Direction générale des impôts. contrat de performance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Direction générale des impôts. contrat de performance 2006 2008"

Transcription

1 Direction générale des impôts contrat de performance

2 NOS VALEURS A l occasion de ce nouveau contrat de performance , la DGI réaffirme avec force les valeurs partagées qui sont les siennes et qui animent ses cadres et ses agents dans l accomplissement de leurs missions. Valeurs citoyennes En charge d une mission régalienne de l État, nous voulons contribuer au civisme fiscal, à l égalité devant l impôt et faire une application juste et humaine de la loi fiscale votée par le Parlement, dans le strict respect des droits des citoyens. Valeurs de service public L accueil, la disponibilité, l efficacité, la continuité, la recherche de la facilité pour l usager guident notre organisation et nos pratiques quotidiennes.

3 Valeurs déontologiques Nous plaçons au cœur de notre éthique les valeurs d intégrité, de neutralité et de secret professionnel, par lesquelles nous entendons rester irréprochables dans l exercice des missions fiscales et foncières. Valeurs sociales Membres d une collectivité qui s enrichit en permanence de sa diversité, nous partageons les valeurs sociales d égalité des chances, de solidarité, et de valorisation de l être humain ; chaque agent de la DGI doit pouvoir s épanouir grâce à la qualité de vie professionnelle qui lui est offerte. Forte de ses valeurs, engagée sur un projet qui la place à la pointe de la réforme de l État, la DGI entend ainsi ancrer durablement le service public fiscal et foncier dans une démarche de progrès.

4 SOMMAIRE Les options stratégiques Un dispositif précurseur dans le cadre de la nouvelle gestion publique La conduite du changement Titre I Une qualité de service accrue pour tous les publics Art. 1. Faciliter l impôt Un impôt plus simple Une administration plus accessible grâce aux nouvelles technologies L interlocuteur fiscal unique Les PME Offrir un point d entrée unique aux particuliers Art. 2. Permettre aux usagers de bénéficier de leurs droits le plus rapidement possible Art. 3. Accroître la transparence et la rapidité des prestations foncières Le plan cadastral ouvert à tous Publicité foncière : délais rapides et dématérialisation des relations avec les notaires Le domaine renforcé Titre II L égalité des citoyens devant l impôt et l amélioration des relations avec les contribuables Art. 4. Favoriser l accomplissement volontaire des obligations fiscales Une connaissance plus exhaustive des populations fiscales Une plus grande sécurité juridique pour le contribuable Une réactivité accrue face aux défaillances déclaratives et de paiement Une communication valorisant le civisme fiscal Art. 5. Lutter contre la fraude fiscale et recouvrer les impôts éludés de façon offensive Renforcer la «chaîne qualité» du contrôle fiscal Un contrôle mieux accepté

5 Titre III La responsabilité sociale de la DGI Art. 6. Faire bénéficier toute la collectivité DGI de ses progrès Les cadres au cœur du changement La reconnaissance des efforts des agents L accompagnement des agents en difficulté La prévention des risques déontologiques L aide à la mobilité interne et l encouragement à la mobilité externe L enrichissement du dialogue social Art. 7. Contribuer aux politiques transversales de l État Le développement durable L égalité des chances La lutte contre les exclusions La coopération internationale La prise en compte des handicaps Titre IV Des moyens adaptés aux objectifs Art. 8. Soutenir l action des services opérationnels Une administration centrale proche des préoccupations des services Le programme Copernic et la qualité informatique La formation professionnelle Les réformes d organisation et de méthode Le contrôle interne professionnalisé et rationalisé Art. 9. Maîtriser les coûts La recherche de la productivité Un parc immobilier rationalisé et de meilleure qualité Les investissements dans le programme COPERNIC et les nouvelles technologies La politique de simplifications poursuivie La diminution des coûts Art. 10. Inscrire la performance dans la durée Des crédits prévisibles sur la durée du contrat L intéressement collectif de la DGI à ses performances Le suivi de la mise en œuvre du contrat Annexes Lexique

6

7 Introduction Les options stratégiques La direction générale des impôts (DGI) exerce ses missions dans le cadre de l article 13 de la Déclaration des droits de l homme et du citoyen du 26 août 1789, qui consacre la nécessité de l impôt et l égalité des citoyens devant lui : «Pour l entretien de la force publique et pour les dépenses d administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés». Ses agents partagent des valeurs éthiques décrites en tête du présent contrat. La collectivité DGI cherche à promouvoir le civisme fiscal, c est-à-dire l accomplissement volontaire de leurs obligations par les contribuables, aussi bien en cherchant à offrir un service irréprochable qu en luttant contre la fraude. Les droits et devoirs respectifs des contribuables et de l administration fiscale sont rappelés dans la Charte du contribuable. Comme administration de service et comme administration de contrôle, la DGI a nettement amélioré ses performances dans le cadre des contrats et Elle veut en outre franchir un nouveau cap : l approfondissement de la qualité est l ambition qui oriente les engagements de la DGI pour la période Forte de ses valeurs et porteuse de cette ambition, la DGI entend continuer à innover et à être reconnue comme une administration pionnière dans sa capacité à se réformer et à s adapter aux évolutions du monde qui l entoure et aux aspirations des citoyens, comme de ses agents. Devenue en France une administration de référence, la DGI poursuit son objectif de figurer d ici la fin de la décennie parmi les meilleures administrations fiscales d Europe.

8 Un dispositif précurseur DANS LE cadre de la nouvelle gestion publique Dans le contexte de la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances du 1 er août 2001 (LOLF), le programme «gestion fiscale et financière de l État et du secteur public local» et les programmes «remboursements et dégrèvements» d impôts d État et d impôts locaux offrent un cadre annuel commun cohérent avec les ambitions de la DGI et de la direction générale de la comptabilité publique (DGCP). Ce contrat intègre les décisions annoncées par le Ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie et le Ministre délégué au Budget et à la réforme de l État, porte-parole du gouvernement, lors des Comités Techniques Paritaires Ministériels des 7 juillet et 16 décembre 2005, qui visent à adapter nos périmètres d intervention, notre organisation du travail, nos méthodes pour mieux répondre aux demandes des usagers et mieux prendre en compte l apport des nouvelles technologies. Il intègre également l ambition sociale dans l accompagnement des réformes annoncées par les Ministres à cette occasion. Le contrat apporte à la DGI la pluriannualité nécessaire pour inscrire sa stratégie dans la durée et préciser les moyens alloués pour atteindre ses objectifs, réaliser des réformes et faire des gains de productivité. Le contrat de performance de la DGI est bien entendu en cohérence avec l ensemble des objectifs et indicateurs des programmes qui la concerne, tant en matière de qualité de service (titre I), d efficacité socio-économique (titre II) que d efficacité de la gestion (titre IV). Il s y ajoute d autres engagements spécifiques pris par la DGI, notamment en matière de responsabilité sociale (titre III). Par rapport à la période précédente, l augmentation du nombre d engagements et d indicateurs communs aux contrats de la direction générale de la comptabilité publique (DGCP) et de la DGI témoigne de la volonté commune d améliorer le service public fiscal. Conformément aux règles de bonne gouvernance du programme, ce contrat est revêtu des signatures du Secrétaire général du MINEFI, du Directeur du budget et du Directeur général des impôts. La volonté de chacune des parties est d établir ainsi des relations claires et transparentes permettant d organiser le service public fiscal et foncier au bénéfice des usagers, des citoyens, des contribuables et des agents.

9 La conduite du changement La DGI est engagée depuis plusieurs années dans une rénovation en profondeur de ses structures, de ses méthodes de travail, de son système d information et de son mode de management. Aussi, se doit-elle d être attentive à la conduite du changement afin de mettre chaque cadre et agent dans la meilleure situation possible pour y faire face. Pour y parvenir, la DGI s appuie en particulier sur : la visibilité de sa ligne stratégique ; l attention accordée à ses cadres, en portant son effort sur la qualité de leur formation, afin de mieux les préparer aux fonctions de commandement, et à leur soutien dans leurs activités opérationnelles ; la poursuite d une politique volontariste de formation professionnelle tout en renforçant le dispositif permettant de l évaluer ; une clarification des rôles entre les différents acteurs en matière de conduite du changement, et leur renforcement, que ce soit au sein des services centraux ou dans le réseau, notamment à l occasion de la diffusion des applications COPERNIC ; une politique active de communication interne et, chaque fois que possible, externe.

10

11 TITRE I Une qualité de service accrue pour tous les publics La qualité de service est un axe stratégique de la DGI et de la DGCP. Elle doit imprégner tout autant leur organisation que les comportements attendus de leurs agents. Au final, l usager doit voir ses démarches facilitées et simplifiées au sein d une administration plus accessible, réactive, et qui prend toute sa part dans les enjeux de compétitivité économique. Art. 1 Faciliter l impôt La DGI et la DGCP ont pour objectif de progresser ensemble dans l amélioration des relations avec les usagers. Trois axes guideront cette politique commune : améliorer la qualité du service, rendre l administration plus accessible grâce aux nouvelles technologies, mettre en place un point d entrée unique pour l essentiel des démarches des usagers. 1.1 Un impôt plus simple Les engagements pris par la DGI et la DGCP dans le cadre du programme «Pour vous faciliter l impôt», qui est l un des axes essentiels de la Charte du contribuable continueront d être mesurés de façon régulière, à la fois par des audits internes et des évaluations externes et ceci de manière plus homogène dans les deux réseaux. Les résultats de chaque 11

12 département seront communiqués aux comités locaux d usagers, rendus publics sur le site PVFI : Niveau de mise en œuvre effective, par la DGI, des engagements du programme PVFI (liste des engagements dans l annexe A), commun à la DGI et à la DGCP , En outre, la DGI et la DGCP s engagent d ici à la fin du contrat à obtenir la certification par un organisme externe indépendant, d au moins 200 sites au total pour les deux réseaux. Les services certifiés respecteront un référentiel commun et exigeant, élaboré dans le prolongement des référentiels existants. Enfin, la DGI et la DGCP continueront à approfondir l écoute des usagers notamment dans le cadre des comités nationaux et locaux d usagers. La direction des grandes entreprises et la direction des résidents à l étranger et des services généraux s engagent à recueillir régulièrement les attentes de leurs usagers spécifiques. A l issue de l expérimentation réussie de la déclaration préremplie des revenus conduite en 2005 par la DGI, les Ministres ont décidé d en généraliser le bénéfice à tous les contribuables dès La déclaration préremplie va se traduire par une simplification pour les usagers en particulier les plus modestes et les retraités ayant des revenus simples. Elle laisse le contribuable pleinement responsable du contenu de sa déclaration, qu il doit confirmer ou corriger le cas échéant. 1.2 Une administration plus accessible grâce aux nouvelles technologies La DGI approfondira sa stratégie multi-accès qui permet une plus grande liberté de choix dans les modalités d accès à l administration et effectuera une promotion active des modes d accès les plus modernes (téléphone, 12

13 courriels, formuels, Internet). Au vu des résultats des enquêtes que la DGI aura conduites auprès de ses usagers particuliers et professionnels, ceux-ci seront orientés vers les canaux d accès les plus adaptés. Dans ce cadre, la DGI, qui fournit un service téléphonique accessible aux usagers sur une plage horaire de 8 heures à 22 heures du lundi au vendredi (19 heures le samedi), s engage à en mesurer régulièrement la disponibilité. De plus, elle mesurera périodiquement le taux de satisfaction des utilisateurs par sondages ainsi que la qualité du service offert par ses centres d assistance téléphonique. MA1R : Nombre de télédéclarants Télé-IR Afin de simplifier leurs démarches, les professionnels exerçant à titre individuel ont désormais la possibilité d utiliser leur certificat TéléIR pour satisfaire leurs obligations déclaratives TVA par voie dématérialisée. Une étude sera menée visant à mettre un certificat gratuit à la disposition des autres entreprises pour télédéclarer et télépayer la TVA. MA2R : Part des recettes de TVA, d IS et de TS acquittées par des usagers professionnels ayant adhéré à une téléprocédure pour leur règlement % 67 % 70 % Un indicateur en nombre de télédéclarants TVA continue à être suivi dans le cadre du dialogue de gestion. 13

14 QI2-bis : Taux d indisponibilité des applications informatiques ouvertes aux usagers sur Internet. Portail fiscal, service de télédéclarations (télédéclaration de revenus et TéléTVA), service de consultation du compte fiscal des particuliers et des professionnels, service professionnel des données cadastrales SPDC, serveur de télépaiement de certains impôts particuliers et professionnels : IR, TH, TF et TP Initialisation : mesure du taux d indisponibilité Taux constaté en % Taux constaté en % L indicateur mesure les indisponibilités de ces applications et la DGI s engage à les réduire d au moins 5 % au titre de chacune des années 2007 et 2008 sur la base d une mesure de départ effectuée au titre de Le portail fiscal sera enrichi de nouvelles fonctionnalités : les usagers abonnés auront la possibilité d effectuer, dans un cadre sécurisé, des démarches en ligne et de suivre leur traitement à partir de leur compte fiscal ; tous les usagers pourront, via une adresse internet unique accessible sans certificat sur l espace public du portail fiscal, adresser leurs questions à l administration fiscale, grâce à un formulaire électronique (formuel) qui sera routé automatiquement vers l administration compétente (expérimentation). En outre, la documentation fiscale ainsi que celle relative aux téléprocédures, déjà disponibles sur le portail, seront régulièrement enrichies des questions/réponses les plus courantes, issues notamment des bases documentaires à disposition des Centres Impôts Service et des services d assistance aux usagers de TéléTVA. Enfin, la DGI et la DGCP conduiront ensemble des actions visant à favoriser le paiement dématérialisé de l impôt. 14

15 1.3 L interlocuteur fiscal unique Depuis 2002, la direction des grandes entreprises (DGE) est l interlocuteur fiscal unique des grandes entreprises. La période a été marquée par des progrès décisifs pour les petites et moyennes entreprises (PME) : rapprochement des centres et des recettes des impôts au sein des services des impôts des entreprises (nouvelle dénomination mise en place au 1 er janvier 2006) et transfert du recouvrement de l impôt sur les sociétés et de la taxe sur les salaires de la DGCP à la DGI. Conformément aux orientations fixées par les Ministres lors du CTPM du 7 juillet 2005, la DGI et la DGCP partagent l ambition pour la période d améliorer encore le service rendu aux PME et aux particuliers, selon les modalités suivantes Les PME L interlocuteur fiscal unique des PME sera complété par le transfert à la DGI (SIE - Service des Impôts des Entreprises) du recouvrement de la taxe professionnelle des PME et de la taxe foncière des personnes morales. Ce transfert interviendra en 2008 et le plafond d emplois autorisé de la DGI sera ajusté en conséquence. Il bénéficiera de nouvelles modalités de recouvrement offertes par les applications développées dans le cadre du programme COPERNIC. La DGI développera une offre de services nouveaux, notamment en direction des très petites entreprises. Un accompagnement personnalisé sera proposé, notamment lors de leur création (proposition de rendezvous ; envoi systématique du livret fiscal), de leur déménagement et en cas de difficultés. Elle continuera, en outre, à assurer un suivi rapproché de la mise en œuvre, dans sa dimension qualitative, de la réforme CDI-Recette, aujourd hui achevée Offrir un point d entrée unique aux particuliers Un plan ambitieux de créations de plus de 200 nouveaux hôtels des finances regroupant dans les mêmes locaux les services des deux administrations fiscales sera engagé. Ils offriront un service d accueil commun. 15

16 Les choix d implantation des hôtels des finances seront effectués au regard de critères d accessibilité, de proximité et de coût. Ce service d accueil commun intégré sera également offert par l ensemble des hôtels des finances déjà créés. Il répondra aux exigences de qualité du programme «Pour vous faciliter l impôt». Certains d entre eux pourront faire l objet d une certification. Lorsque les services DGI et DGCP ne peuvent pas être regroupés, un protocole de délégations de compétences croisées entre les deux réseaux sera expérimenté en Ainsi, quel que soit le service auquel le contribuable se sera adressé, sa demande sera, si possible, traitée au premier contact. Dans le cas contraire (besoin d expertise, situations complexes), les démarches seront prises en charge et transférées au service compétent pour traitement et réponse. Par ailleurs, afin d éviter aux usagers de se déplacer et d accroître l accessibilité des services, deux expérimentations visant à créer un point d entrée unique pour les deux réseaux seront lancées en 2006 : mise en place d un numéro de téléphone unique dans l Ain (incluant une réflexion sur la prise de décision par téléphone) et adresse Internet unique, dans au moins un département. Une équipe nationale commune, rattachée aux deux directeurs généraux, pilotera ces quatre opérations. Enfin, dans le prolongement de l expérimentation conduite en , la DGI rapprochera les CDI et CDIF implantés à la même résidence dès lors que leurs périmètres géographiques sont proches (soit une centaine de résidences). Pour les autres implantations, les directeurs des services fiscaux procéderont aux rapprochements qui leur paraîtront opportuns. Un accueil commun CDI/CDIF/trésorerie sera progressivement mis en place dans chaque hôtel des finances. 16

17 Art. 2 Permettre aux usagers de bénéficier de leurs droits le plus rapidement possible La DGI s engage à faire bénéficier ses usagers professionnels et particuliers de leurs droits dans les meilleurs délais possibles. REMB : Part des demandes de remboursements de crédit de TVA et des restitutions de trop versé d IS, ayant reçu une suite favorable ou partiellement favorable, traitées dans un délai inférieur ou égal à 30 jours % 80 % 80 % CONT : Taux de réclamations contentieuses en matière d IR et de TH traitées dans le délai d un mois ,3 % 93,7 % 94,1 % Par ailleurs, le suivi statistique du contentieux de masse sera amélioré. Il s accompagnera d analyses qualitatives, afin de permettre une réflexion ciblée visant à la mise en place de dispositions préventives, s agissant notamment de la part des réclamations qui ne résultent pas d erreurs du contribuable. En cas de contentieux juridictionnel, la DGI s engage à produire rapidement les mémoires en réponse aux requêtes des contribuables. Concernant jusque là les seules juridictions administratives, l engagement est élargi aux juridictions judiciaires. De plus, l indicateur mesurera la performance à partir du flux d affaires produites en cours d année mais également au regard du stock d instances constaté au 31 décembre. 17

18 CXR : Part des mémoires en réponse aux requêtes des contribuables devant les juridictions produits dans un délai de six mois % 70 % 75 % Art. 3 Accroître la transparence et la rapidité des prestations foncières Afin de permettre aux usagers de l administration fiscale de mieux connaître leurs droits et obligations en matière foncière, la DGI souhaite assurer la plus large information dans ce domaine, notamment grâce à la diffusion d un livret foncier. Ce document les informera sur le rôle du cadastre et de la publicité foncière. Il présentera, en les commentant, les obligations déclaratives qui leur incombent. Lors de l acquisition d un bien immobilier, ce document sera remis aux parties et l acquéreur validera à cette occasion la description physique de son bien, afin que la fiscalité locale repose sur des données fiables et actualisées. 3.1 Le plan cadastral ouvert à tous Après l achèvement de la dématérialisation du plan cadastral, la DGI va procéder à sa mise à la disposition du public sur Internet. Ce service de consultation du plan cadastral, gratuit, sera généralisé en Le plan est un document de référence pour de nombreux utilisateurs, au premier rang desquels les collectivités territoriales. Il sert également à l Institut Géographique National pour la constitution du Référentiel à Grande Echelle. Son actualité est donc un enjeu. C est pourquoi, à partir de 2008, la DGI identifiera sur le plan cadastral mis en ligne les parcelles sur lesquelles un besoin de mise à jour a été identifié, mais n a pas encore été satisfait. 18

19 Par ailleurs, les géomètres-experts, qui sont chargés par la loi de la délimitation des propriétés privées, disposeront d un accès dématérialisé via le serveur professionnel des données cadastrales aux données gérées par la DGI. Le résultat de leurs travaux pourra également faire l objet d échanges dématérialisés avec la DGI. 3.2 Publicité foncière : délais rapides et dématérialisation des relations avec les notaires Grâce à l informatisation réussie des conservations des hypothèques, l engagement pris dans le précédent contrat de délivrer, dans un délai de 10 jours, les renseignements sommaires urgents portant sur les immeubles a largement mobilisé le réseau de la publicité foncière au service de ses usagers. Il faut conserver ce haut niveau de résultat. Cet indicateur de performance, qui mesure la réactivité de l administration, est donc maintenu et la cible de 100 % devient un standard. QSF2 : Taux de délivrance dans les dix jours des renseignements sur les immeubles % 100 % 100 % La dématérialisation des relations avec le notariat, à travers le projet est porteuse de nouveaux progrès de la mission, de gains de productivité et de nouveaux défis d organisation. La DGI assurera l accompagnement et le suivi des adhésions du notariat à ce nouveau service et veillera aux conséquences de ces nouvelles échéances sur son réseau, afin de continuer à assurer à ses cadres des déroulements de carrière analogues à ceux d aujourd hui. 19

20 3.3 Le domaine renforcé La totalité des activités domaniales actuellement exercées par la DGI sera transférée à la DGCP le 1 er janvier 2007 afin de mettre en œuvre les synergies entre cette mission et celles de la DGCP. Une attention toute particulière sera portée aux conditions du transfert des agents exerçant la mission et aux garanties qui leur seront accordées. France Domaine aura dès 2006 un rôle nouveau dans la dynamisation de la politique immobilière de l État, voulue par les pouvoirs publics et visant d une part, à un volume significatif de cessions immobilières et plus globalement, à définir une stratégie immobilière pour l État. Cette politique consistera, dans un premier temps, à identifier environ deux cents immeubles qui semblent mal employés ou inadaptés (sur une base de deux par département en principe) et à proposer en 2006 cent opérations de cession. Elle s accompagnera d une politique d expérimentations, localisées dans quelques directions, visant à transformer les missions classiques du service pour leur confier un rôle actif en matière de rationalisation de la politique immobilière de l État et de ses services déconcentrés. Les évaluations réalisées par France Domaine, au bénéfice de l État, des collectivités territoriales ou d autres services qui doivent obligatoirement le consulter avant de réaliser leurs opérations immobilières, sont un gage de transparence et participent aux efforts de bonne utilisation des deniers publics. Ces évaluations n entraînent tous leurs effets juridiques que lorsqu elles sont rendues dans le délai d un mois. La DGI mesurera sa performance par le niveau de respect de ce délai. QSF3 : Taux de respect du délai d un mois, hors délais négociés, pour la réponse aux demandes d évaluations réglementaires adressées à France Domaine % 92 % 94 % Parallèlement, la traçabilité des éléments qui étayent les évaluations et des raisonnements qui y conduisent feront l objet d un contrôle interne. 20

21 Titre II L égalité des citoyens devant l impôt et l amélioration des relations avec les contribuables Améliorer le civisme fiscal est l objectif permanent de l administration fiscale. Elle doit donc veiller d une part à favoriser l accomplissement volontaire de leurs obligations fiscales par les contribuables, et continuer d autre part à exercer sa mission de contrôle avec une exigence de qualité encore accrue. Plus globalement, la charte du contribuable rassemble dans un document unique de référence les principes qui fondent les droits et devoirs de l administration et du contribuable et vise à conforter un climat de confiance réciproque. Art. 4 Favoriser l accomplissement volontaire des obligations fiscales 4.1 Une connaissance plus exhaustive des populations fiscales Dans le cadre du précédent contrat, des progrès sensibles ont été réalisés dans la fiabilisation des fichiers de recensement des contribuables. Pour la nouvelle période : les engagements relatifs aux identifiants des particuliers sont élargis à la fiabilisation des fichiers de taxe d habitation ; 21

22 la qualité d identification des professionnels doit être maintenue (taux de conformité des identifiants professionnels de la DGI avec ceux de l INSEE supérieur ou égal à 98 %). IND1R : Taux d identification sécurisée des contribuables, à l impôt sur le revenu et à la taxe d habitation ,5 % 92,6 % 92,7 % IND2 : Taux de conformité des identifiants des contribuables professionnels. Objectif : supérieur ou égal à 98 % 4.2 Une plus grande sécurité juridique pour le contribuable En garantissant la sécurité juridique des décisions à portée fiscale, la DGI aidera les entreprises à se développer et les particuliers à appliquer une législation complexe. Cette sécurisation résultera notamment d une promotion de la procédure de rescrit, du développement des accords préalables sur les «prix de transfert» avec, en particulier, une procédure spécifique adaptée aux PME, et de la faculté offerte aux entreprises de demander un contrôle fiscal sur un point particulier, pour les aider à bien appliquer les textes fiscaux. Elle publiera régulièrement sur le site les décisions particulières susceptibles d intéresser un nombre significatif de contribuables. Un bilan quantitatif et qualitatif sera dressé, à l issue du présent contrat, de l action et de l apport des conciliateurs départementaux. 22

23 4.3 Une réactivité accrue face aux défaillances déclaratives et de paiement La DGI continuera à s organiser pour maintenir un haut niveau de réactivité aux défaillances de déclaration et de paiement. C est à la fois nécessaire pour assurer un bon niveau de résultat global de l administration fiscale et dans l intérêt des contribuables : laisser des défaillances déclaratives sans réaction rapide ou laisser des dettes fiscales s accumuler peut conduire à une spirale défavorable au contribuable. Obligations déclaratives CIV1 : Part d usagers professionnels s acquittant dans le délai légal de leurs obligations déclaratives en matière de TVA ,5 % 89,5 % 90,5 % DEF1 : Taux de retardataires des déclarations de résultat annuel des entreprises < 1 % < 1 % < 1 % CIV2 : Part d usagers particuliers respectant leurs obligations en matière d impôt sur le revenu ,8 % 97,9 % 98 % 23

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES)

PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES) PROGRAMME D ACTIVITES 2010 DE LA DGI (ACTIONS PRIORITAIRES) La Direction Générale des Impôts (DGI) est un service central du Ministère chargé de l Economie et des Finances. Elle a pour mission, l élaboration

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS

LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS Document n 4 LES SYNERGIES EN MATIÈRE FISCALE : LE SERVICE FISCAL UNIFIÉ AUX PARTICULIERS Proposer un service fiscal unifié aux particuliers est l un des objectifs principaux de la fusion entre la direction

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

ORGANISATION DE LA DGI

ORGANISATION DE LA DGI ORGANISATION DE LA DGI La Direction Générale des Impôts (DGI) est une structure centrale du ministère chargé des finances. Elle est chargée de l élaboration et de l application de la législation fiscale

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail

Le service public de Sécurité sociale

Le service public de Sécurité sociale Direction de la Sécurité sociale Le service public de Sécurité sociale Zoom sur les conventions d objectifs et de gestion 1 à l heure où la Sécurité sociale, comme l ensemble des acteurs publics, doit

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE SOUSCRIPTION

FORMULAIRE STANDARD DE SOUSCRIPTION TÉLÉTVA POUR TOUTES ENTREPRISES TÉLÉPAIEMENTS DES ENTREPRISES DGE FORMULAIRE STANDARD DE SOUSCRIPTION Désignation du représentant légal ou du mandataire habilité à souscrire le présent formulaire : M.

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

ADHÉSION DES PROFESSIONNELS aux services en ligne du Portail Fiscal (Compte Fiscal des Professionnels) Dispositions générales SOMMAIRE

ADHÉSION DES PROFESSIONNELS aux services en ligne du Portail Fiscal (Compte Fiscal des Professionnels) Dispositions générales SOMMAIRE ADHÉSION DES PROFESSIONNELS aux services en ligne du Portail Fiscal (Compte Fiscal des Professionnels) Dispositions générales SOMMAIRE 1 OBJET ET ACCEPTATION DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 1 2 PRÉSENTATION

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité Sommaire Préambule I Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité II La stratégie : définition des messages et des cibles Professionnalisme

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques

La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques La feuille de route du Gouvernement en matière d ouverture et de partage des données publiques L ouverture des données publiques, liberté publique et levier d innovation L ouverture des données publiques

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale

Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Le programme Chorus et l'intégration du document électronique dans la comptabilité nationale Présentation EDIFICAS Mai 2011 Nicolas Botton SOMMAIRE 1. Les gains issus de la dématérialisation dans le secteur

Plus en détail

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

gestion des ressources

gestion des ressources gestion des ressources Ressources humaines 35 Formation 37 Action sociale 39 Ressources financières et matérielles 40 ADMINISTRATION DES DOUANES ET IMPÔTS INDIRECTS - RAPPORT D ACTIVITE 2006 33 La gestion

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

INC Assurance Maladie. 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018

INC Assurance Maladie. 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018 INC Assurance Maladie 15 avril 2015 PRESENTATION DU SDRH 2015-2018 INC Assurance Maladie Présentation du SDRH 2015-2018 1. Travaux préparatoires 2. Bilan du SDRH 2011-2014 3. Structuration du SDRH 2015-2018

Plus en détail

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien entreprises Comptes bancaires au quotidien certificat électronique Évoluez dans un environnement sécurisé et accédez aux téléprocédures de l Administration entreprises.societegenerale.fr On est là pour

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP)

ANNEXE. 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) ANNEXE 1. METHODE D ELABORATION DES AGENDAS D ACCESSIBILITÉ PROGRAMMÉE (Ad'AP) La mise en accessibilité des Etablissements Recevant du Public (ERP) de l'état passe par le lancement de différentes actions,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée

Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée Signature de la nouvelle Convention nationale de partenariat pour la lutte contre le travail illégal dans le secteur de la sécurité privée DOSSIER DE PRESSE Mercredi 12 décembre 2012 1- Communiqué de presse

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Le Médiateur de la République

Le Médiateur de la République Le Médiateur de la République A l issue d un contrôle portant sur la gestion des services du Médiateur de la République pour les exercices 1995 à 2002, la Cour des comptes avait dressé en 2004 un constat

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1414214 D Intitulé du texte : projet de décret relatif aux modalités de calcul du taux annuel effectif de l assurance Ministère à l origine de la

Plus en détail

Programme egouvernement www.egov.ma

Programme egouvernement www.egov.ma Programme egouvernement www.egov.ma Édition 2011 Maroc Numeric 2013 sommaire Contexte et objectifs 4 egouvernement 8 Principales réalisations 16 3 Contexte et objectifs Contexte Les services publics et

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

Gestion comptable et financière

Gestion comptable et financière 4 5 Gestion comptable et financière Gérez efficacement votre activité comptable et financière Solution modulaire, vous propose une gestion de la comptabilité, des moyens de paiement, de la trésorerie,

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

L actualité statutaire En brèves. du 13 au 19 février 2012

L actualité statutaire En brèves. du 13 au 19 février 2012 L actualité statutaire En brèves du 13 au 19 février 2012 Sommaire Sommaire... 1 Ils ne sont toujours pas publiés!... 2 Disponibles sur le site... 5 Allocations chômage... 6 Allocations de chômage : cumul

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail