas à la réception du bâtiment ; il est important que les utilisateurs et le personnel d entretien du bâtiment comprennent les «spécificités HQE» et les optimisent en effet, il est inutile de mettre en place des dispositifs économes si leur fonctionnement n est pas expliqué aux utilisateurs des moyens financiers plus importants à l investissement (qui seront compensés par des frais de fonctionnement moindres) la présence d une personne référente chargée d organiser les réunions spécifiques à la mise en place de la démarche HQE, ce qui rejoint le besoin de temps et de formation. Cette personne peut être : le conducteur de l opération (ce qui a été le cas pour l opération Adrien-Tigeot), un chargé de mission spécifique (par exemple, chargé du Développement durable) ou un assistant à maîtrise d ouvrage extérieur Cette expérience a été très enrichissante. Les acteurs sont prêts à lancer de nouvelles opérations suivant la démarche HQE. De son côté, la Ville d Angers souhaite généraliser cette démarche à toutes les futures opérations de construction ou de restructuration qu elle mènera. Afin de s y préparer, elle tire des conclusions de son expérience et élabore de nouveaux outils pour faciliter le travail des personnes qui participeront à ces opérations HQE. HQE, Angers adopte la démarche page 91

8 Management d une démarche HQE, Récapitulatif non exhaustif de ce qui peut être fait par un maître d ouvrage pour faciliter la mise en place de la démarche HQE. Ce qu il peut être intéressant de faire Lors des études pré-opérationnelles Dès la phase de programmation Cette synthèse est issue de l expérience acquise lors de l opération Adrien-Tigeot. Faire attention au choix du site (accessibilité, contraintes) ; Effectuer des études préalables supplémentaires spécifiques et poussées (ex : gestion des eaux pluviales, pollution des sols, acoustique, ensoleillement) ; Visiter d autres opérations HQE, pour s inspirer des innovations techniques et créer un réseau relationnel ; Assister à des formations sur le thème de la démarche HQE ; Rencontrer les habitants du quartier ; Contacter l ADEME ; Intégrer les premières approches en coût global ;... Expliciter clairement ses intentions environnementales et éventuellement hiérarchiser les cibles visées ; Définir très précisément ses exigences auprès du programmiste (ex : éclairage naturel obligatoire partout et non pas lorsque cela est possible), tout en veillant à la cohérence entre les différentes cibles ; Page 92 HQE, Angers adopte la démarche

9 ébauche d un outil Informer le futur maître d œuvre de ses exigences (par ex : raisonner en termes de coût global) ; Organiser des réunions de concertation entre tous les acteurs concernés (y compris les futurs utilisateurs et les riverains) ; Penser aux autres usages possibles du bâtiment : par exemple, pour une école, usage extra-scolaire et/ou périscolaire des locaux (salles de réunions pour des associations du quartier, garderie) ; Prévoir la déconstruction future du bâtiment ;... Il est possible de missionner un responsable assistant à maîtrise d ouvrage HQE (AMO HQE) spécifiquement chargé de conseiller le maître d ouvrage, de veiller au suivi de la démarche HQE et au respect des choix effectués notamment lors des phases programmation, APS, APD, DCE ; un autre responsable peut être chargé de «surveiller» le déroulement du chantier : respect du choix des produits, tri des déchets, lavage des roues des véhicules Cette option est à envisager après réflexion, car les interlocuteurs sont déjà nombreux lors d opérations de réhabilitation ou de construction. Au moment du concours Contrôler la composition de l équipe de maîtrise d œuvre (par exemple, la présence d un économiste et de bureaux d études techniques spécialisés pour une réflexion sur le coût global d une opération) ; Identifier la démarche HQE dans le dossier de concours ; Prévoir une grille d évaluation concernant les 14 cibles de la HQE (à ce niveau, il n est pas toujours possible d analyser chaque cible, mais certaines comme la cible 1 «Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat» ou la cible 10 «Confort visuel» doivent obligatoirement être prises en compte dès cette phase) et sensibiliser le jury du concours aux exigences de la démarche HQE ;... Pendant la phase de l Avant-Projet Sommaire (APS) Définir avec l équipe de maîtrise d œuvre, et ce dès sa désignation, une méthodologie de suivi de la démarche HQE (exemple : mise en place d un tableau de bord) ; Continuer la démarche de concertation avec les utilisateurs et les riverains, mais aussi consulter les personnes qui s occuperont de la maintenance et de l entretien du bâtiment, car il est plus difficile de prendre en compte leurs avis et suggestions par la suite ; Définir des exigences sur les matériaux souhaités ; Identifier les options HQE qui auront une incidence financière ;... HQE, Angers adopte la démarche page 93

10 Pendant la phase de l Avant-Projet Définitif (APD) Afficher des plans du projet et des panneaux explicatifs devant le chantier et organiser des réunions publiques ; Diffuser les comptes rendus des réunions publiques et les décisions qui y ont été prises ; Mener des études comparatives et calculer les temps de retour sur l investissement ; cela aide à la prise de décision pour certains choix ; Continuer à impliquer tous les acteurs concernés ; Tenir compte des remarques, expliquer et justifier les choix retenus notamment auprès des futurs utilisateurs ;... Dès le Dossier de Consultation des Entreprises (DCE) Vérifier la conformité des produits proposés ; Sensibiliser les entreprises à la démarche HQE dans les écrits (DCE) ;... Lors des travaux Réunir les entreprises retenues avant de commencer les travaux pour que le maître d ouvrage et le maître d œuvre leur présentent le projet et leur expliquent les enjeux de la démarche HQE (notamment la cible 3 : «Chantier à faibles nuisances») ; Veiller au respect des choix effectués (type de produit mis en œuvre, conditions du chantier) et rappeler fréquemment que l opération suit une démarche HQE ; Demander systématiquement aux entreprises des fiches types de produits ; Informer les riverains du déroulement des travaux ; Si l opération est une restructuration et que le bâtiment reste occupé pendant les travaux, impliquer les utilisateurs afin qu ils acceptent mieux les nuisances occasionnées par le chantier (visite du chantier) ;... À la réception du bâtiment Effectuer des mesures pour vérifier que les résultats sont conformes aux prévisions (exemple : mesures acoustiques pour vérifier l isolation) ; Rédiger un guide de maintenance et d entretien en y spécifiant les particularités de suivi de la démarche HQE, prendre également en compte la démarche HQE dans le Dossier des Ouvrages Exécutés (DOE) et le Dossier d Intervention Ultérieure sur l Ouvrage (DIUO) ;... Pendant la vie du bâtiment Sensibiliser les utilisateurs du bâtiment à ses spécificités ; expliquer les méthodes mises en place pour réaliser des économies d énergie, d eau, pour permettre un tri des déchets aisé ; Poursuivre la démarche de concertation et de dialogue avec les occupants, les interroger sur ce qu ils pensent du bâtiment et de ses spécificités HQE ; Veiller au bon entretien des équipements ; Suivre les consommations d eau et d énergie et les communiquer aux utilisateurs... Page 94 HQE, Angers adopte la démarche

11 Le tableau de bord utilisé lors de l opération Adrien-Tigeot NB : Ce tableau est disponible en version informatique sur le site de la Ville d Angers. HQE, Angers adopte la démarche page 95

12 Page 96 HQE, Angers adopte la démarche

13 HQE, Angers adopte la démarche page 97

14

15 Quelques données à prendre en compte pour mettre en place une démarche HQE Récapitulatif non exhaustif de ce à quoi l on peut penser pour aborder le traitement de chacune des cibles de la démarche HQE dans les meilleures conditions. Cible 1 Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat DÉPLACEMENTS accès aux transports en commun, accès pour les piétons et les vélos, nécessité éventuelle d un parking, prise en compte de la politique menée par la collectivité (Plan de déplacement urbain), SERVICES URBAINS réseau d eau potable, réseau d assainissement, collecte et traitement des déchets, voirie, proximité de services et de commerces, DONNÉES CLIMATIQUES apports solaires, vents, pluviométrie, orientation, TRAITEMENT DES ESPACES VERTS équilibre végétal initial, perméabilité du sol, ambiance extérieure, POLLUTIONS air, eau, sol, NUISANCES bruit, odeurs, RISQUES NATURELS inondations, effondrements, ondes électromagnétiques, HQE, Angers adopte la démarche page 99

16 COHÉRENCE AVEC L ENVIRONNEMENT IMMÉDIAT valeur patrimoniale, architecture des bâtiments existants ou voisins, couleurs, matériaux, avis des riverains, IMPACTS SUR LE VOISINAGE intégration paysagère, intégration environnementale, intégration urbanistique, éventuelles pollutions ou nuisances, Cible 2 Choix intégré des procédés et produits de construction EXIGENCES ET JUSTIFICATION DES CHOIX DES PRODUITS produits certifiés (par exemple NF-Environnement), produits dont le site de production fait l objet d une certification en terme de management environnemental (par exemple ISO 14000), Analyse du Cycle de Vie (ACV) des matériaux (quantités de matière première et d énergie nécessaires à la fabrication du produit, transport, nuisances ou pollutions lors de sa mise en œuvre, déchets générés, risques pour la santé, durée de vie, recyclabilité, entretien), critères techniques, critères économiques, critères environnementaux, NIVEAU LOCAL savoir-faire, matériaux, CHOIX DES PROCÉDÉS DE CONSTRUCTION flexibilité du bâtiment (changement d usage, rénovation, agrandissement, adaptation à l évolution des normes techniques), déconstruction future du bâtiment, IMPACTS SUR LES AUTRES CIBLES Cible 3 Chantier à faibles nuisances MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL SENSIBILISATION DES ENTREPRISES à la démarche HQE, aux systèmes mis en place pour réaliser un chantier à faibles nuisances (bennes de tri), CHARTE «CHANTIER PROPRE» CONTRACTUELLE GESTION DES DÉCHETS DE CHANTIER limitation de la quantité mise en décharge, analyse des possibilités locales de collecte et de valorisation, mise en place d un système de tri, POLLUTIONS ET NUISANCES air, eau, infiltrations dans le sol, bruit, RISQUES POUR LA SANTÉ DES OUVRIERS INFORMATION DES RIVERAINS SUR LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX concertation, communication d un calendrier prévisionnel des actions provoquant des nuisances, Page 100 HQE, Angers adopte la démarche

17 Cible 4 Gestion de l énergie DONNÉES CLIMATIQUES ÉVALUATION SELON L OCCUPATION DES LOCAUX (EFFECTIFS, FRÉQUENCE) des besoins, des consommations, des équipements nécessaires, OPPORTUNITÉS ÉNERGÉTIQUES LOCALES (PAR EXEMPLE UN RÉSEAU DE CHALEUR) ÉNERGIES RENOUVELABLES solaire, éolienne, hydraulique, bois, valorisation des déchets, géothermie, ÉTUDES COMPLÉMENTAIRES calcul des coûts d investissement, d exploitation, d entretien, choix techniques, COMPARAISON DE DIFFÉRENTES SOLUTIONS conséquences environnementales, impacts économiques et sociaux, avantages et inconvénients, CHOIX TECHNIQUES rafraîchissement naturel du bâtiment, dimensionnement de la production d Eau Chaude Sanitaire, optimisation de tous les réseaux, isolation, SENSIBILISATION DES UTILISATEURS affichage des consommations, tableau de suivi de l évolution des consommations, Cible 5 Gestion de l eau RÉSEAUX D EAUX approvisionnement en eau potable (quantité et qualité), évacuation et traitement des eaux usées, ÉCONOMIES entretien des réseaux pour éviter les fuites, appareils économes en eau (chasses d eau à double débit, robinets mitigeurs thermostatiques, électroménagers), réducteur de pression, GESTION DES EAUX PLUVIALES collecte, stockage, utilisation (accord des autorités compétentes), enrobé drainant, SENSIBILISATION DES UTILISATEURS affichage des consommations, tableau de suivi de l évolution des consommations, Cible 6 Gestion des déchets d activités DÉCHETS PRODUITS type de déchets générés par l usage du bâtiment, quantité produite, HQE, Angers adopte la démarche page 101

18 TYPE DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT dimensions des locaux poubelles, dépôt aisé accessibilité pour les véhicules de collecte, NUISANCES encombrement de la voie publique, odeurs, esthétique, bruit, INFORMATION ET SENSIBILISATION DES UTILISATEURS Cible 7 Entretien et maintenance DONNÉES SUR LE BÂTIMENT nature et fréquence de l utilisation, durée de vie, besoins en moyens humains et matériels pour la maintenance, OPÉRATIONS D ENTRETIEN ET DE MAINTENANCE NÉCESSAIRES accès facile aux équipements, interventions et produits non dangereux pour la santé, MOYENS ADMINISTRATIFS raisonnement en terme de coût global, contrats d entretien ou d exploitation, rédaction d un guide d entretien et de maintenance qui signale les spécificités du bâtiment vis-à-vis de la démarche HQE mise en place, intégration de ces spécificités dans le Dossier des Ouvrages Exécutés (DOE) et le Dossier d Interventions Ultérieures sur les Ouvrages (DIUO), Cible 8 Confort hygrothermique DONNÉES PRÉALABLES données climatiques, occupation des locaux, définition d exigences quantitatives au niveau de la température et de l hygrométrie relatives en été et en hiver, CHOIX TECHNIQUES rafraîchissement naturel du bâtiment, isolation des parois, traitement spécifique des espaces de transition entre les locaux (entrée, hall, sas), régulation et programmation des systèmes de chauffage et de ventilation possibles, Cible 9 Confort acoustique NUISANCES SONORES axe routier, axe ferroviaire, activité voisine, TRAITEMENT ACOUSTIQUE exposition du bâtiment, bruit à la source, fenêtres à double vitrage, écrans antibruit, zones tampons, configuration des locaux, QUALITÉ ACOUSTIQUE DANS LE BÂTIMENT isolation des cloisons, volumétrie des pièces exigences réglementaires nivelées par le haut, Cible 10 Confort visuel PERSPECTIVES VISUELLES vue dégagée, espaces verts, Page 102 HQE, Angers adopte la démarche

19 ÉCLAIRAGE NATUREL logiciel de simulation des incidences sur le bâtiment, prise en compte des différentes saisons, choisir la meilleure orientation selon l usage du bâtiment, ÉBLOUISSEMENT protections solaires, choix des couleurs, ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL choix des sources, label Promotelec, Cible 11 Confort olfactif NUISANCES OLFACTIVES proximité d une usine, locaux poubelles, TRAITEMENT OLFACTIF à la source, multiplication des ouvrants, ventilation, positionnement des locaux poubelles, positionnement des bouches de captage et d extraction d air, Cible 12 Conditions sanitaires CHOIX DES MATÉRIAUX non dangereux pour la santé pendant leur mise en œuvre, non dangereux pour la santé pendant leur entretien, faciles à entretenir, ACCUEIL DE PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE AUTRES FACTEURS ondes électromagnétiques émissions de radon, Cible 13 Qualité de l air DONNÉES PRÉALABLES qualité de l air extérieur, présence d équipements ou de produits sources de pollutions aériennes, TRAITEMENT filtrage de l air entrant, choix des produits de construction et des équipements, positionnement des bouches de captage et d extraction d air, entretien, notamment des systèmes de chauffage ventilation, Cible 14 Qualité de l eau QUALITÉ DE L EAU DISTRIBUÉE PAR LE RÉSEAU TRAITEMENT oxygénation, durcissement, adoucissement, étanchéité du réseau, clapets anti-retour et anti-pollution, choix des canalisations, choix de la température de stockage de l eau chaude sanitaire, contrôles réguliers de la qualité de l eau distribuée, HQE, Angers adopte la démarche page 103

20 Quelques documents de référence Ouvrages Alsace Qualité Environnement (coordonné par HIRTZBERGER Pierre), Mieux vivre et mieux bâtir avec l environnement (forum du 28/11/97), Les cahiers de la qualité environnementale, numéro 1, Alsace Qualité Environnement, 1997, 107 pages. Alsace Qualité Environnement (élaboré à partir des travaux présentés lors de la journée de travail du 16/ 10/98), La Haute Qualité Environnementale dans les bâtiments : les enjeux et les acteurs, Les cahiers de la qualité environnementale, numéro 3, Alsace Qualité Environnement, 1998, 150 pages. DEOUX Pierre et Suzanne, Habitat Qualité Santé clefs en main. Des bâtiments respectant l homme et l environnement. Le guide de l habitat sain, Medieco Éditions, 1997, 286 pages. Guide de l architecture écologique, Édition du Moniteur. KUR Friedrich, L habitat écologique. Quels matériaux choisir?, Terre Vivante, 1998, pages 1 à 13 et 51 à 192. Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (MIQCP), Intégrer la maintenance à la conception des bâtiments publics. Programmer, concevoir, exécuter les travaux, deuxième édition, Éditions Le Moniteur, Collection «Collectivités locales», 1991, 160 pages. RS Consultants (NAVARRO Jean-Jacques), Tribu (BORNAREL Alain, MAES Pascale), WURTEISEN Georges (à l initiative de la Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques, du Plan Construction et Architecture et sous l égide de l association HQE), Intégrer la qualité environnementale dans les constructions publiques, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), mai 1998, 144 pages. SCHMITZ-GUNTHER Thomas (sous la direction de), Eco-logis, la maison à vivre, Könemann Verlagsgesellschaft mbh, 1999, 479 pages. Dossiers et études ACT Consultants (HURPY Isabelle, LEFEVRE Pierre, PENICAUD Hubert), Programmer la qualité environnementale d une construction, Volume 1, Plan Urbanisme Construction et Architecture, ministère du Logement, 63 pages. Association HQE, Définition des cibles de la qualité environnementale des bâtiments (version n 1 de 11-97), Association HQE, 18 novembre 1997, 56 pages. BOUDOU Anne, BRUN Frédéric, WINTZ Andrée, Les éco-constructions dans le domaine scolaire. Expériences françaises et étrangères, Écopresse, novembre 1996, 83 pages. DENIEDT Frédérique, DUPORT Liliane, SENNA Philippe (rassemblé par), Dossier documentaire «Habiter une ville durable», «Les outils et démarches en vue de la réalisation d agendas 21 locaux», ministère de l Aménagement du Territoire et de l Environnement, 2001, 242 pages. Enerpol Ingénierie, Etac 17, Atelier EO, Paysages, Consultation des groupements de conception-réalisation pour le projet de lycée à Haute Qualité Environnementale de Calais. Livre 1, programme Haute Qualité Environnementale, Conseil régional du Nord Pas-de-Calais, octobre 1995, 125 pages. Page 104 HQE, Angers adopte la démarche

21 pour aller plus loin Institut Méditerranéen du Bâtiment et de l Environnement (IMBE), Recherche exploratoire, usage et qualité environnementale. Information, sensibilisation et participation des habitants à la qualité environnementale, Rapport final, tome n 1, Synthèse, ministère de l Équipement, des Transports et du Logement, Plan urbanisme construction architecture, novembre 2000, 58 pages. LAVILLE Bettina, LEENHARDT Jacques, Éco-logis mode d emploi, Comité 21, 1996, 40 pages. Brochures, guides et plaquettes Anonyme, Bâtiment et Haute Qualité Environnementale. Mode d emploi à l usage des maîtres d ouvrages, Région Alsace avec la collaboration des associations Alsace Qualité Environnement et Haute Qualité Environnementale, octobre 1998, 40 pages. Comité d action pour le solaire, Guide de l architecture bioclimatique, haute qualité et développement durable, maisons solaires, maisons d aujourd hui. CORIS, Expériences vécues. Présentation de solutions électriques contributives à la démarche HQE, Électricité de France, juin 2001, 48 pages. CORIS, La HQE (Haute Qualité Environnementale) dans les bâtiments en 21 questions/réponses, Électricité de France, mars 2001, 24 pages. Écosystèmes, ERNECQ Jean-Marie, Guide des énergies en Région Nord Pas-de-Calais, Le développement de la Haute Qualité Environnementale (HQE) dans le bâtiment, Conseil régional du Nord Pas-de- Calais et ADEME délégation régionale Nord Pasde-Calais, 14 pages. HYKS Brigitte, Pour une meilleure prise en compte de l environnement dans la construction, partie 1 : Bonnes pratiques de la filière construction (49 pages), partie 2 : Manuel d application des réalisateurs (31 pages), Fédération française du bâtiment avec la collaboration du groupe GTM, septembre MOTTIER Jean-Paul, Les principes d un urbanisme «Haute Qualité Environnementale». Démarche pour un aménagement durable, Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole, janvier 2000, 43 pages. TRIBU (BORNAREL Alain, AKIKI Édith, LAUNAY Karine), Qualité environnementale des bâtiments. Manuel à l usage de la maîtrise d ouvrage, projet final hors illustrations, ADEME, février 2002, 303 pages. Sites Internet (Association HQE) (Alsace Qualité Environnement) (Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Énergie) (Agence Régionale de l Environnement et des Nouvelles Énergies Île-de-France) (Exposition Éco-logis) (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) puca/accueil_puca.htm (Plan Urbanisme Construction Architecture) (Maison de la nature et de l environnement de Lille) hqe/technique.htm (Observatoire Mont Blanc-Léman) (Ville d Angers) HQE, Angers adopte la démarche page 105

22 Contacts pour en savoir plus Au niveau local VILLE D ANGERS Hôtel de ville, BP 3527, Angers cedex 01 Site Internet : Contacts Christelle SIX, chargée de mission Direction générale Mission développement durable Tél. : Fax : Joël LE FLECHER, chargé de conduite d opérations, Service Bâtiments Tél. : Fax : ADEME (AGENCE DE L ENVIRONNEMENT ET DE LA MAÎTRISE DE L ENERGIE) Délégation régionale des Pays de la Loire 5, bd Vincent-Gâche, BP 16202, Nantes cedex 2 Site Internet : Contacts Dominique BIRRIEN, Ingénieur Tél. : MEMBRE DE L ÉQUIPE DE MAÎTRISE D ŒUVRE DE L OPÉRATION ADRIEN-TIGEOT AYANT PARTICIPÉ À L ÉLABORATION DU GUIDE Cabinet DE COQUEREAUMONT LEBRETON Architectes DPLG (maître d œuvre) 8 bis, bd Foch, Angers Contact Monsieur LEBRETON Tél. : Fax : RABIER FLUIDES CONCEPT (Bureau d études) 41, rue Albéric-Dubois, Angers Contact Monsieur RABIER Tél. : Fax : Au niveau national ASSOCIATION HQE Villa Pasteur, 83, bd Macdonald, Paris Tél. : Fax : Site Internet : Contacts Dominique BIDOU, président de l association Gilles OLIVE, délégué général de l association ADEME (AGENCE DE L ENVIRONNEMENT ET DE LA MAÎTRISE DE L ENERGIE) 500, route des Lucioles, Valbonne Cedex Tél. : Fax : Site Internet : Contact Yves MOCH, ingénieur au département Bâtiments et Collectivités de l ADEME PUCA (PLAN URBANISME CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE) Ministère de l Équipement, des Transports et du Logement Grande Arche Pilier Nord La Défense Cedex 04 Site Internet : incitatif/puca/accueil_puca.htm Tél. : Fax : Contact Martine Provost, chef de projet ICEB (INSTITUT DES CONSEILLERS ENVIRONNEMENT POUR LE BÂTIMENT) Secrétariat Général IMBE, 26, rue Matabiau, Toulouse Tél. : Fax : Contact Jean HETZEL Président de l I.C.E.B. ou CSTB (CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BÂTIMENT) 84, avenue Jean-Jaurès, Champs-sur-Marne Tél. : Fax : Site Internet : Contact Sylviane NIBEL ARENE (AGENCE RÉGIONALE DE L ENVIRONNEMENT ET DES NOUVELLES ENERGIES) ARENE Ile de France, 94 bis, avenue de Suffren, Paris Site Internet : Tél. : Fax : FFB (FÉDÉRATION FRANÇAISE DU BÂTIMENT) 61, bd Alexandre-Martin, Orléans Cedex 1 Site Internet : Tél. : Fax : Page 106 HQE, Angers adopte la démarche

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC?

Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010. C est quoi la HQE et le BBC? Direction de la Communication - Hôtel de Ville de Cholet - Photos : Shutterstock - Phovoir- janvier 2010 C est quoi la HQE et le BBC? VILLE DE CHOLET Eco construction 1- Relation du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE

Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE Vers le renouveau du logement social Un besoin impératif A.DE HERDE 1 Le nombre de logements dont la SWL et ses sociétés agréées sont propriétaires s élève à 101.242 ; le montant annuel des investissements

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé.

Modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé. La prise en compte environnementale dans le programme technique détaillé Modalités d intégration des exigences environnementales dans le programme technique détaillé. Le présent mémoire a été réalisé dans

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

NF habitat & nf habitat hqe TM

NF habitat & nf habitat hqe TM NF habitat & nf habitat hqe TM Certification rénovation maison l essentiel pour les professionnels Applicatif NF 500-02 - Version 1.0 introduction Depuis 1999, CÉQUaMi, filiale de l association QUaLiteL

Plus en détail

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA

POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA 1 POLITIQUE IMMOBILIERE DE LA REGION CHAMPAGNE-ARDENNE PLAN PATRIMOINE ENERGIE ACCESSIBILITE PPEA SOMMAIRE 1. OBJECTIFS ET ENJEUX 2. METHODOLOGIE 3. AUDIT ENERGETIQUE ET GROS ENTRETIEN 4. STRATEGIE ENERGETIQUE

Plus en détail

LYCEE LEONARD DE VINCI A SAINT- GERMAIN-EN-LAYE (78)

LYCEE LEONARD DE VINCI A SAINT- GERMAIN-EN-LAYE (78) Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2014 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LYCEE LEONARD DE VINCI A SAINT- GERMAIN-EN-LAYE (78)

Plus en détail

la phase Études Nos précédents dossiers sur l économie de projet portaient sur les études préliminaires et le choix de la Économie de projet

la phase Études Nos précédents dossiers sur l économie de projet portaient sur les études préliminaires et le choix de la Économie de projet Octobre 2013 - N 165 Économie de projet la phase Études Foyer d accueil médicalisé à Challans en Vendée Nos précédents dossiers sur l économie de projet portaient sur les études préliminaires et le choix

Plus en détail

01-APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 10 JANVIER 2014 02-DECISIONS PRISES PAR DELEGATION DECLARATIONS D INTENTION D ALIENER

01-APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 10 JANVIER 2014 02-DECISIONS PRISES PAR DELEGATION DECLARATIONS D INTENTION D ALIENER EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS SÉANCE DU 21 Février 2014 Nombre de conseillers en exercice... : 15 Nombre de présents... : 12 Vote par procuration... : 2 Nombre de votants... : 14 Date de convocation

Plus en détail

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public Maitrise d œuvre logement P.1... P.2... P.3... P.4... P.5... P.6... P.7... P.8... P.9... P.10... P.11... P.12... P.13... P.14... P.15... 13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois 30 logements

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Conforme RT 2012 Découvrez la nouvelle offre «Vertuoz Habitat» de GDF SUEZ, une offre qui distingue et valorise votre

Plus en détail

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65

HÔTEL DE VILLE ALLÉES GASTON RODRIGUES BP 105 33173 GRADIGNAN CEDEX TÉL. : 05 56 75 65 26 FAX : 05 56 75 65 65 Préservez les ressources naturelles par des constructions écologiques n est qu une étape dans la protection de l environnement. Cela passe aussi par des gestes éco-citoyens au quotidien. Pour en savoir

Plus en détail

étudié pour les étudiants!

étudié pour les étudiants! étudié pour les étudiants! Réussir, c est une question de volonté, c est aussi être accompagné. Un concept étudié pour les étudiants On ne réussit jamais par hasard. Qu il s agisse de ses études ou de

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir Vous achetez pour vous loger Vous recherchez votre futur domicile? Appartement, maison, neuf ou ancien... Quel que soit le type de bien ou de surface,

Plus en détail

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

www.gam-ingenierie.fr

www.gam-ingenierie.fr CONCEPTION I RÉALISATION I COMMERCE GAM INGENIERIE SAS 211 rue de Picardie - BP 50604-45166 OLIVET CEDEX Tél : 02 38 69 38 55 Fax : 02 38 63 30 44 www.gam-ingenierie.fr www.gsegroup.com Sommaire 4>7 Une

Plus en détail

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL A. PRÉSENTATION : BEST ENTREPRISE SARL est une société de droit sénégalais qui intervient dans les Bâtiments/Travaux Publics, le

Plus en détail

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier Domaine du Moulin à Bayonne Une nouvelle vie pour un nouveau quartier ** * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC-effinergie, Bâtiment Basse Consommation, auprès

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RESTRUCTURATION PARTIELLE DU RESEAU CVC CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES EN APPLICATION DU CODE DES MARCHES PUBLICS DECRET N 2006-975 DU 1ER AOUT

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Gepa et organismes de formation r é g i o n a u x: Conseils régionaux de l ordre des architectes et structures connexes

Gepa et organismes de formation r é g i o n a u x: Conseils régionaux de l ordre des architectes et structures connexes Gepa et organismes de formation r é g i o n a u x: Conseils régionaux de l ordre des architectes et structures connexes Le Gepa (Groupe pour l éducation permanente des architectes) est l organisme de formation

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

ADSC ARCHITECTURE ET DÉVELOPPEMENTS SONIA CORTESSE

ADSC ARCHITECTURE ET DÉVELOPPEMENTS SONIA CORTESSE ADSC ARCHITECTURE ET DÉVELOPPEMENTS SONIA CORTESSE LISTE DE RÉFÉRENCES ASSISTANCE A MAÎTRISE D OUVRAGE DURABLE ASSISTANCE À LA MAÎTRISE D OUVRAGE DURABLE HQE & DÉVELOPPEMENT DURABLE MÉTHODOLOGIE ÉQUIPEMENT

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

La Qualité au service de la construction...

La Qualité au service de la construction... La Qualité au service de la construction... Maîtriser ses projets... POLYEXPERT ENVIRONNEMENT est un spécialiste reconnu du conseil et du contrôle dans le domaine de la construction. Notre objectif est

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

LISTE ANNUELLE DES MARCHES CONCLUS Ville de CARQUEFOU 01 janvier 2012 au 31 décembre 2012 Article 133 du code des marchés publics

LISTE ANNUELLE DES MARCHES CONCLUS Ville de CARQUEFOU 01 janvier 2012 au 31 décembre 2012 Article 133 du code des marchés publics LISTE ANNUELLE DES MARCHES CONCLUS Ville de CARQUEFOU 01 janvier 2012 au 31 décembre 2012 Article 133 du code des marchés publics Marchés publics de travaux d un montant hors taxe compris entre 20.000

Plus en détail

axel schoenert architectes

axel schoenert architectes HALL ADMINISTRATIF hôtel de ville de puteaux axel schoenert architectes l hôtel de ville de puteaux L agence Axel Schoenert architectes a livré la restructuration partielle de l hôtel de ville de Puteaux.

Plus en détail

Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014

Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014 Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014 65 St Barnabé, (13) Rédacteur : Jérôme Solari / Clara Foussat 1 - Bâtiment tertiaire bioclimatique à l entrée du village de Saint Barnabé à Marseille.

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

SANDRINE. La prévention des problèmes de santé liés à la pollution intérieure des habitations. Projet européen

SANDRINE. La prévention des problèmes de santé liés à la pollution intérieure des habitations. Projet européen SANDRINE La prévention des problèmes de santé liés à la pollution intérieure des habitations Projet européen SANDRINE Projet à l initiative de : Inter-Environnement Wallonie & Société Scientifique de Médecine

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R.

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Chantier I.F.P.E.C. / Lille Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Présentation du Projet Extension d un bâtiment tertiaire existant sur 4 niveaux

Plus en détail

Accession ou placement locatif : optimisez votre patrimoine immobilier en toute sérénité

Accession ou placement locatif : optimisez votre patrimoine immobilier en toute sérénité Accession ou placement locatif : optimisez votre patrimoine immobilier en toute sérénité Deux pôles d activités, cinq grands métiers : un groupe mondial diversifié Comptant plus de 113 300 collaborateurs

Plus en détail

CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE

CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE CHARPENTIER / CHARPENTIÈRE de nouvelles exigences... Le respect de l'environnement est désormais au cœur de tous les métiers du bâtiment. Chaque professionnel-le doit maîtriser les nouvelles normes et

Plus en détail

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Socotec en quelques mots 3 valeurs d engagement + 5 métiers structurants + 7 aes stratégiques

Plus en détail

Dans quels cas doit-on préparer un dossier accessibilité pour la SCDA?

Dans quels cas doit-on préparer un dossier accessibilité pour la SCDA? Guide pratique Etablissements recevant du public Intégrer les règles d accessibilité dans les dossiers de demande de travaux ou de permis de construire Tous travaux dans un Etablissement Recevant du Public

Plus en détail

Et après mes travaux?

Et après mes travaux? 10 Et après mes travaux? Voilà, les travaux sont terminés! Vous vous (ré)installez confortablement dans votre logement. Comment profiter le plus longtemps possible des améliorations que vous venez d apporter

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi?

NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King. Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi? 60, Rue Georges Corète Tel : 01.47.92.79.68 Je suis en Terminale CAP Peintre-applicateur de revêtements et après, je fais quoi? NOM : PRENOM : LEA Martin Luther King 1. Je souhaite travailler Inscrivez-vous

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ. 4 engagements. pour garantir la qualité de nos services au quotidien

CHARTE QUALITÉ. 4 engagements. pour garantir la qualité de nos services au quotidien CHARTE QUALITÉ 4 engagements pour garantir la qualité de nos services au quotidien Pourquoi cette charte? Depuis plus de 50 ans, nous construisons et gérons des logements sociaux, au service de toutes

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Présentation du projet de Bâtiment de Bureaux Avenue des Nations Unies à Roubaix. Jeudi 19 septembre 2013 à 11h

DOSSIER DE PRESSE. Présentation du projet de Bâtiment de Bureaux Avenue des Nations Unies à Roubaix. Jeudi 19 septembre 2013 à 11h Présentation du projet de Bâtiment de Bureaux Avenue des Nations Unies à Roubaix DOSSIER DE PRESSE Jeudi 19 septembre 2013 à 11h CA Consumer Finance 34 rue Emile Moreau à Roubaix Pour tout contact presse

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre Réf. Internet Pages Partie 1 Optimiser la programmation de l opération de travaux Réaliser les études préalables Accomplir les études de prospection et de diagnostic...3092 9 Choisir la localisation du

Plus en détail

Procontain Construction modulaire : l architecture créative

Procontain Construction modulaire : l architecture créative ARCHITECTURE CONSTRUCTION MODULAIRE Procontain Construction modulaire : l architecture créative Filiale du groupe allemand Alho, Procontain est le spécialiste en France de la construction modulaire. Dans

Plus en détail

Laissez-vous guider. au 110 avenue de la Jallère GROUPE

Laissez-vous guider. au 110 avenue de la Jallère GROUPE Laissez-vous guider au 110 avenue de la Jallère GROUPE GROUPE Bienvenue au 110 avenue de la Jallère Adoptons la positive attitude! Au travers de ses différents domaines d activité, le Groupe CILSO est

Plus en détail

Présentation d Energies POSIT IF et de ses interventions sur les segments de la rénovation énergétique et des EnR

Présentation d Energies POSIT IF et de ses interventions sur les segments de la rénovation énergétique et des EnR Energies POSIT IF» : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France Crédit photo : ARENE IDF Crédit photo : J. Berthier Présentation d Energies POSIT IF et de ses

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009 Document d information non contractuel L Anah, Agence nationale de l habitat, attribue des aides financières aux propriétaires

Plus en détail

éco-construction bâtiments d élevage

éco-construction bâtiments d élevage éco-construction bâtiments d élevage Jacques Capdeville, service Bâtiment-Environnement, Institut de l Elevage Michel Colache, Maison Régionale de l Elevage SIMA février 2011 un contexte Des préoccupations

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

GLOSSAIRE. Glossaires - Fiches métiers LES DIFFÉRENTES REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES DE L ESPACE

GLOSSAIRE. Glossaires - Fiches métiers LES DIFFÉRENTES REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES DE L ESPACE LES DIFFÉRENTES REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES DE L ESPACE croquis : dessin à main levé permettant une première ébauche des volumes du bâtiment. schéma : dessin simplifié explicitant le fonctionnement de l

Plus en détail

Référentiel du label Bâtiment Basse Consommation prioriterre

Référentiel du label Bâtiment Basse Consommation prioriterre Référentiel du label Bâtiment Basse Consommation prioriterre Label de conception globale des bâtiments Niveau de performance BBC Conforme à l arrêté du 3 mai 2007 relatif au contenu et aux conditions d

Plus en détail

Eco-quartier 2011 Point 4 1/8

Eco-quartier 2011 Point 4 1/8 Eco-quartier Carte d identité et passeports énergie-climat Appel à projets éco-quartier 2011 - Point 4. Savoir gérer et évaluer son projet et son quartier La mise en place d un éco-quartier ne peut se

Plus en détail

Un mode opératoire unique : le 5D Process

Un mode opératoire unique : le 5D Process Un mode opératoire unique : le 5D Process Le groupe OSSABOIS s appuie depuis 28 ans sur un mode constructif basé sur la préfabrication des murs et des charpentes en atelier. Les murs sortent en effet de

Plus en détail

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE Habitat, bureaux, commerces : le W conjugue les trois fondamentaux de l urbain. Dans cet esprit, Vauban Immobilier, Scharf Immobilier, GIPA et Rive Gauche CB Richard

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P )

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) de Treize immeubles d habitation Pour la Société Coopérative d Habitation 10.03.2014 1. INTRODUCTION 1.1Présentation de la société candidate

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Amiante : Formation répondant aux critères de compétence obligatoires dans le cadre de la certification (NF EN ISO 17024) D P E : Formation répondant

Plus en détail

ALLONNES. 18 logements locatifs individuels et intermédiaires Rue de la Bujerie. Architecte : SELARL Laze & Petolat

ALLONNES. 18 logements locatifs individuels et intermédiaires Rue de la Bujerie. Architecte : SELARL Laze & Petolat ALLONNES 18 logements locatifs individuels et intermédiaires Rue de la Bujerie Architecte : SELARL Laze & Petolat Pose de première pierre Lundi 19 octobre 2009 à 16 h 1 Sommaire Qui est Sarthe Habitat?

Plus en détail

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 Communiqué de presse Paris, le 25 mars 2015 L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 SUR L ÎLE-SAINT-DENIS (93), L ARCHE EN L ÎLE INVENTE UN MODÈLE POUR L HABITAT DE DEMAIN EN RUPTURE AVEC

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

L efficacité énergétique des bâtiments à l épreuve de l usage Mardi 22 mars 2011 - VAULX EN VELIN

L efficacité énergétique des bâtiments à l épreuve de l usage Mardi 22 mars 2011 - VAULX EN VELIN La perception de leur environnement par les salariés du tertiaire. L exemple du HQE Nadine Roudil CSTB - DESH LSPI L efficacité énergétique des bâtiments à l épreuve de l usage Mardi 22 mars 2011 - VAULX

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

brakha solutions du bâtiment

brakha solutions du bâtiment brakha solutions du bâtiment Plomberie///Chauffage///Couverture///Maçonnerie Carrelage///Agencement cuisines & salles de bain Entretien///Tuyauterie industrielle///dépannage 02 Que vous soyez un particulier,

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Guide Pratique Les aides financières Travaux d amélioration et d entretien L HABITAT RÉCONCILIONS PROGRÈS ET ENVIRONNEMENT TRAVAUX D AMÉLIORATION ET D ENTRETIEN : DÉCOUVREZ LES AIDES FINANCIÈRES ET RECOMMANDATIONS

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail