CHAPITRE VI DISCUSSION. L objectif de cette recherche est de développer et de valider un nouveau modèle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE VI DISCUSSION. L objectif de cette recherche est de développer et de valider un nouveau modèle"

Transcription

1 CHAPITRE VI DISCUSSION L objectif de cette recherche est de développer et de valider un nouveau modèle psychosocial de l adaptation chez les personnes diagnostiquées schizophrènes. La question centrale posée est la suivante : quelles sont les variables qui influencent l adaptation sociale des personnes diagnostiquées schizophrènes? Cette question comprend deux sous-questions : 1) Comment les variables de stress et de coping influencent-elles cette adaptation sociale? 2) Y a-til des facteurs de vulnérabilité spécifiques aux personnes diagnostiquées schizophrènes qui influenceraient l adaptation sociale? Pour répondre à ces questions, un modèle de prédiction de l adaptation basé sur cinq construits est élaboré : la vulnérabilité sociale, la vulnérabilité psychologique, les stresseurs, le coping et les variables descriptives. Trois hypothèses sont ensuite formulées sur les effets directs des variables, sur l effet d interaction entre les stresseurs et le coping, et sur les relations entre les variables du modèle. Après avoir rappelé les variables du modèle qui contribuent significativement à l explication de la variance de l adaptation, la discussion des résultats suit la démarche suivante : 1) l influence des variables de stress et de coping, et leur effet d interaction sur l adaptation; 2) l influence des variables de vulnérabilité sociale et de vulnérabilité psychologique, et 3) l influence des variables socio-démographiques sur l adaptation, et enfin 4) les relations des diverses variables du modèle entre elles.

2 Les variables du modèle significativement reliées à l adaptation Le modèle développé dans cette recherche explique 60,7 % de la variance de l adaptation, pourcentage d explication le plus élevé de tous les modèles d adaptation empiriquement évalués qui sont recensés (de 5 % à 57 % selon les modèles et la variable dépendante : Denoff et Pilkonis, 1987; Tessler et Manderscheid, 1982; Tessler, Miller et Rossi, 1984). Les dimensions variables socio-démographiques et cliniques, vulnérabilité psychologique, vulnérabilité sociale, stresseurs et coping expliquent 48 % de la variance de l adaptation (Tableau 5.6). Cinq variables contribuent significativement à la variance expliquée : deux variables se retrouvent dans les construits stresseurs (fréquence des événements de vie et sévérité des symptômes négatifs); une autre dans le construit coping (accommodation), alors que les deux autres variables sont des variables socio-démographiques (scolarité et âge). Les résultats confirment les effets directs des stresseurs et du coping sur l adaptation. Toutefois, la relation entre la fréquence des événements de vie et l adaptation a une direction positive, contrairement à la prédiction qui était négative. Trois variables d interaction ajoutent 12,7 % de la variance expliquée. Ce sont : la sévérité des tracas quotidiens X accommodation, la fréquence des événements de vie X contrôlable par soi et la fréquence des événements de vie X contrôlable par soi X accommodation. Les construits vulnérabilité psychologique et vulnérabilité sociale ne contribuent pas significativement à la variance de l adaptation.

3 Les variables de stress et de coping et leur effet d interaction La recherche tente d expliquer l adaptation par l effet direct des stresseurs et du coping, et par leur effet d interaction. Les résultats appuient cette explication Le construit stresseurs La fréquence des événements de vie La fréquence des événements de vie est le plus important prédicteur de l adaptation. Le Bêta (0,388; p =0,000) indique que plus la fréquence des événements de vie est élevée, plus l adaptation des participants augmente. C est l inverse de l hypothèse formulée. Pour formuler l hypothèse d une influence négative de la fréquence des événements de vie sur l adaptation, le rationnel suivi 16 est qu un nombre élevé d événements de vie augmenterait le niveau de stress des participants à un point tel que ces derniers auraient des difficultés à actualiser leurs habiletés de vie et à maintenir leur niveau de relations dans les diverses sphères de la vie interpersonnelle (amoureuse, sexuelle, travail, familiale). Autrement dit, le nombre d événements de vie s accumulant, le seuil de stress tolérable pour les capacités des participants deviendrait dépassé, et s ensuivrait un désengagement social chez les participants. Les résultats de la recherche n appuient pas cette hypothèse. Au contraire, la fréquence des événements de vie est reliée positivement à l adaptation. Ce résultat démontre que la transposition à l adaptation des relations entre les événements et les symptômes ne va pas de soi. 16. L hypothèse sur l influence des événements de vie provient de l étude de Justice, McBee et Allen (1977) qui avait trouvé une relation significative négative entre l occurrence des événements de vie de nature hautement stressante et le fonctionnement social chez des patients qui n étaient pas en crise et qui n étaient pas psychotiques.

4 153 L analyse des corrélations univariées entre les items de l échelle «fréquence des événements de vie» mentionnés par les participants et l adaptation permet de comprendre ce résultat. Dans le tableau 6.1, les items les plus fortement corrélés à l adaptation se regroupent dans la sphère des relations interpersonnelles (items 137, 141, 181, 185), des activités (91, 149), du travail (99) et de l économie (129). Ce constat permet de formuler l hypothèse que ces items constituent l indice que les participants adaptés sont suffisamment impliqués dans un réseau social (interpersonnel, relationnel, loisirs, occupationnel et financier) pour être confrontés aux événements inhérents à une telle implication. Autrement dit, ces événements sont potentiellement dépendants du niveau d adaptation du participant et de ses capacités d autonomie relationnelle et occupationnelle. Étant donné que les participants sont plus actifs dans leur vie quotidienne et sociale, leur probabilité de vivre un événement de vie comme une relation intime, avec ses corollaires de séparation et de réconciliation par exemple, augmente. Les événements de vie sont donc dépendants du niveau d activités des participants et, de ce fait, deviennent un indice de ce niveau d activités. Un résultat de la recherche permet d appuyer cette explication : la corrélation positive entre la fréquence des événements de vie et la fréquence des tracas quotidiens (r = 0,347; p < 0,05) (Annexe B). Plus les participants reconnaissent vivre un nombre élevé de tracas quotidiens, plus ils vivent d événements de vie. Autrement dit, plus ils sont actifs dans la vie de tous les jours, plus ils vivent des événements de vie semblables à ceux inventoriés dans le Sondage sur les événements de vie (Tableau 6.1). Un autre résultat appuie cette affirmation, soit la corrélation entre les événements de vie et le type de résidence (Annexe B). Les participants qui vivent dans des conditions de vie

5 154 sociales (foyer de groupe, appartement) où ils sont davantage exposés à des événements ou à des tracas, vivent plus d événements de vie que les participants qui vivent en résidence et en pavillon Tableau 6.1 Corrélation des items du Sondage sur les événements de vie avec l adaptation Items R P 61 détention 0,009 0, changement dans habitudes de sommeil 0,199 0, décès d un ami 0,156 0, changement dans habitudes alimentaires 0,216 0, réussite personnelle remarquable 0,240 0, infraction à la loi 0,069 0, circonstances différentes au travail 0,359 0, nouvel emploi 0,172 0, membre de la famille malade 0,140 0, sœur malade 0,031 0, grand-mère malade 0,088 0, ami malade -0,006 0, ami malade 0,164 0, difficultés sexuelles 0,132 0, difficultés avec l employeur 0,019 0, changement dans la situation financière 0,208 0, changement dans les liens de la famille 0,060 0, entrée d un nouveau membre dans la famille 0,028 0, se séparer de son conjoint 0,236 0, changement dans les activités religieuses 0,115 0, réconciliation conjugale 0,204 0,040

6 155 Items R P 143 changement du nombre de disputes avec le ou 0,009 0,923 la conjoint(e) 145 changement dans le travail du conjoint 0,088 0, changement dans les activités de loisirs 0,285 0, emprunt de moins de $ 0,017 0, congédiement de son emploi -0,011 0, maladie ou blessure grave -0,020 0, changement dans les activités sociales 0,039 0, changement dans la condition de vie familiale 0,007 0, maladie ou blessure grave d un ami 0,164 0, fin des études régulières -0,025 0, rupture avec son ami 0,227 0, réconciliation avec son ami 0,220 0, autre expérience 0,113 0, autre expérience 0,062 0,538 Cela est conforme aux résultats décrits. En conformité avec la politique de soins en vigueur, les participants qui éprouvent le plus de difficultés à s adapter sont placés en résidence d accueil et en pavillon, où tous leurs besoins de base sont satisfaits sans leur participation (nourriture, ménage, lessive, etc.), et où les attentes des intervenants à leur égard sont minimales. Pour leur part, les participants qui vivent dans les autres lieux doivent eux-mêmes remplir ces tâches et performer dans les rôles correspondants. Les résultats de la recherche montrent que les participants qui vivent en résidence d accueil et en pavillon sont moins adaptés que les participants qui vivent en appartement, dans leur famille, en chambre ou dans un foyer de groupe (t = 7,32; p = 0,000). Alors, comme il peut être prévu, les participants des résidences d accueil vivent moins de tracas quotidiens que les participants vivant

7 156 en appartement (t = 2,99; p = 0,0104), et l examen de la corrélation entre les événements de vie et le type de résidence montre que la fréquence des événements de vie est plus élevée chez les participants qui vivent en appartement, dans la famille, en chambre et dans un foyer de groupe que chez ceux vivant en résidence d accueil et en pavillon (t = 2,57; p = 0,012). Ces données appuient l hypothèse selon laquelle les participants les plus autonomes et les plus actifs socialement vivent plus d événements de vie que les participants les moins adaptés, comme le sont ceux qui vivent en résidence d accueil et en pavillon. Une deuxième explication possible de ce résultat réside dans la constitution de l échelle des événements de vie. Il se peut que les items significativement corrélés avec l adaptation soient des items confondants avec celle-ci, comme le sont, selon certains auteurs, le changement dans les habitudes alimentaires et de sommeil avec la résurgence de symptômes (Lecomte, 1998). Cet effet confondant peut avoir pour effet de gonfler artificiellement la corrélation avec l adaptation. Pour vérifier cette explication, les huit items corrélés significativement avec l adaptation (Tableau 6.1) sont enlevés de l échelle. Cette nouvelle échelle corrèle significativement avec l adaptation (r = 0,252; p = 0,011). Dans l équation de régression refaite avec cette nouvelle échelle, cette dernière contribue encore significativement à la variance de l adaptation (B = 0,270; p = 0,000). Donc, la corrélation est moins élevée lorsque les items potentiellement confondants sont enlevés, mais la contribution de l échelle demeure encore significative. Une autre explication, reliée aussi à la nature de l échelle, réside dans la désirabilité sociale des items corrélés significativement. Il se peut que ces items soient naturellement associés à une désirabilité sociale positive, et que les participants soient, pour cette raison, portés à les rapporter davantage que des événements non désirables socialement.

8 157 En résumé, plus les participants sont impliqués dans un champ relationnel ou dans des activités sociales, plus leur probabilité d être confrontés à des stresseurs augmente. La normalisation ou l adaptation sociale intègre alors suffisamment les participants dans un réseau de relations pour que se produisent des événements de vie de la nature observée dans la recherche. Or, ces événements de vie sont dépendants ou potentiellement dépendants de l adaptation de la personne, à l inverse d un événement comme le décès d un ami, par exemple. Ils sont reliés à l état d adaptation de la personne, car vivre une relation amoureuse, avoir des activités de loisirs ou de travail, et avoir une réussite personnelle supposent un niveau de fonctionnement social élevé. Donc, les participants adaptés s exposent à vivre des événements de vie dépendants d eux-mêmes et de leurs capacités adaptatives, et ces événements deviennent alors un indice de leur niveau d adaptation. Il se peut toutefois que l échelle comporte un biais dû à la nature des événements décrits mais ce biais reste à confirmer La sévérité des symptômes négatifs La sévérité des symptômes négatifs est le troisième prédicteur en importance de l adaptation. Le Bêta (-0,344; p = 0,000) indique que l augmentation de la sévérité des symptômes négatifs s accompagne d une diminution correspondante de l adaptation. Ce résultat est conforme à ceux retrouvés dans de nombreuses études recensées sur les relations négatives entre la fréquence des symptômes négatifs et l adaptation (dans la recherche, la fréquence et la sévérité des symptômes négatifs ont une corrélation de 0,917; p = 0,000), celleci étant mesurée globalement ou à l aide de variables spécifiques, comme le chômage chronique, la quantité de travail et le manque d autosuffisance.

9 158 Il n est pas surprenant que la sévérité des symptômes négatifs soit corrélée avec l adaptation. Les trois items qui ont une corrélation univariée négative avec l adaptation sont l absence d émotion (l émoussement de l affect), le manque d intérêt (retrait émotif) et le manque d initiative (retrait social) (Tableau 6.2). Ces items font partie des éléments des forces motivationnelles de l individu et sont à l antipode de l adaptation (Cf. la théorie de Maslow in Feist, 1990). Les manques d intérêt, d initiative et d émotion sont le reflet d un état d apathie et de passivité et ne portent nullement à l action. Plus un participant est affecté par ces caractéristiques, plus il risque de manquer de motivation à entreprendre des activités de socialisation ou à y trouver intérêt. Il est alors plus inadapté. Faisant partie de la symptomatologie dans 70 % des cas de schizophrénie, les symptômes négatifs apparaissent avant l émergence des symptômes positifs. Ils apparaissent aussi de 2 à 6 ans avant la première hospitalisation des patients (Häfner, Maurer, Löffler et Riecher-Rössler, 1995). Les résultats de la recherche confirment à nouveau l importance de ces symptômes. Tableau 6.2 Corrélations entre les items de l échelle sévérité des symptômes négatifs et l adaptation Items Corrélation r p Avoir ressenti peu ou aucune émotion -0,273 0,006 Avoir manqué d intérêt ou ne pas s être senti émotivement impliqué -0,287 0,004 dans ce qui arrivait Avoir manqué d intérêt ou d initiative dans les interactions sociales -0,387 0,000 Avoir senti de l apathie, un manque de volonté, un ralentissement -0,096 0,336 N avoir senti aucun plaisir de ce qui se passait -0,133 0,185

10 159 Dans les études sur les symptômes négatifs, certains auteurs débattent de l origine de ces symptômes. Selon Carpenter, Heinrichs, et Wagman (1988), il y a plusieurs causes aux symptômes négatifs : la médication, la dépression, l institutionnalisation, la démoralisation et une variété de symptômes positifs comme, par exemple, les anxiétés paranoïdes menant au mutisme. Une distinction est alors faite entre les symptômes négatifs qui sont secondaires à ces facteurs, et les symptômes négatifs qui sont au cœur du trouble schizophrénique. Pour être inclus dans ce dernier cas, les symptômes négatifs doivent être présents depuis au moins un an, ne pas répondre aux neuroleptiques, ne pas diminuer avec la rémission de la maladie et ne pas être causés par la dépression, l anxiété, les effets des médicaments ou la sous-stimulation environnementale. Les données de la recherche permettent d apporter un certain appui à l hypothèse d une origine secondaire des symptômes négatifs. Les symptômes négatifs ont une corrélation positive avec la stigmatisation, les attitudes négatives envers la maladie, la détresse psychologique, la sévérité des tracas quotidiens, le stress perçu et les sous-échelles de menace, centralité et incontrôlabilité; leur corrélation est par contre négative avec l estime de soi et les sous-échelles du stress perçu «défi, contrôlable par soi et par autrui» (Annexe B). La sévérité des symptômes négatifs s accompagne donc d une vulnérabilité psychologique élevée (en termes de faible estime de soi, et détresse psychologique), et d une vulnérabilité sociale élevée (niveaux élevés de stigmatisation et d attitudes négatives envers la maladie). Cette sévérité est aussi reliée positivement à la sévérité des tracas quotidiens et à l évaluation du stresseur perçu comme menaçant et non contrôlable par soi. La sévérité des symptômes négatifs peut refléter un état de vulnérabilité psychologique (détresse psychologique élevée et estime de soi faible), d impuissance face aux stresseurs, et de

11 160 vulnérabilité sociale (attitudes sociétales stigmatisantes et attitudes négatives envers la maladie). Les données vont donc dans le sens de symptômes négatifs causés par des variables situationnelles, comme le soulignent Carpenter, Heinrichs et Wagman (1988). Quoique demeure la possibilité de la deuxième hypothèse, et que cette dernière soit la cause de la vulnérabilité psychologique et sociale qui vient d être décrite. Une dernière remarque s impose sur la conceptualisation des symptômes négatifs comme stresseurs. Tel que démontré dans la revue de littérature, un certain nombre de chercheurs (Böker et al., 1984; Mueser, Valentiner et Agresta, 1997; Takai, Vematsu, Karya et Inori, 1990; Wiedl, 1992), conceptualisent ces symptômes négatifs comme des stresseurs et montrent une utilisation différentielle de stratégies en leur présence. Les deux types de symptômes créent un stress chez les patients, et suscitent des efforts de coping (évaluation et stratégies de coping) comme le démontrent les recherches recensées (Brenner, Böker, Müller, Spichtig et Würgler, 1987; Cohen et Berk, 1985; Wiedl, 1992). Si les symptômes négatifs ne créent pas un stress en eux-mêmes, ils peuvent devenir une situation problème à cause de l entourage du patient. En effet, cet entourage peut avoir des réactions négatives à l égard du patient précisément à cause de ces symptômes négatifs (Leff, 1976). Ceux-ci acquièrent alors une valeur émotive négative qui, selon le principe de l homéostasie, suscite une réaction du patient en vue de retrouver son équilibre. Comme une solution doit être trouvée, les symptômes deviennent un stresseur pour le patient. Toutefois, en se basant sur certaines études qui attribuent ces symptômes à des troubles frontaux corticaux (Breier, Schreiber, Dyer et Pickar, 1991; Volkow et al., 1987), il est aussi possible de les concevoir comme un facteur de vulnérabilité biologique spécifique aux personnes affectées par la schizophrénie.

12 Le construit coping L accommodation est le septième prédicteur en importance dans l équation. Le score Bêta (B = 0,151; p = 0,03) indique que l adaptation s améliore avec l usage accru de l accommodation. Plus les participants recourent à l accommodation, c est-à-dire que plus ils modifient et adaptent leurs aspirations aux situations problèmes rencontrées, plus ils augmentent leur niveau d adaptation. Donc, face à une situation stressante, les participants préservent et augmentent leur niveau d adaptation «en modifiant leurs aspirations et en les adaptant à la situation». Rappelons que la stratégie de réduction des symptômes est aussi significativement corrélée à l adaptation. Cependant, elle n est pas retenue dans le modèle de prédiction pour une raison empirique. En effet, les deux stratégies ont été vérifiées empiriquement dans deux équations de prédiction parallèles, et l accommodation en est ressortie significativement, contrairement à la réduction des symptômes. Ce résultat est congruent avec la théorie d Edwards et de Baglioni (1993). Afin de diminuer l écart entre l état désiré et l état perçu, les participants utilisent une stratégie cognitive qui modifie leurs aspirations et les rend conformes à la situation. Cette stratégie empêche que l écart entre l état désiré et l état perçu, soit le stress, ne vienne perturber les participants euxmêmes ainsi que leur fonctionnement social. Autrement dit, ne pouvant modifier la situation stressante, les participants apprennent à vivre avec elle, et améliorent leur fonctionnement en empêchant qu il ne soit perturbé. L usage de cette stratégie est également conforme à la théorie transactionnelle laquelle stipule que, face à un stresseur qui ne peut être changé, il vaut mieux utiliser la régularisation c est-à-dire se centrer sur soi et modifier ses perceptions, attentes, etc. L accommodation est

13 162 également utilisée par les personnes dont l estime de soi est élevée, celles-ci réduisant leur aspirations lorsqu elles ne peuvent être satisfaites (Tennen et Affleck, 1993). Cette stratégie est conforme avec les notions de coping d assimilation et d accommodation de Brandstädter (1992), de maîtrise versus signification (Taylor, 1983, 1991) et de contrôle primaire versus le contrôle secondaire (Rothbaum, Weisz et Snyder, 1982). Le coping d assimilation cherche à altérer l environnement pour le rendre syntone à soi, alors que le coping d accommodation consiste à se modifier soi-même face à l environnement. Cette stratégie se retrouve aussi dans d autres champs d investigation. Calman (1984) montre bien que les patients atteints d un cancer doivent développer des stratégies pour maintenir leur qualité de vie. Une de ces stratégies est de réduire ses attentes et ses ambitions. Cette réduction ne veut pas dire nier l espoir, mais rendre les attentes plus réalistes. Pour ce, le patient est encouragé à se fixer des objectifs appropriés à sa situation. Ce mécanisme peut fonctionner comme suit : la modification des attentes réduit le stress et les préoccupations qui y sont associées, permettant au participant de déplacer son attention et de se concentrer sur d autres finalités, et d y consacrer ses habiletés. Avec la diminution de l impact négatif du stresseur, le participant déplace l usage de ses ressources vers l objectif de l adaptation. Donc, le stresseur est tenu suffisamment à distance pour que le participant soit libre de consacrer ses habiletés et capacités à augmenter son adaptation, au lieu de les mobiliser pour solutionner le stresseur. La mise à distance du stresseur maintient ainsi un niveau d activités élevé. Le mécanisme de cette stratégie peut s expliquer d une autre manière. Il est plausible que les patients aient conservé des attentes très élevées à l égard du fonctionnement social. En les réduisant par l accommodation, ils les rendent plus conformes à leurs capacités qui peuvent

14 163 mieux soutenir leurs efforts d adaptation. De plus, leurs attentes deviennent progressivement congruentes avec celles de l entourage. Constatant l amélioration du fonctionnement social des patients, l entourage ajuste à son tour ses attentes à celles des patients. Les rapports avec l entourage deviennent ainsi plus harmonieux. Les données de la recherche permettent d éclairer la dynamique d utilisation de cette stratégie et ses relations avec l évaluation L usage de l accommodation L examen des données permet de formuler certaines explications sur l usage de cette stratégie (Tableau 6.3). La stratégie de «changer la situation» est significativement utilisée plus fréquemment que les quatre autres formes de stratégies mesurées : l accommodation (t = 2,25; p = 0,027); la réduction des symptômes (t = 1,97; p = 0,052); l évitement (t = 4,67; p = 0,000) et la dévaluation (t = 3,71; p = 0,000). Pour sa part, l accommodation est utilisée aussi souvent que la réduction des symptômes mais significativement plus que les deux autres stratégies de la dévaluation (t = 3,23; p = 0,002) et de l évitement (t = 3,45; p = 0,001). Ce résultat peut signifier que les participants tentent de modifier la situation problème (coping centré sur le problème), mais la persistance du stress engendré par la situation problème les amène plutôt à modifier leurs attentes et aspirations (coping centré sur l émotion) afin d amortir les effets stressants du stresseur, de pouvoir mener une vie sociale parallèle à ces situations, et d être ainsi de plus en plus adaptés. Cette explication est congruente avec la théorie de l adaptation d Edwards et Baglioni qui stipule que les participants recourent de plus en plus à l accommodation lorsque les stratégies visant à modifier la situation stressante et les perceptions que celle-ci engendre ont échoué. Lors de l administration des questionnaires, les participants indiquaient si la situation

15 164 problème choisie leur paraissait encore stressante à ce moment précis. Quatre-vingt-treize pour cent (93 %) d entre eux ont répondu que cette situation problème leur créait encore du stress et n était donc pas résolue. Tableau 6.3 La fréquence d utilisation des stratégies de coping Les stratégies Moyenne Écart-type Changer la situation 4,00 1,49 Accommodation 3,60 1,21 Réduction des symptômes 3,69 1,21 Évitement 3,29 1,21 Dévaluation 3,16 1,61 Les données montrent aussi que l accommodation est corrélée significativement avec les quatre autres stratégies de coping (Tableau 6.4). Deux explications sont congruentes avec ces résultats : 1) la rencontre avec un stresseur engendre un stress qui perturbe les participants sous divers aspects bio-psycho-sociaux, à tel point que ces derniers sont obligés d utiliser conjointement ou simultanément diverses stratégies de coping afin de contrer le stress agissant sous ces divers volets; 2) l utilisation d une stratégie peut engendrer un problème de stress iatrogénique sur un autre volet que celui pour lequel elle est initialement utilisée, obligeant le recours à une stratégie de coping spécifique, conjointement ou postérieurement à l utilisation de la première stratégie.

16 165 Tableau 6.4 Les intercorrélations des stratégies de coping Changer 1 2. Accommodation 0,377*** 1 3. Dévaluation -0,087 0,414*** 1 4. Réduction 0,353*** 0,486*** 0,254** 1 5. Évitement -0,002 0,255** 0,708*** 0,302** 1 < 0,05, ** < 0,01, *** < 0, Les relations évaluation-stratégie Enfin, une autre explication possible à partir des résultats de la recherche concerne le volet évaluation. Dans la théorie de Lazarus, il y a une évaluation primaire et une évaluation secondaire. L évaluation primaire porte sur le degré de stress de la situation problème, et l évaluation secondaire porte sur les stratégies de coping. Lorsque l évaluation primaire conclut à une menace (degré de stress élevé) pour la personne, l évaluation secondaire peut pondérer cette menace. Ainsi, les stratégies de coping permettent de faire face au stresseur menaçant en le transformant en défi. L évaluation primaire se trouve ainsi modifiée après coup. Les résultats montrent que la stratégie de l accommodation a une corrélation positive avec le défi 17 (r = 0,256; p = 0,010). Cette corrélation peut s interpréter dans le sens que 17 La sous-échelle défi n est pas retenue pour des raisons empiriques. Pour respecter un nombre maximal de variables indépendantes dans le modèle, l échelle de la variable évaluation, qui a la corrélation univariée la plus élevée avec l adaptation, est retenue. Comme elle est moins élevée que le contrôle par soi, elle n est pas retenue. De plus, des équations de régression parallèles avec l échelle défi ont été faites et aucun effet d interaction n en est ressorti avec les stresseurs.

17 166 l utilisation de l accommodation peut changer l évaluation menaçante du stresseur en un défi (la sous-échelle défi a une corrélation négative avec la sous-échelle menace : (r = -0,289; p = 0,003), puisque les participants ont trouvé ainsi une stratégie qui maintient et augmente leur adaptation par le contrôle des effets négatifs de la situation. Cette explication est congruente avec la corrélation positive entre l impact des événements de vie et l accommodation (r = 0,328; p = 0,001), cette dernière permettant d évaluer l impact des événements de vie comme positif pour l adaptation des participants La fréquence d utilisation des stratégies de coping L analyse de la fréquence d utilisation des cinq stratégies de coping mesurées montre que cette fréquence a une corrélation positive avec l adaptation (r = 0,287; p = 0,004). Cette relation positive s accorde avec le résultat selon lequel le nombre de stratégies est prédicteur de l efficacité du coping et, par extension, de l adaptation définie comme une généralisation du coping (Lazarus et Folkman, 1984) (Carter, Mackinnon et Copolov, 1996; Mueser, Valentiner et Agresta, 1997). En plus de l explication stipulant que plus le répertoire des habiletés de vie est riche, plus les personnes ont accès à des stratégies différentes pour répondre aux situations rencontrées, une autre explication possible est qu il y a utilisation de toutes les stratégies par essai et erreur jusqu à l obtention du résultat désiré Les effets d interaction Comme le cadre théorique transactionnel suppose des relations entre les divers stresseurs et le coping (évaluation et stratégies), l analyse des effets d interaction dans l équation de régression du modèle est effectuée. Trois effets d interaction se confirment : 1) sévérité des

18 167 tracas quotidiens X accommodation; 2) Fréquence des événements de vie X contrôlable par soi; 3) événements de vie X contrôlable par soi X accommodation Effet d interaction «sévérité des tracas quotidiens X accommodation» La sévérité des tracas quotidiens est formée de la somme des scores de sévérité accordée par le participant à chacun des tracas quotidiens qu il rapporte avoir vécus durant le mois précédant l entrevue. L accommodation est une stratégie de coping par laquelle le participant adapte ou modifie ses aspirations à la situation stressante vécue. Chez les participants qui utilisent peu l accommodation (moins que la moyenne), la relation entre la sévérité des tracas quotidiens et l adaptation est nulle. Chez le groupe de participants qui utilisent beaucoup l accommodation (plus que la moyenne), la relation entre la sévérité des tracas quotidiens et l adaptation est négative (p = 0,016), à savoir que l augmentation croissante de cette sévérité diminue l adaptation. Une explication congruente avec ces résultats est celle du seuil de tolérance. Les participants qui utilisent l accommodation fonctionnent au maximum de leurs capacités. Ils font un usage varié des stratégies de coping pour faire face au stress, comme le démontrent les corrélations significatives positives de l accommodation avec les quatre autres stratégies de coping. Pour ces participants, la sévérité des tracas quotidiens constitue un stress supplémentaire par rapport à celui qu ils vivent habituellement. Ce stress est suffisamment intense pour dépasser les capacités de coping des participants ainsi que le seuil de tolérance au stress que leur procure l accommodation. Autrement dit, les participants s adaptent aux tracas quotidiens en modifiant leurs aspirations par l accommodation. Mais à un certain seuil, l ajout de tracas quotidiens

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Document de référence. L épuisement professionnel

Document de référence. L épuisement professionnel Document de référence L épuisement professionnel Table des matières L épuisement professionnel : stratégies gagnantes pour gestionnaires 2 Introduction 2 Définition 2 Les causes et facteurs menant à l

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Aide à l autonomie et parcours de vie

Aide à l autonomie et parcours de vie Aide à l autonomie et parcours de vie Accompagnement des proches aidants: des modalités et des approches ajustées à leur longue trajectoire de soutien Francine Ducharme, Ph.D. Centre de recherche, Institut

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Document de référence. Gestion du stress

Document de référence. Gestion du stress Document de référence Gestion du stress Table des matières Introduction 2 Définition du stress 2 Les causes du stress au travail 2 Les catégories de stress : le stress positif et le stress négatif 2 Les

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Le chaînon manquant :

Le chaînon manquant : Le chaînon manquant : le rôle du superviseur dans la gestion de la santé des employés Les constatations du Groupe recherche Shepell fgi Le chaînon manquant : le rôle du superviseur dans la gestion de la

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Stephan Eliez, M.D. Bruxelles, 11 octobre 2015 stephan.eliez@unige.ch Introduction Les troubles psychiques sont fréquents dans le contexte

Plus en détail

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT INTRODUCTION Le burnout est un trouble de l adaptation lié au travail, il touche les professionnels qui exercent en relation d aide. Initialement ce terme

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Mylène Lévesque, psychologue Caroline Beaulieu, ergothérapeute Projet de recherche printemps

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION :

QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION : QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION : ROLE DU STYLE DE LEADERSHIP ET DU CLIMAT DE JUSTICE SUR LE HARCELEMENT MORAL ET LE STRESS A partir d une communication réalisée pour l AIPTLF BOLOGNA

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE

DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE DESCRIPTION DE FONCTIONS INFIRMIÈRE CLINICIENNE Description sommaire Article 36 de la Loi sur les infirmières et les infirmiers «L exercice infirmier consiste à évaluer l état de santé d une personne,

Plus en détail

Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité

Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité Un service de garde de qualité est un service qui est capable de reconnaître les besoins des enfants et d y répondre.

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Contenu 03 04 06 08 13 Introduction: Est-ce le moment? Un contexte propice à la discussion Une amorce positive à la discussion

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Ce document est une adaptation synthétique de l article publié en 1983 sous le titre «the negative side effects of reward» dans le journal

Plus en détail

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B Liste des tableaux disponibles en ligne L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B : Liste des tableaux disponibles en ligne Annexe B Liste

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA Apports de la psychologie environnementale LA PSYCHOLOGIE ENVIRONNEMENTALE Naissance dans les années 60 aux USA Réflexions

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Processus psychologiques d adaptation au handicap

Processus psychologiques d adaptation au handicap DIU «TRAUMATISMES CRANIENS» Processus psychologiques d adaptation au handicap Michèle Koleck Le TBI Traumatisme physique et psychosocial Répercussions sur la vie du patient et de ses proches Nécessité

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique:

Pour commander ce guide d utilisation et le guide de cotation sur EXCEL qui génère des bilans de façon automatique: ÉCHELLE DES COGNITIONS LIÉES AU JEU Guide d utilisation Auteurs : Marie Grall-Bronnec a), Gaëlle Bouju, Véronique Sébille-Rivain, Philip Gorwood, Claude Boutin b), Jean-Luc Vénisse, Jean-Benoit Hardouin

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Prise de position de Caritas_ juillet 2011 Risques de pauvreté élevés

Plus en détail

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É.

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. Sommaire Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. L équipe de recherche sur la violence faite aux femmes et le système juridique à l ïle-duprince-édouard

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

L inventaire des habiletés pour la vie en appartement

L inventaire des habiletés pour la vie en appartement L inventaire des habiletés pour la vie en appartement Richard Corbeil. spécialiste en activités cliniques Brigitte Breton, éducatrice spécialisée C.R.D.I. de Québec L inventaire des habiletés pour la vie

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie 1. Anxiété de séparation 2. Phobie spécifique 3. Phobie sociale 4. Anxiété généralisée 5.

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC-IUD) PROGRAMMATION 2013-2014 Formation, consultation et enseignement INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

En faire plus, est-ce toujours mieux?

En faire plus, est-ce toujours mieux? En faire plus, est-ce toujours mieux? Le sport de haut niveau est en constante évolution. Les performances sportives ne cessent de progresser, et cela a pour conséquence d exiger de l athlète un engagement

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille

Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille Par Carla El Khouri Infirmière, unité de trauma Amina Bousaidan Infirmière, soins critiques Agenda Problématique Méthodes

Plus en détail

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique 2 ème journée d étude de l Observatoire Régional des Risques Psychosociaux en Aquitaine Risques psychosociaux: tous préventeurs? Bordaux, 6 décembre 2012 Déterminants de la réintégration au travail des

Plus en détail

Mise en garde 418 523-1502

Mise en garde 418 523-1502 Mise en garde Afin de compléter ce questionnaire, nous te recommandons d être accompagné d un adulte afin de pouvoir valider certaines informations. Sinon, nous t invitons à contacter les intervenants

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr

Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015. www.maisondescommunes85.fr Mener une démarche de prévention Risques PsychoSociaux Journée d Actualisation - 2015 Sommaire Le cadre réglementaire, Des définitions, La démarche : Les outils de diagnostic, Les pistes d actions, Les

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Baromètre RH suisse 2014

Baromètre RH suisse 2014 Baromètre RH suisse 2014 Vécu du travail et Job Crafting Synthèse Français Synthèse 2 Édition actuelle La huitième édition du baromètre suisse des relations humaines (baromètre RH) se penche comme les

Plus en détail

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle

Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Troubles de l humeur et capacité fonctionnelle Marie-Josée Filteau, MD, FRCP(C) Patricia Gravel Clinique Marie-Fitzbach Plan Stress au travail Burnout Trouble de l adaptation Dépression majeure Troubles

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail