Double imposition des dividendes au sein de l UE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Double imposition des dividendes au sein de l UE"

Transcription

1 Double imposition des dividendes au sein de l UE Departement fiscal 1 Introduction 1.1 Double imposition sur les dividendes Les bénéfices des entreprises sont en principe soumis à la double imposition économique. 1 Ils sont en effet imposés en tant que bénéfices dans le chef de la société distributrice et en tant que dividendes dans le chef de l actionnaire. En outre, dans la plupart des cas, une retenue à la source est effectuée au moment de la distribution des dividendes. Dans un contexte purement national, cette retenue à la source constitue en général l impôt définitif dans le chef de l actionnaire (p.ex. Belgique) ou cette retenue à la source est imputable sur l impôt sur le revenu dû par l actionnaire. Dans un contexte transfrontalier, ce n est toutefois habituellement pas le cas, de sorte qu il est question de double imposition juridique internationale dans le chef de l actionnaire. 2 La présente note porte uniquement sur la double imposition juridique. 1.2 Qu en est-il au sein de l UE? En soi, la double imposition (économique et/ou juridique) n est pas interdite au sein de l UE. L article 293 du Traité instituant la Communauté européenne prescrivait toutefois que : Les États membres engageront entre eux, en tant que de besoin, des négociations en vue d'assurer, en faveur de leurs ressortissants, l'élimination de la double imposition à l'intérieur de la Communauté. 3 Le fait que cette double imposition entrave le bon fonctionnement du marché intérieur n est contesté par personne. En 1992, le rapport Ruding soulignait que la manière dont les pays atténuent la double imposition des bénéfices des sociétés distribués aux actionnaires sous forme de 1 La double imposition économique est la situation dans laquelle un même revenu est imposé dans les mains de deux contribuables différents. 2 La double imposition juridique est la situation dans laquelle un même revenu est imposé deux fois dans les mains d un même contribuable. 3 Le Traité de Lisbonne ne contient plus l'équivalent de l'article 293 CE sur la double imposition. Certains auteurs y voient un argument pour dire que la double imposition constitue un obstacle au marché intérieur interdit par les libertés de circulation. Selon d autres auteurs, cela signifie simplement que les États membres ont considéré cet article comme étant inutile, dès lors que cet article ne prévoyait aucune obligation pour les États membres et qu il existe des bases juridiques pour supprimer la double imposition (ex-article 94 CE).

2 dividendes constitue une source importante de discrimination à l'encontre des flux transfrontaliers d'investissements. 4 Il en résulte en effet une mauvaise allocation des ressources. C est notamment le cas lorsque les investissements en capital sont détournés de leurs emplois les plus productifs c'est-à-dire ceux qui produisent les taux de rendement avant impôt les plus élevés vers d'autres où ils sont moins productifs, mais où ils ont un rendement après impôt supérieur en raison de leur traitement fiscal relativement favorable. Cette inefficacité économique se manifeste par une productivité réduite du capital qui nuit à la compétitivité internationale de la Communauté, de même que par une diminution de la production totale et un abaissement du niveau de vie dans la Communauté toute entière. 5 En 2003, la Commission européenne a répété qu un meilleur fonctionnement du marché unique en ce qui concerne les actions contribuerait par ailleurs à la réalisation de l'objectif de Lisbonne qui visait à faire de l'ue l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde en La nécessité d une coordination des législations sur la base de la jurisprudence de la Cour de justice a une nouvelle fois été mise en exergue dans une communication de 2006, dans laquelle la Commission plaidait fortement en faveur d une suppression de la discrimination et de la double imposition (en particulier en ce qui concerne les dividendes). 7 Cette volonté de s attaquer aux obstacles (fiscaux) au bon fonctionnement du marché intérieur est, entre-temps, également devenue un des objectifs majeurs de la stratégie Europe 2020 et a encore été rappelée dans le rapport Monti. C est dans ce cadre que la Commission a organisé une consultation publique sur les problèmes de double imposition au sein de l Union européenne. Cette consultation a été clôturée le 30 juin et ses résultats seront bientôt rendus publics. Rappelons enfin que la création de l Eurozone a également induit de nouvelles obligations pour les Etats membres. Comme le soutient le Professeur Dassesse, le maintien de cas double imposition juridique doit être considéré comme incompatible avec la monnaie unique et, à tout le moins, toute nouvelle mesure adoptée par un des Etats membres, qui constituerait un pas en arrière par rapport au degré de libéralisation des capitaux et paiements qui existait entre deux Etats membres concernés au moment où ils ont rejoint la zone Euro, doit être condamnée. 4 Rapport du comité de réflexion des experts indépendants sur la fiscalité des entreprises (Rapport Ruding), mars 1992, pages Rapport Ruding, p Communication du 19 décembre 2003, Imposition des dividendes au niveau des personnes physiques dans le marché intérieur, COM (2003) 810 final. 7 Communication du 19 décembre 2006, Coordination des systèmes de fiscalité directe des États membres dans le marché intérieur, COM (2006) 823.

3 1.3 Qu en est-il de la mise en œuvre concrète? En 1969 déjà, la Commission européenne mettait une première proposition sur la table visant à éliminer la double imposition juridique et économique sur les dividendes à l intérieur des groupes d entreprises (entreprises liées répondant aux conditions fixées). De même, il convient de rappeler que la proposition de 1975 sur l'harmonisation de l'impôt des sociétés visait explicitement les retenues à la source. 8 Il a finalement fallu attendre jusqu au 23 juillet 1990 pour qu une proposition beaucoup moins poussée soit adoptée, la directive dite mère-filiale 9. Par ailleurs, la Commission européenne n a pas manqué de mettre les États membres en défaut en cas de discrimination et de déférer les dossiers des États membres récalcitrants à la Cour de justice. Elle a également indiqué à plusieurs reprises vouloir coordonner la mise en œuvre des arrêts de la Cour par les États membres au moyen de communications et de l élaboration de directives 10. La jurisprudence de la Cour de justice pourrait alors être utilisée pour contrer le manque de volonté des États membres. Alimentée par les plaintes introduites par les contribuables, la Cour de justice des Communautés européennes a de ce fait souvent pu réaliser, durant les 25 dernières années, un travail pionnier en matière d égalité de traitement des dividendes nationaux et transfrontaliers. 11 A plusieurs reprises, la Cour a rappelé les États membres à l ordre pour infraction au Traité CE. L on se heurte cependant dans une mesure croissante aux limites de la juridiction de la Cour de justice, si bien que l absence de législation communautaire dérivée (directive) risque de plus en plus de poser problème. Par ailleurs, l on note encore un certain nombre d autres aspects moins positifs à l égard d une harmonisation européenne par la Cour de justice : - Les litiges sont souvent très longs à régler ; - Il n est pas toujours possible de déceler une ligne cohérente dans les décisions de la Cour ou d en déduire des règles générales. Chaque affaire est en effet différente, se fonde sur le contexte 8 Proposition de directive du Conseil du 23 juillet 1975 concernant l harmonisation des systèmes d impôt des sociétés et des régimes de retenue à la source sur les dividendes, COM (75) 392 final. 9 Directive 90/435/CEE du 23 juillet 1990, modifiée par la directive 2003/123/CE du 22 décembre COM(2001) 582 final. 11 Le premier arrêt portait sur l affaire Avoir fiscal, CdJ, 28 janvier 1986, Commission/France, C- 270/83.

4 factuel et juridique propre à chaque État membre et ne peut être transposée sans plus à tous les autres États membres ; - Une décision suscite parfois davantage de nouvelles questions qu elle n apporte de réponses ; - Les États membres ne sont pas très prompts à adapter leur législation et ne le font pas toujours de la même manière. L on observe même dans certains États une nette hostilité concernant la jurisprudence de la Cour. Pour le reste, les États membres s attachent toutefois jusqu ici à leur souveraineté fiscale et n ont pas jugé nécessaire d engager entre eux, de manière proactive, des négociations en vue de supprimer la double imposition juridique sur les dividendes. Le législateur européen (= les États membres) n offre donc pour le moment aucune réponse à la double imposition juridique dont sont victimes les entreprises non liées et les personnes physiques. 2 Personnes physiques et entreprises européennes Le Traité CE Le fait qu'il revient aux États membres de déterminer si et dans quelle mesure il convient d'éviter la double imposition du bénéfice octroyé (unilatéralement ou par le biais de conventions préventives de la double imposition) ne signifie toutefois pas qu'ils peuvent adopter des mesures contraires aux libertés garanties par le Traité CE. En principe, les États membres ne peuvent traiter les dividendes octroyés à un actionnaire étranger de façon plus défavorable que ceux accordés à un actionnaire national. Inversement, les dividendes reçus d'une société étrangère ne peuvent en principe être traités de façon plus défavorable que les dividendes reçus d'une société nationale 13. Du reste, la Commission européenne garde un œil attentif sur la façon de faire des États membres et a déjà saisi à de nombreuses reprises la Cour de justice, laquelle a déjà prononcé diverses condamnations en cette matière. En l'absence de directive européenne, la Cour ne peut cependant se saisir d'une affaire que lorsqu'un État membre traite plus désavantageusement certains dividendes transfrontaliers que les dividendes distribués sur son territoire national. La Cour reste toutefois impuissante lorsque la double imposition résulte simplement du fait que deux États membres exercent sans discrimination leurs compétences de perception respectives. Si la Cour devait néanmoins se prononcer, cela impliquerait en effet qu'elle 12 Y compris les entreprises des pays de l'eee. 13 A moins qu'ils ne se trouvent dans des circonstances objectivement différentes ou qu'il existe une justification.

5 devrait décider quel État membre l'état de la source ou l'état de résidence serait appelé à éviter la double imposition. Mais la Cour ne dispose d'aucun fondement juridique pour décider de l'affectation de la compétence en matière de retenue. 2.2 Les conventions préventives de la double imposition La Belgique est l'état de la source Les conventions en matière de double imposition prévoient des mécanismes visant à éviter ou atténuer la double imposition juridique internationale par le truchement des retenues à la source. La plupart de ces conventions se basent sur le modèle de convention de l'ocde, lequel prévoit notamment que l'état de résidence de l'actionnaire peut imposer les revenus provenant de dividendes, mais que l'état de la source peut retenir un prélèvement à la source, généralement fixé à 15% maximum. De même, pratiquement toutes les conventions préventives de la double imposition conclues par la Belgique prévoient un précompte mobilier réduit de 15%. Dans le cas des entreprises liées, la plupart des conventions prescrivent même une diminution plus forte (5% ou 10%), voire une suppression complète de la retenue à la source. La prise de participation requise à cet effet s'élève généralement à 10% (modèle de convention belge) ou 25% (conventions plus anciennes). La Belgique est l'état de résidence Les conventions préventives de la double imposition peuvent prévoir des mécanismes visant à éviter ou à limiter la double imposition juridique dans l'état de résidence de l'actionnaire (p.ex. via un crédit d'impôt ou une QFIE). 2.3 Dividendes payés aux personnes physiques Pour ce qui a trait aux versements de dividendes aux personnes physiques, il n'existe que peu de mécanismes appropriés permettant d'éviter la double imposition juridique. En principe, ils ne peuvent bénéficier que de la retenue à la source réduite de 15% prévue dans la plupart des conventions préventives de la double imposition. La jurisprudence établie par la Cour de justice stipule que le droit européen n'impose pas inconditionnellement aux États membres d'éviter la double imposition. Autrement dit, les États membres peuvent continuer

6 à conclure des conventions préventives de la double imposition disposant qu'ils se partagent entre eux la compétence de retenue. Mais il n'en demeure pas moins que les États membres ne peuvent en principe traiter les dividendes entrants (et sortants) de façon plus défavorable que les dividendes nationaux. Les États membres doivent en effet respecter le Traité CE (non-discrimination). En 2004, le tribunal de première instance de Gand a posé à la Cour de justice une question préjudicielle visant à déterminer si la législation belge était contraire à la libre circulation des capitaux étant donné que, d'un côté, la Belgique soumet à la fois les dividendes nationaux et les dividendes étrangers à une même retenue à la source, tout en n'admettant, de l'autre, aucune compensation pour la retenue à la source effectuée dans l'autre État membre 14. La Cour de justice est arrivée au constat qu'il n'existait aucune violation à la libre circulation des capitaux. La double imposition ne résulte que du partage de la compétence en matière de retenue fiscale entre deux États membres. Etant donné que la Belgique traite indifféremment les dividendes attribués à l'échelon national et ceux en provenance de l'étranger, il n'y a, de l'avis de la Cour, aucune violation du Traité CE. Il va sans dire que cette situation favorise peu la création d'un véritable marché des capitaux unifié au sein de l'ue. Les investissements dans d autres États membres sont dissuadés et les sociétés sont obligées d adopter des structures complexes (voir Fortis) pour éviter la double imposition des dividendes. Les conséquences déplaisantes que les règles existantes peuvent avoir sont également apparues très clairement quand, voici quelques années, les actionnaires belges de Petrofina et Electrabel ont vu leurs actions belges automatiquement converties en actions françaises suite aux rachats respectifs de ces entreprises par Total et Suez, à la suite de quoi leurs dividendes ont été imposés nettement plus lourdement. Tout récemment encore, un actionnaire belge d'un groupe français a été débouté par la Cour de justice 15. La Cour a estimé qu en l'état actuel des choses, le droit communautaire ne prévoyait pas de critères généraux fixant le partage des compétences entre les États membres en matière de suppression de la double imposition. A l'avenir, les actionnaires belges resteront donc taxés plus lourdement sur leurs dividendes d'origine étrangère que sur ceux distribués en Belgique. 2.4 Entreprises liées européennes (directive mère-filiale) 14 Affaire Kerckhaert-Morres, CdJ 14 novembre 2006, C-513/04 15 Affaire Damseaux, CdJ, 16 juillet 2009, C-128/08

7 La directive européenne dite mère-filiale impose à la Belgique, d'une part, d'exonérer entièrement de toute retenue à la source les dividendes sortants qu'une filiale belge verse à sa société mère étrangère et, d'autre part, d'exonérer d'impôt (à concurrence de 95% au moins) les dividendes entrants qu'une société mère belge reçoit d'une filiale étrangère. Pour être considérée comme "entreprise liée", il faut que la société mère détienne une participation minimale de 10% et la conserve pendant un délai minimum. 16 Il est donc un fait que la double imposition (économique et juridique) sur les dividendes versés entre entreprises liées a été supprimée dans une large mesure au sein de l'ue, même si la Cour de justice a dû à plusieurs reprises rappeler à l'ordre les États membres qui avaient transposé la directive de façon erronée ou incomplète. Cette problématique ne sera pas étudiée plus avant dans le cadre de la présente note. 2.5 Entreprises non liées européennes Les entreprises non liées ne peuvent invoquer la directive mère-filiale et sont dès lors souvent confrontées à une double imposition économique et juridique. La Cour de justice a souligné à plusieurs reprises que pour ce qui se réfère aux participations ne relevant pas de la directive mère-filiale, c'est aux États membres qu'il incombe de déterminer si et dans quelle mesure la double imposition du bénéfice distribué doit être atténuée et d'instaurer à cet effet des mécanismes visant à prévenir ou à réduire cette double imposition, de façon unilatérale ou par le biais de conventions conclues avec d'autres États membres 17. Parallèlement, les États membres doivent cependant continuer à respecter le Traité CE (non-discrimination). 2.6 Dividendes reçus de/payés à des entreprises non européennes Cette problématique, qui porte également sur la libre circulation des capitaux, sort du cadre de la présente note et n'y sera dès lors pas discutée. 16 Les États membres peuvent abaisser les seuils prévus dans la directive pour pouvoir bénéficier d'une exemption de participation, mais ils ne peuvent les relever. La Belgique exige une participation de 10% ou de euros ( euros jusqu'à l'an dernier), ainsi qu'une période de conservation de 1 an. 17 Affaire Amurta, 8 novembre 2007, C-379/05, affaire Test Claimants in Class IV of the ACT Group Litigation, 12 décembre 2006, C-374/04

8 3 Jurisprudence de la Cour de justice : conclusions provisoires Il ressort de ce qui précède qu'en dépit des multiples arrêts de la Cour de justice, la double imposition des dividendes est toujours une réalité au sein de l'ue, du moins pour les personnes physiques et les sociétés ne pouvant invoquer la directive mère-filiale. L arrêt Kerkhaert-Morres de 2006 a malheureusement confirmé que l existence d une double imposition est parfaitement légale en regard du droit primaire européen. Les États continuent de décider souverainement de la répartition des droits d imposition, y inclus de double imposition, que ce soit dans leur droit national (Kerkhaert-Morres, Block, Truck Center) ou dans leurs conventions préventives de la double imposition (Damseaux). En l absence d une directive européenne, la double imposition n est susceptible d être condamnée que dans l hypothèse d une discrimination (différence de traitement injustifiée, par exemple lorsqu un État prend des mesures pour l atténuer dans les situations domestiques tout en la laissant subsister dans les situations transfrontalières qui sont reconnues objectivement comparables cf. Manninen et ACT Group Litigation en ce qui concerne la double imposition économique), ou dans celle d une violation du droit secondaire (par exemple, double imposition juridique maintenue en violation des dispositions de la directive mère-filiale). A ce stade, la conclusion qui s impose, comme le considère le Professeur Wathelet, est donc que le réalisme impose de conclure que la seule solution pour rendre illégale la double imposition dans l Union européenne est de légiférer sur le plan européen, par des directives semblables à la directive mère-filiale ou la directive intérêts-redevances, qui constituent moins des directives d harmonisation que des conventions multilatérales préventives de la double imposition. On peut dès lors conclure qu'une véritable solution ne pourrait résulter que d'une initiative législative de la Commission en personne, qui serait initiée et soutenue par les États membres eux-mêmes (en tant que tel, le Traité n'exige pas ce genre d'harmonisation, laquelle ne peut dès lors être approuvée par les États membres que sur une base volontaire). La meilleure solution serait de supprimer les retenues à la source. Une communication annoncée de la Commission européenne sur cette problématique des retenues à la source pourrait déjà constituer une première étape pour aider les États membres à mieux coordonner les législations Il serait toutefois utile de continuer à introduire des recours devant la Cour européenne de justice en y invoquant spécifiquement l article 63 du Traité qui interdit toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers. De même, comme le soutient le Professeur Dassesse, il conviendrait de saisir la Cour à chaque fois qu un Etat membre de l Eurozone introduit une nouvelle mesure qui constituerait un pas en

9 4 Proposition : suppression de la retenue à la source sur les dividendes transfrontaliers pour les personnes physiques 19 A quoi pourrait ressembler une telle solution pour les personnes physiques? Les États membres pourraient peut-être s'inspirer du système appliqué à la double imposition sur les intérêts transfrontaliers au cours des 20 dernières années. De fait, jusque dans les années 1980, ces derniers étaient également soumis à une double imposition, en l'occurrence une retenue à la source dans l'état de provenance des intérêts, puis un impôt dans l'état de résidence du bénéficiaire. Historiquement, le prélèvement d'une retenue à la source était considéré comme une réponse à la crainte de voir certaines formes de revenus échapper à l'impôt à la fois dans l'état de la source et dans l'état de résidence. Ces 20 dernières années, pour attirer l'épargne de l'étranger, de plus en plus d'états, y compris au sein de l'ue, ont supprimé la retenue à la source sur les intérêts quittant leurs frontières (alors que la retenue à la source sur les intérêts nationaux est généralement restée en place). La nécessité d un prélèvement à la source diminue également dans la mesure où les États membres échangent davantage d'informations. L'État de provenance fournit en effet à l'état de résidence toutes les informations nécessaires pour lui permettre de procéder à une taxation correcte des revenus étrangers de ses citoyens. La directive sur l'épargne prévoit un système d'échange d'informations dans le cadre duquel l'état d'origine communique à l'état de résidence les données nécessaires relatives à l'identité du bénéficiaire/de la personne physique ainsi qu'au paiement d intérêts. Ces informations doivent permettre à l'état de résidence de taxer efficacement les revenus d'intérêts étrangers de ses citoyens. L'État de la source renonce entièrement à une retenue à la source. De plus en plus de voix s'élèvent pour réclamer également la suppression de la retenue à la source sur les dividendes transfrontaliers versés au sein de l'ue. 20 arrière par rapport au degré de libéralisation des capitaux et des paiements qui existait avant son adhésion à l Euro. 19 Les institutions de pension devraient également être exonérées de toute retenue à la source, comme c est déjà le cas dans les conventions récentes conclues par la Belgique. 20 Death of withholding taxes? est d'ailleurs le titre de l'un des séminaires du congrès de l'international Fiscal Association organisé en 2009 à Vancouver.

10 Pour garantir une perception effective de l'impôt, cette suppression devrait aller de pair, pour les personnes physiques, avec un échange d'informations entre l'état de la source et l'état de résidence. Le système qui serait mis en place pourrait encore être assorti d une clé de répartition du produit de l impôt entre l État de résidence et l État de la source. 5 Proposition : extension de la directive mèrefille pour les sociétés Les préoccupations formulées pour les personnes physiques sont nettement moins pertinentes pour les sociétés, puisque, au travers de leur comptabilité, les entreprises offrent elles-mêmes une transparence complète sur les revenus des dividendes qu'elles ont reçus. Pour les sociétés, la suppression des retenues à la source va en outre clairement dans le sens de l Histoire. Il conviendrait donc de supprimer (le cas échéant graduellement) le pourcentage minimum de participation exigé par la directive. ***

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE?

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? Prof. Dr. Isabelle Richelle Co-Présidente Tax Institute de l Université de Liège Isabelle.Richelle@Ulg.ac.be Collège Belgique Bruxelles, 5 décembre 2013 SOUVERAINETE

Plus en détail

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale?

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? La commission européenne a publié le 25 novembre 2013 une proposition de modification de la directive n 2011/96/UE, autrement

Plus en détail

B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07]

B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07] B.O.I. N 52 du 11 AVRIL 2007 [BOI 14A-3-07] Références du document 14A-3-07 Date du document 11/04/07 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 14 A-3-07 N 52 du 11 AVRIL 2007 PUBLICATION DE L'AVENANT A LA CONVENTION

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

Managed Funds Stability Fund 1

Managed Funds Stability Fund 1 Managed Funds Stability Fund 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Assurance vie dont le rendement est lié à des fonds de placement (branche 23). Des primes

Plus en détail

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé Compte d épargne réglementé Donnez un stimulant supplémentaire à votre argent avec Start2Save CBC Mettez chaque mois un montant de côté et votre fidélité sera récompensée! Un investissement sûr en ces

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

Avis de consultation

Avis de consultation Avis de consultation Introduction Conformément aux traités de l UE, les décisions relatives à la politique commerciale sont prises au niveau de l UE. Les représentants des gouvernements des États membres

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES

LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES LIBRE CIRCULATION DES MARCHANDISES La libre circulation des marchandises, la première des quatre libertés fondamentales du marché intérieur, est garantie par la suppression des droits de douane et des

Plus en détail

ACCORDS SUR LES PRIX DE TRANSFERT

ACCORDS SUR LES PRIX DE TRANSFERT ACCORDS SUR LES PRIX DE TRANSFERT L'administration fiscale belge peut désormais rendre des décisions qui confirment aux entreprises multinationales que les bénéfices qu'elles réalisent en Belgique ne seront

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, 28 juillet 2006 Taxud E1, RP

Plus en détail

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Résumé La présente brochure d information est mise à la disposition des actionnaires suite à la convocation à l assemblée générale extraordinaire

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES L acompte sur dividende face au dividende intercalaire Avis du 14 janvier 2009 La Commission a été interrogée sur le mode de calcul, la périodicité et la comptabilisation

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne DIRECTIVES

Journal officiel de l'union européenne DIRECTIVES L 111/50 DIRECTIVES DIRECTIVE 2014/48/UE DU CONSEIL du 24 mars 2014 modifiant la directive 2003/48/CE en matière de fiscalité des revenus de l'épargne sous forme de paiements d'intérêts LE CONSEIL DE L'UNION

Plus en détail

Comment remplir le formulaire demande de rectification

Comment remplir le formulaire demande de rectification Comment remplir le formulaire demande de rectification N AVS 13 Indiquer votre N AVS13. Pour la Suisse, le N AVS13 comporte 13 chiffres et se présente sous la forme 756.9999.9999.99 En effet, depuis le

Plus en détail

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret PLAN GÉNÉRAL Liste des abréviations Introduction Première partie Contexte (droit fiscal européen et international) Conventions fiscales préventives de double imposition Quelques règles juridiques fondamentales

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2013/17 Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92 Avis du 27 novembre 2013 1 I. Introduction 1.

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES - Sociétés de droit étranger établies en Belgique: Champ d'application des articles 81, 82, 83 et 107 du Code des sociétés Avis du 14 janvier 2009 (en remplacement de l

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MM les Directeurs 06/03/81 des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR Réf. : DGR

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

Objet : Application de l article 15 de la Convention belgo-luxembourgeoise contre les doubles impositions du 17 septembre 1970

Objet : Application de l article 15 de la Convention belgo-luxembourgeoise contre les doubles impositions du 17 septembre 1970 Circulaire du directeur des contributions L.G. Conv. D.I. n 59 du 31 mars 2015 L.G. Conv. D.I. n 59 Objet : Application de l article 15 de la Convention belgo-luxembourgeoise contre les doubles impositions

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92 Projet d avis du X novembre 2013 I. Introduction 1. À la suite

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales

2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de commerce et clientèles libérales Lettre mensuelle Mai 2005 SOCIETES 1. UE FRANCE - Intégration fiscale Déduction des pertes subies par des filiales situées dans d autres Etats Membre de l UE 2. FRANCE - Plus-values Cession de fonds de

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ)

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) Q1 Qu est ce que la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q2 Qui est soumis à la cotisation supplémentaire sur des revenus mobiliers? Q3 Comment est perçue la cotisation

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société 6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société Aspects fiscaux et de droit des sociétés Un dirigeant d'entreprise peut devoir des intérêts il, sa société en raison d'une dette encourue, ou

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

L arrêt «Bouanich», rendu par la Cour

L arrêt «Bouanich», rendu par la Cour L exhumation du bouclier fiscal ou la résurrection des principes de droit européen L absence de prise en compte, ou la prise en compte partielle, d impositions acquittées hors de France au titre du bouclier

Plus en détail

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1364 Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 12 et 124, 3, du Code des impôts sur les revenus 1964, posée par la Cour d appel

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4315 Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 118, alinéa 2, de la loi relative à l assurance obligatoire soins de santé

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services. Table des matières

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services. Table des matières COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services POLITIQUE DES MARCHÉS PUBLICS FICHE EXPLICATIVE ACCORDS CADRES DIRECTIVE CLASSIQUE 1 Table des matières 1. INTRODUCTION ET DEFINITIONS...1

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

ING Life Star Plan. Assurance-vie à primes flexibles de la branche 21 dont le taux d intérêt sur la prime nette versée(1) est garanti.

ING Life Star Plan. Assurance-vie à primes flexibles de la branche 21 dont le taux d intérêt sur la prime nette versée(1) est garanti. ^{var vsortrupt="csmm421 Operations Savings and Care" } ING Life Star Plan Type d'assurance-vie Assurance-vie à primes flexibles de la branche 21 dont le taux d intérêt sur la prime nette versée(1) est

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

émis par Compagnie du Bois Sauvage s.a.

émis par Compagnie du Bois Sauvage s.a. II RESUME DU PROSPECTUS Daté du 30 septembre 2005 relatif à l émission de maximum EUR 41.075.000 représenté par maximum 132.500 obligations d une valeur nominale de maximum EUR 310 assorties chacune de

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 Vu I ) la requête, enregistrée le 22 mai 2012 sous le n 12PA02246, présentée pour la société ebay France, dont le siège

Plus en détail

Les règles d'imposition des associés non résidents de sociétés de personnes sont précisées

Les règles d'imposition des associés non résidents de sociétés de personnes sont précisées Les règles d'imposition des associés non résidents de sociétés de personnes sont précisées 02/08/11 CE 11 juillet 2011 n 317024 plén., Sté Quality InvestPar Bruno Gouthière, avocat associé, CMS Bureau

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Patrimoines. Question de divorce

Patrimoines. Question de divorce Patrimoines Question de divorce Après toute l'attention suscitée par l'augmentation des taux de divorce au cours des dernières années, vous serez peut-être surpris d'apprendre que les divorces chez les

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

FAQ Dépôts d épargne réglementés

FAQ Dépôts d épargne réglementés FAQ Dépôts d épargne réglementés Anvers, le 1 er janvier 2015 Sensibilité: Public ARGENTA BANQUE D ÉPARGNE SA, BELGIËLEI 49-53, 2018 ANVERS 2/8 - DIRECTION GESTION DES PRODUITS 01-01-2015 Table des matières

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

La reprise des contrats de financement dans les contrats globaux

La reprise des contrats de financement dans les contrats globaux Page 1 Documents 1. La reprise des contrats de financement dans les contrats globaux - Pratique par Valérie de SIGOYER Revue Droit Administratif Juin 2014 Type d'article : Pratique/Informations Professionnelles

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012

IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 IMPOSITION DES DIVIDENDES DISTRIBUES EN 2012 Les lois de finances de la fin 2012 ont modifié sur de nombreux points le mode d'imposition des dividendes des SARL et des EURL à l'i.s S'agissant des dividendes

Plus en détail

L employeur peut-il mettre un salarié en congés payés forcés?

L employeur peut-il mettre un salarié en congés payés forcés? L employeur peut-il mettre un salarié en congés payés forcés? Pour éloigner temporairement de l entreprise un salarié surmené, irascible avec ses collègues, certains employeurs trouvent comme solution

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

Des aides financières discriminatoires?

Des aides financières discriminatoires? Des aides financières discriminatoires? L arrêt de la Cour de justice de l Union européenne dans l affaire Elodie Giersch et autres contre État du Grand-Duché de Luxembourg Prof. Dr. Jörg Gerkrath, Professeur

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition modifiée de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES. Proposition modifiée de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 28.10.2004 COM(2004)747 final 2002/0222 (COD) Proposition modifiée de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL relative à l'harmonisation des dispositions

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113]

SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113] SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113] Références du document 4N113 Date du document 30/08/97 SECTION 3 Appréciation du montant

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

CADRE I. - CALCUL DU PRECOMPTE MOBILIER (Pr.M) A PAYER

CADRE I. - CALCUL DU PRECOMPTE MOBILIER (Pr.M) A PAYER Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE Impôts sur les revenus Réservé à l'administration Date de réception de la déclaration :... DECLARATION AU PRECOMPTE MOBILIER REVENUS

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow

Égalité de rémunération pour un travail de même valeur. Professor Noreen Burrows University of Glasgow Égalité de rémunération pour un travail de même valeur Professor Noreen Burrows University of Glasgow L égalité de rémunération dans le droit de l UE - contexte Article 119 du traité de Rome Chaque État

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 3 avril 2012 N de pourvoi: 11-11161 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail